Soutenez le forum !
1234
Partagez

Des-Tea-ny [Etsuko]


Des-Tea-ny [Etsuko] Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 21:11
Elle avait proposé la salle de repos du poste, mais comme elle le soupçonnait, et si la moue de l’Hayai le confirmait, ce n’était pas exactement son plan pour célébrer son retour au village sans finir au fond d’une cellule. Après de derniers détails de la part du Tsuchikage, qui lui demandait de rester au village jusqu’à ce que les vérifications sur son dossier soient terminées, il avait quitté le poste sans la moindre attention, entraînant plus ou moins Etsuko avec lui. Un certain temps avait passé, mais la ville restait familière, ses rues une dédale imprimée dans son esprit à force d’usage.

Il ne pouvait empêcher cette impression d’être de retour chez lui, même si c’était un sentiment né d’un besoin d’appartenance à la base. Pas seulement ça, mais être ici lui rappelait qu’il était plus seul que jamais. Sanadare était morte, disparue à jamais. Akimoto ne reviendrait jamais des tourmentes qui le secouait, une épée brisée décidée à rouiller dans les ombres de la terre. Taishi n’avait même plus le sens que lui avait jadis donné l’unité Tengu.

Rien n’avait tellement changée. La rencontre avec la nouvelle cheffe des Hyûgas une déception cuisante de voir un clan toujours emprisonné dans ses prétentions et son orgueil démesuré. Le Kage était un homme brillant mais il n’était pas le guerrier qu’avait été Borukan Akimoto à son apogée.

Il fit signe à la leader de police et ils prirent place dans un petit restaurant, pas très loin du quartier marchand et résidentiel. C’était un coin tranquille et pourtant animé.

« Je te remercie d’avoir plaidé en ma faveur. Je sais que tu ne l’as pas fait pour moi et que tu avais tes propres raisons, mais je ne suis pas détestable au point de n’avoir rien remarqué. »

Il fit signe à la serveuse en pointant le thé à une autre table, accompagné du signe « 2 » avec la main. Ceci fait, il reporta son attention sur la femme en se penchant un peu vers l’arrière.

« J’ai un vague souvenir de ton nom mais tu n’étais à l’époque qu’une genin… Comment as-tu taillé ton chemin jusqu’à prendre la tête de la police ? Simple curiosité. »

Il sembla réfléchir quelques instants en regardant les badauds marcher dans la rue.

« Iwa. Les villages shinobis sont une étrange dualité, tu ne trouves pas ? Elles sont centrées sur la protection de leur population civile, mais lorsqu’on parle de Kiri, Kumo ou bien Iwa, ce qui intéresse, c’est surtout le côté shinobi du concept, non ? Parce que le shinobi moderne a le pouvoir de refaçonner le monde. Le pouvoir de changer l’histoire. »

La serveuse amena les tasses et l’Hayai au visage fatigué lui adressa un bref sourire avant de souffler sur son propre brevage.

« Du moins, c’est que ce bien des shinobis croient. Je pense qu’on peut bouleverser le destin en étant le plus ordinaire des individus, simplement en agissant contre le cycle qui anime ce monde. Aimer lorsqu’on devrait haïr, créer lorsqu’on devrait détruire. »

La volonté du feu. Il prit une gorgée de thé, appréciant le parfum d’une saveur oubliée par son exil.

« Les livres ne parleront jamais de ce que nous avons fait pour la paix. Hi oubliera l’Éclair Vert si celui-ci n’y revient jamais. Est-ce que le fait de voir une rivière diverger est suffisant pour celui qui l’a creusée ? Et pourtant nous faisons ce que nous faisons malgré tout. Il y a toujours une raison, quelque part. »

Son attention se reporta sur le fond de son verre.

«Mais je m’égare, peut-être. Je suis resté cloîtré au pays du feu pendant trop longtemps, je suppose. J’espérais que tu puisses m’informer sur l’actualité mondiale actuelle, ainsi que les positions d’Iwa. Bien des rumeurs existent à propos d’Hayashi, Tetsu… Et des histoires d’évadés de prison, également. »

Il haussa les épaules.

« Ce que tu as le droit de dire, du moins. »

Elle avait l’air bien attachée à ses règles et protocoles, alors…



_________________
I'm done apologizing for who I am, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Des-Tea-ny [Etsuko] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Des-Tea-ny [Etsuko] Empty
Sam 23 Mar 2019 - 0:57
La jeune femme avait quitté son bureau en compagnie du revenant, après que le Yondaime et que Toph soient partis. Taishi semblait avoir de bons souvenirs de la cité, se dirigeant sans trop de mal dans les rues joyeuses du centre commerçant du village caché. Il avait choisi un restaurant en bord du coeur marchand, là où ils ne seraient normalement pas trop dérangés sans pour autant se trouver dans un désert ne vivant que le soir ou l'été, lors du festival. La Naari s'installa face à lui, profitant du soleil et de l'air agréable de cette fin de printemps. Elle le laissa entamer la conversation tout en choisissant leurs boissons.

« Comme tu l'as compris, j'ai suivi ce qui me semble être le mieux pour le village. Si ça t'es bénéfique, alors tant mieux, c'est toujours un meilleur résultat quand les deux partis sont gagnants. Il n'y a pas de rancoeur en général à la suite de ce genre d'accords et c'est toujours un plus à mes yeux. »

Elle sourit un peu, véritablement satisfaite que tout se soit bien passé.

« Mon chemin ?.. Rien d'extraordinaire. J'ai beaucoup travaillé, j'ai juste eu la chance d'avoir eu les bonnes opportunités, d'abord pour rejoindre la police en faisant mes preuves dans des missions précises puis en montrant mes capacités à diriger un poste. Et à son avènement, notre nouveau Tsuchikage a décidé que parmi tous les gradés de la police, c'était à moi de prendre la tête du département. D'autres ont choisi de s'intéresser au Manazuru, ou d'en profiter pour prendre une retraite méritée après des années de service. Et j'ai appris l'art de soigner auprès de mes senseis. Mais je doute que mon histoire dans tous ses détails t'intéressent, si ?.. »

L'observant un peu plus en détails, elle essayait de comprendre ce qu'il cherchait avec ce genre de questions. En apprendre plus sur l'évolution de la police ? Il semblait y vouer une certaine aversion, en tous cas jusqu'à ce qu'ils discutent un peu plus en profondeur dans son bureau. Des mauvais souvenirs avec les Hyûga également, sans doute avait-il Takumi dans le viseur. Mais ce dernier écoulait des jours tranquilles dans les bras de sa bien-aimée, rien qui ne méritait plus d'attention.

« C'est la première chose à laquelle un étranger pensera en effet. Mais pour un Iwajin, la vision d'Iwa est différente. Enfin... Si je prend le temps d'y réfléchir, il me paraît évident que les habitants de Kiri et de Kumo ont des problèmes similairers aux notres sur ce point, et pourtant quand je les pense en tant qu'entités, c'est surtout les shinobis qui m'apparaissent. Bien plus que les habitants que j'ai à coeur de protéger à Iwa. Pour ce qui est de notre possibilité de changer le monde... Je pense que tout le monde l'a. Elle nous est juste beaucoup plus aisée, accessible. Ou plus diversifiée dans les manières qu'on peut utiliser pour y parvenir. »

Elle sourit et hocha la tête en commençant à humer le thé. L'odeur en était agréable, la chaleur de la vapeur qui s'en dégageait procurant une sensation qui ravissait toujours la jônin par sa douceur et sa tendresse.

« Je suis d'accord avec toi pour ça. Tout le monde peut changer les autres et leurs visions. Nous avons juste un avantage par notre position de force, mais je ne crois pas que ça nous en donne le monopole. Ce serait égoïste et méprisant de le croire. »

Elle prit le temps de réfléchir à la suite de son discours, se reculant un peu dans sa chaise. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, son pouce venant sur la ligne de son menton tandis que son index et son majeur étaient recourbés devant sa bouche fermée, ses émeraudes observant le vide qui composait le ciel sans nuage de cette après-midi.

« Je pense que vouloir marquer à tout jamais est aussi une utopie. Tout va finir par disparaître. C'est là la force du temps, celle qu'on ne peut pas transcender. Il faut un début et une fin à toute chose, sinon, est-ce qu'elle existe vraiment ?.. Je ne crois pas. Si on agit, c'est simplement pour allonger au maximum ce temps qui nous est accordé, mais il ne sera pas infini. Il ne peut pas l'être. Allonger l'emprunte de notre passage est cependant satisfaisant. Pour certains en tous cas. Ça n'entre pas vraiment dans mes préoccupations je dirais. Je préfère penser à mon présent et à ceux que j'aime, préparer le futur suffisamment proche pour que ceux qui ont mon affection n'aient pas à en avoir peur. Je suppose qu'on est tous un peu différents là dessus. »

La jeune femme aux cheveux de jais but une première gorgée du thé enfin à bonne température, le laissant développer sa véritable question, celle qu'il évitait depuis le début pour enfin s'y ateler.

« Les actualités donc... Et bien actuellement les problèmes majeurs d'Iwa sont envers Tetsu no Kuni et Wasure no Kuni. Pour Tetsu, tu l'ignores peut-être mais Nagamasa Yoshitsune s'est fait tué par le nouveau Shogun qui a prit le pouvoir au pays du Fer. Ce n'est pas le seul des nôtres à y avoir perdu la vie, et la provocation et la menace claire qu'ils ont fait envers Iwa vont nous obliger à réagir. Puisque même si nous souhaitons avant tout la paix, il va sans aucun doute y avoir des répercussions. Alors nous agissons, et cela passe notamment par découvrir la position de Kumogakure no Sato, puisqu'il a été certifié que l'un des associés du Shogun était le fils du Daimyo de la Foudre. Et je vais bientôt partir en compagnie de la Taicho du Manazuru pour mettre au clair leur position par rapport à notre village et, si possible, fonder une alliance. Je te le dis parce que je pense que tu en sais déjà assez pour être un danger, mais pas assez pour être certain de la confiance qu'on t'accorde. Alors si cela peut t'aider, c'est là ma preuve. »

Elle sourit un peu en se redressant, ses deux mains autour de sa tasse. Elle en but une nouvelle gorgée en fermant les yeux avant de reprendre son discours.

« Pour Wasure, nous ignorons énormément de choses, d'où la conversation de tout à l'heure. Mais ce qui est certain, c'est que des prisonniers et des fanatiques ont été libérés et qu'un de nos enjeux principaux va être de les arrêter et de trouver leurs motivations pour ce qui concerne les fanatiques. Pour pouvoir les contrer définitivement et pas simplement être en attente de leurs attaques. »

Etsuko soupira un peu avant de finir sur sa lancée.

« Pour le pays du Bois, nous n'avons pas grand lien avec eux, pour le moment en tous cas. Le clan Yaoguaï qui en est originaire y est cependant reparti en masse suite au départ de Senkû. Certains des membres ont choisi de rester ici, mais ce n'est pas la majorité. Autre que ce sujet, il y a là-bas la présence d'un artefact qui intéresse le village de la Roche. Et nous effectuons de nombreuses recherches pour trouver ce dernier. Si tu veux plus de détails, je pourrais t'en parler puisque j'ai participé aux travaux avec mon équipe, mais pour l'instant rien de particulièrement fructueux. C'est chronophage et les résultats sont encore limités. »

Prenant un instant pour boire un peu plus de son thé tout en continuant de profiter de la chaleur de la tasse avec ses mains, la jeune femme aux yeux de jade plongea ces derniers dans le liquide ambré.

« Voilà pour les évènements que je suppose important de ces derniers temps, ceux qui ont pu échapper à tes connaissances. Ah si, il y a eu une refonte des unités spéciales du village pour n'en avoir plus que trois au lieu de répartir les hommes sur douze postes. Et nous sommes entrain de finir les travaux de rénovation de bâtiments pour rassembler nos bureaux au centre du village, entre le coeur commerçant et les quartiers résidentiels. Si tu as des questions qui te viennent dans les jours qui viennent avant que je parte à Kumo ou à mon retour, tu pourras me trouver là-bas la plupart du temps, si je ne suis pas à l'Académie, à l'hôpital ou à la boutique de mes parents, Kisetsu no Hana. »

Elle fut un peu gênée en se rendant compte de l'étalage qu'elle venait faire. Elle avait beaucoup de facettes, d'intérêts dans le village entre son rôle de médecin, de professeure, de fleuriste, de jônin mais aussi de chef de la police. Elle ne s'accordait que peu voire pas de temps comme celui qu'elle était en train de passer avec lui. La Naari était avant tout une travailleuse en fin de compte.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Des-Tea-ny [Etsuko] Empty
Sam 23 Mar 2019 - 19:18
Taishi laissa son regard s’attarder dans la rue, divaguant entre les badauds tout en écoutant attentivement, une main fermée sur l’anse de sa tasse.

« Le mieux pour le village, dis-tu ?... »

Cette dévotion avait de quoi lui évoquer bien des souvenirs, pas qu’il ait jamais été comme ça. Même comme simple genin, il avait toujours conservé une dose de cynisme. Le pays de la Terre n’était qu’un autre pays pour lui. Iwa n’était pas son héritage non plus. Il était venu ici par devoir, était parti par honneur. Elle semblait douter de la sincérité de sa question sur son passé, mais l’Éclair Vert se contenta de hausser les épaules avec un léger sourire.

« Tu es et tu resteras l’une des seules personnes aux faits de mon statut avec Iwa. Ton rôle au sein du village est tout aussi important. Si notre collaboration doit être fructueuse, alors les détails sont tout aussi importants que les bases de ton passé, je suppose. »

Il prit une gorgée avant de reposer la tasse.

« Il est plus que temps pour moi de reprendre contact avec la scène mondiale. Au de-là de ma responsabilité envers Hi no Kuni, je suis, comme mon clan, de nature volatile. Comprendre les choix du Tsuchikage me permet de mieux cerner l’homme lui-même, en somme. Mes excuses s’il y a indiscrétion. »

Il ne s’attarda pas sur le sujet parce qu’elle apportait des idées intéressantes. Comme on pouvait s’y attendre d’une personne aux si hautes responsabilités, Etsuko semblait plutôt réfléchie, si prudente dans ses mots.

« Plus facile ? Je ne saurais dire. Grand pouvoir, grande responsabilité, non ? Il est bien plus aisé d’utiliser à mauvais escient une armée, qu’un champ de blé. Mais je ne peux que te donner raison. Briser le cycle, nager à contre-courant, cela semble la seule voie qui soit toujours louable. »

Mais à quel prix ? Les traits de Sanadare lui revinrent en tête et il serra imperceptiblement le poing pendant un court instant.

« Le présent et le futur sont toujours plus importants que le passé, mais la vraie question est d’employer le passé comme fondation, ou créer quelque chose de nouveau. Des âmes cyniques iraient dire que la gestion d’Iwa a été un échec jusqu’à aujourd’hui. Le Triumvirat que j’ai vu grandir et tomber presque aussi rapidement l’un que l’autre. Un tiers de celui-ci a tenté de s’accrocher au pouvoir, mais fut enterré dans les sables du temps tout aussi vite. Borukan Akimoto, mon Sensei, au final davantage un roi-conquérant qu’un gardien de la paix. Yoshitsune était pour ceux ayant vu sa vraie nature pas grand-chose de plus qu’un guerrier enterré dans les préceptes de son clan. »

Et son fils était tout le contraire, mais c’était peut-être un sujet pour un autre jour.

« Ne m’en veux pas de m’interroger ainsi sur ce nouveau Tsuchikage. Ses blessures m’inquiètent tout autant que l’intensité de son chakra, pas fort différente de la mienne ou de la tienne. Iwa a eu bien des lacunes, mais chacun de ses leaders étaient des formidables guerriers. Ceci étant dit, il peut se compter comme l’un des rares à avoir fait face à l’homme au chapeau et être toujours vivant. Davantage que cela, il semble avoir un sincère désir de paix. Reste à voir si cela est compatible avec l’idée du village caché. »

Son regard s’aligna dans celui de la femme.

« Pouvons-nous vraiment appeler la paix telle qu’elle est, si elle est négociée dans le sang et dans l’ombre ? Je ne apparemment plus lié par mon appartenance aux Tengus, alors je n’ai pas à cacher les actes que j’ai commis pour permettre aux habitants de ce village de vivre une relative tranquillité. Comme tu vois, Etsuko, je cherche à briser le cycle. Mais je m’interroge sur la place d’Iwa dans l’équation. Kumo ou Kiri ne sont guère plus à envier sur le sujet. »

L’Hayai se réservait les raisons pour lesquelles il posait ce genre de question, écoutant plutôt attentivement les actualités. Yoshitsune était ainsi vraiment mort, et de la main d’un Shogun, de même. Taishi n’allait pas verser de larmes pour cet individu qui au final n’avait su que manipuler individus et épées, sans jamais vraiment gouverner. Elle avait un léger sourire et Taishi eut un rictus en souriant à son tour. Merci pour la confiance, je suppose.

« Moi ? Un danger, mais pas considérable ? Je ne sais pas si je dois être flatté ou irrité, hahaha. »


Les évènements de Wasure l’intriguèrent bien davantage que la possibilité d’une alliance avec Kumo.

« Des fanatiques, dis-tu ? Fanatiques de quoi ? »

Il se penchait un peu en arrière, réfléchissant. À moins que ces individus soient liés à l’homme au chapeau ou posent un risque important, leur libération dans la nature était inconséquente pour lui. Les chasseurs de prime finiraient par les récupérer, un à uns, non ? Les mots sur le clan Yaoguaï le firent soupirer.

« Oui, j’ai entendu les rumeurs. J’avoue ne pas être la meilleure personne à qui s’adresser pour retrouver un tel objet, mais je m’interroge sur sa valeur pour qu’elle soit une priorité pour le village et toi-même. Quel genre de pouvoir peut-il contenir ? »

Elle parla ensuite des réformes sur l’organisation du village et l’Éclair Vert hocha la tête. Voilà longtemps que de tels changements auraient dû être mis en place. Il fut tout de même très amusé de la voir étaler tous l’étalage de ses disponibilités. Il aurait pu croire qu’Etsuko cherchait à le revoir. Qui sait, c’était peut-être réciproque.

« Kisetsu no Hana ? Le fleuriste ? Ce sont tes parents ? Le monde est petit, je suppose. »

Il y avait été quelques fois, acheter des fleurs était toujours une bonne idée pour un rencart, après tout. Taishi finit par inspirer en finissant sa tasse, la reposant sur la table en abandonnant son regard aux marcheurs, dehors.

« Ce calme serein. C’est peut-être ce qui m’a convaincu de rester à Hi si longtemps. La nature, le vent à travers les arbres, les plantes qui poussent… Ici, c’est le rythme des pas qui frappent le sol, une cadence qui semble éternelle. Comme si rester ici, dans ce moment, ne le verrait jamais se terminer. Je viens d’un clan obsédé par la vitesse vois-tu, qui croit qu’un moment n’attend jamais que le prochain. Que la progression, le mouvement, est la seule preuve que le temps passe. »


Il soupira en relevant les yeux.

« Mais ce moment ne peut subsister avec des individus comme l’homme au chapeau dans le monde. Etsuko, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que le village semble peu gardé en ce moment. Personne ne m’a intercepté avant mon arrivé au village, peut-être une tactique pour bloquer une fuite éventuelle mais je pense qu’il s’agit plutôt d’une question d’effectifs, je me trompe ? Pour qu’un Tengu et ce qui semble son apprenti soit forcés d’intervenir eux-mêmes… Il y a un malaise à Hi no Kuni. Quelque chose se prépare. II y a de cela trop longtemps qu’aucune apparition publique d’Araho Daiki n’a été aperçue. Je crains qu’outre mes efforts, le pays soit à nouveau le berceau de quelque chose de malfaisant. Et je doute de pouvoir simplement régler le problème en tranchant une tête, cette fois. »

Son regard était sérieux, fermé.

« Il serait peut-être plus judicieux que tu retardes ton voyage. »

Il n’avait ni preuves, ni faits à présenter pour appuyer son opinion, malheureusement.



_________________
I'm done apologizing for who I am, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Des-Tea-ny [Etsuko] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Des-Tea-ny [Etsuko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: