Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 14:47


Avide soif d’apprendre




Soif d’apprendre, savoir, connaissance, Aimi aimait se nourrir de toutes ces choses, elle était encline à tout connaître, tout découvrir, elle voulait s’offrir au monde, apporter une pierre à l’édifice. Que ce soit de simples choses, comme d’importantes, des bonnes, des plus sombres, elle ne pouvait s’arrêter. La Chiwa ne pouvait se contenter de ce qu’elle connaissait, sa curiosité l’amenait à remettre tout en question, se disant qu’il y avait tellement de mystères qu’elle devrait résoudre. Son intérêt sur les différentes manières de prodiguer des soins, d’apporter son aide, de contribuer à l’évolution de la médecine la poussait à se pencher sur toutes possibilités. La jeune femme savait qu’elle n’était qu’un nourrisson dans ce gigantesque monde d’érudits, mais elle grandissait vite, et ne comptait pas se laisser porter par la brise du temps, la vie était imprévisible, elle ne pouvait pas attendre que tout atterrisse dans sa main. La douce ne craignait pas de tomber dans des secrets qu’elle n’aurait peut-être jamais dû découvrir, elle était de ceux qui mettaient la main à la pâte. L’épéiste était dotée une volonté de fer, la Roche coulant dans ses veines, signature de tout shinobi d’Iwa rendait sa détermination plus solide que jamais. Ce fut ainsi que la douce se retrouva à parcourir les rues du quartier commençant de la cité militaire de la Roche. Journée de liberté, elle en profitait pour s’aventurer dans les tréfonds de la médecine. Son instinct l’avait guidée vers un coin de la ville plutôt dédié aux Eisei Nin, on pouvait y trouver diverses boutiques vendant du matériel médical, proposant des choses moins communes comme ces apothicaires et leurs herbes médicinales : raison de sa venue.

C’était une fois où elle étudiait à la bibliothèque du village commerçant. Désireuse de se cultiver, elle avait pris plusieurs livres qui semblaient intéressants et durant des heures, les avait feuilleté telle une docile élève. Un ouvrage faisait question des onguents, une petite pommade réalisée à partir d’herbes médicinales et d’autres produits inconnus à la jeune femme, leur utilité pouvait se montrer intéressante en terre inconnue ou en mission, loin d’un centre de soin. Leur vertu cicatrisante était une alternative afin d’économiser du chakra médical, le garder pour des meurtrissures bien plus graves. Il était aussi question de morsures venimeuses, le poison était quelque chose de dangereux, il pouvait être indolore, invisible, mais pourtant, il prenait aux entrailles, menant parfois à la mort, brutalement ou vicieusement. Les iris rubis éternels de l’acajou lisaient avec passion l’aspect sauvage de ce qu’elle découvrait.

Sortant de ses rêveries, la Genin arpentait les rues à la recherche d’un apothicaire où elle pourrait se renseigner. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver ce qu'elle convoitait. Le nom de la boutique : Nachuraru kea était entouré de diverses fleurs et herbes qu’elle n’avait jamais vues avant. Ses pieds se dirigèrent par automatisme dans la charmante boutique aux saveurs exotiques. Ses narines découvrirent un feu d’artifice d’arômes en tout genre. Ses pupilles grenat contemplaient la boutique la faisant tourner sur elle-même, se trouvant émerveillée par ce que la nature pouvait offrir. Aimi posa son regard sur l’homme à la caisse, son visage ridé témoignait de sa vieillesse, la jeune femme ne s’imaginait pas tout ce qu’il pouvait connaître, il devait avoir une bonne expérience dans ce milieu. Un sourire adressé à la douce, l’apothicaire s’adressa respectueusement à la jeune femme d’une voix grave et fatiguée par le temps :


« Bien le bonjour à toi jeune demoiselle, bienvenue dans notre boutique consacrée aux herbes médicinales ! C’est la première fois que je te vois ici dis-moi, comment puis-je t’aider ?»

L’écarlate salua la politesse dont il faisait preuve, ce qui était normal en soit, rougissant légèrement sous l’intimidation, elle s’inclina légèrement avant de prendre la parole :

« Bonjour monsieur ! Merci pour votre accueil. En effet, c’est la première fois que je me présente ici. Je suis médecin ninja et je m’intéresse aux plantes médicinales, ma curiosité m’a attirée ici, je viens simplement m’informer !»

L’homme face à elle joint ses mains avec enthousiasme, son visage s’éveilla de joie et d’intérêt.

« Appelle moi dont Satochi ! C’est toujours un plaisir de pouvoir accueillir le bourgeon prêt à fleurir dans ma boutique ! Le monde recèle de diverses herbes et plantes aux vertus miraculeuses ! Je peux t’en montrer quelques-unes et t’expliquer leur caractéristique bienfaitrice ! »

Aimi hocha de la tête positivement, pleine d’enthousiasme, son intérêt s’amplifiait à chaque parole du vieil homme.

« Satochi san, je suppose que vous avez des plantes qu’on peut utiliser pour créer des remèdes contre les blessures ? »

Un air satisfait sur le visage, l’homme était fier de ce qu’il présentait, il lâcha un « bien sûr » vif qui surprit la jeune femme, elle n’était pas habituée à autant de… joie. Elle sourit gênée. Il sortit de sa caisse, la boutique vide de clients pour le moment, et s’approcha de plusieurs plants de fleurs aux couleurs chaudes et douces, la jeune femme était charmée. L’homme pointa du doigt une magnifique fleur aux couleurs orangées.

« Il s’agit de la fleur de calendula ! On peut la travailler pour l’utiliser en pommade, ces beautés naturelles ont des vertus désinfectantes et soulagent des inflammations de la peau ! Ensuite, il y a la consoude, ici. » L’homme se déplaça sur la gauche, prenant ses explications très au sérieux, la jeune femme écoutait très attentivement celles-ci. Il désigna une plante aux innombrables petites fleurs mauves. « Celle-ci permet de traiter les douleurs musculaires, mais aussi favorise la cicatrisation des blessures ! Oh, il y a aussi le millepertuis ! » Aimi était surprise d’apprendre que les plantes pouvaient offrir tous ces bénéfices, une fois l’onguent concocté, elle n’imaginait pas l’efficacité de celui-ci. La tige possédait divers petits bourgeons jaune. « En usage par voie externe, et donc en baume, elle fait des merveilles pour la cicatrisation des plaies, traite aussi les brûles et diminue donc les inflammations.»

La Chiwa hocha positivement de la tête, toutes ces plantes seraient vraiment utiles quand elle arrivera – elle l’espérait en tout cas - à confectionner de type de soin.

« Oh ! Si tu le souhaites, je peux te prêter un ouvrage sur les plantes que tu pourrais étudier ! Ce sera une bonne raison pour revenir lorsque tu auras fini la lecture ! »

Elle rit légèrement, amusée, elle était touchée qu’il veuille l’aider à ce point dans cette voie.

« Merci beaucoup Satochi-san. Je vous avoue que je n’y connais pas grand-chose dans ce domaine, mais je serai honorée de pouvoir apprendre de vos livres ! Qui sait, peut-être que la prochaine fois, je me servirai dans votre boutique pour réaliser mes propres concoctions !»

L’homme adressa un grand sourire à la rousse puis se dirigea vers l’arrière de sa boutique avant d’y ressortir avec un livre de taille moyenne, mais dont l’épaisseur reflétait de la quantité d’information qu’il devait offrir. L’Eisei Nin avança vers lui, ne voulant pas le forcer à se déplacer davantage, elle voyait qu’il était fatigué. Il lui tendit l’encyclopédie qu’elle accepta avec honneur. La jeune femme s’inclina respectueusement.

« Je prendrai soin de votre livre, je vous remercie infiniment pour votre aide et je repasserai vous voir sans faute ! Passez une bonne journée Satochi-san. Encore merci.»

Le vieil homme secoua la main lui expliquant qu’il n’était pas nécessaire de le remercier autant, il était heureux de pouvoir aider une jeune fleur à s’épanouir. La douce aimait la façon dont il utilisait le lexique végétal pour la décrire, c’était original et attendrissant. La jeune femme s’inclina de nouveau et accompagné de son livre collé à sa poitrine, elle sortit de la boutique, rêveuse.

Perdue dans ses pensées, elle ne fit pas attention à l’individu qui s’approchait, quelques secondes après, le choc prévisible lui fit presque perdre l’équilibre. Son ouvrage tomba sur le sol gris de la rue, elle se rattrapa du mieux qu’elle puisse avant de s’excuser par automatisme. Elle se pencha et ramassa son livre, ses iris profondément écarlates sur les pieds sur la personne qu’elle avait rencontré brusquement, elle remonta doucement, analysant avec intérêt les habits sombres qui couvrait des jambes élancées et plutôt masculine, se tenant élégamment, comme s’il n’avait pas été perturbé par leur bousculade. Complètement debout, elle tomba nez à nez face à un accoutrement gris de qualité, cet inconnu lui faisait penser à elle, il portait des vêtements qui sortaient du commun, sauf que les siens étaient kaki et que ses épaules étaient couvertes d’un long manteau noir. Cette aisance, à arborer une certaine grâce lui faisait penser à quelqu’un de familier, pour confirmer le doute, elle releva son visage pur comme la neige vers le sien.

Elle aurait pu reconnaître ces traits au milieu de mille personnes, un teint parfait, un regard intense pouvant lire les pensées les plus profondes de la jeune femme, ses iris perçant l’obscurité la plus tenace, une chevelure parfaitement soignée aussi noire que les plumes d’un corbeau, dont les reflets violacés s’harmonisaient parfaitement avec l’onyx teinte. Ce qui l’aida à le reconnaître : ce délicat grain de beauté sous le reflet de son âme. Il ne faisait pas de doute qu’elle avait affaire au Docteur Borukan Muramasa, homme qu’elle avait déjà croisé plusieurs fois à l’hôpital, directeur de l’Académie Hashira et surtout : celui qu’elle voulait rencontrer plusieurs fois, certaine qu’il pourrait l’aider dans son apprentissage, s’il le désirait. Le monde était immensément gorgé de surprises, mais des fois, il pouvait être si petit. Par réflexe, le jeune femme s’inclina respectueusement.


« Muramasa-sama, excusez-moi, je n’étais pas attentive à mon entourage… Oh, je suis Chiwa Aimi, je suis médecin ninja, vous ne me connaissez peut-être pas, mais je vous ai déjà aperçu à l’hôpital. Enchantée !»

L’homme avait une prestance qui pourrait en intimider plus d’un, pouvant troubler. Un mystère planait sur sa tête que la jeune femme avait envie de déchiffrer. Son intérêt visible sur son minois de jeune femme, elle attendait patiemment une réponse de sa part.


Spoiler:
 

_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Ven 12 Juil 2019 - 14:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 27 Avr 2019 - 0:36
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Les ruelles du quartier-commerçant convulsaient de vie, tandis que les marchands se faisaient un plaisir de vendre à des prix exorbitants, les badauds s'enjaillaient de leurs acquisitions de produits qu'ils désespéraient d'obtenir. Un bien étrange monde que celui du commerce, avec ses propres règles, ses lois tacites et insondables qu'il valait mieux ne pas sous-estimer. Une seule vérité se calquait parfaitement avec le monde depuis la nuit des temps. Il valait mieux être malin, car le destin funeste frapperait sans vergogne les candides inconscients en les plongeant dans les profondeurs des abysses de la déliquescence, afin de les noyer pour toujours et à jamais. Bien heureusement, le parangon était un homme qui cernait les miasmes de ce triste monde tragique avec une rare perspicacité. Fixant la rubiconde qui venait sauvagement de le percuter sans once de retenue, le fier médecin était un peu surpris de cette approche des plus singulières. Il se demandait s'il s'agissait encore une fois d'une de ces fans essayant d'accomplir de noirs desseins en prétextant un rocambolesque accident les amenant à se heurter sur le corps musclé et vigoureux de leurs désirs les plus interdits, ou bien tout simplement d'un malencontreux hasard en tout bien tout honneur. En tout cas, cela était une coïncidence des plus louches. Comme par hasard, la demoiselle arborait une chevelure de flammes embrasées, ce qui était un habile stratagème sur trois points précis. Premièrement, tous les hommes savaient que les rousses étaient chaudes comme la braise. Deuxièmement, il s'agissait d'un trait caractéristique des membres du clan du volcan. La ruse était finaude, car susciter les désirs interdits qui s'incarnaient à travers une cousine éloignée ne pouvait laisser aucun mâle indifférent si on se fiait aux rumeurs. Troisièmement, la précédente gagnante du concours de Yukata (mouillé) de l'Iwa Shukusai était une rouquine, ce qui avait imposé une tendance persistance poussant les demoiselles à user de teintures pour être à la mode. Ensuite, elle était ninja médecin selon ses dires, et tenait même un imposant ouvrage sur les plantes médicinales qu'elle fit tomber lourdement sur le pied du Borukan comme pour souligner son désir d'apprendre les arts appartenant au Rentanjutsu. Enfin, la Kunoichi avouait avoir vu le fier Directeur de l'Académie à l’Hôpital, ce qui trahissait qu'elle devait avoir quelques penchants pour le voyeurisme et moult autres activités plus ou moins interdites. Muramasa ne savait pas vraiment si cette "Chiwa Aimi" était une femme innocente qui passait simplement par là ou bien une perverse dangereuse qui méritait un séjour dans la future aile de l’hôpital psychiatrique. Il était du devoir du défenseur de la veuve et de l'orphelin que de découvrir la réponse à ce mystère. A première vue, la jeune femme ne semblait pas vraiment dangereuse, mais il ne fallait jamais se fier aux apparences.

« Hajimemashite, Akahime-san. » -fixant l'inconnue dans les yeux tout en lui attribuant un sobriquet comme lui seul en avait le secret- « Faire attention à son entourage est impératif pour un ninja médecin. » -dit-il, en esquissant un léger sourire des plus sibyllins- « Il est donc inutile de vous excuser, car j'aurais moi-même du faire attention. Ne pas remarquer la présence d'une beauté telle que vous, manque de toute correction. » -léger rire de circonstance, si caractéristique d'une élégance de la verve finement ciselée en chef-d'oeuvre dénué du chimérique-

Posant avec une insistance appuyée son regard vers la jeune ingénue, avant de le porter en direction du livre lui ayant écrasé le pied, mais qui ne réussit pas à lui arracher sa superbe, le médecin passa directement à l'offensive sans accorder de place aux préliminaires adéquats.

« C'est le vieux Satoshi-san qui vous a transmis ces miscellanées ? Ça lui ressemble bien. » -se grattant la tempe, songeur- « Si vous désirez apprendre les arts du Rentanjutsu, il ne vous sera pas d'une grande aide. »

Le marchand était un homme assez connu dans le milieu très fermé de la médecine obscure des initiés, car ceux-ci venaient souvent s'approvisionner chez lui en substances interdites et introuvables ailleurs. Mais le gredin était un bien vil faquin, qui ne manquait jamais l'occasion de poser les pièges perfides lui permettant d’attiser la soif d'apprendre des jeunes filles en fleurs afin de les capturer dans les profondeurs vespérales d'une captivité sans l'ombre d'une seule nitescence d'espoir. Apparemment, la pauvre innocente (ou du moins supposée) venait de tomber dans les filets du goguenard, qui allait se délecter de la faire dévier jusqu'au gouffre la condamnant dans les tréfonds infernaux de la perdition. Sacré Satoshi, rusé comme un renard ! Mais il ne s'agissait plus d'une question de temps avant que ce fourbe sieur fasse une erreur et que le courroux vengeur des forces du Yamagenzo ne l'emprisonnent dans les geôles humides et moites de la Roche. En tant que fervent héros, saint homme qui plus est, le Borukan ne pouvait laisser une jeune femme - ou succube - se faire happer et violemment acculer - voir très certainement bien pire - de la sorte, sans se dresser contre l'adversité et la barbarie. Etre un médecin était une vocation de tout instant, et ce malgré les ténèbres et le doute. Muramasa n'était pas homme à transmettre son savoir interdit à la première personne venue, et rares furent ceux qui comme la célèbre Irou Ardente purent s'abreuver de toute la quintessence des arcanes secrètes et interdites du coté obscur de la médecine.

« Si vous avez une soif d'apprendre, quelle qu'elle soit, en tant que collègue de même vocation, il est de mon devoir de vous y aider. » -acquiesçant d'un air certain, tout en plongeant son regard mordoré dans les prunelles aux flammes affamées- « qu'en est-il ? Akahime-san ? »

Une proposition qui permettrait de sauver une âme des griffes du cornu, mais aussi de découvrir si la rousse était bien la Kunoichi éprise des arts médicaux qu'elle prétendait être et non pas une fan désireuse de se rapprocher de l'objet de ses fantasmes interdits afin de les assouvir avec un cœur faquin. Nébuleux, la réponse se découvrirait très bientôt dans le fracas d'une divine comédie qui ne manquerait point du dantesque dont il retourne.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 27 Avr 2019 - 15:39


Avide soif d’apprendre




Leurs pupilles se croisèrent alors, faisant voyager Aimi dans un monde mystérieux. Sa surprise n’était pas étonnante, ce n’était pas tous les jours qu’on devait lui rentrer dedans aussi brusquement et cela arrivait rarement à la jeune femme aussi. La Chiwa se demandait si elle l’avait choqué de par leur rencontre légèrement brutale, il semblait perdu dans les iris rubis de l’épéiste de la Roche qui se sentait légèrement gênée par son regard perçant, comme s’il essayait de lire en elle. Instinctivement, elle rapprocha le livre contre elle, était-ce vraiment ce célèbre Docteur dont on lui parlait souvent – la dernière personne étant Taishi, de ses souvenirs – parce qu’il paraissait vraiment étrange. Puis, il semblait reprendre ses esprits, se ramenant à la dure réalité de force la saluant de la plus originale des façons, Aimi n’ayant pas l’habitude d’être servie par ce genre de surnom. Il lui intima un conseil des plus avisé que la doucereuse devrait prendre en compte précieusement. Son sourire énigmatique la rassurait, mais l’interpellait aussi : définitivement, elle avait affaire à un individu très particulier, elle le sentait. Il continua ses hypnotiques paroles que la jeune femme buvait, aimant le ton posé qu’il utilisait. Elle ne put toutefois s’empêcher de s’empourprer face à la remarque sur sa beauté, jamais on lui avait fait pareil compliment et la médic-nin ne savait pas où se mettre, même après son petit rire qui semblait exister pour détendre l’atmosphère. Mais c’était surtout la persistance de ses pupilles brillantes à son encontre qui la désarçonnait, elle avait même baissé les yeux, se sentant déshabillée du regard.

« Il est vrai que je devrais faire plus attention à mon entourage… On ne sait pas sur qui on peut tomber… »

Ses paroles se voulaient très mystérieuses, non sans vouloir y poser un sous-entendu qu’il conclura de la façon dont il le souhaite. L’interlocuteur s’exprima de nouveau, s’intéressant à l’ouvrage épais qu’elle tenait dans ses bras. Oh, alors il connaissait le gérant de cette magnifique petite boutique ? Le regard de la rousse changea soudainement, très intriguée par la suite de ses paroles. Le Rentanjutsu ? Alors c’était ainsi qu’on le nommait ? L’Iwajin ne s’était même pas attardée sur l’armoirie que portait son intérêt pour les onguents, poisons ou tous autres types de mystères qui recouvraient la médecine. Par un automatisme digne des plus grands pantins, elle s’était placée face à lui, souhaitant en savoir plus, comme si ses paroles visaient à le lui demander, cette chose qu’il attendait sûrement.

« Je vois que vous avez déjà fait connaissance avec Satoshi-san. Alors vous savez que je m’intéresse au… Rentanjutsu, c’est bien comme cela qu’on le prononce Muramasa –san ? Et si lui ne serait pas d’une grande aide, qui le serait ? Vous ? »

Le rubis de la Roche souhaitait lui montrer qu’elle avait du cran, arborant un sourire dont elle seule connaissait le secret. Il était évident qu’il était sûrement capable de lui prodiguer une aide immense, c’était bien la raison pour laquelle la Chiwa souhaitait rentrer en contact avec le directeur ténébreux, et le destin l’avait mis sur sa route, et ce n’était pas une chose anodine, Aimi ne pouvait pas l’ignorer. Le temps semblait s’être arrêté autour des deux confrères Iwajin, la kunoichi attendait une réponse tandis que l’homme semblait encore se perdre dans les tréfonds de son âme élégante. Et ce fut avec une joie difficilement dissimulable que la jeune femme écoutait le Borukan lui proposer son aide, c’était ce qu’elle souhaitait, et son petit minois adorable devait le lui montrer. Ses pupilles brillaient d’intensité et pourraient désarçonner la douceur de l’homme face à elle, qui possédait un esprit des plus vifs et combatifs.

« Je me demande vraiment si ce n’est pas ce fameux destin qui m’aurait mise sur votre route. Parce que cela fait un certain temps que je cherche à avoir une conversation avec vous. Vous n’imaginez pas à quel point mon désir d’apprendre brûle comme le noyau d’un volcan… Je suis très passionnée et très déterminée. Si cela peut vous rassurer, je ne suis pas là pour vos beaux yeux, mais pour vos beaux talents. Alors je serai très honorée de recevoir votre aide. »

L’Eisei Nin s’inclina légèrement face à lui, lui offrant respect et reconnaissance s’il acceptait de passer du temps avec le joyau écarlate. La jeune shinobi se redressa alors doucement, sa chevelure rougeoyante dansant sur ses épaules et sur le long de son corps menu puis lui adressa un franc sourire, faisant toujours dans la spontanéité. Son rêve deviendrait sûrement réalité grâce à lui et elle ne pouvait s’empêcher d’être enthousiaste. Peu importe ce qu’elle découvrirait, même si la tâche serait sûrement rude et les épreuves redoutables, même si elle devait frôler les noirceurs de ce monde ou même les embrasser, l’éclat scintillant qui émanait de son âme ne la laissera jamais sombrer.


_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 28 Avr 2019 - 14:07
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Muramasa était perspicace, comme à son habitude. Son intuition ne lui avait pas fait défaut, prouvant une fois de plus qu’il n’était point sans raison le Directeur d’une prestigieuse académie. La mystérieuse interlocutrice avouait qu'elle désespérait de rencontrer le plus célèbre et ténébreux médecin que la roche ait compté en son sein. Languissant de découvrir et d’apprendre les plus sombre secrets, l'assoiffée rubiconde escomptait assouvir son inextinguible soif d’apprendre sous l’égide du Borukan avec ferveur et dévotion. Cela n’était pas surprenant le moins du monde, qu’un tel parangon - si viril et musclé - inspire des sentiments tumultueux dans le cœur d’une jeune femme. En tant que professeur, il était tout à fait normal que d’enseigner à une ingénue qui faisait montre d’une telle passion. Cependant, le Jonin était un homme occupé, qui ne transmettait pas ses arcanes interdites aussi facilement. Un sourire et quelques mots doux ne suffiraient pas à lui soutirer ses précieux enseignements. Apparemment, la demoiselle au manteau rougeoyant connaissait bien le marchand de l’échoppe. Abordant le sujet du Rentanjutsu qui semblait bel et bien l'intéresser, la Kunoichi affichait sa soif d’en apprendre davantage au risque de se brûler les ailes.

« Vous le prononcez à la perfection. En effet, tous les adeptes désireux de maîtriser la puissance ésotérique des potions et autres décoctions alchimiques connaissent le vieux Satoshi-san. C’est l’une des très rares échoppes vendant les ingrédients nécessaires. Cependant, je suis l’unique Iryo-nin, à travers Tsuchi no Kuni et à ma connaissance, qui maîtrise réellement cet art. La plupart de ceux prétendant les maîtriser sont de simples charlatans vendant de faux filtres d’amour et autres produits de contrefaçon. »

Muramasa était l’un des rares scientifiques utilisant ces arts ésotériques d’une rareté certaine. Il était donc évident que si la jeune femme désirait apprendre ces arcanes secrètes, elle ne trouverait pas meilleur tuteur que le fier Directeur de l’Académie Hashira.

« Si votre désir brûle comme le noyau d’un volcan, je dois vous aider à l’assouvir avant qu’il n’explose et ne rentre en éruption, car cela pourrait être très dangereux. » -dit-il, esquissant un sourire malicieux-

Décidément, la rousse disposait d’une verve aussi aiguisée que les lames les plus tranchantes. Cela ne déplaisait pas au médecin, bien au contraire.

« Akahime-san, je suppose qu’il s’agit effectivement du destin. » -marquant une pause aussi légère qu’une plume, avant de poursuivre une inquisition subtilement vaporeuse - « Mais dites-moi, pourquoi l’alchimie vous intéresse ? Vous êtes de celles désireuses de ces philtres d’amour pour envoûter le cœur de l’homme qu’elles aiment, ou bien de plus sombres aspirations tels la concoction de poisons aux noirs desseins ? »

S'enquérir de la raison de l'intérêt de la demoiselle était tout à fait primordial. Le Rentanjutsu était un art sombre et emplit de terreurs, qui ne devait pas tomber entre de mauvaises mains. Réussirait-elle à convaincre le fier parangon ? Nébuleux.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 28 Avr 2019 - 15:00


Avide soif d’apprendre




La jeune femme lui avait fait comprendre à travers ses mots et la détermination dans son regard qu’elle était désireuse d’apprendre, d’assimiler, de connaître, de découvrir – enfin un tas de synonymes dans ce genre – mais elle se doutait bien qu’il ne se laisse pas convaincre aussi aisément. Une chose était certaine, la Chiwa ferait preuve de transparence avec lui, honnête dans ses désirs, la rousse souhaitait simplement atteindre son cœur de professeur avec cette volonté qui coulait dans ses veines. L’épéiste écoutait attentivement le corbeau majestueux qui lui expliquait que beaucoup des intéressés en matière de potions et décoctions connaissaient le gérant de cette pharmacie exotique, logique. Il l’avertit ensuite cependant qu’il était le seul qui maîtrisait l’art du Rentanjutsu et le joyau volcanique priait intérieurement qu’il accepte de lui porter son aide.

« Je trouve cela très irrespectueux de pouvoir faire des contrefaçons, c’est une insulte à notre art. »

L’Eisei Nin croisait les bras, furieuse de constater qu’il y avait dans ce monde des êtres si pathétiques désirant se jouer de ces personnes qui cherchaient des soins ou du réconfort dans les plantes. Tout ce qui se liait à la médecine était sacré pour Aimi, elle ne pouvait concevoir qu’on osait profaner les arts médicinaux. En tout cas, la Chiwa se disait qu’il était sûrement quelqu’un de très précieux grâce à ses connaissances uniques et qu’elle ne devait surtout pas le laisser filer. Il répondit alors à ses paroles exprimant son volontariat en quête d’apprentissage en jouant sur ses mots ce qui fit légèrement rire l’Iwajin au cœur pur, elle ne le connaissait pas beaucoup, mais il était à la fois mystérieux, sérieux quand il parlait de son art, agréable et pouvait même se montrer amusant. Alors il ne serait pas déçu de constater que le rubis avait du répondant.

« C’est très généreux de votre part de vouloir empêcher l’explosion de ce volcan qui sommeille, faites juste attention à ne pas vous brûler les ailes, on ne sait jamais. »

La kunoichi lui rendit son même sourire, elle devrait se montrer peut-être plus respectueuse avec lui, il était quand même Directeur et un grand Médecin même. Le magicien aux dons polyvalents lui demandait alors pourquoi cet art l’intéressait, très bonne question, c’était normal de vouloir connaître les motivations d’une jeune inconnue qui s’intéressait à ce qu’il maîtrisait de mieux. Si Aimi devait répondre à sa dernière question, bien qu’osée – jugerait-il la doucereuse de celles qui s’abaissaient à demander des filtres d’amour ? – elle lui ferait vite comprendre qu'elle n'était pas ce genre de femme. Les pensées de l'Iwajin se tournèrent vers un certain blond, jamais elle n'aurait pu le forcer à faire cela, et bien que ce n'était pas utile au vu de leur relation unique et précieuse, elle aurait accepté ses sentiments non réciproques. Enfin, c’était tout en son honneur que de se méfier. La médic-nin haussa alors des épaules et prit un air des plus sérieux.

« Il faut vraiment être désespéré pour venir vous demander des filtres d’amour… Mais je ne suis pas de ceux qui jugent, je trouve simplement cela triste… Enfin, rassurez-vous, ce n’est pas mon cas. » Elle prit une pause alors lâchant un petit soupire. « Je suis une personne très curieuse, je lis beaucoup, je m’intéresse à beaucoup de choses. Je cherche à m’améliorer dans le ninjutsu médical en m’intéressant aux différentes façons de pouvoir venir en aide à ceux qui en auraient besoin, en dehors des soins. Je me suis alors intéressé aux onguents, antidotes et toutes ces concoctions bien mystérieuses. Enfin, mon regard s’est donc paradoxalement tourné vers les poisons et les mets dangereux. Je cherche la polyvalence, je souhaite découvrir tous les mystères de l’Iroujutsu et donc le Rentanjutsu se compléterait à merveille avec cet art qui m’est cher. Je désire être la rose et à la fois l’épine. J’espère que vous comprenez Muramasa-san ? »

Ses mots étaient réfléchis, elle avait remarqué qu’il appréciait utiliser la poésie dans ses paroles et Aimi trouvait très rarement des partenaires de vers et métaphores bien délicieuses. La rousse souriait se perdant dans ses pensées, dans ses espoirs, ses rêves et ses désirs, elle lui faisait part de ses souhaits les plus chers, protéger tout en étant soi-même cette épée de Damoclès. Être un baume au cœur de ceux qu’elle chérissait et devenir le pire cauchemar de ceux qui oseraient s’en prendre à ce monde dans lequel elle offrait beaucoup d’espoir. Enfin, elle s’était ouverte à lui et se disait, pourquoi n’en ferait-il pas autant ?

« Et vous Muramasa-san, qu’est-ce qui vous a motivé à choisir cette voie ? Ou est-ce celle-ci qui vous a choisi ? »




_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 5 Mai 2019 - 14:50
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?







Les charlatans s’avéraient malheureusement monnaie courante, surtout dans une cité commerçante où une viscérale soif de ryôs animait les âmes de bien sombres tentations dont il était bien difficile de résister sans se perdre dans la perdition, voir la damnation. La richesse suscitait un désir puissant dont nulle âme ne pouvait réchapper indemne. Triste monde tragique. La rubiconde semblait outrée par ces désagréables chimères, ce qui était tout à fait légitime. Voler le travail de bons et honnêtes gens était inadmissible, mais ils n’étaient points les seules victimes des agissements de ces malfrats aux sombres desseins. Muramasa appréciait la répartie de la Kunoichi, qui semblait apprécier tout comme lui les multiples nuances que pouvaient prendre le sens des mots formulés malicieusement.

La réponse était un peu évasive, mais plus que suffisante, surtout pour une première approche. Néanmoins, le médecin trouvait que la jeune femme était un peu trop innocente, voyant que la lumière et non les ténèbres de ces arts aussi obscurs et sombres qu’une nuit dénuée de la nitescence de la moindre étoile. L’ingénue allait surement se perdre et finir noyée dans les abysses de ce monde emplit de terreurs, finissant en simulacre de sorcière empoisonnée et malveillante, comme ce fut le cas d’innombrables demoiselles rêveuses qui finirent par se détourner du chemin vertueux.

« Une rose et une épine ? Intéressant… » -songeur-

Les femmes étaient connues pour apprécier les fleurs et les poisons. La jeune femme deviendrait surement une rose empoisonnée, mais présentait du potentiel pour les arts obscurs. Le Borukan n’avait pas envie d’enseigner les arcanes vespérales à une inconnue, mais s’il ne le faisait pas personnellement le risque pour la rousse de devenir une très vilaine kunoichi était aveuglant.

« Le destin. Du moins, si ce dernier est déjà écrit dans les ombres. » -répondit-il, en affichant un air sérieux et une voix grave-

Le médecin n’allait pas s’éterniser sur une introspection personnelle avec une étrangère qu’il ne connaissait ni d’Izanami ni d’Izanagi. Cependant, c’était à la curieuse de se dévoiler plus amplement si elle désirait convaincre le Directeur de l’Académie Hashira de lui parler plus en profondeur de l’alchimie.

« Parlons plutôt de vous et de votre désir. » -recadrant la discussion sur la Chiwa- « Vous désirez être à la fois la rose et l’épine. Cependant, avec l’alchimie vous deviendrez une rose empoisonnée. Une très belle rose, néanmoins aux épines cachées. » -fixant l’amatrice de rosaceae- « Si vous désirez que je vous parle du Rentanjutsu, il va falloir me convaincre que vous le méritez. Par exemple, vous êtes Iryo-nin, mais quel est votre niveau dans cet art ? »

Muramasa avait besoin de connaître plus en détail son interlocutrice, avant de se faire un avis tranché sur elle.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 5 Mai 2019 - 16:49


Avide soif d’apprendre




Oui être la rose et l’épine était intéressant, comme disait-il. La jeune femme se voyait comme quelqu’un de polyvalent, pouvant offrir autant de bien que de mal, c’était cette alchimie mystérieuse qui l’attirait. Elle savait qu’elle croyait en ses capacités, la douce connaissait sa volonté et sa détermination et rien ne pourrait l’entraver. Alors après lui avoir fait légèrement part de ses motivations, son côté curieux la poussait à lui demander comment il en était arrivé là. Mais sa réponse fut très évasive mentionnant simplement le destin. La Chiwa hocha de la tête, elle ne lui en voulait pas de ne pas souhaiter s'étaler sur sa personne il était vrai que les deux ne se connaissaient pas tellement et c’était compréhensif, elle trouvait cela simplement dommage sur le coup, car la genin aurait souhaité en savoir plus.

Enfin, l’air grave sur son minois mystérieux interpellait la jeune femme, l’homme était très sérieux et le visage de la douce s’arbora de la même expression, ne prenant pas les choses à la légère. Le directeur de l’académie s’attardait alors sur sa personne et sur ce qu’elle souhaitait. Le fait d’être une rose empoisonnée l’interpella beaucoup, la jeune femme inspectait légèrement le coin de rue légèrement passant avant de retrouver son attention sur le corbeau de la roche. C’était complètement le but, la rousse était peut-être innocente, elle n’était pas pour autant naïve. Aimi aimait la beauté ce que monde pouvait offrir, elle n’ignorait pas non plus la noirceur qui la recouvrait, les ombres qui scrutaient chacun, attendant le bon moment pour posséder l’infime fragilité, cette fissure qui leur permettrait d’envahir l’âme du plus faible. Il souhaitait être convaincu, en savoir plus sur elle. L’Eisei Nin se perdit dans ses pensées lointaines, remontant à son ascension et son dur labeur, le joyau écarlate s’était battu pour devenir ce qu’elle représentait, et même si le bourgeon qu’elle était s’ouvrait petit à petit, la fleur qui en éclorait serait immensément majestueuse.


« J’ai le cœur sur la main, je le sais, j’ai bon cœur et je suis une bonne personne je n’en doute pas. Je possède de bonnes capacités guérisseuses et j’apprends à utiliser l’hyperforce, je m’intéresse aussi à la possibilité d’infliger des dégâts plus internes, le fait d’être plus… « vicieux », on va dire, cette finesse offensive m’intéresse beaucoup. Je cherche d’autres moyens de venir en aide à mes coéquipiers. Enfin, je n’ai peut-être pas des capacités immenses et un niveau extrêmement élevé pour le moment, ça n’entache absolument pas ma détermination. » La douce fleur écarlate soupira un instant reprenant son souffle, un fin sourire se dessina sur ses lèvres . « Vous me dites que vous êtes capable de m’apporter ce dont j’ai besoin, ce dont je désire, je veux apprendre du meilleur, mais si je n’arrive pas à vous convaincre alors je chercherai ailleurs, si on me ferme encore la porte au nez, je changerai de rue et s’il faut, je partirai à l’aventure en quête de réponse, mais une chose est certaine, Muramasa-san : rien ne m’empêchera d’atteindre mes souhaits, peu importe ce qu’il m’attend, je sais ce que je suis et ce que je vaux. Je comprends et conçois que de ce monde, s’émane des ténèbres dont j’ignore sûrement l’existence et que ceux-ci essaieront de m’absorber, à moi de faire en sorte de rester ce que je suis et de simplement devenir une rose empoisonnée tout en étant aussi l’antidote. »

Aimi s’était adressée à lui respectueusement, mais son regard brûlait de volonté, elle était extrêmement sérieuse dans ses propos, l’épéiste ne souhaitait pas qu’on remette en question sa détermination peu importe ses capacités actuelles, elle voulait lui faire savoir que cela ne changeait rien. La Chiwa repensait à tous ceux qu’elle aimait, à son village, elle ne pouvait pas rester les bras croisés attendant que tout arrive, elle devait apprendre et progresser et elle savait que cet homme élégant et talentueux pouvait le lui offrir, il fallait qu’il dise oui, même si ça prendrait le temps qu’il faudrait.



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 25 Mai 2019 - 14:34
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La rouquine avait le mérite d’avouer qu’elle ne reculerait devant rien afin d’acquérir des arts sombres et proscrits. Elle se targuait même d’un désir d’être vicieuse, ce qui mettait en exergue le côté obscur et les noirs desseins en son cœur. Cela était très prometteur qu’une jeune Kunoichi admette sa volonté de découvrir les arcanes interdites qui devaient rester scellées dans les abysses vespérales. Le Directeur de l’Académie n’allait pas perdre du temps avec quelqu’un qui oserait parler de justice ou d’autres concepts désuets d'intérêt.

« Ce n’est pas une question de bien ou de mal. C’est une question de pouvoir. » -dit-il, en croisant les bras-

Résumant sa pensée à une allégorie aussi profonde que le ciel sans lune, le parangon ne voyait pas de raison de refuser la requête de l’apprentie alchimiste. Néanmoins, il allait juste lui donner quelques conseils dans un premier temps, puis voir si elle méritait davantage de son attention la concernant.

« Premièrement, si vous désirez vous exercer à l’apprentissage du Rentanjutsu, il vous faut un atelier et du matériel dans un repère secret. C’est la base. Tout alchimiste se doit d’en avoir un, car il est le reflet de lui-même, mais aussi de ses arts, de son âme… Sa fierté, donc. Ensuite, le plus important est d’acquérir des ingrédients rares et mystérieux, mais cela vient après. » -fixant la rousse dans les yeux, en parlant d’une voix grave et sérieuse-

Le plus important pour un utilisateur de Rentanjutsu était d’avoir un laboratoire pour se livrer dans les ombres à ses arts et autres recherches, afin de mettre au point moult décoctions aux effets fantasmagoriques. Bien sûr, le lieu devait mettre en valeur les compétences à travers une décoration des plus nébuleuses.

« Akahime-san, avez vous un endroit tel que celui-ci ? » -posant la question sans détour»




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 25 Mai 2019 - 15:46


Avide soif d’apprendre




La kunoichi reprenait son souffle après lui avait fait part de ses désirs les plus profonds et de sa détermination d’en apprendre plus sur les arcanes alchimistes si mystérieux et attirants. Ses rubis fixaient le brun sans faillir, cherchant une moindre parcelle de tic qui pourrait la mettre sur l’aiguille, accepterait-il de lui venir en aide, à celle qui lui avait tout donné pour le convaincre. Alors qu’il croisait les bras, les paroles neutres du directeur de l’Académie expliquèrent que ce n’était pas une question de bien ou de mal, mais une question de pouvoir. Assimilant les mots, la rousse croisa à son tour ses membres supérieurs contre elle, l’idée de pouvoir était plutôt intéressante. En fait, c’était cela qu’elle désirait, tout simplement.

« C’est vrai… Pour atteindre mes objectifs, peu importe, sont-ils, c’est du pouvoir que j’ai besoin… »

Aimi savait, oh combien la route vers la puissance et le don de capacités plus conséquentes et plus utile, était semée d’embûches. Enfin, le taciturne ne semblait pas fuir, peut-être que son discours avait fait mouche ? La Chiwa ne criait pas victoire pour autant. Le Borukan prit de nouveau la parole, commençant par lui expliquer que pour exercer dans le monde du Rentanjutsu, il lui faudrait un atelier et du matériel, dans un repère secret. La Genin savait très bien cela, elle n’était pas ignorante et avait cherché à se renseigner. Il était normal d’avoir son propre petit monde pour réaliser les différentes mixtures, se plonger dans cette bulle obscure qui l’attendait de pied ferme. La princesse aux longs cheveux rouges hochait positivement de la tête, restant silencieux afin de le laisser terminer sa tirade, exprimant la vitalité de posséder des ingrédients précieux et sûrement inconnus à la rose volcanique. Le corbeau finit par lui demander si elle possédait un endroit comme celui-ci.

La belle posa une main sous son menton, il était évident que la réponse serait négative. Son pied venait à peine d’entrer dans ce monde sombre et étrange et elle était encore loin d’être en possession de tout ce qu’il fallait pour exercer les arcanes alchimistes, même si elle était très rigoureuse dans ses recherches.


« Et bien, j’ai commencé à rechercher un endroit où je pourrais exercer en toute tranquillité, mais ce n’est pas encore cela. J’ai pensé à chercher des ateliers à louer, mais ce ne fut pas très fructueux. J’ai aussi pensé au sous-sol de la boutique de mon père, mais ce n’est pas très secret non ? Ensuite, nous possédons deux petits hangars dont l’un n’est pas utilisé… Je me suis dit, que si je voulais faire pousser des plantes, ce serait mieux ? » Les iris sanguins de la Chiwa brillaient d’intérêt et son cerveau regorgeait d’idée, bien que rien n’était encore mis en place. « Concernant les ingrédients, c’est pour cela que je suis venue ici ce matin, j’étais curieuse d’en apprendre plus et je suppose qu’il faudra aussi que je m’aventure à l’extérieur pour en découvrir plus… Il faudra aussi que j’apprenne à réaliser les concoctions, les onguents, que j’en sache plus sur les antidotes et les poisons… Tellement de choses mystérieuses et fascinantes, je ne sais plus où donner de la tête ! »

La kunoichi semblait se perdre dans son discours, alors que ses yeux étaient marqués d’un intérêt conséquent, comme si les images de ses idées et de ses projets traversaient le miroir de ses globes oculaires. Elle se racla la gorge, s’empourprant légèrement de s’être emportée ainsi devant Muramasa, se calmant doucement.

« Enfin… Comme vous avez dit Muramasa-san, il faut déjà avoir le lieu et le matériel… Que pensez-vous de l’idée du hangar ? Concernant le matériel, peut-être que vous pourriez me conseiller ? »



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 25 Mai 2019 - 16:36
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Le Directeur appréciait l'esprit de la jeune femme, qui semblait comprendre la spiritualité que tout véritable Iryo-nin se devait de posséder. Elle ne contestait point les paroles avisées et pleine de sagesse du Borukan, contrairement à la plupart des vilaines Kunoichi un peu trop impétueuses. La rouquine semblait avoir déjà songé à un lieu où s'adonner aux arts obscurs, ce qui était une preuve de bon sens de sa part. Un repère secret était après tout un désir élémentaire pour tout adorateur de la science.

« Ne soyez pas trop hâtive, Akahime-san. Le matériel viendra après. Chaque chose en son temps. » -affichant un air songeur-

Un hangar n'était pas vraiment le meilleur lieu pour ce genre d'activité, mais avait au moins un aspect qui pourrait se révéler complémentaire au Rentanjutsu.

« Un hangar ? Intéressant. Montrez-moi. » -demandant à la Chiwa de l'amener à ce fameux lieu qui pourrait se transformer en antre de la folie scientifique et alchimique-

Il n'était pas rare pour les initiés d'ouvrir un endroit où faire du commerce afin de financer leurs activités. La plèbe était toujours friande de potions aux effets chimériques et ésotériques, ce qui s'avérait si lucratif que moult charlatans en profitaient avec une perfidie sans bornes.

« Un hangar n'est pas un très bon endroit où établir un laboratoire secret. Néanmoins, si vous comptez ouvrir un commerce vendant des remèdes et autres décoctions, cela peut s'avérer précieux. Vous êtes une novice, donc le mieux est de voir sur le long terme en faisant les meilleurs choix. Je comptais ouvrir une entreprise... Ne serait ce pas une bonne initiative que nous nous associons dans ce genre de commerce ? Je cherchais des associés cette entreprise. Mettez l'idée dans un coin de votre tête, pour l'instant, montrez moi le hangar inutilisé. » -fixant Aimi dans les yeux-

Iwagakure était un village basé sur le commerce, ce qui offrait des possibilités des plus intéressantes aux artistes alchimiques qui désiraient se remplir les poches de moult Ryôs et s'enivrer de gloire. Le Yuukan était sombre et emplit de terreurs, mais la Roche n'avait pas à rougir face à celui-ci.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 26 Mai 2019 - 11:13


Avide soif d’apprendre




La douce prenait très à cœur ses recherches et son intérêt naissant pour le Rentanjutsu, tout ce qu’elle entreprenait, elle s’y plongeait corps et âme, alors il n’était pas étonnant de la voir si excitée à l’idée de pouvoir se lancer dans cette voie des plus mystérieuses, sauf si on la connaissait pas. Cela ne semblait pas déranger l’oiseau ténébreux portant un intérêt aux paroles de l’Eisei Nin qui répondait à ses questions au sujet d’un éventuel laboratoire, de matériels ou des ingrédients. Il fallait penser à beaucoup de choses et la Chiwa n’en était pas encore à s’installer dans son atelier d’alchimiste. Le Borukan tenta de calmer doucement Aimi qui s’emportait dans cet entrain qu’elle seule connaissait, hochant de la tête positivement, un fin sourire accroché à ses lèvres, dissimulant avec difficulté la joie que lui procurait l’idée de pouvoir se lancer dans ces arcanes nébuleux.

La rousse lui avait donc parlé de ces fameux hangars que la famille Chiwa possédait, dont l’un qui n’était pas utilisé, elle y avait pensé et lui en avait donc fait part. Muramasa semblait interpellé par cette idée, souhaitant qu’elle lui montre maintenant, ce qui surprit la jeune femme sur le moment. Il déclara aussi que ce type de lieu ne serait pas un endroit approprié pour établir un laboratoire secret, un petit son plein de déception traversa les fines lèvres rosées de la doucereuse, se disant qu’elle allait chercher dans une autre direction pour son atelier secret. L’élégant directeur se rattrapa tout de même en lui confiant que si elle souhaitait ouvrir un commerce, l’endroit pourrait être plus approprié. La kunoichi hocha de la tête écoutant attentivement les paroles de son interlocuteur, ne lâchant aucunement ses iris abyssales du regard.

Ouvrir une entreprise hein ? Il partagea l’éventuelle idée que les deux iwajin pourraient même travailler ensemble dans ce genre d’entreprise. L’épéiste n’avait pas songé à ce genre d’opportunité qui pourrait s’ouvrir à elle, mais pourquoi pas ? Un jour, il faudrait bien qu’elle aussi gagne sa vie de son côté, et le monde de l’alchimie était tellement passionnant, elle savait que cela pourrait intéresser beaucoup de clients. L’idée d’être associée au directeur de l’académie serait très honorable.


« Mon père, tenant une boutique d’armes en ville, je possède déjà certaines connaissances dans ce domaine, je garde l’idée en réserve, mais ce serait un honneur de pouvoir travailler à vos côtés dans le monde des alchimistes. En attendant, le plus important actuellement, c’est d’apprendre les bases de cet art et avant tout, trouver un lieu pour ouvrir mon laboratoire secret… Je vais vous accompagner jusqu’aux hangars tout d’abord. »

Avant de penser à une éventuelle coopération entre les deux individus, la doucereuse se devait déjà de gérer le côté matériel pour se lancer dans les rudiments des concoctions, faisant un signe léger signe de tête, elle engagea le pas dans la direction des hangars, nécessitant quelques minutes de marche pour s’y rendre. Le lieu restait assez proche de la boutique, mais assez reculé tout de même pour ne pas être à la vue de tous, se fondant dans la masse. Il fallait passer par des petites ruelles ainsi que par une avenue plus passante, avant de tomber sur un simple coin, arborant deux grandes bâtisses faites de bois et de roche, de la taille d’une grange où était entreposé la marchandise et la matière première pour réaliser les armes, en plus de des équipements déjà forgés. La doucereuse guida son visiteur sur la structure de gauche, qui était moins imposante et semblait abandonnée, mais tout de même bien entretenue, il y avait même des vitres sur le plafond qui pouvaient laisser entrer la lumière. Aimi tendit donc une main vers celle-ci comme pour lui présenter les lieux, avant de s’avancer vers l’entrée et l’ouvrir, n’étant pas fermé à clé contrairement à celui de droite. La genin invita le brun à la suivre, se retrouvant au milieu d’un grand vide, assez impressionnant dont les rayons de soleil laissaient apercevoir les nombreuses poussières vivant ici.

« Voici le lieu dont je vous parlais, l’endroit est proche du cœur commerçant, mais garde une petite part d’intimité, mais cela n’empêche pas les passages qui sont récurrents. En effet, pour établir un laboratoire secret, je ne sais pas si ça conviendrait, mais pour établir un commerce, je pense que ça ferait l’affaire. Qu’en dites-vous ? »

La jeune femme pencha la tête sur le côté avant de croiser les bras, observant la moindre réaction du Borukan.

« Sinon, concernant mon propre atelier, j’avais pensé au sous-sol sous la boutique dans un premier temps, ou trouver le lieu parfait en fouillant le village, peut-être que vous avez des laboratoires à l’académie aussi ? Enfin, je ne sais pas, mais pour l’instant, ce n’est pas très fructueux… Peut-être pouvez-vous me conseiller des lieux en particulier, parfaits pour cela, Muramasa-san ? »

Bras croisés, l’un d’eux se pivota perpendiculairement de façon à ce que sa main tienne sa joue. Ses iris écarlate, brillant au contact des rayons de soleil, se perdaient dans l’abîme de ses pensées, refaisant la liste des endroits qu’elle avait visité, n’ayant pas encore trouvé de lieu adéquate pour entamer quoi que ce soit, est-ce que Muramasa deviendrait son sombre sauveur ?



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Lun 27 Mai 2019 - 10:26
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il était rare que la vocation de médecin apparaisse au sein d’une famille tournée vers le commerce de la guerre. Néanmoins, la jeune femme devait se trouver dans une situation où la question du bien et du mal n’incarnait pas la pierre angulaire de ses mélopées. Enseigner les arts du Rentanjutsu à une non-initiée ne pouvait être de tout repos, étant sans nul doute une idée assez fantasque et impensable dans un premier temps. Cependant, le discours passionné et enflammé de la rubiconde apporter le bois au brasier de la curiosité, si ce n’était des augures propices à la bonne fortune.

« Vous êtes rompue au commerce, ce qui est une excellente chose. D’ailleurs, l’art et les subtilités des négociations semblent ne pas vous faire défaut. » -dit-il, faisant référence au fait qu’elle avait réussi à attiser son intérêt-

Le Borukan suivait la guide dans les méandres du labyrinthe de la Roche, afin de découvrir ce fameux hangar qui deviendrait peut-être le théâtre de pléthores d’histoires. Après quelques instants à déambuler dans les corridors chimériques, ils arrivèrent devant deux bâtisses un peu à l’écart. La première semblait être l’atelier familial où moult armes devaient être conçues, tandis que la seconde était tristement délaissée. Pénétrant dans le sanctuaire tamisé où les fines nitescences diurnes se frayaient un chemin avec difficulté, la discussion sur d’importantes notions repris son cours.

« Un bon compromis pour commencer. En effet, un atelier dans le sous-sol du commerce disposera de nombreux avantages. » -laissant son regard vagabonder aux quatre coins de l’antre, sans briser le marbre de ses traits-

Le Borukan se gratta la tempe, prenant un air pensif alors que son regard d’or et d’étoiles se reposait délicatement sur l’intriguante Kunoichi.

« L’Académie dispose de laboratoires, mais pas vraiment orientés vers le Rentanjutsu. C’est une discipline assez rare. Le sous-sol sera parfait. Il ne vous reste plus qu’à l’aménager, ce qui ne devrait pas être trop difficile vu que la Roche est connue pour son commerce où tout peut-être déniché. » -faisant quelques pas, avant de se tourner vers la toiture translucide- « Comment allez-vous aménager cet endroit ? De manière traditionnelle, ou plutôt… novatrice ? Un atelier doit avoir un nom pour avoir une âme, comme une arme. En avez vous un en tête ? »

Posant des question à la demoiselle, le Directeur de l’Académie voulait mieux cerner ses goûts, car ils seraient surement des plus révélateurs.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Mar 28 Mai 2019 - 10:36


Avide soif d’apprendre




Vivre dans le milieu du commerce pouvait être en effet une très bonne chose, surtout au sein d’un pays militaire et spécialisé dans l’échange marchand. La kunoichi avait passé son enfance à voir ses parents tenir leur boutique d’arme et son père créer des outils à la forge, et même maintenant, à Iwa, elle vivait dans ce milieu. Savoir négocier serait forcément avantageux pour la rousse. En tout cas, c’est ce que semblait dire le corbeau de la Roche, lui faisant comprendre qu’elle avait réussi à le convaincre par ses mots et sa détermination, forçant la doucereuse à lui sourire, appréciant ses paroles. La jeune femme restait toutefois quelqu’un d’humble, elle passa une main derrière sa tête la frottant légèrement rougissante.

« En effet, j’ai été bercée dans le monde de la marchandise. Vous devez trouver cela étrange que ma vocation ne soit pas en rapport avec ce qui m’a entouré depuis ma tendre enfance ? Enfin, je vous ai juste fait part de ce que je ressentais vis-à-vis de mes motivations et vous montrer à quel point ce que j’entreprends me tient à cœur. »

Toujours le sourire accroché à son minois adorable, elle fit signe à son improbable sensei de la suivre dans les rues bondées de la cité rocheuse, plus ils parcouraient celles-ci et plus ils s’enfonçaient dans un monde à part, reculé de tous, mais mystérieusement attirant. Les deux iwajin se trouvaient au milieu de ce qui pourrait devenir un théâtre d’une association des plus mystique, les deux individus passionnés par ces mêmes arcanes fantasmagoriques. L’Eisei nin croisa les bras, penchant sur le côté, le laissant observer l’endroit encore vide, mais possédant un potentiel immense. Le fait qu’il y ait un sous-sol dans le hangar semblait être une bonne idée, ce qui rassura la jeune femme, parce qu’il était certain qu’établir un atelier caché où maintes alchimies s’y dérouleraient à la surface serait… plus vraiment un secret.


Restant silencieuse alors qu’il semblait réfléchir à sa question quant à un autre lieu éventuel, il confirma la présence de laboratoires mais non spécifiques pour les arts de la concoction. La rose de sang hocha la tête assimilant sa réponse avec rigueur, en effet, c’était un monde à part et il était rare de croiser des individus adeptes de ces arts. Le sous-sol était donc une très bonne idée et son regard s’illumina, heureuse d’avoir enfin trouvé un lieu pour exercer. Maintenant, il fallait trouver du matériel. L’épéiste savait qu’il ne serait pas difficile d’en trouver, mais la rousse voulait de la qualité et pas n’importe quoi. Ses pas s’avançaient vers le Borukan se postant à ses côtés et regardant les vitraux sur le plafond, tout comme lui. Il lui demanda comment elle allait arranger les lieux, c’était une très bonne idée.


« Merci pour votre regard avisé sur le sujet, je suis contente de savoir que ces lieux sont parfaits pour exercer. En tout cas, si l’idée de travailler ensemble vous intéresse encore, sachez que vous pouvez venir ici quand vous voulez. Si un commerce s’ouvre ici, j’aimerai bien un style traditionnel, donner un air mystérieux et sauvage, naturel dans les lieux. Pouvoir faire voyager les clients et non seulement par les concoctions. Pour ce qui est du laboratoire, je souhaite ce qu’il y a de mieux, j’aimerais du matériel de qualité et novateur, tout en gardant ce côté fantasmagorique. Peut-être qu’un mélange des deux me siéra donc. » Son regard nébuleux voyageait dans l’imagination, observant les lieux et s’imaginant ce que pourrait devenir ce petit monde. «Est-ce que vous pourriez me conseiller un lieu en particulier pour trouver du matériel et si vous avez une petite liste des équipements primordiaux, je suis preneuse. »

La jeune femme s’arrêta, le laissant assimiler ses dires puis s’attarda sur le nom qu’elle pourrait donner pour les lieux. Pour tout avouer, elle n’y avait pas encore pensé, c’était encore tout nouveau pour la médic-nin, mais il était certain sur son imagination l’aiderait à trouver chaussure à son pied. Déambulant sur les lieux, elle se rapprocha du mur à leur droite et posa une main dessus, s’appropriant l’essence et l’esprit de l’endroit. La doucereuse ferma un instant les yeux, elle sentait que c’était ici qu’elle devait être et pas ailleurs, prête à voyager de bien des manières entre ces murs.

« Miwaku no mise… La boutique enchantée… » dit-elle doucement, mais assez pour qu’il l’entende. « Qu’en dites-vous ? » Son visage se tourna vers l’élégant brun, toujours une main sur le mur, un petit sourire accroché à ses lèvres.



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 2 Juin 2019 - 0:05
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il était vraiment étrange qu’une fille de marchand d’arme se tourne vers les sentiers des arcanes les plus obscures que ce monde cachait à l’orée des ténèbres. Néanmoins, cela n’avait pas vraiment quelque chose de surprenant avec les mœurs des nouvelles générations qui ne faisaient que repousser toujours un peu plus les valeurs traditionnelles dans de profondes abysses.En étant Directeur de l’Académie, le Borukan ne pouvait être aveugle sur ces terreurs qui naissaient au sein de la Roche, tout comme aux quatre coins du Yuukan.

Apparemment, l’ingénue à la chevelure rubiconde appréciait les conseils avisés du corbeau de jais. Invitant le plumage élégant - mais au ramage malicieux - à la visiter sans cérémonies aucune, la Chiwa adoptait les idées d’ouvrir au creux de la Roche une entreprise des plus novatrices, permettant d’explorer les profondeurs des arcanes interdites de l’alchimie. Projetant sa vision dans les chimères de ses rêves les plus fous, la passionnée ne manquait point d’aspirations admirables. Allier la tradition et le modernisme, le meilleur de deux mondes antagonistes. La qualité avant tout, preuve d’un goût exquis. Douce harmonie, allégorie assassine. Le Borukan trouvait que la douce avait quelque chose qui se démarquait des autres Genin joufflus qui se contentaient de dériver dans les méandres du temps sans se plastronner contre l’adversité avec panache éhonté. Il ne fallait pas oublier de contribuer à l’économie de la nation, si on aspirait à être patriote. Souvent, la plupart se contentaient simplement de risquer leur vie de manière désuète, ce qui n’assurerait jamais - Ô grand jamais - de meilleurs lendemains. Le parangon n’avait pas de temps à perdre avec les individus superficiels qui n’avaient aucune ambition, ce qui ne semblait pas être le cas de cette bien étrange apprentie des arts de l’ombre. C’était donc bel et bien décidé qu’il se risquerait à lui enseigner quelques astuces du monde féerique de la potion aux milles et unes vertues.

« Un style traditionnel proche de la nature… Ce qui se fait de mieux… Je vois. Nos appétences sont similaires, Akahime-san. » -lui rétorquant sans lézarder le moins du monde l’équilibre parfait du marbre de ses fins traits marmoréens-

Partager son réseau et ses contacts, s’avérait un des plus grands tabous pour tout alchimiste professionnel. Cela se construisait au fil du temps et avec une difficulté des plus épineuses, sans compter que la concurrence était un monde impitoyable. Acheter une mandragore sauvage, qui était un objet rarissime et très prisé par les amateurs de décoctions, n’était point une mince affaire. Heureusement, le fier taciturne était un homme aux ressources infinies. Il suffisait de le voir pour comprendre immédiatement toute l’envergure du dragon, qui allait en réalité bien au delà des rêves les plus aliénés. Le sommet d’un gargantuesque iceberg s’esquissaient dans la parure d’or de ses miroirs, ainsi que dans l’écarlate de ses pas feutrés mais assurés. Divin, tout simplement.

Se grattant la tempe, en affichant un air un peu circonspect par la demande outrageante de la jeune femme aux iris magmatiques, le médecin lui fit un clin d’œil, doublé d’un sourire acquiesçant sa réponse positive.

« Un lieu et des équipements ? Bien sûr. » -légèrement songeur- « Il vous faut du sur-mesure, chaque pièce doit être unique et avoir une histoire irréelle. La moindre fausse note, la musique se brise, les instruments s’érodent et se muent poussière, puis les musiciens sont damnés pour l'éternité... Il est peut être un peu trop tôt pour vous montrer les coulisses du théâtre macabre des arts vespéraux. »

Amener une innocente Kunoichi dans une antre aussi périlleuse ne semblait pas avisé. Les fameuses ventes aux enchères - où les initiés se réunissaient à l’orée des ténèbres - ne pouvaient pas encore se dévoiler aux yeux d’une apprentie manquant d’expertise dans les goguenarderies les plus goguenardes. Il fallait que l’initiation se fasse de manière progressive, afin de ne pas succomber aux risques les plus mortifères.

« Un nom bien choisi, qui laisse... rêveur. Je peux vous montrer un endroit qui, je pense, vous ravira. Il vous permettra de commencer dans de bonnes conditions, mais il faudra beaucoup de travail et d’effort pour ne pas vous perdre sur le chemin sinueux de l’égarement. Connaissez-vous le quartier portant le surnom... D'Iwajuku ? »

Croisant les bras, le parangon sortit de la tanière de la sorcière rouge en demeurant solennel. Une invitation silencieuse, vers une voie pavée de cris languissant, mais assourdissant.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Mar 4 Juin 2019 - 10:30


Avide soif d’apprendre




Partageant les idées naissantes dans leur esprit exotique et innovant, l’échange était très instructif et plus ils avançaient dans le sujet des arcanes médicinaux, plus Aimi sentait que c’était dans ces voies mystérieuses et pleines de surprises qu’elle voulait faire un premier pas. Son panel d’idées était large : faire avancer la médecine, découvrir les secrets de ce monde, devenir plus polyvalente et plus forte, protéger ceux qui lui étaient chers, en faire baver ses adversaires de toutes les façons possibles… Une main toujours posée sur le mur, la rousse lui confia ses goûts en matière décorative et cela semblait lui plaire, partageant leur intérêt commun, la forçant à lui adresser un sourire, ravie d’entendre que ça lui parlait.

Mais pour pouvoir se lancer dans cette voie où elle avait encore tant à apprendre, la rose épineuse le questionna sur un lieu où elle pourrait trouver le matériel adéquat au lancement des arts du Rentanjutsu. La médic-nin ne doutait pas qu’il possédait une grande connaissance dans ce domaine et qu’il n’y avait pas plus parfaite personne pour l’accompagner dans son projet. Évidemment, il possédait tout ce bagage en tête. Du sur-mesure hein ? Aimi était d’accord avec lui, son jardin secret devait être unique et raconter son histoire, tout devait être en harmonie. Hochant de la tête, la doucereuse s’abreuvait de ses paroles toujours métaphoriques, discuter avec lui était une forme de voyage chimérique.


« Nous sommes tous les deux d’accord sur une chose : je tiens à ce que ce lieu me corresponde et raconte une histoire, qu’il soit unique et mystérieux. Il bien évidemment hors de question de poser le doigt sur une fausse note. Tout arrive à point nommé, j’attendrai la séance théâtrale sur le qui-vive. »

Débutant dans le monde des alchimistes, la kunoichi à la chevelure vermeil savait que la progression se ferait petit à petit, elle attendrait donc le moment venu, se tenant prête à toujours en découvrir à chaque seconde. Le corbeau de la Roche semblait satisfait du nom proposé, simple, mais pourtant si rêveur, comme disait-il. Il continua dans sa lancée l’invitant à découvrir un endroit qui pourrait la satisfaire, soudainement intéressée, elle lâcha le mur poussiéreux et se rapprocha du directeur mystérieux. Ne pas s’égarer dans ces lieux et redoubler d’effort ? C’était dans ses cordes.
Iwajuku hein ? Bien sûr qu’elle connaissait, cela faisait maintenant quatre années qu’elle vivait dans le cœur commerçant, même si l’iwajin n’avait pas posé un pied dans l’ombre du commerce de la cité de la Roche, elle savait que c’était un lieu qui contrastait avec la vie joviale et innocente, aux dessins sombres et luxurieux. De ce fait, la Chiwa n’avait pas eu l’occasion de s’y aventurer et si pour parfaire ses connaissances dans les arcanes alchimistes, elle devait s’approprier n’importe quel endroit, la rousse le ferait, sans hésitation, n’omettant pas le fait qu’il ne fallait pas qu’elle se perde, c’était très important de ne pas se laisser recouvrir par l’obscurité et perdre la lumière qui se dégageait d’elle. L’Eisei nin suivait l’élégant médecin en dehors du hangar qui deviendrait sûrement une belle entreprise avec un travail sérieux et une imagination débordante puis referma la porte derrière eux.


« En effet, j’en ai beaucoup entendu parler et je n’ai jamais vraiment posé un pied là-bas. Il y a un début à tout et il est sûrement temps pour moi de m’y aventurer. Je vous suis Murasama-san. »

Il était temps pour Aimi de faire affaire avec une route des plus sinueuse et ténébreuse.



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 8 Juin 2019 - 13:28
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Une roche pure, noble et éternelle. Dans l’aspérité de la pierre argentée, les miasmes de l’obscurité - étouffante mais imperceptible - distillent les lézardes d’une toile aux desseins d’un jais si translucide que la perdition oscille entre rêve et réalité. Une balade fugace se dessine avec subtilité dans le théâtre des secrets. Les esquisses prennent forme, à partir de l’encre du poison vicié qui gangrène l’humanité depuis la nuit des temps. Encore si fraîches, que le moindre sursaut menace de briser l’équilibre ne tenant qu’à un fil.

Le médecin est guide, l’apprentie alchimiste se plait exploratrice. Le chemin exulte le sinueux, périlleux, nébuleux. Un dédale vivant qui évolue, mais qui jamais ne se fige dans les affres du temps ou de la monotonie placide. La chaleur du cœur commerçant laisse place à la froideur du labyrinthe macabre. Une atmosphère qui change du tout au tout, laissant transparaître le sombre présage et les terreurs du monde des hommes, mais aussi et surtout des démons.

« Vous connaissez donc le quartier des secrets ? » -légèrement songeur sur la révélation de son interlocutrice- « Il s’agit malheureusement de l’unique endroit où l’on peut trouver les meilleures affaires et les inestimables marchandises qui vous font défaut pour votre entreprise. »

Il était un peu surprenant qu’une jeune femme connaisse ce genre de coin gangrené par les vices les plus insondables. Néanmoins, la vie privée de la rouquine ne regardait qu’elle. Il valait mieux ne pas trop se faire inquisiteur sur ce sujet épineux, mais se concentrer uniquement sur la raison de la présente expédition.

Déambulant comme des Shinobi funambules à la recherche de la justice, les amateurs des arts de la médecine poursuivaient leurs pas, pénétrant toujours un peu plus profondément dans les ténèbres sans lune.

Les âmes en perditions peuplaient avec liesse le corridor de la damnation, affichant les stigmates cinglant d’une horrifique peinture de la quintessence de l’humanité.

« Akahime-san, que savez vous des adeptes des arts de la non-vie ?» -posant la question avec une voix grave, doublée de traits d’un sérieux de marbre-

Connaitre la position de la jeune femme concernant les nécromants était nécessaire, surtout à la vue de la destination finale où la fin de leur périple à travers les ténèbres de l’effroi les mèneraient. Néanmoins, la substantielle moelle de l'énigme reposait dans un horizon aux facettes multiples et insolubles.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Mar 11 Juin 2019 - 14:22


Avide soif d’apprendre




Connaître le quartier des mystères ? C'était un grand mot, mais elle en avait entendu parler et pas forcément en bien. La Chiwa se souvenait encore, lorsqu'elle avait posé la question à son géniteur, lorsqu'elle voulait s'y rendre après en avoir entendu parler de passants très étranges. À l'époque, son paternel avait été formel, ce n'était pas un endroit pour elle, il n'était pas fréquentable pour une jeune adolescente. Son innocente ne méritait pas d'être entachée par l'ombre qui reposait sur les lieux. Seulement, les temps avaient changé et plus rien n'était pareil. Aimi n'était plus la douce naïve d'autant, même si elle avait gardé sa tendresse, elle s'affirmait beaucoup plus et était très loin d'être sotte, faisant même preuve d'une certaine intelligence qu'on pourrait lui envier.

Le corbeau aux multiples talents semblait quelque peu surpris qu'elle connaisse donc le quartier d'Iwajuku ? Mais sincèrement, qui ne le connaissait pas ? Ceux qui préféraient nier l’existence d'un tel endroit ? Fortement possible. Il déclara alors naturellement que c'était l'endroit parfait pour poser la main sur ce dont elle avait besoin et une lueur d'intérêt naquit dans ses iris écarlate.


« Oui enfin... On pourra dire que je ne pourrais plus prétendre n'y avoir jamais mis un pied.»

Haussant légèrement des épaules, la douce femme se tenait aux côtés du directeur de l'académie qui faisait deux têtes de plus qu'elle. Plus les deux médecins se rapprochaient, plus ce sentiment de ténèbres emplissait l'âme si flamboyante de l'Eisei Nin qui ne manquait pas un seul centimètre de tout ce qu'il se passait. En effet, on pouvait dire que ce n'était vraiment pas un endroit où la rousse pourrait venir à ses heures perdues, tous les extrêmes de la vie humaine devaient se dérouler ici, et s'en était glaçant, faisant frissonner la jeune femme. Oh non, elle n'avait pas peur, mais l'inconnu était toujours excitant, mais à la fois perturbant, surtout dans un tel endroit. Les arts de la non-vie ? Hum... Ce n'était pas quelque chose sur laquelle la doucereuse s'était penchée. La nécromancie était une forme de magie très étrange, contrôler les morts était contre nature se dirait-on, car ces êtres sans vie avaient leur place sous terre, et non à la surface, se disait-elle. D'ailleurs, Aimi repensa aux paroles du Mugirawa, qui était attiré par tout ce qui se rapprochait de l'immortalité, encore un autre extrême et bien contraire à la non-vie.

« En toute honnêteté Muramasa-san, ce n'est pas vraiment un art qui me parle, pour moi les morts doivent rester sous terre. Mais je ne critique pas ceux qui les utilisent, je les trouve même courageux d'avoir choisi cette voie si morbide. Il n'y a pas longtemps, on m'a même parlé de l'inverse, l'immortalité... Alors cela ne m'étonne pas qu'on puisse aussi traité avec la faucheuse elle-même. Et vous, que pensez-vous de la nécromancie ? »

Parce qu'elle ne voyait pas pourquoi la rubiconde devait être à la seule à devoir répondre aux interrogations.

_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Jeu 13 Juin 2019 - 16:57
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il était épineux d'aborder un sujet de conversation aussi sombre et emplit de terreurs que les arts de la nécromancie. Néanmoins, la vocation de la médecine apportait une dichotomie cinglante entre deux écoles que tout opposait, mais qui demeuraient semblables. Il n'était pas rare que la médecine se teinte de l'encre macabre, la transformant alors dans une hérésie macabre et teintée de ténèbres. Il était fort probable que la rubiconde finisse par sombrer du côté obscur à la moindre erreur, car il était facile de se fourvoyer dans les méandres sinueux de la quête d'un grand pouvoir.

« Vous pensez donc que les arts de la non-vie sont... tolérables ? » -dit-il, fixant la jeune femme- « Vous ne faites donc pas partie des nombreux Iryô-nin qui luttent sans relâche afin que les adorateurs de déités maléfiques ne puissent concrétiser leurs noirs desseins. A savoir, faire régner la mort sur la vie à travers tout le Yuukan. »

La Kunoichi ne semblait pas avoir réfléchi sur ces sujets dignes des fables, qui étaient pourtant bel et bien réels lorsque l'on savait de quoi était capables les nécromants, suceurs de sang et autres jashinistes osant mordre les fesses d'une princesse en toute impunité. En effet, la pauvre héritière du Pays de la terre avait été victime de ce genre d'énergumène, ce qui l’avait tristement fait sombrer dans l’adversité. Décidément, la jeune apprentie alchimiste avait beaucoup à apprendre. Fort heureusement, Muramasa était prêt à lui donner quelques précieux conseils gratuitement.

« La dernière fois que j’ai croisé une initiée des arts de la non-vie, elle a tenté de me suriner sournoisement par surprise dans un endroit isolé. Enfin, j’ai du lui mettre une bonne grosse fessée pour la corriger et la remettre sur le droit chemin. » -lui expliquant rapidement une anecdote pas piquée des hannetons- « Nous sommes arrivés. » -invitant la demoiselle à pénétrer dans l’établissement-

Un édifice délavé, portant les stigmates du temps. L’enseigne est sobrement nommée, gravée dans un bois dévoré par les saisons. L’atelier Tuturu se démarque dans les méandres d’innombrables bars à hôtesses et établissements de jeux d’argent détenus par la pègre locale. Néanmoins, l’exotisme exulte de cette oasis singulière et cachée dans les entrailles les plus profondes d’Iwajuku.

À l’intérieur, un comptoir prend place. Des centaines de fioles aux couleurs incroyables se dressent sur les larges étagères qui nimbent l’antre. Au milieu, un amoncellement de chaudrons de formes surprenantes et inattendues qui menace de s’écrouler. Sur les côtés, des tenues assez mystérieuses sont cintrées sur des portiques bien alignés. Moult marchandises prennent place dans un théâtre richement décoré.

Une échoppe sombre et emplit de terreurs, mais nulle trace de la personne s’occupant des lieux.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 16 Juin 2019 - 11:04


Avide soif d’apprendre




Ce n'était pas souvent qu'on abordait ce sujet dans une modeste conversation, surtout ces arcanes très nébuleuses qu'était la nécromancie. Si Aimi trouvait que ces utilisateurs aient le culot de faire appel à cette magie emplie de noirceur, la Chiwa ne l'acceptait pas pour autant, parce qu'elle se battait tant pour la vie, que savoir que d'autres se battaient pour la mort... C'était bien malheureux. Et le fait que le Borukan lui demande si elle tolérait cela, la jeune femme arqua un sourcil. Peut-être qu'elle s'était mal exprimée ou alors, il n'écoutait que ce qui l’intéressait ? Alors qu'ils marchaient tranquillement, la rousse posa un regard sur le corbeau de la Roche, relevant son visage vers le sien, si mystérieux.

« Je vais croire que vous ne m'écoutez qu'à moitié Muramasa-san» Lui adressa un petit sourire « Tolérer est un bien grand mot, je trouve simplement qu'ils ont du courage. Pour moi, les morts ont leur place sous terre, pas au milieu des vivants. Je me bats pour les garder en vie, ce n'est pas pour qu'un adepte de la nécromancie utilise les corps des défunts. »

Il était certain qu'elle avait encore beaucoup à apprendre sur ce monde aussi beau que sombre. Le directeur de l'académie lui confia une petite anecdote concernant une adepte de la magie des morts, qui aurait tenté de s'en prendre à lui vicieusement, cela ne l'étonnait guère. La kunoichi avait une vision bien sombre de ces nécromanciens, rien qu'à y penser, cela lui faisait même froid dans le dos. Arrivés ? Avant de rentrer dans ces lieux ridés par le temps, le doucereuse contempla la devanture, alors que ses iris rubis pouvaient lire l'enseigne : "L'atelier Tuturu", gravé timidement sur une plaque en bois. Elle hocha de la tête pour remercier Murasama avant de franchir le pas dans le mysticisme même.

Si le lieu n'était pas le plus lumineux qu'il soit, les multitudes de fioles aux couleurs surprenantes faisaient briller les pupilles écarlate de l'Iwajin qui buvait chaque parcelle de ses lieux, photographiant mentalement tout ce qu'elle voyait. Dans quel antre était-elle rentrée ? Ses pas se dirigèrent vers les récipients colorés, allant d'un rouge aussi sanguin que ses cheveux, à un bleu encore plus éclatant que le ciel, et un vert encore plus transcendant sur son chakra médical, c'était magnifique et à la fois intriguant. Que pouvaient contenir ces potions ? Rien qu'à y penser, elle en frissonnait de tout son long. Son regard intrigué tomba sur un bon nombre de chaudrons empilés en pyramide, et son minois se releva observant la hauteur terrifiante sur laquelle ils tenaient. Enfin, ses iris vermeilles se posèrent sur des mannequins recouverts de tenues plutôt fantaisistes. La Chiwa osa même poser ses doigts sur le doux tissu tandis que son regard volcanique se posa sur l'homme qui l'avait emmenée ici. Personne pour les recevoir ?


« Où sommes-nous Muramasa-san, nous sommes dans un autre monde ! »


_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 22 Juin 2019 - 12:59
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Une petite voix aiguë interpella la rouquine qui avait le toupet de toucher - avec sa main pleine de doigts - la précieuse marchandise exposée sur le mannequin de bois assez rustique. L’écho du ton nasillard semblait venir de nulle part, mais surtout de partout à la fois, ce qui était dès plus inquiétant. Finalement, l'un des étranges pantins qui se dressaient en ligne, afin de présenter une collection assez excentrique, s'anima comme par magie, en tournant sa tête vers celle de la Chiwa. Le pire était sa taille, qui était bien moindre que celle du Borukan, mais aussi de l'apprentie alchimiste. Son chapeau démesuré et d'un jaune criard et terne paraissait être un habile subterfuge pour palier son complexe évident. Un très étrange personnage, dont le visage était nimbé par les ténèbres, ne laissant transparaître que ses gros yeux ronds qui brillaient d'une malice désarticulée et froide. Emmitouflé dans une toge d'un bleu électrique, le malinois tenait une sorte d'imposant gourdin dans ses mains, qui semblait lui servir de canne malgré son apparence juvénile et sa voix enfantine. Le pire était que malgré son apparence plus que louche, l'énergumène était assez mignon dans son genre pour plaire aux femmes, car il ressemblait à une peluche ou encore à un gros bon chaton. Surement les yeux jaunâtres, à n'en point douter.

« Si vous touchez, vous achetez ! » -dit-il, d'une voix soupirante et lassée- « Ce costume de femme-lapine échancré et sexy est une édition limitée et numérotée. Vous avez bon goût, gente demoiselle. C'est la pièce la plus en vogue ces derniers temps. Je viens de recevoir ce modèle aujourd'hui même en exclusivité. »

L'étrange vendeur commençait à déambuler avec une démarche surprenante, surement due à ses jambes d'une taille modeste. Il s'approcha de la médecin, levant les yeux vers elle pour la fixer d'un regard transperçant son âme. Il devait surement se demander si la jeune femme avait de quoi payer un article d'une si grande qualité et aussi incroyable.

« Kuro-san, toujours aussi soucieux à ce que je vois. » -fixant la scène des plus rocambolesques- « Cette jeune femme souhaiterait ouvrir son propre commerce de potion basées sur le Rentanjutsu. Comme tu es le meilleur fournisseur que je connaisse, il fallait que je vous présente. »

Le lutin fou tourna son visage absent vers le Borukan, restant silencieux durant d'angoissantes secondes, avant de répondre. Il était rare que le Directeur de la plus prestigieuse Académie que le Yuukan ait pu se targuer de connaitre, vienne lui présenter une cliente potentielle. Néanmoins, la fortune en or ne faisait pas pour autant le bon client.

« Le Rentanjutsu ? Tu vas apprendre ces arcanes interdites et si dangereuses à une non-initiée ? » -s’esclaffant en secouant la tête- « Elle va surement faire des bêtises et devenir une vilaine Kunoichi, mais soit. Cela ne me regarde pas. » -se tournant vers la rouquine- « Vous voulez ouvrir un magasin de potions alchimiques ? C'est bien ça ? »

Interrogeant directement la concernée, le chenapan mystérieux était un peu perplexe sur la demoiselle qui lui faisait face.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 22 Juin 2019 - 17:59


Avide soif d’apprendre




À peine eut-elle posé ses fins doigts sur le tissu de cette tenue extravagante, qu'une voix sortit d'une tout autre planète fit sursauter la rousse, qui se retira rapidement de l'accoutrement exotique, prise sur le fait. Gauche, droite, personne ? Mais d'où venait ce son strident ? Un frisson parcourra l'échine de l'Eisei Nin alors qu'un mouvement de tête attira son attention : un des mannequins prenait simplement vie, sous les yeux ébahis de la genin. Déjà, qu'Aimi n'était pas très grande, mais alors cet individu l'était encore moins. Une pointe d'intérêt se lisait sur le minois adorable de la rubiconde, qui contemplait son chapeau pointu, qui semblait avoir vécu, le jaune faisait triste mine face à celui du soleil. Ce qui était encore plus intriguant, c'était son visage, quasi-inexistant, qui faisait presque froid dans le dos, mais la Chiwa n'était pas une trouillarde ! Alors, elle le fixait, de ses grands yeux ronds, encore très surprise, tandis que ses étoiles faisant office de prunelles scrutaient pareillement la doucereuse, comme si une bataille de regards se lançait, devant le directeur de l'académie. Sa petite taille était masquée par cette enveloppe céruléenne, qui le rendait tout mignon. Dans ses mains, un bâton tout aussi exotique devait le servir d'appui. C'était vraiment un personnage très étrange. Il parlait bien du costume qu'elle avait touché ? Mais... ce n'était vraiment pas son genre ! Même si le tissu était beau et que le tout devait être charmant sur une femme... sur elle ? Rougissant légèrement, la jeune femme s'inclina légèrement, les joues légèrement rosées.

« Oh hum... Pardonnez-moi, je trouvais le tissu et les finitions très raffinés, je ne suis pas certaine que sur moi, cela ferait le même effet...»

Enfin, là n'était pas la question ! Elle n'allait pas se faire embobiner par ses paroles marchandes. La petite statue surprenante se mit à déambuler tout aussi bizarrement, des petits pas qui le faisait venir vers elle. Il la fixait alors, de façon perçante, comme s'il cherchait à lire en elle, et la douce ne lâche pas son regard de sa petite personne. Jusqu'à ce que le corbeau Borukan prenne la parole. Il lui expliqua donc la raison de leur venue, tout en n'omettant pas de le complimenter sur la qualité de ses marchandises. Durant un très court laps de temps, un silence régna dans l'antre magique, se demandant comment il allait réagir, l'épéiste l'observait. Sa réaction s'enchaîna par la suite, tandis que les pupilles vermeilles de sa détentrice s'ouvraient en grand, buvant les paroles sarcastiques de leur hôte mystérieux. en plus, il parlait de sa personne, sans la regarder. Mais elle était là elle aussi ! Alors, de sa petite taille, la doucereuse se pencha sur lui et le pointa du doigt, ses longs sourcils fins sanguins froncés.

« Dis-donc, monsieur Chapeau-san, avant de répondre à votre question. Je prends cet apprentissage très au sérieux, je ne compte pas finir influencée par les ténèbres qui entourent ces arcanes ! Si vous êtes le meilleur pour m'offrir le matériel nécessaire pour pouvoir me lancer dans cette voie qui m'est destinée, alors oui, j'aurai besoin de vos équipements de qualité si louable, dont m'a fait part Muramasa-san. Mais si vous vous amusez à vous moquer de moi de la sorte, alors vous perdrez une potentielle cliente très fidèle !»

Croisant les bras, la kunoichi se redressa, une moue boudeuse s'affichant sur son minois. Il était hors de question de se laisser se faire traiter ainsi. Jamais, le rubis deviendrait une "vilaine" personne, même si les arcanes étaient sombres et redoutables, elle comptait rester dans le droit chemin, toutefois nébuleux. Le pauvre directeur de l'académie devait faire face à une scène grotesque où les deux individus se comportaient comme deux enfants, mais fierté oblige, hors de question de se laisser faire. Aimi accordait beaucoup d'importance dans les voies qu'elle empruntait, elle prenait cela très au sérieux.


_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Dim 30 Juin 2019 - 15:34
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La tension était à couper au scalpel, l’étrange petit diablotin sans visage faisant montre d’une certaine réticence à collaborer avec la jeune apprentie encore inexpérimentée dans les sombres présages de l’alchimie. Le marchand réajusta prestement son chapeau qui menaçait de chavirer dangereusement, avant de répondre à la rubiconde lui faisant face.

« Je ne me moque pas, gente demoiselle. » -agitant son bâton dans le vide à la manière d’un magicien de l’effroi en direction du directeur- « C’est juste que Muramasa-san est le genre d’homme qui perd la boule en présence d’une jolie jeune femme telle que vous. Je suis sûr qu’il ne vous a même pas expliqué que le Rentanjutsu était sombre et emplit de terreurs. »

« Kuro-san, je ne vois pas du tout ce que vous sous-entendez. » -dit-il, affichant des yeux ronds comme des soucoupes- « N’est ce pas le rôle de tout parangon que d’aider les jeunes demoiselles à s’épanouir dans la voie qui suscitent leur intérêt ? » -léger sourire malicieux et innocent-


« ... Vous avez toujours réponse à tout...» -soupirant en haussant ses frêles épaules, avant de se retourner vers la rouquine- « Appelez-moi Kuro, chère et fidèle future cliente. Faites attention avec ce beau parleur de Muramasa-san, il tient plus du renard que du corbeau. Et nous savons tous comment la fable se termine. »

Le médecin était outré par les propos diffamants du marchand, mais ne souleva pas l’affront. Le petit vendeur se déplaça vers le comptoir, sortant un livre épais et plus grand que lui-même avec peine. reprenant son souffle, le chenapan à la parure céruléenne ouvrit l'immense grimoire, invitant la jeune femme à venir regarder le contenu.

« Après tout, Muramasa-san me présente toujours des clientes qui méritent d’être connues. Venez et regardez en avant-première le catalogue de la future saison estivale. Je suis spécialisé dans l’approvisionnement en matières premières non manufacturées pour les artisans. Si vous avez besoin du cœur d’une salamandre incandescente de Tsuchi, de venin de l’abeille hirsute de Kaze ou encore l'encre de pieuvre des profondeurs de l'océan Arashi, je peux vous les fournir grâce à mon réseau commercial privé. Cela est quand même plus rapide et facile que d’aller les chercher soi-même. Bien sûr, je vends quelques articles plus… à la mode, comme des tenues comme vous avez pu le voir et quelques objets de décoration et divers outils. Un chaudron pour faire les décoctions, ou tout simplement la cuisine, mais aussi des fioles sérigraphiés et personnalisées en divers matériaux. »

La Chiwa avait l’embarras du choix dans l’imposant catalogue présenté à son mutin minois, qu’elle pouvait feuilleter à son bon loisir. Le Borukan regardait quelques articles qui traînaient sur les présentoirs, afin de patienter.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Lun 1 Juil 2019 - 11:05


Avide soif d’apprendre




Bras croisé, sourcils froncés, la petite rubiconde attendait au tournant la réponse du petit être mystique qui se trouvait face à elle, parce qu'il était hors de question de remettre en cause son intégrité. Mais le vendeur d'étrangetés des plus intéressantes semblait se rattraper. Murasama, ce genre d'homme ? Son regard écarlate se posa alors sur le directeur ténébreux, un air intrigué se dessinant sur son minois. Il était pourtant élégant et très poli avec elle, croire qu'il pouvait perdre ses moyens en sa présence était difficile à imaginer. Mais après, tout, il émanait de lui un sentiment mystérieux, poussant à l'admiratif. Aimi était sûrement très loin de connaître le médecin aux multiples talents. Celui-ci ne manqua pas d'ailleurs d’intervenir aussitôt, déclarant le plus innocemment possible qu'il ne comprenait pas où il voulait en venir. Même si le sourire qui s'en suivi était un peu étrange. La rousse soupira légèrement, il ressemblait à un prince charmant sombre qui venait lui venir en aide sur son cheval tout aussi sombre que la nuit même. Pourtant, cette vision noircie qu'elle avait de lui ne l'empêchait pas de briller, paradoxalement, s'en était désarçonnant.

« J'ai l'impression qu'il n'y a pas que le Rentanjutsu qui est sombre et empli de terreur cher Kuro-san...» Dit-elle, tandis qu'elle lançait des petits regards vers le Borukan, un sourire amusé se dessinant sur ses douces lèvres.

Même si cette situation des plus comique arrachait un léger rire à la jeune femme, en apercevant la mine effarée de son potentiel professeur. Le lutin chapeauté se dirigea alors vers le comptoir et les pas de la doucereuse se dirigèrent automatiquement vers celui-ci, tandis qu'il sortait un grimoire des plus imposant, celui-ci semblait receler des mystères et des secrets très intrigants. Légèrement penchée en avant, curieuse d'observer les reliures qui prouvaient de l'âge de l'ouvrage ensorceleur, tandis que ses iris grenat se posaient sur les lignes gravées et les dessins merveilleux, lui donnant l'eau à la bouche. De plus en plus, l'Eisei nin se sentait dans son monde. Le petit nain à la toge azur l'invitait à venir, mais la rousse lui avait coupé l'herbe sous le pied, bien trop hâtive d'en découvrir plus. Kuro lui expliqua alors sa spécialisation en matières première. Les noms qu'il lui présenta, des ingrédients sûrement très précieux qu'elle aurait l'occasion d'utiliser, ne lui disaient rien. Encore un peu novice dans ce monde, mais ne manquant pas de noter précieusement dans un coin de sa tête, ce qu'il lui disait. Alors Aimi pouvait compter sur ses précieux talents en trouvaille d'ingrédients rares, c'était bien. Une main posée sur son menton, faisant mine de réfléchir, tandis que les doigts fins de l'autre caressaient les pages, les tournant une à une.

« C'est un très beau livre que vous avez là. Si je comprends bien, je suis tombée sur une mine d'or concernant la trouvaille d'ingrédients ? Je vous avoue que ce côté-là est encore un peu flou, je ne voudrais pas réaliser des concoctions explosives par mégarde... Je cherchais surtout du matériel pour pouvoir concocter tout ceci, comme un de vos chaudrons, ainsi que des récipients pour garder en réserve les préparations et pourtant pas de la décoration dans le style... exotique, mystérieux... Si vous avez des conseils en la matière, je suis preneuse Kuro-san. Et...»

Rougissant légèrement, la jeune femme se rapprocha de l'hôte de cet antre mystique.

« Si vous avez un chapeau similaire au votre... Je vous avoue que j'ai craqué dessus...»

Aimi se redressa, se raclant légèrement la gorge, tandis qu'elle posait ses prunelles sanguines sur Muramasa qui semblait patienter. Un petit sourire se dessina sur son faciès raffiné, tandis qu'elle s'inclinait légèrement face aux deux individus.

« Merci pour l'aide que vous pourrez m'accorder tous les deux. J'imagine déjà une collaboration bien unique...»



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Sam 6 Juil 2019 - 15:00
Avide Soif d'Apprendre...
Muramasa x Aimi

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Le fier médecin ne réagit pas aux allusions qui venaient déferler à son encontre, préservant toute sa superbe jusqu'à la fin des temps. À croire que la rubiconde et le chat noir se liguaient à son encontre, ce qui ne présageait rien de bon. En tout cas, l'apprentie alchimiste semblait heureuse de découvrir cette bien singulière échoppe tenue par un mystérieux vendeur qui arborait une gigantesque coiffe. Kuro regardait la Kunoichi avec ses grands yeux ronds, un peu prit de cour par son entrain quand au contenu des pages encrées.

« ... » -restant silencieux et aussi impassible que le marbre-

Une non-initiée ne pouvait que s’émerveiller devant ces découvertes dont nul ne soupçonnait l’existence pourtant bel et bien réelle.

La tension était à couper au scalpel, l’étrange petit diablotin sans visage faisant montre d’une certaine réticence à collaborer avec la jeune apprentie encore inexpérimentée dans les sombres présages de l’alchimie. Le marchand réajusta prestement son chapeau qui menaçait de chavirer dangereusement, avant de répondre à la rubiconde lui faisant face.

« Les alchimistes sont très rares, car c’est l’art de l’ombre le plus difficile à apprendre et à maîtriser de tous. La majorité des clients qui viennent m’acheter du matériel périssent bien tristement à cause des accidents qu’ils provoquent lorsqu’ils tentent de faire une potion pour la première fois. » -acquiesçant de la tête, manquant de peu que son chapeau ne dégringole, mais rattrapé in-extremis- « Un chapeau similaire ? Vous avez excellent goût en matière de mode, bien que vous soyez un peu trop habillée, gente demoiselle. »

Muramasa était un expert inconditionnel des tendances actuelles, un véritable chirurgien de la mode. Il ne pouvait donc qu’acquiescer aux dires du lutin sans visage, surtout lorsqu’il s’agissait d’une Kunoichi qui devait être aussi assassine dans les arcanes de la mort, que dans l’art subtil de la société actuelle. Le Yuukan était sombre et empli de terreurs, et une faute de bon goût vestimentaire était tout simplement suicidaire.

« L’art du Rentanjutsu n’est pas une simple vocation, mais un état d’esprit, un mode de vie. » -ajustant sa veste de jais, en la mettant en évidence pour souligner le fait que la haute couture incarnait l’illumination- « La nitescence du Shangri-La de tout aficionado du Rentanjutsu et de la médecine traditionnelle ne s’incarne qu’içi à travers tout Tsuchi, à l’atelier Tuturu. C’est la raison pour laquelle je tenais à vous faire découvrir ce sanctuaire. »

« Exactement. Vous avez si bien cerné mon échoppe, Muramasa-san. Ce n’est pas pour rien que vous êtes mon meilleur client. Si j’avais su que le commerce serait si dur, je n’aurais pas quitté ma contrée pour ouvrir cette franchise dans des terres n’appréciant pas à sa juste valeur la culture de mon beau Pays. » -commençant à sangloter de manière inquiétante et étrange-

Le gnome semblait avoir une dure vie, devant réussir à commercer dans un village peuplé de personnages rustres et peu enclin aux ténèbres délicieuses du raffinement des arts de la nuit. La plupart des clients, qui venaient s’approvisionner dans son commerce, le faisait pour de noirs desseins, comme des nécromants fous ou des criminels, alors que la vocation avait toujours était de vendre aux médecins et aux alchimistes qui œuvraient pour de meilleurs lendemains. Essuyant ses larmes, le diablotin cupide demanda à la rousse plus de précisions sur ses désirs d’emplettes.

« Les chapeaux sont fait sur mesure, car ils doivent être à l’image de celui qui les porte. De même pour le chaudron. Ça prendra une semaine environ, ça dépend du maître artisan et de vos demandes concernant l’ouvrage, les matières, et tutti quanti. Je vous fais une carte de fidélité ? C’est 10 % de remise sur tous les articles et en cumulant des points vous débloquerez différents services supplémentaires. Ventes privée, invitations aux événements de créateurs de haute-couture comme les défilés de mode, place VIP pour le concours de Yukata de l'Iwa Shukusai, ainsi que moult autres exclusivités. »




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Empty
Ven 12 Juil 2019 - 14:20


Avide soif d’apprendre




Sous les projecteurs sombres et mystérieux, résidant sous le toit de cette boutique mystifiante, un duo de choc semblait naître, deux petites tailles qui se liguaient gentiment contre le Borukan ténébreux. Un fin sourire restait ancré sur son doux faciès, tandis qu’elle semblait redécouvrir les traits du directeur de l’académie, le rendant très… Intriguant. Mais lorsque le lutin du commerce magique fit apparaître, un livre vraisemblablement plus gros que lui, ses iris carminés s’écarquillèrent tandis qu’elle se rapprochait automatiquement du comptoir. Aimi était une boule d’énergie toujours entraînante, elle illuminait même les ténèbres fantastiques de ces lieux, alors, il n’était pas surprenant de voir Kuro aussi ébahi par cet élan d’intérêt. Mais la Chiwa prenait tout cela très au sérieux, c’était avec une concentration sans faille qu’elle faisait tourner les pages abîmées par le temps, s’abreuvant de tous ses mots ensorcelants inscrits dans le grimoire. Le petit magicien lui explique que les alchimistes étaient rares, l’art dans lequel la genin voulait se lancer était comme un chemin parsemé d’embûches. Tout simplement parce que les adorateurs se laissaient facilement avoir par la mystification même des capacités que le Rentanjutsu offraient. Des accidents survenaient et leur fin était tout simplement dramatique. Aimi comprenait tout cela, c’était bien pour cette raison qu’elle ne voulait pas se mettre à la concoction des breuvages avant d’être certaine de pouvoir en maîtriser les secrets, parce qu’elle prenait vraiment tout ceci au sérieux.
Kuro la complimenta sur son goût pour son chapeau, en effet, c’était un accessoire très atypique, mais elle le trouvait vraiment... mignon, et au fond, elle souhaitait en avoir un sur sa tête, surtout lorsqu’elle se mettrait à réaliser ses potions magiques. Trop habillée ? La petite rouquine posa ses mains sur son chemisier kaki et le tira un peu pour le regarder de plus près, cela lui allait très bien à elle ! Mais si le maître des lieux le lui disait, c’était que cela devait être à prendre au sérieux. Alors, elle hocha de la tête, un air décidé, un jour, elle trouverait un accoutrement plus approprié ! Un état d’esprit ? Un mode de vie ? Aimi était très concentrée par ses paroles, s’avançant du corbeau médecin, analysant les coutures de cette veste immaculée, une main posée sur son menton, comme lorsqu’elle réfléchissait. L’hôte de petite taille enchaîna rapidement en acquiesçant, avant de pleurer sur le triste sort de sa boutique, qui attirait les mauvaises personnes. La kunoichi à la longue chevelure grenat sortit un mouchoir de sa poche et le tendit au petit lutin bleu.


« Voyons Kuro-san, sachez que je respecterai toujours les valeurs de cette culture, ce projet et cet art me tiennent vraiment à cœur. Même que je prends note de ce que vous m’avez dit, j’ai hâte de pouvoir arborer ce chapeau d’ailleurs ! Je compte être votre meilleure cliente après Muramasa-san, même devant lui s’il faut ! »

Brandissant son pouce tandis qu’un sourire à montrer toutes ses dents se gravait sur son faciès, elle lui promettait par ce geste beaucoup de choses, y compris qu’il devenait par ailleurs, son précieux fournisseur en la matière. Il lui confia que les chapeaux étaient faits sur-mesure, ce qui était normal, tout le monde n’avait pas des petites têtes comme les leur. Ainsi que pour le chaudron, Aimi arqua un sourcil, elle ne s’y connaissait pas vraiment en la matière… Kura lui fit un condensé de tout ce qu’elle devait savoir en terme commerçant, elle était même très surprise d’entendre qu’ils y avaient de pareils événements, ce monde était vraiment encore plus vaste que tout ce qu’elle pensait.

« Je vous prête ma tête pour faire les mesures si c’est ce qu’il faut, sinon, je pense que la couleur que vous portez m’ira très bien aussi, un peu de jaune et de rouge de mes cheveux pour enflammer la piste ! Ahahah ! Hum… Pour le chaudron, je vous avoue que je ne m’y connais pas trop, je cherche un matériel de qualité qui ne se désagrégera pas, je souhaite aussi qu’il soit beau et s’il peut y avoir des effets un peu violet ou rouge dessus… Je ne sais pas si c’est possible… Je souhaiterais aussi obtenir des fioles pour pouvoir contenir les futures concoctions, et de quoi mélanger le tout, comme une louche et une grande cuillère aussi ? Va pour la carte de fidélité, je pense que je vais passer beaucoup de temps ici ! Hum… »

Douteuse, Aimi se tourna vers Muramasa son visage d’ange se posa sur le sien toujours si neutre et si indéchiffrable, un air très mystérieux qui donnait à la doucereuse envie d’en savoir plus sur lui, de le connaître, de découvrir ses pensées les plus sombres, en clair, il était vraiment intriguant ce personnage qui montrait aux premiers abords un simple homme aux multiples talents, toujours élégants et respectueux.

« Ais-je oublié quelque chose Muramasa-san ? Je pense qu’en termes d’ingrédients, je devrais attendre un peu d’en apprendre plus, mais pour ce qui est du reste, si vous avez d’autres idées, je suis preneuse ! Sinon tout sera bon pour moi Kuro-san !»



_________________
Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: