Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Croiser le fer sous l'orage [Chiwa Aimi]
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 15:03 par Chiwa Aimi

» The Color of Victory
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 14:40 par Suzuri Takara

» Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 14:34 par Borukan Muramasa

» [Mission Rang C/Libre/Iwa] A la force du bras
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 14:25 par Oterashi Yanosa

» Le choc des cultures [PV : Benzaiten]
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 14:22 par Kaguya Benzaiten

» 09. Demandes de Succès
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 13:40 par Chôkoku Tomoe

» 03. Changer de zone
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 13:10 par Chôkoku Tomoe

» Récupérons les trésors !
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 12:53 par Suzuri Takara

» Faire ses preuves [Arata]
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 12:42 par Yamanaka Jun

» 3/Final. Tristes victorieux
Prendre le thé [Yamiko] EmptyAujourd'hui à 12:20 par Nihito Meho

Partagez

Prendre le thé [Yamiko]


Prendre le thé [Yamiko] Empty
Sam 30 Mar 2019 - 18:26

Ayant fini ses préparatifs, le Meikyû scella tous les objets avec lesquels il avait voyagé dans un sceau assez pratique qui lui permettait de conserver les objets importants dont il avait besoin. Ainsi, les préparatifs pour son départ étaient prêts. Levant les yeux une dernière fois pour contempler la forêt, il soupira légèrement en se disant qu’il n’allait probablement pas revoir ce paysage avant longtemps. Malgré tout, ce qui le dérangeait le plus était surtout qu’il avait l’impression d’avoir failli à la tâche, un type de sensation assez particulier, mais tout de même normal.

Se promenant dans la forêt en route vers la ville, il s’arrêta dans ce qui était l’équivalent d’un apothicaire. Vendant des herbes de tous types et de tout genre, il acheta quelques feuilles de menthe afin de faire du thé. À vie, il n’avait jamais eu l’occasion de goûter à des arômes aussi prononcés et intenses. Même le thé Sado de Kumo n’avait su rivaliser avec ce goût intense de menthe auquel il avait justement eu droit.

Dans tous les cas, une fois la transaction complétée, il retourna à l’endroit qui servait de campement Kumojin afin de se détendre un peu avant son départ final. Si une partie de lui était partie dès la fin de sa mission, il avait toutefois besoin de parler à Sazuka. La rencontre avec la Suzuri s’était révélée excessivement intéressante au point qu’il ressentait le besoin et désir intense d’aller à Kaze pour confirmer ses théories. Malgré tout, il se devait d’avoir l’approbation de Sazuka sachant qu’il devait au moins y avoir un haut gradé en compagnie du groupe. Autrement, il était facile de voir des gens comme Yamiko partir en couille.

Parlant d’elle, se sentant légèrement épié, le Meikyû utilisa ses aptitudes en sensorialité pour prolonger ses sens et finit par reconnaître une empreinte chakratique assez particulière qui le poussa à sourire. Tandis qu’il finissait la préparation du thé, il décida de parler ouvertement sans même se retourner :

-Tu veux du thé Yamiko ?

Ses sens ne le décevraient plus jamais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Mer 3 Avr 2019 - 22:56
Quelques jours s'étaient écoulés depuis tes retrouvailles, par le plus grand des hasards, avec Senkû lors d'une escapade avec Simba dans la forêt alors que tu étais sur le point de craquer à force de tourner en rond dans la ville. Votre rencontre avait été riche en découverte sur le Yaoguaï mais aussi sur toi-même.

Tu avais appris que Senkû était originaire d'Hayashi, qu'il n'était plus au service d' Iwagakure no Sato et, pour une raison que tu ignorais mais que tu devinais être liée à son départ du Pays de la Roche, le Sauvageon semblait entretenir aujourd'hui une haine profonde envers les Villages Cachés. Tu aurais dû certainement lui demander le pourquoi de cette exécration qui l'animait si viscéralement mais, fidèle à ton être qui n'aimait guère s'immiscer dans les affaires d'autrui, tu avais préféré ne lui poser aucune question. Mais, pour la première fois de ton existence, tu regrettais de ne pas t'être mêlée plus de la vie de quelqu'un. Tu avais le sentiment d'avoir raté l'opportunité de mieux connaitre cet homme qui avait réussi à faire battre ton cœur que tu croyais jusqu'à présent être fait d'acier.

Malgré tous les efforts pour essayer de le chasser de ton esprit, tu ne parvenais pas à oublier le Yaoguaï et ce tout en étant pourtant persuadée que jamais vous ne seriez ensemble. En effet, malgré la réciprocité de vos sentiments, vous vous êtes quitté après un adieu, chacun préférant se concentrer sur ce qu'il avait à faire plutôt que de s'engager dans une liaison qui pourrait devenir un frein à l'accomplissement de votre dessein respectif. Malgré la tristesse qui semblait voilé ton faciès présentement, tu ne regrettais pas cependant ce choix car tu n'étais pas prête à aimer ouvertement ni à partager ta vie avec quelqu'un.

Cherchant à s'occuper dans l'espoir de pouvoir penser à autre chose, tu commences à remballer les quelques affaires que tu avais amené pour votre expédition qui s'avérait être un échec. Tu n'avais pas connaissance du pourquoi du comment et le savoir ne t'intéressait pas. Tu avais reçu l'ordre d'être prête à partir et tu t'exécutais sans te poser de question.

Alors que tu étais en plein rangement, tu tombes sur un rouleau que tu avais presque oublié d'avoir amené. Celui-ci contenait une technique que malheureusement tu ne pouvais pas apprendre, n'ayant pas la prédisposition pour, mais, sachant qu'un membre de votre expédition pourrait par contre la maitriser, tu l'avais alors jeté dans tes affaires sans pour autant penser à offrir celui-ci à cette personne.

Tu mets le parchemin de côté, le temps de finir de préparer tranquillement tes affaires. Chose qui ne t'avais pris que quelques minutes car tu n'avais amené que le stricte nécessaire. Une fois ton bagage prêt, tu attrapes le rouleau puis tu pars à la recherche de Raizen commençant à l'endroit où tu pensais le retrouver. Et tu avais vu juste, le Meikyû était bien là, en train de préparer du thé. Chose qui te surprenait un tantinet venant de cet homme mais n'ayant aucune envie de le chercher, contrairement à votre dernière rencontre, tu ne pipes mot. Tu te contentes de t'installer en tailleur à même le sol autour de la table basse sur laquelle tu déposes le parchemin que tu avais apporté avec toi.

>> Tu n'aurais pas du saké plutôt ? Fais-tu d'une voix anormalement calme et presque doucereuse …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Sam 6 Avr 2019 - 5:28

Sans quitter ses yeux du thé, il devait avouer être surpris par le calme et la douceur qui se lisait à travers les paroles de Yamiko. Contrastant totalement avec ce à quoi il avait eu droit par le passé, il se doutait bien que quelque chose clochait ou qu’elle traversait fort probablement quelque chose qui la laissait pensive. Agissant littéralement comme Asami, le Meikyû eut une légère impression de déjà vu qui le rendit stoïque le temps d’un moment avant qu’il ne revienne à la réalité.

L’alcool était une compagne bien souvent appréciée, mais tout aussi dangereuse que l’appréciation qu’elle pouvait procurer. Elle n’hésitait jamais à reprendre ce qu’elle avait donné en pire. Représentant totalement une arme à double tranchant, il hésitait vraiment à lui offrir la possibilité d’avoir accès à un tel traitement de faveur. Après tout, ils étaient indirectement en mission et la dernière fois qu’il avait bu avec quelqu’un...

-La dernière personne avec qui j’ai partagé un verre a essayé de me frapper avec une table et est devenue saoule après son premier verre. La dernière personne après elle...

Une longue pause plana tandis qu’il se souvenait de son aventure avec Kaya. Ainsi, il laissa un délicat sourire planer sur ses lèvres tandis qu’il se concentrait uniquement sur le thé qui atteignait tranquillement, mais surement une chaleur intéressante.

-Et l’autre d’avant me faisait plutôt penser à toi. Nul besoin de dire que le dénouement a aussi été particulier.

Levant finalement le regard sur Yamiko, il parlait probablement déjà trop pour elle. Étrangement, il avait la vague impression que trop parler n’était pas ce qui était nécessaire. Pour une fois, il préféra garder la myriade de paroles qu’il aurait pu mitrailler en sa direction pour lui-même. Au contraire, il regarda brièvement le parchemin qu’elle portait avant de lui renvoyer la balle dans son camp.

-En quel honneur devrions-nous boire Yamiko ?

Lui posant une question assez brève, il arqua un sourcil tandis qu’il attendait une réponse de sa part. Étrangement, il était prêt à faire exception si elle arrivait miraculeusement à le convaincre que c’était une bonne idée. Après tout, il avait lui-même convoité cette possibilité afin d’alléger sa conscience et son esprit beaucoup trop actif ces derniers temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Lun 8 Avr 2019 - 13:26
Tu esquisses un léger sourire malgré toi face aux propos du Meikyû alors que tu imaginais parfaitement la scène.

>> Tu l’avais certainement mérité cette table, finis-tu par lâcher avec sérénité malgré la rudesse de tes propos et tout en fixant l’homme s’affairer à la préparation du thé.

Une scène que tu trouvais de plus étrange n’en revenant pas à ce que Raizen s'attelât avec autant d’application à cette activité que toi-même tu refaisais pourtant de faire, jugeant que celle-ci était fort futile. La vieille Metaru chez qui tu étais hébergée au sein de Kumogakure no Sato t’avais initié de force à la préparation du thé ; croyant sans doute que cette activité aurait un effet bénéfique sur toi mais il n’en était rien. Certes, tu étais désormais capable de préparer un thé presque à la perfection, en y mettant de la bonne volonté, mais cette maîtrise n’avait rien changé en toi.

>> Il faut plus qu’un verre pour me faire perdre la raison et puis … si je venais à te sauter dessus, je n’ai aucun doute que tu sauras m’arrêter, ajoutes-tu calmement et telle une affirmation.

Tu supposais que la seconde personne, celle qu’il te disait te ressembler, lui avait fait des avances. Chose qui t’arrivait également lorsqu’un mâle à ton goût était présent lorsque que tu étais ivre. Effet secondaire du liquide pervers qui t’avait déjà mis dans la couche d’un homme avec qui tu n’aurais pourtant jamais couché en étant sobre. Depuis cette mésaventure, tu évitais de boire à l’accès en étant en présence d’un ou des êtres indésirables.

>> Je n’ai pas dit que je voulais boire avec toi, fais-tu avant de marquer un bref silence et d’ajouter sur un ton empreint de lassitude. Sers-moi donc un peu de ce thé si tu ne veux pas me servir de l'alcool ! Et puis, il doit être aussi bon que le saké avec tout l’amour que tu as mis dans sa préparation.

Tu te sentais étrangement mieux bien que tu ne fusses pas venue voir le Meikyû pour chercher du réconfort. Il n’était certainement pas la personne qu’il te fallait pour ça et pourtant lui parler semblait effacer peu à peu ta morosité …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 14:05

Le Meikyû avait rarement vu Yamiko dans un tel état. Même si certains tics ou certaines réponses être typiques de sa personne, elle dégageait un calme assez important. Réalisant ainsi qu’elle avait possiblement un côté qu’il ne connaissait pas, le Meikyû se contenta d’un léger sourire tandis qu’il continuait de travailler son thé.

Étrangement, il avait soudainement l’impression d’avoir plus d’affinités avec cette personne mystérieuse qu’était Yamiko sans trop l’être. Était-ce une question de circonstance ou était-ce lié à ce qu’elle dégageait ? Dans tous les cas, ce n’était pas important. Il fallait vivre le moment comme il venait lorsqu’il venait.

-Pour te rassurer, je ne méritais pas la table, mais la suite des choses si.

Terminant sur de brèves phrases, il n’avait pas l’impression que la noyer sous ses monologues et longs dialogues usuels serait la bonne manière d’interagir avec elle pour le moment. Au contraire, il avait surtout l’impression qu’il risquait de la perdre tandis qu’elle cherchait un partenaire pour partager sa solitude. Bien qu’elle ne démontrait aucun signe d’avoir besoin de Raizen d’une quelconque manière, il n’avait pas non plus l’impression que sa présence lui déplaisait.

-Comment vas-tu Yamiko ?

Posant une question simple et brève, en aucun cas il ne la regarda. Au contraire, on aurait presque dit pendant quelques secondes qu’il évitait tout contact visuel avec celle-ci. Or, c’était loin d’être le cas. Si on veut, il était simplement dans une situation où il n’avait pas l’impression de devoir la regarder pour qu’ils se comprennent.

Entre temps, il activa un sceau qui libéra deux verres à thé. Le fuinjutsu et l’art du scellement étaient fortement très utiles en combat, mais il aimait aussi l’utiliser dans sa vie de tous les jours, comme quoi certaines choses ne pouvaient être isolées dans un cadre précis. Ainsi, le shinobi poursuivit en versant le liquide chaud dans les deux verres d’une main de maître. Ayant infusé depuis un bon moment, il savait très bien ce qu’il faisait. Ayant appris cet art à un très jeune âge à Kaze, la résultante ne pouvait qu’être agréable.

-Ou plutôt, je devrais te demander : que comptes-tu faire maintenant que notre mission à Hayashi est terminée ?

Changeant tout de suite l’angle de sa question, il ne se préoccupait aucunement de la manière dont elle se sentait. Un état d’esprit était très court terme tandis qu’une vision était long terme. Ainsi, il était curieux de voir quels étaient ses plans pour le futur, ni plus ni moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Mar 16 Avr 2019 - 11:08
La suite des choses dont énonçait Raizen était certainement un combat comme ça avait été l’enchainement de votre premier contact. La possibilité d’une réconciliation par un entrelacement de deux corps au lieu d’échange de coups effleurait également ton esprit perverti mais tu optais plutôt pour la première option.

Tout en suivant la scène que t’offrait le Meikyû alors que celui-ci faisait apparaître deux tasses via un parchemin, tu te disais que c’était vraiment pratique le fuinjutsu. Voir le jônin à l’œuvre attisait de plus en plus ton envie de maîtriser cet art qui semblait être fonctionnel aussi bien en usage dans la vie courante qu’en combat, au vu de la performance de Raizen lors de votre affrontement. La maîtrise des sceaux du Meikyû était vraisemblablement beaucoup plus avancée que celle de Kenshin et pourtant lui quémander de t’initier à de cet art ne te traversait même pas l’esprit. Certainement parce que tu préférais être formée par ton « cousin » que par cet homme en qui ta personne ne semblait pas être prête à faire entièrement confiance. En effet, malgré la gentillesse qu’il semblait faire preuve, le Meikyû dégageait quelque chose qui poussait intérieurement ton être à la méfiance.

Tout en te servant du thé, Raizen te pose une question qui t’étonne un tantinet mais il se rattrape vite en reformulant son interrogation que tu trouves cependant tout aussi indiscrète que la précédente. La question du Meikyû était certes de plus banale mais ton être n’aimait guère parler de lui – ni d’autrui d’ailleurs – alors tu jugeais le moindre interrogatoire à ton égard plus ou moins importun.

>> Je vais rentrer à Kumo et retrouver mon train-train quotidien.

Les bonnes manières exigeraient sans doute à ce que tu demandes au Meikyû ce qu’il comptait faire lui aussi mais son projet ne t’intéressant aucunement alors tu te contentes de laisser planer un léger silence avant de poursuivre sur un autre sujet qui t’effleurait soudain l’esprit.

>> Tu ne t’ennuies pas trop dans la Police ?

Une question subtilement détournée afin de savoir s’il y avait de quoi faire dans cette organisation dont tu savais que le Meikyû était membre, l'ayant déjà vu avec le fameux brassard. Tu aimerais intégrer cette entité dans le seul but de tuer l’ennui qui commençait à te ronger tout doucement au sien de Kumogakure no Sato. Les quelques missions qu’on t’attribuait ne te suffisait plus. Tu étais une femme d’action. Tu avais besoin de t’occuper et autrement qu’en traînant dans un bar ou à coucher avec tes amants. A ce rythme, ta vraie nature finirait par prendre le dessus or ce n’était pas encore le bon moment pour révéler ton vrai visage ; même si tu n’avais jamais essayé réellement de dissimuler celui-ci. En effet, en aucun cas tu avais prétendu être une gentille fille, bien au contraire, tu faisais savoir que tu n’étais pas une personne à fréquenter. Beaucoup savaient donc que tu n'étais pas un ange mais tes bonnes actions au sein du Village tendaient à leur faire oublier ton mauvais côté. Et en rentrant dans la Police, tu allais certainement entretenir cette image positive de toi, même si-là ne serait que comédie …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 4:56

Ne réagissant aucunement face à sa réponse brève, le Meikyû pouvait clairement voir qu’elle n’avait pas forcément trouvé ce qu’elle cherchait à Hayashi. Semblant être connoté d’une puissante ennuie ou d’une certaine dose de nostalgie, il se demandait si elle s’ennuyait de Kumo ou plutôt du confort que lui procurait sa routine. En effet, bien souvent, les gens n’aimaient pas les environnements différents, ce qui pouvait être assez perturbant dans bien des cas. Quoi qu’il en soit, le Meikyû venait de finir de verser le thé. Quelle ne fut sa surprise lorsqu’elle fit mention d’ennui et de police dans la même question. Travailler était-il un divertissement pour elle et le plaisir devait-il forcément être présent dans un métier ?

-C’est une bonne question.

Se levant pour venir se positionner à côté de Yamiko, il lui fila un verre de thé avant de s’adosser contre une roche. Si ce changement de position pouvait totalement briser la séparation qu’il y avait entre les deux, il en profitait aussi pour s’imposer dans sa zone de confort. N’ayant pas froid aux yeux, il l’initiait indirectement à ce qu’il la sorte de sa zone de confort avec sa réponse.

-La vraie question est : est-ce que mon emploi devrait être amusant ?

Souriant légèrement, il porta son verre à ses lèvres avant de savourer soigneusement l’arôme. Laissant les multiples effluves se déverser dans ses narines, il inspira soigneusement le tout afin de se détendre avant d’en consommer le contenu.

-Tout emploi devient ce que tu veux qu’il devienne. Dans le cas de la police, j’ai l’opportunité de pouvoir débattre, négocier, combattre, protéger, enquêter et faire ce qui me semble le plus judicieux. Ça rassemble un bel ensemble de choses que j’aime faire de manière générale, surtout pour la partie impliquant les négociations et discussions.

Lui faisant un léger clin d’œil face à cette remarque, le Meikyû se doutait que cette question n’était pas anodine. Or, qu’est qui l’avait mené à vouloir en savoir davantage.

-Ensuite, même si le travail de policier peut sembler aisé et ennuyeux, il est beaucoup plus vif et animé qu’il n’en a l’air. Ensuite, ce n’est malheureusement pas fait pour tout le monde.

Levant les yeux pour venir la regarder, il ne lui retourna pas non plus la question, comme quoi si elle voulait en savoir davantage, elle allait devoir faire l’effort de parler. Laisser quelqu’un sur sa faim de la sorte était une torture comme une autre. Toutefois, il n’avait aucune retenue à le faire compte tenu du lien éclectique qu’il développait avec la jeune de métal. Intéressant dans cette discorde qui n’en était pas une, le Jonin finissait toujours par apprécier les courts échanges qu’ils avaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 11:54
>> La vraie question serait plutôt : pourquoi s’engager dans un métier qui n’apporte le moindre plaisir ?

Si tu désirais intégrer la Police, ce n’était pas uniquement pour tuer l’ennui mais tu pensais surtout pouvoir t’y amuser un tantinet. Chasser des criminels pourrait très bien te plaire. Après tout, cela n’avait rien de tellement différent de ce que tu faisais avant d’intégrer Kumogakure no Sato. Même si à l’époque tu étais plutôt une délinquante qui en arrêtait d’autres dans l’intérêt d’une organisation criminelle.

Tu prends le temps de déguster un peu du thé que le Meikyû t’avais servi. Tu trouvais le breuvage plutôt délicieux bien que tu ne fusses pas une adepte de celui-ci. Tu t’abstiens cependant de féliciter celui qui l’avait préparé car il n’était pas dans tes habitudes de faire des louanges ; à moins d’y voir un intérêt quelconque or ici, tu n’avais rien à gagner en faisant l’éloge du talent dans la préparation du thé de ton interlocuteur.

>> Il est vrai que je ne t’arriverai pas à la cheville en négociation ni en discussion.

Baliverne. En vérité, avec de l’effort et de la bonne volonté tu étais capable de te montrer fine négociatrice et d’une éloquence assez remarquable. Certes, tes propos seraient farcis de mensonges - comme présentement - mais un bon menteur se révélait souvent bien plus efficace qu’une honnête personne.

>> Je suis d’ailleurs étonnée que nous ayons échoué dans notre mission dans ce pays alors que tu étais parmi les négociateurs.

Tu descends de nouveau quelques gorgées du liquide fumant après cette remarque qui sonnait comme un pique à l’encontre du Meikyû. Tu savais pourtant que même les meilleurs pouvaient échouer. Tu étais bien placée pour le savoir car jamais tu n’avais imaginé que ton ancien parrain tomberait si facilement un jour et face à l’un de ses propres subordonnés.

Ton geste se suspend alors que tu sirotais dans ta tasse face au clin d’œil que t’adresse ton compagnon de thé. Tu commençais certes à apprécier sa compagnie mais tu ne tenais pas à ce qu’il devienne trop familier avec toi.

>> Tu insinues que je ne suis pas faite pour le métier ?

Tu n’étais pas bête pour ne pas comprendre le message caché sous les derniers propos de Raizen et le clin d’œil qui les avait accompagné. Le Meikyû n’étant pas un sot, il avait sans doute compris que tu n’avais pas abordé le sujet sur la Police juste pour alimenter la conversation. Le jônin avait de toute évidence compris que tu t’intéressais à cette unité …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Ven 19 Avr 2019 - 20:20

Yamiko en venait finalement à approfondir le vrai sujet principal qu’elle voulait aborder depuis le début. Entamant le tout en ramenant sur la table une situation trop récente pour ne pas être douloureuse, il admirait toutefois sa capacité à être totalement franche dans sa pensée. N’hésitant en aucun cas à dire des choses qui pouvaient choquer les plus sensibles, elle allait droit au but même dans une situation durant laquelle il était possible qu’elle n’aime pas la réponse qui lui serait adressée.

Effectuant un court soupir, il eut ensuite un léger sourire tandis qu’il buvait la fameuse mixture. Laissant ses sens flirter avec l’arôme léger et l’effet apaisant que pouvait lui procurer le thé, Raizen venait d’atteindre plus ou moins le summum de la relaxation.

-Certaines choses sont une question de temps et d’autres ne peuvent être changés. Donc, l’échec d’aujourd’hui n’est pas forcément l’échec de demain.

Tournant la page sur la négociation d’une brève phrase, il posa lentement son regard sur celle-ci, osant soutenir son regard curieux. D’un air complice, le Meikyû s’aventura sur les sentiers de l’information, sans pour autant trop en donner. Sinon, ce serait beaucoup trop facile.

-Concernant le métier, avant même de répondre à cette question, je préfère t’en poser une : Quelle est ta perception et ta vision de la police et de son rôle ?

Ne prenant pas la peine de lui donner en avance les réponses que tout le monde connaissait et qui étaient écrites dans le guide du parfait policier, il voulait savoir comment elle percevait cette organisation et comment elle saurait l’aider, la faire grandir et la faire évoluer. Lui donner ouvertement la réponse et le lui imposer serait un respect du protocole, mais beaucoup trop faux pour être utile.

Effectuant ainsi un test dérivé comme celui qu’il avait fait pour Yahiko, Raizen espérait qu’elle comprendrait que le test avait déjà commencé, et ce depuis longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Mer 24 Avr 2019 - 12:08
La question du Meikyû confirmait le fait que celui-ci avait effectivement compris que tu t’intéressais à l’unité policière. Il était donc naturel qu’il cherchât à savoir ta position vis-à-vis de la police. Mais, bien que tu t’attendisses à la question du jônin, tu ne peux t’empêcher de laisser échapper un soupir avant de répondre sur un ton toujours aussi serein bien que la situation ne te plaisait guère.

>> Je n’ai jamais réfléchi à cette question … Je n’ai aucune opinion à donner sur cette organisation. Me positionner serait donc te mentir.

Tu n’avais en effet aucune position vis-à-vis de la Police. Elle était là et tu vivais avec sans la maudire quant bien même tu avais déjà eu maintes fois de problème avec cette entité. Pour toi, ses membres n’avaient fait que leur travail alors que toi tu avais juste récolté le fruit de tes agissements. Des conséquences de tes actes que tu avais acceptées et sans regret. Tu ne les applaudissais pas pour leur travail mais tu ne les blâmais pas non plus.

>> Disons que je ne suis ni pour, ni contre la Police mais je suis consciente qu’elle est utile pour la sécurité des agneaux contre les quelques loups qui s’invitent dans bergerie.

Tu prends le temps de descendre tranquillement quelques gorgées de ton thé avant de poursuivre, fixant Raizen dans les yeux cette fois.

>> Pourquoi ne me demanderais-tu pas ce que tu veux savoir exactement ? … Va droit au but ! Je te répondrai avec sincérité.

S’il avait bien une qualité que tu pouvais se vanter de posséder c’était bien la franchise. Chose qui pouvait se révéler aussi être un défaut car souvent celle-ci blessait. C’était sans doute d'ailleurs pour cela que tu te montrais si directe. Bien sûr, cela ne voudrait pas dire que tu ne savais pas mentir mais dans la situation actuelle, tu préférais jouer cartes sur table. Tu avais le pressentiment de pouvoir tout dire au Meikyû qui, de toute façon, ne manquerait certainement pas de fouiller dans ton passé si jamais il désirait en savoir plus sur toi …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 3:33

Se contentant d’une réponse qui était loin d’être surprenante, le Meikyû commençait tranquillement à comprendre plus en détail quel genre de personne était Yamiko. L’ayant déjà partiellement cerné, il se retint un sourire lorsqu’elle lui demanda d’être plus direct. Or, chaque chose venait en son temps. Ne pas en parler maintenant ne signifiait pas qu’il ne comptait pas le faire, simplement que ça ne faisait pas partit de ses plans dans l’immédiat, ni plus ni moins. Cette notion demeura véridique jusqu’à ce qu’elle donne son opinion, étape nécessaire pour qu’il franchisse le cap nécessaire afin d’aller droit au but. Tout comme pour Yahiko et son recrutement, Raizen avait eu besoin de cumuler le plus d’information possible afin de poser un statut et de révéler ses doutes. Elle en ferait ce qu’elle voudrait, mais c’était tout de même une étape importante et nécessaire au bon déroulement du processus global.

-Toutes les questions que je pose ont un but, mais puisque tu le demandes, je vais aller droit au but.

Soupirant, il prit une grande respiration avant d’entamer ce qui serait un grand monologue :

-En quoi serais-tu un bon membre de la police et pourquoi devrais-je te choisir toi au lieu d’un autre profil ?

Finalement, le grand monologue se freina à deux questions assez simples qui étaient assez directes. Préférant ainsi ne pas poser son jugement maintenant, il voulait entendre sa réponse avant d’y ajouter son grain de sel. Si apporter un doute ou plutôt lui partager ses doutes était importants, il voulait tout de même voir d’où venait cette envie à la base.

-D’où te vient cette envie de faire partie du corps policier et si tu étais à ma place, quels seraient les motifs pour lesquels tu n’accepterais pas ta candidature ?

Ses questions pouvaient ressembler à des interrogations d’entrevues bateaux. Pourtant, chaque question avait un but et faisait référence aux appréhensions possibles sur lesquelles il la reprendrait un peu plus tard.

-Sinon, ce ne sont pas des questions bateaux, c’est surtout ce que je cherche à savoir.

Se rendant compte qu’il avait possiblement été trop vague dès le début, il coupait le chemin vers ce qu’il tentait de lui demander depuis le tout début. En attendant, il la regardait, ne semblant aucunement gêné par ce qu’il lui demandait en venant briser le silence en sirotant son thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Ven 3 Mai 2019 - 13:20
Face aux questions posées, tu inspires profondément afin de retrouver le courage d’y répondre.

Un instant tu te demandais pourquoi tu te donnais tant de mal pour un poste que tu convoitais que par envie de tuer l’ennui au sien d’un Village que tu n’avais intégré que par intérêt. Faire partie de la Police n’était pas une réelle vocation pour toi alors l’idée de tout laisser tomber à cause du manque d’envie de répondre à Raizen te torturait l’esprit mais finalement tu te décides de te jeter à l’eau.

>> Dire que je serai un bon membre de la Police serait te mentir.

Tu prends le temps de terminer ton thé qui était en train de refroidir avant de reprendre après avoir reposé délicatement la tasse sur la table basse.

>> Puisque je t’ai dit que je serais honnête alors je vais l’être.

Tu inspires profondément une fois de plus.

>> Je veux intégrer la Police pas pour l’amour pour la justice mais juste parce que je m’ennuie dans le Village. Et … je me suis dit que le travail pourrait me plaire au final car j’ai toujours apprécié traquer un autre … Et là pourrait très bien être une des raisons qui te pousserait à refuser ma candidature mais je sais que tu n’es pas bête, Raizen.

Tu n’approfondis pas tes propos, préférant laisser la réflexion au Meikyû.

Volontairement tu venais de faire comprendra à ton interlocuteur que tu avais un passé pas très honnête. Un passé pas très glorieux mais qui n’était point un secret. Ceux de ton clan étaient au courant de ce fait et celui-ci était certainement répertorié sur ton dossier de kunoïchi de Kumogakure no Sato.

Ta candidature en tant que soldate du Village Caché des Nuages avait été accepté car les hauts dirigeants avaient certainement préférés parier sur l’avenir plutôt que de se focaliser sur ton passé. Et tu avais démontré que tu étais capable de bien te conduire malgré quelques écarts de conduite qu’on pourrait attribuer à des caprices d’un enfant égaré. Tu avais même réussi à obtenir le rang de chuunin grâce à tes prouesses.

En tant qu’ancienne délinquante, tu ferais certainement un bon agent pour lutter contre la délinquance. Après tout, il n’y a pas mieux qu’un bon criminel pour en traquer un autre mais ce n’était pas à toi de statuer sur ce point. Bien entendu, il y avait aussi le risque que tu retombes dans la criminalité et la corruption une fois avoir intégré la Police mais là était un risque que le Meikyû devrait prendre en considération comme ses supérieurs l’avaient fait en t’intégrant dans « l’armée » kumojine tout en sachant ton sombre passé.

>> Je pourrais te citer bien des défauts qui te pousseraient à choisir un autre plutôt que moi mais sache que je me force chaque jour à ne pas emprunter ce que ceux qui s’appliquent à faire du bien en ce monde nomment le mauvais chemin. Je sais que je n’ai rien à gagner à suivre cette voie présentement.

Effectivement, pour le bien de ton dessein, tu avais intérêt à continuer à bien te conduire jusqu’au moment de passer à l’étape suivante de ton projet personnel.

>> Pourrais-je avoir un autre thé s’il te plaît ? J'ai la forge sèche à force de trop parler, fais-tu après un bref silence tout en tendant ta tasse vide vers le jônin …

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Ven 3 Mai 2019 - 19:17

Écoutant la jeune femme parler, ses vraies couleurs ressortaient finalement tandis que pour une fois, elle optait pour la vérité. Préférant ainsi montrer la vraie personne se cachant sous ce masque qu’elle revêtait, il y avait une grande différence entre qui elle était et ce qu’elle projetait. Or, pour comprendre le personnage qu’elle était actuellement et ce qu’elle était devenue, il fallait comprendre son passé pour savoir qui elle tentait de fuir. C’était la seule manière de conclure qui elle voulait devenir, d’autant plus qu’elle-même ne le savait pas vraiment.

Si on veut, cette situation opposait Raizen à un dilemme des plus difficiles. Ayant un lourd passé, si Kumo avait décidé de prendre une chance avec elle, la police ne devait pas forcément aller en ce sens. Sachant pertinemment que de briser l’ennui n’était pas une motivation suffisante pour supporter l’ensemble des tâches d’un policier, le passé qu’elle avait était toutefois assez important pour qu’elle ait tout de même certaines compétences ou certaines intuitions utiles.

Or, tout ce qui pouvait être montré n’était pas le plus important. Sachant qu’engager un nouveau policier à ce moment précis était un investissement à long terme et non l’obtention d’un corps supplémentaire pour le court terme, il devait considérer ce qui était inéluctable, sur ce qui ne changeait tout simplement pas, le cœur même de sa personne.

-Moins facile qu'on le pense de parler beaucoup hein?

Souriant tandis qu’il lui versait du thé, le Meikyû était soudainement de bonne humeur, osant porter un regard joyeux sur Yamiko. Dans ce genre de circonstances, il savait très bien que la balance du pouvoir était totalement la sienne. Il savait aussi que Yamiko était plus ou moins stressée par la situation. Parler autant n’étant pas son genre, elle en avait plus dit que ce qu’elle aurait naturellement dit sans pour autant répondre à la totalité de ses questions.

Or, il allait se contenter de ce qu’il venait de recevoir, préférant ainsi ne pas réitérer certaines questions qu’elle avait malgré elle balayées de la main.

-J’espère que tu n’es pas trop déçu finalement de ne pas pouvoir consommer de boisson alcoolisée.

Souriant légèrement, il s’adossa contre quelque chose et prit un peu de recul sur toute la situation. Se demandant soudainement ce qu’il devait faire, cet arbitrage n’était pas facile et il n’allait pas être le seul à la juger de toute manière.

-Yamiko, dis-moi et ce sera la dernière question que je compte te poser avant la fin...

Prenant une pause pour venir siroter son thé, il vint finalement briser le mystère tournant autour de sa question finale :

-Quelle est la pire chose que tu as faite et quelle est la meilleure chose que tu as faite ?

Tentant de pencher la balance entre le bien et le mal, il tentait aussi de voir quel genre de réponse elle allait sortir. L’idée n’était pas d’être ténèbres et d’être inapte à le contrôler, le jauger ou autre. Le but était qu’elle-même comprenne ses ténèbres, car ça, tout le monde en avait, Raizen le premier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Jeu 9 Mai 2019 - 16:57
>> Il y a tellement des choses bien plus distrayantes à faire que de papoter comme des vieilles commères, lâches-tu sereinement tout en te laissant te servir du thé.

Tu avais bien conscience que votre conversation n’était pas une banalité mais tu avais vraiment horreur de la situation. Tu détestais te vendre surtout si pour démontrer que tu avais un bon fond car en réalité, bien que tu ne fusses pas un être mauvais jusqu'à la moelle des os, tu étais bien plus proche d’un succube que d’un ange.

Si tu aimais mettre en avant ton côté mauvaise fille, l’inverse ne te passionnait pas vraiment. Actuellement, tu faisais donc un gros effort et si ça se trouvait tout ceci se révélerait bien vain car au final tu n’obtiendrais même ce que tu convoitais.

Tu lâches un nouveau soupir face à ce qui semblait être l’ultime question de Raizen sur qui tu finis par jeter un regard froid alors que celui-ci s’était mis à son aise tout en osant te fixer d’un regard amusé. Il était évident que le Meikyû se délectait de la situation contrairement à toi. Peut-être savourait-il le fait d’avoir le dessus sur toi actuellement ? Alors qu’il en profite car cela n’allait pas durer ni se répéter.

>> La pire est sans doute, tu réfléchis un moment tant la liste de tes méfaits était longue, le meurtre de cette fillette qui était au mauvais endroit au mauvais moment, finis-tu par ajouter et d’une façon si naturelle.

Ton timbre n’évoquait le moindre regret malgré la gravité du crime commis.

Pour toi cet assassinat était peut-être du passé mais pour le Jônin c’était surement un acte suffisamment grave pour te fermer l’accès à la Police. D’ailleurs c’est en prenant conscience de cette possibilité que tu tentes de rattraper le coup et avec assurance.

>> Mais je me console en me disant que je n’avais fait qu’accomplir mon devoir. J’avais reçu l’ordre de l’éliminer.

En vérité ce meurtre semblait te toucher un tantinet. Tu avais dû te débarrasser de cette enfant sous l'ordre du Parrain car elle avait été témoin d'une scène qu'elle n'aurait jamais dû voir. Sur le coup, tu n'avais rien éprouvé alors que tu lui avais tranché la tête avec ton kusarigama mais tu avais mis cependant plusieurs jours avant d'oublier cet horrible crime alors qu'habituellement tu oubliais tes crimes aussitôt que tu les avais commises. Et aujourd’hui encore, tu ne ressentais rien de particulier en se remémorant cette scène d’assassinat. Tu n’éprouvais ni de la tristesse ni de regret mais la mort de cette gamine était bien le seul crime qui semblait être bien ancré dans ta mémoire. Tu parvenais parfaitement à revoir la scène alors que tes autres forfaits n’étaient aujourd’hui que des bribes de souvenirs que ton esprit laissait volontairement se disperser tant ils étaient insignifiants pour toi.

Tu prends le temps de déguster ton thé tout en réfléchissant sur ce qui tu avais fait de meilleur ici-bas. Tâche qui s’avérait bien plus difficile tant tu n’avais pas fait beaucoup d’acte de générosité dans ta vie jusqu’à présent.

>> J’ai déjà sauvé maintes fois des « camarades » d'une mort certaine … C’est une bonne chose ça, non ?

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Mar 14 Mai 2019 - 13:38


Écoutant attentivement le récit de Yamiko, il comprenait de mieux en mieux d’où provenaient les multiples facettes de sa personnalité. Si on veut, c’était quelque chose qui avait été cultivé pendant plusieurs années. Ayant un passé plus ou moins difficile ou plutôt intense, elle semblait avoir fait face à des situations pas vraiment évidentes. Reprenant ainsi tous les éléments que traversaient généralement les mercenaires à la solde de quelqu’un, elle avait fait un mal qui aurait tôt fait de la disqualifier totalement de ses aptitudes à rejoindre la police. Du moins, ce serait le cas avec un autre policier que Raizen. Or, le fait d’avoir été transparent sur ce fait et d’avoir plus ou moins opté pour une voie différente était déjà un bon signe. Bien qu’il ne pouvait lui promettre que ce serait suffisant pour qu’elle soit totalement pardonnée de son mal, il assumait qu’elle avait rejoint Kumo dans une raison précise. Ce qui était dans le passé restait dans le passé et personne ne pouvait nier ce genre d’événement. Le plus important était la nouvelle trajectoire qui avait été choisie et décidée, ni plus ni moins.

Même si le phénomène de n’avoir aucun antécédent pouvait être assez rassurant dans le processus de recrutement et pour les citoyens, Raizen considérait qu’il était plus dangereux pour quelqu’un de ne pas connaître ses propres ténèbres que de les avoir confronté. Après les avoir vus ou connus pour la première fois, n’importe qui devenait suffisamment conscient pour tenter de les maîtriser. Développant des mécanismes pour apprendre à vivre avec cette facette qui était présente pour rester, il considérait ces individus beaucoup plus équilibrés que les éternels utopistes, qui à tout moment pouvait perdre le contrôle de leurs émotions négatives et se laisse consumer par cet aspect de leur personnalité.

À titre d’exemple, Raizen avait recruté Yahiko dans la police, sachant pertinemment qu’il n’avait toujours pas rencontré les ténèbres. Ainsi, son premier objectif avait été de le confronter à une situation qui allait le pousser dans ses retranchements. Après tout, Saigo n’était pas l’être le plus dangereux physiquement. Or, mentalement, il pouvait faire des ravages suffisants pour ressortir le plus mauvais du policier en évaluation.

-Merci de me faire confiance avec ce genre d’information.

Plongeant son regard dans ses iris, une douceur inconnue traversa momentanément le regard de la femme au métal. Adoucissant légèrement son caractère au point d’y voir un léger moment de fragilité, le Meikyû décida de cueillir ce moment.

-En réalité, je ne peux répondre à ta candidature pour le moment Yamiko. Je serai possiblement intéressé à prendre une chance, mais ça attendra que nous retournions à Kumo. On ne devient pas policier du jour au lendemain de toute manière, il y a des étapes, mais je t’en dirais davantage en temps et lieu.

Venant soudainement défaire son bandeau au niveau de son bras, il prit le temps de le ranger avant d’observer calmement celle-ci avec un léger sourire.

-Par contre, j’aimerais en savoir davantage sur ton passé avant Kumo, et ce, en tant que Raizen, pas en tant que Jonin de Kumo.

Il était vrai que faire la séparation entre les deux était quelque chose de très rare voire même d’impossible. Or, il tentait de le faire, curieux de voir ce qui se cachait derrière ce corps tranchant. Pourtant sensible sous certains aspects, le Meikyû voulait démystifier le personnage sans pour autant s’introduire dans sa tête ou dans sa vie privée. Ainsi, il lui tendait une perche vers la possibilité de s’ouvrir. Or, qui était-il pour qu’elle s’ouvre à lui ou décide un moindrement de confier de quelle manière elle se sentait ? Pourquoi devrait-elle prendre le temps de lui raconter son passé alors que le présent et le futur représentaient tout ce qui comptait ? Bien que le Meikyû était ne serait-ce que trop curieux, il désirait comprendre à titre purement informatif. Autrement, il ne comptait aucunement poser un jugement sur son passé. Bien qu’il faisait tout de même partie d’elle, il avait déjà une idée préfondée de qui elle était et de qui elle pouvait devenir. Ensuite, mettre son passé de côté ne serait que biaisé son potentiel en devenir. Qu’il soit négatif ou positif, il se devait de comprendre le moment de transition qu’elle allait traverser...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Sam 18 Mai 2019 - 19:38
La décision du Meikyû ne te surprenait guère. Tu n’avais jamais espéré être admise dans la Police à la fin de votre entretien. Non seulement l'endroit n'était pas adéquat, de prime, tu pensais bien que le jônin aurait besoin d’un temps de réflexion avant de prendre une décision ferme. En vérité, tu t’attendais même à un refus catégorique de la part du Meikyû après tout ce que tu venais de lui raconter mais au lieu de cela, il te faisait miroiter une possibilité d’intégrer la milice une fois que vous serez de retour à Kumo. Là était sans doute le fruit de ta sincérité. Tu soupçonnais Raizen d’être quelqu’un de très observateur et un être doté d’une faculté à discerner ses semblables alors si tu avais tenté de vendre une personnalité qui n’était pas la tienne, autrement dit mentir, le résultat de cet entretien aurait été certainement un échec total pour toi.

Savoir qu'il y avait espoir que tu puisse atteindre ton objectif devrait te réjouir mais intégrer la Police n’étant pas quelque chose de réellement importante pour toi, tu te contentes de suspendre ton geste alors que tu t’apprêtais à siroter pour le énième fois ton thé. Tu fixes Raizen un bref instant dans le silence avant d’amener le bord de la tasse entre tes lèvres afin de déverser le liquide parfumé et encore chaud à souhait dans ta bouche.

>> Je ne suis pas pressée, finis-tu par lâcher après avoir reposé la tasse de nouveau presque vide sur la table.

Intégrer la milice n’était pas une réelle vocation pour toi alors tu pouvais attendre le temps qu’il faudra et sans la moindre impatiente. Il se pourrait même que d'ici le Meikyû aurait pris sa décision, tu aurais peut-être changé d'avis. D'ici là, le caprice d'intégrer la Police t'aurait peut-être déserté.

Tu accordes un grand sourire à Raizen alors que celui-ci venait de t'exprimer son souhait d'en savoir plus sur ton passé afin d'assouvir sa curiosité personnelle.

>> Non !

Le refus était catégorique alors que ton sourire s'était figé brusquement.

Ton passé n'était pas un secret mais tu n'avais point envie de le relater. Tu n'appréciais guère parler de toi tout comme tu avais horreur d'écouter les autres parler de leur personne. Tu considérais le fait d'en savoir plus sur tes semblables comme une futilité et tu jugeais que les autres n'avaient pas à mieux te connaitre. Raizen devra donc se contenter de ce qu'il savait actuellement sur toi. Et, il en savait déjà beaucoup plus que la plupart de ceux que tu fréquentais. Tu n'en dira donc pas plus sur ta personne sauf si cela était nécessaire, comme cela avait été le cas pour votre entretien qui venait de s'achever.

>> Merci pour le thé. C'était très bon, lâches-tu avec sincérité après t'être relevée.

Tu te diriges sans plus attendre vers la sortie. Tu n'avais plus rien à faire ici. Tu étais venue de base pour apporter le rouleau qui t'était inutile au Meikyû. Parchemin que tu avais d'ailleurs presque oublié. Celui-ci trainait toujours sur la table où tu l'avais posé à ton arrivée.

>> Le parchemin est pour toi. Si tu ne le veux pas, tu n'as qu'à le brûler, lâches-tu sans même te retourner avant de poursuivre ton chemin …


HRP:
 

_________________
Prendre le thé [Yamiko] 898
Spoiler:
 


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Dim 19 Mai 2019 - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Prendre le thé [Yamiko] Empty
Dim 19 Mai 2019 - 3:24

N’étant pas du tout surpris de la réaction de Yamiko, il était étonné de la sentir beaucoup plus posée et décontractée. Si à la base Raizen avait fait l’erreur de la comparer à Asami, il devait avouer qu’il s’était plus ou moins trompé. Si on veut, les deux avaient de nombreux points en commun, mais elle restait différente. Ayant des traits de caractères assez distincts qui cultivaient un certain côté énigmatique autour de sa personne, la jeune femme avait refusé catégoriquement de partager quoique ce soit sur son passé, chose qu’il pouvait respecter. S’étant introduit bien plus qu’elle ne le pensait dans sa vie et dans sa tête au cours de leurs derniers échanges, il avait plus ou moins une idée de ce qu’elle devait avoir vécu comme type d’événement. Or, le jonin ne pouvait creuser en détail et définir le fil conducteur qui connectait tous les points ensemble. Pourtant, cela ne lui enlevait rien. Bien au contraire.

L’observant calmement se lever et déposer un rouleau qu’il prit le temps d’observer, il comprit très rapidement qu’elle avait mis la main sur quelque chose que lui seul pouvait comprendre et apprendre. Souriant à son tour, il l’observa tandis qu’elle lui faisait maintenant dos, se dirigeant totalement à l’opposé.

-Si tu n’avais pas été honnête un peu plus tôt, j’aurais cru que tu essayes d’acheter un officier de la paix Yamiko ce qui est comme tu le sais, puni par la loi.

Continuant de laisser flirter son côté taquin sur ses lippes, il jouait sur le scénario actuel pour la taquiner légèrement. Or, Raizen était plutôt très reconnaissant.

-Merci pour ce cadeau, j’apprécie.

Observant ses courbes d’un air songeur, il en vint à la même conclusion qu’il avait fait lors de leur première rencontre : une femme dangereuse, curieuse en devenir qui était plus ou moins un couteau suisse jusqu'à ce qu'elle trouve sa réelle voie. Or, pour ce faire, il fallait qu'elle se projète, chose qu'elle ne pouvait faire pour le moment pour des raisons inconnus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Prendre le thé [Yamiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: