Derniers sujets
Partagez | 

III. Les choses sérieuses débutent ♪ O. Shinki


Sam 22 Juil 2017 - 0:04
La pénombre d'une petite pièce mal éclairée démêle deux silhouettes côte à côte de l'obscurité. Une petite ampoule accrochée au-dessus d'un plan de travail – d'environ trois mètres – illumine deux corps allongés sur celui-ci. Une troisième lueur éclaircit les écrits d'un parchemin accroché au mur face au duo. Une quantité gargantuesque d'outils entourent les cadavres sur la table ; ceux utilisés par les marionnettistes s'entrechoquent à intervalles réguliers.
« Les archives d'Oda Nobunaga révèlent une spécificité. La voix clair de Shizume résonne légèrement. Page numéro cinq du chapitre sept : conclusion des recherches. À partir de cet instant il prend une certaine intonation pour faire comprendre qu'il cite un passage. Les marionnettes humaines élaborées à partir de chair et d'os sont fondamentalement différentes des marionnettes classiques. Elles sont faites pour conserver l'essence naturelle et physique qu'elles possédaient pendant leurs vivants. De ce fait le marionnettiste est capable d'utiliser n'importe quelle technique de ces corps, lorsqu'ils étaient encore vivants. Au fil des paroles le second personnage manipule – sous le regard pesant du premier – un cadavre à l'aide de fils de chakra. Il termine : C'est l'avantage incomparable que représentent les marionnettes de ce type. Les pupilles de l'aîné jonglent entre les écrits et la marionnette. Puis pour trancher il dépose son attention sur le benjamin. Dans la totale incertitude sur ce qu'il doit faire ou penser le plus âgé patiente. Je ne sais pas. Les paroles coupantes du shinobi violent le silence qui règne depuis quelques minutes. La même personne relève sa paume droite en formant cinq fils de chakra qui s'attachent au pantin. Je prends le relais pour analyser notre situation. Annonce-t-il d'une voix calme pour faire comprendre qu'il maîtrise la situation. Le premier mécanisme à l'avant-bras droit. À l'écoute des paroles il replie légèrement son index. Le fils de chakra déclenche un mécanisme : celui indiqué par la précédente phrase. Dans un bruit strident deux plaques métalliques se disloquent de l'armature du bras. Validé. L'homme détend son index pour rendre la forme normale au membre. Le second dans l'échine. Dans un mouvement vif il croise ses paumes. Les chakura no Ito transmettent l'ordre au pantin : deux manches nacrés émergent de la nuque de Jikkentai – appellation du cobaye. Également valide. Affirme-t-il accompagné d'un soupir. C'est alors que les deux shinobis testent un à un les différents pièges de la marionnette. L'opération dure une dizaine de minutes. Dernier mécanisme... opérationnel. Désormais passons aux choses sérieuses : la conclusion finale. Il prend une grande respiration puis assemble lentement ses paumes. Avec une concentration totale le shinobi forme plusieurs signes : bélier, chien et singe. À l'instar du marionnettiste Jikkentai répète les mudras. L'aîné arque un sourcil à l'attente d'un résultat... mais rien ne se passe ; les deux personnes restent muettes pendant plusieurs secondes.
Je n'ai qu'une seule question. L'intonation – bien que calme – est mélangée à un agacement certain. Un facteur de procédure nous échappe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Sam 22 Juil 2017 - 15:07
Shizume-sama semblait être très sérieux. Il lisait ce bouquin avec ce ton particulier et cette sensation de rechercher la moindre donnée à l'intérieur des écrits. Mais les paroles n'étaient pas étrangères aux tympans du blondinet vu que l'extrait provenait directement des travaux de son père. Alors qu'il faisait de son mieux pour suivre cette lecture orale – vu qu'il est à la fois intéressé par l'art du Kugutsu et les recherches de son paternel – le benjamin déposa les outils qu'il tenait sur la table. Ensuite il forma plusieurs fils de chakra qui se déposèrent à des endroits-clés – clavicules, omoplates, colonne vertébrale et l'arrière du crâne – de Jikkentai. Les iris du môme défiaient son enseignant et la marionnette sur le plan qu'il actionnait à plusieurs reprises grâce à la technique signature des marionnettistes. En manipulant le pantin comme un petit jouet l'enfant âgé de treize ans écarquillait les yeux à plusieurs reprises. La parole assurée de Shizume-sama annonça au petit qu'il s'apprêta à prendre le relais, chose qu'il fit immédiatement. Alors que les chakura no ito du blondinet se désactivèrent ceux du Hyakujû se lièrent au pantin formé à partir de charogne.

› Ces marionnettes et ces allures... ‹ Un brin de nostalgie s'empara des paroles de l'enfant. › Cette façon de coordonner les pantins... puis ces fils de chakra... ‹ Les paroles se raffermirent vers la fin. › On dirait mon père. ‹ Shinki replongea dans certaines pensées malfaisantes pendant qu'il observait les majestueux fils. Vint le moment où il secoua sa tête de gauche à droite, histoire de ne pas s'attarder dans cet état de secondaire et rester concentrer sur les travaux. En retrait l'Ogosoka était similaire au marbre vu qu'il ne bougeait plus. Malgré la volonté de ne pas replonger dans le passé hasardeux il se souvint... › Les marionnettes humaines élaborées à partir de chair et d'os ‹ Le parchemin provient de mon père... › On dirait mon père. ‹ Cette phrase résonna dans ses pensées. › Elles sont faites pour conserver l'essence naturelle et physique qu'elles possédaient pendant leurs vivants. ‹ À l'époque il adorait le travail de son paternel pour la capacité qu'il avait de reproduire à la perfection les silhouettes humaines. › Lorsqu'ils étaient encore vivants ‹ Dans le trouble le plus total il combattait intérieurement. Mais... Il se remémorait les spectacles du père. Les mar...marionnettes à l'allure d'huma...ins... Un frisson parcourut la nuque du blondinet. C...Ces lignes... C'est mon... père... Ce sentiment de peur mélangé à la crainte se propagea dans le dos du benjamin. Pendant que sensation parcourait ses membres il conclut. C'était... Il me faisait... Les spectacles... Ses muscles se contractèrent puis ses poumons se raidissent. Le souffle légèrement saccadé il relia les éléments. Des cadavres depuis... depuis le début ?! De petites lames se formèrent. Paralysé de peur Shinki observait son enseignant qui n'avait pas encore remarqué son état actuel. Sûrement parce qu'il était plongé dans la confection du pantin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t478-ogosoka-shinki-l-fiche-terminee

Sam 22 Juil 2017 - 18:23
Devant le manque cruel de réponses Shizume dépose son regard sur le benjamin. À la vue de l'état psychologique du petit un trouble mental caractérisé par la suspension complète de toute activité s'installe.  
« À quoi joues-tu ? Les violentes paroles du marionnettiste visent à ressaisir le môme. J'ai parfaitement conscience que ces travaux proviennent de ton père... Il distingue les sueurs froides accompagnées de sanglots. mais ce n'est pas une raison pour... Le shinobi se tait pour déposer calmement sa paume sur l'épaule de Shinki. Il amplifie volontairement sa poigne pour faire comprendre au benjamin qu'il n'est pas seul s'il doit surmonter une terrible épreuve. Ce petit découvre la partie immergée de l'iceberg Se murmure le shinobi à lui-même. L'aîné interrompt malgré sa volonté les travaux sur le pantin puis s'exclame d'une voix apaisante. Tu n'es pas obligé de rester ici. Si ton coeur se brise chaque seconde à cause de ces travaux tu as le droit de sortir pour les oublier. Après tout la vérité n'a pas besoin d'être découverte. Dès lors cette permission accordée Shizume se positionne de l'autre côté du plan de travail. Il s'assied pour analyser les conclusions du chapitre sept. Il est impératif de préserver le corps pour éviter la décomposition. Il feuillette le livre pour citer une nouvelle phrase. Supprimer les organes internes du corps. Le marionnettiste relâche un léger soupire puis maintient son crâne avec sa paume libre. Même si le Hyakujū continue les expérimentations l'attitude de Shinki l'inquiète. C'est pour cela que son regard bascule régulièrement entre les écrits, le pantin de chair et le blondinet : il ne sait vraisemblablement plus sur quel sujet penser. Mais un éclair l'illumine soudainement. Et si le problème est la base des recherches qui mènent sûrement à une impasse ? L'entrain et l'énergie de Shizume semblent de retour. Shinki-kun. Un fier sourire est visible. L'aîné se remet à feuilleter les pages. N'oublie pas, ces écrits proviennent certes de ton père mais pourquoi les avoir écrits ? Il tend l'ouvrage au blondinet ouvert à une certaine page. Il n'a pas confectionné de marionnettes de ce genre. C'est en réalité un recueil d'analyses. Il écrivait uniquement les choses qu'il constatait après maintes observations. Il n'est en rien l'auteur de ce nouveau style. L'intonation douce et sereine de Shizume se profile dans la petite pièce. L'index du shinobi glisse sur la page ouverte. C'est un schéma alimenté par des mensurations. Pourquoi je dis cela ? Il pointe le thorax du pantin dessiné puis montre à tour de rôle, sur toutes les coupes, une série d'enfoncements. Cela ne te dit rien ? Shizume tourne vivement une nouvelle page. Cette fois-ci c'est le dos d'illustré. Il indique une nouvelle fois avec son index une série d'écriture. C'est la formule du fūin-shiki. Admet-il avec une parole assurée. L'ultime marionnette de sa collection...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

III. Les choses sérieuses débutent ♪ O. Shinki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: