Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte

Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mer 10 Avr 2019 - 0:52
« Je te jure qu’un jour, je cramerai ce village de merde avec ses habitants à l’intérieur. Et je brûlerai leurs restes calcinés. »

Elle était en rage, devant son petit-déjeuner qui la répugnait désormais. Plusieurs jours s’étaient passés depuis la fameuse mission à la cascade, mais Kiri semblait enclin à lui rappeler à quel point elle avait perdu du temps. Elle s’était habituée, depuis son arrivée, à l’accomplissement de missions futiles et inutiles, mais le sarcasme de celle arrivée ce matin la mettait hors d’elle. Jun venait de se lever – ou plutôt, il avait été réveillé par l’extériorisation de sa colère – et la regardait d’un air mi-interrogateur, mi-rageur car il n’avait pas à se réveiller ce matin. Elle lui lança l’ordre de mission comme si c’était lui qui lui avait donné. Elle se calma en une seconde, redevenant impassible.

« Visiblement, Kiri a tellement adoré mon passage journalistique qu’il me recolle à une mission dans le genre. Bravo moi, je vais être factrice. »

Elle mima un lancer de confettis sur elle-même avant de tourner les talons. Elle n’écouta même pas si Jun répondit, elle était de toute façon attendue ailleurs. Sautant de toits en toits dans la brume fraîche du matin – elle n’en pouvait plus de cette humidité ambiante, elle dépensait des millions de yens en soins pour les cheveux – elle arriva bien vite à la poste kirijine. Habituellement bondée à cette heure matinale, elle était aujourd’hui étrangement vide. Elle avait eu vent des pertes nombreuses de civils lors de la guerre qui avait envahi le village il y a peu, mais elle ne s’imaginait pas pour autant trouver les bâtiments publics quasi-déserts.

Elle entra tout de même ; elle était de toute façon attendue. A l’intérieur, le même calme plat qu’à l’extérieur, si ce n’est, à l’un des guichets, un homme dégarni, à la bedaine proéminente et au sourire un peu trop prononcé.

« Ah ! Vous devez être Ayumi ! »

Elle se contenta d’hocher la tête, gardant dans un coin de cette dernière les raisons de sa présence à Kiri. Elle glissait sur une pente sinueuse, et se rappeler de cela était le seul brin d’herbe auquel elle avait pu accrocher ses ongles. Elle se targua même d’un sourire qu’elle voulait bienveillant.

« Oh je suis vraiment désolé de vous infliger ça, je suis sûr que vous avez plus important à faire, surtout en ces temps sombres… »

Effectivement. Mais elle se contenta d’hausser les épaules telle une petite fille obéissante et bien élevée.

« Aider Kiri est le plus important. »

Des années à paraître le contraire de ce qu’elle ressentait pour sortir cette phrase d’une façon bien trop sèche et hypocrite : quel gâchis. Mais l’homme face à elle, bourré de bienveillance et de gentillesse, ne remarqua même pas le mensonge, et se gratta le haut du crâne d’un air gêné.

« Aha, oui mais même… Beaucoup de nos postiers ont été blessés ou… enfin, vous savez mieux que moi. Je manque à tous mes devoirs, je ne me suis même pas présenté. Je suis Yumeno Iruka, directeur de cette poste. Vous devriez normalement être aidée par… Ah, justement ! »

Quelqu’un venait de pénétrer à son tour dans le bureau de poste. Iruka s’était mis sur la pointe des pieds pour regarder par-delà l’épaule d’Ayumi ; elle, elle ne fit que tourner la tête, sans le moindre sourire. En plus d’une mission de merde, elle devait faire une nouvelle fois équipe : super. Quel village pourri.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416
Amehoni Kyosuke
Amehoni Kyosuke

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mer 10 Avr 2019 - 2:01

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Hisagi-gifs-hisagi-shuuhei-25849940-270-152


Mon premier ordre de mission post-révolte, je n'avais malheureusement pas pu aider mes collègues kirijins durant ces événements, j'avais été rappelé sur mon île de naissance pour un combat de gladiateur. Comme je portais l'arme de la famille, je devais être présent pour les affrontements entre différents clans, et surtout gagner, vu que je faisais parti de l'armée de Kiri maintenant, ils devaient payer pour me faire déplacer... Ce qui avait tendance à énerver mon paternel, déjà qu'il ne me portait pas des masses dans son cœur, lui faire dépenser l'argent juste pour que je vienne au combat... Bref !

J'ouvrais avec enthousiasme l'ordre de mission que je venais de recevoir, et bien que l'intituler indiquait une mission de rang D, je ne m'attendais pas à ce genre d'assignation... Aujourd'hui, je m'occuperais du courrier ! Peu importe dans quel sens je voulais me le faire passer, ça restait assez chiant, je ne pensais pas qu'en m'engageant dans l'armée, j'allais faire ce genre de chose...

Je ne m'attendais pas non plus à me battre contre des buffles ou des brigands tous les jours non plus, mais, j'avoue que, le courrier, c'était une première ! Mais bon, les missions n'étaient pas au choix, il fallait que je me motive à sortir de l'appartement...

Regarder l'horloge, me servit de petit coup de fouet, j'étais déjà en retard ! Prenant une petite crêpe remplit de divers fruits et confitures, je me précipitais au travers de mon bâtiment, descendre les escaliers presque au point de me casser la gueule, me rappeler que j'avais pas pris mon arme, me demander si c'était vraiment nécessaire en remontant, la prendre parce que normalement je dois pas la quitter, cette fois-ci, me casser la figure dans les escaliers !

Me relevant devant la porte de sortie, je partis en courant vers le lieu de rendez vous ! Je traversais le village qui ressemblait plus à une ruine maintenant... C'était déprimant, j'avais appris que tout était parti d'un traitre, tellement de dégâts juste par un homme...

J'atteignis enfin la poste du village ! Presque à l'heure, la crêpe encore à la bouche, les armes sur le dos, le rouleau de mission dans la main.


- Oui ! Amehoni Kyosuke ! Je suis là ! Désolé pour me retard...

Disais-je à bout de souffle... Non pas que la distance eut été longue, mais dans l’euphorie du moment, et surtout avec la crêpe dans la bouche, je n'avais pas vraiment pris le temps de respirer pendant mon trajet.

Tiens ? Je n'avais pas remarqué que j'étais accompagné sur cette mission, jusque là, les collègues que j'avais rencontré avait été assez sympathique même si j'avais encore en mémoire l'entrainement musclé avec Hono haha... Même si, cette fois-ci elle n'avait pas l'air joyeuse, sûrement que la mission l'avait autant surprise que moi.


- On commence ?


Terminais-je par dire avec un sourire gêné par mon retard évident, en m'adressant à celui qui avait demandé l'aide de Kiri pour les lettres ou les journaux.


Tenue:
 

_________________
Arme de Gladiateur : Hai no Gaidan


Paroles

Pensées

Narrations
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5932-la-bagarre-enfin-presque-termine
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mer 10 Avr 2019 - 23:05
Elle toisa du regard le shinobi qui venait d’arriver en tenue noire. Elle roula des yeux en reportant son attention sur le directeur de la poste. Une tenue de combat tout à fait adapté à la distribution du courrier. Elle, elle était en simple pantalon, en maillot noir et portait une veste, rien qui laisserait penser qu’elle était en mission, mises à part ses deux lames qui trônaient fièrement, croisées, dans son dos.

« Venez, je vous en prie. »

Il les emmena derrière le comptoir, dans une salle annexe où se réunissaient sans doute les employés. Si elle se doutait que le courrier n’avait pu être distribué depuis quelques temps, elle ne pouvait se douter de la charge de travail qui attendaient les futurs employés. Visiblement, le courrier à Kiri était quelque chose qui était d’une importance capitale. Elle haussa les sourcils lorsqu’elle vit la montagne de courriers, d’enveloppes, de parchemins, de magazines qui attendaient d’être distribués. Le travail probablement d’une semaine ou deux.

Une nouvelle fois, l’homme se gratta la tête de gêne, en se retournant face aux deux shinobis.

« Ouais… Entre la guerre et les pertes, ça a été… compliqué… Désolé… Vous êtes là pour Gagakiki, c’est ça ? »
« En effet. »

Elle plissa légèrement des yeux, sachant parfaitement ce qu’il se tramait et comment cette conversation allait terminer. Le recrutement de nouveaux postiers allait sans doute commencer, et ce serait à eux d’assurer le travail ici. Pas à elle et son coéquipier du jour, même si dans les yeux du directeur, l’envie qu’ils lui donnent un coup de main tout de suite se lisait mieux qu’une feuille A4 sur laquelle il n’y avait qu’une seule lettre.

« Le journal est arrivé hier soir. Ils sont entreposés dans le coin là-bas. Je vais vous montrer la zone dont s’occupe le bureau de poste ici, et donc là où vous devrez déposer les journaux. »

Il trouva miraculeusement un coin de table sur lequel il déplia une carte chiffonnée, sur laquelle était entourée deux quartiers du village. A vue de nez, cela ne prendrait pas plus de deux heures. Parfait.

« C’est là que vous devrez livrer les journaux… Mais j’ai une faveur à vous demander… »

Bingo. Ayumi eut un léger sourire de satisfaction.

« Certains de ces courriers sont sans doute très importants, à destination de gradés du village… Depuis près de dix jours, rien n’a été livré. Dans le coin là-bas, il y a le courrier arrivé pendant la guerre civile, et celui qui est à livrer prioritairement… Oh, je sais que j’abuse, mais… Auriez-vous l’extrême gentillesse de profiter de votre tournée pour déposer quelques courriers supplémentaires ? Ca aiderait énormément… »

Ma réponse était toute trouvée : non. Notre mission consistait à livrer le journal, fin de mission. Pas à servir de facteur pour l’ensemble du village. La réussite dépendait juste de la livraison du journal ; elle s’arrêtait là.

_________________


[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Ayumi_sign_001
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416
Amehoni Kyosuke
Amehoni Kyosuke

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 23:01

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Original


Une jeune femme, sûrement de mon âge, habillée en civil, les cheveux verts, qui ne me regarda que quelques secondes, elle ne semblait pas avoir le moindre intérêt pour moi...Enfin bref ! Après mon entré un peu maladroite, le gérant de l'établissement nous demanda de le suivre derrière le comptoir, vers une petite salle qui ferait office de stockage.

Je n'imaginais pas que le courrier avait prit autant de retard, les lettres et différents colis s'empilaient dans la salle, des montagnes d'enveloppes qui à défaut d'avoir été livrées, avaient trouver un nouveau royaume ! Je fus pris d'un petit « gulp » de surprise en anticipant tout le travail qu'il y avait à faire... Heureusement pour nous, notre « mission » n'était que de s'occuper du journal du jour, en attendant que les nouvelles recrues arrivent je suppose.

La gêne du directeur de la poste était quasiment palpable, d'après lui, les récents événements de Kiri avaient mis à mal ses tournées. Peu après, il trouva un petit bout de table pour nous montrer le quartier dont nous allions nous occuper, puis la ronde classique que le facteur de la zone faisait, rien de très compliqué en soit, juste assez long.

J'étais concentré sur la carte pour en retenir le trajet, quand notre patron du jour émit une nouvelle requête. Je ne savais pas trop comment les missions marchaient surtout intra Kiri, mais il me semblait que si nous ne faisions plus que la demande, et que nous nous trompions, perdions ou que sais-je la cargaison, ça allait nous retomber sur le coin de la tronche... En plus, pour lui, de ne pas payer des frais supplémentaire pour plus de charge à transporter...

Mais d'un côté, il n'avait pas tort, il y avait surement des courriers importants dans le lot... Non pas que je me sentirais responsable en cas de problème mais bon, pourquoi ne pas essayer d'en faire passer quelques un ? Ma collègue ne semblait déjà pas emballée par la distribution de journaux, si je prenais sur moi de nous engager dans une autre tournée, je le prendrais surement une série de réflexion assez désagréable...Peut-être pourrais-je couper la poire en deux ?


Me raclant un peu la gorge, avalant un gros morceau de ma crêpe, je pris la parole à mon tour :

- Je pense que pour l'instant, on va se concentrer sur la demande principale, mais s'il nous reste un peu de temps, peut-être que nous pourrions vous aider...

Je voyais déjà venir les critiques, elle ne m'avait déjà à peine regarder, donc si en plus, je l'embarquais la dedans...

- Mais je préfère vous prévenir, on ne pourra pas tous faire non plus.

Voila ! La poire était coupée, on pourra peut-être l'aider, mais c'est pas sur, et surtout, j'impose dans quelles conditions ! La première tournée devrait me laisser le temps de négocier pour une seconde si jamais je m'entendais bien avec elle, qui sait, peut-être qu'elle était plus sympa qu'elle en avait l'air !

Prenant une partie des journaux dans un gros sac en toile, je lançais un regard à la jeune femme :


- On y va ?

Terminais-je avec un petit sourire, à mi chemin entre le béat et l'innocence, je souhaitais vraiment qu'elle ne se venge pas sur moi pour notre mission...



_________________
Arme de Gladiateur : Hai no Gaidan


Paroles

Pensées

Narrations
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5932-la-bagarre-enfin-presque-termine
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Ven 12 Avr 2019 - 14:55
Aaaaah, le syndrome du bon samaritain. La volonté d’un homme à aider son prochain et à ne pas le froisser, à éviter de dire « non » aux attentes et aux demandes de chacun. Lorsque le directeur de la poste demanda un coup de main supplémentaire, c’est sans surprise que le coéquipier d’Ayumi tenta de trouver une approche convenable, afin de ne froisser ni le directeur, ni sa coéquipière qui l’avait déjà laissée pantois sur son amabilité. Elle haussa un sourcil.

« Ce sera sans moi. »
« Je comprends, ne vous en faites pas ! Vous avez sans doute plus important à faire ! »
« Bah puis j’ai surtout pas envie de le faire, en fait. Mais ne vous en faites pas, visiblement mon coéquipier sera ravi de vous prêter main forte dès notre tournée terminée ! »

Elle tourna les talons, laissant les deux hommes discuter s’ils en avaient envie de leur future collaboration, se dirigeant vers les monts de journaux ficelés à la perfection. Des cubes de papier faits par des professionnels, à n’en pas douter. Prenant un chariot qui traînait pour en faciliter le transport, elle se dirigea vers la sortie, n’attendant même pas de vérifier que l’homme qui l’accompagnait la suivait bel et bien. Dehors, elle se tourna tout de même vers lui.

« Je prends tout l’est du quartier. Occupe-toi de l’ouest. Dans deux heures grand maximum c’est fini et tu pourras t’amuser comme un petit fou à trier les enveloppes. »

Sans attendre sa réponse une nouvelle fois, elle tourna les talons et entama sa tournée. C’était palpitant. Elle marchait de boîte aux lettres en boîtes aux lettres, mettant les journaux dans les alcôves prévues à cet effet. Elle fut saluée de temps en temps, par des gens un peu trop enthousiastes de recevoir enfin un courrier. Ce simple geste, aussi insignifiant soit-il, permettait aux civils de se remettre en route ; c’était un signe que la vie reprenait son cours normal au sein du village.

A plusieurs reprises, des habitants s’enquirent de savoir si leur colis était arrivé, si la lettre de leur famille avait atteint le village ou d’autres questions stupides dont elle n’avait pas la réponse. Elle leur répondait, à tous, la même chose : « Je ne suis pas votre factrice, voyez ça avec la Poste », puis elle s’en allait, laissant les gens seuls avec leur journal. Une heure était passée, et elle n’avait même pas fait la moitié du quartier qu’elle s’était proclamée. Pire encore : il n’y avait plus de journal dans son chariot, elle devait donc retourner à la Poste en chercher.

Elle soupira, tournant les talons et sautant de toits en toits avec son cabat jusque la bâtisse dans laquelle se trouvaient les journaux. Sur place, elle fut surprise de voir une petite foule d’une quinzaine de personnes entassaient devant les portes, à tambouriner pour qu’on les laisse entrer.

« Votre postière nous a dit qu’il fallait voir avec vous, Monsieur ! »
« Mon fils est à l’étranger en mission, cela fait dix jours que je n’ai pas de ses nouvelles ! »
« Ouvrez ! »

Quel village de ploucs, sérieusement. Quand elle disait de voir avec la poste, elle ne voulait pas dire de foncer vers la Poste pour râler. Elle se faufila par une fenêtre arrière pour se retrouver de nouveau dans la réserve, prête à faire le plein de journaux. Le directeur, lui, suait à grosses gouttes, faisant les cent pas derrière le comptoir. A son grand damne, il aperçut la kunoïchi.

« Je vous en prie, aidez-moi à les calmer ! »
« Ca, c’est votre problème, pas le mien. Faites une demande au bureau des missions, peut-être qu’ils vous donneront quelqu’un d’autre pour calmer la foule en colère. Encore une mission de prestige ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416
Amehoni Kyosuke
Amehoni Kyosuke

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Sam 13 Avr 2019 - 9:26

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Original


Je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit enjouée à l'idée que je venais de proposer, mais une réponse sur un ton aussi sec... Refuser, bon, pourquoi pas, après tout ce n'est pas notre mission, donner un coup de main ça fait pas de mal et ça donne une bonne image, surtout avec le désordre qu'on a en ce moment. Revendiquer le fait qu'elle n'en a juste rien à foutre, c'était plutôt ça qui me dérangeais... Loin de moi l'idée d'être un chevalier blanc, ce n'est pas du tout mon style, généralement je m'arrange aussi pour ne pas faire grand chose, mais, j'avais tendance à penser que les gens pouvaient s'aider de temps en temps, sans que ce soit lié à une obligation pécuniaire...

Chacun avait son caractère, mais malgré ça, je ne trouvais pas normal de ne pas avoir un minimum de civisme, c'est le bordel pour tous le monde, et oui, cette mission est chiante, mais c'est comme ça !

La suite n'était pas mieux, on pouvait l'ajouter l'irrespect à ses qualités, décidément, je me demande ce qu'elle pouvait bien faire ici... Elle tourna les talons et partie sans rien dire faire sa tournée de son côté, je n'eus même pas le temps de lâcher quelques mots qu'elle était déjà loin...

Comment je me retrouve avec des trucs comme ça moi ? Je préférais me mettre au travail plutôt que de continuer à faire tourner en boucle cette histoire dans ma tête. Passant d'habitations en habitations, enfin celles qui étaient encore débout, je déposais le journal dans les différentes boites. Ce n'était pas compliqué, c'était juste très redondant, ennuyant à souhait, ce n'était pas étonnant qu'ils envoyaient les genins pour ce genre de mission.

À la fin de ma ronde, je retournais au bureau de poste pour y déposer le sac et voir s'il y avait peut-être un petit truc à faire pour rendre service, c'est pas comme si j'avais autre chose à faire de ma journée...

J’aperçus rapidement une petite masse qui se bousculait devant le bâtiment, m'empêchant l'accès classique. Je fus obligé de passer par une des fenêtres de la poste pour y entrer ! Surprenant un échange démontrant encore l'habile maitrise des relations publiques de ma partenaire, je finis par pester en sa direction, puis à me diriger vers les quelques personnes qui se plaignaient...

J'ouvris les portes, et d'un ton sec mais audible, je me permis de leur dire quelques mots :


- OOOH ! C'est le bazar partout dans le village, et ce n'est pas en braillant vos demandes qu'elles vont miraculeusement s'exaucer ! Les autorités font de leur mieux pour que notre village reprenne un rythme de vie rapidement ! Si vous voulez votre courrier, je suis sûr que le responsable derrière moi sera ravit d'engager quelques un d'entre vous pour le distribuer, des volontaires ?!

Bon, je m'étais un peu emballé, mais l'idée était là ! C'était pas compliqué... Mais évidemment madame préférait jouer la peste plutôt que d'aller gueuler sur trois villageois, vu son attitude, ça m'étonne qu'elle est refusé l'opportunité de se défouler...

Un long silence s'était installé, je pense que le ton que j'avais pris ajouter, plus l'appartenance à l'armée, et surtout l'arme dans le dos avait du faire son petit effet ! Je me redirigeai vers ma partenaire :

- C'était si compliqué ?

Lui disais-je, avec une certain déception dans le regard, non pas que j'attendais quelque chose d'elle, mais j'avais l'impression qu'elle n'avait aucune empathie.J'allais sans doute me prendre une soufflette d'ailleurs...

Mais en parlant de compliqué, j'avais peut-être une idée pour la faire rester et aider un peu, ça relevait pas du génie, mais autant essayer...


- Si tu m'aides un petit peu ici, je te paye me déjeuner, t'en penses quoi ? Comme ça tu ne feras pas ça pour rien.

Terminais je avec un sourire, j'abattais ma dernière carte, le manger !



Dernière édition par Amehoni Kyosuke le Mar 16 Avr 2019 - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5932-la-bagarre-enfin-presque-termine
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Dim 14 Avr 2019 - 19:00
Elle le regarda partir à l’assaut des civils mécontents pendant qu’elle remplissait son sac avec les journaux restant afin de terminer sa tournée. Elle n’avait pas été maline, ou pas alors très lente, puisque son coéquipier dont elle ignorait encore le nom semblait, lui, avoir terminé. De l’arrière-boutique, elle put entendre les réprimandes faites aux villageois. Elle eut un léger sourire lorsqu’elle le vit revenir, pavanant de sa visible réussite ; il fallait avouer qu’au moins, ces braillards s’étaient tus.

« D’hurler sur des gens en manque de nouvelles de leurs proches ou de courriers importants ? Les pauvre, ils doivent être traumatisés, maintenant… J’espère que tu es fier de toi. »

Léger sourire narquois avant de le dépasser pour repartir faire sa tournée. Elle avait toujours pensé que l’autorité et la peur ne se créaient pas en criant plus fort que ceux qu’elle voulait impressionner. Un avis qu’elle s’était faite lorsqu’elle étudiait les arts shinobis. Son père était un homme sage et calme, respecté et respectueux. Un homme qui avait de l’autorité, et qui imposait le silence sans le demander. Elle-même écoutait ce qu’il disait. L’un de ses amis était un petit nerveux, le genre de mec qui va parler trente minutes pour provoquer mais qui après sera capable de partir en courant. Lorsque l’on avait des entraînements avec, il passait son temps à hurler. Personne ne le respectait, car la peur induise par le hurlement ne vaut pas celle induise par l’autorité. Se taire et rester calme était bien plus souvent profitable que s’énerver.

Ayumi stoppa net lorsqu’elle entendit son coéquipier lui proposer un déjeuner en réponse à l’aide qu’elle apporterait dans le tri du courrier. C’était bien la première fois d’une part que quelqu’un lui montrait un tant soit peu d’intérêt, et qu’on lui proposait de déjeuner. Elle se tourna légèrement, impassible de visage.

« J’ai pas fini, perso. »

Elle montra le chariot rempli de journaux qu’elle se trimballait, avant de tourner les talons et de repartir terminer sa mission.

« T’as qu’à commencer sans moi, tiens. »

Et terminer, également. Car Ayumi partait livrer les derniers numéros de Gagakiki, et il y avait peu de chances qu’elle repasse par la Poste avant d’aller faire son rapport. La mission était claire : elle ne stipulait nulle part qu’il fallait passer la journée à aider les gens dans le besoin ou à livrer les colis des gens. Elle n’était pas responsable de tout ce remue-ménage : elle n’avait même pas participé à la guerre civile.

Elle, elle était allée chercher un journal.

_________________


[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Ayumi_sign_001
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416
Amehoni Kyosuke
Amehoni Kyosuke

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mar 16 Avr 2019 - 1:05

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Tumblr_n472tbz4x21rtvxsuo4_250


Incroyable, elle s'adressait directement à moi pour la deuxième fois de la journée ! Même si c'était pour être désagréable une nouvelle fois...

- J'ai crié pour avoir leur attention. S'ils se permettent d'être désagréable pourquoi n'aurais-je pas le même droit envers eux ?


Après tout, je ne me prétendais pas meilleur qu'eux, je ne voulais pas leur indiquer le chemin vers le "devenir une meilleure personne", ils crient, je crie, c'était assez simple. Puis pour le coup, ça avait marché, même s'ils semblaient encore un peu abasourdis que quelqu'un puisse leur parler sur le même ton qu'ils avaient précédemment utilisés.

Bon, mon dernier stratagème à base de nourriture gratuite n'avait pas fonctionner en fin de compte... Je baissais la tête de déception quand elle se retourna pour me dire qu'elle n'avait pas encore fini, mais bon, au moins, j'avais réussi à ne pas me prendre une énième réflexion ! C'était déjà ça...

Mais ! Il y avait toujours un espoir : «  tu n'as qu'a commencer sans moi » , ça ouvrait une perspective, même si je la soupçonnais de prendre le plus de temps possible sur sa dernière tournée... J'aurai pu rajouter qu'elle pourrait choisir le restaurant de son choix, mais j'avais peur que cela fasse très forceur, après tout, je ne la connaissais que depuis deux bonnes heures.

Une fois qu'elle fût partit, je me retournais vers la petite foule présente devant le comptoir :


- Bon, maintenant que tout le monde est calmé, mettez vous en ligne, je vais aidé le directeur à trier pendant que ma collègue fini la distribution de journal.

Ensuite, me tournant vers le directeur, je lui demandais de traiter les différentes demandes, pendant que je me mettais au tri du courrier, il y avait beaucoup de travail, mais je pouvais au moins avancer le travail, c'est pas comme si j'avais quelques chose à faire de ma journée...

Assis dans la petite arrière salle, je commençais à trier les lettres, les colis, les lettres dites «  importantes », enfin, tellement importante que personne ne mettait un système en place pour les livrer malgré les événements... Bref ! Je passais l'heure qui suivit à déplacer les lettres, chercher les colis que le directeur venait chercher, à crier de temps en temps quand les gens se faisaient impatient ! Une petite matinée assez chiante mais qui avait le mérite d'être remplie...

J'espérais toujours que, comment elle s'appelait déjà ? Ayumi, voilà ! J'espérais toujours qu'Ayumi revienne pour aider, mais je pense que j'étais tombé sur une cause perdue...



_________________
Arme de Gladiateur : Hai no Gaidan


Paroles

Pensées

Narrations
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5932-la-bagarre-enfin-presque-termine
Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mar 16 Avr 2019 - 22:44
Une grosse demi-heure lui suffit à terminer les habitations qu’elle n’avait pu faire le matin-même. Elle eut un léger sourire satisfait : il allait bientôt être midi, et elle avait accompli tout ce qu’elle devait faire aujourd’hui. Le reste de la journée allait donc être consacré à ne rien faire, profitant de… la brume et de l’humidité. Ayumi soupira, se posant dans les branches d’un arbre, la jambe bringuebalante dans le vide. Elle réfléchissait aux paroles que son frère avait eu quelques jours auparavant. Peut-être était-il temps de mettre ses conseils à l’œuvre.

Elle descendit au bout d’un quart d’heure pour se diriger vers la poste. Visiblement, le début de tri du courrier avait fait des émules puisqu’une file conséquente s’était construite du comptoir jusque dans la rue. Son coéquipier devait finalement faire de l’excellent travail pour que la nouvelle se soit aussi vite répandue. Passant sur le côté de la file, elle alla jusqu’au comptoir où s’affairait les deux hommes avec application. Elle leur sourit de la manière la plus chaleureuse qu’elle le pouvait.

« Il est midi. Et j’ai faim. »

Devant le brouhaha que constituait les Kirijins qui attendaient leur tour avec plus ou moins de patience, elle siffla, assez fort pour être entendu de tous et assez aigu pour attirer leur attention. Elle parla de manière claire et concise, et avec un volume assez élevé pour être comprise même dans la rue. Le ton qu’elle employa avait quelque chose d’effrayant, comme si chacun de ses mots étaient emplis d’une menace qu’elle n’hésiterait pas à mettre à exécution.

« Messieurs-dames la poste est fermée pour ce matin. Les journaux principaux ont été distribués, et l’activité normale finira par reprendre… un jour ou l’autre. En attendant, merci de dégager ou je vous sors moi-même. »

Malgré un léger mouvement de contestation, vite réprimandé par un regard noir de jais, la foule se dissipa, sans même qu’elle eut à crier. Elle avait les jambes et les bras croisés sur son comptoir, regardant avec attention les derniers récalcitrants franchir la porte. Elle tourna la tête vers le directeur.

« Pensez à fermer et à mettre un écriteau ou vous serez bientôt la cause de tous les maux de cette partie du village. Et grouillez-vous d’embaucher, aussi, avec tout l’amour que je porte à la distribution du courrier, on a des menues responsabilités qui nous tiennent relativement éloignés des problèmes de facteur. »

Elle sauta sur le sol et se tourna ensuite vers… l’homme dont elle ne connaissait toujours pas le prénom.

« Tu me dois un repas, je crois. On passe faire le rapport, et je t’autorise à me payer à manger. Ne me remercie pas. »

_________________


[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Ayumi_sign_001
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416
Amehoni Kyosuke
Amehoni Kyosuke

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Empty
Mer 17 Avr 2019 - 1:58

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte Original


Au moins, elle était revenue... Enfin, elle semblait être de retour vu que le sourire qu'elle arborait semblait étrangement forcée, comme si elle n'avait pas l'habitude d'user de ses zygomatiques pour ce genre de mouvement de bouche. Toujours aussi direct, elle indiqua clairement qu'elle voulait manger, comme si cela allait déclencher quelques choses chez nous, je ne sais pas trop ce à quoi elle s'attendait...

Après ça, il fit comprendre à ceux qui attendaient qu'il serait temps de lever le camps s'ils ne voulaient pas la fâcher, et après ça critiquait ma façon de les calmés, mais la sienne n'était pas mieux ! Par la suite, attendant que la totalité de la poste se vide, elle finit même par donner un conseil au directeur, qu'elle avait traiter avec une certaine sécheresse depuis son arrivée...

Mais c'est la suite qui m'étonnai le plus, elle se tourna vers moi et m'expliqua que je devais lui payer à manger et qu'elle m'autoriserait à passer ce moment avec elle... Je dois avouer que je ne savais plus ou donner de la tête, devais-je m'énerver parce qu'elle me prenait pour un idiot ? Ou essayait-elle vraiment de faire un effort ? Ou alors pensait-elle vraiment qu'elle m'avait aidé?

Dans tous les cas, je pensais plus qu'elle n'avait comprit que le repas gratuit et pas la condition qui venait avec... Je soupirais, non seulement elle ne m'avait pas aider mais en plus elle semblait bien motivé pour me faire payer le déjeuner.

Après tout, pourquoi ne pas faire une exception pour cette fois, je ne la recroiserai surement pas tant que ça, vu le travail qu'il y avait avec le village en ruine. Serrant la main du directeur en lui souhaitant bonne chance pour la suite, je sortis du bâtiment avec la jeune femme à mes côté. C'était un chemin étrangement silencieux, nous nous dirigions vers le bureau des missions, là où notre rapport devrait se faire et pris en compte pour la réussite de notre mission.

En soit, le rapport n'était pas grand chose, trois/quatre formulaires à remplir, pour raconter comment s'est passer la mission, si nous avions bien respecter l'ordre de celle-ci et si rien ne c'était passer de travers. Du coup, bah pour une mission de facteur, pas grand chose à raconter quoi... On avait bien livrer les journaux, on avait en bonus aider un peu le directeur avec les autres courriers, enfin « on », voilà...

Une fois signer et rendu, nous étions libérés de nos obligations postales !


- On va aller vers le centre-ville pour déjeuner, je connais un petit restaurant sympa.

Disais-je à la jeune femme qui avait précédemment signifiée qu'il était midi et donc l'heure de manger ! J'emboitais le pas vers notre destination, parce que mine de rien, moi aussi je commençais à avoir une petite dalle !



_________________
Arme de Gladiateur : Hai no Gaidan


Paroles

Pensées

Narrations
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5932-la-bagarre-enfin-presque-termine

[Mission libre D] Ce que l'avenir vous promet, la poste vous l'apporte

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: