Soutenez le forum !
1234
Partagez

UNE PATTE BÉNÉVOLE

Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mar 9 Avr 2019 - 19:12
Malgré la situation critique de laquelle la Brume sortait à peine, Reikan dormit à poings fermés pour récupérer le plus de forces possibles. Son lit, couvert de fourrures animales, était ferme et rassurant. Et ce furent sans compter sur la fenêtre dépourvue de rideaux ou de volets, par laquelle entrait la clarté diffuse du soleil levant, que la féline fut extirpée de son sommeil. Un soupir de sa part truanda alors la taciturnité de son appartement. Elle ne fit aucun rêve marquant et, lorsqu'elle s'éveilla, l'angoisse qui, la veille encore, contrôlait ses gestes, sa respiration et ses pensées, avait reflué jusqu'à prendre la forme d'une boule au creux de son ventre. Sombre, douloureuse, menaçante, mais suffisamment circonscrite pour être maîtrisée. Une fois les yeux ouverts, une simple œillade lui permit de s'imprégner de l'avancée de l'astre solaire dans le ciel, indiquant à peine le début de la matinée. Il y a encore du pain sur la planche, je ferais mieux de me presser.

Après un passage à la salle d'eau, l'accoutrement de toile qu'elle avait porté pendant la nuit fut immédiatement remplacé par une combinaison sombre et près du corps, dont l'élasticité lui permettait de se mouvoir sans le moindre souci. Et comme à son habitude, elle prit soin de se munir de son bandeau shinobi et d'arborer sa chevelure de différentes parures claniques et précieuses, sur lesquelles, une fois à l'extérieur, rebondissait les rayons du soleil, faisant ressortir l'éclat d'une incrustation d'or et de diamant. Le chemin jusqu'à l'orphelinat se fit sans encombres, bien qu'il ne fût pas de tout repos. Constater les dégâts collatéraux, tant au niveau humain qu'à celui des infrastructures, fut difficile à encaisser. Depuis sa venue à Kiri et jusqu'à lors, la féline n'avait fait face qu'aux bénéfices d'appartenir à un village. Mais comme elle le redoutait, même de telles murailles ne pouvait retenir cette vague de haine mondiale qui gangrénait les Hommes. Un détour à la place s'était même imposé, pour s'informer d'une annonce de la plus haute importance venant de l'élite ; celle d'un nouveau Mizukage.

***

Satanés véreux. Voilà quelle fut la première pensée lorsque l'indomptable bête pointa le bout de son nez à l'asile des plus jeunes. L'amertume que la tigresse blanche n'avait pas pu ressentir sur le champ de bataille prit définitivement place en son sein, à la vue du bâtiment de l'orphelinat qui n'avait pas été épargné par les affrontements. Et dans le feu de l'action, en défendant cette bâtisse, la métamorphe n'avait pu se rendre compte de la gravité des dégâts. Dès son arrivée, elle prit part au travail de restauration des différents civils bénévoles déjà sur place. Elle souleva une poutre de la charpente en partie effondrée, puis une autre, comme si elles n'étaient que de vulgaires cures-dents à ses yeux. Ce qui ne manqua pas d'attirer les yeux des plus curieux.

« Dieu soit loué, il y a encore des gens sensément dévoués pour permettre à ces enfants de garder un toit au-dessus de leur tête.
Ravie de pouvoir vous aider. »

Ébahis, les enfants recueillis, qu'elle ne connaissait guère pour l'instant, s'amusaient presque à la regarder remettre sur pied des blocs de pierre et des piliers de bois en place, avec une aisance si singulière que ça paraissait être un jeu... d'enfants. Décidément, ces enfants ont l'air bien calmes malgré ce qui s'est produit. C'est comme si quelqu'un les avait bercé toute la nuit. Soudain, une étrange moue s'empara du faciès de la féline, dont le flair avait d'ailleurs été dérangé par une odeur presque... familière. Imprégnant les murs de l'orphelinat, ce parfum carnassier ne déstabilisa pas pour autant Reikan, qui muselait son esprit afin de ne pas cogiter à ce sujet. Du moins, jusqu'à ce qu'elle fut délibérément dérobée de ses songes, à l'instant même où elle discerna une silhouette munie d'un imposant parchemin à l'horizontale, sous l'épaisse poutrelle de fonte qu'elle était en train de redresser. Xūen.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mar 9 Avr 2019 - 21:04




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan





L’altruisme n’allait pas souvent de pair avec la misanthropie mais force était de constater que l’éphèbe à la peau dorée par le soleil de Kaze avait su mettre ses tensions envers l’Humanité de côté par devoir de mémoire pour les siens et autre devoir professionnel.

Les enfants n’y étaient pour rien dans tout cela, orphelinat portant un certain patronyme ou pas. C’est donc tout naturellement que son aide se dirigea vers les moins corrompus de tous les êtres vivants ; ceux qui n’avaient pas encore goûté par chance ou naïveté à l’appel du pouvoir, de l’argent et autres maux rongeant les âmes des biens-nés.

De prime abord, il avait rendu visite à ceux dirigeant l’endroit et sans surprise, la casse avait été conséquente. Mais le carnet de contact du Fils du Vent n’avait d’égal que la longue liste de ses voyages et en qualité d’ancien Amiral de la Flotte de Mizu no Kuni, il n’avait pas eu à tergiverser longtemps auprès des contremaîtres du chantier naval affilié au Port Naragasa pour obtenir bois et autres matériaux servant à la reconstruction, faute de ne pas être né avec le Kekkei Genkai Mokuton.

La commande préparée, il avait donc mené le convoi jusqu’à l’endroit et avait passé le reste de son temps avec un architecte nommé Shinichi ayant la fâcheuse tendance à mâcher ses mots sur les possibles améliorations et agrandissements. S’il fallait reconstruire, autant le faire mieux même si l’idée que l’orphelinat se remplisse toujours plus n’était pas de bonne augure. Descendant du toit où il s’était octroyé une cigarette bien méritée, pourvu simplement du bas de sa tenue noire pour arborer sur son dos zébré de cicatrices un simple haori ouvert de même couleur afin de laisser respirer sa peau. Ce dernier cachait le sceau Meikyû vampirisant son épiderme sur tout le côté droit de son épaule.

Qu’elle ne fut pas sa surprise quand il aperçut encore une fois, au détour d’un lieu où il ne l’attendait pas sa consoeur du Désert.

Il posa l’une de ses mains sous le poteau qu’elle semblait tracter vers le haut comme tout bon gentleman l’aurait fait, non pas qu’elle semblait essoufflée ou en mauvaise posture, mais simplement par habitude. « Au service d’une cause juste, comme on aurait pu l’attendre de quelqu’un qui se recueille dans un temple. » Lâcha-t-il avant de finir de joindre sa force au mouvement.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mar 9 Avr 2019 - 22:32
Décidément, il en fait des choses, ce hasard... La venue du Fils du Vent à l'orphelinat obligea presque la féline à rendre un sourire chaleureux à son confrère, au milieu de cette ambiance générale assez morose. Si bien qu'elle fut tentée de retirer toute sa poigne de la poutre pour le saluer, avant que la raison ne la rappelle à l'ordre. Sans broncher, Reikan se redressa totalement avant de remarquer l'insistance de Xūen, qui ne démordait pas du poteau de fonte. Par suite, elle accorda un coup d’œil au convoi de matériaux servant au rétablissement des principales bâtisses, dont celle qui était la maison des enfants de personne. Loin d'être naïve, la changeforme comprit vite qu'il était le dirigeant de cette opération de solidarité, par leurs arrivées concomitantes. [invisible_edit]

« Même les bêtes les plus féroces peuvent être dotées de bonté et d'altruisme. Et à ce que je vois, je ne suis pas la seule. »

Le rictus au coin de ses lèvres persista, laissant le minois de la métamorphe adopter un air malicieux. Peu à peu, l'emprise de Reikan, bestiale à l'intérieur mais humaine à l'extérieur, perdit du terrain. Sa dextre, munie d'un anneau osseux à l'un de ses fins doigts, s'extirpa du bois. L'essentiel du poids de la poutre de fonte reposa ainsi sur le Jônin, qui ne put que saluer les capacités de la nomade sur le terrain de la force pure. Dorénavant libérée de cette charge, elle étira son bras gauche, qui ne présentait pourtant aucune marque d'effort. D'apparence aussi choyé que celui d'une noble, ce dernier avait pourtant été assez talentueux et puissant pour remettre des dizaines de poutres sur pieds, dans l'attente d'une nouvelle livraison. Et en plus, il est dans les temps. Sans daigner accorder une attention particulière aux premiers ouvriers arrivant en renfort, la jolie brune tourna pourtant le visage sur le côté, en vue de jeter un œil à ses arrières. Le regard bleu roi de l'indomptable bête parcourut en peu de temps le visage de chaque enfant qui s'amusait dans les décombres, faisant naître une moue réconfortée sur son faciès. Une fois la tête retournée face au Sage Sabreur, elle plongea ses pupilles myosotis dans celles d'ocre de ce dernier, finissant par le scruter de la tête aux pieds, en passant par son parchemin, et ce sans l'once d'une gêne. Manifestement, la féline avait beau être civilisée depuis peu, elle n'était pas encore habituée aux mœurs sociales des plus sédentarisés.

« Ravie que tu ailles bien, malgré tout ce désordre. »

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 13 Juin 2019 - 3:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mer 10 Avr 2019 - 0:41




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan





Leurs deux personnes séparé par cette barrière sommaire que chacun d’eux aurait pu détruire aisément, les retrouvailles ne semblaient déranger aucuns des deux partis. Xûen n’était pas venu pour se faire bien voir mais la Yasei ne put s’empêcher sa participation charitable et il y répondit par un simple haussement d’épaule tout en continuant de poser la fondation du refuge, qui n’était visiblement pas la première. S’il avait fait jouer ses relations, elle avait donné de l’huile de coude bien qu’elle ne semblait pas en paraître autant qu’elle en avait fait.

« C’est du bon travail. Espérons que celui-là résiste à la folie des Hommes. » Un rictus plus amer que réellement enjoué fissura le marbre de la partie basse de son visage tandis qu’il lâchait lui aussi la création maintenant à sa place. Elle avait quant à elle ce même air malicieux pendant un temps, qu’il avait entraperçut à leur première rencontre ; voilà qui était cohérent. Proche du côté bestial par son Kekkei Genkai, elle en avait certains aspects, dont l'espièglerie des félidés.

Ne semblant pas dérangés par leurs discussions plus que par les travaux, certains garnements jouaient aux épeistes à l’aide de simples bâtons et d’autres inscrivaient des kanjis dans certains endroits boueux où les lattes de bois avaient disparues.

Quand elle le jaugea de la sorte, il n’en parut pas choqué, au mieux amusé. C’était quelque chose d’habituellement masculin et malgré son attachement à l’étiquette de part son éducation, Xûen avait parfois ses côtés sauvages. De plus, le natif du vent n’avait rien à cacher d’apparent ici. Plus discrètement dans l’interstice, il constata de la tenue qui différait de celle précédente, mettant plus en valeur des formes somme toute féminines sans avoir la grossièreté de s’attarder dessus.

« De même. Content que tu ne sois pas parmis les blessés graves et autres causalités d’un tel événement. » Il paraissait sincère mais toujours assez taciturne pour ne pas être chaleureux au sens premier du terme.

« Tu as participé au conflit d’une façon ou une autre ? » Peut-être qu’ils avaient combattus dos à dos ? En tout cas il n’avait pas reconnue la féline lors de ses diverses actions, quelques jours auparavant.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mer 10 Avr 2019 - 17:58
Résister à la folie des Hommes. Voilà un bel engagement, sortit de la bouche de Xūen et ébranlant tout droit l'âme de Reikan, à nouveau. Un alignement de mots permettant un retour aux sources secrètement brusque, mais nécessaire. Dans ce paysage où les âmes encore assez pures balayaient les désolations des plus faibles selon leurs moyens, la démence humaine avait bien son mot à dire. Dorénavant propre à l'Homme, combien désespérante était sa folie et son mépris des autres pour sa gloire personnelle ; signes trop nombreux que les leçons les plus élémentaires de l'histoire n'étaient pas retenues, peu importe l'échelle géographique des événements sanglants qui ont bercé le Yuukan.

Au sein de ce typhon mêlant aussi bien bon travailleurs et brigands, pauvres et nobles, le cycle infernal de la haine avait trouvé sa place avec le temps, s'accentuant de générations en générations. À tel point que la vendetta s'était presque ancrée dans les mœurs et dans les cœurs, comme si tuer était devenu un loisir du quotidien de tout un chacun. Et à la vue de ces enfants innocents, la féline ne put s'empêcher d'avoir des réminiscences de son odyssée tourmentée, dont les voyages avaient forgé en elle une volonté à toute épreuve. Une volonté manifestement inébranlable, qu'elle comptait bien mettre en œuvre pour mettre à mal les plus fielleux. Et pour longtemps.

« Malheureusement, pas directement. Il m'était impossible de partir aux geôles ou au Palais de la Brume, puisqu'étant retenue au Temple et ici-même. De toute évidence, je ne pouvais pas laisser ces mercenaires s'en prendre à de tels bienveillants, sans leur rendre la monnaie de leur pièce. »

En répondant au Fils du Vent, Reikan s'était dirigée vers le convoi de marchandises, guidé par les charpentiers les plus brillants de la Kiri la Grande. L'un d'entre eux tenta d'ailleurs de dissuader la changeforme de s'accaparer d'un des plus gros éléments de bois, avant de remarquer l'insigne du bandeau porté à son cou. Le temps presse. Je peux bien mettre la main à la pâte tout en discutant. Cette dernière extirpa donc ce qui allait servir de poutre mère à la réparation de la partie délabrée de la charpente. Bientôt, la maison orpheline n'allait plus l'être, considérant l'esprit de la métamorphe qui voulait aller au plus vite, pour que les enfants aient le plus tôt possible un toit viable sous lequel ils pouvaient dormir, sur leurs deux oreilles. En effet, même si Reikan avait été élevée sous la voûte céleste et non pas sous la solide charpente d'une bâtisse en bois, elle était déterminée à apporter un endroit sûr, favorable à de meilleures conditions de vie d'un point de vue objectif, à cette génération délaissée. Ni une, ni deux, la jolie brune s'activa donc à ramener sa trouvaille sur le terrain pour avancer les prémices de la nouvelle construction. D'une voix teintée de curiosité et d'un regard peint de malice, elle retourna la question à son confrère, en déposant un côté de la poutre contre le sol poussiéreux, qui manqua de trembler sous ce relâchement soudain.

« Et toi? C'est peut-être incongru, mais... l'odeur de batraciens qui imbibe tes vêtements me chuchote à l'oreille que tu n'as pas passé tes dernières nuits sous la Lune brumeuse. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 2:10




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan





Il écouta le récit de la Yasei avec un intérêt tout particulier, lui qui avait à sa façon été cantonné -par le destin et non ses choix en toute connaissance de cause- loin de ce qui se nommait parfois la Nuit Rouge, ou la Destitution. Reikan avait choisi l’utilité au fait de briller ; peut-être en aurait-il fait autant s’il avait eu les cartes en mains. Restait que l'Étoile du Matin n’avait pas brillé et que beaucoup continuaient de le considérer comme un étranger, ce qu’il était dans une moindre mesure. Elle savait des bribes de son passé à Kaze no Kuni mais ignorait par exemple ses accomplissements en tant qu’Amiral. À y repenser, une seule personne dans le Yûkan pouvait tracer la carte de sa vie avec toutes les pièces et elle était à mille lieux d’ici. Son visage traversa rapidement l’esprit cartésien du Bushi.

« C’est déjà un acte plein de conséquences. De bonnes conséquences. » Il ne chercha pas à la rassurer sur la justesse de sa décision. Preuve en était l’absence total d’un visage paternaliste ou trop amical.

Quand elle décida de s’affairer, il fit quelque pas vers le maître d’oeuvre et lui glissa quelques mots accompagnés de signe sur ce qui pouvait encore manquer, ici ou dans les alentours. Ceci fait, il rejoignit la Féline porteuse de son énorme tronc taillé en rectangle tandis que les enfants commençaient à s’approcher des deux Enfants du Sable.

Elle avait des sens affûtés ; cela lui arracha une moue plus proche de l’amusement que de la surprise. « Ton flair a chuchoté avec justesse. J’étais parti rendre visite à ces derniers et je ne suis arrivé que trop tardivement pour participer au conflit d’envergure qui a pris place dans la Tour. » Les extrémités de sa dextre caressèrent le grand rouleau qui dépassait de son dos, son regard se posant sur l’un des enfants qui semblait le fixer avec un peu trop d’assiduité. En posant simplement son pouce sur son avant-bras qui s’était entaillé trop vite contre le wakizashi pour que les garnements y voit quelconque manoeuvre, il fit apparaître quelques batraciens dont, parmis eux, Gamamikai. Ce dernier allait se permettre de l’ouvrir mais un regard bien senti de son propriétaire le dissuada de montrer son don de parole. D’elles-mêmes, guidées par le petit crapaud pourvu d’une épée et d’un haori, elles allèrent bondir prêt d’eux, tournant autour de la meute d’enfants sans que Xûen y accorde vraiment trop d’attention.

« J’ai pris une décision ; et elle a entraîné un futur sur lequel je n’ai pas eu de prise pendant un temps. C’est assez récurrent. » Dans la vague, il perdit vite son air un tantinet amer pour se pencher et ramasser quelque plan que le vent avait emmené à ses pieds. « Le projet à l’air ambitieux. »



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 18:28
Du coin de l’œil, Reikan guetta discrètement la horde de crapauds miniatures qui s'en alla affronter celle des gamins de tout âge. Cet instant d'euphorie intérieure, engendrée par la vue de leurs amusements si enfantins, prit de court la métamorphe. Une armada de souvenirs intrinsèques à son enfance eut vite ressurgit, ravivant la flamme de son âme. Mais aussitôt, la jolie brune reprit ses esprits pour prêter main forte aux charpentiers. Lever les poutres mères, échafauder de solides fondations qui allaient servir de socle à l'ossature naissante de la nouvelle charpente traditionnelle ; voilà bel et bien une tâche qu'aucune noble imbue d'elle-même n'aurait souhaité accomplir, même au nom du bien commun. Et bien que les parures ornant sa chevelure primitive et sa façon de se tenir aussi droite pouvaient faire a priori penser qu'elle appartienne à une telle classe sociale, la Tigresse blanche était, de par ses valeurs et sa volonté propre, totalement à l'opposé de ce principe. Après tout, la vraie noblesse n'était pas celle du porte-monnaie, mais celle du cœur et de l'esprit. Et même en plein labeur, la féline se refusait à laisser de côté son confrère.

« Rien n'est trop ambitieux... pour ceux qui n'ont rien. »

Les minutes, les heures défilèrent aussi vite que la course du soleil dans le ciel, tandis que la nomade déposa, selon les plans, la dernière poutre édificatrice. Le projet avait certes été présomptueux, les travaux et leur rapidité, eux, l'étaient encore plus, grâce au coup de patte de la féline. À ce rythme, les mioches pourront dormir sous cette charpente dès demain soir. Assez satisfaite de cette avancée, les visages apaisés des menuisiers dirigeants cette opération et les ouvriers la réconfortèrent, alors qu'elle épongeait du dos de sa dextre la suée de son front. Et même si la kunoichi pouvait persévérer d'une façon aussi soutenue jour et nuit, les hommes avaient besoin de repos.

Reikan fut extirpée de son tunnel d'obstination, dès l'instant où elle sentit un corps étranger toucher l'un de ses mollets. D'un pivot de la tête, la féline accorda un coup d’œil au morveux s'étant réfugié contre elle, fuyant l'épée de bois factice tenue par l'un des batraciens. Un sourire taquin prit place sur ses lèvres, alors qu'elle plia les genoux pour s'accroupir. Nul doute, les crapauds auxquels il a fait appel sont dénués de toute animosité. Toutefois... Après avoir volontairement tourné le dos au Fils du Vent, la changeforme releva les fins doigts de sa dextre par-dessus les yeux du garçon fuyard, avant d'user de ce qui était très certainement l'un de ses atouts prédateurs. Quelques secondes suffirent pour que le crapaud traqueur ne devienne pâle comme un linge devant ce phénomène, jusqu'à accourir aux jambes de son maître, tant il fut effrayé. Sans tarder, l'indomptable bête rendit la vue à l'orphelin, avant de lui accorder son plus beau sourire. Et la réaction de ce dernier fut sans appel, lorsqu'il eut osé toucher aux ornements dorés de la féline, témoignant de sa curiosité profonde vis-à-vis de l'étrangère qu'elle était. Les joues rosées, il s'en alla dès qu'il le put, pour se diriger vers ses camarades aussi friands que lui d'anecdotes sur les deux natifs du Kaze no Kuni. Toujours accroupie, Reikan dosa sa douce voix, assez pour se faire entendre par le brun et trop peu pour que les enfants ne retiennent ses dires. Et à l'écouter parler, ses bronches étaient surélevées par une prise de sérieux déroutante, son timbre étant teinté par l'amertume ; plus que de la mélancolie, il s'agissait sûrement là du regret d'un esprit libre d'être désormais enchaîné à la sédentarité.

« Après de tels conflits internes, penses-tu sincèrement que c'est une bonne chose que de continuer à s'enfermer comme des rats entre ces murs? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Ven 12 Avr 2019 - 1:50




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan





Ses mots sonnaient juste et il éprouvait une affection presque archaïque pour cette madeleine de Proust aux longs crocs. À l’entendre, il se retrouvait des décennies auparavant, près de son vieux précepteur aux traits creusés par la vieillesse. Elle semblait un phare de son passé, brillant de préceptes qu’il avait délaissé ou placé là pour servir de leurre à certaines de ses réelles intentions. Elle avait donc un goût doux-amer, partagé entre ses valeurs d’antan et les actuelles ; bien moins optimistes.

Quand il voyait une telle flamme, Xûen se sentait obligé d’essayer de la maintenir grésillante, au risque de voir le cercle se répéter encore. Peut-être n’était-il pas celui qu’il espérait mais l’homme qui guiderait la personne qu’il voulait être ? Tant de questions auquel il n’avait pas de réponse.

L’après-midi fut placée sous le signe de la besogne, bien que le Mirage ne sembla pas aussi affectée que sa consoeur par l’effort, bien qu’il participa autant qu’elle, allant de temps en temps discuter sur les derniers points de détails avec les quelques gérants du chantier. Quand la lampe brûlante éprouva enfin tout ce qu’elle avait de flammes lancinantes, le projet touchait -sauf finitions et autres détails comme le mobilier- à sa fin.

Accroupie et de dos, elle sembla montrer quelque chose à l’un de ses petits invoqués, qui eut assez d’effet pour qu’il cherche un réconfort maternel auprès de Xûen. Assez gêné, il secoua simplement le mollet pour l’envoyer dans une flaque d’eau aux alentours dans un bruissement sonore.

Proche de celle qui était encore proche du sol, sa voix se calqua sur celle de la Yasei, implicitant que ses propos n’étaient pas pour la plèbe enfantine mais bel et bien pour elle et elle seule.

« Il n’y a pas de murs assez hauts ou épais pour cloîtrer une bête suffisamment féroce. » Il tendit à la demoiselle le bout de sa main qui semblait fine mais assez solide pour tenir au creux de sa paume l’ambition irascible de son pays.

« Je suis de nature assez libre, je doute que j’arriverais à rester en place sans une bonne raison. » La guerre civile en était une bonne, mais elle était désormais passée et le Rokudaime ne tarderait pas à prendre des mesures ; qu’il comptait bien appliquer.

« Le travail ne reprendra pas avant demain. » Il l’aurait bien invitée quelque part, histoire d’avoir de la compagnie pendant son repas mais il ne connaissait pas de bonnes adresses et n’avait pas à en tête d’autres idées que de continuer cette discussion, en un lieu plus propice qu’au milieu des enfants.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Ven 12 Avr 2019 - 22:33
Féroce. Un mot qui définissait là très bien Reikan, malgré la douceur et la beauté de son enveloppe charnelle. Une force brute et intrépide, propre à la nature même des plus grands prédateurs félins. Si aux yeux du plus grand nombre, la férocité n'était que synonyme de bestialité, aux yeux de la métamorphe... c'était un véritable don, une profonde source d'inspiration qu'elle tirait notamment de son père et maître ; Yasei Ragna. Bien que ce nom ait pu parcourir bon nombre de dunes et de mers dans le passé, imputant à son prédécesseur une réputation terriblement fauve, il n'était aujourd'hui qu'écho dans les esprits du Yuukan. Et seule la jolie brune s'était nourrie de cette périculosité pour en faire son arme pour servir le bien. La féline esquissa un faible sourire apaisé lorsque la réminiscence du visage de Ragna traversa la voûte de son psychique.

« Depuis que je suis dans ces marécages, tu dois être le premier que je croise détenant un discours similaire au mien. Je ne peux te cacher que cela me rassure... à force, je pensais m'être méprise. Non pas que j'ai pu douter de moi-même, mais que je pensais avoir perdu la raison malgré la boussole de mes convictions. »

Néanmoins, au fond d'elle-même... Qu'ils soient dieux ou démons, mendiants ou empereurs, j'écraserai tous ceux qui se mettront sur mon chemin. La Tigresse blanche était bien loin d'avoir été déroutée depuis le début de sa formation ; et même si elle en était devenue folle à lier, Reikan aurait sans doute continué sur cette lancée, bien trop obstinée par ce havre de paix dont elle souhaitait faire du Yuukan le berceau. Mais à l'heure actuelle, la changeforme était consciente qu'elle avait encore beaucoup de chemin à parcourir pour ainsi prétendre parvenir à de telles fins. Et elle ne pouvait espérer réaliser ses ambitions sans l'aide de solides soutiens, nécessaires à ce qu'elle ne finisse pas dévorée par toute la haine du monde entier, à force la faire reculer. D'instinct, l'indomptable bête releva ses fins doigts dans ceux de Xūen pour y dénicher une prise assurée et s'en servir en vue de se redresser. Elle s'en détacha aussitôt, plongeant ses pupilles dans les siennes alors que les derniers lueurs du soleil couchant caressaient ses éphélides.

« Profitons-en pour nous mettre quelque chose sous la dent, après tout ce labeur. Que dirais-tu d'aller au Takotako? Je suis sûre que ça nous rassasiera très vite. Et puis... »

Reikan tourna la tête pour zieuter du coin de l’œil la troupe d'enfants, qui se perpétraient encore des chamailleries en compagnie de la meute batracienne. Un garde de l'orphelinat restait tout de même à l'écart pour les surveiller, alors que l'heure du dîner sonnait pour les plus jeunes. J'imagine que les réserves ont été détruites, avec tout ce grabuge... Soit. Une fois retournée vers le Jônin, la féline fit naître un sourire radiant sur le bas de son minois.

« J'aimerais bien que nous revenions ici pour leur tenir compagnie, histoire qu'ils ne dorment pas eux aussi la panse vide. Du moins, si tu n'es pas appelé autre part dans la Brume. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Lun 15 Avr 2019 - 17:39




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan





« Il m’est aussi déjà arrivé de me sentir seul pourvu de telles convictions. Il faut parfois les remettre en question pour avancer. Jusque là, je pense avoir toujours été dans la bonne ligne directrice. »

Bien qu’il fut impossible de le déceler sur son faciès ou à l’aise de quelque micro-expression, c’était un mensonge effarant. Il ne pouvait même plus méditer et entrer en totale osmose avec son environnement. Depuis ces années si lointaines et pourtant si proches. Depuis qu’il avait dû faire un choix qui provoquait le questionnement de la justesse de ce dernier.

Le masque était si épais qu’il était devenu un second épiderme. À défaut de ne pas être totalement franc, il pensait chacun de ses mots. Et personne n’avait jamais ébranlé ses codes moraux mis à part lui-même ; il lui fallait juste tourner la page loin du sang et de la trahison, chose ardue dans tel contexte.

Le soutien, sa misanthropie et son anamnèse l’empêchait d’en avoir. Les personnes susceptibles d’en apporter étaient mortes ou loin de son cercle privé, de sa propre initiative.

Une fois le contact avec sa peau accorte terminé, il l’écouta en allumant une cigarette d’un geste vif, faisant retomber le briquet gravé de runes dans l’une de ses poches intérieures, assez éloigné pour que sa fumée n’incommode pas les chérubins.

« Ce n’est pas une mauvaise idée. Sois-donc mon guide. » Lâcha-t-il la moue taquine, avant d’indiquer d’un signe de tête aux crapauds de se tenir tranquille pendant son absence. L’un d’eux arrêta donc d’essayer de faire avaler à un enfant clamant qu’il était affamé un vers dodu.

Il opina du chef devant l’évidence. Ne pas aimer l’être humain ne l’empêchait pas de trouver l’idée de laisser les marmots l’estomac dans les talons abjectes, surtout s’il allait lui-même festoyer. Ils pourraient toujours les faire livrer ou leur en amener au retour.

« Faisons comme ça. » Finit par siffler Xûen d’un air serein avant de commencer à se mettre en charge. Les ruelles autour d’eux commencèrent à se resserrer tandis que le duo arpentait le dédale citadin et à demi-mot pour n’être entendue que par la personne à qui il adressait ses mots, il se mit à parler.

« Alors, qu’as-tu tiré de ces rouleaux finalement ? J’espère qu’ils te rendront plus torrentueuse. Je sens que le Yûkan est en proie à des flammes bien plus grande que le simple brasier que nous venons d’essuyer. » Ses yeux dorés se détachèrent de la Féline pour se perdre dans le vague, réfléchissant lui-même au dire du Sennin batracien...




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Lun 15 Avr 2019 - 18:55
Du coin de l’œil, et en humant la fumée de la clope allumée, Reikan essaya comme elle le put de décrypter les rictus qui se formaient sur le minois du Fils du Vent, afin de cibler un quelconque mensonge dans ses propos. En vain. Il semblait avancer sur le même sillon qu'elle et paraissait convaincu que celui-ci était le bon ; bien que le Jônin ait un peu d'avance, les deux combattants avaient décidément emprunté le même chemin pour permettre à leurs idéaux de côtoyer la réalité. Et la changeforme ne comptait pas prendre une pause pour laisser les distances se creuser, elle était même décidée à le talonner de près. Un esprit libre, un amour profond pour la nature... et une détermination sans failles. Serait-ce donc le destin se joue de moi, à placer de telles coïncidences sur ma route? Les iris myosotis de la métamorphe se perdirent dans le vide, se retenant d'extérioriser les pensées qui s'affrontaient à feu et à sang au sein de son psychique. Mais le bruit des combats fut rapidement altéré par l'acceptation de son offre, de la part de Xūen. Aussitôt, ce sourire apaisé et contagieux reprit place sur les traits du visage de la jolie brune.

En délaissant un dernier regard bienfaiteur à l'attroupement d'orphelins et de batraciens, Shiroitora prit les devants pour s'éloigner des travaux. Peu à peu, le jour laissa place à la nuit, au fur et à mesure que le duo s'enfonçait dans les ruelles mercantiles de la Brume. À ce stade de la journée, et après les derniers événements, l'heure était à battre le plein du commerce. Marchands - possédant encore étals et fonds - et clients se démenaient toujours dans les négociations, faisant rugir de rage les échanges. Kiri la Grande avait beau voir le bout du tunnel après cette crise d'élites, les Kirijins étaient loin de souhaiter prendre encore plus de retard sur le terrain de l'économie. Le village devait survivre à de telles secousses politiques, et maintenir l'activité des commerçants était le meilleur moyen pour lui faire sortir la tête de l'eau. Tout ça, sans que personne ne se doute que l'un des trois plus grands villages shinobi courrait un plus grand danger venant de l'extérieur... pas même les deux natifs du Désert.

« Je tiens encore à te remercier pour ce don, sachant que j'ai pu en tirer bénéfice. L'un m'a permit de créer un enchaînement très utile en Taïjutsu, et l'autre... »

Les paupières closes durant quelques secondes, Reikan retint tant bien que mal un rire dans sa gorge, remontant les fins doigts de sa sénestre contre ses lèvres. Gênée et ne voulant pas l'offusquer, elle marcha aux côtés du brun en laissant passer son euphorie, repensant au contenu du second parchemin. Une fois les yeux ouverts, elle relâcha un faible soupir, sans se détacher de son sempiternel sourire.

« L'autre aurait pu me permettre de me dissimuler sous ma forme bestiale complète, en se basant sur... l'inoffensivité. Je ne pense pas que ce principe fonctionne pour les prédateurs comme moi. Mais ne t'en fais pas, je ferai en sorte qu'il trouve une utilité, même dans ma poche. »

Le duo, notamment guidé par Reikan, parvint à rejoindre l'un des restaurants locaux les plus réputés pour ses produits marins, le Takotako. À ce que je vois, le stand a miraculeusement échappé aux répercussions du putsch. Du dos de sa dextre, la nomade prit soin de bousculer le noren obstruant l'entrée du stand-restaurant, pour que les effluves de nourriture grillée viennent balayer son odorat. Au fond du stand, un cuisinier était aux commandes, muni de son plus fidèle et improbable chapeau ; une pierre orange et géante, à l'apparence figée.

« Tiens tiens, Yasei Reikan! Je suis content que tu ailles bien. Tu m'as l'air d'être en bonne compagnie! Que souhaitez-vous manger?
De même. Vous avez l'air d'avoir affronter cette tempête à merveille, ça me rassure. Pour ma part, ce sera une quinzaine de brochettes d'unagi grillée et de nouilles au crabe.
Haha... oui, disons que... Je me suis entourée des meilleurs hommes! Je vous prépare ça tout de suite. »

Takotako dévia le regard, comme s'il essayait de fuir les raisons expliquant la stabilité de son restaurant. Ceci échappa à la métamorphe qui, durant le petit laps de temps suffisant au gérant pour concocter les commandes, était occupée à dévisager le céphalopode sur son crâne ; et c'était le même rituel à chacune de ces visites. J'y crois pas, même avec tout ce stress ambiant, ce truc arrive à faire l'empaillé. La féline lâcha un regard perçant à la pauvre bête qui se cachait des hommes, avant de décrocher de ce duel de regards pour se saisir des sacs. Illuminée par un bref sourire, elle relâcha comme à son habitude une pépite dorée dans la paume du cuisinier, en guise de paiement pour son achat de celui de Xūen. Après avoir salué Takotako, elle sortit du stand fumant pour reprendre la ruelle de pavés et rebrousser chemin, parmi les civils qui la jonchaient. Puis, elle stoppa son avancée en intimant à son confrère de s'emparer du repas.

« Je vais faire un détour à mon antre pour le dessert. Ce ne sera pas long, alors retourne à l'orphelinat, je te rejoins dans la foulée. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Lun 15 Avr 2019 - 20:02




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan






Il écouta la demoiselle lui expliquer le contenu et ses applications à son niveau. Pour ce qui était du combat, Xûen en avait éprouvé assez pour savoir que tout ajout à ses katas pouvait être un pas de plus vers le but désiré de beaucoup ; devenir le combattant parfait. Et même en l’atteignant, personne ne pouvait s’exempter de la défaite ou au moins du goût amer des cendres, celui-là même qui souillait le palais après s’être délecté de la perte. Car la force était une chose et le cycle de la vie une autre. Une main invisible qui n’avait personne de conscient à leur niveau pouvait saisir l’un ou l’autre. La maladie, un accident, un kunaï dans la gorge pendant le sommeil. Même si pour ce dernier, il faudrait à l’agresseur la discrétion d’un personnage de conte pour y arriver tant sa vie dans le Désert l’avait rendu capable d’un état de semi-conscience lors de celui-ci, quand il n’était pas bafoué par quelque zébrure parcourant son âme.

« Bien. » Il plissa les lèvres pour afficher son habituel sourire, très loin de la béatitude. Reikan, elle, semblait s’amuser de quelque chose qu’elle n’allait pas tarder à cracher et la voir ainsi provoqua chez Xûen un apaisement caractérisé ; voir autrui se réjouir, quand ce n’était pas un inconnu notoire avait quelque chose d’apaisant pour le guerrier. N’était-ce pas son but premier ? Celui du misanthrope capable d’aimer ?

Il souffla du nez à ses propos. Effectivement, une bête assez énorme pour faire hérisser le poil de la faune de Hayashi n’avait que faire de paraître un gentil animal de compagnie. Car il avait lui-même lu ces parchemins et leurs traductions approximatives.

« Comme il te plaira, ce sont tes possessions désormais. » Même sourire, cette fois dirigé en regardant sans tressaillir la demoiselle dans le fond de ses pupilles.

Voilà qu’ils étaient arrivés à bon port et Reikan sembla connaître les gens présents et surtout la tenancière avec qui elle conversa. Pour sa part, le Jônin se contenta d’un salut poli en se glissant dans l’échoppe traditionnelle, humant les effluves agréables qui changeaient du sang et de la poussière. Depuis combien de temps n’avait-il pas profité pleinement d’un repas ? Et par profitait, il entendait de ne pas le faire comme un ascète.

D’un coup d’oeil en coin, Xûen avait lui bien plus analysé le miracle de l’intact ; les possibles raisons d’une telle ‘chance’. Mais il était venu partager un repas et il verrait cela plus tard, s’il le devait même.

D’humeur plutôt correcte, il accorda même un haussement de sourcil au chapeau étrange de l’homme en cuisine. Voilà qui était étrange. Mais pas aussi étrange que d’autres coutumes…

« Pour ma part ce sera la même chose que la demoiselle. Multipliez par six, ajoutez plusieurs ramens au poulpe et à l’ormeau. Et du poulpe frit. Et cru. » Il regarda ensuite la façon dont avait la Yasei de payer, qui était en soi assez originale et marginale sans se préoccuper de sa commande qui l’était aussi.

Il salua l’assemblée et retourna là où le vent pouvait caresser sa peau et faire bouger quelques-unes de ses mèches.

« Soka. » La curiosité, chose rare chez l’éphèbe, le poussa un millième de seconde à la suivre pour savoir où pouvait habiter une Tigresse. Puis il se ravisa et retourna rapidement derrière les rideaux une fois la brune hors de vue.

« N’insultez plus l’intelligence d’un shinobi de Kiri. La rue a été balayée par la guerre et votre échoppe n’est pas affectée ? Si les instances du village venait à apprendre quelque lien avec les insurgés, la cuisson de vos yakitoris sera le dernier de vos soucis. » Son regard luisait d’un sérieux qui honora ses propos.

Sans chercher plus loin, il disparut dans un courant d’air qui fit virevolter la poussière. Voilà qu’il était assis à côté des quelques enfants, ses paquetages dans les bras, certains d’entre eux essayant d’attraper leur contenu.

L’un d’eux arriva à saisir quelque chose. Manque de chance, ce fut une tentacule non-cuite et il afficha sur son visage un air effaré. L’un des batraciens se moqua de lui puis lui tira son morceau et l’avala d’une bouchée. Il posa ensuite le sac destiné à ses petits amis à la peau verdâtre à côté de lui en les invitant d’un petit sourire à se servir.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Lun 15 Avr 2019 - 22:20
De divers bonds, la silhouette élancée de la métamorphe se déplaça de charpentes en charpentes jusqu'à atteindre la bâtisse de son logis, située non loin du Temple Seidou, en périphérie du centre de la Brume. Dans l'obscurité, elle passa par la fenêtre principale, en vue de se diriger droit vers la cuisine. En ce sens, Reikan y récupéra une vingtaine de taiyaki fourrés au anko et à la crème de cacao, qu'elle avait gardé en stock ; pâtisserie qu'elle affectionnait tout particulièrement, sûrement en raison de leur forme assez... appétissante. Ça devrait suffire. S'ils en veulent encore, je tâcherai d'en confectionner pour la prochaine fois. La féline s'empressa de mettre le tout dans un linge blanc, si propre et si lisse qu'il en paraissait presque aussi précieux que ses parures, et duquel elle utilisa les bouts pour faire un nœud. Une fois sur le seuil de sa fenêtre, la nomade jeta un œil à l'intérieur de son foyer. En dépit d'avoir reçu un accueil chaleureux de la part d'une présence familiale, son regard bleu roi vint caresser les préciosités dormant ça et là, dont l'éclat lunaire révélait toutes les lueurs imaginables au travers de la baie vitrée ; il s'agissait là d'un véritable héritage clanique, dont la sécurité ne préoccupait visiblement pas Reikan. Décidément, elle était assez confiante pour s'en aller en fermant simplement la fenêtre, comme à son habitude.

Ne souhaitant pas manquer à ses paroles, la changeforme pressa l'allure sur le chemin du retour, préférant encore et toujours la voie aérienne à l'encombrement humain des ruelles. Ni une, ni deux, elle rejoignit la partie stable de la toiture de l'orphelinat pour en descendre aussitôt, et se retrouver près des derniers travaux. Vivement que cela se termine. Son ombre se faufila au coin de l'un des feux de camp installés par les bénévoles, là où se trouvaient la troupe d'enfants, de crapauds et le Fils du Vent. Et visiblement, ils n'avaient pas pu retenir les fougues de leur appétit, ce qui arracha un petit sourire à la brune lorsqu'elle se rapprocha.

« Je vois que les nourrir est ton ultime solution pour les tenir tranquilles. »

Sur ce ton plaisantin, Reikan déposa son séant sur une poutre d'envergure avant de zieuter les garnements et les batraciens en pleine dégustation, eux qui avaient presque éventré les sacs de nourriture. Et beh... c'est du propre. Amusée, l'indomptable bête déposa le linge sur ses genoux, avant de défaire la boucle et de dévoiler au grand jour les gâteaux-poissons. L'un des enfants fut si extasié de cette vue qu'il se précipita de dévorer la fin de sa brochette pour se jeter aux genoux de la féline, en entraînant tous ses copains avec lui.

« EHHH, DES GÂTEAUX EN FORMES DE POISSON! Ils sont à quoi?
Au chocolat et à l'anko. Ça sera un chacun pour que tout le monde ait sa part. Et pas tant que vous n'avez pas terminé vos brochettes ou vos nouilles. »

Les pupilles de quelques uns d'entre eux perdirent en étoiles et en intensité, rebroussant chemin pour terminer ce qu'ils avaient commencé avant de passer au dessert, tandis que d'autres se servaient déjà. Et en croquant dans les taiyaki, les morveux se calmèrent quasi-instantanément, leurs papilles étant bien trop occupées à se laisser bercer par le goût exquis de ces pâtisseries. Les traits de la métamorphe s'apaisèrent en voyant leur satisfaction, l'obligeant à déposer son emprise sur l'une de ses confections. De sa dextre, elle tendit un taiyaki à Xūen, mais aussi le linge vers les batraciens les plus attirés par leur forme improbable.

« Si mes souvenirs ne me font pas défaut, je doute que tu aies pu goûter quelque chose de similaire dans le Désert. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mar 16 Avr 2019 - 18:44




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan




Sa réflexion lui tira une moue obligée. Force était de constater que les têtards ayant grandis étaient presque aussi virulents que les enfants et que pour cette caste, il n’avait pas de talent particulier dans la formation. D’où son étonnement quand on lui avait adjoint des disciples ; mais comme d’habitude il savait se plier aux exigences qui le méritait et trouva en ses sacs de nourriture le parfait subterfuge pour ne pas ébranler sa sacro-sainte tranquillité.

« À défaut de mieux. Je peux trancher beaucoup de choses, mais pas l’impatience de la juvénilité. » Il exhala d’un court souffle par ironie et la regarda s'asseoir avant de pousser le petit batracien qui risquait de tâcher sa cape avec le long ventre gluant qui dépassait de sa bouche et qu’il aspirait dans un bruit étrangement dégoûtant.

Tranquillement, il attrapa son bol de ramen et le mangea à une vitesse qui trahissait son amour pour la chaire bien qu’il n’alla pas jusqu’à le faire de façon impropre. Ses manières lui venaient d’hommes plus grands que ce village n’en avait jamais abrité ; pas question de les insulter plus qu’il ne le faisait parfois déjà en une forme si insignifiante.

L’apport personnel au repas de la Yasei sembla ravir les papilles de la petite meute infernale au point que le calme revint pour le plus grand plaisir de l’Etoile du Matin qui put apprécier son met sans être interrompu par les babillements des enfants et leurs disputes.

Il attrapa ensuite le présent de la demoiselle aux parures assorties à ses yeux qu’il plongeait dans les siens, la remerciant d’un signe de tête au demeurant poli.

Quand il le porta à ses lèvres il put constater que le chemin n’avait pas été fait vainement.

« Effectivement, le Désert a ses mets mais aucun n'est aussi… Doux et sucré. » La majorité des recettes locales se faisaient à base des viandes des divers animaux parvenant à survivre dans ces terres arides. « J’ai beaucoup voyagé cependant. Cela reste très bon, c’est tes créations ? »





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mer 17 Avr 2019 - 18:32
Très vite, le linge fut défait de son contenu, dérobé par l'appétit des enfants, des batraciens et des deux combattants. Le succès des gâteaux-poissons avaient définitivement fait rage, grappillés par ce regroupement d'estomacs sur pattes. Ça a l'air de leur avoir plu. Tant mieux. La métamorphe referma alors le linge sur lui-même, avant de le déposer sur le tronc à côté d'elle. Et bien que ses crocs carnassiers n'aient pas eu le privilège de goûter aux brochettes ou bien à ses propres préparations, la féline arbora une moue détendue, titillant presque la satisfaction. Après tout, que ce soit par ses convictions ou ses états d'âme qui l'obligeaient à se mettre de côté pour les autres, Reikan était d'un naturel profondément altruiste et généreux ; parfois un peu trop excessif.

Une vague de souvenirs la submergea lorsqu'elle essaya de se rappeler du goût des plats du Désert, dont ses papilles avaient pu profiter... fut un temps. Il est vrai que dans cette Mer sablonneuse, le choix était un luxe. Et bien qu'elle soit une adepte des aliments de chair, la prédatrice avait appris à dompter les exigences de son estomac, pour mieux découvrir les autres cultures culinaires. La question de Xūen lui arracha un petit sourire, au coin des lèvres, alors qu'elle surveillait du coin de l’œil qu'un des petits êtres ne s'approche pas trop près du feu de camp.

« En effet, ce sont mes créations, alors je suis ravie qu'elles vous plaisent. Même si évidemment, j'espère que ce ne soit pas la seule chose que j'apporte au Yuukan, avant de... »

Tout comme elle perdit les mots, son regard éthéré s'engouffra dans les flammes rougeoyantes. Dans le cœur de Reikan résidaient des ambitions inexplicables par de simples paroles. Des aspirations telles qu'elles feraient fuir bon nombre d'Hommes, quand bien même ils auraient les épaules assez larges pour soutenir leur poids. Et si se risquer à la mort pour voir ses rêves devenir réalité effrayait la plupart des âmes, ce péril n'atteignait même pas Reikan, puisqu'à ses yeux, il était inconcevable qu'elle puisse succomber avant même d'être parvenu à ses fins. Mourir avant l'heure, alors que la changeforme s'était jurée de bloquer les rouages de la haine de Yuukan par n'importe quel moyen, signifierait qu'elle avait faillie à la mission dont elle s'était investie depuis déjà bien trop longtemps. Les enfants s'éloignèrent pour mieux jouer avec les crapauds surexcités, visiblement requinqués du fait d'avoir le ventre rempli. Cette réflexion poussée, qui s'extériorisait par l'image du feu dansant dans ses iris bleu roi, fut interrompue par un alignement de mots, subtilement sélectionnés pour exprimer au mieux ce qui la rongeait.

« Quoi qu'il en soit, mourir ne me fait pas peur. Du moins, si c'est en me battant pour ce en quoi je crois. Bien que ma mère a elle-même payé le prix fort de la traîtrise et de la malveillance humaines en y laissant la vie, j'ai encore foi en un avenir paisible et prospère, où chacun pourra vivre en paix. »

Le faciès de la jolie brune s'imprégna d'un sourire angélique, côtoyant de très près l'innocence juvénile, malgré qu'elle ne soit plus une enfant. Ses pupilles, aussi avides de pouvoir que de candeur, se baladèrent sur les braises avant de finir leur parcours sur ses propres mains. Des mains en apparence pure, aux doigts fins et frêles, mais tâchés par un sang qui n'était pas le sien et dont elle n'était pas responsable de son écoulement. Des mains qui, bien qu'appartenant à une jeune femme comme elle, étaient capables de se mesurer aux plus gros colosses et pouvaient lui permettre d'atteindre les sommets. Les paupières plissées, la Tigresse blanche referma ses mains sur elles-mêmes pour en faire des poings, qu'elle gardait sur ses genoux. Son visage se redressa en direction du Fils du Vent, ses traits étant toujours détendus malgré sa tension intérieure.

« Et toi? Cela ne t'effraie donc pas? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Mar 23 Avr 2019 - 16:26




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan




Le Shinigami ne provoquait pas chez le sabreur le même genre de réaction. Il l’avait cotoyé et embrassé comme un frère à de multiples occasions. À ce qui deviendrait Iwagakure no Satô, en essayant de sauver cette pauvre âme du destin sordide dans lequel les Kamis l’avaient empêtrée. À Kaze no Kuni, contre le froid, la faim et les tribus ennemies ; lors de son entraînement et de ses pérégrinations aux quatre coins du pays. À Yuki no Kuni. Après la Rébellion… Autant de combats et d’événements qui l’avaient poussé à être en paix avec la lame qui séparerait l’âme du corps. Car s’il se savait capable d’altérer le Yûkan et de le guider sur la bonne voie, il ne pouvait rien contre son Heure. C’était dans sa culture que d’accepter la Réincarnation, forcée ou naturelle.

À la regarder dompter les flammes de ses iris bleutés, comme si elle pouvait les éteindre, il esquissa un discret rictus.

« La peur n’est pas une mauvaise chose. Pas si elle est opposée à des convictions aussi solides que les tiennes. » Elle semblait avoir perdue la sienne et il connaissait bien les affres de la perte ; il ne se risqua pas à s'aplatir en politesses et en excuse pour celle qui semblait s’être assez forgée pour ne pas s’apitoyer.

Il observa ses poings ; dont les jointures ne blanchissaient toutefois pas assez pour exprimer la colère. Seulement sa détermination. Lui aussi avait été ceci ; une bête muée par ses objectifs au point d’en oublier le reste. Puis, la vie s’était écoulée et à force le ruisseau avait tracé son sillage indélébile dans la roche de sa morale.


« J’ai perdu cette crainte il y a longtemps. Il y a bien des choses pires que de perdre la vie. » Son visage se fendit d’un sourire d’un blanc nacré ; exprimant là toute la sérénité dont pouvait exhaler un homme. Pourtant, quelque chose semblait clocher, démontrer subrepticement toute la justesse de son propos et le vécu qu’il cachait. « Je n’ai toutefois pas encore réussi à déterminer si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Reste que je suis toujours là. » Ses épaules mouvèrent très légèrement tandis qu’il allumait une autre cigarette puis il lâcha le regard envoûtant comme la mer qu’il avait rejoint des années auparavant pour se perdre dans la voûte céleste, sa vision bientôt cachée par la fumée qu’il exhalait.

« Dis-moi, Yasei Reikan. Penses-tu que dans ta vie passée, les actes que tu as commis ont fait de toi ce que tu es aujourd’hui ? Car je l’avoue, je pense que je devais être un sacré pêcheur. » Encore une fois, le calme inexpressif brisé par une craquelure de ses lippes en rictus amer.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Ven 3 Mai 2019 - 22:00
Aux dires du Fils du Vent, Reikan en oublia presque qu'elle se trouvait au milieu des débris de la Brume, à proximité d'un groupe d'enfants orphelins jouant avec des crapauds. Du côté, ses iris se plantèrent sur le visage de Xūen, dont les yeux alimentaient continuellement la chaleur du feu de camp qui dansait face à eux. Une bonne... ou une mauvaise chose? En retournant son regard célestin sur les étincelles des flammes qui s'envolaient vers les étoiles, la féline s'enferma dans une prison imaginaire, soutenue par la réflexion. Mourir avait bien des aspects péjoratifs, mais elle était convaincue que si recourir à un tel moyen était nécessaire pour parvenir à ses fins, elle n'hésiterait pas une seule seconde à plonger dans ce gouffre, duquel personne ne remontait jamais.

Celle qui avait renoncé à une vie tout à fait banale n'en démordait finalement pas. Une existence de civile cloîtrée entre ces murs, à se voiler la face et à enfanter alors que le monde dans lequel elle vivait n'était pas propice à la paix, était loin de lui convenir. En ce sens, Shiroitora avait renié les principaux piliers moraux de la vie humaine en s'immolant de tout le courage dont elle avait hérité. Reikan fut d'ailleurs extirpée de ses songes dès lors qu'elle entendit Xūen prononcer son nom. La question du brun provoqua l'apparition d'une moue assez taquine et enfantine au coin des lèvres charnues de Reikan, qui ne put retenir un sourire. Et au fur et à mesure que les réminiscences défilèrent dans son esprit, ses bronches s'élevèrent, portées par une inspiration profonde mais discrète.

« J'imagine qu'il est certain que les personnes que nous sommes aujourd'hui ont été forgé par nos vécus respectifs, tout comme le futur cinglera lui aussi nos destinées pour nous rendre meilleur ou pire. Mais cela importe peu, puisqu'à vrai dire... »

Reikan rouvrit ses paumes pour enlacer ses genoux avec ses fins doigts, qui étaient abîmés par le travail du bois et de la pierre. Aussitôt, elle se redressa sur ses jambes en adressant un dernier regard à la voûte céleste. De profil, son visage tourné permit à son regard de retomber dans celui qui estimait avoir avoir commis des péchés. D'une brève œillade tout à fait assumée, la féline scruta chaque parcelle de son faciès, comme si elle était capable de lire en lui et d'estimer son taux de bienfaisance. Au plus la lumière sera puissante, au plus les ténèbres se devront d'être... épaisses. Une estimation tout bonnement subjective, qui restera précieusement gardée à l'esprit de la jolie brune.

« Si notre existence peut à ce point bigorner notre âme, alors il est tout à fait possible pour le plus grand des pécheurs de revenir dans le droit chemin. Autrement dit, il n'est jamais trop tard pour briller par le bien et non par le mal, pas vrai? »

Parler de briller seyait à merveille à la kunoichi, qui avait décidément tout pour réaliser ses rêves, après tant d'épreuves. Alors que ses paroles étaient animées par la sincérité, son cœur, lui, s'exaltait d'un étrange sentiment en compagnie du sabreur. Toujours debout, elle ne quittait pas son confrère des yeux. Du moins, jusqu'à ce qu'il puisse ressentir pleinement la curiosité qui régnait en son sein. Et bien que Reikan était constamment raccrochée à un sang-froid permanent, elle n'en restait pas moins une compétitrice dans l'âme. Une fervente combattante, dont la soif de progrès était inassouvissable. Ses paupières se plissèrent, pendant qu'un sourire espiègle se dessinait sur son minois et que ses mains relâchaient toute pression.

« Et puis, la nature de tes péchés ne regarde que toi. Par contre, je me demande bien de quoi est capable le Fils du Vent, lui qui porte un sabre à la ceinture et qui, en parallèle, invoque des crapauds pour amuser les enfants. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Dim 5 Mai 2019 - 1:14




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan




Voilà qu’elle parlait de briller, ce qui lui tira un demi-rictus en repensant à son sobriquet d'Étoile. Comme elle, il se consumait à mesure de sa course dans le firmament ; apportant la lumière par sa propre immolation, chaque langue sulfureuse apportant son lot de punition et de récompense. Le caractère éphémère de ce qui l’attendait et de ce qu’il avait aujourd’hui, Xûen ne le comprenait que trop bien.

Tandis qu’il la regardait, triturant ses cartilages inférieurs de ses fins doigts, il ne put s’empêcher de l’affilier à une autre. Peut-être était-ce là la raison réelle de son pendant amicale, lui qui repoussait en tout temps le contact si intime et personnel d’une discussion avec autrui. Ne préférant pas se poser ce genre de question, il garda l’esprit concentré sur la prose et l’éloquence de la Yasei. Debout, il ne se joignit pas au mouvement et resta las sur sa position, le tabac se consumant en cendres rougeoyantes.

Elle était l’optimisme d’une nuit de pleine lune dans un ciel jonché de nuages. Ce n’était pas si mal, finalement, d’être fait ainsi. « Dis comme cela, je m’en voudrais de te contredire. Cependant, certaines ombres sont trop larges et épaisses pour être transpercées, aussi rayonnant que soient les sillons de la lumière. » Doucement, il se leva bien qu’il sembla un court instant désarticulé.

Debout à ses côtés, il continua d’écouter.

« Du meilleur et du pire. D’aucuns lui attribue victoires et bras guidé par la justice. D’autres de plus sombres griefs. » Il tourna doucement le visage vers elle, sans animosité aucun et fit glisser le doigt sur la cordelette ocre qui tenait Brise-Glace accrochée à sa taille.

« C’est une belle soirée, je m’en voudrais de l’interrompre en démonstrations insipides, si c’est à cela que tu pensais. Rien d’exceptionnel, toutefois. Rien qui sorte de l’ordinaire. » Un demi-mensonge pour une existence en demi-teinte, au crépuscule de son extinction encore ignorée. C’était le dernier soir qu’elle passerait en sa compagnie bien qu’ils l’ignoraient encore tous les deux. Et pourtant, les derniers mots qui muèrent ses lèvres en diseuses de paroles étaient lourdes de sens pour ce qui arriverait ensuite.

« La prochaine fois, si tu le veux, je te montrerais quelque chose inconnu de mémoire d’homme. À la seule condition que tu m’en fournisses l’équivalence. » Laconique, il s’accroupit pour se mettre à niveau de son crapaud accourant.

« Tu vas rester ici, c’est une partie intégrante de ton entraînement. Veille sur les orphelins cette nuit et les prochaines. Je t’appelerais si j’ai besoin de ta protection » Son index lâcha sa garde et tapota le crâne poisseux du batracien avec une sympathie toute relative.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen
Yasei Reikan
Yasei Reikan

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Jeu 9 Mai 2019 - 23:31
Des ombres trop larges et trop épaisses pour être transpercées... Le regard de la féline se perdit quelques instants au coin du feu pour s'y réchauffer, comme pour trouver le réconfort dont étaient dénués les dires de son confrère. Néanmoins, son attention fut à nouveau attirée par le doigt qu'il glissait sur la cordelette de sa lame, l'obligeant à plisser les yeux alors qu'elle zieutait ce fait du coin de l’œil. Rien d'exceptionnel? Pour l’Étoile du Matin? J'en doute. En cette soirée, ce fut la première fois que Reikan put desceller une once mensongère entre les mots prononcés par le Fils du Vent. En toute logique, il s'agissait d'une tromperie qui sautait aux yeux, si l'on s'en tenait aux rumeurs qui gisaient sur sa tête comme une épée de Damoclès. Mais la nouvelle proposition de Xūen parvint à la satisfaire, à tel point que son plus grand sourire vint illuminer son faciès, jusqu'à en sublimer tous les traits. Vraisemblablement, la promesse d'un échange équivalent entre combattants comblait la changeforme au plus profond de son être, étant donné sa nature aussi bagarreuse qu'espiègle.

« C'est avec plaisir que je te montrerai ce dont moi aussi je suis capable, en espérant que cette équivalence ne soit pas illusoire. »

En le fixant s'accroupir près de son crapaud gambadant, la métamorphe ne put s'empêcher de douter de leur prochaine rencontre. Quand? Où? Dans quelles circonstances? Que cela découle de son impatience ou bien d'une quelconque appréhension, la féline doutait profondément de l'avenir, après ce que la Brume venait d'éponger entre ses murs. Et son instinct animal n'avait jusqu'à lors cessé de la harceler au sujet d'une calamité extérieure, si bien qu'elle commençait déjà à redouter la continuité de leur relation. Mais son sixième sens, aussi bien shinobi que félin, n'était pas en mesure de lui donner la réponse à toutes ces questions. De toute évidence, ce soir-là, personne ne put prédire ce qui allait advenir du Sage Sabreur et de Shiroitora ; quand bien même l'issue allait être fatale pour l'un d'eux. La féline garda ainsi silence un long moment, avant de daigner lui adresser la parole après avoir muselé son anxiété et adressé un bref regard aux enfants plus loin.

« Ils dorment déjà, alors je vais en profiter pour m'éclipser. Il faut que j'aille me reposer pour mieux fignoler tout ceci demain. Je te souhaite une bonne nuit, Xūen. En espérant que je puisse te tenir tête, lorsque nos chemins viendront à s'entremêler à nouveau. »

Aussitôt, la jolie brune s'éloigna du feu de camp après lui avoir adressé un chaleureux rictus, une main levée pour le saluer. La nuit était déjà bien entamée, mais il lui fallait retrouver au plus vite ses peaux de bêtes pour que son corps puisse récupérer en paix. Et à cet instant précis, elle n'était malheureusement pas consciente que cet au revoir était en réalité un adieu. Un adieu qu'elle regretterait très certainement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Shinkirō no Xūen
Shinkirō no Xūen

UNE PATTE BÉNÉVOLE Empty
Lun 13 Mai 2019 - 21:07




« HŌSHIKATSUDŌ »
奉仕活動
une patte bénévole ft. @Yasei Reikan




Xûen hocha simplement la tête, le visage orné d’un sourire exhalant la certitude de l’importance d’une telle rencontre au pinacle de leurs deux discussions. Peut-être même qu’il pourrait alors lui révéler sa vraie nature et les intentions qu’il portait seul comme fardeau, découvrant un peu plus du voile ne laissant que Shinkirô no Xûen. Car il était bien plus que ce qu’il voulait bien dévoiler mais les cicatrices et son anamnèse le forçait à une prudence exacerbée, comme protections contre les intempéries possibles.

Il reproduisait le même balancier de tête, ses yeux plissés par son faciès contenté et fissuré par le même rictus quand elle annonça son départ qui était plus qu’évident. « En l’espérant aussi, Yasei Reikan. Je te souhaite de doux songes. » Au moins plus doux que ceux qui l’attendaient sur sa paillasse une fois ses yeux réellement clos. Il la regarda s’éloigner, n’étant bientôt plus qu’une ombre dansante dans l’obscurité relative. Le doré de ses prunelles retomba alors sur le feu qui semblait lui crier des vérités qu’il ne pouvait déchiffrer dans ses lancinantes langues aux formes variées. Doucement, il se leva à son tour et jeta un dernier regard à la bâtisse abîmée qui avait déjà meilleure allure, l’esprit couvert d’une fine pellicule nuageuse qui l’empêchait de se concentrer pleinement sur ses tâches à venir. Dans une bourrasque, le Mirage avait disparu sous l’air interrogatif du petit batracien, qui s’il ne brillait pas par son intelligence, comprit que quelque chose clochait chez son invocateur.

Assis sur l’une des murailles encore debout de la fière nation de la Brume, les heures passèrent. Bientot l’aube allait se montrer sans qu’il ait trouvé matière à rejoindre l’étreinte relativement douce de Morphé. Encore une journée pleine de faux-semblant, au moins un temps...







Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

UNE PATTE BÉNÉVOLE

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: