Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI]


L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI] Empty
Mar 5 Mar 2019 - 20:51

剣術・L'ART DU SABRE


Plus tôt dans la matinée, j’avais posté une annonce à l’Académie Hashira pour signifier que je recherchais un partenaire d’entrainement pour améliorer mes capacités dans l’art du maniement du sabre. L’endroit où devait se dérouler ce duel d’épéiste allait avoir lieu sur les Hauts Plateaux de la cité militaire du pays de la Terre. J’avais également donné une heure, deux heures après que le soleil soit à son zenith dans la journée. J’attendais patiemment, car j’étais arrivée une bonne heure en avance. J’en profitais également pour m’étirer et faire un peu d’exercice afin que mon corps puisse bouger sans gêne musculaire ou autre.

Mon dernier combat remontait à celui que j’avais fait avec la jeune Toph. D’ailleurs les deux entailles qu’elle m’avait faites, avaient fini par cicatriser avec le temps, mais également avec des soins basés sur des plantes médicinales. Il était inconcevable pour moi de demander de l’aide à un ninja médecin pour qu'il me soigne et fasse disparaître ces traces qui montraient clairement mes erreurs ainsi que mes faiblesses. Les Yaoguaï étaient des individus fiers et qui n’avaient pas peur d’être couverts de marques, bien au contraire certains sauvageons adoptaient même le comportement inverse. Bref, ce combat avec l’adolescente n’avait pas été l’occasion pour moi d’user de mon katana, bien au contraire j’avais préféré me servir de ma limaille de fer. Cela avait été une grande erreur, j’aurai dû l’attaquer avec l’art du sabre plutôt qu’avec le Satetsu. Le village d’iwagakure no kuni recueillait en son sein de nombreux manieurs d’épées, il était donc normal que je profite de la chose.

Les minutes s’écoulaient inexorablement, me rapprochant de l’heure de rendez-vous si quelqu’un avait accepté ma proposition ou demande d’entrainement. Je n’avais aucune garanti si une personne allait venir, mais c’était cela qui était excitant, l’inconnue. D’une certaine manière, ce duel se rapprochait d’un combat contre un ennemi, car je ne savais rien de mon futur adversaire si adversaire il y allait avoir. Je commençais à échauffer mon bras avec mon sabre dans son fourreau, et avec grâce je me faisais un combat invisible face à un adversaire aussi inexistant que visible. Puis, j’entendais des pas venir dans ma direction, j’arrêtais donc ma danse pour prendre une position neutre. Je voyais un homme arriver vers moi. Mon adversaire, partenaire du jour ?

« Bonjour, je suis Yaoguaï Sae. Vous êtes ici pour l’annonce que j’ai postée à l’Académie ? » Demandais-je paisiblement même s’il y avait une pointe d’excitation dans le son de ma voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI] Empty
Mer 6 Mar 2019 - 0:43
Bienheureux étaient les ex-guerriers devenus invalides, anciens soldats au service d'incessantes guerres pour la justice, pour la juste cause. Justice, qui n'était en fait que la loi définie d'un état. État, qui plaçaient ses intérêts au centre de toutes ses décisions, pour sa rapprocher à chaque fois un peu plus de la suprématie, qu'elle soit économique, militaire ou politique. La société shinobi, qu'importait ses rites et coutumes, ses origines, n'étaient foncièrement qu'un immense gouffre béant, dans lequel chaque contribuable finirait par être englouti. Il payera le prix le plus cher : celui de sa propre vie. Et ce, en échange d'une stabilité précaire, d'un sentiment partagé d'appartenance à un même pays, la patrie, aveuglant sentiment qui renforçait l'unité d'un groupe sur la base de valeurs communes. Inégale proportion, où le bénéfice n'équivaudra jamais le dur labeur, le sacrifice d'une précieuse vie entière. Et, ceux ou celles qui en faisaient le cruel constat à un moment de leur vie, souffraient de désillusion.

Au dessus de tout. Au dessus des hommes, là-haut, en quasi-contact avec l'azur des cieux, le samouraï se tenait droit, silencieux. Sa présence ici signifiait qu'il avait répondu favorablement à l'appel lancé par cette jeune femme, celle qu'il toisait depuis un long moment du regard.

Tout à coup, le bas-visage du Bushi se fendit en un espiègle sourire. Il se mit sérieusement à s'étirer, procédant d'abord par les bras, à travers les épaules, les coudes, et ce, dans les règles de l'art. Puis, dans le même élan, il plaça chacune de ses mains derrière chacun de ses genoux, encadrant avec souplesse son visage entre eux, avant de relâcher le tout quelques secondes plus tard. Ces hauts-plateaux rocheux constituaient une plate-forme aussi spacieuse que régulière, parfaite pour ce que Enkeï semblait envisager. Ce dernier, sans défaire son sourire, entrecroisa les doigts et effectua des mouvements de cercle avec les poignets, les échauffant, tout en entamant une marche sûre au centre de la dite-plate-forme.

« Mon nom est Sōsaku-ō Enkeï,
Un samouraï issu du Clan Nagamasa,
Lança-t-il, tout en s'échauffant également la nuque-
Et, je serais, si tu le veux bien, ton partenaire d’entrainement,
Ton adversaire, dans un combat amical,

L'annonce ne précisait pas si nous devions nous affronter avec le tranchant de nos armes,
Ou, des bokkens,

Que décides-tu ? »

Avec déférence, le bushi déposa au sol son daïshô -katana/wakizashi-, et deux bokkens, puis se redressa sans précipitation pour réajuster sa ceinture noire autour de sa taille. Il retira également ses sandales, laissant ses pieds nus et fuselés s’imprégner du sol, de cette roche polie par le temps et le climat. L'échauffement se poursuivit mécaniquement, un rituel martial inscrit à jamais dans sa mémoire. Enfin, son regard, dont la lueur de défi y scintillait avec vigueur, se leva vers son adversaire. Elle avait une décision à prendre, puisse-t-elle ne pas la regretter.

_________________
L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI] Kogits12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI] Empty
Sam 9 Mar 2019 - 22:44
L’individu se présentait à moi. Il s’agissait d’un samouraï. Parfait, je n’en demandais pas plus, un vrai utilisateur de l’art du sabre. Cet affrontement serait idéal pour moi, il était tombé parfaitement à pique. L’homme qui répondait à cette identité, Sôsaku-ô Enkeï me proposait d’utiliser des bokkens ou bien nos véritables lames, n’ayant pas précisé dans l’annonce, le guerrier me laisser choisir.

Je le voyais déposer au sol toutes ses armes, celles faites en acier ainsi que celles en bois. Mon âme de Yaoguaï me disait de combattre avec Gamyûsa – mon katana – néanmoins, j’avais stipulé un entrainement et puis nous n’étions pas à Yaogakure, mais à Iwagakure. La cité militaire du pays de la Terre était régie par des règles qui faisaient que les hommes et les femmes devaient arborer une certaine conduite et ces pratiques commençaient à rentrer dans mes habitudes, faisant que je commençais à délaisser mon côté sauvage.

« Si tu n’y vois pas d’inconvénient, je serais ravie de m’entrainer avec toi avec l’un de tes bokkens. Je n’ai pas ce genre d’équipement d’entrainement dans mon inventaire, n’ayant jamais eu la chance de pouvoir combattre de façon amicale. » Disais-je en m’avançant vers le jeune homme.

Enkeï c’était mis à l’aise en enlevant ses sandales. Je souriais en le voyant pieds nus. Pourquoi pas ? Je l’imitais en faisant de même afin de moi aussi ressentir les vibrations du sol, mais surtout pour prendre connexion avec la nature rocheuse qui nous entourait. J’attrapais donc l’un des deux katanas en bois avec ma main d’épéiste. J’en profitais également pour poser à côté de mes souliers mon arme. L’arme non-létale entre mes mains, je commençais à reculer. Une fois que je jugeais être à une bonne distance du samouraï, je me mettais en garde.

« Je suis prête, Sôsaku-ô Enkeï ! Nous allons danser ensemble. » Un large sourire se dessinait sur mon visage.

L’excitation et l’ivresse du combat m’envahissaient. Je sentais battre mon cœur la chamade, j’avais hâte de croiser le fer ou plutôt le bois avec cet inconnu à la crinière si longue. J’étais également impatiente de voir comment un samouraï se battait au corps à corps. La démonstration que m’avait faite Toph était biaisée, car cette dernière m’avait principalement attaqué à distance avec ses arcanes samouraï, alors que je pensais qu’elle allait me combattre de façon à croiser le tranchant de ma propre lame.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du sabre — [SOSAKU-O ENKEI]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: