Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Igniting a will of fire


Igniting a will of fire Empty
Dim 3 Mar 2019 - 1:30
Le Kunaï verdâtre fila dans l’air comme une spirale, une pointe qui creusait l’espace comme un mortier. La lame s’enfonça sans difficulté à travers le vêtement de cuir de son adversaire. La surprise déforma les traits de son adversaire, mais il n’aurait pas vraiment le temps de vivre cette émotion, aussi vive soit-elle. La main de Taishi se refermait sur le couteau dans un éclat de lumière verdâtre, l’arrachait avant de ramener son bras pour frappa l’homme à la figure avec le pommeau. L’électricité cliqueta dans l’outil métallique pendant un court instant, mais Taishi fronça les sourcils.

Pas le temps d’y réfléchir. Le brigand s’échoua sur le sol et Taishi soupira alors que les badauds du minuscule village au cœur de la forêt d’Hi no Kuni s’attroupaient autour du cadavre, et des quatre autres pas très loin. Le maire, ce petit homme hirsute aux mains usées par le travail d’une vie, était rayonnant.

« Taishi-san… Vous nous avez encore sauvés ! Que les dieux vous bénissent »

Le shinobi au manteau vert et usé sourit faiblement et serra la main qu’on lui tendait. Puis les grand-mères insistèrent pour une tournée de calins-remerciement, et l’Hayai perdit rapidement le compte et la chronologie. Ce n’était qu’une autre journée après tout. Un autre village. Les yeux dorés de Taishi flottèrent sur les cadavres, au travers des éclats de voix, des rires et de la lourde ambiance.

Il lui sembla un instant que son regard, et celui du cadavre, se croisaient.

***

« …Taishi-san ? »

L’interpelé frémit, tiré de sa rêverie. Le maire lui tendait un calumet en bois, fraîchement allumé, sa lumière blafarde une petite étoile au travers du ciel de la nuit tombée. Le masque du nukenin était posé sur l’autre extrémité du tronc d’arbre sur lesquels ils étaient assis. L’anonymat faisait son temps, surtout entre amis. Taishi prit le calumet en le remerciant d’un signe de tête, tirant une épaisse bouffée de fumée de l’appareil, laissant les volutes s’échapper par les narines, lentement…

« Mes excuses, Otang-sama »

Le maire balaya de la main pour signifier la futilité de la situation, reprenant le calumet pour lui aussi en tirer une inspiration. Il désigna le village et ses éclats de lumières, à proximité.

« La première fois que vous êtes venus dans ce village, vous aviez été accueilli à coup de bâton et de fourche. Tout ce que nous connaissions des gens comme vous, c’était l’avidité. Et lorsque vous nous avez débarrassés des brigands locaux qui nous extorquaient jusqu’à la famine, nous n’avions même pas les moyens de payer vos services. »

« Ce n’était pas nécessaire. Ce n’est pas pour ça que-»


Le maire leva une main calleuse.

« La deuxième fois, nous vous avons offerts de rester ici, de vous accueillir comme un membre de notre communauté. Mais nous avons vite compris que nous n’étions pas les seuls sous votre protection. Les rumeurs de l’Éclair Vert parcourent le pays tout entier. Si je n’avais pas vu ce dont vous étiez capable, j’aurai juré qu’il existait plus d’entre-vous. »

« … »


Jadis, peut-être. Mais il ne restait que Taishi. L’homme lui tendit le calumet et Taishi fuma, regardant les étoiles percer à travers les volutes de fumée.

« Et nous y voilà à nouveau. Cette fois, n’est pas le problème que nous n’avons rien à offrir, que de demander ce que vous pourriez bien finir par accepter comme remerciement. »

« Rien n’est nécessaire… Je n’ai besoin de rien. »
« Je n’en suis pas si certain. »

Le nukenin ramena les yeux sur le maire.
« Un homme comme vous, Taishi-san… Un homme comme vous n’est pas destiné à rester trop longtemps au même endroit. À rester cerné dans l’immobilité… »
« Otang-sama… »

Le maire secoua la tête, ramonant les braises du calumet pendant un court moment, un geste assumé, pratiqué des centaines de fois.

« Vous avez versé votre sang pour le pays du feu, maintes et maintes fois. À quand le moment où le pays du Feu repaiera cette dette ? »

Taishi resta silencieux. Il releva sa main.

…Quelle était cette étrange sensation ?


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Igniting a will of fire 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Igniting a will of fire Empty
Sam 30 Mar 2019 - 3:28
Quelques temps plus tard.

Kurai Aimi tâta son avant-bras, un air soucieux sur son joli visage. Elle finit par secouer la tête, comme si elle ne trouvait pas ce qu’elle cherchait.

« Depuis quand, la sensation dans tes bras ? »

L’Hayai ouvrit la bouche pour parler, mais la referma comme s’il ne trouvait pas comment articuler sa réponse. Au milieu de la clinique bénévole d’Aimi, installée en plein cœur du pays du Feu en ce moment, il avait l’impression de prendre la place de quelqu’un qui avait bien plus besoin d’aide que lui. Mais Taishi avait besoin de réponses.

« Je ne sais pas. Quelques temps. Ça empire quand j’utilise des jutsus, surtout le ninjutsu. »

Aimi hocha de la tête, tâtant sa peau avec attention, centimètre par centimètre. Il pouvait sentir le chakra sensoriel de la shinobi médecine sonder chaque parcelle, mais l’expression de son visage ne révélait pas grand-chose, et surtout pas de la joie. Il resta silencieux, ne sachant quoi dire de plus. Heureusement, la Kunoichi était assez à l’aise avec le silence, pour des raisons et d’autres. Au bout d’un moment, elle finit par le relâcher enfin en soupirant.

« Ton chakra est instable. Pourquoi ou comment, je n’en sais rien. Tu ne sembles pas malade physiquement d’après tes tests. »

« Je vois. »


Elle se détourna, mais c’était pour mieux s’asseoir sur son comptoir, attrapant un carnet.

« Ce n’est pas la seule chose bizarre que tes tests ont rapportés, non plus. Tu m’as dit que tu étais le seul membre de ton clan à maîtriser le Jikukan, non ? »

« C’est que mon père, et les anciens, m’ont toujours dit. »

« Et tu ne t’es jamais posé davantage de questions ? »


Taishi soupira en attrapant son gilet pour couvrir sa peau nue, essayant d’ignorer la sensation désagréable dans ses avant-bras.

« Si. Mais je n’avais pas de raison de croire autre chose. Mon clan a toujours été obsédé par la vitesse, le mouvement. Un tas de mes ancêtres ont essayés une multitude de trucs pour essayer d’être toujours plus véloce. Drogues, rituels, croyances absurdes, tout y a passé. Rien a jamais marché. Mon père m’a toujours dit que le clan Hayai avait l’énergie, mais pas l’étincelle. »

Aimi croisa les bras sur sa large poitrine.

« Dans ce cas, comment as-tu découvert ta capacité ? »

« Je faisais la course avec les autres gamins du clan. Un de mes cousins gagnait toujours et ça m’enrageait. J’avais jeûné deux jours de suite juste pour être plus léger avant la course. On était dans la dernière ligne droite et il gagnait toujours. On est un clan nomade, alors le fil d’arrivée, c’était simplement de toucher le grand emblème familial gravé dans un coffre de voyage massif qui suivait notre clan partout où il allait. Je me souviens avoir étendu le bras alors que le coffre était là, à une quinzaine de mètre, si près et pourtant impossible à atteindre. Pas avant mon cousin qui allait encore gagner. La douleur dans mon ventre, le plomb dans mes jambes, j’avais tout oublié. Je savais que j’allais perdre mais je refusais le destin, je refusais la réalité. J’ai cligné des yeux et ma main a touché l’emblème. J’avais gagné, mais ça ne semblait plus intéresser personne désormais. Et moi non plus, car j’avais contemplé, l’espace d’un instant, un déluge verdâtre. »


La femme eut un petit rictus amusé.

« L’emblème était un sceau. »

« Oui, mais je l’ignorais à cette époque. Le clan Hayai a toujours eu un certain penchant pour la calligraphie. Nous étions des messagers pour les marchands civils, alors nous écrivions nous-mêmes les messages pour eux, les accords de commerce et les traités, ce genre de truc. À force de fouiller les écrits de mon clan avec mon paternel, nous avons trouvés la relation entre ce qui était arrivé, et ce que nous pouvions uniquement décrire comme un… Symbole d’énergie. Et j’étais l’étincelle. »

« Et ensuite ? »

L’Hayai haussa les épaules en attrapant son manteau verdâtre usé par le temps.

« Mon père insistait beaucoup mais nous avons fini par buter dans une impasse, je n’arrivais pas à répliquer ce qui était arrivé à la course. Pire, même en réécrivant l’emblème un millier de fois, on était incapables de savoir si c’était moi ou le sceau, le problème. Notre clan était civil, nous n’avions aucun shinobi pour nous montrer comment faire un fuinjutsu, ou utiliser mon chakra. Du moins… »


La Kurai croisa ses longues jambes en s’appuyant la tête contre l’armoire au-dessus du comptoir.

« Jusqu’à ce que Hyûga Sanadare entre dans le portrait. »

Le nom le fit frémir mais il finit par hausser la tête en refermant les derniers boutons de son manteau.

« Sanadare fut la croisée de bien des chemins. »


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Igniting a will of fire 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Igniting a will of fire Empty
Dim 31 Mar 2019 - 5:43
Aimi lui tendit une tasse de thé bouillante et il accepta avec un court sourire, reconnaissant, même si on esprit était ailleurs.

« Je ne suis pas certain pourquoi j’ai demandé à Sanadare de me montrer comment utiliser le chakra. Ni pourquoi elle a acceptée, d’ailleurs. Mais une fois les rudiments compris, manier ma capacité est devenu presque… Instinctif. Comme si j’avais appris à nager dans l’océan d’émeraude. En autant que j’avais des bouées, du moins, haha. »

Elle roula des yeux, mais son intérêt semblait piqué.

« Comme l’homme au chapeau. »

« Lui… »


Taishi finit par secouer la tête en reposant sa tasse, les mains allant derrière sa tête en penchant la chaise sur laquelle il prenait place vers l’arrière.

« Il a un pouvoir similaire, mais différent. Il n’a pas besoin de savoir où il va, et il n’a pas besoin de refermer la porte derrière lui. Mais il est lent, du moins dans son usage du déplacement instantané. Pourquoi l’intérêt soudain ? »

La femme soupira, ramassant son calepin sur le comptoir.

« À première vue, l’affirmation selon laquelle ton pouvoir serait unique et non partagé dans ton clan est vraie. Chez les membres de clan ninjas, j’ai observé des portraits génétiques similaires en un ou différents points. Chaque clan est différent, mais ces similarités sont ce qui permet l’usage du chakra, mais également d’une manière similaire. C’est pourquoi la plupart des membres d’un clan shinobi ont une prédisposition vers les capacités des membres de sa parenté. Mais ce n’est pas ton cas. Du moins, pas exactement. »

Intrigué mais également interrogateur, Taishi fronça les sourcils en ramenant sa chaise sur ses quatre pattes.

« Tu peux élaborer ? »

« Hmm. J’ai déjà traité des membres de ton clan dans le passé, alors j’ai pu comparer tes données aux leurs. Tu partages certains éléments avec eux, mais ils ont davantage de similarités entre eux, qu’avec toi. Pas juste ça, mais certains éléments de ton portrait génétique sont carrément absents des leurs. »


Taishi secoua la tête.

« Je suis pas médecin, moi, Aimi. Tu peux traduire ce que je suis censé comprendre ? »
« Mon hypothèse est que tu as une anomalie génétique. Comme ton père l’a dit, ton clan porte une partie de l’équation qui te permet d’utiliser ton chakra pour te déplacer à travers l’espace-temps. Mais cette partie est insuffisante en elle-même. Et le reste de l’équation, personne que j’ai traité ne l’a. »

Taishi soupira en haussant les épaules.

« Super, mais c’est déjà ce qu’on pensait, non ? Ça ne m’avance pas vraiment. »
« Imbécile, tu as pourtant la réponse devant les yeux. Tu as dit toi-même que ton don était devenu fonctionnel une fois que tu avais appris à maitriser ton chakra, une aptitude qui n’est pas donnée à tout le monde et, semble t-il, à personne de ton clan. »

L’Hayai sembla réfléchir un moment, puis releva les yeux vers la docteure.

« Du plus loin que j’ai pu fouiller les registres de mon clan dans les deux derniers siècles, aucun d’entre nous n’a jamais été shinobi. »
« Le portrait génétique d’une personne est toujours au moins partiellement le résultat de ses prédécesseurs, et chez les membres d’un clan, le bassin génétique a tendance à stagner, c’est pour ça que les membres d’une même famille se ressemblent souvent au moins un peu. »


Taishi prit prudemment une autre gorgée de thé, cherchant du temps pour réfléchir. Il n’avait jamais été une personne très intellectuelle à la base.

« Je vois pas en quoi c’est si spécial. Très possible que certains de mes ancêtres aient eu un talent pour le chakra sans jamais le développer. J’ai rencontré un tas de shinobis sans famille ou clan. »

« Tes affinités et tes particularités changent et s’accentuent ou diminuent avec l’âge, l’expérience, la condition, ce genre de chose. Ton pouvoir t’es unique parce qu’une anomalie a surgi lors de la création de ton portrait génétique. Une telle anomalie ne peut être le résultat d’une trace de potentiel pour le chakra. Il est inévitable que ton clan s’est propagé avec des individus ayant eu du potentiel pour le chakra. Peut-être même des shinobis. Mais il ne peut y avoir qu’une explication possible au fait que tu sois le seul à avoir cette particularité. Le maillon le plus récent. »


L’Hayai secoua la tête, las des énigmes.

« Le plus récent ? »

« … Que sais-tu de ta mère ? »


Sa mère ? L’Hayai fut un peu pris au dépourvu. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas pensé à elle. Pas comme si il y avait grand-chose à se rappeler.

« Morte à ma naissance. Rencontrée pendant l’un des voyages de mon père à travers ses travaux pour le clan. »

« … Et Kunoichi. »


Il y eut un silence glacial dans la pièce.

« Loin de là. C’était juste une paysanne ordinaire , la fille d’un fermier d’un village de Hi. »

« Peut-être que c’est ce qu’elle a dit à ton père. Ou ce que t’as dit ton clan. Mais tes résultats ne mentent pas. Un potentiel chakratique puissant a réagi au portrait génétique de ta famille pour créer une anomalie. »

« Si ma mère avait été en mesure d’utiliser le Jikukan, mon père n’aurait pas perdu son temps à chercher comment l’activer si longtemps. Tout le clan le saurait. C’est impossible. »

Aimi secoua la tête en tapotant son carnet.

« Je ne pense pas qu’elle maitrisait ton pouvoir. Je pense qu’elle maitrisait le pouvoir nécessaire pour réagir avec l’héritage génétique de ton clan. L’Étincelle nécessaire. »

Taishi ne souriait plus. Il en apprenait peut-être davantage qu’il l’aurait voulu. Pourquoi son père aurait-il caché le passé de sa mère ? Pourquoi le clan lui aurait-il menti ? Il semblait peu probable qu’ils n’aient pas sus les origines de sa maternelle. Presque impossible. Les révélations d’Aimi remettaient en cause une grande partie des choses qu’il avait tenu pour acquis pendant toute sa vie.

« En supposant que tu dis vrai, elle a peut-être simplement dissimulée ses affinités pour le chakra. Ce n’est pas difficile de berner des civils. »

« Une question à poser à ton père. »


L’Hayai soupira. Pourquoi les femmes ont-elles toujours raison ?

« Et le rapport avec l’homme au chapeau ? »

« Je voudrais surtout pas que tu découvres qu’il est ton grand-père. »

Autant prendre une corde et me pendre toute suite.

« Je rigole. Mais il y a toujours une chance qu’il ait un lien de sang avec ton clan, même si je ne peux rien confirmer sans échantillon de sang. »

Elle allait l’attendre longtemps, son échantillon…

_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Igniting a will of fire 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Igniting a will of fire Empty
Lun 1 Avr 2019 - 5:18
Le verre de vin éclata sur le sol, alors que l’ancien leva des mains pacificatrices.

« Où. Est. Mon. PÈRE ? »

« Taishi, voyons ! »


L’Hayai dévisagea l’assemblée des anciens de son clan, rassemblés en demi-lune devant lui. Ils jouaient encore aux idiots mais ça n’allait pas durer longtemps. Le nukenin sortit un kunai à l’aspect usé de son manteau.

« Pourquoi aurait-il laissé mon seul moyen de le retrouver ici ? Avec vous autres ? OÙ EST-IL ? »
« … Il n’est pas ici. Nous ne l’avons pas vu depuis plusieurs semaines. »

L’Éclair tenta de calmer sa colère, mais il avait cette impression écrasante d’être le seul gardé dans l’ignorance actuellement. Son regard doré glissa sur les visages des hommes âgés. Comme il avait adulé ces oncles, ces cousins dans le passé. Maintenant, ils ne semblaient plus aussi impressionnants. Ou crédibles.

« Vous saviez. À propos de ma mère. »

« Nous-»

« Choisissez vos mots avec prudence, Ako-senpai. »

Un silence à trancher au couteau régna quelques instants. Les regards se croisèrent. Une telle arrogance envers un ancien était extrêmement rare. Mais ils savaient qu’ils n’agissaient pas avec honneur, et c’était peut-être ce qui les empêchait d’en être réellement outrés. Fon, son ancien mentor, leva une main brièvement pour réclamer le silence et le droit de parole, comme c’était la tradition. Fon n’avait jusqu’ici pas dit un mot, dans une profonde réflexion même devant la colère de l’Éclair Vert.

« Kana a mis derrière elle sa vie de Kunoichi lorsqu’elle a décidée de venir vivre au sein de notre clan avec son nouvel époux, Hayai Tai. Elle voulait quitter le cycle de la violence qui régit la vie du shinobi. Lorsqu’elle nous a demandé de taire son ancien métier et ses origines, et de nous rejoindre en tant que simple personne, nous avons accepté. Es-ce différent de la décision que tu aurais prise à notre place, Taishi ? »

Le jeune homme resta muet, en baissant les yeux.

« Tout ce temps, vous m’avez tous menti. Vous m’avez fait croire que ma capacité était un don, la destinée des Hayai à transcendre la vitesse. Mais tout ce que j’étais, c’était le fils de mes parents. »

« Ta capacité EST un don. Et nous avons suivi ta progression avec l’œil le plus attentif. Partout au pays de Hi, le nom de l’Éclair Vert est bien connu, et célébré. Iwa n’a même pas cherché à nous retrouver pour pouvoir te traquer, c’est le respect qu’un village entier a envers toi. Nous sommes fiers de tout ce que tu as accompli. »

Taishi balaya de la main, nullement impressionné. S’ils savaient tous le sang qu’il avait dû verser, en majorité celui d’autres personnes… Ils n’avaient aucune idée.

« Je n’ai pas fait ce que j’ai fait pour la célébrité. Et à la base, pas non plus protéger autrui. Je l’ai fait par devoir pour mon clan, parce que l’honneur de mon clan était en jeu, dès le moment où j’ai mis le pied à Iwa… Et d’ailleurs… »

Il secoua la tête.

« Nous sommes un clan nomade. Vous auriez pu m’envoyer n’importe où, n’importe quel pays mineur. Kumo. Même Kiri. Mais au lieu de ça, vous m’avez envoyés à Iwa. Pourquoi ? »

« Ce n’était pas notre décision mais celle de Tai. Mais la réponse est pourtant simple. Ton père n’a jamais été d’accord avec le souhait de ta mère. Et à la mort de Kana, il fut encore davantage déchiré. Notre clan fait partie de nous, il est notre héritage, notre histoire. Pour ton père, renier ce lien était impensable. Nous ne pouvions pas briser notre promesse envers ta mère, mais lorsque tes talents pour le chakra se sont révélés, il a cru qu’à défaut de pouvoir te dire la vérité, il pouvait te rapprocher de tes origines. »

L’Hayai expira, essayant d’absorber toute cette information qu’il avait pourtant déduite sans vraiment y croire avant de l’entendre de la propre voix de son clan. Des petits doigts s’insérèrent dans sa main et il regarda sur le côté. C’était l’une des plus cadettes du clan… Nozomi ? Elle lui souriait et il ne put faire autrement que de lui sourire aussi. Il s’en voulait d’avoir fait une scène, maintenant. Et d’avoir du mal à se souvenir de son prénom. Taishi soupira en reprenant sa place sur le sol, soulevant la fillette dans ses bras en la chatouillant un peu, la faisant rire un peu.

« Dites-moi au moins que je suis pas un fichu demi-Hyûga. »

C’était une question légitime. C’était pas le moment d’apprendre qu’il avait fréquenté sa propre cousine pendant des années. Son nom n’était pas Naruhito.

Fon eut une grimace.

« Je pense qu’aucun serment n’aurait été suffisant pour éviter un malentendu entre toi et Sanadare. Alors non, tu n’es pas un Hyuga. »

Il soupira de soulagement. C’était déjà ça.

« Alors qui ? »

Fon resta silencieux un certain temps, puis finit par hausser les épaules.

« Kana n’a jamais rien dit. Mais ton père savait. Et lorsqu’il nous a demandé de t’encourager à aller approfondir tes capacités au service d’Iwa, nous avons déduis, comme tu le fais aujourd’hui, que c’est une famille ou un clan ayant élu domicile à Iwa. »

Taishi soupira. Pas étonnant que son paternel ait décidé de déguerpir avant qu’il ne découvre la vérité. C’était tout à fait son genre. Bordel, pourquoi faire simple, hein ? Voilà qui confirmait d’ailleurs ses intentions futures. L’Hayai se releva en déposant la petite fille qui s’enfuit en riant, croyant que c’était un jeu. Elle avait peut-être pas totalement tord… Les yeux dorés de l’Éclair Vert se posèrent sur l’assemblée.

« Je dois suivre mon destin, et de ce fait, libérer le fardeau qui pèse sur ce clan depuis mon exil d’Iwa. Voilà trop longtemps que vous vivez par les impacts de mes actes. »

Il savait où aller. Il connaissait ce chemin par cœur.

_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Igniting a will of fire 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Igniting a will of fire

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: