Soutenez le forum !
1234
Partagez

Imprisoned in Red Mist [198 - Solo]


Imprisoned in Red Mist [198 - Solo] Empty
Jeu 14 Mar 2019 - 14:51
La brume est basse, épaisse et omniprésente aujourd'hui, dans le village de Tsuri.
Situé sur une des îles plus modestes qui gravitent autour du morceau de terre principal de Mizu No Kuni, cette communauté installée en bord de mer vit de la pêche, du commerce et de l'entraide avec d'autres villages avoisinants.

Ou en tout cas est-ce la promesse mensongère que la ville feint de tenir.
La vérité est plus sombre, plus réaliste, plus en accord avec ce qu'est le pays de l'eau. Le pays de l'eau est un endroit où il fait bon pêcher, oui, et en ça, l'endroit doit beaucoup de sa survie à son commerce maritime. Cela étant, le pays de l'eau est également un endroit où il fait bon voler. Voler, intimider, racketter, manipuler, exploiter. Un endroit où la carrière de bandit en tente plus d'un, parce qu'elle est fructueuse, et parce que trop souvent, le monde est divisé entre ceux qui possèdent et ceux qui se font déposséder. La machine à corruption du pays est bien huilée, et Tsuri n'est pas exception à la règle, bien au contraire. Ce n'est qu'un autre engrenage de ce système parmi tant d'autres : ici, on se méfie, car on sait que son voisin peut nous vendre. Ici, les regards sont ceux de l'avarice, de la convoitise et du mépris.
Non, bien sûr, non. Ce n'est pas Que ça. Même au milieu de la boue, quelques fleurs de bonheur arrivent à pousser de temps à autre.
Mais la vie à Tsuri est difficile, tenons-nous le pour dit.

La brume est basse, épaisse et omniprésente aujourd'hui, oui, mais elle est comme ça la majeure partie des autres jours, de toute façon.
Là, au milieu des masures et des allées de ce village aux airs de petite ville, une silhouette se traîne, se faufile, agile de sa course, une ombre parmi tant d'autres. D'abord, il y a le bruit de ses pieds qui claquent contre le sol dans une avancée précipitée. Puis, à quelques secondes de décalage, dans son sillage, le bruit d'une multitude d'autres pas, plus lourds, ceux de corps plus imposants, qui semblent poursuivre dans la même direction. Il y a le bruit de leurs pas, puis celui de leurs cris. Des insultes et des injonctions, des « reviens ici, morveux », et d'autres « j'vais te défoncer ».

Kazan ne prend pas la peine de répondre. Pour cause, bien assez tôt, ses poursuivants seront semés, à part un, plus jeune, plus athlétiue que les autres. Lui, aura droit à une réponse, alors qu'il verra l'adolescent tourner au détour d'une ruelle.
Juste avant de s'y engouffre, un regard par-dessus son épaule, et un majeur levé dans la direction du commerçant trentenaire, avec ce sourire arrogant au visage. Ca, et la seconde d'après, il disparaît dans l'angle du mur.
L'homme grogne, poursuit, arrive au niveau de l'embrochement, passe le mur, puis tourne le regard vers la ruelle où s'est engouffré l'enfant.
Rien. Rien, si ce n'est trois autres directions possibles, et un silence de mort. Le visage de l'homme se tort brièvement d'une expression furieuse, alors qu'il shoote dans une poubelle. Un juron plus tard, il a déjà disparu.

Après qu'il soit parti, le silence se prolonge un court instant. Bien assez vite, il est rompu par le son de dents affamées qui se plantent dans la chair juteuse d'une pomme toute fraîche « empruntée » du marché.

- J'aurais presque de la peine pour eux.

Kazan lance sa pensée à voix haute, entre deux coups de croc dans la pomme, bientôt complètement défigurée. Quand il a fini, il lance un regard vers le petit sac entre ses jambes, plein d'autres victuailles, et pioche autre chose.
Oui, presque. Il pourrait presque avoir de la peine pour ces marchands, s'il ne savait pas qu'ils collaborent avec les criminels locaux pour voler leurs livraisons à leurs plus honnêtes collègues.

- On t'a déjà dit de pas voler les marchands qui bossent pour le chef, non ?

Une voix qui s'élève, soudaine, non loin du Kazan assis contre un mur, prés d'une table abandonnée dans la ruelle. L'enfant lève vivement son regard vers l'homme, l'urgence dans le regard, un éclair de réactivité passant partout dans son corps.
Au-dessus de lui, Kenta, un des laquais de Fujito Goroburo, le leader des criminels locaux.
Le leader de Kazan, entre autre. Un Kazan apeuré, l'espace de quelques secondes, mais qui cache ça derrière un rictus confiant, espiègle.

- Hm ? Ah, désolé, j'ai dû me tromper d'échoppe. J'ai pas vraiment fait attent-

Interrompu dans sa phrase, par un pied qui vient le frapper violemment à la joue. Par réflexe, il entreprend de réagir, mais Kenta s'abaisse, jusqu'à le plaquer au mur d'une main resserrée contre son cou. Kenta, c'est un jeune adulte d'à peu prés vingt-cinq ans, imposant, toujours affichant ce regard froid et parlant de cette voix morne. Parfois, quelques sourires se glissent à ses lèvres, mais ils sont rarement naturels, sincères ou rassurants.
Là, il sourit. Mais ça fait peur à Kazan plus que quoique ce soit d'autre.

- Joue pas au plus malin avec moi, gamin. J'suis supposé t'encadrer, et si tu fous la merde, c'est pas toi qui prend, c'est moi. Quand j'te dis de pas chourer les commerçants de chez nous, tu fais c'que j'te dis. Vu?

Kazan déteste Kenta.
Kenta, c'est la marionnette de Goroburo qui est spécialement assignée à la tâche de surveiller Kazan. Parce que Kazan est devenu cible de l'intérêt du boss, et que ce boss est du genre à surveiller ses intérêts de prés. En somme, Kenta est son geôlier. Son bourreau, son boulet.
Et s'il fallait être très honnête ? Kazan est à peu prés persuadé que si un jour il devait décider de rendre les coups, il pourrait le ruiner.
Mais le jour où Kazan fait ça, c'est sa famille toute entière qui paie pour sa témérité.
De fait, à ce « vu », Kazan a envie de répondre d'une droite bien sentie dans le visage de son garde-fou. Au lieu de ça, il répond en hochant mollement la tête, serrant du poing.

- Heureux qu'on s'comprenne. Bouge, le patron a besoin de toi.

Et de se traîner mollement à la suite du bandit, le suivre vers ce qui va très certainement être un mauvais plan.
Mais il n'a pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5920-murasaki-kazan-to-fish-to-sin-then-to-repent-terminee

Imprisoned in Red Mist [198 - Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: