Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Marchand peu scrupuleux [Kaeda]


Sam 22 Juil 2017 - 15:16
Le taux de criminalité au pays de l’eau est exceptionnellement élevé. Cela est bien évidemment dû au nombre grandissant de malfrats mais aussi à tout ces marchands qui profitent du crime. D’après les informations recueillies par le village de la brume, un de ces vendeur d’arme se serait installé à la frontière Kirijin. L’individu en question fournirait ainsi – à un prix défiant toute concurrence parait-il – des armes volées à quiconque en souhaite. S’il est vrai que la vente d’outils de guerre n’est pas prohibée au pays de l’Eau, il est faux de croire qu’on peut distribuer tout et n’importe quoi à n’importe qui. Cette pratique est réglementée et il est strictement interdit de fournir des criminels reconnus, des personnes potentiellement dangereuses pour le village ou l’unité du pays.

L’homme que nous allons tenter d’arrêter aujourd’hui n’a cependant que faire de la prospérité du pays de l’Eau et est vraisemblablement passé outre les règles de commerces établies par le village de la brume. Ceci-étant il nous faut le punir et c’est pour cela que nous avons été réquisitionnés Kaeda et moi. En effet pour accomplir ma mission, je serais accompagné d’une jeune femme de cinq à six années mon aînée. Je ne la connais pas, elle ne me connaît pas mais nous allons devoir faire équipe afin de trouver et arrêter ce Senkoku Daichi.

Fatigué et dépourvu de motivation, je me prépare, quitte mon domicile les bras ballants et avance à reculons vers le salon de thé Takeda. C’est là-bas que nous sommes censés nous retrouver ma partenaire et moi. Comme à mon habitude, j’arrive avec deux à trois minutes de retard. Car c’est bien connu : les meilleurs savent se faire attendre. Ma collègue de travail est déjà sur place. Bien qu’elle soit plus âgée que moi, la Kunoichi de la brume et moi mesurons à peu de choses près la même taille. Je parais même être plus grand qu’elle avec ces nouvelles chaussures en bois.

▬ Mes salutations. Tu es assurément Kaeda. Tu corresponds en tout cas au signalement. Tu as face à toi le grand, l’unique, le beau, le plus fort, le majestueux, l’exceptionnel, le fantastique, le … Bref, j’suis Shinichi quoi.
Cet introduction était un poil trop longue et pompeuse à mon goût. J’aurais pu mieux faire. Plus simple, plus classe, plus sobre. Enfin bon. Ce sera pour une prochaine fois. Je pointe du doigt l’ouest et lâche d’un ton se voulant solennel :
▬ En route ! Senkoku tiens toi prêt, j’arrive !

Soudain je m’arrête, tourne les talons de sorte de faire à nouveau face à ma camarade et demande à cette dernière :
▬ Dis, c’est bien par là qu’il faut aller hein ? Je ne me souviens plus. Je crois avoir lu ouest mais j’ai peut-être confondu avec nord ou est. Tu sais l’orientation et moi hein … Bon. Voilà. Personne n’est parfait.

La missive disait d’aller à l’est car c’était à cette frontière que notre homme avait été vu récemment. Chose que j’aurais su si j’avais lu ladite lettre jusqu’au bout. Mais bon … C’est bien connu : lire c’est surfait.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 22 Juil 2017 - 17:28
Kaeda avait été contacté il y a quelques jours pour participer à une mission. Le commerce d'armes illégales était un véritable problème à Kiri. Et il s'agissait de traquer Senkoku Daichi, un marchand d'armes ne respectant pas les règles de vente décidées à Kiri. Cette mission serait la première de la petite Genin et elle comptait bien la mener à bien sans encombre. Apparemment, elle devrait faire équipe avec un dénommé Yuki Shinichi. Un membre du clan Yuki ? La même famille que celle de son sensei Eiichiro ? Voilà qui était pour le moins cocasse. Mais il fallait bien que cette mission soit remplie et un Genin seul ne pourrait pas s'en charger.

La genin prit son temps pour bien se préparer. N'oubliant ni son sabre ni quelques kunais au cas où, le temps de mettre ses getas, ajuster son kimono et elle se mit en route vers le lieu de rendez-vous où la mission débuterait. Arrivant sur les lieux avec près d'une heure d'avance, la Genin en profitât pour adresser une brève, mais sincère prière à Yashka son gardien imaginaire. Puis profitant que son compagnon n'était toujours pas arrivé, elle commande une tasse de thé et s'installe en tailleur sur un coussin histoire de faire le vide dans ses pensées.

Yuki Shinichi finit par arriver avec un léger retard. La garçon était plus jeune qu'elle, bien que pour les personnes alentours, il passait pour l'ainé. À peine plus grands que Kaeda, il était blond aux yeux bleus. Il devait avoir treize où quatorze ans au plus. Kaeda avait espéré un compagnon un peu plus agé tout de même. Enfin... Il fallait que jeunesse se fasse comme disent les autres. Elle continua d'observer calmement le garçon à l'attitude un peu trop survolté du goût de la très calme Kaeda. Le garçon allait partir en direction de la mission... Enfin dans la direction opposée à la leur.

Hum... Shinichi ? Bien que voir à quel point notre mission vous remplis d'énergie, je vous prierais de bien vouloir prendre en compte le fait que vous pointer la mauvaise direction.Kaeda le rejoins d'un pas tranquille et mesuré. De plus... avant de nous précipiter, n'est il pas d'usage de réfléchir à un plan d'action. Nous ne connaissons ni nos forces ni nos faiblesses personnelles. Si nous voulons faire de cette mission un succès, ne devrait, on pas apprendre à nous connaître ne serais-ce qu'en surface?

_________________

Fear the power of the Yaksha demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t490-ogawa-kaeda-la-fille-du-desert-au-pays-de-l-eau-finie#2255

Sam 22 Juil 2017 - 20:00
Je pointe la mauvaise direction. Super. La mission vient à peine de commencer et je passe déjà pour un idiot. Bon, de toute façon elle aurait bien fini par se rendre compte de l’arnaque monumentale que constitue le fait de missionner en ma compagnie. Je déglutis lentement, vois quelques gouttes de sueur perler sur mon visage et tente de me ressaisir afin de pas totalement perdre la face devant Kaeda :
▬ Ah ? Euh je veux dire. Oui, assurément. Je le savais. C’est bien entendu par là qu’il faut aller.
Je fais volte-face et pointe désormais du doigt la direction opposée. Je toussote alors afin de me donner un air pompeux et mets un pied devant l’autre afin d’avancer. Je suis cependant arrêté net par les dires ô combien judicieux de Kaeda. Il est vrai qu’avant de partir en mission, il est préférable de converser un peu. Au moins histoire de savoir ce dont nous sommes capables l’un comme l’autre. En ce qui me concerne, c’est simple ; je suis bon à rien. J’ose par conséquent espérer que la jeune femme soit apte au combat car de mon côté il n’en est rien. Je ne maîtrise quasiment aucune technique offensive ni défensive.
En fait je suis nul et compte bien le faire savoir à ma collègue – car oui l’honnêteté c’est important :

▬ Bien, je me présente et vais te faire un rapide topo de mes capacités. Je suis un membre du clan Yuki. À ce titre je maîtrise la glace. Je suis cependant nul au combat. Je ne sais pas me battre au corps à corps et je ne sais quasiment rien à faire. De temps à autres il m’arrive de sentir le chakra de mes ennemis et … Et bah c’est tout. J’espère que c’est suffisant pour toi. Malgré ça, je suis plutôt intelligent. Si si. Je te jure. Bon, ça en a pas l’air là comme ça. Mais je t’assure que quand je veux, je peux vraiment être malin !

« Malin » c’est le bon mot. En soi, je ne suis pas un génie ni un esprit brillant par son intellect surdéveloppé mais j’ai acquis au fil du temps un sens de la débrouille sans pareille ! Je comprends vite certaines choses et j’ai une plutôt bonne mémoire mine de rien. Tout cela peut s’avérer utile, même pour un ninja.
▬ Et toi tu sais faire quoi ? Tu sais taper des gens hein ? Hein ? Dis moi que tu es forte pour ça. Pour faire des flash, des floums, des flans et des bim bam boom sur les ennemis ? Non parce que c’est clairement le domaine où je suis le plus perfectible.

« Perfectible ». Là encore le mot est bien choisi. Nous échangeons quelques mots et apprenons à nous connaître. Lorsque nous jugeons bon de partir, nous nous en allons vers l’est. Ou l’ouest … Je ne saurais dire quelle direction nous prenons à dire vrai tant mon sens de l’orientation est lui aussi perfectible.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 24 Juil 2017 - 21:34
Décidément... Cette journée ne serait vraiment pas comme les autres pour Kaeda. C'était sa première mission pour le village. Cette mission aurait pu très bien se dérouler... Sauf que son partenaire... N'avait aucune compétence de combat ! La petite kunoichi mit un moment pour digérer cette information. Un Ninja qui ne savait pas se battre... Ce genre de personne existait donc vraiment ? Pour Kaeda ça sonnait tellement faux que c'était impossible. Elle-même, savait certes se débrouiller, mais ses compétences restaient pour le moins classique pour l'instant. La Genin dut réfléchir un instant pour trouver une solution qui leur permettrait de s'en sortir sans encombre. Il était vraiment bruyant quand même...

"Je n'excelle pas dans l'art du combat... Mais je ne suis pas mauvaise au maniement du sabre et ma capacité peut se révéler utile en cas de combat. Mais tout de même... J'espère que tu as au moins des Shurikens où des Kunaïs pour te défendre. Je ne suis qu'une Genin... Je ne pourrais pas assurer notre sécurité à tous les deux bien que je sois responsable de toi en raison de mon âge." Dit elle sans vraiment regarder le garçon à qui elle s'adressait."Bien. Vaux mieux ne pas perdre plus de temps."

Après avoir payé sa tasse de thé désormais froide, la Genin sortit du salon de thé pour sauter dans un arbre non loin. Puis elle se retourna vers le garçon qui devait l'accompagner. Il ne l'avait pas encore suivi. Kaeda poussa un soupir. Tout de même, à quoi pensait ceux qui donnaient les missions ? Envoyer un gamin aussi peu préparé sur ce genre de missions ? C'était l'envoyée se faire massacrer directement dans le repère du mal.. Un Yuki hein ? Peut-être que cela avait un lien avec l'élection du Mizukage. Les Yuki étaient les fondateurs du village et pourtant aucun Yuki n'avait été choisis pour devenir Mizukage. Peut-être que cette mission avait pour but de tuer un Yuki gênant... Et donc Kaeda ne serait qu'un dommage collatéral ?

Non... Elle ne serait jamais un sacrifice où une victime inutile. Intérieurement, la genin commençai à sentir cette violence qui ne l'avait jamais vraiment quitté. Celle qu'elle nommait le gardien, le Yaksha... Dans son esprit, elle commençait à détester de plus en plus ce système. Elle le savait depuis son enlèvement. Sa place n'était pas à Mizu no kuni. Kiri n'était pas sa patrie. Elle préférait les étendues désertiques et infernales de son pays d'origine. Une larme de nostalgie fit son apparition au coin de l'œil de Kaeda. D'un geste de la main, elle effaça cette larme. Ce n'était ni le moment ni l'endroit pour penser à cela.

_________________

Fear the power of the Yaksha demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t490-ogawa-kaeda-la-fille-du-desert-au-pays-de-l-eau-finie#2255

Sam 29 Juil 2017 - 22:26
Misère. Elle n’est pas douée pour ce qui est de se battre. Enfin pas autant qu’Arukisa ou que Noah sensei. En tant que genin et conformément à ses dires, je doute qu’elle soit capable de me protéger convenablement. Et bah merde alors. Un rictus gêné se dessine lentement sur mon visage mais j’essaie de garder bonne mine face à Kaeda.
▬ Bah pas grave. On va s’en sortir.
Je crois … Enfin j’espère. Il le faut bien. Je ne veux pas mourir à l’âge de treize ans. Je suis un Yuki et un shinobi promis à un grand avenir, moi ! Pas un vulgaire gueux destiné à crever au cours d’une vieille mission de rang C !

▬ Oui oui, allons-y.
Nous sautons d’arbres en arbres et rejoignons bientôt la frontière Kirijin. D’après nos informateurs, notre homme se serait installé par ici. Il est bien sûr possible qu’il ait migré mais si les données que nous avons collectées sont correctes, il ne devrait pas être loin.
▬ S’il vend des armes, il doit avoir un moyen de transport, une caravane, des chevaux ou quelque chose d’assez imposant.
Pour cause, je vois mal ce Senkoku se trimballer avec un sac plein d’armes comme si de rien était. Nous faisons un petit tour des lieux mais ne trouvons rien. J’aiguise mes sens, me concentre et tente de distinguer des sources de chakra mais, là encore, sans grand succès.
Certes je ne suis pas exceptionnellement doué mais je pense pouvoir être en mesure de repérer un shinobi, ses éventuels chevaux et sa cargaison – si tant est qu’il en ait une. Si je ne sens rien, c’est qu’il n’est sûrement pas là. En somme il ne traîne plus à la frontière Kirijin comme l’a indiqué notre source mais a élu domicile ailleurs. Je ne connais pas très bien les environs mais prends la parole :
▬ Si on s’avance encore vers cette direction, il y a un village, nah ?

La question est rhétorique. En moyenne, il y a un village tous les cinquante kilomètres à peu près. Bien sûr cette « règle » est fausse pour certaines zones dangereuses où vivre relève plus de la survie qu’autre chose mais ce n’est pas le cas ici. Il y a de l’eau à proximité et toutes les raisons de croire que des gens se sont installés dans le coin.
▬ On peut rentrer et dire qu’on a rien trouvé ou continuer un peu afin d’interroger les villageois que nous trouverons là-bas.
S’il est passé par cet endroit, des gens l’auront peut-être vu. Un marchand itinérant ne passe généralement pas inaperçu. Quand bien même il fait tous les efforts du monde pour ne pas être vu. Ceci-dit, nous n’avons aucune obligation de continuer notre travail. La mission indiquait qu’il nous fallait chercher cet homme à la frontière Kirijin, ce que nous avons fait. Nous pouvons selon toute logique rentrer. Enfin … « Selon toute logique » … C’est sans prendre en compte un fait important. Fait que je m’apprête à exposer à ma camarade :

▬ J’ai bien envie de rentrer je t’avoue mais bon. J’ai fait le strict minimum dans bien des missions et en ai même échouées certaines ! Je crois que si je reviens au village bredouille une nouvelle fois, ça va barder pour moi. Et par extension pour toi … On continue ?
Je ne lui laisse pas trop le choix.
Nous poursuivons notre route et arrivons bientôt dans un village idéalement situé. En effet la bourgade est proche de Kiri et d'un cours d'eau. Il y fait relativement froid et la brume est présente mais les conditions de vie n'ont rien de désastreuses. S'il y a une auberge, notre homme s'y est peut-être arrêté afin de se reposer un moment.

_________________

Spoiler:
 



Dernière édition par Yuki Shinichi le Ven 25 Aoû 2017 - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Aoû 2017 - 13:18
Lentement mais surement les genins progressèrent vers l'endroit où devait se trouver le marchand d'armes. Un petit village non loin de Kiri. Tout le long du chemin Shinichi s'était plains. Décidément, les Yuki étaient vraiment des gens à part. Celui-ci semblait vraiment bon à rien. Quel genre de Kage envoyait en mission un incapable avec une débutante ? Décidément cette benten était une personne très étrange. Une fois aux abords du village, Alors que la kunoichi observait les environs, Schinichi continuait à se plaindre. Mais finalement il décidât de poursuivre la mission. Comme si ils avaient le choix. Kaeda n'allait pas laisser passer sa première mission.

Gardant le silence, la jeune kunoichi rejoint le sol et s'approche de l'entré du village. Puis elle fit signe à Shinichi de la rejoindre. Pour avoir vécu son enfance dans un village de ce genre, Kaeda savait que quelque chose clochait ici. Les mercenaires étaient trop nombreux ici. Kaeda ne portait pas son bandeau à la vue de tout le monde. Elle passerait inaperçu ici. Elle ignorait si c'était le cas de Shinichi. Néanmoins, il lui fallait paraitre moins soignée qu'en ville. Elle dénouât ses cheveux et dénudât une de ses épaules pour paraitre être une simple voyageuse.

Quelques passants la regardèrent passer parmi la foule. La Genin se dirigeât directement vers une sorte de restaurant où elle pourrait obtenir des informations sur leur cible. Kaeda interrogeât le patron parlant comme une mercenaire ajoutant une pièce de monnaie pour soudoyer son interlocuteur. D'abord retissant, il finit par lui donner les informations désirés. Le marchand d'arme logeait dans une propriété un peu plus loin. Pour remercier le restaurateur, Kaeda commandât deux plats du jours pour elle et son compagnon.

_________________

Fear the power of the Yaksha demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t490-ogawa-kaeda-la-fille-du-desert-au-pays-de-l-eau-finie#2255

Jeu 31 Aoû 2017 - 18:59

Kaeda refuse d’abandonner. Cela fait mes affaires. Notre duo avance et rejoint le village le plus proche. Tout comme ma partenaire, je fais en sorte de masquer mes signes d’appartenance à Kiri et modifie mon apparence de sorte à paraître plus négligé. Les voyageurs n’ont pas toujours accès à l’eau potable. Ainsi ils ne peuvent se laver tous les jours et blanchir leurs vêtements correctement. C’est en partant de ce postulat très simple que je décide de me rouler dans la terre et de me décoiffer. La scène est ridicule mais le ridicule ne tue pas. Certains disent même qu’il rend plus fort.

Je laisse Kaeda prendre les devants mais la suis de près. La kunoichi de la brume se dirige vers une taverne et parvient par un habile procédé – peu original mais pas moins habile – à obtenir quelques informations sur la localisation de notre vendeur d’armes. L’Ogawa remercie le gérant en commandant deux plats. Nous mangeons et partons voir de quoi il en retourne. Tout le long du trajet, les regards se posent sur nous et tout cela ne me dit rien qui vaille. Certes tout le monde observe tout le monde dans ce genre de village toutefois ici je soupçonne que cela soit bien plus que de simples « regards ». Il y a quelque chose de malsain par ici et cela ne s’arrange pas avec le temps. Nous poursuivons notre avancée et je commence à craindre le pire. Étant quelqu’un de très chanceux par nature : Quand le pire est à craindre, le pire survient.
Il n’y a pas à dire, je porte la poisse.

Nous sommes sur le point d’arriver quand plusieurs mercenaires s’approchent de nous et nous encerclent. Il doit s’agir de la garde personnelle de notre ami Daiki. J’ai un peu peur de ce qu’il peut se passer mais demande en essayant d’être le plus menaçant possible :
▬ Que voulez-vous ?
J’ai beau montré les dents, rien n’y fait. Ces mercenaires n’ont absolument pas peur de moi. Si bien qu’un d’entre eux me répond sans plus de cérémonie : « Vous buter ». Au moins leur réponse est claire. D’après les dires du gros lourdo qui fait office de chef à cette bande, ils ont vraisemblablement été armés par  Senkoku Daichi en échange de certains « services ». Nous éradiquer est une des souhaits que Daichi a émit et qu’ils doivent par conséquent exécuter afin de payer leurs dettes. Les mercenaires sont au nombre de six. Je compose une série de signes incantatoires et lance une boule de glace sur l’un d’entre eux. Ceci-fait, je pose mes mains au sol et une plaque de verglas entrave les mouvements de quatre de nos vis à vis. Les mouvements de ses gus s’en trouvent altérés et je laisse à ma partenaire le soin de les mettre KO.

Bien que nous soyons en combat, plusieurs questions me traversent l’esprit. La première est de savoir pourquoi nous ont-ils suivi d’aussi loin ? Je veux dire … S’ils avaient été de simples gardes, j’aurais compris qu’ils nous attaquent en nous voyant nous approcher du lieu de résidence de leur maître mais ce sont des bandits. Des bandits qui nous ont suivi depuis un bon moment qui plus est. Ils savaient ce que nous cherchions. Quelque chose ou quelqu’un nous a fait repérer.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marchand peu scrupuleux [Kaeda]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: