Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

1/04. Aux portes


1/04. Aux portes Empty
Ven 12 Avr 2019 - 21:47


Avant d’être le théâtre de cette bataille épique en plein cœur de la Cité Ancestrale d’Hikari, Hayashi no Kuni avait été celui d’un affrontement entre Gaiya, La Balance et membres du Tsukimono. Ces derniers avaient d’ailleurs péri sous les coups de leurs opposants. Parmi eux, deux Yaoguaï, qui eurent droit à des cérémonies funestes.

Ni Yaoguaï Sae ni Yaoguaï Towa n’avaient pu manquer cet événement, ils avaient même participé à son élaboration et son déroulement. Déjà au Pays du Bois donc, ils n’avaient pu ignorer l’attaque sur Hikari, surtout lorsqu’ils se doutaient que les responsables de la mort de leurs cousins y seraient probablement.

Mais ils ne s’attendaient sans doute pas à trouver Borukan Muramasa et Hijikata Saichi. Le chef de Sae avait le déplacement – par inquiétude, soutien ou ordre du Tsuchikage ? – et leurs retrouvailles avaient donné naissance à un quatuor Tsuchijin plongé au sein d’une bataille qui ne les regardait pourtant de loin.

Leur nombre leur avait néanmoins permis de s’enfoncer loin dans la Cité Ancestrale, jusqu’à gravir l’immense escalier qui menait jusqu’au Grand Temple, celui-là même dans lequel l’Homme au Chapeau s’était introduit. Mais leur voyage s’arrêtait là, du moins pour un moment.

Aux portes du Grand Temple une silhouette – sans doute celle d’un homme – les attendait de pied ferme. Mais ce n’était pas n’importe qui. Et en réalité, derrière ce « corps » d’homme se cachait une femme. Une lieutenante de l’Homme au Chapeau…

Kâtenshêdo.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le lundi 15 avril pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe se déroule en haut de l'immense escalier et donc aux portes du Grand Temple. L'entrée du temple est assez large pour être une zone de combat. La guerre fait rage plus bas.

Ordre de post :
  • Borukan Muramasa

  • Hijikata Saichi

  • Yaoguaï Sae

  • Yaoguaï Towa

  • Kâtenshêdo

Bon RP à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

1/04. Aux portes Empty
Sam 13 Avr 2019 - 22:58
Aux Portes
Equipe 7 Fūjin & Towa :::VS::: Le Rideau Noir

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Était-ce un rêve ? Ou Était-ce la réalité ?

Dans les confins inexplorés et sauvages de ce monde, le théâtre macabre s'installait au cœur des profondeurs abyssales de la mer de jade avec une malice n'ayant d'égale que sa perfidie. A l'orée des astres, les engeances démoniaques dansaient avec frénésie, mettant en exergue une folie digne d'une transe cathartique. Alors que les piliers d'écorce et de sève défilaient sans cesse sur le chemin du zéphyr strident, le masque tombait en se brisant.

Regard mordoré, pas assuré. Le parangon était témoin de diablerie, une fois de plus. Au loin, se perdant dans l'horizon azuréen, une civilisation avait émergée comme par enchantement du néant le plus obscur. Le fier médecin était venu dans ce pays non pas pour s’enquérir d'aventure et d'exploration de secrets nébuleux, mais bel et bien pour retrouver la sauvageonne qui faisait partie de la fine équipe. La raison était voilée de mystère ; imperceptible. Du peu que le scientifique savait, en tirant les vers du nez du borgne tyrannique, la demoiselle était partie dans sa patrie d'origine pour des raisons personnelles. La sauvage n'avait même pas prévenu le médecin, ce qui était un peu offusquant après toutes les aventures qu'ils avaient partagés avec ce bon vieux Saichi. Passer des examens académiques, faire avancer la médecine, affronter des araignées géantes, ainsi que moult autres péripéties pas piquées des hannetons.

Les deux hommes de la Roche n'étaient point vraiment dans leur élément. Une forêt labyrinthique peuplée de monstres mangeurs de chair humaine changeait grandement de la civilisation à laquelle ils étaient habitués. Une bien drôle d'idée que d'habiter dans la campagne devaient penser les deux ruraux. Déjà qu'Iwajuku était une jungle dangereuse, à Hayashi cela l'était dans tous les sens du terme.

« N'est ce pas étrange ? » -dit-il à son frère d'armes originaire d'âme, tout en scrutant l'horizon qui s'érigeait en contrebas de la colline des damnés- « la crevasse s'est mué en civilisation. Une civilisation en proie aux feux des enfers. » -concluant avec une voix marmoréenne

Les fiers Iwajin se rendirent donc sur les lieux, afin de s'enquérir de porter secours à la veuve et à l'orphelin... Ou plutôt voir si une belle princesse - ou à la rigueur un trésor - devait être défendus de vils chenapans pyromanes. Rapidement, ils se rendirent compte qu'il y avait quelque chose qui clochait. Des corps démembrés parsemaient les ruines flambantes, des rivières écarlates se mariaient en flaques sanguinolentes et le chaos faisait rage. Ça tonnait fort. La sombre toile avait davantage l'apparence d'un bourg de secte pernicieuse se vouant à des rituels chamaniques et ésotériques, qu'un bon vieux lieu de villégiature où pléthores de demoiselles en détresse les attendaient patiemment. Les deux virils coéquipiers étaient dans de beaux draps, tombant sur une guerre qui n'était point la leur. Le pire était qu'une voix familière résonnait dans le tombeau embrasé. Il s'agissait de la sauvageonne de l'équipe, qui se trouvait aussi sur les lieux, en compagnie d'un homme à la chevelure d'un orange fort peu naturel. Décidément, les Hayashijin semblaient énormément aimer se teindre les cheveux. Il s'agissait d'un Genin de la Roche, le Directeur avait déjà aperçu ce visage dans les forces armées d'Iwagakure.

« Oujo-san, vous içi ? »

Une sorte de temple surplombait le village où la mort enivrait l'atmosphère. Cela devait être la fameuse tour où la princesse était retenue captive, comme dans les anciennes légendes Shinobi que l'on racontait aux futurs Genin joufflus pour les faire rêver... ou plus surement leur laver le cerveau en les endoctrinant.

Muramasa était après tout un saint homme qui ne pouvait reculer face à la barbarie. Surtout que sauver une demoiselle d'un destin funeste était l'unique voie que tout guerrier se devait de suivre et de respecter à la lettre. La seconde étant de mettre une bonne grosse fessée aux Kunoichi qui ont été vilaines, pour les faire rentrer sur le droit chemin. Il ne le savait pas encore, mais dans un futur très proche, il allait faire face à ce genre de donzelle.

Quelques minutes plus tard, les quatre cavaliers de l’apocalypse avaient gravi les hauteurs d'un escalier gargantuesque, telle une montagne les menant vers les cieux, où une porte se dressait alors. Cependant, une silhouette inquiétante se présentait entre eux et l'arrivée.

« ... » -fixant la créature en deumerant silencieux-

L'individu n'était point drapé d'habits semblables à ceux des innombrables corps massacrés jonchant le sol froid et terne. Nul doute que la gargouille était un des instigateurs du massacre se perpétrant encore, sous la caresse du souffle de la mort.



Muramasa sonde le gardien de la porte, avec une méfiance certaine.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

1/04. Aux portes Empty
Dim 14 Avr 2019 - 1:58
1/04. Aux portes Tumblr_oiecukRcF91snbyiqo1_540
CATACLYSMES partie 1 : Aux portes



Le chef du groupe Fujin était venu à la rencontre de Saichi, lui demandant de le suivre. Bien entendu, il refusa dans un premier temps, mais le regard perçant que Muramasa lui lança lui fit vite changer d’avis. Il put tout de même savoir la raison de cette demande. Ils partaient ensemble retrouver Sae, partit au pays du bois. Saichi accepta cette nouvelle avec un grand sourire, il allait peut-être retrouver Genku après tant de temps. Malheureusement, le temps pressait, il n’avait pas le temps de prévenir sa sœur, il fallait partir. Son sourire disparu, Hijikata détestait ces mauvais coter là de la vie de ninja, il devait toujours rester sur le qui-vive, prêt à décoller pour sauver la veuf et l’orphelin. Il partit donc, accompagné de son supérieur, en direction du pays du bois, retrouver la ravissante femme ninja que le boxeur n’arrivait toujours pas à séduire malgré ses muscles développés.

Atterrissant à hayashi, Saichi se demandait bien ou pouvait être son camarade, qu’allait-il bien pouvoir lui raconter, peut être raconter ses exploits contre une énorme araignée. Contre son habitude, le gaillard se posait mille, comment ses retrouvailles avec Genku allaient se passait. Tandis qu’il continuait à ce faire mal à la tête, Muramasa l’interpella. Les deux ninjas furent alertés par la présence de feu ? Non, c’était bien plus que cela. Le boxeur suivait le gradé dans le feu des enfers comme celui-ci l’avait décrit plutôt, et il n’avait pas totalement tort.

Le sol était parsemé de trace de lutte. Cratère, sang, feu, corps calciné, mutilé. La guerre faisait par ici ce qui ne plaisait pas du tout à notre héros. Il aurait aimé faire demi-tour et le plus vite possible, tout cela ne le regardait pas, ni son compagnon Muramasa, ils n’avaient rien à gagner à rester dans le coin, la guerre ne profitait qu’a ceux qui commandait depuis leurs tours d’argent, pas aux soldats pleins de bravoure mais aussi de naïveté. Il voulut donc rebrousser chemin et laisser tout cela derrière lui, mais Borukan continuait à tracer sa route, se frayant un passage entre les images de feu et de mort. Hijikata se résigna donc à le suivre, ce maudissant d’avoir accepté de l’accompagner dans cette foutu foret. “Putain Genku, c’est la guerre chez toi, j’espère pour toi que tu t’en occupe car sinon c’est moi qui vais m’occuper de toi à notre prochaine rencontre

Le grand brun avait donc retrouvé la kunoichi, mais celle-ci était accompagner d’un jeune roux, son homme ? Inutile de se le demander pour le moment, pour Saichi, il y avait plus urgent, des questions à poser.


Sae ! Pourquoi tu es retourné à Hayashin sans prévenir tes collègues." Demandait-il avec empressement. Elle lui raconta.

Genku et Senku, son frère étaient tous deux morts au combat, tué par un groupe d’individu, forcément dangereux pour avoir réussi à prendre la vie du sauveur de sa sœur. L'écho de la réponse de la sauvage résonna de longue secondes dans la tête vide du ninja de la roche. Il restait bouche bée devant cette annonce. Il ne connaissait pas Senku, mais Genku n’était pas un mauvais gars, ceux qui avaient osé prendre la vie du seul ami que Siri avait pu avoir, allaient le payer cher. Saichi pensait déjà à la manière dont il allait devoir l’annoncer à la petite, il refusait de devoir assisté à son chagrin, mais avait-il le choix ? Elle n’avait que lui.

Muramasa avança en direction d'un temple, il arborait aussi des traces de combats proches. Malgré que ses pensées étaient ailleurs, il ne put s’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment.

Quelqu’un campait devant l’entrée du temple, dégageant une odeur de sang, de combat et une nape de mystère entourant le personnage. Saichi s’en méfia de suite. Borukan eu surement la même réaction que l’iwajin, sa posture et son silence le rassurait encore moins. Il fit un pas en avant totu en restant éloigné d’elle pour lui parler, le groupe n’avait pas de temps à perdre au milieu de ce théatre.


Etrange de trouver quelqu’un aux milieux de tout ce...” il montra de la main les corps aux sols. cette pièce. Vous admirez le paysage, ou bien attendez-vous que des gens viennes vous secourir ?”

Saichi ne quittait pas la silhouette de vue, scrutant la moindre réaction de sa part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5076-hijikata-saichi

1/04. Aux portes Empty
Dim 14 Avr 2019 - 16:34
1/04. Aux portes 190414034331757697

Des nombreuses années à parcourir les Terres sacrées d’Hayashi, jamais je ne m’étais rendue dans ce théâtre où la mort avait parfumé de son doux parfum morbide l’atmosphère ambiante. Qu’était-ce donc que cette cité engloutie dans les entrailles du monde ? Jamais l’Ancienne n’avait mentionné une histoire ou une légende similaire, étais-je la première Yaoguaï à pénétrer sur ce lieu mystérieux ? Le Destin m’offrait-il la chance de devenir immortelle et légendaire pour mon peuple sauvageon en écrivant une histoire digne des hérauts des Dieux ? Mais ce périple, j’allais le partager avec trois autres compagnons d’aventures.

Towa mon Bouclier-lige, celui qui devait me préserver de ma funeste destinée était à mes côtés puisque nous étions tous les deux en partance pour la cité militaire du pays de la Terre. Néanmoins, notre voyage fut modifié suite à l’apparition du Directeur de l’Académie Hashira, Borukan Muramasa et de mon coéquipier bagarreur Hijikata Saichi. Que faisaient-ils ici ? La réponse, ils ne l’avaient même pas. Lors de ces retrouvailles, j’avais annoncé que le Guerrier de 1000 ans, Senkû et son frère cadet, Genkû avaient trouvé la mort sur nos terres. Cette même Mort refaisait parler d’elle, puisque cette dernière tapis dans son ombre immortelle avaient jailli dans le cœur d’Hayashi no Kuni. Voilà comment nous avions atterri en ce lieu reculé où cadavres se mêlaient à la flore locale. La guerre faisait rage, mais nous avions réussi à gravir l’immense escalier qui menait à une cité inconnue cachée dans les entrailles de la terre. Mon regard avait croisé celui du rouquin, et dans mes prunelles émeraude la perplexité se lisait. Le lieu avait les caractéristiques de ce que l’on pouvait qualifier de temple, pourquoi donc cacher aux yeux du monde un temple ? Mais surtout, comment ce dernier avait-il pu rester secret durant toutes ses décennies voir siècles ? Mon peuple avait parcouru en long et en large ces terres et personne ne l’avait découvert. Les Dieux étaient-ils responsables de cette cachoterie ?

Peut-être ou non. Après tout, je n’étais qu’une simple mortelle et ma condition m’empêchait de comprendre les desseins de ces toutes puissantes divinités. Néanmoins, il y avait une chose dont j’étais sûre, la silhouette qui se trouvait en face de nous était responsable des tragédies en contre-bas. Telle une gardienne, la silhouette gardait les imposantes portes de la cité oubliée. Nous empêcherait-elle de les franchir ? Certainement. Saichi fut le premier à briser le mutisme qui s’était installé entre nous et cet inconnu.

« Méfiance mes compagnons ! Un Gardien ne garde pas des portes quand la mort se trouve autour de lui. À moins que la mort ait été provoquée par ce Gardien qui n’en est pas un. » Disais-je tout en observant la silhouette scrupuleusement.

Ma jarre sur le dos, ma lame à ma gauche, j’étais prête à battre le fer s’il le fallait. Néanmoins, la vie de Shinobi m’avait apprise qu’il ne fallait pas attaquer tête baissée, car les répercussions pouvaient être graves. Je faisais un signe à Towa pour que ce dernier reste à ma hauteur. Le sang sauvageon coulait dans ses veines comme dans les miennes et je savais qu’au fond de lui, l’envie de chasser cette proie était présente, car je souffrais de ce même mal.

Les Dieux que mentionnent Sae sont les divinités du panthéon Yaoguaï, ils n'ont rien à voir avec les Bijuus ou autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

1/04. Aux portes Empty
Dim 14 Avr 2019 - 16:55
Le duo de sauvageon quittait déjà les terres du Bois une fois les funérailles passées, ils avaient également rencontré une inconnu contre qui ils s'étaient battus. Finalement, pour se reposer, les deux genins avaient décidé de faire marche arrière et retourner à Yaogakure no Sato. Sur cette même route du retour, ils avaient rencontré d'autres Iwajins. Deux pour être précis que Towa ne connaissait aucunement. Mais, il apprenait très vite qu'il s'agissait de deux Iwajins qui faisaient parti de l'équipe de celle qu'il devait protéger.

Durant ce trajet, Sae leur expliqua leur venue au pays du Bois, la mort de Genku et Senku. Enfin, heureusement, la Princesse ne parlait pas du destin qui lui était destiné. Le quatuor fut vite amené vers un majestueux temple caché dans la forêt d'Hayashi no Kuni. Un temple que même les Yaoguaï n'avaient alors jusque là jamais vu, en effet, connaissant la forêt comme sa poche, Towa savait qu'ici gisait à la base une magnifique crevasse que l'on considérait tous comme le centre du monde.

Mais, il s'agissait d'un leurre et le sauvageon ne comprenait pas réellement le pourquoi du comment. Alors que la bataille faisait déjà rage sans réellement savoir pourquoi, le quatuor avait réussi à se hisser jusqu'en haut des escaliers, à l'entrée du temple où un homme semblait bloquer le passage. Etant simple bouclier-lige, le rouquin ne prit pas la parole et se plaça simplement au côté, légèrement plus en avant, de Sae, prêt à en découdre s'il le fallait pour passer.

Il y avait bien trop de renseignements en compte mais Hikari était prise d'assaut, quand bien même les sauvageons ne connaissaient rien de cette cité ancestrale, elle était située à Hayashi no Kuni et les Yaoguaï étaient et ont toujours les protecteurs de ce pays.

_________________
1/04. Aux portes X74h
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa http://www.ascentofshinobi.com/u663

1/04. Aux portes Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 21:41
Les Iwajins accueillaient la présence de cette étrange silhouette comme un mauvais présage, même s’il sembla qu’Hijikata Saichi eût pris son futur adversaire comme un potentiel réfugié. Il n’en était rien. L’inconnu se redressa, vous laissant constater les traits d’un probable homme, au corps recouvré par des habits sombres. Sa capuche empêchait de voir clairement le visage qu’il avait.

A cet instant, trois des shinobis de la Roche auraient pu se questionner sur qui ils affrontaient. Borukan Muramasa commençait peut-être à se douter de la vérité. Mais ils allaient bientôt tous connaître l’identité de votre adversaire.

« Je comprends pourquoi le maître m’a laissée ici. Alors c’est vrai : il peut véritablement voir le futur… »

La voix qui était sortie de cette silhouette était métallique. Et plus que son absence de naturel, c’était bien entendu le contenu et les mots qui pouvaient interpeller. De quel maître parlait-il ? Kâtenshêdo – car Muramasa avait peut-être déjà compris que c’était elle qu’ils allaient affronter – n’avait toujours été qu’une lieutenante du Soshikidan, l’organisation criminelle Hijine qui avait défié les trois villages durant les dernières années mais qui avait été matée depuis.

La silhouette fit un pas vers le quatuor de la Roche. Son bras se leva et son index taillé pointa vers le plus gradé d’entre eux, celui qui était Heidan et Directeur de l’Académie d’Iwagakure no Satô.

C'était ce jour que Kâtenshêdo avait attendu toute sa vie.

« Borukan Muramasa, tu as tué celui que j’aimais, celui pour qui je m’étais toujours battue… Je ne te tuerai qu’après que tu m’aies supplié. Car tu vas souffrir, ordure, oh oui. »

Le visage masqué par la capuche que la silhouette portait sembla se tourner vers les autres shinobis qui faisaient face.

« Mais avant de te montrer à quel point j’ai attendu ce jour, débarrassons-nous de ces gêneurs ! »

La silhouette se retrouva alors à charger à une vitesse folle, pour finir au milieu du quatuor. Son large vêtement et sa capuche furent enlevés par la violence du mouvement, et laissèrent alors aux Iwajins le soin de découvrir leur adversaire : une marionnette sculptée pour avoir la même forme qu’un homme, qui croisait déjà les bras et d’où des tuyaux sortaient des paumes.

D’un large mouvement, les deux bras de la marionnette dessinèrent des arcs de cercle tandis que d’énormes flammes sortaient de ces tuyaux. Un effroyable jutsu Katon de zone, visant à transformer les Iwajins en des squelettes cendrés.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

1/04. Aux portes Empty
Sam 20 Avr 2019 - 9:10
Aux Portes
Equipe 7 Fūjin & Towa :::VS::: Le Rideau Noir

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Une voix inorganique de métal s'échappait de la silhouette drapée de mystère. Des mots qui ne faisaient sens, des idées proliférant à l'orée d'une aliénation macabre. Le médecin devenait plus méfiant, alors qu'il l'était déjà à son paroxysme. L'équipe se réunissant sous le septième ciel - accompagné d'un Genin à la chevelure orangée - était apparemment tombée sur un détraqué qui n'avait pas toutes les lumières au plafond. L'énergumène était d'un tout autre acabit que les dégénérés du quartier le plus chaud et mal famé de la Roche, tristement nommé Iwajuku. Cela n'était pas étonnant, car le Yuukan était sombre et emplit de terreurs. Faire de mauvaises rencontres était plus que commun dans la routine de défenseur de la veuve et de l'orphelin, mais là ils avaient gagné le pompon. Manque de chance pour l’agitateur cagoulé, les fiers et vaillants Iwajin n’étaient point marins d’eau douce de Mizu no Kuni aimant les histoires rocambolesques au coin de la grand voile une nuit d’été. En effet, plus solides que le roc, les hardis aventuriers - sans peur et sans reproche - incarnaient le bras armé de la justice et le courroux vengeur des Kami tout puissant. Ce n’était point un vil chenapan cherchant querelle en psalmodiant un langage n’ayant ni queue ni tête qui allait leur barrer la route vers les secrets insondables que cachait la cité fantôme. Que nenni !

« Nous avons affaire à un détraqué. Restez sur vos gardes. Les aliénés sont imprévisibles. » -dit-il, discrètement et à voix basse à ses fidèles coéquipiers pour les prévenir de rester sur leur garde-

Le possédé pointait du doigt le Parangon, le désignant comme son mortel ennemi de manière plus que surprenante. Apparemment, le singulier personnage connaissait le divinicide, osant même prononcer son nom avec une véhémence n’ayant d’égal que son manque de correction. Il s’agissait donc d’une affaire personnelle, motivée aveuglément par les sentiments. Cependant, Muramasa ne voyait pas de quoi parlait son détracteur. En effet, le médecin sauvait les vies en dispersant les ténèbres funestes du trépas. Et ses ennemis, il les délivrait du mal. Non pas en les exécutant, mais en les ramenant sur le droit chemin grâce aux arts obscurs de l’Iroujutsu, permettant de faire découvrir l’illumination (quelques tortures, mais un mal pour un bien) pour toujours et à jamais jusqu’à la fin des temps. Tout cela était un fâcheux quiproquo, mais les plus vaillants héros avaient toujours de mortelles Némésis. Et pour une fois, cela ne ressemblait guère à un nécromant (ennemi naturel des médecins immaculés), mais à quelque chose de plus vicieux encore.

« Amusant. Je n’ai pourtant tué personne. Donc je suppose que celui que vous mentionnez est mort de par sa propre faute… Ou alors peut-être est-il vivant, mais dans les profondeurs inextricables d’une prison le torturant pour l’éternité. Allez-savoir. » -fixant l’engeance en instillant le doute dans son esprit- « Une telle passion aveugle… Vous êtes une femme qui se cache derrière le théâtral. » -concluant avec une voix marmoréenne-

Muramasa avait bonne mémoire, faisant le rapprochement avec le scorpion noir fou qu’il avait croisé à Kaze no Kuni. Le vil faquin avait proféré des paroles étranges avant de tenter de se suicider comme un forcené. Des mots qui prenaient tout leur sens en ce jour où les flammes dévoraient goulûment la cité ancestrale. Une journée semblable à celle où le désert s’était abreuvé du sang chaud et écarlate d’une révolte courroucée. Comment oublier la criminelle la plus recherchée de Kaze no Kuni, la traîtresse devant être sacrifié au Dieu du Vent, la beauté empoisonnée aux formes si hypnotique et si voluptueuse que même l’impératrice du pays du sable et du vent désirait effacer une dangereuse rivale. Kâtenshêdo, une Kunoichi qui avait été très vilaine et qui méritait donc une bonne grosse fessée. Le destin avait voulu remettre de l’ordre et rétablir les loi de la nature. Car le divin parangon avait enfin l’occasion de châtier la ville renarde, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Le Yasei suicidaire était donc le petit ami de la demoiselle en proie d’hystérie. La coquine devait apprécier les gros dards pour s’acoquiner avec un métamorphe aussi vicié. Tout était lié, ce qui prouvait une fois de plus, que comme l’avait si bien dit le proverbe du vieux sage du canyon de Tsuchi no Kuni ; “Le Yuukan est sombre et emplit de terreurs”. Le peu d’information qui planait autour du Rideau Noir se corroboraient, avec quelques-unes plus croustillantes que le fameux journal “Les Katon de la Roche” aurait payé cher pour faire leurs gros titres. La coquine de Kaze aux milles et un crimes avait un faible pour les mauvais garçons, toxiques et susceptibles d’être associés à de belles bêtes. Par jadis, elle avait goûté au Scorpion Noir et semblait avoir apprécié. Désormais, elle allait découvrir l’Anaconda Iwajin et ne plus pouvoir s’en passer. L'ancienne membre du Shoshikidan était une sacrée chanceuse d'une certaine manière. LE pire dans toute cette histoire digne de la dramaturgie, c'était que le médecin avait tout fait pour sauver le gredin qui ne méritait point l'affection de la folle furieuse. Décidément, être un bon et honnête médecin était une fonction bien ingrate.

« Vous êtes la douce beauté recherchée pour d’innombrables crimes, le Rideau Noir. Kâtenshêdo... Quelle plaisir d'être l'objet de vos pensées, même si c'est de bien triste façon. Il ne me reste plus qu'à obtenir votre cœur, afin de corriger cela. » -sourire malicieux, transperçant en enflammant les braises de la plus glaciale succube pouvant en ce monde exister-

Faisant montre une fois de plus de son tempérament insensée, le démon se rua sur les Iwajin à une vitesse surprenante. Découvrant le visage de l'assaillant, qui n'avait rien du joli minois de la Kazejin hors la loi, les doutes étaient levés. Une marionnette démoniaque se dressait face à eux, commençant à sortir de gros appendices turgescent au clair à travers un système plus que douteux.

Le Jonin déclara à ses coéquipiers moins expérimenté la menace plus que mordante, réagissant rapidement lui même car il était toujours sur ses gardes malgré ses tentatives de négociation saupoudrées de séduction.

« Derrière moi ! La marionnette va balancer la sauce ! » -se dressant majestueusement tel un parangon de la justice-

Muramasa était un connaisseur de Fuinjutsu, ce qui lui permit de prédire que l'engin allait envoyer une terrible arcane après sa charge. Il dut donc recourir à une arcane des plus précieuses afin de se protéger, lui et ses collègues. Tendant le bras en direction du vil faquin articulé, il libéra de son stigmate une statue immense de chat porte-bonheur pour créer un rempart contre les flammes crépitante se répandant autour du pantin tourbillonnant sur lui-même tout en gesticulant des bras.

En plaçant l'obstacle sur le terrain, cela allait permettre de créer une zone sécurisée où la pulvérisation de flamme ne se répandrait point. La magnifique représentation féline était de pierre et originaire d'un temple sacré du Pays des Sources chaudes où Muramasa avait appris les arcanes interdites de L'Iroujutsu. Sculptée des mains des prêtresses du Sanctuaire, l'effigie était un symbole apportant la bonne fortune, mais aussi et surtout une protection efficace contre le feu de par sa composition. De la pierre de source chaude, ce qui était plus que cocasse.

Cela allait surement surprendre la Kâtenshêdo, qui devait se terrer quelque part pour manipuler sa poupée destructrice et incendiaire. Aucune demoiselle ne pouvait rester insensible devant un chaton aussi mignon faisant la papatte. Et malgré son cœur de glace, la furie était avant tout une femme. A partir du moment où le Maneki Neko était déployé sur le terrain dans toute sa splendeur, le plan machiavélique du Directeur de l'Académie Hashira avait planté les graines d'une tactique des plus subtiles qui allait peut être offrir une victoire plus rapide que supposée et pas piquée des hannetons.

Muramasa profitait de l'abri sacré pour effectuer quelques mudras, faisant apparaître à ses côtés deux molosses divins sortant des abysses du néant pour prendre incarnat dans la réalité. Les Dieux de la destruction dans la forme leur plus élémentaire rejoignait le champ de bataille, désirant en découdre et s'abreuver de chair et de sang... ou plutôt de rouages et d'huile.

« La situation n'est pas en notre faveur tant qu'on a pas débusqué la manipulatrice de la marionnette. Elle est forcément dans le coin. » -faisant des messes basses rapidement à ses coéquipiers qui devaient surement s'être regroupé à ses côtés à l'orée du chat de la bonne fortune-

Les loups élémentaires de l'effroi surgirent de derrière le félidé géant, se ruant à toute meringue en direction de l'épouvantail cracheur de feu afin de l'écharper une fois qu'il avait terminé son souffle de jus embrasé. Ils allaient pouvoir offrir une occasion à l'équipe de pouvoir riposter contre la machine adoratrice de flammes.



Muramasa sort sa carte piège pour se défendre de la folie meurtrière de la marionnette, dévoilant le chat de la bonne fortune, puis le médecin contre attaque avec ses loups démoniaques pour occuper l'opposant et offrir une opportunité à ses coéquipiers d'attaquer et de trouver la gredine s'étant forcément planquée dans les parages.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

1/04. Aux portes Empty
Sam 20 Avr 2019 - 18:58
1/04. Aux portes Tumblr_oxime3BPsS1t0lt8go1_540
CATACLYSMES partie 1 : Aux portes


L’inconnu commençait donc par parler au groupe, ou plus précisément à leurs supérieurs, Muramasa. Saichi ne comprenait pas grand-chose à ce qu’il se passait, Le directeur de l’académie avait-il fait du mal à cette personne par le passé ? Un élève trop sévèrement puni peut être, se demandait le gaillard. Mais cela avait tout l’air d’une peine de cœur quand l’inconnu rentrait un peu plus dans les détails. “Oh, alors il est de ce bord-là.” se disait Saichi. Derrière lui, Borukan se mit à mettre en garde l’équipe contre la personne, et un rapide coup d’œil permit de le voir sur ses gardes, preuve qu’il fallait bien ce méfié de l’inconnu qui leurs barrait la route. Son regard se posa de nouveau sur le fou qui venait de finir une nouvelle phrase avant de presque le voir disparaitre de sa vue, laissant une trainée dans son sillage. Il était maintenant en plein milieu du groupe. Le boxeur se retourna rapidement vers lui, surprit par une telle vitesse. L’inconnu dévoila une partit de son corps, un corps articuler, un semblant de poupée ou plus précisément, un corps se rapprochant plus d’un marionnette. Hijikata voyait pour la première fois de sa vie une arme ninja connu dans le milieu, il inspectait rapidement chaque couture que l’objet voulait bien montrer, une bouche articuler, des tubes dans les paumes, des yeux vitreux. Ce fut Mura’ qui le sauva in extrémis en demandant au groupe de ce retiré derrière lui. Saichi ne réfléchissait pas souvent, les questions était souvent une perte de temps et d’énergie pour lui, alors il écouta sans broncher. Il se rangea rapidement dans son dos avec une esquive “ninja” que lui avait appris Genku dans cette même foret.

Une fois bien caché par son supérieur, celui-ci invoqua une espèce de gros chat qui les protégea d’une déflagration. En à peine quelque seconde, quelque goutte de sueur faisait son apparition sur le gros front d’Hijikata, un mélange de peur et de chaleur, preuve que les flammes de la marionnette l’aurait surement réduit en état de cendres.


Merci." disait-il rapidement à son protecteur.

Il écouta avec toute son attention ce que le gradé leurs disait. Il venait maintenant d’apprendre l’existence de cette engeance, une art ninja appelé marionnettiste. “Décidément.” ce disait-il dans sa petite tête. “Le monde ninja m’en feras vraiment voir de toute les couleurs.”

Le plan, débusqué celui qui commandait cette arme ninja, mais comment, Saichi ne pouvait pas se risquer à vagabonder partout à la recherche d’une petite merde qui préférait attaquer avec un jouet tout en restant caché. S'il était pris pour cible, il ne pourrait surement compter sur personne, il doutait fort que la sauvageonne le vienne en aide. Le grand brun n’avait tout même pas le choix, il ne pouvait laisser ses coéquipiers en galère.

Après avoir composé les mudra le plus rapidement possible, ses mains fut recouvert par une aura venteuse et une lame de futon fit son apparition, pouvant même couper l’acier. Le boxeur ce mit en position, les poings armé en avant, devant son corps robuste, attendant les ordres du Borukan pour attaquer au moment propice.


Je remplirais mon rôle, dite moi quand y aller, Sae la trouvera”Criait le boxeur a ses camarades, il fallait se faire entendre par tout le monde. Il allait donner du siens, montré à Mura’ et Sae de quel acabit il était.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5076-hijikata-saichi

1/04. Aux portes Empty
Sam 20 Avr 2019 - 21:31
1/04. Aux portes 190414034331757697

Un son métallique et glaçant jaillissait de la silhouette inconnue. Aussitôt, j’attrapais la gourde géante qui se trouvait dans mon dos pour la poser lourdement devant moi. Cette voix, se bruit, cette chose n’était pas humaine et je n’avais jamais entendu pareil sonorité. Il valait mieux jouer la carte de la prudence et de prendre toutes les précautions nécessaires. Je retirais le bouchon en liège qui bloquait l’orifice de ma gourde géante et quelques signes incantatoires plus tard, toute la limaille de fer qui était stockée à l’intérieur du réceptacle virevoltait autour de moi avant de former deux énormes appendices dans mon dos ressemblant à des ailes.

La chose annonçait que Muramasa-sama avait tué celui qu’elle avait aimé. Les deux se connaissaient. L’affrontement allait avoir lieu, il n’y avait aucun doute là-dessus. L’être encapuchonné tournait sa tête cachée dans l’ombre dans notre direction et nous mentionnait. Je ne perdais pas de temps, mes pieds commençaient à quitter le sol et je m’élevais. J’avais bien fait de ne pas rester passive et de profiter des monologues de la voix métallique, car cette dernière nous chargeait. Puis des flammes jaillissaient de ses bras, embrassant tout sur son passage. Je ne risquais rien, car j’étais dans les cieux au-dessus du brasier, mais mes coéquipiers qu’avaient-ils fait ? Le Directeur de l’Académie Hashira avait invoqué une imposante statue et il semblait que les trois mâles de cette unité inédite allaient se cacher derrière pour éviter de se faire brûler par les flammes.

De nouveaux, mes mains s’agitaient. Il fallait profiter de cette ouverture que j’avais, car étant dans le ciel je pouvais tout de suite attaquer la silhouette inconnue qui nous bloquait la route. Muramusa, Saichi et Towa allaient certainement ne pas pouvoir répliquer étant donné qu’ils allaient être derrière le chat géant qui venait d’apparaître. L’être qui possédait une voix métallique était en plein dans mon champ de vision, les mudrâ étaient composés et une pluie de plumes - une centaine - acérées comme des lames jaillissaient de mes ailes pour venir déchiqueter celui qui venait de faire jaillir du feu depuis ses bras.

Cette chose était en fait une marionnette, c’était la première fois que j’affrontais ce genre de chose. Étant certes dans les cieux je me trouvais tout de même au-dessus de la petite troupe. La voix grave de Saichi m’interpellait, même dans ce genre de situation on entendait que lui. Néanmoins, le fait d’avoir parlé si fort me faisait me questionner. Je devais trouver qui ? Idiote, ce qui venait de cracher du feu était une marionnette, donc la marionnettiste devait être cachée et je devais la débusquer. Ni une, ni deux, mais mains faisaient de nouveaux signes, une petite boule de limaille de fer jaillissait dans mon dos et dès que je fermais la paupière droite, cette sphère devenait un globe oculaire.

« Tu ne m’échapperas pas ! » Disais-je de façon inaudible et l’œil volant s’en allait dans l’espoir de trouver celle qui se cachait.

Combien de temps allais-je mettre pour trouver notre cible ? Telle était la question.

______________________________________

SANTÉ : OK
CHAKRA : 2B + 1C

Dès que la silhouette parle, Sae utilise sa Gourde Géante et compose des mudrâ pour créer deux ailes de Fer dans son dos. A la deuxième réplique, Sae commence à léviter grâce aux deux ailes dans le dos et quand la marionnette charge et crache son feu, la sauvage est déjà dans les airs. Étant donné qu’il n’y a pas de description sur la hauteur des flammes, on peut dire que Sae se trouve au-dessus de ces dernières. Dès que la statue Chat de Mura’ est invoquée, Sae tire ses centaines de plumes tranchantes comme des lames sur la marionnette/silhouette encapuchonnée.
Ensuite, Sae entend Saichi et comprend qu’elle doit débusquée la marionnettiste, elle fait donc son Œil de Limaille qui va lui permettre de voir la zone sous un autre angle, car l’œil se balade tant que la paupière de Sae reste fermée. Donc si Katenshedo est cachée dans la zone sans technique de dissimulation, l'oeil pourrait la trouver après dans combien de temps, ça c'est une autre question.

L’œil est de petite taille, il est donc difficilement repérable sans technique prévu à cet effet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

1/04. Aux portes Empty
Dim 21 Avr 2019 - 14:32
Les discussions ne l'intéressaient pas... Cette personne bloquait l'entrée au Temple, elle n'était pas gardien du Temple. D'ailleurs, cet individu commençait dors-et-déjà à parler en s'adressant en particulier à celui qui semblait le plus gradé du groupe d'Iwajins. Ils se connaissaient, les renseignements allèrent bien vite : cette personne là était une marionnette et celle qui l'avait crée ne devait être guère loin. Le combat était donc inévitable, le sauvageon ne gardait plus qu'un objectif en tête : protéger la Princesse Sae.

Un œil vers elle, elle avait déjà utiliser ses fameuses ailes tandis que la marionnette chargée. Elle était très rapide, mais moins que le Yaoguaï. Au dernier moment, l'Hayashijin avait vu le géant chat apparaître et l'injonction de Muramasa de se cacher derrière celui-ci. Sans once d'hésitation, il avait insufflé du chakra dans ses jambes pour se cacher derrière la protection et ainsi éviter la déflagration de flamme que venait d'utiliser la marionnette.

Le shinobi ne comptait pas en rester là alors une fois que les flammes s'étaient calmés, Towa effectua des signes incantatoires sortit légèrement de sa protection alors que des boules d'électricités tournaient autour de lui puis lorsqu'il vit enfin sa protégée attaquer, il en fit de même. Électricité plus limaille de fer, c'était un bon combo.


Spoiler:
 

_________________
1/04. Aux portes X74h
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa http://www.ascentofshinobi.com/u663

1/04. Aux portes Empty
Mer 1 Mai 2019 - 16:17
Le feu dévorait l’entrée du grand temple. Au centre des flammes, son origine : la marionnette que beaucoup avaient longtemps pris pour Kâtenshêdo. C’était d’ailleurs grâce à ce subterfuge qu’elle s’était fait passer pour un homme de main de l’ancien Daimyô de Hi no Kuni, servant alors d’espion pour le compte du Soshikidan. Mais ce n’était plus la même époque, ni les mêmes enjeux. Aujourd’hui, elle n’était plus la même. Elle était la Lieutenante de l’Homme au Chapeau.

L’invocation – ou la libération d’un sceau ? – que Borukan Muramasa avait effectué après ses quelques mots, rendant encore plus hargneuse son adversaire, avait protégé une bonne partie des Iwajins. Leur kunoichi s’était même élevé dans les airs avec des ailes à l’apparence étrange. Mais plus qu’un moyen d’esquiver les féroces flammes, c’était aussi l’occasion pour l’ennemie de contre-attaquer.

Les assauts qui fusèrent sur la silhouette encapuchonnée n’étaient pas spécialement pas nombreux – même en comptant les molosses de Muramasa – mais leurs provenances diverses rendaient toute esquive complexe. Quant à l’idée de se défendre, elle était incertaine. Et Kâtenshêdo voulait conserver son chakra…

Alors que la silhouette encapuchonnée fut assaillie de toutes parts, et que sa nature de marionnette fut dévoilée en même temps qu’elle fut détruite, un bruit de souffle se déclara au fond de la grande pièce du temple.

Les Iwajins auraient forcément du mal à croire ce qu’ils pouvaient désormais voir : une véritable armée de pantins, certes rudimentairement armés ou équipés, mais dont le nombre semblait une force inouïe. Car l’armée fonçait sur les quatre Iwajins sans distinction, et semblait pareille à une vague infernale dont il serait difficile de se débarrasser.

« Jûharu no Jutsu : Technique des Dix Printemps… »

La voix de Kâtenshêdo, la marionnettiste, aurait à peine pue être perçue dans tout ce vacarme créé par ses pantins et les résidus des techniques Iwajines. Elle qui était cachée à un endroit et une façon bien précise, préparait déjà à sortir sa plus récente et terrifiante technique : celle qu’elle avait apprise en rejoignant l’Homme au Chapeau. Celle qu’elle n’aurait probablement pas utilisé si tôt face à quelqu’un d’autre que le meurtrier de son amour.

« … Invocation de la Marionnette Humaine. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

1/04. Aux portes Empty
Jeu 2 Mai 2019 - 3:28
Aux Portes
Equipe 7 Fūjin & Towa :::VS::: Le Rideau Noir

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Une telle impudence ne pouvait demeurer impunie. En effet, l'adversaire faisait montre d'un toupet certain, car en plus de se montrer véhément, la magnifique statue de chat porte bonheur ne semblait guère le déstabiliser. Aucune Kunoichi ne pouvait rester de marbre devant un félidé ou une représentation à cette effigie. Le Directeur avait peut être fait fausse route sur l'identité de l'adversaire, mais cela aurait été surprenant qu'il ne s'agisse point d'une demoiselle hystérique en mal d'amour.

En tout cas, les vaillants Iwajins avait essuyé l'assaut d'une manière des plus efficaces, ce qui n'était pas vraiment évident aux premiers abords. La contre attaque avait été cinglante, oblitérant la machine pyromane qui n'eut point d'échappatoire aux attaques se déchaînant à son encontre. Une véritable pluie meurtrière d'arcanes plus interdites les unes que les autres dévora l'engeance viciée avec un féroce appétit. Les loups de l'effroi disparurent dans leur assaut suicidaire les amenant au plus près du vilain pantin qui tombait sous la pluie assassine des ailes de fer. La sauvageonne volait dans les cieux tel un oiseau, ce qui prouvait combien la smaragdine pouvait être effroyable. Surement une technique proscrite qu'elle gardait sous le coude au cas où.

Mais l'heure n'était pas à discuter des arts de l'ombre, car la vile marionnettiste était embusquée et désirait ardemment manger du Borukan rôti pour le souper. Voilà qu'un raz de marée de pantins se ruait vers les défenseurs de la justice, telle une horde de zombies s'animant sous les Jutsu de la nécromancie. Le médecin n'était point surpris par ce genre de goguenarderies, ayant eu affaire à maintes reprise à ces canailles d'outre-tombe qui relevaient moult cadavres de manière similaire afin de semer chaos et destruction.

« ... » -apercevant l'armée en jetant un rapide coup d’œil en étant toujours derrière l'imposant chat porte-bonheur-

Déchaîner la force de l'Iroujutsu à son paroxysme était le seul moyen d'en finir simplement et rapidement avec la menace qui se profilait à l'horizon. Désormais, une piste sur l'emplacement de l'adversaire se dessinait plus précisément. Les marionnettes venaient du temple, ce qui signifiait que la sournoise devait s'y abriter. Mais cela paraissait un peu trop évident pour qu'une petite vicieuse de cette envergure puisse faire une telle erreur. Cela était sans doute un piège de sa part, mais le problème le plus urgent à régler était tout autre. Pour l'instant, il fallait se débarrasser des dizaines d'ennemis fonçant vers la fine équipe. Sae était à l'abris, mais le rouquin et le bagarreur partageaient la même situation que le Borukan.

« Je m'occupe de ces freluquets. Ecartez vous. » -informant ses coéquipiers que ça allait saigner-

Usant de la quintessence primordiale de la puissance, mais surtout de la terrifiante force de la médecine poussée à son paroxysme, le vaillant parangon attrapa le Maneki Neko, puis le souleva comme une plume en mettant en exergue toute sa virilité. L'imposante statue s'élevait dans les cieux, grâce aux muscles turgescents et saillant de l'homme le plus proche des dieux, prouvant une fois de plus que le Yuukan pouvait être sombre et emplit de terreurs.

«Vous ne passerez pas ! » -esquisant la nittescence sibylline de sa puissance divinicide-

Si grosse et si dure, l'obélisque s'écrasa avec une telle violence que les entrailles même de la terre se déchirèrent dans une apogée cataclysmique. Une statue de plusieurs tonnes qui s'abattait sur le sol avec une force aussi mortifère que le courroux céleste, que nulle créature ne pouvait échapper aux griffes d'un funeste destin. Le Maneki Neko devenait un météore qui ne laisserait qu'un cratère engloutissant la horde maléfique osant se dresser entre la justice et l’infâme criminelle se terrant à l'orée des ombres.



Muramasa est contraint d'avoir recours à un combo effroyable, utilisant sa super force pour attraper et soulever le Maneki Neko, puis l'écraser violemment sur la horde qui fonce depuis l'entrée du temple vers lui et ses coéquipiers. Le combo du chat-météore devrait suffire à balayer les 100 marionnettes ou une bonne partie, laissant à ses coéquipier la possibilité de profiter de leur tour pour débusquer la vilaine Katenshendo.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

1/04. Aux portes Empty
Ven 3 Mai 2019 - 16:24
1/04. Aux portes Tumblr_obogsqQ71B1r3sotko1_540
CATACLYSMES partie 1 : Aux portes


Et dans un déferlement d’attaque élémentaire, la marionnette succomba. Saichi ne pouvait assister à la défaite de l’outil ninja, caché derrière la pierre, il préférait y rester plutôt qu’à ce risqué un coup d’œil dangereux juste par simple curiosité, l’iwajin n’étais à pas à l’baris d’une nouvelle déferlante de feu. Après l’attaque, plus aucun son n’étais émis depuis la position connu de la marionnette, elle était donc vaincue, il en était persuadé, ou plutôt, voulait-il ce le persuader. Qui dit marionnette, dit manipulateur. L’utilisateur de cet arcane se cachait toujours dans le coin. Aucun du groupe n’avait réussi à trouver l’ennemie, et ce n’était pas le pauvre petit genin qu’il était qui allait débusquer un ninja camoufler il ne sait où.

Sans crier gare, Saichi entendit depuis le temple des centaines de claquement, des bruits métalliques s’entrechoquant les uns contre les autres. Des sons pareils à l’ancienne pyromane refaisait leurs apparitions, les échos des articulations en mouvement avec. Une vision d’horreur pour le nouveau ninja. Une centaine de nouvelle marionnette se dévoilait, tous armé et fonçant droit sur le groupe.

Un pas en arrière, ce fut la première réaction de Saichi devant ce spectacle, la crainte de la mort commençait à l’engloutir, pour lui, chaque pantin était la faucheuse en personne, venue lui arracher sa vie.

Mura s’interposa entre la mort et l’affolé, Il fut le premier à réagir. Il souleva la grosse statue qui les avaient protégés précédemment et lancés l’objet dans le tas. Le chat fut propulsé pile sur la position des pantins et si le projectile n’avait pas pu toucher tout le monde, l’explosion de roche que la statue provoquait allait surement emporter dans la destruction le reste des survivants. Cette force soudaine de Mura le surprit, à tel point qu’il ne reculait plus et restait ébahi par cette démonstration. C’était rare de voir le Borukan devenir sérieux aussi rapidement, il n’y allait pas de main morte.

Malgré tout, Saichi se demandait toujours ce qu’il faisait là, pourquoi ne pas avoir rebroussé chemin quand il le pouvait, retrouvé Siri et ce tapé une bonne sieste, peinard. Il n’avait pas fait grand-chose qu’il était déjà fatigué de tout ça, ne demandant qu’une chose, une clope et une bonne bière.

Il arrêta de fournir en chakra ses lames de vents, inutile pour le moment, tout comme lui, inutile pour ses coéquipiers, il ne pouvait rien faire pour le moment. Il espérait tout de même se rattraper plus tard, quand l’occasion se montrerait.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5076-hijikata-saichi

1/04. Aux portes Empty
Sam 4 Mai 2019 - 15:28
1/04. Aux portes 190414034331757697

Mes plumes de limaille acérées avaient fait le travail escompté puisque la silhouette encapuchonnée n’était plus qu’un amas de membres désarticulés. Mes bras se dégageaient de mon corps afin de rappeler la limaille de fer que je venais d’utiliser à l’instant, les plumes redevenaient du sable et regagnaient les larges et épaisses ailes de fer noir qui ornaient mon dos. Mon globe oculaire volant continuait de se mouvoir dans la zone, néanmoins ce dernier ne trouvait point la marionnettiste. Soit cette dernière était bien cachée, soit elle usait d’une technique lui permettant de ne pas être visible pour un œil lambda ?

Pendant que la matière première de mes techniques revenait à moi, les épaisses portes du temple s’ouvraient et une déferlante vague d’ennemis jaillissaient de cet antre du diable. Ils étaient nombreux, vraiment nombreux. Combien, je ne serais le dire et puis je n’avais pas le temps de compter le nombre d’assaillants qui allaient nous faire face. Très vite, j’entendais la voix du Directeur de l’Académie qui se trouvait en dessous de moi avec mes deux autres coéquipiers du jour. Il demandait de nous écarter, mes ailes me déportaient sur le côté tout en surveillant l’armée de pantins qui nous faisaient face. Mes mains étaient prêtes à réitérer la même attaque que j’avais faite sur la silhouette encapuchonné à la voix métallique.

Le Borukan se servait de la statue qu’il avait invoquée pour se protéger des flammes du pyromane pour la jeter sur la vague d’ennemis inanimés. J’en profitais également pour lancer de nouvelles plumes tranchantes sur les pantins qui n’avaient pas été touchés par l’attaque de mon supérieur. Une fois cela fait, j’ordonnais à mon Œil fait à base de sable de fer de rentrer dans le temple afin d’observer ce qu’il y avait à l’intérieur de ce dernier. L’armée était apparue là-bas puisqu’elle avait par la force du nombre fait ouvrir les imposantes portes du Temple. Malheureusement, le globe oculaire ne voyait rien, il n’y avait personne dans cette zone où le mysticisme imprégnait l’imposante architecture des lieux.

« Je ne vois rien à l’intérieur. Il n’y a personne. » Disais-je à mes coéquipiers.

Mes ailes me portaient en avant, mais je n’entrais pas pour autant dans le bâtiment restant à hauteur des portes. Mes mains s’agitaient de nouveaux et ma poitrine se soulevait, j’emmagasinais un maximum d’air dans mes poumons avant de cracher une puissante rafale de vent. Le but de cette rafale était de provoquer un puissant vent qui aurait pour but de gêner la marionnettiste si cette dernière se trouvait à l’intérieur.

______________________________________

SANTÉ : OK
CHAKRA : 1A + 4B + 2C

Sae se décale pour ne pas être dans la trajectoire de la Statue de Chat qu’envoie Muramasa. La Yaoguaï fait de nouveaux pleuvoir ses plumes en sable de fer sur les marionnettes qui n’auraient pas été touchées par l’attaque du Directeur de l’Académie. L’œil de limaille pénètre dans le temple, mais il ne voit rien (merci le camouflage :P). La sauvage décide de se porter jusqu’aux portes et fait jaillir de sa bouche une puissante rafale de vent dans le but de débusquer Katenshedo en la faisant s’envoler/rendre visible/la gêner. Mais bon, ne sachant pas qu’elle dispose d’un camouflage, la technique A peut ne rien faire hormis bouffer du chakra.

Ps : on est pas une team senso’ nous :issou:


TECHNIQUES UTILISÉES :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

1/04. Aux portes Empty
Sam 4 Mai 2019 - 16:56
Il était totalement impuissant, il se pensait inutile dans ce combat face à cette marionnette... Il s'était caché derrière le Maneko invoquée par le Borukan, possible maître d'équipe de Sae et lorsqu'il était sécurisé, il avait attaqué la marionnette de ces boules électriques. La combinaison de toutes les attaques avaient fait en sorte de la briser... mais le combat était loin d'être finie. Jusqu'à présent, le Yaoguaï n'avait jamais combattu de marionnettiste, il fallait avouer qu'il n'avait combattu que des Yaoguaï ou des adversaires iwajin en combat amical et autres entraînements.

Du temple parvint un fracas infernal et le rouquin aperçut une centaine de pantins qui se dirigeaient vers eux... comme l'homme aux cheveux sombres, il était totalement inutile et laissa une nouvelle fois faire le Borukan. Suivant les injonctions de ce dernier, il se plaça derrière lui alors qu'il envoyait l'énorme statut de chat sur les pantins. Sae ne resta pas en reste, balançant ses plumes de limailles sur ce qu'il restait.

Encore une fois, Towa était totalement inutile dans ce combat jusqu'à présent. Il avait besoin d'être au corps à corps pour montrer l'étendue de ses talents de combattant. Du regard, il suivit Sae qui cracha son vent à l'intérieur du temple, là d'où provenait les pantins.

Il s'approcha légèrement, dans les décombres des pantins, se mettant en position de combat pour la suite... car pour le moment, ils étaient totalement aveugle mais l'équipe devait restait sur le qui-vive.


Spoiler:
 

_________________
1/04. Aux portes X74h
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5649-yaoguai-towa http://www.ascentofshinobi.com/u663

1/04. Aux portes Empty
Sam 11 Mai 2019 - 18:25
« Si le Dieu Renard donna le chakra aux Hommes, c’est le Dieu des Éléments qui lui donna forme et nature. »
─ Bréviaire des Dieux, verset 01-01

Ce fut en premier lieu Hikari et ensuite tout le Pays du Bois qui ressentirent le choc.

Pas seulement celui de sons inqualifiables qui dessinaient un désastre, mais un tremblement inouï, quasiment total. Tandis que les shinobis les plus expérimentés – ou les plus proches – constataient d’où cela venait, il était déjà trop tard.

Le Grand Temple des moines, où la grande stèle du sceau du Dieu des Éléments était protégée dans le plus grand secret par les Gardiens Élémentalistes, était en train de s’effondrer. Et en son cœur, il semblait s’y dégager un chakra impossible à quantifier.

D’innombrables flammes s’échappèrent du centre du temple, donnant naissance à des cumulus qui assombrirent le ciel.
Une colonne d’eau explosa vers le ciel. Du ciel désormais obscurcit, une forte pluie tomba sur Hikari.
Dans les nuages désormais gris gronda le tonnerre. La foudre tapa à plusieurs endroits de la ville moniale, déjà à moitié détruite par la bataille qui s’y jouait.
Sous les fondations du Grand Temple des moines, la terre se fissura à de multiples endroits, précipitant d’autant plus la chute prochaine du bâtiment mythique.
Enfin, une gigantesque bourrasque souffla tout autour du temple : les nuages épais du ciel furent dissipés, et tous ceux qui avaient tenté de s’approcher de la résidence principale des moines repoussés davantage.

Tandis que le Grand Temple s’effondrait, il semblait progressivement remplacé par une silhouette – encore masquée par l’énorme nuage soulevé par les tempêtes élémentaires. Aux dimensions là encore prodigieuses, la bête qui semblait s’y dessiner possédait cinq membres qui ondulaient d’une façon si semblable et pourtant si différente à la fois. On aurait cru à un animal légendaire, inconnu, qui aurait possédé cinq queues.

Mais le vrai choc n’était pas là.

Tous les êtres vivants présents purent ressentir un souffle, une vague d’énergie quasi-invisible, qui les parcourut un par un. Cela créa en chacune et chacun un sentiment différent mais indéniablement puissant et déstabilisant. Et autour des shinobis et guerriers, il y eut aussitôt des comportements invraisemblables.

Certains tombèrent au sol, vidés d’un chakra qu’ils avaient peut-être perdu à jamais.
D’autres, qui n’avaient jamais été « que » des civils au contraire, semblaient investis d’une quantité de chakra soudainement semblable à celle des ninjas.
Il y eut même des cas encore plus étranges, voire même horribles : des shinobis qui se transformèrent en feu, en eau, en glace, en lave, en encre. En bref, certains semblaient avoir été dévorés par leurs propres pouvoirs.

S’il était impossible de savoir ce qu’il s’était passé, qui ressentirait des effets liés à cette mystérieuse et puissante vague d’énergie ou encore quand cela se déclencherait, tous connaîtraient bientôt le nom de cet événement.

Plus de deux-cents ans après la première : le Grand Continent et ses Archipels avait vécu sa seconde Résonance.

Comment cela impacte votre groupe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

1/04. Aux portes Empty
Dim 12 Mai 2019 - 12:35
Aux Portes
Equipe 7 Fūjin & Towa :::VS::: Le Rideau Noir

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La victoire se rapprochait lentement, car les fourberies de la marionnettiste étaient une à une déjouées avec aisance. Très bientôt, la vilaine allait recevoir une bonne grosse fessée pour son impudence. Alors que le chat sacré abattait son courroux sur l’armée de pantins en les balayant dans une violence cathartique, et que les hardis compagnons débusquaient enfin celle qui tirait les ficelles dans l’ombre, le cataclysme se produisit. Déchaînant les éléments dans une symphonie véhémente, la silhouette mortifère apparaissait alors dans un tumulte destructeur. Le grand temple s’effondrait alors que la terre se déchirait et que les cieux pleuraient soudainement ses larmes funestes. Le tonnerre grondait son râle primordial, tandis que le vent se déchaînait avec une hardiesse sans précédent. Une vague d’une puissance mystérieuse déferla alors sur le monde, provoquant les miasmes cauchemardesques d’une perturbation dans la force. Une impression de déjà vue résonnait, rappelant la puissance qui éclata jadis dans les landes sablonneuses et arides d’un pays au cœur teinté de révolte. La situation prenait tout à coup une très mauvaise tournure et poursuivre l’affrontement avec la scélérate semblait suicidaire. Il fallait donc effectuer un repli stratégique avant de finir en confiture ensanglantée. Le Borukan était un sage, qui n’allait pas se fourvoyer dans une lutte vaine et dénuée de sens. Son unique objectif était de châtier la vilaine marionnettiste, mais perdre la vie pour ce faire ne valait pas le coup. De plus, il aurait surement une autre occasion dans le futur de régler ses comptes avec son ennemie jurée. Le plus important était de découvrir ce qu’il se passait dans cette cité étrange et en proie à la mort. Le Rideau Noir n’était pas dans les parages sans raison, et les événements convergeaient vers un épineux problème pas piqué des hannetons.

« Replions-nous. » -dit-il, à l'intention de ses coéquipiers, qui à part Saichi ne pouvaient pas l'entendre-

Le repli stratégique était une des tactiques les plus élémentaires du monde des arts obscurs. Le moment était propice à l'utiliser, bien que cela pouvait être navrant de ne point poursuivre la rixe.

« Nous nous reverrons, marionnettiste. Et la prochaine fois, tu ne m'échapperas pas... » -l’œil luisant d'une nitescence mordorée-

Muramasa se retira, afin de se mettre à l'abri afin de poursuivre une éternelle odyssée qui serait sombre et emplit de terreurs.



Choix 1 : Survivre et aller au groupe final.

Muramasa décide de se replier, rejoignant donc les aventuriers se dressant à l'encontre de l'Homme chapeauté et de ses noirs desseins.


_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

1/04. Aux portes

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°4 : Cataclysmes :: Partie n°1, Hayashi : Le Divin
Sauter vers: