Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

3/02. Sous un Mirage


3/02. Sous un Mirage Empty
Sam 13 Avr 2019 - 17:11


Difficile de dire ce qui aura davantage motivé la présence de Xûen, parfois surnommé Xûen du Mirage, à Murashigure pour le Contrat du Siècle. Suite à la guerre civile de Kirigakure no Satô, le nouveau Mizukage l’avait envoyé pour espérer décrocher la récompense et ainsi profiter d’une richesse qui leur permettrait d’accélérer la reconstruction du village. Mais d’un autre côté, Xûen avait toujours nourri le rêve de contrôler la Banque Sabaku, elle-même liée de près ou de loin à ce fameux contrat.

Mais si toutes les raisons étaient rassemblées pour justifier la présence du Mirage sur les lieux, il n’aurait pu se douter du piège qui allait leur être tendu, à son élève et à lui. Car Mamoru Hôno était lui aussi de la partie, ayant suivi son chef dans cette mission qui prit soudain une tournure inédite.

Dorénavant sous l’impulsion de l’ordre absolu de Mamushi, les deux Kirijins attaquaient comme les autres centaines de mercenaires et shinobis le village caché de la Roche…


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le lundi 15 avril pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Les personnages Kirijins et Indépendants qui sont sous l'ordre de Mamushi ne sont pas véritablement contrôlés : ils gardent le contrôle de leurs corps, émotions, sens. Ils ne peuvent néanmoins pas aller à l'encontre d'une envie irrésistible de raser Iwa, cela peut signifier tuer des Iwajins ou détruire le village en fonction des personnages.

  • La majorité des Iwajins devront se placer eux-mêmes dans les groupes pour défendre leur village. Il faudra pour cela poster dans un sujet de placement qui sortira une fois les groupes tous postés.

  • S'ils ne se font pas vaincre ou capturer par Iwa, Shinkirô no Xûen et Mamoru Hôno qui sont passés par Murashigure remporteront un nouveau rouleau aléatoire.

  • Ce groupe se déroule à la fin des Crocs Rocheux, devant l'entrée du village. La guerre fait rage autour de vous.

Ordre de post :
  • Shinkirô no Xûen

  • Mamoru Hôno

  • Bakuhatsu Kyoshirô

  • Byakuren Yume

Bon RP à toutes et à tous !


Dernière édition par Maître du Jeu le Lun 15 Avr 2019 - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

3/02. Sous un Mirage Empty
Dim 14 Avr 2019 - 13:28




« TENPEICHII »
天変地異
cataclysme





La voix féminine qui sembla porter plus que de raison réveilla instantanément un bas-instinct en Xûen. Un appel irrépressible à abreuver sa lame de sang. Ce dernier, il l’avait déjà ressenti, mais jamais envers cette cité et encore moins sans avoir le pouvoir sur cette réflexion macabre. Si cela avait été Kumo et leurs membres, il y aurait eu un fond de raison. Ici, il n’en était rien.

Brise-Glace réclamait un tribut. À l’époque, il avait chassé les malicieux, les brigants et autres primés qui méritaient la mort ; voilà qu’il prenait leur place. Car sa lame ne réclamait pas une quelconque justice mais le massacre pur et simple. Lui qui tenait à l’équilibre, la Balance venait de pencher subitement du côté que Xûen fuyait depuis la Rébellion de Kaze no Kuni. Une chose était sûre, il ne serait plus jamais le même après les événements à venir



Une simple convocation qui avait suivie celle d'affectation au poste dans le Shiden. Un ordre d’Inja pour enquêter sur le fameux contrat du siècle dont le Mirage avait appris l’existence dans le Kunaï Emoussé, à Ame no Kuni. En bon sujet de la pseudo-monarchie Brumeuse, il obtempéra donc et emmena avec lui celui qui n’avait pas jugé bon de se présenter lors de la réunion d’équipe quelques jours plus tôt.

Sur place, il aurait tout le temps d’apprendre les bonnes manières et le respect de la hiérarchie à son poulain. Le voyage se passa sans encombres via la mer de prime abord puis par une incursion sur les terres.

Après quelques déboires à Murashigure, ils eurent donc le droit d’entendre la voix mélodieuse de Mamushi. Quelque chose en Xûen éclata d’une rage terrible ; lui, contrôlé sans pouvoir rien y faire ? Quelques idées naquirent dans son esprit à présent torturé pour se libérer de ce carcan mais il n’était pas temps de les mettre à l’oeuvre, non pas sans danger. Il ne connaissait pas l’étendue du don de la mystérieuse femme, mais ce dont il était sûr, c’est qu’un Kai ne suffirait pas.




Le Jônin de la Brume n’eut aucun mal à s’aventurer plus loin dans le village jusqu’au coeur commerçant, où la panique se mêlait aux combats incessants. Le cauchemar de l’homme Sage ; le sang coulait sans raison, par des êtres pitoyables. D’un coup de lame, il occit l’un de ses prétendus “alliés” aux intentions sombres, s’apprêtant à s’attaquer à une jeune femme d’au moins dix ans son aînée. Un brin d’espoir naquit dans son regard ; il disparut quand la lame de l’homme trancha la tête de son père venu en hâte.

C’était plus fort que lui, comme libérer un démon endormi dans les tréfonds de son âme. Et le sacrifice qu’il exigeait requiérait l'entièreté des âmes présentes et d’autres encore.

Pendant plusieurs dizaines de minutes, ses victimes se comptèrent en nombre. Mais sur son visage il n’y avait pas d’animosité, pas d’émotions. Cette fois ce n’était pas un masque.

Il ne se répandit pas en excuses, cela ne servait à rien d’honorer les morts de telles paroles creuses.


3/02. Sous un Mirage HFgqDv7
« Opposez-moi une vraie résistance ou vos civils et vos ninjas périront. » L’accalmie dans une tempête de colère. Contre Inja qui l’avait envoyé ici. Dieu seul savait ce qu’il se passait à Kiri en ce moment. Contre lui-même pour être tombé sous l’emprise d’une telle ruse. Contre Iwagakure no Satô, qui le laissait impunément s’en prendre à ces pauvres bougres…

Il laissa l'un des hommes qui l'avait entendu et vu à l'oeuvre, bien que n'usant que de Kenjutsu, fuir et essayer d'alerter quelqu'un de plus compétent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Dim 14 Avr 2019 - 14:46
J'avais été missionné en compagnie d'un certain jônin nommé Shinkiro no Xuen pour effectuer un certain contrat du siècle dans un certain village nommé Murashigure.. Mais tous ces détails n'avaient déjà plus d'importance car ce contrat du siècle s'était rapidement transformé en une marche lugubre vers la destruction du siècle : celui du village d'Iwa.

En effet, après être arrivé sur place pour cette mission initialement ordonnée par le Mizukage nouvellement nommé, tous les mercenaires et shinobis présents sur place furent envoutés par une étrange voix qui leur donna l'ordre de la destruction et l'anéantissement de Iwa, village de la Roche.

« Détruire Iwa hein.. Il n'y a pas vraiment besoin de me lancer un sortilège pour que je le fasse - on me l'aurait demandé gentiment je l'aurais tout autant fait.. » Murmurais-je à voix basse.

C'était comme si tout ce contrat n'était qu'une mise en scène et un piège grossier pour obtenir des centaines de soldats en charge sur le village caché. Mais ce n'était pas plus mal.

Cette soif de sang en moi était devenue plus forte que jamais. Jamais je n'avais ressenti un tel besoin de destruction. Jamais je n'avais ressenti un tel besoin de me défouler. Oui. Oui. Oui. Transformer tout le village de Iwa en feu. Réduire tous ses habitants et toutes ses constructions en cendre. Oui. Oui. Oui. Violence. Massacre. Sang. Je voulais sentir leur chair morte. Je voulais entendre leurs cris. Je voulais voir la scène d'une tragédie. Derrière mon masque facial calme et serein, il y avait une envie réelle.

Était-ce de la folie ? Était-ce le sortilège qui m'avait rendu fou ? Ou était-ce simplement cette bête noire en moi qui criait faim depuis maintenant bien trop longtemps ? - Il y avait un peu des deux. Il y avait ce sortilège qui venait croître mes envies bestiales. Il y avait ce montre en moi qui rêvait depuis toujours de se déchaîner librement dans un environnement habité comme celui-ci. Et cette sorcellerie me servait d'excuse pour me donner à cœur joie dans ce massacre.

J'étais un fou, parmi d'autres fous - qui aurait cru que quelqu'un aimant réellement la destruction se cacherait parmi ce troupeau ? Personne ne pouvait me remarquer. Je me fondais dans la masse, jouant le rôle de l'envoûté - j'étais envouté - et dans ce mouvement semblable à une invasion, j'avançai calmement avec mon coéquipier jusqu'au cœur commercial de la Roche.

Là-bas, tout tombait à feu et à sang, c'était un véritable carnage où la vie de nombreux innocents s'envolaient comme de la poussière. Je prenais part à ce massacre, motivé par cette voix qui continuait de résonner dans ma tête : détruire Iwa. Massacrer Iwa. Le réduire en cendre jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien ! Jusqu'à ce qu'il ne reste que de la roche ! Une tête. Un corps. Un cadavre. Mais tout était trop facile..

« Y'a pas d'shinobis dans l'coin ? C'est d'base un village caché, non ? » Fis-je d'une voix grave et sérieuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

3/02. Sous un Mirage Empty
Lun 15 Avr 2019 - 19:14
« Vous en êtes sûrs ?
Oui. Ce n’est ni Kiri ni Kumo, et ils sont pourtant si nombreux… »

Le Quatrième du nom regarda son soldat. Il n’avait pas besoin d’autre chose que ses yeux pour comprendre qu’il était bien sûr de ce qu’il avançait. A l’extérieur, les cris et échos de lames s’entrechoquant donnaient raison à sa version. Le Borgne poussa un soupir alors qu’il se levait.

« Envoyez un message à toutes nos unités envoyées à l’extérieur et ordonnez leur retour. S’ils sont si nombreux, nous ne savons pas combien de temps cette bataille durera. Toute l’aide possible sera la bienvenue. Pour la procédure d’évacuation, privilégiez femmes et enfants. »

Tandis qu’il attrapait sa cape de Yondaime Tsuchikage, le chef militaire se retourna pour constater les dégâts déjà faits à son village de par sa grande baie vitrée. Jamais dans son histoire Iwagakure no Satô, et même de son ancien nom Rokkusu, n’avait eu à affronter tant d’ennemis. De sa main, il fit glisser la vitre pour s’ouvrir une voie directe vers les ruelles de sa cité.

Derrière, son soldat s’apprêtait à retourner à son travail d’urgence. Il adressa un dernier regard au Tsuchikage, qui lui tournait le dos. Mais tandis que les courants d’air gagnaient son bureau et faisaient onduler sa cape de Kage, il aperçut quelque-chose de différent de d’habitude. Le Borgne de la Terre n’avait plus un seul bras… mais deux.

Et il disparut, d’un saut.

***

La course du Tsuchikage le mena d’abord forcément par le centre de la ville. Le Cœur Commerçant était malheureusement déjà le théâtre de combats. En particulier, il y avait ces deux shinobis dont l’arrogance n’avait d’égale que la surprise qu’ils suscitèrent chez le Yondaime : ils portaient les signes distinctifs de Kirigakure no Satô.

« La Brume a-t-elle vraiment décidé d’attaquer la Roche ? Expliquez-moi. »

Avait demandé à haute voix le Quatrième tandis qu’il retombait sur ses pieds, face aux deux soldats du village caché de Mizu no Kuni. De son seul œil ouvert, il constata à qui il avait à faire. Si aucun visage ne lui disait quelque-chose, il se doutait bien qu’ils n’auraient pu arriver jusqu’à l’intérieur du village sans avoir un minimum de compétences. La question était bien de savoir si ces dernières avaient à jalouser à leur arrogance.

« Je viens d’être disons… rafistolé. Pensez-vous que ça suffira à vous opposer une vraie résistance ? »

En prononçant ces quelques mots, le Tsuchikage avait relevé sa prothèse noire, fruit du dur labeur de Borukan Muramasa et de Yaoguaï Sae. Si seulement ils n’étaient pas à Hayashi no Kuni…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 16 Avr 2019 - 17:33

Sous un mirage.

Le monde aimait croire que le chaos rimait forcément avec le chuintement intense des assauts menés. La réalité en était bien loin. La lourdeur d’un silence meurtri était le seul écho au véritable visage d’une bataille préméditée. Personne n’osait crier, seules les armes se croisaient, sifflant des cris aigus d’entrechocs. La danse des lames et du fer qui se réchauffe à chaque nouvel à-coup. L’apnée généralisée, des souffles qu’on retient, et qu’on ne relâche qu’au premier choc porté. Une tension palabre mais invisible. Les gardes avaient sonné l’alerte et rapidement le village entier s’était organisé. Une ruade vers les Crocs Rocheux, le seul lieu qui pouvait servir de terrain de jeu pour les affamés de pouvoir.

Même en novice, ta présence était requise. Une genin au service de la guerre ; Toute l’ironie des villages cachés à tes yeux. Les gradés de ton genre n’avaient rien de soldats émérites et étaient loin de pouvoir répondre à un appel sanglant. Pourtant, une vilaine habitude avait commencé à ronger ton cœur, comme un ver vorace et parasite, obstruant ce que la peur aurait jadis bloqué.

Tu te rends furtivement vers l’épaisse muraille qui sépare Iwa de ses écueils rocailleux, et jauge de sa hauteur la situation actuelle. Plusieurs groupes commençaient à se former juste aux pieds des portes d’Iwa, certains affronts avaient même déjà commencé. Tu t’apprêtais à courir à l’aveugle vers n’importe quel opposant quand une crinière familière s’extirpa des premières nappes de poussières. Kyoshirô intervenait de lui-même, démontrant à quel point la situation pouvait paraître urgente. Il faisait face à deux individus dont les discours t’échappèrent, mais tu t’empressas de suivre en lapin curieux l’Ombre du village. Glissée à ses côtés, tu constates enfin l’exotisme de vos intervenants. Des regards meurtriers, une certaine malice glissée ça et là dans leurs comportements. Comme deux pantins prêts à tout pour obtenir ce qu’ils désiraient, la question étant de savoir quoi.

Leurs complices parlaient pour eux, en entamant de partout des affronts envers la Roche. Avaient-ils une certaine rancœur envers le village ? Des prisonniers ? Des Mizujins ? Kiri avait un tableau noirci avec Iwa, mais le temps était censé avoir effacé les altercations passées. L’affront d’aujourd’hui démontrait un contraire : L’amertume remonte toujours, comme une bile nauséabonde qui ne pourra jamais totalement être annihilée. Tôt ou tard, la verve maritime allait déferler sur une montagne jugée ennemie.

Dans l’incompréhension, ton dos frémit et se tend ; Tu n’étais engagée et Genin que depuis quelques mois, mais c’était exactement le genre de situation ou tu aspirais à aider plutôt qu’alourdir. Tes entraînements avaient suffi à t’apprendre les bases, juste de quoi prétendre à un rôle militaire.

La théorie s’envole alors pour laisser place au concret. Une bataille sans fond ni sens, le simple art de vivre ou survire, tuer ou être tué.

Spoiler:
 


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 16 Avr 2019 - 19:16




« TENPEICHII »
天変地異
cataclysme





Tous les mauvais côtés de Xûen avaient été exacerbés par le sortilège de la démoniaque envoûteuse. Dur de définir si c’était le fait de son pouvoir inconnu ou les sangles enserrant son côté le plus noir qui avaient sautées mais il restait cet homme se tenant face à ses dégâts et ceux de ses congénères sous l’emprise de la main invisible de Mamushi, accompagné de son élève avec qui il avait un peu discuté sur la route jusqu’ici.

Mais son attente et sa demande furent vite honorées et par quelqu’un qu’il n’eut aucun mal à reconnaître, même si l’inverse n’était pas de mise. Un homme grand et borgne. Un homme vêtu d’une longue cape que le vent permit à Xûen de déchiffrer, même si la face de Kyôshirô lui revint en mémoire. Il était inimaginable qu’un shinobi ne connaisse pas les Ombres des autres Villages Cachés, d’autant plus un ancien Amiral comme le Mirage quand on connaissait l’ancien emploi du Bakuhatsu. Le Yondaime Tsuchikage avait été dépêché sur place.

Pourtant, le ninja de l’Eau resta placide, plantant ses pupilles dorées dans l’unique accessible de regard d’homme possédée par le chef de la Roche. Ni excité ni apeuré mais presque satisfait. Sa question provoqua une courte réflexion chez Xûen sur la réponse à fournir ; lui mentir, résumer la situation ?

Un maigre rictus vint orner son faciès hâlé. « Je ne suis pas ici en qualité de représentant, les pulsions qui m’animent ne sont pas de mon fait mais plutôt de celui d’une femme aux marques mauves sur le front dont j’ignore tout. »

D’un regard en biais, il observa la prothèse. Voilà qui était extrêmement intéressant et surprenant, puisque ce genre de choses n’étaient pas monnaie-courante. Alors le savoir médicinal d’Iwagakure no Satô avait dépassé celui de sa propre patrie et peut-être même celui de Kumo, réputé pour être la Cité des Connaissances ?

« Nous allons le découvrir, Yondaime. »

Une présence frêle qui ne payait pas de mine se plaça à ses côtés. Un garde du corps, pensa-t-il, au vue de son masque, signe distinctif de certaines unités dont l’identité ne devait s’ébruiter.

« Honô, occupe-toi de Celle qui porte un masque. Ne révèle pas tous tes atouts, ils pourraient bien servir. » Lâcha-t-il sans chuchoter mais assez délicatement pour n’être audible qu’en penchant l’oreille et en étant assez proche.


Ses doigts s’enroulèrent autour du manche de Brise-Glace -qui deviendrait pour l’occasion Brise-Roche- à haute-vitesse et bientôt l’acier baigna de lumière tandis qu’il tranchait face à lui en se décalant vers la gauche de façon à prendre dans sa ligne de mire le duo Iwajin avec ce qui ressemblait à une lame de vent aux atours dorés qui vint chercher à couper ses opposants mais surtout à les tester.

Il fallait de prime abord mesurer les capacités de son opposant, même si les kanjis nécessaires à écrire le nom Bakuhatsu révélaient tout le potentiel Explosif de ce combat. Serein, lame déjà rengainée, il était prêt à faire des mûdras ou réitérer son mouvement. Cela n’était qu’un minime miroitement de ses compétences au sabre et il allait démontrer à la faction inverse d’où il tirait ce Titre Honorifique.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 16 Avr 2019 - 20:18
Je tirai une grimace menaçante face à l'arrivée de nos deux opposants. L'un était un petit vieux aux cheveux blancs avec un œil en moins et un bras en moins, ressemblant à un revenant qui avait échappé à la mort bon nombre de fois et qui s'accrochait désespérément à la vie, et l'autre était une silhouette féminine avec un étrange masque dont je ne saurais décrire la ressemblance. Ils ressemblaient tous deux à deux énergumènes..

« T'm'as l'air bien mal en point l'vieux. « Rafistolé » Oui, j'vois ça. C'est plutôt à nous d'poser la question : sûr que ça ira ? Haha. »

Le Yondaime. Je l'avais reconnu grâce à sa cape, mais il avait une prestance bien plus faible que ce que j'avais imaginé. Quoique, il avait tout de même l'air relativement puissant malgré son œil en moins et son bras métallique. Je demeurais sur mes gardes, c'était un homme de marque dont il fallait se méfier après tout.. Et de même pour l'étrange personnage au masque bizarre qui m'avait l'air plus ridicule qu'effrayant se tenant à ses côtés.

À ce même instant, j'entendis mon partenaire à côté de moi me chuchoter quelques consignes. Toutefois, sans même lui daigner un regard, je répondis à voix basse avec un petit air nonchalant,

« M'donne pas d'ordre, j'fais c'que j'veux. »

Et c'était bien ce que je comptais faire. Je n'avais qu'un seul objectif, qu'un seul ordre, celui de détruire Iwa et ses habitants - à savoir ici les deux adversaires qui se présentaient face à nous. En même temps que mon partenaire, j'enchaînai rapidement deux suites de mudras pour invoquer une vingtaine de boules de flammes. Et, étirant un large sourire, j'envoyai dix sur le Bakuhatsu, - ces dernières vinrent après le coup tranchant du samuraï - , et dix sur la créature non identifiée. Aucune raison d'en laisser un seul s'échapper. Le combat venait officiellement de débuter. - Eh ouai, j'avais le droit à deux technique moi !

Et quant à mes atouts.. Bien évidemment que je ne devais pas les dévoiler. Mais ça, je le savais déjà, ce n'était plus mon premier combat. Même si, celui d'aujourd'hui était le combat le plus impressionnant de tous ceux que j'avais mené jusqu'à présent.. Je me sentais toute chose ~

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

3/02. Sous un Mirage Empty
Mer 17 Avr 2019 - 20:28
Si le Quatrième chef d’Iwagakure no Satô ne fut nullement surpris de voir l’un de ses soldats venir lui prêter main forte, il fut forcément dérouté de constater que c’était la fine silhouette masquée. Car si quasiment personne ne pouvait savoir qui se cachait derrière, le Bakuhatsu le savait. Il s’agissait de la princesse Byakuren, fille du Lotus Blanc et principale personne qu’il avait protégée durant les quinze années de service à l’armée seigneuriale de la Terre.

Elle était donc là, cette jeune femme que Kyôshirô avait vu grandir et accompagné dans son apprentissage du monde. C’était lui qui l’avait escorté dans nombre de ses voyages, c’était lui qui s’était battu face à son père pour qu’elle puisse accomplir son rêve : celui de devenir une kunoichi d’Iwagakure no Satô. Mais aujourd’hui, le scénario de Wasure no Kuni semblait se répéter : voilà qu’elle prenait un risque gigantesque en se jetant dans une entreprise infernale. Et le Borgne de la Terre, lui, était là.

Mais la réalité de la situation rattrapa bien vite le Yondaime qui, de force, fut sorti de ses souvenirs et réflexions concernant la princesse masquée. Le premier Kirijin confirmait que la situation n’était pas normale. Ce n’était vraisemblablement pas la Brume qui avait lancé cette attaque, mais une « femme aux marques mauves sur le front ». Cela semblait rappeler la description d’un rapport des Iwajins présents lors de la rébellion populaire de Kaze no Kuni. Mais hormis signifier au Tsuchikage que son vis-à-vis ne semblait pas forcément lui mentir, cela ne l’avançait pas trop. Et la situation restait alors inchangée : deux Kirijins étaient en plein Cœur Commerçant, et représentaient une grande menace.

Le Tsuchikage voulut d’abord confirmer une impression. Son apparition face au Kirijin à l’épée n’avait presque rien changé chez lui. S’il n’avait ni peur ni hésitation, alors peut-être était-il un client encore plus sérieux que l’on pourrait le croire. C’est avec son chakra et ses qualités sensorielles que le Quatrième voulut en être sûr. Et il le fut.

« Je te laisse le blondinet. Tu es Iwajine. »

Cette idée de séparer le quatuor en deux combats parallèles semblait d’ailleurs avoir aussi naquit dans l’esprit du Kirijin. Mais alors que son coéquipier, le prénommé Honô, semblait se refuser à tout ordre de la part de son comparse, Yume elle, n’aurait de toute façon pas d’autre choix. D’ailleurs, elle avait sans doute compris que le premier de ses deux adversaires n’était pas encore à sa portée. Il concentra son chakra sous ses pieds.

Ce fut lorsque le Kirijin dégaina que le Tsuchikage se décida. La grande quantité de chakra concentrée dans ses pieds explosa, le faisant charger son adversaire à une vitesse presque instantanée. Mais plus que son déplacement, ce fut également sa main qui se positionna en un instant à la hauteur du shinobi de la Brume, pour l’attraper par le col tandis qu’il l’emportait avec lui dans la charge.

Le poing alors fermé, alors qu’ils quittaient déjà le sol, le Borgne de la Terre laissa déferler une énorme quantité de chakra Bakuton. Sa prise au contact laissa donc place à un coup de poing fulgurant et détonant. L’explosion derrière l’impact fut également impressionnante.

Dans les airs, Kyôshirô savait que son adversaire avait dû affronter sa vitesse folle, sa prise pour l’emporter dans les airs, le coup de poing explosif et le souffle détonant qui avait suivi. Tant de raisons d’être emporté puis projeté loin d’Iwagakure no Satô. Et c’était là la priorité, qu’un tel adversaire ne soit pas au cœur de la cité de la Roche.

Car si le Kirijin avait tout du combattant assoiffé de combats, son adversaire n’était plus qu’un simple homme de terrain. Il était l’Ombre de la Terre, Quatrième des Tsuchikages : rien ni personne ne deviendrait prioritaire à la protection de sa cité et des siens.

Tandis que le Yondaime retombait à l’extérieur du village, sans savoir à quel point son adversaire s’en était sorti face à cet enchaînement, son œil sévère se préparait déjà à se jeter sur lui. Et sa voix rauque promettait autant qu’elle questionnait.

« Ne veux-tu pas chercher à te libérer de ces pulsions ? Et si ensuite tu veux encore un combat loyal, je te l’offrirai. Mais là je n’ai pas le temps, Kirijin… »

Il reposa ses pieds au sol, non loin du rempart entourant son village. Il se demanda un instant comment se débrouillait Yume.

« … j’ai mon village à protéger. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

3/02. Sous un Mirage Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 18:37

Sous un mirage.


Soupir effacé, Kyoshirô ne semblait pas enchanté de te voir intervenir, malgré ton nouveau statut. Les habitudes brisées d’un guerrier à la solde de la royauté, aujourd’hui contraint d’avoir à accepter ta prise de position en tant que Genin d’Iwa, et non plus princesse héritière. Si tu pouvais comprendre sa crainte, tu ne pouvais le consoler qu’en frôlant amicalement un bras meurtri, caché sous les bandages et tissus. Comme si tu sentais qu’il s’apprêtait à partir, à emporter le danger avec lui comme il avait l’habitude de le faire. Un dernier présent, se faufilant et glissant secrètement le long de son corps, venant finalement éclaircir la surface du bandeau ninjas du borgne d’une légère couche cristalline. Étrange présage, mais pourtant criant de sens. Car toi seule savait qui il était… Et ce qu’il était.

Tu hoches secrètement la tête lorsqu’il te confie une situation plus à ta portée, serre le poing lorsque celui-ci se met à foncer avec véhémence vers l’un des deux opposants. N’ayant que peu de temps pour réagir aux premiers assauts, tes mains enchaînent les mudras sans vraiment en espérer grand-chose. Tantôt rapide, tantôt en échec, tes ninjutsus étaient des capricieux qui obéissaient plus facilement à l’adrénaline qu’à tes ordres prémédités.

Au lieu d’être entièrement protégée, ce sont tes bras eux seuls qui se recouvrent d’une double peau, alourdissant quelque peu ta posture. Tes bras s’arquent alors comme ceux d’un enfant qui chercherait à se protéger d’un monstre en approche. Du croissant venteux, il ne restait rien, à ta grande surprise : L’attaque s’étant totalement éteinte au contact de tes nouvelles protections réinterprétées.

Étonnée, tu fixes alors les boules de feu arrivant avec rapidité vers toi, et décide de te fier à cette nouvelle technique née. Même si lents, les mouvements de tes paumes dansantes cherchent à rencontrer chaque projectile comme s’ils attrapaient des étoiles. Il n’y avait ni ciel, ni nuit, mais les célestes s’écroulaient peu à peu sur ta carapace translucide. Jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien, si ce n’est de la fumée et un souffle encore chaud, seul témoin des météores capturées.

Les éclats d’argent se mettent alors à trembler, à se moduler. De morceaux brisés et multiples, ils deviennent la symbolique même du renouveau, des fleurs en éclosion. Des lotus avec leurs pétales et feuillages, germant comme au premier jour de printemps. Les créations se mettent alors à tournoyer, puis se fissurent d’un coup, se scindant en de minces projectiles cristallins, à l’image d’aiguilles revisitées.

Spoiler:
 

_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

3/02. Sous un Mirage Empty
Ven 19 Avr 2019 - 14:40




« SHINKIRŌ »
蜃気楼
mirage





Honô était fidèle à lui-même, ce qui n’affecta pas Xûen. Toutefois, il ne devrait pas compter sur sa protection s’il ne jouait pas selon ses règles. Sa seule réaction fut donc un soupir de dépit.

Le Borgne sembla au fait de ses capacités latentes et ne tarda pas à répondre aux invectives de son concurrent brumeux. Comme il l’avait présagé ce fut donc lui la cible de cet Iwajin auquel on avait adjoint l’ordre et le devoir de protéger les habitants de la Roche. Sa façon de réagir surprit toutefois le Mirage qui s’attendait à beaucoup mais pas à tant. En tant que Bakuhatsu, ses compétences l’obligeaient à se battre en terrain plat au risque de faire plus de victimes encore. Il fut donc logique que ce dernier, après avoir esquivé sa lame venteuse en bifurquant vers lui se mit à contre-attaquer. Sa vitesse n’avait presque rien à envier au prodige de l’Eau.

Dans une explosion sous ses voûtes plantaires, le Kazejin se retrouva nez à nez avec celui qui s’était défini comme son adversaire d’aujourd’hui et qui le saisissait au niveau du col, le propulsant loin de son disciple et de la demoiselle masquée et ses talents inconnus. Les deux pupilles de l'Éclair de la Brume restèrent plantées dans l’unique de Kyôshirô tandis que ce dernier décida d'adjoindre un peu de piquant à ce duel de regard. Alors que les dextres se muaient en un poing, il n’eut pas besoin de le savoir pour comprendre qu’après ce genre de déplacement, l’offensive allait venir de pair. C'est à ce moment là que le brillant de son bandeau attira un regard en coin et qu'il succomba à l'illusion.

C’est pourquoi ses bottes noires -alors que son corps était toujours emporté par la percée en avant de l’homme- avaient déjà pris la direction de son torse bien que le mouvement ne fut pas si aisé, comme si ses bras ballants semblaient naturellement aller à gauche au lieu d'à droite quand il essaya de se saisir de sa fumigène et il dût stopper son mouvement de jambe pour le rediriger ensuite correctement.

Un simple contact. Bénin. Mais la puissance qui s’en dégagea le fit disparaître, ne laissant derrière lui que quelques ombres vaporeuses, toujours animées par ses cristaux mordorés qui semblaient continuer de le regarder. C'était à son tour de démontrer sa vélocité avec un certain panache, les traces de ses semelles imprimées sur la cape ; une façon métaphorique pour Xûen de marcher sur le drapeau du peuple ennemi des siens.

Heureusement pour lui, ses vrais yeux purent seulement constater qu’une énorme explosion venait de se déclencher de façon conique devant l’homme qui était masqué par l’énormité de sa création. Masqué par la poussière et la détonation, lui n’avait pas perdu une seule seconde. En atterrissant, chose qui fut peu aisé si bienqu’il abîma un peu sa large veste de jais et s’érafla le côté de l’épaule et les avant-bras, le Jônin avait déjà appliqué la tranche de son wakizashi pendant le vol plané et d’une simple pression, il apparut alors. Cependant ce fut l'autre doigt qu'il cherchait à trancher mais cela marcha correctement, ayant une lame de chaque côté de sa taille. Un énorme crapaud sous ses pieds, armé de deux lames et à l’air implacable qui porta ses pupilles au-dessus de lui pour regarder son maître. Pas un mot ne fut échangé mais ce dernier comprit à l’air investi de Xûen qu’il était là pour une bonne raison.

À la seconde où l’écran de fumée s’était produit pour le faire apparaître, le samurai avait déjà regardé dans l'oeil de son crapaud et lâcha un simple « Nimaijita ». Dans leur jargon, cela était le signal et la créature fit parvenir son chakra à son maître pour rétablir son flux et ainsi briser cette illusion. Tandis que la fumée se dissipait, il composa le signe visant à faire apparaître trois copies conformes de lui-même. L’une d’elle tomba du haut de crapaud pour se placer face à lui, deux autres restèrent aux côtés de leur vrai maître. Le sabreur n’était pas dupe. Rien sauf une illusion ne pouvait l’empêcher de se mouvoir correctement, n’ayant pas été affecté par la détonation.


« Tu n’as pas le temps et pourtant tu continues de parler. » L'un des clone de Xûen lança alors deux projectiles vers les yeux de Kyôshiro, ou plutôt l'unique.

Son esprit se relâcha le temps de penser à son pseudo-disciple ; il ne pouvait lui faire savoir qu'il avait à faire à une illusionniste. Il devrait se débrouiller seul.

Avec l’image de son camarade, ancien supérieur et ami Yuki Sôsuke en tête, cela ne fit que renforcer ses pulsions meurtrières, abritées derrière le faciès parfaitement calme du Bushi. Pas question de se laisser aller pourtant.

Cette fois, s’il chargeait encore, il serait reçu d’une façon bien différente, le vrai Xûen perché sur la tête de ‘Pepe’ avec ses deux acolytes, laissant le Xûen factice en bas seul face au Borgne, le réel combat allait démarrer. Fini les vouvoiements ; ils étaient désormais liés par un duel.

Spoiler:
 





Dernière édition par Shinkirō no Xūen le Dim 21 Avr 2019 - 21:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Ven 19 Avr 2019 - 19:47
Cette vitesse.. Cette vitesse n'avait rien à voir avec celle des adversaires que j'avais affronté jusqu'à présent. C'était d'un tout autre niveau bien supérieur au mien. Si je m'étais trouvé sur son chemin, je me serais fait pulvérisé instantanément. C'était frustrant à avouer, mais à l'instant où il apparut devant mon partenaire, je sentis comme un soulagement de savoir que je n'étais pas sa cible. Si je m'étais retrouvé à sa place, sa puissance n'aura fait qu'une bouchée de moi. En l'espace d'un instant, je compris l'écart de puissance entre le jonin et le genin. Lâchant un léger rire mêlé à une certaine frustration, mon regard se porta sur l'autre iwajin qui avait été laissé à l'arrière tout comme moi.

« M'v'là donc seul face à la créature non identifiée, hein.. » Murmurais-je à voix basse.

Visage inconnu. Compétences inconnues. Toutefois, ce dernier s'était bien défendu de mes boules de flammes et à observer l'apparence de ses avant-bras, il devait maîtriser le cristal ou la glace ou quelque chose dans le genre. Mais je n'avais pas le temps de contempler. À ce même instant, les petits débris de glas éclatés par mes boules de flammes se relevèrent et formèrent des petites fleurs qui explosèrent en plusieurs petites lames pointues envoyées dans ma direction. Cependant, elles ne me visaient pas moi en particulier, mais la zone autour de moi - il cherchait donc à infecter la zone.

« Tss. »

Les utilisateurs de ninjutsu pouvaient facilement devenir un problème lorsqu'ils prenaient le terrain à leur avantage. Je concentrai mon chakra au niveau de mes jambes et je fusai à toute allure en direction de mon adversaire, bras croisés devant mon visage pour encaisser les quelques éclats de cristal qui se trouveraient sur mon chemin. Je devais m'éloigner de la zone infectée. Ma vitesse n'était rien comparée à l'Ombre, mais elle n'était pas négligeable pour autant.

Lorsque j'arrivai devant lui, j'effectuai immédiatement un coup de poing circulaire arrivant sur sa droite visant son coude. Et oui, un utilisateur de ninjutsu le mieux était de lui casser le bras pour l'empêcher de faire des mudras ! On pouvait lire dans mon regard un sérieux presque effrayant. Je me servis de ce coup de diversion pour tirer sur son bras visé et tenter de me faufiler dans son dos et effectuer une prise autour de son cou, serrant de plus en plus fort pour tenter de l'étouffer et l'empêcher de bouger. J'étais sans pitié.

Chevelure rousse comme flammes flottant au vent - roux et fier de l'être -, je tentai un court échange de paroles.

« Hey, créature non identifiée ~ Pourquoi ne pas retirer ton masque ? T'm'as bien l'air proche de l'ombre de la roche, mh ? »

Enfin, je disais cela – je n'en savais rien, mais elle s'était tout de même présentée sur le terrain pour se battre à ses côtés, ce qui prouvait bien une certaine proximité, non ? Si j'avais à parier, je parierai qu'elle était soit un larbin, un de ces personnages qui suivaient leur maître partout, soit un soldat, lambda peut-être élève de l'ombre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

3/02. Sous un Mirage Empty
Lun 22 Avr 2019 - 18:38
Il n’avait donc pas rêvé. Alors qu’il avait soulevé le Kirijin durant sa charge, il avait senti quelque-chose sur son buste tandis qu’il était en l’air. Et pour cause, son adversaire avait littéralement pris appui sur lui pour se débattre et esquiver son coup de poing. En se laissant tomber et grâce à sa vitesse qui avait pendant un instant tutoyé – peut-être même dépassé ? – celle du Tsuchikage, le Samouraï de la Brume avait aussi échappé à l’explosion qui avait suivi la frappe de son adversaire.

En retombant au sol, ce dernier avait tardé – c’était d’ailleurs étrange, peut-être était-ce lié à ce que Yume avait cristallisé sur l’épaule de son Kage ? – à se mordre le pouce pour invoquer un crapaud de près de dix mètres. Sur sa tête, le fier Kirijin s’était même cloné après que l’animal ait effectué un signe incantatoire. En repensant aux prédispositions de la princesse Byakuren pour le Genjutsu, Kyôshirô semblait comprendre la situation : c’était une technique d’illusion combinée à son Shôton qui avait dû affecter le shinobi de la Brume. Et tout portait à croire, vu la facilité avec laquelle il s’était cloné, que son animal avait utilisé un Kai.

« J’ai bien fait de t’emmener à l’extérieur du village, ironisa le Quatrième en regardant encore le grand batracien. »

Lorsqu’il vit les shurikens lancés à son encontre, le Borgne de la Terre n’eut qu’à faire de même pour parer l’attaque, projetant ses propres ustensiles ninja sur ceux de son adversaire. Un adversaire qui était devenu quadruple et qui n’offrait qu’une copie qui tombait au sol, comme pour signifier qu’il faudrait d’abord l’affronter lui.

Un ennemi qui maîtrisait les arts et arcanes du Bushido, d’un niveau de Taijutsu et de Bukijutsu forcément élevés et aidé par des prédispositions pour le Kuchiyose : le Yondaime ne s’était pas trompé. S’il devait l’affronter, ce serait une insulte que de se restreindre. Et même s’il venait à le vaincre sans, comment pourrait-il imaginer ne pas avoir besoin de tous ses pouvoirs pour protéger le village ?

« C’est fascinant de voir le poids de certains faux-semblants. Par exemple, je pensais qu’un Samouraï respectait l’honneur entourant un duel. Pourtant, alors que je t’en offre un, tu invoques d’emblée un camarade avant de te cloner. Après tout, tu n’es peut-être pas un véritable Samouraï… »

Le Tsuchikage fit naître sur son visage souvent fermé le rictus de l’ironie.

« … comme moi un vrai borgne. »

Pour ceux qui connaissaient Bakuhatsu Kyôshirô, ils ne pouvaient que décrire quelqu’un d’extrêmement simple. Cette simplicité, directe, était également la marque de ses réflexions. Alors ainsi, il n’avait jamais compris pourquoi on lui avait affublé de ce surnom de « Borgne de la Terre ». Lui qui ne croyait et déduisait que ce qui ne faisait aucun doute, ainsi donc ce qu’il voyait, il avait toujours été frappé de ce raccourci.

Qu’une personne ait des cicatrices à une paupière, maintenant son œil fermé voulait-il forcément dire qu’elle était incapable et handicapée ?

« Je t’offre une dernière chance de privilégier l’entraide pour te libérer de cette femme plutôt que de m’affronter bêtement. Mais si tu refuses une nouvelle fois, viens… »

Le Tsuchikage ne put éviter de revoir certains moments de sa vie imagés comme des flashs.

Il se remémora la fois où il avait pleuré sur la tombe de sa mère, après avoir réussi à débarrasser Iwagakure no Satô des rebelles et traites qui menaçaient la cité.
Il se souvint de Borukan Muramasa, au lendemain de ses avancées médicales.
Il repensa à la demande faite à Toph, et à son désir de la revoir pour qu’elle apprenne toute la vérité.
Il revit le visage du Daimyô de Tsuchi no Kuni, Byakuren Masato, lorsqu’il l’avait prévenu qu’Iwagakure no Satô ne tarderait pas à découvrir son secret.

Ces souvenirs étaient douloureux, car ils lui rappelaient pourquoi il avait été source de conflits entre deux des clans les plus importants de Tsuchi no Kuni. Ils lui rappelèrent également d’où venait ses cicatrices, et son appellation de « bâtard » au sein des Bakuhatsu.

Kyôshirô releva pleinement la tête.

« … je t’attends. »

Plus que son air, c’était bien son visage qui avait changé. Car son regard n’était plus appuyé par un seul œil, mais cette fois par deux. Dont l’un d’un blanc pur.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 23 Avr 2019 - 18:24

Sous un mirage.


Le souffle des assauts était à peine retombé que l’adversaire qui te faisait face s’était déjà amusé à commenter ton apparence. La neutralité apportée par un masque frustrait bien des égos ; ils affichaient leurs traits quand les tiens étaient bien cachés. Terrain injuste et mérité ; Il était l’intru et toi la native. La plupart des personnes estiment qu’un nom et un visage sont les justes représentants des volontés internes. C’était faux. Le tien était connu du Yuukan tout entier mais n’avait jamais été assimilé à tes propres choix ou désirs. Une poupée de cire sculptée par le pouvoir féodal, qui avait plus à gagner qu’à perdre en cachant ainsi sa nature.

Le rouquin avait foncé avec vélocité, ignorant presque ton assaut précédent, qui avait entaillé plus ou moins gravement ses chairs. Un mauvais éclat, aussi banal pouvait-il paraître, aurait pu blesser un point clef de ses sens.. Mais il semblait que ce ne soit pas le cas pour le coup. Il avait couru si rapidement que ton temps de réaction ne fut que très succinct : Juste de quoi encaisser son premier coup qui visait tes bras déjà cristallisés. Le cristal se fragilisa sous le choc mais protégea avec ferveur ton avant bras. La suite fut plus chaotique, car l’enchaînement visait désormais ton cou, et si le cristal avait eu le temps de se déplacer à la zone ciblée, sa résistance déjà entamée ne réussit qu’à atténuer l’ampleur de l’emprise, sans t’en protéger totalement. La douleur, les éclats qui cèdent face à la pression engendrée, mais qui veulent résister de toute leur force. Les premières gouttes ensanglantées; Le tien n'était bleu que dans les récits, et cédait ainsi à la pression d'un verra brisé sur une nuque fragilisée.

Une respiration saccadée, entravée, à peine de quoi te laisser rétorquer à l’assaillant :

- Fausse curiosité….Ni mon nom…. Ni mon visage…. Ni les liens… Qui me lient à ce village…. Ne t’intéressent vraiment…

Tes mains qui auraient pu tomber sous l’étourdissement tentent alors de se défaire de la prise d’une ultime façon. Si tu ne pouvais pas te protéger… Tu pouvais au moins l’emporter avec toi dans ta prison. Un dôme pousse vivement, non pas autour de toi, mais de lui. S’il décidait de maintenir son emprise, il se retrouverait piégé à son tour dans un cocon translucide.

Le shoton qui se dressait te permit d’enchaîner faiblement d’autres mudras ; De là, une sorte de carillon se dressa hors du sol et commença à résonner, doucement, mélodiquement. Une caresse auditive apaisante et charmante, qui rappelait les beaux jours d’été, lorsque le vent soufflait dans les feuilles et les suspensions musicales. Quelques tintements, une seule illusion : Yume ne serait plus seule face à ce gourou ; Elle aurait des alliés multiples, sans visages, sans noms, exactement comme elle.

- Kirjin… Aurais-tu agi pareillement…. Si tu … Avais été… Libre de tes pensées ?

Une question peu anodine qui voulait cerner la personnalité de ton opposant. Ses actes étaient influencés, son but final également : Mais il ne pouvait renier son honnêteté intime, si celle-ci existait encore, il aurait alors l’occasion de l’avouer… Ou d’assumer ses noirceurs. Était-il un garçon de paix, ou de guerre ?

Spoiler:
 




_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 23 Avr 2019 - 20:37




« SHINKIRŌ »
蜃気楼
mirage





À l’ironie du borgne, il n’y eut comme réponse qu’un regard acéré habillant l’accalmie de ses traits ; maître de son corps à nouveau et bien décidé à faire mordre la poussière à celui qui représentait en sa chair Iwagakure no Satô. Car Xûen était un être plein de malice et pour briser le contrôle exercé sur lui, son esprit avait élaboré une théorie à laquelle il se mit à croire si fortement que cela suffirait sûrement s’il arrivait au bout…

Cependant le borgne temporaire avait raison ; il avait été très clairvoyant de l’extirper hors des habitations et des civils. Trop clairvoyant ? L’homme devait être capable de ressentir les flux chakratiques ou quelque chose dans ce goût là, en plus de rendre sa propre ressource énergétique explosive. Cela n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd et élaguant petit à petit, l’inconnu -tout relatif car connu par Xûen qui avait servi comme lui auparavant un Daimyô- et son profil devenait plus clair.

Le fer de ses projectiles rencontra celui de Kyôshirô et fit match nul. Mais sa stratégie commençait à prendre forme alors même que le Kage se mettait à l’oeuvre dans une basse tentative de piquer son égo. Etait-il vraiment assez naïf pour croire qu’un homme d’épée ne pouvait suivre qu’un seul code ? Alors Xûen était d’un métal que l’homme à la cape floquée n’avait jamais connu, celui de l’unicité. Il n’y avait pas de fierté à se lier les mains dans le dos ; aucune à perdre ; encore moins en laissant plus de chances à son adversaire sous prétexte de principes moraux désuets n’ayant rien en commun à la vie shinobi.

Alors que les mots suintaient de la bouche de l’homme à la crinière neigeuse, l’un des clones de l’ombre glissait déjà le long du Crapaud Escrimeur et contournait la zone de terrain à très bonne distance, commençant à prendre ses foulées pour courir soudainement vers le Rempart. Ses doigts étaient déjà placés de sorte à effectuer un mudra, sans pour autant qu'il utilise quelconque technique. Quel était son but ? Facile à deviner pour celui qui l’avait sorti aisément de Iwagakure no Satô. Arriverait-il à l’en priver complètement ?

Ce n’était pas la seule corde à son arc, et la prochaine fut vocale. Paraissant inerte et muet aux propos de son adversaire du jour, il n’en était pourtant rien. Kyôshirô voulait l’aider à se libérer.

Encore une fois pendant qu’il parlait, et avant qu’il n’en vienne à dire qu’il l’attendait, le batracien avait déjà frappé dans ses mains puis s’était mis à coasser en relâchant ses dextres pour les poser sur ses sabres tandis que son chant dirigé vers le Tsuchikage allait l’immobiliser totalement.

C’est à ce moment que, à l’instar du début du combat, le clone au sol dégaina bien plus rapidement et éjecta de son épée une large lame de chakra doré propulsée par son Vent destinée à entailler les chairs du borgne, si rapide qu'il semblait venir de dégainer et qu'elle était déjà en route. « Ne m’insulte pas, Iwajin. » Chaque chose avait son prix et tel était celui de l’impertinence. Il ne s’handicapa pas de palabres futiles et suivant des yeux la progression de son Kagebunshin qui ignorait le combat pour arriver aux remparts, son Batracien lança à l’image de son maître deux lames de vents bien plus grandes en tranchant l’air vers Kyôshirô aux prises avec son chant tandis que son coassement ininterrompu tonnait sur les plaines de la terre.

Les immenses tranches Fûton avaient été lancées de façon à suivre le Borgne s’il pouvait se mouvoir et sortir miraculeusement de l’illusion devant pourtant empêcher tout geste.

Même s’il le ratait, ce qui était impensable s’il ne pouvait bouger, la détonation serait suffisante pour le lacérer gravement, Gamakenshi le pensait.

Le Xûen au sol ayant envoyé sa lame une seconde avant contemplait le Byakugan affiché fièrement en se rappelant le peu qu’il savait sur ce Dojutsu de la Terre. Un oeil qui voit tout, associé à des arcanes martiales nommées Poing Souple. Il était donc deux fois plus dangereux que prévu, son Bakuton en faisant déjà une grande menace au corps-à-corps.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 23 Avr 2019 - 21:53
« Vrai. » Dis-je avec un sourire.

Ni son nom, ni son visage, ni les liens qui la liaient à ce village ne m’intéressaient vraiment. Je ne demandais que par simple curiosité de sorte à la faire parler derrière ce masque froid et inexpressif. Au final, qu’elle soit larbin de Iwa ou princesse de Tsuchi - chose bien peu probable - ça n’allait rien changer quant à mes intentions. Je voulais juste me battre, me défouler, et n’importe qui faisait l’affaire.. Et n’importe qui allait y passer.

Néanmoins, je devais avouer qu’elle se débrouillait plutôt bien sur la défense. Son bras qui aurait pu finir en miette était toujours intact et accroché au reste de son corps. Comme quoi, le cristal pouvait être sacrément chiant ! C’était une adversaire coriace comme je les aimais bien. Mais encore, il restait à voir si cela allait suffire..

Je vis un début de dôme de cristal immerger autour de mes pieds et j’entendis de légers bruits de carillon résonner dans une direction lointaine. Je vis à ce même instant plusieurs clones de la créature non identifiée apparaître et disparaître les uns après les autres... Il n’y avait que le clonage qui permettait de se dupliquer ainsi, mais ici, ce n’était pas un clonage. C’était..

« Un mirage, hein.. »

Soit un jeu de lumières, soit un jeu d'illusions.. -- Youhou ! Arata, tu m’entends ? J’affronte un vrai illusionniste, un vrai de vrai ! Un de ces illusionnistes que tu redoutes tant ! Je te ferai part de mon expérience à mon retour !

Ce n’était pas la première fois que l’on me faisait ce coup. Le dernier crétin qui ressemblait à une tête de légume contre qui j’avais tenu tête avait également utilisé une technique d’emprisonnement. Mais la sienne était constituée de terre et était bien plus puissante, et surtout, la plus grande différence par rapport à cette fois-là, c’était que je tenais ma cible toujours entre mes bras. À partir de là, je savais que tous les autres n’étaient que des mirages et que la vraie se trouvait juste là.

Ce fut rapide. Aussitôt ses techniques lancées et son dôme formé, je me changeai totalement en flammes. De là, je reformai mon corps à l'extérieur du dôme grâce à mes deux mains et je formai au bout de celle-ci une énorme boule de flammes à bout portant. C’était ça, oui. Oui. Oui. Le feu. La destruction. Brûler. Brûler tout. Brûler tout !

Je ressentais la fatigue et ma réserve de chakra faiblir et mes limites s'approcher, mais l'adrénaline continuait de monter en moi.. Est-ce que j’aurais agi pareillement si j’avais été libre de mes pensées ? Si c’était la réponse qu’il fallait donner pour l'encourager à venir avec de réelles intentions pour me tuer, alors j’allais lui donner :

« Oui. »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

3/02. Sous un Mirage Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 0:12

Sous un mirage.


Les regards ne mentent pas ; les fous non plus. Ton adversaire n’avait pas besoin d’un motif pour s’affoler et se donner en spectacle. Ce qu’il voulait vraiment était trop flou pour que ton caractère modéré puisse le comprendre. Non, son langage avait beau être simple et limpide, tu ne pouvais pas saisir un seul de ses mots. Comme deux mondes que l’on fracasse l’un sur l’autre, vos visions étaient trop difformes pour trouver un terrain d’entente.

S’il se battait et attaquait pour le plaisir ; tu étais tout l’inverse, subissant depuis toujours les courroux d’un Yuukan empoisonné de l’intérieur. S’il frappait, tu encaissais. S’il hurlait, tu te taisais. Tu n’étais qu’une cible sans visage, une proie idéale à ses propres rancœurs. Il n’avait qu’à voir en ton pantin sans indices les relents de ce qui l’avait rendu ainsi. Par destin ? Par choix ? Par usure ? Quelle vie rend un jeune homme capable de tuer sans sourciller, d’y prendre un plaisir masochiste ?

Dépassée, mais tristement habituée, tu faisais face une fois de plus aux créatures qui t’angoissaient le plus. Celles que tu ne pouvais ni cerner ni aider. Tu ne donnerais pas ta vie pour combler le vide qui le poussait à agir ainsi, mais tu ne le laisserais pas non plus aveugle sur sa propre situation. Comme tout homme qui se perd, il avait besoin d’un reflet : de son propre reflet.

La surprise liée à sa soudaine transformation t’empêcha de réagir au plus vite ; Son corps entier avait comme disparu puis réapparu sous une forme à la fois diabolique et chaleureuse, dont la main avait cessé de serrer… Une fraction de seconde, ne serait-ce qu’un peu de répit, avant que la paume éjecte une violente balsamine.

Le cristal s’était reformé en conséquence, sur une épaule qui n’avait pas eut le temps de s’échapper entièrement. Le Kirjin avait lâché sa pression un seul instant, te libérant de son emprisonnement, et à sa réapparition, ce qu’il avait vu n’était autre qu’une image rémanente de toi qui n’avait pas bougé, laissant à ton véritable corps une infime passerelle pour ne pas finir carbonisée entièrement au niveau du visage. Le cristal avait encaissé, cédé ; le feu avait happé une chair opaline, sans la désintégrer entièrement. Sous la douleur, ton bras intact jette par reflexe une bombe fumigène qui repeint la scène d’une nappe violacée, laissant à ton corps en détresse le temps de se replacer.
Ultime désir : Qu’il voie ce que tu voyais vraiment ; que tes yeux deviennent les siens. Inverser les rôles, de chasseur à proie, de proie à chasseur. Un immense miroir se dresse entre toi et lui, encore dissimulé par le nuage de camouflage. Quand celui-ci serait happé par les vents, le démon de feu verrait alors son reflet ; mais pas le meilleur. Il verrait ce qu’il craignait le plus.

Spoiler:
 

_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

3/02. Sous un Mirage Empty
Sam 27 Avr 2019 - 19:23
Des mots, mais surtout le coassement de l’immense crapaud qui lui faisait face : Kyôshirô comprenait alors que ni le Kirijin ni son animal n’étaient enclins ni à affronter la véritable menace, ni à le faire avec honneur. Déçu pour encore davantage de raisons, le Yondaime était prêt pour pleinement affronter celui qui refusait d’être au chose que son ennemi, ne se rendant vraisemblablement pas compte qu’il ne faisait que servir les intérêts d’autrui.

Mais en vérité, c’était son destin qui venait d’être scellé.

Car à l’instant où celui qui avait révélé son Byakugan – enfin rétabli depuis son face-à-face avec son frère lors du conflit des Bakuhatsu – voulut préparer sa défense et sa riposte face à la lame de chakra que le Samouraï lui projetait ; il fut pris d’un immobilisme total. Ce n’était pas simplement son déplacement qu’il ne put faire mais aussi tout mouvement au niveau de ses bras et mains.

Son bras de limaille, à peine plus résistant qu’un bras humain constitué d’os, fut tranché.

Le plus terrible n’était pourtant pas la douleur qu’il ressentait à cet instant, mais bel et bien la vision de ce qui arrivait derrière. En effet, le crapaud avait déjà dégainé, modélisé et envoyé des lames de vent vers le Quatrième de la Roche. Si grâce à la souffrance qui l’avait sûrement libéré de ses mouvements, il fut impossible pour le gardien d’Iwa d’esquiver en totalité l’offensive du crapaud.

Son autre bras ainsi que son pied droit, furent tranchés.

Kyôshirô le Faux Borgne tomba au sol. Lui qui pensait que la blessure infligée par son frère Kenta lui avait donné la douleur d’une vie, il s’était ainsi rendu compte de son erreur. Même lorsque l’Homme au Chapeau lui avait tranché le bras à Wasure no Kuni, il n’avait eu aussi mal.

Est-ce que sa souffrance n’était pas surtout liée aux conséquences de sa défaite ? Lui qui avait mis si longtemps à débarrasser Iwagakure no Satô des traîtres et idiots, il allait laisser sa cité aux mains de vulgaires criminels qui ne souhaitaient même pas réellement l’attaquer ?

L’homme dont il ne restait plus que le tronc, un pied et heureusement la tête tenta de se relever. Cela lui fut interdit. Alors il releva la tête et frappa le sol avec son menton pour tenter de se déplacer médiocrement au sol. Mais il sentait déjà ses forces, et même la douleur, le quitter. Quelle ironie de ne pas avoir pu réutiliser ne serait-ce qu'une seule technique du clan de sa mère...

Il revit de nombreux visages, comme si l’on souhaitait rendre sa mort moins difficile à accepter.
Il revit les visages de futurs grands shinobis comme Toph, Tenzin ou Muramasa, qu’il se rappela avoir éveillé et encadré.
Il revit les visages des Byakuren, d’un père juste et d’une fille à qui il avait permis d’accomplir son rêve : celui d’être une kunoichi prête à se battre pour son village et son pays.
Il revit les visages d’Hisa et de Gabushi, à qui il avait permis d’entamer la révolte de justice pour Tetsu no Kuni. Il ne douta d’ailleurs pas un seul instant qu’ils réussiraient.

Car Iwagakure no Satô était plus grand qu’hier. N’était-ce pas là le signe que, peut-être, Bakuhatsu Hyûga Kyôshirô avait accompli sa tâche ? Il aurait certes aimé continuer à le faire, mais au moins allait-il mourir en protégeant les siens…

… rien à voir avec ce Kirijin, qui avait affronté sans honneur sous le contrôle d’une femme qui lui avait sans doute conféré des techniques aux capacités absurdes, mais qui ne sauraient faire face à la grandeur de tout un village uni. Oserait-il seulement rentrer chez lui ? Mais le pourrait-il seulement ?

Pour le Yondaime Tsuchikage, il était déjà chez lui. Et à l’heure de s’écrouler pour la dernière fois sur ses terres, son ultime force lui permit d’arracher un rictus. Il avait gagné un combat bien plus important que celui-ci. Celui de toute une vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

3/02. Sous un Mirage Empty
Dim 28 Avr 2019 - 22:25
« Encore une illusion, hein.. »

Je lançai un regard circulaire autour de moi : je pouvais voir plusieurs têtes familières qui m'entouraient avec un visage souriant et chaleureux. Nous étions tous à poil dans les sources chaudes avec des grands mères partout autour de nous ainsi que des singes. Au dessus de nos têtes, il y avait des cerisiers en fleur et on pouvait voir des petits goûters qui flottaient sur l'eau. La scène ressemblait à une réunion promotionnelle - une de ces réunions qui regroupaient tous les genins de la promotion et que j'esquivais toujours avec horreur..

« P'tain de merde.. »

Le pire de tout, c'était que j'avais l'impression d'être le centre de l'attention de tout ce beau monde et surtout des grandes mères qui arrivaient en masse - allez savoir d'où elles sortaient. Je ne pouvais m'empêcher de ressentir des frissons et j'étais sincèrement à deux doigts hurler - surtout qu'elles ne se gênaient pas pour me tricoter avec curiosité. Cette scène ressemblait véritablement à un cauchemar et même pire qu'un cauchemars.. Et en fond, il y avait une petite musique de méditation qui cherchait à me convertir à la paix et à la sérénité..

« AAAaaaaah ! »

Je tentas de m'extirper de cette foule, mais final je finis par me faire engloutir. Tête dans l'eau, je fermai un instant les yeux et tout disparut autour de moi pour me laisser tomber dans un nouveau paysage mais qui cette fois-ci n'avait rien d'autre que du blanc. Le plafond était blanc, le sol était blanc, les murs étaient blanc, tout était blanc. D'un air méfiant, je tentai de marcher en avant, mais à ce même instant, j'eus l'impression de voir une image de ma propre mort, de mon propre squelette. Je tentai d'enflammer ma main afin de tenter de me brûler le visage et me réveiller de ce mauvais rêve, mais aucune flamme n'apparut. Je sentis mon corps s'alourdir peu à peu. Je compris à cet instant même l'intérêt de cette illusion.

« Oh.. »

Elle reflétait nos pires craintes et la mienne - c'était le vide et l'ennui, l'incapacité à se mouvoir, l'incapacité à me battre. Je n'avais pas peur de la douleur, pas peur de la mort, mais j'avais peur de l'ennui. C'était pire que la mort. C'était quand on ne faisait rien que l'on avait vraiment l'impression de mourir à petit feu.. Peu à peu, je me faisais engloutir par le paysage, par le vide, par le blanc - incapable de bouger. J'étirai un léger sourire. Ce n'était pas facile de représenter l'ennui. Ne possédant pas grande peur ou honte en moi, ce genre de sortilège n'était pas des plus efficaces, mais je félicitais d'avoir trouvé ce point faible.

En réalité, je pouvais me libérer de l'illusion, mais me restait-il suffisamment d'énergie ? Je sentais mon énergie me quitter et j'arrivais à bout de force. Merde ! Merde. Merde. Soit je me libérais et je m'évanouissais à la sortie, soit je continuais de rester dans cette illusion.. Dans les deux cas, c'était mauvais pour moi. J'avais comme l'impression que c'était la fin.. Calmement, fermant les yeux, je me laissai aller à la méditation comme une dernière défense de mon esprit face au pouvoir de l'ennui. C'était dans ces moments là que je repensais à Sesshu - merci frère de m'avoir appris à méditer ! - même si je commençais également à ressentir des limites.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 30 Avr 2019 - 13:41




« TENPEICHII »
天変地異
cataclysme




la pupille qui scintille devant la terre qui s'embrase



Là où on le pensait conquis par la voix mélodieuse et insidieuse de la femme aux marques frontales, Xûen accomplissait quelque chose qu’il avait longtemps refoulée. Contre laquelle il avait bien des années lutté. Cela aurait été mentir que de renier l’influence du contrôle ; cependant c’était bien le visage de Kôsuke, sa main sur son épaule et leurs derniers adieux qui motivaient sa lame quand elle glissa hors de son fourreau tandis que le Batracien chantait. Un chant qui semblait triste et qui devint requiem. Un requiem d’un froid aussi glacial que passionné ; une composition funeste en l’honneur de Kyôshirô.

Sa propre lame trancha d’abord la prothèse de fer, d’une coupe propre et précise ; chose aisée quand l’adversaire ne pouvait bouger. C’est la suite qui fut étonnante.

Malgré que la douleur lui aurait normalement permis le déplacement, il n’en fut rien et le Mirage ne put admirer la vélocité qui avait permis de le saisir précédemment en le sortant d’Iwagakure no Satô. Le vent formé via les uchigatanas de l’énorme crapaud Bushi vint encore une fois le délester de ses chairs et il y perdit l’un de ses membres supérieurs. Dévasté, au sol, le Bakuhatsu nouvellement Hyûga aux yeux du Kirijin tenta tout de même de se relever ; sa détermination était louable.

En face de lui, infirme, il voyait l’Ombre de la Terre vivoter de ses dernières forces. Il voyait le résultat de ce qui était un crime de guerre qui paraîtrait pour ceux au courant de l'entièreté de cet épisode comme une fumisterie propulsée par Mamushi. Xûen lui avait perdu toute clairvoyance et comme il s’en doutait, cela n’apaisa en rien sa soif de vengeance pour l’âme de son frère d’arme tombé de ces mêmes mains métaphoriques ; celles de la Pierre.

Pourtant, dans la noirceur de l’abysse semblait gésir une lueur d’espoir, un crépuscule à ses chaînes d’ombres. Dans son esprit, il venait d’exécuter l’ordre concret qui lui avait été adressé. Détruire Iwa.

Et Iwagakure no Satô, sa personnification était détruite, démembrée à quelques mètres de sa main. L’ordre avait été mené à bien par le fils du Vent et de l’Eau.

Dans nombres de cultures, son opposant avait eu une mort enviée ; sur le champ de bataille en luttant pour sa cause. Et il avait d’une certaine façon réussie. Doucement, un pas après l’autre, Xûen avança jusqu’à rencontrer le vide et descendit du haut de son perchoir, se réceptionnant avec l’agilité féline qu’on lui connaissait pour s’approcher du Bakuhatsu ; toujours à bonne distance.

Cela avait été presque trop facile et il n’était pas à l’abri d’un soubresaut. Vu la capacité explosive démontrée, il ne prit pas de risque et fit glisser doucement son wakizashi à l’air libre.
D’un mouvement sec, il le lança au niveau de la nuque et il s’enfonça jusqu’à rencontrer la pierre. Ceci fait, il arriva au niveau du cadavre pourvu de la cape floquée.

« Qu’avons nous fait, Shinkirô ? »« Ce qui devait l’être. J’ai pris une vie mais j’en épargnerais ainsi des centaines ou plus. Au moins sa mort ne sera pas vaine. » Lâcha-t-il au batracien sans se donner la peine de le regarder, tandis qu’il se baissait pour attraper le corps et ce qui restait de la prothèse, laissant derrière lui les autres membres sectionnés.

Il se tourna ensuite vers Gamakenshi et de son bras libre, fit signe de de l’index et du majeur de descendre son immense gueule. Après l’avoir enroulé dans sa propre cape qu’il avait ôté, il l’enfourna dans sa gueule. « Désolé pour le goût du sang. » Puis il posa sa main au sol après s’être mordu le pouce et fit apparaître le plus petit de ses contractés ; Gamamikai.



Non-dérangé par le Faux-Borgne à l’oeil blanc, le clone eut tout le plaisir de se diriger vers les Remparts et de les franchir pour retrouver son coéquipier aux prises avec la demoiselle au masque. Arrivé sur place,d’un pas lent il arriva aux côtés d’Honô et sans signe d’agression envers la Byakuren, frappa simplement du plat de sa main la nuque de son acolyte et élève pour l’assommer. Encore contrôlé, il pouvait être un sacré problème bien qu’il ignorait sa faiblesse actuelle. Mais le voir ainsi immobile les yeux dans le vague lui fit comprendre que c’était bien elle qui était responsable du Genjutsu qu’il avait Kai et son disciple en subissait sûrement une itération actuellement.

Tandis qu’il se penchait pour ramasser son enveloppe charnelle inerte, il jeta un regard du froid mordoré de ses pupilles à Yume. Elle était blessé, visiblement dans un piteux état ; elle ne pourrait survivre à un affrontement avec lui et il n’avait aucune raison d’en provoquer un.

« C’est terminé. Nous rentrons. Sache que ce n’est pas Kiri qui a frappé ou même commandité cela ; le temps vous apprendra les réels engrenages de cette mascarade. » Il commença à se retourner et reprit le même chemin en sens inverse, jusqu’à qu’il se stoppe, le temps de tourner une moitié de son visage vers elle. De son corps émana une aura chakratique dorée et venteuse, aussi chaude qu’explicite. « N’y pense pas. » Si elle attaquait, elle perdrait la vie. « Je ne suis pas un lâche ; alors sache que si un jour tu veux en apprendre plus… Cherche le Mirage. »

Voilà ce qu’avait été cette journée ; un Mirage. Une illusion d’en apprendre plus sur la banque Sabaku, sur ce contrat pour reconstruire Kiri. Et quand l’intangible effluve s’était effacée, il ne resta que mort et désolation, conflits et gangrène. Son acte allait causer bien des problèmes, Xûen en était conscient. Contrôlé ou pas, Iwagakure no Satô voudrait à son tour faire respecter la loi du Talion.. Bien que de dos, le ninja était prêt et il avança toujours plus loin..




« Un monstre énorme comme t’en as jamais vu, Xû ! J’te jure, un truc à faire pâlir le Sennin. » De sa prose hésitante et agitée, il put enfin tirer un propos clair. Il n’avait pas le temps d’attendre Ikaku. Encore au temple à garder les enfants qui s’étaient entichés de lui, le petit batracien semblait avoir vu le Shinigami lui-même.

Mais même pressé, le ninja n’était pas stupide. Il fit disparaître son crapaud contenant le corps dans sa bouche et regroupa ses clones. Deux groupes de deux, dont l’un des deux portait sur son épaule Honô le temps qu’il reprenne conscience. Chacun prit une direction plausible.

Sans se retourner, il quitta la devanture du village et prit la route au sein de Tsuchi no Kuni. Shinkirô no Xûen avait fait assez de mal ici et il était temps de protéger les siens d’un monstre qui n’était pas sans rappeler celui libéré des années plus tôt à Kaze no Kuni. Le cycle se répétait. Il commettait une erreur et les siens se voyaient frappés ardemment par le destin. Pas deux fois. Mâchoire serré, sa vitesse de croisière atteinte, il se hâta de rejoindre son point de chute et reprendre ensuite son immense Galère vers Mizu no Kuni.

Son âme avait été impactée à jamais par les événements d'aujourd'hui, et une de ses noires facettes lui chuchotait déjà à l'oreille...

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Mar 30 Avr 2019 - 23:26
Pour le Yondaime Tsuchikage, il était déjà chez lui. Et à l’heure de s’écrouler pour la dernière fois sur ses terres, son ultime force lui permit d’arracher un rictus. Il avait gagné un combat bien plus important que celui-ci. Celui de toute une vie...

... une vie qui allait s'arrêter. Mais si ce rictus symbolisait son abnégation, il imageait aussi sa volonté implacable de tenir. Car tant qu'il n'y aurait que la caresse du vent et sa douleur ténue, le Faux-Borgne ne saurait trouver le repos dans le confort qu'il espérerait. Sa mission se devait de se finir sur la meilleure des notes.

Certes, ses forces l'avaient quittées : il lui aurait été impossible de lancer le moindre jutsu. En face, ce Samouraï accompagné de ce crapaud aux techniques étrangement surpuissantes avaient sans aucun doute une réserve suffisante de chakra. Mais il y avait un espoir.

L'espoir que le Kenjutsu, le Taijutsu et le Genjutsu ne soient que les seuls domaines d'expertise de ces adversaires contrôlés par la femme aux tâches mauves. En réalité : il n'y avait qu'une seule connaissance à craindre, celle de la Sensorialité.

C'est alors que lorsque le Bakuhatsu, dans un état qu'il n'aurait su décrire lui-même, sentit comme une enveloppe s'emparer de son corps, il voulut y croire. Il voulut croire que son adversaire n'avait rien deviné. Il voulut croire que l'animal n'avait rien senti.

Car tandis que l'ennemi s'emparait de son corps presque sans vie, le sceau d'une vie s'activait.
Et la mort actée du Tsuchikage donna naissance à l'explosion qui symboliserait la volonté d'Iwagakure no Satô. Celle que qu'importe les circonstances ou les ennemis : il ne saurait être Iwajin d'abdiquer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

3/02. Sous un Mirage Empty
Jeu 2 Mai 2019 - 23:21




« TENPEICHII »
天変地異
cataclysme




Xûen était un être attentif et prévenant ; d’où son geste de jeter sa lame la plus courte vers la nuque de celui qu’il savait capable de détonner. Et pourtant, ce fut cet être qu’il avait été presque aisé de défaire qui fut encore une fois source de problème et d’explosion. Alors empaqueté et prêt à être emporté pour servir de monnaie d’échange ou au moins de levier, il se mit à émaner d’un chakra proche de celui sorti de son poing plus tôt. Un chakra mortifère n’ayant pour but que d’annihiler le samuraï et son batracien.

Quand il sentit l’explosion naître dans sa bouche et que le Bushi en sentit la chaleur, il ne put la désinvoquer. Et même si cette dernière naissait d’un corps meurtri et avait à traverser la chair inguinale de son acolyte batracien, elle restait un point. Un point final à son existence s’il ne réagissait pas ; d’abord ce fut le blast qui traversa chacune de ses fibres musculaires, chaque vaisseau sanguin, faisant exploser la plupart d’entre eux. Mais il était le Mirage et voilà qu’était venu le moment d’affirmer ce surnom, de le porter à bras-le-corps. Il sembla disparaître et l’ombre éthérée derrière lui fut carbonisée.

Mais déjà son bras d’arme, le gauche, avait dégainé Brise-Glace. Et comme elle avait autrefois tranché les Hyosa et leurs soldats, elle trancha l’explosion et pas une langue de feu n’attint sa tenue noir de jais, intacte si ce n’était pour la manche déchirée à l'atterrissage. La coupe fut puissante, plus que l’Oeil Blanc de l’ombre défunte n’avait pu en admirer auparavant. Et le chakra céda sous la volonté implacable de Shinkirô no Xûen ; comme un dernier affront à celui qui venait de donner sa vie pour ôter la sienne. Le souffle passa et quand la poussière vint à retomber, sur les genoux face à l’immensité de la Roche se tenait le dernier bastion de la volonté du sabreur, de longs sillons carmins aux coins de la bouche. Il cracha un peu du sang qui innondait ses papilles, gardant toutefois ce goût qu’il connaissait si bien.

Ses dernières forces, il allait les employer avec sagesse, comme toujours. Ses doigts composèrent longement quelques mudras. Lentement, avec précision. Devant le brun apparut alors un Crapaud Titanesque qui faisait passer le précédent pour une demi-portion. Le Sennin lui-même, effaré de voir son signataire dans un tel état.

Mais le calme en tout temps de Xûen avait laissé place à un large sourire béat, presque enfantin. Sur les rotules face à ce titan émeraude, il se parla de prime abord à lui-même.

« Sôsuke est vengé et je suis si fatigué, Sennin-san. » Sa respiration saccadée s’apaisa tandis que ses traits s’éclairèrent sur sa peau hâlée. « Pardonnez-moi, je ne suis pas celui que j’espérais être. Je vais la rejoindre, maintenant. »

3/02. Sous un Mirage FYyNZIx


Son visage et son parfum fruité semblèrent frapper son âme et tandis que petit à petit ses paupières se cloitraîent pour donner sur un noir opaque. Il la voyait au loin, tendant une main affectueuse. L’invitant à passer cette frontière qu’il avait autrefois tant frôlé. Muet devant cette scène, berçant de son ombre les maigres pulsations d’un corps physique qui laissait échapper le spirituel, l’immense main attrapa le Fils du Vent au creux de sa main.

« Tu as été bien plus que cela, 妙木山立ち番 ๑ Myōbokuzan no Tachiban. Maintenant, repose en paix. Les batraciens ne t’oublieront pas. »

Et dans le même nuage de fumée, il retourna avec le corps exhalant de ses derniers soupirs vers le Mont Myôboku.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6062-moningusuta-no-xuen

3/02. Sous un Mirage Empty
Dim 5 Mai 2019 - 18:15

Sous un mirage.


Une expression après l'autre ; Le visage du Mizujin se faisait et défaisait à chaque nouvelle seconde. Un puzzle émotionnel qui démontrait à quel point ses pensées pouvaient l’enchaîner et bâtir des mondes emmurés. Si tu n’éprouvais aucun plaisir à le voir agir comme un aliéné esseulé, un certain soulagement vint remplacer l'angoisse d'un duel meurtrier. Ton destin hasardeux semblait toujours appeler les détraqués à toi, masquée ou non, princesse ou sans visage. Une nouvelle gangrène avait germé, l'idée que tu ne faisais que retarder l’inévitable, comme un saltimbanque qui devait sans cesse courir sur les braises s'il ne voulait pas brûler. Ta course était interminable, une fuite en avant qui n'avait de cesse de te rapprocher de ce que tu craignais par dessus tout : Être indigne. Qu'y avait-il de glorieux à observer ainsi en silence un homme torturé par ses propres démons ? De se battre en fuyant ? D'être à peine capable de se protéger soi même ?

Autour, le feu ravageait ça et là les recoins du village. Soldats comme civils se ruaient pour graver ou protéger la Roche, mais rien que leurs altercations rendaient Iwa méconnaissable. Les débris s'entassaient au ralenti, pendant que ton corps fatiguait et peinait à suivre le rythme des combats. Un ninja lambda aurait profité de l'instant d’envoûtement de son adversaire pour l'achever physiquement, mais tu n'avais jamais su faire. Condamnée à subir plus qu'à punir, les yeux dans le vide, vers des prunelles qui ne te voyaient même plus. Ce pantin désarticulé t'obligeait également à poursuivre la technique, puisant des ressources que tu savais limitées. S'il ne tombait pas d'aliénation rapidement, tu plongerais probablement la première dans un monde de néant.

Un souffle lourd, des muscles tremblants. Le sang qui coulait de ta nuque continuait de repeindre une tenue trop soyeuse pour en masquer la couleur. Du carmin affamé, un corps épuisé. Tu croules sous ton propre poids, genoux à terre. L'illusion... Devait cesser.

Une silhouette surplombe alors l'assimilateur et l'assomme d'un coup sec de la main. Sans aucun effort, il avait réussi à le plonger dans un sommeil éphémère, rendant alors caduc ton utilisation de technique. L'espoir d'y voir là un geste de renfort fut vite balayé par le visage qui te surplombait désormais. Le même qui avait disparu plus tôt sous la charge explosive de Kyoshiro.

Une angoisse naissante. S'il était là, qu'advenait-il de Kyoshiro ? La panique te fit chercher du regard un visage familier, en vain. Où était-il ? Où était l'Ombre d'Iwa ?! Tu voulais te relever, mais tes jambes s'étaient paralysées, obligeant ton corps tout entier à rester au sol. Même tes mots ne sortaient pas ; tu aurais voulu l'appeler, crier au mensonge, à la diffamation, mais seul un souffle saccadé s'extirpa avec peine de tes poumons.

Le corps du Kirjin s'était revêtu d'une aura mordorée, comme s'il devait imposer sa présence et rappeler ton regard à lui. Une réussite hasardeuse, puisque ta conscience commençait à faiblir ; tes propres cauchemars devenaient réalité. Un village brûlé de l'intérieur, des pantins sans foi ni loi qui l'assaillent, l'absence d'une Ombre... Et ta piètre incapacité qui ne faisait que renforcer la discorde ambiante.

-Où... est... Kyoshirô ? 

Fausse question, fausse curiosité. Tu ne voulais pas connaître la réponse. Ni la voir, ni l'entendre. Rien. Plus rien. Juste la nuit et le silence, juste l'oubli et la disparition. Si ton corps souffrait, ton esprit lui, s'envolait petit à petit dans les bras des célestes. Une nouvelle fuite face à une réalité trop rude à encaisser. Le chaos puis... Le vide.

Spoiler:
 


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

3/02. Sous un Mirage

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°4 : Cataclysmes :: Partie n°3, Iwa : Le Son du Cataclysme
Sauter vers: