Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Au travers de l'océan, un reflet de jadis [PV Shinju]


Mer 13 Mar 2019 - 1:13
Là, à l'écart de la ville et son agitation.
Sa foule qui claque contre le sol, ses voix qui parlent, hurlent, jurent, murmurent.
Loin de la cacophonie urbaine d'une cité bruyante, loin de tout, livre à la tranquillité d'un point d'eau.

C'est en quelque sorte le petit rituel qu'il se permet parfois, lorsqu'il en a envie, l'estime nécessaire.
Avant de baigner dans le crime, Kazan a baigné dans l'eau de mer, à pêcher pour vivre. L'habitude de l'eau, de se baigner, de cet environnement plus paisible.
Il aime s'y perdre, de temps à autre. Se laisser emporter par le courant, par les caprices marins, et oublier les soucis du quotidien, le stress, les questions sans réponses, toutes ces choses qui peuvent s'immiscer dans un esprit qui cogite trop.

Aujourd'hui, il en a bien besoin.
Le soleil brille encore à la surface de l'eau, bien qu'il soit peu à peu en train de se retirer. Un début de crépuscule, une fin de journée, pour le Kirijin. Il est là, sur cette petite crique isolée, à observer l'horizon, assis parterre, une petite embarcation bien modeste non loin dans l'eau. A ses yeux, le regard d'un homme qui ressasse, se remémore. Il pense. Pense à cette journée. Pense à ce frère cadet tombé malade, et à lui qui ne peut rien y faire. Non, le petit n'est pas en danger, mais ça n'empêche pas ce trop prévenant grand frère de s'inquiéter un tant soit peu. Depuis... Depuis les événements d'il y a deux ans, Kazan est devenu bien plus protecteur des jeunes de sa fratrie. Une peur de perdre encore quelqu'un d'autre, sans aucun doute.

Il y songe, là, ses yeux noisettes qui fixent un point invisible par-delà le bleu de l'océan, puis finit par fermer les yeux, respirer un coup, puis les rouvrir en souriant, son visage maintenant débarassé du trouble qui y régnait.Plus tard. C'est que son esprit lui a murmuré.
Plus tard, et en attendant, s'oublier. Faire comme il fait souvent, de diverses façons différentes.

Parfois, il s'oublie dans l'alcool, parfois, il s'oublie dans le sang. D'autres fois, il s'oublie en bonne compagnie.
Ici, il s'oublie simplement dans l'eau. Quelque chose de plus sage, plus simple, mais efficace. C'est un plaisir simple, que de pêcher comme à la bonne époque, se baigner sans se soucier de rien.

A côté de lui, du matériel de pêche, quelques poissons dans un sceau. Sûrement a-t-il déjà fait une première tournée. Doucement, il s'étire. S'étire, puis retire son t-shirt, jusqu'à se retrouver torse nu, révéler ce corps fait de muscles harmonieux et discrètes mais visibles cicatrices. Rares, légères, mais bien présente. Sans se faire prier, il rentre dans l'eau progressivement, se passe de l'eau dans la nuque, puis finit par y plonger plus franchement.

La mer est un environnement qui lui plait. Ici, il a la tranquillité, et là sous l'eau, il peut autant croiser le merveilleux que le dangereux. Cet aspect imprévisible de la nature sous-marine l'a toujours attisé. Passer sous l'eau, plonger plus bas, et prendre le risque d'y croiser soit des paysages sous-marins somptueux, soit des créatures dangereuses, soit les deux, soit autre chose... Un plaisir bien simple, et bien différent de ceux qui s'invitent généralement dans son quotidien.

Ici, Kazan n'est pas ce jeune homme extraverti, espiègle et déluré, amateur de sensations fortes. Il est simplement un poisson dans l'eau. Et ça lui va bien comme ça.

Coupé du monde, coupé de tout ce qui l'a transformé au fil des ans. Coupé, isolé, comme il l'a souhaité en venant ici. Il n'a pas choisi ce lieu pour rien.
Il profite. Persuadé d'être seul, il profite, contenté, yeux fermés. Si bien qu'il ne le remarque pas, quand quelqu'un s'approche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5920-murasaki-kazan-to-fish-to-sin-then-to-repent-terminee

Jeu 14 Mar 2019 - 22:26
Grande étendue d'eau sans limites naturelles mais seulement délimité par des frontières par des Daimyo qui ne se partagent pas seulement des terres mais aussi des océans alors que celles-ci sont naturellement libres. Environnements soumis non aux lois humaines mais à celles de Mère Nature et restent en contact entre elles malgré ces séparations illusoires.

Que Shinju respectait malgré tout après tout, elle s'était engagée dans la voie des shinobi pour pouvoir se préparer à son long voyage autour du Yuukan. Mais cela ne voulait pas dire que son engagement auprès de Kiri ne durerait que le temps de cycle de vie des éphémères et fragile qu'une feuille de papier à la dérive. Non, elle comptait bien lui être fidèle le temps qu'elle se trouverait sous son bandeau, la soutenant et ferait tout ce qui serait en son pouvoir pour suivre ses idéaux jusqu'à un futur embranchement lorsque sera venu le temps de sa retraite. Bien qu'elle emporterait avec elle-sûrement- de précieux grains de son séjour et les chérira jusqu'à leur retrouvaille-peut-être.

Mais cela n'était que des alevins de projets pour un vague futur qui tapissaient le fond de l'esprit de l'Asayo qui plongeait telle une Ama. Profitant de son présent libre de tâches à réaliser pour savourer et ne pas perdre le lien qui l'unissait à l'océan. Communion où ses pensées se reposaient pour laisser à leur hôte la possibilité de se laisser porter et digérer ses découvertes pour former des souvenirs ne manquant pas de clarté, de vivacité et de couleurs alors que le corps poursuivait par habitude les êtres marins pour en saisir-pas plus qu'il ne fallait- et les mettre dans le panier qui reposait sur leur dos. Se laissant emporter instinctivement par les courants pour économiser des fores ou soutenir sa nage sous-marine.

Finalement, la jeune femme au teint lunaire finit par entamer sa remontée vers la surface afin de cuisiner ses petites prises du jour qui nageaient paisiblement dans son récipient fermé et emplis d'eau de mer. Alors qu'elle jaillissait de l'écume, elle constata la présence d'un autre terrien dans ce domaine constitué de sable, de roches et d'eau éloigné du port. S'approchant du rivage, l'apparence du jeune homme se dévoila d'elle-même aux yeux citrines : élancé et courts cheveux bruns alors qu'il semblait se détendre dans l'étreinte reposant de la mer.

Faisant que Shinju n'avait pas envie de troubler cette quiétude et ne brisa donc pas la mélopée des vagues alors qu'elle s'approchait de plus en plus de cet individu dans son retour vers la terre ferme où son estomac l'enjoignait de se servir des bouts de bois qu'elle avait emporté et déposé assez loin des extrémités curieuses de l'étendue d'eau pour éviter qu'ils ne finissent tremper. Croisant l'homme qui semblait se diriger au cœur du royaume marin alors qu'elle le quittait, Shinju ne fit pas réellement attention à si il remarqua son passage ou non pour finalement sentir à nouveau une surface meuble sous ses pieds.

Se libérant avec un léger regret de l'étreinte liquide, elle rejoignit les branches pour les disposer et commencer à allumer un feu afin de pouvoir commencer à préparer et faire cuire ses futurs brochettes de poissons... Si la baignade ouvrait l'appétit de l'inconnu comme elle avait ouvert le sien, elle l'inviterait sûrement à la rejoindre auprès du feu pour se réchauffer et partager son repas. Après tout amoureux de l'océan était intéressant à ses yeux et le bienvenue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Ven 15 Mar 2019 - 21:04
D'abord, un corps qui nage, simplement.
Ensuite, un corps qui se laisse dériver, alors qu'une tête dépasse de la surface de l'eau, que le Kirijin fait le vide dans cet esprit trop indiscipliné, trop plein de trop de pensées, en temps normal.
Enfin, un corps qui plonge, s'enfonce dans les abysses d'un fond marin encore inexploré.

Il n'a toujours pas remarqué la présence avoisinante, pour l'instant. Trop occupé à renouer avec un environnement qui jadis, était celui de son quotidien, désormais, n'est celui que de quelques rares occasions. A une époque, il était un poisson presque natif des eaux, désormais, c'est à peine plus qu'un étranger qui visite parfois le pays sous-marin. Enfin... Un étranger avec tout de même de très bons réflexes de sa vie de jadis.

Sa nage est souple et rapide, à la fois le résultat de l'habitude, mais aussi celui de son entraînement physique régulier. Il reste en apnée un petit moment, s'habituant à la température de l'eau jusqu'à ce qu'elle devienne agréable plutôt que presque glaciale. Là-dessous, la luminosité manque, mais les yeux acclimatés du Genin parviennent à percer une partie de l'obscurité aqueuse, pour admirer le balet des poissons qui dansent sous l'eau, le paysage sous-marin, ici non pas marécageux comme ailleurs mais au contraire plus accueillant.
Malgré tout, il peut le voir ça et là, les membres d'une faune moins inoffensive, qui peuplent les eaux tout autour de Kiri. Ils sont disséminés à travers la foule animale, peu nombreux, mas discernables. Quelques prédateurs, quelques bancs de minuscules créatures dangereuses en groupe, d'autres créatures plus aliens. Il les observe, garde ses distances, assez proche pour admirer celles qu'il a envie d'apercevoir, assez loin pour ne pas devenir la cible de leurs pulsions prédatrices. Kazan est un expert en Taijutsu originaire de Kiri, il saurait se défendre sous l'eau. Mais il n'a pas spécialement envie de s'engager dans un combat sous-marin avec la faune locale.

Ainsi, le temps de quelques minutes, il explore, nage, jusqu'à finalement remonter vers la surface et prendre une très grande inspiration. Et la première chose qu'il remarque, yeux fermés,oreilles encore bouchées, c'est une odeur.
L'odeur du feu, déjà, puis ensuite, celle du poisson grillé. Le genre d'odeur qui met en appétit.
Le genre d'odeur qui attire, même.

Les yeux encore plein d'eau, fermés, et douloureux lorsqu'il les ouvre, il avance un peu à l'aveuglette dans l'eau, d'abord en nageant, puis en cherchant la terre du pied lorsqu'il arrive à portée de marche. Lorsqu'il commence à sortir de l'eau, qu'elle n'arrive plus qu'au niveau de sa cuisse, il ouvre les yeux.
Et contrairement à ce qu'il pensait, il n'est pas devant son petit tas d'affaires à lui.
Il est devant le feu de quelqu'un d'autre. Une, quelqu'un d'autre.

Kazan l'observe un moment, les yeux encore un peu dans le flou. Puis, il passe la main derrière la nuque, souriant, une fausse gêne sur les traits de son visage.

- Oops, désolé, trompé de bout de terre.Et il s'apprête à revenir vers son côté, mais... Mais cette odeur de poisson ne cesse pas de l'attirer. De fait, alors qu'il commence à se tourner, il revient lancer un regard vers la jeune femme face à lui, encore floue à ses yeux embourbés. Hem, sans vouloir m'incruster... Est-ce que ton feu est libre ? J'ai quelques poissons là-bas qui attendent et l'odeur m'a donnée l’appétit...

Encore un peu ailleurs, encore la tête dans les étoiles, il ne pense pas à se présenter. Ca viendra plus tard, si elle accepte sa compagnie le temps de quelques coups de croc dans de la viande de poisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5920-murasaki-kazan-to-fish-to-sin-then-to-repent-terminee

Au travers de l'océan, un reflet de jadis [PV Shinju]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: