Soutenez le forum !
1234
Partagez

Revendication au sommet du feu | post-contrat


Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Mar 19 Mar 2019 - 22:27
Revendication au sommet du feu
bitch better have my money
Suite du contrat

« Chôkoku... Je ne crois pas qu'ils nous ont suivis. En revanche je pense que me garder près de toi attirerait l'attention plus qu'autre chose. » Tegowaï l'Impitoyable avait fait quelques enjambées qui représentait deux bons kilomètres pour l’humaine qu’il portait sur le sommet de son crâne et qui tenait son camarade encore inconscient pour qu’il ne chute pas, le varan détruisant évidemment les forestières allées sur son passage. Comme si les catastrophes qui s’étaient produites aux abords de la rivière Yugure n’étaient pas suffisantes. « Et puis je t’en veux. Tu aurais pu m’en offrir un… Ou deux. » La brunette si petite se mit à soupirer, elle qui sentait encore la fatigue alors l’entendre geindre et se plaindre commença à lui taper sur le système. « Ecoute l’ami, j’ai très bien fait. Ils étaient… » Serrant les mâchoires en posant ses pupilles sombres sur le visage du blond, elle reprit d’un ton plus ténébreux encore. « Puissants. »

. . .

Le compagnon reptilien à la taille phénoménale avait finalement disparu après un ordre rude et une petite dispute entre l’invocateur et sa bête. Quelque peu colérique, et surtout inquiète à l’excès pour son camarade qui ne se réveillait toujours pas. Tomoe pestait à son encontre, tapait des pieds, des mains, se traînait presque par terre comme une enfant qui faisait exploser un caprice. Un hurlement de rage au beau milieu de nulle part et… Ses états allaient déjà bien mieux. La changeante possédée par le Hannya inspira profondément et regarda autour d’elle avant de reprendre un sentier tracé pour route au sein de Hi no Kuni. Direction la capitale. Rencontre avec le Conseil du Feu. Il était l’heure de rendre des comptes pour cette bataille qu’ils avaient finalement emportée.

Le prix était cher payé tout de même, mais tel avait été leur serment dès le départ d’Hayashi : Ne pas repartir sans avoir réussi. Chose faite, pourtant la Chôkoku attendit là quelques minutes supplémentaires. Allez, Tanuki… Elle espérait si fort en le regardant depuis son assise sur un tronc d’arbre soigneusement coupé –signifiant qu’une civilisation ne devait pas être très loin.

. . .

La jeune fille portait son compagnon sur son dos depuis près d’une heure de randonnée maintenant. L’impatience légendaire de celle-ci était peut-être l’élément le plus difficile à surmonter en cet instant. Plus rude encore que d’avoir affronté ces étonnants kumojins –bon pas autant, elle avait tendance à exagérer. L’Asaara lui revaudrait, ça elle ne manquerait pas de le lui faire rappeler. Mauvaise infirmière, cela faisait maintenant un bon moment qu’elle n’avait pas pris son pouls, cependant Tomoe considérait au plus profond de son être qu’il n’avait pas succombé. Sa cruauté faisant que même dans cet état elle ne se retint aucunement pour l’insulter. Parler seul était chose connue chez cette folle kunoichi, il lui arrivait même sur le chemin de s’adresser quelques paroles pour qu’elle-même s’auto-acquiesce. Insensée.

Mais la capitale s’ouvrit devant ses yeux déterminés, à l’affût. D’un coup brusque elle fit remonter le corps sans réponse sur son dos et essoufflée, alla frapper à la première auberge qu’elle trouva sur son chemin. Elle paya une chambre et y déposa son ami avant d’aussi vite repartir. Dans le fond, elle espérait sincèrement qu’il allait encore bien.

Ne pas repartir bredouille, voilà quelle était l’étape à présent. C’était égoïste envers Kô, pourtant la jeune fille savait pertinemment qu’il aurait fait ce choix également. Les états d’âme étant pas ce qui l’étouffait le plus, Tomoe demanda son chemin à deux reprises avant de finalement se positionner devant cette grande demeure. Au-dessus de toutes les autres, plus majestueuse encore, bien que moins impressionnante que les splendeurs d’Hayashi, elle devina bien trop facilement qu’il s’agissait très certainement de ce qu’elle recherchait. Avançant sans se poser de question, imposant même son entrée en ces lieux, elle, étrangère… « Je demande audience ! » Cria-t-elle d’abord sans demander son reste et sans aucune gêne, elle n’avait pas le temps d’attendre, elle sortit le papier intercepté des jours plus tôt au pays du bois. « Vos désirs accomplis, chers Hijins, le convoi kumojin a été englouti sous la terre et les débris. J'espère que Tsukimono vous aura satisfaits. » Un sourire carnassier, cruel se dessina sur le visage de Tomoe alors qu’elle cherchait partout du regard une quelconque présence pour la recevoir.
☾ anesidora


Spoiler:
 

_________________
Revendication au sommet du feu | post-contrat L4vf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 25 Mar 2019 - 17:29
Seule, celle qui se présentait pour récupérer son dû lié au contrat qu’elle avait accompli sembla bien petite au travers de ce grand village dans lequel ses pas l’avaient mené. Tout autour d’elle, l’Hayashijin avait pu découvrir des marchands, des travaux à peine entamés ou parfois terminés, des constructions aux ampleurs diverses. Tout cela confirmait bien une chose : Hi no Kuni n’était plus le pays ravagé par la guerre civile mais était redevenu ce pays en plein essor.

« Vous êtes en présence du grand Araho Daiki ! »

La voix autoritaire sonna sans aucun doute comme une surprise aux oreilles de la jeune femme. Elle découvrit deux gardes Hijins, dont le positionnement et la stature laissèrent imaginer qu’arrivait au milieu d’eux le principal intéressé.

Araho Daiki, grand et plein de cette prestance qui ne lui avait pas toujours été accoutumée, s’était présenté d’une façon des plus directes. Sous les tirs du soleil, son masque d’or rappelait autant les blessures qu’il avait pu subir contre les Kumojins et Iwajins qu’il soulignait son importance. Et c’était justement de cette importance que pouvait découler la surprise chez l’indépendante : s’était-elle attendue à ce que le Daimyô en personne l’accueille ?

« Tsukimono ? C’est de cette organisation Hayashijine dont tu fais partie ? questionna le Seigneur dont le ton semblait marquer l’hésitation voire la déception. Je préfère remercier les personnes plutôt que les organisations dont ils dépendent, alors merci et accepte ceci. »

En s’inclinant légèrement vers l’un de ses gardes, ce dernier s’avança et découvrit une large enveloppe qu’il adressa à la jeune femme. Puis il recula immédiatement pour se replacer exactement à la hauteur de son collègue.

Le Seigneur, qui aurait pu s’arrêter là, n’avait pas bougé. Tout indiquait qu’il avait encore des choses à dire, ou à demander à la guerrière.

« Je suis curieux. Qu’est-ce qui t’a motivé à t’opposer à l’un des trois grands villages cachés ? L’appât du gain, l’amour du combat, une conviction qui t’opposerait aux Nuages ou te rapprocherait du peuple du Feu ? »

Son bras se redressa et Araho Daiki pointa du doigt le buste de la jeune femme.

« Je sens un feu qui brûle en toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 25 Mar 2019 - 18:56
Revendication au sommet du feu
bitch better have my money

Ils avaient eux aussi l’art et la manière de se présenter. Digne de la représentation que Tomoe pouvait bien se faire des hautes sphères de ce monde. Deux grands gaillards que la brune observa de haut en bas, mais son regard nonchalant se détourna aussi vite sur les reflets de ce masque qui souleva interrogation dans l’esprit de la jeune fille. En effet, son expression aussi souriante qu’amusée laissa place à une curiosité qui alimenta ses yeux sombres. Si elle avait su qu’elle serait face au Daimyô en personne, peut-être aurait-elle fait l’effort d’épousseter la poussière restante du combat mené face aux kumojins. Ou pas. En fait, c’était le cadet de ses soucis.

Trop d’informations en même temps en cette simple rencontre. Silencieuse, elle ne releva que les remerciements mais ne manqua pourtant pas d’afficher un air presque moqueur à l’égard du garde qui lui adressa l’enveloppe. Elle la prit et, bien que l’oreille attentive, la Chôkoku commença à l’ouvrir pour vérifier ce qu’il y avait à l’intérieur. Les mots de Araho Daiki résonnaient autant dans la pièce qu’à l’ouïe de la possédée. A présent elle ne fixait plus que le maître du pays. Sans un clignement, digne, fière jusqu’à l’exagération, elle tentait finalement de montrer qu’elle ne considérait pas vraiment les hiérarchies. Elle qui avait toujours eu beaucoup de difficultés à accepter ceci du temps où elle avait encore son bandeau aux couleurs d’Iwa. Sous ce masque devaient se cacher nombreuses histoires à raconter… La question lui traversa un court instant les méninges, mais s’en alla aussi rapidement.

Si sa langue semblait volontairement nouée jusqu’à maintenant, celle du Daimyô était bavarde. Elle tenait fermement son dû d’une main mais après l’interrogation, Tomoe présenta devant elle, bien ouvert, l’avis de contrat. « Beaucoup des trois. Entre autre. En fait, mes motivations viennent de tout ça et puis… » Elle marqua une courte pause pour ranger le papier en le dissimulant sous la ceinture de son kimono. « Quel plaisir de montrer qu’ils peuvent échouer. Les grands villages ninja sont bien plus vulnérables à mes yeux. Des failles à exploiter. » Un sourire carnassier aux bords des lèvres, lorsqu’elle pencha simplement la tête, ne comprenant pas vraiment ce que pouvait dire sa dernière phrase. Un feu ? Que faisait le bruit d’une fierté kumojine qui explose ? C’était chose expérimentée, il fallait passer à la suivante.

« Que veux-tu dire par là ? As-tu autre chose à proposer ou à demander, Daimyô ? » La familiarité dont elle faisait preuve marquerait peut-être une insolence impardonnable pour les Hijins présents, mais que faire, Tomoe tourna finalement son regard vers l’intérieur de l’enveloppe.
☾ anesidora


_________________
Revendication au sommet du feu | post-contrat L4vf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 25 Mar 2019 - 19:20




REVENDICATION AU SOMMET DU FEU | POST-CONTRAT
Hi no Kuni Pays du Feu

J'ai attendu un petit peu de temps ma coéquipière Tomoe à l'auberge, mais mon impatience à prit le dessus. En fait, j'étais parti dans l'idée que si elle revenait et me retrouvait pas là où elle m'avait laisser, elle allait certainement me tuer quand on se serait retrouvé. Malheureusement, je dois être aussi impatient qu'elle et attendre plus de dix minutes m'avait déjà suffit pour en avoir marre. Alors j'ai commencé par me balader dans la capitale en me disant que de toute manière, la connaissant un minimum, elle ne met pas aussi longtemps car elle visite, ce n'est pas son genre. Elle ne pouvait être qu'à un seul endroit et c'est à la demeure du Daimyô.

Alors, je commence à me renseigner pour trouver ma route et un bon samaritain fini par m'indiquer la position de ma recherche. Il me signale que ça fait deux fois en moins d'une heure qu'on lui demande. Plus de doute possible, ma coéquipière est là-bas. Je suis content de le savoir et je n'avais plus de temps à perdre. Non pas que je voulais également avoir le droit à des félicitations, mais je n'en pouvais plus de rester à rien faire.

Je marche assez lentement, à vrai dire, je n'ai pas encore récupéré toutes mes forces, se vider de son chakra est vraiment une mauvaise idée. Je vais devoir faire plus attention dans le futur si je ne veux pas perdre la vie. J'imagine que le varan gigantesque de Tomoe m'avait choppé en vol et que nous avons réussit à fuir en ayant réussit la mission. J’espérais également que nous avions respecter tous les termes en ne tuant personne. Entre sa grosse explosion et mon tsunami, nos adversaires avaient du souci à se faire.

J'arrive enfin à destination et sans perdre de temps je n'hésite pas à rentrer à l'intérieur de la grande demeure, la plus belle de la capitale même. C'est là que je vois ma partenaire de Tsukimono en présence de deux gardes et une personne portant un masque d'or tout brillant grâce à la lumière du soleil. Sans avoir le temps de me demandé si c'est bien la personne que je pense, j'entends Tomoe dire Daimyô. C'est bien lui alors !

« Hey Hannya-tsuki, je te cherchais. » Dis-je en m'approchant d'elle pour me retrouver à ses côtés.

Même si ce n'est pas dans mes habitudes, je fais une petite révérence forcer pour montrer que je respecte la personne en face de moi. Je ne le pensais pas vraiment, mais disons que nous sommes pas à l'endroit idéal pour montrer mon désaccord avec les personnes se croyant supérieurs à tout le monde.

« Daimyô, je suis son coéquipier. » Je n'en dis pas plus, me disant que Tomoe avait déjà dû tout raconter.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 1 Avr 2019 - 17:22
Ce plaisir de leur montrer qu’ils pouvaient échouer, voilà un aspect de la personnalité de la jeune femme qui séduisait l’homme au masque de par les objectifs qu’il suivait lui-même. C’était exactement cette philosophie qui s’était inculquée de gré ou de force, par l’expérience ou le sang, chez la plupart des Hijins. Le convoi Kumojin en était d’ailleurs l’exemple idéal, tant il illustrait la croyance des Nuages dans le fait qu’ils pouvaient tout faire. Ce n’était pas le cas. Pas du tout.

« Coéquipier ? Dans ce cas-là, je t’adresse les mêmes remerciements au nom du Feu pour tes efforts. »

Ce jeune homme était arrivé de presque nulle part. Et s’il ne comptait pas se fier à cette intuition, le Seigneur du Feu avait l’impression que c’était bien à la kunoichi qu’il devait principalement s’adresser. Que ce soit dans ce « Tsukimono » ou dans cette simple entrevue, son assurance semblait la promettre à des qualités essentielles pour de grandes entreprises.

Des compliments qui ne sauraient être adressés sous cette forme, surtout pour celui que tout le monde appelait Araho Daiki et qui était la personnalité la plus importante du pays. Mais…

« Si tu veux mettre en échec les villages cachés, tu n’y arriveras pas avec une organisation à peine connue au cœur du pays le plus reculé et secret du Grand Continent. Par contre… »

L’homme au masque d’or croisa les bras.

« … je peux t’offrir une place de lieutenante au sein de mon armée. Et crois bien que tu serais très rapidement en position de frapper un coup décisif à l’un des trois villages shinobis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 1 Avr 2019 - 18:14




REVENDICATION AU SOMMET DU FEU | POST-CONTRAT
Hi no Kuni Pays du Feu

Sans surprise, le Daimyô me fait part de ses remerciements, je les mérite tout autant que Tomoe après tout. Nous avons bataillé dur pour réussir les termes du contrat donc je suis bien content d'être venu ici pour avoir ce que je mérite. Peu importe, j'avais fait ça pour que Tsukimono commence à se faire connaître aux yeux de tous et je sais que nous avions frappé fort en faisant d'une pierre deux coups. D'un côté Kumo qui nous connait et de l'autre Hi qui sait qu'ils peuvent compter sur nous pour réaliser leurs demandes.

C'est ce qu'il se passe ensuite qui me laisse tout aussi perplexe qu'en colère. Malgré ces brefs remerciements, Daiki m'ignore totalement et s'adresse uniquement à ma coéquipière avec qui j'avais des liens de plus en plus forts. Il commence d'abord par sous-estimer totalement Tsukimono sous ses grands airs de Daimyô. Il est tout aussi ignorant que prétentieux, mais que voulez-vous, ils sont toujours comme ça. Un de mes poings se serre fort, ainsi que mes dents, mais avant même avoir le temps de dire quoi que ce soit, il continue son laïus.

Il venait de proposer une offre tout aussi intéressante que mal placé à Tomoe. Il lui propose une place de lieutenant à Hi no Kuni, mais surtout, de pouvoir frapper très rapidement un des villages cachés. C'est là que mon poing s'ouvre de nouveau, par contre mon visage reste impassible. Je me mets à la place de ma partenaire deux secondes et je dois dire qu'à sa place, j'aurais beaucoup d'hésitation. D'un côté, il me serait très difficile de quitter l'organisation qu'on vient de créer, surtout avec les liens que j'ai là-bas, mais de l'autre... Pouvoir agir très rapidement contre les villages, c'est prometteur et intéressant. Surtout que chez nous, nous sommes en bas de l'échelle, ici elle serait lieutenant. Quel choix difficile !

Je pose ma main sur l'épaule de la Chôkoku et la regarde dans les yeux tout en ayant un petit sourire en coin.


« Quelque soit le choix que tu feras, je l'accepterais et le comprendrais. Sur-ce mon amie, ma soeur, je dois aller sur mes terres natales. On se retrouvera peut-être à Hayashi ou alors le futur nous réuniras sans doute un jour. Je t'enverrais une lettre une fois que j'aurais mis pied à terre. Sayonara. »

Pas un signe, un mot au Daimyô, je me retourne et m'en vais de ce bâtiment. Je n'avais rien de plus à faire ici et je ne voulais pas influencer de n'importe quelle façon Tomoe. On ne sait jamais, ma présence pourrait l'empêcher de faire le choix qui lui tient le plus à cœur. Je connais sa haine envers les villages et Daiki lui avait donné un lourd argument.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 1 Avr 2019 - 18:53
Revendication au sommet du feu
bitch better have my money

Les mystères que dégageait le Daimyô n’étaient pas sans effet sur la jeune femme qui cherchait, du regard, à déceler les moindres signes, les moindres informations à son sujet. Mais peut-être qu’elle n’observait pas les bons éléments. Elle détacha enfin ses iris du principal interlocuteur pour les balader tout autour. Sur les murs, les fondations que représentaient ce lieu, au-delà de la demeure. Mais l’arrivée inattendue de son camarade la sortit de son investigation visuelle. Un large sourire se déformant son visage à l’origine proche de la cruauté, elle changea complètement d’expression. Il lui avait fait vivre un calvaire à devoir le porter jusqu’à la capitale, mais qu’elle était contente de le savoir debout. Elle pourrait lui faire payer en l’utilisant comme monture pour le retour…

La voix du Araho résonna et provoqua un nouveau changement sur le faciès de la Chôkoku. Elle redevint cette amusée et curieuse, prête à l’écouter. Cependant elle perdit vite quelconque rictus lorsque les mots de la haute-instance, sans qu’il n’ait fini, firent comprendre l’entreprise de l’homme. Elle était piégée. Non pas ça. Il avait bien attiré son attention et peut-être de la pire des manières. Un écho qui s’empara de sa gorge. Une désagréable sensation partagée. Et Kô avait tout compris. C’est sans un mot qu’elle l’écouta en glissant seulement ses iris sur ceux de son binôme. Quel duo. Etait-elle prête à lui tourner le dos ? En était-elle seulement capable ? En avait-elle vraiment l’envie ? Ce ne fut que lorsqu’il s’éloigna que la brune s’exclama à son égard d’un ton si sombre qu’il ne lui ressemblait presque pas. « Tanuki. Sois prudent. Une traque de Kumo est à envisager. » Au revoir. Des termes qu’elle ne voulait pas prononcer. Elle le reverrait. Elle combattrait de nouveau à ses côtés, peu importe ce qu’elle prévoyait pour la suite que ce soit pour Hi, pour le Daimyô, pour Tsukimono, pour Fujimi et les possédés, pour elle-même.

S’élever mais à quel prix…

La brune, légèrement de dos au Daimyô et ses chiens de garde, inspira profondément avant de lever la tête vers le plafond avec un sourire serein. Du moins en apparence. Elle mijotait. « Cher Daiki. Puis-je te poser une question ? » Commença-t-elle en abaissant son menton pour de nouveau faire face au masqué. Elle s’approcha d’une allure lente, presque dansante, et n’attendit aucune permission, ce n’était pas son genre. « J’ose imaginer qu’en tant que Seigneur le bien des tiens t’est important ? Tu resteras toujours "pour Hi", non ? » Elle referma l’enveloppe qu’elle avait gardée dans les mains et s’approchait toujours. « J’ose imaginer que tu fais tout ceci dans leur intérêt en plus du tiens ? Car je ne suis pas dupe, la place de lieutenante doit certainement comporter quelques secrets. Soit. » Elle arriva plus proche, tant qu’à présent les reflets d’avant n’étaient plus si lumineux. « Je reste Hannya la possédée comme tu demeures Daimyô du Feu, Seigneur de Hi. » Son air enfantin disparut pour laisser place une réflexion qui pouvait ne pas plaire à un homme tel que lui. « Certes Tsukimono est méconnue, et pourtant c’est grâce à elle, par notre biais, que ce que tu as demandé s’est réalisé. Finalement, peut-être pas insignifiant à Hayashi, mh ? » Une question rhétorique à laquelle elle s’empressa d’ajouter. « Considère-moi lieutenante. Considères-moi comme la membre de cette organisation. Considères chacun d’entre nous, les Tsukimono. Qu’as-tu à y perdre, Daiki ? » Elle tendit finalement le bras avec un sourire se fomentant au coin de ses lèvres, la main ouverte proche du Daimyô et son regard sombre perçant le masque d’or. « Après tout, tu as beaucoup à y gagner, en plus de mon soutien et du… Feu qui brûle en moi ? C’est comme ça non ? Je suis là, ils sont à Hayashi. Je me battrais contre les villages cachés, qu'importe ce qu'il m'en coûtera. »

Plus aucune hésitation ne transparaissait sur le visage de Tomoe. En fait, seule sa détermination et son assurance brûlait littéralement dans son regard. C’était pour elle qu’elle se proposait ainsi. C’était pour ses buts, mais aussi ceux de Tsukimono. Pour les Yaoguaï. Pour Kô. Pour Fujimi. Mais surtout pour ses propres ambitions. Après tout, rien ne l’empêcherait de suivre les folles idées qui émergeaient dans son esprit…
☾ anesidora


_________________
Revendication au sommet du feu | post-contrat L4vf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 1 Avr 2019 - 19:18
Tandis que les mots de la jeune femme concluaient le départ de son coéquipier, le Seigneur du Feu se posait une ultime question à propos de cet inconnu. Etait-il parti parce qu’il s’était senti délaissé dans cette entrevue, ou parce qu’il y avait cette maturité chez lui qui l’aurait poussé à laisser pleinement les arcanes du choix de sa coéquipière ? L’un était risible, l’autre honorable. Ce jeune homme ferait peut-être parti des rangs Hijins si la Tsukimonojin acceptait l’offre.

Et c’était ce qui semblait s’esquisser. Hannya la possédée s’appelait déjà par son possible nouveau titre. Mais elle ne reniait pourtant pas son appartenance à son organisation, Tsukimono. Si sa demande de reconnaissance à propos de ce groupuscule pouvait être légitime au vu des circonstances, elle n’avait pas totalement saisi l’ampleur de la décision qu’elle avait à prendre.

« Nous n’avons pas besoin de savoir qui gagnerait le plus à ce que tu rejoignes les rangs Hijins. Et si je considère les efforts de ton organisation, je me dois de te préciser davantage les conséquences du choix que je te demande de faire. »

Il ne décroisa pas les bras.

« Si tu rejoins les rangs du Feu, tu n’auras plus la place pour autre chose. Ce futur que je te propose est immensément plus grand. Ce n’est plus des petits convois que tu détruiras, mais des villages entiers. Ce n’est plus des gardes que tu affronteras, mais des batailles épiques. Et tu t’entraîneras et apprendras auprès des plus grands. »

Car ce que cette Hannya ignorait – et personne ne pouvait lui en vouloir – c’était bien à quel point l’armée du Feu était étendue.

« Si tu préfères rester accrochée à ton rythme de vie actuel, je te laisserai partir avec l’argent qui t’es dû dans cette enveloppe et mes simples remerciements. Mais si tu acceptes de devenir une de mes lieutenantes, Hannya la possédée, il te faudra te couper de tes autres attaches. Car ni le pouvoir ni la justice ne s’obtiennent sans sacrifice. »

Et il le savait mieux que quiconque…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Revendication au sommet du feu | post-contrat Empty
Lun 1 Avr 2019 - 20:15
Revendication au sommet du feu
bitch better have my money

Tomoe se mit à rire. Insolence et réel amusement. Un jeu de pions à poser. De force à recruter. Pourquoi ? Probablement pour gagner la bataille. Il parlait de bataille. Une guerre ? Les questionnements de la Chôkoku fusaient de plus en plus. Il lui demandait beaucoup pour une première rencontre. Lieutenante ? De nouveaux frères d’armes ? Non. Une nouvelle patrie ? Non. Un nouveau chef ? Qu’est-ce que Fujimi aurait fait ? La fierté omniprésente, celle que dégageait la brune tandis que la réflexion se faisait en interne. Elle baissa sa main tendue pour la replacer le long de son corps et laissa le long silence s’installer.

Hannya des Tsukimono. Tomoe lieutenante. Hannya lieutenante. La jeune kunoïchi se rendait finalement compte de l’opportunité que le Daimyô lui offrait. Elle se rendait compte de nombreuses choses, et pas seulement pour elle. Brisant le souffle silencieux, elle restait impassible. « Je n’ai eu qu’une seule senseï que j’ai pu considérer. Une guerrière qui m’a appris beaucoup. Et même à reconnaître une porte qui s’ouvre. » Elle lança un regard à chacun des gardes et reprit. « Mettre mon avenir entre tes mains, pour mes ambitions, et aussi les tiennes. C’est ce que j’entends là. » Elle reprenait sa vision propre, celle qui lui était bénéfique, celle qui lui avait fait quitter les terres de la roche. Penser à elle. Mais une question était trop forte pour ne pas être énoncée. « Et si ça avait été quelqu’un d’autre, tu aurais fait la même proposition. » Elle ricana une nouvelle fois car son interrogation n’avait pas pour but d’en être une. Elle pensait à haute voix, comme elle le faisait souvent en se parlant à elle-même.

Serrant les mâchoires elle ne put masquer une pensée pour Hayashi, s’en allant à Yaogakure. Fujimi. Elles se reverraient dans un temps incertain. Du moins c’était ce qu’elle se répétait. Relevant ses yeux sombres sur ceux qu’elle tentait d’apercevoir derrière l’or, Tomoe eut un ton bien plus sombre à son encontre. « Aucune chaine à mes poignées depuis longtemps, Daimyô. » Iwa était loin, pour son plus grand plaisir. « Je suis prête à te faire confiance pour tenir ces belles paroles. Après tout, tu sembles prêt à me faire confiance pour mener tes troupes et engloutir les villages cachés. » Cette fois détachée de tout terme prononcé envers Tsukimono, Tomoe maintint la tête haute de telle sorte à lui faire voir qu’il n’avait pas mal choisi. Elle lui montrait qu’elle acceptait. Quand bien même elle avait elle aussi des objectifs et des buts à atteindre… « C'est d'accord. » Quand bien même la vérité sur tout ce qu'ils cachaient éclateraient un jour. Qu'était-elle prête à faire pour avoir ce qu'elle voulait ?
☾ anesidora


_________________
Revendication au sommet du feu | post-contrat L4vf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Revendication au sommet du feu | post-contrat

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: