Soutenez le forum !
1234
Partagez

3/05. Vol et renommée

Maître du Jeu
Maître du Jeu

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 13 Avr 2019 - 19:42


Seigi Gekkô rêvait d’être le plus grand voleur du Grand Continent et de ses Archipels : comment aurait-il pu ne pas s’intéresser au Contrat du Siècle et au lien qui le reliait au casse de la Banque Sabaku ?

La récompense promise pour le Contrat du Siècle n’intéressait guère Chôkoku no Sakuya-Hime, la petite fille du Seigneur de Jôheki no Kuni. Mais la renommée qu’elle aurait pu avoir en l’accomplissant aurait été immense.

Les deux shinobis indépendants ne pouvaient se douter que Mamushi les piègerait et les enverrait raser Iwa. Mais même s’ils ne pouvaient aller à l’encontre de cet ordre ultime, ils pouvaient chacun trouver de l’intérêt dans cet épisode. Seigi Gekkô aurait sûrement des choses à voler dans les ruines d’Iwagakure no Satô s’il vainquait, quant à Sakuya-Hime, comment pourrait-on ne pas gagner de renommée en ayant participé à la destruction d’un des trois grands villages cachés ?

Mais avant cela, il faudrait remporter leur combat aux remparts du village, face à deux Iwajins qui arrivaient…


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le lundi 15 avril pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Les personnages Kirijins et Indépendants qui sont sous l'ordre de Mamushi ne sont pas véritablement contrôlés : ils gardent le contrôle de leurs corps, émotions, sens. Ils ne peuvent néanmoins pas aller à l'encontre d'une envie irrésistible de raser Iwa, cela peut signifier tuer des Iwajins ou détruire le village en fonction des personnages.

  • La majorité des Iwajins devront se placer eux-mêmes dans les groupes pour défendre leur village. Il faudra pour cela poster dans un sujet de placement qui sortira une fois les groupes tous postés.

  • S'ils ne se font pas vaincre ou capturer par Iwa, Seigi Gekkô et Chôkoku no Sakuya-Hime qui sont passés par Murashigure remporteront un nouveau rouleau aléatoire.

  • Ce groupe se déroule aux remparts du village, à l'extérieur. La guerre fait rage autour de vous.

Ordre de post :
  • Seigi Gekkô

  • Chôkoku no Sakuya-Hime

  • Han Musashi

  • Oterashi Yanosa

Bon RP à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 13 Avr 2019 - 23:59
☽☾ N’oublie pas ce que je t’ai appris Gekkō.
☽☾ Hm.

Le blond se contenta d'acquiescer de façon sérieuse. Finalement, il avait passé quelques mois à Hayashi après son arrivée pour le moins mouvementé, et la rencontre qu’il y avait fait avec un être pour le moins surprenant. Lui qui voulait toujours se débrouiller seul et qui n’était guidé que par son hubris, n’était pas déçu de la relation qu’il avait nouée, et de l’aide qui l’avait reçu grâce à cela. Après tout, le sage avec qui il avait fait connaissance était tout aussi rusard que lui. Seulement, un événement était venu tout bouleverser. Un événement qui ne pouvait pas laisser le jeune voleur de marbre. Le casse du siècle, tel que l’avait décrit le Kunaï Émoussé. L’un des lieux les plus protégés du monde avait été cambriolé. Le jeune Gekkō avait encore du chemin à parcourir pour prendre la place de plus grand voleur au monde, place qui était sans doute désormais à attribuer aux auteurs de ce casse. Le contrat du siècle qui était apparu en parallèle avait définitivement arraché le blond à son entraînement. Si depuis sa désertion, le jeune n’avait cessé de s’entraîner chaque jour, la rencontre qu’il avait fait à Hayashi ne lui avait permit que de s’améliorer encore. Peu à peu, il avait réussi à développer son endurance et par-delà, grâce à tous ses efforts et à l’expérience acquise, c’est aussi en énergie physique et spirituel qu’il avait gagné, et donc en chakra. Lors de son amère défaite au tournoi de Kaze no Kuni, c’était exactement ce qui lui avait semblé le plus manqué pour faire la différence. Il était maintenant résolu à se prouver à lui-même qu’il avait progressé.

Le contrat du siècle, trop gros pour un gamin comme lui ? Surement pas, son caractère égocentrique et orgueilleux était toujours là, et il ne changerait pas. Qui plus est, le contrat stipulait qu’il fallait se rendre à Murashigure, une ville d’Ame, la prochaine destination que voulait prendre le blond. Ce ne pouvait être que le destin. Il n’avait d’ailleurs pas mis une seule seconde à se décider. D’autant plus qu’il se tenait toujours très informé de la situation internationale. Et vu les échauffements qui se dessinaient un peu partout sur la carte du monde, Murashigure ne pouvait être que l’un des lieux de cette effervescence. Le lieu où il fallait être pour participer à l’histoire et tenter de tirer son épingle du jeu. Au fond de lui, le blond espérait aussi que l’auteur du casse et de ce contrat soit une seule et même personne, l’homme au chapeau. Il avait envie de se rapprocher de cet homme et potentiellement de rejoindre sa cause, alors ça faisait sens.

~

Dans cette ville, par sa nature emplis en permanence d’un nombre incommensurable de criminel, et encore plus par l’apparition de ce contrat, Gekkō se sentait à l’aise. Il baignait dans son monde. Un monde, souvent vu de façon très noire de l’extérieur, mais qui au final, était seulement juste très gris. Le Seigi n’aimait pas voir le monde d’une façon manichéenne. Parmi les criminels qu’il y avait ici, tous étaient très loin de n’être que des mauvais bougres. Pour lui, l’égoïsme n’était pas spécialement un défaut, alors il n’allait pas reprocher à d’autres d’agir ainsi, tout comme lui. Il avait bien conscience cependant de son insolence, lorsqu’il voyait l’intérêt porté à récompense qui selon les propres mots de la parution, dépasserait l’entendement. Si cela comptait pour Gekkō, c’était secondaire. La réussite d’un tel contrat était bien plus importante. C’était un peu comme s’il emportait par procuration une partie de la renommée du vol de la banque Sabaku.

Tous ne pensaient pas comme lui, et de façon assez prévisible, de nombreux débordement avait lieu entre les criminels. Gekkō préférait rester à l’écart. Il s’amusait à voir ses hommes et ses femmes s’entretuer pour une récompense qu’ils n’avaient même pas encore. Au passage, il ne pouvait s’empêcher de réfléchir. Si le lien avec le casse de la banque Sabaku ne faisait pas vraiment de doute, il posait une question de taille. Pourquoi quelqu’un qui avait les capacités de commettre un tel casse avait besoin d’une quelconque aide, et était pour cela prêt à mettre en jeu son gain mirobolant… Mirobolant, il l’était d’ailleurs sans doute trop. Est-ce que tout cela n’était qu’un énorme coup monté pour préparer quelque chose d’encore plus grand ? Perché en hauteur, le Seigi n’allait pas tarder à avoir sa réponse puisqu’une voix résonna partout et annonçait ce qui allait se jouer… La destruction d’Iwa, rien que cela.

Et s’était un ordre. En soi, le blond qui éprouvait une assez grande détestation pour les villages cachés n’y voyait aucun mal. Cependant, il s’était bien rendu compte qu’il avait perdu une partie de son libre-arbitre et que rien ne l’empêcherait de partir sur Iwa. C’était donc ça… Ce nom… Mamushi… Il s’agissait d’une lieutenante de l’homme au chapeau… La face du monde ne serait plus la même après cet événement. Le Seigi ne regrettait pas d’en être. Son égo espérait simplement qu’il réussirait à se faire un nom avant sa mort, si tel devait être la suite...

~

Les remparts d’Iwa n’avaient pas grand chose à voir avec ceux de Jôheki, mais c’était toujours un mur à franchir. Les Iwajins n’allaient bien évidemment pas se laisser faire. De quoi tester ses nouvelles aptitudes. À ses côtés, Gekkō remarqua une jeune fille qui avait dans les mêmes âges que lui. Ayant fait le voyage, elle était si on peut vraiment appeler cela un camp, dans le même camp que lui. Face à eux, c’est vraisemblablement des Iwajins s'approchait. Tout autour, d’autres combats avaient déjà commencé, la violence faisait rage. est-ce que du bon pouvait vraiment sortir de tout ça ? C’est ce que le voleur voulait découvrir. Et pour cela, il devrait survivre. Il souri. Durant le voyage, il avait préparé une ruse que lui avait appris son ami à Hayashi. De petits parchemins, de même taille que les parchemins explosifs, et teints de la même façon mais aucunement opérant. Adjoint avec un vrai parchemin explosif, cela pouvait porter à confusion pour créer une brèche. Il avait saisi dans sa sacoche un de ses kunais, sur lequel était attaché l’un des fameux faux parchemins. Il est l’heure. Ce premier coup allait montrer la fausseté du parchemin. Mais le but était de dérouter les sens de l’adversaire qui ne saura dès lors plus si le parchemin est explosif ou non.


☽☾ Alors la racaille Iwajin, montrez nous un peu ce que vous savez faire !

Il avait instinctivement parlé au pluriel même si ce n’était pas son habitude. Même s’il n’avait pas le moins du monde porté d’intérêt à celle qui était à ses côtés, le combat qui allait s’ouvrir serait sans doute entre les deux Iwajins qui arrivaient, et eux deux. Il jeta alors promptement son kunai vers eux, tout en leur adressant un sourire mesquin. Advienne que pourra.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Chôkoku no Sakuya-Hime
Chôkoku no Sakuya-Hime

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 14 Avr 2019 - 18:44
« Iwa…Iwa… » Sifflait irrémédiablement une voix obscure.

La nuit de la princesse de Jôheki était agitée. C’était encore un énième jour de voyage avec ses compagnons iwajins : un jeune genin impétueux et la sérieuse Gabushi.
A eux trois ils avaient fait le long voyage depuis le pays de Jôheki jusqu’à Tsuchi.
Konohana était impatiente : elle allait enfin atteindre sa nouvelle terre d’accueil.
Mais pour l’instant la jeune fille était perdue dans ses pensées.
Emmitouflée dans son épaisse couverture, l’aveugle se concentrait sur les respirations lentes de ses deux compagnons de route pour s’endormir.

Les deux iwajins dormaient depuis déjà un moment. Ce n’était pas le cas de la jôhekijin qui ne trouvait pas le sommeil.
Une étrange voix soufflait dans sa tête depuis quelques minutes. Ce phénomène inquiétait la jeune fille qui n’avait jamais rien vécu de tel. On ne lui connaissait pourtant aucune maladie mentale.
Konoha n’arrivait pas à l’ignorer, si seulement elle savait pourquoi, comment ?
Cette voix ne semblait pourtant pas venir de dehors. On aurait dit que quelqu’un parlait directement dans sa tête.

La demoiselle s’assit sur son matelas de fortune. Les deux ninjas ne bronchèrent pas.
Elle tenait à ne pas les réveiller.
Elle poussa sa couverture délicatement pour ne pas les réveiller. Elle voulait mettre les choses aux clairs, la personne qui lui parlait de devait pas être loin.
Elle ne préféra pas enfiler ses chaussures, de peur de faire trop de bruit.
Elle se leva sans un bruit et s’éloigna du camp.
Les voix se firent plus présentes à mesure qu’elle s’éloignait du camp et de ses protecteurs.
Quand elle jugea qu’elle était assez loin, elle se mit à courir. Elle s’enfuit de plus en plus loin, se mettant à courir de plus en plus vite.

L’aveugle eut bien de la chance que la pleine soit vierge de pierres car son handicap l’empêcha de remarquer les racines qui serpentaient sur son chemin. Se prenant les pieds dedans, ce qui devait arriver arriva et elle chuta. Dévalant quelques mètres, se couvrant de terre et de feuilles, elle se mordit les lèvres pour ne pas crier.

« Détruire… »

« Qui êtes-vous ?! » finit-elle pas dire, jugeant qu’elle était allée assez loin pour pouvoir parler sans risque de réveiller les deux guerriers.

A peine relevée de sa cascade, elle fût rejetée au sol par une migraine soudaine.
Se tenant la tête, elle s’agenouilla, complètement paniquée par la situation.
La douleur se fit plus forte à mesure que la voix étrangère se faisait plus insistante.

« Détruit Iwa ! »

« Dé..Détruire Iwa.. » Répéta-t-elle.

La douleur s’estompa petit à petit et la voix avec elle. La femme aux cheveux blancs lâcha sa tête, encore sous le choc de ce qui venait de lui arriver.
« Qu’est-ce que c’était que ça.. »
Elle se releva d’un bond et plongea les mains dans les sacs de glaise qu’elle portait en permanence, même pour dormir !

« Je n’ai pas besoin de voix dans ma tête pour me dire ce que je sais déjà ! »
Elle ressortit ses mains gluantes les sacs, libérant les deux langues de leur orifice.

En quelques mûdras elle fit apparaître un flamant rose fait de glaise. Elle posa les pieds dessus et lui donna l’ordre de s’envoler.

« En route vers Iwa ! »

Mon grand-père va être si fier de moi !

Spoiler:
 

_________________
3/05. Vol et renommée 57221_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 14 Avr 2019 - 23:34
Ce matin-là, comme à son habitude, Yanosa s’était levé de bonne heure, avant que les premiers rayons du soleil ne viennent à poindre de leur lueur rosée. Il aimait conserver cette routine, de façon à toujours avoir l’impression d’avoir l’initiative sur la journée qui allait débuter, même si ce contrôle demeurait en définitive assez illusoire. Cela lui permettait, entre autres, de se préparer dans le calme et de récupérer de nuits souvent assez éreintantes. En effet, si ses douleurs quotidiennes pouvaient être gérées grâce à une alliance de transe combative et d’un état de colère latent quasi permanent, elles pouvaient difficilement servir à quoi que ce soit ou être amadouées d’une quelconque façon la nuit, où le corps voulait et devait se reposer à tout prix. Le fait est que ce matin-là, les rituels paisibles et posés du pugilistes aux cheveux rouges se trouvèrent fortement perturbés lorsque la sirène d’alarme générale du village se mit à retentir en propageant son acoustique stridente dans tous les baraquements et toutes les rues qui le constituait. Aussitôt, le sang de l’Oterashi ne fit qu’un tour : dans ces conditions, pas le temps d’enfiler son uniforme. Il attrapa au vol son ceinturon d’équipement qu’il équipa aussi sec et passa la fenêtre de son petit logement spartiate pour immédiatement se retrouver à l’air libre.

Déjà en tous sens, les shinobis les plus réactifs s’agitaient de façon ordonnée et dans une urgence palpable. A ce stade, impossible de dire ce qui était en train de se passer et quelle était la nature de l’urgence, mais Yanosa songea immédiatement à l’attaque récente de la Fanatique, contre lequel lui et le dénommé Taishi avaient combattu. Et si un adversaire d’une puissance ne serait-ce que vaguement équivalente était à nouveau parvenu jusqu’aux Crocs Rocheux ? Rapidement, l’Oterashi intercepta la trajectoire d’un gradé en se calant sur sa vitesse pour l’interroger sans le forcer à ralentir.

« Senpai ! Pourquoi la générale a été déclenchée ?!
- Une armée ! Des dizaines, peut-être des centaines de guerriers, des shinobis ! Ils nous attaquent majoritairement depuis le sud, rendez-vous à votre poste désigné en cas d’invasion !
 »

Yanosa n’avait pas besoin d’en entendre davantage. Il connaissait la procédure, il connaissait ses prérogatives, et savait donc exactement où se rendre pour défendre le village. Mais, au fond de lui, un traumatisme pas si ancien commençait déjà à se réveiller. Il se rappela, comme un seul bloc, de cette déferlante de shinobis de l’Eau qui lui avait valu toutes ces souffrances tant physiques que psychologiques. Il savait l’impuissance qu’il était possible de ressentir, lorsque des camarades tombaient au combat autours de vous. Et, par dessus tout, il ne voulait pas revivre tout ça. Toute cette rééducation, ces entraînements douloureux et difficiles, cette quête d’amélioration perpétuelle dans laquelle il s’était relancé, tout cela ne pouvait pas avoir été en vain. D’une allure redoublée, il fonça donc vers son poste. Et, en chemin, une silhouette familière se joignit à lui dans la course à la défense.

« Musashi ! Content de te voir, même si j’aurais aimé que ce soit dans d’autres circonstances… ! Iwa est attaqué, on a affaire à peut-être plus d’une centaine de shinobis, il faut faire vite ! »

Le duo se hâta de se rendre à son poste, qu’ils partageaient à fortiori étant données leur trajectoire convergente. Une fois arrivé en hauts des remparts, à l’écart des Crocs Rocheux, Yanosa scruta les alentours : partout déjà, les combats étaient engagés contre les forces d’invasion, en apparence aussi disparates qu’une bande de mercenaires amateurs. Sauf qu’en pratique, de véritables jutsu shinobi fusaient bel et bien en tous sens, et c’était une vraie bataille pour la vie ou la mort qui était en train de débuter. L’Oterashi serra la mâchoire, identifiant les deux silhouettes qui arrivaient sur lui et Musashi. L’une d’elle, perchée sur un oiseau blanc à la texture singulière, fit hausser un sourcil au pugiliste.

« Musashi, celui-là manipule de l’argile explosive. Je fais souvent équipe avec un membre de leur clan, un Chôkoku, qui maîtrise la même technique. Fais attention. »

Au même moment, en provenance de la silhouette en contrebas qui courait en direction du rempart, Yanosa identifia un projectile qui fusait droit dans leur direction. D’un pas appuyé et rapide, le guerrier à la toison écarlate se plaça sur sa trajectoire et le balaya à l’aide de son brassard droit, renvoyant le kunai en acier en bas du rempart sans ménagement.

« La seule racaille ici, c’est vous et toute votre clique. Repartez, ou vous en subirez les conséquences… ! »

Sur ces mots, Yanosa exécuta une brève kata de combat et termina son mouvement en position de garde, cette même position que Musashi connaissait à présent assez bien, et qui prouvait tout le sérieux qui se trouvait derrière ses paroles.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Lun 15 Avr 2019 - 18:30

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Je m’étais levé de bon matin pour rejoindre le terrain d’entraînement. Contrairement à d’habitude, je n’avais pas prévu grand-chose, si ce n’était de passer une bonne partie de la journée à méditer. Oui, les séances de méditation occupaient une place importante dans mon entraînement quotidien, car, elles permettaient de me remettre constamment en question et de toujours relativiser ma situation, quelle qu’elle soit. Cependant, alors que je m’approchais de plus en plus des hauts plateaux, une alarme retentit dans tout le village, m’obligeant ainsi freiner ma course. Le son de cette alarme m’était familier, et je savais malheureusement d’avance qu’elle n’annonçait rien de bon. Après tout, la dernière fois qu’elle avait retentit c’était lors de l’invasion des ninja de Kiri, mettant le village à feu et à sang : un événement pour le moins traumatisant. Je me souvenais assez bien de ce jour-là, je n’étais encore qu’un petit apprenti ninja à l’académie, incapable d’aider et de sauver quiconque en danger. Quoi qu’il en soit, je craignais le pire, et lorsque je me retournai pour m’enquérir de la situation, mon intuition se confirmait… Les gens couraient dans tous les sens, tandis que de nombreux shinobis se dépêchaient d’établir la procédure d’évacuation, encadrant tant bien que mal tous ces civils désemparés.

J’avais du mal à expliquer la situation : en effet, comment les choses pouvaient changer à ce point, et ce d’un instant à un autre ? Une guerre ? Une invasion ? Autre chose ? Je ne savais pas ce qu’il en était réellement, mais cela laissait présager le pire. Bref, de mon côté, je m’empressais d’apporter mon aide à ceux qui en avaient le plus besoin, du moins jusqu’à ce qu’un autre shinobi pointe le bout de son nez pour m’assigner ailleurs :

« Merci pour ton aide, mais on va s’occuper de la procédure d’évacuation. Tu devrais vite rejoindre les autres sur le front, ils ont plus besoin de ton aide que nous. »

« Pas de problème, mais tu peux peut-être m’expliquer ce qui se passe ? »

« Désolé, je n’en sais pas plus que toi, si ce n’est qu’on est envahi… »

Hum, une invasion donc. Sans perdre un instant, je parcourais tout le village pour ainsi me diriger vers l’extérieur, là où le véritable combat avait lieu. En cours de route, je m’interrogeais alors sur le nombre de nos ennemis et la raison de leur attaque. En effet, je cherchais à comprendre les choses, même si je savais que je n’aurais probablement pas l’once d’une réponse, du moins probablement pas avant la fin des hostilités. Bref, soudain, alors que je m’approchais de plus en plus de la sortie, j’aperçus une silhouette qui m'était familière au loin, c’était Yanosa, aucun doute là-dessus. Je m’empressais alors de le rejoindre, histoire de l’accompagner et d’en savoir un peu plus sur la situation…

« Oy Yanosa, tu sais ce qui se passe, hein ?! » M’enquis-je, d’un air inquiet.

Mon camarade me confia alors qu’Iwa était attaqué par plusieurs centaines de shinobis, confirmant ainsi les dires de l’homme affecté à l’évacuation des civils.

« Hum, je vois, tu as raison dépêchons nous ! »

Enfin, quelques temps plus tard, nous arrivâmes au-dessus des remparts du village, situé près des crocs rocheux. On pouvait clairement observer le champ-de-bataille, où les combats faisaient rages. Nos ennemis étaient bien plus nombreux que je l’imaginais, et tous nos shinobis étaient mobilisés pour leur tenir tête. Puis, soudain deux personnes firent leur apparition, une dans les airs, au-dessus d'un drôle d’oiseau blanc, et une autre arrivant en face de nous. Yanosa me mit alors immédiatement en garde contre la femme dans les airs, me confiant que sa capacité c’était la manipulation de l’argile explosif. En réalité, ça ne me disait pas grand-chose, mais le mot « explosif » suffit amplement pour que je me fie d’elle.

« Entendu, merci pour l’info » Fis-je, en observant l’oiseau d’un air pensif.

Au même moment, l’autre type nous jeta un kunai muni d’un sceau explosif. Alors que je m’apprêtais à sursauter en arrière, Yanosa se débarrassa facilement du kunai en question, le renvoyant ainsi en bas du rempart. Après quoi, mon partenaire adopta une posture de combat, ne manquant pas de répondre à la provocation du type d’en face.

« Yanosa-san, je te laisse t’en occuper, le temps que je tente quelque chose » Fis-je, en reculant de plusieurs pas.

Après quoi, je fis exploser une boule de fumigène, me coupant ainsi de la vue de mes adversaires. J’enchaînai alors rapidement sur une technique de multicolonnage, faisant ainsi apparaître trois clones à mes côtés. Sans perdre un instant, un des clones quitta la fumée pour connaître la position de la femme à l’argile explosif. Il se situait derrière moi, cherchant à mettre le plus de distance possible entre nous. Un autre se transforma en un kunai que je tenais désormais entre les mains, avec quatre autre kunai dont l’un muni de parchemin explosif. Enfin, le dernier clone se plaça sur le flanc gauche, mettant aussi le plus de distance possible entre nous. Quant à moi, je m’avançai d’un pas lent, prêt à lancer les hostilités.

« Bon bah quand il faut y aller faut aller » Fis-je, en lançant un kunai en direction de l’oiseau, suivit d’un deuxième muni de parchemin explosif.


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Lun 15 Avr 2019 - 19:33, édité 1 fois (Raison : Petite précision sur la position d'un clone.)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Mar 16 Avr 2019 - 12:21
Le travail d’équipe, c’était tout sauf le fort du jeune Gekkō, mais en pareille situation, il aurait été absurde de faire sans. S’il était assez autocentré, il agissait avec beaucoup d’opportunisme. Voyant que la jeune fille à ses côtés appartenait bien à son camp, il n’allait donc pas hésiter à travailler avec elle. Il en allait après tout de leur propre survis. Voyant qu’elle venait de créer un oiseau d’argile, il eut un infime moment d’hésitation. Le clan manipulant l’argile explosive était après tout lié à Iwa… Cependant, les deux adversaires qui arrivaient de front ne la prenaient pas pour une alliée, et Gekkō ne tergiversa pas une seconde de plus. Il avait largement de quoi se défendre promptement si ça tournait mal. D’une brève impulsion de chakra dans ses membres, il chargea vers l’oiseau qui était en train de s’envoler, et s’y agrippa.

☽☾ Si ça ne te gêne pas, je vais profiter de la vue. Moi c’est Kei.

Il avait préféré donner une fausse identité, un shinobi n’était jamais trop prudent. Tout en s’exprimant, il n’avait cependant pas perdu de temps, ni l’œil sur ses adversaires. L’un d’eux plus en retrait avait d’ailleurs lancé une fumigène dans le même temps que la charge du blond, quant à l’autre, il avait sans sourciller dévier le kunai à l’aide d’un brassard métallique. Ne craignait-il aucunement les explosions ou avait-il compris le leurre ? Les deux indépendants le comprendraient bien vite, vu la spécialité de la jeune fille. Sur le flanc avant gauche, le shinobi du fond avait profité de la bombe fumigène pour se cloner, et préparer à son tour une ruse diversive. L’une des silhouettes était partie pour se placer totalement sur le flanc gauche, à l’opposé de l’oiseau en somme, parmi les deux autres, l’une avait pris un peu plus de recul en arrière, tandis que la dernière était restée aux mêmes points s’armant de kunais. Difficile d’envisager lesquels étaient les clones. Celui qui n’avait pas bougé ne tarda pas à le faire puisqu’il s’engagea un peu plus en avant pour projeter deux kunais, dont l’un était muni d’un parchemin explosif.

☽☾ Je m’en charge, murmura le Seigi à l’égard de son hôte en mentionnant clairement les kunais qui fondaient sur eux.

En effet, il avait durant son observation déjà, dégainé son arbalète. C’était maintenant que le petit as du tir allait devoir faire ses preuves. Sans délai, son œil perçant avait visé et tiré. Le premier vireton fut pour le kunai muni d’un parchemin. Percuté de sorte à le détruire, tout perturbant le chemin du second kunai qui chuta irrémédiablement. Six des carreaux infusés au futon qui suivirent furent tirés sur le shinobi en position de combat. Deux plutôt sur la gauche, deux plutôt sur la droite, les deux restants un plutôt vers l’arrière et l’autre plutôt vers l’avant. À moins de connaître une ruse supplémentaire, le ninja devrait parer pour s’extraire d’une telle situation. Faisant mine d’avoir changé de cible, Gekkō visait désormais en cible son autre adversaire. Lequel ? Le plus, proche pour ne pas perdre le coup. Les trois derniers viretons se dirigèrent en triangle sur le blond avec les kunais. Avec moins de carreaux, il ne pouvait pas procéder de la même façon que pour l’autre, mais avait choisi de tout de même en orienté un plus sur l’épaule droit, un autre sur le gauche et le dernier sur la tête.

☽☾ Am, stram, gram ! Entonna Gekkō, qu’on aurait de loin pu croire en train de jouer du violon.

À peine eut-il fini cette volée, qu’il était déjà en mesure de tirer de nouveau. Et cette fois ça cible était toujour le châtain aux brassards métalliques. Donnant toute sa force. Le blond avait visé sans une once d’hésitation avec fulgurance. Les deux carreaux utilisés étaient cette fois de type mantra. Leur tête un peu aplatie ne fait guère peur à voir, et rares sont ceux qui ont le réflexe de s’en méfier au premier regard d’après l’expérience du Seigi. Toutefois, bien qu’ils ne perforent pas, la force et leur poids initial, portés à pleine vitesse, les rendent tout bonnement redoutables. Le fūton dont Gekkō les infusent, ne faisant qu’accélérer un peu plus leur course, et décupler le poids d’impact, ils peuvent facilement briser un membre ou assommer s’ils ne sont pas correctement évités.

☽☾ Si tu as des ressources à utiliser… Il faudrait que nous ne leur laissions pas l’initiative, indiqua le Seigi à voix basse.

Ce dernier n'aimait guère qu'on le commande, qui était-il pour le faire aux autres. Il était pourtant bien ici « sur commande » même s'il préférait ne pas voir les choses de cette façon. Dans tous les cas pour Gekkō s'était clair, leur adversaire devraient esquiver avant d'attaquer. Et c'était probablement le meilleur moment pour surcharger le front.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Chôkoku no Sakuya-Hime
Chôkoku no Sakuya-Hime

3/05. Vol et renommée Empty
Mer 17 Avr 2019 - 21:20
A peine l’oiseau de glaise quitta le sol qu’un aventureux shinobi sauta de plein pied sur la créature factice.
« Mais qu’est-ce que… »
A peine eut-elle commencé de protester que son passager clandestin la rassura.
Les deux ninjas semblaient être du même camp, ayant pour but commun la destruction de l’édifice.
Et puis après quelques secondes de réflexion… Konoha savait bien qu’étant aveugle elle avait bien besoin d’un guide pour lui dire où aller.

« Bon vu que tu t’es invité sur mon oiseau tu vas te rendre utile Kei. »

La femme aux cheveux blancs enfonça ses mains dans la glaise constituant l’échassier. L’oiseau n’était pas conçu pour porter deux personnes. Elle devait se concentrer d’avantage pour maintenant la solidité de l’édifice.

Elle sentit l’homme derrière elle s’agiter.

Etait-on attaqué ?

L’oiseau ne reçu pourtant aucun projectile.
Konohana sentit le vent changer près du ninja inconnu, il avait jeté quelque chose, un kunaï sans doute. Mais le déplacement de l’air occasionné était trop grand pour être de ce seul fait.
L’homme avait du utiliser un plus grand projectile ou l’avoir insufflé de chakra.

Konoha sentait Kei s’agiter derrière elle.

Après son assaut, l’homme se tourna vers la princesse de Jôheki, lui intimant de se mettre elle-aussi à attaquer les ninjas d’Iwa.

« On a pas le temps pour le menu fretin. » gronda la jeune femme.
S’intéresser à des ninjas ? Non, Konohana avait un programme bien plus intéressant en tête.
Elle le savait plus que quiconque ici, Iwa renfermait un trésor pour tous les artificiers du Yuukan.

« J’ai un plan mais pour ça j’ai besoin de toi. »
La femme aux cheveux blancs pris une grande inspiration.

« Les membres de mon Clan ont un quartier qui leur est dédié à Iwagakure. Ils ont également des entrepôts remplis de glaise explosive. Tu vois ce à quoi je pense ? »
La femme aux cheveux blancs attendait la réponse du shinobi.

Elle espérait que cela soit un oui. C’était la meilleure façon de porter un grand coup à Iwa.



_________________
3/05. Vol et renommée 57221_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 12:43
Si il n’avait jamais vraiment espéré que les adversaires qui se présentaient devant lui et Musashi se trouvent impressionnés par leur position ferme et décidée, ou bien décident de prendre son avertissement au sérieux en faisant demi-tour, constater leur détermination à maintenir leur assaut sur Iwa n’en restait pas moins pour Yanosa un tantinet contrariant. Peut-être était-il trop tôt, songea-t-il, pour qu’il soit replongé ainsi dans un scénario qu’il avait déjà vécu, et dont l’issue s’était révélée catastrophique, mais il se ravisa en voyant le jeune homme au niveau du sol sauter d’une traite sur l’oiseau de la Chôkoku et s’équiper de l’arbalète qu’il avait dans le dos. L’heure était au combat pur et dur, et aucun mot, aucunes paroles ou grand discours ne pouvait désormais, semblait-il, infléchir le cours des choses. Ces combattants, d’où qu’ils puissent venir, étaient là pour nuire à Iwa, à son village, et il était hors de question pour l’Oterashi de les laisser faire le moindre dégât ou le moindre mal à ses structures et habitants. Les préoccupations d’Iwa à l’étranger étaient déjà bien trop importantes pour qu’ils puissent se permettre de subir cette attaque et d’accumuler les pertes, et le guerrier à la toison écarlate était bien décidé à agir pour le bien de sa nation quoi qu’il lui en coûte. Et malgré son goût pour les duels honorables au corps-à-corps, avoir Musashi à ses côtés pour l’épauler était un réconfort certain.

Ce dernier, d’ailleurs, commença par se camoufler dans les volutes violacées d’un fumigène : Yanosa n’eut pas besoin d’explications pour comprendre immédiatement que le bretteur était sur le point de se cloner pour brouiller les pistes et multiplier les angles d’attaque potentiels, stratégie qu’il affectionnait particulièrement. L’Oterashi, pendant ce temps, mettait la main à sa sacoche pour s’armer d’un kunai, qu’il lia rapidement à sa bobine de fil de fer, se préparant à l’action qui ne tarda pas à décoller, bon gré mal gré, lorsque leur adversaire masculin arma son arbalète en position de tir. Et, de façon assez intéressante, c’était lui qu’il prenait d’abord pour cible. Les carreaux se mirent alors à pleuvoir dans la direction du pugiliste, qui estima rapidement et efficacement leur trajectoire pour placer ses avant-bras armés en opposition, frappant activement à l’aide de ses brassards les quelques carreaux qui lui étaient destinés pour réduire encore leur impact. Quelques projectiles, durant la salve, se dirigèrent vers Musashi, ou du moins l’un des Musashi, mais Yanosa ne s’en inquiéta pas, se concentrant sur la parade successive des différents projectiles qui lui étaient destinés, qui disposaient certes d’un pouvoir cinétique assez important et sans effort pour leur utilisateur, mais qui furent bien incapables de submerger ses réflexes et sa rigueur physique.

Mais comme toute arme, celle-ci avait sans doute besoin d’être rechargée. Et, par définition, une ouverture se créait donc dans le front adverse. La jeune femme, qui manipulait vraisemblablement l’argile explosive tout comme Ibiki, se contenta dans ce laps de temps d’enfoncer ses mains dans son volatile artificiel pour maintenir son altitude. La faille était là, se dit Yanosa, et certainement que Musashi savait déjà ce qu’il comptait faire sans qu’il ait à lui en expliquer les détails. Et en cet instant, l’intérêt ô combien vital de l’entraînement entre pairs se fit encore plus clair dans l’esprit du pugiliste, qui chargea une grande quantité de chakra dans ses pieds, sur le bord du rempart, avant de s’élancer avec toute la vélocité dont il était capable droit sur l’oiseau, droit sur sa créatrice. Son chakra bouillonnait tellement en lui en cet instant qu’il eut alors l’impression de s’envoler sans jamais avoir à regagner la terre ferme, mais il rassembla vite son focus habituel en arrivant sur sa cible, terminant son salto en lui assénant le premier coup de son enchaînement avec le talon directement sur la tête. Après avoir planté son kunai dans l’oiseau dans le même mouvement, il se redressa d’un coup pour frapper la Chôkoku dans le foie d’un uppercut ravageur, avant de finir son enchaînement par un crochet encore plus puissant à destination du bras pour le briser tout à fait.

Juste à côté se trouvait encore très certainement le jeune homme à l’arbalète, qui avait le plus activement des deux envahisseur bravé l’avertissement de Yanosa, mais ce dernier ne craignait rien car, il le savait, un professionnel du combat à distance couvrait ses arrières.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 23:41

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Alors que j’essayais de mettre en place un plan visant à faire tomber la Kunoichi, le blondinet bondit contre toute attente sur le dos de l’oiseau blanc, venant ainsi contrarier légèrement mes plans. S’il était resté bien sagement au sol, Yanosa se serait certainement occupé de son cas, pendant que de mon côté j’exécute mon « plan » dans le plus grand des calmes... Cependant, maintenant qu’ils se trouvaient tous les deux dans les airs, la situation me paraissait plus compliquer car, en cas d’attaque, l’un des deux pouvait clairement assurer la défense de l’autre.

« Hum, voilà qui est fort contrariant… » Fis-je, à voix basse.

Cela étant, je ne perdais pas espoir car, j’étais persuadé que tôt ou tard, nos deux adversaires feront une erreur. D’ailleurs pour les encourager dans cette voie, je ne manquai pas de leur envoyer deux kunais, dont l’un muni de parchemin explosif. Sans perdre un instant, le blondinet se saisit de son arme, contrant ainsi aisément mes projectiles. Le kunai muni d’un sceau explosif explosa alors dans les airs, créant ainsi écran de fumée entre mes adversaires et moi. Après quoi, l’arbalétrier se tourna vers Yanosa, l’assaillant ainsi de plusieurs carreaux à priori infusés de chakra. Au même moment, mon clone, celui situé à l’arrière, se décala légèrement sur le flanc droit, prenant ainsi position sur le bord du rempart. Il avait un angle de tir presque parfait, n’attendant plus que le bon moment pour agir.

Enfin, lorsque le blondinet finit avec l’adepte du Taijutsu, il se tourna dans ma direction, me lançant à mon tour trois carreaux, toujours infusés de chakra. Je recouvris alors immédiatement mon poing de shôton, contrant ainsi aisément le carreau qui arrivait sur ma tête. Ne restant plus que deux, l’un effleura mon épaule gauche, causant une petite blessure très légère, tandis que l’autre se planta dans mon épaule droit, causant une blessure un peu plus sérieuse. Voyant Yanosa avancer, puis charger la kunoichi, je souris à cet instant, faisant signe à mon clone d’attaquer.

Ainsi, mon clone sur le flanc droit lança une dizaine d’aiguilles sur le blondinet, ne lui laissant guère le temps de se préoccuper de la Chôkoku. De mon côté, je fis mine de me tordre de douleur, lançant ainsi hasardeusement deux kunais, l’un étant bien sûr mon clone recourant à la technique de « Henge ». L’idée était de faire croire à mon adversaire que je ne visais pas bien, à cause de son carreau qui était toujours logé dans mon épaule droit. Ainsi, le premier kunai passa au-dessus sa tête, tandis que le second, à savoir le clone transformé, se situait encore plus au-dessus de leur tête, de sorte à ce qu’ils ne s’en préoccupent même pas. Sans perdre un instant, le clone repris alors forme, exécutant rapidement quelques mudras dans la foulée donnant lieu à un loup de foudre visant à frapper le blondinet de plein fouet.

« Et si tu commençais par descendre de ce foutu piaf ?!! » Fit mon clone, d’un air agacé.

Les choses se passaient trop vite et dans un timing presque « parfait ». Dès lors, on pouvait se demander si nos adversaires auraient le temps nécessaire pour voir les choses arriver, mais aussi s’ils étaient dans la capacité de pouvoir réagir à temps. Quoi qu’il en soit, j’étais persuadé que le loup de foudre allait faire de dégâts, des dégâts pouvant même déborder sur la Kunoichi. Cependant, si cette technique pouvait d’ordinaire être maintenue pour encore plus d’efficacité, cette fois-ci, compte tenu de la hauteur, elle devrait disparaître après avoir frappé sa cible, et ce probablement avec mon clone.

Quoi qu’il en soit, pendant ce temps, je retirai d’un coup sec le carreau logé dans mon épaule, puis je serrais fermement les dents pour faire abstraction de la douleur. Enfin, je dégainai mon sabre dissimulé sous ma cape, me tenant ainsi prêt à m’en servir si nécessaire. Au même moment, mon clone situé sur le flanc gauche s’approchait de ma position, prêt à exécuter la suite du plan, si tant est que nos adversaires s’en sortent…


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Ven 19 Avr 2019 - 13:27, édité 3 fois (Raison : Mise en page + exportation d'une technique)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Ven 19 Avr 2019 - 15:14
L’Iwajin aux brassards métalliques n’eut que peu de peine à dévier les viretons qui lui avaient été décochés. Ce qui provoqua un petit grognement intérieur chez le blond qui observa l’effet de son attaque sur l’autre adversaire. S’il avait réussi à contrer difficilement l’un des carreaux, les deux suivants furent plus difficile à esquiver. Si bien que le premier l’égratigna, et le second se planta dans son épaule. Cependant, il n’y avait pas vraiment le temps pour se réjouir vu ce qui arriverait ensuite. L’autre Iwajin avait décidé de passer à l’action.

Gekkō avait eu beau s'entraîner durement, le contact physique n’était pas exactement son fort. Pour autant, il possédait l'agilité d’un voleur, et les talents d’un ninja. Lorsqu’il vit surgir d’en bas l’adversaire droit sur eux, son sang ne fit qu’un tour. Il était prêt à attacher son arbalète à sa ceinture défendre son alliée du moment, mais son attention fut retenu vers le sol. L’une des copies de l’adversaire en bas, c’était déplacé. Il avait assez peut de chance qu’il s’agisse de l’original puisque ce dernier avait encaissé un vireton sans disparaître. Décalé de sa position sur le flanc avait en effet profité des remparts, et il comptait bien offrir une ouverture à son allié aux cheveux écarlate. Pour cela, il profitait de sa nouvelle position avantageuse pour lancer un jutsu raiton visiblement minutieux. Redoutable ce dit le blond, qui avait déjà vu les effets d’une telle attaque sur quelqu’un. Heureusement, il possédait l’affinité supérieure au raiton, et allait pouvoir en tirer profit. Il réarma immédiatement l’arbalète pour intercepter les aiguilles de raiton au vol grâce à ses carreaux au fūton. « Maintenant » s’écria-t-il intérieurement en serrant les dents. Avec sa grâce et son habileté habituel au tir, il arrêta sans peine les premières aiguilles jusqu’à la septième incluse.
Hélas, il eut un mouvement d’épaule gênant avant son tir, suite à l’impact de l’autre shinobi sur l’oiseau et la Chōkoku. Ce mouvement visait à ce qu’il garde son équilibre, mais il n’avait pu tirer.

☽☾ ARGH.

Il détestait plus que tout ne pas pouvoir atteindre une cible à sa portée, c’était sans doute son côté mauvais perdant. Ayant parfaitement conscience qu’il allait être touché quoi qu’il arrive, il se déplaça à peine de sorte à choisir l’emplacement où il serait touché. En l’occurrence, le haut de sa jambe gauche. C’était un choix très risqué mais il n’en avait plus pour longtemps sur cet oiseau, vu le poids cumulé de trois personnes et l’impact adverse. Les deux autres viretons ne manquèrent eux pas leur cible, alors que le blond sentait en lui déferler la décharge électrique de cette maudite huitième aiguilles. Il décocha le dernier à bout portant sur la jambe de son adversaire proche, une sorte de vengeance karmique. Il y avait bien sûr un risque indéniable de blesser la Chōkoku, mais il prenait le risque.
Soudain, alors qu’il tentait tant bien que mal de garder l’équilibre malgré l'engourdissement du haut de sa jambe, une voix inconnue provenant des airs l’interloqua. Qui ?! En un millième de seconde, il revit les scènes écoulées sous ses yeux. L’adversaire au sol ! Probablement l’original, celui-là même qu’il avait réussi à toucher précédemment, avait projeté des Kunais dans sa direction. Il n’y avait pas prêté attention pensant qu’ils allaient rater leur cible vu la trajectoire… Mais cela n’était qu’une ruse. Gekkō se retint de jurer.

☽☾ Gn. Maugréa-t-il simplement.

Dans son esprit, il imaginait déjà la voix du vieux sage rusard, lui indiquant qu’il ne s’était pas montré suffisamment attentif. Sans se retourner, il lia brusquement son arbalète à sa ceinture, sachant que pour ce qu’il allait tenter, l'arbalète ne lui serait d’aucun secours.

☽☾ Ça tombe bien, j’allais y aller ! Se permit-il avec malice.

De toute façon, il était sur le point de tomber de l’oiseau. Mais alors qu'il s'apprêtait à composer ses mūdras, la sensation électrique s'intensifia de façon plus qu'anormal au niveau de son tronc. Il était pris en tenaille par une attaque raiton qui avait pris la forme d'une gueule de loup. Il composa tant bien que mal, sa salve de mudra.

☽☾ FŪ-TON LES SPHÈ-RES DE VID-E !, Hurla-t-il la voix chevrotante à cause la décharge subit, mais avec ferveur, comme si ses mots pouvaient l'en délivrer.

Il pouvait à peine se retourner pour exhaler deux ou trois petites sphères de fūton pour couper l'emprise du loup de foudre, et se servit de la bourrasque résiduelle pour se dégager et se diriger, droit sur le rempart, et le vraisemblable clone adverse.

☽☾ T-OI !!!!!!!

Sur son vol, il cracha quelques nouvelles perles d’air compressé de sa nuée en direction de l'original sous lui. Une autre pour la route, pour tenter de dissiper le fameux clone sur lequel il fondait, les restantes pour tenter de soigner son atterrissage. Il était bien trop douloureux pour penser plus loin. Son cœur battait la chamade. L’engourdissement dans sa jambe lui fit poser un genou à terre, tremblant à l'atterrissage. Le souffle de son jutsu lui avait permit de ne pas tomber plus que cela, mais il était tout de même très mal assuré, le corps fébrile et tendu à cause d'une partie du choc reçu.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Chôkoku no Sakuya-Hime
Chôkoku no Sakuya-Hime

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 21 Avr 2019 - 3:31
Sakuya ne vit rien venir. Littéralement.
Un violent coup de poing lui écrasa le côté gauche du visage. Le coup était si puissant que l'esprit de la jeune fille ne fit qu'un tour. Ca elle ne s'y attendait pas !
D'un physique fragile, la jeune femme ne résista pas longtemps. Ses mains furent arrachées à leur argile protectrice.
L'oiseau perdit immédiatement sa source de chakra. Il n'allait pas tarder à se désagréger.
La femme aux cheveux blancs ne se remettait pas de la patate de forain qu'elle venait de recevoir.
Alors qu'elle voyait encore 36 chandelles (façon de parler), le prochain coup arriva.

Un violent coup de poing en plein estomac vint finir de l'achever. La violence de la frappe lui coupa littéralement la respiration.
Un peu plus et cela lui faisait rendre son dernier repas.

Puis vint le coup de grâce.
Un ultime coup de poing la frappa dans le bras gauche. L'ultime coup de trop. Il fût accompagné par un fracas lourd de signification. La princesse de Jôheki se mordit la lèvre inférieure jusqu'au sang pour se retenir de crier, elle ne lui laisserait pas ce plaisir !
Cet ultime coup finit de la désarçonner, la faisant chuter de sa propre sculpture.

Bien fait pour lui ! l'oiseau allait s'écraser sur la muraille et lui avec !
Son coéquipier du moment ? Son sort lui importait peu. S'il n'était pas capable de défendre son alliée alors il ne lui servirait pas à grand chose.

Mais Konohana avait des choses plus importantes à penser en ce moment. Son bras gauche était à présent inutilisable et il fallait aussi éviter qu'elle ne meurt de sa chute !
Encore une chance qu'il lui reste de la glaise dans la bouche de sa paume droite.
Elle l'a tendit sous elle et fit apparaître un nouvel échassier de glaise qui amortit sa chute.

Bande d'idiots.. Pensa-t-elle.
Si ce "Kei" préférait le corps à corps grand bien lui fasse mais la jeune fille n'était clairement pas taillée pour ça.

Elle tailla la route. Perchée sur son nouveau moyen de transport aérien, elle continua sa route vers Iwa. Cette fois pas de mauvaise surprise, l'oiseau volerait au moins trois fois plus fois histoire d'éviter les soucis.
Ainsi haut perchée, elle survola l'épaisse muraille d'Iwa, prête à modeler ses bombes.

Spoiler:
 

_________________
3/05. Vol et renommée 57221_s
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4646-chokoku-no-ko-no-hana-no-sakuya-hime
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Lun 22 Avr 2019 - 0:00
La jeune femme qui manipulait l’argile, vraisemblablement trop occupée à maintenir l’altitude de sa création, se trouva incapable de réagir à l’irruption éclaire du guerrier à la toison rouge. Lorsque son premier coup porta et que ses appuis se retrouvèrent donc sur le volatile, il sentit celui-ci tressaillir et perdre un peu d’altitude, certainement à cause de son poids qui venait de se rajouter à celui de la Chôkoku et de son allié de circonstances. Peut-être aussi à cause de l’impact de son attaque qui, sans que son adversaire ne puisse esquisser une riposte, suivit son cours implacable en frappant là où cela faisait le plus mal. Et lorsque Yanosa sentit l’os du bras se briser sous son dernier coup, chargé de toute la détermination et la précision dont il était capable, il ne put s’empêcher d’éprouver une satisfaction maussade. Il ignorait qui était cette kunoichi, ne savait rien de son passé, de son identité autre que ses facultés shinobi, ou encore de ses espoirs et aspirations. Et pourtant, il se devait de la combattre, elle, et personne d’autre, car c’était elle qui se trouvait en ce jour ici, devant les remparts du village, et qui représentait un danger pour sa sécurité. Et si l’Oterashi était dans le fond assez loin du parfait petit soldat, il savait au fond où se situaient ses devoirs et ses attachements.

Sur son flanc droit, il sentit et vit les arcs électriques des techniques de Musashi qui commençaient à fuser, et aperçut le jeune homme à l’arbalète qui s’agitait. Son arme, d’ailleurs, se tourna pendant un bref moment vers lui, ce qui lui fit instinctivement pivoter ses appuis pour se préparer à un coup fourré, qui n’arriva que trop vite. Tel un petit coup de semonce, un carreau unique partit de l’arme et vint entailler en surface le mollet droit du guerrier aux cheveux rouges : s’il ne s’était pas tourné, peut-être le projectile aurait-il pu finir planté à même le muscle, ce qui aurait été une petite catastrophe en soit, surtout pour ce qui allait et devait suivre. Car bien loin de s’avouer vaincue, la Chôkoku qui s’était retrouvée décollée du maintient offert par son oiseau par le dernier coup recréait en plein vol un nouveau volatile d’argile pour se réceptionner dessus. Et à cet instant précis, Yanosa sut qu’il n’avait pas beaucoup de temps pour réagir et empêcher qu’une adepte de jutsu dévastateurs ne franchisse les lignes de défense d’Iwa. Et sous ses pieds, le premier oiseau périclitait dangereusement, ce qui ne le lui laissait qu’une seule option.

Fléchissant les genoux, il reprit prestement son kunai toujours planté dans l’argile et l’envoya se planter à l’arrière du nouveau volatile, laissant du mou à son filin et se propulsant sur les restes sous ses pieds pour rejoindre à nouveau les remparts. La kunoichi, aux commandes de son oiseau, semblait déterminée à franchir ces derniers en prenant de l’altitude. Et si elle en prenait trop… il n’osait songer à ce qui lui arriverait. Se réceptionnant rapidement sur la roche des remparts, où Musashi il en était certain continuerait de tenir le front, il prit une courte et intense foulée avant de bondir vers le haut, vers la Chôkoku et son oiseau, tendant son filin au dernier moment lorsque l’inertie de son saut se terminait pour s’accorder une ultime impulsion qui l’amena à se réceptionner sur l’arrière du volatile artificielle. Le moindre effet de surprise qu’il pouvait lui rester, il tâcha alors de le tourner à son avantage, taclant l’arrière du genou de la Chôkoku dans son élan et frappant ensuite par deux fois avec ses poings, à la tempe et au bras droit, afin de terminer l’oeuvre de destruction corporelle qu’il avait entamé, non sans ferveur, mais également avec la rage au ventre, cette rage qui accompagnait la nécessité d’une besogne absolument incontournable.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Lun 22 Avr 2019 - 1:41

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

N’ayant pas vu l’offensive de mon clone arriver, mon adversaire se fit par conséquent foudroyé par une grosse partie du loup de raiton. Ce dernier occasionna, par ailleurs, des sérieux dégâts à l’oiseau de la Chôkoku qui, de son côté, avait déjà beaucoup affaires avec l’enchaînement de Yanosa.

Quoi qu’il en soit, le blondinet fit preuve d’une certaine intelligente en recourant, une fois de plus, à son futon, endiguant ainsi une partie des dégâts du loup de foudre, déjà difficilement maintenu par mon clone dans les airs. Enfin, en sentant l’oiseau d’argile vaciller, mon adversaire se montra prudent et fit preuve d'une certaine ingéniosité, recourant en effet encore à sa technique futon pour ainsi sauter de l’oiseau, contrôlant et dirigeant de ce fait proprement son atterrissage sur le rempart. Ainsi, mon clone dans les airs ne pouvait, hélas, plus le poursuivre et fini par disparaître avec la technique qu’il avait enclenché.

Pendant ce temps, l’adepte du Taijutsu semblait en faire voir de toutes les couleurs à la Chôkoku qui, étrangement, refusait toujours de l’affronter frontalement. Cependant, sur le moment, je ne me posais pas trop de questions, mon attention restait en effet focalisée sur mon adversaire qui, malgré sa chute et les dégâts subis, trouvait encore la force de m’attaquer. En effet, ce dernier, alors qu’il était encore dans les airs, cracha quelques perles d’air compressé sur ma personne. Une me toucha alors à l’avant-bras, puis une autre au niveau du torse, occasionnant une douleur pour le moins insupportable, et enfin une autre près du foi. D’ailleurs, cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas montrer aussi imprudent, mais peu importe je tenais bon, et je disposais d’encore des ressources nécessaires pour défaire mon adversaire, ou du moins lui en faire voir des toutes les couleurs.

Enfin, mon adversaire fit malgré tout une grossière erreur, en effet, au moment où ils lançaient ces quelques perles d’air, il avait tourné le dos à mon clone, celui situé près du bord du rempart. Dès lors, mon clone profita de cette occasion pour lui envoyer immédiatement une dizaine d’aguilles de raiton, dont la plupart visaient sa nuque, tendis que d’autres devraient probablement se loger dans son dos, à moins bien sûr qu’il ne se retourne au mauvais moment et se prend ainsi les aiguilles restantes de plein face. Quoi qu’il en soit, il ne manqua pas de se retourner vers mon clone, lui envoyant également une perle d’air compressé, le faisant ainsi disparaître.

Cependant, alors qu’il avait à peine mis un pied au sol, mon dernier clone l’accueillit avec une décharge électrique sous les pieds, ne lui laissant ainsi aucun répit. Je profitais alors de ce moment pour lui lancer un shuriken fuma, ne manquant pas de progresser lentement vers sa position. Si j’arrivai par son flanc droit, mon clone lui arrivait d’en face, on ne souhaitait lui laisser aucune échappatoire. Je composais alors quelques mudras pour faire apparaître un loup de foudre ayant pour but de le mettre définitivement K.O :

« Qui que tu sois, tu es échec et mat ! » Fis-je, en projetant mon loup sur lui.

Était-il encore capable de se défendre ? Avait-il la volonté et la force nécessaire pour continuer de combattre ? Mes enchaînements étaient-ils suffisamment bien coordonnés afin de ne pas lui laisser le temps nécessaire pour réagir ? Je n’en savais trop rien, mais j’étais déterminé à utiliser toutes mes forces pour le mettre hors état de nuire. J’espérais aussi qu’il serait suffisamment perturbé pour ne pas savoir comment réagir, après tout ce ne serait guère étonnant compte tenu de la tournure que prenait le combat opposant son alliée à mon partenaire. Quoi qu’il en soit, mon clone se tenait également prêt à réagir… Enfin, quand bien même tout cela échouerait, il restera toujours Yanosa pour « l’achever », si tant est bien sûr qu’il s’en sorte de son duel aérien.


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Lun 22 Avr 2019 - 1:47, édité 1 fois (Raison : petite correction)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Mar 23 Avr 2019 - 22:33
Durant sa course aérienne, plusieurs aiguilles de raiton s’étaient logé dans son dos, et les autres dans son visage qu’il avait retourné pile au mauvais moment. Trop concentré par son atterrissage, la douleur et l’effet de la technique se ressenti bel et bien une fois au sol, et le blond n’en n’avait pas fini avec ça puisque l’accueil de rigueur était pour le moins électrique. Le dernier clone de l’adversaire avait en effet visiblement chargé le sol de raiton. Engourdis de la sorte Gekkō devait trouver une solution au plus vite avant d’être à la totale merci de son opposant, qui fondait sur lui. Il sentait son dos totalement engourdis, ainsi que ses muscles faciaux. Il avait aussi le genoux de sa jambe engourdie à terre, et maintenant son autre pied. Il respirait fort bruyamment, de façon entrecoupé, tel que le lui permettait l'engourdissement de son corps.

Intérieurement, il s’insultait d’idiot. Avoir foncé dans le tas ainsi, ç’aurait pu être une bonne façon de s’en sortir s’il y avait mit un peu plus de moyen. Cependant, il avait négligé les autres facteurs… Les facteurs, comme ce clone, qu’il aurait eu le temps de viser dans les airs mais qu’il avait omis. Cela étant, être dans une situation critique apporte aussi parfois et même souvent, un point important. Un adversaire trop pressé, aurait vite fait d’agir avec hâte et suffisance, se voyant déjà vainqueur. De toute façon, Gekkō ne pouvait pas fuir. En allant à Hayashi, il avait accepté le destin qui y était lié. Au final, c’est même toute sa vie que découlait de cela. Vivre, ou mourir. Il avait peu de chance d’en réchapper. Alors il n’avait pas d’autre issu que de tout tenter. Un shinobi n’était-il pas fait pour endurer ?

Il arqua un sourcil en regardant le clone droit dans les yeux, puis dévoila progressivement un sourire carnassier. L’index de sa main gauche, pointait vers son flanc droit. Il ne savait pas encore exactement ce qui s’y passait, mais il avait clairement entendu un bruit métallique. La vérité derrière cette mise en scène ? Le voleur jouait sur trois de ses meilleurs atouts, primo, le bluff, deuxio, la diversion, tertio…? Son ninjutsu médicale. Après tout, c’était son pari. Un voleur n’était pas censé avoir bien plus que ça, la maîtrise de quelque arme, et d’une ou deux affinités pour s’en sortir. Juste après s’être réceptionné, le blond savait ce qu’il le devait faire en premier. Le tout était de savoir comment. Son chakra curatif serait loin d’endiguer totalement l’engourdissement de ses membres. Mais il avait besoin d’un rapide rafraîchissement. En passant sa main sur sa hanche, il ne manqua pas de décrocher la bombe fumigène qu’il possédait. Juste avant qu’elle n’atteigne le sol, il avait juste eu le temps d’entendre son adversaire à sa gauche, de tourner les yeux pour voir ce qui se préparait.

Encore ce maudit raiton, précédé par un shuriken fūma hein. Il avait supretissement réussi à projeter un kunai muni d'un parchemin explosif sur le shuriken du clan fūma. Bien évidement, cela ne pouvait pas faire grand chose pour le loup de raiton qui fusait à toute allure. La foudre n'usurpait pas son statut d'élément rapide. Dès que le nuage pourpre eut commencé à se répandre, le blond avait composé une salve de mudra, de nouveau ses précieuses sphère de vide, mais tout en se concentrant sur leur création, il préparait déjà le coup suivant dans ses mains, en se réarmant de son arbalète. Sauf que le raiton de son adversaire, et son enchaînement, s'était avéré bien plus vif que lui. Il n'eut pas le temps d'exhaler les premières sphères, qu'il sentit de nouveau tout son tronc pris au piège dans cette tenaille de foudre.
Les spasmes provoqués par l'attaque lui firent perdre sa première sphère de vide, qui se dissipa avant d'atteindre la cible. Seulement, il y avait aussi une lutte mentale qui se jouait. Ses mains crispées sur l'arbalète, il tentait de reprendre de la contenance. Il projeta alors trois sphères de vide, devant lui adressé au clone. Puis profitant du souffle qui perturba quelque peut l'attaque raiton, il se tourna difficilement, et il cracha le reste de sa nuée de petite sphère de fūton droit sur celui qui maintenait l'attaque le contraignant. Les soins qu'il s'était procuré quelques instants plutôt, même s'il avait un retentissement mineurs l'avait un peu soulagé. Hélas, le loup foudroyant avait réactivé l'engourdissement et la souffrance. Pourtant, il ne tremblait pas. En effet, c'était surement à cause du raiton qui avait parcouru son corps, et qui l'avait totalement crispé dans sa position. Son attaque fūton était vraisemblablement venu à bout du loup. Toutefois il sentait qu'il aurait beaucoup de mal à bouger ses parties inférieures de façon fluide après ça. Mais ce n'était pas ce qui importait dans l'instant. Il était habitué à tirer dans de telles conditions, avec ardeur, il déchaîna ses carreaux sur sa cible, même s'il était bien plus lent qu'à son habitude. Il avait bien pensé à une façon moins frontale et plus sécure d’agir qui lui offrait sans doute plus de chance de survit, mais il avait repensé aux paroles de celui qu’il considérait désormais inconsciemment comme son maître. « Qui tente de survivre meurt, qui tente de mourir survit. »
Sans savoir pourquoi, alors qu’ôter la vie n’était pas quelque chose qui le rebutait réellement, il n’avait visé aucun point très vital au demeurant, surtout le buste, les épaules, le ventre, et un peu les jambes, mais en essayant d'éviter les points vitaux. Il se trouvait un peu lâche. Est-ce qu’inconsciemment, il espérait que si son adversaire avait l’occasion de le tuer, il ferait de même ? Ç’aurait été ridicule alors qu’il tentait de mettre son village à feu et à sang. Il en avait d’ailleurs omis le second adversaire et la kunoichi qu’il avait suivi par opportunisme. Il espérait que son cas occupe suffisamment l’autre adversaire pour temporiser.

Résumé du tour:
 


Dernière édition par Seigi Gekkō le Jeu 25 Avr 2019 - 22:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Maître du Jeu
Maître du Jeu

3/05. Vol et renommée Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 21:20
@Chôkoku no Sakuya-Hime est hors-délai. Considérez qu'elle encaisse toutes les offensives qui lui sont destinées.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 23:13
Lorsque son coup de pied porta durement à l’arrière du genou de la kunoichi aux cheveux blancs et richement habillée, Yanosa sentit son articulation ployer, s’effondrer, et son corps tout entier flancher. Et lorsque ce fut son poing qui s’abattit sur la tempe de la jeune femme, le guerrier aux cheveux écarlates sentit tout le poids de son adversaire retomber sur le côté. Pour elle, songea-t-il en plein mouvement, c’était terminé. L’Oterashi s’était entraîné par le passé à maîtriser ses pulsions, à garder le contrôle et à privilégier l’endurance pure et dure à son confort de combattant ravagé. Se relâcher, se laisser aller à la frénésie de la bataille, tout cela était facile pour lui, et lui permettait d’oublier totalement les douleurs avec lesquelles il vivait au quotidien, mais résister à ces appels lui permettait de rester plus lucide, d’opérer les bons choix, d’être au final un meilleur shinobi. Et c’est grâce à cet entraînement, en l’occurrence, qu’il parvint à stopper son élan et à ne pas continuer son œuvre de démolition au-delà de toute raison.

Freinant donc son mouvement, il insuffla du chakra dans ses pieds pour garder au mieux son équilibre et attrapa la kunoichi par le col pour l’amener vers elle et lui jeter un regard noir, ignorant presque le fait que le volatile d’argile sur lequel ils se trouvaient tout deux était en train de se décomposer en plein vol. Le visage contusionné et inconscient de la Chôkoku ne lui apprendrait rien de bien intéressant, conclut-il en un éclair, mais plus important encore, son état n’était vraisemblablement pas compatible avec la survie à une chute de plusieurs dizaines de mètres. Serrant les dents tout en jouant de ses appuis pour ne pas chuter, il chargea sans ménagement la jeune femme sur son épaule gauche, coupa prestement son filin depuis la bobine accrochée à son ceinturon pour redevenir totalement libre de ses mouvements et agrippa fermement le manche d’un kunai. Ce qu’il s’apprêtait à faire, se dit-il alors, pourrait facilement passer pour du sentimentalisme primaire ou de la faiblesse, mais l’Oterashi voyait en réalité plus loin que cela, et pensait déjà aux interrogatoires qui pourraient se tenir en « compagnie » de celles et ceux, comme cette Chôkoku, qui avaient voulu nuire à Iwa à grande échelle. S’agrippant mentalement à ses convictions, Yanosa pivota prestement une fois fin prêt et bondit en direction de la paroi intérieure du rempart, qu’ils avaient tout juste franchi, adoptant une trajectoire en diagonale.

Son chakra concentré dans ses jambes et dans sa main, il se prépara alors à l’impact initial, minimisé par sa manœuvre mais malgré tout assez important. Ce furent d’abord ses pieds qui encaissèrent l’arrivée sur la paroi à la verticale, l’amortissant au mieux, pendant que de sa main libre le guerrier à la toison rouge plantait son kunai dans la roche en le faisant crisser contre le minéral ferme et solide. Ce faisant, glissant toujours sur la paroi à cause du poids supplémentaire chargé sur son dos, il parvint à ralentir cette chute contrôlée, manquant presque de lâcher son kunai par deux fois sous la pression. Une mince ligne de taille se traça au fur et à mesure, de plus en plus lentement, jusqu’à s’arrêter d’avancer quelques mètres au-dessus du sol, lorsque le chakra dans les pieds de l’Oterashi parvint finalement à se fixer solidement à la paroi.

C’est là que finalement il la lâcha, sans considération particulière, laissant son corps inconscient et brutalisé chuter durement sur le sol au pied du rempart. Et sans plus s’attarder, libéré de ce fardeau, le guerrier rouge entama une course folle à la verticale pour regagner le sommet des remparts, où Musashi devait certainement toujours en découdre avec l’arbalétrier. Même si, il n’en doutait pas, le spécialiste du clonage et des jutsu Raiton tous azimut était bien capable de déjà en avoir terminé avec cette racaille. Mais si ce n’était pas le cas, se dit-il, alors il avait encore l’énergie et la détermination nécessaire pour terminer de sceller ce front. Car, il le savait, lui et Musashi ne couvraient qu’une petite portion des frontières du village, et à quelques centaines de mètres, tout autours d’eux, des conflits s’enchaînaient en série. Difficile de dire comment ces combats là pouvaient se dérouler, des inconnues, des vies, que l’Oterashi ne percevait dans sa périphérie que comme des étoiles lointaines.

Ce qu'il perçut très nettement, en revanche, furent les silhouettes du dénommé Gekkô et de Musashi lorsqu'il arriva au sommet des remparts.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Ven 26 Avr 2019 - 0:40

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Tout ce que je savais de cet affrontement c’était que nos adversaires avaient l’intention de détruire Iwa, et nous, en tant que soldats du village de la roche, on se devait de faire tout notre possible pour protéger notre village. Cela étant, j’aurais aimé connaître la motivation de nos assaillants car, il allait sans dire, qu’aucune personne douée de raison, se lèverait de bon matin avec l’idée et la détermination de détruire un village entier. Pourtant, les voilà, par plusieurs centaines, en train de mettre notre village à feu et à sang. Le plus étrange dans cette histoire c’était que toutes ces personnes n’avaient pas l’air de se connaître, c’était du moins ce que j’en conclus en analysant les faits depuis le début de cet assaut, et notamment de ce combat qui nous opposaient, Yanosa et moi, à ces deux étrangers.
En parlant de mon partenaire, je n’avais pas vraiment le temps de regarder ce qu’il faisait, néanmoins j’étais convaincu qu’il parviendrait à bout de cette kunoichi, et ce peu importe ce que cela lui en coûterait. Je ne le connaissais certes depuis peu de temps, mais ce petit entraînement de la dernière fois me suffisait amplement pour connaître la force et la détermination de l’adepte du Taijutsu. En d’autres termes, il s’agissait d’un redoutable shinobi qui n’avait de limite que la mort ou la perte de conscience, tout le contraire de ma personne…

Quoi qu’il en soit, mon affrontement avec l’autre blondinet commençait à s’intensifier. Mes aiguilles de raiton le touchèrent de pleins fouets, certaines s’échouèrent sur son dos, tandis que les autres sur le visage. Je supposais que cela ne devait pas être très agréable comme sensation, m’enfin je préférais ne pas imaginer ce qu’il pouvait ressentir à cet instant. Bref, à peine une fois le pied au sol, mon clone l’accueillit avec une nouvelle décharge électrique qui semblait l’avoir atteint, le scotchant quelque peu au sol.

Cependant, cette décharge, additionnée à toutes celles qui l’eurent touché, n’était à priori pas suffisante pour venir à bout de lui. Au contraire, le jeune shinobi ne perdit pas une seule seconde, recourant ainsi à une technique de soin pour se « requinquer », le tout sous le regard de mon clone et de moi qui arrivait lentement dans sa direction. Toutefois, en recourant à une boule de fumigène, il parvient rapidement à se couper de notre champ de vision. A cet instant, mon shuriken fuma était parti, suivit de mon loup de raiton qui l’avait atteint. Mon clone profita alors de cet instant pour lui envoyer une nouvelle décharge, à sa position avant que la boule de fumigène ne soit lancée, cherchant ainsi à assurer la défaite de cet adversaire pour le moins résistant. Il faut dire que le voir subir autant de technique raiton et d’avoir malgré tout la force et la détermination de tenir encore débout, et de nous opposer encore autant de résistance, c’en était flippant. Enfin, le pire dans tout cela c’était que j’avais l’impression que mon raiton ne servait à rien…

Quoi qu’il en soit, il fallut peu de temps, si ce n’était deux ou trois secondes, après l’attaque de mon clone pour qu’il soit neutralisé. Encore ces fichus perles d’air compressés… Enfin, à partir du moment où je compris que mon loup avait atteint son objectif et qu’il était désormais en train de se faire neutraliser, je me préparais au pire, cherchant toujours un moyen de neutraliser mon adversaire. C’était alors que ce dernier m’envoya de nouveau ses perles d’air restants, accompagnés toujours de ces fichus carreaux d’arbalète. Même si je n’étais pas au meilleur de ma forme et que la fatigue se faisait de plus en plus sentir, je n’avais guère l’intention de subir encore cette fichue technique.

« Tu es drôlement coriace, hein… » Fis-je, en composant brièvement des mudras.

Un immense mur de cristal jaillit alors du sol, me protégeant parfaitement des assaut du blondinet. A cet instant, sur le flanc droit ont pu tous les deux voir Yanosa qui avait à priori l'air d'avoir vaincu son adversaire. Je me dis alors que le combat était plié car, même s’il ne me restait que très peu d’énergie, il restait l’adepte du Taijutsu… sans compter que mon adversaire était aussi loin d’être au meilleure de sa forme.

« Maintenant, je crois qu'on peut dire que tu es échec et mat… » Fis-je, en usant de mes dernières force pour lui envoyer une nouvelle décharge sous les pieds.

Une technique certes pas très dangereuse, néanmoins j’espérais qu’au vu de l’état de mon adversaire, cela suffise à le vaincre. Dans les pires des cas, je fis un léger signe de la tête à Yanosa pour lui mettre le coup de grâce… Quoi qu’il en soit, c’était ma dernière tentative.


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »


Dernière édition par Han Musashi le Ven 26 Avr 2019 - 13:09, édité 1 fois (Raison : rectification d'une petite erreur)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 27 Avr 2019 - 12:31
La tétanie. Alors que Gekkō avait fini d’expulser ses sphères de vide, et qu’il se mit en position de tir, il sentit que l’attaque envoyé par le clone en dernier recours, était en train de parcourir tout son corps. Les carreaux furent tout à fait envoyés, même si la fluidité n’était pas au rendez-vous. Hélas, l’ennemi avait vu le coup venir, et dès que le loup de raiton avait montré des faiblesses, il avait abandonné cette option, pour ériger un mur devant lui. Gekkō avait compris que c’était du shōton, pour en avoir entendu parler quelque fois. Cependant, il fut surpris par la dureté de ce cristal qui avait parfaitement protégé son ennemi. Il serra les dents. Les paroles de son ennemi faisaient écho dans sa tête. Mais il ne répondit tout simplement pas. Sentant simplement l'énième décharge lui parcourir et lui tendre le corps une nouvelle fois. Il était désormais face à un problème de taille, ou plutôt deux. L’allié de l’ennemi avait défait la kunoichi maîtrisant l’argile. Elle n’était peut-être pas morte, mais indubitablement hors d’état de combattre… De ce fait, l’autre ennemi était sur le chemin pour venir se charger de Gekkō… L’autre souci, les multiples attaques raiton avait totalement crispé le corps du Seigi, qui avait du mal à bouger sans activer de douloureuses contractions musculaires. Pourtant, il fallait bien qu’il fasse quelques choses. L’autre blond ne semblait plus avoir beaucoup de chakra, mais il était peut-être encore en mesure d’attaquer. Inutile de trop réfléchir. Le blond avait malgré ses spasmes réussie à exécuter ses mūdras. Le chakra curatif pur qui apparus autour de ses mains apaisait ces dernières. De ce qu’il avait pu constater, son adversaire était un utilisateur de taijutsu.

Logiquement, il lui aurait fallu soigner tout son corps pour pouvoir faire quoi que ce soit contre lui. Mais ce n’était pas comme s’il avait le temps. Une fois n’est pas coutume, il allait devoir avoir une technique de kamikaze. Il vit au loin, le shuriken fūma de l’adversaire, projeté là-bas par explosion de son kunai explosif. Il en avait un lui aussi. Un plan lui était venu. Il n’avait pas grand chose à perdre, sauf peut-être la vie, mais si cela devait se finir ainsi, ce serait le sourire aux lèvres, et sans regret. Il avaient en majeure partie concentré ses soins sur son tronc, le plus durement atteint et rapidement sur ses bras, victime de la transmission de l'engourdissements et de la crispation dans son corps. Toujours le genoux à terre, il n’avait pas songé à faire quelque chose pour ses jambes. Cela aurait consommé inutilement du précieux chakra, pour un effet qui n’aurait pas montrer une quelconque utilité. Le sort dont il était victime lui interdisait de fuir. Et l’adepte du taijutsu n’aurait de toute façon aucune peine à le rattraper, étant donné l’état de ses membres après les fulgurations successives. Les brûlures et fourmillements caractéristiques avaient assez de le gêner. Il remarqua d’ailleurs sur l’un de ses bras, une figure de Lichtenberg, caractéristique de ce dont il avait été victime. Il n’y avait cependant plus une seconde à perdre. Il avait invoqué son shurinken fūma, qu’il enfila sur son bras gauche. Une nouvelle composition de mūdra, fit reparaître une aura de chakra autour de sa main droite. Cette fois, le chakra s’avérait très tranchant, mais ça, son adversaire n’était pas forcément censé être au courant. D’ailleurs, le blond feint de continuer à se prodiguer ses soins. Dès que son adversaire tenterait une attaque physique à proximité, il planterait le scalpel de chakra dans son corps.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 27 Avr 2019 - 16:52
Yanosa lança un regard noir en direction du blondinet qui avait osé s’attaquer à Iwa et à son camarade, Musashi Han, sitôt qu’il se réceptionna sur le rempart. Son corps, il le sentait, se faisait tiré et fatigué par les efforts intenses et successifs. Il s’était entraîné d’arrache-pied pour améliorer son endurance à la douleur comme aux dépenses physiques très chargées, mais force était de constater qu’il était encore limité par son enveloppe mortelle, des limites qu’il pouvait encore repousser, il le savait, mais pas que. Dans ses gènes se trouvaient également un pouvoir qu’il n’avait pas encore réussi à canaliser efficacement, et qui pouvait lui permettre de s’affranchir littéralement de ces limites, mais il n’avait pas encore pu passer assez de temps avec son mentor pour pouvoir se permettre de tenter des folies au milieu d’un affrontement pareil. Car ce combat, si il n’était dans la forme qu’une joute tout à fait classique, revêtait dans le fond des enjeux bien plus important qu’un combat d’entraînement. Si l’un ou l’autre de leurs opposants parvenait en effet à franchir les défenses du village, qui pouvait savoir combien de victimes il ou elle pourrait occasionner, sans parler des dégâts matériels ?

Les ressources du guerrier à la toison rouge étaient donc limitées pour arriver à remplir tout à fait sa mission, et à en juger par l’allure essoufflée de Musashi et le mur Shoton presque totalement détruit qui se trouvait devant lui, l’assaillant à l’arbalète devait être parvenu à l’acculer dans ses derniers retranchements, et il aurait été peu risqué d’imaginer que le bretteur n’était presque plus capable de se défendre lui-même. La responsabilité de Yanosa était donc de finir le travail qu’avait apparemment bien entamé son coéquipier : l’assaillant, paraissait en effet, en dépit de son regard déterminé, aussi mal en point que Musashi, si ce n’était plus. Ses muscles étaient parcourus de spasmes nombreux et intenses, et ses jambes ne le soutenaient presque plus. Le Raiton du bretteur avait vraisemblablement fait son œuvre, sans pour autant parvenir à prendre foncièrement le dessus, mais cela s’expliquait assez facilement : sans qu’il ait pu se concentrer dessus, l’Oterashi avait pour autant assez bien identifié la nature de chakra qu’avait utilisé leur adversaire, le Fuuton, qui par définition mettait n’importe quel utilisateur de foudre en difficulté.

Musashi avait donc l’air d’avoir fait au mieux, mais c’était à Yanosa que la conclusion revenait. Il étudia d’abord son adversaire à quelques mètres devant lui près du bord du rempart, en faisant quelques pas sur le côté pour le jauger en étudiant ses mouvements. Le blondinet commença par invoquer un shuriken Fuuma afin de s’armer, puis une lueur de chakra qui n’était pas tout à fait inconnue à l’Oterashi se mit à luire dans son autre main. Ce chakra verdâtre ressemblait à s’y méprendre à celui qu’employait Aimi pour ses jutsu médicaux, à l’exception que leur adversaire semblait davantage se préparer à attaquer avec cette main chargée en chakra plutôt qu’à se soigner. Le guerrier rouge fronça les sourcils en commençant à canaliser toutes les forces qui pouvaient raisonnablement lui rester, étudiant la posture du jeune homme. Il était affaibli, mais c’était parfois les bêtes les plus molestées qui s’avéraient les plus féroces. Si il espérait en finir, ce serait en agissant vite et bien. Ses pas se stoppèrent net au bout de quelques secondes, ses appuis pivotant sur la roche du rempart et sa garde se relevant en faisant à nouveau émaner de son corps une légère onde d’énergie pure.

Sans attendre plus longtemps, il donna une vive impulsion à ses membres inférieurs pour se propulser droit sur le shinobi adverse, puisant dans ses réserves pour se préparer à l’assaut final qu’il allait mener. Sitôt qu’il fut au contact, il décocha un premier uppercut très violent dans la mâchoire du blondinet pour le sonner, puis prenant garde aux ses mains toujours chargées de menaces potentielles, décocha un coup du plat du pied sur le côté de son genou pour le mettre à genoux avant de terminer son enchaînement par un crochet d’une violence inouïe droit dans la tempe. L’Oterashi sentait son énergie se consumer « à vue d’oeil » mais parvenait à conserver la lucidité nécessaire pour garder son adversaire en respect, fusse-t-il capable de réagir à ses attaques chargées de la bestialité qui le caractérisait.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Sam 27 Avr 2019 - 23:46

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Les assauts du blondinet se fracassèrent sur mon mur de cristal qui se retrouvait d’ailleurs fissuré de part et d’autre, mais restait malgré tout débout, me protégeant ainsi parfaitement de cette énième contre-attaque. C’est alors avec un genou au sol que j’observais, à travers mon mur de cristal, mon adversaire encaisser une nouvelle décharge électrique, mais réussir malgré tout à tenir bon. Et le voilà qui était déjà en train de recourir à une technique de soin pour limiter au minimum les dégâts de mon raiton. Hum, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il avait un mental d’acier et une résistance à tout épreuve, c’en était presque effrayant. En tout cas j’avais beau crier « tombe, tombe ! » dans ma tête, il n’avait visiblement guère l’intention d’abandonner, et encore moins de se rendre. Pourtant… Pourtant, il demeurait malgré tout mal en point et plus que jamais acculé : comment comptait-il s’y prendre pour se sortir d’une telle situation ? A moins bien sûr qu’il se soit déjà fait à l’idée de mourir ici, dans cet endroit, très probablement loin des siens. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce serait une mort bien triste…

Quoi qu’il en soit, Yanosa se préparait déjà à en finir, le combat avait bien trop duré et il était en effet temps d’y mettre un terme. L’adepte du Taijutsu devait toutefois faire attention, car notre adversaire avait beau se trouver dans un état critique, il semblait malgré tout déterminé à nuire jusqu’à son dernier souffle. D’ailleurs, on pouvait légitiment se demander ce qui pouvait bien le pousser à se battre de façon aussi acharné… Personnellement, je n’en savais trop rien, mais j’espérais que l’Oterashi parvienne à le neutraliser afin qu’on puisse, plus tard, faire la lumière sur les agissements plus qu’étranges de ces deux shinobis. Enfin, alors que l’écarlate se préparait à charger, le blondinet se munit d’un shuriken fuma, cherchant à priori à dissuader mon camarade de l’attaquer frontalement. Il ne savait pas à qui il avait à faire, car s’il y avait encore une personne plus incroyable que lui, c'était incontestablement l’Oterashi dont je pus admirer l’étendue de sa force et de sa « folie » lors de cet entraînement pour le moins « épique ». M’enfin, pour faciliter la charge de mon partenaire, je ne manquais pas de lancer mon dernier kunai au-dessus de mon adversaire, lui faisant croire que c’était un clone qui allait le surprendre comme lors de mon attaque surprise au-dessus de l’oiseau d’argile. S’en suivit alors mon sabre qui visait son épaule, de sorte à l’obliger à contrer ou esquiver, que ce soit dans l’un ou l’autre cas, j’espérais que cette dernière tentative faciliterait grandement la charge de mon camarade.

« A toi de jouer, Yanosa-san ! » Fis-je, à voix basse.

Très fatigué, je laissais mon corps s’effondrer au sol, me contentant dès lors d’observer le ciel nuageux qui n’annonçait à priori rien de bon augure. Je me demandais alors si mes autres camarades s’en sortaient bien. Abuto, Mashiro, Ryôko, et bien d’autres… Je restais confiant, néanmoins je ne manquais pas de prier secrètement pour que rien de trop grave ne leur arrive. Puis, soudain, alors que j’observais une des nuages à la forme de fleur, je me relevai subitement, mon cœur se mettant alors à battre de façon anormal. Je pensais en effet immédiatement à Aimi, la jeune médecin à laquelle je demeurais profondément attaché pour une raison qui m’échappais, me demandant alors si elle s’en sortait de son côté. Je savais qu’elle devait se trouver quelque part sur le champ-de-bataille, en train d’aider et de soigner des blessés, comme elle savait si bien le faire. Cependant, je ne pouvais m’empêcher de penser au pire… Et si elle était prise pour cible ? Et si quelque chose de malheureux lui arrivait ? Rien que l’idée de penser à une telle scénario me nouait l’estomac. L’angoisse et la peur, voilà des émotions que je n’avais pas ressenti depuis notre combat contre le prisonnier, mais le pire c’est qu’à cet instant c’était bien plus intense que lors de notre affrontement contre Kibo. Ainsi, je serrais les dents et je me relevai tant bien que mal, espérant que l’Oterashi ait fini de neutraliser l’autre blondinet. Car, que j’aie encore la force ou non de me battre, je comptais bien me rendre utile sur les différents champs-de-batailles, et notamment retrouver très rapidement la Chiwa pour m’assurer qu’elle aille bien…


Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Seigi Gekkō
Seigi Gekkō

3/05. Vol et renommée Empty
Dim 28 Avr 2019 - 22:50
☽☾ Père, Mère c’est vous ?!... Ma tête, pourquoi ai-je si mal à la tête. Vous… Qui êtes-vous ? Et toi ?... He ! Attend, ne pars pas ! C’est bien toi, Nijiko attend ! Non ! Nijikooooo !

Un souffle indescriptible sur sa peau, ni vraiment froid, ni vraiment chaud, surtout très perturbant, du genre de ceux qui vous retournent les tripes de l’intérieur. Des odeurs, celle du ferreuse du sang un peu, celles de la forêt bien sûr, celles corporelles de ses parents, de sa sœur, peut-être celles de leurs assassins un peu aussi, il ne parvenait pas à émerger. Sa vue était brouillée, était-ce par les larmes ? Peut-être. Peut-être aussi qu'inconsciemment, il n’avait juste pas envie de voir. Le pire c’était peut-être les bruits, ou plutôt ce silence filtré de mort. Parce que bien sûr, tout autour, la nature parlait, mais ce n’était pas ce que le petit garçon voulait entendre, même dans son couffin, le bébé demeurait silencieux. Combien de fois Gekkō avait-il fait ce cauchemar ? Même lui n’aurait pas pu le dire. C’était en partie à cause, ou bien grâce, à ce cauchemar que le jeune n’avait jamais pu oublier ses parents et sa sœur, malgré le bourrage de crâne intensif que lui avait fait subir les institution du rempart. Ces maux qui lui fracassaient la tête c’était trop. Il aurait voulu hurler toute sa peine et sa souffrance. Néanmoins, ses cris n’étaient que silence. Il dormait ? On ne peut pas vraiment dire cela. Le sommeil est plutôt considéré comme quelque chose de paisible. Rien de comparable avec la situation de Gekkō. Tout s'était enchaîné si vite. Lors de l’assaut de l’iwajin à la toison écarlate, le blond avait bien réussi à propulser sa main dans le but de la planter dans l’abdomen adverse. Pour autant, la suite ne s’était pas montré fructueuse. L’uppercut reçu en contrepartie et l'enchaînement de coups avait progressivement arraché la conscience du blond. Incapable de se mouvoir, d’esquiver, ou d’attaquer plus encore, il avait simplement craché un filet de sang, révélateur de la morsure qu’il s’était faite à lui-même en recevant le premier coup. Le sort avait voulu que Gekkō soit défait sur une muraille. Comme si finalement, il était encore renvoyé à sa condition de Jôhekijine.

Dans les tréfonds de l'inconscient où il venait de sombrer, il ne lui restait que ses souvenirs, ses rêves et ses cauchemars. Et donc indubitablement, c’est le plus fort d’entre eux qui avait pris le pouvoir. L’assassinat cruel de ses parents, le futur hypothéqué de l’enfant que portait sa mère, son échappé avec le bambin qu’était encore sa sœur, sa chute, juste aux abords des remparts de Joheki. Cette douleur au crâne. Ces gens qui accourait à lui suite à ses cris de terreur. Sa petite sœur qui disparaissait de son regard pour la dernière fois. En cet instant précis où sa conscience s’était échappé, c’est comme si le temps avait lié à jamais les deux morceaux de vie du jeune voleur. Qu’allait-il devenir maintenant ? Comme à Joheki naguère, la question se posait. Sauf qu’il était loin d’avoir le même âge, et n’était plus un jeune enfant innocent. Désormais, l’adolescent était un criminel… Il n’avait jamais été si proche de rejoindre ses parents. Ses yeux clos s’entrouvrirent alors qu’il était étendu sur le sol de la muraille. Un souffle indescriptible sur sa peau,ni vraiment froid, ni vraiment chaud. Une odeur et un goût mélangé âcre et métallique, de poussière et de sang, dans sa bouche et son appendice olfactif. Sa vue était brouillée, était-ce par la poussière soulevée dans sa chute, ou bien des larmes ? Peut-être un peu des deux, le poing du voleur se serra alors que ses yeux se clore de nouveau. Renverrait-il la lumière ? Si oui quand ? Le pire c’était peut-être les bruits, tout autour, même si les trois combattants s’étaient concentrés sur leur propre combat, bien d’autre faisaient rage. C’était à la fois si assourdissant, et si lointain pour le blond maintenant… Était-ce à nouveau ce souvenir, ou la réalité ? Il ne pouvait le dire. Dans toute son inconscience, aussi désarmant que cela puisse paraître, la seule qui restait intacte, c’était son sourire. Après tout, la mort était peut-être juste là pour lui. Alors malgré toute sa souffrance corporelle, il ne pouvait que se réjouir, de mourir tel qu’il l’avait toujours voulu comme un véritable shinobi, si c’était bien le sort qui lui était réservé, il était prêt, le sourire aux lèvres.


Résumé du tour:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3825-seigi-gekko-la-justice-du-clair-de-lune-100#29287
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Lun 29 Avr 2019 - 13:40
Lorsque la frappe initiale de Yanosa toucha au but en atteignant durement le menton de l’arbalétrier, ce dernier parvint malgré le choc et la douleur à projeter sa main auréolée de chakra verdâtre vers son poitrail, et si l’impact physique qu’il lui imposait avait été moins puissant, se dit alors le guerrier aux cheveux rouges, il aurait peut-être été en mesure de le blesser grièvement. C’est ce qu’il réalisa lorsque la sensation par trop familière d’entaille profonde lui étreint le pectoral, là où la main de cet assaillant téméraire l’avait touché. La douleur était piquante et saisissante, mais le rictus tiré et maculé d’une transpiration abondante de Yanosa fut la seule chose qu’il offrit à son adversaire avant de compléter son enchaînement brutal et de le propulser dans l’inconscience la plus totale. Le corps du blondinet s’échoua donc finalement sur le revêtement brut et rocailleux du rempart. L’Oterashi, après s’être assuré du sort de cet énergumène, posa ses mains sur ses genoux en se penchant en avant, essoufflé à l’extrême, tournant légèrement la tête vers Musashis, toujours en retrait.

« Plus jamais… tu m’entends ? Plus jamais… tu t’amuses à lancer des katanas à côté de moi… surtout quand t’es dans cet état... »

Lui et Musashi étaient visiblement rincés et le manieur de Raiton avait de surcroît encaissé plusieurs attaques à en juger par le sang aux commissures de ses lèvres. Inspirant un grand coup en se redressant, de fines lampés de sang s’écoulant de son torse, l’Oterashi se délecta un court instant de ses douleurs musculaires. En ce jour, il pouvait les apprécier plus qu’à aucun autre moment depuis son réveil du coma, car il en avait finalement triomphé par ses propres moyens et était parvenu à remplir son devoir aussi bien que si elles n’avaient jamais existé. Et en observant aux alentours, le pugiliste perçut d’abord un calme pesant, suivi de plusieurs exclamations lointaines de joie victorieuse. A en juger par ce qu’il pouvait entendre, Iwa était donc sauvé. Lentement et avec peine, l’Oterashi marcha jusqu’à Musashi en traînant l’arbalétrier par la cheville pour le garder à côté d’eux.

« Ça va, pas besoin de soins… ? Les équipes de secours ne devraient pas tarder de toute façon… Il faudra juste… garder un œil sur la Chôkoku, là en bas », dit-il en désignant la base intérieure du rempart.

Dans un soupir de fatigue extrême, Yanosa s’écroula sur son séant en face de Musashi en lâchant le manieur de Fuuton à côté de luiIl transpirait abondamment et respirait très bruyamment, mais parvenait tout juste à garder toute sa lucidité.

« Lui aussi survivra, normalement… Inutile de se faire des illusions par contre : en dépit de leur bravoure, ces deux shinbis… n’étaient pas particulièrement puissants, et je doute qu’ils détiennent des informations importantes sur cette attaque. Mais… on ne sait jamais. Si ça ne tenait qu’à moi… je les exécuterais sur le champ, mais mieux vaut parfois.. penser à ce que voudrait la hiérarchie », termina-t-il en accordant un regard noir à l’arbalétrier inconscient.

Iwa, selon toute vraisemblance, avait gagné. Mais quel prix avait été finalement payé pour cette victoire ?


Spoiler:
 


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Mar 30 Avr 2019 - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han MusashiEn ligne

3/05. Vol et renommée Empty
Mar 30 Avr 2019 - 17:27

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Vol et renommée


3/05. Vol et renommée Iwagak12

--------------------------------------------------

Si l’Oterashi était parvenu rapidement à bout de son nouvel adversaire, il en ressortait néanmoins de son affrontement avec une vilaine cicatrice. Cependant, sur le moment, ce n’était pas ce qui semblait le préoccuper le plus, loin de là, se retournant ainsi vers ma personne pour me réprimander d’avoir lancé mon katana un peu hasardeusement. Bien que cela ne soit certainement pas le moment, cela eut pour effet de me faire sourire, puis rire, avant de m’excuser un peu à ma façon auprès de mon camarade :

« C’est promis... » rétorquai-je, d’un large sourire, en me grattant légèrement l’arrière du crâne.

Après quoi, toute mon attention se focalisa sur sa blessure, regrettant un peu de ne pas pouvoir le soigner. D’ailleurs, sur le moment, j’étais envahi par un sentiment de frustration, s’expliquant logiquement par tous ces entraînements à l’Iroujutsu qui, jusqu’à présent, ne donnaient toujours pas de résultat notable. Pourtant, je me tuais à la tâche pour ce genre de moment, pour justement soigner mes camarades lorsqu’ils viendraient à être blessés. Cela dit, d’un autre côté, je ne disposais de toute évidence pas du chakra nécessaire pour guérir quoi que ce soit…

Quoi qu’il en soit, la blessure de mon camarade me rappela aussi les miennes dont la douleur était, jusqu’à présent, dissimulée par la montée d’adrénaline provoquée par cet affrontement. Enfin, lorsque l’Oterashi arriva jusqu’à ma hauteur, tenant le blondinet vaincu par la cheville, il s’enquit de mon état, puis chercha à me rassurer en me confiant que les secours ne devraient pas tarder à arriver. Enfin, il m’indiqua aussi la position de la Chôkoku qu’il vainquit quelques temps plus tôt.

« Ça va, ce ne sont que des petites blessures superficielles, rien de bien méchant… Par contre, c’est une vilaine blessure qu’il t’a laissée là, hein… » Fis-je, en me laissant volontairement tomber au sol.

De toute évidence, je ne disposais pas du chakra nécessaire pour pouvoir aller plus loin. Et quand bien même ce serait le cas, je savais que je risquais plus de gêner les autres qu’autre chose, ainsi je m’étais fait à l’idée de rester-là, le temps que les secours arrivent pour nous prodiguer les premier soins. En attendant, alors qu’il était aussi essoufflé que moi, Yanosa me confia que nos deux adversaires devraient survivre, ne manquant toutefois pas d’ajouter qu’on risquait d’en tirer peu de chose d’eux. J’écoutais alors la suite de son monologue qui se voulait en partie sombre mais qui, au final, s’avérait être raisonnable. Mon regard se tourna alors tout autour de la zone, constant ainsi les dégâts occasionnés par nos assaillants, avant de donner mon avis à l’Oterashi sur ce qui devrait se passer :

« Je te comprends, mais c’est la meilleure chose à faire je pense… Même si je ne me fais aucun doute du sort qui les attends… » Fis-je, d’un air pensif. « Quoi qu’il en soit, merci Yanosa-san, sans ton intervention j’aurais été dans des beaux-draps, haha. » Poursuivis-je, d’un air sincère.

Je m’acquitterai de cette dette tôt ou tard, ce qui devrait d’ailleurs être une nouvelle source de motivation pour m’entraîner et devenir plus fort. Car si y a une chose que cet affrontement m’a appris, c’est que j’étais encore faible, bien trop faible pour espérer pouvoir protéger ceux qui m’étaient chers. Ainsi, une fois tout ceci terminé, je me fis la promesse de m’entraîner durement et sans répit, en prenant l’Oterashi comme exemple, et ce n’était que de cette manière que je pouvais atteindre mon « objectif », du moins j’en étais persuadé….

Spoiler:
 


_________________
3/05. Vol et renommée Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

3/05. Vol et renommée

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°4 : Cataclysmes :: Partie n°3, Iwa : Le Son du Cataclysme
Sauter vers: