Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

3/05. Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Empty
Sam 13 Avr 2019 - 19:42


Seigi Gekkô rêvait d’être le plus grand voleur du Grand Continent et de ses Archipels : comment aurait-il pu ne pas s’intéresser au Contrat du Siècle et au lien qui le reliait au casse de la Banque Sabaku ?

La récompense promise pour le Contrat du Siècle n’intéressait guère Chôkoku no Sakuya-Hime, la petite fille du Seigneur de Jôheki no Kuni. Mais la renommée qu’elle aurait pu avoir en l’accomplissant aurait été immense.

Les deux shinobis indépendants ne pouvaient se douter que Mamushi les piègerait et les enverrait raser Iwa. Mais même s’ils ne pouvaient aller à l’encontre de cet ordre ultime, ils pouvaient chacun trouver de l’intérêt dans cet épisode. Seigi Gekkô aurait sûrement des choses à voler dans les ruines d’Iwagakure no Satô s’il vainquait, quant à Sakuya-Hime, comment pourrait-on ne pas gagner de renommée en ayant participé à la destruction d’un des trois grands villages cachés ?

Mais avant cela, il faudrait remporter leur combat aux remparts du village, face à deux Iwajins qui arrivaient…


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le lundi 15 avril pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Les personnages Kirijins et Indépendants qui sont sous l'ordre de Mamushi ne sont pas véritablement contrôlés : ils gardent le contrôle de leurs corps, émotions, sens. Ils ne peuvent néanmoins pas aller à l'encontre d'une envie irrésistible de raser Iwa, cela peut signifier tuer des Iwajins ou détruire le village en fonction des personnages.

  • La majorité des Iwajins devront se placer eux-mêmes dans les groupes pour défendre leur village. Il faudra pour cela poster dans un sujet de placement qui sortira une fois les groupes tous postés.

  • S'ils ne se font pas vaincre ou capturer par Iwa, Seigi Gekkô et Chôkoku no Sakuya-Hime qui sont passés par Murashigure remporteront un nouveau rouleau aléatoire.

  • Ce groupe se déroule aux remparts du village, à l'extérieur. La guerre fait rage autour de vous.

Ordre de post :
  • Seigi Gekkô

  • Chôkoku no Sakuya-Hime

  • Han Musashi

  • Oterashi Yanosa

Bon RP à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 13 Avr 2019 - 23:59
☽☾ N’oublie pas ce que je t’ai appris Gekkō.
☽☾ Hm.

Le blond se contenta d'acquiescer de façon sérieuse. Finalement, il avait passé quelques mois à Hayashi après son arrivée pour le moins mouvementé, et la rencontre qu’il y avait fait avec un être pour le moins surprenant. Lui qui voulait toujours se débrouiller seul et qui n’était guidé que par son hubris, n’était pas déçu de la relation qu’il avait nouée, et de l’aide qui l’avait reçu grâce à cela. Après tout, le sage avec qui il avait fait connaissance était tout aussi rusard que lui. Seulement, un événement était venu tout bouleverser. Un événement qui ne pouvait pas laisser le jeune voleur de marbre. Le casse du siècle, tel que l’avait décrit le Kunaï Émoussé. L’un des lieux les plus protégés du monde avait été cambriolé. Le jeune Gekkō avait encore du chemin à parcourir pour prendre la place de plus grand voleur au monde, place qui était sans doute désormais à attribuer aux auteurs de ce casse. Le contrat du siècle qui était apparu en parallèle avait définitivement arraché le blond à son entraînement. Si depuis sa désertion, le jeune n’avait cessé de s’entraîner chaque jour, la rencontre qu’il avait fait à Hayashi ne lui avait permit que de s’améliorer encore. Peu à peu, il avait réussi à développer son endurance et par-delà, grâce à tous ses efforts et à l’expérience acquise, c’est aussi en énergie physique et spirituel qu’il avait gagné, et donc en chakra. Lors de son amère défaite au tournoi de Kaze no Kuni, c’était exactement ce qui lui avait semblé le plus manqué pour faire la différence. Il était maintenant résolu à se prouver à lui-même qu’il avait progressé.

Le contrat du siècle, trop gros pour un gamin comme lui ? Surement pas, son caractère égocentrique et orgueilleux était toujours là, et il ne changerait pas. Qui plus est, le contrat stipulait qu’il fallait se rendre à Murashigure, une ville d’Ame, la prochaine destination que voulait prendre le blond. Ce ne pouvait être que le destin. Il n’avait d’ailleurs pas mis une seule seconde à se décider. D’autant plus qu’il se tenait toujours très informé de la situation internationale. Et vu les échauffements qui se dessinaient un peu partout sur la carte du monde, Murashigure ne pouvait être que l’un des lieux de cette effervescence. Le lieu où il fallait être pour participer à l’histoire et tenter de tirer son épingle du jeu. Au fond de lui, le blond espérait aussi que l’auteur du casse et de ce contrat soit une seule et même personne, l’homme au chapeau. Il avait envie de se rapprocher de cet homme et potentiellement de rejoindre sa cause, alors ça faisait sens.

~

Dans cette ville, par sa nature emplis en permanence d’un nombre incommensurable de criminel, et encore plus par l’apparition de ce contrat, Gekkō se sentait à l’aise. Il baignait dans son monde. Un monde, souvent vu de façon très noire de l’extérieur, mais qui au final, était seulement juste très gris. Le Seigi n’aimait pas voir le monde d’une façon manichéenne. Parmi les criminels qu’il y avait ici, tous étaient très loin de n’être que des mauvais bougres. Pour lui, l’égoïsme n’était pas spécialement un défaut, alors il n’allait pas reprocher à d’autres d’agir ainsi, tout comme lui. Il avait bien conscience cependant de son insolence, lorsqu’il voyait l’intérêt porté à récompense qui selon les propres mots de la parution, dépasserait l’entendement. Si cela comptait pour Gekkō, c’était secondaire. La réussite d’un tel contrat était bien plus importante. C’était un peu comme s’il emportait par procuration une partie de la renommée du vol de la banque Sabaku.

Tous ne pensaient pas comme lui, et de façon assez prévisible, de nombreux débordement avait lieu entre les criminels. Gekkō préférait rester à l’écart. Il s’amusait à voir ses hommes et ses femmes s’entretuer pour une récompense qu’ils n’avaient même pas encore. Au passage, il ne pouvait s’empêcher de réfléchir. Si le lien avec le casse de la banque Sabaku ne faisait pas vraiment de doute, il posait une question de taille. Pourquoi quelqu’un qui avait les capacités de commettre un tel casse avait besoin d’une quelconque aide, et était pour cela prêt à mettre en jeu son gain mirobolant… Mirobolant, il l’était d’ailleurs sans doute trop. Est-ce que tout cela n’était qu’un énorme coup monté pour préparer quelque chose d’encore plus grand ? Perché en hauteur, le Seigi n’allait pas tarder à avoir sa réponse puisqu’une voix résonna partout et annonçait ce qui allait se jouer… La destruction d’Iwa, rien que cela.

Et s’était un ordre. En soi, le blond qui éprouvait une assez grande détestation pour les villages cachés n’y voyait aucun mal. Cependant, il s’était bien rendu compte qu’il avait perdu une partie de son libre-arbitre et que rien ne l’empêcherait de partir sur Iwa. C’était donc ça… Ce nom… Mamushi… Il s’agissait d’une lieutenante de l’homme au chapeau… La face du monde ne serait plus la même après cet événement. Le Seigi ne regrettait pas d’en être. Son égo espérait simplement qu’il réussirait à se faire un nom avant sa mort, si tel devait être la suite...

~

Les remparts d’Iwa n’avaient pas grand chose à voir avec ceux de Jôheki, mais c’était toujours un mur à franchir. Les Iwajins n’allaient bien évidemment pas se laisser faire. De quoi tester ses nouvelles aptitudes. À ses côtés, Gekkō remarqua une jeune fille qui avait dans les mêmes âges que lui. Ayant fait le voyage, elle était si on peut vraiment appeler cela un camp, dans le même camp que lui. Face à eux, c’est vraisemblablement des Iwajins s'approchait. Tout autour, d’autres combats avaient déjà commencé, la violence faisait rage. est-ce que du bon pouvait vraiment sortir de tout ça ? C’est ce que le voleur voulait découvrir. Et pour cela, il devrait survivre. Il souri. Durant le voyage, il avait préparé une ruse que lui avait appris son ami à Hayashi. De petits parchemins, de même taille que les parchemins explosifs, et teints de la même façon mais aucunement opérant. Adjoint avec un vrai parchemin explosif, cela pouvait porter à confusion pour créer une brèche. Il avait saisi dans sa sacoche un de ses kunais, sur lequel était attaché l’un des fameux faux parchemins. Il est l’heure. Ce premier coup allait montrer la fausseté du parchemin. Mais le but était de dérouter les sens de l’adversaire qui ne saura dès lors plus si le parchemin est explosif ou non.


☽☾ Alors la racaille Iwajin, montrez nous un peu ce que vous savez faire !

Il avait instinctivement parlé au pluriel même si ce n’était pas son habitude. Même s’il n’avait pas le moins du monde porté d’intérêt à celle qui était à ses côtés, le combat qui allait s’ouvrir serait sans doute entre les deux Iwajins qui arrivaient, et eux deux. Il jeta alors promptement son kunai vers eux, tout en leur adressant un sourire mesquin. Advienne que pourra.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 14 Avr 2019 - 18:44
« Iwa…Iwa… » Sifflait irrémédiablement une voix obscure.

La nuit de la princesse de Jôheki était agitée. C’était encore un énième jour de voyage avec ses compagnons iwajins : un jeune genin impétueux et la sérieuse Gabushi.
A eux trois ils avaient fait le long voyage depuis le pays de Jôheki jusqu’à Tsuchi.
Konohana était impatiente : elle allait enfin atteindre sa nouvelle terre d’accueil.
Mais pour l’instant la jeune fille était perdue dans ses pensées.
Emmitouflée dans son épaisse couverture, l’aveugle se concentrait sur les respirations lentes de ses deux compagnons de route pour s’endormir.

Les deux iwajins dormaient depuis déjà un moment. Ce n’était pas le cas de la jôhekijin qui ne trouvait pas le sommeil.
Une étrange voix soufflait dans sa tête depuis quelques minutes. Ce phénomène inquiétait la jeune fille qui n’avait jamais rien vécu de tel. On ne lui connaissait pourtant aucune maladie mentale.
Konoha n’arrivait pas à l’ignorer, si seulement elle savait pourquoi, comment ?
Cette voix ne semblait pourtant pas venir de dehors. On aurait dit que quelqu’un parlait directement dans sa tête.

La demoiselle s’assit sur son matelas de fortune. Les deux ninjas ne bronchèrent pas.
Elle tenait à ne pas les réveiller.
Elle poussa sa couverture délicatement pour ne pas les réveiller. Elle voulait mettre les choses aux clairs, la personne qui lui parlait de devait pas être loin.
Elle ne préféra pas enfiler ses chaussures, de peur de faire trop de bruit.
Elle se leva sans un bruit et s’éloigna du camp.
Les voix se firent plus présentes à mesure qu’elle s’éloignait du camp et de ses protecteurs.
Quand elle jugea qu’elle était assez loin, elle se mit à courir. Elle s’enfuit de plus en plus loin, se mettant à courir de plus en plus vite.

L’aveugle eut bien de la chance que la pleine soit vierge de pierres car son handicap l’empêcha de remarquer les racines qui serpentaient sur son chemin. Se prenant les pieds dedans, ce qui devait arriver arriva et elle chuta. Dévalant quelques mètres, se couvrant de terre et de feuilles, elle se mordit les lèvres pour ne pas crier.

« Détruire… »

« Qui êtes-vous ?! » finit-elle pas dire, jugeant qu’elle était allée assez loin pour pouvoir parler sans risque de réveiller les deux guerriers.

A peine relevée de sa cascade, elle fût rejetée au sol par une migraine soudaine.
Se tenant la tête, elle s’agenouilla, complètement paniquée par la situation.
La douleur se fit plus forte à mesure que la voix étrangère se faisait plus insistante.

« Détruit Iwa ! »

« Dé..Détruire Iwa.. » Répéta-t-elle.

La douleur s’estompa petit à petit et la voix avec elle. La femme aux cheveux blancs lâcha sa tête, encore sous le choc de ce qui venait de lui arriver.
« Qu’est-ce que c’était que ça.. »
Elle se releva d’un bond et plongea les mains dans les sacs de glaise qu’elle portait en permanence, même pour dormir !

« Je n’ai pas besoin de voix dans ma tête pour me dire ce que je sais déjà ! »
Elle ressortit ses mains gluantes les sacs, libérant les deux langues de leur orifice.

En quelques mûdras elle fit apparaître un flamant rose fait de glaise. Elle posa les pieds dessus et lui donna l’ordre de s’envoler.

« En route vers Iwa ! »

Mon grand-père va être si fier de moi !

Spoiler:
 

_________________
3/05. Vol et renommée 57221_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 14 Avr 2019 - 23:34
Ce matin-là, comme à son habitude, Yanosa s’était levé de bonne heure, avant que les premiers rayons du soleil ne viennent à poindre de leur lueur rosée. Il aimait conserver cette routine, de façon à toujours avoir l’impression d’avoir l’initiative sur la journée qui allait débuter, même si ce contrôle demeurait en définitive assez illusoire. Cela lui permettait, entre autres, de se préparer dans le calme et de récupérer de nuits souvent assez éreintantes. En effet, si ses douleurs quotidiennes pouvaient être gérées grâce à une alliance de transe combative et d’un état de colère latent quasi permanent, elles pouvaient difficilement servir à quoi que ce soit ou être amadouées d’une quelconque façon la nuit, où le corps voulait et devait se reposer à tout prix. Le fait est que ce matin-là, les rituels paisibles et posés du pugilistes aux cheveux rouges se trouvèrent fortement perturbés lorsque la sirène d’alarme générale du village se mit à retentir en propageant son acoustique stridente dans tous les baraquements et toutes les rues qui le constituait. Aussitôt, le sang de l’Oterashi ne fit qu’un tour : dans ces conditions, pas le temps d’enfiler son uniforme. Il attrapa au vol son ceinturon d’équipement qu’il équipa aussi sec et passa la fenêtre de son petit logement spartiate pour immédiatement se retrouver à l’air libre.

Déjà en tous sens, les shinobis les plus réactifs s’agitaient de façon ordonnée et dans une urgence palpable. A ce stade, impossible de dire ce qui était en train de se passer et quelle était la nature de l’urgence, mais Yanosa songea immédiatement à l’attaque récente de la Fanatique, contre lequel lui et le dénommé Taishi avaient combattu. Et si un adversaire d’une puissance ne serait-ce que vaguement équivalente était à nouveau parvenu jusqu’aux Crocs Rocheux ? Rapidement, l’Oterashi intercepta la trajectoire d’un gradé en se calant sur sa vitesse pour l’interroger sans le forcer à ralentir.

« Senpai ! Pourquoi la générale a été déclenchée ?!
- Une armée ! Des dizaines, peut-être des centaines de guerriers, des shinobis ! Ils nous attaquent majoritairement depuis le sud, rendez-vous à votre poste désigné en cas d’invasion !
 »

Yanosa n’avait pas besoin d’en entendre davantage. Il connaissait la procédure, il connaissait ses prérogatives, et savait donc exactement où se rendre pour défendre le village. Mais, au fond de lui, un traumatisme pas si ancien commençait déjà à se réveiller. Il se rappela, comme un seul bloc, de cette déferlante de shinobis de l’Eau qui lui avait valu toutes ces souffrances tant physiques que psychologiques. Il savait l’impuissance qu’il était possible de ressentir, lorsque des camarades tombaient au combat autours de vous. Et, par dessus tout, il ne voulait pas revivre tout ça. Toute cette rééducation, ces entraînements douloureux et difficiles, cette quête d’amélioration perpétuelle dans laquelle il s’était relancé, tout cela ne pouvait pas avoir été en vain. D’une allure redoublée, il fonça donc vers son poste. Et, en chemin, une silhouette familière se joignit à lui dans la course à la défense.

« Musashi ! Content de te voir, même si j’aurais aimé que ce soit dans d’autres circonstances… ! Iwa est attaqué, on a affaire à peut-être plus d’une centaine de shinobis, il faut faire vite ! »

Le duo se hâta de se rendre à son poste, qu’ils partageaient à fortiori étant données leur trajectoire convergente. Une fois arrivé en hauts des remparts, à l’écart des Crocs Rocheux, Yanosa scruta les alentours : partout déjà, les combats étaient engagés contre les forces d’invasion, en apparence aussi disparates qu’une bande de mercenaires amateurs. Sauf qu’en pratique, de véritables jutsu shinobi fusaient bel et bien en tous sens, et c’était une vraie bataille pour la vie ou la mort qui était en train de débuter. L’Oterashi serra la mâchoire, identifiant les deux silhouettes qui arrivaient sur lui et Musashi. L’une d’elle, perchée sur un oiseau blanc à la texture singulière, fit hausser un sourcil au pugiliste.

« Musashi, celui-là manipule de l’argile explosive. Je fais souvent équipe avec un membre de leur clan, un Chôkoku, qui maîtrise la même technique. Fais attention. »

Au même moment, en provenance de la silhouette en contrebas qui courait en direction du rempart, Yanosa identifia un projectile qui fusait droit dans leur direction. D’un pas appuyé et rapide, le guerrier à la toison écarlate se plaça sur sa trajectoire et le balaya à l’aide de son brassard droit, renvoyant le kunai en acier en bas du rempart sans ménagement.

« La seule racaille ici, c’est vous et toute votre clique. Repartez, ou vous en subirez les conséquences… ! »

Sur ces mots, Yanosa exécuta une brève kata de combat et termina son mouvement en position de garde, cette même position que Musashi connaissait à présent assez bien, et qui prouvait tout le sérieux qui se trouvait derrière ses paroles.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

3/05. Vol et renommée Empty
Lun 15 Avr 2019 - 18:30

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Je m’étais levé de bon matin pour rejoindre le terrain d’entraînement. Contrairement à d’habitude, je n’avais pas prévu grand-chose, si ce n’était de passer une bonne partie de la journée à méditer. Oui, les séances de méditation occupaient une place importante dans mon entraînement quotidien, car, elles permettaient de me remettre constamment en question et de toujours relativiser ma situation, quelle qu’elle soit. Cependant, alors que je m’approchais de plus en plus des hauts plateaux, une alarme retentit dans tout le village, m’obligeant ainsi freiner ma course. Le son de cette alarme m’était familier, et je savais malheureusement d’avance qu’elle n’annonçait rien de bon. Après tout, la dernière fois qu’elle avait retentit c’était lors de l’invasion des ninja de Kiri, mettant le village à feu et à sang : un événement pour le moins traumatisant. Je me souvenais assez bien de ce jour-là, je n’étais encore qu’un petit apprenti ninja à l’académie, incapable d’aider et de sauver quiconque en danger. Quoi qu’il en soit, je craignais le pire, et lorsque je me retournai pour m’enquérir de la situation, mon intuition se confirmait… Les gens couraient dans tous les sens, tandis que de nombreux shinobis se dépêchaient d’établir la procédure d’évacuation, encadrant tant bien que mal tous ces civils désemparés.

J’avais du mal à expliquer la situation : en effet, comment les choses pouvaient changer à ce point, et ce d’un instant à un autre ? Une guerre ? Une invasion ? Autre chose ? Je ne savais pas ce qu’il en était réellement, mais cela laissait présager le pire. Bref, de mon côté, je m’empressais d’apporter mon aide à ceux qui en avaient le plus besoin, du moins jusqu’à ce qu’un autre shinobi pointe le bout de son nez pour m’assigner ailleurs :

« Merci pour ton aide, mais on va s’occuper de la procédure d’évacuation. Tu devrais vite rejoindre les autres sur le front, ils ont plus besoin de ton aide que nous. »

« Pas de problème, mais tu peux peut-être m’expliquer ce qui se passe ? »

« Désolé, je n’en sais pas plus que toi, si ce n’est qu’on est envahi… »

Hum, une invasion donc. Sans perdre un instant, je parcourais tout le village pour ainsi me diriger vers l’extérieur, là où le véritable combat avait lieu. En cours de route, je m’interrogeais alors sur le nombre de nos ennemis et la raison de leur attaque. En effet, je cherchais à comprendre les choses, même si je savais que je n’aurais probablement pas l’once d’une réponse, du moins probablement pas avant la fin des hostilités. Bref, soudain, alors que je m’approchais de plus en plus de la sortie, j’aperçus une silhouette qui m'était familière au loin, c’était Yanosa, aucun doute là-dessus. Je m’empressais alors de le rejoindre, histoire de l’accompagner et d’en savoir un peu plus sur la situation…

« Oy Yanosa, tu sais ce qui se passe, hein ?! » M’enquis-je, d’un air inquiet.

Mon camarade me confia alors qu’Iwa était attaqué par plusieurs centaines de shinobis, confirmant ainsi les dires de l’homme affecté à l’évacuation des civils.

« Hum, je vois, tu as raison dépêchons nous ! »

Enfin, quelques temps plus tard, nous arrivâmes au-dessus des remparts du village, situé près des crocs rocheux. On pouvait clairement observer le champ-de-bataille, où les combats faisaient rages. Nos ennemis étaient bien plus nombreux que je l’imaginais, et tous nos shinobis étaient mobilisés pour leur tenir tête. Puis, soudain deux personnes firent leur apparition, une dans les airs, au-dessus d'un drôle d’oiseau blanc, et une autre arrivant en face de nous. Yanosa me mit alors immédiatement en garde contre la femme dans les airs, me confiant que sa capacité c’était la manipulation de l’argile explosif. En réalité, ça ne me disait pas grand-chose, mais le mot « explosif » suffit amplement pour que je me fie d’elle.

« Entendu, merci pour l’info » Fis-je, en observant l’oiseau d’un air pensif.

Au même moment, l’autre type nous jeta un kunai muni d’un sceau explosif. Alors que je m’apprêtais à sursauter en arrière, Yanosa se débarrassa facilement du kunai en question, le renvoyant ainsi en bas du rempart. Après quoi, mon partenaire adopta une posture de combat, ne manquant pas de répondre à la provocation du type d’en face.

« Yanosa-san, je te laisse t’en occuper, le temps que je tente quelque chose » Fis-je, en reculant de plusieurs pas.

Après quoi, je fis exploser une boule de fumigène, me coupant ainsi de la vue de mes adversaires. J’enchaînai alors rapidement sur une technique de multicolonnage, faisant ainsi apparaître trois clones à mes côtés. Sans perdre un instant, un des clones quitta la fumée pour connaître la position de la femme à l’argile explosif. Il se situait derrière moi, cherchant à mettre le plus de distance possible entre nous. Un autre se transforma en un kunai que je tenais désormais entre les mains, avec quatre autre kunai dont l’un muni de parchemin explosif. Enfin, le dernier clone se plaça sur le flanc gauche, mettant aussi le plus de distance possible entre nous. Quant à moi, je m’avançai d’un pas lent, prêt à lancer les hostilités.

« Bon bah quand il faut y aller faut aller » Fis-je, en lançant un kunai en direction de l’oiseau, suivit d’un deuxième muni de parchemin explosif.


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Lun 15 Avr 2019 - 19:33, édité 1 fois (Raison : Petite précision sur la position d'un clone.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387

3/05. Vol et renommée Empty
Mar 16 Avr 2019 - 12:21
Le travail d’équipe, c’était tout sauf le fort du jeune Gekkō, mais en pareille situation, il aurait été absurde de faire sans. S’il était assez autocentré, il agissait avec beaucoup d’opportunisme. Voyant que la jeune fille à ses côtés appartenait bien à son camp, il n’allait donc pas hésiter à travailler avec elle. Il en allait après tout de leur propre survis. Voyant qu’elle venait de créer un oiseau d’argile, il eut un infime moment d’hésitation. Le clan manipulant l’argile explosive était après tout lié à Iwa… Cependant, les deux adversaires qui arrivaient de front ne la prenaient pas pour une alliée, et Gekkō ne tergiversa pas une seconde de plus. Il avait largement de quoi se défendre promptement si ça tournait mal. D’une brève impulsion de chakra dans ses membres, il chargea vers l’oiseau qui était en train de s’envoler, et s’y agrippa.

☽☾ Si ça ne te gêne pas, je vais profiter de la vue. Moi c’est Kei.

Il avait préféré donner une fausse identité, un shinobi n’était jamais trop prudent. Tout en s’exprimant, il n’avait cependant pas perdu de temps, ni l’œil sur ses adversaires. L’un d’eux plus en retrait avait d’ailleurs lancé une fumigène dans le même temps que la charge du blond, quant à l’autre, il avait sans sourciller dévier le kunai à l’aide d’un brassard métallique. Ne craignait-il aucunement les explosions ou avait-il compris le leurre ? Les deux indépendants le comprendraient bien vite, vu la spécialité de la jeune fille. Sur le flanc avant gauche, le shinobi du fond avait profité de la bombe fumigène pour se cloner, et préparer à son tour une ruse diversive. L’une des silhouettes était partie pour se placer totalement sur le flanc gauche, à l’opposé de l’oiseau en somme, parmi les deux autres, l’une avait pris un peu plus de recul en arrière, tandis que la dernière était restée aux mêmes points s’armant de kunais. Difficile d’envisager lesquels étaient les clones. Celui qui n’avait pas bougé ne tarda pas à le faire puisqu’il s’engagea un peu plus en avant pour projeter deux kunais, dont l’un était muni d’un parchemin explosif.

☽☾ Je m’en charge, murmura le Seigi à l’égard de son hôte en mentionnant clairement les kunais qui fondaient sur eux.

En effet, il avait durant son observation déjà, dégainé son arbalète. C’était maintenant que le petit as du tir allait devoir faire ses preuves. Sans délai, son œil perçant avait visé et tiré. Le premier vireton fut pour le kunai muni d’un parchemin. Percuté de sorte à le détruire, tout perturbant le chemin du second kunai qui chuta irrémédiablement. Six des carreaux infusés au futon qui suivirent furent tirés sur le shinobi en position de combat. Deux plutôt sur la gauche, deux plutôt sur la droite, les deux restants un plutôt vers l’arrière et l’autre plutôt vers l’avant. À moins de connaître une ruse supplémentaire, le ninja devrait parer pour s’extraire d’une telle situation. Faisant mine d’avoir changé de cible, Gekkō visait désormais en cible son autre adversaire. Lequel ? Le plus, proche pour ne pas perdre le coup. Les trois derniers viretons se dirigèrent en triangle sur le blond avec les kunais. Avec moins de carreaux, il ne pouvait pas procéder de la même façon que pour l’autre, mais avait choisi de tout de même en orienté un plus sur l’épaule droit, un autre sur le gauche et le dernier sur la tête.

☽☾ Am, stram, gram ! Entonna Gekkō, qu’on aurait de loin pu croire en train de jouer du violon.

À peine eut-il fini cette volée, qu’il était déjà en mesure de tirer de nouveau. Et cette fois ça cible était toujour le châtain aux brassards métalliques. Donnant toute sa force. Le blond avait visé sans une once d’hésitation avec fulgurance. Les deux carreaux utilisés étaient cette fois de type mantra. Leur tête un peu aplatie ne fait guère peur à voir, et rares sont ceux qui ont le réflexe de s’en méfier au premier regard d’après l’expérience du Seigi. Toutefois, bien qu’ils ne perforent pas, la force et leur poids initial, portés à pleine vitesse, les rendent tout bonnement redoutables. Le fūton dont Gekkō les infusent, ne faisant qu’accélérer un peu plus leur course, et décupler le poids d’impact, ils peuvent facilement briser un membre ou assommer s’ils ne sont pas correctement évités.

☽☾ Si tu as des ressources à utiliser… Il faudrait que nous ne leur laissions pas l’initiative, indiqua le Seigi à voix basse.

Ce dernier n'aimait guère qu'on le commande, qui était-il pour le faire aux autres. Il était pourtant bien ici « sur commande » même s'il préférait ne pas voir les choses de cette façon. Dans tous les cas pour Gekkō s'était clair, leur adversaire devraient esquiver avant d'attaquer. Et c'était probablement le meilleur moment pour surcharger le front.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287

3/05. Vol et renommée Empty
Mer 17 Avr 2019 - 21:20
A peine l’oiseau de glaise quitta le sol qu’un aventureux shinobi sauta de plein pied sur la créature factice.
« Mais qu’est-ce que… »
A peine eut-elle commencé de protester que son passager clandestin la rassura.
Les deux ninjas semblaient être du même camp, ayant pour but commun la destruction de l’édifice.
Et puis après quelques secondes de réflexion… Konoha savait bien qu’étant aveugle elle avait bien besoin d’un guide pour lui dire où aller.

« Bon vu que tu t’es invité sur mon oiseau tu vas te rendre utile Kei. »

La femme aux cheveux blancs enfonça ses mains dans la glaise constituant l’échassier. L’oiseau n’était pas conçu pour porter deux personnes. Elle devait se concentrer d’avantage pour maintenant la solidité de l’édifice.

Elle sentit l’homme derrière elle s’agiter.

Etait-on attaqué ?

L’oiseau ne reçu pourtant aucun projectile.
Konohana sentit le vent changer près du ninja inconnu, il avait jeté quelque chose, un kunaï sans doute. Mais le déplacement de l’air occasionné était trop grand pour être de ce seul fait.
L’homme avait du utiliser un plus grand projectile ou l’avoir insufflé de chakra.

Konoha sentait Kei s’agiter derrière elle.

Après son assaut, l’homme se tourna vers la princesse de Jôheki, lui intimant de se mettre elle-aussi à attaquer les ninjas d’Iwa.

« On a pas le temps pour le menu fretin. » gronda la jeune femme.
S’intéresser à des ninjas ? Non, Konohana avait un programme bien plus intéressant en tête.
Elle le savait plus que quiconque ici, Iwa renfermait un trésor pour tous les artificiers du Yuukan.

« J’ai un plan mais pour ça j’ai besoin de toi. »
La femme aux cheveux blancs pris une grande inspiration.

« Les membres de mon Clan ont un quartier qui leur est dédié à Iwagakure. Ils ont également des entrepôts remplis de glaise explosive. Tu vois ce à quoi je pense ? »
La femme aux cheveux blancs attendait la réponse du shinobi.

Elle espérait que cela soit un oui. C’était la meilleure façon de porter un grand coup à Iwa.



_________________
3/05. Vol et renommée 57221_s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime

3/05. Vol et renommée Empty
Hier à 12:43
Si il n’avait jamais vraiment espéré que les adversaires qui se présentaient devant lui et Musashi se trouvent impressionnés par leur position ferme et décidée, ou bien décident de prendre son avertissement au sérieux en faisant demi-tour, constater leur détermination à maintenir leur assaut sur Iwa n’en restait pas moins pour Yanosa un tantinet contrariant. Peut-être était-il trop tôt, songea-t-il, pour qu’il soit replongé ainsi dans un scénario qu’il avait déjà vécu, et dont l’issue s’était révélée catastrophique, mais il se ravisa en voyant le jeune homme au niveau du sol sauter d’une traite sur l’oiseau de la Chôkoku et s’équiper de l’arbalète qu’il avait dans le dos. L’heure était au combat pur et dur, et aucun mot, aucunes paroles ou grand discours ne pouvait désormais, semblait-il, infléchir le cours des choses. Ces combattants, d’où qu’ils puissent venir, étaient là pour nuire à Iwa, à son village, et il était hors de question pour l’Oterashi de les laisser faire le moindre dégât ou le moindre mal à ses structures et habitants. Les préoccupations d’Iwa à l’étranger étaient déjà bien trop importantes pour qu’ils puissent se permettre de subir cette attaque et d’accumuler les pertes, et le guerrier à la toison écarlate était bien décidé à agir pour le bien de sa nation quoi qu’il lui en coûte. Et malgré son goût pour les duels honorables au corps-à-corps, avoir Musashi à ses côtés pour l’épauler était un réconfort certain.

Ce dernier, d’ailleurs, commença par se camoufler dans les volutes violacées d’un fumigène : Yanosa n’eut pas besoin d’explications pour comprendre immédiatement que le bretteur était sur le point de se cloner pour brouiller les pistes et multiplier les angles d’attaque potentiels, stratégie qu’il affectionnait particulièrement. L’Oterashi, pendant ce temps, mettait la main à sa sacoche pour s’armer d’un kunai, qu’il lia rapidement à sa bobine de fil de fer, se préparant à l’action qui ne tarda pas à décoller, bon gré mal gré, lorsque leur adversaire masculin arma son arbalète en position de tir. Et, de façon assez intéressante, c’était lui qu’il prenait d’abord pour cible. Les carreaux se mirent alors à pleuvoir dans la direction du pugiliste, qui estima rapidement et efficacement leur trajectoire pour placer ses avant-bras armés en opposition, frappant activement à l’aide de ses brassards les quelques carreaux qui lui étaient destinés pour réduire encore leur impact. Quelques projectiles, durant la salve, se dirigèrent vers Musashi, ou du moins l’un des Musashi, mais Yanosa ne s’en inquiéta pas, se concentrant sur la parade successive des différents projectiles qui lui étaient destinés, qui disposaient certes d’un pouvoir cinétique assez important et sans effort pour leur utilisateur, mais qui furent bien incapables de submerger ses réflexes et sa rigueur physique.

Mais comme toute arme, celle-ci avait sans doute besoin d’être rechargée. Et, par définition, une ouverture se créait donc dans le front adverse. La jeune femme, qui manipulait vraisemblablement l’argile explosive tout comme Ibiki, se contenta dans ce laps de temps d’enfoncer ses mains dans son volatile artificiel pour maintenir son altitude. La faille était là, se dit Yanosa, et certainement que Musashi savait déjà ce qu’il comptait faire sans qu’il ait à lui en expliquer les détails. Et en cet instant, l’intérêt ô combien vital de l’entraînement entre pairs se fit encore plus clair dans l’esprit du pugiliste, qui chargea une grande quantité de chakra dans ses pieds, sur le bord du rempart, avant de s’élancer avec toute la vélocité dont il était capable droit sur l’oiseau, droit sur sa créatrice. Son chakra bouillonnait tellement en lui en cet instant qu’il eut alors l’impression de s’envoler sans jamais avoir à regagner la terre ferme, mais il rassembla vite son focus habituel en arrivant sur sa cible, terminant son salto en lui assénant le premier coup de son enchaînement avec le talon directement sur la tête. Après avoir planté son kunai dans l’oiseau dans le même mouvement, il se redressa d’un coup pour frapper la Chôkoku dans le foie d’un uppercut ravageur, avant de finir son enchaînement par un crochet encore plus puissant à destination du bras pour le briser tout à fait.

Juste à côté se trouvait encore très certainement le jeune homme à l’arbalète, qui avait le plus activement des deux envahisseur bravé l’avertissement de Yanosa, mais ce dernier ne craignait rien car, il le savait, un professionnel du combat à distance couvrait ses arrières.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

3/05. Vol et renommée Empty
Hier à 23:41

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Alors que j’essayais de mettre en place un plan visant à faire tomber la Kunoichi, le blondinet bondit contre toute attente sur le dos de l’oiseau blanc, venant ainsi contrarier légèrement mes plans. S’il était resté bien sagement au sol, Yanosa se serait certainement occupé de son cas, pendant que de mon côté j’exécute mon « plan » dans le plus grand des calmes... Cependant, maintenant qu’ils se trouvaient tous les deux dans les airs, la situation me paraissait plus compliquer car, en cas d’attaque, l’un des deux pouvait clairement assurer la défense de l’autre.

« Hum, voilà qui est fort contrariant… » Fis-je, à voix basse.

Cela étant, je ne perdais pas espoir car, j’étais persuadé que tôt ou tard, nos deux adversaires feront une erreur. D’ailleurs pour les encourager dans cette voie, je ne manquai pas de leur envoyer deux kunais, dont l’un muni de parchemin explosif. Sans perdre un instant, le blondinet se saisit de son arme, contrant ainsi aisément mes projectiles. Le kunai muni d’un sceau explosif explosa alors dans les airs, créant ainsi écran de fumée entre mes adversaires et moi. Après quoi, l’arbalétrier se tourna vers Yanosa, l’assaillant ainsi de plusieurs carreaux à priori infusés de chakra. Au même moment, mon clone, celui situé à l’arrière, se décala légèrement sur le flanc droit, prenant ainsi position sur le bord du rempart. Il avait un angle de tir presque parfait, n’attendant plus que le bon moment pour agir.

Enfin, lorsque le blondinet finit avec l’adepte du Taijutsu, il se tourna dans ma direction, me lançant à mon tour trois carreaux, toujours infusés de chakra. Je recouvris alors immédiatement mon poing de shôton, contrant ainsi aisément le carreau qui arrivait sur ma tête. Ne restant plus que deux, l’un effleura mon épaule gauche, causant une petite blessure très légère, tandis que l’autre se planta dans mon épaule droit, causant une blessure un peu plus sérieuse. Voyant Yanosa avancer, puis charger la kunoichi, je souris à cet instant, faisant signe à mon clone d’attaquer.

Ainsi, mon clone sur le flanc droit lança une dizaine d’aiguilles sur le blondinet, ne lui laissant guère le temps de se préoccuper de la Chôkoku. De mon côté, je fis mine de me tordre de douleur, lançant ainsi hasardeusement deux kunais, l’un étant bien sûr mon clone recourant à la technique de « Henge ». L’idée était de faire croire à mon adversaire que je ne visais pas bien, à cause de son carreau qui était toujours logé dans mon épaule droit. Ainsi, le premier kunai passa au-dessus sa tête, tandis que le second, à savoir le clone transformé, se situait encore plus au-dessus de leur tête, de sorte à ce qu’ils ne s’en préoccupent même pas. Sans perdre un instant, le clone repris alors forme, exécutant rapidement quelques mudras dans la foulée donnant lieu à un loup de foudre visant à frapper le blondinet de plein fouet.

« Et si tu commençais par descendre de ce foutu piaf ?!! » Fit mon clone, d’un air agacé.

Les choses se passaient trop vite et dans un timing presque « parfait ». Dès lors, on pouvait se demander si nos adversaires auraient le temps nécessaire pour voir les choses arriver, mais aussi s’ils étaient dans la capacité de pouvoir réagir à temps. Quoi qu’il en soit, j’étais persuadé que le loup de foudre allait faire de dégâts, des dégâts pouvant même déborder sur la Kunoichi. Cependant, si cette technique pouvait d’ordinaire être maintenue pour encore plus d’efficacité, cette fois-ci, compte tenu de la hauteur, elle devrait disparaître après avoir frappé sa cible, et ce probablement avec mon clone.

Quoi qu’il en soit, pendant ce temps, je retirai d’un coup sec le carreau logé dans mon épaule, puis je serrais fermement les dents pour faire abstraction de la douleur. Enfin, je dégainai mon sabre dissimulé sous ma cape, me tenant ainsi prêt à m’en servir si nécessaire. Au même moment, mon clone situé sur le flanc gauche s’approchait de ma position, prêt à exécuter la suite du plan, si tant est que nos adversaires s’en sortent…


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée 75gs

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Jeu 18 Avr 2019 - 23:42, édité 1 fois (Raison : Mise en page)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387

3/05. Vol et renommée

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°4 : Cataclysmes :: Partie n°3, Iwa : Le Son du Cataclysme
Sauter vers: