Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Les caravanes d’Ali Baba
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 21:42 par Sabaku Eirin

» La FKP (Yamiko]
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 21:28 par Sakana Ayanokoji

» [B/MINI-EVENT/KIRI] Calife à la place du calife
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 21:24 par Date Junko

» [B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 21:23 par Narrateur

» 05. Se tromper sur toute la ligne
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 21:06 par Borukan Ashitaka

» Prémices (Metaru)
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 20:46 par Sakana Ayanokoji

» Consolidation [OS]
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 20:46 par Kōenji Zuko

» Patpat [Aditya]
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 20:40 par Kurayami Zeref

» Contre-la-montre en eaux troubles
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 20:16 par Kurayami Zeref

» [en cours] Koda Abura, genin
De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna EmptyAujourd'hui à 19:53 par Koda Abura

Partagez

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna

Meikyū Arata
Meikyū Arata

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Dim 31 Mar 2019 - 18:38
Arata fut réveillé ce matin-là par un boucan pas possible dans la rue où il logeait, un réveil habituel ces derniers temps. C'était encore sa voisine, la bricoleuse, le genin ne savait pas vraiment ce qu'elle trifouillait dans son atelier loufoque.
Certes, il appréciait la jeune femme, elle était quelque peu spéciale et excentrique dans son genre, mais encore heureux que le Meikyū soit un lève tôt. N'importe quel autre voisin ce serait sûrement brouillé avec Nanna Kazuma, mais aujourd'hui Arata était bien décidé à en apprendre plus sur sa voisine bruyante.

Tandis que le boucan faisait rage à deux pas de chez-lui le binoclard prit tout de même le temps de prendre un petit déjeuner. Il songea à la jeune femme au visage très commun qui n'avait pas vraiment de charisme physique, mais les rares fois où il s'était parlé, elle lui avait laissé le souvenir d'une fille intelligente. Trop intelligente peut-être, autant que lui en tout cas, mais une intelligence plus pratique. Lui était constamment dans les bouquins, elle était une vraie bricoleuse sans doute doué de ses mains. C'est d'ailleurs ce que le membre du clan des sceaux avait décidé de découvrir aujourd'hui, il allait lui rendre une petite viste.
Une fois son petit-déjeuner de fruits frais, de céréales et de lait végétal consommé Arata prit le chemin de la douche sous laquelle il passa une bonne dizaine de minutes. Un savon au parfum épicé passé sur son corps puis rincer, l'avait rendu propre et il enfila sa tenue habituelle. Bon, il était enfin parti affublé de sa chemise verte par-dessous le t-shirt à motif florale qui appartenait à sa mère. Il descendit quatre à quatre les marches de l'escalier de son bâtiment. Enfin, il se retrouva dans rue.

La bâtisse qui abritait le logement de Nanna était juxtaposée à son propre immeuble et l'appartement du genin était au troisième étage tout à fait collé au dernier étage du bâtiment de la jeune femme. Arata avait toujours supposé que derrière ces murs, il y avait sans doute la chambre de la créatrice aux créations inconnues.
Elle vivait encore avec ses parents et ceux-ci tenaient un établissement funéraire, très lucratif à Kirigakure no sato. S'ils étaient implantés-là avant même l'arrivée d'Arata au village, ils avaient dû connaître la longue période sanglante du pays. Leur activité avait dû être faste et fructueuse pendant un long moment. Le genin essayait de ne pas trop y penser, mais sa mère avait dû passer entre les mains du père de Nanna qui s'occupait des morts si ses souvenirs étaient bons.

Arata entra enfin, faisant sonner une petite cloche à l'entrée et tomba sur la mère de la bricoleuse. La femme était très intéressante, une fois elle avait conseillé un livre au Meikyū. Il ne l'avait pas regretté.

Bonjour madame Kazuma, est-ce que Nanna est là, demanda gentiment le binoclard ?


Le rat de bibliothèque attendit patiemment une réponse, il était poli, courtois et portait un beau sourire matinal. Il redressa doucement ses lunettes d'un geste de la main pour quelles remontent bien sûr son nez. Qu'allait-il dire à Nanna ? Qu'elle faisait quand même beaucoup de bruit et qu'il aimerait savoir pourquoi ? Non, il savait, il devait la féliciter, il avait cru entendre qu'elle était passée d'aspirant ninja à genin, l'autre jour.

@Kazuma Nanna
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Kazuma Nanna
Kazuma NannaEn ligne

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Dim 31 Mar 2019 - 23:59
La déception avait été grande pour Nanna, suite à un échange succinct avec un shinobi expérimenté au sujet des moyens offerts par le village pour le développement des marionnettes. Ce drôle de personnage prétendait que village n’avait pas suffisamment de connaissances ou d’outils à offrir à des personnes aux drôles de capacité comme la jeune Kazuma. En somme, si elle voulait réussir, soit elle se trouvait un maître dans ce domaine, soit elle apprenait par elle-même.

Désirait-elle pour autant se rétracter de son nouveau titre – soit genin - ? Nullement. Elle était persuadée qu’elle avait choisi la bonne voie pour perfectionner son art, et qu’elle avait juste buté sur un esprit mal informé, très fermé et totalement stupide. Dans tout le village, elle trouverait bien quelques personnes ayant un peu de bon sens pour juger convenablement et à leur juste valeur les pantins. Ces derniers méritaient un bien meilleur avenir que celui de fouler quelques scènes de théâtre pour s’offrir en spectacle à des gamins.

- Nanna ! Arata est là ! Sors donc de ta chambre !

La "chambre" était située à un drôle d'endroit : dans le grenier même de la maison, auquel on avait accès via une trappe. La chambre de la brune avait déménagé ici à ses dix ans, suite à sa demande. Soi-disant il y avait plus d’espace, et soi-disant elle dormait mieux dans son atelier que dans une chambre vide d’outils. Gâtée jusqu’à la moelle, ses parents avaient encore accepté sa demande et avaient même tout fait pour que le grenier en question soit extrêmement confortable. Une décision qu’ils regrettent profondément aujourd’hui : ils se disent que « si » ils avaient eu le bon sens de refuser certaines de ses caprices liés aux marionnettes, « peut-être » que leur fille se serait ennuyée des pantins et « sûrement », elle n’aurait pas choisi la dangereuse voie de shinobi.

- Je ne peux pas ! Montez ! répondit Nanna, penchée sur un mécanisme extrêmement complexe.

Elle tentait de reproduire la marionnette d’un récit d’un shinobi qui avait croisé le fer avec un marionnettiste d’une organisation criminelle il y a quelques années. Apparemment, la marionnette tournait telle une toupie et, une fois proche d’un ennemi, dévoilait des hélices tranchantes pour sectionner quelques côtes. Un classique, car ce genre d’exemple ne manquait jamais dans les récits de tout le monde : la marionnette simple d’apparence, mais qui se révèle en fait très meurtrière.

La porte s’ouvre subitement, pendant qu’elle pose un disque tranchant retrouvé dans quelques vieux déchets du village – certaines personnes s’amusent à récolter le métal usé, et apporter une seconde vie, des personnes qui viennent souvent aux pompes funèbres pour connaître les derniers morts et donc les dernières maisons où récupérer quelques vieux kunais ou armures.

- MAIS TU FAIS QUOI ?! s’exclama sa mère, blanche comme un linge.
- Bah … je confectionne un nouveau pantin. Il faut bien que je m’améliore, pour avoir de meilleures missions. Oh salut Arata !
- Chérie… je … je te laisse avec ton ami. Désires-tu du thé ou un jus de fruit ? demande la mère de famille, en se tournant vers l’invité. Avant qu’elle ne se marie à son époux actuel, elle avait été saltimbanque, visitant une région à une autre, au gré des spectacles et des saisons. De cette période vagabonde, elle avait gardé un corps svelte – malgré son âge –, un style vestimentaire élégant – dont sa fille s’inspire grandement – et surtout des manières convenables – retenant donc sa langue pour réprimander sa fille, et relancer le sujet de l’orientation.

Une fois que la porte se referme, laissant les deux genins seuls, Nanna arrête ses bidouillages et observe longuement Arata.

- Ah … je crois que tu n’es jamais venu ici, malgré tout le boucan que j’ai fait ! dit-elle, ricanant avec malice, n’ajoutant plus un mot, laissant son invité observer les lieux.

Un mur entier était couvert d’outils, tantôt accrochés à des clous, tantôt rangés dans des étagères, tantôt conservé dans des boîtes métalliques étiquetés de numéros ou de symboles. A l’opposé, il y avait une bibliothèque garnie de rouleaux comme livres aux titres tantôt techniques – l’art de forger, l’art de tailler, le bricolage pour débutant … - tantôt fabuleuses – les mille et une nuits, les contes du Nord, les légendes du Sud, l’histoire de Kaze no Kuni … -. Au fond du grenier reposait un petit lit, un grand miroir et des étagères avec de multiples parchemins étiquetés - quotidien, soirée, pyjama … etc.

A côté de la trappe, s’empilait différents matériaux de toutes tailles : du bois, du métal, du bambou, du papier … Enfin, devant la seule grande fenêtre de cette pièce était posée le bureau de travail de la dame, en plein sous la lumière du jour, avec vue sur la ruelle animée. On pourrait croire que la caverne d'Ali Baba s'arrête là, mais nullement ! Si on lève la tête, nous pourrions voir plusieurs figurines de bois accrochées au plafond par des fils – tantôt des formes géométriques, tantôt des formes humaines, tantôt des formes animales.

- J’ai encore fait du boucan, c’est ça ? demanda-t-elle. Mais je ne peux vraiment m’arrêter ! Maintenant que je suis devenue genin, je dois me préparer pour mes futures missions !

Elle se tut. Pour aussitôt s’exclamer.

- Ah ! Mais tu sais que je suis devenue Genin ? J’ai fait la surprise à tout le monde ! Personne ne le savait, je me suis proposée en secret… et j’ai été accepté !
dit-elle fièrement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Meikyū Arata
Meikyū Arata

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Lun 1 Avr 2019 - 16:17
La mère de Nanna était une belle femme pour son âge, elle avait une taille de guêpe et s'habillait toujours de manière très élégante. Sa fille malgré ses airs de garçons manqués, s'habillait aussi de manière réfléchit, les couleurs et tons étaient accordés. Elle suivait la mode en gros, ce qui était loin d'être le cas d'Arata. Madame Kazuma héla sa fille depuis le rez-de-chaussée, le genin avait cru comprendre que la chambre de la jeune fille était au dernier étage. D'ailleurs, Nanna ne semblait pas disposé à descendre dire bonjour, elle préféra leur demander de la rejoindre plutôt. Occupée sans doute vu le bruit qu'elle faisait, elle bricolait.
L'enquête improvisée de la binocle aura été bien plus facile qu'il ne l'aurait cru, il allait enfin découvrir les occupations si prenantes de sa voisine.

Madame Kazuma conduisit Arata à l'étage et tous deux montèrent au dernier étage, mais le genin fut surpris de voir son guide ouvrir une trappe dans le plafond. Donc les Kazuma avaient un grenier, le mystérieux atelier devait donc se trouver-là. Nul doute que le mur ouest donnait sur l'appartement du Meikyū.
Ils entrèrent, Arata découvrit Nanna aux prises avec une création biscornue et reposant un gros disque de métal bien tranchant. Madame Kazuma, sans doute effrayé de voir sa fille avec un pareil outil entre les mains l'apostropha d'une question sur un ton inquiet. Il y avait de quoi, avec le machin que tenait sa fille à l'instant, celle-ci aurait carrément pu se sectionner un bras aisément. La jeune fille elle répondit, le plus naturellement du monde qu'elle confectionnait un pantin.

Le genin sourit à cette réponse enfantine, mais vrai. C'était donc cela le boucan provoquer par son atelier, elle confectionnait des marionnettes. Vraiment très intéressant. Arata répondit d'un petit signe de main et d'un large signe de tête à la salutation de sa voisine:

Salut, Nanna, dit-il le sourire aux lèvres. Non merci, madame Kazuma c'est gentil, je n'ai pas soif, je viens de petit-déjeuner, répondit poliment le shinobi.

Une fois madame Kazuma dehors, Arata se retrouva seul avec la jeune fille qui l'intimidait un peu à le regarder sous toutes les coutures. Est-ce qu'elle voulait le découper et en faire une marionnette lui aussi ? Non, l'idée était saugrenue et il se sortie vite ça de la tête.
Effectivement, il n'était jamais venu ici, mais le boucan ne l'avait jamais vraiment gêné en réalité. Comme dit, il était un lève tôt et bien souvent plus tôt que la jeune fille. Il n'avait pas souvenir d'avoir été réveillé par son tintamarre à l'exception d'aujourd'hui. C'était une vraie caverne aux merveilles, ici, les murs étaient recouverts d'outils en tout genre. Une bibliothèque, il y avait une bibliothèque vers laquelle le genin se dirigea inconsciemment parcourant du regard les titres sur les reliures de cuir. Il brûlait aussi de savoir ce que renfermait tous ces parchemins et rouleaux...

L'atelier était aussi un peu comme une décharge, une quantité à peine croyable de matériaux gisait près de l'entrée où s'était refermé la trappe. Au plafond pendait tous un tas de pantin, humanoïde, animal et autres... Pourtant, dans ce capharnaüm Arata trouvait une sorte d'harmonie particulière et d'ordre. Lui, trouvait que chaque chose était bien à sa place.

Non, ne t'inquiètes pas le bruit que tu fais ne m'a jamais vraiment dérangé. D'ailleurs, m'en suis-je déjà plains, interrogea le binoclard ? Ah bien justement, oui je savais que tu étais devenue genin et c'est le sujet de ma visite entre autre, expliqua-t-il. Je connais tous les précepteurs des futurs aspirants ninja, ils m'ont pour ainsi dire élevés en partie et à leur manière. D'où le fait que je sois au courant. Bref, félicitations Nanna, je suis content pour toi tu feras sans doute une excellente kunoichi pleine de ressource, complimenta-t-il sa voisine.

De nouveaux, il porta son regard sur les créations de la jeune fille les yeux pleins de curiosité:

C'est fou ce que tu fais ici, tu fais ça depuis combien de temps ? Et cette bibliothèque incroyable, tu dois avoir d'innombrables connaissance dans ce domaine, questionna le petit érudit ? J'ai rencontré un type l'autre jour qui utilisait des fils de chakra pour animer des marionnettes semblables, mais miniaturisé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Kazuma Nanna
Kazuma NannaEn ligne

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Sam 6 Avr 2019 - 20:24
Comme toute jeune fille de son âge, Nanna n’était pas insensible aux compliments et surtout lorsque ces derniers venaient d’un garçon. L’égo flatté, elle était davantage encline à partager certains de ses secrets de « maître » ou devrions-nous dire d’apprentie. Ses créations avaient actuellement bien plus de place dans un spectacle qu’en combat mais, à n’en pas douter, elle rattrapera bien vite ce retard avec l’expérience et les années. Elle n’était qu’aux prémices d’une longue aventure – tantôt joyeuse, tantôt douloureuse.

- Je dois avouer que tu es l’un des rares du voisinage à ne pas avoir fait un scandale ridicule, répondit-elle, offrant un sourire plein de malice au passage. Cependant, le sourire disparaît bien vite pour une bouche en forme de « O » au fur et à mesure qu’Arata parlait. Les nouvelles circulent vite, alors !

Avec surprise, elle constate que le garçon s’intéresse à sa bibliothèque et semble même apprécier l’atelier dans sa globalité. A ce jour, ses parents et quelques vieilles connaissances étaient les seuls à avoir mis les pieds ici et à chaque fois, elle essuyait avant tout quelques critiques mal placées : cette passion serait inadaptée pour une jeune fille, la chambre est trop mal rangée, il y a trop de poussières, il y a trop de lames, il y a trop de débris… etc.

- J’essaye … mais mes parents refusaient que je touche de près ou de loin aux arts shinobis. Et précisément, en dehors de quelques marionnettes miniatures, difficile de réaliser autre chose ou d’obtenir les connaissances nécessaires, indiqua-t-elle, la mine renfrognée et désespérée à la fois. Je suis devenue genin pour avoir accès à plus de connaissances ! Tous les marionnettistes de renom ont, au moins une fois dans leur vie, étaient des combattants !

L’imagination et le talent ne suffisaient pas pour s’améliorer. Il fallait travailler dur, trouver le bon guide et surtout compléter ses connaissances avec de nouveaux talents et idées ! Elle avait appris, à contre cœur, qu’en se reposant uniquement sur ses acquis, elle n’allait pas avançer: elle allait stagner, pour ensuite péricliter. Ce destin était tout simplement inconcevable pour la jeune fille. Elle avait de bien plus grands projets, qu’elle ne classait pas comme rêve : elle allait tout simplement atteindre les objectifs fixés, et l’échec était exclu !

- Je ne connais que le domaine des marionnettes. J’ai commencé par désassembler puis rassembler les petites marionnettes que mes parents m’offraient. Puis, petit à petit j’ai commencé à créer les miennes. Je t’avoue … je ne sais pas depuis combien de temps je fais ca. Depuis petite, disons ! Mais je suis totalement débutante dans tout le reste, se lamenta-t-elle. Elle avait des rouleaux mais elle ne savait que stocker ses petites créations. Apparemment, avec le fuinjutsu, il existait multitude d’usages – qu’elle pourrait potentiellement étendre sur ses marionnettes. Usages dont elle était encore ignorante. La personne qui m’a annoncé mes résultats a bien précisé que mes créations sont ma seule force. J’ai beaucoup, beaucoup de travail dans le reste. J’espère que mon futur sensei sera une personne patiente…

Elle se tut un court instant, observant encore un court moment Arata.

- Et toi Arata, dans quel domaine es-tu un pro ?
demanda-t-elle, s’approchant de la bibliothèque pour farfouiller dans ses rouleaux. Elle en récupère une ou deux pour les poser à même le sol.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Meikyū Arata
Meikyū Arata

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Mar 9 Avr 2019 - 18:33
La toute nouvelle genin semblait très étonné de voir Arata aussi au courant sur les nouvelles recrues de la brume, il sourit face à son expression de surprise presque exagéré. Si le binoclard comprenait bien, la jeune Nanna Kazuma en était au prémisse des apprentissages de son art. Déçu, mais pas découragé le shinobi voulait en apprendre plus sur ce la jeune femme savait déjà, il continua donc de l'écouter parler. Bridée par des parents aimants et soucieux de la vie de leur fille, Arata enviait et en même temps compatissait avec la situation de sa voisine. Lui n'aurait pas de parent pour la grande majorité de sa vie, mais il pouvait imaginer ce que c'était que d'avoir des parents collants et qui vous étouffe. La mère du gamin dans ces rares moments de lucidité avait été une vraie mère poule avec lui. Jusqu'à l'âge de huit ans le garçon n'avait pas le droit de couper sa viande ou son fromage tout seul de peur qu'il ne se blesse avec la lame. Néanmoins, tout ceci était loin, très loin aujourd'hui Arata faisait tout tout seul et il avait embrassé une profession à risque en remerciement pour l'accueil et l'attention du village à son égard. Que serait-il devenu sans Kirigakure no sato, nul ne le sait, mais dans un pays comme celui de l'eau à la période où il était encore un enfant, il ne serait sûrement devenu rien de bon.

Oh ! Je vois, murmura le genin.

Le garçon avait mille et une question qui lui brûlait les lèvres, mais il ne voulait pas affoler la jeune femme alors il se retint de tout déballer d'un coup pourtant certaines lui échappèrent:

Hum... du coup dis-moi, tu sais réaliser des fils de chakra ou pas ? Tu utilises n'importe quels matériaux pour la construction de tes marionnettes ? Le bois a-t-il une importance primordiale ou existe-t-il des marionnettes faites d'autres matières, interrogea le curieux ? Comment créer-tu les mécanismes articulaires de tes marionnettes ? Oh euh... combien de marionnettes peut-on maîtriser en même temps ? Et tu leur donnes des noms, questionna à nouveau celui qui ne pouvait plus s'arrêter de poser des questions ?

Le petit érudit avait tellement soif de connaissance qu'il assaillait la pauvre Nanna de question tantôt utile tantôt moins utile, mais qui l'intéressait sincèrement. Arata repensa aux paroles de la jeune fille plus tôt "Tous les marionnettistes de renom ont, au moins une fois dans leur vie, étaient des combattants !"

Donc tu parlais de marionnettistes de renom, tu dis qu'ils étaient tous des combattants, n'est-ce pas ? Alors, tu en connais beaucoup de ces marionnettistes connus, demanda la binocle ? Que sais-tu sur l'histoire des marionnettistes ? Certains de ces grands combattants sont-ils à Kiri ? Mieux tu en connais personnellement, questionna pour la énième fois le filou avide d'apprendre ? Tu as appris toute seule je suppose ? Tu as des livres qui parlent de l'histoire de l'invention de la technique de combat des marionnettistes ? Tu connais l'inventeur de la technique des fils de chakra, insista Arata ? Tu me prêterais quelques-uns de tes bouquins et parchemins sur le sujet ?

On ne l'arrêtait plus, mais soudain il se rendit compte qu'il n'avait pas laissé à Nanna le temps d'en placer une, alors il ralenti son flot de parole et pris tout de même en compte la question qu'elle lui avait posée:

Oh moi, tu sais mon clan est spécialisé dans le fuinjutsu et je suis plutôt doué dans l'art de tracé les sceaux. Je me spécialise aussi particulièrement dans le taijutsu et j'ai quelques connaissances en ninjutsu même si ce n'est pas mon domaine de prédilection, expliqua le genin. Je sais que le fuinjutsu est très utile aux marionnettistes l'homme que j'ai rencontré en faisait usage, un jour si tu veux je pourrais peut-être te montrer, proposa gentiment Arata en guise d'excuse pour toutes ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Kazuma Nanna
Kazuma NannaEn ligne

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Dim 14 Avr 2019 - 14:07
Les questions affluaient, comme si un barrage avait cédé et que le déluge s’abattait sur son pauvre petit atelier de marionnettistes. Avant même qu’elle ne puisse formuler une pensée sur la réponse à apporter à une question, qu’une autre était posée. Le coup final fut asséné par les dernières paroles d’Arata, qui présentait ses propres forces – peu en lien avec le domaine de Nanna, de prime abord.

- Je vais chercher de la limonade ! Il y a beaucoup de questions … et je risque d’avoir soif à y répondre !

Et sans plus tarder, elle rouvrit la trappe de sa chambre pour s’éclipser. Elle ne tarde pas à revenir avec deux verres façonnés de façon exquise dans un cristal violacé, et la fameuse limonade faite maison, dans un récipient du même cristal que celui des verres – un vieux souvenir que sa mère avait gardé de ses vieilles déambulations.

- Avant de penser aux marionnettes ou aux fils de chakra, il faut d’abord assouplir ses doigts. Chaque petit geste, chaque angle, chaque mouvement sont cruciaux pour manier les pantins. Si tu te trompes de commandes, tu risques de faire plus de mal que de bien. Et si tu ne maîtrises pas assez tes articulations, tu ne risques pas de maîtriser beaucoup de choses à la fois. La théorie veut qu’un doigt égal à la maîtrise d’une marionnette, à très haut niveau. Un tel niveau de précision nécessite pas mal de chakra. Sauf que, certains historiens prétendent qu'il existe des exceptions.

Tout en parlant, la brunette s’était emparée d’un grand parchemin et avait posé sa main dessus pour y insuffler un peu de chakra. Aussitôt fait, aussitôt une pile monumentale de livres se dressait devant eux. Elle se saisit de deux volumes – très fins – qui portaient les noms de deux marionnettistes morts.

- Apparemment, le marionnettiste Yamada Tehiro qui a vécu il y a cinquante-sept ans aurait utilisé toutes les articulations possibles de son corps pour maîtriser beaucoup de marionnettes. Une autre marionnettiste, Kanuni Aria, aurait conçu des marionnettes qui contrôleraient d’autres marionnettes par un effet de chaîne : elle « donnait » un ordre avec ses doigts à la première chaîne, et aussitôt tout un mécanisme s’activait en chaîne sur tout le reste. Je tente de comprendre le système d’Aria, avec ces miniatures au plafond… mais je n’ai toujours pas trouvé le « truc ». Soit la chaîne ne fonctionne pas en raison d’un défaut dans ma maîtrise, soit ça bloque arrivée à un pantin. Est-ce mon manque d’expérience, ma mauvaise maîtrise du chakra … aucune idée.

Elle se contentait de hausser les épaules par dépit. Cependant, elle n’avait pas encore abandonné. Elle avait une volonté d’acier, et c’était une de ses plus grandes qualités.

- Il est difficile de trouver des explications claires ou des illustrations des pantins de ces anciens marionnettistes. L’époque ne se prêtait pas vraiment à l’archivage, ou alors on ne voyait pas encore les possibilités infinies de cet art. J'espère que maintenant que je suis shinobi, je pourrais avoir accès à quelques archives interdits aux civils ou rencontrer plus de marionnettistes. Tiens, je te les prête. Rends-les-moi quand tu veux. Je les connais par cœur. Je n’ai connu que deux marionnettistes : un vieil homme qui tenait une boutique de poupées qui connaissaient plein d’histoires, et un homme qui avait été de passage et dont les créations étaient magnifiques ! Ils m’ont donné envie d’être à mon tour une marionnettiste !

Elle se tut, plongée un court instant dans ses vieux souvenirs. Jalousement, et un tantinet par égoïsme, elle omettait de dire que l’homme en question lui avait offert une marionnette merveilleuse – mais dont elle ne comprenait pas encore totalement le mécanisme. Une femme se devait de garder certaines choses secrètes, après tout !

- J’utilise beaucoup le bois pour deux raisons : c’est le seul matériel que j’arrive à trouver aisément et avec mes faibles revenus, et surtout à le manier avec les petits outils que j’ai. Cependant, maintenant que je suis genin, et si je monte de grade rapidement, je pourrais accéder à plus de choses ! Arata, ta seule limite est ton imagination. Si t’as envie de pantins en métal, fais-le. Si t’as envie de pantins en cristal, fais-le aussi. Des pantins en paille aussi, tant qu’on y est ! Personnellement, j’ai ce rêve fou de créer un pantin d’acier et de diamant ! Deux matériaux extrêmement résistants, au temps, à l'oxydation, au feu et à bien d'autres choses ! conclut-elle, le ton rêveur.

Elle se concentra enfin à nouveau sur Arata.

- Je t'envie ! Tu as un clan qui a pu t'apprendre des choses. Il n'y a pas un seul shinobi dans ma famille ... du moins, les quelques rares que je vois. Ma mère a été vagabonde longtemps et elle ne parle jamais de sa famille. Mon père en a perdu une grande partie avant la création du village. Je n'ai qu'un oncle, et deux ou trois cousins, qui travaillent comme pêcheurs.

Elle se tut encore, et son regard changea subitement. D'une simple curiosité, elle exprimait une totale confusion.

- Dis, j'y pense mais ... pourquoi poses-tu autant de questions ? Tu es intéressé par les marionnettes ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Meikyū Arata
Meikyū Arata

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Mar 16 Avr 2019 - 14:25
Oh, effectivement Arata avait peut-être vraiment abusé sur la série de questions qu'il avait balancé à la figure de la pauvre Nanna Kazuma. D'ailleurs la jeune fille proposa d'aller chercher des rafraîchissements, car la discussion allait sans doute être longue, elle n'avait pas tort. Le Meikyū avait hâte d'entendre les réponses à ses questions et il savait déjà que les explications de sa voisine amèneraient à d'autres questions encore. La jeune fille quitta la chambre ou le grenier tandis qu'Arata en profitait pour mieux admirer ses œuvres. Il y avait tellement de marionnettes que la binocle ne savait plus ou poser ses verres de contact. Tous étaient très différents les uns des autres, beaucoup en bois et certains possédaient quelques pièces de métal.
Enfin, Nanna revint les mains chargées de deux verres de cristal violet et un contenant en cristal de même teinte qui contenait sans doute le fameux rafraîchissement. Une limonade d'après les dires de la jeune femme, sans doute faite maison, sympa comme accueil Arata allait sans doute passer un bon moment en sa compagnie. Le genin remercia sa voisine pour sa limonade et en but une gorgée tout sourire, c'était délicieux. Puis ils entrèrent dans le vif du sujet...

Le travail du marionnettiste commençait donc par la maîtrise de son propre corps et notamment les doigts. Après tout, cela coulait de source le contrôle de ces petites choses partaient bien du marionnettiste et de ses doigts reliés aux fils de chakra. Donc c'est bien ce qu'on lui avait dit et ce dont il avait entendu parler, les grands marionnettistes pouvaient maîtriser jusqu'à dix marionnettes à la fois, une par doigt.
Nanna parla d'exception et pour souligner son propos, elle sorti un parchemin duquel elle extrait plusieurs volumes d'ouvrages différents. Parmi ceux-ci deux d'entre eux parlaient de marionnettistes célèbres. Les techniques étaient différentes et permettraient de contrôler plus de dix pantins à la fois, c'était extrêmement intéressant pour le coup. Tehiro Yamada, incroyable. Et Aria Kanuni spectaculaire technique et génie remarquable. Arata porta les yeux sur les marionnettes miniatures accroché au plafond du grenier de la jeune fille. Elle précisa tenter de reproduire la technique qui permettait à Aria Kanuni de contrôler des marionnettes contrôlant eux-mêmes d'autres marionnettes. L'apprentissage semblait difficile, mais avec de l'entraînement le genin ne doutait pas qu'elle y arriverait.

Oh merci pour ces prêts, je saurais en faire bon usage, répondit le rat de bibliothèque heureux comme un simplet. Je suis impressionné de ton savoir sur cet art en plus tu connais par cœur ses ouvrages, incroyable, exprima la binocle.

On pouvait donc utiliser autres choses que le bois pour créer des marionnettes et cela était une bonne nouvelle pour le genin. Si d'aventure, il se lançait dans l'apprentissage de cet art ancien et nouveau à la fois. Il aimerait sans doute la possibilité de l'optimiser pour s'en faire une défense efficace voir quasi-imprenable. Et l'acier restait plus résistant que le bois, par contre Arata se posait une question:

Hormis le bois les autres matériaux sont donc utilisables et tu dis que tu rêves d'un alliage bien à toi, mais tu n'as pas peur que ce soit plus difficile à manier. En sommes le métal est plus lourd que le bois une fois tous les facteurs pris en compte, taille, circonférence ou envergure selon la forme de tes créations. Donc si les pièces sont plus lourdes, elles doivent créer une tension plus élevée sur les filins de chakra qui te permettent de les manipuler, non, interrogea curieux l'érudit ? Cela demande sans doute plus de force physique et de contrôle des articulations de ses doigts ?

Le visage d'Arata s'assombrit tout de même légèrement à entendre les commentaires de sa camarade sur son clan et l'héritage qu'il avait pu en recevoir. Cela lui rappela que cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas penché sur le sujet de ses dons héréditaires se contentant du minimum. La dernière fois qu'il avait évoqué le sujet, c'était en présence de Ren Aburame et depuis, il avait perdu de vue ses objectifs à ce sujet. Hors, se contenter du minimum n'était pas dans ses habitudes et il se décevait sur ce plan.

En réalité, je suis orphelin et je connais peu de choses sur mon propre clan si ce n'est ce que j'ai pu lire à la bibliothèque. Ma mère est morte quand j'avais dix ans et nous avons quitté mon père ainsi que Kaze no kuni alors que j'étais encore très jeune, je n'ai que peu de souvenirs de lui. Je sais qu'il fait partie du clan Meikyū et que je tiens mes facultés de lui, mais c'est tout, annonça tristement le shinobi. Malheureusement, les sceaux ancestraux qui nous caractérise nous le clan des sceaux me sont pour la plupart inconnus. Je sais pratiquer le sceaux du renouveau qui m'est propre seulement à bas niveau et seul les soins sont à ma portée, mais je suis certain que d'autres applications sont possibles, précisa le genin. Un jour je développerais mon kekkei genkai, je m'en suis fait la promesse, se rappela Arata.

Enfin, ce n'était pas le moment de s'apitoyer sur son sort:

Tu ne dois pas t'en faire, de grands shinobis ont parcourus ce monde sans pour autant faire partie d'un clan. Nous n'avons pas tous des dons héréditaires, d'ailleurs je trouve ces ninjas sans dons naturelles bien plus courageux et digne de respect. Après tout, ils ne doivent leurs talents qu'à leur travail acharné et personnel, cela force le respect, tu ne trouves pas, demanda-t-il ? En réalité, je m'intéresse aux marionnettes d'abord pour leur côté festif, lorsque j'ai rencontré cet homme de spectacle dont je t'ai parlé, le marionnettiste de l'hôpital j'ai été emporté par la magie de son numéro, avoua souriant le genin. Alors, j'ai décidé de me renseigner sur cet art, mais je dois avouer qu'à ce stade de mon développement en tant que shinobi un travail à distance ne serait pas du luxe. Alors, j'explore des pistes comme celle de l'art des marionnettistes, expliqua gentiment le membre du clan des sceaux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Kazuma Nanna
Kazuma NannaEn ligne

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Dim 28 Avr 2019 - 12:42
- J’ai souvent été malade quand j’étais plus petite et ma mère m’interdisait de sortir du lit. Alors, je passais le plus clair de mon temps soit à lire, soit à imaginer de nouvelles marionnettes. Mais maintenant, j’ai une santé de fer !

Elle mentait, un tantinet. Elle était bien plus faible physiquement parlant que la moyenne des filles de son âge. C’est cette même réalité qui faisait que ses parents étaient angoissés au possible depuis l’engagement de leur fille dans l’armée. Ils ont tenté quelques recours, pour qu’elle soit radiée – pour des raisons de santé, ou d’âge – mais rien n’y fait ! On disait « elle est une marionnettiste, elle n’a pas besoin d’être physique » ou « nous avons des médecins de talent, ils apporteront leur aide ». Une réalité qu’Arata souligna inconsciemment, en parlant de la nécessité d’une force physique pour maîtriser la création dont la jeune fille rêvait depuis petite.

- Effectivement ! Je dois trouver des astuces ici, ou ailleurs, mais surtout auprès de shinobi. Certains maîtrisent le métal, d’autres le cristal et même qu’on prétend que certains peuvent jouer avec la gravité. Il faut que je m’inspire de leur maîtrise, pour améliorer la mienne. Enfin, tu as raison, je dois me renforcer de corps ! dit-elle, en soulevant ses bras, et mimer de prétendus muscles aux bras.

Elle cachait la dure réalité d’un corps encore trop fragile derrière le rire, derrière l’insouciance. « Si elle a pu devenir kunoichi, malgré tout, alors elle pourrait bien dompter la faiblesse de ce corps ! » Voilà sa philosophie. Une force de caractère qui compensait indéniablement ladite faiblesse ; une force qui ne se laissait pas abattre facilement mais surtout une force qui pourrait être contagieuse – ou trop insupportable pour d’autres. Arata parlait de son clan – ou plutôt de son ignorance de ses propres racines – et elle écouta religieusement le tout, sans interrompre, sans sourire, sans pleurer.

- Maman était saltimbanque avant. Elle a pas mal visité Kaze no Kuni. Tu pourrais lui poser des questions ! Et sinon … oui, les marionnettistes sont principalement des combattants à distance. C’est assez rare de travailler au corps à corps parce que d’une part, tu réduis tes chances de maîtriser à 100% ta marionnette, et d’autre part parce que combattre au corps à corps et maîtriser la marionnette nécessite trop d’efforts physiques comme intellectuels.

Elle range à nouveau ses multiples livres dans ce même parchemin – qui revient tout droit à sa place dédiée sur l’étagère. Elle lance un petit regard à Arata, puis un autre regard à la trappe.

- Par contre, tu sais que les marionnettes shinobi diffèrent grandement des marionnettes des spectacles ? demanda-t-elle sérieusement. Par exemple, tu auras des lames, tu auras des poisons, tu auras des entraves … Ce n’est pas vraiment magique.

La mort la laissait indifférente. Ayant grandi entourée de cette dernière, la mort était un processus naturel dans la vie d’un homme.
Elle se tait un court instant ; et en profite pour se diriger vers la lame en question. Elle se saisit d’un mètre et commence à faire quelques mesures.

- Si tu es toujours motivé, et si tu veux bien de moi, j’peux t’aider à te lancer efficacement dans cet apprentissage !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Meikyū Arata
Meikyū Arata

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Lun 6 Mai 2019 - 17:09
Décidément Nanna avait des réponses à toutes ces questions, elle lui proposait même de parler à sa mère dont le métier de saltimbanque l'avait fait bourlinguer de pays en pays. Celle-ci avait assez vadrouiller pour emmagasiner beaucoup de connaissance, son passage à Kaze no kuni lui apprendrait sans doute des choses, c'est vrai. Arata garda l'information dans un coin de sa tête déjà bien rempli, il passerait peut-être voir madame Kazuma plus tard avec ses questions.

L'idée du spectacle avait tout de suite plu au genin, il avait été emporté par cette magie enfantine et par le talent du marionnettiste à l'hôpital. En réalité, oui l'idée de monter de petit spectacle amusant le bottait bien, mais il voulait aussi minimiser son engouement face à Nanna. Il ne voulait pas qu'elle le prenne pour un gamin rêveur et qu'elle s'imagine qu'il souhaitait réduire l'importance du travail des marionnettistes en se vantant de souhaiter apprendre son art comme cela sur un coup de tête.
Néanmoins, peut être que son approche sur le côté spectacle de cet art avait eu l'effet inverse, Nanna devait se dire que le Meikyū était un utopiste qui croyait qu'il réussirait aisément à apprendre à faire bouger une marionnette en combat. Ou pire qu'il pensait que l'art des marionnettes n'étaient bon que pour le spectacle.

Rassuré lorsque la jeune femme lui proposa son aide pour l'apprentissage des marionnettes le genin lui sourit. Elle avait un bel entrain en tout cas, Arata voyait en elle irradier une sorte d'aura de génie, elle ferait sans doute une excellente kunoichi comme il l'avait déjà souligné plus tôt:

Oh euh, tu me fais déjà un grand honneur en acceptant de partager tes connaissances avec moi, puis tu m'offres de t'emprunter tes livres et maintenant tu me propose un tutorat. Tu es incroyable Nanna, je n'aurais pas pu rêver meilleure voisine et... jolie avec ça, argua Arata les derniers mots lui ayant échappé.

Il se mit à rougir instantanément, il n'était pas du tout dans ses habitudes de draguer une femme encore moins de manière ouverte comme il venait de le faire. Intérieurement, le garçon se maudit d'avoir ainsi laissé échapper une pensée légère qui avait passer les barrières de sa pudeur adolescente.

Par... pardonne-moi, les mots m'ont échappés c'est incorrect et pas du tout approprié de parler ainsi à son senpai, s'excusa-t-il avec déférence. Accepterais-tu de commencer par me faire une petite démonstration, peut-être sous la forme d'un combat d'entraînement près du Grand Dojo, demain par exemple, proposa bien vite et de manière interrogative le shinobi gêné ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Kazuma Nanna
Kazuma NannaEn ligne

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna Empty
Dim 2 Juin 2019 - 0:54
Les marionnettistes ou aspirants marionnettistes étaient une denrée rare. Dès lors, sans un ami fidèle ou un rival de taille, il était difficile pour Nanna de se comparer ou d’évaluer son niveau. Elle avait cette terrible sensation d’avancer seule, et à tâtons, dans une tempête de sable. Cette route solitaire l’avait considérablement lassée et fatiguée récemment : la voie shinobi pour découvrir obtenir de nouvelles ressources n’étaient qu’une piètre excuse, pour cacher sa véritable ambition. Celle de se mesurer à d’autres personnes, à tenter d’améliorer son art en s’inspirant des autres arts ou techniques … L’amélioration n’est possible que dans la compétition amicale ou dans un contexte violent agressif. Elle ne regrettait pas son choix et Arata ne confirmait que davantage qu’elle avait pris la bonne décision : Il posait des questions pertinentes et mettait donc inconsciemment à l’épreuve les premières connaissances acquises durement par la brunette.

Malgré toutes ses convictions et sa volonté, Nanna n’en restait pas moins une jeune fille coquette et sensible aux flatteries. Tout naturellement, ses joues virent au rose puis au rouge cramoisi. Une scène banale pour beaucoup – soit les pudeurs de premières heures des adolescents – mais qui sera surement une scène qui restera dans les mémoires de chacun.

La minute silencieuse et gênante finit par être brisée par Arata. Ce dernier proposait un entraînement, incluant un combat amical, afin qu’elle fasse quelques petites démonstrations. L’idée d’un spectateur shinobi était à la fois plaisante, et effrayante : excitante à l’idée d’émerveiller un autre « collègue », et intimidante à l’idée de ne pas être à la hauteur des attentes.

- Je ne peux pas. J’ai une mission, en dehors du village, répondit-elle tout naturellement, mi-figue, mi-raisin. Je serais de retour dans moins de trois ou quatre jours. Mais, à mon retour, je te ferais une démonstration ! Promis !

La demoiselle était bien loin de deviner à quel point les prochains jours et semaines allaient l’obliger à remettre en question ses premières créations, et à briser toute limite qui pourrait entraver son imagination. Un mal, pour un bien, comme certains aiment le dire, car oui, de ce mal, une idée allait fleurir, une idée qui ne pourrait que plaire ou déplaire – mais nullement laisser indifférent.

- Par contre, il faut qu’on s’arrête là aujourd’hui. Je dois aider mes parents dans la boutique dans une petite demi-heure. Et je dois préparer mes affaires pour demain, avant d’y aller, soupira-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988

De fil en aiguille, on devient amis... ¤¤ Nanna

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: