Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo]


Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 18:22
Une nouvelle journée s'était levée sur le Yukan et le soleil commençait à peine à baigner Iwa de sa magnifique lueure orangée. La brise de l'aube venait fouetter mon visage, rafraîchissante avec un petit côté piquant qui lui était propre, contrairement au vent du soir. A chaque moment de la journée, le vent revêtait différentes parures, tant et si bien que j'aurais pu savoir si nous étions le matin ou le soir en ayant encore les yeux fermés. Mais l'heure n'était pas à la contemplation sensitive de cette caresse élémentaire sur ma peau. Comme j'en avais maintenant longuement l'habitude, j'avais été réquisitionné pour mener une mission. Une mission qui ne semblait pas réellement dangereuse, mais que le village avait tout de même considéré nécessaire de confier à un chûnin.

Après tout, elle ne nécessitait pas plus d'une personne. Les genins ne pouvant pas sortir du village sans être accompagnés, et les jonins ayant certainement d'autres choses bien plus importantes à faire, la tâche incombait donc aux moyennes classes. Et cela ne me dérangeait guère, après tout j'aimais sortir de temps en temps du village et m'aventurer sur les Terres de Tsuchi. Et quoi de mieux si cela pouvait être lors d'une mission. Préparant rapidement mes affaires, je partis avec l'ordre de mission et me diriger vers les Crocs Rocheux, montrai l'ordre de mission aux gardes devant les portes avant de quitter le village. Pour une raison de discrétion et d'économie, j'avais décidé de prendre le chemin à pied comme le ferait un ninja normal. Je me dirigeai donc vers le Sud-Ouest de Tsuchi no Kuni.

Qu'est-ce qui m'envoyait là-bas ? Des rumeurs, des récits faisant l'apologie d'une mystérieuse et gigantesque créature ailée qui avait -semblait-il- établi son repaire sur le haut des montagnes qui peuplaient cette partie du Pays. Il semblait avoir établi son territoire là-bas, et tout randonneur qui tentait de s'en approcher se voyait soulever par de violentes rafales de vent, ou déloger entre les serres de l'animal. Aucun des randonneurs ne semblaient avoir été blessés selon le rapport et l'ordre de mission. Cependant, l'humain était tel que toute nuisance l'empêchant de vaquer à ses plus aléatoires occupations méritaient investigations. Et surtout, qu'on règle le soucis. A croire que la nature appartenait d'avantage à l'homme qu'aux animaux. Je soupirai alors que je me dirigeais toujours vers les hautes montagnes du Sud-Ouest. L'être humain était parfois extrêmement exaspérant. Et, bien que certains me considérait comme un djinn ou un Sylphe, jusqu'à preuve du contraire je m'incluais dans cette exaspérante humanité.

Cependant, là où les témoignages étaient un brin plus inquiétants, c'était concernant la taille de l'oiseau. Certains disaient qu'il était énorme, démesuré. D'autres parlaient d'un oiseau d'une taille dépassant la taille d'une maison ordianaire sans le moindre soucis. Tous s'accordaient à dire qu'aucun n'avaient vu pareil phénomène de leur vie. Je fronçai les sourcils en repassant à ces quelques détails. Je ne connaissais que peu de bêtes capables de faire cette taille, mais aucune présence humaine n'avait été vu à ses côtés. Etait-ce seulement possible ? Le Yukan était réputé pour réserver des surprises que peu d'Hommes étaient capables d'imaginer, et la faune d'une taille démesurée en faisait parti. J'avais été envoyé car le village ne craignait visiblement pas que je tomba de la montagne et m'écrasa en contre-bas. Ils avaient certainement pensé qu'un utilisateur fûton -un assimilateur qui plus est-, saurait géré la situation correctement. Et j'espérais pour ma vie qu'ils avaient vu juste. Dans le cas contraire, je serais dans de beaux draps.

-Eh bien, allons rendre visite à notre ami en toute sérénité.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Lun 4 Mar 2019 - 23:58
Je me rapprochais rapidement des montagnes du Sud-Ouest, mais je décidai de faire un petit crochet parmi les habitations avant de me rendre aux lieux indiqués des attaques. Après tout, les victimes n'avaient pas été blessées, et si je pouvais recueillir les témoignages de l'une d'entre elles, cela pourrait m'être fort utile pour le reste de ma mission. J'avais entendu que l'un de ceux qui avaient tenté d'escalader cette montagne vivait non loin de là. Je décidai donc d'y faire un petit tour.

J'arrivai à la maison indiquée, et je me postai devant celle-ci prêt à frapper. Je regardai autour de moi, il n'y avait pas grand chose d'autre à part cette maison dans les environs. Des colines, et plus loin les montagnes. Aucun autre habitat n'était présent dans les alentours immédiats, ce qui me faisait penser que quiconque vivait ici, appréciait sa solitude à l'écart des autres Tsuchijins. Cela me rappela vaguement ma maison à Kaze no Kuni, un peu à l'écart des autres en plein milieu du désert, mais cela nous avait toujours convenu. Après tout nous n'étions pas une famille comme les autres. Sortant de mes pensées, je finis par frapper à la porte, et je ne dus attendre que quelques secondes avant d'entendre des bruits de pas. Cependant ceux-ci paraissaient être un peu claudiquant. Je fronçai les sourcils, et lorsque l'homme m'ouvrit, je pus constater sans grande surprise qu'il avait des béquilles, et sa jambe droite était dans un plâtre. Cependant il arborait un air chaleureux, et son visage était sans conteste enjoué. Mes informations avaient-elles été erronées pour autant ?

-Bonjour, Yaku-san, c'est bien ça ?

-Oui, tout à fait, qui demande ?


-Je me présente, Konran Tenzin. Je suis un chunin d'Iwa. On m'a rapporté qu'un oiseau d'une envergure démesurée sévissait...Cependant, mes informations doivent être fausses, car j'ai cru comprendre qu'elle n'avait fait aucun blessé ? dis-je en regardant sa jambe emplâtrée d'un air embêté.

-Oh non ! Dit-il en faisant quelques gestes maladroites des mains. Ce n'est pas lui qui m'a fait ça. Je me suis handicapé moi-même en voulant escalader une autre montagne, plus loin. Cet animal géant n'y est pour rien, il m'a gentiment déposé en bas de la montagne.

-Eh bien ! Vous semblez fan de l'escalade, et tout aussi fan de la faune. Ce qui ne devait pas être le cas de celui qui a commandité cette mission, dis-je d'un air entendu et amusé.

Je devinai par la même occasion que c'était la raison pour laquelle il était un peu à l'écart de la population. Mais je l'appréciais en quelque sorte déjà. Cependant, là n'était pas le point du moment.

-Ça vous dérangerait de me décrire l'oiseau en question ?

-Oh, pas de soucis. Il faisait à peu près une cinq mètres de haut, peut-être un peu moins. Mais vous savez, avec cette, taille on perd rapidement les dimensions.

J'acquiesçai et l'enjoignis à continuer avec un hochement de tête et un petit bruit de gorge encourageant.

-Il avait de longues pattes, et un pelage bleu/gris au dessus, et blanc strié de gris en dessous. Il avait des yeux ambrés d'ailleurs ! Il ressemblait à un rapace, ça c'est sûr. Mais ni vraiment un aigle...Ou un faucon. Je ne connais pas trop cette espèce d'oiseau. J'ai commencé mes recherches après l'avoir vu, mais pour l'instant je ne pourrai pas vous en dire beaucoup plus, vous m'en voyez désolé. Voulez-vous rentrer prendre un thé ?

Je lui souris gentiment et déclinai son offre.

-Non merci, ça ira. Je préfère aller voir immédiatement sur les lieux pour voir si je le retrouve. Vos informations m'ont été d'une précieuse aide. Passez une bonne journée, Yaku-san.

Il me salua en retour et me souhaita bonne chance pour mes investigations, me demandant cependant de ne pas trop blesser l'animal. Je lui promis -sincèrement- de faire tout mon possible dans ce but. Après tout, j'aimais bien les oiseaux, et cela ne me procurerait aucun plaisir de m'astreindre à de tels actes. Je me dirigeai donc rapidement sur les lieux des crimes. En bas de la montagne, je regardai vers le eux. Je ne voyais rien du tout pour l'instant, mais il semblait que chacune des "attaques" s'étaient déroulées après le début de l'ascension. Alors je commençai à grimper, ma faux accrochée à mon dos, comme un non-shinobi. Les cordes de sécurité en moins. Et alors que j'arrivais à mi hauteur de la montagne, un cri retentit dans le ciel. Je regardai vers le ciel, et une grande ombre se découpa parmi les nuages. Et très rapidement, un immense oiseau correspondant exactement à la description faite plus tôt fonça sur moi.

-Eh zut...

Il se rapprochait à une vitesse impressionnante, serre en avant, prêt à me saisir entre elles. Il fallait que j'évite cela à tout prit. Je fis un saut en arrière pile au moment où l'oiseau tenta de m'attraper avec ses serres. Son passage créa une forte bourrasque à l'endroit où j'étais quelques instants auparavant. Je fis une chute libre, et dans le même temps je décrochai ma faux de mon dos. D'un puissant mouvement, je plantai la faux en question dans la façade de la montagne pour avoir un appui, transmettant du chakra futon à la lame pour augmenter son pouvoir pénétrant et plonger plus loin dans la roche . Le choc fut intense malgré tout, mais j'entraînais mon corps quotidiennement et mes bras résistèrent. Puis d'une traction, je me hissai sur le manche de ma faux, me tenant debout. De son côté, l'oiseau géant survola la surface de la montagne, puis s'en éloigna avant de revenir à la charge. Je ne pouvais le combattre aisément alors que je me trouvais suspendu sur un pan de montagne. Il me fallait de la place.

Je mis du chakra sous mes pieds pour adhérer à la montagne, utilisai un nouveau flux de fûton dans ma lame pour la décrocher du flanc de la montagne, et fonçai vers le sommet de la montagne. Mais l'oiseau bleu/gris se rapprochait vite. Trop vite. Mais j'avais de quoi rivaliser pour un court instant. Prenant appui sur le sol, je libérai du vent par mes pieds et me propulsai en haut de la montagne, juste à temps pour esquiver à nouveau les serres de l'animal. Je plongeai en avant en arrivant au sommet, et l'oiseau passa juste au-dessus de moi. Il poussa un nouveau cri, et après avoir fait un tour dans le ciel, il vint se poser devant moi. Et je pus l'observer de plus près. Lorsqu'il étendit ses ailes pour atterrir, il déploya une grosse bourrasque qui me fit presque décoller. Je me protégeai de mes bras comme je pus, mais j'utilisai un peu de chakra sous mes pieds pour m'empêcher de m'envoler. Et alors que j'étais en train de me demander ce que j'allais faire maintenant, une voix douce et grave comme le grondement du vent retentit.

-Tu m'as échappé deux fois, humain. Qui es-tu ? Et que viens tu faire ici ?

Je crus que mon coeur allait s'arrêter.

-Hein ? dis-je bêtement.

-Tu m'as bien entendu, humain. Comment t'appelles-tu ?


Je n'en revenais pas...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc


Dernière édition par Konran Tenzin le Jeu 7 Mar 2019 - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Mar 5 Mar 2019 - 12:35
Il parlait. Cet immense oiseau parlait ! Comment était-ce seulement possible ? Cependant, cela devait-il m'étonner ? Après tout, l'ours polaire de Toph -Iorek- savait lui aussi utiliser la langue des hommes. Même si cela me semblait tout aussi invraisemblable. Je restai pendant un moment bouche-bée, ne sachant pas trop quoi dire face à celui qui me faisait face, faisant facilement deux ou trois fois ma taille. Pendant ce temps, je profitai pour le regarder. Lui et ses plumes bleu gris sur le dos, il arborait cependant sur le ventre un plumage blanc strié de gris sur le ventre. Ses yeux dorés me scrutaient d'un air inquisiteur, mais calme cependant. Juste au dessus de ses iris, ce qu'on pouvait appeler ses sourcils, étaient eux aussi d'une couleur blanche et son bec recourber semblait menaçant. Sa queue était longue et large, ce qui devait lui permettre une bonne stabilité en vol Il ne ressemblait pas vraiment à un aigle, ni à un faucon, mais plus...à un épervier ? Cependant je n'avais jamais vu d'épervier de cette couleur là non plus. Mais l'animal en face de moi semblait perdre patience alors que je tardais à répondre. Je me repris rapidement et me présentai.

-Je m'appelle Konran Tenzin, chunin d'Iwa. Et...Vous ?

Je ne savais pas très bien comment m'adresser à lui à vrai dire. Avait-il un prénom ? Devais-je le vouvoyer comme un inconnu quelconque -bien qu'il n'avait rien de quelconque ? Je ne savais pas réellement, mais j'optai quand même pour la prudence et la politesse, retournant la question à l'oiseau. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, mais la réponse fut tout à fait inespérée.

-Je suis Garuda, Prince des Autours et Protecteur de notre territoire.

Oh. Eh bien cela avait le mérite d'être clair. Celui que j'avais confondu avec un épervier était en fait un Autour. Et l'un pas des moindres, un Prince disait-il. Prince ? Je n'étais pas sûr de tout bien comprendre. Mais je ne devais cependant pas oublier la raison pour laquelle j'étais venu. Ma mission. Et celle-ci était de régler le problème concernant Garuda et sa manie de déloger ceux qui voulaient accéder à cette montagne. Mais alors que je commençais à réfléchir à une solution, l'animal à plume ne semblait pas avoir le même temps que moi.

-Maintenant que je t'ai donné mon nom par reconnaissance pour m'avoir échappé deux fois, humain, sors de mon territoire.

-Eh bien, Garuda, tu peux m'appeler Tenzin. Et à vrai dire ce n'est pas si simple que ça.

-Je ne le répéterai pas deux fois, humain, du balai !

Et sans crier gare, il battit des ailes pour décoller et fonça sur moi dans un cri qui était cette fois-ci purement animal. Une fois de plus, je fus surpris par sa vitesse impressionnante. Et lorsqu'il arriva à mon niveau, j'eus juste le temps de me protéger de mes deux bras et commencer à tourner sur moi-même avant de recevoir un coup d'aile qui me propulsa au loin et m'éjecta du sommet de la montagne. Son coup, de par sa taille, avait été d'une grande puissance, et j'eus tout juste le temps de me recouvrir de vent en tournoyant sur moi avant que le choc me déloge du sommet de la montagne. Et je me trouvais maintenant dans le vide, en chute libre, tandis que l'autour était retourné se poster en haut de sa montagne. Je n'avais pas eu l'intention de dévoiler certaines de mes particularités tout de suite, mais je n'avais plus trop le choix actuellement. Alors que le vent me fouettait lors de ma chute libre, tout s'arrêta et la terre n'avait plus aucune emprise gravitationnelle sur mon corps. Je volais à présent, et rapidement, je remontai le flanc de la montagne pour revenir me poser devant l'oiseau, avec cette fois un air sévère.

-On n'avait pas fini de parler, Garuda.

-Un humain qui parcourt les cieux comme un oiseau. Tu n'es pas comme les autres humains que j'ai rencontré jusqu'ici.

-Comme je te l'ai dit, je m'appelle Tenzin. Et j'ai en effet quelques différences avec les autres humains. On peut parler maintenant ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Jeu 7 Mar 2019 - 11:37
Garuda tournait sa tête vers moi, la penchant sur le côté tout en me regardant d'un air curieux et intéressé. Il ne semblait pas non plus particulièrement emballé à l'idée de me parler outre mesure, mais j'avais piqué sa curiosité et il semblait décider si oui ou non je "méritais" d'accaparer d'avantage de son temps. De mon côté, je me tenais droit. Mes jambes légèrement pliées, non pas parce qu'elles étaient fébriles, mais bien parce que je me préparais à toute éventualité. Si ça se trouvait, il chargerait sur moi à tout moment, et je devais me tenir préparé. Mais son silence commençait à devenir pesant, et mes doigts fermement serrés autour de ma faux dans l'expectative commençaient à trembler très légèrement. L'adrénaline courait encore dans mes veines avec les récents évènements, et je me tenais prêt à réagir à tout moment. Une agréable brise balaya la zone et caressa ma peau, et subitement, toute la tension qui régnait entre nous s'envola lorsque le Prince des Autours releva la tête. Ou il était plus juste de dire qu'elle s'était allégée. Il arborait un regard plus conciliant, et mes muscles se détendirent un peu.

-Parle, petit Homme. Je t'écoute.

Je souris brièvement, appréciant le fait de ne pas risquer de me faire becqueter, déchirer ou envoyer valser une nouvelle fois. Mais le reste de la conversation risquait d'être moins drôle.

-Le village d'Iwa m'a envoyé en mission, car beaucoup se sont plaints de s'être fait attaquer par un oiseau géant autour de ces montagnes...

-Ils étaient sur mon territoire, gronda-t-il en réponse.

Je levai les mains en signe de reddition. Tout du moins, pour calmer ses humeurs. Mais il allait bien falloir que je fasse entendre mon opinion.

-J'entends bien, Prince des Autours. Cependant, je pense qu'il nous faudra arriver à un compromis.

-Ah oui ? Et lequel, humain ?

C'était une excellente question. Et il fallait que je réfléchisse rapidement à une solution, autrement j'allais perdre le peu de levier que j'avais réussi à tirer jusque là. Mais comment réussir à faire en sorte que Garuda laisse les humains grimper la montagne tout en lui promettant qu'ils ne toucheraient pas à leur territoire ? Je regardai autour de moi. J'étais arrivé si haut, et pourtant je n'avais toujours pas rencontré les congénères de Garuda. Ceux qu'il disait protéger, son territoire. Je m'étais cru au sommet de la montagne, mais lorsque je fis plus attention, je me rendis compte qu'en fait ce n'était qu'une branche rocheuse de la montagne originelle. Celle-ci s'étendait encore derrière l'Autour, et montait bien plus haut dans le ciel. Cela devait être par là que se trouvait ce qu'il avait à protéger. Mais ici, nous étions déjà suffisamment haut pour assouvir quelques envies des hommes. Certains en voudraient plus, c'était certain. Mais je pouvais mettre en place des sécurités et des avertissements pour ceux qui voulaient monter plus haut.

Après tout, ma mission était de régler le problème des attaques, pas de me débarrasser de l'oiseau en question. On ne m'avait pas donné de conditions particulières à la réalisation de cette mission. La poire serait ainsi, à mon avis, coupé en deux. Cependant, j'admirais la beauté de l'oiseau qui se tenait devant moi, et je ne pus décliner l'intérêt qu'il suscitait en moi. Avoir un ami avec qui voler. Avoir un, comment disait-on déjà, pacte ? Avec le Prince des Autours. Cela pourrait être intéressant. Et dans le même sens, cela m'engagerait à tenir mes promesses. Ce que je m'apprêtais à faire était risqué, il n'allait probablement pas être d'accord. Mais j'étais prêt à prendre le risque.

-On pourrait délimiter une zone à partir de laquelle les humains ne pourraient plus monter. Je suis une figure représentative de mon village, et ma mission est de régler le problème. Les humains devront respecter mes décisions. Et ils seront prévenus des risques encourus s'ils essayaient de monter plus haut. Si j'ai bien compris, ton vrai territoire se trouve là haut.

-Et comment comptes-tu les faire respecter cela ?

-Comme je l'ai dit, je suis un chunin d'Iwa. Qui plus est, s'ils essaient de braver les restrictions, je m'engage personnellement à venir défendre à tes côtés ce territoire contre les humains. Et pour cela, j'aimerais qu'on passe un pacte, toi et moi.

-Un PACTE ? Toi, Faible humain, tu oses me proposer un pacte à moi, Prince des Autours ?!

Son hurlement avait retentit comme le bruit assourdissant d'une tempête. Et son attitude qui avait été jusque là calme et conciliante, était devenue clairement agressive. Son regard s'était mué en éclairs -métaphoriques- et Garuda déploya ses ailes. Ce simple geste créa déjà une bourrasque. Je savais très bien ce qui allait se passer ensuite. Il allait tenter de me déloger de la montagne une fois de plus en me balayant avec une rafale de vent. Et comparé à la dernière, au vu de la manière avec laquelle il préparait ses ailes, celle-ci allait être autrement puissante. Mais il m'avait traité de faible humain. Et je n'étais pas prêt à accepter un tel adjectif. Si c'est une démonstration qu'il comptait faire, il allait en avoir une de ma part aussi. J'allais lui montrer que je n'étais pas un "faible humain", et balayer sa fierté de Prince en même temps que ses critiques avec ce que je savais faire de mieux. Je m'armai de ma faux, emmagasinant une grande quantité de vent. Et lorsqu'il battit des ailes, relâchant une impressionnante rafale de vent, je fendis l'air de ma lame devant moi, et prononçai d'un air aussi calme que déterminé.

-Notos no Iki.



De ma faux s'échappa à son tour une impressionnante rafale de vent qui vint s'entrechoquer avec l'attaque de Garuda. Pendant un instant, les deux attaques s'affrontèrent avant de parfaitement se neutraliser. Le choc qui en résulta fit souffler un vent d'une puissance terrible sur la montagne, faisant s'envoler tous les rochers qui n'étaient pas suffisamment enracinés dans le mont, et dégageant la partie sur laquelle Garuda et moi nous tenions. L'onde de choc et les courants d'air nous frappèrent tous les deux, nous fouettant impitoyablement, mais je tins bon en baignant mes pieds de chakra pour adhérer au sol et ne pas m'envoler, tout en pliant les jambes pour amortir le choc. Le Prince quant à lui dût planter ses serres dans le sol pour ne pas se faire déstabiliser, et se protégea d'une aile. Après quelques secondes, lorsque la tempête de vent se calma, je me redressai, et le regardai d'un air déterminé. Et lui, d'un air surpris.

-Je ne suis pas un faible humain, et s'il faut encore te le prouver, je le ferai, jusqu'à ce que tu acceptes de faire ce pacte avec moi.

Et alors que je pensais qu'il allait m'attaquer de nouveau, tenant ma faux fermement pour pouvoir riposter, un rire grave et profond retentit. Son rire, aussi doux qu'expressif, résonna sur les montagnes aux alentours comme le souffle des cieux. Complètement désarçonné, je regardai l'oiseau à mon tour d'un air curieux, penchant la tête sur le côté, ayant presque l'air de dire que Garuda avait quelques problèmes mentaux. Il avait bien quelque chose en tête, mais ce n'étaient pas des problèmes. En tout cas, certainement pas pour lui. Pour moi par contre ?

-Je vais considérer ta proposition, humain, si tu arrives à m'attraper.

Sans crier gare, il s'élança dans le vide, puis déployant ses ailes majestueuses, il s'envola. Un sourire étira mes lèvres, et sans y penser à deux fois, je jetai ma faux sur le côté et m'élançai à mon tour dans les cieux de Tsuchi no Kuni.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Jeu 7 Mar 2019 - 23:12
Il avait pris quelques mètres d'avance, mais je m'étais jeté tout de suite du haut de la montagne et je m'étais envolé à sa poursuite. Le vent me fouettait alors que je suivais l'Autour dans les airs. Il se trouvait à quelques mètres devant moi, et sa technique de vol était impeccable. Je sentais le vent s'engouffrer dans mes vêtements, et un sourire étirait mes lèvres tandis que je poursuivais le Prince des Autours. Il longea la montagne, se rapprochant du sol rapidement tout en faisant le tour de la montagne. Je le suivais bêtement, mais en vol plané et en suivant ce chemin, je n'avais aucune chance de le rattraper. Au lieu de ça, je me laissai tomber en chute libre tout droit vers le sol. Il ne s'en était pas rendu compte tout de suite, et lors d'un de ses virages, je l'aperçus non loin de moi. Fonçant à toute vitesse vers lui, je me rapprochai dangereusement de sa position. Je tendis la main pour tenter de le toucher, mais il se rendit compte de ma présence, et d'un battement d'aile il s'écarta de ma trajectoire ainsi que du flanc de la montagne pour s'éloigner. Puis battant des ailes à nouveau, il reprit de la hauteur.

J'interrompis donc brutalement ma descente en me redressant, cependant la vitesse accumulée lors de la chute libre se répercuta dans mes os, m'empêchant de remonter tout de suite. Lorsque je redressai ma couche, cela créa un petit souffle sur mes pieds, avant que je ne puisse foncer tout droit vers l'Autour qui tentait à nouveau de m'échapper. D'un mouvement du bras, je lui lançai une rafale de vent tranchant qu'il esquiva aisément d'un nouveau battement d'aile, s'écartant de la trajectoire de mon attaque. J'avais ainsi tenté de le ralentir, mais il semblait que mes attaques n'étaient pas très efficaces. Je ne faisais que gaspiller mon chakra en faisant cela. Il valait mieux que je le consacre au vol. Mais pour l'instant, je n'allais jamais parvenir à le rattraper ainsi. Ce qu'il ne manqua pas de me faire remarquer.

-Tu peux voler, mais tu es lent petit homme !

-C'est ce qu'on va voir, satané piaf, grondai-je.



J'allégeai mon corps d'avantage, gagnant par ce même un bonus de vitesse. Me propulsant dans les airs, je me rapprochai lentement, mais sûrement de l'Autour. Le vent me fouettait, mais mon sourire se faisait de plus en plus présent lorsque je me rendis compte que je n'étais plus qu'à quelques mètres sous l'oiseau. Cependant, ce dernier commença à battre des ailes de manière un peu plus vigoureuse, gagnant encore de la vitesse sur sa vitesse déjà impressionnante. Pas assez pour me distancer, cependant suffisamment pour m'empêcher de l'attraper. Et d'un coup, sans crier gare, il fit un looping en arrière et se laissa tomber dans le vide, repliant un peu ses ailes pour gagner en aérodynamisme. Un piqué. Il passa dans mon dos, me frollant sans que je ne puisse réagir. Je serrai les dents de frustrations, et je me laissai tomber à mon tour en faisant un looping à mon tour. Je plissai les yeux alors que le sol se rapprochait à une vitesse vertigineuse. Le vent fendait nos corps avec une puissance que je ne pouvais qu'apprécier.

Arrivant à une dizaine de mètres du sol, Garuda ouvra ses ailes et d'un mouvement d'ailes, il dégagea une puissante bourrasque vers le sol pour se stabiliser à quelques mètres du sol. Le sol fut balayé par le vent et un énorme nuage de poussière se leva sur le sol avec un bruit puissant. Un nouveau battement d'aile, et il longea le sol à une vitesse ahurissante. Je jurai copieusement alors que mon corps se rapprochait perpendiculaire au sol. Je le redressai pour le mettre parallèle au sol, tandis les mains vers le sol et propulsai deux rafales de vent condensées en un rayon.



Le vent me permit d'éviter le choc au sol, mais à peine. Mon corps frôla le sol, et je dus m'aider de mes mains pour prendre appui sur la terre et repartit en volant. Quant à Garuda, il slalomait entre les roches et les divers maisons au sol tandis que je le suivais du mieux que je pouvais. Mais je n'arriverais pas à le rattraper. Et à la vitesse à laquelle nous volions, mon chakra allait rapidement s'épuiser. Je n'avais plus beaucoup de cordes à mon arc pour concurrencer. Je soufflai lentement et concentrai mon chakra dans mon corps pour charger tout mon être de vent. Une brise blanche aux reflets violacées créée par mon chakra courait sur mon corps à présent, et ma vitesse avait drastiquement augmenté.



Et je fonçai à nouveau sur le satané Prince. Avec ce nouveau boost de vitesse, je me rapprochais bien plus rapidement de lui, et l'urgence commençait à se faire sentir dans le battement frénétique de ses ailes. Mais grâce à sa grande dextérité de vol et l'équilibre offert par sa large queue, il réussissait à me mettre en échec en slalomant entre les maisons, collines et autres obstacles qu'il arrivait à trouver. Cependant je ne perdais pas espoir, car je savais que la chance allait bientôt me sourire. Et comme dit comme fait, nous nous retrouvâmes enfin dans un paysage désert de tout obstacle. Un paysage où il ne pouvait plus utiliser ses habilités au vol pour compenser l'augmentation de ma vitesse. Il reprit de l'altitude, et je le suivis en serrant les dents, donnant tout ce que j'avais. Je le rattrapais petit à petit jusqu'à me tenir presque au niveau de ses pattes. Encore quelques centimètres et j'y serais ! Mais je voyais à nouveau les montagnes se rapprocher. Il allait à nouveau prendre l'avantage. Et avec la quantité phénoménale de chakra que je venais d'utiliser, je n'arriverais pas à l'attraper. C'était maintenant ou jamais. Je n'avais plus une seule seconde à perdre. Tentant le tout pour le tout, je concentrai le reste de chakra que je détenais, et d'une puissante poussée, je relâchai une grosse bourrasque de mes pieds pour pouvoir me propulser vers l'avant. Et je tendis ma main vers sa patte, et parvins enfin l'attraper. Mes doigts touchèrent les écailles de ses pattes griffues, et je poussai une grande exclamation de joie.



-Je t'ai eu !!

Mais soudainement, toute l'énergie et tout l'élan que j'avais accumulé jusque là me quittèrent. J'avais utilisé trop de chakra, et j'avais brûlé les dernières gouttes pour réaliser cet exploit. Toutes mes forces m'abandonnaient, et alors que je me sentais perdre de l'altitude, l'obscurité s'empara de ma vision. De petits points noirs tout d'abord, qui se transformèrent en un voile totale et je sentis ma conscience glisser dans les ténèbres...

-Are...?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Ven 8 Mar 2019 - 19:24
J'éprouvais à l'instant présent une importante sensation de chute, mais je ne savais pas où j'étais et ce que je faisais. Pourquoi étais-je en train de chuter. Cela m'arrivait de temps en temps pendant mon sommeil de me sentir tomber, sauf qu'habituellement je me réveillais. Mais pas cette fois-ci, peu importait le temps interminable que j'attendais -bien que cela ne dura que quelques secondes probablement- je ne me réveillais pas. Mes paupières ne pouvaient se désunir l'une de l'autre à l'instant présent, comme collées par une force invisible. Et d'un seul coup, la sensation de chute s'arrêta. Je ne savais pas pourquoi, ni comment car je ne pouvais toujours pas ouvrir les yeux, mais c'était bien plus rassurant ainsi. La brise caressait mon corps, et je me surpris à relâcher les muscles de mon corps -même s'ils étaient déjà relâchés. La sensation était fort agréable, mais je sentais à nouveau mon corps, faible et sans la moindre once d'énergie. Je compris que je commençais lentement à reprendre conscience. Très lentement.

Ouvrant les yeux brièvement, clignant de manière maladroite pour chasser le flou qui persistait, je tentai de distinguer ce qui se trouvait autour de moi. J'aperçus un plumage blanc rayé de gris, quelques écailles, et des nuages qui se rapprochaient rapidement de nous. On montait au dessus des nuages ? Peut-être. Je n'avais pas assez d'énergie pour me poser plus de questions, et mes yeux se refermèrent, et cette fois-ci je sombrai dans un profond sommeil. Je laissai la brise et la facilité avec laquelle je me déplaçais dans les cieux me bercer, et me permettre de me reposer. Une fois de plus, les ténèbres recouvrirent rapidement mes pensées.

~~

Après avoir eu la sensation de dormir pendant plusieurs heures, j'ouvris les yeux en me levant promptement. Je m'étais redressé un peu trop vite, et de petits points noirs dansèrent devant mes yeux en sentant une sensation de malaise. Je me tins la tête brièvement, les yeux fermés, attendant que cette désagréable sensation se dissipe, avant de les ré-ouvrir. Et ce que je vis me coupa le souffle. Je me tenais sur une immense part de terre, qui se trouvait bien au-dessus des nuages. Les sensations et l'air ici étaient différentes de ceux que j'avais sur terre, légèrement, mais pas désagréables non plus. Le ciel au dessus de nous était bleuté avec quelques teintes de gris. Et je disais nous, car je n'étais pas seul. J'étais accompagné de Garuda, et d'une dizaines d'autres Autours géants. Certes, ces derniers n'étaient pour la plus part pas de la taille du Prince, mais ils restaient énormes pour des oiseaux. Garuda se tenait derrière moi, tandis que les autres volaient dans le ciel étrange au loin. Je restai hébété pendant quelques minutes, admirant le paysage des montagnes et du ciel étrange, avec des symboles gravées dans la roche qui ressemblaient à trois tourbillons côtes à côtes en cercle -ou plutôt triangle ?-.

Spoiler:
 

Je me tournai vers le Prince des Autours, ne sachant pas trop quoi dire. Puis je soufflai.

-Où suis-je, Garuda ?

-Tu t'es évanoui parce que tu as consommé trop de chakra, Tenzin. Tu es au Mont des Autours. Chez moi. Le territoire que je suis chargé de protéger.

Il m'avait appelé Tenzin, pour la première fois depuis notre rencontre. Signe qu'il me reconnaissait enfin comme une personne à part entière. Je glissai un petit sourire en coin alors que je me relevais face à lui. Puis me souvenant de ce qui s'était passé, je me rappelai que j'avais réussi à attraper de justesse l'oiseau dans une course de vol. Et que je m'étais ensuite évanoui, à court de chakra. J'avais chuté, et d'après ce que je me souvenais de la suite, il était fort probable que le Prince m'ait secouru et m'ait transporté jusqu'ici. Il m'avait donc sauvé la vie. Je m'inclinai donc face à lui, avant de lui présenter mes remerciements.

-Merci de m'avoir sauvé, sans toi, j'aurais été cuit, dis-je avec un demi-sourire et un ton calme.

Il...renifla ? Je n'avais jamais entendu un oiseau renifler. Mais c'était bien ce qu'il venait de faire.

-Tu l'as mérité. Un humain a réussi à m'attraper en plein vol. Tu es donc digne d'être sauvé, et de te présenter devant le Pacte des Autours.

Il dit ces derniers mots en donnant un coup de tête vers le milieu de la grande plateforme de terre. Il m'invitait à tourner le regard vers le centre de notre bout de terre, ce que je vis sans attendre. Et je remarquai un monticule de terre surélevé qui n'était pas là auparavant, en dessous des dizaines d'Autours qui volaient dans le ciel. Je l'aurais remarqué autrement. Du moins, c'était ce que je pensais. Un grand parchemin -certainement le pacte- y était disposé, sans rien de plus. C'était là, aussi simple que ça ? Garuda se baissa, et me donna un petit coup de tête pour me faire avancer, signe que je devais m'y rendre. Je haussai d'un sourcil, mais je commençai à marcher vers le monticule. Mais au fur et à mesure que je me rapprochais du bout de terre, le cri des autours plus hauts commencèrent à retentirent, de plus en plus vite et de plus en plus fort alors que j'avançais. J'hésitais quelques instants, et me retournai vers le Prince avec un regard interrogateur. Et j'aurais juré que tout oiseau qu'il était, il souriait d'un air narquois.

-J'ai oublié de mentionner que tu devras le faire en évitant mes frères et soeurs.

Mesquin, l'oiseau. Je fronçai les sourcils d'un air boudeur cette fois-ci, et bougonnai dans ma barbe à quel point il pouvait être fourbe. Mais j'avais spécialement de quoi faire contre ces derniers. Si je devais juste traverser jusque là bas, ça allait être un jeu d'enfant. Je pris alors ma forme élémentaire et me dirigeai sans tarder vers le parchemin du pacte. Ils m'attaquèrent sans arrêt, fonçant sur moi avec les serres et leur bec, mais ils me passèrent à travers. Je dus me reformer à plusieurs reprises, mais cela n'avais aucune importance. Lorsque je posai le pied sur le monticule, tous les autours s'envolèrent à nouveau pour rejoindre les cieux, me laissant tranquille. C'était certainement le test finale. Et je l'avais passé sans trop de soucis cette fois.



-Tu es vraiment un humain particulier, entendis-je Garuda dire dans mon dos. Le Pacte est tout à toi, Tenzin. Marques-y ton nom avec ton sang, et tu nous lieras.

Je souris sans pour autant lui répondre cette fois. Reprenant forme humaine, j'entaillai mon doigt avec mes dents, faisant perler le sang. Mais alors que je m'apprêtais à signer le pacte, un Autour de taille moyenne fendit les nuages et vint à nous en poussant un cri terrible. Je ne comprenais pas la langue des Autours, mais il ne fallait pas être devint pour y comprendre l'urgence. Toutefois, Garuda traduit.

-Les humains grimpent la montagne ! Ils sont armés, et sont décidés à venir pour moi.

Je serrai les dents, oubliant le pacte, je fonçai vers Garuda. J'avais enfin été accepté, et j'avais promis à l'Autour de protéger son territoire à ses côtés. Et c'est exactement ce que je comptais faire. Je me dirigeai vers lui à toute vitesse, et d'un naturel, je sautai sur son dos. Dans le même mouvement naturel, il me le présenta pour que je m'agrippe à ses plumes, puis étendit les ailes. Comme si nous étions déjà partenaires... Un sourire étira mes lèvres.

-Allons-y, Garuda !

-Très bien, Tenzin.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Ven 15 Mar 2019 - 10:59
Sur le dos de Garuda, nous fendîmes les nuages et nous dépêchèrent sur les lieux ou se trouvaient les hommes mécontents. Je ne savais pas exactement pourquoi ils étaient tous venus à cet instant précis, ni pourquoi ils étaient si mécontents. Mais s'ils venaient pour le Prince ou pour trouver le Mont des Autours, je ne pouvais les laisser faire, au même titre que mon compagnon à plumes. Je n'avais peut-être pas encore signé officiellement le pacte qui me lierait à Garuda, mais je lui avais fait une promesse. Et celle-ci était que je l'aiderais à protéger le Mont des humains et de leur curiosité qui n'était pas toujours bien placée. Et bientôt, grâce à la vitesse sensationnelle de mon nouvel ami, nous arrivâmes sur la corniche où nous étions plus tôt. Et il y avait en effet une masse d'humains qui étaient regroupés par là-bas, visiblement très remontés. Garuda fit un état des lieux en planant autour de la corniche tel le rapace qu'il était, et les hommes ne tardèrent pas à le repérer. Je doutais qu'ils m'avaient vu, tant je paraissais petit sur le dos du Prince. Ils étaient une quinzaine, armés de fourches et d'autres armes qui pouvaient autant servir de jet qu'à la main.

L'Autour finit donc par planer vers la corniche dans l'intention de se poser face aux humains, mais j'entendais d'ores et déjà leurs cris véhéments et leur désir de sang. L'un d'entre eux tenait ma faux dans sa main, que j'avais lâchée au moment de la course poursuite avec Garuda dans les airs. Et ils scandaient des mots peu flatteurs à l'encontre de ce dernier. Et parmi ceux-ci, "assassin" et autres stupidités du genre. Je fronçai les sourcils. Jusqu'à présent, l'Autour n'avait jamais blessé personne, alors je me demandai ce qui leur faisait dire ça. Puis la vision de l'homme avec ma faux réapparut dans mon champ de vision, et je semblai comprendre. Ils avaient dû être au courant que l'un des shinobis d'Iwa était venu pour régler le problème. Sauf qu'il n'était pas redescendu. Ils avaient certainement dû sauter aux conclusions, car je ne m'étais pas absenté si longtemps. Si ? J'avais l'impression que mon petit somme n'avait duré que quelques heures tout au plus, pas assez pour crier aux loups selon moi. Mais, était-ce seulement une impression ? Je m'adressai donc à Garuda avant qu'ils n'atterrissent.

-J'ai dormi combien de temps, Garuda ?

-Près de vingt heures, petit fils du Ciel. Pourquoi ?

Vingt heures ?! Mais à quel moment ! Je restai un instant estomaqué. Je n'avais pas eu la moindre idée d'avoir autant dormi. J'avais certainement dépassé mes limites pendant cette séance de vol et avec toutes les techniques que j'avais effectué plus tôt. Eh zut ! Et en remontant ici, ils avaient trouvé ma faux, seule et abandonnée. Pas étonnant qu'ils aient cru que je sois mort ! Et que j'avais été tué par Garuda ici présent. D'où la véhémence à son égard. Après avoir compris tout cela, j'étais pris d'un côté d'un élan de tendresse envers ces gens qui réclamaient vengeance pour ma vie, et un brin d'agacement à leur encontre d'avoir cru qu'Iwa enverrait quelqu'un d'incapable pour cette mission. D'un autre côté, je ne pouvais pas trop me la ramener après avoir dormi lamentablement pendant près de vingt heures. Il aurait en effet eut tout le loisir de me tuer à ce moment là. Mais est-ce qu'un combat entre nous deux aurait été différent ? Peut-être. J'eus un faible sourire. En attendant, le Prince attendait mes explications, et avec un soupir je luis répondis.

-Ils ont cru que j'étais mort. Que tu m'avais tué hier. Ils ont retrouvé ma faux et ont sauté aux conclusions.

-Ça a faillit arriver, dit-il d'un ton un peu moqueur que je lui entendais pour la première fois.

-Je ferai comme si je n'ai rien entendu, dis-je en levant un peu la tête d'un air fier. Pose-toi près d'eux, je m'en occupe.

-Tu es sûr, Tenzin ?

-Oui, fis-je avec un sourire alors qu'il m'appelait à nouveau par mon prénom.

Lorsqu'il se posa, les citoyens de Tsuchi no Kuni ne me virent pas tout d'abord sur l'arrière de sa tête. Ils lancèrent fourches, lances et bien d'autres projectiles sur l'oiseau dans le but visible de le blesser, si ce n'était de le tuer. Mais rapidement, je sortis de derrière sa tête en sautant au devant des projectiles, et d'un mouvement de bras, je balayai tous les projectiles qui arrivaient vers nous d'une grande et forte bourrasque.

-Fūton, Zéphyr !



Quand ils se rendirent compte qu'ils avaient failli attaquer un shinobi d'Iwa et un qu'ils croyaient morts, la confusion la plus profonde se répandit dans le groupe d'humains qui perdit toute véhémence. J'atterris juste à quelques pas de Garuda, me tenant juste devant lui, alors que sa silhouette de presque cinq mètres de haut s'étendait derrière moi. Un sourire amusé étirait mes lèvres, tandis que je devinais l'air noble et impassible du Prince que je ne pouvais voir. Tandis que ceux face à nous nous regardaient d'un air mortifié. Comme s'ils avaient vu un mort-vivant sauter du dos d'un oiseau géant. Si drôle ces humains. Mais la peur, la méfiance et la confusion ne faisaient souvent pas bon ménage, et certains nerveux semblaient presque prêts à ré-attaquer. Je levai les mains en signe d'apaisement.

-Je m'appelle Konran Tenzin, chūnin du village d'Iwa. Celui qui a été envoyé en mission ici.

Je laissai cette annonce faire son effet, et la vague de peur et de confusion se dissipa pour laisser place à un vent de soulagement. Les discussions reprirent bon train, et celui qui détenait ma faux se présenta timidement devant moi avec un petit air gêné. Il me présenta ma faux d'une manière presque trop théâtrale, mais je ne m'en accommodai pas et le remerciant en récupérant mon arme et en la replaçant dans mon dos. Je ne savais plus trop quoi dire à l'instant présent, mais le villageois resta devant moi, l'air de vouloir parler. Avais-je l'air d'un tyran pour qu'ils aient peur de s'adresser à moi ? J'attendis donc patiemment avec un regard encourageant et un sourire avenant, le temps qu'il reprenne un peu de consistance et qu'il finisse par ouvrir sa bouche.

-Nous vous croyions mort, alors...on s'est peut-être un peu emporté. Cet oiseau de malheur...

-Garuda, dis-je avec un ton ferme et une petite pose pour qu'il comprenne que c'était son prénom, n'est pas un oiseau de malheur. C'est un compagnon. Et je suis bien vivant, fis-je avec un sourire rassurant.

Il semblait petit à petit comprendre, et il acquiesça rapidement avec les yeux écarquillés une fois que l'information eut remonté le bon chemin. Mais il arbora un air embêté. Il semblait vite comprendre.

-Cela voudra-t-il dire que nous ne pourrons plus escalader cette montagne sans être attaqué ?

-Cela veut die que vous ne pourrez pas monter plus haut que cette corniche dorénavant. Tout ceux qui s'aventureront plus haut subiront le courroux des cieux. Et le mien par la même occasion.

Ils semblèrent au début ne pas très bien comprendre cette décision, mais à force de paroles et d'explications, ils convinrent qu'il y avait bien d'autres montagnes et que cette corniche était bien suffisante pour celle-ci. Ils nous aidâmes même à construire quelques panneaux d'avertissements pour les plus téméraires d'entre eux. En quelques heures le boulot fut fini, et ils repartirent chacun dans leur coin. De mon côté, j'avais encore un pacte à signer...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Empty
Sam 16 Mar 2019 - 12:07
Une fois tous les préparatifs faits, et que la corniche recelait d'avertissement de ne pas monter plus haut, je remontai sur le dos de Garuda et ensemble nous filèrent vers les nuages et le Mont des Autours. Nous traversâmes les brumes blanches pour enfin nous retrouver dans cet espace un peu spécial où le ciel n'était plus bleu mais dans un mélange de couleurs chaudes et froides assez étrange. Etrange, mais apaisant. Garuda se reposa sur le sol, et je descendis de son dos. J'étais à nouveau exactement à l'endroit où je m'étais retrouvé lorsque je m'étais réveillé, et le chemin jusqu'au pacte s'étendait devant moi. Les autres autours, plus petit que le Prince, planait en cercle au-dessus du monticule où trônait le pacte, comme une présence protectrice. J'avais déjà passé cette épreuve, mais j'étais ensuite reparti pour aller parler aux humaines. Il allait certainement falloir que je repasse par la même épreuve. Je soupirai face à ce constat, mais la voix grave et douce de mon nouveau partenaire retentit.

-Avance, mon cher ami, le pacte est à toi.


Même si cette fois-ci, il n'arborait pas le sourire un brin sadique que je lui avais observé, je le regardai avec méfiance. Après tout, la première fois que j'avais traversé ce chemin, il avait sciemment oublié de me dire que ses amis allaient m'attaquer. Mais cette fois-ci semblait être légèrement différente. Il avait dû remarquer mon regard méfiant et avait deviné ce que je pensais car son rire doux retentit et se répercuta sur les montagnes comme un vent qui souffle.

-N'aie crainten Tenzin. Tu m'as aidé à protéger notre territoire. Tu n'as plus besoin de montrer ta valeur, tu es l'un des nôtres maintenant.

J'écarquillai les yeux, puis je souris à l'attention du Prince et m'inclinai en signe de remerciement et de reconnaissance. Bien que ce que je venais de faire me semblait tout à fait normal, cela avait permis de créer un lien de confiance entre Garuda et moi, voir d'amitié. Et peut-être même avec tous les autours sur ce mont. Je m'avançai donc vers le pacte, et pour une raison que j'ignorais, mes pas se faisaient lents et mesurés. Mon coeur battait de plus en plus vite alors que j'étais en train d'écrire une nouvelle page de ma vie de shinobi et d'homme. Le Prince des Autours m'avait reconnu, moi fils du vent, pour être son partenaire. Après quelques secondes à marcher, je me retrouvai à nouveau devant ce pacte qui était vierge de nom jusqu'à présent. Et d'une petite coupure sur mon doigt à l'aide de ma faux, j'écrivis mon nom et mon prénom sur le parchemin. Une fois fait, tous les autours qui étaient présents descendirent en piqué et vinrent se poser encercle autour de moi. Garuda, le Prince, s'avança vers moi, poussa un long cri, puis ouvrit ses ailes et les battit deux fois, créant une grande bourrasque qui me décoiffa. L'instant d'après, tous les autours présents firent exactement la même chose avant qu'il ne reprenne la parole.

-Tu es le premier humain à conclure un pacte avec nous. En échange de ton sang et de ton chakra, lorsque tu auras besoin de nous, tu pourras faire appel à l'un d'entre nous, moi y compris pour te venir en aide. Nous sommes nombreux, il te faudra apprendre nos noms et nos capacités à chacun, mais tu as fait le premier pas Tenzin.

Je joignis mon poing à ma paume, et m'inclinai en signe de respect.

-Merci de votre support et de la confiance que vous m'accordez. J'en suis honoré et je ne trahirai pas cette confiance. Je protégerai avec vous votre patrimoine et votre maison. Puis avec un sourire. Il vous faudra aussi apprendre à me connaître et connaître mes capacités. Je suis sur qu'on pourra s'entraîner tous ensemble.

Ils acquiescèrent tous d'un seul mouvement, puis la grande majorité étendirent à nouveau leurs ailes et s'envolèrent pour s'éparpiller sur le Mont. Garuda s'avança alors vers moi à nouveau.

-Acceptes-tu, en tant que notre partenaire et protecteur du Mont, de porter avec toi le symbole de notre Monde ? dit-il en désignant le symbole avec les trois spirales que j'avais vu plutôt gravé sur les montagnes.

-Bien évidemment, dis-je avec un sourire fier. Je le tatouerais même sur mon dos si c'est nécessaire.

Et je ne fis pas si bien dire, car les minutes d'après, j'arborais un nouveau tatouage sur mon dos, en forme de trois spirales.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Les cieux nous appartiennent, à condition de ne pas y perdre nos plumes [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: