Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa]


Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 18:53
En parlant de réhabilitation au combat après sa guérison, beaucoup de choses s’étaient passés et notamment des entraînements incroyablement plus intenses au fur et à mesure que chaque Genin de sa propre promotion, si l’on pouvait en parler ainsi, évoluait dans leurs techniques et compétences. Il s’agissait presque d’un partage commun et mutuelle qui à chaque étape étoffait irrémédiablement les faiblesses et les forces de chaque domaine dont ils disposaient. Le parcours du Mugirawa avait subi une grande accélération depuis sa prise de conscience face au prisonnier et les dégâts reçu de cette joute mortelle.

D’ailleurs, une figure bien précise lui était revenu en tête depuis sa rencontre avec le fameux Yaoguaï Towa dans un duel intense et endiablé où ce dernier déploya des arts parfaitement inconnu pour le guerrier tatoué sur le moment, même si son adversaire avait daigné en exposer une partie. Cette faculté spéciale concernait des portes mystérieuses visiblement ancré naturellement chez beaucoup de shinobi mais dont l’utilisation et l'accès lui demeuraient très flou, vagues. Suffisamment pour attiser sa curiosité et son désire d’en apprendre toujours plus afin de réagir le mieux possible contre les utilisateurs de Taijutsu.

Abuto pensait que le mieux placé pour l’aiguiller dans cette situation serait Oterashi Yanosa, le premier de ses compères avec qui il découvrit véritablement les prouesse d’un pugiliste spécialisé, même à leurs niveau respectif, parler de spécialité s’avérait encore précipité. Ainsi, le guerrier au tatouage pensa immédiatement à son collègue pour obtenir des conseils, une aide, voir des idées de stratégies transposés à ses techniques filaires pour s’améliorer contre ce genre de technique dangereuses voir mortelles. C’était devenu une manie ces derniers temps de recourir à l’ensemble de sa génération de Genin pour mettre en commun leurs connaissances afin de surpasser les hauts gradés déjà installé à Iwa.

Pour ce faire, d'après ses recherches et questionnement, on lui avait indiqué que le dit personnage devait surement se trouver à l’académie, n’ayant aucune mission ou urgence prévu le jour même, ce qui arrangeait plutôt bien notre homme. Après sa rencontre avec Aimi et l’accord commun pour s’initier à l’Irou, sa session de reprise du combat en compagnie de son frère Musashi et la rencontre anodine de Towa, le colosse au teint bronzé se trouva finalement devant les portes de l’établissement en question, parmi des élèves encore juvéniles, pleins de motivations.

Les aspirants gambadait librement autour de l’académie alors que les heures de cours se terminaient en l’instant, laissant s'échapper une troupe en folie dont les silhouettes s'évaporèrent sans attendre dans les environs. Tel un intrus, le géant aux allures tribal se fraya un chemin pour atteindre une zone un peu plus reculé, où des Shinobi d’un rang plus avancé venaient étudier et s'entraîner dans des arènes spéciales, un peu mieux lotis que les hauts plateaux en termes d’outillage.

Il pensait que ce dernier serait dans ces parages, mais son entrée dans les salles vides s’avérèrent infructueuses. Certaines personnes s'entraînaient déjà en ces lieux, mais aucun signe de celui qui l’intéressait réellement. Hmm … Peut-être étudiait-il directement au sein même des salles de cours ? Ni une ni deux, libre de ses bandages et de ses anciennes plaies, Abuto s’engouffra parmi les couloirs de la bâtisse jusqu’à croiser une silhouette familière, livre en main, déjà planché sur le travail.

« Hoy Yanosa ! Te voilà enfin … J’étais à ta recherche. Cela fait un moment dit moi depuis notre dernière session d'entraînement … Je ne te dérange pas, j'espère ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Lun 15 Avr 2019 - 12:43
Lire. Lire, lire et encore lire. Si le pugiliste à la toison écarlate ne se faisait pas rattraper à un moment ou à un autre par l’envie irrépressible de s’agiter et de se dépenser physiquement, il pourrait certainement passer ses journées, ses semaines, sans doute sa vie, à lire tous les ouvrages intéressants qui pouvaient lui passer sous la main. A sa connaissance, rien au monde n’était aussi efficace et dénué du moindre risque que de dévorer des livres à longueur de temps : bien sûr, tous les contenus disponibles de par le monde ne se valaient pas, et tous les auteurs ou presque faisaient montre d’une certaine partialité dans leurs écrits. Aucune vérité couchée sur le papier n’était absolue et encore moins universelle, mais en recoupant plusieurs sources d’informations, en compilant leurs thèses et leurs arguments, il était possible d’obtenir une vista mentale très fournie sur pléthore de sujets très variés. C’est en tout cas ce qu’affectionnait particulièrement Yanosa, et ce qui le poussait à inspecter régulièrement les étagères du centre d’information de l’Académie ainsi que les librairies du village pour se documenter entre deux missions.

En ce jour, après être rentré de sa mission à Boka, l’Oterashi avait toutefois un sujet particulier en tête et sur lequel il souhaitait faire de plus amples recherches. Car si la mission en question avait été couronnée de succès, le guerrier aux cheveux rouges y avait fait une découverte très surprenant, une trouvaille intérieure, presque intime, qui risquait de tout remettre en question dans sa façon d’aborder sa carrière de shinobi, ses entraînements, sa vie. Car il s’était avéré, durant cette mission, que celui qui jusque là avait du palier son absence de pouvoir particulier par des efforts toujours redoublés, possédait en fin de compte une capacité unique en son genre. Celle de fusionner avec la terre, de devenir la terre, en bref, de changer la composition de son propre corps. C’était en tout cas les premières conclusions auxquelles il était arrivé, avant de se documenter davantage sur ce phénomène qui s’appelait d’après plusieurs sources « L’Assimilation ». Son éveil avait semblé à Yanosa aussi impromptu que bienvenu, lui qui avait déjà traversé moult épreuves, et il se demandait ce qui avait pu causer une telle émergence alors que, quelques années plus tôt, il aurait tout aussi bien pu mourir sans que ce pouvoir en sommeil ne daigne se réveiller. Mais, le passé était le passé, et le pugiliste avait à présent tout un univers à appréhender et à conquérir.

Déambulant dans les couloirs de l’Académie, un ouvrage traitant de l’assimilation en main, il le feuilletait et en faisait déjà une lecture en diagonale en se dirigeant vers le couloir de sortie lorsque tout à coup, une voix familière l’interpella. Relevant rapidement les yeux, Yanosa aperçut la silhouette caractéristique d’Abuto, un camarade Genin avec lequel il s’était entraîné il y avait de ça quelques temps.

« Abuto. Non, non.. tu ne me déranges pas mais… j’avoue que je suis vraiment ailleurs en ce moment. Une étrange coïncidence que ce soit toi qui me cherche d’ailleurs, vu le sujet qui m’occupe. Pas de raison que cela reste un secret d’état, de toute façon, mais je crois bien qu’en fin de compte… mes gènes ne sont pas si ordinaires que je le croyais. Tu as peut-être déjà entendu parler d’Assimilation ?

Enfin, je crois que tu me cherchais pour demander quelque chose à l’origine, ce n’est pas vraiment à moi de poser des questions. Je peux t’aider à quoi que ce soit.. ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Lun 15 Avr 2019 - 18:22
Le voici enfin, là, devant ses yeux … Mais peut être que le moment choisi n’était pas propice à l’aborder ou le déranger tant ce dernier paraissait concentré dans ses études et surtout sa lecture même en marchant. Malgré un coup d’oeil furtif, le guerrier tatoué ne parvint pas vraiment à distinguer l’intitulé dudit ouvrage ni du sujet dont il traitait, plutôt curieux de savoir vers quoi se penchait l'intérêt du pugiliste. Il se contenta de ne pas trop paraître intrusif, n’ayant pas tant d'intérêt à s’imiter dans ses affaires personnelles. Du moins, seulement si ce dernier désirait lui soumettre une requête, puisque lui en avait bien une.

Cependant, l’imperturbable Yanosa le prit de court, détournant l’intention de sa propre requête vers un autre sujet qui le fit tilté, comprenant par la même occasion pourquoi son compère s’avérait si préoccupé et ailleurs conformément à ses dires. Un assimilateur de plus à Iwa ? Oui, de plus, car la mention de cette caractéristique lui valu un haussement de sourcil immédiat, se remémorant immédiatement l’exercice grandeur nature mené en compagnie de Tenzin, professeur ici même à l’académie, qui débouché sur un combat étrange. Pour le coup, l’artisan émérite croisa les bras avec un air songeur avant de se lancer dans sa réponse.

« L’assimilation hmm … Ou plutôt l’assimilation élémentaire pour être plus exact. Attend … Toi aussi, tu ferai partie de ces fameuses personnes capables de transformer leurs corps entièrement en une des affinités ninjas ? »

Le Shinobi marqua une petite pause de surprise, passant une de ses mains à travers sa barbe de trois jours pour se frotter le menton, symbole de sa réflexion.

« Pour tout te dire, j’en ai même déjà affronté un, une personne qui enseigne ici même, à l’académie. Koran Tenzin te dit quelque chose ? Il maîtrise et enseigne le vent. Il est capable de se transformer littéralement en cette matière … Du genre intangible, quasiment. Et crois moi, j’en ai fait les frais. »

Un sourire en coin relatant son échec quant à la capture du professeur se dessina sur ses lèvres, son regard plongeant un instant dans le vide. Il fut rattrapé par la question finale de Yanosa qui lui traversa l’esprit pour revenir sur les raisons l’amenant ici même, à sa rencontre. Hochant la tête avec intérêt et affinant ses paupières pour rendre son regard plus sérieux, il rétorqua.

« Oui, je te cherchais spécialement. Disons que je continue toujours à m’améliorer dans mes stratégies contre les spécialistes du Taijutsu ou des arts au corps à corps. Pour le coup, je reprend un peu les exercices depuis notre combat contre le prisonnier et mes blessures … Mais je suis tombé sur quelque chose d’assez spéciale. Yaoguaï Towa, un autre de nos confrère Iwajin. J’ai engagé un entraînement avec lui mais … Je suis tombé sur ce qu’on nomme les portes célestes. Une capacité que je n’avais jamais vue jusqu’ici ni affronté d’ailleurs, et malgré ses explications, je dois travailler un peu plus dessus et sur le Taijutsu en général. Je me suis dis que tu serais le mieux placé pour m’aiguiller. »

Il pris alors une pause, repensant au sujet de l’assimilation et la comparaison avec sa propre capacité spéciale, le Jiongu.

« Ce qui pour le coup tombe bien, puisque je peux surement t’aider aussi. Tenzin et moi, on a pas mal discuté sur l’assimilation et disons que c’est assez proche du Jiongu … Du moins, dans l’esprit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mer 17 Avr 2019 - 14:44
Lorsque Yanosa mentionna le terme d’assimilation, il remarqua immédiatement la réaction du guerrier aux fils noirs, qui haussa les sourcils tout en croisant les bras d’un air positivement intrigué. A dire vrai, il pouvait difficilement être plus intrigué que ne l’était l’Oterashi, qui était le premier concerné et qui avait vu se transformer son corps « sous ses yeux » sans savoir ce qui pouvait bien lui arriver. Le temps était venu pour lui de chercher des réponses, et il semblait que même Abuto pouvait lui en apporter quelques unes.

« Il semblerait bien, Abuto. C’était lors de ma dernière mission. Ça s’est passé extrêmement vite. Mon corps… a comme fusionné avec le sol, ça m’a sauvé la vie. Puis une seconde fois quelques instants après, alors que j’étais sur le point de me faire mortellement blesser, ma peau s’est changée d’elle-même en roche. Je ne m’explique pas le phénomène, c’est juste… arrivé, de nulle part. Mais ce n’était pas la première fois que j’étais en danger de mort, c’est ça en particulier qui m’intrigue... »

Alors qu’il détaillait son expérience, Yanosa voyait Abuto se frotter la barbe, songeur, réfléchissant apparemment en parallèle à quelques unes de ses propres expériences passées. C’est alors qu’il mentionna un autre assimilateur du nom de Konran Tenzin : le pugiliste aux cheveux rouge avait déjà entendu parler de lui, mais ne l’avait jamais rencontré de visu, et le Mugirawa venait de lui offrir une piste très précieuse pour ses recherches en cours et à venir sur ce nouveau pouvoir qui s’était réveillé en lui.

« Tenzin senpai est donc un assimilateur de vent, hein… Merci beaucoup pour l’information, j’irai le trouver aussi rapidement que possible, j’ai… pas mal de questions à lui poser. »

Alors que la discussion suivait son cours, Abuto en revint au sujet qui l’avait amené à chercher et à trouver l’Oterashi. Dès ses premiers mots, il comprit dans les grandes lignes où voulait en venir le Mugirawa, et en fut à la fois ravi, flatté et intéressé. Il était en effet assez rare, dans sa lignée de spécialité vouée au corps-à-corps, de tomber sur un adepte aussi consciencieux et méthodique que ne l’était Abuto. Comme lui, il cherchait à peaufiner son art, fusse-t-il en l’occurrence appuyé par un pouvoir assez extraordinaire, et n’hésitait pas à croiser les sources et les expériences pour y parvenir. Et lorsqu’il mentionna les Portes Célestes, Yanosa eut à peu de chose près la même réaction que lui lorsqu’il avait mentionné l’assimilation. Haussant les sourcils en appuyant son ouvrage contre son torse, il se remémora ses études passées sur ce thème, qu’il avait abordé de long en large avant d’emprunter d’autres voies pour s’améliorer au corps-à-corps.

« Alors comme ça Towa est versé dans cet art là… qui l’eut cru. Et bien Abuto, tu t’es effectivement adressé à la bonne personne : j’ai longuement étudié les Portes Célestes, pour les avoir longtemps envisagé comme une solution à mon manque… enfin, mon ancien manque de pouvoir. Il faut beaucoup d’entraînement pour les maîtriser, mais même un grand maître souffrira toujours des mêmes répercussions en utilisant ces arcanes. On pourrait être tenté de se dire… qu’il vaut mieux laisser un pugiliste qui utilise les Portes se fatiguer tout seul et se déchirer les muscles en restant sur la défensive. Tu pourrais d’ailleurs peut-être y parvenir, avec ton propre pouvoir. Mais… ce n’est pas si simple. Je n’ai jamais pu en faire l’expérience moi-même mais sache qu’un praticien qui accepte de mettre sa vie en péril pourra déchaîner des forces absolument terrifiantes, et qui pourraient potentiellement ravager n’importe quelle défense en prenant de vitesse n’importe qui. Laisser un utilisateur des Portes se fatiguer, c’est aussi prendre le risque de finir brisé en mille morceaux sans avoir réalisé ce qui t’arrivait dessus.

Mon meilleur conseil contre ce genre d’adversaire… c’est de les éliminer aussi rapidement que possible. Les entraver ne sert à rien, les blesser ne sert pas non plus à grand-chose : il faut les faucher totalement avant qu’ils aient l’occasion d’éveiller tout leur potentiel. Il y a en tout huit Portes de chakra dans le corps. La première peut parfois passer inaperçu, certains praticiens que j’ai observé arrivait même à la garder ouverte sans même se trouver en plein combat. Mais sitôt que du chakra se met à émaner du corps d’un praticien, tu peux être sûr qu’il a déjà ouvert les deux ou trois premières Portes, et tu n’as plus que quelques instants pour réagir avant de, potentiellement… finir roué de coups.

C’est un pouvoir réellement impressionnant, qui dépasse tout ce qui peut exister en puissance brute, mais le prix à payer est immense : j’avais étudié plusieurs rapports à l’époque, qui décrivaient chaque fois les séquelles dues à l’utilisation des Portes, et j’en ai retenu qu’aller au-delà de la quatrième pouvait parfois mener à des handicap à vie. Si tu as besoin de davantage d’information, n’hésite pas et… si tu en as à me donner sur cette Assimilation élémentaire avant que je n’aille harceler Tenzin senpai, je suis tout ouïe.
 
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mer 17 Avr 2019 - 23:36
Et bien … Le Mugirawa avait encore beaucoup à apprendre sur ces fameuses portes célestes à en croire le discours imposant et rempli d’informations de Yanosa qui en quelques secondes déjà éveilla en lui une curiosité palpable. Savoir que l’on pouvait activer des portes pour renforcer sa puissance et dépasser des paliers de caractéristiques physiques était une chose, mais découvrir l’existence de huit portes le rendait complétement fou, comme si Towa ne représentait qu’une infime partie de cette capacité.

En effet, d’après son interlocuteur, l’utilisation des portes ou plutôt chacune d’entre elle à partir de la seconde exposait une phase visible, signifiant alors que seulement deux portes au maximum avaient été déployé durant son entrainement. Le guerrier à la chevelure d’ébène qui venait ici avec une certaine motivation joyeuse assombrit soudain son visage dans un sérieux évocateur du danger à affronter à l’avenir, si jamais il tombait sur un adversaire hostile possédant ces techniques. Ses pensées se tournaient naturellement vers le prisonnier de Wasure qui leur présenta déjà une capacité peu commune, celle de maîtriser le chakra pur, un atout propre aux Sendaï à priori.

« Je vois, c’est extrêmement complexe tout ça … »

Il ne souhaita pas vraiment l’interrompre et étouffa cette intervention à demi-mot comme destiné à lui-même, histoire de saisir les enjeux réels de cette rencontre. Le spécialiste du Taijutsu évoquait déjà des stratégies en fonction du Jiongu et la matière filaire noire, du moins dans les grandes lignes ce qui représentait déjà beaucoup. Cependant, le colosse savait que ses propres moyens à ce stade ne suffiraient absolument pas à vaincre un tel opposant par la simple force, puisque déjà contre le Yaoguaï, sa stratégie se résumé à la stupeur et la défensive, absous de tout autre moyens de défenses. Muet comme une carpe, son silence ne se brisa qu’à la dernière proposition de son camarade des plus intéressantes.

Si j’en crois tes explications, Towa n’a utilisé qu’une ou deux portes contre moi … Mais il associait cela à une armure de foudre, ce qui explique sa fatigue fulgurante et le fait que j’ai dû le transporter jusqu’à l’hôpital après notre duel.

Suite à une pause de plusieurs secondes, les bras de l’homme tatoué vinrent se poser sur ses propres hanches, sa tête se penchant un peu en avant comme si son regard partait un peu dans le vide, en pleine réflexion active.

« Huit portes … Huit au total … Le contre coup est conséquent, mais si ni l’entrave, ni les défenses, ni les attaques ne peuvent parvenir à les arrêter aisément, je risque de voir pousser l’ensemble de mes domaines au maximum pour m’en sortir face à de tels monstres … »

Plongé dans un désespoir mêlé à une rage momentané, presque similaire à celle ressentit par son collègue leur de leur duel, Abuto se réveilla brusquement en se rappelant de sa présence et revint porter son attention sur lui.

« Hmm … Aller voir Tenzin est une bonne idée, mais je ne pense pas qu’il soit disponible tout de suite, il est professeur à l’académie, d’après les plannings il doit avoir cours en ce moment même. Mais je pense pouvoir t’apporter plus que ça avant que tu aille le voir, disons que dans notre duel j’ai vu plusieurs de ses techniques et capacités lié à l’assimilation, ça va bien plus loin que ce qu’on en pense aux premiers abords. »

Il avait expressément enregistré toutes ses explications sur les portes mais ne désirait peut-être pas lui étaler tout ça de suite, dans ce couloir.

« Je pense même que nos deux routes vont se lier inversement entre l’assimilation et les portes célestes. Ce que je dois développer pour ma défense, tu vas pouvoir l’appliquer pour l’attaque et démultiplier tes compétences au corps à corps à un niveau que tu n’imagines même pas. »

Toph elle-même, sa chef d’équipe était aussi professeur de l’affinité de la terre entre ces murs et Yanosa serait forcément intéressé par les fonctionnalités disponibles de la roche de base combiné en plus à l’assimilation.

« Si tu le souhaite, on peut voir ça plus en détail avec les livres de l’académie à disposition en attendant. On passer passer dans une salle de cours, qu’en penses-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 23:56
A mesure qu’il exposait au Mugirawa son assez large savoir concernant les Portes Célestes, Yanosa vit sur son visage se former de plus en plus distinctement les stigmates de la peur et de l’appréhension. Et cela était, en réalité, un très bon signe, car cela voulait dire qu’Abuto écoutait vraiment son exposé et en prenait toute la mesure. Car oui, combattre un shinobi qui était versé dans l’art des Portes Célestes, c’était nativement prendre de très grands risques, même si cela n’était pas évident au premier abord. C’était d’ailleurs là le principal danger : sous-estimer l’adversaire et louper le coche de la victoire en le laissant déployer tout son potentiel caché. Le maître de ces arcanes avait de grandes chances de finir inconscient ou au mieux en très mauvais état, mais dans le cas d’un combat singulier, peu importait, car il pouvait presque à coup sûr emporter son adversaire avec lui dans l’inconscience et, le plus souvent, vers la mort. Lorsque le Mugirawa réagit en mentionnant la complexité de ce thème, Yanosa devina qu’il parlait davantage de la complexité de la réponse à adopter contre ce genre d’adversaire, plutôt que des explications au fond assez peu techniques qu’il formulait. Abuto en vint, à la fin du monologue du guerrier à la toison rouge, par mentionner le niveau d’expertise de Towa en matière de Portes Célestes. Le Yaoguaï était un allié, aussi Yanosa n’aurait pas tellement du se réjouir d’apprendre qu’il était pour l’instant limité aux deux premières portes, mais quelque chose en lui, peut-être son sens aigu de la compétition, lui souffla malgré tout son soulagement.

« Oh ça, c’est peu de le dire Abuto san. Pour espérer ressortir en vie d’une confrontation contre un maître en la matière qui n’a pas peur des conséquences, il faut posséder des jutsu aux propriétés défensives extrêmes, de même que des réflexes aiguisés et les réserves de chakra pour épauler le tout. Car je ne l’ai pas mentionné mais bien sûr, lorsqu’un utilisateur des Portes Célestes développe son pouvoir, il regagne en réalité son énergie et son chakra avant de se consumer : en un contre un, les chances d’en réchapper son minces. »

Mais Abuto déjà rebondissait sur la volonté de l’Oterashi de rencontrer Tenzin au plus vite, modérant ses ardeurs d’un côté mais proposant son aide en retour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il vendait une grande part de rêve au pugiliste, encore habitué à se battre exclusivement à l’aide de ses pieds, poings et de sa volonté. Yanosa n’était pas du genre crédule, et n’aimait pas, de façon générale, les trop bonnes nouvelles, car il les considérait comme des anomalies dans le karma du monde, dans son karma, et pré-supposait toujours que derrière ces bonnes nouvelles se cachaient nécessairement un mal caché. Toutefois, il lui était difficile de trouver ne serait-ce qu’un début de piste quant à ce qui pourrait se cacher de malveillant dans la révélation de ce nouveau pouvoir, et si Abuto lui disait qu’il pouvait accéder à des facultés hors du commun grâce à lui, alors il était sacrément tenté de le croire sur parole.

« J’aimerais autant qu’on en parle dehors. Je viens déjà de passer trop de temps enfermé ici à chercher des informations, et ce volume, dit-il en présentant le livre qu’il avait toujours en main, est le plus pertinent du lot de toute façon. »

Forçant le passage à côté d’Abuto en l’invitant à le suivre, Yanosa prit à droite puis à gauche afin de rejoindre l’un des petits terrains d’entraînement qui parsemaient l’Académie. Là, il se retourna et reprit la conversation sans transition.

« Tu dis que ce que tu vas devoir améliorer pour ta défense, je vais pouvoir l’employer pour l’attaque… qu’est-ce que tu veux dire exactement par là ? A quel point… peut-on manipuler ce pouvoir ? Je n’ai réussi à le faire se manifester que deux fois, dans des situations de danger extrêmes. Une fois en fusionnant avec le sol et en me déplaçant à l’intérieur, une autre fois en faisant « durcir » ma peau. Mais… en y repensant, c’est peut-être plutôt ma peau qui s’est transformée… Dis m’en plus, Abuto. Et, si tu te sens d’attaque… j’aimerais… que tu essayes d eme tuer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Ven 26 Avr 2019 - 22:01
Peu importe les considérations personnelles que pouvaient avoir chaque soldat l’un envers l’autre, que ce soit proche ou distant, des enjeux de nature supérieur parvenaient toujours à réunir les gens pour aller plus loin. Au fur et à mesure de ses rencontres, le Mugirawa se rendait compte de cet état de fait et comprenait l'intérêt de ce réseau implicite qui devait se former entre lui et les autres. Que ce soit Musashi, Aimi, Towa, Yanosa et les autres shinobi de sa génération en termes de capacités combatives, chacune de ces personnes constituent un élément clef de son ascension, et ce de façon mutuelle.

Ce monde s’avérait bien trop grand, bien trop écrasant en termes de puissance pour lui et les autres, que ce soit dans cette vie ou son ancienne de civil. Il existait cependant une porte de sortie, un chemin ne demandant qu’à être forcé pour soi même entrer dans la cours des grandes et atteindre des niveaux supérieur. Lui et ses compagnons allaient surement former le futur du village et du pays, un groupe commun qui se voyait la possibilité d’exceller encore plus dans la coopération. Comment parvenir à mettre en forme ce projet de façon plus concrète ?

Cela demeurait encore flou dans sa tête, mais le caractère et les vérités exposés par son interlocuteur éveillait en lui cette braise, cet engouement pour initier cet élan. Droit, déterminé et érudit sur l’étude du combat, l’Oterashi soulignait avec perfection les risques mortels encourus face à possesseur des portes célestes. Le guerrier à la chevelure d'ébène commençait déjà à faire tournoyer dans son esprit de nombreuses pensées, idées de techniques ou de ruses capables de répondre à une telle situation, même si le reste de son discours veillait à répondre aux demandes de pugiliste. Impossible de refuser son invitation.

« Bien, ça me va, je te suis. »

Ses pupilles ne perdirent pas de temps, scrutant rapidement le contenue du livre que lui présentait son collègue. Malheureusement, la hâte imposé par son possesseur ne laissa guère le temps d’en découvrir vraiment la teneur, sûrement impatient de rencontrer Tenzin le professeur quant à sa capacité. Une fois dehors, il exposa clairement ses attentes et ses interrogations quant à la petite discussion de tout à l’heure, avant de faire une proposition pour le moins étonnant. Le … Tuer ? Du moins, tenter de le faire ? C’était étrange comme demande … Même si la logique derrière sa déduction s’avérait difficilement contestable.

« Essayer de te … Tuer ? Tu es vraiment sûr de ton coup Yanosa ? C’est pas que je ne le veuille pas mais … Cela ne t’aidera peut-être pas à le maîtriser vraiment, de façon consciente, même si on parvient à le manifester. »

Le colosse prit alors un peu de recul, croisant les bras pour aussi prendre du recul dans ses pensées et schématiser un peu l’exercice proposé. Un soupir d’hésitation parvient de ses lèvres, se tâtant à prendre ce genre d’initiative. Mais avant, il devait l’éclaircir sur plusieurs autres points.

« Ce que je voulais dire, c’est que tu disposes déjà du Taijutsu, d’assez de rapidité pour esquiver et t’approcher rapidement d’une personne en chargeant. Tu as déjà un grande potentiel offensif. Mais l’assimilation est un peu différent de l’utilisation simple d’une affinité ou même le Jiongu. Une fois transformé dans la matière qui te concerne, ton corps n’est plus vulnérable comme celui d’un humain. Imagine un peu. J’ai réussi à attraper Tenzin dans la même étreinte que j’ai utilisé contre toi lors de notre combat. Il n’a pas esquivé, il s’est complètement transformer en vent. Mes fils et ma prison l’a littéralement traversé, comme si de rien n’était. Non seulement, il ne risquait rien, mais mieux, aucun organe vitale, aucune vulnérabilité physique. Ce n’est pas une méthode de défense conventionnel. »

Abuto pris alors une pause, histoire de le laisser assimiler les informations et le mener à la conclusion souhaité.

« L’assimilation semble être autant défensif qu’offensif, surtout qu’il ne nécessite pas de signes incantatoire. Si tu n’es plus vulnérable, tu peux attaquer et encaisser en même temps, immobiliser une personne directement depuis ton corps en plein enchaînement de Taijutsu, utiliser des principes généralement réservés au ninjutsu brute au corps à corps sans craindre d’être ralentit. Moi je dois faire attention à mon corps et combler ma vulnérabilité, même si je me débrouille bien au corps à corps. Mais pour toi, c’est autre chose. »

Son temps de parole ne suffisait pas encore à exposer toute ses idées quant à ses facultés d'assimilation, mais lui donner une mise en bouche serait déjà une bonne chose.

« Je ne rentre pas dans les détails tout de suite. Mais par exemple, Tenzin était capable d’alléger son corps pour marcher sans faire aucun bruit, se rendre totalement invisible, expulser des attaques de vents d’ampleurs et à distance directement depuis son corps et bien d’autres choses encore. »

Cette fois, il se tourna vers son interlocuteur et le fixa droit dans les yeux, avec un air sérieux et grave.

« Pour ce qui est de tenter de te tuer … Je peux le faire. Mais comment comptes-tu t’y prendre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Sam 27 Avr 2019 - 17:34
Comme il s’y attendait, Abuto manifesta d’emblée des réserves plus que marquées quant au fait de tenter de le tuer. C’était pourtant, par une logique assez particulière mais néanmoins imparable, la solution la plus simple, peut-être, pour éveiller à nouveau ses pouvoirs d’assimilateur. C’était après tout comme ça, à l’origine, que ses facultés s’étaient manifestées pour la première fois, lors de son affrontement contre cette Izumi dans la périphérie de Boka tout au sud de Tsuchi. Toutefois, Yanosa dut rapidement admettre que cette logique avait un défaut majeur en son sein, un talon d’Achille par trop visible. La mort, avant ce combat contre l’utilisatrice de Mokuton, l’avait en effet côtoyé de bien assez près pour que son pouvoir d’assimilateur ait l’occasion de se révéler auparavant. Mais voilà, il ne l’avait pas fait, et présupposer qu’il le ferait à nouveau aujourd’hui était une assomption assez impertinente, motivée par l’envie irrépressible de l’Oterashi de développer au plus vite ses capacités.

Mais loin de s’arrêter à une simple hésitation légitime, le Mugirawa enchaîna son explication en retournant sur le sujet qui l’intéressait au fond le plus, à savoir des informations complémentaire sur le pouvoir d’assimilation en lui-même. Il lui raconta son expérience d’entraînement contre le fameux Tenzin, l’élémentaire de vent, capable de se défaire de n’importe quelle étreinte en altérant l’essence même de son corps, faisant temporairement disparaître tout point faible physique et s’affranchissant de toutes les règles anatomiques courantes.

« C’est… Et bien… c’est vraiment impressionnant, dans le principe en tout cas, pour peu qu’on maîtrise à la perfection ce changement d’état… Si j’avais ces facultés, le danger que représente le genre d’entrave que tu m’as infligé l’autre fois… ne serait plus qu’un vague souvenir. »

Si Yanosa était déjà parfaitement exalté auparavant face à toute cette nouveauté qu’il avait à explorer, son impatience et son excitation atteignaient cette fois des sommets. Et ce n’étaient pas les informations que continuait à lui fournir Abuto qui allaient pouvoir calmer ces ardeurs. Il tâchait de ne pas le montrer, de conserver une posture neutre et attentive, mais certains tics trahissaient assez ostensiblement son état mental du moment. Les possibilités qu’énonçaient le Mugirawa, pour un shinobi aux capacités aussi basiques que l’Oterashi, semblaient tout droit sorti d’un conte de fée pour combattants en quête de puissance. Se changer, partiellement ou non, changer sa densité, sa forme… : les possibilités, qu’il savais nombreuses auparavant, étaient en réalité illimitées.

« Ces exemples… ne sont pas vraiment tous applicables dans mon cas. La terre, la roche… la boue ? Ces matériaux et consistances ne permettent pas les mêmes choses que le vent, mais… pour moi qui suis un adepte du corps-à-corps, c’est une mine d’or. Une mine… que je ne suis pas encore équipé pour exploiter, par contre. Oublie cette idée que j’ai mentionné juste avant, c’est le fruit… d’une mauvaise interprétation. Et un risque inconsidéré. Depuis des années maintenant je… je cours après tous les shinobis, comme toi, qui possèdent des capacités particulières, pour essayer de rester au niveau, de trouver des solutions… Mais aujourd’hui, tout peut changer, absolument tout. Il faut absolument que je puisse suivre des entraînements intensifs en Ninjutsu, que ce Tenzin m’enseigne tout sur l’assimilation. Cela va au-delà du devoir ou de l’honneur, c’est un cadeau divin qui m’est fait.

Et toi qui me parlait de Portes Célestes tout à l'heure... Cette faculté d'assimilation serait une réponse parfaite, en y repensant.
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Dim 28 Avr 2019 - 14:09
En y réfléchissant, il était assez difficile pour le manieur des fils noir de comprendre les obstacles rencontré par un Shinobi privé de capacités spéciales dans ce monde fourmillant de ces dernières. Pire, le fait de disposer de cette constitution corporelle dès sa naissance comme une nature physique à part entière ne lui donna que rarement la sensation d’imaginer des humains n’héritant d’aucune gène spécifique en ayant connaissance de l’histoire et l’omniprésence des clans et familles à travers les territoires des différents pays. Un pensée forgé tout au long de ses différents périples en tant qu’artisan et de ses nombreux voyages et rencontres.

L’innovation l’obligeait à étudier de prêt les shinobi et leurs modes de vies, leur façon de combattre en globalité pour adapter les armures en fonction des armées et d’autres plus spécifique à des hauts gradés ou des légendes. Tous sans exception présentaient des variétés de techniques héréditaires qu’Abuto ne pouvait toutes les lister de tête ou de mémoire, beaucoup étant relégué aux archivistes ou aux départements de recherches et développements. Yanosa n’en laissait rien paraître mais ses paroles faisaient sens quant à l’injustice ressentie dans la possibilité de ne pas en avoir.

D'après ses descriptions, se découvrir une nature d’assimilateur lui importait énormément, peut être plus que sa propre vie au vue de sa demande de tout à l’heure. Heureusement d’ailleurs qu’il songea à retirer sa proposition, au risque de rencontrer un accident mortel sûrement impossible à justifier auprès des autorités du village. Cependant, le guerrier à la chevelure d'ébène partageait toujours l’envie et le besoin d’apporter son aide dans la mesure du possible et par la même occasion, découvrir des stratégies plus avancés pour palier à ses faiblesses dans son domaine.

De toute façon, je n’aurai surement pas pu te mettre face à un danger suffisant pour provoquer l’apparition de l’assimilation. Mais je comprend parfaitement ton ressenti … Que l’on dispose d’une capacité spéciale ou non, c’est difficile de demeurer au niveau des autres. Avant, j’étais souvent protégé par des mercenaires pour survivre. On était obligé de composer avec notre faiblesse. Maintenant que je suis devenu ninja, ça n’a pas vraiment changé. Je dois toujours courir et trouver des moyens pour rester aussi au niveau de ninjas plus jeunes et bien plus puissants que moi.

Difficile de ne pas repenser à ses premiers entraînements et les premières dérouillés encaissés. Sa matière filaire noir ne lui permettait pas de tout combler, et le cas des portes célestes ne l’aidait pas plus.

« Tu ne pourras surement pas développer des propriétés similaires au vent en effet … Mais tu parviendra tout de même à en reproduire certains. Tu as par exemple parler de te fondre avec le sol et éviter la mort … Je suppose donc que tu dois pouvoir déployer les multiples aspects du Doton, comme ceux que tu évoques. Aller sous terre, réapparaître d’un autre côté, tendre des pièges avec une matière plus molle comme la boue depuis le sol, repartir ton poids de différentes façons … Ton assimilation est plus proche de l’utilisation de mes fils que le vent de Tenzin. C’est plus tangible et aussi plus malléable. »

Le Mugirawa prit un moment de réflexion, hésitant à partager ses plans plus avancés qui étaient liés à la maîtrise du Jiongu mais qui risquait parfaitement de convenir à l’affinité Doton. Ces projets demeuraient encore théorique, peut être un peu trop, au risque de passer pour un amateur devant Yanosa. Mais bon, à prendre en considération sa nouvelle considération, les deux hommes parviendraient éventuellement à transposer des principes de techniques comme il l’avait fait via Tenzin et Toph.

« D’ailleurs, en parlant de l’utiliser contre les portes célestes … Je songeais aussi à des stratégies plus avancé. Notamment avec le Jiongu, mais ce serait facile à reproduire en assimilation. Par exemple, modifier la structure de son corps pour encaisser et absorber des chocs en dissipant celle-ci comme un système de ressort. Il y a aussi le fait de pouvoir projeter des parties de son corps et continuer de lancer des techniques depuis cette nouvelle source pour prendre l’adversaire au dépourvu par exemple. Je réfléchis même à un système pour réussir à protéger mes alliés, voir assembler mon corps ou une partie de celle-ci avec eux. Bon, c’est très étrange comme concept, j’en conviens … Mais tu n’es plus si différent maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Lun 29 Avr 2019 - 10:10
« Un concept… pas si étrange, Abuto… pas si étrange... »

Yanosa, au fil des années, s’était forgée un fort caractère et un mental assez robuste pour encaisser tout un tas de choses, mais pas que. A force de lectures, aussi diverses que variées, il avait également accumulé une certaine somme de savoir qui se mettait périodiquement en sommeil avant de rejaillir à la surface lorsque son cerveau était capable de retourner piocher l’information dans ses tréfonds. Et en l’occurrence, lorsque le Mugirawa énonça sans vraiment trop y croire cette idée d’assemblage, une chaîne de savoir rejaillit d’un seul coup dans l’esprit du guerrier à la toison écarlate. Il pensa à certaines animaux marins, qui vivaient en symbiose avec d’autres créatures plus petites qui les suivaient comme une seconde peau ; il visualisa la mue des reptiles, le renouvellement perpétuel de leurs écailles ; il entrevit ces mammifères terrestres, hérissés de pics chargés de les défendre contre les prédateurs ; puis enfin, ce fut l’armure des soldats de l’armée qui lui sauta aux yeux, ou encore celle qui était traditionnellement portée par les Samourais. Et tous ces éléments issus de la nature ou, du moins, des éléments connus et reconnus du monde, lui imposèrent une vision de l’une des nombreuses possibilités qui pouvait s’offrir à lui, un concept fort, tourné vers le travail d’équipe, et dont Abuto venait de lui donner les prémisses.

« Abuto, tout ça… c’est encore de la pure théorie pour moi et j’ignore si tout ce à quoi je peux penser serait faisable en réalité mais, imagine un peu ça… Si j’étais capable.. de me changer en terre meuble, en boue, je pourrais tout entier… recouvrir un shinobi allié, et devenir ainsi son armure. Une armure vivante, qui ne le ralentirait pas, à laquelle il n’aurait même pas à penser, et qui serait capable de se projeter à loisir et sous différentes formes pour porter des attaques à bout portant. Je pourrais même… briser les illusions dont il serait victime en un claquement de doigt... »

Loin, très loin de ses préférences et affinités naturelles avec le combat ordinaire, cette idée lui parut malgré tout, en dépit de son caractère un peu étrange, comme un stratagème shinobi absolument idéal pour nombre d’opérations de terrain dangereuses. Et lorsqu’il s’agissait d’efficacité pure et dure, l’Oterashi savait mettre un tant soit peu de côté son plaisir du combat à mains nues et sa passion pour le corps-à-corps : c’était en effet une leçon qu’il avait du apprendre assez vite en évoluant dans ce village shinobi qu’était Iwa. Seulement jusque là, il n’avait pas vraiment eu l’opportunité d’envisager quoi que ce soit d’autre que des stratagèmes assez rudimentaires à base d’outils ninja assez répandus, et ses facultés potentielles changeaient tout, encore une fois. Pour Yanosa, qui avait du développer un esprit tactique plus vite que les autres pour rattraper son retard, un grand boulevard s’ouvrait sous ses yeux. Chamboulé et extasié à la fois, le pugiliste se passa la main sur le visage jusqu’au menton.

« Si je ne peux pas être blessé sous ma forme assimilée… alors ma seule vraie limite… devient mon chakra. A supposer bien sûr que je ne fasse pas d’erreur stratégique pendant un combat. Contre un utilisateur des Portes, cela peut encore s’avérer insuffisant malgré tout… comme je te l’ai dit, ces énergumènes là regagnent des forces, avant de complètement les perdre. Mais la duperie est une solution efficace, comme souvent dans notre monde… cela me fait penser, maintenant que le Ninjutsu va devenir un large chantier à appréhender pour moi… qu’une technique de clonage serait idéale pour mettre ces combattants en échec. Attention, je ne parle pas du bunshin courant qui s’évapore au moindre contact, non… Je pense plutôt à un double, un vrai, qui puisse tenir contre des attaques, faire office de leurre plus que convainquant.

Abuto… c’est vraiment insupportable, je n’en peux plus de théoriser à l’infini, il faut que je travaille… ! Je ne peux pas rester là sans rien faire avec ce potentiel qui dort en moi !
 »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mar 30 Avr 2019 - 20:07
Si les idées exploratives de l’artisan émérite sommeillaient en lui depuis un moment déjà, cumul de plusieurs heures passé devant les archives de son clan et des possesseurs de sa capacité spéciale, l’Oterashi ne manquait pas de créativité. Ses propres créations rebondissaient avec aisance sur les siennes, coulaient au fil des secondes comme un arbre florissant dont les branches grandissaient à vitesse grand V. Certes, le Mugirawa avait déjà évoqué le concept farfelue de se mêler et fusionner avec une autre personne mais c’était plus orienté vers les possibilités direct que lui offraient la matière filaire noir.

De là à dévier ce principe pour s’imaginer devenir une armure vivante … De la folie ou du génie ? Pourtant sur le papier, les avantages apportés par une telle combinaisons risquaient d’être conséquentes, notamment concernant de nouvelles possibilités d’attaques et de défenses simultanés, sans devoir arrêter une offensive par exemple. Créer une symbiose avec un allié pouvait déboucher à des résultats faramineux, malgré le point noir évident qui s’en dégageait aux premiers abord : La consommation de chakra. Déjà que sa propre transformation en forme filaire en demandait pas mal … Alors une forme mixé avec un allié ?

« Une armure vivante hein … Mon métier de base est artisan armurier, c’est un peu ironique d’entendre une telle idée de la part d’un autre. Mais cela doit être possible. Si jamais tu y parvient un jour, il faudra que j’assiste à cela, assurément. »

Le colosse passa alors une de ses mains par dessous sa barbe pour la caresser dans un élan de réflexions tout en écoutant la suite des explications de Yanosa. Les portes célestes demeuraient encore au centre du sujet de conversation, au point où la dangerosité de ces shinobi l’ayant maîtrisé attisait de plus en plus la curiosité du Mugirawa, essayant tant bien que mal de formuler des techniques pouvant augmenter sa vitesse. Pour l’instant, sa seule option semblait résider dans la défense et l’endurance, mais il devait encore palier à la rapidité de déploiement de ces dernières pour ne pas se retrouver à nue, comme face à une charge par exemple.

D’autres ébauches surgirent encore des paroles de son interlocuteur, qui finit par perdre patience et exclama son envie de commencer immédiatement à maîtriser l’assimilation. C’était encore un peu tôt au vue de l’heure pour aller rejoindre Tenzin et il ne souhaitait pas vraiment être inutile envers lui, histoire d’apporter quelque chose à la suite de cette entrevue. Abuto se demande comment et par quoi commencer pour introduire son collègue aux arts du Ninjutsu, lui qui ne maîtrisait encore que la voie du Taijutsu. Il laissa passer plusieurs secondes, avant de revenir vers lui.

« J’ai encore beaucoup à tirer de la théorie et des stratégies que j’ai à développé avec le temps … Mais je comprend ton envie d’attaquer de suite le sujet. Je ne sais pas si je peux réellement t’aider à t’assimiler, ça me parait difficile, mais en parlant de Ninjutsu, je peux au moins t’apprendre à dévoiler ton affinité, apprendre à en faire sortir la nature. Qu’en penses-tu ? Il y a un test assez général qui permet de faire cela. Il y a assez de temps devant nous pour faire cela. Tu sais déjà comment faire manifester une affinité ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mer 1 Mai 2019 - 11:10
« Plus qu’y assister, tu pourras peut-être même m’aider à concrétiser cette idée Abuto. »

Le guerrier aux cheveux rouges avait rebondit immédiatement à la remarque du Mugirawa, qui dévoilait là une petite part de son passé. Ainsi, il était armurier de formation ? Voilà des talents qui pouvaient se révéler fort utiles, songea Yanosa, qui n’y connaissait pas grand chose en la matière. Il avait en effet passé toute sa vie ou presque à élaborer des techniques et stratégies d’évitement ou de parade qui lui éviteraient de subir le plus de coups possibles, et le concept de l’armure qui permettait par définition de laisser sa garde ouverte sans conséquences lui était relativement inconnu. Il avait bien eu à combattre des soldats auparavant, et avait même pris un certain plaisir à retourner le poids de leurs protection contre eux, mais ne s’était jamais intéressé au port de l’un de ces équipements, qui allait de toute façon à contre-sens avec ses aspirations au combat.

« Car pour être honnête, je n’y connais rien en armure, et même en admettant que mon idée s’avère efficace en pratique, et que j’obtienne la maîtrise nécessaire pour prendre une forme de protection vivante, je ne saurais même pas exactement comment faire pour que mon coéquipier puisse garder toute sa mobilité. Tes conseils en la matière me seront donc très utiles. »

La réflexion permettait à Yanosa de ne pas retomber immédiatement dans sa crise de connaissance, lui qui se trouvait en cet instant coincé entre l’impuissance et ce qui semblait s’approcher de plus en plus de la toute-puissance. Un paradoxe difficile à élucider sans mentor approprié. Une frustration que commençait également à ressentir Abuto, conscient de sa relative incapacité à entraîner l’Oterashi sur la voie de l’Assimilation. Parler théorie pendant des heures était d’ordinaire un passe-temps qu’affectionnait le guerrier à la toison rouge, mais lorsque les potentialités étaient si importantes et qu’elles le concernaient directement, il avait du mal à conserver son calme.

« Un test ? Tu veux sans doute parler des feuilles de papier qui réagissent aux éléments dont est teinté notre chakra ? J’ai déjà passé ce test, quand je suis arrivé à l’Académie Hashira durant les débuts du village. On se tenait tous en ligne en se tenant prêts à envoyer une impulsion de chakra dans ce bout de papier… Mon affinité s’était alors révélée être le Doton, ce qui… s’est plus que vérifié, du coup. Mais à l’époque, je n’y avais pas vraiment donné la moindre importance, je savais déjà que je devrais redoubler d’efforts dans mon Taijutsu pour rester au niveau… Les choses… vont devoir bien changer. »

Yanosa se détourna du Mugirawa, les poings sur les hanches, tel un fauve coincé dans une cage invisible. Son cerveau tournait à plein régime pour tenter de trouver une solution à court terme pour essayer de faire remonter à la surface ses facultés cachées.

« A défaut d’essayer de me tuer… tu pourrais, avec tes fils… me comprimer comme tu l’avais fait la dernière fois. Augmenter la pression, de plus en plus… Si je ne suis pas capable d’utiliser mon pouvoir dans cette situation, c’est que je serai encore plus irrécupérable que je le pensais en Ninjutsu. Allez… ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Sam 4 Mai 2019 - 15:24
Il n’en fallut pas plus pour illuminer les pupilles de l’artisan émérite dont toute la vie tournait autour de la conception d’armures en tout genre, constamment à la recherche d’innovations perpétuelles. En temps normal, leur créations se basaient essentiellement sur des principes généraux du chakra et de son utilisation du combat pour une grande partie de leur production et sur certaines capacités spéciale propre à quelques légendes du monde Shinobi en guise de prototypes aux exemplaires limités. Mais de là à composer une armure vivante avec un assimilateur était complètement au delà de tous ces principes, au delà des règles usuelles de la nature.

Comment donc refuser cette invitation unique, capable d’influencer de façon fondamentalement le pôle de recherche et développement de son entreprise ? Si le guerrier tatoué s’avérait être un Shinobi depuis plusieurs mois, il n’en demeurait pas moins un genre de chercheur ingénieur dans l’âme et comptait bien privilégier davantage cet aspect de sa personnalité que celui de simple soldat. Si le fond de sa nature comportait un fond de moral inéluctable, une grande partie de son être vouait une fascination parfois un peu macabre sur les possibilités offertes par ce monde et la création, quitte à sombrer parfois dans les facettes ténébreuses de cette existence.

« Marché conclu. Je n’ai pour ainsi dire jamais étudié les assimilateurs ni ce que pouvait donner ce genre de tentatives, mais je ferai en sorte de réunir toutes les informations nécessaires pouvant t’aider pour créer ça. Si ta matière peut être aussi malléable qu’on le pense, je veillerai à t’apporter des modèles de structures se basant sur le vivant pour donner plus de fonctionnalité à cette forme d’armure. Le vivant et les muscles sont de bon exemples que j’utilise déjà pour le Jiongu par exemple. »

Une bonne chose de faire. Il nota tout cela dans un coin de son esprit histoire de ne pas oublier, malgré le découragement qui lui vint par la suite. Yanosa avait déjà subi l’épreuve affinitaire, un point sur lequel Abuto ne pouvait déjà plus l’aider. Ce n’était pas étonnant, lui même ayant traversé une formation accélérée, il ne savait pas vraiment les étapes obligatoires et nécessaires à l’académie en y suivant le cursus normal. Son regard se plongea de nouveau dans un élan de réflexion, avant d’être rattrapé par la proposition de l’assimilateur de remplacer l’épreuve de la mort par une autre, l’ayant déjà contrarié par la passé. Pas vraiment idiot, la volonté de se dégager d’une immobilisation sans échappatoire parviendrait éventuellement à créer le même genre de ressenti.

« Hmm … Je pense que c’est possible ça … C’est déjà mieux que de tenter de te tuer … Bon allez, on a du temps à tuer de toute façon. Met toi en position, je me prépare. »

L’homme aux allures tribal fit quelques pas histoire de se dégourdir et fit des mouvements circulaires avec ses bras comme pour s’échauffer brièvement. En parallèle, la mutation de son corps débuta de façon plus lente que lors d’un combat ordinaire pour montrer en détail à Yanosa comment il utilisait la matière filaire noir pour se transformer. Sa silouhette géante vint alors se placer correctement face à son interlocuteur, le regard démoniaque adressé directement à son intention.

« Prêt ? »

Un enchaînement rapide à distance s’en suivit donc, son enveloppe filaire se projetant rapidement vers lui pour ensuite s’étendre comme une sphère obscure tout autour de lui, sans échappatoire une fois refermé. Il fit exprès de lui entourer le visage, de sorte à créer un sentiment d’angoisse naturel sans encore lui recouvrir les voies respiratoire.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Dim 5 Mai 2019 - 11:27
Yanosa eut un rictus lorsque le Mugirawa énonça à haute voix le fait qu’il utilisait déjà son savoir faire d’armurier pour élaborer ses techniques liées au Jiongu. Évidemment, se dit alors le guerrier à la toison rouge, qui comprit alors bien mieux comment et pourquoi il avait été mis si abruptement en échec lors de leur précédente rencontre, lors de laquelle Abuto l’avait enserré de ses fils si efficacement qu’il lui avait été impossible d’esquisser le moindre geste pour se libérer. Lui qui n’avait, somme toute, qu’une formation de soldat, se retrouvait là encore un peu plus gêné de son manque de savoirs faire : l’Oterashi avait beau posséder une tonne métrique de connaissances théoriques qu’il aimait tourner dans tous les sens et utiliser dès qu’il le pouvait, il n’avait pas, en l’occurrence, une expérience pratique de la forge comme c’était le cas du Mugirawa, et si la conception des armures standards de l’armée ne lui était pas étrangère, il savait ces équipements imparfaits. Et l’imperfection n’était clairement pas la visée de cette suite d’idées échangées entre les deux hommes, bien au contraire.

« Oh pour ça, je ne m’en ferais pas… Ma première expérience avec ce pouvoir m’a prouvé… que tous les états de la terre m’étaient accessibles. Quand je serai prêt, que je maîtriserai ma transformation, il faudra que je m’exerce avec quelqu’un pour me rendre compte de tout ça. Si tu es partant... »

L’invitation était lancée. Abuto, en un sens, faisait un candidat idéal pour élaborer les premières ébauches de ce jutsu, car la composition que pouvait adopter son corps lui permettrait, le cas échéant, de ne pas subir les éventuels ratés qui pourraient survenir. Car aussi confiant qu’il était en ses facultés d’apprentissage et de concentration, Yanosa était bien au fait des difficultés qu’il pourrait rencontrer, à commencer par la première, à savoir : comment accéder à nouveau à son pouvoir d’assimilation ? Sa nouvelle idée énoncée plus tôt pour tenter de le faire sembla en tout cas plus raisonnable à Abuto, qui fit quelques pas en arrière en s’échauffant, puis malaxa une grande quantité de chakra pour faire jaillir de son corps, plus lentement que la dernière fois, ses vagues de fils noirs denses et ondulantes. De son côté, l’Oterashi tâcha de se concentrer. Il rassembla dans son esprit les sensations qu’il avait éprouvé lors de son combat à Boka pour essayer de s’y raccrocher, de les revivre, espérant ainsi pouvoir répliquer sa performance d’alors lorsque le Mugirawa passerait à l’action.

« … Oui, vas-y… ! »

Ni une ni deux, sans faire de sentiments, Abuto projeta alors une masse filaire sur lui, qui l’engloba sans difficulté en commençant à l’enserrer de toutes parts, entourant bras, jambes, torse et même visage. Le monde pour Yanosa se limita alors rapidement à un voile noir impénétrable, duquel il reconnut une fois de plus son incapacité à se défaire lorsqu’il tenta instinctivement de contracter ses muscles. Mais alors que l’étreinte se faisait encore plus pressante, son obsession à vouloir progresser à tout prix en fit de même. Ses pensées noyées sous un flot d’émotions, le guerrier aux cheveux rouges voulut expulser de son corps tout le chakra qu’il put, dans l’espoir que cette situation désespérée et désespérante cesse par l’intervention plus que bienvenue de son pouvoir… mais rien ne se passa. Yanosa ploya le genou, tombant à demi à terre sous la pression, et grimaça de frustration. Cela ne venait pas. Il n’y arrivait pas. Et ce fut tout juste lorsqu’il pensa abandonner tout à fait qu’il sentit une anomalie au niveau de ses épaules. La pression, par endroits, se relâchait, n’existait pour ainsi dire même plus, et Abuto pouvait voir, de son côté, de la terre meuble couleur argile suinter de ses fils resserrés à ces endroits.

Mais Yanosa, tout sauf en contrôle, ne pouvait pas en supporter davantage : il bafouilla des mots rendus difficilement compréhensibles à travers les fils, intimant au Mugirawa de relâcher son étreinte, se sentant incapable de contrôler quoi que ce soit même si, il le savait, quelque chose s’était produit. Mais quoi exactement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Dim 5 Mai 2019 - 19:42
En dépit de l’aspect quelque peu morbide et parfois effrayante de sa forme filaire et ses techniques y étant liés, Abuto semblait plutôt fier et content des résultats qui en ressortait pour des techniques de bas rangs encore. Du moins, comparé à d’autres Shinobi d’Iwa bien sûr, puisque l’on devait composer avec énormément de niveau parmi une armée. Sombre, lugubre et angoissante surtout pour des aspirant ou de simples civils méconnaissants des arts ninjas avancé, sa matière filaire noir parvenait à exprimer sa facette bestiale et instinctive avec un soupçon d’horreur dans ses conceptions.

L’étreinte du chaos en était l'exemple parfait, une de ses plus belles conceptions si ce ne fusse la meilleur de son répertoire pour le moment. Ainsi le costume filaire monstrueux engloutie l'Oterashi entièrement tel une substance parasite et tentaculaire dont la puissance s'apparentait à celles des muscles humains voir bien au délà dans leur propriété principales. Une puissance de constriction suffisante pour immobiliser totalement un adversaire et l'empêcher de s'en dégager malgré tout ses efforts.

Il le constata irrémédiablement alors que son corps s'evertuait à maintenir cet état par une immobilisation mutuelle exigeant ses propres forces internes. L'angoisse, l'envie de s'en défaire par tous les moyens … Yanosa le tenta de toutes ses forces, mettant à mal la résistance du colosse qui dû redoubler de concentration pour reprendre la main. Mais la surprise fut tout autre lorsque les traces de ses capacités d'assimilateur firent enfin leur apparition, laissant l'artisan admirateur plusieurs secondes.

Malheureusement, toutes les émotions et la mutation de son corps l'épuisérent assez vite, de sorte à pousser l'homme tatoué vers un relâchement et une annulation de sa technique phare au dernier moment. Certes une part de lui ne le souhaitait pas forcément le voir dans cet état mais l'aspect guerrier de sa personnalité l'invita à prendre un tout autre élan, grave et sérieux dans sa voie et son expression.

Yanosa, ne te relâche pas ! C'est le moment ou jamais … Ne relâche pas cette sensation et essaye d'y repenser. Imprime toi cette sensation dans ton esprit … Le moment où tu t'es assimilé.

Ses directives interpellant et galvanisant visaient à le choquer un peu dans sa fatigue et éviter le phénomène naturel du corps à revenir à un état normal de suite, le temps de retenir cette sensation unique.

Tu as réussi à manifester ta transformation dans une situation moins intense qu'une mort Yanosa. Cela veut dire que tu évolue et que tu commences à briser la barrière entre l'utilisation instinctive et l'utilisation consciente … Comment tu te sens ?


Il lui laissa enfin le temps de récupérer, reprendre ses esprit et voir ce qu'il voulait faire pour la suite de cette entrevue, même si Abuto restait encore impressionné par ces prouesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Lun 6 Mai 2019 - 13:37
Alors que Yanosa avait déjà un genou à terre, lorsqu’Abuto entendit et comprit ses suppliques, les fils noirs se retirèrent lentement en relâchant leur pression de constriction qu’ils avaient appliqué sur l’ensemble du corps de l’Oterashi. Et lorsque l’emprise du Mugirawa fut enfin totalement disparue, le guerrier vaincu par sa propre incompétence tomba tout à fait à genoux en plaquant ses mains au sol. Sa vue se brouillait irrémédiablement, ses oreilles bourdonnaient, comme si ses sens étaient victimes d’une surtension générale. Au travers de ce voile déformant qui s’imposait à lui, deux informations à transpirer malgré tout. La première, c’était cette sensation persistante, en haut de ses membres supérieurs, qu’il croyait reconnaître sans vraiment pouvoir l’associer à quoi que ce soit. Il se sentait déphasé, et un rapide coup d’oeil vers son épaule gauche lui apprit pourquoi : elle était rendue à l’état de terre meuble et malléable, des marques de compression filaire encore visibles en stries compactes.

La seconde information, c’était la voix, presque impérieuse, d’Abuto face à lui. Tel un sergent exigeant, il intimait l’ordre à Yanosa de persévérer, de tenir, de retenir sa transformation et les sensations qui l’accompagnaient. Plus facile à dire qu’à faire mais instinctivement, l’Oterashi tenta de le faire. Il se sentait vidé, drainé comme si il s’était branché sur une prise avec le mauvais voltage, mais se raccrocha à ce qu’il put pour que cette expérience désagréable en vaille le coup. Mais, peu à peu, inexorablement, les surfaces terreuses sur le corps du guerrier aux cheveux rouges se résorbèrent rétrécirent… puis finirent par disparaître.

« Je peux plus, c’est… j’ai malaxé tellement de chakra… C’est comme si la Terre elle-même m’avait extorqué toute mon énergie... »

Maladroitement, non sans un ersatz de honte à se retrouver dans cet état, Yanosa releva un pied pour le planter dans le sol en s’appuyant sur son genou pour se tenir à peu près droit. Pour lui lui, il s’agissait clairement d’un échec : même sous la pression, concrète comme figurée qu’il avait subi, il n’tait pas parvenu qu’à manifester qu’un brin infime et imparfait de son pouvoir. Et à quel prix ? Même si sa vie en avait dépendu, il ignorait si il aurait été capable d’exécuter plus d’un ou deux mouvements de combat corrects et efficaces en cet instant. Abuto, de son côté, voyait les choses sous un jour un peu plus optimiste, mais si ses propos étaient vrais factuellement, les faits justement ne semblaient pas si positif à l’Oterashi au faciès tiré de fatigue. Celui-ci tâcha de se relever avec peine, poussant un râle de douleur débridé à cause des tiraillements de ses cicatrices.

« On peut le voir comme ça, c’est sûr, mais… à ce rythme là, je n’irai pas bien loin… Au moins… on est sûr que la première fois n’était pas juste… un accident allergène ou une autre connerie de ce genre. Je me sens… à peine capable de marcher, c’est risible… Je sais que je devrais être un minimum enthousiaste, mais j’y arrive pas… c’est trop peu… ! »

Il voulut alors se mettre à marcher, tournant le dos de trois quart à Abuto. Il avait un besoin urgent de se reposer. Mais son manque de chakra le rattrapa bien vite et, après quelques pas laborieux… il tomba vers l’avant, conscient, mais totalement drainé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mar 7 Mai 2019 - 1:14
La chute, la descente aux enfer devant cette sensation d’impuissance et d’incapacité à agir alors que la théorie et le résultat demeurait là, devant nos yeux sans ne jamais devenir palpable, efficiente. Le Mugirawa ne connaissait que trop bien ce principe, ce genre de vécu, même si la situation actuelle s’avérait bien loin des frustrations et des obstacles rencontrés dans son parcours. Naître avec une capacité dont l’essence s’exprimait directement depuis le corps l’empêchait de goûter aux sens éveillés par cette assimilation soudaine, bien que ses transformations soient semblables de loin, pour des regards inexpérimentés.

Droit, fier de sa corpulence et de sa constitution naturelle, le soldat ne put qu’observer les réactions de collègues avec un petit moment de retenu quant au fait d’aller l’aider. Il le savait bien, c’était dans ce genre de moment, une fois acculé aux fonds de nos propres réserves et ressources que l’on s’imprégnait au mieux du processus d’un art ou d’une technique ce envers contre toute logique. Il s’agissait simplement du miracle du corps humains et ses facultés à survivre en dehors de l’esprit incrusté dans ce dernier en guise d’invité.

« C’est normal que ce soit peu malheureusement … Nous ne sommes pas encore assez avancé dans notre parcours pour maîtriser aussi rapidement de genre de principe. Pour te dire, nous avons mit des jours et des jours avec Musashi avant de pouvoir ne serait-ce qu’effleurer les bases des arts médicinal, et ce, malgré la tutelle d’Aimi et de l’assistant du chef de l’Hopital Mitsuki. Et franchement, la patience n’est pas mon genre non plus. »

Abuto soupira alors un coup, baissant légèrement la tête le temps de se remémorer sa période de convalescence assez frustrante en termes de dynamisme et activités physiques quasi inexistantes. Ce genre de moment où il fallait redescendre sur terre et faire face à la réalité. Mais le guerrier tatoué fut vite tiré de ses pensées lorsque la silhouette de Yanosa se montra fragilisé par la fatigue avant de crouler sous son poids et son incapacité à marcher. Il ne tarda pas une seule seconde, accourant de sorte à l'empêcher de tomber. Son bras vint ainsi saisir le sien pour se caler sous son épaule de sorte à servir d’appui solide.

« Tu es encore plus fatigué que je ne le pensais … Laisse moi te conduire à l’intérieur pour que tu puisses récupérer avant de rencontrer Tenzin. D’ailleurs, l’heure tant attendu se rapproche … On sera surement amené à se revoir. Je ne vais pas te prendre ton temps davantage … Tu m’as bien aiguillé pour les portes célestes en tout cas. »

Il attendait la proposition de l’Oterashi pour identifier la suite de leurs actions, bien que prêt à discuter durant le trajet si nécessaire. D’autres questions éventuellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mer 8 Mai 2019 - 12:58
Avant de toucher le sol, le guerrier à la toison écarlate sentit le bras musculeux d’Abuto le retenir in extremis, le soutenant ensuite en se plaçant sous son épaule pour s’assurer qu’il ne tomberait pas davantage. D’un côté, Yanosa lui fut immédiatement reconnaissant : il venait de lui épargner une chute absolument honteuse de laquelle il aurait du de toute façon l’aider à se dépêtrer. Mais de l’autre, il aurait aimé ne pas avoir à compter sur son aide du tout. Il était comme ça : fier, un peu orgueilleux, et toujours en quête d’autonomie et d’auto-suffisance. Et il avait beau avoir conscience que dans le monde shinobi la coopération était la clé de tout, il avait toujours beaucoup de mal à se faire à l’idée qu’il avait, parfois, absolument besoin de l’aide d’autrui, comme en cet instant précis. Mais plutôt que de s’attarder sur ces pensées en demi-teintes qui n’allaient pas du tout l’aider à aborder la suite, il préféra accorder plus d’attention à ce que venait de lui dire le Mugirawa. La médecine ? L’Oterashi n’aurait pas imaginé Abuto, ni même Musashi, s’investir dans cette voie, surtout étant données leurs prédispositions existantes dans leur domaine respectif et leurs pouvoirs hors normes.

« J’ignorais… que toi et Musashi aviez emprunté cette voie… C’est très honorable, pour des shinobis comme vous… de vous tourner vers cette discipline… Elle n’est pas… dénuée d’intérêt pour le combat pur et dur, cela dit. Aimi… Aimi saura vous guider, j’en suis certain. C’est une kunoichi au potentiel très élevé… Et les possibilités tactiques du chakra médicinal combiné à ton Jiongu… Oui, un choix très judicieux en effet. »

Porté par son camarade, Yanosa songea alors à son propre pouvoir, encore à peine éveillé, et à son potentiel combinatoire avec le chakra médicinal que Aimi maîtrisait déjà si bien. Suivant l’idée de l’armure vivante qu’il avait évoqué plus tôt, si il avait connaissance de ces arcanes, il pourrait certainement les combiner avec cette technique encore très théorique pour créer un shinobi deux en un, en quelque sorte,. Une espèce d’être unique né de la symbiose de deux shinobis capable de faire face à un nombre bien plus élevés de dangers et de menaces. L’idée avait un charme certain, surtout du point de vue purement opérationnel sur le terrain, même si l’Oterashi affectionnait dans son cœur les joutes purement physiques et directes, à mains nues autant que possible.

« De rien Abuto… c’est le moins que je puisse faire… Je veux bien… que tu m’amènes sur un lit de l’Académie, si ça te dérange pas… Je dois… récupérer mon chakra, avant tout. Et j’attendrai de pouvoir rencontrer Tenzin… avant de retenter quoi que ce soit… Et plus tard… quand j’aurai suffisamment progressé, crois bien que je saurai venir te trouver… pour te montrer ce que je sais faire…! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Mer 8 Mai 2019 - 15:16
« Oui en effet, j’ai un peu discuté avec elle pour savoir ce qui était possible … Et en dehors de l’idée d’une armure vivante, les possibilités qu’offre la médecine comble parfaitement certaines lacunes et ouvres des voies complètements différentes. Je ne sais pas ce que donnerait une assimilation couplé à la guérison mais le Jiongu est en quelque sorte une capacité qui permet déjà en un sens de se soigner d’une différente façon, d’avoir accès à des facettes du corps humains qui peuvent peut être de soigner à distance, de rendre de nouveau utilisable un membre d’une personne sans aucune séquelle, voir plus encore, comme de la chirurgie de précision. Musashi aussi est intéressé, mais je ne sais pas encore ce qu’il compte en faire, du moins, en dehors de l’utilisation classique. Son cristal peu aussi aider à pas mal de choses. Ce n’est pas facile à apprendre par contre … Un peu plus difficile que le reste des domaines qui nous sont accordés disons d'après ce que j’ai compris. »


Le Mugirawa marqua une pause alors qu’il s'évertuait à accompagner la silhouette de son partenaire d'entraînement vers la destination formulé durant sa prise de parole. Ses pas et ses mouvements se calèrent immédiatement aux siens, avec la lenteur et la minutie nécessaire pour ne pas provoquer plus de douleurs et de fatigue que nécessaire avant la prochaine étape de son apprentissage.

Tenzin était surement la meilleur personne dans cette académie à pouvoir compléter la séance partagé aujourd’hui et Abuto sentait qu’il n’avait plus grand chose à exposer au jeune Shinobi. Cependant, il éprouvait une certaine satisfaction à voir l’Oterashi se libérer un peu de sa rage et sa frustration parfaitement compréhensible pour s’ouvrir un peu plus à la coopération et au partage qui allait surement marquer cette génération.

Cela rebondissait parfaitement avec la discussion qu’il avait eu avec Musashi plusieurs jours auparavant et le constat que chacun effectuait sur les compagnons de leur promotion qui partageaient tous un but commun et des potentiels exceptionnels. Laisser passer cette chance et finir comme de simple soldat de base demeurait un futur qu’ils ne voulaient pas trop prendre en compte, voir étendre la possibilité qu’offrait de telles alliances vers des projets plus avancés. Malheureusement, le moment ne prêtait pas encore à partager ces choses avec tout le monde. Il fallait y donner déjà une forme concrète.

Ainsi les deux gaillard traversèrent portes et couloirs de sortes à arriver près des dortoirs et airs de repos destinés aux aspirants pour que Yanosa puisse se reposer et récupérer jusqu’à son entrevu avec le professeur du vent. Abuto se tint debout face à lui, s’assurant que tout aille bien avant de reprendre la parole.

« Et bien, je pense pouvoir te laisser maintenant. Mais en parallèle de sa réflexion pour ton armure, essaye de voir aussi ce que pourrait te permettre la médecine combiné à ton assimilation. L’apprendre prend du temps, mais déjà la partie théorique donne de bonnes pistes à ce sujet. Et puis, si jamais cela ne te convient pas, tu peux toujours rebrousser chemin. C’est une possibilité. »

Il échangea un dernier regard, demeurant immobile face à son interlocuteur, histoire de voir si il voulait encore en savoir davantage. Ou juste finir cette entrevue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Ven 10 Mai 2019 - 0:51
Entendre Abuto évoquer une fois de plus les possibilités encore inexploitées de son pouvoir, le Jiongu, attendant d’être cueillies comme des fruits bien mûrs, le guerrier à la chevelure rouge ne put s’empêcher de sentir une nouvelle vague de frustration monter en lui. Il avait beau avoir pris conscience de ses propres facultés enfouies, il était à des années lumières de pouvoir les exploiter à peu près aussi bien que le Mugirawa, qu’il avait d’ailleurs déjà combattu et contre lequel il avait virtuellement perdu à plate couture. Il avait du retard, voilà la vérité qui s’imposait à lui avec la violence d’un marteau, et toute considération sur son travail acharné concernant son Taijutsu n’y ferait rien, car il avait beau toujours avoir cette conviction qu’il lui serait théoriquement possible de tout surmonter avec suffisamment de travail et d’anticipation, il disposait à présent d’un domaine autrement plus efficace à mettre en avant pour obtenir à l’avenir des résultats plus probants, plus rapidement.

Cette pensée le dégoûtait, en un sens, car il avait l’impression de s’apprêter à renier une grande part de sa propre identité, mais il fallait qu’il se fasse cette violence, comme il venait de le faire il y avait quelques instants. Rien ne l’empêcherait jamais de vivre sa passion et, au contraire même, ses nouveaux pouvoir pourraient l’aider de bien des façons pour amplifier cette dernière. Yanosa s’accrocha à cette pensée tout en visualisant toutes les combinaisons qu’Abuto pourrait concocter s’il parvenait à développer ces fameuses aptitudes médicales : il était vrai qu’elles étaient nombreuses et pertinentes, mais aussi intéressantes qu’elles pouvaient s’avérer, l’Oterashi ignorait s’il voulait vraiment dévier encore davantage de temps, d’efforts et d’attention vers une autre discipline. Ou si il le pouvait tout court, d’ailleurs.

« Pour sûr, avec toi… on ne manquerait pas de fil pour recoudre les blessés... »

Le ton, en dépit de la fatigue subite et extrême, était assez léger pour faire comprendre qu’il s’agissait d’une boutade amicale. Un encouragement, en quelque sorte. Quelques instants plus tard, Abuto eut finalement ramené Yanosa dans le dortoir de l’Académie, où il le déposa sur un lit sommaire mais amplement suffisant pour piquer un roupillon réparateur et salvateur. Avant de le laisser, il lui accorda cependant quelques mots de plus concernant la médecine, comme si il avait pu deviner les pensées qui l’avaient habité pendant ces quelques dernières minutes.

« Rebrousser chemin… n’est plus une option pour moi. Le temps est mon ennemi… le plus dangereux entre tous. Et comment je l’emploie… dictera mon futur. »

Sans même s’en rendre vraiment compte, il glissa ensuite presque instantanément vers les limbes de l’inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa] Empty
Ven 10 Mai 2019 - 22:12
Ainsi donc aucun autre commentaire ne put sortir du jeune Yanosa, beaucoup trop fatigué pour continuer cette conversation à part cette dernière phrase mystérieuses. Sur le coup, il ne comprit pas vraiment le sens profond de cette phrase, du moins l’enjeux majeur que représentait le temps pour lui, par rapport à son histoire et sa carrière de ninja … Quel fardeau cachait-il, quels enjeux poursuivait il derrière ces allures de guerrier inébranlable ?

En y repensant, le Mugirawa avait aussi cet obstacle devant lui mais cela ne concernait pas forcément la même affaire … Ce qui ne tarda pas à traverser ses pensées l’espace d’un instant, se remémorant la disparition de son paternel et le mystère entourant cette enquête en cours. Malheureusement le monde était extrêmement vaste et acquérir de la puissance ne représentait pas vraiment un moyen sûr de faire avancer ses recherches … Il s’agissait plutôt d’entrer dans le Manazuru et profiter des liens d’Iwa pour dénicher ces fameux ravisseurs.

« C’est bien mystérieux tout cela … Mais bon, reposes-toi Yanosa, tu vas avoir beaucoup à faire avec Tenzin, je n’en doute pas. On se reverra en bien des occasions encore … Avec tes nouvelles capacités, j’imagine. »

Il ne savait pas vraiment si son partenaire d'entraînement avait réussit à entendre ces paroles mais le but ne résidait pas forcément dans cela. On pouvait voir ça comme une réflexion à haute voix suivit d’un petit sourire serein, de sorte à se tourner en faisant dos à son interlocuteur et se diriger vers la sortie. Finalement cette rencontre lui apportait bien plus qu’esperer et surtout des projets à mettre en place assez rapidement.

La silhouette du colosse tatoué disparu alors derrière la porte, regardant l’heure avant de s'engouffrer dans les couloirs de l’académie pour rentrer chez lui. Ce n’était pas encore la fin de cette journée et son calepin fétiche l’attendait patiemment pour recueillir toutes les informations issues de cette scéances. Il comptait aussi envoyer une lettre auprès de son entreprise pour que ces derniers puissent s’informer au sujet des assimilateur et d’un projet d’armure vivante, du moins, ce qui en demeurait possible ....

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5433-mugirawa-abuto-doesn-t-make-sense-but-it-makes-money-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5577-nouvelle-equipe-nouveau-depart-equipe-2-au-dojo http://www.ascentofshinobi.com/t5799-mugirawa-abuto-carnet-de-route#47092

Retour aux sources du pugilat [Oterashi Yanosa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: