Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier

Aller à la page : 1, 2  Suivant

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 8 Mar 2019 - 21:57

Printemps meurtrier

Contexte et situation

Quelle belle saison que le printemps. Les oiseaux chantent, les bourgeons fleurissent, la vie est belle. Tout le monde aime ce vent de renouveau que l’air printanier apporte. Tout le monde, même les meurtriers. Au village d’Iwa, la rumeur fait le tour du village à une vitesse fulgurante : dans un village non-loin, beaucoup de morts brutales sont à déplorer. Au début, tout avait commencé par des disparitions. Une, puis deux, puis trois, puis tout le village a commencé à s’éteindre. Maintenant, le meurtrier ne prend même plus le temps de les dissimuler : il les tue et les dissémine dans le village. Ou, plus simplement, il les tue et ne s’en soucie plus. Pas de trait commun, pas de caractéristique spécifique relie les victimes de cet assassin récidiviste, mais une chose est sûre : cela ne peut plus continuer.

Les ninjas d’Iwagakure, quel que soit leur grade, sont appelés à se rendre dans ce village au plus vite et mettre cette personne, qui qu’elle soit, hors d’état de nuire. Trop de sang a coulé, bien trop de sang.


Règles et informations

  • Cette alerte est de type Prisonnier, consultez l'événement global pour en savoir plus.

  • Cette alerte se déroule en printemps de l'année 203.

  • Cette alerte est de rang inconnu.

  • Seuls les personnages se trouvant dans le pays et étant libresPar « libre », nous entendons que votre personnage ne doit pas déjà participer à un Event, une Intrigue, un Exploit ou une mission officielle ou contrat. peuvent intervenir en postant un premier RP à la suite.

  • Trois personnages au maximum peuvent intervenir.

  • Le temps pour arriver sur le lieu de l'alerte est inconnu. Passé ce délai, l'alerte se poursuivra avec ou sans participants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 8 Mar 2019 - 22:20
Des meurtres près du village d'Iwa ?

Ryoko n'était qu'une aspirante au Shishiza, mais elle sait qu'elle devra faire face à ce genre d'affaire dans le futur. En effet, la savonneuse veut rejoindre la police d'Iwa, et quoi de mieux comme preuve suffisante pour adhérer à cette unité que d'arrêter un meurtrier qui, visiblement, ne fait pas les choses à moitié. Elle n'imagine pas à quel point les familles ont dû souffert en retrouvant les restes du corps parsemés dans le village, elle frissonne d'avance rien que d'imaginer ça. En tout cas, c'est le moment pour la rose de briller : des gens sont en danger et elle doit les protéger tout en arrêter ce fieffé criminel, non seulement pour la gloire, mais surtout pour qu'Iwa soit un village sécuritaire pour accueillir son clan : si des meurtres se passent dans un village près d'Iwa, que se passerait-il si cela se propage jusqu'à Iwa ? Elle ne compte pas laisser passer ça, alors là, hors de question !

La Sekken attend devant les Crocs Rocheux, se demandant quoi faire sur place pour examiner les dégâts, bon, c'est une bille dans tout ce qui est enquête scientifique, elle n'a pas les connaissances des médecins ou le QI d'un Nara, mais elle compte quand même mettre ce meurtrier hors d'état de nuire ! Bon, le tuer, peut-être pas, cela n'appartient qu'au conseil de décider cela, ou peut-être que la Taïcho fera directement une exécution. C'est pas ses affaires.

- Bon, une fois que je serais sur place ... je n'aurais qu'à trouver et arrêter le meurtrier !

Dit-elle en se grattant la tête, aïe, elle ne sait même pas par où commencer ? Difficile de demander aux victimes ce qu'elles ont vu ... elles ne sont pas vraiment en état de parler en ce moment. Enfin, la Sekken continue de se poser des questions, regardant dans les environs s'il n'y a pas d'autres collègues qui l'accompagne jusqu'au village.

- Je dis ça comme si c'était simple ... il me faudrait de l'aide. Où sont les autres ?

Elle continue d'observer les environs, mettant la main sur son front pour cacher son regard du soleil, essayant de trouver une trace de ses collègues ... en espérant qu'ils fassent vite, elle n'a pas avant de se faire accueillir par une tête au bout d'un pique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 8 Mar 2019 - 22:59
Depuis ses missions aux services du Manazuru, le guerrier à la chevelure d'ébène avait appris à se lier plus personnellement au pays de la terre et de ses habitants, portant sur lui une certaines responsabilités envers ces derniers. Il ne s’agissait pas seulement des soldats, ni des habitants du village d’Iwa mais de l’ensemble des villages autours, dont les bourgades où étaient installés ses propres collaborateurs, du moins leurs familles et proches. Depuis sa prise de fonction, sa vision des choses avaient changés, enquit d’une inspiration héroïque que lui même n’avouait pas verbalement.

En ce moment même, Abuto se trouvait sur les chemins du retour vers la tour mère, accompagné de son acolyte de mission, Han Musashi. L’équipe revenait parfaitement reposé à l’aide d’une auberge sur la route depuis leur expédition, dans l’espoir d’effectuer un rapport dans les bureaux des services secrets. Cependant, leur journée banale allait changer du tout au tout. En effet, une vague de panique se propageait autour d’eux, accompagné de cris et préventions de la part de villageois qui leur demandait de fuir, ou de les aider. Des personnes impliqués ? Difficile à dire, mais l’un prononça le nom d’une localisation connu d’Abuto.

C’est quoi ce délire … Musashi. Ce n’est pas une mission cette fois. On fonce, pas le temps de faire notre rapport.

En réalité, son collègue pouvait choisir de le suivre ou non si la peur le prenait. Pourtant, le Genin avait confiance dans le lien qu’ils nouèrent durant cette excursion, presque d’un niveau fraternel. Impossible de tergiverser, la situation paraissait terrible. Ni une ni deux, le jeune homme s'engouffra dans les dédales de sa faction pour parvenir jusqu’à une silhouette lui rappelant quelque chose de par ses courbes féminines. Cela ne constituait pas leur première rencontre, mais la situation ne prêtait pas vraiment aux réjouissement.

Ryoko. Toi aussi, tu as croisé ces villageois ? Le village commence à bouger. Mais pas le temps d’attendre les autres. Je connais le village et certains de ses habitants. Ils … Ils ne pourront pas se défendre.

Il marqua une pause, sortant de son sac à dos de baroudeur une carte de la région, précédemment utilisé pour leur mission du Manazuru. Plus les secondes passaient, plus les images de sang et de meurtres lui venaient en tête. Garder son calme s’avérait de plus en plus difficile. Tellement que son faciès afficha la gravité de ses craintes, préférant ne pas beaucoup s’attarder sur des discussions planté là, à ne rien faire.

Là, c’est à cet endroit si j’en crois le nom du village qui circule. Il faut y aller, rapidement.

Prenant une bonne inspiration, le colosse partit comme une flèche après que ses coéquipiers ai eu le temps de voir et retenir la route vers l’endroit en question, l’air d’être particulièrement pressé. Malgré le rang de la demoiselle aux charmes indéniables, la hâte d’Abuto leur permettrait peut être d’intervenir à temps. Il se disait particulièrement doué en cartographie et ce secteur étant l'une des bases d'exploitations de son entreprise d'artisana lui permettait de s'orienter naturellement dans le pays de la terre.


Dernière édition par Mugirawa Abuto le Sam 9 Mar 2019 - 1:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 8 Mar 2019 - 23:55
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Quelle sacrée mission ! Il faut dire que c’était la première fois que je participai à une mission d’une telle ampleur. De plus, faire équipe avec Abuto fut une expérience particulièrement enrichissante. C’était donc la somme de tout cela qui me rendait si joyeux, déjà presser à l’idée de remettre ça à demain.
Cependant, quelle ne fut notre surprise lorsque, sur le chemin du retour, nous entendîmes des agitations et des cris pour le moins intrigantes. La scène était tout bonnement ahurissante. Des villageois criaient et s’agitaient dans tous les sens, nous mettant en garde contre un danger que nous n’étions pas encore capables d’imaginer. Ainsi, comme le déclara mon camarade, le rapport devra attendre. L’urgence de la situation nous exhortait de réagir, et ce rapidement, sans quoi beaucoup de nos concitoyens risquaient de périr.

« Oui, dépêchons-nous, Abuto-san ! » Fis-je, d’un air pensif.

Je suivis alors mon coéquipier qui avait une meilleure connaissance du terrain. Sur la route, j’essayais d’analyser et de comprendre la situation. Qui serait assez fou pour s’en prendre à des faibles villageois sans défense ? Des mercenaires ? Des shinobis appartenant à d’autres villages ? Que ce soit l’un ou l’autre, il en était de notre devoir de trouver le responsable et lui faire payer les horreurs qu’il avait perpétrer. Toutefois, ce n’était pas chose aisé que d’imaginer la force de l’homme ou de la femme, voire du groupe qui était derrière ces abominables crimes.

Quelques temps plus tard, la présence d’une autre personne dans les environs nous força à nous arrêter. A priori, il s’agissait d’une kunoichi de notre village et Abuto semblait plutôt bien la connaître. Quoi qu’il en soit, mon partenaire lui expliqua brièvement l’urgence de la situation et l’importance de réagir malgré notre petit nombre. Après quoi, il sortit une carte de son sac et localisa notre destination. Il se focalisait sur les informations que nous avions obtenus des villageois, et il n’y avait aucune raison qu’elles soient fausses. Bref, je m’approchai un peu plus proche de mon partenaire et je leur suggérai le chemin qui me semblait le plus rapide :

« Je crois qu’on devrait prendre ce chemin, il a l’air certes d’être marécageux, mais c’est indéniablement celui qui nous permettrait de gagner beaucoup de temps. » Suggérai-je, en pointant du doigt le chemin en question sur la carte. « Au faite, moi c’est Musashi, heureux de pouvoir compter sur toi comme renfort ». Poursuivis-je, d’un air neutre.


Quelques temps plus tard, nous n’étions plus qu’à quelques mètres de notre destination. Des cadavres étaient jonchés sur notre chemin, et tout avait l’air d’indiqué qu’ils avaient réussi à s’enfuir mais que les dégâts qu’ils avaient subi ne leur permis pas d’échapper à leur triste sort. Je ne savais pas pour mes camarade, mais cette scène m’attrista profondément, me donnant par ailleurs tout simplement envie de gerber. Toutefois, mes émotions demeuraient cachées sous ma capuche.

« Restez sur vos gardes. » Lançai-je, d'un ton faible.

Et lorsque nous franchisâmes enfin le dernier rocher, nous tombâmes sur une vision d'horreur... il n'y avait effectivement pas d'autre mot pour qualifier cette abominable scène... qui me força d'ailleurs à poser un genou sur le sol.


_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 11 Mar 2019 - 17:53
Les natifs de Tsuchi no Kuni connaissent ce petit village, une bourgade située non-loin de la nouvelle Iwa, qui a accueilli beaucoup de commerce tout au long de son histoire. Du commerce, de la vie, de belles bâtisses, tout pour plaire aux touristes comme aux habitants. Pourtant, quand les trois personnes y arrivent, elles peuvent se rendre compte que plus rien n’est pareil. Si les maisons sont toujours aussi belles, elles sont dérisoires comparées au carnage auquel ils font face. Des cadavres partout, parfois dans des situations immondes, qui dégoûteraient même les plus accrochés. L’odeur de sang peut rapidement leur monter au nez, au point d’en saturer leur odorat. Il y en a littéralement partout : une peinture de terreur, offerte à tous ceux qui vivent ici, ou viennent d’ailleurs.

Une silhouette se détache progressivement du carnage. Une démarche étrange, fluide mais … terrifiante ? Le monstre sort doucement de l’arrière d’un bâtiment, une jeune femme contre sa poitrine. Une main sur son cou, il avance, un gigantesque sourire sur les lèvres. Un homme fou, décérébré, monstrueux. Son masque sur son visage empêche de le rendre reconnaissable.

La Silhouette:
 

« Ah, vous voilà … »

Il se lèche les lèvres, dans toute son impatience. Magnifique spectacle, qui se terminera par la mort. La sienne ? Celle de ces trois créatures ? Qui sait ? Il approche doucement sa tête des cheveux de sa victime, qu’il embrasse du bout des lèvres. La suite va très vite. Sa main est rejointe par l’autre, puis, dans un mouvement brusque, mais efficace, il brise la nuque de la civile, qui tombe au sol sans un bruit. Il penche la tête.

« Vous voulez jouer ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 11 Mar 2019 - 18:35
- Ah bah vous voilà ! Je vous attendais !

Ryoko observe les deux genins s'approcher d'elle, ce seront donc eux ses partenaires ? Pourquoi pas ? La savonneuse reconnaît bien évidemment Abuto, quand à l'autre, elle ne l'a pas vu jusqu'à aujourd'hui. Au moins, ça fait une tête de connue. L'autre semble aussi expressif que Shin et Kurise, toujours avec un air neutre sur le visage peu importe la situation. Enfin, s'il savait se battre et où se trouve le village victimes des rumeurs ...

- Enchanté Musashi, et oui, vous pouvez compter sur Sekken Ryoko comme renfort fufufu ~.

Elle voulait tester ce qui se passait lorsqu'on parle de soit à la troisième personne ... Un peu mégalo, mais au moins, les présentations sont faîtes, plus qu'à se rendre sur place du coup et allez chopper le meurtrier.

----------

Bon sang, si elle avait su que c'était si horrible, elle aurait pensé à prendre un sac à vomi : l'endroit est jonché de cadavre, le sang coloré le sol et les bâtiments d'une teinte écarlate, mais le pire, c'est cette odeur. Dire que ça pue est un ephisme, ça sent le cadavre, le sang, la matière en composition, et probablement une odeur de café pas du tout fini.

- Bon sang, quel saccage !


Heureusement, l'assassin n'est pas un filou, il se montre impunément devant le trio, une civile dans les mains. Les Genin n'ont pas le temps de réagir : après avoir embrasser ses lèvres, il lui craque la nuque, faisant grimacer de douleur la Sekken en observant cette pauvre femme se faire tuer devant ses yeux. C'était horrible ! Mais Ryoko voyait ce qu'il voulait faire : soit leur faire peur, soit les mettre en colère.

- Sale monstre ...

Ryoko se met en avant, retirant sa veste pour être en "tenue de combat" - soutien-gorge et mini-short - puis lance un signe incantatoire.


Son corps se met à luire avant qu'une épaisse armure de chakra enveloppe le corps à moitié nue de la savonneuse.

- On va te casser la figure.

Dit-elle en se mettant en garde face à cet homme. Elle va d'abord tenter de l'immobiliser peut-être, ou bien juste lui mettre son coup de pied en pleine figure, ça dépendra quelle sorte d'adversaire se trouve en face d'elle.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 11 Mar 2019 - 20:52
L’horreur. Le désastre tant redouté. Au fur et à mesure que le trio s’empêtrait dans ce bourbier innommable, des souvenirs sous la forme de multiples flashs ponctuels lui revenaient en tête. Du sang, des morts, des dommages collatéraux par centaines. Ce n’était pas ses premiers pas sur un champ de bataille sanglant, directement au front, entourés de mercenaires grassement payés pour assurer sa protection pendant que lui étudiait les ninjas et leurs capacités combatives. Ces risques et ces guerres impliquaient autant de cadavres et de dérives, conditions inhérentes à être accompagné de barbares avides de sang.

Le temps l’avait habitué à fermer les yeux sur ce genre de drames, composant avec les réalités du monde. Pourtant, aucune de ces situations ne comportait tant de violence et de barbarie, au point où les meurtres n’en portaient plus que le nom, s’affiliant davantage à un génocide pur et simple. Femmes, hommes, enfants. Personne ne semblait épargné par cette affliction, avec suffisamment de véhémence pour faire flancher Musashi devant toute cette horreur. Abuto gardait encore en lui sa rage et ses instincts, l’émotivité descendu à zéro un instant pour se concentrer sur la protection des deux personnes avec lui.

Musashi, relèves toi. C’est peut être un piège.

Sa voix portait une certaine gravité inquisitrice, pas que ce fusse pour blâmer le jeune homme. Il s’agissait plutôt de le galvaniser, lui faire un électrochoc. Peu importe l’auteur de ce ravage, la discrétion ne paraissait pas être sa priorité. De là, pas vraiment difficile de s’attendre soit à un piège pour les attirer, soit une personne dérangé, non maître de ses actes. En parlant du loup … Le mystérieux inconnu ne tarda pas à surgir de l’ombre, depuis ce terrain parsemé d’habitations divers aux allures macabres. Pas seul. Ce fut trop rapide pour qu’aucun d’entre eux ne puisse intervenir, l’élan fugace qui parcourt le corps du guerrier à la peau d'ébène, tel un un frisson palpable.

Le fumier ... Ça veut dire quoi ça, il nous attendait ?

En dépit des nombreuses insultes qui lui traversaient l’esprit, le colosse se contenta de détacher les sangles de son sac à dos d’un coup sec, le regard dur comme la pierre, comme si des pulsions meurtrières l’entourait dans son silence de mort. Partagé, déchiré entre la hâte et l’observation. Abuto n’était pas seul et sa partenaire prit de suite les devant, bien plus sanguine d’apparence. Elle déploya d’ailleurs ses atouts majeurs, la maîtrise du savon, dont la manière de le déployer ne le surprise pas sur le moment. Ces deux là fonctionnaient un peu de la même manière.

Il profita de cette démonstration forcément excentrique pour avancer à son niveau et traduire ses paroles en une exécution directe, sans y ajouter d’autres précisions. Après une poignée de mudra, plusieurs amas de fils jaillirent de son torse depuis son tatouage noir pour fendre sur le meurtrier assez rapidement, constituant ainsi le début des hostilités. Une attaque à distance, fondu noir sur noir pour surprendre et couper toute parlote futile.


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 11 Mar 2019 - 22:43
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Quelle scène abjecte ! Tous ces enfants, ces femmes et hommes, ils avaient juste tous été lâchement exécuté. Pourtant, ils n’avaient rien demandé, si ce n’était peut-être de vivre paisiblement leur vie. Ils étaient tous « innocents » et inoffensifs, mais quelqu’un s’était malgré tout permis de les écraser, de les piétiner comme des vulgaires insectes. Qui que cette personne pouvait être, elle devait payer, et il en était de notre devoir de nous assurer qu’elle le paye chère, très chère.

Bref, il fallait cependant faire attention à ne pas se laisser porter par nos émotions. Pour moi c’était un peu tard, du moins sans compter sur l’aide d’Abuto qui intervint au moment le plus opportun. En effet, ce dernier m’interpella et me pria de me relever. Même si c’était difficile de l’admettre, mon partenaire avait totalement raison. Tout cela n’était peut-être qu’un ignoble piège pour attirer des personnes telles que nous, à savoir des shinobis. Ce serait dingue, mais pas impossible. Ainsi, nous devions faire notre possible pour garder les idées claires, du moins jusqu’à ce qu’on mette la main sur l’individu ou le groupe à l’origine de cette boucherie.

« Oui, Abuto-san ! Nous devrons peut-être commencer par inspecter ces lieux, il y a peut-être encore des survivants... » Rétorquai-je, d’une voix légèrement tremblante.

Après quoi, j’exécutai ma technique de multicolonnage pour faire apparaître trois clones à mes côtés. Un dès mes clones et moi grimpâmes au-dessus du grand arbre situé près du rocher. Notre objectif était simple : tenter de repérer et d’identifier la moindre personne au-delà de ces quelques maisons. Un autre clone pénétra dans le bâtiment en face pendant que le dernier clone restait près de mes partenaires. Enfin, sans que nous nous attendions vraiment, une ombre sorti à l’arrière d’un bâtiment et semblait étrangement nous attendre. Il n’y avait pas de doute possible, il s’agissait bel et bien de l’auteur de ces crimes, du moins un des auteurs. Sous nos yeux, et avant même que nous ayons eu le temps de réagir, il brisa la nuque d’une pauvre femme qui finit par allonger la liste de ses victimes. Mon clone n’avait qu’une idée en tête, foncer sur cette ordure et lui faire mordre la poussière, cependant l’intervention de Ryôko et d’Abuto me permirent de garder mon sang-froid.

Ryôko fut la première à réagir. Elle semblait dotée d’un pouvoir pour le moins impressionnant, sans compter ses formes parfaitement mis à en avant par cet accoutrement pour le moins minimaliste. Bref, je ne compris pas exactement ce qu’elle fit mais les six mots qui sortirent de sa bouche ne furent que renforcé ma détermination. Puis, ce fut au tour d’Abuto de réagir. Ce dernier ne perdit d’ailleurs pas de temps, déployant immédiatement son pouvoir spécial pour agresser notre cible. Mon clone s’avança près d’eux et était prêt à surveiller leur arrière ou se sacrifier si nécessaire :

« A votre avis, il est seul ? » Demanda mon clone.

Quant à moi, j’étais assez haut pour que notre cible ne me repère pas au premier coup d’œil. Ainsi, je profitai de cet avantage pour porter toute mon attention sur le combat qui allait suivre. Pendant ce temps, mon clone, celui qui était près de moi, veillait à chercher d’éventuels ennemis à l’horizon. Le dernier clone, celui qui pénétra au sein du bâtiment, cherchait le moindre signe de vie…


Résumé du tour:
 


_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 15 Mar 2019 - 16:57
Une exhibitionniste, un blondinet et un manipulateur de fils noirs. Étonnamment, parmi la troupe, le manipulateur de fils est le plus intéressant. La pétasse rose, au milieu ? Cette greluche qui veut absolument se battre et pense qu’elle peut faire quoi que ce soit parce qu’elle a des seins, quelle blague. C’est juste une énième écervelée avec des protubérances ridicules sur le corps. Elle est moche. Elle mérite de mourir, un peu plus que les autres. La mort les attend tous, en théorie, il aimerait tous les ajouter à son carnet de chasse, mais le laideron, là ? Oh, elle … Elle c’est une chasse supplémentaire. Après lui avoir coupé les extrémités de ses seins pour lui faire … Oh …

L’offensive de son adversaire le coupe dans ses réflexions, il se décale en concentrant du chakra dans ses jambes. Entre les menaces et l’inquiétude, la silhouette est aux anges. Le bonheur grimpe, grimpe, rapidement rejoint par le plaisir. Pourra-t-il l’atteindre, aujourd’hui encore ? La silhouette enlève son masque, dévoilant des yeux qui se parent d’un rouge sang presque terrifiant. Son sourire grandit, terrible rictus plein de sadisme sur des lèvres dénuées d’innocence.



« Avant de parler de te battre, catin des roches, apprends déjà à ne pas te vendre … »

Il hausse les sourcils et s’avance dans leur direction. Le chat, les souris. Qu’elles soient plus fortes que lui, ces petites bêtes, peu lui importe. S’il faut mourir, il mourra. Mais il se sera battu jusqu’à son dernier souffle, en donnant toutes ses forces.

« Je m’appelle Kibô, de la prison de l’île oubliée. »

Il compose des mudras, puis trois copies parfaites naissent tout autour de lui. Quatre fois plus de monstruosité. La bagarre, la bagarre … Ni plus, ni moins. Une bagarre qu’il espère haletante, qui retournera tout son être. Les clones s’éparpillent, lui avec, puis l’un compose aussi des mudras, avant de lever la main vers le ciel. De nombreuses armes en tombent, libérées par un sceau. Kusarigama, Katana, Kunai, Shuriken, tout y est : le parfait arsenal du meurtrier.

Qu’ils se battent, qu’ils se battent !

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 15 Mar 2019 - 18:14
Eh bien, en voilà un jeune homme bien mal-élevé, Ryoko ne prend pas mal la remarque, mais elle note dans un coin de sa tête que ses formes ont la fâcheuse tendance de le rendre énervé, c'est ce qu'elle en déduit en tout cas. Ahlàlà, elle l'appelle catin des roches juste à cause de sa poitrine ? S'il avait croisé Chiryou, il serait certainement en train de chercher ses mots pour la décrire de la pire des façon. Enfin, la savonneuse répondit à la remarque de l'homme d'un petit clin d’œil malicieux, pas la peine de dire quelque chose, ce petit geste, aussi simple que très irrespectueux, suffira amplement à faire chauffer son sang de misanthrope et la cibler pour ses attaques pendant que ses camarades s'occupent de lui.

- Enchanté Kibô ! Mais je te casserais la figure quand même, aussi charmant sois-tu, fufufu~.

Elle le vit incanter des clones, aïe, heureusement qu'ils sont plusieurs, Ryoko n'a pas encore appris de moyens efficaces de gérer plusieurs adversaires en même temps ... Il allait falloir attaquer plusieurs clones en usant de plusieurs techniques. Heureusement, ils sont trois, donc c'est facilement gérable, et encore, elle ne compte pas les clones de Musahi qui donnent un avantage numérique pas négligeable du tout. La demoiselle sait donc quoi faire : tenter le coup de jackpot pour tenter de toucher le bout ou éliminer ses clones. Mais en activant un sceau, il lance une tempête de projectile ... Ah !



Elle génère autour de son bras plus de savon, donnant à son bras déjà couvert d'une armure un plus gros volume. Ryoko l'utilise ensuite pour encaisser un maximum de projectile. Sa protection supplémentaire se brise, mais elle a encaisser le plus gros de son attaque. Elle doit garder son armure intact pour la suite, intact ou presque ... bah. Son armure arrive à encaisser à la perfection le reste sans trop prendre de dégâts, c'est le plus important.

Bon, à son tour maintenant d'attaquer.



Elle enchaîne les mudras, puis lance un projectile en forme de petit requin - qui reste quand même une grosse bête - d'abord vers celui qui a incanter sa tempête de projectile. Elle recommence l'opération avec un autre clone - ou peut-être le vrai - en renvoyant une nouvelle fois un requin d'eau vers sa nouvelle cible.



Deux clones en moins serait pas de refus, si l'autre en tout cas ne va pas vouloir garder ses clones et leur demandé de se protéger. Elle espère que ses camarades ne vont pas attaquer les clones qu'elle a attaqué, on ne va pas s'entendre sinon.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 15 Mar 2019 - 19:43
En dépit du choc lié à la scène, le jeune Musashi avait fait preuve d’une grande ingéniosité que son coéquipier ne rata pas, gardant en mémoire la position de ses clones et du véritable lui. Avec si peu de connaissances, établir quelconque plan d’action s’avérait difficile, pas comme ce fut le cas lors de leur mission précédente. Il suffisait de voir ce bouffon se pavaner dans sa tenue de latex ridicule, digne d’une série cartoonesque avec une grosse pointe de perversité saugrenue. Malgré ses aptitudes au combat lui permettant d’esquiver sa première attaque avec aisance, son allure et sa gestuelle dérangeait l’artisan au plus haut point, tiquant sur ce genre de dérive.

Son sang ne fit qu’un tour lors de sa prise de parole, insultant ouvertement la Kunoichi pour qui l’homme vouait une certaine affection. Dans son ancienne vie, cela lui aurait valu un acte impulsif, non réfléchi, mais depuis ses prises de fonctions, la logique se permettait de prendre le pas. Sa patience accorda à Ryoko le plaisir de réagir avec maturité, avec un entrain assez étonnant pour dire. Le prisonnier enchaîna ensuite ses techniques pour leur compliquer la tâche, sans encore dévoiler un soupçon de ses capacités. Le clonage était un basique du monde Shinobi, et l’art du relâchement via les sceaux non inconnu à sa personne même si ce dernier en maîtrisait la partie marquage, à un certain degrés.

Quoi, c’est à force de te faire mal baiser en prison que t’es devenu aussi bavard ?

Abuto enchaîna de sa voix grave et rocailleuse avant de se défendre face à l’attaque en faisant sortir depuis son coup suffisamment de fils pour former une protection défensive sur le haut de sa tête, avec un écart suffisant entre celle-ci et sa tête. Il bougea en même temps histoire de se placer et ne pas recevoir directement les armes lourd et pas de façon perforantes mais plutôt les dévier. Le fait d’avoir ses fils reliés à son corps lui donnait au moins cet avantage, de disposer d’un certains jeu de mobilité dans certaines situations.

Alors dis moi, combien de fois as-tu ramasser la savonnette avant d’opter pour la tenue en latex ?

Mêlant un sérieux inquisiteur, vice et langage cru, le ninja visa à déstabiliser et surtout jouer un peu avec l’apparence fluette de leur adversaire, pendant que la fameuse Sekken dévoilait ses talents après que tous deux aient encaissés l’attaque de zone prodigué par Kibo. D’ailleurs, plusieurs Shurikens et Kunaïs s’étaient planté dans sa protection filaire, depuis lequel il parvenait à distinguer certains embouts parmi le maillage de celle-ci. Il en profita pour se défaire de sa défense et les saisir au vol, pour entamer sa propre offensive en accompagnant la Kunoichi.

Le guerrier au teint bronzé profita du champs d’armement qu’était devenu le terrain pour s’en servir à son avantage et les lancer sur l’adversaire au fur et à mesure pour ne pas gaspiller ses propres réserves. Des lancers basiques mais soutenus qui visait en réalité à confondre des mudras et un sceau apposé sur un des Kunaïs lancé dans la mêlée pour plus de surprise. Ainsi sans la volée siégeait un Kunaï piégé, d’un sceau explosif noir sur noir que le Shinobi comptait activer une fois à proximité de ses adversaires.

Dans cet enchaînement de divers lancers chaotiques et simples, certains tirs semblaient atterrir dans des trajectoires hors contextes, presque signes d’un manque d'habileté. En réalité, l’homme brouillait volontairement l’action pour effectuer une deuxième offensive ingénieuse et décalé en termes de timing. En effet, il effectua quelques signes et glissa sa main dans une de ses sacoches au niveau de sa ceinture entre quelques jets pour lancer un Kunaï directement en l’air au dessus de ses adversaires, celui-ci étant accroché un fil d’acier et un parchemin explosif marqué lui même à son versant d’un de ses propres sceaux.

Avec un peu de chance, il comptait surprendre son adversaire et rabattre ce Kunaï aérien via le fil d’acier, dans l’espoir de détruire quelques clones via la force de l’explosion.



Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 15 Mar 2019 - 21:46
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

La prison de l’île oubliée, voilà qui me fit légèrement penser à ce fameux jour de vote... Ainsi, il serait donc l’un des prisonniers de cette mystérieuse île ? A vrai dire, même si je ne disposais pas assez d’éléments tangibles à ce sujet, cela expliquerait toutefois bien des choses, à commencer par les agissements de cet énergumène. C’était du moins la seule explication plausible car aucun shinobi ne se lèverait de bon matin et déciderait sur un coup de tête de massacrer autant de personnes pour son propre plaisir. Ainsi, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il avait dû en voir des vertes et pas mûres au sein de cette mystérieuse prison. Toutefois, cela ne saurait justifier son mépris pour les femmes, et encore moins les actes ignobles dont il était à l’origine.

Bref, fort heureusement, Ryôko garda son sang-froid et lui répondit de la plus belle des manières. En revanche, Abuto se montrait plutôt grossier, comme s’il cherchait volontairement à provoquer ce Kibo. Je ne savais pas si c’était une bonne chose car ce psychopathe m’avait tout l’air d’être quelqu’un d’assez susceptible. D’ailleurs, en parlant de lui, il n’eut pas difficulté à éviter la tentative de mon partenaire, créant au passage trois clones avant de nous lancer une pluie d’armes blanches.

Quelques instants avant qu’il ne déploie cette offensive, mon clone à l’intérieur du bâtiment créa trois autres clones qui sortirent par la fenêtre, de l’autre côté du bâtiment. L’un se hissa aussitôt sur le toit, tandis que les deux autres prirent chacun un côté, tout en restant toujours caché derrière le bâtiment. Sachant qu’il n’y avait de toute façon plus rien à inspecter dans cette édifice, autant concentrer toutes nos forces pour vaincre ce cinglé, cela dit il fallait qu’on le fasse très intelligemment.

Bref, pour en revenir au front principal, il n’y avait aucun espoir pour sauver le clone se trouvant auprès de Ryôko et Abuto, surtout si je voulais économiser du chakra. Ainsi, mon clone composa brièvement quelques signes, faisant ainsi apparaître une petite boule de cristal qu’il envoya vers notre cible, en ignorant si c’était l’originale ou un clone. La particularité de technique se manifestait lorsqu’elle entrait en contact avec la cible, déployant en effet quelques piques qui avaient pour objectif de très légèrement blesser l’adversaire. Peut-être que ce serait suffisant pour faire disparaître un clone… ou pas. Bref, après cette tentative « désespérée », mon clone disparu sous les coups des armes blanches de Kibo.

Cependant, au même moment, le clone au-dessus du toit exécuta quelques mudras, profitant ainsi de sa hauteur et de l’effet de surprise que sa position lui offrait, pour ainsi envoyer une dizaines d’aiguilles de raiton visant trois des quatre Kibo sur le champ-de-bataille. Aussitôt que ces aiguilles envoyées, le clone s’allongea pour éviter d’être vu. Tout était plus ou moins réuni pour que cette offensive fasse mouche, et si elle venait à être avortée alors mes camarades aurait tout le champ libre attaquer.

Spoiler:
 





_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 18 Mar 2019 - 2:26
Un magnifique rictus étire les lèvres du monstre sanguinaire. Alors, comme ça, l’homme aux fils protège la mocheté ? Il pense qu’il pourra la baiser, comme ça ? Ah, peut-être qu’il a raison, finalement … Ceci dit, elle n’a pas l’air difficile à obtenir, la môme. Avec quelques efforts, des belles paroles et un joli sourire, elle doit facilement se laisser avoir … Après tout, une femme qui s’exhibe est forcément une femme facile, Kibô en est certain. Il soupire et la regarde se dépatouiller. Mignonne proie prise au piège. Si elle était seule, il n’en ferait qu’une bouchée. Mais il y a deux autres personnes et ça, c’est vraiment chiant. Il ne sait plus quelle cible est sa priorité, il hésite. Facétieux dilemme de l’assassin en série, qui réclame le sang perpétuellement, sans être capable de déterminer lequel doit couler en premier. Pour l’heure, il doit déjà éviter que le sien coule. Ce sera pas mal.

Les clones, sur les côtés, disparaissent tous petit à petit, au fur et à mesure des attaques qui les criblent. Kibô, lui, n’en démord pas. Il ne bouge pas. Il a composé des mudras et il encaisse tout ce qui arrive à sa portée, tant pis pour les trois clones. Un dôme bleuté l’entoure intégralement et lui permet de ne subir aucun dommage à son approche. Il disparaît pour de bon une fois les aiguilles électriques arrivant à son contact. Au moins, il est indemne. Ses clones n’auront servi à rien, quelle déception. Il soupire de nouveau. Il sait qui attaquer. Il sait lequel il veut.

« Tu sais, petit. Si tu veux que la moche te baise, t’as pas besoin de te mettre en quatre … »

Il hausse les épaules. Des attaques sont venues de derrière lui, mais il y a quelqu’un face à lui. Il ne peut pas s’amuser indéfiniment dans ce sens … Il faut faire le ménage. D’abord, les deux, là. La mauviette planquée sortira quand elle verra que le sang coule. Ou alors … Elle s’en ira. Et ce sera fini pour eux. Oh, oui. Un tel bonheur, un tel bonheur. Kibô se met à rire, seul. Un petit rire solitaire. Il compose des mudras et lève les mains vers le ciel. Rapidement, une grande quantité de projectiles bleutés crible les trois personnes qui lui font face. Pendant que les deux en face sont occupés il se tourne un instant et compose de nouveaux mudras, pour créer des balles de chakra qu’il projette dans tous les sens, dans le but de toucher quelque chose, ou quelqu’un.

Puis, pour finir, la brute se met en retrait, de façon à avoir un œil global sur la scène. D’un côté, les moches, de l’autre, le lâche. C’est pas mal. Son adrénaline grimpe, grimpe … Qui mourra, ici ? Lui ? Eux ? Il lui tarde de le savoir …

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 18 Mar 2019 - 15:29
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Kibo semblait à priori seul, ce qui devrait ainsi nous permettre de nous battre sans se soucier d’éventuels renforts. Puis, de toute façon, il n’avait clairement pas l’air d’être le genre de personne à travailler en équipe. Ainsi, on pouvait d’une certaine façon dire que le combat était à notre avantage. Cependant, il fallait toute de même faire preuve de prudence car le prisonnier avait déjà démontré qu’il pouvait facilement nous atteindre, peu importe notre nombre.
Quoi qu’il en soit, pour le moment il n’était pas question d’abandonner ma position. En effet, Abuto et Ryôko se débrouillait plutôt bien, de plus mes clones n’étaient pas très loin pour leur porter secours en cas de besoin. Maintenant que tous ses clones succombèrent sous les coups de mes aiguilles, j’étais curieux de voir comment il allait réagir.

Ainsi, la réaction de Kibo ne se fit pas attendre longtemps, et d’une certaine façon elle était plutôt prévisible. En effet, il lança une grosse offensive à l’encontre de mes camarades, cherchant certainement à mettre un terme à ce combat. Après cette première offensive, Kibo enchaîna avec une nouvelle technique, cherchant cette fois-ci à éliminer un des mes clones. Après quoi, il fit étrangement preuve d’intelligence en s’éloignant de l’arbre et du bâtiment servant de repère à mes clones. Ainsi, il pouvait avoir une vue d’ensemble sur le « champ-de-bataille ».
Concernant sa première offensive, j’avais amplement confiance en mes camarades pour y faire face et réagir en conséquence. Et en ce qui concerne mon clone, celui-ci était suffisamment bien dissimulé pour ne pas se faire toucher par ces balles de chakra, toutefois, il recouvrit toute de même son bras de cristal pour se protéger, au cas où une de ces munitions venait quand même à l’atteindre.

Bref, quelques instants plus tard, mon clone, celui au-dessus du toit, abandonna sa cachette et se montrera ouvertement à Kibo. Une distance non négligeable les séparait, rendant ainsi toute attaque surprise totalement inutile. Dès lors, mon clone se décala légèrement et s’avançait d’un pas assez lent sur le flanc gauche de Kibo. Puis soudain, il s’arrêta pour engager une conversation avec l’ex-prisonnier :

« Et si on s’arrêtait un instant, Kibo ?! » Fit mon clone, attirant ainsi l’attention du prisonnier. « Ce combat est inévitable, et il y aura sûrement des morts, alors pourquoi ne prendrais-tu pas le temps de nous expliquer ce qui t’es arrivé dans cette prison ? » Poursuivit-il, en retirant délicatement sa capuche.

L’objectif était d’amener Kibo à se confier, à se décharger du lourd fardeau qu’il devait porter. Cela devrait probablement lui faire baisser sa garde, ou tout du moins permettre à mes camarades de mieux préparer leurs prochaines offensives.

« Je ne crois pas qu’on puisse devenir ce que tu es devenu du jour au lendemain, et bien sûr tu n’as absolument aucune raison de partager la moindre information qui soit avec nous. Cependant, pourquoi pas, Kibo ?! Si tu es persuadé de pouvoir nous tuer, alors cela ne changera de toute façon pas grand-chose, pas vrai ? Si ce n’est nous permettre d’en savoir plus sur notre futur bourreau. Et bien sûr, dans le cas contraire, tu auras au moins eu le temps de partager ta douleur avec quelqu’un… »

Ce dialogue, au-delà du fait que ce soit une stratégie, il y avait une réelle volonté d’en savoir plus sur cette personne. Bien sûr, ses crimes étaient impardonnables, toutefois, connaître plus sur son histoire pourrait éventuellement nous permettre de prévenir et peut-être d’éviter que d’autres personnes finissent comme lui.
Quoi qu’il en soit, le clone restait sur ses gardes et était prêt à se défendre si nécessaire. De l’autre côté, sur le flanc droit, Ryôko et Abuto pouvait profiter de la situation pour attaquer ou tenter de le neutraliser. Si Kibo venait à ignorer mon clone pour s’occuper de mes camarades, alors le clone était prêt à lui envoyer une grosse décharge électrique sous ses pieds. S’il me contraignait à recourir à cette technique, alors celle-ci sera enclenchée avant que mes camarades n’atteignent Kibo.

Spoiler:
 



_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Lun 18 Mar 2019 - 15:47
Surprise, Ryoko regarde Abuto la défendre en insultant en retour le prisonnier. Sa tentative d'attirer l'attention est donc un échec. Elle soupire, voilà maintenant que l'assassin masqué hésite entre qui toucher, au moins, ses clones sont détruits, même si ce cher Kibo n'a rien eu. Elle l'observait, prête à agir, prenant une pose confiante quand à sa capacité à encaisser les dégâts. Elle sourit de manière fourbe en l'entendant, pensait-il qu'elle était une fille si facile que ça ? Qu'il était naïf. Hormis ce cher manipulateur de fils, personnes n'avait réussi à l'attirer, en partie parce qu'elle savait ce qui les intéressaient en partie.

- Ahlala, les hommes, toujours à tout reporter aux formes, toujours à être attiré par un pourcentage de peau dénudé, comme des bourdons attirés par une forme leur rappelant leur femelle. Vous vous faites toujours des idées sur une femme autant dévoilé sans savoir que vous vous faîtes manipuler. Tu as beau ne pas aimer les femmes, tu subis la même règle mon cher Kibo, tu es un gros bourdon, fufufu~.

Après cette remarque, elle le voit lancer une grosse tempête de projectiles sur le couple, Ryoko sourit, il a craqué, il a définitivement craqué. La Rose décide d'en profiter, protéger en grande partie par son armure, elle est prête à lui faire payer cette témérité soudaine. Elle sourit, le voit se tourner, profitant de cette instant pour le charge tout en lui administrant un gros coup de pied.



- Ton adversaire est ici Kibô !


Elle espère que ce coup de pied lui serve de piqûre de rappel. Certes, elle a quelques coupures au niveau des jambes, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard. Par contre, elle compte bien lui casser la figure, bien que maintenant, son armure n'est pas utilisable est est tombé en morceaux à même le sol.



Un signe plus tard, elle crée un fouet d'eau en forme de dragon chinois pour lui enrouler les bras et l'empêcher de faire des jutsu. Après, ses collègues lui feront la fête à leur tour. Han cependant semble vouloir en apprendre un peu plus, elle hausse les épaules, le laissant tenter de se présenter d'avantage. Au moins, ses bras seraient immobilisé s'il l'a pas esquivé.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Mar 19 Mar 2019 - 0:16
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Signat11


Du chakra brut et pur. La matière demeurait reconnaissable pour le tatoué, suffisamment pour ne pas le confondre avec une affinité ou élément propre à la nature. Composer des armures pour les ninjas et aussi les Samouraïs via son métier l’avait irrémédiablement mené à étudier ça en premier, surtout pour en comprendre l'interaction avec ces derniers. Pourtant, impossible de mettre un nom ou une familiarité avec sa capacité à la déployer si aisément, d’une façon bien palpable. Un art à priori difficile à exploiter de but en blanc, du moins sans disposer de prédispositions génétiques pour le favoriser. Qui était ce type ?

En tout cas, celui-ci ne lorgnais pas sur le chakra et exposait une véritable envie de meurtre, enchaînant à volonté les attaques de zones. Le groupe risquait de perdre trop de temps et de ressources à le prendre sur la distance et le laisser dans sa zone de confort. Abuto pouvait encore cracher avec hargne sur le clown de service imperturbable avec plaisir, mais il savait sa conjointe capable de donner le change seule. Lui désirait convertir ses pulsions sauvages et animales dans l’action brute, empli d’une aura froide et dénué de pitié pour ce prisonnier, contrairement au jeune Musashi.

Je vais le contourner, couvre les arrières de Ryoko.

L’une de ses mains planqué derrière son propre bassin lui servit à réaliser des signes militaires à destination du Musashi planqué dans les arbres pour qu’il comprenne ses intentions, traduites aussi dans ses propres pensées pour mieux les exprimer avec sa gestuelle discrète. Ainsi, le colosse au teint bronzé profita de l’assaut adversaire et le départ de Ryoko qui disposait déjà de sa défense pour lancer un fumigène sur sa propre position, assez bas pour ne pas déranger le poste de repérage de Musashi. Dans cette brume poisseuse le ninja se transforma en adoptant sa forme filaire monstrueuse à l’abri de tous les regards et lança celui-ci vers le à l’horizontale de sorte à protéger un maximum son corps des projectiles de chakra, histoire de ne pas le couper dans sa course.

En effet, ce dernier vira subitement en direction du bâtiment et passa par la porte et le chemin même emprunté et préparé par les clones de son collègue précédemment. Malgré les quelques coupures issues des projectiles chakratiques non bloqués au niveau de ses jambes, ses pas larges et endiablés firent défiler sa silhouette comme le diable au milieu de ces dédales meurtris. De ses bras, la créature fantasmagorique se propulsait porte après porte pour accélérer de plus en plus jusqu’à sortir à l’opposé du bâtiment, où résidait Kibo. Ce qui se passait sur le champ de bataille lui paraissait épisodiquement à l’instar de flash depuis les fenêtres sur lesquels il ne s’attarda pas.

D’un coup, l’entité ténébreuse, couvert d’une épaisse couche de fils marbré jaillit par l'arrière du prisonnier, le dépassant largement en taille et carrure. Le but était de l’entourer ou en tout cas lui retirer la possibilité d’esquiver aussi simplement que la première fois, une technique qu’il avait déjà observé dans un combat contre Hisa. Le revêtement du monstre imposant commença ainsi à s’étendre sur les côtés et le haut telle une sphère d’ombre pour le prendre au piège et l’immobiliser entièrement.


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Mer 20 Mar 2019 - 21:09
Parler, parler, parler … Pourquoi veut-il parler ? À quoi ça lui sert ? Ne voit-il pas que Kibô n’en a pas envie ? Ici, maintenant, il n’y a que le combat qui compte. Ces vies mises en danger, ce carnage qui arrive, l’anticipation face à la mort … La mort des autres, sa propre mort … Il n’y a que ça, il n’y a jamais eu que ça. Rien qui ne changera, jamais. Et de toute façon, qu’est-ce que ça peut lui faire, à lui ? Sa vie ne changera pas par rapport à tout ça, au contraire. Elle se maintiendra en l’état, comme elle a toujours été. La prison, pour lui ? Un délice. Une juste punition. Kibô sourit avec un amusement total, croissant.

« Même si je souffrais, je n’en parlerais certainement pas avec toi. »

Il hausse les épaules. Derrière lui, la greluche aux cheveux roses qui lui fonce dessus. Kibô, surpris, ne parvient pas à esquiver l’impact. Il a un mouvement de recul, puis se tient la figure. Son nez saigne. Ses prunelles s’illuminent d’un regard nouveau. Elle a du répondant ! Cette gamine l’a touché ! Heureusement pour lui, d’ailleurs, car avec la puissance de l’impact et le recul, l’attaque électrique à laquelle Kibô n’avait pas fait attention passe sur le côté et s’évanouit. Le contact avec la grognasse reprend. Il s’en approche, profite de la proximité qu’elle crée pour déposer un sceau sur sa poitrine, qui grossit à vue d’œil.

« Avec mes compliments, ma jolie fleur. »

Une autre sensation désagréable l’assaille. Une matière étrange l’entoure. Noire … Qu’est-ce que c’est ? Kibô écarquille les sourcils, dans l’incompréhension. C’est étrange, illogique, inattendu. Il s’agit sûrement du plus intéressant du lot, qui ne cherche pas à le changer … Mais à l’atteindre pour de vrai. Il sourit, puis décide de s’en tirer de son mieux, sans savoir si cela fonctionnera. Après un geste, il absorbe un maximum du chakra qui le maintient immobile. Le haut de son corps se libère, mais pas ce qui suit le tronc. Ses jambes sont encore bloquées, mais il est déjà plus libre. Il profite de la proximité de ses deux adversaires pour composer des mudras et faire déferler le même déluge sur eux trois. Faire des dégâts, un maximum, quitte à en prendre aussi. Peu importe. Le but du jeu est de blesser un maximum de personnes … Voire les tuer …

Le sang de son nez s’écoule sur ses lèvres … Lèvres qui s’arquent en un sourire particulièrement mauvais.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 0:22
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Signat11


Le tuer. Le détruire jusqu’au plus profond de ses tripes. L’éliminer de l’existence même. Ce fut comme un électrochoc, une pulsion sombre, froide et purement bestiale qui parcouru le corps de l’homme tatoué à la vision qui s’offrait à lui au moment de réussir sa stratégie. Tout s’était passé très rapidement, trop pour qu’il puisse avoir une vue d’ensemble d’emblée, dès son arrivé. Ses iris flamboyant masqués par sa forme filaire assistèrent à un spectacle effroyable pour tout humain a qui été donné la possibilité d’aimer une personne voir de partager son destin avec cette dernière.

La Sekken demeurait là, devant lui, avec un sceau de scellement grandissant sur son corps et la rendant ainsi vulnérable à toute attaque, toute tentative de la part de ce criminel sauvage. Son sang ne fit qu’un tour le foudroyant au plus profond de son être, de sorte à oublier les notions de survie, de prudence ou de logique humaine pur et simple. Attaquer et se défendre ne le concernait plus dans le sens classique du terme, seule une image de sang et de cadavre guidait sa chair d’un ordre commun. Le colosse préférait laisser ça à Musashi, jeune ninja prometteur lui ayant prouvé lors de leurs précédente mission sa capacité à couvrir ses alliées dans les situations les plus dangereuses.

Il ne compris pas vraiment pourquoi ni par quelle magie la partie haute de son corps ne parvint pas à créer l’emprise souhaité, même si toute la partie basse demeura intacte dans sa force de constriction immobilisante. Le groupe aurait pu se réjouir d’une telle prouesse réalisé à trois, d’une coopération remarquable, mais l’urgence de la situation ne dégageait en rien une telle ambiance. Au contraire, le drame et l’affliction prirent le pas sur toute joie. Le prisonnier ne connaissait pas sa technique et ne se doutait surement pas de sa nature. Si ce dernier était parvenu à s’en défaire partiellement, cela avait aussi rendu la mobilité du haut de son corps à Abuto, ce qui ne tarda pas à lui servir de façon fatale, direct.

Ni du pourquoi, ni du comment, dés que les sensations de mobilité revinrent dans ses bras et son torse, le colosse agit au même moment que les signes de son adversaire et l’offensive préparé. Combattre le feu par le feu, l’attaque par l’attaque. Enquis d’un jet d’adrénaline quasiment palpable, des idées les plus pernicieuses du diable, l’homme tatoué fit jaillir sa nuée de dard depuis ses tentacules filaires entourant la hanche plaqués directement sur sa peau. Une attaque direct destiné à son foie, point vital. Mais ce n’était pas tout. Son costume filaire ayant repris forme sur le haut de son corps suite à l’annulation d’une partie de son étreinte du chaos, Il fit de même depuis son torse se plaquant sur son dos, la matière déjà présente rendant l’offensive d’autant plus rapide.

Cette fois, il visait sa colonne vertébrale enfouie moins profondément, de sorte à détruire ou toucher les nerfs autour de sa colonne vertébrale. Cependant, ces actions ne lui exigeant pas de signes, la véritable cruauté du guerrier à la voix rocailleuse se dévoilà de part deux Kunaïs tenus dans chaque main qu’il vint planter sans une once d’hésitation ni de pitié dans les jonctions entre le cou, la nuque et les omoplates. Des points vitales, où circulaient voie respiratoires et artères létales si endommagés. Il ne savait pas vraiment si cela allait empêcher ou déstabiliser l'exécution de de sa technique de chakra déjà observé précédemment, mais Abuto s’en foutait complétement. Sa position et sa carrure durant ce geste évoquait celle d’un spartiate dégageant toute la rage et les mauvais côtés que pouvait disposer un être humain, agrémenté d’une pluie de projectiles infernale.

GRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!! MUSASHI, SAUVE LA !!!!

Mourir, survivre ?

Les dés étaient jetés.


Il savait déjà que Musashi s'attellerai à la tâche, mais ce cri en retard suivant toute ses tentatives de meurtres servait avant tout à évacuer toute la hargne sommeillant en lui, le galvanisant par la même occasion vis-à-vis des blessures qu’il risquait de subir. La voix déformé par ses cordes vocales modifiés donnait à cette exclamation longue et puissante un aspect effroyables, tel un echo de plusieurs cris d’horreur superposés. Au moins put-il avoir un dernier regard plongé directement dans ceux de sa bien aimé, avant de comprendre la suite des choses.


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 1:41
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Kibo n’était guère disposé à dialoguer car tout ce qui l’intéressait c’était de continuer à vers du sang, comme s’il n’en avait pas déjà assez sur les mains. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était totalement fou à lier, ainsi chercher à le neutraliser semblait une tâche bien plus compliquée à mettre en œuvre que d’éliminer. D’ailleurs en parlant de cet enflure, il était parvenu à faire échouer le plan de mes partenaires, pire encore il parvint à neutraliser Ryôko et semblait donner beaucoup de file à retordre à Abuto. Il commit toutefois une grave erreur en ignorant ce qui se passait derrière mon dos, en effet, mon clone était prêt à lui porter un coup, et ce malgré les chances infimes que cela puisse aboutir. Juste derrière, mes deux autres clones se tenaient prêt au cas où le coup n’aboutirait pas. Cependant, c’était sans compter sur le déluge de projectiles qui allaient déferler sur le champ-de-bataille et le cris plein de détresse du Mugirawa qui craignait le pire pour la jeune femme totalement immobilisée.

Ainsi, pendant qu’Abuto tentait de neutraliser et d’éliminer Kibo, mon clone le plus proche s’empressa de porter Ryôko pour la mettre au plus vite à l’abri. Le deuxième clone, un peu plus en retrait, pris rapidement la place du premier, à savoir juste derrière le criminel. Il se plaça cependant légèrement sur le flanc le plus vulnérable. Après quoi, il se synchronisa aux mouvements du Mugirawa et essaya férocement de poignarder Kibo d’un coup de kunai au niveau du rein. Puis, d’un autre au niveau du dos mais c’était sans compter sur le déluge des projectiles qui le firent disparaître.

« Je suis navré Abuto-san, tiens bon ! » Lâcha le clone avant de disparaître.

Enfin, le troisième clone se glissa à l’intérieur du bâtiment pour éviter les déluges de projectiles de Kibo, et surtout de pouvoir s’assurer de protéger Ryôko.
Les choses se passaient vite, bien trop vite à vrai dire. Le clone portant Ryôko senti qu’il ne pouvait atteindre le bâtiment à temps, forcé donc de la lâcher et de lui assener un coup de pied qui allait assurément la faire entrer dans le bâtiment.

« Je suis désolé, Ryôko, c’est le seul moyen d’assurer ta sécurité »

Après quoi, le clone périt sous les coups des armes de Kibo. Le clone à l’intérieur du bâtiment attendit que Ryôko soit à l’intérieur pour hisser un énorme mur qui devait empêcher tout projectile de pénétrer dans le bâtiment. Après quoi, il porta Ryôko pour s'échapper par l'autre porte et fuir le plus rapidement possible la zone du combat.

Pendant ce temps, j’abandonnai ma cachette pour tenter de gagner rapidement le champ-de-bataille, en compagnie de mon dernier clone. Il n’était pas question de laisser Abuto mourir. Maintenant la question qui se posait c’était de savoir si Abuto tiendrait d’ici là ? S’il était certain qu’il subirait d’important dégâts suite à cette pluie de projectile, il en était de même pour Kibo. Cependant, à la différence d’Abuto, Kibo devait aussi faire face à la dernière offensive du Mugirawa, parfaitement synchronisé au coup de mon clone.


Spoiler:
 

_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 15:40
- Que ... ?

Alors qu'elle avait performer un magnifique coup de pied dans sa belle petite figure, Ryoko sent sa main se poser sur sa poitrine, main duquel se scelle un sceau qui envahit aussitôt son corps pour l'immobiliser totalement. Elle était debout, incapable de bouger comme figer dans le temps. Son corps ne lui répondait plus du tout, elle était incapable de bouger le petit doigt. Ryoko tente de forcer sur son corps pour passer à travers ce sceau par la force, mais rien à faire, elle n'y arrive pas du tout, et elle se met presque à paniqué alors qu'elle voit un déluge de projectiles se préparer. Elle se prépare à subit ce déluge quand Abuto semble entrer dans une rage meurtrière inquiétante et qu'un des clones de Musashi se sacrifie pour la faire éviter ce déluge.

- ABUTO !

Elle pouvait encore parler, mais sans doute aurait-elle voulu ne pas le faire, ça lui aurait éviter de montrer sa grande inquiétude envers son amant. Elle le vit prendre le deluge en pleine poire, littéralement. Elle voit son grand corps entièrement recouverts de blessures et de sang, une vision horreur qu'elle aurait aimé ne pas voir, en tout cas, pas en étant immobile et vulnérable.

Les larmes en tombent, son coeur s'accélère en voyant l'élu de son coeur dans cette situation alors qu'elle, dans l'impossibilité de bouger son corps, obligent Abuto de tenter de la protéger et Musashi de l'évacuer, mais elle ne veut pas être protégée ou évacuée ! Elle veut rester sur le champ de bataille, continuant de se débattre en tentant de défaire ce fichu sceau qui la rend vulnérable.

- NON ! LAISSES-MOI ICI MUSASHI ! JE VEUX RESTER AVEC LUI !

Elle se mettait à crier comme une hystérique pour tenter de le dissuader alors que son corps de fait porter comme une poupée qu'on livre à un magasin de jouet. Elle ne veut pas perdre de vue l'homme de sa vie, elle ne veut pas perdre Abuto tout court !

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 16:26
Cette impression que son corps lui échappe. La brutalité des coups qui l’assaillent. La violence qui l’enferme dans sa nouvelle cage. Une cage qu’il n’a jamais connue, dans laquelle il a enfermé bien des gens. Cette cage, là, juste avant la mort … Cet endroit exigu, sombre, humide. Beaucoup diraient qu’il s’agit d’un endroit terrifiant, d’autres considèrent que c’est un endroit merveilleux. Les goûts et les couleurs, hein ? Dis-moi, Kibô … Est-ce que tu sens cette odeur ? Est-ce que tu sens le goût qui inonde ta bouche ? Est-ce que tu as remarqué ?

Son sourire s’élargit. La douleur le transperce de part en part. Il se tordrait, s’il le pouvait. C’est tellement enivrant. La souffrance grandit, le gagne intégralement. Il sait qu’il va mourir. Il sait que ces gens seront sa fin. Qu’ils le mèneront à sa perte. Mais, aujourd’hui, Kibô quitte le désespoir. Il entre dans l’espoir. C’est beau, c’est bien. C’est ça, de mourir ? Alors, Kibô, est-ce que tu as remarqué ?

Il regarde les gens se battre, l’attaquer encore et encore, lui asséner tous ces coups pour lui faire perdre la vie. Et il encaisse, incapable d’esquiver. Néanmoins, sur le bord de la mort, éraflé par ses propres actions, abîmé par les attaques des autres, Kibô décide d’agir. Des nouveaux mudras, les derniers. Mouvements nostalgiques d’un corps qui se livre à la mort. Autour d’eux, une nouvelle rafale bleutée s’élève et plonge en tous sens pour leur causer des dégâts. Son sourire s’efface, revient. Il hésite. Voulait-il mourir ? Peut-être, peut-être pas. Mais il va mourir, il ne le sait que trop bien.

Est-ce que tu as remarqué, Kibô ? Est-ce que tu as remarqué à quel point la vie est belle, quand elle t’échappe ?

Ses yeux se plissent. Les projectiles de chakra lui tombent dessus, le lacèrent de partout, ajoutent des blessures sur toutes celles qu’il a déjà. Son cœur ralentit, petit à petit. Le souffle lui manque. Le sang s’écoule. La vie s’échappe. Kibô ferme les yeux.

Ci-gît Kibô, meurtrier récidiviste, misanthrope, misogyne. Créature infâme qui a causé la mort à nombre de personnes, encore et encore. Mais … Et vous, avez-vous remarqué ?

Avez-vous remarqué à quel point la vie est belle, quand elle vous échappe ?

Résumé:
 
Résultats:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 18:20
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Kibo se prit plein de fouet les attaques synchronisées d’Abuto et de mon clone. Cependant, ce dernier ayant disparu, il laissa le Mugirawa seul faire face au déluge de projectile. Les chances qu’il puisse y échapper étaient minces pour ne pas dire impossible. Ainsi, avec mon autre clone, on s’empressa de rejoindre la zone du combat pour porter secours à Abuto et notamment lui apporter les premiers soins si nécessaire.

Mon dernier clone se trouvait quant à lui en compagnie de Ryôko qui refusait de fuir le champ-de-bataille. Cependant, mon clone profita du fait qu’elle soit totalement immobilisée pour la mettre à l’abri. Certes, elle risquait probablement de ne pas me le pardonner mais tant pis, car ce qui importait avant tout c’était la « dernière » volonté d’Abuto. Il tenait à elle, aucun doute là-dessus, et par conséquent, je me devais de la protéger quoi qu’il puisse m’en coûter.

Bref, lorsque j’arrivai enfin auprès d’Abuto, la première chose que je constatai c’était l’état critique dans laquelle il se trouvait. A cet instant, je m’en voulus terriblement de m’être caché dans cet arbre durant tout ce temps car, si j’avais été à ses côtés dès le début, il n’aurait probablement pas été dans un état aussi grave. Cependant, l’urgence de la situation voulut que je laisse les remords pour plus tard, m’empressant ainsi d’éloigner Abuto de Kibo.

« Abuto ! Abuto ! Tu m’entends ?! » Fis-je, d’un air désespéré.

De loin, on pourrait vraiment croire qu’il était mort. Cependant, je le tenais dans mes bras et je pouvais clairement ressentir qu’il luttait férocement pour rester avec nous. Je m’empressai donc de lui retirer les armes qui étaient restées plantés sur lui et de lui apposer des bandages le temps qu’on le transporte au village le plus proche. Mon clone s’approcha quant à lui de Kibo histoire de s’assurer qu’il était bel et bien mort. Une fois qu’il eut la confirmation, il le transmit à l’autre clone qui transmis par la suite à Ryôko.

« Kibo est mort ! » Fit-il, d’un air soulagé. « Abuto s’en est sorti, mais il est vraiment mal en point. Je vais te conduire auprès de lui, Ryôko ». Poursuivit-il, d’un air inquiet.

Après quoi, le clone s’empressa de conduire Ryôko auprès d’Abuto.



Spoiler:
 


_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 20:50
Alors qu'elle continue de se débattre pour tenter de se sortir de cette immobilisation, hurlant au clone de Musashi de la laisser près du champ de bataille pour assister au combat, elle reprend d'un coup le contrôle de son corps alors qu'elle se retrouve à l'abri et éloignée du champ de bataille, manquant d'assommer le clone de son collègue. Elle cligne des yeux, pensant d'abord avoir réussi à briser le sceau à cause de sa force, mais elle sent que ce sceau n'est plus actif, et par conséquent, cela voulait dire que Kibo est ... mort ? Inconscient ? Elle l'espère, elle tente de se mettre debout, mais manque de tomber en gémissant de douleur, remarquant de nombreuses blessures le long de ses jambes, mais aussi le long de son corps. C'était très douloureux, mais encore supportable pour Ryoko, surtout après la montée d’adrénaline que lui donne Musashi en lui disant que Kibo est mort, mais qu'Abuto est très blessé avec une voix inquiète.

- QUOI ? Je dois le voir tout de suite !

Elle suit tout de suite le clone puis se met à glisser pour le dépasser et arriver en un instant devant le vrai Musashi avec Abuto mal en point dans ses bras, freinant juste avant de leur rentrer dedans, telle une pro de la glisse qu'elle est peu importe la situation. Elle se met à genoux, libérant à partir de ses mains du savon liquide, les faisant couler le long des plaies les plus grave pour les boucher et éviter qu'ils deviennent fatales pour son amant. Elle pose ensuite sa main au niveau de sa main pour avoir son poul, heureusement, il est stable, mais ses blessures doivent vite être soigner. Elle lui caresse ensuite la joue, le sourire aux lèvres, pleurant en voyant qu'il n'est pas mort.

- Bon sang, tu m'as fais une telle frayeur ! Tout va bien se passer maintenant, on t'emmène vite voir un médecin. Tout va bien se passer ...

Encore sous l’adrénaline, elle prend Abuto sous son épaule, aidée par Musashi, ses bras eux aussi blessés, mais moins gravement que ses jambes, comme le reste de son corps. Elle était soulagée, ils vont pouvoir entrer en annoncer la bonne nouvelle, que cet homme est mort une bonne fois pour toute. Maintenant, ils doivent rentrer très vite à Iwa avant que l'état d'Abuto s'aggrave. Ryoko aurait bien continuer à glisser, mais elle n'est pas sûre que les garçons soient capable de suivre son rythme, même en étant blessée aux jambes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 22 Mar 2019 - 1:33
Lequel des deux ? Qui de ces deux là était le véritable monstre ? Celui qui, sous cette pluie infernale déchirait la chair d’une furie sanguinaire, ou celui qui, en dépit de toutes ces blessures et attaques mortelles perpétuait sa volonté de tuer gratuitement coute que coute ?

Le colosse le su à cet instant, impressionné de la ténacité de ce fameux prisonnier, qu’ils n’auraient sûrement eu aucune chance si ce dernier n’avait pas cédé pour quelconque raison à tous ces assauts. Du reste, il n’eut que des bribes d’informations, visionnant dans des derniers flashs le sauvetage réussi de la part du jeune Musashi et la détresse de sa tendre incapable de réagir face à cette situation. Un adieu définitif ?

De part en part, jusque dans les moindres recoins de sa chair, d'innombrables projectiles de chakra vinrent le déchirer d’une violence inouï, d’une sauvagerie et d’une barbarie effroyables. C’était comme se plonger seconde après seconde dans les limbes de l’enfer même et subir un châtiment d’un niveau indescriptible. Sa voix continuait de résonner avec acharnement à travers les ruelles de ce village macabre, tel un damné plongé dans les fourneaux du diable. La seule idée qui lui permit de tenir résida dans la protection de ces deux êtres chères à son cœur et l’apparition soudaine d’une silhouette imaginaire devant ses pupilles flamboyants.

_________________________________________


[Souvenirs]



Abuto enfant, tonneaux de marchandises dans les mains aidant à charger le bateau avant le départ de son paternel et son cortège.

Père ... Pourquoi faire ça ? Pourquoi partir sur le champ de bataille ? Tu dis toujours que c’est ton métier, mais tu n’es même pas ninja. Tout ce que tu vas faire, c’est mourir et nous laisser, seul. Tu vas me laisse m’occuper de tout, seul.

Il voulait comprendre. L’héritier encore juvénile était déjà préparé depuis ses premiers pas à être le successeurs, celui qui prendrait toutes les responsabilités sur lui. L'éventuelle mort de son paternel ne représentait plus un mystère pour lui, ni même une peur. Fort d’une âme aventurière et téméraire, son père avait déjà déteint sur le petit, si bien que ces deux là partageaient une complicité évidente. Pourtant, une part du bonhomme ne comprenait pas la raison qui le poussait à ça, la logique derrière ce qui semblait être de la folie devant la possibilité d’une vie simple, entouré de ses proches.

Cette minuscule étincelle de curiosité, cette opposition face au mystère constituait dans le temps présent et les cinq dernières années tout la rage et la partie impulsive de sa personnalité qu’il ne parvenait pas à calmer malgré tout ses efforts. Ce père disparue, ne lui laissant qu’un bandeau immaculé de sang et une lettre.

Abuto … Tu es encore un peu trop jeune pour comprendre. Mais il y a des choses en ce monde qui sont bien plus grand que nous et une fois que tu les aura vu, seulement à ce moment là, tu sauras pourquoi j’agis comme ça. C’est comme un feu qui te brûle, un interdit que l’on t’impose et que ton âme ne supporte pas. Je ne veux pas que tu ai peur de la mort Abuto, pas que tu en ai trop peur pour fuir la vie. Notre famille, nos frères artisans, toute cette entreprise. On ne pas les laisser périr juste par notre peur.

L’aura de la silhouette ombragée de son paternel face au soleil radieux s’avéra soudain plus chaleureux, plus saisissante et réconfortante.

Je peux disparaître. Je vais disparaître. Mais quoi qu’il arrive Abuto, écoute seulement et uniquement ce qui bat en toi, ce qui existe au plus profond de tes tripes et de ton âme. Ni ta morale, ni tes craintes, ni les règles, ni même la logique. Juste ce qui t’anime et ce qui te permet de respirer.

Ainsi aposa-t-il une main sur la chevelure sur le gamin des rivages pour l'ébouriffer complètement alors que ce dernier ne comprenait rien à son discours. Cet entêtement, ces airs de héros l’énervaient, encore et toujours depuis cet instant. Mais une part de lui s’en imprégnait inconsciemment.

Abuto, tu es tout ce qui compte. Tout.


[Souvenirs]

_________________________________________


Agrippé avec véhémence sur le corps de Kibo, le guerrier tatoué pensa peut être ne jamais pouvoir le retrouver, ne jamais pouvoir conclure ses recherches après sa disparition mystérieuse. Pourtant, en dépit de toute cette logique, son être avait agit selon ses instincts et la braise qui l’animait sans réfléchir à ça, sans prendre en compte ses intérêts. Voici donc la signification de ses explications ? Impossible de le savoir. Dans toute cette effusion de sang, il ne put qu’avoir une dernière pensée avant de vaciller momentanément.

Père …

L’image de son parent, de sa compagne, de son frère d’arme.

Ces quelques secondes d’inconsciences parurent éternelles, si bien que le Shinobi cru mourir, partir et sombrer dans les ténèbres. Un unique espoir résidait, une source d’énergie suffisante pour le motiver à lutter. Tout proche, des sons défilaient sur le ton du jeune Musashi, accompagné ensuite d’une caresse sur sa joue qui vint le réveiller lentement dans une douceur et un apaisement incroyable parmi la torture que subissait son corps tout entier. Sur le même instant, les larmes chaudes de la ravissante Sekken coulèrent sur son propre visage, les paupières suffisamment levés pour avoir un aperçu de son sourire et sa détresse.

Ryoko …

Prononcer la moindre parole relevait d’une souffrance incroyable, au point où seul le nom emplie d’une tendresse infinie parvint à sortir de ses lèvres, le reste de faisant d’un échange visuel explicite. Son âme respirait d’un soulagement miraculeux en la voyant en vie et sauve, sans compter le savon qui se répandait sur son corps. Grâce à Musashi … L’homme à la teinte bronzé lui devait une vie, plus même, une promesse éternelle. Mais sur le coup, l’héritier Mugirawa ne put rien accomplir de plus verbalement, à part serrer sa main sur l’avant bras de son collègue pour lui montrer sa reconnaissance et sa fierté. Le groupe de miraculé venait de réussir l’impossible, dans une coopération inespéré pour un combat improvisé dans de tels circonstances.

La suite de l’opération résidait entièrement sur ces deux là, lui même ne faisant office que de pantin à trimbaler. Sa conscience commença d’ailleurs à l’abandonner doucement, s’en remettant aux compétences exceptionnels de ses deux partenaires.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Empty
Ven 22 Mar 2019 - 16:02
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier Iwagak12

PRINTEMPS MEURTRIER

-------------

Mon clone se tenait près du cadavre de Kibo. Il l’observait attentivement et se demandait si celui-ci avait enfin trouvé la paix. Après tout, il semblait avoir orchestré tout ces abominables crimes dans le seul but d’attirer l’attention et d’en finir avec sa misérable existence. Ainsi, d’une certaine façon, on pouvait dire qu’il avait remporté cette bataille. En effet, puisque non seulement il commit d’énormes atrocités, mais en plus de cela il s’en alla comme de rien était. C’était facile, bien trop facile, et une insulte envers toutes ces personnes massacrées. Tout cela pour quelle raison ? Malheureusement, on ne le saura probablement jamais. En tout cas, une chose est sure, le palais royale n’était pas exempt de toutes responsabilités.

Enfin bref, il était temps de quitter ces lieux. Ainsi, avec l’aide de Ryôko, on tentait de déplacer Abuto qui perdait d’ailleurs peu à peu connaissance. Je me rendis alors compte que ce n’était pas la bonne façon de faire car, à ce rythme-là, on risquait d’en avoir pour longtemps avant de trouver un centre de soin.

« Laisse-le-moi, je vais le porter, Ryôko-san. » Fis-je, d’un air légèrement attristé. « Sinon on risque de perdre beaucoup de temps. Toi aussi, tu es blessée donc il faut que tu te ménages. » Conclus-je, en faisant apparaître un clone.

Je pris alors le soin de mettre ma capuche sur la tête, puis de porter mon partenaire sur mon dos, histoire de nous gagner du temps.

« Toi aussi Ryôko-san. Ne sois pas gênée, tu dois le faire pour le bien d’Abuto-san. » Fit le clone, se proposant de porter Ryôko sur son dos.

Ainsi, si elle acceptait, elle pourrait enfin ménager ses blessures et avoir un regard direct sur le Mugirawa. De l’autre côté, mon clone porta le cadavre de Kibo et nous rejoignit pour entamer notre « long » voyage vers le village. Enfin, en ce qui concerne les victimes de Kibo, une fois au village, on enverra des gens pour nettoyer les lieux et les enterrer dignement.


Spoiler:
 


_________________
[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

[Alerte/Prisonnier] Printemps meurtrier

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: