Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Croiser le fer sous l'orage [Chiwa Aimi]
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 15:03 par Chiwa Aimi

» The Color of Victory
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 14:40 par Suzuri Takara

» Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 14:34 par Borukan Muramasa

» [Mission Rang C/Libre/Iwa] A la force du bras
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 14:25 par Oterashi Yanosa

» Le choc des cultures [PV : Benzaiten]
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 14:22 par Kaguya Benzaiten

» 09. Demandes de Succès
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 13:40 par Chôkoku Tomoe

» 03. Changer de zone
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 13:10 par Chôkoku Tomoe

» Récupérons les trésors !
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 12:53 par Suzuri Takara

» Faire ses preuves [Arata]
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 12:42 par Yamanaka Jun

» 3/Final. Tristes victorieux
4/08. L'Érudite EmptyAujourd'hui à 12:20 par Nihito Meho

Partagez

4/08. L'Érudite


4/08. L'Érudite Empty
Sam 13 Avr 2019 - 22:45


Alors que toutes les troupes ou presque étaient mobilisées contre le Dieu de l’Eau, certaines étaient affectées à la défense du village et à la sécurisation des villageois. Ce fut parmi eux que certains virent aux portes du village une silhouette s’approcher de l’entrée.

Il s’agissait indiscutablement d’une femme, mais les contours dorés de ses vêtements blancs rappelèrent des souvenirs atroces, comme ceux qui étaient liés à La Déesse, celle-là même qui s’était muée en Dieu de l’Eau.

La femme qui approchait du village, c’était une autre Fanatique, sans doute celle-là qui avait donné le signal à La Déesse pour se transformer. L’Érudite.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Vous pourrez demander jusqu'à deux délais de 12h durant tout l'événement.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Seules les techniques validées avant le lundi 15 avril pourront être utilisées durant l'Event.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • La majorité des personnages Kirijins devront se placer eux-mêmes dans les groupes pour défendre leur village. Il faudra pour cela poster dans un sujet de placement qui sortira une fois les groupes tous postés.

  • Ce groupe se déroule à l'entrée du village.

Ordre de post :
  • Yamanaka Fanghe

  • Hayame Atsumi

  • Yuki Kaya

  • ???

Bon RP à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

4/08. L'Érudite Empty
Lun 15 Avr 2019 - 3:50
Après une vive mission de Rang B sans réel succès mais malgré tout rémunéré, ce fut des ruines qui accueillirent Fanghe et son groupe. La guerre civile avait fait tant de victimes, tant matériellement que spirituellement. On ne saurait dire si plus de bâtiments furent détruits que d'âmes fauchées. Et face à l'échec de son expédition à la Cascade Namida, le jeune ne sut ignorer la naissance d'un sentiment de frustration. Non pas que la défense du Village lui importait, mais il considérait avoir été éloigné de son laboratoire favori; le chaos social. La panique. Il avait pu observer pendant quelques heures un semblant d'anarchie. D'aucuns diront qu'anarchie n'est pas synonyme de désordre, mais en ce cas précis, le premier terme fut consœur du deuxième.

Mais après quelques jours de repos offerts et appréciés, une onde vint perturber les eaux stagnantes des puits du Pays de l'Eau. Cette onde se propagea jusqu'à déranger l'encrier déposé à côté de Fanghe, en position rituelle, prêt à perfectionner son art calligraphique. En soi, cela aurait bien pu ne pas le perturber plus que cela; mais lorsque la secousse est accompagnée d'une fuite bruyante de tous les volatiles de la zone et de plusieurs explosions, le moindre idiot aurait compris que quelque chose n'allait pas. Dans un réflexe, le jeune homme se hâta vers sa fenêtre, abandonnant son pinceau, son encre et son papier de riz pour faire dépasser sa tête hors des vitres et jeter un oeil à la situation globale du village.

La Cité avait l'air assiégée, encore une fois. S'agissait-il réellement d'un nouvel assaut ? Le deuxième en moins d'un mois et le troisième en moins d'un an ? Ou bien le nouveau Mizukage au poste testait-il un nouveau dispositif de simulation d'attaque ? Le bon sens commun voudrait qu'un siège se déroule d'abord aux remparts d'un village. Mais Kiri n'était pas comme ça. Elle se faisait toujours attaquer en plein coeur. Et ce trosième assaut ne fit pas exception.

Une fois équipé, et ce dans la plus grande hâte, le Yamanaka s'attela dans un réflexe de bon shinobi au sauvetage des civils. Cette fois-ci, le jeune homme serait actif. S'il préférait observer le désordre à distance pour mieux l'appréhender et s'en emparer, les leçons de la guerre civile lui ont appris que ne pas avoir l'air occupé peut éventuellement vous missionner à la recherche d'un journal derrière une cascade. C'était inenvisageable. Fanghe ne sera pas écarté du conflit.

Cela dit, outre l'intérêt personnel qui a toujours mu le jeune brun dans chacune de ses actions, il remarquait non sans appréhension qu'il commençait à prendre tout ceci bien trop à coeur, peut-être enfin sentait-il naître en lui une identité kirijine ? Lui qui n'a toujours accordé d'importance qu'à ses plans, et jamais à une terre. Peut-être serait-ce là l'effet de trop de missions effectuées pour le compte du village caché dans la Brume ?

Quoi qu'il en soit, après s'être rendu compte que de nombreux autres camarades étaient assignés à la sauvegarde des civils et que ceux-ci se débrouillaient très bien sans lui, Fanghe prit l'initiative de se diriger vers l'Entrée du village. Une telle attaque saurait faire la diversion parfaite, mobilisant quasiment tout l'effectif défensif de la Cité bien que cela fut nécessaire. Et puis à quoi bon faire ce que tout autre shinobi fait en même temps que lui ? Autant se démarquer, autant prendre des initiatives. C'est ainsi que l'on se fait remarquer. C'est ainsi qu'on monte dans les petits papiers de l'État.

Parcourant tous les toits, le jeune homme en kimono devait bien admettre sentir une certaine tension dans l'air. L'air ambiant déjà peu sec du Village s'était encore plus humidifié, et pourtant sa gorge à lui était déshydratée, osant à peine avaler sa salive. Quelque chose de grand se déroulait, et le village n'en sortirait pas intact. Il faut admettre que ce monstre n'est pas imposant que par sa taille.

Une fois quasiment arrivé aux portes, une silhouette pouvait être entraperçue dans le lointain horizon. Naturellement sur ses gardes, Fanghe prit la décision de sortir des remparts en sautant par-dessus et contourner ( peut-être maladroitement puisque non Dissimulé) la touriste toute de blanc vêtue et se poster sur une branche, derrière les feuillages. En espérant que celle-ci, si tant est qu'il s'agisse d'une ennemie, soit plus concentrée sur les troupes postées aux murailles gardant l'Entrée de la Cité que sur une sentinelle quelconque, à savoir Fanghe.

Si ce n'était pas la première fois qu'il sortait du village, il ne l'avait encore jamais seul, non accompagné d'un supérieur hiérarchique telle que le voudrait la loi locale. Mais c'était ça qui lui plaisait dans le chaos et la guerre, ce passage au second plan des règles propice à l'opportunisme, son opportunisme.

La situation exigeait la prudence et le doute de tout. De loin, il observait les faits et gestes de l'arrivante, silencieusement. Il agirait si cela était nécessaire mais foncer frontalement pourrait être une mauvaise idée. Dans un rictus et en un geste inédit, caché dans les branches, le Yamanaka prit son bandeau frontal caché dans son kimono pour le nouer autour de son front.

Kimono:
 
Résumé du tour:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1548114346-gen-boutons

- Paroles
« Pensées »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4995-terminee-yamanaka-fanghe http://www.ascentofshinobi.com/t5459-l-equipe-2-premiere-rencontre-feat-fanghe-et-zo http://www.ascentofshinobi.com/t5402-yamanaka-fanghe-le-courant-vertueux#42924

4/08. L'Érudite Empty
Lun 15 Avr 2019 - 12:12
Atsumi aussi avait trouvé son village en ruines au retour de sa mission. Apprenant la mort de Shiori, elle maudit une fois de plus cette étrange habitude qu'avait Kiri, qui consistait à traverser une période de crise tous les 6 mois.

Néanmoins, malgré toutes les péripéties qu'avait traversé le village caché de la brume, rien ne le préparait à ce qu'il allait se passer aujourd'hui.

C'était pourtant un matin banal, quoique très ensoleillé pour le pays de l'eau. La veille, Atsumi s'était rendue à un de ses derniers bilans médicaux, où on lui avait annoncé encore une fois que tout allait bien, et qu'elle avait complètement récupéré. Elle avait donc décidé de se reposer chez elle, étant donnée la longue mission d'une semaine qui l'attendait le lendemain soir. Elle était d'ailleurs en train de se balader en compagnie de Kaya lorsque tout commença. S'étant vu attribuer un Yuki à son équipe, Atsumi avait souhaité s'entretenir brièvement avec son aînée histoire d'avoir quelques conseils sur l’entraînement de son élève.

Les deux blondes échangeait avec légèreté, lorsqu'une secousse traversa presque l'archipel tout entier. Se stoppant net en fronçant les sourcils, Atsumi regarda dans toutes les directions, sur ses gardes.

Enfin, venu littéralement de nulle part, elle sentit une gigantesque quantité de chakra se matérialiser quelque part à l’extérieur des murs, lui arrachant une petit cri de stupéfaction. S'adressant à la jonin, elle déclara néanmoins avec calme.

« Je sens une masse chakratique comme je n'en ai jamais vu avant. C'est probablement ce qui est à l'origine de la secousse que l'on vient de sentir. »

Pas besoin d'en dire plus, les deux blondes échangèrent un regard, et se dirigèrent en courant vers les portes du village. Partant du fond du village, il était évident que beaucoup de shinobis se rendaient déjà à la rencontre de ce chakra immense, inutile donc de se rajouter à la masse.

Quoi qu'il en soit, les deux demoiselles arrivées près de l'entrée de village caché purent apercevoir une petite masse de shinobi figés, qui semblaient regarder quelque chose ou quelqu'un. Atsumi se stoppa. A partir de maintenant, il était temps d'utiliser ses capacités.

« Kaya, je te dis à tout à l'heure ... »
dit-elle, commençant déjà à disparaître petit à petit.

Pas besoin d'en dire plus à la Yuki, les deux blondes n'en étaient pas à leur premier combat ensemble.

Son jutsu de camouflage se finalisant, Atsumi sprinta vers les murs qu'elle grimpa à pied, avant d'observer ce qui figeaient tous les gardes. Il s'agissait d'une femme. Elle était là, comme attendant suffisamment de troupes pour commencer le combat.

Difficile d'estimer sa force, mais les sens d'Atsumi lui indiquait néanmoins un chakra menaçant.
Elle repéra d'ailleurs du mouvement dans un arbre plus ou moins en face d'elle. En plissant un peu les yeux, elle vit un kimono qui ne pouvait pas appartenir à 36 personnes.

« Bien » se dit-elle, « Si elle ne l'a pas repéré, il suffira qu'on lui donne le temps d'utiliser ses techniques Yamanaka ... »

Se préparant à nouveau au combat pour défendre son village, Atsumi était prête à en découdre, s'interdisant cette fois la défaite.


Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Mar 16 Avr 2019 - 1:05

Le dernier grand événement auquel Kaya avait participé était le fameux coup d’état ayant entrainé la mort de leur Mizukage, Watanabe Shiori, ainsi que l’avènement de son successeur, Kagai Inja. Mais surtout, durant ce triste moment tournant à la guerre civile, elle avait eu à affronter un adversaire plus que redoutable. Obayo en avait profité pour s’enfuir de prison, et le combat était alors inévitable. Cet affrontement avait été titanesque, et Kaya n’avait eu d’autre choix que d’utiliser un jutsu extrêmement puissant, neutralisant Obayo, mais risquant aussi de tuer certains genins de la brume. Malheureusement, parfois, des sacrifices devaient être faits pour sauver bien plus de vie. Un sacré dilemme.

Fort heureusement, personne n’était mort. Pas mal de blessés, dont elle faisait parti suite au dernier coup heureusement échappé de justesse, mais pas de morts. D’ailleurs, elle était passée pas l’hôpital pour se faire soigner de sérieuses blessures, et c’était son propre élève qui avait pris en main son opération. Elle avait mis un certain temps à s’en remettre, et l’entraînement devait attendre. Non seulement elle devait retrouver toutes ses capacités physiques, mais aussi son apparence. Ce qui était presque aussi important à ses yeux. En effet, le combat et les soins avaient laissés des traces sur sa peau, chose qu’elle essayait de faire disparaître jour après jour, surtout au niveau de son ventre. Enfin, après une période creuse sans entraînement ou effort physique, on lui avait même proposé de faire de la poterie pour apprendre le Doton théorique en attendant, c’est dire, elle fut en mesure de retourner au Dojo des Yuki pour retravailler sa maîtrise du Hyoton.

Et d’ailleurs, une amie de longue date avait dans son équipe un autre manipulateur de glace, et de ce fait, elle lui demanda quelques conseils. Une très juste façon de faire qui montrait son implication dans son rôle de chef d’équipe ! Mais l’échange fut d’assez courte durée. Un tremblement terrible se fit sentir, et tout comme Atsumi, Kaya était douée d’une bonne sensorialité. De ce fait, elle tourna elle aussi le visage dans cette direction avant de hocher positivement la tête.

« Je suis d’accord… Et honnêtement, ça ne présage rien de bon… »
La jolie blonde soupire alors, avant de reprendre. « Kiri ne sera donc jamais un village paisible… »

C’est à toute vitesse qu’elles se dirigèrent vers la source de chakra terrifiante. A ce moment, Kaya n’arrivait pas à se convaincre qu’il pourrait s’agir du Dieu de l’eau ou autre entité du style. Et pourtant, c’était bien vrai. Les récits rapportés aux gradés se confirmaient. Cependant, elles étaient loin d’être les premières sur les lieux, et de ce fait, en passant la porte du village, elle put apercevoir les shinobi observer cette masse, terrifiés. Mais surtout, une autre silhouette les intriguait, et Kaya fronça alors les sourcils. Qui pouvait être cette femme… ? Vu la façon dont elle approchait, elle n’avait pas l’air paniquée, et de ce fait, elle était forcément une alliée de ce monstre. Kaya fit un clin d’œil à Atsumi, qui se camoufla directement après sa fausse fuite.

« A toute à l’heure ! »

Cette fois encore, elle devrait assumer son rôle et son grade. De ce fait, elle s’avança lentement vers cette personne, sortant de la foule massée devant les portes, en essayant de ne pas avoir l’air plus hostile que cela. Une fois bien sortie du lot, Kaya s’arrêta, bras croisés, cheveux au vent, prête à découvrir quelles étaient les intentions de cette personne bien étrange.

Résumé:
 


_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Mar 16 Avr 2019 - 14:47
Le village de Kiri. La silhouette avance paisiblement, sa mission semble remplie pour le moment. Du moins, en partie. Ses yeux se déposent tranquillement sur tout ce qu’elle voit, prenant le temps de se nourrir de chaque forme, chaque paysage, chaque petit détail qui capte son attention. L’importance d’apprendre, de comprendre. Cette fois, cependant, le village de la brume défie toutes ses connaissances. Si beaucoup le lui ont décrit comme belliqueux, constamment théâtre de conflits ou victime de ses propres bandits, personne ne lui a dit qu’elle découvrirait un village en ruines. Kiri, noyé sous ses propres eaux ? Au final, cela lui mâche le travail … Et elle pourra aller étudier un peu plus le territoire par la suite, c’est forcément bénéfique.

L’Érudite progresse, son manteau blanc foule le sol, de la même manière que les formes d’aile dans son dos. Une abeille ? L’abeille la plus dangereuse du Yuukan, probablement. Ses pas sont calmes et assurés, tranchant inévitablement avec tout ce qui se passe alentour. Si Kiri est un village en proie à la panique, la jeune femme est l’incarnation de la paix et de la sérénité. Sérénité qui cesse lorsque toutes les têtes apparaissent face à elle. Impossible de faire autrement … Sa mission commence ici.

L’Érudite compose de rapides mudras, levant un voile de pétales tout autour d’elle, lui permettant ainsi de détecter de nombreuses sources de chakra. Parmi les plus fortes, trois se démarquent. Si les positions ne lui parviennent pas clairement, c’est avec un joli sourire que la femme au manteau blanc accueille la présence de la blonde qui lui fait face. Une quantité de chakra dantesque émane d’elle. Cette expédition sera sûrement plus intéressante que toutes les autres … Découvrir le pays de l’Eau, mais, surtout, découvrir ses ninjas ? Elle penche la tête.

« Les Sentinelles de ce village ont plutôt un joli visage. »

L’Érudite avance encore un peu et désigne les plus faibles sources de chakra qu’elle a détectées jusque-là.

« Je ne suis pas porteuse de bonnes nouvelles, je suis désolée. Vous devriez leur dire de partir … Je ne dis pas ça pour vous faire peur, évidemment. »

Quelques pas de plus, pour être au beau milieu du champ de bataille, à la vue et au su de tous. Pas de peur, pas d’envie de reculer. Au contraire, l’Érudite trouve même cette situation excitante. Pourquoi fuir, au final ?

Spoiler:
 

« Je suis l’Érudite. Enchantée de faire votre connaissance, j’espère que nous apprendrons beaucoup les uns des autres. »

Si elle a l’air douce et inoffensive … Il doit s’agir de la rose la plus piquante de cet univers. Chance ou malchance, seul le temps dira à ces trois sources ce qu’elles doivent savoir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite Empty
Mer 17 Avr 2019 - 0:01
Profitant d'avoir la hauteur et la distance nécessaire pour observer l'arrivante, Fanghe put remarquer la beauté de celle-ci. Et si seulement son minois était le seul reflet de son agrément, le jeune homme n'aurait pas eu à sentir sa position dans le TGJMY ( Tableau Global des Jolis Minois du Yukan ) comme étant menacée. Non, cette femme éludait une délicatesse qui suintait depuis tout son accoutrement, sa prestance et ses attitudes. Elle était l'égale de ces beautés retrouvées figurées sur des poteries d'un temps dont aucun ancêtre ne saurait nous faire le conte.

Le narcissisme yamanaque et sa surestime essentielle autorisait-elle pour la première fois la menace ? Le brun serait-il victime d'une faille dans sa confiance en lui ? Serait-il... jaloux ? Ou bien ne serait-ce pas, au final, une conséquence de la tension qui envahissait Kirigakure depuis le début de l'attaque ? Tension maintenant renchérie par la rencontre entre la visiteure et Yuki Kaya, du Village Caché de la Brume.

Si Fanghe n'avait jamais fait la rencontre de la Jônin, tout kirijin un minimum atteint par la culture du village saurait reconnaître son responsable aux Affaires Étrangères et cheffe du clan le plus emblématique du Pays; Yuki Kaya.

« Vous devriez leur dire de partir … Je ne dis pas ça pour vous faire peur, évidemment. »

« Quel est le jeu de cette femme ? Encore une de ces sales personnalités doubles dont le discours mielleux enveloppe avec la plus grande délicatesse les menaces les plus acerbes.
Ne tirons pas de conclusions hâtives, cela dit. Elle n'a pas parlé de torture ou de massacre. Elle a juste poliment demandé à la Jônin de profiter de ses pouvoirs hiérarchiques pour congédier les plus bas rangs. Si elle veut dégager le terrain, c'est bien qu'elle n'est pas là juste pour discuter. Restons prudent. »


En espérant secrètement que l'éminente Yuki saurait se charger toute seule de l'intruse et que ses capacités analytiques lui permettront de tirer profit d'un moment de faiblesse et s'approprier la défaite de l'ennemi, Fanghe restait dans son arbre, décrochant un senbon de l'intérieur de sa manche. Mais qui saurait faire l'éloge de ses "capacités analytiques" alors qu'il n'a même pas remarqué avoir été repéré ?

Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1548114346-gen-boutons

- Paroles
« Pensées »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4995-terminee-yamanaka-fanghe http://www.ascentofshinobi.com/t5459-l-equipe-2-premiere-rencontre-feat-fanghe-et-zo http://www.ascentofshinobi.com/t5402-yamanaka-fanghe-le-courant-vertueux#42924

4/08. L'Érudite Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 12:00
Frapée par l'élégance et la grâce que dégageait cette femme, elle fut frappée d'avantage lorsque son regard passa sur elle, malgré son jutsu de dissimulation. Ces pétales devaient y être pour quelque chose, sans aucun doute. Surprise mais pas non plus étonnée, elle se contenta de relâcher son camouflage. Inutile de gâcher plus de chakra, l'idée était qu'elle sous estime l’infériorité numérique dans laquelle elle se trouvait, c'était un échec.

Leur dire de partir … que .. ? Au fond d'elle, Atsumi savait parfaitement que cette femme avait raison : La plupart des personnes ici étaient tout bonnement incapables d'entreprendre quoi que ce soit contre elle, et elle le savait, même sans pouvoir estimer sa force précisément. Elle ne bluffait pas, Atsumi était certainement sur le point d'entreprendre le combat le plus difficile de sa courte vie.

Elle jeta un nouveau regard à Kaya, pour lui comprendre qu'elle avait saisi la gravité de la situation, et surtout de le menace qui se tenait devant eux. Quelle stratégie adopter ? Ils ne savaient rien sur cette « Érudite ». Quels étaient ses talents, ses faiblesses ? Pour l'instant, difficile de s'approcher donc. Pourquoi ne pas établir une stratégie reposant sur les jutsus Yamanaka du saltimbanque Fanghe ?

Cela n'allait pas être facile, et à la manière de l’élaboration d'une poterie, le moindre faux mouvement pourrait créer des irrégularités, et donc des problèmes.

Elle se rapprocha donc de Kaya, et se posta à ses côtés.

« Qu'en penses-tu ? Elle à l'air de maîtriser bon nombre de techniques de zone avec ses fleurs. Je pense qu'il faut l'entraver et l'immobiliser aux maximum. Il est hors de question que j'aille l'affronter au corps à corps pour le moment, c'est bien trop risqué ... »

De toute façon, il fallait bien commencer par quelque part.

Composant quelques mudras, Atsumi apposa ses mains sur la muraille, faisant traverser son chakra jusqu'au sol.

Une fraction de seconde plus tard, la terre sous les pieds de l'Erudite se mettait à ramollir, puis à se changer en mélasse collante.

« Allez, on se bouge » lui dit-elle à voix basse, sachant pertinemment qu'elle ne pouvait l'entendre.

En vérité, elle ne croyait pas vraiment à la réussite de sa technique, mais c'était un moyen simple pour créer des ouvertures.

Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Ven 19 Avr 2019 - 22:47
La fameuse personne que tout le monde regardait était en train d’approcher, et lentement ses traits pouvaient être aperçus de façon plus précise. C’était assez évidemment une femme qui semblait avoir une bonne prestance. Sa posture était droite, sa tenue recherchée, et surtout, elle dégageait une certaine aura. Même s’il ne faut pas juger un livre sur sa couverture, il était assez clair que cette personne semblait puissante. Que ce soit en arts ninjas, ou au moins en influence. Mais si elle n’était pas forte en combat, elle ne serait pas seule ici… Cependant, ce qui intrigua le plus Kaya furent ces ailes qui se dessinaient dans son dos. Haussant un sourcil, la belle blonde essayait de réfléchir à des possibles utilités de ces dernières.



Des ailes d’insecte. Fallait-il s’attendre à du poison ? A du Futon ? Ces hypothèses étaient les plus probable aux yeux de Kaya, mais surtout, elle craignait que le vol soit dans ses cordes. En se faisant encore plus proche, l’intrigante femme fit apparaître des pétales de fleurs qui tombaient lentement au sol. Atsumi fit sa réapparition quelques temps après l’usage de cette technique anti-camouflage… Habile. Cette technique lui rappela lorsque Kiri avait attaqué Iwa, et qu’elle avait eu à faire face à une genin maîtrisant les techniques à base de fleurs. Elle essayerait de se souvenir de ces dernières afin de penser à des parades en anticipation. D’ailleurs, en prévention et largement inspirée par son opposante, Kaya réalisa à son tour quelques mudras pour que ce ne soient pas des pétales, mais des flocons de neige qui tombent du ciel, ces derniers servant à détecter la présence cachée de potentiels alliés un peu moins imposants que le Dieu de l’eau.


Enfin, sa voix se fit entendre. Elle semblait sereine, un peu trop d’ailleurs. Sa confiance n’avait d’égal que sa prestance, et Kaya ne le savait que trop : il était fortement probable qu’elle soit un redoutable adversaire, tout comme Obayo l’avait été quelques temps avant. Kaya devait alors prendre une décision. Faire reculer les ninjas de Kiri inexpérimentés, ou alors de les laisser prendre part au combat quitte à les sacrifier. Cette deuxième solution n’était pas envisageable, sachant qu’elle avait déjà manqué de tuer plusieurs genins lors de son dernier combat, sa réputation ne devait pas être plus ternie. Et même d’un point de vue stratégique, de la chair à canon n’était pas toujours optimale. Avoir une vision plus dégagée du champ de bataille n’avait pas de prix. De ce fait, elle fit un signe de la main aux gens situés non loin d’elle, afin qu’ils comprennent qu’attaquer était du pur suicide pour eux.

« Yuki Kaya, enchantée de même. Vous voulez apprendre de nous ? Pourtant, vous semblez venir accompagnée d’un sacré animal de compagnie, je ne vois pas trop ce que vous souhaitez apprendre… »

Lança Kaya, persuadée que sa venue n’était pas vraiment pacifique, à juste titre… Cependant, alors qu’elle lançait un début de discussion afin d’en savoir plus sur ses motivations, Atsumi qui venait de la rejoindre après être sortie de son camouflage, semblait plutôt portée sur l’attaque directe et sans sommation. Mais avant qu’elle ne puisse calmer ses ardeurs, elle fit une première technique offensive. Nul doute qu’après cela, les discussions allaient être plus délicates à entamer…

Kaya n’avait donc pas vraiment d’autre choix que d’utiliser la force à son tour en réalisant des mudras qui firent apparaître de nombreux pics gelés et acérés face à elle, se faisant par la suite propulsés via le futon. Ces derniers partent dans des directions différentes afin d’attaquer sa cible de toutes part, et surtout, en même temps, réduisant les possibilités d’esquive de façon drastique, étant donné que ces derniers arrivent de tout autour de sa cible. Enfin, lors de l’impact, des pics de glace sortent du sol pour prendre par surprise une défense un peu fébrile.



Résumé:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Dim 21 Avr 2019 - 17:52
Une autre blonde surgit sur les côtés. Son flair ne l’a pas trompée. Un joli sourire étire ses lèvres alors qu’elle les jauge tour à tour. Une femme inconnue, puis une autre, qui prend quand même le temps de dévoiler son nom. Yuki Kaya. Les Yuki sont les manipulateurs du Hyôton, ils ont joué un rôle particulièrement important dans la fondation de Kiri. Cette femme, si ses souvenirs sont bons, tient le rôle de cheffe de clan, ou au moins quelque chose de très élevé dans leur hiérarchie. Au moins, le clan est dirigé par une femme particulièrement belle. Si sa force est à la hauteur de sa beauté, alors un beau combat s’annonce.

Les festivités sont rapidement interrompues par la deuxième blonde, qui n’a pas pris le temps de s’annoncer ni de se présenter. Quelle impolitesse … L’Érudite soupire, plutôt mécontente de voir cette impertinence. Pour répondre à la flaque de boue sous ses pieds, la jeune femme compose des mudras et s’élève sur une petite plateforme florale. Rien de bien impressionnant pour l’instant, par contre, cela commence doucement à lui taper sur les nerfs. Un silence, puis des pics de glace apparaissent et l’attaquent de partout. L’armure encaisse le premier choc, puis encore d’autres. La glace surgit également sous les pieds de l’Érudite, qui décide de la subir, puis de sortir lentement de la boue. Quelques coupures, son armure défaite, qui disparaît doucement. Un sourire étire ses lèvres. Sur les trois, au moins une présence l’intrigue, lui plaît. C’est déjà ça.

« Alors, chez vous … »

L’Érudite remet ses vêtements en place et essuie les traces de sang sur ses vêtements. Ses prunelles sont voilées d’une ombre. Son comportement a changé.

« On ne se présente même pas, avant d’attaquer ? »

La rage bout en elle, à une puissance fulgurante. Elle compose des mudras et lève les mains. Une fulgurante tempête florale s’abat tout autour d’elles, à la fois sur la source de chakra caché que sur les deux autres. Maintenant sa capacité pour que la tempête continue encore et encore, la Fanatique ne démord pas. Les deux autres doivent disparaître.

« Je ne tolère pas l’impolitesse ! »

Un enfant malpoli doit savoir où est sa place. Doit savoir se calmer. Se taire. Ces deux-là n’ont pas appris les règles de bonne conduite, et elle se fera un plaisir de leur donner la leçon.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite Empty
Mar 23 Avr 2019 - 17:27
Kaya observait avec ses pupilles glaciales le résultat des différentes attaques effectuées. Touchée. Un petit sourire s’affichait sur son visage, celui de la satisfaction de blesser son ennemi, un sourire presque carnassier. Depuis sa mission diplomatique s’étant transformée en bain de sang avec Inja, devenu depuis Mizukage, elle avait repris goût au combat et au sang… Cependant, elle haussa un sourcil en remarquant que malgré les nombreuses attaques qu’elle avait encaissé, elle était plutôt bien en point. Quelque chose atténuait les effets de ses techniques, c’était pour sur. Une armure, ou autre, probablement.

Mais comme prévu, cette absence totale de dialogue ne lui fit pas plus plaisir que cela. En effet, son regard était devenu sombre, et Kaya s’attendait alors au pire lorsqu’elle vu les mudras être composés par la fanatique. Dès qu’elle commence à avoir apparaître les pétales, la cheffe du clan Yuki songea à faire une défense basique pour sauver sa peau, sauf qu’elle vit Atsumi dans son champs de vision. Non seulement elle ne pouvait plus se permettre de mettre en danger de mort ses coéquipiers, mais en plus les laisser à la merci d’une attaque dévastatrice n’était pas forcément mieux vu.

“Je m’occupe de notre défense!”

Dit-elle de vive voix, car vu la quantité de chakra déployée, il fallait s’attendre à des dégâts massifs, et elle n’avait pas vraiment le temps de réfléchir ou de voir éventuellement Atsumi se protéger. Kaya composa rapidement des mudras à son tour et préféra utiliser sa défense la plus puissante. Un grand dôme de glace dont la matière était d’une pureté parfaite se forma autour des deux blondes, les protégeant à priori des attaques les plus terribles, au prix d’une consommation de chakra faramineuse. Le combat ne devait pas s’éterniser si ça continuait comme ça, malgré les grandes réserves de chakra qu’elle avait, enchaîner ce type de technique n’était pas possible bien longtemps.



Une fois dans le dôme, la jonin ressentait la puissance de la tempête qui s'abattait sur la glace les défendant, en espérant qu’elle ne cède pas, ce qui n’était encore jamais arrivé cependant. Mais le répit allait sûrement être de courte durée.

“Notre adversaire a l’air redoutable… Il va falloir être efficace, je ne pourrais pas faire de telles défenses à chaque fois… Je vais tenter de l’immobiliser, si ça marche, envoyez tout ce que vous pouvez, ce sera le moment.”

Elle attendrait dans ce grand dôme glacial jusqu’à ce qu’il cède ou que la tempête s’arrête, en préférant largement la seconde option. La suite était simple. Elle pouvait encore ressentir sa présence grâce à la neige de détection qui tombait du ciel. Lors de la dissipation du dôme, Kaya enchaînait rapidement les mudras, ce qui créa de la glace tout autour de son adversaire, lui offrant une combinaison de glace du plus bel effet. Elle mettait certes en valeur les courbes de la fanatique, mais surtout, elle empêchait les mouvements de cette dernière, sauf de sa tête.



Résumé:
 


_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Mer 24 Avr 2019 - 18:04
Ne s'attendant pas à une telle réaction, la blonde commença par lever les yeux au ciel. Les shinobis qui faisaient de chacun de leurs combats une pièce de théâtre l'ennuyait au plus haut point. A quoi bon perdre du temps à bavarder ? Les intentions de chacun sont très claires. En ce qui concernaient les Kirijins, plus vite l’Érudite était vaincue, plus vite le trio allait pouvoir apporter son aide au bataillon qui tentait de contenir la bête à 3 queues qui menaçait le village, comme aucune menace ne l'avait fait par le passé.

Seulement très vite, lorsque le ton de la femme aux vêtements étranges changea pour devenir très menaçant, jusqu'à commencer à faire des mudras, Atsumi fit de même, avant d'être interrompue par Kaya. Cette dernière disait s'occuper des défenses pour elles. Sans perdre plus de temps, Atsumi termina quand même ses mudras, et dressa un enorme mur à l'emplacement du Yamanaka alors que le vent se mettait à souffler. Difficile à dire si ce dernier avait réellement de quoi se défendre face à une technique d'une telle envergure. Le mur était néanmoins insuffisant pour lui garantir aucune blessures, bien que la blonde ait prit la précaution de le placer face au sens de la tempête qui débutait.

Avant même qu'elle puisse poser ses mains sur le sol pour terminer sa technique, une épaisse couche de glace vint les recouvrir, lui faisant terminer l'incantation à l'aveugle. Il se passa ensuite un court instant ou les deux femmes se mirent à attendre dans le calme. Dehors, difficile d'estimer à quel point la violence de la technique était destructrice, mais vu comment le dôme de glace était secoué, voir fissuré à certains endroits, il était prévisible de retrouver un paysage légèrement modifié à leur sortie de la protection. Elle espérait d’ailleurs que sa défense avait été suffisante pour éviter des dégâts fatals au Yamanaka ...

Kaya lui confia que le combat devait s’accélérer, et qu'elle allait tenter de l'immobiliser. Elle était de toute façon entièrement d'accord. Vu l'ampleur des capacités destructrices que la fanatique était en état de déployer, il allait falloir l'acculer très rapidement.

Pas besoin d'en dire plus. Atsumi regarda à nouveau Kaya tandis qu'elle se dissimulait une nouvelle fois, et prononça ces simples mots. « J'y vais, dès que ta glace se brise, je lui fonce dessus pour la prendre par surprise. Elle devra faire un choix entre se protéger de moi ou de ton attaque. Avec un peu de chance, Fanghe pourra réagir si il est encore en état. »

Elle n'aimait pas trop ça, mais il était temps pour elle d'aller au contact. Elle était probablement la seule ici capable de potentiellement lui tenir tête au corps à corps. Alors dès que la glace montra des signes de faiblesse, elle prit appui sur le sol, et fonça d'un coup sec vers l'Erudite, et plus particulièrement en direction du sol. Tel un missile, lorsqu'elle arriva à destination, elle fracassa le sol d'un coup de poing, redevant visible par la même occasion.

Ce geste avait une multitude d'objectifs. Le premier était d'interrompre la technique en cours. Le second, de la déstabiliser pour élever les chances que Kaya la touche. Enfin, attira l'attention sur elle, car elle savait que ses deux alliés possédaient des capacités de soutien redoutables. Atsumi savait depuis un moment qu'elle allait devoir mettre grandement sa vie en jeu sur ce combat, seulement, la peur l'en avait empêché pendant un certain temps. User uniquement de fourberies et de dissimulation comme elle en avait l'habitude ne fonctionnera pas aujourd'hui, il était temps pour elle de se battre à la loyale.

« Je suis Hayame Atsumi, j'espère que tu sauras pardonner mon impolitesse, j'étais trop concentrée pour penser à me présenter. Je suis ton adversaire. »


Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull


Dernière édition par Hayame Atsumi le Mar 7 Mai 2019 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Ven 26 Avr 2019 - 2:37
Senbon en main, le Yamanaka assistait de loin à l'offensive qui débutait. Un marécage avait été crée et des piques furent lancées. Il était sûrement temps pour lui d'agir. Seulement voilà, le temps que le jeune homme élégamment vêtu de son kimono descende de sa plateforme sylvestre, l'assaillante ( car oui, maintenant ses vilaines intentions étaient confirmées ) s'était déjà surélevée du marécage vaseux d'Atsumi et essuyait avec une facilité déconcertante l'assaut de la cheffe de clan, Yuki Kaya.

Fanghe ressentit d'ailleurs une certaine surprise à la vue de la chunin. Il y a peu de gens dont le jeune homme connaissait le visage dans ce village, mais l'espiègle blonde faisait partie de ceux dont il avait eu le luxe de faire connaissance. Il ne pouvait pas tirer grand chose d'elle, son côté hyperactif l'agaçait quelque peu et sa fragilité de concentration la mettait à l'abri des plans de l'Hijin, mais là n'était pas la question. Il ne fallait divaguer, un ennemi était devant lui.

Retranché à l'arrière du front, profitant de l'attention de l'Érudite portée aux deux femmes gardant les Portes, Fanghe établissait son plan :

« Elle a subi les piques de glace sans broncher. Mais qu'importe la dureté de son corps ou de son armure, aucun équipement ou appareil n'a d'efficacité face à une Transposition. C'est la fin. »


Le Yamanaka alignait ses doigts pour former l'antique symbole des arcanes de son clan, et alors qu'il s'apprêtait à lancer sa technique, la Fanatique libéra une masse gigantesque de chakra, laissant déferler sur le terrain une bourrasque démesurée arborée de pétales tout aussi tranchants qu'une lame de rasoir chacun. Et cette tornade était composée d'un nombre incalculable de ses lames florales.

C'était peut-être bien à cet instant précis que le brun parmi les blondes le réalisa; c'était un genin. Ses rêves de puissance semblèrent d'un coup s'être téléportés bien loin. Qui était-il, lui, Yamanaka Fanghe ? Qu'avait-il accompli au final ? Il se vantait de son savoir, de son pouvoir, et son ambition dépassait les hauteurs de trois Palais de la Brume empilés. Mais à l'image de celui-ci il y a presque vingt jours, ses rêves de grandeurs s'effondraient. Que faisait-il là, au milieu de ces trois monstres ?

Quelles étaient les options qui s'offraient à lui à présent ? Fuir ? Ce courant d'air avançait bien plus vite que lui, même si l'homme en kimono était posté en fin de zone de la technique. Rester et attaquer ? Il aurait presque pu, mais c'était sans compter cette maudite bourrasque. Au final, il semblerait que dans n'importe quel cas, la mort l'attendait. Ici. Maintenant. Alors à quoi bon ? Autant défaire ce sceau que ses mains composent, autant baisser les bras, autant détendre son corps et autant laisser la mort arriver. Car même lui qui au final se serait pensé plus puissant que la Faucheuse finirait par mourir emporté par une brise, par accident, sans avoir été remarqué, tel un dommage collatéral.

Et alors que ses paupières se fermaient, alors que la bourrasque approchant mit à faire se mouvoir ses cheveux, alors qu'il s'apprêtait à recevoir le baiser de cette mort décharnée sur ses lèvres maintenant sèches, un vrombissement fit irruption et un mur se dressa en face de lui. En rouvrant les yeux en même temps que ce mur se formait, il put entrapercevoir les mains d'Atsumi posées au sol avant que sa figure ne disparaisse derrière une épaisse couche de glace. Ainsi donc il ne mourrait pas aujourd'hui.

Que faire maintenant ? Fuir serait l'option la plus valide, la plus saine et irrémédiablement, la plus salvatrice. Mais la fuite lui demanderait de s'éloigner du mur de terre et de sa protection. S'il faisait un pas en arrière, le vent parcouru de pétales aurait raison de lui. Collé à ce mur, il avait de quoi échapper au plus gros de l'attaque.

Car non, il n'échappait pas à la totalité de l'attaque, et c'est en reformant le signe de sa technique clanique qu'il s'en rendit compte. Les doigts joints, par effet de vent, une partie de la bourrasque atteignit son dos et quelques lames embrassèrent de leur tranchant tout l'arrière du dos de Fanghe. Ses jambes tremblaient, son kimono était devenu rouge, plus aucun motif ne pouvait être distingué et même le sol à ses pieds fut teinté de nuances écarlates. Mais il ne pouvait reculer. Cette douleur était le prix de sa vanité, le prix de sa survie, le prix de sa fierté. De sa survie, oui, car malgré les dégâts reçus, ceux-ci furent bien plus favorables que la mort dont le mur l'a sauvé.

Tous ces événements interprétés comme une seconde chance, le corps tremblant sous la douleur, l'esprit divaguant entre conscience et inconscience, la Transposition fut effectuée. Il s'agirait peut-être de la dernière technique que Fanghe lancera de son vivant, peut-être même échouera-t-elle, mais n'importe quelle option semblait l'amener à la mort.



Qu'importe soit la situation dans laquelle il allait se retrouver (puisque derrière son mur, il n'a pas pu rendre compte de ce qu'il se passait), ses premiers mots seront adressés à son hôte :

« Il me semble que nous n'ayons pas eu le plaisir de nous introduire l'un l'autre. Je suis Yamanaka Fanghe, et je suis à présent le Maître de ces Lieux. »


Résumé du tour:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1548114346-gen-boutons

- Paroles
« Pensées »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4995-terminee-yamanaka-fanghe http://www.ascentofshinobi.com/t5459-l-equipe-2-premiere-rencontre-feat-fanghe-et-zo http://www.ascentofshinobi.com/t5402-yamanaka-fanghe-le-courant-vertueux#42924

4/08. L'Érudite Empty
Lun 29 Avr 2019 - 0:41
Une offensive démentielle, que beaucoup n’auraient pas pu supporter. Elle aurait pu laisser les choses aller dans ce sens, encore et encore, sans rien dire pour autant. Leur laisser une chance de s’en tirer, retenir ses coups pour obtenir des informations intéressantes, ou avoir l’occasion de découvrir un potentiel qui lui est inconnu. Mais non. Ces gens ont choisi la voie de l’impolitesse. Ils n’ont rien dit. Ils se sont jetés droit dans la rixe, sans penser ne serait-ce qu’un instant à tout ce que cela impliquait. Alors voilà, la sentence. Parce qu’elle n’a pas le choix. L’éducation est comme toutes ces choses que l’on apprend, au cours de la vie : on ne passe pas à côté.

La tempête vole, détruit tout sur son passage et laisse des traces indélébiles. L’Érudite pourrait être désolée de saccager un tel patrimoine, mais il semblerait que les kirijins eux-mêmes s’en soient chargés. Autrement dit, elle a tout le loisir de continuer sa technique, jusqu’à ce que cet imprévu l’ennuie. La jolie blonde du clan Yuki a créé un dôme et sa tempête ne fait que le tambouriner, jusqu’à ce qu’il explose. Néanmoins, lorsqu’il lâche, l’Érudite annule sa capacité, parce qu’elle ne connaît que trop bien ces quelques shinobis. Lorsqu’ils se défendent … Généralement, ils attaquent. Prête à tout, elle se remet en position et attend.

Pas de surprise. Juste une légère déception.

L’Érudite pose une main sur son sein et active un sceau, qui fait instantanément apparaître une gigantesque plateforme florale à ses pieds. Similaire à la première, celle-ci lui permet néanmoins de s’élever très haut, suffisamment pour esquiver l’espèce de timbrée qui lui fonce dessus. Une folle inconnue, impolie comme le dernier … Quoique. Elle se présente. Hayame Atsumi et Yuki Kaya. Deux déesses blondes venues pour protéger le village, pour se dresser en remparts contre elle. Un sourire étire ses lèvres. Pendant un instant, elle aurait juré sentir quelque chose près d’elle, mais elle ne se l’explique pas. Ses prunelles balaient la zone et elle remarque que le dernier luron ne s’est toujours pas manifesté. Soit il est mal en point, soit il est vraiment impoli. L’Érudite soupire. Du haut de son perchoir, elle se permet une nouvelle remarque.

« Pour votre dernier camarade … Je lui laisse une chance. S’il fuit maintenant, j’oublierais tout ce qu’il a fait : son impolitesse quant aux présentations, mais aussi le fait de ne pas se joindre à la fête. J’épargnerais sa vie. S’il reste et qu’il tente quoi que ce soit à mon égard, je le tuerais. »

Le froid mord peu à peu sa peau et alourdit ses mouvements, mais elle ne semble pas vouloir le montrer. Impassible, malgré les petits tremblements qui commencent à survenir. Elle penche la tête et fixe les deux beautés qui lui font face. L’une des deux lui plaît vraiment, vraiment beaucoup. Il faut qu’elle trouve une parade et que l’issue de ce combat soit autre. Que Yuki Kaya survive, pour de grands projets.

« Quant à vous … Je sens que nous allons nous amuser. »

L’Érudite se mord le pouce et lève la tête.

« J’en appelle au plus puissant des êtres célestes, au monarque de nos cieux. Kawaige ! »

Elle appose sa main sur la fleur et une explosion signale l’arrivée d’un être … Gigantesque. Un papillon d’une taille démesurée, qui apparaît sans rien dire. Il est là, il attend. L’Érudite dépose un regard bienveillant sur la créature, qui sait ce qu’elle a à faire. Rapidement, la bête s’élève et vient polliniser tout ce qui se trouve sous son passage, à savoir les deux femmes. La Fanatique, comme ils l’appellent si bien, darde son regard sur ses adversaires. Elle compose de nouveaux mudras et abat une tempête de fleurs autour des deux femmes.

Polies ou impolies … L’Érudite veut jouer. Mais elle n’a pas encore de quoi jouer réellement. Il faut que le temps s’écoule, encore un peu. Juste un peu plus, et elle pourra faire ce qu’elle désire. Son corps devient trop lourd et elle tombe sur la fleur, transie par le froid, complètement immobile.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite Empty
Lun 29 Avr 2019 - 23:12

Ce dernier camarade, un Yamanaka selon Atsumi, semblait s’être retrouvé au milieu de ce combat de façon tout à fait tragique. Un genin assistant tant bien que mal ses sœurs d’armes Kirjines, mais surtout il se retrouvait en face d’un véritable monstre. Pas en apparence, évidemment, mais bien en termes de puissance développée. Il était fortement probable qu’elle soit l’ennemi le plus puissant qu’il ait eu à affronter, et rien ne pouvait dire qu’il en rencontre un autre aussi féroce un jour. Peut importe ce qu’ils avaient entrepris pour attaquer l’Erudite, la voilà qui s’éleva sur une grande plateforme florale pour les éviter.

D’un côté, ça arrangeait Kaya qui préférait le combat à distance. Cependant, sa prise de parole était d’une clarté sans équivoque. Que ceux qui veulent survivre partent, sinon elle les tuerait. Elle n’avait pas d’ordre précis à lui donner. Si elle avait un conseil à lui prodiguer, elle lui indiquerait de fuir, évidemment. Il pouvait les aider, c’était certain, mais s’il n’arrivait pas à se défendre seul, alors il serait soit un boulet, soit un mort. Les probabilités ne jouaient pas vraiment en sa faveur. En revanche, pour elle et Atsumi, point de fuite en vue. Bonne nouvelle, sa technique d’immobilisation avait fait mouche, et commençait à faire effet. Mais trop tardivement pour l’empêcher d’invoquer ce papillon géant qui n’inspirait pas vraiment beaucoup de bonnes choses.

En voyant le papillon, il était assez évident qu’il ne fallait pas lui laisser trop de temps pour agir. Kaya poussa un grand soupir et composa à son tour des mudras, en faisant le plus rapidement possible. Mais il était à son tour de déployer de l’offensive de façon assez lourde. Elle n’avait peut-être pas de Kuchiyose pour répondre au sien, mais elle savait faire des bêtes au moins aussi grosses en glace. Elle posa ses mains au sol, et trois gigantesques dragons de glace sortirent de ce dernier. Ces derniers, massifs, se jetèrent immédiatement sur le papillon, Kaya les guidant à distance en gardant ses mains sur le sol. Vu que le papillon approchait, le contact ne serait que plus rapide. Mais pourtant, il était déjà en train de répandre son pollen.



Le choc s’annonçait brutal, colossal à l’image des quatre entités en train de se foncer dessus. Elle espérait une seule chose : se retrouver à nouveau avec uniquement l’érudite en seule adversaire. Mais cette dernière, avant de se retrouver immobilisée, lança un nouvel assaut, très similaire à sa première attaque qui fut dévastatrice. Kaya avait alors deux choix : interrompre sa technique et se défendre, ou continuer l’offensive et espérer encaisser. Le choix était assez simple, si elle rompait son attaque, les chances que le combat tourne en leur défaveur étaient énormes. Pas le choix…

Son seul espoir était le ressenti de chakra qu’elle avait. La technique avait été soit moins bien réalisée, soit était de niveau inférieur. Quoiqu’il arrive, elle gardait ses mains au sol en fermant les yeux, grimaçant puis gémissant de douleur en sentant les pétales venir la couper à divers endroits. Sa tenue n’aidait d’ailleurs pas vraiment à se prémunir de ces coupures parfois superficielles. Le tissu blanc de son pantalon était déchiré à de nombreuses occasions, laissant apparaître sa peau ensanglantée. De même pour son haut, qui menaçait alors de tomber à tout moment.

Mais au final, elle sentait à son tour tous ses muscles s’engourdir ainsi que sa gorge la brûler. Une fois le contact entre le papillon et les dragons de glace effectué, Kaya n’avait pas d’autre choix que d’utiliser une technique presque instantanée pour se protéger de la suite. Quelques petits mudras plus tard, et la voilà protégée par un solide bloc de glace. Une place, cette fois, malheureusement.



Dans son cocon de glace, elle posa un genou au sol en essayant de respirer un air plus pur, mais le pollen était malheureusement présent dans l’air de son cocon de glace…


Résumé:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Mer 1 Mai 2019 - 18:43
Perturbante clairvoyance de la part de l’Érudite, quoique témoignant simplement de son expérience au combat. Il était évident qu'elle était exposée après une attaque de cette envergure. L'assaut combiné des blondes n'avait donc qu'été efficace qu'à moitié, car trop occupée à se mettre hors de portée du tremblement de terre en cours, la toute puissante n'avait pu anticiper la technique de Kaya.

Elle s'adressa à Fanghe. Difficile de dire dans quel état il se trouvait. Elle avait déployé les défenses nécessaires à sa survie, mais il n'était à l'abri d'aucunes blessures graves. Pouvait-il seulement se déplacer ? Elle avait sincèrement envie d'aller vérifier l'état du jeune homme, il n'était pas si proches mais … elle l'appréciait, c'est tout, il était atypique. Pas non plus la peine de s'enflammer pour rien !

Toujours est-il qu'elle était de toute façon bien trop occupée pour se préoccuper une nouvelle fois du genin, qui allait devoir prendre ses propres décisions. Et comme le disait si bien la fanatique, les 3 femmes ici présentes allait pouvoir « s'amuser ». Enfin, question de point de vue.

Une course contre la montre commençait, et ça Atsumi l'avait compris. L'erudite apposa malgré son corps gelé une main sur le sol, invoquant donc inévitablement une créature qu'elle nomma « monarque des cieux. » Le papillon qui surgit par la suite était tout bonnement impressionnant, mais la technique que l'énorme insecte déploya par la suite fit bondir le cœur de la jeune blonde. Saisissant immédiatement le tissu qui reposait sur ses épaules, elle le déchira d'un mouvement sec et le noua au niveau de son visage et sa bouche. La poudre qui se répandait sur les deux kirjinnes allait peut-être faire effet un peu plus tard de la sorte ? Une poignée de secondes ? Une petite minute ? Qui sait.

Mais ce n'était pas tout. Kaya aussi avait réagi, et pas des moindres. Percevant le papillon comme une menace aussi importante que son invocatrice, la Yuki déploya une impressionnante attaque à son encontre. Elle s'en occupait donc, alors … Il ne lui restait plus qu'à se concentrer sur l'érudite. Elle était peut-être forte, mais il lui était impossible de se défaire de la technique de sitôt, et seul son papillon pouvait la protéger alors …

Un nouveau vent se levait, dieu merci moins puissant qu'il y a quelques secondes. Il annonçait néanmoins une nouvelle tempête. Atsumi contempla les arbre s'agiter une nouvelle fois un instant, tandis que ses cheveux encore scintillants s'agitaient au vent. Plus le temps. Plus le temps de réfléchir. Pourquoi faire ? Si elle ne mettait pas sa vie en jeu, comment pouvait-elle espérer survivre ? Elle était au portes de la mort, alors autant tenter de les fermer, non ?

Une première pétale vint fendre sa cuisse, provoquant une entaille plutôt profonde, sans pour autant endommager tant que ça le solide tissu de son pantalon. Se fut l'impulsion qui lui permis de composer ses premiers mudras, tout en se rapprochant de la plate forme florale, elle se trouvait juste en dessous à vrai dire. Terminant ses signes incantatoires en joignant l'ensemble de ses doigts, la blonde ignora une pétale qui vint une nouvelle fois fendre son corps, cette fois au niveau de la joue. Le sang se mit à couler presque instantanément, se mêlant à ce qu'Atsumi était en train de dégager de par sa bouche et les pores de sa peau : l'acide le plus puissant et le plus corrosif qu'elle était capable de générer, le tout en quantités astronomique. Le nuage teinté du rouge de son sang s'élevait à grande vitesse, et vint bien assez tôt envelopper l'érudite. Si la glace allait mettre un certain temps avant de fondre, la tête exposée de cette dernière aurait d'ici la subit des dommages irréversibles, garantissant des blessures grave si elle ne prenait pas la peine de fermer les yeux par exemple. De plus, inutile de dire que la plate forme florale allait céder en première, provoquant une chute mémorable à la suite de sa destruction … Et Atsumi serait juste à ses pieds pour l’accueillir. La zone contaminée était maintenant immense, personne ne s'y aventurerait sans prendre ses précautions au préalable, à moins d'être fou. La voilà, la véritable brume sanglante de Kiri.




En attendant, elle plaça une nouvelle fois un mur doton, et s'adossa à ce dernier contre la tempête pour éviter d'être blessée d'avantage, sentant les premiers effets du pollen, tandis que le nuage de futton était réalimenté petit à petit, le gaz rougi s'échappant des pores de sa peau.


Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Ven 3 Mai 2019 - 3:20
4/08. L'Érudite 2la98k8

L'offensive était lancée. L'âme du jeune Yamanaka s'échappait de son corps. En une impulsion, tous les muscles de sa forteresse de chair se détendirent, résultat d'une enveloppe inconsciente, littéralement sans conscience puisque son esprit quittait sa carapace charnelle. Son objectif était là, il la voyait, elle l'attendait. L'Érudite semblait à sa merci, ne s'attendant pas à ce que les remparts de son intégrité mentale se fassent assaillir.

Malheureusement, la principale faiblesse de la Transposition réside dans sa trajectoire rectiligne. Ainsi, beaucoup d'imprévus et d'aléatoires peuvent faire échouer cette technique. Chaque chose se voulant équilibrée, un arcane si redoutable devait se placer avec parcimonie. Mais Fanghe ne pouvait qu'opérer dans la hâte au vu du contexte dans lequel il s'était (tout seul, disons-le) embourbé. Et l'imprévu ne manqua pas, à l'instant où la présence éthérée du Yamanaka frôlait l'Orchidée, sa tige se souleva instantanément, laissant naître une sorte de plateforme dépassant tant en grandeur qu'en largeur les plus grands baobabs d'Hayashi.

D'aucuns se diront "En même temps, à quoi s'attendait-il?", mais la Transposition faisait partie de cette technique qui, bien placées, pouvaient permettre à un genin un tant soit peu malin de surpasser un excellent jonin. Malheureusement, la précipitation a fait que la Transposition ne fut pas bien placée. Et c'est ainsi qu'une psyché errante fit son petit tour de terrain. Cette présence froide fantomatique à la trajectoire incontrôlée frôla d'abord la Fanatique, puis tour à tour les deux blondes improvisées murailles du Village Caché dans la Brume. En parlant de murailles, si la cheffe Kaya n'avait pas accepté de congédier les ninjas postés aux remparts environnants suite à la demande de l'intruse, l'Âme de Fanghe aurait sûrement atterri dans le corps de l'un de ces innocents. Aurait-ce été une mauvaise chose ? Au moins aurait-il pu lancer un kunai, qui sait ?

De plus, considérer que la trajectoire inaltérable de la technique en est la seule faiblesse serait faux. Pour être honnête, les arcanes Yamanaka étaient extrêmement contextuels. Ainsi, si la Transposition échoue, l'âme de l'utilisateur se retrouverait à errer avant de reprendre possession du corps initial. Pendant ce laps de temps, l'enveloppe de l'utilisateur est à la merci d'absolument tout ce qui l'entoure, ce qui fait de cette technique un très mauvais outil en combat. Le domaine de prédilection initial du clan Yamanaka est l'espionnage et l'infiltration, pas le combat.

Mais après ces quelques moments de déambulation, dans un état qui n'atteint pas l'inconscience mais qui est bien loin de la conscience éveillée, l'Homme au Kimono se réveillait enfin. Retrouver son corps n'a jamais été une sensation agréable. Il n'est pas rare qu'un Yamanaka soit sujet à des nausées lors de ses premières Transpositions. Fanghe commençait à peine à y être habitué pour être honnête.

Alors qu'il tentait de se relever, les nombreuses coupures irrégulières dans leur profondeur lui rappelèrent son précédent échec, ajoutant un peu d'humiliation au poids de son échec. Se tenant du mieux qu'il pouvait au mur précédemment dressé par Atsumi devant lui, il piquait une tête vers la zone de combat, oubliant même de réaliser qu'il était encore en vie, laissé innocent de toute autre attaque de zone de la Dame en Blanc.

Ce qu'il vit sonnait comme un énième rappel de son statut. Trois dragons gigantesques de glace, un large nuage corrosif rouge sang et une plateforme florale à en faire rougir le feu Palais de la Brume. Et qu'était-il, lui, caché derrière son mur, à échouer une technique inscrite dans son propre code génétique ? La Fanatique était-elle vraiment l'intruse ? Ou au final, n'est-ce pas Fanghe, par sa faiblesse, qui se révèle être l'intrus de ce groupe ?

Alors que la douleur ainsi que la sensation désagréable du retour de Transposition faisaient parcourir son corps de sueurs froides et que le sang déversait quelques plus petites gouttes écarlates de ses blessures, la remise en question assaillait encore le jeune homme. Initialement partagé entre la fascination et l'effroi face au spectacle de monstres face à lui, l'Homme en avait oublié son instinct, sa survie. Il était clairement en danger ici et toutes ces ruses ont jusque-là échoué. Devrait-il tenter encore une troisième fois de se transposer ? Après toi, sur sa plateforme, le petit tournesol vêtu de blanc n'a pas de raison de se déplacer ?

Non, non. Survis. Ta place n'est pas ici. Si tu restes ici, c'est la mort qui viendra. Regarde, Fanghe, la Mort est déjà là. Elle est sur ce terrain. Et elle vient pour toi. Alors fuis, Fanghe. Fuis. Car la Mort, elle, ne t'accordera pas de seconde chance.

Spoiler:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1548114346-gen-boutons

- Paroles
« Pensées »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4995-terminee-yamanaka-fanghe http://www.ascentofshinobi.com/t5459-l-equipe-2-premiere-rencontre-feat-fanghe-et-zo http://www.ascentofshinobi.com/t5402-yamanaka-fanghe-le-courant-vertueux#42924

4/08. L'Érudite Empty
Sam 4 Mai 2019 - 17:22
J’ai … froid ?

Un sourire étire doucement ses lèvres alors qu’elle est prise d’un tremblement long et désagréable. Le froid mord sa peau, la bloque sur sa fleur, l’empêche de bouger. Une réussite ? Une erreur ? Qui sait ? L’Érudite ne voit pas ce qui se passe autour d’elle ; seulement, elle entend un grand tintamarre à côté d’elle et une sorte de hurlement. Le papillon tente une esquive, qui lui permet d’esquiver un premier dragon, mais pas les deux autres qui lui fondent dessus. Si son adversaire s’était acharnée, il serait reparti, vaincu par la blonde. Mais il n’en est rien. Son esquive lui permet de rester plus ou moins « debout » – assez ironique pour un papillon. Il ne volera plus, vraiment, l’une de ses ailes ne répondant plus à ses commandes. Ses petites passes se posent au sol et le maintiennent tant bien que mal, alors qu’il effectue une dernière offensive, celle du désespoir : il bat de l’aile brutalement pour générer une puissante bourrasque, sa plus puissante capacité. Avec une seule aile, celle-ci perd une grande partie de sa force, mais sera suffisante pour causer des dommages.

Après son offensive, les pattes du papillon ne le portent plus et il tombe au sol, vaincu.

La chaleur grimpe, monte et fait disparaître le froid. De la surgélation à la cuisson. Les températures montent et descendent d’une manière insensée. L’Érudite sent les engourdissements disparaître et laisser place à une sensation mordante, désagréable. Une chaleur dense, brûlante, qui fait progressivement disparaître ses vêtements. Au fur et à mesure, sa peau se dévoile, brûle. Une horrible impression de complètement être carbonisée s’empare d’elle et elle décide de se laisser tomber de la fleur. La hauteur cause un heurt brutal, violent, mais lui permet d’échapper à l’offensive.

L’Érudite se regarde un instant : avec la chute, ses jambes sont cassées, elle ne peut plus du tout bouger. Sa peau est cruellement abîmée. Mais son contact avec le sol lui permet de réaliser une chose importante, très importante. Les pétales au sol sont extrêmement nombreux, précisément comme elle le voulait. Avec le même sourire, elle compose des mudras. Une secousse survient et les pétales se redressent, s’érigent en une masse gigantesque, qui se dirige droit vers la deuxième blonde du groupe : Atsumi. Kaya doit rester en vie … Quitte à ce que l’Érudite y laisse sa peau.

Une fois le marteau créé, la Fanatique compose de nouveaux mudras : sa réserve se vide, elle approche dangereusement de sa propre limite, mais elle ne peut pas se permettre de rester vulnérable. Une fleur se crée tout autour d’elle, un dôme, qui la protège de toutes parts, mais l’aveugle : une prise de risque certaine, mais une nécessité absolue. Kawaige est hors combat, elle ne peut se permettre de se protéger. Si le marteau fait son effet, tant mieux.

À ce stade, c’est son dernier espoir, le plus grand, le seul, le meilleur.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite Empty
Lun 6 Mai 2019 - 17:24
Attendant de pied ferme l'érudite tout en prenant soin de diffuser toujours au maximum son acide, la blonde regarda avec stupeur la glace s'abattre sur le papillon géant. D'un habile coup d'aile, il esquiva le premier dragon, mais fut par la suite emporté par les deux autres. Il entame une lente chute, amortissant l'impact grâce à son aile encore valide.

Immobile et concentrée, Atsumi jetait de temps en temps un coup d’œil vers l’érudite sur sa plate forme florale. Soit sa résistance était surhumaine, soit elle n'allait pas tarder à atteindre le point de non retour en matière de dommages. A vrai dire, l'ensemble de sa peau devait déjà être bien attaquée à l'heure qu'il était …

Mais alors que le papillon succombait sous le poids de ses blessures, il se contracta et entreprit un battement de l'aile qui vint générer une bourrasque violente. Kaya était la plus proche, mais la blonde qui s'occupait de l'invocatrice allait sentir les secousses tôt ou tard.

Se pinçant les lèvres, elle posa donc une de ses mains sur le sol, faisant surgir à nouveau un mur de terre semblable au précédent pour la protéger.

Seulement, la puissance de la technique avait été mal calculée par la blonde, qui semblait avoir sous estimé la bourrasque envoyée par le papillon. Bien que relativement amortie, cette dernière fit exploser le mur doton d'Atsumi en milles morceaux, qui vinrent frapper la jeune femme de toute part, cette dernière ayant à peine le temps de se protéger le visage avec ses bras. Bilan : Une manche complètement déchirée, et une magnifique entaille sur tout le long de l'avant bras.

Pour ne rien réellement arranger, les effets du pollen légèrement retardés par son masque de fortune se faisaient bien sentir, rendant sa respiration plus difficile, et engourdissant ses membres.

Les événements s’enchaînant, l'espionne n'eut pas véritablement le temps de s'attarder sur ses douleurs et ses handicaps. Un bruit sourd couplé à un atroce craquement tout près d'elle attira son attention. L’érudite avait fini par tomber de son piédestal, terminant malencontreusement sa chute en se brisant probablement plusieurs membres. L'acide l'avait brûlée sur l'ensemble du corps, faisant disparaître ses vêtements, creusant sa peau à divers endroits … Elle était mal-en-point.

Mais ce n'était pas terminé. Un sourire malsain fendait encore son visage, et ce malgré l'état plus que préoccupant de son corps. Un frisson de terreur parcouru la blonde de tout son être. Le danger, elle le sentait. Ses sens commençaient à être aguerri. C'était la même sensation que lorsqu'elle avait affronté les jumelles de Suna, ou encore le Quatrième Mizukage …

Et ses soupçons étaient fondés. Se soulevant du sol, les pétales qui s'étaient abattues sur elles précédemment se rassemblèrent en un point, toujours plus nombreuses … Pour former au final une gigantesque masse.

Atsumi eut comme un moment d’absence. Comment pouvait-elle être encore capable de déployer une puissance pareille ? Jamais personne n'avait réagi de la sorte après avoir été confronté à son acide … Elle avait tout d'une déesse, elle aussi. Elle ne pouvait pas mourir aujourd'hui, ça ne serait pas lui faire honneur. Elle ferma les yeux un court instant, et mobilisa ses forces. Son esprit était silencieux, et sa volonté affûtée.

La masse termina donc de se former, puis après un temps, fonça droit sur elle. L’adrénaline traversa l'ensemble du vaisseau sanguin d'Atsumi, qui se jeta immédiatement sur le coté d'un geste vif et calculé. L'engourdissement de ses membres réduit l'éfficacité de son esquive, la blonde dut donc s'y reprendre à deux fois. La masse était esquivée, mais de justesse. Les pétales frappèrent juste à sa gauche, l'envoyant valser au loin sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit. Elle termina sa course une dizaine de mètres plus loin, s'écrasant sur le sol. L'impact était brutal, et vida ses poumons d'un coup.

Elle resta ainsi face contre terre pendant quelques temps, avant de recommencer à bouger. Elle replia d'abord ses genoux légèrement, puis souleva son torse doucement, s'appuyant sur son bras gauche. C'est lorsque des débris de terre se frottèrent à ce même bras qu'elle constata qu'elle n'entendait rien ou presque de l'oreille gauche. Le bruit avait du lui percer le tympan sur le coup.

Enfin, elle releva la tête, balayant les cheveux qui lui obstruaient la vue. Le sang coulait encore, sur sa joue, sur sa cuisse, sur son avant bras droit, toutes ces blessures étant dues au précédents coups encaissés. A cela s'ajoutaient à bon nombres d'éraflures causées par sa chute, et très certainement une cheville foulée à droite, qui lui faisait plutôt mal.

Restant un moment encore dans cette position, elle apprécia le calme après la tempête, en profitant pour souffler un bon coup, lui permettant de prendre conscience de chacune des douleurs différentes qui meurtrissaient son corps. Elle était tirée d'affaire, du moins pour l'instant. Soupirant un bon coup, elle débarrassa ses cheveux de la plupart des débris qui tachaient le blond autrefois brillants de sa crinière, sans parler des plaies à la tête. Enfin, son regard se dirigea vers l'érudite.

« Tu as failli me tuer, pourriture... » murmura-t-elle, incapable de le crier plus fort.

Alors elle se releva, tandis que leur adversaire se recouvrait d'une solide défense, comme dans un ultime effort. D'abord une jambe, puis l'autre : Elle tenait debout relativement correctement. Elle s’avança, boitant à cause de sa cheville pressant son avant bras droit pour stopper le saignement comme elle pouvait, puis elle décrocha le morceau de tissu qui enveloppait la partie basse de son visage, et le noua sur la blessure. Elle était désormais devait l'armure de l'érudite. Regardant Kaya dans les yeux d'un air légèrement grave.

« Je peux dissoudre ça en un rien de temps. On lui ôte sa défense, et on la tue. Tu peux également choisir de percer un trou et de la congeler comme tout à l'heure pour la ramener au village. Que décide-tu, Kaya ? »


Le tout avait été dit avec un calme admirable. Difficile de dégager d'autres scénarios pour être honnête.La Yuki avait très certainement déjà décidé de ce qu'elles allaient faire avant même qu'Atsumi ne pose la question.

L'espionne attendit donc simplement la réponse de son amie.

Résumé:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Mar 7 Mai 2019 - 2:03

Les dragons de glace avaient touché sa cible. Pas tous cependant, car un avait été esquivé. Cependant, la puissance de son attaque était dévastatrice, et lorsque Kaya vit le papillon géant battre de l’aile avant de s’écrouler au sol, elle était persuadée qu’il était mort. Et pourtant, ce n’était pas vraiment le cas, puisque ce dernier fit un baroud d’honneur, laissant ses dernières forces dans la bataille avant de s’éteindre en tentant de protéger son invocatrice. C’est qu’il avait presque l’air mignon, vu comme ça. Sauf que du côté de Kaya et Atsumi, c’était tout autre. Une nouvelle rafale futon était en route.

Fort heureusement, Kaya avait anticipé une offensive en sentant son corps s’engourdir à cause du pollen. Elle avait érigé un bloc de glace en urgence pour ne pas se retrouver paralysée et à la merci de quoi que ce soit. Du coup, elle se trouvait à être spectatrice du combat. Ou plutôt auditrice d’ailleurs. Elle entendait une rafale de vent s’abattre violemment sur son bloc de glace, qui avait du mal mais qui tenait le coup. Fendu à quelques endroits, il n’était pas encore brisé. Mais Kaya, dans son bloc salvateur, avait toujours du mal à respirer, sa gorge la brûlant sévèrement à chaque respiration, et surtout, elle avait l’impression d’avoir des courbatures insoutenables.

Se relevant lentement dans son cocon, elle le dissipa en espérant que le pollen avait disparu de l’air ambiant grâce à la mort du papillon, car en faisant un bloc de glace, elle avait enfermé avec elle les fameuses substances nocives. Prenant une grande respiration en sortant du bloc de glace, Kaya se mit à tousser, montrant la gêne respiratoire qu’elle subissait. Elle était à deux doigts de vomir, ce qui aurait été … disgracieux. Rapidement, elle fit refroidir drastiquement sa main pour l’appliquer au niveau de sa gorge ainsi que sur ses cuisses afin de couvrir la douleur. Une petite anesthésie locale qui lui permettrait de combattre plus efficacement par la suite.



Mais son malheur était bien moindre par rapport à celui d’Atsumi. Une énorme masse composée de fleurs était en train de s’abattre sur elle. A cet instant précis, si elle avait dû parier des ryos sur la vie ou la mort de la chûnin de la brume, son choix n’aurait pas été compliqué. Et pourtant, malgré les circonstances, Atsumi réussit à esquiver cette attaque dévastatrice de façon très correcte. Elle avait été touchée, mais le pire était évité.

A cause de ce satané pollen, Kaya n’avait pas vraiment pu aider Atsumi ou continuer l’assaut durant celui de l’Erudite. Mais désormais, elle se sentait prête à retourner au combat, grâce au temps et à l’anesthésie effectuée.

« Ce que je décide ? Déjà, ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée. Elle est redoutable, rien ne nous assure la victoire. »

Très pragmatique, la jolie blonde se trouvait cependant face à un réel choix à effectuer. Elle pouvait profiter de l’immobilité de sa cible pour utiliser l’une de ses plus puissantes techniques sans risque d’esquive, et ainsi les mettre dans une position très avantageuse, au risque de tuer leur adversaire. Mais tenter de la capturer était tout aussi risqué. Sous-estimer son adversaire et lui laisser l’initiative pourrait être une grave erreur.

« Je vais donc tout donner pour qu’on ait toutes nos chances… Ne t’approche surtout pas d’elle tant que ma technique n’est pas finie. D’ailleurs, recule-toi un peu, on arrête de rigoler. »

Dit la cheffe des Yuki avant de faire un saut en arrière et de composer de nombreux mudras. Elle ne laisserait pas Kiri sombrer aussi facilement… Subitement, l’air se mit à tournoyer à une vitesse folle autour de l’Erudite et de sa défense, et la température était en train de chuter elle aussi de façon impressionnante. Des particules de glace formèrent alors une gigantesque tornade, découpant violemment tout ce qui se trouvait en son centre grâce à leur vitesse vertigineuse. La technique de Kaya était probablement impressionnante, et n’importe quel shinobi pouvait remarquer que ce type de jutsu n’était pas à la portée du premier venu.



Résumé:
 


_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Mer 8 Mai 2019 - 21:40
Elle ne sait pas. Dans le silence, dans le confort de sa protection florale, la Fanatique ne sait pas ce qui se passe. Les bruits lui parviennent, de loin, mais ils ne lui permettent pas de savoir si la masse a suffi. L’impact retentit. Si la blondinette ne s’en est pas extirpée, à l’heure qu’il est, elle est sûrement morte. Ce serait plus simple, mais l’Érudite ne peut pas parier là-dessus.

Quelque chose cogne contre sa protection, cogne encore et encore, à une puissance fulgurante. Un sourire étire ses lèvres. Sa propre déesse, la magnifique blonde plantureuse, est en train de venir récupérer son dû ? La Fanatique s’immobilise sous la fleur, de toute façon elle ne pourrait pas aller bien loin dans son état. La tempête heurte sa fleur à répétition, jusqu’à être détruite. La voilà sans défense … Mais les cristaux glacés ne l’atteignent plus. Un mal pour un bien ? L’Érudite comprend alors qu’il s’agit sûrement de son dernier mouvement. Une dernière offensive, une dernière tentative de faire quelque chose. Elle redresse la tête sur les deux femmes. Elles ont l’air d’aller bien … Ce qui est quand même pas mal. Son sourire s’affirme, se fige sur son visage alors qu’elle compose de nouveaux mudras. Dans le silence s’élève une voix froide.

« Viens à moi, Yuki Kaya. »

Elle n’a plus qu’à laisser le temps faire les choses … Et regarder ce qui pourra se passer. Pour être certaine que cela fonctionne, l’Érudite signe une nouvelle fois. Encore du pollen, toujours du pollen. Cette fois concentré sur l’autre blonde, Atsumi, comme lui indique sa mémoire, il l’entoure pour la gêner. Pas difficile à vivre, pas mortel, mais … Piquant. Si les choses se déroulent comme elle le souhaite, alors la victoire peut être sienne … Et sa déesse des neiges aussi.

Advienne que pourra.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite Empty
Mer 8 Mai 2019 - 23:36
Après son attaque dévastatrice, Kaya commençait à montrer des signes de fatigue. Elle avait usé de nombre de ses jutsus les plus dévastateurs. La jolie blonde, spécialisée dans le ninjutsu, avait des réserves de chakra impresionnantes, mais alors que sa tempête glaciale faisait rage, elle avait eu besoin de souffler un peu. Les vents se dissipant, elle reprit une posture plus digne et observait avec grande attention les dégâts qu’elle avait bien pu causer. Ces pétales étaient vraiment si résistants que ça ? Peut probable selon elle, et du coup elle s’attendait à voir un corps gisant au sol, marqué par de nombreuses entailles potentiellement mortelles.

Mais pourtant, lorsque la vision était de nouveau possible, elle pouvait la voir, vivante. Mal en point, mais pas assez pour être incapable de se redresser visiblement. Elle avait donc résisté à la tornade gelée de Kiri, tout bonnement impressionnant. Quoiqu’il arrive, le combat devait cesser. Dans sa posture actuelle, elle n’allait plus pouvoir se défendre bien longtemps. Mais alors que Kaya s’approchait d’elle d’un pas déterminé, la voix de la fanatique retentit, et résonnait dans son esprit de façon très étrange.

« Je… Je viens ? »

Dit-elle, confuse, avant de hausser un sourcil. Pourquoi elle s’attaquerait à une telle beauté dénudée, surtout qu’elles étaient amies de longue date… Oui oui, elle et la fanatique. L’esprit de Kaya délirait complètement, et cette dernière finit alors par se retourner, vers Atsumi. La seule ennemie de ce combat. Très clairement, même un aveugle remarquerait que la façon dont Kaya regardait son « alliée » ne présageait rien de bon. Son regard était glacial, sombre, et elle finit par composer des mudras en ciblant sa dernière équipière.

« Tu vas déguster les dragons de Kiri, salope. »

Kaya était comme possédée, et se lâchait un peu sur les mots. Mais le pire étaient ces trois grands dragons de glace qui apparurent devant Kaya, avant de se jeter à la position où se trouvait Atsumi à cet instant. Ils étaient majestueux, glaciaux, mais surtout dévastateurs.



Une fois les dragons partis, en train de voler vers leur cible, la jonin de Kiri reprit ses esprits. Elle se trouvait alors face à un désastre dont elle serait probablement officiellement la seule actrice. Ses propres dragons de glace allaient causer de sérieux dégâts à son alliée, et pour sa part, il était bien trop tard pour qu’elle puisse intervenir.

Furieuse de s’être faite manipulée de la sorte, Kaya se retourne vers l’érudite, encore au sol à cause de ses jambes cassées, et compose alors des mudras à une vitesse hallucinante, pour relancer sa technique d’entrave globale. De la glace se formait tout autour du corps de leur ennemi, et seule sa tête restait mobile.



« Cette fois, personne ne va venir faire fondre ta jolie armure de glace… »

Dit-elle en s’approchant finalement d’elle. Persuadée que le combat était fini, Kaya n’avait plus peur d’aller au contact.

« Considère que je te fais une faveur, au moins tu n’es pas nue à la vue de tous… »

Avec un petit sourire sadique, la jolie blonde passe sa main sur la joue de la fanatique, la caressant et essuyant une petite blessure au passage.

« Ce n’est pas toi qui vas apprendre, c’est nous. J’espère que la brume ne te gêne pas, tu risques de rester avec nous un petit moment… »

Considérant la menace comme maîtrisée, Kaya se retourna vers les portes du village pour essayer d’apercevoir un garde. En faisant des grands signes, elle les appelait afin qu’ils prennent en charge l’otage, ainsi que, si besoin, des soins à prodiguer à Atsumi. Pour sa part, Kaya avait encore quelques modestes forces à donner à Kiri, et vu le monstre qui était encore debout non loin, elle savait où se rendre…


Résumé:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

4/08. L'Érudite Empty
Jeu 9 Mai 2019 - 22:54
Adossée à un arbre à une bonne distance de Kaya et de la fanatique pour ne pas être touchée, Atsumi profitait de ce moment de grâce pour souffler un peu. La zone entière avait été détruite par les différentes techniques ravageuses qui s'étaient échangée les trois femmes pendant ce combat, elle avait donc du marcher une bonne distance avant de trouver un arbre encore en état. Elle se débarrassa donc des derniers relents de pollen dans sa gorge en buvant à grandes gorgées, mais cela ne suffisait pas à éliminer l'irritation en elle même, sans parler de l’engourdissement, bien que la technique commençait à faire bien moins effet.

Tout en observant la technique surpuissante de Kaya, elle commençait à prendre conscience de l'état de son corps. Si sa réserve de chakra n'était pas encore totalement vide, les multiples blessures qui saignaient encore étaient douloureuses, et menaçaient de s'infecter. Sans parler de sa cheville. Si elle pouvait encore marcher lentement sans trop souffrir, il ne lui était plus possible de réellement s'appuyer dessus. Elle pouvait oublier le taijutsu.

Lorsque l'armure de l’érudite fut rompue, Atsumi rangea sa gourde, et leva les yeux. Les deux femmes semblaient se parler. Kaya écouta et … lui lança soudainement un regard noir. Ce regard, elle le connaissait bien. Elle l'avait vu plus d'une fois. Était-ce contre les jumelles de Suna qu'il avait été le plus glacial ? Contre Hakyo Hyosa peut-être ? Ou bien aujourd'hui même, en affrontant l'érudite ? Difficile à dire, mais cela ne pouvait vouloir dire qu'une seule chose : La Yuki la considérait comme une menace.

Pourquoi donc ? Difficile à dire. Était-elle mécontente des blessures qu'elle avait infligé à la déesse ? En détruisant définitivement sa peau, était-elle si méconnaissable ? Quoi qu'il en soit, la Yuki dégageait une aura menaçante, et indiquait clairement l'intention d'attaquer. Ne regardant que sa coéquipière, elle ne compris pas réellement pourquoi le feu dans sa gorge qui s'était pourtant apaisé avait reprit de plus belle, mais elle avait d'autre chats à fouetter.

Elle débuta ses mudras aussitôt que le regard glacial la transperça, pour mettre en place sa meilleure défense. Si elle devait mourir aujourd'hui, cela ne serait pas sans se battre. Elle ne pouvait aller nulle part dans son état, alors elle misait tout sur sa technique.

Composant ses mudras avec la rapidité qu'exigeait l'urgence de sa situation, elle était toutefois plus lente que la normale. Heureusement, la grande distance qui les séparait et le temps de réaction rapide de la blonde lui permettait d'être dans les délais. Elle apposa ses mains sur le sol tout en étant prise d'une quinte de toux. Kaya faisait de même, confirmant ses doutes. Par chance, le temps que prenait la technique à se mettre en œuvre lui avait accordé de précieuses seconde supplémentaires, lui permettant de finaliser sa technique avant que celle de Kaya ne se lance véritablement.

Face à son mur. Elle attendit, la cœur battant à la chamade. Il y eu trois coups. Le premier fut fracassant, mais le mur ne bougea pas. Le deuxième vint frapper la structure doton en plein cœur, et creusa des inquiétantes fissures. Enfin, le troisième acheva ce que les deux autres eurent commencé, faisant une nouvelle fois exploser le mur en milles morceaux. Les débris atterrirent de part et d'autres de la blonde, mais l'impact n'était pas assez violent pour en projeter sur la demoiselle avec assez de force pour la blesser.

Inquiète, elle attendit avec crainte d'autres attaques, sans défense. Elle était fichue. Quoi qui poussait Kaya à l’attaquer, elle était incapable de l’arrêter. La Yuki allait enchaîner les techniques, et elle finirait par tomber sous les assauts de glace … Mais rien de cela n'arriva. La pression retombant, elle fut prise d'étourdissements, la faisant s'écrouler par terre, toujours adossée à son arbre. Kaya semblait avoir retrouvé la raison, car la fanatique était déjà enveloppée d'une épaisse couche de glace similaire en tous points à celle de tout à l'heure.

Elle aurait voulu crier à Kaya quelque chose, mais le feu qui brûlait dans sa gorge ne lui autorisait rien de plus que des murmures. Et elle eut beau boire jusqu'à en finir sa gourde, rien n'y faisait. Elle était incapable de se relever. Le poids des blessures et des différentes expositions au pollen ayant eu raison de sa faible vitalité. Elle échangea un regard avec Kaya, puis tourna sa tête vers Sanbi, qui menaçait aux loin le village. Difficile d'apercevoir ce qu'il faisait de son point de vue, mais elle hocha la tête vers la Yuki, qui se mit en chemin immédiatement. En ce qui concernait l'espionne, elle était hors jeu.

La blonde posa sa tête contre l'écorce, et souffla très longuement, prise de violentes quintes de toux. Jamais elle n'était passée aussi près de la mort, et l'intégralité de son corps était pris de tremblements à intervalles réguliers.

Très vite, ont vint à sa rencontre, 2 hommes. Il n'étaient pas médecins, mais ils portèrent assistance à la blonde, pour l'aider à se relever.

« Doton ... » murmura t-elle. Aussitôt, un très grossier bâton de terre sorti du sol. Elle allait s'en servir comme béquille.

Doucement, à son rythme, elle s'approcha de la fanatique. Difficile de dire pourquoi, mais cette femme dégageait quelque chose d'intense, à commencer par sa volonté inébranlable.

« J'ai beaucoup appris aujourd'hui. Vous êtes une femme fascinante. » dit-elle, d'un ton très calme et sans aucune hostilité, avant de se relever.

« Conduisez la aux geôles, et trouvez des Yuki pour maintenir ce Jutsu en place. Des sceaux de suppression de chakra ne seront pas de trop »
ajouta-elle d'une voix très enrouée, pour compléter les ordres de Kaya.

« Si quelqu'un veut bien m'emmener à l’hôpital, je n'arrive plus à tenir debout. »

Résumé:
 

_________________
4/08. L'Érudite 1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

4/08. L'Érudite Empty
Dim 12 Mai 2019 - 14:35
Je serai la plus intelligente de ce monde. Je veux tout voir, tout savoir, tout connaître. Aucune histoire ne me paraîtra jamais étrange. L’intelligence forme la force. Je serai la meilleure.

Une réussite, tout bonnement. Cette capacité, tenue secrète jusqu’au bout de toutes ses batailles, est toujours, chaque fois, un spectacle splendide. Développée après de très nombreuses études, un nombre incalculable de tests en tous genres, cette technique sert à semer la discorde dans les équipes et briser des confiances, des amitiés, des vies. Un sourire amusé étire les lèvres de la jeune femme. C’est vraiment une réussite. Ce combat aura été de toute beauté, finalement. Autant pour les capacités de la blonde plantureuse que de l’autre suiveuse. L’Érudite observe, apprend. Yuki Kaya est une déesse, maîtresse de la glace, capable de bien des exploits.

Le froid mord une nouvelle fois sa peau. L’Érudite voit que la jeune Atsumi peine à contrer l’offensive de son adversaire, qui lui cause de nombreux dégâts et la met totalement hors combat. Mais Kaya avance, Kaya vit, Kaya bouge. Ses prunelles se déposent sur l’être qui s’approche progressivement. Le cœur de l’Érudite accélère, manque un battement. Chaque muscle s’éveille, ravivé d’une flamme étrange. La cryogénie se dissipe un instant, ne serait-ce que quelques secondes pour que son cœur s’allume. Alors … Cette femme est son ascendant, finalement ? Sa perte ? L’Érudite la regarde, la fixe, mêle ses prunelles aux iris céruléens. Elle aurait bien bougé, elle aurait bien foncé dans les bras de Yuki Kaya, mais rien n’y fait. Aucun de ses membres ne répond.

Son cœur explose quand sa main la touche. Peu importent les mots. Peu importe la douleur. Plus rien ne compte, seul ce contact contre sa joue. Yuki Kaya. Quelle créature incroyable. Un sourire parvient à se frayer un chemin sur son visage.

« Pour toi … »

L’Érudite est parcourue d’un long frisson, qui naît et meurt aussi rapidement. Son échine l’a senti passer, mais il n’y a rien de plus. Pas de mouvement supplémentaire, pas de secousse, rien. Juste le froid qui grimpe, grimpe, anesthésie les blessures mais lui laisse cette paradoxale sensation de brûlure. Yuki Kaya. Ici, maintenant, pour toujours, envers et contre tout.

« Pour toi, j’endurerai tout. »

Ses prunelles caressent les siennes et la laissent repartir. L’autre femme s’approche, mais la Fanatique n’en a plus rien à faire. Son cœur a été caressé, béni par la divine présence de son unique déesse. Rester ici ? Peu lui importe. Voilà ce qu’il arrive à ceux qui n’en savent pas assez. Ce qui se passe quand on n’a pas assez retenu ses leçons. L’Érudite a besoin d’apprendre, encore et encore, toujours plus. Découvrir Kiri de l’intérieur.

Je saurai tout. Rien ne m’arrêtera jamais.

Les yeux d’Atsumi se mêlent aux siens. Il y a une flamme, dans ces iris. Quelque chose qui brûle, au fond, malgré la faiblesse apparente de cette femme. Avec un peu d’entraînement, beaucoup de volonté, la femme vapeur serait capable d’accomplir de grandes choses, elle aussi. Kiri est un village fascinant. Kiri porte en son sein tout ce qui lui a toujours manqué : une silhouette à suivre. Une silhouette véritablement charismatique, qui lui permettra d’accomplir sa quête de savoir, une bonne fois pour toutes.

Emmener Yuki Kaya dans son aventure, lui faire découvrir à quel point le monde peut être beau. C’est impossible, pour le moment, du moins, ça en a l’air … Mais l’Érudite ne lâchera rien : il y a une nouvelle lumière dans son univers … Une inextinguible lueur, plus forte que toutes celles qu’elle a suivies jusque-là.

Une lumière qui la mènera jusqu’à la surpuissance … Et leur permettra, à tous, de régner sur ce monde souillé, qui ne laisse aucune chance.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

4/08. L'Érudite

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Event n°4 : Cataclysmes :: Partie n°4, Kiri : Submergés
Sauter vers: