Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 4/05. Derniers remparts
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 12:45 par Kagai Inja

» 05. Demandes d'apprentissage
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 12:42 par Oterashi Yanosa

» Urawokaku Ryūzaku
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 12:37 par Urawokaku Ryūzaku

» Bons procédés [Chiwa Aimi]
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 12:30 par Oterashi Yanosa

» Double lame [PV Yamanaka Ayumi, Shinka]
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 12:09 par Shinka

» [C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna]
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 11:33 par Shinka

» Former l'élite (Ryu)
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 10:48 par Nozomi Ryû

» 3/01. Briser le destin
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 10:28 par Ashikaga Gabushi

» Noodles for the Yasei [Reikan]
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 9:57 par Kurayami Zeref

» La tête dans les nuages (pv Metaru Itagami)
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 9:51 par Karasuma Shin

Partagez

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi]


Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 17:20
Le repos qu’il avait pu prendre au centre médical avait été d’une rare qualité. Après avoir été soigné par la jeune médic-nin Aimi Chiwa, le guerrier à la toison rouge s’était en effet endormi d’un long et profond sommeil particulièrement réparateur, qu’il suspectait être en lien avec le chakra bienfaisant que la jeune Genin avait utilisé pour le remettre d’aplomb. S’en étaient suivis plusieurs jours de contrôles et de remise en forme, qui n’étaient pas grand-chose pour Yanosa après le calvaire qu’il avait du endurer suite à son coma. Récupérer de ce genre de blessures n’était rien comparé à l’atrophie et à la faiblesse généralisée auxquelles il avait été assujetti, et tout prenait une autre dimension à présent. Malgré tout, quelques jours loin des terrains d’entraînement et des missions et l’Oterashi se sentait déjà loin de son élément de prédilection depuis trop longtemps, et si il savait pertinemment qu’il était encore trop tôt pour retenter quoi que ce soit sans prendre le risque de se rouvrir comme une pastèque fendue, il fallait en tout cas qu’il s’occupe l’esprit pour ne pas tourner en rond.

En fin de matinée ce jour-là, Yanosa décida donc d’aller énergiquement se promener dans le quartier commerçant. Après avoir touché ses premiers salaires, lui qui n’avait rien pu économisé pendant plusieurs mois puisque les soins de l’hôpital avaient tout englouti au fur et à mesure, il disposait à présent d’un petit pécule pour pouvoir se réapprovisionner en munitions diverses mais aussi en produits longue consommation, qu’il avait au départ du rassembler sur la base de la charité d’autres shinobis. Vêtu de son kimono marron assez grossier et de son pantalon beige, il déambula donc dans les rues, un grand sac en toile à l’épaule, pour charger à l’intérieur toutes les marchandises dont il désirait posséder un stock décent. Il passa ainsi chez différents artisans et receleurs pour se fournir ses articles préférés et des rations au goût un peu moins abominable que celles que lui fournissait la Haute Autorité, puis prit le temps de se promener autours du quartier pour prolonger sa promenade. Tout exercice était bon à prendre lorsque l’on était un addict de l’effort tel que lui.

Mais, tandis qu’il commençait à arpenter les longs escaliers qui remontaient le long de l’avenue marchande principale, où plusieurs salons de thé tenaient leur commerce, Une silhouette familière happa son attention. Un jeune homme blond, sensiblement du même âge que lui, avec qui il avait échangé bien peu de mots malgré la connaissance assez pointue qu’ils avaient l’un de l’autre à présent. Car le combat, au cœur de tout, devenait également un moyen de communication unique en son genre.

« Musashi ? C’est bien toi ? Et bien… on aura pas mis très longtemps à se retrouver, dis-moi. Comment se passe l’entraînement ? Tu t’en doutes un peu mais, personnellement... j’ai du lever le pied quelques jours, nécessité oblige... »



@Han Musashi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 19:46

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Faire connaissance, à nouveau


Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

Je me trouvais dans les rues commerçantes, à la recherche d’un objet pouvant potentiellement m’intéresser. En effet, tous les mois, dès que je percevais mon salaire, je m’empressai de le dépenser dans ce coin du village, souvent sur un objet un tant soit peu intéressant. A vrai dire, la plupart du temps, il s’agissait de bouquin, de tout genre, me permettant ainsi d’apprendre et de découvrir des nouvelles choses, allant parfois de comment cuisiner un plat à des concepts philosophiques et moraux pour le moins complexe. La raison qui se cachait derrière ce besoin constant de me débarrasser de ma bourse n’était ni plus ni moins que de m’alléger l’esprit. En effet, l’argent était une distraction que je devais chasser de mon esprit, et ce rien que pour pouvoir accomplir mes séances de méditation sans penser à ce que je pourrais bien faire de ma bourse.

Bref, c’était donc pour cette raison que je me trouvais dans les rues commerçantes, observant ainsi chaque stand avec beaucoup d’attention. Comme d’habitude, ces rues étaient bondées de monde, causant un raffut pour le moins désagréable. Je prenais malgré tout sur moi, affrontant ma « phobie » de la foule, portant ainsi toute mon attention sur mon objectif, à savoir un objet digne d’intérêt. Je vous avouerais que je préférerais mille fois me trouver sur un terrain d’entrainement, autant pour méditer que me déchaîner, mais ce rituel mensuel n’en était pas sans importance.

Ainsi, quelques temps après, je finis par trouver un bel ouvrage, intitulé : « Le pion ». Le résumé me plut immédiatement, m’empressant ainsi de débourser la majorité de ma bourse pour me le procurer. Après quoi, je rebroussai chemin, me hâtant de quitter cet endroit pour un lieu plus calme et propice à la lecture. Soudain, alors que je passais près des salons de thé, débouchant sur la sortie des rues commerçantes, je fus interpellé par une voix qui m’était plutôt familière. En tournant légèrement la tête, je tombai sur Yanosa qui m’interpellai et m’interrogeai sur mon entraînement. Quelle surprise ! Je n'aurais jamais pensé le recroiser aussi rapidement, surtout dans un lieu pareil. Ainsi, je retirai ma capuche, m’empressant de le saluer à mon tour :

« Yanosa ?! Quelle surprise, je n’aurai jamais pensé te recroiser par ici… » Fis-je, d’un léger sourire. « Y a encore du boulot à faire mais j’essaye de faire au mieux, et toi ? Tu récupères bien ? » M’enquis-je, d’un air curieux.

A priori, il avait l’air de mieux se porter même si je me doutais que c’était encore tôt pour lui de reprendre l’entraînement. Quoi qu’il en soit, j’étais ravi de tomber sur ce type, un type plein de mystère, attisant grandement ma curiosité.

« Tiens, tu as quelque chose de prévu ? Sinon, je t’invite à boire un thé… un café peut-être ? » Lançai-je, d’un air large sourire.

Je pointai du doigt deux salons de thé, le laissant ainsi choisir celui de son choix. Après quoi, je le suivis pour nous installer sur la terrasse à l’extérieur, légèrement éloigné de la zone où était concentrée les clients du salon.

« J’espère que tu ne m’en veux pas trop pour l’autre jour… j’ai lâchement profité de ton état pour te mettre hors-jeu, ce n’est pas très fairplay, hein. » Fis-je, d’un léger rire, en me grattant l’arrière du crâne.




_________________
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Sam 13 Avr 2019 - 0:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 23:34
Les deux hommes ne s’étaient rien épargnés, et pourtant les voilà qui se retrouvaient par hasard, et surtout dans la bonne humeur, au milieu du centre des commerces du village. Des deux, c’était évidemment Yanosa qui était ressorti le plus amoché de l’affrontement, mais il n’en tenait pas rigueur à Musashi, pas le moins du monde. Car en vérité, grâce à l’intervention de la Yaoguaï qui s’était invitée dans leur session d’entraînement, il avait obtenu précisément ce qu’il attendait de cette confrontation, à savoir la connaissance, d’une part, mais aussi l’expérience. L’expérience de la douleur, de la frustration de la mise en échec et des limites sans cesses repoussées qui étaient les siennes. Un autre avantage, un peu plus indirect, était que l’Oterashi avait aussi appris à connaître la personnalité et l’être profond de ses deux adversaires, qui avaient tout deux prouvés qu’ils étaient dotés d’un fort caractère, chacun à leur façon.

« Ouii, très bien même. La prise en charge au centre médical est vraiment très bonne, d’ici quelques jours je pourrai retourner sur les Hauts Plateaux pour reprendre l’entraînement. »

Yanosa, son sac chargé de marchandises à applications militaire pendu en haut de son épaule, pensa alors que la conversation allait rapidement péricliter et inclina son buste vers le haut de la rue, où l’attendait le chemin qui le mènerait à nouveau chez lui. Mais le bretteur, lui, ne semblait pas partager son urgence à couper court au dialogue, invitant même le pugiliste à aller partager une boisson chaude avec lui.

« Euhm, et bien… dans les faits, non je n’ai rien de prévu, donc… Pourquoi pas ! »

Aimable à l’excès, Musashi laissa alors le choix à Yanosa de l’établissement où il préférait se rendre pour partager sa boisson. Choisissant par défaut le salon de thé aux couleurs les plus chatoyantes, le guerrier aux cheveux rouges se demanda si, derrière cette façade par trop sympathique, ne pouvait pas se cacher une part de culpabilité de la part du jeune blondinet. Choisissant de mettre ces réflexions de côté pour le moment, l’Oterashi s’installa en terrasse en déposant son sac lourd et encombrant à ses pieds et prit ses aises.

« Lâchement profité ? Haha, Musashi san, tu es plutôt modeste en fin de compte… dit-il non sans ironie en faisant référence au phrasé très provocateur qu’avait put employer le bretteur lors de leurs premiers échanges. Je sais pertinemment que tu aurais pu lancer une technique bien plus puissante si tu l’avais voulu. Tu étais bien plus lucide que moi pendant ce combat, tu as vu dans quel état j’étais, et tu as simplement voulu… comment dire…. m’accompagner au sol ? C’est ce que j’en retiens en tout cas. Donc non, je ne t’en veux pas, rassure-toi. Hm ? Une infusion aux écorces noires, s’il vous plaît », répondit-il instinctivement au serveur qui passait prendre leur commande.

Dans un mouvement un peu hasardeux pour s’installer plus confortablement, l’Oterashi tendit l’une de ses plus larges cicatrices, ce qui provoqua une vague de douleur aiguë dans tout son flanc droit. Un rictus passa sur son visage pendant un très bref instant, avant qu’il reprenne.

« En tout cas… c’est une approche très intéressante que tu as eu : ne dévoiler ton Shôton qu’en dernier recours était malin, et ça t’a sûrement permis de voir jusqu’où tu pouvais aller sans t’appuyer sur ce don que tu as. J’aimerais avoir le luxe de ce choix, personnellement. Mais… c’est la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 18:30

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Faire connaissance, à nouveau


Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

Notre dernier affrontement fut pour le moins spectaculaire, et même si l’adepte du Taijutsu fut le premier à flancher, il n’en avait pas moins été un adversaire coriace. A vrai dire, il fut le seul d’entre nous trois à prendre le plus d’initiatives, ne se souciant guère de sa défense et de son état qui, à l’issue de l’affrontement, fut pour le moins critique. Ainsi, le revoir de sitôt se tenir devant moi, m’assurant qu’il se portait bien, était une nouvelle qui ne pouvait évidemment que m’enchanter.

« C’est une excellente nouvelle ça ! » Fis-je, d’un air léger sourire. « Cependant, va mollo quand tu reprendras l’entraînement, hein. » Poursuivis-je, d’un léger rire.

A cet instant, une vague d’images de notre affrontement se défilèrent très rapidement dans ma tête, provoquant ainsi des sueurs froides rien qu’à l’idée d’imaginer l’affronter de nouveau, un jour. A vrai dire, je n’étais pas vraiment pressé de remettre cela, et de toute évidence, il devait encore bien récupérer de ses blessures. En effet, si d’apparence il semblait plus ou moins en forme, j’étais persuadé qu’au fond il devait encore souffrir de ses blessures ; non pas tant de celles de notre affrontement, mais de toutes celles qui semblaient lui faire « perdre » la raison. Fin, d’un autre côté, je ne faisais peut-être qu’extrapoler à partir de toutes les cicatrices qu’il avait sur le corps…

Quoi qu’il en soit, l’adepte du Taijutsu accepta mon invitation, choisissant même expressément le salon de thé son choix. J’espérais alors que la petite conversation qui allait suivre serait fructueuse car, beaucoup de choses m’intriguaient chez cet homme, et par conséquent je tenais absolument à en connaître un minimum sur lui. Après tout, au-delà de satisfaire ma curiosité, c’était aussi un moyen d’apprendre à mieux se connaître, et ainsi peut-être établir une certaine complicité pour l’avenir, qui sait. Quoi qu’il en soit, je ne perdis pas de temps pour m’excuser d’avoir agi un peu lâchement lors de notre affrontement, espérant que cela serait suffisant pour l’adepte du Taijutsu ne me fasse aucune grief. Ce à quoi Yanosa répondit qu’il n’en était rien, et étonnant il le prenait même bien.

« Je suis rassuré alors, après il est clair que sans l’aide de cette femme, je n’aurais pas tenu longtemps » Répliquai-je, d’un léger sourire. « Pour moi ce sera un café à la cannelle, s’il vous plaît. » Fis-je, à l’égard du serveur.

Alors que je m’apprêtais à interroger Yanosa, ce dernier me devança en faisant une petite remarque sur ma stratégie lors de notre affrontement. Il avait l’air d’apprécier mon choix de ne recouvrir au shôton qu’au dernier moment, me confiant par ailleurs qu’il aurait aussi aimé être doté d’un don semblable. Je fus tout d’abord surpris par la remarque de l’adepte du Taijutsu, mais en y réfléchissant un peu je le comprenais, ou du moins je pensais le comprendre.

« C’est vrai, tu as raison, cependant, je regrette un peu d’être incapable de terminer un combat sans recouvrir à ce don. » Fis-je, d’un air pensif. « Je te comprends, Yanosa, ça ne doit pas être facile et cela te demande probablement plus d’effort que certaines personnes… toutefois, je pense que quand la nature te prive d’une chose, elle t’offre malgré tout d’autres moyens d’acquérir quelque chose de semblable. » Poursuivis-je, d’un air confiant.

A cet instant, je pensais notamment à Towa qui n’avait pas de don héréditaire, mais qui était malgré tout parvenu à se transcender pour obtenir des aptitudes physiques hors du commun, des aptitudes qui n’avaient certainement rien à envier aux dons héréditaires.

« Sinon, si j’ai bien compris, pour le moment tu ne maîtrises que le Taijutsu, c’est ça ? » M’enquis-je, d’un air curieux.

Le serveur arriva au même moment, posant ainsi devant chacun sa boisson respective. Il nous souhaita alors bonne dégustation et s’en alla, nous laissant ainsi poursuivre tranquillement notre conversation...


_________________
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Lun 15 Avr 2019 - 0:05
Yanosa ne sut trop élucider si Musashi faisait preuve d’un trop plein de modestie ou si il était simplement sincère. En effet, soutenir qu’il n’aurait pas tenu longtemps en un contre un n’était pas forcément vrai. Peut-être, sans doute d’après Yanosa, ne s’était-il pas rendu compte des vraies limites qui étreignaient le style de combat de l’Oterashi, et ne s’était donc du même coup pas rendu compte qu’il disposait de bien plus d’outils que lui pour remporter la victoire, que ce soit contre lui seul ou à plusieurs. Peut-être, se dit le pugiliste, avait-il été quelque peu impressionné par son état second, presque berserk ? Il était vrai que, surtout en de telles circonstances, un entraînement sans enjeux particuliers, il avait pu sembler étrange voire un tantinet intimidant de voir un guerrier de sa stature se déchaîner comme s’il n’y avait pas de lendemain. Mais, la vérité était bien plus prosaïque en réalité, et les limites qu’avait voulu tester et repousser Yanosa ne reposaient en rien sur son hypothétique victoire lors de cet affrontement.

« Hmph. Ne te sous-estime pas trop. »

Le regard du guerrier aux cheveux rouges dériva un instant sur le côté, vers la rue où quelques habitants passaient nonchalamment. Le discours que lui tint ensuite Musashi avait, en un sens, de quoi lui remonter un peu le moral, eusse-t-il eu besoin qu’il soit requinqué. Oui, c’était effectivement plus dur, et un combat de tous les instants, d’évoluer dans ce village shinobi sans posséder la moindre prédisposition particulière autre que le goût pour le combat pur et dur. Que le blondinet tente lors de ses entraînements de « s’abaisser » à ce niveau était tout à son honneur, dans tous les cas, et faisait certainement gagner à Musashi un certain respect d’entrée de jeu auprès de l’Oterashi.

« Hm. Ce n’est pas vraiment la nature qui a… compensé, mon absence de pouvoir. J’ai un goût prononcé pour la violence, que j’ai développé à l’école militaire. Pas l’Académie Hashira attention, non… je parle d’un centre militaire gouvernemental de l’arrière pays. Mais, hormis cette prédisposition, j’ai peur que la nature comme tu dis ne m’aie pas offert grand-chose. Car oui, je n’utilise que le Taijutsu. Ça te paraît certainement… très étrange, voire même stupide, mais… je n’ai jamais pu prendre le temps d’apprendre à contrôler le Ninjutsu. Je me suis toujours contenté de travailler mes points forts, pour pouvoir réellement apporter quelque chose d’intéressant au village, pouvoir avoir ma propre identité en tant que combattant. J’ai quelques prédispositions sensorielles, à côté de ça, mais rien de grandiose. Mais….

Quand tu dis « maîtriser », j’ai peur de ne pas encore en être là, loin de là. C’est un mot que je n’emploierai jamais à la légère, vois-tu, et non, je ne maîtrise pas le Taijutsu. Chaque fois que je pense avoir perfectionné une technique, un déplacement, de nouvelles frontières me sont révélées, et c’est un cycle d’apprentissage qui me semble, aujourd’hui, absolument infini. C’est aussi pour ça que j’ai négligé le Ninjutsu : il ne me passionne pas, et ne me passionnera certainement jamais autant que le combat au corps-à-corps.

Mais, quand je vois des combattants tels que toi, capables de défendre leurs acquis au corps-à-corps, et qui excellent vraiment à distance, je me questionne souvent, c’est vrai...
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Mar 16 Avr 2019 - 1:33

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Faire connaissance, à nouveau


Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

L’école militaire ? Cela me disait vaguement quelque chose, ne sachant pas si je l’avais lu dans un bouquin ou entendu par quelqu’un, néanmoins cela expliquait quelque peu le style « sauvage » du guerrier. Il confirma d’ailleurs lui-même, me confiant effectivement qu’il avait développé son goût prononcé par la violence durant son séjour dans cette mystérieuse école. J’imaginais alors que cette école ne devait rien à avoir avec l’académie, lieu où on était plus ou moins chouchouté et mit dans des bonnes dispositions pour apprendre. Certes, la partie théorique demeurait supérieure à la pratique, néanmoins on apprenait malgré tout. Ceci étant, quand on voit l’état et la personnalité de l’adepte du Taijutsu, surtout en situation de combat, on pouvait deviner qu’il en avait vu de toutes les couleurs, dans cette école militaire. Quoi qu’il en soit, je lui prêtais toute mon attention, curieux d’en apprendre en effet un peu plus sur sa personne et pourquoi pas d’en apprendre un peu plus en générale.

Ainsi, le guerrier issu de l’école militaire me confia qu’il n’avait pas de connaissances en ninjutsu, ayant en effet préféré se concentrer pleinement sur le Taijutsu, son domaine de prédilection. Dommage car, j’estimais que se concentrer pleinement sur son domaine de prédilection n’empêchait pas de pouvoir apprendre d’autres choses à côté. Chose qui se confirma assez vite, puisque Yanosa ajouta qu’il avait quelques prédispositions sensorielles, peut-être innée. Au fond, peu importe notre domaine de prédilection, j’estimais qu’un shinobi était capable d’apprendre d’autres spécialités, et à priori Yanosa n’avait pas l’air de penser le contraire, ce qui était d’autant plus dommage.

Puis, l’adepte du Taijutsu tint à préciser quelque chose : en effet, il ne voulait pas que le mot « maîtriser » soit utilisé dans sa conception la plus simple et la plus courante. Pour lui, il ne maîtrisait guère le Taijutsu : il voyait les choses autrement, son entraînement lui permettant en effet de développer et perfectionner ses techniques, ses mouvements ; il voyait enfaîte le Taijutsu dans sa conception la plus large et la plus complexe. Je hochai alors légèrement la tête pour approuver ses propos, ne manquant ainsi pas de bien retenir cette petite leçon. Le moins qu’on puisse dire c’est que Yanosa était un passionné, j’en étais du moins persuadé.

Enfin, le grand guerrier rebondit sur le ninjutsu, soulignant que cette spécialité ne le passionnait et ne passionnera jamais, du moins pas autant que l’amour qu’il vouait pour le Taijutsu. Cependant, il regrettait malgré tout d’avoir négligé cette spécialité, ayant à priori prit conscience des nombreux avantage offert par le ninjutsu.

« Tu sais, il n’est pas trop tard pour te mettre au ninjutsu » Lançai-je, d’un léger sourire.

Un défi. Oui, je lui lançai en quelque sorte un défi car, si j’étais persuadé qu’il était un combattant hors pair en Taijutsu, je n’en étais pas moins persuadé qu’il pouvait encore s’intéresser et apprendre le ninjutsu pour ainsi combler ses éventuelles lacunes. Peut-être que cela ne l’intéressera pas, peut-être, néanmoins je me devais de lui suggérer l’idée. Parfois, il ne suffit d’un rien pour encourager et inspirer une personne, vraiment d’un rien.

« En tout cas, le moins qu’on puisse dire c’est que t’es aussi passionné par le Taijutsu que je le suis par le ninjutsu, haha. Je ferai plus attention au mot « maîtriser », c’est vrai que nous, les utilisateurs de ninjutsu, l’utilisons à tout bout de champs. » Fis-je, en prenant une petite gorgée de mon café. « Tu sais, Yanosa… » Repris-je, en regardant brièvement le ciel. « J’ai appris que j’avais le shôton il y a à peine trois ans, et c’est à partir de cette date que j’ai vraiment su que je pourrais devenir shinobi, donc au fond dis-toi que rien n’est perdu. Je comprends ton amour pour le Taijutsu, mais un jour, tu auras certainement affaire à des redoubles adversaires, peut-être ceux contre qui le Taijutsu ne te sera d’aucune utilité, à ce moment-là, il serait bien que tu puisses aussi compter sur d’autres atouts. » Poursuivis-je, d’un air sincère. « Rassure-toi, je ne suis pas en train de remettre en question ton Taijutsu, bien au contraire car, pour tout avouer, je suis par moment effrayé par tant puissance… » Fis-je, d’un léger rire.

En effet, le Taijutsu était effrayant, surtout pour un utilisateur de ninjutsu ne disposant pas d'une bonne défense et d'une assez bonne capacité de réaction. J’en avais eu la preuve contre Towa, et même contre Yanosa.

« En tout cas, je pense que tu vois où je veux en venir… Si le ninjutsu est mon domaine de prédilection, ces derniers temps j’ai développé un certain intérêt pour le Kenjutsu pour justement ne pas avoir à trop subir les gens comme toi. » Repris-je, d’un léger rire, en grattant légèrement l’arrière du crâne.

Je repris une nouvelle petite gorgée de mon café, puis je repris mon monologue, cherchant cette fois-ci à rebondir sur un autre sujet :

« Fin voilà, excuse-moi j’ai un peu trop parlé pour dire peu de choses au final. Sinon, tu peux peut-être m’en dire un peu plus sur cette école ? Je suppose qu’elle n’a rien avoir avec l’académie Hashira ? » M’enquis-je, d’un air curieux.


_________________
Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi] Empty
Hier à 14:09
Tandis que le serveur apportait enfin les boissons commandées par le duo de Genin, Yanosa accusait réception du défi à peine déguisé que venait de lui lancer Musashi. Développer son aptitude au Ninjutsu ? Il s’agissait là d’une idée concept intéressante, mais l’Oterashi balaya presque d’un revers de main mental la proposition aussitôt. Il y avait en effet, à ses yeux, tellement à apprendre, tellement à découvrir au sein des différents styles de combat au corps-à-corps qu’il lui semblait impossible voire invraisemblable de consacrer du temps et des efforts à l’apprentissage de techniques Ninjutsu. Il ne pouvait nier leur potentiel et les applications diverses qu’elles pouvaient avoir, mais dénué de pouvoir particulier qu’il était, le guerrier à la toison écarlate n’avait pas de grand répertoire à exploiter et hormis quelques techniques de clonage et de projectiles élémentaires basiques, il ne pouvait pas tirer de grand bénéfice d’un tel investissement. Et puis, bien sûr, il y avait son goût pour le contact. Avec les années, Yanosa s’était en effet tellement acclimaté au combat à mains nues contre tant d’adversaires différents qu’il y avait pris goût de façon exagérée, presque compulsive, et ne pouvait envisager une confrontation où il serait obligé de garder ses distances avec son ou ses ennemis.

Attrapant sa tasse de thé, d’un noir si profond qu’on aurait dit qu’elle contenait du café, l’Oterashi y trempa les lèvres en écoutant Musashi développer son propos. Et plus il le développait, plus il semblait qu’il voulait en quelque sorte « rassurer » le pugiliste, comme si il avait quelque chose en moins, un manque à compenser par la force de la camaraderie et de l’entraide. Musashi avait pu devenir shinobi seulement après avoir éveillé son pouvoir, la manipulation du cristal : cela en disait à la fois peu et beaucoup. N’avait-il pas osé emprunter cette fois avant de savoir qu’il possédait quelque chose de spécial, ou bien ce fameux quelque chose avait-il fait émerger l’idée en lui ? A l’écouter, songea Yanosa, il semblait que pour lui il demeurait impossible de devenir un shinobi complet et apte aux missions opérationnelles sans s’investir dans plusieurs disciplines en parallèle, ce que l’Oterashi fut tenter de réfuter sur le coup. Mais, il n’y parvint pas. Avalant une gorgée de thé, il écouta le bretteur rebondir sur ses propres paroles, valorisant malgré tout la puissance inhérente à un style de combat au corps-à-corps maîtrisé et le danger qu’il pouvait représenter. Une sorte de petit aveu, pour compenser le fond de sa pensée que Yanosa avait à présent bien compris.

« Tout l’enjeu est là, Musashi san. C’est en m’entraînant, encore et encore, à parfaire mes techniques et à améliorer ma condition physique que je peux arriver à trouver des solutions contre tout type d’adversaire. Chaque pouvoir, en son cœur, possède une faiblesse qui, si elle est exploitée correctement, permet de contrer tous les atouts qu’il pourrait avoir. Que ce soit par la puissance brute, la vitesse ou encore la finesse des mouvements, il y a toujours une réponse à apporter à un problème. La seule limite, celle contre laquelle je bataille tous les jours ou presque depuis que je suis arrivé ici, c’est le temps. J’étudie constamment, je croise le fer avec autant de camarades que possible pour allier la théorie à la pratique, mais le temps vient toujours à me manquer. Si j’en avais davantage, j’en suis certain, je pourrais… Oui, je pourrais vaincre n’importe qui, quel que soient ses facultés spéciales. Je sais ce que tu vas dire : avec le temps suffisant, n’importe qui pourrait battre n’importe qui, et c’est vrai… Mais mon défi à moi, celui qui me fait vivre et que j’ai des chances de relever, c’est celui-là : devenir assez puissant pour mettre tous les pouvoirs en échec. »

A chacun sa voie. C’était en résumé ce que voulait rétorquer Yanosa à l’exposé du blondinet, arguments pratiques à l’appui, mais il ne pouvait s’empêcher de se sentir acculé par ses arguments, qui demeuraient par définition justes et pertinents. Mais le guerrier à la toison rouge ne voyait pas de voie possible pour lui en dehors de celle qu’il empruntait déjà. Poursuivant leur conversation, Musashi changea cependant de sujet en revenant sur l’école militaire où Yanosa avait passé toute son adolescence. Celui-ci eut un rictus à l’évocation de cet endroit mais, après avoir décidé il y avait des années de ça de ne pas se créer de tabou sur son passé et ce qu’il avait pu vivre, se voyait presque contraint de suivre ses propres préceptes.

« Ça, c’est peu de le dire. Je ne sais toujours pas au final ce que cette école était supposé nous apprendre, à part peut-être la valeur de la hiérarchie, et à nous entre-tuer le plus gaiement possible… Ce centre, qui est d’ailleurs certainement toujours en activité, est un trou, un trou où l’on broie des gens pour en faire des cadavres ou, au mieux, des gardes serviles et obéissants. Ma famille m’a expédié là-bas pour que je cesse d’être un problème, elle se fichait bien de ce qui pouvait m’arriver. Et si je n’avais pas… pris les mesures nécessaires, je serai sûrement mort là bas il y a des années. Les instructeurs n’attendent que ça : que la loi de la jungle règne. Pour que eux, ensuite, puissent gouverner cette jungle, l’arme au poing, et y dresser les animaux survivants. En un sens, j’ai beaucoup appris là-bas : pour compenser le handicap de ma haute naissance, mère nature a jugé bon de me donner un physique avantageux, et ça m’a permis de me révéler à moi-même, d’accepter la violence comme une nécessité absolue. Oh, des coups j’en ai pris, mais en retour… qu’est-ce que j’ai pu fracassé de têtes… »

Il reprit quelques gorgées de thé, un sourire douloureux sur le visage tandis que des souvenirs qui l’étaient tout autant remontaient à la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Faire connaissance, à nouveau [Han Musashi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: