Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi)

Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mer 6 Mar 2019 - 18:54
Mission:
 


De nouveau sur les routes d’une mission, la deuxième pour être plus précis. Malgré le peu de temps écoulé entre les deux requêtes, beaucoup de choses avaient changé pour le guerrier à la chevelure d'ébène. Une nouvelle équipe, des confrontations réels et surtout une trame inédite au sujet d’un artefact mystérieux qui remuait tout le village d’Iwa pour ceux désirant le retrouver. Lui aussi venait de former un groupe en compagnie de Toph et Shin pour dénicher des pistes et mettre la main dessus de façon organiser. En ce sens, ces expéditions au compte du Manazuru constituaient une aubaine pour cet objectif.

Cette fois, les services spéciaux lui avaient associé un compagnon provisoire dont il ignorait tout à part son nom, prénom et grade. Celui-ci marchait à ses côtés en ce moment même, le groupe se situant déjà hors de porté de leur demeure, empiétant le territoire de la terre et ses vastes étendus. Ses ambitions et sa présence dans ce genre d’aventure demeuraient encore un mystère, cependant l’allure du shinobi inspirait déjà l’image d’un explorateur enquit d’une certaine curiosité pour les recoins cachés de ce monde. Une intuition qui laissait présager de bonnes choses.

« Bien, nous avons gagné pas mal de terrain déjà. Le départ et les préparatifs ne nous ont pas laissé l’occasion de nous concerter, mais on risque de passer un bout de temps à Valicca. On ne pourra pas retourner à Iwa à notre guise. »

Affublé d’un sac à dos de baroudeur, d’un short cargo mi long et de ses nombreux outillages, Abuto marqua un bref rappel du contexte afin d’initier tout doucement le plan d’action à mettre en place et d’éventuels présentation. Il marchait d’un pas assuré, les yeux rivés sur le paysage autours pour s’imprégner de la fraîcheur matinale.

« Il va falloir qu’on établisse un plan. Mais avant, j’aimerai en savoir plus sur toi Musashi. As-tu déjà réalisé des missions de ce genre ? C’est un peu spécial. Que penses-tu de cette affaire, là, comme ça ? »

Le colosse à la carrure imposante délaissa sa voix épaisse pour saisir de son sac à dos un genre de parchemin qu’il déroula entre ses mains, le regard jonglant entre son collègue et le grand rouleau. Il s’agissait d’une carte précise de leur destination réalisé par de précédentes équipes de repérage qui avaient dessinés les reliefs et les contours de ce nouveau territoire. Ce dernier représentait des enjeux majeurs pour le seigneur du pays et l’aspect économique lié à la notion. Impossible de laisser une simple guerre de territoire couler de potentiels gains.

« Hmm … Ce ne sera pas simple. Le village Valicca est important pour nous, surtout pour ses ressources commerçantes. On ne peut pas ignorer non plus ce peuple de guerrier. Même si ils s'avèrent farouches, avoir des personnes capables de protéger nos terres seraient aussi un soulagement pour les missions ninjas. On ne pourra ni ignorer les intérêts de l’un, ni de l’autre. »

La situation s’avérait complexe, mais les deux soldats disposait d’un temps non négligeable pour y réfléchir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Jeu 7 Mar 2019 - 22:00
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

Un petit moment s’était écoulé depuis notre départ d’Iwa pour le petit village de Valicca. Ce voyage se déroulait dans le cadre d’une mission, en compagnie d’un autre shinobi du nom de Mugirawa Abuto. Je ne disposais que de très peu d’informations le concernant, et à vrai cela ne me dérangeait pas spécialement puisque ce qui comptait à mes yeux c’était avant tout et surtout notre mission. Toutefois, si je pouvais dire une chose sur ce type c’est qu’il avait l’air d’avoir une certaine expérience en matière de voyages et de missions. Deux choses m’amenaient effectivement à penser cela : d’une, il s’agissait du calme et de la sérénité qui s’en dégageait de sa personne, et la seconde étant, bien sûr, mon manque d’expérience et l’importance de la mission qui nous avait été confié. En effet, pourquoi choisir deux personnes inexpérimentées pour une mission d’une aussi grande « envergure » ?
Vous en conviendrez donc que sa présence n’était guère dû au hasard et que la réussite de notre mission dépendait particulièrement de ses talents et de son expérience. Me concernant, je ne pouvais que tâcher de me rendre utile et surtout d'éviter d'être la cause d’un éventuel échec.

Bref, alors que nous progressions sereinement vers notre destination, Abuto s’exprima sur la nécessité d’établir un plan. Cependant, pour que ce plan soit établi, il avait besoin d’en connaître plus sur ma personne, sans doute un paramètre nécessaire pour qu’il puisse élaborer un plan digne de ce nom. Ainsi, je retirai ma capuche et je tâchais de lui répondre le plus clairement possible :

« Franchement, je n’ai pas beaucoup d’expériences en termes de mission, et encore moins de ce genre de mission. » Fis-je, d’un air sincère. « Concernant cette affaire, je la trouve particulièrement complexe. D’une, parce qu’elle nécessite qu’on trouve une solution avant l’ouverture des hostilités, sans quoi la mission sera probablement un échec. Deuxièmement, et sans doute ce qui va être le plus difficile, c’est de parvenir à trouver une solution qui convienne au chef de la tribu sans pour autant desservir les intérêts de Valicca. » Poursuivis-je, d’un air pensif. « Quoi qu’il arrive, les deux parties devront faire des concessions, et dans ce genre de situation je crois que la partie « menaçante » cherchera à négocier le moins de concession pour son camp. » Conclus-je, d’un air méfiant.

Après quoi, mon attention se porta sur la carte déployée par Abuto. Je tentais alors de l’analyser attentivement, veillant à enregistrer le moindre élément susceptible de pouvoir nous être utile durant cette mission. En même temps, je tâchais d’écouter les propos de mon ainé, confirmant ainsi plus ou moins mes dires. Après quelques hochements de tête, je tournai mon regard vers le Mugirawa afin de lui suggérer une idée "secondaire" :

« Que penses-tu de commencer par inspecter cette zone ? » Suggérai-je, indexant du doigt la zone en question sur la carte. « Je crois que d’ici nous pourrions avoir une vue d’ensemble autant sur le village que la tribu, cela nous permettrait alors de pouvoir concevoir un plan secondaire au cas où les choses ne se déroulaient pas comme nous l’aurions souhaité. Par contre, en ce qui concerne le plan principal, je m’en remets entièrement à toi. Après tout, tu as de l’expérience en la matière, n’est-ce pas ? » Poursuivis-je, d’un léger sourire.

Ce plan principal ne pourrait, de toute évidence, pas être imaginé par une personne telle que moi. En effet, ce plan demandait de prendre beaucoup d’éléments en considération. Il nécessitait d’imaginer toutes les réactions de la partie adverse et d’établir des plans secondaires pour réagir en conséquence. De plus, l’expérience pratique d’un shinobi était indispensable pour inclure toutes les spécificités qu’une mission de ce genre pourrait demander. Bref, vous l’aurez compris, mon rôle consistait ni plus ni moins que de me servir de mon intelligence et de mes connaissances théoriques pour épauler Abuto.



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Dim 10 Mar 2019 - 15:05
D'innombrables paysages avaient défilés devant leurs yeux depuis le départ, des hauteurs rocheuses sur lesquels s’incrustait le village caché de la roche jusque dans les vallons verdoyantes qui démarquaient le relief tortueux de ces terre. Cette multiplicité s’avérait déjà suffisante pour quiconque demeurait sensible à la beauté et la majesté de mère nature, surtout pour des soldats de leur rang. Pourtant, d’aucun ne se doutait de la surprise dissimulé à plusieurs mètres de leur position, les deux protagonistes étant plongés dans une discussion cruciale vis-à-vis de la mission.

Pour l’instant, Abuto restait concentré sur l’analyse de la carte au sein de ses mains et surtout aux paroles de son acolyte. Ce dernier ne semblait pas s’être embarqué dans cette requête pour les mêmes raisons que lui, du moins, pas directement dans l’idée d’intégrer le Manazuru à priori. Cependant, il attarda son attention sur l’intelligence et les facultés de déductions avancés du jeune homme, en prenant en compte son manque d’expérience avoué sur ce genre d’affaire. Officiellement, le colosse au teint bronzé n’en présentait pas plus à en regarder le nombre de mission à son actif, mais son métier exercé à plein temps dans sa vie précédente se résumait en grande partie à ce type de gestion.

« Tu es plutôt perspicace. Ton analyse est juste. C’est le temps qui va être notre ennemi dans cette mission, plus encore que nos capacités combatives. Le chef de la tribu compte raser le village d'après le rapport d’Iwa et il ne s’en privera pas. Il n’a rien à perdre à priori. Puisque c’est Valicca qui semble avoir vraiment besoin d’aide, notre présence sera le déclencheur du chronomètre. Dès que la tribu saura que des ninjas ont été dépêché, ils comprendront que la situation pourra tourner en leur défaveur. »

Le penser était une chose, le dire et en prendre conscience une autre. Visiblement, son collègue envisageait aussi cette problématique, mieux encore, songeait déjà à élaborer une stratégie contre ça. Le guerre à la chevelure d'ébène observa attentivement ses propositions sans perdre l’air sérieux sur son faciès, dont la teneur résonnait avec des bribes de plans d’actions lui traversant l’esprit.

« Cette zone … Elle profite parfaitement du Canyon et de son relief. On pourra avoir une vue d’ensemble comme tu le dis et surtout sans se faire repérer. C’est une très bonne idée Musashi. Cela nous permettra aussi d’observer l’agencement du secteur, c’est à dire le paysage, les ressources, le découpage naturel du territoire et tout ce qui pourra nous servir pour relier les deux factions à un accord de paix. »

Le Shinobi paraissait plutôt satisfait de cet enchaînement positif et surtout du gain de temps que ça allait leur procurer. En effet, l’endroit indiqué par le jeune Han restait dans le rivage du chemin et ne risquait pas de trop différer avec le temps nécessaire pour se rendre à Valicca. Il se sépara ainsi brièvement de cette aura professionnelle et investi pour se détendre un peu et effectuer un clin d’oeil et un sourire en coin en réponse aux interrogations de son compère.

« Disons que avant de devenir Ninja, j’ai beaucoup voyagé et rencontré beaucoup de situation différentes. C’est un univers un peu différent. J’ai déjà une idée de comment procéder. Mais il me faudra un peu de temps et toi aussi, tu dois y participer. Et ça commence dès maintenant. Je te laisse donc nous guider pour mettre son idée en place. »

Abuto souhaitait avoir confiance en lui et ne pas le laisser se mettre en retrait. Le contexte le mettait surement dans une position favorable, mais ce n’était pas l’impression ni l’aspect qu’il souhaitait lui transmettre, au contraire. En parallèle, l’explorateur fut coupé dans son élan, adoptant subitement un silence contemplatif, ses mains rangeant automatiquement la carte dans son sac à dos. D’un coup, derrière une barricades de parois rocheuses et de verdures, un Canyon gigantesque apparut devant eux, leur offrant un spectacle incroyable ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mar 12 Mar 2019 - 19:07
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

Mon analyse et mon idée semblaient plaire à mon partenaire. Il ajouta, par ailleurs, brièvement sa propre analyse qui était très juste et complétait parfaitement la mienne. Sans cela, je n’aurai probablement pas été totalement convaincu par ma propre idée. Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître que pour une première mission, on s’en sortait plutôt pas mal, même si, bien sûr, rien n’était encore fait. Disons simplement que cette mission était en train de poser les bases de quelque chose… très certainement les fondements d’une incroyable complémentarité.

« Exactement » Rétorquai-je, d’un air satisfait.

Je ne voyais rien de plus à ajouter puisque mon partenaire avait plus ou moins posé les contours de notre idée. Ainsi, durant le trajet, je me mis à réfléchir à des idées de plans qui pourraient éventuellement compléter celles de mon compère. Sachant que pour le moment on ignorait l’état actuel de la situation, il fallait partir de deux principes : la première serait l’éventualité où la tribu passerait à l’offensive, dans ce cas-là, l’idée d’une négociation me paraissait très délicate pour ne pas dire impossible. Et enfin, l’autre idée serait celle qui voudrait que la tribu prenne tout son temps, ce qui nous permettrait éventuellement d’entamer les négociations et d’essayer, par conséquent, de faire quelques concessions pour satisfaire leurs exigences. Toutefois, il n’était, bien sûr, pas question que nos intérêts en pâtissent à leur profit. Vous l’aurez donc compris, que ce soit dans un cas ou dans l’autre, l’affaire était loin d’être évidente.

Bref, plus on s’approchait de notre destinait moins je paraissais à l’aise. En effet, l’idée de devoir guider notre équipe et mettre en place mon idée me stressait et semblait être un poids difficile à porter. J’imaginais que si les situations ne se déroulent pas je l’aurai prévu, je serai probablement la première personne qu’on pointerait du doigt. Toutefois, aussi contradictoire que cela pouvait paraître, une chose me rassurait grandement. Il s’agit en effet de la présence d’Abuto et de la confiance qu’il me témoignait. S’il avait décidé de procéder de la sorte, c’était sûrement pour tenter de me responsabiliser et de me donner l’opportunité de franchir enfin un cap, du moins j’en étais persuadé. Ainsi, tout le long du trajet, je ne dis pas un mot, me contentant de réfléchir, encore et encore, histoire d’imaginer toutes les éventualités possibles.

Quelques temps plus tard, nous arrivâmes enfin à notre destination. Ainsi, l’immense canyon se trouvait tout juste sous nos yeux. A l’Est, une partie du village était visible, bien qu’elle paraisse déserte depuis notre position. Enfin, si on allait au-delà des montagnes qui séparaient le canyon en deux, on pouvait se rendre compte d’une certaine agitation à l’Ouest. Plusieurs colonies d’hommes armées jusqu’aux dents semblaient chercher à contourner les chaînes montagneuses via la rivière. Aucun doute possible, il s’agissait bel et bien de la tribu avec laquelle on devait négocier. En ces circonstances, les négociations paraissaient a priori difficiles, du moins pas tant que nous n’aurons pas réussi à freiner leur avancée.

« Mince, je n’imaginais pas qu’ils soient aussi pressés d’en découdre. En tout cas, au vu de la distance et de la vitesse avec laquelle ils se déplacent, je crois qu’il leur faudrait un peu moins de trois heures pour arriver de l’autre côté. Ils ont trop d’obstacles face à eux et il faut qu’on profite de cela pour freiner leur course et les contraindre à entamer des négociations. » Fis-je, d’un air observateur.

Après quoi, je retirai ma capuche et je m’approchai au bord du massif rocheux sur lequel on se trouvait, pour ainsi pouvoir mieux analyser la situation.

« Je pense qu’une trentaine de minutes nous séparent d’eux, peut-être vingt si je dois me montrer optimiste. Toutefois, pour arrêter cette colonie, il faudra certainement sortir le grand jeu. » Poursuivis-je, d’un air pensif. « Cependant, j’imagine qu’il faudra éviter de blesser quiconque dans leur camp, sans quoi on devra certainement oublier l’idée d’une négociation. Et toi, tu en penses quoi de tout ça, Abuto-san ? » Conclus-je, d’un air curieux.

Je serai probablement amené à devoir recourir à mes murs de cristaux. Cependant, il faudrait toute même penser à comment réagir si tous ces guerriers décident de nous attaquer frontalement…




_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Jeu 14 Mar 2019 - 14:59
Pour le coup, la tendance changea assez rapidement grâce au jeune Musashi qui ne recula pas devant sa requête et se positionna comme leader dans cette partie cruciale de la mission. Selon ce que les deux ninjas allaient découvrir sur le chemin, l’avenir des conciliations entre les deux clans risquait d’aboutir à une paix ou à une guerre. Mais avant cela, l'héritier des Mugirawa désirait épargner un peu de temps à l’exploration de la région et se faire une idée des denrées cachés et inexploités qui y sommeillaient. En effet, en cas de litiges, les Shinobis se devaient de garder un plan B, une monnaie d’échange même provisoire pour détourner l’attention.

En ce sens, l’horizon gigantesque disposé à leurs pupilles assouvissait cette soif par une splendeur étonnante, à croire que la nature leur avait dissimulé ses plus beaux atouts. Le Canyon s’étalait sous leurs pieds au fil de leurs pas, fourni d’une profondeur si gargantuesque que la vingtaine de kilomètre la définissant de les empêchait pas de percevoir d’ici tout ce qui se profilait en son sein. Le relief prêtait à une vision confortable, surtout que le groupe était arrivé par le dessus et non via les courant d’eaux ayant creusé l’édifice bien des années avant l’humanité.

Le guerrier à la chevelure d'ébène emboîtait le pas de son collègue encapuchonné distant de plusieurs mètres, de sortes à joncher les limites des bordures rocheuses, certaines plus hautes que d’autres. Quant à lui, ses iris scrutaient les différences de couleurs offertes par les secteurs de cette merveille, les mains munis cette fois d’un calepin occupés à prendre des notes. Derrières l’aspect orangé de ces montagnes pour le moins arides persistaient de véritables havres de verdures et étendus fertiles logés autour de cascades disséminés ici et là, immenses chutes d’eau qui alimentaient le fleuve tentaculaire parcourant le Canyon.

Si j’en crois la prospérité du village de Valicca au niveau du commerce, c’est la tribu guerrière qui doit le plus avoir besoin de territoire. Mais un tel endroit, ça n’aide pas. Même si on considère ces maigres étendus et d’éventuels mines dissimulés par ces cascades, ça ne suffira pas, du moins pas sur le long termes. On doit tout de même les explorer.

Perdu dans ses pensées, le ninja laissait provisoirement le rôle d’éclaireur à son collègue qui ne tarda pas à l’interpeller, avec une annonce plus grave que prévu. Visiblement, la troupe de barbares se déplaçait déjà en direction de Valicca pour raser le village ou en tout cas, montrer l’étendu de leur puissance. Dans l’état, impossible pour eux d’affronter cette armée à eux seuls. La violence ou le contact direct n’était pas une option. Dubitatif, le colosse vint se placer aux côtés de son partenaire pour avoir une idée plus précise de la chose et prendre en compte ses estimations judicieuses.

« Ca tombe vraiment mal tchh ... Vue leur nombre, on ne pourra pas les affronter directement. Je pense qu’on va suivre ton plan, mais attention, on doit faire en sorte de ne pas leur montrer la présence de Ninja, pas encore. Ils pourraient le prendre comme une agression. »

Se reposer sur les observations du jeune Musashi s’avérait une bonne option, il fallait simplement mettre en place un plan d’action judicieux pour augmenter ces dit obstacles sans se faire repérer.

« J’ai repéré de mon côté plusieurs cascades lié à cette rivières dont la proximité et le bruit pourront nous couvrir. Trois heures, ça nous sera suffisant, et la distance qui nous sépare d’eux nous permettra de faire passer ça pour des accidents naturels. On va profiter de ces obstacles déjà présent pour en créer de nouveau aussi. Plus on leur rendra cette traversé coûteuse en ressources et énergies, plus on aura de chance de leur faire rebrousser chemin. »

Le Shinobi sortit alors plusieurs bouts de papier rectangulaire depuis son sac à dos qui allaient lui servir de parchemins pour y apposer ses sceaux explosifs, en sus de l’équipements qu’ils disposaient déjà. Une fois disposé au sol, celui-ci utilisa sa technique de Fuinjutsu pour les marquer d’un sceau chacun, voir deux pour certaines si jamais les obstacles s’avéraient trop résistant.

« Comme tu dis, on va leur sortir le grand jeu. Tiens, prend ces parchemins, ce sont des sceaux explosifs que je peux déclencher à distance. Seuls, ils ne feront pas de grands dégâts, et c’est le but. On va se séparer et dénicher le long de ces parois des failles, des fissures déjà prêtes à crouler pour provoquer des éboulements. Utilise aussi de tes techniques si tu en as besoin, ce sera utile. On va pas les blesser, mais leur faire croire que cette route est dangereuse. »

Il lui indiqua alors plusieurs coins repérés en les pointant du doigts, mais qui nécessitaient d’êtres inspecté plus précisément pour être exploités. Tout pouvait leur servir, éboulement, obstacles divers, etc … Tant que ça paraissait naturel.

« Qu’en dis-tu Musashi ? Si tu as une autre idée, n’hésite pas. Quand tu seras prêt, on y va. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Sam 16 Mar 2019 - 21:50
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

L’idée de mon partenaire me semblait a priori excellente, collant parfaitement à notre plan de départ. En effet, le plus difficile dans cette mission c’était d’entamer les négociations avant les débuts des hostilités. Cependant, sachant que la tribu guerrière s’était déjà lancée dans des manœuvres hostiles, il serait « suicidaire » de notre part de nous présenter à eux pour des éventuelles négociations, toutefois, il fallait réagir avant que la tribu ne puisse soupçonner notre présence ou implication dans la catastrophe qui allait suivre. Ainsi, le plan d’Abuto permettait d’une certaine façon de réduire considérablement les forces de la tribu tout en imputant la faute à la nature. N’est-ce pas ingénieux ? En tout cas, je n’aurais certainement pas trouvé mieux.

« Quel ingéniosité ! Franchement, je crois que ça devrait le faire. » Fis-je, d’un air confiant.

Après quoi, je me saisis des parchemins explosifs qui allaient nous servir pour mettre en place l’idée du Mugirawa. Cependant, je ne savais pas si c’était une bonne idée de nous séparer. Nous ne disposons que de peu d’information sur ces lieux, et il n’était pas impossible de tomber sur d’autres shinobis. Imaginez aussi que la tribu guerrière ait engagé des shinobis mercenaires pour assurer leur sécurité. Certes, c’était peu probable qu’une telle chose puisse se produire, néanmoins ce n’était pas impossible. Quoi qu’il en soit, je ne voulais pas inquiéter davantage mon partenaire, ainsi je me contentai de lui répondre de la plus simple des manières :

« Je crois qu’on ne peut pas trouver mieux comme plan, donc je marche. On se retrouve ici-même lorsqu’on aura fini. » Rétorquai-je d’un léger sourire.

Après quoi, je remis ma capuche et je m’éloignais de mon partenaire qui était censé prendre le chemin opposé. Lorsque je m’assurai qu’il était parti, je m’empressai de faire un clone ayant pour mission de le suivre de loin. Ainsi, s’il devait faire face à une menace, mon clone surveillait ses arrières et pourrait intervenir en se sacrifiant, si nécessaire.

Quelques temps plus tard… Je parvins à atteindre la première cascade, me mettant dès lors au travail en l'inspectant avec beaucoup d’attention. La fraîcheur et la verdure qui l’entouraient me permettait, par ailleurs, de récupérer de la longue course que je fis pour arriver en ce lieu. Après une dizaine de minutes d’inspection, je parvins à localiser plusieurs brèches sur lesquelles je posais sans perte de temps les parchemins explosifs. Après avoir accompli cela, je fis de même pour la deuxième cascade, laissant ainsi mon partenaire s’occuper des deux autres cascades. Le but n’était pas de tous les faire exploser mais plutôt, lorsque le moment viendra, de cibler une ou deux qui permettraient de faire le plus de dégâts tout en faisant croire que c’était l’œuvre de la nature. Ça trouve, cette tribu allait croire que c’était l’œuvre de Dieu qui chercherait à les punir des méfaits qu’ils comptaient commettre, qui sait…



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Dim 17 Mar 2019 - 2:10
Dommage que le groupe n’eut pas plus de temps pour se concerter aux niveaux de leurs capacités et techniques capables de servir dans cette situation. L’état d’urgence concernant cette armée de combattant hors du système ninja les poussait à agir vite, sans attendre. Ainsi, une fois les directives approuvés Musashi, l’équipe se sépara subitement pour prendre leurs responsabilités chacun de leurs côtés, avec l’idée de toujours se tenir à porté de vision en cas de soucis. De son côté, l’artisan au bandeaux rouge sang n’avait pas besoin de transporter de parchemins en papier puisque les sceaux en questions parvenaient directement depuis ses mains.

Il se dirigea dans un premier temps vers le point de repère le plus éloigné de la tribu en marche, petite cascade florissante qui jaillissait de la roche elle même un peu plus bas. Ce choix allait lui éviter de revenir sur ses pas et refaire deux fois le même chemin, temps précieux qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre en cas d’imprévu ou d'accélération de la troupe. Même si ces techniques s’avéraient d’un rang et d’un coût en chakra faible, leur applications à plusieurs reprises dans un court instant entamait déjà ses réserves, suffisamment pour rendre une confrontation problématiques. Pas le choix, c’était un pari à tenir dans l’immédiat.

Bien, si l’eau coule directement depuis une cavité sous la roche … Je dois pouvoir trouver des points sensibles autours. C’est difficile à croire quand on regarde ce Canyon. C’est dommage d’y venir dans ce contexte ... Avec un peu de chance, le bruit du courant me guidera vers les zones fissurés par les coulées d’eau. Commençons par là.

La silhouette de l’homme s’agenouilla momentanément pour tâter quelques parcelles de roches et poser une oreille vers le sol pour y déceler des embranchements de courant, des endroits où la nature lui aurait prémâché le travail. C’est points de chutes aquatiques constituaient inévitablement des passages obligatoires et ardus, le chemin de pierre orangé plus bas se rétrécissant et laissant plus de place aux petits lacs à la base de la rivière assez profonde. Ainsi posa-t-il plusieurs sceaux explosifs une fois l’inspection terminé, vérifiant par la même occasion l’avancé de son collègue.

Ce ne fut qu’au moment du départ qu’Abuto remarqua la présence d’une copie conforme du maître de cristal, plutôt surpris de cette initiative et surtout rassuré que ce ne soit pas un adversaire. Peut être que dans sa hâte, le guerrier à la chevelure d'ébène avait omis une part de prudence et de prévention que son compère combla discrètement et efficacement. Quelle idiotie. Il se savait souvent à l’aise seul, à réaliser des missions en étant responsable que de sa propre personne. Dans son ancienne vie, sa protection reposait souvent dans les mains de mercenaires ou soldats détachés dont lui même ne devait pas vraiment s’occuper ni s’en préoccuper spécialement.

Un clone pour couvrir mes arrières … Bien vu. Il faut que je fasse plus attention maintenant que je suis Ninja. Je n’ai plus seulement ma vie entre mes mains.

Cela risquait de prendre encore du temps avant que le colosse puisse parfaire son caractère de leader et de responsable ou plutôt de le retranscrire dans ce nouvel univers. Il prenait note de cet acte, satisfait de pouvoir compter sur ce jeune ninja de qui il avait encore à apprendre.

Venait maintenant le tour du second emplacement plus en avant qui emboîtait le pas de celui de Musashi, où l’homme au teint bronzé partit sur un procédé similaire pour en découvrir les failles, même si l’état de la zone se prêtait facilement à une exploration visuelle. Davantage usé et moins harmonieux dans sa construction hasardeuse, le morceau de merveille exposait une fissure plutôt grande avec une extrémité imposante prête à lâcher du leste et tomber en bas dans un fracas imposant. Ce fut à cet emplacement que le Shinobi déposa le parchemin lié à son équipement renforcé d’une de ses propres créations, comme endroit stratégique dans le plan.

Je pense que ça devrait suffire comme ça. Il est temps de se placer et attendre le moment idéal pour déclencher les explosions. En espérant que ça marche, même partiellement …

Une fois ceci terminé, Abuto se retourna vers le clone de Musashi posté plus loin, avec suffisamment de distance pour faire la jonction entre lui et le véritable Genin. La tribu approchait, et son collègue demeurait dans la direction d’où allaient arriver la tribu en marche. La communication se fit alors par des signes militaires enseignés à l’académie pour transmettre des idées et directives en pleines missions sans parler. Le Mugirawa se concentra particulièrement, répétant le sens global représenté par ses signes à travers ses pensées.

Ici c’est bon, j’ai terminé de mon côté. Reste sur ta position pour surveiller l’approche des guerriers pendant que je viens vers toi depuis le flanc opposé pour enclencher les explosions. Fait moi signe quand je dois les activer. On se rejoindra une fois au deuxième point.

Le clone semblait avoir compris le message et s’appliqua à le transmettre à son créateur, pendant que chacun se déplaçait mutuellement pour quadriller la zone de façon cohérente.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Dim 17 Mar 2019 - 17:46
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

Les préparatifs étant désormais prêts, il ne fallait plus qu’attendre le bon moment pour faire tout sauter. D’ailleurs, mon partenaire profita de la présence de mon clone pour m’envoyer un message disant de lui faire signe pour l’activation des sceaux. Je lui fis alors signe disant que j’eus bien reçu son message, lui demandant d’attendre encore un petit peu.

Quelques instants plus tard… La tribu guerrière avait bien progressé, elle était désormais à moins d’un kilomètre de la première cascade, ce qui me contraignit à reculer et à me dissimuler derrière la seconde cascade. Mon clone s’empressa quant à lui de rejoindre mon partenaire et de lui transmettre mes consignes. Ainsi, lorsqu’une partie de la « flotte » franchi la ligne de la première cascade, mon clone pris la parole et s’empressa de lui expliquer la stratégie :

« Abuto-san, Musashi veut que tu fasses exploser qu’un seul parchemin de la première cascade en guise de sommation. La peur devrait gagner la tribu guerrière et la suite n’en sera qu’à notre avantage. »

Je profitai de l’explosion qui allait suivre pour m’éloigner des cascades et ainsi éviter d’attirer l’attention sur ma personne. Puis, lorsque je dépassai la quatrième et dernière cascade, j’envoyai un nouveau message à mon partenaire, me servant toujours de mon clone comme intermédiaire :

« Ils sont tenaces, une seule explosion ne suffira pas, et sachant que beaucoup d’entre eux ont probablement réussi à passer la première cascade, c’est le moment idéal pour faire sauter entièrement la troisième cascade. L’écoulement de cette dernière devrait provoquer beaucoup de ravages dans leur camp, et cela devrait surtout leur boucher le chemin. »

L’idée était de faire le plus de victimes dans leur rang et de les contraindre de rebrousser le chemin. De plus, en faisant écrouler cette troisième cascade, on leur insufflait l’idée que cette zone était très dangereuse et que s’ils ne partent pas rapidement, alors ils risqueraient tous de périr ici. De plus, si cette troisième cascade venait à s’écrouler, le niveau de l’eau de la rivière devrait monter et cela pourrait presque provoquer un mini tsunami qui balayerait une bonne partie de leur troupe. Et au-delà de cela, si le chemin était totalement bloqué, la seule solution pour eux de rejoindre Vallica c’était de gravir les montagnes et de contourner tout le canyon de l’extérieur, autant vous dire que même pour une tribu aussi brave et guerrière la tâche s’avérait compliquée. Bref, et maintenant il était temps de saper toute leur morale :

« Si tu ne vois pas d’inconvénient, on devrait finir en faisant légèrement exploser la dernière cascade, ainsi si certains d’entre eux venaient toute de même à passer, ils devraient certainement faire marche arrière à l’idée de devoir subir d’autres écroulement. Tu en dis quoi, Abuto-san ? » Demanda mon clone.

Après quoi, il disparut me cédant ainsi sa place pour communiquer directement avec mon aîné. J’étais quelque peu essoufflé, essayant tant bien que mal de reprendre mon souffle.

« C’est vraiment incroyable, je n’aurais jamais pensé que des simples parchemins explosifs nous seraient d’une aussi grande aide, excellent travail Abuto-San. » Fis-je, d’un léger sourire.

Après quoi, je retirai ma capuche et je tentais d’analyser plus ou moins la situation. Cependant, mon partenaire étant ici depuis plus longtemps, il devrait certainement avoir une analyse bien plus complète de la situation.



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Lun 18 Mar 2019 - 0:51
Tel un rôdeur promptes aux grandes marches de plusieurs jours, l’artisan s’approcha suffisamment de la position de son collègue depuis le versant opposé, juste assez pour parvenir à déclencher les explosions et rejoindre le second point de son propre côté. Cela allait au moins laisser le temps à Musashi de reculer pendant ce temps et lui faire revenir des directives depuis ses observations pour ensuite se rabattre plus en arrière encore pour jauger de l’avancé de la tribu, surtout ceux n’ayant pas cédés aux craintes d’éboulements. Sur ce chemin en Zigzag assez tortueux avec ses deux flancs, le groupe s’organisa un peu à la façon d’un commando, se donnant relais par rapport aux cascades au fur et à mesure que l’un avançait pour déclencher sa technique et l’autre reculait en parallèle pour le guider.

Placé sur le rebord de sa nouvelle destination, le soldat exécuta le signe incantatoire nécessaire pour faire sauter un seul explosif comme le préconisa le clone, lui faisant confiance. Ils avaient peut être mésestimé leur vitesse d'avance et endurance, puisque ces derniers arrivaient déjà à un peu plus d’un kilomètre du lieu d’impact. En ce sens, la détonation sourde qui s’étouffa au grès de la chute d’eau se traduisit par un éboulement lent, suffisamment léger mais assez bruyant pour se faire entendre comme le signe d’une zone à risque. Visiblement les soldats eurent le temps de défaire leur formation et esquiver les morceaux de pierres qui dévoilait les parois, avec peu de blessé à part quelques uns se jetant au sol ou dans la rivière pour se protéger.

« Faire des blessés pour les repousser hein ? Rah .. J’aimerai éviter au maximum cette option, mais vue comme ils ont l’air tenace, ce sera peut être obligatoire. Il vaut mieux ça qu’un village entièrement rasé. Bon, on continue le plan mais on attend jusqu’au dernier moment. Si on peut les faire dévier avant, ce serait mieux. »

Laissant le clone refaire un tour d’échange, l’héritier Mugirawa rebroussa chemin de sorte à revenir vers le second point mais déclencha les éboulements bien plus tôt, de sortes à créer la confusion entre la première fois, histoire que les éboulements ne paraissent pas trop schématisé. L’armé n’allait pas directement se confronter aux chutes, mais être interpellé par la violence des impacts plus imposant et les obstacles leurs obstruant un minimum le passage dans une telle formation. C’était un peu un genre de test, une chance laissé pour qu’ils puissent partir sans aggraver leur situation.

Malheureusement, le spectacle s’avéra déplaisant et très contraignant le guerrier à la chevelure d'ébène, marquant sa rage d’un rictus notable. Plus proche la troupe que ne l’était Musashi posté vers les cascades en arrière, il put observer la peur et l’hésitation d’une grande partie des barbares qui discutaient voir se disputaient entre eux et surtout avec leur capitaines, presque sur le point de se diviser et détruire leur plans initiaux. Cependant la voix sauvage et grasse d’un espèce de seigneur de guerre ne tarda pas à se faire entendre à travers les rangs jusque dans les tréfonds du Canyon, pris d’un élan de furie remarquable. Il gueulait à tout va, l’air de foueter verbalement toute sa troupe. Le bougre montrait une telle emprise sur ces pauvres homme qu’elle s’affairait aussi à éveiller toutes les montagnes.

… C’était pas le moment. Il va nous compliquer la tâche celui-là, hmm. On ne pourra plus reproduire la même chose avec le troisième repère. Cette fois, on va devoir viser les dégâts, comme disait le clone. Que … C’est quoi ça ?

Au loin parvint cri prolongé d’un animal, long et puissant, à l’instar d’un appel de meute semblable à ceux des loups. De sortis déjà, à cette heure ci ? Le ciel semblait encore dégagé, le jour profilant tranquillement sur le Canyon. Des Hyènes ? En tout cas l’incident se montra plus efficace que les éboulements, au point de perturber certains des barbares en bas malgré les railleries de leur commandant. La troupe avançait toujours, sous le joug de leur chef, d’un air bien moins serein qu’à l'accoutumé. Bien qu’intrigué, Abuto n’eut pas d’autres que choix que de se maintenir prêt à faire sauter ses explosifs au bon moment, dans un coin bien plus surchargé de ces derniers. D’aprés le jeune Han, ce serait un grand éboulement, ou surement un enchaînement de plusieurs chutes entraînées par la première.

Trois … Deux … ????

Cette plusieurs des cris précédents jaillirent au lointain, dans une répétition mélodieuse et inquiétante en même puisque ces derniers semblaient les encercler de par et d’autres de ces lieux. Encore un imprévu qui tombait mal, très mal. Au vu de leur forces, les ninjas ne craignaient rien de ces animaux, mais une intervention inopiné risquait de mettre à mal leur positions et cachettes. Pourtant, ce ne fut pas l’effet qu’amorça ces sifflement.

Mais que font-ils ? Pourquoi ils repartent ? Ils n’ont rien à craindre de ces animaux vu leurs nombres. Quoi, ce sont des superstitieux ?

Le glas de quelques armes métalliques jetés violemment contre le sol résonna jusqu’à eux, signe d’abandon parmi beaucoup de membres de la tribu. De ses iris, le soldat pouvait voir du découragement, des désaccords et un accord commun que même le commandant ne put gérer par son autorité. Visiblement l'enchaînement de ces événements et surtout la présence de ces animaux quels qu'ils soient disposait d’une valeur spirituelle pour eux. Des mauvais présages à priori. Une aubaine pour eux … Qui laissa tout de même Abuto perplexe, étonné de cet événement devant le clone et son original qui s’étaient succédé après un certains temps.

« C’est difficile à admettre, mais je n’ai finalement pas eu besoin du déclenchement de la troisième explosion pour les faire partir. Heureusement d’ailleurs. Tout ce raffut à rameuté des loups ou des hyènes, qui ne devraient surement pas tarder à tracer notre piste aussi. J’imagine qu’on les a dérangé avec tous ces éboulements. La tribu par contre a rebroussé chemin brutalement, pour je ne sais quel raison. De mauvais présages ? »

Tirant un soupir de soulagement mêlé à de la curiosité, la silhouette d’Abuto se redressa devant son compagnon de mission, sans perdre une réserve de prudence quant à ces lieux.

« Quoi qu’il en soit, on va faire comme tu le dis. Si jamais ils décidaient de revenir, le sentier sera suffisamment impraticables pour les bloquer ou les obliger à emprunter une route plus longue. On fera sauter les derniers sceaux sur la route. »

Son regard perdu un instant dans les environs et le lointain vint se reposer sur Musashi face à ses compliments et son appréciations quant à sa technique, lui rendant un sourire amical, presque amusé.

« Merci, c’est du Fuinjutsu. Tu maîtrises cet art toi aussi ? C’est un peu complexe, mais sur bien des aspects, c’est un peu plus fonctionnel que le Ninjutsu simple. »

Malheureusement, le temps les prenaient de court et surtout la présence de charognes prêts à se répète de leur chair incitait à lever le camp et se diriger vers leur première destination.

« Bon, on ne va pas pouvoir trop traîner ici. Ces animaux vont venir tôt ou tard. Dirigeons nous déjà vers Valicca, histoire d’en apprendre plus sur ces différents et trouver un moyen de résoudre cette affaire. Cela nous permettra de nous reposer un peu. On reviendra pour les explorations plus tard. Allons-y Musashi. »

Il appuya alors ces paroles de sa main gauche posé brièvement sur l’épaule droite de son compère face lui, comme pour le féliciter de leur exploit et aussi l’utilisation du clone pour couvrir ses arrières. Un geste amical, presque fraternel après lequel il prit le chemin qui menait vers leur destination final.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mer 20 Mar 2019 - 16:44
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

Le Mugirawa ne semblait pas emballé à l’idée de devoir faire des blessés dans les rangs de la tribu guerrière. Sa position me paraissait, à première vue, compréhensible et totalement conforme à notre mission. Après tout, l’objectif était de négocier avec cette tribu et non d’enclencher une guerre. Toutefois, pour le moment il semblait toute de même difficile d’imaginer des négociations avec ces guerriers, et les premières explosions ne semblaient pas freiner leurs ardeurs. Bien au contraire, sous l’impulsion de leur chef, et ce malgré un léger moment d’hésitation et de confusion, la tribu semblait bien déterminée à poursuivre sa route vers Valicca. Ainsi, l’urgence de la situation nous imposait d’enclencher la dernière explosion, et ce peu importe les conséquences.

Cependant, aussi étrange que cela pouvait paraître, la tribu décida soudainement de se retirer d’elle-même. Cette décision me parut tout d’abord incompréhensible, en effet, pourquoi se retirer alors qu’elle était si proche de pouvoir s’extirper de nos pièges ? Pourquoi se retirer après s’être donner tant de mal à arriver jusqu’à ici ? Personnellement, je ne parvenais guère à trouver de raison logique pouvant expliquer cet événement pour le moins inattendu. D’ailleurs, Abuto semblait lui-même avoir du mal à expliquer ce retrait. Toutefois, il laissa entendre que les cris de loups pouvaient être à l’origine de ce retrait, je n’en étais pas convaincu mais je reconnus que ce n’était pas possible.

« Sans doute, en tout cas c’est une excellente nouvelle pour nous. » Rétorquai-je, d’un air soulagé.

Quoi qu’il en soit, il fallait saluer la patience et l’intelligence dont Abuto fit preuve en n’enclenchant pas cette dernière explosion. En effet, s’il s’était précipité comme je l’eus souhaité, on n’aurait probablement pas entendu les cris de ces loups, et pire encore, on aurait certainement fait énormément de blessés dans les rangs de la tribu guerrière. Un tel scenario aurait pu produire des conséquences désastreuses puisqu’il nous aurait tout simplement été impossible de prédire la réaction de cette tribu. Cela aurait sans nulle doute pu définitivement tuer toutes possibilités de négociations avec cette dernière. C’était donc cela le terrain ? Faire preuve de patience, ne pas se précipiter et prendre des décisions hâtives, observer attentivement et s’adapter à la réalité de la situation, tant des choses à prendre en compte.

Bref, je reconnus que j’avais beaucoup de chance de pouvoir réaliser cette mission auprès d’Abuto. Il faut dire que même si je ne le connaissais que depuis peu de temps, je lui vouais beaucoup de respect. Ainsi, je me contentai de sourire et de hocher légèrement la tête quant au choix de faire exploser le dernier parchemin.
Cependant, son interrogation sur le Fuinjutsu me mit quelque peu mal à l’aise puisque cela m’évoquait beaucoup de souvenirs pour le moins douloureux. Toutefois, Abuto ne pouvait guère deviner cela et pour éviter de plomber l’ambiance, je me contentai de lui répondre un peu évasivement :

« Effectivement, c’est un art pour le moins complexe. Tu sembles bien le maîtriser en tout cas, ça prouve que tu es bien doué, Abuto-san. Sinon, non je n’ai pas vraiment de connaissance dans cet art, peut-être un jour, et peut-être que ce sera toi qui me l’enseigneras. » Fis-je, d’un léger sourire. « Sinon, pour le moment je préfère me concentrer pleinement sur mon ninjutsu » Poursuivis-je, gardant toujours ce sourire qui peut, à force, paraître totalement naturel.

Après quoi, Abuto posa sa main sur mon épaule, sans doute signe de la confiance de la confiance qu’il me témoignait, et proposa qu’on quitte les lieux pour rejoindre Valicca. Ainsi, nous pourrions en apprendre plus sur ce conflit et profiter par ailleurs pour nous reposer. Je hochai légèrement la tête en guise d’approbation, puis nous nous mîmes en route pour ce petit village de commerçant.

Quelques temps plus tard… Nous arrivâmes à destination, et la première chose qu’on constata c’était la peur et l’agitation qui régnait dans les rues de Valicca. Alors que nous marchions tranquillement, quelques disputes semblaient éclater entre plusieurs groupes de villageois et commerçants. Certains semblaient favorables à l’idée de déléguer leur problème à des groupes de shinobis ou mercenaires, tandis que d’autres préféraient prendre les armes et régler leur problème par eux-mêmes et ce une bonne fois pour toute.

« Vu leur état d’esprit, je pense qu’ils ne feront pas le poids face à cette tribu, tu en dis quoi Abuto-san ? » Fis-je, d’un air songeur.

« Qu’est-ce que tu as dit, gamin ?! Répète pour voir ! Tu ne nous penses pas capable de botter le cul à ces sauvages de la montagne ? » S’emporta un villageois, tenant fermement une arme à la main.

« Non, non, ce n’est pas ce que je voulais dire, veuillez m’excuser. Je dis juste que vous avez l’air plus divisé que cette tribu. » Poursuivis-je, d’un air neutre.

J’aurais certainement dû faire attention car maintenant toute l’attention semblait se porter sur nous. Cependant, d’un autre côté, ce n’était pas plus mal car cela pouvait nous permettre d’apaiser la situation et d’en savoir notamment plus sur ce conflit. Toutefois, pour cela, il fallait la présence d’un chef, d’un homme imposant et charismatique pouvant atteindre les cœurs agités de ces pauvres commerçants et villageois. Et bien sûr, cet homme ne pouvait être personne d’autre qu’Abuto.



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Sam 23 Mar 2019 - 18:34
Valicca, village recouvert d’un vermeil exceptionnel fondu d’une floraison exotique capable de nourrir n’importe quelle âme un peu curieuse. Depuis sa découverte, sa renommé faisait bouillir les sens enhardis des marchands les plus avides de nouvelles expériences, au point où un passage par cette bourgade devenait quasiment une obligation, avec ou sans résultat. Être en ce moment même à quelques secondes de sa visite représentait une certaine chance pour le groupe de Shinobi en mission, dont les pupilles ne furent pas vraiment trahit par toutes ces promesses. Surtout l’héritier Mugirawa qui comptait ajouter cette ville parmi sa collection de voyages, voir de futur allié commercial.

La fraîcheur ambiante parmi ces habitations dénotait grandement de l’aridité du Canyon orangé, avec une touche d’agrume dans cet air légèrement humide et parfumé exposé à leurs narines. Il y avait une petite touche de vacance, de fertilité et de paisibilité dans ce hameau de grande taille qui accueillait en son centre une cascade impressionnante sur le plus haut versant de sa structure. Le reste du paysage débouchait sur pas mal de verdure, bien plus denses et imposante que les échantillons aperçu durant leur parcours, avec visiblement des exploitations destinés à grandir sous ce soleil intense.

Malheureusement, l’image se faussa rapidement quand Musashi légèrement en tête de fil tomba sur des civils en furies, dans un état d’esprit en opposition direct avec ce qu’inspirait un tel paysage. Des armes, des outils de guerre, une tension palpable et une sensibilité à fleur de peau à en croire l’agressivité adressé envers son collègue en à peine plusieurs secondes de présences. Ils se préparaient déjà la guerre. Ce devait surement être la conséquence d’une déclaration ouverte lancé par les barbares avant leur intentions d’arriver ici. Après tout, ces derniers n'obéissaient pas encore aux codes de la discrétion et des Shinobis.

« Vous en seriez capable, oui. Mais vous y perdriez femme, enfant et grands parents sous les coups d’épée, de haches et de flèches que provoquerait une telle guerre. Des armes comme la vôtre, ils en ont des centaines, prêtes à déchirer la chair. Ce sont des guerriers, de véritables guerriers qui ne craignent pas la mort et le sang. »

L’attitude du guerrier tatoué prit soudainement un aspect sombre, froid et autoritaire derrière ses paroles crus qui cassait un peu avec l’aspect d’apaisement entrepris par son collègue. Il exposa les faits avec une évidence palpable et très imagé pendant que sa silhouette avança légèrement, l’air de scruter en détail les outils dans les mains des civils enragés sans peur véritable. Cela avait pour but de les faire tilter, leur transmettre l’image des bâtiments en feu, de leurs enfants en larmes ou mort simplement, femmes égorgé et bien d’autres cas encore. Il connaissait son sujet, son corps et son visage ne laissait paraître aucune hypothèse, juste des faits.

« Mais cela n’arrivera, pas aujourd’hui. Le gamin dont vous parlez et moi même avons repoussé la tribu, les avons obligé à rebrousser chemin. Nous sommes des Shinobi d’Iwa et vous êtes maintenant sous notre protection. »

Le colosse désigna son partenaire en reprenant le termes de leur interlocuteur mais pas avec une connotation péjorative. Au contraire, il voulait plutôt leur montrer de quoi il était capable seul en comparaison d’eux avec leurs armes seulement utiles à se rassurer. Une fois ceci fait, Abuto s’avança encore un peu parmi la foule en prenant le risque de se faire attaquer éventuellement, et inspira de sorte à dégager une voix haute et audible à distance, couplé à son épaisseur naturelle.

« PEUPLE DE VALICCA. Nous allons résoudre les problèmes qui pèsent sur vous depuis trop longtemps maintenant et garantir votre sécurité. Vous pouvez reprendre vos activités sereinement. Si vous avez des réclamations, nous nous tenons à votre disposition. »

Terminant son discours, l’adepte de l’exploration revint vers son allié, histoire de l’aviser de la situation pendant qu’un brouhaha général de débats et d’interrogations parcourait les habitants sur ces annonces. Leurs travail n’était pas terminé, ce n’était qu’un début. La discussion se fit discrètement, sans filtrer vers les autres.

« Comme tu le dis, ils n’ont aucune chance, en tout cas pas sans se faire ravager. On va devoir calmer tout le monde et prendre toute la responsabilité sur nous histoire de gagner un maximum de temps jusqu’à rencontrer le ou les chefs du village. On ne peut pas prendre le risque que l’un d’entre eux prenne des initiatives seuls. Ce discours ne suffira surement pas. Je propose que l’on fasse un peu le tour de la foule pour les rassurer et recueillir leurs inquiétudes et requêtes. On doit montrer et imposer notre présence. Je compte sur toi Musashi. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Ven 29 Mar 2019 - 23:59
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

PAIX POUR VALICCA !

-------------

Le paysan n’avait pas l’air de croire Abuto sur parole, cependant, il semblait malgré tout bien plus calme qu’auparavant, sans doute le temps de méditer sur ce que mon partenaire lui confia. Ainsi, après cet individu isolé, le Mugirawa se frotta au groupe de commerçant et paysan, leur confiant qu’ils n’avaient plus à s’inquiéter, que leurs problèmes étaient désormais le nôtre. En peu de mots, il était parvenu à calmer les cœurs agités de ces commerçants et paysans, qui, quelques instants plus tôt, étaient prêts à prendre les armes et à foncer tête baissée. Ainsi, le discours de mon camarade semblait avoir fait son effet, il faut dire que sa carrure et son charisme jouèrent un rôle considérable ; sans quoi, j’étais persuadé qu’on se serait fait chasser comme des moins que riens. Cependant, si la grande majorité semblait convaincu par les mots de mon aîné, quelques individus isolés n’avaient pas l’air de vouloir s’en remettre à des shinobis…

Quoi qu’il en soit, on s’isola légèrement de la foule pour parler de stratégie, leur laissant ainsi le temps de bien réfléchir et de ne pas prendre des décisions inconsidérées. Ainsi, mon partenaire commença par souligner l’importance de repérer et surveiller les éventuels perturbateurs, du moins jusqu’à ce qu’on rencontre le chef du village qui saura certainement mieux que quiconque les remettre à leur place. Je hochai alors légèrement la tête en guise d'approbation, me remettant ainsi entièrement à son analyse. Puis, lorsqu’il me demanda de nous séparer pour nous enquérir sur la situation, je créai trois clones et je m’exécutai sans perdre un instant.

« C’est comme si c’était fait. » rétorquai-je, d’un large sourire.

Discrètement, deux de mes clones se hissèrent au-dessus des toits, exécutant des techniques sensorielles pour ainsi surveiller efficacement l’entrée du village. Le but étant, bien entendu, de repérer la moindre personne qui tenterait de sortir ou d’entrer dans le village. Cela dit, cette technique était encore loin d’être opérationnelle, du moins pas au point de pouvoir repérer un groupe d’individus, toutefois identifier ne serait-ce qu’une seule personne serait déjà pas mal. Quoi qu’il en soit, mon autre clone et moi, nous nous fondâmes dans la masse, cherchant à recueillir les requêtes des commerçants et des paysans.

Le groupe qui nous entourait ne semblait pas vouloir faire des concessions, bien au contraire ils souhaitaient étrangement qu’on écrase cette tribu afin que leurs commerces et leur village puisse prospérer pour toujours. Quelques individus plus sages suggéraient de leur accorder un quart du territoire réclamer par la tribu, à cela ils ajoutaient des accords et des avantages commerciales pouvant bénéficier aux deux parties. Puis, alors que je m’apprêtais à prendre la parole, un vieil homme s’avança et s’exprima sur le sujet :

« La violence ne nous mènera nulle part, cependant, jeunes shinobis, il n’est pas question qu’on cède toute la partie du territoire que ces gens réclament. Comprenez qu’une partie de cette territoire est très importante pour notre commerce, sans elle nous serions obliger de créer un chemin à partir de la montagne pour exporter et importer nos marchandises… Ce qui, vous en conviendrez, est tout simplement impossible. » Fit-il, d’un air sérieux. « Veuillez m’excuser, j’ai oublié de me présenter, je suis le représentant de ce village, Yamamoto Oda. » Poursuivit-il.

Malgré son âge avancé, cet homme était parvenu à faire taire toute la foule, et ce rien que part sa présence. Tous les villageois semblaient grandement le respecter et plus personne n’osait dire quoi que ce soit. Ainsi, je m’avançai légèrement vers lui, en espérant que mon ainé ne soit pas trop loin des parages et qu’il eut entendu les paroles de ce vieil homme.

« Bien le bonsoir, Oda-sama. Je comprends parfaitement votre inquiétude et je vous promets que nous allons faire tout notre possible pour régler ce conflit. » Fis-je, en m’inclinant légèrement. « Cependant, si vous ne voyez pas d’inconvénient, nous voudrons nous entretenir avec vous en privée histoire de mieux cerner la situation et de nous entendre sur certain point concernant cette négociation. » Poursuivis-je, d’un air neutre.

Mes propos n’avaient apparemment pas l’air de plaire au public. Peut-être que je m’y étais mal pris… peut-être qu’ils avaient peur de cet entretien privé auquel ils étaient tous exclus… Quoi qu’il en soit, un brouhaha général se fit entendre, nécessitant ainsi l’intervention du vieil homme :

« Silence ! » Fit-il, d’un ton autoritaire. « Il est inutile de vous emportez pour tout et rien. Ce jeune homme à raison, nous devons nous entretenir en privé et voir les options qui s’offrent à nous. Une fois que cela sera fait, nous vous présenterons toutes les options et ce sera à vous de décider de celle qui vous convient le mieux. » Poursuivit-il, d’un air convainquant.

La foule se tût une fois de plus, preuve de l’incroyable confiance qu’ils témoignaient au vieil homme. Quoi qu’il en soit, j’étais content d’avoir affaire à ce vieil homme, en effet, grâce à sa présence et son intervention les choses allaient se faire en toute tranquillité, du moins je l’espérais. Quoi qu’il en soit, il nous invita à le suivre…



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mer 10 Avr 2019 - 12:16
Une fois les deux ninjas en accord sur la démarche à suivre, le Mugirawa se sépara de son collègue pour s’engouffrer dans la foule et se diriger vers les nombreux villageois pleins d’inquiétudes et de revendications au sujet de cette affaire complexe. D’ailleurs, le ninja en profita aussi pour créer plusieurs copies de lui même à l’aide du Kage Bunshin pour multiplier ses passages auprès de ces gens, Musashi s’occupant déjà de la surveillance des environs. Ainsi, les trois copies conformes de sa propre personne s'éparpillent peu à peu histoire aussi de leur faire comprendre qu’ils étaient bel et bien des ninjas avec des capacités spécifiques, au delà de simples civils.

Cette investigation comportait bien des enjeux, notamment celui-ci de récupérer d’éventuels indices sur le conflit entre ce village et la tribu de barbares, en comprendre les origines. Effectivement, Valicca s’avérait essentiellement constitué de commerçant et sa prospérité participait aussi à celles des contrés un peu plus lointaines qui avaient accès à moins de ressources, moins de possibilités d’exploitation. En ce sens, chacun disposait d’informations valables, diverses et variés sur les problématiques rencontrés par les habitants de ces régions arides, soucis qui se reflétaient surement aussi sur la tribu guerrière.

Là, un marchand d’arme s’inquiétait pour ses employés situés dans une bourgade à plusieurs kilomètres d’ici qui ne pourraient plus recevoir les vivres nécessaires si jamais Valicca venait à cesser son activité ou se retirer de ces territoires. Sur un autre stand, un fabricant de remède expliquait sa détresse par rapport aux plantes rares que l’on ne retrouvait qu’en ces lieux pour composer certains mélanges curatifs vitales pour certaines types de maladie. Encore ici, un entrepreneur exposait les tenants et les enjeux de son futur projet destiné à relier des routes plus solides et pratiques entre Iwa, ce village et ceux avoisinant pour important les denrées introuvables en ces lieux jusqu’aux profondeurs du pays de la terre.

Visiblement, toute cette histoire tournait autour des ressources, de leurs exploitations et de leur partage dont devaient aussi en pâtir les sauvages avec la création de ce coeur commerçant florissant. En réalité, aucun des deux camps n’avait tort. Musashi et lui devait trouver un arrangement entre les deux camps, puisque même la tribu guerrière pouvait finalement participer à l’économie de Valicca et profiter de leurs services externes. Mais donc pourquoi n’avaient-ils pas réussit à s’entendre jusqu’ici ? S’étaient-ils au moins consultés ? Ce serait vraisemblablement auprès des chefs qu’ils obtiendraient plus d’éclaircissement à ce sujet.

En parlant de cela, le guerrière à la chevelure d'ébène et ses clones entendirent irrémédiablement les agitations qui se déroulaient autour de la position de Musashi et ne tarda pas à s’y rendre sans plus attendre, au moins pour voir ce qu’il en tenait. Suppriment ainsi la présence de ses clones, il eu l’occasion d’assister à toute la discussion entre le vieil homme et Musashi, visiblement bien tombé sur le représentant du village. Confiant des capacités de son partenaire, le voyageur en herbe le laissa faire dans son initiative et se joignit à la fin seulement, ne faisant que confirmer ce qui a été dit.

« Nous vous remercions de votre sollicitude honorable Oda. Nous allons tout faire pour trouver un point d’entente et résoudre ce désaccord. Nul n’y sera perdant. Il nous faudra pour cela obtenir toutes les informations et détails concernant vos antécédents avec cette tribu guerrière. Nous sommes prêts à vous suivre. »

Abuto fit alors un signe positif à Musashi pour ce passage réussi avec succès, ce qui allait leur permettre aussi de récupérer un peu après tout ce grabuge. Au moins il n’y avait pas eu de casse. Sur ces mots, la foule réconforté en internes et en externes dénia finalement se calmer et laisser parler le respect et la confiance envers l’ancien qui invita le groupe à le suivre et se diriger vers des appartements plus confortables.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Ven 12 Avr 2019 - 20:55

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Paix pour Valicca



[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

--------------------------------------------------

Le vieil homme approuva les propos du Mugirawa, nous invitant ainsi à le suivre. Quelques temps après, il nous fit rentrer dans son bureau, nous invitant gentiment à nous asseoir. Après quoi, il nous servit du thé et s’installa face à nous, fin prêt à nous donner les renseignements dont on avait besoin.

« Vous savez… ce qui me consterne avec cette histoire c’est que nous n’avons pas vraiment pu discuter avec cette tribu. Enfaite, tout est parti d’un malentendu… on a en effet reçu une lettre très menaçante à laquelle mon adjoint a répondu fermement pour éviter qu’on passe pour des faibles. » Commença -t-il, d’un air pensif. « On espérait pouvoir échanger plus longuement, sans que l’un n’ait à menacer l’autre. Enfaite, on est totalement ouvert à une négociation car vous vous en doutez qu’une guerre ne serait profitable à aucun des deux camps. Toutefois, la tribu a décidé d’agir autrement, en s’en prenant notamment à plusieurs reprises à nos partenaires commerciaux. Maintenant nos partenaires ont peur, et tout notre village est à deux doigt d’exploser. » Poursuivit-il, d’un air inquiet. « Disons donc que tout cela est très ambigus, même moi j’ai dû mal à y voir plus clair, et je ne sais pas s’il existe un moyen d’arranger les choses sans qu’on soit obligé de leur céder cette territoire. Si vous avez des questions n’hésitez pas, et d’ailleurs je vous remercie de votre présence. » Conclut-il, d’un air sincère.

Tout me paraissait désormais plus clair même si, sur le moment, je ne voyais pas vraiment comment on pourrait faire pour arranger les choses. Cela dit, une chose était sûre : Abuto et moi devions absolument nous rendre sur le territoire de cette tribu. Cependant, on ne pouvait se permettre d’arriver les mains vides car, cela serait probablement vue comme une provocation supplémentaire. Ainsi, sans dire un mot, je me contentai de déguster mon thé, laissant le soin à mon partenaire de poser ses questions et ou d’exposer sa stratégie. Après quoi, le vieil homme nous invita à bien dormir et reprendre notre mission à l’aube.

Le lendemain matin, je me trouvai sur un rocher en train de méditer, n’ayant en effet pas dormi de la nuit. Je préférai me concentrer pleinement sur notre mission car, il en allait de la survie de ce village. Enfin, lorsque je sentis une présence derrière moi, je me levai étant persuadé qu’il s’agissait de mon aîné.

« Alors, tu as bien dormi ? » M’enquis-je, d’un léger sourire. « Je crois qu’on peut partir maintenant, pas vrai ? » Poursuivis-je, en m’étirant.

J’attendis sa réponse et ses instructions avant de le suivre d’un pas décidé. On essayait alors de prendre des raccourcis, cherchant ainsi à gagner le plus de temps possible. On s’était préparé aussi bien physiquement que mentalement : l’échec n’était guère permis.

« Ce n’est pas dangereux de ne pas informer les commerçants du deal ? J’avoue que le vieil homme à fait beaucoup d’efforts, mais je crains que cela ne plaise guère à tous ces marchands sanguins… » Lançai-je, d’un air inquiet.

D’un autre côté, c’était lui le chef du village et il avait parfaitement le droit de ne pas informer les autres de son choix. Après tout, s’il était prêt à faire un aussi « grand » sacrifice, c’était dans l’intérêt de ces concitoyens et de la prospérité même de leur commerce.




_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Sam 13 Avr 2019 - 22:02
Enfin, un peu de calme … Cela s’avéra plutôt agréable et apaisant de suivre l’ancien du village dont la direction semblait reposer en grande partie sur ses épaules, éloigné de cette foule tumultueuse vers ses propres quartiers. Bien sûr, ce havre de paix visuel et spirituel n’arborait pas la grandeur physique et architecture du village caché de la roche, mais ses structures n’avaient surement rien à envier à ces dernières. D’ailleurs, la tour principale imposait un design curieux et intriguant, comme si de nombreux quartiers se séparaient sous la tutelle de diverses factions commerçantes, à la manière d’un état ouvert et entièrement démocratique.

Ainsi les invita-t’on à pénétrer dans le bureau géant du dirigeant du village où devait surement se réunir le conseil en des temps plus urgents, avec en son sein une multitudes de sièges et des tables assez fournis pour accueillir de nombreuses personnes. Le duo s’installa alors tranquillement devant le bureau principe où résidaient un tas de paperasses évidentes, composées de plusieurs signes appartenant à plusieurs partenaires commerciaux. Mais le plus intéressant demeurait dans les explications direct et sans aucune forme d'ambiguïté de leur hôte qui désirait visiblement que ces querelles inutiles cessent assez rapidement.

Muni de sa tasse de thé à l’instar de son collègue, le guerrier tatoué écouté attentivement les dessous de cette mésentente. Hmm … Contrairement au spectacle rencontré durant leur traversé du Canyon, cette affaire ne tenait finalement qu’à une certaine passivité de la part des responsables de Valicca, ou plutôt, du fait que ces menaces se soient un peu noyé parmi tant d’autres. Juste une incompréhension et un manque de communication, même on ne pouvait pas trop le leur reprocher. En effet, Valicca étant encore en pleine voie de développement fulgurantes, il n’était pas difficile d’imaginer la tonne de travail incessant au fil des jours.

Beaucoup de théories et de conclusions venaient à l’esprit de l’artisan émérite … Mais tout ne pouvait pas être traité le jour même, en cet instant, pas en survolant le sujet malheureusement. En ce sens, il prit la parole sans attendre, une idée bien précises dans la tête face à ces dires.

« Donc tout cela part d’un simple malentendu … Mais cela ne m’étonne pas vraiment, la patience de cette Tribu ne semble pas être leur point fort. Pour tout dire, à notre arrivé, toute l’armée de ce clan se dirigeait vers le village, afin de l’attaquer. D'après nos observations, de mon collègue et moi, ils ont l’air de suivre un rythme de vie un peu plus primitif que ceux de Valicca. Il était même assez difficile de comprendre d’où leur venait toute cette véhémence … Cette histoire doit avoir un intérêt un peu plus profonde pour eux que vous. »

Le ninja prit alors une pause dans ses constats, sirotant son thé avec un air songeur, essayant de reconstituer les faits. Lui même étant à la tête d’une société marchande, il ne pouvait que partager les problèmes et complications rencontré par la cité avec des partenaires commerciaux de moins en moins confiant sur la pérennité du village.

« Hmm … Présenté comme ça, on ne pourra pas trouver une solution dans l’immédiat, pas ce soir. J’imagine bien que vous avez déjà beaucoup à faire et nous allons lever ce fardeau de vos épaules. La prospérité de Valicca et de cette Tribu guerrière sont étroitement liée à la politique de méne Iwa et le pays de la terre. Comme vous le dites, vos deux clans doivent trouver leurs intérêt dans une entente durable … Vous êtes déjà enclin à une entente, ce qui est d’une grande aide pour nous. »

Inutile de donner de faux espoir ou d’arriver à une conclusion hâtive dès le départ. Le Mugirawa ne souhaitait pas allonger trop longtemps cette première entrevue, ou plutôt la reporter et l’étaler sur à venir avec plus d’informations entre les mains. Le but premier était de le rassurer et obtenir sa coopération.

« J’imagine que vous avez déjà beaucoup à faire entre la tension qui règne à Valicca et les craintes de vos partenaires commerciaux. Cependant, nous allons avoir besoin de votre aide ou de vos assistants pour en apprendre plus sur cette tribu et les territoires environnant, comprendre les raisons qui pousse de simples voisins à vouloir mettre à sang tout un village. Tout ce dont vous disposez, des archives, des lettres plus anciennes, des voyageurs ou veilleurs ayant déjà connu ce clan par le passé … Malgré leur aspect violents, ces derniers auront sûrement un atout qui vous sera profitable. »

Le colosse déposa alors sa tasse, le thé à l’intérieur étant terminé et remercia d’un signe de la tête l’hospitalité de l’honorable Oda, avant d’écouter sa réponse.

« C’est donc plus grave que ce l’on pensait … En effet, Valicca est extrêmement porté sur le commerce, peut être un peu trop en ce moment pour penser aux conséquences que cette nouvelle cité peut avoir à certains de nos voisins. C’est un peu toujours le cas à vrai dire … Mais oui, même si notre peuple commence à pencher aussi vers la confrontation, ils ne se rendent pas compte de ce que ça implique. C’est pour ça que le conseil voudrait absolument éviter ça. Cela fait beaucoup de tâches en une fois … Très bien ninjas, nous sommes prêt à vous fournir le nécessaire pour résoudre ce litige. Valicca doit prendre la voie de la négociation et de l'arrangement, sans montrer de signe de faiblesse cependant. Ce serait nuisible à notre image. Je me porte garant de cette initiative, cependant, je compte sur vous pour transformer ça en une force de proposition de notre part et non une abdication par nécessité. »

Irrémédiablement, les conditions invoqués par leur hôte était évidentes. Sur quoi, chacun hocha la tête comme pour convenir d’un accord mutuel, avant de mettre fin à cette réunion.

« Très bien, vous pouvez logez à Valicca autant qu’il le faudra, le temps de résoudre cette affaire. Je me tiens à votre disposition. »

Une fois la séance terminé, ils se levèrent, saluant le chef du village respectueusement avant de prendre leurs quartiers.

Lui nuit avait été chargé pour Abuto même si ce dernier avait l’habitude de prendre son sommeil au sérieux afin de récupérer le plus possible. Il eut l’occasion dans cette petite retraite d’imaginer plusieurs possibilités concernant les actions à mener et surtout la façon de se répartir les tâches entre lui et Musashi. En effet, le temps jouait toujours contre eux bien que cette soirée servit d’un répit évident, de quoi récupérer leur réserves de chakra pour la suite.

Levé et préparé après plusieurs minutes à profiter des services offerts par l'hôtel prêté au duo, le guerrier tatoué se dégourdit un peu les membres avant de se diriger vers son partenaire, dont la silhouette se situait sur un rocher en train de méditer, déjà prêt. Avait-il au moins dormis cette nuit ?

« Déjà debout ? T’es plutôt énergique dit moi. C’est une bonne chose d’ailleurs, on va en avoir besoin. »

L’homme aux allures tribals écouta alors l’inquiétude de son compère qui appuya sur un sujet sensible avec beaucoup de pertinence. Décidément, la discussion de la veille avait travaillé l’ensemble des esprits dans le même sens. Aujourd’hui, chacun allait réaliser beaucoup, beaucoup de chose en peu de temps.

« C’est dangereux, très dangereux en effet, si l’on fait un faux pas, on risque de refroidir toute la population et les braquer. Mais nous n’avons pas le choix, il faut convaincre lentement tout le peuple de Valicca pour les faire pencher vers un accord, vers un deal que chacun accepte malgré leur fierté et leur colère. »

Abuto inspira un grand coup l’air parfumé de ce village décoré d’agrume et de soleil, le temps de faire digérer les directives à venir.

« On va devoir se séparer. Je pense m’entretenir avec Oda et ses assistants pour que l’on puisse établir le contenu de ce deal avec plus de précision et de consistance, avoir un plan précis pour établir un échange mutuel entre les deux clans et enfin leur envoyer cette proposition. De ton côté, tu vas devoir parcourir la ville et commencer à convaincre lentement les gens de participer à ce deal et transformer l’opinion en favorable pour effectuer cette proposition. Le mieux est de leur faire sentir que cette idée viennent d’eux et qu’ils soient eux même les acteurs de cette solutions. Si on leur donne l’impression d’accepter cela juste pour se protéger par faiblesse et nécessité, personne n’y adhérera. »

Enfin, la silhouette du Mugirawa se tourna en direction de la tour du chef du village.

« Je pense qu’on peut transformer la puissance guerrière de la tribu en un service de protection apporté au village contre une contribution commerciale envers eux. On va devoir trouver ce qui leurs manque à cette tribu, ce qui les pousse à bouger et se munir de plusieurs options pour ça. C’est en gros, l’idée sur lequel on doit partir. On pourra communiquer par lettre de notre avancé mutuelle dans ce village, donc tu pourras agir comme tu le souhaites. »

Son regard revint vers le jeune Musashi.

« Tu te sens prêt pour ça ? On partir pour la Tribu guerrière juste après ça. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mer 17 Avr 2019 - 17:17

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Paix pour Valicca



[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

--------------------------------------------------

« Hum, c’est ce que je pensais… » Rétorquai-je, d’un air inquiet.

En effet, il semblait difficile d’imaginer tous ces commerçants accepter le deal sans aucune contestation. En réalité, leur parler de cet accord risquait au contraire d’attiser davantage leur colère, et ce d’autant plus qu’ils étaient déjà tous prêts à en découvre avec les guerriers des montagnes sans penser, une seconde, aux conséquences désastreuses que cela pourrait engendrer sur leur village et leurs commerces. Cependant, j’étais malgré tout convaincu qu’on puisse trouver un moyen de les rendre plus réceptifs, ou disons moins réfractaire à cette idée, mais pour cela on devrait malheureusement recourir à la manipulation… Une idée semblable fut d’ailleurs bien assez vite suggérée par le Mugirawa, me confiant en effet qu’il valait mieux faire croire aux commerçants que l’idée du deal venait de leur propre chef. Si l’idée me plut immédiatement, il en était un peu moins de me voir assigner cette tâche : en effet, ce n’était pas dans mes habitudes d’aller à l’encontre des autres, et encore moins trouver des beaux discours visant à les manipuler et à faire changer leurs opinions. Cependant, je savais que notre mission dépendait en partie de cette tâche, aussi désagréable soit-elle, et mon ainé ne pouvait de toute évidence pas tout faire tout seul. Ainsi, je me devais malgré tout de faire de mon mieux pour l’aider et faire en sorte que cette mission soit à la fin un succès.

Bref, l’idée principale du Mugirawa était de faire en sorte que la puissance guerrière de la tribu soit à la disposition de Valicca, veillant et protégeant ainsi les intérêts commerciaux du village contre les bandits des montagnes et tout autre menace désirant s’en prendre à Valicca. Pour faire accepter ce rôle aux guerriers des montagnes, il proposait une contribution commerciale susceptible de satisfaire la Tribu. A première vue, l’idée me paraissait excellente, et je n’aurais probablement pas trouver mieux. Ainsi, je hochai légèrement la tête pour approuver ses idées, ne manquant toutefois pas d’accompagner mon geste de quelques mots :

« Franchement, je trouve que c’est une excellente idée, cependant l’idée d’une contribution commerciale me paraît à première vue insuffisante, surtout si l’on se base sur les agissements de la Tribu. Quoi qu’il en soit, renseignes-toi aussi sur cette terre que la tribu désire tant, qu’est-ce qu’elle a de si particulier ? Peut-être qu’elle recèle de richesse particulière, ou peut-être qu’elle symbolise quelque chose pour eux… » Fis-je, d’un air pensif. « Sinon, oui je pense pouvoir remplir ma part du boulot. C’est noté pour les lettres, on se voit plus tard du coup. » Conclus-je, d’un léger sourire.

Après quelques étirements, je me mis à marcher tranquillement vers le centre-ville, lieu où les commerçants étaient concentrés en masse. A cet instant, je ne savais pas encore comment m’y prendre ni de ce que j’allais bien pouvoir leur dire, cependant je restais malgré tout confiant. Quelques temps plus tard, alors que je m’approchais de plus en plus du centre-ville, j’aperçus en chemin des commerçants par-ci et là, apparemment impatient de connaître la décision du chef de leur village. En m’apercevant, certains se montraient neutre, tandis que d’autre ne semblaient pas trop apprécier ma présence, pensant certainement qu’on allait vendre une partie de leurs terres à la tribu guerrière… Quoi qu’il en soit, je continuais tranquillement mon chemin, à la recherche d’un ou plusieurs commerçants influents. Soudain, alors que je passais près d’un arbre, je fis interpellé par une mystérieuse femme, allongée dans un hamac, entourée de nombreux fidèles :

« Oy, tu es bien le ninja envoyé par Iwa, n’est-ce pas ? Approche… Où est passé ton collègue ? » Fit-elle, d’un air neutre.

« Oui c’est bien moi, quant à mon collègue, il a affaire… » Fis-je, d’un ton posé. « Je peux vous aider peut-être ? » Poursuivis-je, d’un air curieux.

La commerçante se releva et fit étrangement signe à ses fidèles de s’écarter. Elle déposa alors son éventail sur ses jambes, se décalant légèrement sur la droite, a priori pour me faire un peu de place.

« Je t’en prie, assis-toi. J’ai cru comprendre que vous avez discuté avec le vieux, hier soir. Alors qu’est-ce que vous avez décidé ? » Demanda -t-elle, d’un air curieux.

« Malheureusement, on n’a pas décidé grand-chose encore, on a peu d’option et on essaye donc d’étudier toutes les pistes pour sortir votre village de cette mauvaise passe. » Répliquai-je, d’un air neutre.

Ma réponse n’avait pas l’air de lui plaire, mais elle prenait malgré tout son temps pour réfléchir. Au même moment, deux autres commerçants, accompagnés de plusieurs fidèles, se joignirent à nous, eux aussi apparemment curieux d’en savoir plus sur cette soirée avec le chef du village.

« Alors, jeune shinobi, qu’est-ce que tu peux nous apprendre sur cette soirée ? Mes hommes sont déjà prêts et n’attendent que mon feu vert pour se lancer à l’assaut de ces barbares. » Lança, l’homme le plus âgé, d’un air pour le moins impatient.

« Votre réaction n’est pas digne d’un commerçant, et les affaires, vous en faites quoi dans tout cela ? » Fit-il, le jeune homme, d’un air sarcastique.

Ces trois commerçants avaient l’air visiblement d’être tous influents, ainsi, je n’avais plus besoin d’aller jusqu’au centre-ville pour les convaincre. Il me suffit de convaincre ces trois-là, et j’étais persuadé qu’ils sauront convaincre les autres. Cependant, je n’avais pas le droit à l’erreur car, le plus âgé d’entre eux avait l’air très impatient d’en finir avec cette histoire, peu importe ce que cela lui en coûterait.

« Comme je le disais à l’instant, on n’est pas plus avancé… Le vieil homme, comme vous dites, nous a présenté toutes les options : Si on attaque la Tribu, vous risquez de tout perdre, quand bien même ils seraient vaincus. A vous de voir si vous êtes prêt à repartir de zéro car, de ce que je vois, vous avez l’air d’avoir travailler dur pour en arriver à là vous êtes, je me trompe ? Je n’ai aucune leçon à vous donner et si d’ailleurs vous avez des idées, nous sommes preneurs car, comme je vous l’ai dit, nous étudions toutes les possibilités… » Fis-je, d’un air neutre.

« Je propose qu’on s’en débarrasse une bonne fois pour toute, j’ai suffisamment d’économie pour remettre Vallica sur pied. » Lança, le commerçant le plus âgé, toujours aussi impatient…

« Vous n’y pensez pas, et si vous mourrez ? Et si la plupart d’entre nous venaient à mourir ? » Fit, le jeune commerçant.

« Vous êtes commerçants, et vous avez beau dire ce que vous voulez, vous resterez des commerçants. Je crois que vous ne mesurez pas la gravité de la situation… Si c’était aussi simple que vous avez l’air d’y croire, on se serait attaqué à la tribu depuis bien longtemps. » Fis-je, d’un air pensif. « Si vous n’avez pas d’autres questions, je crois que je vais partir, on doit encore réfléchir sur un plan car, celui de votre chef me paraît assez risqué… » Conclus-je, en faisant signe de partir.

Alors que je m’apprêtais à partir, le commerçant le plus âgé se leva, s’empressant de m’attraper la main :

« Attend ! C’était quoi l’idée du vieil homme ? » Fit-il, d’un air curieux.

Les deux autres commerçants me firent aussi signe de répondre, à priori tous curieux de connaître le « plan » de leur chef. En réalité, je ne faisais que les amener là où je voulais, histoire de pouvoir leur suggérer notre plan.

« Hum, il voulait que vous passiez un accord avec la tribu, accord visant à faire d’eux les protecteurs de Valicca, c’est fou non ? » Fis-je, d’un air neutre.

« QUOI ?! » Réagirent, les trois commerçants, à priori très surpris par une telle idée.

Les trois se mirent alors à se chamailler, l’un remettant en cause l’idée et le rôle du chef du village, tandis que le second approuva et y voyait une belle opportunité de développer davantage les échanges commerciaux autour de cette région. Quant à la commerçante, elle semblait partagée entre les deux, s’accordant plus de temps pour réfléchir… puis, soudain, elle fit signe à ces compères de se taire, ne manquant pas de m’exposer son avis :

« Si le vieil homme a dit une telle chose c’est qu’il a mûrement réfléchi. Croyez-moi, je le connais depuis toute petite, il ne prendrait jamais une décision qui pourrait desservir Valicca. Jeune shinobi, je pense que cette piste est à creuser… Je vais m’occuper de convaincre les autres, pendant ce temps je vous charge, ton camarade et toi, de trouver quelque chose qui pourrait satisfaire cette tribu, tout sauf nos terres. Je veux aussi que vous évaluez les risques d’un tel plan et que vous veniez nous les transmettre à nous trois, vous nous trouverez dans le bureau du vieil homme… » Fit-elle, d’un air confiant.

Les deux autres ne comprenaient pas trop la situation, mais ils ne disaient pas grand-chose, attendant probablement d’en discuter avec leur camarade.

« Hum, et bien pourquoi pas, si vous avez l’air si sûre de vous, on peut essayer… » Fis-je, d’un air décontracté.

Après quoi, je fis une petite lettre à Abuto pour lui exposer brièvement la situation. Dans cette lettre, je lui expliquais que les choses se passaient bien et que cette mystérieuse commerçante s’était décidée de prendre les choses en main, s’occupant personnellement de convaincre ses autres collègues commerçants. Je lui confiais également que les Valicciens étaient prêt à tout, sauf de céder leur terre.

Enfin, je m’en allais malgré tout pour le centre-ville, curieux de voir le climat qui y régnait. Après quoi, je me dirigerai vers le bureau du maire de la ville, lieu de notre rencontre avant de partir pour la tribu guerrière...



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 16:34
Là, dans la cours de ce qui s’apparentait à un hôtel exotique, les deux ninjas sortaient d’une nuit chargé en termes de réflexions mais aussi porteuse des grandes lignes du plan d’action à adopter. Le plus gros du travail restait encore à accomplir, élément sur lequel rebondit Musashi avec précision, gravant directement dans l’esprit du Mugirawa l’orientation de ses recherches via l’aide de l’ancien du village. Enquis d'un professionnalisme évidente quant à la suite de la mission, l’artisan acquiesça de la tête sans couper de son sérieux, le sac à dos déjà préparé pour le voyage qui les attendait après leur visite à Valicca.

« Je n’y manquerai pas. Bon courage Musashi. »

Les deux silhouettes ne tardèrent pas à se séparer de sorte à ne pas perdre de temps. Ainsi, Abuto se dirigea directement vers la tour principale du village afin d’en gravir les étages et arriver à une salle proche du bureau du vénérable Oda, rencontrant au passage de nombreuses têtes familières entrevue le jour d’avant. D’un salut bref et respectueux, il s'engouffra alors jusqu’à la porte du lieu de rendez vous, le tout guidé par les services de gardes attitrés, à priori de simples civiles constituant une partie de la milice locale. Une fois plusieurs frappe donné sur l’obstacle de bois le séparant de ses futures interlocuteurs, un signal verbale court et concis l’invita donc à pénétrer à l’intérieur, face à trois silhouettes.

« C’est moi, Mugirawa Abuto, ninja d’Iwa. Me voici de retour, comme convenue. »

« Venez, entrez Shinobi d’Iwa. Suite à notre discussion de la veille, j’ai confié à mon assistant et un de mes archives de vous fournir tous les documents nécessaires à votre tâche. Ils seront là pour vous aider le temps de trouver ce qui intéresse. Quant à moi, j’ai encore beaucoup de travail qui m’attend par rapport au village. Je reviendrai vous voir une fois que vous aurez terminé. Bon courage à vous tous. »

Malgré une hospitalité digne de ce que devait offrir un village commerçant en plein essor, le vieil Oda portait sur lui bien des charges au sein de Valicca, assez pour devoir écourter sa présence auprès des ninjas et leur déléguer cette partie des négociations. Le colosse tatoué ne put que paraître compréhensif et empathique, puisque lui aussi dirigeait en temps normal une entreprise conséquente, ne laissant que peu de répis. Il remercia ainsi son hôte d’un échange de regard silencieux mais appuyé, avant de prendre sa place auprès des deux personnes restantes. L’ancien quant à lui quitta la pièce sans plus attendre.

« Enchanté Abuto, nous allons être amené à collaborer plusieurs heures durant j’imagine. Mais, comme vous nous l’avez proposé, voici la somme des documents qui pourra nous servir dans l’immédiat. Plans de constructions territoriales, agencements des territoires du villages et de ses environs, historiques de contrat et d’installations, dossier d’étude de terrain. Enfin, tout notre passif lié à cette tribu guerrière et nos échanges avec celle-ci. Normalement, ça devrait suffire … »

Stupéfait et admiratif de cette efficacité notable, le soldat fit un tour rapide de tous ces ouvrages et rouleaux qui ornaient la grande table au milieu de la salle avant de revenir vers les deux autres protagonistes pour hocher la tête, confiant.

« Et bien … C’est encore mieux que ce à quoi je pensais. Nous allons pouvoir commencer rapidement. Donc, nous ne voulons pas céder de territoire au niveau de Valicca, mais espérons mettre à profit la force guerrière de cette tribu pour renforcer la sérénité du village dans le meilleur des cas. Nous allons devoir trouver ce qui motive cette tribu à se lancer dans une guerre, le manque qui les a lésé pour en arriver à ce stade. »

D’un commun accords, les trois regards croisés avec des enjeux mutuelles scellérent dans le silence le but de ces investigations avant de se plonger directement la tête dedans. Parmi ces minutes et ces heures qui risquaient de défiler plus rapidement que prévu, la silhouette de l’homme des rivages fit plusieurs fois le tour de la table, s’abaissant parfois dessus à l’aide de l’appui de ses bras épais, l’air songeur et impliqué sur le visage. L’un déroulait un parchemin pendant qu’un autre prenait des notes sur un tableau d’envergure, y apposant de temps en temps des papiers en guises de connotations annexes. Un véritable travail de fourmi.

Dans ces archives, l’on retrouvait l’ensemble des partenaires commerciaux initiaux qui décidérent d’étendre leur champ d’action en installer une partie de leurs partisans en ces lieux avec le projet de construction de Valicca. Ce n’était visiblement pas l’affaire d’une personne ou d’un clan mais plutôt d’un genre d’accord économique destiné à grandir le marché sur le long termes. Pourtant, aucun signe de négociation préliminaire avec des résidants environnant le territoire ne résidait dans les rapport, outre un accord général et officiel des grandes instances. Comme ci ces terres découvertes du jour au lendemain n’appartenaient à personne, d’un point de vue financière bien sûr.

En effet, les descriptions multiples et désignations des terrains sur les contrats relevaient simplement de réserves de ressources naturelles non référencé sur un quelconque patrimoine lié à un ou plusieurs particuliers. Il s’agissait de zones encore non exploité, appartenant aux règles saintes de la nature et son expansion légitime. Aucune histoire d’arrangement avec la tribu guerrière, ni de perte, ni de gain à priori … Ce qui laissait présager déjà un cas classique de dommages collatéraux lié à la mondialisation inévitable.

Cela arrivait souvent ces derniers temps, au fur et à mesure que les pays se développent vers la voie de l’exploitation et de l’avancé technologique. Malheureusement, cette rapidité écrasait les minorités adeptes de l'époque clanique voué à changer au cour de ces décennies. Au moins, d’aucun rapport n’indiquait de vice caché ou de manque d’honnêteté de la part des commerçants, même si le jeu des limites demeurait présent dans tout secteur. Après tout le profit demeurait la source principale de motivation, sans forcément prendre en compte les petits villages. Une bonne chose, histoire que cela ne puisse se retourner contre Valicca et sa légitimité.

Retracer l’ensemble de cet historique demanda un temps fou, surtout au vue des qualités d’archivistes et de comptable qu’elle nécessitait. Heureusement pour eux, le second de l'assistant s’avérait suffisamment calé sur le sujet pour leur prémacher un peu le travail … Ils pouvaient maintenant se concentrer sur la Tribu, son passif relaté et les suppositions possibles sur ses difficultés au cours de ces dernières années en termes de territoire.

Là, il y avait déjà plus de croustillant, d'éléments notables. Abuto et Musashi avaient profité de leur péripétie face à l’armada de guerrier pour observer un peu l’agencement du Canyon et ce qu’elle offrait à ses habitants. Malheureusement, l’aridité du terrain en dépit des diverses cascades autours desquelles se nichaient la verdure n’offrait que peu de solution en termes de ressources, surtout pour des gens incapables d’importer directement depuis l’extérieur. Cette idée préssentie et assez courante dans ce genre de cas se confirma rapidement une fois la carte des évaluations des ressources du territoire déroulé. La répartition de celles-ci s’avérait grandement inégale, la majorité des terrains exploitables se situant sur le versant de Valicca et non du côté de la tribu.

Voilà qui expliquait tout … Ces barbares ne devaient plus trouver suffisamment de quoi se nourrir et subvenir à leurs besoin naturellement, sans recourir à des transactions. Exactement, aucune sorte d’échange monétaire ni de marchandise n’était listé de leur part depuis l’installation de Valicca, pas une seule après tout ce temps, pas même une demande. Ces derniers devaient être réfractaire à ce genre de système. Ou juste trop reculé pour y avoir pensé. Bon, ce n’était pas tout de s’imaginer cette situation, il fallait retranscrire ce problème de façon factuel sur leurs notes, avec des chiffres et une réalité du terrain pour ensuite l’exposer à l’ancien du village.

Non content de se limiter à cet aspect du problème, les trois individus continuérent leurs recherches plusieurs heures durant afin d’être sur et étayer un maximum leur hypothèse. Plus ils disposeraient d’options selon les circonstances des négociations, plus cette dernière aurait des chances de réussir avant de se rendre sur place. Une fois ceci-fait, vint le temps de revoir Oda, de retour dans la salle une fois l’aiguille de l’horloge bien avancé.

« Messieurs, je reviens aux nouvelles. J'espère que vous avez trouvé ce que vous cherchiez. »

Abuto ne tarda pas à prendre la parole, sûr de son coup et de ses nombreuses informations.

« En effet, nous avons trouvé la raison la plus probable de cette mésentente accidentelle. Ce n’est pas seulement due à un manque de communication ponctuel suite à cet échange ponctuel de lettre, mais un problème ancré depuis un temps déjà. Nous pensons avec de grandes certitudes que la Tribu utilisait ces territoires commes sources de ressources naturelles pour subvenir à leurs besoin. Nous avons eu le temps d’observer le Canyon et son paysage, malheureusement celui-ci ne rend pas très simple la vie dans le coin, malgré sa beauté. Valicca et ses environs représentent plus de la moitié des ressources disponibles autour du Canyon … La Tribu ne se manifeste que maintenant, mais ils ne doivent plus avoir de quoi se suffir sur le long terme, voir le court termes pour en venir aux armes. »

Il prit alors une pause, reprenant son souffle.

« Je vois qu’il n’y a jamais eu de transactions commerciales avec ces derniers … Ce n’est pas vraiment votre faute, Valicca ne montre aucune erreur dans ses procédures d’installations. Mais il va falloir compter ce peuple parmi vos partenaire commerciaux, d’une façon ou d’une autre à partir de maintenant. »

Oda acquiesça tant bien que mal toutes ces informations, l’air d’y réfléchir avec sérieux.

« Hmm, je comprend … Et que proposez vous ? »

« Un marché, comme évoqué hier. Valicca va devoir fournir une partie des besoins de la Tribu et essayer d’obtenir en échange une protection militaires de ses voies commerciaux. Voyez cela comme un gain potentiel sur le long termes … Plus le village gagnera en confiance et sécurité, plus les échanges et les transports de marchandises augmenteront. Il faut seulement chiffrer ces prévisions et ce qu’est prêt à faire Valicca de son côté. Si vous êtes y adhérer bien sur. Il nous faudra plusieurs propositions pour être sûr de négocier correctement. »

« Très bien … Nous allons y réfléchir et voir ce que l’on peut faire. On va avoir besoin d’évaluer ce que cette négociation va nous apporter au niveau financier. »

Les deux assistant et l’ancien prirent alors congés quelques instants, laissant présager au ninja une augure positive quant à cette affaire. Il en profita de son côté pour envoyer une lettre en échange de celle reçu par Musashi sans la foulé. Visiblement tout s’était bien déroulé de son côté … Un point rassurant, puisque cet accord allait se faire sur le long termes, et que les Shinobis devaient éviter de revenir en ces lieux pour rien, eux ou de futurs collègues.

Le temps de la venue de Musashi dans la bâtisse principale, l’ancien du village lui confia plusieurs options de partenariat en main propre, avec suffisamment de matière pour discuter sereinement. En cas de problème, ils avaient désormais accès à leur réseau de lettre, même si cela prenait du temps. Il ne leur restait plus qu’à se rendre auprès de la tribu guerrier immédiatement et entamer les négociations avant d’aggraver davantage la situation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Dim 28 Avr 2019 - 23:35

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Paix pour Valicca



[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

--------------------------------------------------

Quelques heures plus tard…

Je me trouvais au centre-ville, là où les commerçants s’étaient réunis en petits comités discutant plus ou moins calmement de l’avenir de leur village. La nouvelle, concernant une éventuelle alliance avec la tribu des montagnes, n’avaient pas l’air de ravir la masse, loin de là. Cependant, la mystérieuse commerçante, occupant apparemment une place de choix dans la hiérarchie du village, se montra catégorique, invitant tous ses partisans à s’y faire à cette idée et de ne remettre en aucune façon cette décision en cause. Les autres leaders n’avaient pas l’air d’être aussi convaincu que leur comparse, mais ils s’efforçaient à discuter et de convaincre leurs fidèles. J’observais tout ceci du haut d’un toit, trouvant la situation très intéressante. Puis, en observant de plus près la mystérieuse commerçante, je ne pus m’empêcher de tomber sous le charme de son charisme qui fit par ailleurs taire tous ses sujets. Ainsi, la question de convaincre les Valicciens semblaient en grande partie résolue.

Enfin, alors que je me rendais au bureau du maire de la ville, une personne m’accosta dans les rues et remit une lettre qui proviendrait de mon ainé. Je remerciais alors le coursier, m’empressant d’ouvrir la lettre en question afin d’en lire le contenu. Un sourire de satisfaction se dessina alors sur mon visage, ravi par les nouvelles de cette lettre riche en information qui soulevaient, par ailleurs, assez précisément la nature du problème qui opposait Valicca à cette mystérieuse tribu des montagnes. Les choses me paraissaient désormais bien plus clair et simple, c’était désormais à nous de jouer et de régler au plus vite cette histoire. Ainsi, sans perdre un instant, je m’empressais de rejoindre le bureau d’Oda, là où mon partenaire m’attendait pour une dernière discussion avec le vieil homme avant de reprendre le chemin pour la tribu guerrière.

Quelques instants plus tard, je parvins dans l’immense quartier administratif de Valicca, m’empressant alors de retrouver le bureau du maire. Je frappai alors à la porte, attendant ainsi patiemment une autorisation avant d’y entrer. Une fois à l’intérieur, quelques personnalités que je ne connaissais pas, et Oda ainsi que le Mugirawa étaient tous réunis dans la salle. Ils avaient l’air d’avoir longuement discuté sur le sujet et la décision de s’allier avec la tribu semblait désormais unanime. Ainsi, je m’inclinais légèrement devant le maire, lui apportant ainsi d’autres nouvelles qui devraient sceller cette réunion une bonne fois pour toute.

« Bonjour, honorable Oda ! Bonjour à vous tous ! J’ai bien reçu les nouvelles concernant la Tribu guerrière, et je vous apporte également des nouvelles concernant la population. » Commençai-je, en regardant toutes les personnes présentes droit dans les yeux. « Une commerçante qui semble bien vous connaître, vous Oda, s’est chargé de réunir des petits comités en ville, et elle s’est chargée de convaincre une bonne partie de la population de l’intérêt de cette future alliance avec la tribu des montagnes. » Poursuivis-je, d’un léger sourire.

Oda semblait le premier surpris. Il se retourna rapidement vers les autres individus, puis reporta son regard sur ma personne, ne manquant pas de m’interrompre dans mon monologue :

« Vous devez sûrement parler d’Otohime… Je ne comprends pas, c’est vous qui lui en avez parler de cet accord ? Je n’ai pas encore eu le temps d’en discuter avec elle, mais si ce que vous dites est vrai, alors c’est une formidable nouvelle. » Fit-il, d’un air soulagé.

Les deux autres individus se regardaient, ne manquant pas d’afficher leur joie matérialisée par un large sourire. Ainsi, cette mystérieuse commerçante se prénommait Otohime, c’était bon à savoir car elle semblait jouir d’une certaine réputation par ici.

« Oui, je l’ai rencontré par hasard. Je vous avoue ne pas connaître son prénom, mais elle semble jouir d’une certaine réputation parmi les commerçants… » Fis-je, d’un léger sourire. « Quoi qu’il en soit, je pense que mon partenaire et moi pouvions nous mettre en route pour la Tribu des montagnes, si vous ne conviez pas d’inconvénient bien sûr. Plus vite nous nous mettrons en route, plus rapidement nous règlerons ce problème. Si nous tardons encore, ils vont très certainement tenter de vous attaquer de nouveau, si cela arrivait, les choses seraient beaucoup compliqués à gérer, autant pour vous que pour nous. » Conclus-je, d’un air neutre.

Je reculais alors de quelques pas, regardant mon partenaire, à qui je ne manquais pas d’afficher un très léger sourire, puis j’observais rapidement les deux autres individus avant de reposer mon regard sur le maire de la ville.

« Oui vous avez tout à fait raison. Nous avons déjà discuté longuement du problème, je crois que les choses sont désormais entre vos mains, shinobis d’Iwa. N’oubliez pas que tout le peuple de Valicca s’en remet à vous ! » Rétorqua -t-il, d’un air sérieux.

Je me contentai de hocher simplement la tête, ne manquant toutefois pas d’afficher un air sérieux et déterminé, témoignant parfaitement de ma volonté de résoudre cette affaire conformément aux attentes du village. Je reportais alors mon regard sur mon partenaire, puis je pris le chemin de la sortie pour nous mettre en route vers la Tribu guerrière.

« Pas trop fatigué ? Si on se dépêche, je crois que nous arriverons en début de soirée, ce qui n’est pas plus mal surtout si les choses venaient à mal tourner. » Fis-je, à l’égard de mon partenaire, une fois les pieds hors du bureau.

Sans perdre un instant, on se mit en direction du grand canyon... Je disposais d’un sac à dos avec quelques gourdes d’eaux et notamment de quoi manger, au cas où nous aurions faim. En chemin, je mis ma capuche au-dessus de ma tête pour faire face au vent qui soufflait fort, ne manquant pas de nous arroser des particules de poussière qu’il transportait. Puis, une fois vers le Grand Canyon, je sortis deux bouteilles d’eaux de mon sac, proposant l’un à mon partenaire qui devait probablement avoir soif, surtout après avoir parcouru autant de distance en si peu de temps.

« J’ai oublié de te le dire, vous avez fait un super boulot, hein ! Sans toutes ses informations que vous avez dégotées en si peu de temps, on aurait sûrement eu du mal à trouver le fond du problème et la solution qui va avec. » Fis-je, d’un léger sourire, lui tendant la gourde d’eau.

On s’approchait de plus en plus de notre destination, tandis que le soleil commençait peu à peu à se coucher, rendant ainsi la visibilité du paysage de moins en moins évidente. Puis, soudain, la brume commençait à s’installer, nous rendant la visibilité d’autant plus difficile.

« On n’est pas loin du territoire ennemi, restons sur nos gardes. » Fis-je, en concentrant une petite quantité de chakra sous mes pieds.

L’instant d’après, des flèches furent tirées à titre de sommation, nous invitant ainsi à freiner notre course. Puis, une silhouette apparut à travers la brume, portant un masque pour le moins laid. Derrière lui, d’autres ombres étaient perceptibles. Il n’aurait fallu que de peu de temps pour qu’on soit entièrement entouré par les valeureux guerriers de cette tribu qui semblait pour le moins organisé.

« Vous êtes sur notre territoire, donnez-nous une bonne raison de ne pas vous tuer sur le champ ? » Lança, l’homme masqué.

Il était apparemment le chef de cette escouade posté à l’avant-garde du fief de la tribu. Je lançai un bref regard au Mugirawa, puis je m’avançai d’un pas vers notre interlocuteur, lui exposant ainsi la raison de notre présence.

« Il me semble que votre territoire se situe encore à quelques centaines de mètre plus loin… Enfin, après si vous voulez entrer en guerre contre le village d’Iwa, alors allez-y, lancez les hostilités. » Commençai-je, d’un air sérieux. « En revanche, si vous êtes désireux de protéger et faire encore prospérer votre tribu pour une longue durée, le tout sans déclarer la guerre à qui que ce soit, alors conduisez-nous auprès de vos supérieurs, nous avons un marché à leur proposer. Nous sommes des ninja d’Iwa, nous sommes venus négocier avec vous en paix. » Conclus-je, d’un air neutre, retirant au passage ma capuche.

Le guerrier n’avait pas l’air d’apprécier le ton sur lequel je lui parlai, tant pis, on n’allait pas se coucher face à eux. Quoi qu’il en soit, je laissai mon partenaire ajouter quelques mots avant d’observer la réaction du guerrier. Il avait apparemment du mal à se décider, hésitant entre nous « corriger » sur le champ ou nous conduire auprès de ses supérieurs. C’est alors qu’un autre guerrier s’avança, lui chuchotant quelques mots à l’oreille, l’aidant ainsi à faire son choix.

« J’espère que vous dites vrais et que votre proposition est digne d’intérêt, sans quoi vous ne répartirez pas d’ici vivant. » Fit-il, d’un ton menaçant.

Personnellement, je ne portais aucune attention à cette provocation, me contentant de lui suivre sans un mot. Le guerrier nous montrait le chemin, tandis que ses camarades se dispersèrent, chacun reprenant à priori son poste. Ils étaient organisés, aucun doute là-dessus.

Enfin, on pénétra dans les profondeurs de la forêt, marchant à priori sur une pente qui nous menait sûrement vers leur quartier général. Quelques temps après, on pénétra au sein d’une grotte, étrangement éclairée par des cristaux aux allures de shôton. D’autres fragments de cristaux étaient ancrés et incrustés un peu partout sur les murs de cette mystérieuse grotte. De nombreuses interrogations me traversèrent alors l’esprit, mais pour l’heure je n’étais pas tout à fait en position de pouvoir les poser. Ainsi, je me contentais d’observer les lieux avec beaucoup d’attention, suivant toujours le guerrier qui, quelques temps plus tard, s’arrêta devant une étrange porte de pierre. Il déplaça étrangement les cristaux incrustés sur la porte, ce qui eut pour effet d’ouvrir cette dernière. On entra alors dans une étrange pièce où deux vieillards étaient en train de graver des inscriptions sur des pierres.

« Oh mais qu’est-ce que je vois, des étrangers… Comment est-ce que tu expliques ça, Raiji ? » Fit, l’un des vieillards.

« Si ça ne tenait qu’à moi, je les aurais déjà éliminés, maître. Cependant, il s’agit là des shinobis d’Iwa, et ils disent être là pour vous proposer quelque chose, vous devriez peut-être les écouter. » Rétorqua, le guerrier.

Il se faisait bien plus petit que tout à l’heure, ce qui expliquait que ces deux vieillards étaient ses supérieurs, aucun doute là-dessus.

« Oh, je vois… C’est intéressant. Retourne à ton poste maintenant ! » Ordonna -t-il, d’un ton autoritaire. « Bien, messieurs, avancez je vous prie. Installez-vous donc par ici, et dites-nous en plus sur ce qui vous amène sur nos terres… » Lança, l’autre vieillard, d’un très léger sourire.




_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Ven 10 Mai 2019 - 14:16
Cette fois, le contexte de la mission prenait une allure bien différente où seul le temps figurait comme le plus grand de leur ennemi, si bien que le duo de ninja ne put vraiment se trimballer davantage dans les rues de Valicca juste pour en apprécier la saveur. Au contraire, ces derniers avaient rapidement arpenté le chemin dans le sens inverse pour se trouver proche du territoire de la tribu non sans une appréhension palpable. Enfin c’était surtout le Mugirawa qui affichait cette sensation au niveau du visage renfermé, dur et grave comme si il redoutait le pire avec cette entrevue et le risque de déclencher un conflit lié au village de la roche.

Malgré les propositions de Musashi sur la route entre son appréciation de leur réussite à Valicca et sa proposition de ravitaillement plus qu’appréciable, le colosse ne parvint pas à effacer le trouble qui affectait son esprit. Un trouble qui prit relief assez aisément de par des réponses gestuelles plutôt que verbales si ce ne fusse des remerciements brefs et fugaces. Son regard ne cessait de parcourir les environs pour se prémunir d’une éventuelle embuscade ou tentative de capture, même si leur groupe devait circuler à découvert pour ne pas montrer d’intention hostile en se dissimulant et trompant la garde de la tribu.

D’ailleurs, l’intervention tant redouté ne tarda pas, d’une volée de flèche en guise de sommation lancé à leurs pieds. Un geste somme toute normal et prévisible mais qui ne tarda pas à faire monter l’adrénaline dans la chair du Mugirawa, prêt à réagir de façon un peu dur à priori. Heureusement, le jeune manieur de cristal prit les devant sans lui laisser le temps de créer davantage de tensions et l’étonna grandement dans sa manière de gérer cette rencontre. Autoritaire, persuasif et conscient de ses mots et des risques encourues. Décidément, son frère d’arme semblait vraiment taillé pour des expéditions de cet acabit. En réalité, il n’avait rien à ajouter à part un hochement de tête confirmant les menaces de son collègue.

Pas mal … Je me demande si je ne devrais pas lui laisser gérer ça avec le chef de la tribu … J’ai comme un mauvais feeling avec ces gens. On verra bien …

Le ton de l’audience accordé auprès du chef s’avérait des plus tendus à en croire la dernière sommation du garde qui leur servit aussi de guide à travers cet immense campement des plus étranges. Toujours dans un silence religieux évitant toute mésentente avec les soldats autour d’eux, le guerrier tatoué se contenta d’observer avec émerveillement et attention l’architecture des lieux ainsi que la disposition des gardes en cas de coup dur. Trop, trop de combattant bien équipé et armé pour leur permettre de sortir d’ici vivant. Au pire, ce serait les blessures ou la fatigue qui les emporterait sur le chemin du retour. Après, le bandeau sur le front représentait un avantage non négligeable.

Le Mugirawa ne s’attendait pas du tout à ce genre de paysage. En dehors de la forêt où ses rêveries le portait vers des campement à l’air libre et étendu, lui et son compère s'engouffrèrent dans une grotte impressionnante forgé par les mains habiles d’humains sans hésiter. Mieux, la présence des divers gisements de cristaux similaires à ceux propre aux manieur du Shoton et l’apparence des parois rocheuses de la citadelle enterré évoquait même l’utilisation du Ninjutsu, bien qu’aucun de ces individus n’en présente le moindre signes. C’était on ne peut plus impressionnant, d’autant que l’ambiance sacral de ces lieux s’embélissaient à travers les sculptures d’animaux, de totems aux formes méconnaissables à base de cristal et autres ornements inconnus. Ils auraient pu passer pas mal de temps à décortiquer tout cela … Cependant, le plus urgent se tenait devant eux.

Une porte au mécanisme déroutant s’ouvrit devant eux après des manipulations familières à une interaction chakratique, sans quoi l’on aurait pu appeler cela de la magie, simplement. Curieux, fébrile, l’homme aux allures tribales s’avança sous l’invitation des chefs de la tribu sans ne rater aucun morceau du spectacle. On leur proposa de venir s’asseoir au milieu d’une salle reculé à travers plusieurs pièces, plus grande que les autres, surement le bureau du vieillard. Les deux soldats d’Iwa ne tardèrent pas à se poser comme il se devait face à des hôtes, avec tout le respect nécessaire. Un bref salut physique s’échangea entre eux en une poignée de mains, avant de se retrouver en face à face.

« Bienvenu chez nous Shinobi d’Iwa. Je suis Renko, le chef de cette tribu. C’est bien osé pour vous de venir ici en ces temps de conflit, je dirai même courageux puisque vous venez directement de Valicca, je me trompe ? »

Abuto sembla un peu surpris de cette révélation soudaine, indiquant qu’on les avait soit suivi, soit surveillé de prêt depuis Valicca même. Difficile à croire cependant, ils l’auraient remarqué avec toute cette pagaille dans le village … A moins que …

« Vous êtes donc déjà au courant. Cela m’étonne certes, mais je doute que ce soit le simple fait de vos soldats, n’ai je pas raison ? Je dirai qu’aucun de vos guerrier ne maîtrise les techniques propre aux ninjas … Mais vous et les anciens de ce village n’êtes pas si étranger à nous. »

« Faites attentions à vos mots, Shinobi d’Iwa. Vous n’êtes pas chez vous aussi, même si vous n’avez pas tord. Vous ignorez beaucoup de choses sur nous. Vous êtes nos invités, mais nous n’allons pas plier genoux juste à cause de vos jolies bandeaux. Nous vivions ici bien avant que vous arpentez ces territoires à quatre patte lorsque vous étiez des nourrissons. »

L’échange ne n’augurait pas des plus aisé, surtout que la tension commençait à monter des deux côtés pour peu de choses. Le Mugirawa avait commencé en fanfart sans encore laisser son collègue intervenir, ce qui ne saurait tarder. D'après ses observations à son sujet, il comptait sur sa personne pour désamorcer la situation le moment venu, à l’instar de ses prouesses à Valicca pour rallier le peuple à l’idée d’une entente commune. Mais pour l’instant, les ninjas devaient tenir une part d’autorité et de poids dans cette entrevue au risque de paraître faible.

« Nous ne mettons pas en cause votre fierté et votre mérite. Ce n’est pas dans ce genre de querelle que souhaite se lancer le village d’Iwa, ce n’est pas notre politique. La guerre et les conflits sont choses aisés, mais dans un même territoire, ils n’apportent rien à part la mort et la défaite. Peu importe leurs origines et mode de vie, tous les peuples résidant sur le pays de la terre siègent au même niveau d’importance pour nous. Notre volonté n’est pas de soumettre, mais de nous rallier pour devenir plus fort. Il aurait été chose aisé de mettre un terme à ce conflit entre vous et Valicca par des forces armées. Ce n’est pas une menace, mais c’est ce qui se fait à travers le monde. Vous étiez prêt à raser un village entier sous l’autorité même du village de la roche. »

Derrière ces mots se cachaient des mesures que chacun devait prendre compte et se mettre devant la réalité des faits malgré les égos naturelles reliant chaque faction. Cela se voyait dans les deux regards intenses que partageaient Abuto et Renko, si bien que le chef de la tribu sembla à deux doigts de cracher des injures voir de les virer immédiatement de la tente. Mais d’un coup, il relâcha sa pulsion en fermant les yeux, comme si des préoccupations plus importantes lui traversaient l’esprit. Et puis, ils n’étaient pas si innocent que cela.

« Et que faites vous des territoires qui nous ont été volés ? De nos terrains de chasses, de nos bétails, de nos plaines, des besoins de mon village ? Vous pensez que nous devons rester là les bras croiser à ne rien faire ? Si nous ne reprenons pas nos droits, ce sont nos propres enfants, femmes et guerrier qui vont finir par mourir. On ne nourrit pas un village à partir de rien. Et jusqu’ici, on ne nous a jamais rien demandé avant de construire la cité de Valicca. Que faites vous de cela ? Nous ne devrions même pas à nous justifier. Mes soldats sont prêt à se battre, c’est ce qu’ils savent faire de mieux et ont grandi ainsi. Et je ne parle même pas de nos traditions … »

Un lourds fardeau tomba soudainement sur les épaules du duo, le Mugirawa s’étant un peu trop avancé à crever directement l'abcès. Au moins, les difficultés évidentes et primaires de la tribu était sur la table, concordant assez avec leurs déductions basiques et des nombreuses propositions apportés avec eux. Le colosse inspira et expira plusieurs fois avec un regard plein de compréhension et de contradiction entre la tension et le besoin de ce peuple. D’ailleurs, son silence était le signe pour son compagnon de prendre le relais, d’initier la partie plus douce et compréhensive de cet échange à l’instar du bon et du mauvais flic. Mais d’un coup, une autre intervention intrigante se fit dans la grotte.

« Chef … Excusez moi de vous déranger … Il y a des ninjas d’Iwa aux portes de la tribu qui veulent savoir à quoi était dû la mobilisation de nos troupes et tous les éboulements qu’on a rencontré sur le chemin … Que doit-on faire ? Ils n’ont pas l’air très serein à ce sujet. »

L’ensemble des personnes présentent dans la pièce dévisagèrent le soldat avec gravité, ne sachant vraiment quoi faire ni penser quant à cette intervention inattendue. C’était mal pour eux, tant la tribu que le duo dont la diplomatie ne tenait qu’à un fil … Ce pourquoi le Mugirawa se leva d’un coup sec, assumant toute la charge sur lui.

« Je viens avec vous, je vais m’occuper d’eux et leur expliquer la situation pour ne pas envenimer les choses. Faites moi confiance, honorable Renko. Je vous laisser continuer avec mon collègue qui saura vous aiguiller sur les solutions aux problèmes que vous rencontrez. Je vous rejoins dès que possible. »

D’un signe respectueux de la tête, il partit avec les gardes une fois l’autorisation du chef accordé, même si l’intervention marquait l’urgence de la situation. Il devait enfin comprendre qu’on ne pouvait pas attaquer les premiers venus sans conséquences ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Lun 13 Mai 2019 - 23:44

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Paix pour Valicca



[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

--------------------------------------------------

Le chemin fut long et semée d’embûche, mais nous y voilà – enfin – en face des dirigeants de la Tribu guerrière. La pièce dans laquelle on se trouvait avait tout l’air d’un bureau, du moins c’était ce qu’on pouvait en conclure en prenant en compte les nombreux parchemins qui traînaient et l’activité à laquelle s’adonnaient les deux vieillards avant notre irruption. Si c’était le cas, il fallait reconnaître que, pour un simple bureau, cette pièce était parfaitement protégée et bien cachée. Peut-être que de nombreux secrets y étaient dissimulés, peut-être.

Quoi qu’il en soit, on salua respectueusement les deux vieillards et on prit place devant eux, désormais prêt à entamer cette négociation qui, il fallait le reconnaître, s’annonçait tout sauf facile. Ce qui se confirma bien assez vite, puisque les premiers mots échangés entre le chef de la Tribu et mon camarade donnaient le ton de la conversation, et le moins qu’on puisse dire c’est que ça n’annonçait rien de positive.

Le Mugirawa n’avait pourtant fait qu’une simple supposition, rien de bien méchant, mais Renko était apparemment bien plus susceptible que ne le laissait penser son âge et son apparence. En tout cas, je préférais ne pas intervenir, du moins pas pour l’instant. En effet, je préférais observer et écouter les deux hommes, ce qui me permettrais de réfléchir en amont et de n’intervenir que si la situation l’exigeait. Ainsi, mon aîné se lança dans un long monologue pour le moins réaliste, exposant clairement les faits et la triste réalité de notre monde au chef de la Tribu. Ce dernier devait probablement être le mieux placé pour comprendre le discours du Mugirawa.

En tout cas, à en juger par sa réaction, Abuto avait clairement touché des cordes sensibles, instaurant par conséquent une tension qui était presque palpable. Les regards des deux hommes en disaient long sur ce que chacun pensait de ce conflit, cependant, Renko parvint à refréner ses pulsions et nous exposa la situation actuelle de sa Tribu. Au moins, maintenant on comprenait clairement les motivations de la Tribu ; elle n’avait en effet aucunement l’intention d’observer son déclin sans ne rien tenter. Cependant, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’une guerre ne saurait que précipiter la fin de leur Tribu, et ça il fallait que je leur fasse savoir d’une façon ou d’une autre.

« Si vous me le permettez, je comprends ce que vous ressentez, et justement nous sommes ici pour essayer de vous apportez ce qui vous manque… » Commençai-je, avant d’être interrompu.

Un autre guerrier fit irruption dans la pièce, avertissant ses supérieurs de la présence d’autres shinobis d’Iwa. Voilà qui ne nous facilite guère la tâche, et ce d’autant que la raison de leur présence semblait bien irriter les deux hommes âgés. Fort heureusement, Abuto les rassura en leur confiant qu’il allait s’en occuper, me laissant seul avec ces hommes pour le moins intimidant. Je l’observais alors s’en aller, puis je reportai mon regard sur le chef de la tribu qui ne manqua d’ailleurs pas de réagir à ma dernière phrase.

« Je doute qu’un gamin de votre âge puisse réellement nous comprendre. Mais cela importe peu, jeune homme. Si je comprends bien, vous dites être là pour nous rendre ce qui nous a été volé ? Si cela est vrai, alors nous ne pouvons que nous réjouir de votre présence. Cependant, quelque chose me dit que ce n’est pas tout à fait cela, n’est-ce pas ? » Fit-il, d’un air neutre.

« Je suis navré, mais vous vous doutez bien qu’une telle chose est impossible, car ni mon camarade ni moi n’avions les prérogatives nécessaires. Si vous me le permettez, je vais être franc avec vous et éviter de tourner autour du pot, ça nous fera gagner à tous du temps et comme ça vous n’aurez pas l’impression que je cherche à vous embobiner. » Répliquai-je, d’un air sincère.

A cet instant, je ne savais pas encore exactement ce que j’allais pouvoir leur dire, mais quelques brides d’idées commençaient à se former dans ma tête. Je n’avais pas le droit à l’erreur, car mes prochains mots aller déterminer si oui ou non la Tribu acceptera de négocier. Et ceux qui suivront détermineront si notre offre sera ou non accepter. D’ailleurs, même si je tâchais de garder une expression neutre, je commençais quelque peu à stresser, ressentant une pression pour le moins étouffant. Après tout, je n’avais pas l’habitude de ce genre de conversation, puisque d’ordinaire je préférais largement rester dans mon coin à m’entraîner ou à bouquiner. Cependant, il fallait bien un début à tout, et aujourd’hui plus que jamais je me devais de ne pas échouer. En parlant de ça, les deux hommes s’étaient brièvement regardés, puis l’autre, certainement bras droit du chef, m’interpella à poursuivre.

« Bien, parlez, on vous écoute ! » Fit-il, d’un air curieux.

Le chef ne me quittait pas du regard, arborant un air impassible qui me mettais d’autant plus la pression. Mon regard se porta brièvement sur les totems derrière eux, puis s’arrêta définitivement sur eux.

« Bien. Déjà, de ce que nous savons, les pertes que vous avez subies ont eu lieu sur plusieurs générations, par conséquent, vous en conviendrez qu’il est difficile de trouver un coupable. Vous pouvez tenter de récupérer les terres que vous avez perdu par la guerre, mais cela ne fera que précipitez votre déclin, du moins j’en suis persuadé. Le monde d’aujourd’hui est quelque peu différent de celui que vos ancêtres ont connu, et si vous voulez y survivre et faire proposerez votre clan, alors vous devez vous adapter à cet ère moderne. » Commençai-je, en regardant les deux hommes à tour de drôle, droit dans les yeux.

« Il y a un instant, vous disiez justement vouloir éviter de tourner autour du pot, jeune homme. On se passera bien de vos conseils, allez donc droit au but, je vous prie. Quel est donc cette offre que vous êtes venus nous faire part ? » Lança, le bras droit.

Le bras droit était visiblement pressé de connaître notre offre, mais pourtant il devait savoir que je ne pouvais la formuler sans préparer un minimum le terrain. Le chef demeurait quant à lui impassible, attendant visiblement patiemment de connaître cette offre qui, j’étais persuadé, ne pourrait que les satisfaire.

« Justement, j’en viens… Ce que j’essaye de vous dire, c’est qu’à l’heure où des villages commerciaux et ninja se forment un peu partout dans le monde, vous, vous pouvez aussi avoir un rôle à jouer dans ce nouveau système qui prend forme. D’ailleurs, votre territoire se trouve dans un endroit assez reculé où vous ne disposez malheureusement que de peu de ressource, et peut-être aucune qui soit suffisamment proche de vous, je me trompe ? Ceci explique donc vos motivations quant à détruire la cité de Valicca, cependant, cette cité est sous la protection directe d’Iwa et par conséquent du pays de la terre. Alors, sans perdre plus de temps, pourquoi ne pas vous joindre à nous, et à Valicca ? Oui, je vous propose des contrats commerciaux avec le village que vous souhaitez détruire, ainsi vous éviterez une guerre qui vous sera fatale et vous vous en sortirez avec mieux, à savoir avec presque toutes les ressources dont vous en aurez besoin. » Fis-je, d’un léger sourire.

Un sourire qui se voulait rassurant, cherchant à détendre au maximum l’atmosphère et éteindre une bonne fois pour toute cette tension qui n’avait pas lieu d’être. Cependant, mon discours demeurait incomplet, je voulais tout d’abord connaître la réaction du chef et ajustez la suite en conséquence. D’ailleurs, l’idée d’un partenariat semblait clairement surprendre les deux hommes, même si le chef tâchait de rester neutre. Quoi qu’il en soit, sa réponse ne se fit pas attendre longtemps.

« Je suis étonné que vous disposez de tant d’informations sur nous, cependant je ne comprends pas le fond de votre offre. Avez-vous fait tout ce chemin pour nous convaincre de signer des commerciaux ? Si tel est le cas, vous perdez clairement votre temps, jeune homme. Et, sinon, je vous prierai également d’arrêter de sous-estimer la force militaire de notre Tribu. Qu’est-ce qui vous fait dire avec tant de confiance que nous perdrons si jamais nous venions à entrer en guerre avec Valicca ? Iwa ne nous fait peur, et d’ailleurs si votre village venait à intervenir dans l’hypothèse d’une guerre avec la cité de Valicca, alors sachez que vous perdrez beaucoup, beaucoup plus que vous ne pourrez l’imaginez. Retenez donc cela une bonne fois pour toute, nous sommes des guerriers, un peu peuple guerrier, et il y a un adage chez nous qui proclame qu’il vaut mieux mourir dans la dignité que de vivre dans la honte. Il serait honteux pour nous de renier nos racines guerrières pour devenirs des simples commerçants. Il serait honteux pour nous de continuez à vivre de la sorte pendant que les autres profitent de nos terres et jouissent de nos ressources. Il serait honteux pour nous, jeune shinobi, de ne rien tenter alors que nos enfants meurent à petit feu. Vous comprenez ? » Fit-il, le chef de la Tribu.

Je comprenais parfaitement où il voulait en venir, ne manquant pas de hocher légèrement la tête en guise d’approbation.

« Bien sûr, je vous comprends parfaitement. Cependant, je n’avais pas encore fini de vous exposer notre proposition. Nous n’avons aucunement l’intention de faire de vous des commerçants ou de quelque chose de semblable, loin de là. En vérité, Valicca vous offre toutes les ressources dont vous avez besoin et en échange elle souhaiterait que vous mettiez votre force militaire à son service. Avant que vous ne m’interrompiez, sachez que ce n’est rien du mercenariat ou quelque chose de semblable, car Valicca vous fournira régulièrement les ressources de votre choix, et en échange, vous ne ferez que veiller à sa sécurité et par conséquent aussi à vos intérêts. Je crois que c’est une offre qui mérite réflexion, non ? Sachez que nous souhaitons à tout prix éviter une guerre et nous nous efforçons de trouver de quoi vous convaincre. » Fis-je, d’un léger sourire, en me grattant légèrement l’arrière du crâne.

Le visage du chef se décrispa légèrement, il jeta un bref coup d’œil à son bras droit, puis il réfléchi quelques instants avant de répondre à cette proposition.

« Hum, et bien j’en conviens que vous faites des efforts, jeune homme… Votre proposition me paraît déjà beaucoup mieux, cela dit, je ne peux donner suite pour le moment. Je vais devoir convoquer un conseil d’urgence pour l'étudier plus sérieusement. En attendant, vous libre de vous balader sur nos terres, ne vous éloignez pas trop cependant, ça ne devrait prendre que quelques heures. » Fit-il, tandis que son bras quitta la pièce pour organiser ce conseil.



_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Mugirawa Abuto
Mugirawa Abuto

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mar 14 Mai 2019 - 14:41
Malgré son départ de la salle de réunion, il demeurait difficile pour le Mugirawa de relâcher le sérieux et la gravité instauré sur son visage suite au début un peu explosif de ces négociations difficiles. Avec cet incident imprévu, Musashi se retrouvait seul face au vieux sage et risquait de rencontrer de sévères obstacles à cause notamment de l’âge du vieil homme en faisant un bougre malin et lucide. Les compétences et le caractère du jeune homme allait-il suffit à faire changer le bord cet homme visiblement têtu et orienté sur la voie de la violence ? Impossible de le savoir … Tout reposait sur les épaules de son partenaire désormais …

En effet, le colosse au teint bronzé se retrouvait à arpenter le sentier emprunté précédemment pour arriver jusqu’à la grotte, escorté cette fois-ci par plusieurs gardes fébriles à l’idée de recevoir d’autres Shinobi de la roche. Autant dire que l’ambiance n’était pas vraiment en leur faveur pour résoudre cette intervention impromptu, surtout si l’un de ces guerrier agissait plus vite que la raison et provoquer leur interlocuteur pour pas grand chose. Si jamais cela arrivait, la vie de l’équipe d’explorateur ne tiendrait plus qu’à un fil, celle de la fuite si encore ce repère de sauvage leur offrait une faiblesse à ce niveau …

Les voici là, un groupe de trois soldats reconnaissable à leur bandeau. Surement une équipe du Manazuru en pleine mission ayant bifurqué dans le coin après le déplacement de la tribu.

« Alors, où est votre chef ? Nous attendons toujours des explications sur ces manoeuvres militaires et ces éboulements dans le Canyon. Toute menace envers le pays de la terre impliquera des représailles et des conséquences, que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur. Soyez prévenu. »

L’ensemble des silhouette présentes en ces lieux paraissèrent comme ridicule au milieu cette entrée incrusté à même l’un des flancs du Canyon, deux épaisses murailles surplombant la droite et la gauche de la porte. Pourtant à en croire la témérité et l’assurance des militaires en face, ce paysage n’allait pas rester intact pour longtemps en cas de échauffourée …

D’ailleurs les gardes ne surent trop quoi faire à part de scruter du regard mutuellement dans un silence des plus déplaisant. L’un d’entre eux, surement le meneur, plissa les sourcils avec dureté comme si il comptait répliquer avec autant de véhémence et d’autorité … Mais ce fut Abuto qui s’avança directement, coupant court à toute interaction inutile.

« Le chef et responsable de la Tribu est en pleine réunion actuellement, il n’est pas donc pas en mesure de se présenter. Je suis Mugirawa Abuto, Shinobi d’Iwa en mission au service du Manazuru. Voici mon ordre de mission. »

D’une manipulation habile, le guerrier tatoué plongé l’une de ses mains à l’intérieur de son sac à dos pour en extirper ses papiers d’identifications militaires et l’ordre de mission avec le tampon propre au village, sans omettre d’appuyer la présence de son bandeau de ninja. Ses trois collègues s'empressèrent alors de tout analyser scrupuleusement pour écarter toute possibilité de supercherie ou tentative d’espionnage. Après plusieurs minutes de silence seulement, on lui rendit ses affaires avant d'apparaître plus conciliant à ses explications.

« Ne soyez pas inquiets, il ne s’agissait que de répétitions et d'entraînement pour la coordination des troupes, un exercice de grand ampleur en sommes. Cela a pu en effrayer plus d’un dans le coin ce qui est normal. Quant aux tensions qui existe entre Valicca et la tribu, elle sont véridiques ; Néanmoins, nous sommes déjà en train de travailler sur un arrangement et une alliance, la preuve, nous sommes ici, libre. Il n’y a aucune hostilité, nous en sommes garant. Le reste n’est que le quotidien de ce Canyon, de la nature. »

Au départ, l’homme aux allures tribal fit mine de ne pas savoir de quoi parlait ses compères en évoquant l’attroupement, même Musashi et lui étaient derrière l’apparition de l’ensemble de ces éboulements. Il prit ensuite sur lui, quitte à déformer un peu la réalité afin de protéger la tribu et surtout la pérennité de leur mission. Acte qui ne manqua pas d’étonner et d’interloquer les barbares autours d’eux, plutôt choqué de voir un étranger prendre leur défense et conserver leurs intérêts.

« Très bien … Nous te faisons confiance, Mugirawa Abuto et ton collègue, Han Musashi. Tâchez d’être plus discret et organisé la prochaine fois. N’oubliez pas d’effectuer votre rapport une fois de retour au village. Nous allons reprendre notre route. »

Ils confirmèrent tous leur engagement d’un hochement de tête solennelle avant que le trio ne s'éclipse telle une ombre fugace au loin, suffisamment rapides pour être hors de portés en quelques minutes. Inspirant et soupirant un grand coup, le Mugirawa ferma un instant ses paupières comme un élan de soulagement avant de se retourner, toujours en compagnie de ses hôtes. Le leader de la garde liée à la porte ordonna d’un signe de la main se reprendre les positions avant de rejoindre le ninja.

« Que … Qu’est ce que ça voulait dire ça ? Nous étions prêt à attaquer Valicca, ce n’était pas une manoeuvre militaire. Pour quelle raison as-tu raconté ça à tes propres alliés ? »

Le colosse sembla des plus surpris de cette questions alors que le but paraissait évident. Décidément, ces hommes étaient bornés à un point extrême.

« Nous ne sommes pas ici pour déclencher une guerre ou faire couler du sang inutilement. Quand je dis que chaque clan ou chaque village installé sur le pays de la terre est sous la protection du village de la roche, cela vous inclut aussi, peu importe vos origines et votre mode de vie. Tu n’as pas de famille ? De proches, d’amis ? »

Il laissa alors passer un blanc de réflexion, histoire de prévoir une rechute plus saisissante encore.

« Considère que c’est ma part de bonne volonté pour cette entente. Ne nous sous estimes pas, nous sommes prêt à beaucoup de choses pour rallier cette nation, nous ne sommes pas de simples toutous suivant les ordres. »

Sur l’instant, le regard déterminé et pénétrant du Mugirawa sembla encore plus impressionnant et folle que celle des membres de la tribu, assez pour toucher une partie des pensées de son interlocuteur troublé. Il ne savait guère quoi faire de cette tirade, une moue contrarié et partagé sur le visage. Mais sa fonction le rattrapa assez rapidement avec tout ce trajet effectué et les longues minutes passées en compagnie des visiteurs, étant obligé d’informer le chef de la tribu des débouchés de cet incident.

« Bon … Peu importe, je dois aller faire mon rapport au chef et ce sans plus attendre. Je pars devant, tu nous rejoindra à ton rythme. Vous autres, accompagnez le tranquillement jusqu’à la garde. »

L’homme en armure s’éloigna dans une course frénétique vers la position de Musashi alors que Abuto prit son temps en compagnie de ses guides pour admirer un peu le paysage et la composition du campement qui l’intriguait d’autant plus. Cela laissera au moins le temps à Musashi de régler une partie de l’affaire sans être dérangé … Du moins, il l'espérait fortement. Ce que d’aucun ne sut résida dans l’avis du responsable de la garde qui intervint au moment de la retraite des anciens du villages pour analyser et se décider quant à la proposition exposé par le jeune Han. Il raconte tout ce qui c’était passé aux portes et par la même occasion l’échange entre les shinobi d’Iwa et l’acte du colosse. Un détail certes, mais qui pouvait influencer le résultat de cette mission.

Pendant ce temps, lorsque le grand gaillard au teint bronzé arrivé sur les lieux, on lui annonça que Musashi n’était plus dans la grotte et que les anciens délibèraient sur cette affaire. On lui proposa alors de traîner librement dans le campement, se reposer si nécessaire ou autre chose tant qu’aucune action suspect n’était entreprise … Loin d’eux l’idée. Compréhensif, le manieur des fils partit un temps pour discuter avec certains membres de la tribu et avoir leur avis sur cette situation et les autres problèmes qu’ils pouvaient rencontrer. Il tenta aussi au passage de récolter d’autres informations purement lucratives et personnelles sur l’histoire de cet endroit, le rapport entretenu avec le monde Shinobi etc … Même si il ne parvint pas à trouver son frère d’arme.

Un temps passa ainsi, jusqu’à recevoir la visite de deux coursiers censés les prévenir de la fin des délibérations et recevoir l’avis final. Là seulement le duo réussit enfin à se rejoindre, le colosse observant avec fierté le jeune Han en dépit d’un futur échec ou non de leur part. Etre arrivé à cette étape s’avérait déjà un bon exploit dans les conditions actuelles.

« C’est du bon boulot Musashi. Tu as réussi à déclencher une réflexion sur l’alliance désiré avec Valicca … Surtout si rapidement. C’est encore mieux que ce à quoi je pensai, même si ça rate. De notre côté on a réceptionné les ninjas d’Iwa et expliqué la situation. Aucun soucis à l’horizon de ce côté, ils sont repartis sans soucis après avoir vérifié mes dires. »

Il marqua une petite pause, attendant sa réaction ou son retour. Puis, il reprit la parole avant d’entrer dans la grotte de nouveau.

« Puisque c’est toi qui a commencé les négociations, je vais te laisser continuer et n’interviendrait que si nécessaire. Tu as toute ma confiance, j’ai hâte de te voir à l’oeuvre. »

Il fit ainsi un clin d’oeil avant de partir, histoire de le galvaniser un tant soit peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092
Han Musashi
Han Musashi

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Empty
Mar 14 Mai 2019 - 19:04

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Paix pour Valicca



[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Iwagak12

--------------------------------------------------

« Ah, j’oublias… Tenez, tous ces documents devraient peut-être vous aider dans votre choix. Analysez-les en détails, et vous verrez que notre proposition n’est pas si mauvaise que cela. » Fis-je, d’un léger sourire.

Le chef de la tribu guerrière fut quelque peu surpris, mais ne manqua pas de se saisir des documents en question. Il les regarda très brièvement, esquissant alors – pour la première fois – un très léger sourire :

« Je suppose que c’était votre dernière carte, jeune shinobi. Allez donc profitez de la beauté de nos terres, nous vous appellerons une fois qu’on aura délibéré. »

Je hochais légèrement la tête en guise d’approbation, m’inclinant alors naturellement avant de de sortir de la pièce. Une fois à l’extérieur, je m’interrogeais sur ce qui se passerait si la Tribu rejetait notre offre : est-ce que s’en suivra obligatoirement une guerre entre les guerriers des montagnes et Valicca ? Si une telle chose venait à se produire, nulle doute qu’Iwa entrera dans la danse, ce qui marquera certainement la fin de de ces guerriers qui, au fond, n’étaient pas aussi « méchants » qu’on pourrait le penser. Quoi qu’il en soit, ils avaient tout intérêt à accepter cette proposition, et à la limite pourquoi pas formuler une contre-proposition, mais la guerre devait absolument être écartée. J’étais persuadé que les vieux étaient plus sages qu’ils ne voulaient le faire croire, et qu’ils sauraient par conséquent convaincre les leurs d’accepter cette offre.

Bref, je secouais légèrement la tête pour m’extirper de mes pensées, décidant alors de faire un petit tour des lieux histoire d’admirer le paysage. En cours de route, je tombais sur le guerrier qui nous avait servi de guide, il était apparemment pressé, se dirigeant en effet à vivre allure en direction de la grotte où logeaient ses supérieurs. Après quelques brèves interrogations, je me baladais de gauche à droite, faisant quelques recherches personnelles sur cet endroit, puis je finis au sommet d’une montagne pour méditer. Quelques temps après, des étranges bruits me conduisirent à ce qui s’apparentait à un terrain d’entraînement. Il était immense, situé dans un endroit particulièrement dangereux, où des nombreux adultes et enfants s’entraînaient durement. La coordination et démonstration des guerriers étaient tout bonnement fascinantes, et même les enfants se montrèrent très surprenant, en dépit du fait qu’ils ne maîtrisent point le chakra.

Bref, quelques temps plus tard, un courtier m’annonça que le conseil s’était achevé et que je devais rejoindre le chef de la Tribu dans sa grotte. Je m’exécutais sans plus attendre, rencontrant par ailleurs Abuto en cours de route. Il me félicita d’avoir mener les négociations et me confia qu’il s’était occupé des autres shinobis qui, malheureusement, avaient failli nous compliquer la tâche.

« J’ai essayé de faire du mieux que je pouvais, la balle est dans leur camps désormais. En tout cas, heureusement que tu es intervenu, car ces hommes étaient à deux doigts de faire capoter notre mission. » Fis-je, alors qu’on entrait dans la grotte.

Le Mugirawa souhaitait que je poursuive les négociations et qu’il interviendra que si la situation l’exigeait. Il me faisait confiance, ce qui avait tendance à me mettre plus en confiance, me mettant alors dans des bonnes dispositions pour reprendre les pourparlers. Je lui souris naturellement, hochant alors légèrement la tête en guise d’approbation. Enfin, une fois la porte de la grotte franchie, le chef de la Tribu nous invita à nous asseoir, désormais prêt à nous faire connaitre leur décision.

« Asseyez-vous, je vous prie. C’est la première fois que nous organisons un conseil dans un délai aussi court et que nous nous prononcions sur une affaire aussi rapidement. Nous nous accordons tous à dire que votre offre est intéressante, mais nous ne pouvons nous empêcher malgré tout de penser qu’elle est beaucoup plus profitable à la Cité de Valicca que notre Tribu. Vous avez fait beaucoup d’efforts et nous ne doutons plus de volonté quant à régler ce conflit pacifiquement. Nous avons par conséquent mis fin à toutes nos manœuvres militaires jusqu’à nouvel ordre. Et nous sommes désormais prêt à accepter votre offre, si en échange vous êtes prêts à faire un petit effort supplémentaire. » Fit-il, en nous regardant droit dans les yeux.

C’aurait été en effet trop facile qu’il accepte cette offre sans tenter de négocier davantage. Enfin, après avoir jeté un bref coup d’œil à mon partenaire, mon regard se reporta sur le chef et son bras droit :

« C’est une excellente nouvelle, nous sommes très heureux de l’apprendre. Toutefois, si vous me le permettez, concernant la négociation, nous sommes venus avec une proposition solide, prenant en considération vos besoins et vos intérêts ainsi que ceux de la cité de Valicca. Toute notre proposition a été le fruit d’une longue réflexion avec les dirigeants de Valicca, par conséquent vous vous doutez bien qu’on ne puisse allonger le deal au-delà de ce qui est prévu sans l’aval de nos commettants ? » Rétorquai-je, d’un air neutre.

« Je suis persuadé que les dirigeants de la cité vous laissent une certaine marge d’appréciation, jeunes shinobi. Et quand bien même cela ne serait pas le cas, je suis sûr que vous trouverez les moyens de leur faire accepter notre proposition. Car, il n’est pas question qu’on signe quoique ce soit sans aucune garantie. Sachez que nous ne voulons rien modifier à votre proposition initiale, nous souhaitons seulement inclure un petit détail. » Fit-il, en déposant une carte de la région sur table. « Nous souhaitons ce petit territoire, il est très minuscule par rapport aux terres que nous réclamons et qui sont censé nous appartenir. Bref, nous voulons l’exclusivité de cette terre car beaucoup de nos ancêtres ont été enterré dans cet endroit et nous souhaitons en faire un lieu de recueillement et lever des statuts en leur honneur. Aujourd’hui, il me semble que ce lieu serve de parc d’attraction aux touristes, mais je suis persuadé que les Valecciens sauraient trouver bien d’autres endroits pour délocaliser cette activité, pas vrai ? Si notre contre-proposition vous convient, alors on peut considérer l’affaire comme résolue. Quelques hommes se tiennent déjà prêts pour se rendre à la cité en vue de rencontrer les dirigeants. Dans le cas contraire, je me verrais contraint de mettre un terme aux pourparlers. » Conclut-il d’un air sérieux.

La contre-proposition était prévisible, en revanche je ne m’attendais pas à ce qu’il réclame des terres, surtout après tout ce que nous lui avons déjà proposé. D’ailleurs, ce territoire qu’il réclamait, il avait beau être minuscule, il n’en demeurait pas moins un lieu stratégique. En effet, si les guerriers de la Tribu en faisaient leur territoire, alors ils seraient clairement aux portes de Valicca, si jamais leur alliance venait à prendre fin, un jour. Ce qui pouvait d’une certaine façon constituer une menace pour la cité. D’un autre côté, on ne pouvait pas ignorer la symbolique que représentait cet endroit pour eux, et il était difficile de les imaginer envisager autre chose. Alala, ce n’était pas facile comme situation, mais je me devais de réagir et vite. Ainsi, mon regard se tourna naturellement vers mon partenaire, l’observant pendant quelques secondes, puis après avoir légèrement hoché la tête, je décidai de donner notre répondre au chef de la Tribu, en espérant que la négociation s’achève une bonne pour toute.

« Et bien même si nous comprenons la symbolique que représente cet endroit pour vous, vous accorder ce territoire reviendrait à vous accorder une zone stratégique qui vous permettra de frapper Valicca quand bon semble… » Fis-je, d’un air neutre, alors que le chef en souriait légèrement. « Mais bon, nous désirons mener à bien la mission qui nous a été confié, par conséquent nous sommes prêts à consentir à votre offre. Toutefois, nous posons deux autres conditions non négociables : premièrement, nous souhaitons que vous accordiez tout le temps nécessaire à Valicca de délocaliser son activité touristique, et enfin vous ne devrez pas vous opposez à ce que le village d’Iwa construise un avant-poste militaire pour veiller sur les intérêts de la cité. Car, c’est ce que nous suggérerons à nos supérieurs une fois de retour au village. » Fis-je, d’un léger sourire.

« Hum, vous êtes des jeunes bien surprenants, jeunes shinobis. Nous acceptons vos conditions et pouvons définitivement sceller cette alliance. Nous organiserons surement une petite fête ce soir pour célébrer cela et nous serons ravi que vous y preniez part. » Fit-il, d’un air sincère.

C’était tout naturellement qu’Abuto et moi acceptions sa proposition. Après tout, on était bien trop fatigué pour pourvoir rentrer au village. Une petite fête et un repos bien mérité ne pourrait que nous faire le plus grand bien. Par ailleurs, j’avais d’autres choses à voir avec le chef de la Tribu, cela attendra sûrement demain. Quoi qu’il en soit, le Mugirawa et moi quittâmes enfin le bureau pour se balader un peu partout dans la « ville » et en apprendre davantage sur la Tribu. Le soir, arriva alors une petite fête pour le moins sympathique...

Quelques jours plus tard…
On était de retour au village, avec Abuto grièvement blessé, à cause de notre affrontement contre un certain prisonnier de Wasure qui s’amusait à massacrer les populations locales. Cet événement s’était produit sur le chemin de retour de notre mission, et en cours de route on tomba aussi sur Ryôko, affrontant alors à nous trois le prisonnier, désormais mort. Abuto fut logiquement hospitalisé, Ryôko se tenant à son chevet, il me revenait alors la charge de faire notre rapport auprès de nos supérieurs. Ainsi, une fois au bureau du Manzuru, j’attendis l’autorisation avant d'y entrer :

« Bonjour, je me permets de vous déranger pour vous faire part de notre rapport concernant Valicca. » Fis-je, encore un peu sous le choc de notre duel contre le prisonnier.

« Bonjour à vous, alors qu’en est-il de votre mission ? Et qui êtes-vous ? Il est important que vous décliniez votre identité avant chaque rapport. »

« Oui c’est vrai, excusez-moi, je me nomme Musashi, Han Musashi. Mugirawa Abuto et moi-même, tous les deux Genins, on a été charger de nous rendre à Valicca et de trouver un terrain d’entente entre la cité et la tribu des montagnes qui envisageait de raser le village. Nous avons commencé par un rapide repérages des lieux et nous avons déjouer les premières manœuvres militaires de la Tribu, ce qui nous a permis de gagner un certain temps. On s’est alors rendu à Valicca où les commerçants et les civils étaient agité, certains voulaient prendre les armes et d’autres souhaitaient négocier. Après un entrevu avec le maire de la ville, on s’est chargé, mon partenaire et moi, de convaincre les grands commerçants d’opter pour une solution pacifique, et eux-mêmes se sont chargé de convaincre leurs subalternes. » Fis-je, en marquant une petite pause. « Mon partenaire a par la suite mener de nombreux recherches et on a fini par mettre le doigt sur les raisons derrières les motivations de la tribu guerrière. Ce qui nous a permis par conséquent de trouver une solution au conflit qui opposait les deux camps. Avec l’accord de Valicca, on s’est alors rendu chez les guerriers des montagnes et on a entamé une longue négociation avec eux. Ce ne fut pas évident, mais on est parvenu à faire d’eux des protecteurs de la cité de Valicca et en échange ce dernier s’engage à fournir les ressources qui font défaut à la tribu. On a malheureusement dû céder un petit territoire qui a beaucoup de symbolique pour les guerriers. Je doute qu’il s’en prenne un jour à Valicca en se servant de ce territoire très proche de la cité, mais nous vous suggérons quand même d’envisager la création d’un petit poste de garde pour surveiller ces guerriers. » Repris-je, d’un air neutre. « Ah, et j’oubliais… Sur notre chemin du retour, on a été interpellé par la mort de nombreux civils, tout un village a été entièrement décimé par un dénommé Kibo, il disait être un prisonnier de Wasure… Mugirawa Abuto, Sekken Ryôko et moi-même ont a été contraint de l’affronter, son corps se trouve désormais à la morgue. Il faudra peut-être envisager quelques shinobis pour enterrer correctement les morts et nettoyer les lieux… » Conclus-je, d’une mine légèrement triste.

Le rapport était assez complet. Enfin, après avoir pris quelques notes, l’agent du Manzuru me remercia et donna congé. Je me rendis alors immédiatement en direction de l’hôpital pour prendre des nouvelles de mon camarade.

Spoiler:
 


_________________
[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi) Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Mission libre de rang C] Paix pour Valicca (Han Musashi)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: