Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Alerte/Fanatique] La Porteuse de Lumière


Mar 12 Mar 2019 - 20:39

La Porteuse de Lumière

Contexte et situation

« Excusez-moi, puis-je vous aider ? »

Le garde Iwajin, qui n'avait forcément pas manqué de remarquer la jeune femme près des Crocs Rocheux, s'était approché pour mieux faire porter sa voix. S'il ne savait pas encore si cette inconnue pouvait être une menace ou, plus probable, une simple étrangère ou passante, il retenta de faire face au silence qu'avait adopté cette dernière.

« Mademoi- !! »

Le garde s'était figé, pris d'une stupeur immédiate à la vue de ce que faisait l'inconnue. Cette dernière, accroupie, caressait le sol rocailleux d'une main couverte de sang. Mais ce qui était encore plus terrible, c'était qu'elle avait dessiné tout un motif circulaire devant elle avec.

Seul, le garde Iwajin préféra se retirer en urgence, pour aller jusqu'au village des Roches qui se trouvait à moins d'un kilomètre. C'est là bas qu'il irait dire tout ce qu'il avait vu. Une équipe serait envoyée sur place et serait bien plus en mesure de faire face à cette femme que lui seul.

De son côté, la jeune femme continuait de caresser le sol et de sentir le sang flirter avec ses fins doigts. Sans porter attention au garde qui prenait la fuite vers le village, sa douce voix brisa le silence qui s'était à nouveau installé.

« Il avait raison à propos de ce village. Rokkusu, ou plutôt Iwa... »

La Porteuse de Lumière se releva.

« ... doit être rasé. »


Règles et informations

  • Cette alerte est de type Fanatique, consultez l'événement global pour en savoir plus.

  • Cette alerte se déroule en printemps de l'année 203.

  • Cette alerte est de rang inconnu.

  • Seuls les personnages se trouvant dans le pays et étant libresPar « libre », nous entendons que votre personnage ne doit pas déjà participer à un Event, une Intrigue, un Exploit, une mission officielle ou contrat. peuvent intervenir en postant un premier RP à la suite.

  • Trois personnages au maximum peuvent intervenir.

  • Le temps pour arriver sur le lieu de l'alerte est de 36h. Passé ce délai, l'alerte se poursuivra avec ou sans participants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 12 Mar 2019 - 22:26

“Ça aurait pu être pire.”

Taishi jeta un œil au dindon géant affublé d’un casque tout aussi surdimensionné. Le nukenin finit par hausser les épaules, ramenant les mains derrière sa tête en s’étirant. Il n’avait pas tort. Rien ne se passait jamais comme on l’aurait voulu. Il finit par croiser les bras, surveillant les rues et les intersections qui défilaient, l’homme connaissait Iwa par cœur mais ne voulait pas manquer l’avenue qu’il cherchait.

« La vraie question, c’est comment je vais pouvoir continuer à surveiller Hi, Iwa ET l’homme au chapeau en même temps. Je suis pas encore assez rapide pour être à deux, trois endroits en même temps… Imagine comment les femmes me tomberaient dans les bras, par contre… »

Le dindon fit un facepalm avec son bras-aile-tasdplume.

« C’est pas ici que.. ? »

« Ah ouais. Merci. »


Ils tournèrent dans la ruelle avant de s’arrêter à une petite boutique. La vieille mémé derrière le comptoir sembla rajeunir d’au moins 50 ans en le voyant, ramenant son âge à probablement… 50 ans.

« TAISHIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! C’est si bon de te revoir dans le coin. »

Awkward. Taishi négocia un regard gêné, sortant de sa poche un sac lourd de ryos.

« Si tout le monde était aussi enthousiaste, Fan. »

« Bah voyons ! Tout le monde rêve de voir le célèbre Éclair Vert chez soi ! Et je n’ai pas oublié notre fameuse soirée. »


Le dindon lança à Taishi un regard perplexe. Le nukenin sifflota.

« …Ce n’est pas ce que tu penses…. Ok, peut-être la moitié de ce que tu penses. Trois quart. Max.»

La mémé, nullement refroidie, dansa pratiquement sur place pour se rendre jusqu’à une grande armoire dans le fond de la pièce, y décrochant un manteau facile à reconnaitre avant de le poser sur le comptoir. Taishi posa les doigts sur le tissu vert émeraude.

« Il faut que tu fasses mieux attention, Taishi. Il était dans un état pitoyable. Et j’ai eu beaucoup de mal à trouver la même teinte de vert pour le réparer. »

L’Hayai ramassa le vêtement et enfila le grand manteau vert aux effigies de son clan. Fan avait fait du bon travail. Personne ne savait travailler le rude tissu Hayai comme elle le pouvait. Il s’inclina avec un demi-sourire.

« Merci, Fan. »

Une fois ressorti, il fit signe à Glouba. Dans un petit éclat de lumière verdâtre, ils disparurent pour réapparaître dans le sentier des crocs rocheux. Un petit souvenir de son temps comme Tengu, peut-être. Ou une assurance avant de revenir dans un endroit qui le traquait pour 20 millions.

« Je ne faisais pas confiance aux policiers de ce village la dernière fois que j’y étais, mais désormais ce sont plutôt les Tengus qui m’inquiètent. »

« Tu dis ça parce que Etsuko a un corps de rêve et Toph a un corps de… Fillette. »

« …Peut-être. »


Glouba roula des yeux.

« Je croyais que le Kage avait dit de rester ici… »

« Il a dit que je pouvais rester, pas que je devais rester. Nuance. »


Le dindon secoua la tête et Taishi haussa des épaules avant de se retourner vers le sentier, mais il se figea. Pas loin, il y avait ce qu’il aurait pu appeler…

Sa prochaine conquête évidemment.

« Glouba, t’as vu… ? »

Taishi tourna la tête, mais l’oiseau géant avait disparu. Il soupira. Glouba n’avait manifestement vraiment pas les priorités aux bons endroits. L’Hayai fit quelques pas pour se rapprocher, question de mieux reluquer- je veux dire , observer de manière tactique- la jeune femme. Mais qu’est-ce qu’elle fichait sur le sol ? Dur de voir d’où il était. Puis elle parla, ce qui semblait confirmer qu’il avait été repéré. Les mots qui sortirent de sa gorge le fit soupirer.

« Raser Iwa… Ou bien une agréable soirée en ma compagnie ? »

Il agita les mains avant de les mettre dans les poches de son manteau.

« Oui ? Non ? Non ? Juste une idée comme ça. L’un, l’autre, ça se vaut. Quelqu'un finit dévasté, figurativement ou littéralement. »

Qui ne tente rien n’a rien. La raikage pouvait confirmer.



_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 13 Mar 2019 - 10:59
Reprendre du service, fut-ce en qualité de Genin, avait fait un bien fou au moral du guerrier aux cheveux rouges. L’inertie dans laquelle l’avait plongée sa convalescence, qui n’était d’ailleurs pas tout à fait terminée d’après les médecins qui le suivaient, avait mis sa patience naturellement peu développée à rude épreuve ces dernières semaines. Heureusement, et bien que ce ne fut pas sans quelques péripéties dont il se serait bien passé, sa première mission depuis son réveil du coma s’était déroulé de façon adéquate, faute d’un meilleur terme pour qualifier son issue. Yanosa avait en effet le sentiment d’avoir fait tout ce qu’il avait pu et ce au mieux de ses moyens pour remplir sa mission, mais son supérieur n’avait pas franchement été enthousiasmé par ses initiatives et ses remarques. Une marque de dédain pour celui qui n’aurait peut-être jamais du devenir Chûnin ? Bankise, et d’autres, le tenaient-ils pour responsable de la mort de son escouade lors de l’attaque de Kiri sur le village ? Certainement que certains devaient éprouver un fort ressentiment à son égard, et que d’autres, plus neutres, ne le voyaient malgré tout guère plus que comme un shinobi relativement médiocre. L’Oterashi tâchait de ne pas se laisser polluer l’esprit par ces pensées : il savait où devaient se concentrer ses efforts, il savait comment progresser. Tout ce dont il avait besoin, c’était un peu de temps. Et des kilomètres cube de volonté.

Ce jour-là, après avoir pris un peu de repos, Yanosa décida de conjurer certaines de ses névroses. A son réveil, il s’en souvenait, ce n’étaient pas ses propres blessures qui lui étaient revenues en tête les premières. Plutôt que cela, c’étaient les visages de ses compagnons tombés au combat qui étaient apparus, tels des fantômes déformés par le temps. Il ne pouvait pas concevoir être le seul facteur qui avait mené à leur trépas, mais une chose était sûre : il était bien l’un de ces facteurs. Et pour faire la paix avec cette facette de son traumatisme, l’Oterashi trouva un moyen, ou du moins, une piste à suivre, qui pourrait l’y aider. Il avait entendu parler des statues d’obsidienne, cette lave en fusion que l’on avait fait couler des remparts du village pour commémorer la mort de tous ces valeureux shinobis. Peut-être, en se rendant là-bas, pourrait-il trouver des statues représentant ces fameux visages qui restaient accrochés à son esprit ? C’est en tout cas ce qu’il espéra en se rendant sur lesdits remparts, les parcourant lentement en observant les blocs de lave durcie en contrebas. Il marcha ainsi longtemps, à pas mesurés, sans reconnaître qui que ce soit. Par moment, il croyait se reconnaître, lui, sur l’une des statues. Cela n’aurait pas été trop étonnant, étant donné qu’il avait été entre la vie et la mort suite à l’attaque.

Après un long moment, Yanosa finit par s’arrêter net au niveau de l’une des effigies géantes. Lui, il le reconnaissait, il en était certain. Un jeune homme, qui était à peine plus âgé que lui à l’époque, et qui avait fait montre d’une bravoure insensée pour défendre les siens. Sous le coup de l’émotion, qu’il ne sentit pas venir, le guerrier aux cheveux rouges tomba à genoux, ne pouvant décrocher ses yeux du faciès par trop reconnaissable de ce jeune homme, qui avait du donner sa vie là où lui s’était accroché à la sienne. Si à cet instant un corps en mouvement rapide n’avait pas attiré l’attention de Yanosa, alors certainement que cette humidité au creux de son œil se serait mué en larmes épaisses. Tournant rapidement la tête pour clarifier sa vision, il aperçut un garde d’Iwa sprinter à toutes jambes en direction du cœur du village. Fronçant les sourcils, l’Oterashi se redressa d’une traite, remontant la trajectoire du shinobi pour voir d’où il venait exactement. C’est là qu’il aperçut, non loin du passage des Crocs Rocheux, une silhouette effilée qui s’affairait sur le sol.

Intrigué, et aussi légèrement inquiet, Yanosa se hâta de se rapprocher, mais à peine eut-il le temps de le faire qu’un autre homme était déjà là, au niveau du sentier en contrebas, et engageait la conversation avec cette étrange femme non identifiée qui, en y regardant de plus près, avait tapissé le sol rocailleux de son sang. Ou bien… de celui de quelqu’un d’autre ? Prudent, le guerrier aux cheveux rouges resta en hauteur au niveau du rempart en s’accroupissant pour observer davantage ce qui se tramait. Il ne reconnaissait nullement cet homme à l’accoutrement singulier, ni même son odeur, et aucun brassard d’Iwa n’était en vue sur lui. Et au cœur du début de dialogue qu’il avait saisi en cours de route, une expression manqua de lui glacer les sangs. Raser le village ? Yanosa ignorait ce qui se tramait, mais savait qu’il serait stupide de sa part d’intervenir maintenant : un garde était déjà en route pour donner l’alerte, et ce qu’il avait de mieux à faire était encore de garder ces deux individus à l’oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Mer 13 Mar 2019 - 23:12
« Les travaux de Muramasa et Sae ne sont pas terminés ?
Non. »

Devant l’Académie Hashira, la tunique blanche propre au titre de Tsuchikage flirtait avec le vent, tandis que son possesseur s’en entourait. Derrière lui, l’un des gradés regardait impuissant son supérieur se préparer à sortir du village. Il cherchait des mots capables de faire changer d’avis celui qui, étant le chef du village et toujours handicapé d’un bras – en plus de son œil qui lui valait le surnom de Borgne de la Terre – se devait de rester dans l’enceinte. Hésitant, il fit un pas vers l’Ombre.

« Ce n’est pas la peine d’y aller, la cible est seule. Laissez un Jônin garder un œil sur Hayai Taishi. »

Le Yondaime se retourna. Sous ses traits se dessina un rictus qui ne dura qu’un bref instant, mais cette courte durée avait suffi pour souligner l’ironie de ce que le chef militaire allait répondre à celui qui le conseillait.

« Justement, il n’y a personne de mieux placé pour garder UN œil sur lui. »

Mais surtout, nous sommes en sous-effectif, ne put s’empêcher de penser le Tsuchikage, tandis qu’il fonçait désormais vers les Crocs Rocheux…


Le rapport que le garde Iwajin avait fait au village n’était pas alarmant au point que Kyôshirô se soit demandé si les risques étaient trop grands. En l’état, ce n’était apparemment qu’une femme qui avait baigné sa main dans le sang, dessinant peut-être quelque-chose avec. La seule hypothèse qui pourrait poser problématique était celle du Kuchiyose. Tandis qu’il courait vers les lieux, c’était bien la seule crainte émise par le Quatrième qui ne pouvait se souvenir du besoin de sang comme tribut pour invoquer une créature.

Etait-ce là le but de cette femme ? Ou était-elle simplement une sorte d’arriérée ? Dans tous les cas, la présence d’Hayai Taishi sur les lieux suffirait sans doute dans les deux cas.

Car oui, en arrivant sur place, le Tsuchikage reconnut immédiatement la silhouette de l’ancien Tengu, dont il avait toléré la présence dans leur village pendant quelques temps, juste assez pour décider de sa future mission.

« Et moi qui avais songé à te demander de me faire une démonstration de tes pouvoirs… »

Surtout pour vérifier s’ils ressemblaient bien à ceux de l’Homme au Chapeau contre qui il s’était battu à Wasure no Kuni.

« … on dirait que l’occasion est rêvée, Taishi. »

Le Yondaime Tsuchikage, toujours avec sa tunique officielle, n’avait pas manqué la présence d’Oterashi Yanosa, à qui il adressa un regard autoritaire, comme pour lui témoigner sa surveillance. Mais pour l’heure, le Borgne de la Terre semblait bien décidé à rester en dehors de la possible arrestation – voire combat ? – qui se tiendrait bientôt.

Davantage là en tant qu’observateur, Kyôshirô mettait néanmoins ses sens en éveil, surtout pour ne rien louper de la prestation de son voire de ses shinobis. Taishi aurait peut-être une nouvelle mission en fonction de ce qu’il ferait dans les prochaines minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 14 Mar 2019 - 14:04
« De tous, le Dieu des Éléments est le plus instable. »
─ Bréviaire des Dieux, verset 41-03

La porteuse de lumière, la main rougie d'un sang qui n'était peut-être pas le sien et qu'elle essuya sur sa cape, se releva, observa. Devant elle, au loin, se dressaient Iwa, et ses fiers shinobi; et sans le savoir c'était elle qu'ils attendaient tous. Elle était leur chance de repentir avant la grande purge; mais le comprendraient-ils ? D'entre tous, elle était la seule qui l'offrait, cette chance.

A peine était elle donc arrivée que déjà des Iwajins s'étaient présentés. Un homme était arrivé et ses premiers mots laissèrent de marbre la jeune femme qui l'observait avec une certaine indifférence. Ces choses là ne l'intéressaient pas, elles étaient futiles. Mais, la futilité n'était pas discriminante, n'importe qui pouvait la rejoindre et purger ses pensées impures.


« Je vous offre la chance de servir le Dieu de la Lumière. »

Avait-elle dit de sa douce voix, en faisant apparaître dans sa main un bâton surmonté d'un cristal lumineux. Cet homme, et ceux qui se tenaient en retrait, sauraient-ils saisir cette opportunité ? Celle de devenir les disciples de la lumière, de rejoindre le groupe de la porteuse de lumière ? Rien n'était moins sûr, mais elle leur laissait le choix, au final. Ils pouvaient refuser.

« Votre village sera détruit. Mais les morts comme les vivants sont les bienvenus dans le royaume de la lumière. »

Réaffirma-t-elle sans faire montre d'une quelconque animosité. La porteuse de lumière resta donc impassible et au final la réponse de cet homme, et de ceux qui observaient derrière; importait peu. Tous finiraient dans la lumière, d'une façon ou d'une autre. Mais il était sûr que les plus volontaires seraient les mieux récompensés.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 14 Mar 2019 - 20:37

Une démonstration ? Taishi soupira légèrement en reportant son regard sur l’intruse après l’arrivée du Tsuchikage – ou du moins, la moitié qui en restait. De la façon dont il parlait, il ne semblait pas possible que la femme soit autre chose qu’une ennemie au dirait. Elle l’avait d’ailleurs totalement ignorée sur son invitation, ce qui était plutôt rare pour un gars aussi bogosse que l’Hayai (soyons honnêtes).

Les mots de la femme lui rappelait ce type cannibale qu’il avait rencontré dans une caverne à Hi, il y a déjà un certain temps, le même fanatisme religieux. Mais le gars d’avant n’avait jamais prétendu le besoin de « raser » un village pour les objectifs de sa paroisse. Personnellement, au vu de son allure, Taishi n’aurait pas été malaisé d’aller passer un peu de temps dans le confessionnal en sa compagnie, mais manifestement, ce n’était pas une option. Le Kage lui avait un peu tordu le bras en disant son nom ouvertement, d’ailleurs.

Son regard flotta sur la femme, plus précisément ses courbes. Difficile de dire à quel point elle était dangereuse, mais elle semblait davantage qu’une illuminée vu le sérieux de son (ex) patron. Taishi évitait de se battre inutilement mais ça ne semblait pas une option ici. Le terrain était accidenté, un peu hasardeux mais offrait des points de couverture.

« On est en an 203, tu peux t’identifier comme une prêtresse des phacochères albinos non-binaire, ce n’est pas à moi de juger. Perso, je ne crois pas que tu pourrais avoir un meilleur destin qu’une petite séance détente dans une source chaude, je fais des massages fabuleux tu sais. On pourrait discuter de ton enfance tragique et ta relation difficile avec ton papa, et de tes insécurités depuis. Je suis une très bonne oreille ! »

Elle venait de faire apparaître une sorte de bâton sceptre. Les femmes avaient parfois des goûts esthétiques un peu excessifs, mais là ça dépassait un peu les bornes.


« Malheureusement, mon nouvel employeur ici présent semble tout aussi intéressé à la mort que toi. Personnellement, je trouve assez séduisant le côté vivant chez les gens, mais encore une fois, je ne juge pas. »

À moins que les protocoles aient changés, il semblait impossible qu’elle ce soit rendue aussi loin dans le sentier sans interférence iwajine, à moins que les effectifs soient absurdement réduits, ce qui était peut-être possible. Où étaient les Tengus, les vrais ? Cette Toph menait décidément son unité d’une manière aussi juvénile que son allure physique. Un léger éclat lumineux verdâtre sembla animer les traits de l’Hayai pendant un bref instant.

« Je ne suis plus de ce village, et si ce n’était que de moi, ce serait le moment où je t’offrirais de partir sans faire d’histoires. Je prendrais une voix autoritaire, extrêmement masculine, et je te dirais que c’est ton seul avertissement. Mais… »

Ses mains sortirent des poches de son manteau, tenant dans chacune un kunai aux reflets vert. Le nukenin sembla inspecter les deux couteaux en les soupesant dans chaque main, puis sembla maugréer en laissant tomber celui dans sa main gauche sur le côté, visiblement insatisfait. Il était vraiment le temps qu’il trouve une forge digne de ce nom…

« Je vais plutôt tester ta foi. Qui sait, je serai peut-être conquis. Qui sait, je le suis peut-être déjà... figurativement »

Dans un bref instant, Taishi releva son bras droit, déclenchant des sceaux contenus dans ses manches. Dans un sifflement, une douzaine de kunai émergèrent de celle-ci, filant droit vers la femme à grande vitesse. Les couteaux n’avaient rien d’ordinaire et feraient de sérieux dégâts, mais l’avantage de la technique était surtout sa rapidité d’exécution.

De son côté, l’Éclair Vert entreprit un bond en arrière afin de créer un espace de sécurité entre lui et l’intruse, décidé à jauger les capacités de son adversaire avant d’agir davantage…


_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 14 Mar 2019 - 23:33
Ce type essayait-il réellement de flirter avec cette inconnue, qui venait de maculer de sang une partie de la rocaille à ses pieds en des formes bien trop régulières pour ne pas être menaçantes ? Il y avait à la vérité des arguments à avancer à sa défense, des arguments auxquels le guerrier aux cheveux rouges n’était pas nécessairement insensibles non plus : à y regarder plus attentivement, une fois passée la surprise initiale, la jeune femme possédait effectivement des charmes qui laissaient assez peu de place à l’imaginaire. Yanosa n’aurait pas su dire si elle aurait pu être son type ou non, mais cela n’avait que peu, voire aucune importance en cet instant précis. Car cette femme, au-delà de toute autre considération, était un danger potentiel, un danger qu’il fallait évaluer, contenir, et repousser au besoin. Et si le moindre doute pouvait avoir subsisté dans l’esprit de l’Oterashi sur ce point, l’apparition, ni plus ni moins, du Yondaime Tsuchikage au niveau du sentier en contrebas termina de le convaincre de façon définitive.

Toujours accroupi en surplomb sur l’extrémité de la muraille, Yanosa détaillait la scène avec attention. Il écouta l’air de rien la réplique du Yondaime envers celui qu’il appela Taishi : lui faire la démonstration de ses pouvoirs ? Cet homme, avec son parler si nonchalant, disposait donc de facultés intéressantes même aux yeux d’un Bakuhatsu aussi renommé et puissant que Kyôshirô ? D’un coup d’un seul, le guerrier à la toison rouge se sentit rétrécir : lui qui, l’instant précédant, pouvait déjà dresser un bilan très mitigé sur sa personne d’un point de vue martial, se voyait en réalité mêlé à une altercation en règle qui impliquait son propre Kage, un soldat estimé par ce même Kage ainsi qu’une étrange et plantureuse jeune femme aux inclinations sanglantes et destructrices. Il avait, décidément, très bien fait de rester là où il était. La jeune femme en question, d’ailleurs, reprit promptement la parole : pas pour rebondir sur quelconque remarque qui avait pu être faite, en l’occurrence, mais pour… leur servir un sermon religieux ? Un Dieu de Lumière ? Yanosa n’avait jamais entendu parler d’un tel Dieu, dans aucune des œuvres littéraires qu’il avait pu lire au fil des ans.

Comme pour appuyer son propos, l’étrangère fit apparaître un bâton surmonté d’un cristal dans sa main et, l’air de rien, sans la moindre once d’animosité, réaffirma la soit-disant destruction à venir d’Iwa. Mais qui pouvait bien être cette illuminée ? Son propre Kage semblait en tout cas prendre la menace qu’elle représentait au sérieux, en témoignait sa présence, et il devait donc en faire de même. Profitant de la réponse toute en longueurs et en préambules du dénommé Taishi, Yanosa glissa sa main à son ceinturon pour y saisir un trio de kunai entre ses phalanges et les fit danser subrepticement entre ses mains, enroulant discrètement un parchemin explosif au manche de l’un d’eux en tirant parti de l’angle mort offert par la muraille. Profitant du monologue du soldat apparemment sans bannière si l’on en croyait ses propos, il attacha également l’extrémité de sa bobine de fil d’acier au manche d’un deuxième kunai. C’est alors que le dénommé Taishi annonça la fin des « pourparlers » après avoir mis au clair des kunai émeraude, relevant le bras et faisant pleuvoir une nuée de poignards droit vers l’illuminée. L’initiative sembla légèrement hâtive à l’Oterashi, mais il savait au fond que face à quelqu’un qui annonçait la destruction de son village, il n’y avait pas vraiment d’alternative.

Yanosa, l’air de rien, joignit donc ses maigres ressources à celles du soldat sans bannière : il expédia rapidement et à tour de rôle ses trois kunai afin qu’ils appuient l’assaut de Taishi, examinant les éventuels déplacement de la jeune femme pour viser au plus juste. C’est à dire, à côté d’elle. Car le guerrier aux cheveux rouges n’était pas dupe : si ce soldat estimé par le Tsuchikage ne portait pas de coup au but à distance, alors ce n’était pas lui qui le ferait. Le parchemin explosif et le filin en acier, eux, pouvaient en revanche revêtir un plus grand intérêt si les choses s’envenimaient, notamment à cause de ce motif sanglant marqué au sol.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Dim 17 Mar 2019 - 10:24
Si c’était bien une femme auxquels les Iwajins avaient à faire, cette dernière avait un discours des plus étranges. Alors qu’elle s’était relevée, démontrant une bonne fois pour toutes la singularité barbare de ce qu’elle faisait, l’inconnue semblait aussi dérangée dans ses actes que dans ses mots. Lorsqu’elle parlait de Dieu de la Lumière, son discours proche du fanatisme ne manqua pas d’interpeller le Kage. Car outre un regard permanent et avisé sur tous les rapports de son village, le chef militaire avait surtout été acteur – ou plutôt spectateur en fonction du point de vue – de ce qui s’était passé à Wasure no Kuni.

Il aurait été vaniteux de penser que le Bakuhatsu se souvenait de tous les visages de ce jour-là, en particulier de ceux qui, en arrière-plan, avaient été libérés en amont par l’Homme au Chapeau. Mais ce qui était sûr, c’était que personne en cet instant n’avait pu échapper à ces vêtements qu’ils portaient tous : blancs, noirs ; le tout avec des dorures.

Ce code vestimentaire atypique combiné à tout ce qu’Iwa – et le monde entier, notamment grâce ou à cause du Kunaï Emoussé – avait appris sur les Fanatiques permettait aisément au Quatrième de faire un constat aussi alarmant que définitif.

« Attention, cette femme fait partie des « Fanatiques ». Elle était à Wasure no Kuni. »

L’Ombre n’avait sans doute pas besoin de préciser ce que cela signifiait, notamment à propos de la force de combat de cette demoiselle. Néanmoins, cela changeait potentiellement la nature et les objectifs de l’affrontement qui commençait, sous les lancers de kunaïs des deux Iwajins.

« La priorité est de la stopper coûte que coûte. Si vous vous sentez capables, capturez-la sans la tuer. »

Ce n’était pas l’ancien Tengu que, soudainement, le Yondaime s’était mis à vouvoyer. Non, il considérait désormais pleinement Oterashi Yanosa dans l’équation de ce combat. S’il aurait évidemment accepté sans sourciller que ce dernier parte en retrait, ses divers lancers avaient témoigné d’une envie de participer et d’aider son village que le Yondaime ne souhaitait pas discuter.

Quant à Taishi, lui-même avait déjà dû comprendre que la Fanatique pourrait être une aide pour obtenir bon nombre de réponses à des questions qu’ils s’étaient posés il y a plusieurs jours de cela…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 18 Mar 2019 - 1:01
La proposition de la porteuse de lumière semblait ne pas intéresser la potentielle oille. Elle s’esclaffa face aux propos bancals de cet homme et ne répondit pas, pas tout de suite. Il devenait donc son opposant. Elle observa l’homme, projeter ses kunais vers elle, sans grande précision. Les ninjas étaient tous... plein de surprise.

Était-ce fait exprès ? Etait-ce un raté ? Elle n’en savait rien, mais, d’une main au sol avait fait apparaître, depuis un sceau, une espèce de totem sculpté dans un bois sombre, des effigies représentant des entités que nul autre qu’elle connaissait. Le totem avait rempli son office et quelques lames s’y plantèrent dans un son distinctif.

Elle s’écarta de quelques centimètres, sur la droite de la statue tribale et observa le ninja.

« Si tu ne veux pas entrer dans la lumière… Alors… Je suppose que tu n’en as pas besoin ? »

Avait-elle dit avec cette même étrange douceur. Puis disparaissant une nouvelle fois derrière son totem plus ou moins criblé, plantant son bâton lumineux, elle posa une nouvelle fois la main au sol. Un large, très large sceau apparut alors tout autour de la jeune femme, ainsi que de son adversaire.

Et lorsqu’elle l’activa, tout dans cette même zone fut enveloppé d’une épaisse obscurité que l’œil des êtres lambda était incapable de percer. Retirer la lumière à ceux qui la refusaient n’était évidemment pas suffisant. Décrochant le rouleau qui pendait à sa ceinture, elle y apposa sa main encore sanglante.

Quelque chose venait d’apparaître dans l’obscurité, une bête aimant la nuit, en quête d’une proie. La bête commençait donc sa chasse. Quant à la porteuse de lumière ? Elle laissa son bâton lumineux à sa place, planté dans le sol derrière le totem et s'éloigna, tranquillement...

Au loin, les spectateurs pouvaient voir gigantesque dôme noir...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 18 Mar 2019 - 5:26
Les pieds de Taishi touchèrent le sol et il releva sa garde. Sa salve de kunais venait de se planter dans une sorte de totem de bonne taille. Rudement résistant, ce truc, les kunaïs ne semblaient avoir fait aucun dommage. À cette distance, ils auraient dû tous atteindre leur cible, d’ailleurs… Il devait être un peu rouillé. Mais plus important… C’est une fétichiste en plus ? Voilà qui devenait de plus en plus intéressant. Les mots du Tsuchikage, qui semblait décidé à ne pas apporter son aide, résonnèrent à son oreille : fanatique ? L’Hayai soupira. Qu’était-il arrivé au bon vieux temps, quand le Soshikidan était mystérieux mais pas bizarre au moins ?

Des lignes de fuinjutsu se propagèrent sur le sol et Taishi observa attentivement, mais ses yeux cessèrent de fonctionner subitement. Il décida de faire quelques pas de côté, question de changer de position, puis s’accroupit, passant la main sur ses yeux. Difficile de dire s’il s’agissait d’une illusion, si la femme influait directement sur ses yeux, ou bien une sorte de brouillard. Aucune des hypothèses n’étaient très encourageantes. L’Hayai malaxa son chakra et étendit sa perception du chakra, propageant sa sensorialité sur le terrain. Comme des étincelles dans le noir, il sembla percevoir des signatures de chakra. La technique était imparfaite, alors il préféra se concentrer sur les sources de chakra les plus élevées. Ce qui était étrange, c’est qu’il semblait en avoir plusieurs désormais. Elle avait amenée des copines ? Doublement intéressant.

Taishi songea aux lignes de sceaux qui s’étaient étendues avant qu’il ne perde sa vision. La femme ne s’amusait probablement pas à aveugler tout le monde et elle-même. Il y avait de fortes chances qu’elle soit en mesure de le voir, elle. Tout son discours sur la lumière, et les mots employés… Il eut un court rictus.

« Coquine, tu préfères le faire dans le noir en plus ? »

L’Hayai n’avait pas eu affaire à beaucoup d’usagers du Fuinjutsu. L’art des sceaux était complexe et la plupart préféraient la simplicité du ninjutsu, plus instinctif peut-être. C’était donc un effet particulier que de rencontrer une autre pratiquante. Sa maîtrise était impressionnante, un sceau agissant sur une zone qui devait être de grande dimension ; il n’y aurait eu aucune raison de faire ça à courte échelle… En temps normal, Taishi se serait contenté de sortir de la zone. La superficie n’avait pas d’incidence, suffisait de jeter un kunai vers Iwa, attendre quelques instants et disparaître. Mais si il battait en retraite, il y a avait des chances que le combat continue à l’entrée d’Iwa ou dans le village lui-même, ce qu’il devait éviter à tout prix de faire, d’autant plus qu’ils risquaient de frapper les mauvaises cibles avec ses techniques. L’absence de renfort présageait que le village était en sous-effectif – comme d’habitude – alors il ne serait pas plus avantagé de se battre là-bas non plus.

Le vrai danger de l’obscurité était surtout qu’il ne verrait pas les coups venir. Se déplacer n’aurait aucune importance s’il était mort avant de pouvoir réagir. D’un autre côté, Taishi devait s’assurer de ne pas céder le contrôle du terrain, un élément capital en combat, la première leçon qu’il avait apprise à Ekko, son élève jadis. Autrement dit, quitter la zone n’était pas une option, et y rester conférait un avantage majeur à son adversaire. Si elle maîtrisait réellement la lumière, il n’allait pas revoir le soleil de sitôt de toute façon. Sa technique de sensorialité allait l’aider à repérer grossièrement sa/ses cibles, mais il aurait besoin de plus que ça. Dernier point à se souvenir, plus il se déplacerait, plus sa perception de l’espace et des distances serait déformée, et ainsi plus la précision de ses tirs souffriraient en conséquence.

Les choses n’allaient pas très bien pour lui, en fait. Quel avantage lui restait-il ? Son objectif était différent du sien. Taishi se fichait bien des instructions du Tsuchikage, il ne serait pas malheureux qu’elle quitte la scène, ça l’attristait déjà de devoir ruiner un si joli physique. Mais elle était venu pour détruire Iwa, donc elle était forcée sur l’offensive. Il lui suffisait d’attendre et d’être patient, mais ce n’était pas vraiment son genre non plus.

Taishi baissa son kunai, sortant de sa poche une bombe fumigène qu’il lança prestement sur le sol, laissant la fumée mauve l’envelopper – difficile de trop juger dans l’obscurité – avant de déposer les mains dans les poches de son manteau, sortant dans chaque main un shuriken. Le chakra déferla dans ses mains et il lâcha les shurikens, qui venaient de se transformer en clones identiques de lui. Ses mains bougèrent rapidement alors qu’il tendait un autre shuriken à chacun de ses sosies.

Son attention se reporta vers les signatures de chakra et il fit signe aux clônes.

Le premier s’extirpa du nuage vers la droite en bondissant pour éviter de trébucher, projetant le shuriken dans sa main vers le haut. Le clone allait continuer de sautiller vers la droite indéfiniment, cherchant à sortir de la zone.

Le deuxième sortit du nuage par la gauche puis fonça vers l’avant, volontairement décalé par rapport à la signature de chakra suspectée comme étant celle de la femme afin d’éviter de révéler la présence de chakra sensoriel trop facilement. Le clone allait plus ou moins se rapprocher de la zone du totem, maladroitement, le shuriken levé pour lancer.

Quant à Taishi ? Il resta d'abord dans le nuage, faisant tourner un kunai avant de le projeter en direction du totem.

Dans un geste maîtrisé, il se propulsa vers le haut en relevant les manches, déclenchant des nouveaux sceaux sur ses bras. Un énorme salve de kunais électrisés, dont celui qu’il tenait à la main, se projeta, filant à haute vitesse dans un large radius pour frapper la zone du totem et la signature de chakra. Le tir était en angle et les projectiles ainsi destinés à frapper le sol… Avec un peu de chance, cette fois-ci la technique fonctionnerait et aurait un peu plus d’effets… Avec le handicap majeur du manque de vision, la seule cible que Taishi était plus ou moins certain d’atteindre, c’était le totem…

Mais ça n’avait pas d’importance. Il y a avait un dernier point dans le coin de son crâne. Il avait remarqué l’arrivée de Kunais qui ne lui appartenaient pas lors de l’épisode du totem. Donc quelqu’un d’autre était sur les lieux. Incapable de diviser sa sensorialité sur autant de signatures, il ne pouvait pas confirmer sa position, ni son affiliation. Il espérait, peu importe qui c’était, qu’il lui file un coup de main.

Taishi avait bien l’impression qu’il en aurait besoin.





_________________
I bring the final moment, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 18 Mar 2019 - 13:16
Une Fanatique. Le terme résonna dans la tête de Yanosa lorsqu'il l'entendit au loin en contrebas de la bouche du Yondaime. Le guerrier aux cheveux rouges n'avait pu recomposer l'histoire que par bribes incertaines à la suite de son réveil du coma, mais cela lui avait amplement suffit pour prendre toute la mesure du danger que représentaient les échappés de Wasure no Kuni. Et, en particulier, ceux qui portaient le nom de Fanatiques. Ces hommes et ces femmes étaient des extrémistes aux convictions dangereuses, en était pour preuve le comportement singulier de la jeune femme plantureuse qui venait menacer Iwa, et Yanosa en était venu à se demander pourquoi de tels inividus n'avaient pas déjà été exécutés pour les effacer littéralement du tableau. Mais le voilà qui se trouvait sur ce rempart, face à cette Fanatique, dans une confrontation ouverte. Et fort heureusement, l'Oterashi n'était pas seul : l'assaut du dénommé Taishi se heurta cependant à un totem sombre et morbide, qui jaillit de terre sous l'impulsion de l'illuminée. Ses kunais à lui, en revanche, remplirent leur office, en particulier celui qui était affublé d'un parchemin explosif, qui termina sa course sur le côté, légèrement au-delà du totem sur les traces de sang.

Lorsque le guerrier à la toison rouge vit leur adversaire se déporter sur le côté sans son sceptre, planté dans le sol derrière le totem, il y vit l'opportunité parfaite. Mais alors qu'il se préparait lentement à déclencher la détonation du parchemin d'un simple mudra pour créer une ouverture dans la garde de la Fanatique , celle-ci déclencha un gigantesque Fuuinjutsu en posant ses mains au sol, ses inscriptions rampant à toute vitesse dans toutes les directions... Et toute lumière disparut. Yanosa eut beau se frotter instinctivement les yeux, rien n'y fit. Désarçonné, le jeune guerrier se força à garder son calme et à raisonner : il ne pouvait pas s'agir d'un Genjutsu, ces simulacres de la réalité, car il n'avait aperçu aucun mudra dans les mains de la forcenée. Il s'agissait nécessairement d'une technique réelle, aussi irréelle que pouvait paraître la disparition de toute lumière, et comme tout jutsu, il devait avoir ses limites. Toute technique avait des limites. Et même si il était particulièrement impressionné par la prestation de la Fanatique, il fallait à tout prix qu'il les trouve. L'Oterashi perçut vaguement du mouvement et des bruits indistincts provenant de la position de Taishi : il ne pouvait pas deviner ce qu'il prévoyait de faire, surtout sans connaître quoi que ce soit de ses facultés presque louées par le Yondaime en personne, et il serait totalement inconscient de le lui demander à haute voix.

Si la Fanatique pouvait toujours les voir, ce qu'il préférait tenir pour acquis pour le moment, alors entendre leurs échanges vocaux ruinerait toute chance de la prendre en défaut. Tout ce que pouvait espérer Yanosa, c'est que la manoeuvre qui était en train de germer dans son esprit ne parasiterait pas les efforts du soldat estimé par Kyôshirô. Mais en premier lieu...

Le pugiliste, déjà très en retrait du coeur des hostilités, bondit rapidement vers la gauche, vers la suite du rempart, s'éloignant davantage encore de la scène en sprintant sans retenue. Après ce qui lui parut une petite éternité à courir sans rien percevoir de son environnement, il trébucha sur une aspérité, enchaînant sur un roulé-boulé approximatif en s'assurant de la bonne tenue de sa bobine de fil de fer et grimaçant sous le coup de la douleur qui commençait déjà à envahir son corps. Puis, d'un seul coup, la lumière revint, aveuglante et omniprésente. Yanosa freina aussi sec en laissant ses yeux s'adapter et regarda derrière lui pour poser les yeux sur cette énorme demi-sphère noire d'où il venait de sortir. Il aurait certainement pu rester là à l'observer en admiration béate très longtemps si seulement la situation n'exigeait pas de lui qu'il agisse au plus vite : bloquant son fil de fer dans sa main droite, il sauta du rempart en courant le long de la paroi à la verticale. Le kunai auquel était relié son filin tenait bon : il fallait espérer que cela dure.

Le guerrier aux cheveux rouges, incapable de se jeter dans une mêlée mortelle où il ne pouvait pas voir le moins du monde, entama alors sa manoeuvre proprement dite et reprit son sprint de plus belle en prenant les appuis les plus puissants et vifs possible pour augmenter sa vitesse, faisant pour ainsi dire le tour de la grande masse noire et intangible en gardant la longueur de son fil à l'identique. Profitant du moindre petit relief de ce plateau déchiré par les combats passés pour se propulser, Yanosa tendit son fil au maximum, espérant que son lancer avait été suffisamment puissant pour ancrer fermement son kunai dans le sol. Ce qu'il espérait aussi, et surtout, c'était que son filet de pêche rudimentaire et sans maille puisse cueillir sa cible sans nuire à Taishi, espoir qui se fit de plus en plus pressant tandis qu'il franchissait la moitié du périmètre de la sphère noir. Tôt ou tard, son filin se heurterait, à minima, au totem noir invoqué par la Fanatique : pour prévenir cette fatalité, et pour éliminer quelques hypothèses que l'Oterashi s'étaient formulées à lui-même, ce fut ce moment qu'il choisit pour faire détoner son parchemin, normalement toujours planté à côté du totem, sur les traces de sang, et possiblement aussi près du sceptre planté dans le sol s'il n'avait pas bougé depuis.

Toute information qu'il pourrait recueillir à l'issue de sa manoeuvre seraient difficiles à interpréter, qu'il s'agissent de sons ou de sensations transmises par son filin. Aussi, tout en continuant à courir, Yanosa se concentra le plus possible pour ne pas faire d'erreur...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

[Alerte/Fanatique] La Porteuse de Lumière

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: