Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 15:46 par Chiwa Aimi

» Croiser le fer sous l'orage [Chiwa Aimi]
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 15:03 par Chiwa Aimi

» The Color of Victory
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 14:40 par Suzuri Takara

» [Mission Rang C/Libre/Iwa] A la force du bras
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 14:25 par Oterashi Yanosa

» Le choc des cultures [PV : Benzaiten]
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 14:22 par Kaguya Benzaiten

» 09. Demandes de Succès
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 13:40 par Chôkoku Tomoe

» 03. Changer de zone
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 13:10 par Chôkoku Tomoe

» Récupérons les trésors !
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 12:53 par Suzuri Takara

» Faire ses preuves [Arata]
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 12:42 par Yamanaka Jun

» 3/Final. Tristes victorieux
 Sajikan [PV Yuki Kaya] EmptyAujourd'hui à 12:20 par Nihito Meho

Partagez

Sajikan [PV Yuki Kaya]


 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Ven 22 Mar 2019 - 22:01
Si sa nouvelle position de chuunin dans le village de Kiri lui confère moult prérogatives à l’instar de la libre circulation dans les terres de Mizu no Kuni, il est en revanche des obligations qui lui incombent de remplir pour mériter son grade, lequel lui a été attribué assez précocement par rapport aux autres genins de sa génération. Une promotion obtenue en même temps que Kuzan il y a plusieurs mois de cela. Promotion dont il préfère ne pas se vanter, ne voyant dans cette position qu’une façon de mieux servir ce village qui l’a accueilli comme l’un des siens, le Kaminarijin s’efforce de poursuivre ses efforts pour gérer le Clan des Sabreurs en l’absence de Dame Watanabe, trop prise par son rôle de Mizukage pour jouer également son rôle de cheffe de clan.

Qui dit chuunin, dit homme de confiance du village, chargé de jouer le relais la plupart du temps entre les ordres des gradés supérieurs, et le reste du bas de la hiérarchie, les genins – ces derniers essaimant depuis printemps 203. Parmi les activités les moins passionnantes on compte la remise de rapports officiels, le transport de documents importants et la surveillance dans le village, quand celle-ci n’est pas en permanence assurée par la Kenpei, il est toujours utile d’avoir un Kanchi Taipu – un expert en sensorialité pour aider à la vérification des papiers d’identité des étrangers franchissant les portes ou contrôler le havre portuaire, de sorte qu’aucun intrus malveillant ne vienne troubler la paix du village caché.

Ce matin-même à l’aurore, les paupières encore semi-ouvertes de son réveil routinier, il est interpellé par un jounin alors qu’il fait route vers le Palais afin de recevoir son prochain ordre de mission.

« Hey ! Saji-kun ! Pourrais-tu remettre ce rapport écrit à la Saji-kan BWAHAHAHA! P'tin qu'est-ce que je suis drôle des fois. » Décidément, certains haut gradés aimaient donner des ordres sans sourciller et sans faire l’effort de masquer leur oisiveté. Le ton détaché et l'humour approximatif n’améliorant pas les choses, il se retire sans se presser, laissant dans les mains du sabreur masqué le dit document afin qu’il soit rapidement remis au Bras droit du Mizukage.

Maugréant intérieurement à l’abri de son uniforme noir, le Sans-Visage se dirige en silence vers les hauteurs en empruntant les escaliers menant à l’étage supérieur de la Tour du Palais, là où il pourra retrouver le bureau de la Sanjikan, qu’il n’a rencontré qu’une fois, lors de la réunion de crise suite à l’éruption des prisonniers sur le Continent. Il ne s’en souvient que trop bien. Encore fraîchement promu, il avait eu la chance de s’asseoir à la même table que d’autres grandes figures du village, étant obligé de représenter les Sabreurs en tant que porte-parole (muet). Parmi ces personnes il y avait évidemment la Yuki, celle qui ne laisse personne de glace.

La pointe de son pied frôlant le bas de la porte du bureau, sa visière d’acier plantée sur la poignée, il prend une grande respiration avant de s’avancer davantage, remuant les mots dans son esprit, il espérait ne pas les perdre quand il remettrait le document et informerait sa supérieure sur la situation. Trois coups de phalanges sur la porte, annonçant son entrée, il pousse délicatement la porte pour découvrir la pièce simple, plus ou moins rangée. Rien de spécial, si ce n’est la présence de la femme à la crinière dorée dans sa tenue blanche, relevant sa féminité. Un instant de silence, elle ignorait sûrement qu’il ne pouvait parler, ni qui il était, même s’ils s’étaient déjà croisés - à moins qu'elle ait bonne mémoire qui sait. Hésitant d’abord, il croise finalement le regard avec les yeux de Dame @Yuki Kaya pour entamer la communication par télépathie.

« Sanjikan, nous avons reçu des nouvelles de la part du village de Fii. Ils nous remercient encore pour la mission que nous avons menée dernièrement pour éradiquer le culte et vaincre le chef qui est désormais enfermé dans nos Geôles. La reconstruction de leurs habitations, suite au combat qui a eu lieu, est toujours en cours, mais celle-ci avance bien. L’activité économique refait surface, à commencer par l’auberge non loin de là dont la gestion a été reprise par un Fiijin suite à la mort du propriétaire, tué par les cultistes. Les voyageurs peuvent de nouveau circuler en sécurité. Souhaiteriez-vous faire passer un message à leur intention ? » Osant quelques pas, il dépose le dossier rempli des détails sur la mission en question ainsi que le message scriptural du doyen de Fii, daté d’il y a trois jours.

Spoiler:
 

_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Mar 26 Mar 2019 - 23:31

Une nouvelle journée se levait sur la brume, et à la vue de son emploi du temps, cette dernière allait être chargée. Bien que bien remplie, elle savait pourtant qu’elle n’allait pas être très palpitante. Sa vie ressemblait de plus en plus à celle d’une employée de bureau qu’à celle d’une kunoichi accomplie. Vu ses fonctions, c’était une évidence, mais elle essayait tout de même de trouver quelques petits moments pour s’entraîner et garder ses aptitudes au combat. Après tout, une attaque étant souvent par surprise, il faut se tenir prêt à toute éventualité. Il serait facheux de se retrouver face à un redoutable adversaire sans avoir de quoi lui faire face, ce qui ternirait non seulement sa réputation, dans le meilleur des cas, mais aussi celle de la brume en tout entière. En effet, en tant que bras droit du Mizukage, elle se devait d’être un adversaire digne de ce nom.

Bien déterminée à s’entraîner ce soir même, Kaya avait troquée sa « tenue de réunion » qui était un peu plus formelle pour sa tenue de combat habituelle, qui l’était bien moins. Beaucoup plus échancrée, par contre. Enfin, peu de personne lui avait reproché cette tenue, ou en tout cas aucun homme. Enfin bref, elle n’avait à priori plus aucune rencontre de prévue. Un peu de paperasse à faire à droite à gauche, la préparation d’une lettre à envoyer à l’un de ses contacts de Kumo rencontré au tournoi, et puis elle pourrait utiliser de ses jutsus dévastateurs.

Quelques petites heures plus tard, la voilà prête à partir ! Mais au moment où elle allait se lever pour préparer ses affaires personnelles, voilà que quelqu’un toqua à la porte. Maintenant, sérieusement ? Un petit et discret soupir ne put être retenu par la Sanjikan, qui autorisa l’entrée de cette personne via un simple « Entrez. ». La porte s’ouvrit, et elle remarqua alors une tête non pas bien connue, mais qu’elle avait déjà croisée quelque part. Lors d’une réunion. C’était un sabreur, mais son nom lui faisait défaut, ni quel était son grade au sein de son clan d’ailleurs.

« Bonjour, que me vaut votre venue ? Pour pouvez-vous assoir… »

Dit-elle alors que ses pupilles glaciales étaient posées sur le visage de cet homme. Enfin, sur son masque plutôt. L’avantage au final c’est qu’il était toujours reconnaissable, pas comme certaines femmes lorsqu’elles n’étaient plus apprêtées, par exemple. Ses yeux toujours immobiles, elle attendait sa réponse, qui ne vint au final pas comme elle le pensait. Car soudainement, la jolie blonde entendit une voix dans son esprit, ce qui l’étonna dans un premier temps.

Il lui expliquait qu’il venait pour lui parler de Fii. Rien que l’évocation de ce village si atypique lui fit lever les yeux au ciel. Sa seule visite là-bas avait été lunaire, et ça avait probablement été de la même trempe pour lui. Un combat contre le fameux gourou qui sévissait là-bas, une capture, et une reconstruction. Parfait ! Un petit sourire s’afficha cependant sur son visage, cassant son air parfois froid et hautain.

« Voyager en toute sécurité, là-bas, je n’y crois pas encore trop. Enfin, c’est bien moins pire qu’avant, pour sûr. Beau travail, félicitations pour votre mission. »

Dit-elle avant de prendre les papiers qu’il venait de déposer sur son bureau. Elle jette un œil en lisant en diagonale ces rapports, à la recherche d’informations sur lesquelles s’attarder. De ce qu’elle voyait pour le moment, la mission fut un réel succès. Cependant, elle n’avait pas le temps de trop s’attarder sur ces papiers.

« Leur faire passer un message… Hm, probablement. J’aurais juste une question pour vous. Enfin, j’imagine que le handicap visuel est toujours bien présent chez eux. Est-ce qu’ils sont toujours aussi maladroits malgré eux ? Lorsque j’y suis allée, c’était une véritable catastrophe… Ils faisaient du tir à l’arc, et tiraient n’importe où… Enfin, si vous me confirmez que c’est toujours le cas, nous allons probablement les aider à se reconstruire, mais nous allons continuer à éviter de trop collaborer avec eux. Ils sont très gentils, mais leur handicap les rend dangereux pour la brume… »

Elle croise alors ses fines jambes, s’adossant un peu plus confortablement sur son siège.

« Vous avez d’autres sujets à aborder, tant que vous êtes ici, du coup ? Autant en profiter… »


_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Lun 1 Avr 2019 - 22:19
Félicitant son soldat pour sa mission à Fii – ce à quoi Saji répond par un humble hochement de tête, la Sanjikan doute encore que la zone soit suffisamment sûre pour que les passants puissent circuler sans accroc, on parle après tout d’un village d’aveugles qui ne peuvent même pas voir où ils plantent leurs clous, alors comment espérer que leurs charpentes soient suffisamment résistantes pour soutenir le moindre choc ? En a été témoin le Nobuatsu alors qu’il n’était encore que genin, lorsqu’il leur a rendu visite et combattu les cultistes, il a suffi qu’il pose pied sur l’une des toitures avant qu’elle ne s’effondre irrémédiablement sous son poids. Faisant quelques pas en arrière après avoir mis à disposition les papiers sur le bureau, il joint les mains derrière le dos en attendant les questions de la Yuki. Celle-ci fait silence un instant, le temps de prendre connaissance des documents.

« Maladroits ? Pour la plupart d’entre eux oui. Toutefois, le fanatique qui a été à l’origine du culte a semble-t-il formé un groupe de combattants portant des turbans jaunes, en leur prodiguant des enseignements en sensorialité, leur permettant d’écouter leur environnement avec davantage d’acuité. Ainsi ils naviguaient et même combattaient avec quasiment autant d’efficacité qu’un lambda. Même si leur style présentait d’évidentes lacunes – ils restent des paysans, ils nous ont plutôt surpris de par la facilité de leur déplacement et leur aptitude à nous détecter rien qu’à l’ouïe. »

Même s’il est horrible de le reconnaître, en raison des nombreux sacrifices humains qui ont été perpétrés au nom du culte, ce fléau a tout de même apporté un bienfait au village. Un lourd tribut contre un don offert par le gourou, et que les adeptes prenaient pour un cadeau du Zénith qu’ils vénéraient. Pourtant, la Sanjikan semble certaine de ce qu’elle avance en rappelant leur maladresse, peut-être ont-ils évolué depuis afin d’améliorer leur méthode de kidnappings ? Qui sait. Un état des lieux qui contraste avec son souvenir.

Invité à s’assoir, le masqué prend place sur l’un des sièges face au bureau en profitant de l’ouverture accordée par sa supérieure pour lui poser une question lui trottant depuis peu dans la tête. En vérité, s’il est venu ici, c’est aussi dans l’espoir d’obtenir des réponses au sujet de son ami le Yuki. N’ayant plus eu de nouvelles depuis leur dernière mission sur l’île d’Aato – dont il garde encore un affreux souvenir, il craint que quelque chose ne soit arrivé. Que la négociation de sa libération n’ait été retardée avec les autorités de Mizu ou qu’un compromis n’ait pas été trouvé.

« Kuzan. Yuki Kuzan. » Un nom qui serait probablement familier aux oreilles de la reine des neiges. « Nous étions trois ce jour-là, avec Yasei Akane. Peut-être êtes-vous au courant du dossier. Nous poursuivions une forcenée sur l'île d'Aato qui s'est enfuie de la prison de Wasure et a massacré bon nombre de civils dans une maison aux enchères, avant que n'intervienne l'armée du Daimyô, croyant que nous étions de mèche avec elle. Kuzan a tenté de créer une brèche, seul. Il s'est donc fait emprisonner. Suite à cela, nous avons fait notre rapport à Dama Watanabe, qui nous a rassuré sur le fait qu'un envoyé diplomatique négocierait sa libération. Depuis, aucune nouvelle. Sauriez-vous ce qu'il en est de la situation? » Demandé si gentiment, comment pourrait-elle refuser ? Se redressant contre le dossier de sa chaise, il tente de garder une allure décontractée même si de toute évidence, il s’inquiète pour son ami et espère que l’information qu’il souhaite entendre n’est pas classée confidentielle. Kuzan est tout de même un des descendants de cet illustre clan, le même que celui de la Sanjikan.

_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Lun 8 Avr 2019 - 22:19
Les dires du sabreur ne faisaient que confirmer ce qu’elle avait pu apercevoir lors de son passage éclair dans ce village de fous. D’aveugles plutôt. Mais rien n’est plus dangereux qu’un aveugle fou. Mais apparemment, ils avaient évolué grâce à une formation au niveau de la sensorialité, donnée par ce gourou justement. Kaya haussa un sourcil en entendant cette phrase qui la surprit largement. Vraiment, ils arrivaient à faire quelque chose désormais ? A l’époque, ils se repéraient déjà au son, mais c’était vraiment hasardeux. La Sanjikan croisa alors les bras, dubitative face à ce constat qui la contrariait un peu. Ils n’étaient pas si incapables que ça, au final ? Enfin, elle referait un point dès que possible sur ce sujet afin d’approfondir ces nouveaux éléments, afin de définir si oui ou non ils pouvaient être utiles à la brume.

Saji finit ensuite par s’asseoir face à elle, et lorsqu’il évoqua ce nom familier, la jolie blonde haussa un sourcil. Kuzan était effectivement un membre de son clan, et pas le moins joyeux. Véritable boute-en-train, il avait eu un peu de mal à faire accepter son humour à toute la brume, mais ceux qui le connaissaient vraiment arrivaient à faire la part des choses, et surtout acceptaient son humour qui, une fois compris, pouvait en faire rire plus d’un. La seule chose sur laquelle il était difficilement défendable était son rapport à la nudité et aux femmes. Une rumeur disait d’ailleurs que sa cheffe de clan était l’un de ses plus grands fantasmes. Force est de constaté que cette idée est, au mieux, restée au stade de fantasme.

Mais le sujet qu’il amène est bien plus important, car Kuzan manquait à la brume depuis quelques temps. En effet, il s’était fait emprisonner lors d’une mission. Evidemment qu’elle était au courant, mais elle ne pouvait pas traiter tous les problèmes de façon simultanée, et surtout, il y avait toujours un ordre de priorité. Mais ça, ce serait difficilement avouable.

« Hm, Kuzan… Effectivement, j’ai été informée de ce contretemps majeur … »

La diplomate pousse un petit soupir avant de reprendre, signe de son mécontentement quant à cette situation.

« En tant que Sanjikan et cheffe du clan Yuki, ce dossier me tient particulièrement à cœur, vous vous en doutez, mais je n’ai pourtant pas le droit de le faire passer devant tous les autres pour motif personnel. Cependant, nous avons essayé de nouer un contact à ce sujet avec les instances du Daimyo, et il se trouve que ces derniers n’ont pas été très fructueux. Le comportement de notre camarade n’a vraiment pas été de leur goût, et la réputation de Kiri s’en voit entachée. Du coup, la situation est un peu bloquée. Si nous voulons le libérer, de grands sacrifices devront être faits de notre côté, alors en attendant, nous demandons qu’il soit au moins traité de manière honorable le temps de trouver une situation plus propice à la négociation. »

Elle espérait avoir été claire sur la situation actuellement en cours. Il était assez évident que les négociations étaient pour le moment en pause, mais Kaya gardait espoir que dans le futur, ils oublient certains faits qui pourraient rendre la libération plus aisée.

« Enfin, je vous assure, je fais de mon mieux. »

Dit-elle avec un petit sourire amical, avant de croiser ses fines jambes et d’observer le masque du sabreur, qui la gênait particulièrement pour analyser le langage non verbal au niveau de son visage.

« Pendant que nous sommes ici, en tant que sabreur, comment estimez vous actuellement les relations entre les grands clans du village ? Vous n’êtes pas sans savoir que dans le passé nous avons eu quelques différents plus ou moins importants, et j’aimerais avoir votre ressenti personnel sur ce sujet. »

Kaya pensait que les relations étaient vraiment apaisées, mais parfois, en interne, les langues se déliaient, et faisaient savoir que toute cette entente n’était que superficielle…



_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Sam 13 Avr 2019 - 15:57
Accédant à la requête personnelle du chuunin, la magnanime Sanjikan lui confie les récents progrès sur le dossier de Kuzan, l’emprisonné de l’île d’Aato, à savoir que s’il est toujours entre les mains des autorités du Daimyô, les négociations n’ont pas pu encore aboutir, comme il le craignait. Ne transpirant aucune frustration derrière son masque de jais, le shinobi masqué est tout de même soulagé de voir que la diplomate semble plus que sincère dans son discours. Elle tente de faire la part des choses, distinguer le personnel et le professionnel, comme on pourrait s’y attendre du bras droit du Godaime.

Et même si cela l’embête peut-être autant que Saji qu’un proche soit retenu en captivité, elle ajoute que l’image de Kiri a été entachée, ce qui est sûrement vrai ; D’autant que les relations entre Mizu et la Brume ne sont pas au beau fixe, la moindre incartade risque de ré-ouvrir la tension originelle entre eux shinobis et les forces du daimyô. Un facteur que le shinobi muet a pris en compte lorsqu’il a rendu les armes face aux autorités, craignant justement qu’une telle complication ne vienne aggraver leur cas. Malheureusement, son ami Yuki n’a pas eu la même lucidité, chargeant dans la mêlée afin de mettre la main sur la prisonnière, et l’arrêter. Peut-être ne la retrouveront-ils jamais, tout cela à cause d’un quiproquo avec le chef du régiment qui a été dépêché sur place qui pensait qu’ils étaient à l’origine du carnage.

« Merci Sanjikan-sama, j’ai conscience que vous n’étiez pas obligée de me faire part de ces informations. Je saurai les garder pour moi. » En même temps la discrétion est bien la spécialité du Genzou, son interlocuteur ne la connait probablement pas sous ce référentiel propre aux membres du Kyôi. « Savoir que vous mettez tout en œuvre pour le libérer me suffit amplement, vous avez d’autres dossier à traiter aussi, je comprends tout à fait et je ne me permettrais pas de douter de votre investissement. Je ne suis qu’un ami inquiet, voilà tout. » Lui confie-t-il en se détournant du regard plus insistant de la Yuki sur son masque.

Profitant de la présence du Sabreur, elle en profite pour lui poser une question soulignant la relation entre les clans du village. Se faire demander son avis par la diplomate en personne, quel honneur.

« J’ai bien entendu parler des rumeurs des Hyôsa, le « quatrième clan » qui s’efforce de gagner de l’importance vis-à-vis du triptyque Yuki-Sabreurs-Kaguya, des « casseurs » à l’origine de dégradations de bâtiments et des complots laissés sur le chantier de construction du complexe académique dont le projet a été confié à des personnes éminentes du clan Kaguya, qui sont à l’origine de l’initiative, tandis qu’ils contrôlent déjà l’Hôpital et disposent d’un quartier résidentiel réservé à leurs membres. » Seulement des ouï-dire dont il a eu vent grâce à ses collègues gradés, qu’il mitige en faisant preuve d’une pointe de scepticisme. « Mais une enquête récente de la part d’une équipe a récemment prouvé qu’il ne s’agissait que d’une tentative de semer la zizanie, de la part d’un Yuki et d’un Kaguya. Rien ne dit qu’ils ne travaillaient pas isolément pour leurs propres intérêts plutôt que sous l’instruction de leur clan. » Un scandale éclaterait si jamais on apprenait le contraire, mettant à mal l’alliance originelle entre les familles les plus puissantes de la Brume.

« De manière générale, j’ai l’impression que l’union qui faisait autrefois la force des clans de Kiri s’est étiolée avec le temps, qu’elle n’est plus la même que celle qui nous a permis de lancer la Purge de la criminalité. Tous sont retranchés dans les quartiers et le dialogue se fait rare. L’absence de dialogue, c’est souvent ce qui annonce le début des hostilités. » De peur de se montrer offensant, le Sabreur omet volontairement de parler de l’absence de son chef de clan, cantonné à son travail de Mizukage dans le Palais, ce qu’il comprend tout à fait, mais ce qui l’attriste de ne jamais l’avoir rencontré, encore moins avec le fil de l’épée. « Mais je n’ai migré ici qu’il y a quelques mois de cela depuis mon pays natal de Kaminari, je n’ai pas vécu suffisamment ici je pense pour avoir une appréciation très juste de la situation politique de Kiri. » Il marque un temps avant de lui renvoyer la question, ce n’est pas tous les jours qu’on peut connaître l’avis de la Sanjikan en personne. « Et vous, qu’en pensez-vous de la relation entre les clans ? » Bien sûr il n’ose pas préciser les Hyôsa – le clan jumeau et rival des Yuki, même s’il brûle de poser la question ne serait-ce que par curiosité. De crainte de se faire cryogéniser, il se retiendra de demander. « Aviez-vous vécu la Purge, à l’époque où les trois clans se sont unis contre la criminalité ? »

_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Dim 28 Avr 2019 - 1:50

Mettre tout en œuvre pour le libérer n’était peut-être pas exactement ce qui était en train de se passer au niveau des instances de la brume. Kaya fut presque un peu mal à l’aise de le voir si touché par cet événement, dont l’issue paraît plutôt tragique et insolvable. Enfin, ce n’était pas le moment de se montrer pessimiste. Son poste lui avait appris à cacher ses sentiments et autres expressions trahissant ses pensées. De ce fait, elle restait de marbre face à cette dernière remarque, avant qu’il n’aborde un autre sujet très intéressant. Les relations entre les clans, comme demandé.

Ces informations étaient importantes pour elle, car Shiori, bien que cheffe de clan, avait son temps absorbé par son rôle de Mizukage. Et puis parfois, les ressentis du chef n’étaient pas ceux des autres membres, surtout pour un clan au cercle si restreint que celui des sabreurs. Son premier point fut celui des Hyôsa, qui s’imposaient comme le 4e clan majeur de la brume. De part leur aspect glacial, Kaya ne pouvait nier une petite touche de rivalité entre ce clan et le sien, mais il était indéniable qu’ils avaient gagné leur place il y a quelques temps, par la force. Un certain combat contre Hakyo, leur chef…

Cependant, elle haussa un sourcil lorsqu’elle entendait parler de casseurs ayant dégradé des bâtiments Kirijins. Effectivement, cette affaire était vaguement arrivée à ses oreilles, mais le fait que ce soit en fait un Yuki et un Kaguya aux ficelles de ce qui pourrait être un scandale lui fit prendre un air bien plus sévère, fronçant les sourcils.

« Voilà exactement ce qu’il faut éviter… »

Dit-elle, à voix assez basse, avant qu’il continue. Un problème de communication et de cohésion selon lui. Avait-il tort ? probablement pas. Mais tout cela pouvait s’expliquer de façon assez simple, au final. Et bien évidemment, il lui renvoya la question. Elle s’y attendait, mais pourtant, elle devait prendre toutes ses précautions pour ne pas justement provoquer à son tour de tensions à cause de maladresses verbales. Il profita du petit moment de réflexion de la Yuki pour lui demander si elle avait connu la purge. La jolie blonde passa une main dans sa chevelure, faisant passer ces brins dorés derrière son oreille droite, avant de prendre la parole.

« Pour la purge, je l’ai vécue plus que je n’y ai participé. J’étais jeune à l’époque, et ma formation aux arts ninjas n’était pas terminée. En plus, j’ai été très … protégée, durant ma jeunesse. M’envoyer au front, même si j’en était capable, n’était pas acceptable. Je n’ai jamais compris pourquoi, les Yukis ne sont pas une monarchie, pourtant. Aucune couronne ne m’était dédiée. »

Elle pousse un petit soupir, avant de se concentrer pour parler du sujet principal : les clans du village.

« Cette union est peut-être moins forte que dans le passé, mais pourtant je suis certaine que dans les moments importants, nous sommes capables de mettre de côté notre égo et de nous unir à nouveau face à une menace qui le demande. Je suis néanmoins d’accord avec ce manque de communication. Après tout, nous nous parlions bien plus souvent quand il y avait des conflits entre les clans. C’est terrible à admettre, mais c’est la vérité. Mais typiquement, ce que vous venez de dire à propos de l’enquête peut être grave. Les rancœurs sont rarement enterrées très profondément, et certains n’attendent que cela pour déverser leur haine. Que ce soit dans mon clan ou ailleurs, il y a forcément des rancuniers. Notre rôle est de les canaliser. »

Elle prend un petit temps de pause et décroise ses fines jambes pour les croiser à nouveau, mais dans l’autre sens.

« L’arrivée des Hyosa ajoute une touche de confusion supplémentaire en plus. Nous avons au final assez peu d’antécédents avec eux, et du coup, la méfiance est de mise. Nous ne pouvons pas anticiper facilement leurs réactions ou savoir leurs désirs intrinsèques. Un autre problème que cela apporte est la parité du nombre de clans majeurs. L’avantage quand on est trois, c’est qu’il y a forcément un parti qui tranche, pas d’égalité possible… D’ailleurs, depuis que Shiori est à la tête du village, vous avez remarqué une baisse de sa présence au sein du clan, j’imagine… ? Cumuler les rôles n’est peut-être pas une bonne idée, et je parle pour moi aussi. »


_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Dim 12 Mai 2019 - 23:54
Mieux que de lire l’histoire de Kiri dans les livres, voilà l’opportunité pour Saji de l’apprendre par le prisme de la cheffe de clan, ayant elle-même été présente lors de la fameuse Purge ayant permis l’union entre les trois clans fondateurs, à l’aube de la création du village de la Brume en l’an 198. Les exégèses sur ce pan de l’histoire kirijine sont nombreuses, ainsi le Nobuatsu trouve-t-il cela plus authentique et enrichissant de s’enquérir auprès d’elle, et ne se faisant pas prier, la diplomate accède à la requête du sabreur muet en lui expliquant qu’elle était encore jeune à ce moment-là, que sa condition était pour le moins particulière puisqu’elle appartient à la noble lignée des Yuki. Protégée malgré elle, son appartenance clanique lui défendait de se mettre en danger, aussi ne peut-elle relater exactement des faits qui se sont déroulés au front, mais seulement donner un aperçu de l’arrière.

Il faut miser sur ce legs qui a fait la force de la Brume, car si la hache de guerre est enterrée depuis quelques années, une guerre civile peut survenir à la moindre étincelle, à la moindre tension. Le manque de communication criant actuellement, l’absence de réunion empêche la coordination. Sans celle-ci, l’union entre les clans reste fragile, instable, perpétuellement menacée par les forces discordantes et les rumeurs fragilisant à l’usure l'édifice social de la Brume.

Vient la question bien plus épineuse des Hyôsa, et la Dame de glace ne cache pas sa méfiance vis-à-vis de ses cousins des terres enneigées d’outre-mer, loin de là. Leur rivalité est bien connue et au lieu de suivre des virages elle touche droit au but en soulevant un point important : l’incertitude du facteur humain, les convoitises de tout un chacun. Ne faisant pas partie des trois clans fondateurs, les Hyôsa se sentent marginalisés par rapport au reste des familles arrivées avant eux, et même considérés par la plupart comme « mineurs ».

Un autre clan où le chef est absent, celui des Sept Sabreurs. La Yuki étant la mieux placée du village pour parler de la Mizukage dont elle est la conseillère, elle évoque la question du cumul des postes, qui peut être nuisible à la bonne gestion des clans ou des unités. Le muet se souvient que son intégration au sein de la confrérie s’est faite de façon plutôt discrète et irrégulière, sans avoir été accompagné par un Sabreur pour l’Epreuve des Lames mais par un Kaguya qui l’a aidé à faire ses premiers pas. Peu à peu, après qu’il ait obtenu le grade de chuunin, il est devenu le fameux porte-parole muet après qu’il ait été convié à la réunion de crise pour discuter de Wasure.

« Dame Watanabe notre Mizukage, j’avoue que je sais très peu de choses à son sujet, si ce n’est qu’elle est une grande guerrière, qu’elle a participé à la défense du village lors de la dernière attaque de Nuke-nin, tous ses exploits racontés par les saltimbanques… Je n’ai pas eu vraiment d’occasion de la rencontrer, mais je comprends qu’elle est très occupée. »

A se demander si elle a encore une vie personnelle à côté de son travail de kage, mais le chuunin ne se permettra de poser une telle question devant la Sanjikan, la conseillère de l’Ombre.

« Mais c’est le cas aussi pour vous n’est-ce pas ? Vous êtes la Sanjikan en même temps que la cheffe du clan Yuki, et pourtant vos responsabilités ne semblent pas vous contrar-… »

Il s’interrompt, réalisant que ce qu’il dit pourrait être mal compris.

« Ce que je veux dire, c’est tout simplement que vous semblez mieux gérer la « double casquette », mieux que la Godaime par exemple. Qu'on aperçoit beaucoup moins. Était-ce le cas pour les précédents Mizukages? »

_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

 Sajikan [PV Yuki Kaya] Empty
Hier à 18:57

Quelle fut la surprise de la Sanjikan lorsque le sabreur qui se trouvait en face d’elle avoua en savoir peut sur la Mizukage et cheffe de clan. Au point qu’elle haussa un sourcil pour montrer son étonnement. Elle avait du mal à concevoir cette notion. Comment pouvait-il ne pas la connaître, elle qui était passée par tous les échelons de la hiérarchie du village… ? Et puis, soudainement, elle eut une prise de conscience. Son avis était biaisé, clairement. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’elle connaissait Shiori depuis longtemps, et qu’elles s’étaient côtoyées à de multiples reprises bien avant qu’elle soit cheffe de clan et même Mizukage.

« Ah… Vous m’envoyez navrée… Mais je n’avais pas conscience de ce problème, je vais être honnête avec vous. Ce que je peux vous confirmer, c’est qu’elle est une guerrière hors pairs, et que ses faits d’armes parlent d’eux-mêmes… »

Puis il ajouta la comparaison avec Kaya qui se trouvait face à lui. A vrai dire, la comparaison, elle était déjà en train de la faire dans ses réflexions, et cette perspective la terrifiait. Elle n’était clairement pas la mieux placée pour évaluer si elle arrivait à gérer les deux casquettes, il faudrait demander aux membres de son clan ainsi qu’à Shiori et aux membres de son équipe. Son regard se fit vide pendant quelques courtes secondes, lorsqu’il se reprit pour ne pas avoir l’air malpoli. Mais finalement, les pupilles glaciales de la Yuki revinrent sur ce masque, et elle croisa ses fines jambes, montrant pour les mentalistes une posture un peu plus fermée.

« Je … Je crois que je ne néglige pas mon clan, enfin, je ne crois pas. Parfois, le problème principal est que l’on ne s’en rend pas forcément compte et que personne n’ose vous le dire. »

Elle pousse un petit soupir, visiblement travaillée par cette possibilité.

« Vous dire que j’ai beaucoup de temps libre serait mentir, mais j’essaye au mieux d’accorder mes tâches pour avoir du temps à consacrer au village et à mon clan. J’espère ne pas vous mentir, et à vrai dire, cette perspective m’effraie. Pour la Godaime, elle est très prise, c’est une évidence. Nous avions déjà eu un Yuki aux commandes du village. Le Nidaime Mizukage pour être exacte. Un shinobi remarquable, mais qui ne gérait pas notre clan. Eiichiro était aux commandes à cette époque, qui fut bien sombre à cause d’un conflit d’intérêt entre les deux hommes… »

A ce moment, ses paroles étaient plus une réflexion à haute voix plutôt qu’un exposé clair et préparé sur le sujet.

« Pour Hyosa Hakyo, je suis incapable de vous dire comment se passait la vie interne de son clan. Mais il avait la double casquette… »

Elle fait une petite moue avant de poursuivre.

« En fait, je n’ai pas d’expérience personnelle à ce sujet, du coup. Mais il est vrai que c’est à se demander si ce rôle ne devrait pas être exclusif. Ou alors, si on veut garder la double casquette, il faut savoir déléguer un maximum afin de dégager du temps pour son clan. C’est ce qui me parait être la meilleure solution. Mais vous savez, certaines personnes ont du mal à déléguer… »


La jolie blonde attrape alors de quoi écrire, et se fait alors une petite note qu'elle ne dévoile pas plus que ça.

« J'imagine que votre ressenti est le même pour la majorité des membres de votre clan...? »


_________________
 Sajikan [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Sajikan [PV Yuki Kaya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: