Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki)


Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Mar 23 Avr 2019 - 13:09
- An 198 -
Quelque part, proche de la frontière de Kaminari no Kuni, au coeur d'un petit village du pays.


C'est au commencement d'une nuit d'été que tout commença, alors que l'Urawokaku est mandaté par l'ordre des 刺客 Shikaku, dirigé par son maître et second père 判事 Hanji. Car membre de l'ordre des assassins du fer, le samouraï n'est à cette époque qu'un jeune guerrier répondant au nom de 幽霊 Yuurei (lit. inconnu), parcourant les terres proches de Tetsu no Kuni afin de remplir des contrats d'assassinats ici et là. Et en cette soirée d'été, alors que la nuit prend place, laissant apparaître une pleine lune éclairant l'entièreté du monde, plusieurs hommes s'adonnent à ce à quoi ils sont les plus doués; le meurtre.

Une mission des plus communes pour ces hommes, exerçant leur métier depuis de nombreuses années. Dirigé par le samouraï, les quatre individus pénètrent dans la ville sans se faire repérer, filant à travers les bâtisses telles des ombres dans le noir. La cible ? Un puissant homme de par sa richesse, s'employant à venir au sein du pays du fer pour y voler les plus pauvres afin de rendre sa fortune encore plus grande. Si la plus part du temps, les membres du 刺客 Shikaku exécutent des ennemis direct de Hi no Kuni mais également de Tetsu no Kuni, leur rôle est également de rétablir un ordre moral envers les plus démunis du Yûkan.

Très rapidement, alors que les trois hommes qui l'accompagne se mettent en place autour du bâtiment au sein du quel, l'homme devant rendre des comptes pour ses crimes dort paisiblement, l'Urawokaku pénètre dans la chambre du richissime, le fer à la main. Analysant de par son chakra la moindre présence ennemi, le samouraï lève la lame afin de trancher la gorge du misérable dans son sommeil. Une mort surprenant celui dont l'âme quitte en un instant le corps, mettant fin une bonne fois pour toute à ses agissements.

Cependant, malgré une nouvelle mission réussit sans le moindre accro, le groupe quitte le village en se dirigeant vers la frontière de Kaminari no Kuni mais tombe nez à nez avec une jeune femme. Ou plutôt, une jeune fille. Fixant cette dernière à travers son masque de 人形 Ningyou (lit. poupée), Ryūzaku demande alors à ses hommes de disparaitre.


« Bonsoir ... » dit-il d'une voix neutre, sans montrer la moindre émotion, en s'adressant à celle qui se dresse face à lui.

Le katana caché dans l'une des manches de son kimono sombre, le samouraï reste sur ses gardes tout en se montrant non menaçant envers la fillette. Les a-t-elle perçue en cette nuit d'été ? Rien n'est sûr, mais si tel est le cas, alors l'assassin devra faire ce pour quoi il est le plus doué; tuer.



@Sentetsu Chiaki
Ryūzaku avec son masque:
 

_________________
Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) 1555756720-signryu
#465563
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 2:16

Visage de poupée dans la nuit.


Sombre est la nuit, loin de son village. Tout lui paraît différent ici. Ce n’est pas son premier voyage, certainement pas son dernier, mais Chiaki ne s’acclimate pas très bien. Pour la première fois depuis longtemps, tout la gêne. Le bruit, les gens. Personne ne lui laisse l’occasion de lire comme elle le voudrait et, même quand elle le pourrait, la chaleur l’empêche de réfléchir. Ce n’est pas comme ça qu’elle trouvera un moyen de conquérir le monde de la médecine …

Après un long soupir, Chiaki décide que c’en est trop. Elle se lève et quitte ses draps. Il fait trop chaud, le sommeil ne viendra pas. Du haut de ses treize ans – enfin, du « haut » … de sa moyenne hauteur, peut-être – la petite brune connaît déjà bien des choses, sur son propre corps mais aussi sur l’anatomie humaine et quelques maladies ou gênes et comment s’en occuper. Là, consciente que si elle reste dans son lit, ce ne sera qu’une nuit de plus à tourner en rond, elle décide de s’aérer. Un village lointain, inconnu, où il ne faut surtout pas faire de bruit, ne pas être repérée, au risque de vivre une aventure bien trop périlleuse.

Intrépide, téméraire, la jeune Sentetsu s’aventure à l’extérieur de leur habitation temporaire et se trouve dehors. La nuit est noire, parsemée d’étoiles et d’une lune lumineuses. Un sourire étire doucement ses lèvres à la vue de toutes ces lueurs sur le ciel. Quel spectacle merveilleux … Et puis, au moins, ici, il ne fait pas chaud à en fondre. Certes, la température est quand même élevée et lourde, mais il n’y a pas de quoi en faire un drame. Chiaki décide de se balader, en restant le plus près possible de la maison, au cas où quelque chose surviendrait. L’espoir innocent d’une gamine bien trop candide. Lucide, certes, mais toujours aussi optimiste. Une trop grande foi en l’âme humaine, certainement.

Ses pas la mènent jusqu’à un homme. Une silhouette bien plus grande qu’elle, masquée. Chiaki a un mouvement de recul incontrôlable. Que lui veut-il ? Pourquoi lui parle-t-il ? Ne peut-il pas simplement rebrousser chemin ? Les inconnus, dans la nuit noire, qui parlent aux adolescents … La Sentetsu inspire profondément et prend son courage à deux mains. Ses prunelles émeraudes se posent sur l’accessoire qui recouvre le visage de l’homme.

« Il est pas beau, votre masque, monsieur. »

Un spasme secoue ses bras alors qu’elle recule d’un pas. Chiaki ferme les yeux un très court instant, pour se redonner de la contenance. Ne pas faiblir, ne pas craindre. Il ne lui fera pas de mal, si ? Après tout, pourquoi lèverait-il la main sur elle ? Ça n’a pas de sens … Tout ira bien. Oui, tout ira pour le mieux, c’est sûr. Les yeux innocents de l’adolescente se posent sur les deux fentes du masque, pour tenter d’y voir des iris. La nuit, trop sombre, trop présente, et l’homme dos à la Lune, ne lui permettent pas de distinguer quoi que ce soit. Elle penche la tête, soudainement prise à un raisonnement qui lui paraît … complètement logique.

« Si je ne peux pas voir vos yeux … Comment faîtes-vous pour me voir ? Ce n’est pas gênant ? »

Mue par toute sa candeur et une forme de peur mêlée, la brune ne comprend que quelques instants après que cette question n’a probablement aucun sens. Mais c’est trop tard, maintenant, elle ne peut plus reculer. Son courage gonfle sa poitrine, pour le moment. Il lui permet de ne pas partir en courant. Mais s’il commence à agir bizarrement, Chiaki prendra ses jambes à son cou et lui montrera que ce n’est pas parce qu’elle est petite qu’elle ne court pas vite, au contraire !

Chiaki, 13 ans:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 13:00
Dans la nuit aussi sombre soit-elle, l'assassin découvre avec stupeur la présence de cette jeune fille face à lui, alors que d'un geste simple de la main, demande à ses hommes de disparaissent dans l'ombre. S'ils doivent tuer un potentiel témoin de leur échappée de la citadelle, alors c'est à celui-qui-porte-le-masque-de-poupée de se charger de cette tâche. Une tradition ou plutôt, un rituel légendaire que les 刺客 Shikaku respectent entièrement. Et depuis toujours, celui-qui-porte-le-masque-de-poupée n'est autre que Urawokaku Ryūzaku, alias 幽霊 Yuurei dit l'Exécuteur. Toutefois, avant de tuer la moindre personne, l'homme doit s'assurer à cent pour cent que cette fillette est belle et bien une personne les ayant vu quitter les lieux suite à leur assassinat.

D'un brin joviale mais surtout des plus candides, la jeune fille entame la conversation en faisant part de son dégoût vis-à-vis de ce masque qui, il faut bien l'avouer, peut déranger bien des individus. Et c'est derrière le masque, que le samouraï se met à sourire en silence, laissant ce visage figé dans le bois répondre de sa réaction présente. Quant à sa naïveté, similaire à ses expressions des plus candides, lui fait poser une question à l'homme des plus ... surprenantes.

Laissant alors un court silence entre son interrogation et la future réponse, le 刺客 Shikaku prend alors la parole, sur un ton jovial et amical.


« Rassures-toi, je sais faire avec. Mais c'est vrai que dans le noir, il est difficile de s'orienter. » dit-il, apposant sa main sur l'objet de la discussion. « Voilà, comme ça je pense que c'est mieux et à coup sûr, je ne te ferais plus peur. Car si je pense que tu peux fortement le penser, je ne suis pas un fou se promenant seul la nuit à la recherche d'une prochaine victime tel un serial killer. »

Retirant dans un premier temps la longue capuche le recouvrant alors, Ryūzaku extrait le visage de poupée qui recouvre le sien, dévoilant son vrai visage à la jeune fille. Les cheveux noirs, le visage quelque peu marqué par le temps et la guerre, il n'est pas celui que tous ceux ayant déjà au à faire à l'Urawokaku connaissent. Car s'ils sont des assassins, il y a bien une consigne que tous les membres des 刺客 Shikaku respectent par dessus tout, l'anonymat par le henge.

« Excuse-moi encore pour ça, c'est que je subit de nombreuses moquerie vis-à-vis de mon visage. Comme tu peux le remarquer ... » marquant une courte pause, comme pour que la fillette soit compatissante envers ce faux personnage qu'il se créer, le samouraï reprend alors. « Enchanté en tout cas, je me prénomme Yuurei ! Et toi ? »

Un sourire angélique s'affiche sur le faciès de l'homme, masquant à la perfection les origines de sa démence.

@Sentetsu Chiaki
幽霊 Yuurei - Ou l'un de ses multiples visages:
 

_________________
Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) 1555756720-signryu
#465563
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Mar 30 Avr 2019 - 23:19

Visage de poupée dans la nuit.


L’habitude du masque. L’homme qui lui fait face n’est pas un novice, il porte souvent ce masque. Chiaki arque un sourcil. Qui peut bien avoir besoin de se cacher, dans le noir ? Qui peut bien agir de cette manière ? Pour quelles raisons ? Le masque disparaît et la demoiselle comprend, ou presque. Les reflets de l’astre sélénite se déposent sur la peau abîmée de l’homme qui lui fait face. Les stigmates d’un passé sûrement très lourd. Elle penche la tête et l’observe un instant, plus fascinée que terrifiée. Les prunelles émeraudes observent, détaillent. Sa méfiance aurait dû redoubler quand il a parlé d’être un serial killer, enfin, quand il a dit ne pas en être un, mais justement, ce détail aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Mais non. Trop intriguée par ce visage abîmé, Chiaki fait table-rase de ce qu’il a pu lui dire.

« Oh … »

Inconsciemment, les petits pas qui la faisaient reculer la font désormais avancer. Une approche, lente et timide, en direction de cet homme sur qui le temps a laissé sa marque. Yuurei. Un grand mystère pour l’adolescente, qui se laisse embarquer par toutes les questions qui fusent dans son esprit. Il est adulte, il a voyagé, il a vécu. Il a ces traces sur son visage qui racontent tellement d’histoires à la fois, sans pourtant en raconter aucune. Un mensonge, juste un vaste mensonge, dans lequel Chiaki plonge à plein pieds, sans même réfléchir. Sans savoir ce qui l’attend réellement. Mais cet homme … Cet homme …

« Chiaki. Je m’appelle Chiaki. »

Elle rougit en voyant que ses pas l’ont menée tout près de lui. Ses prunelles remontent et se mêlent aux iris incandescents. Rouges ou bruns, la faible luminosité ne lui permet pas de le dire. Mais il y a quelque chose de particulier chez cet étrange personnage. Quelque chose qui attire inexorablement la Sentetsu, incapable de s’arracher à son emprise. Sa main monte, pour aller chercher son visage. Elle s’arrête dans sa lancée. Les rougeurs sur ses joues se montrent plus clairement.

« Je … »

Chiaki recule, tente tant bien que mal de se contrôler. Il y a tant à découvrir sur Yuurei, l’homme rencontré au beau milieu de la nuit, dans un contexte presque idyllique.

« Comment vous êtes-vous fait ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Mer 1 Mai 2019 - 12:07
Est-ce la nuit ou bien simplement la situation qui rend cette scène, en somme banale présentant une simple rencontre entre deux personnes à l'ores de la l'aube, tout à fait étrange ? Car si l'homme reste persuadé qu'elle représente un minimum de danger pour lui et son groupuscule en prenant l'apparence d'un autre, il constate que la jeune fille reste frêle et timide. Une jeune fille, assez curieuse et intriguée par ce visage aux multiples balafres que lui offre celui-qui-portait-le-masque-de-poupée.

« Ne t'en fais pas, je n'ai pas mal. Cela date depuis bien longtemps désormais. » dit-il un léger sourire aux lèvres pour rassurer l'enfant se montrant lente et timide.

Ce visage, n'étant pas le sien, appartenait à un homme qui était devenu la cible du samouraï après une journée de traque destinée à une autre cible que celle-ci. Cette dernière était au départ un femme, exportant de jeunes enfants des îles indépendantes du Nord, à destination des plaines arides du désert de Kaze no Kuni. Pourtant, en chemin, cet homme - 幽霊 Yuurei - était un assassin solitaire pour qui l'honneur ne comptait pas. Il tua alors cette femme, repérée alors au pays du fer, au même moment où les 刺客 Shikaku étaient sur le point de mettre la main dessus. Une grave erreur, de la part d'un homme qui s'en le savoir, était déjà mort.

La suite ? On peut déjà la deviner en voyant aujourd'hui, l'Urawokaku porter le visage de cet assassin qui, aujourd'hui, est comme dirait l'autre, plus en service. Ce qu'il faut s'avouer, c'est que de toutes les personnes qu'il a pu tuer à ce jour, Ryūzaku s'empare de leur identité de comme un trophée qu'il souhaite garder au plus proche de lui. Ces personnes, ces visages ... lui permettent alors de devenir un のっぺらぼう Nopperabou - un spectre sans visage -. Car sans identité propre, le guerrier peut se fondre dans la masse, noyer d'illusion le monde qu'il peut alors faire sombrer comme bon lui semble, avant de disparaitre au gré du vent, laissant derrière lui le chaos et l'anxiété.

Néanmoins, aujourd'hui, l'assassin ayant prit l'apparence de cette personne ne tuera pas une personne de plus. Et ce, en voyant la naïveté comme l'innocence présentent dans les yeux de celle répond au doux nom de Chiaki. Sa peur la guide la main tendu vers le visage de celui-qui-portait-le-masque-de-poupée, intriguée par ce qui recouvre ce faciès, balafré par le temps.

Sa curiosité tout comme son émotivité bien présente, lui forcent à toucher du bout des doigts ces cicatrices, tout en oubliant les détails de ces dernières, énoncés par le scarifié.


« Ces cicatrices m'ont été faîtes dans le temps, à la suite de nombreux combat que j'ai malgré tout remporté. A bien des sacrifices comme tu peux le remarquer ... » lance-t'il, prenant un regard attristé alors que le 刺客 Shikaku fait semblant de se remémorer un passé qu'il n'a jamais vécu.Et après un courte pause, il reprend alors. « Toutefois, aujourd'hui, j'en ai fini avec ces combats, ces batailles, ces guerres. Je ne veux plus faire partie de ces dernières détruisants la vie de nombreuses familles. Alors si tu es inquiète, ne le sois pas, je ne te ferais rien. »

S'inventer une vie, se montrer compréhensif, pacifiste ou même compatissant; Urawokaku Ryūzaku est très certainement l'un des meilleurs dans ce domaine alors qu'en général, il est tout l'inverse. Cela est la force d'un 刺客 Shikaku, cela est la force d'un のっぺらぼう Nopperabou.

Mais il se retourne alors vers celle qui se prénomme Chiaki pour lui poser à son tour une question dont il souhaite une réponse claire et précise. Une réponse, qu'il scrutera par le biais d'une technique de détection afin de voir si elle dit la vérité ou non. Car même s'il est peu probable, l'homme n'est pas à l'abri qu'elle soit une jeune recrue dans les rangs de l'ennemi.


« Dis moi Chiaki, tu es toute seule ici ? Il n'y a personne qui t'accompagne ? Tu sais que ça peut être dangereux de se promener seule, surtout la nuit ... »


@Sentetsu Chiaki
幽霊 Yuurei - Ou l'un de ses multiples visages:
 

_________________
Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) 1555756720-signryu
#465563
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Mer 8 Mai 2019 - 23:04

Visage de poupée dans la nuit.


Il n’a pas mal. Les cicatrices sur son visage ne lui font plus rien, elles sont là, mais il n’y a rien de plus derrière. Chiaki est plus ou moins rassurée, toujours impressionnée par cette surprenante figure qui lui fait face. Il sourit. Lorsqu’il sourit, le stigmate se tord et se modifie légèrement. La demoiselle l’observe, terriblement intriguée. Quelle est cette figure ? D’où viennent ces marques qui pourrissent son faciès ? Il ne peut être soigné, la petite brune ne le sait que trop bien. Elle aimerait les toucher, voir comment elles sont faites, les comprendre, mais sa main ne parvient pas à parcourir la distance restante.

Il reprend la parole, lui explique que ces cicatrices sont vieilles, qu’elles datent d’un passé tumultueux, durant lequel il a livré de multiples batailles. Chiaki écoute, attentive. La guerre, le conflit, toutes ces choses si complexes qui attendent chaque ninja qui s’élève dans ce monde … Qui atteint les civils, aussi. Personne ne peut jamais y échapper. La brune baisse les prunelles, regarde le sol. Il dit y avoir échappé, mais peut-on vraiment s’en sortir, finalement ? Quitter cet univers de violence, pour reprendre une vie normale, est-ce possible ? Ceci dit, il ne lui fera rien. Elle est, techniquement, entre de bonnes mains. Son cœur s’apaise, reprend un rythme normal. Il est inoffensif, alors ? Blessé par le passé, en pleine repentance ? La demoiselle ne se doute pas une seule seconde de la vaste mascarade dont elle est victime. Un sourire étire ses lèvres. L’innocence-même, au contact du mensonge, qui se laisse doucement attraper, toute entière … Mais il est si intrigant.

La dernière question la prend un peu au dépourvu. Yuurei a raison : que fait une si jeune demoiselle, dehors, au beau milieu de la nuit ? Chiaki a un mouvement de recul. Faut-il se justifier comme à ses parents ? Faut-il lui dire la vérité ? Il a dit qu’il ne lui ferait pas de mal … Peut-être ne lui en fera-t-il vraiment pas ? La brune déglutit et maintient ses émeraudes rivées sur le sol, confuse, coupable.

« Oui, je suis toute seule. Je suis sortie parce que je n’arrivais pas à dormir. Il fait trop chaud. »

L’innocence, douce innocence … Au contact des griffes d’un loup solitaire, dangereux, qui pourrait bien la manger et ne laisser que ses os. Elle soupire et relève les yeux.

« Vous n’allez pas me gronder, si ? »

Dans les iris verts, pas une once de mensonge, pas une seule marque de malhonnêteté. Chiaki progresse sur la même voie candide, dans la même direction, sans jamais lâcher prise. Ses prunelles se relèvent et se déposent sur la marque, puis dans les yeux de Yuurei. Il est cet être étrange, auréolé de mystère. Une rencontre qu’on ne fait qu’une fois dans une vie, qui marque durablement. Il y a tant de choses qu’elle aimerait savoir à son sujet, tant de petites informations qui lui échappent et qu’elle adorerait découvrir. Comprendre l’inconnu, pour en faire plus qu’un inconnu. Un adulte, qui éveille chacun de ses neurones, au même degré que la médecine.

« Mais … Et vous … Pourquoi êtes-vous ici aussi tard ? Vous n’avez pas l’air perdu. »

Dans un autre contexte, cette question aurait été pernicieuse. Pourtant, ici, s’il regarde au fond des yeux de l’adolescente, l’homme se rendra compte une nouvelle fois de sa candeur. Dénuée de toute mauvaise intention, la petite brune cherche seulement à comprendre, à apprivoiser cette nouvelle tête qui s’installe dans son univers … pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Jeu 9 Mai 2019 - 14:35
Une simple insomnie. C'est donc la cause de sa sortie nocturne, dans les rues de ce village. Une vérité que l'Urawokaku confirme grâce à ses dons sensoriels, vérifiant la pleine sincérité des mots de Chiaki en scrutant l'afflux sanguin de cette dernière. La chaleur est en effet étouffante et en y repensant, l'assassin se conforte dans l'idée d'avoir enlevé son masque pour dévoilé son faciès altéré de mensonge. Cependant, cette cape noire qui le recouvre reste le dernier élément qui lui donne quelques dernières suées. Mais il ne l'enlèvera pas, pour éviter de trop en dévoiler en cette nuit d'été. Car si son visage n'est pas le sien, les effets qu'il porte sous sa longue tunique sont bel et bien les siens, ceux d'un homme engagé pour ôter la vie. Alors il en est hors de question, cette fillette ne connaitra pas la vérité sur le Hijin. Une situation dramatique, qui pousserait celui-au-masque-de-poupée à tuer celle qui n'est pas sur sa liste.

Les yeux de la jeune fille restent luisants, témoin d'un certain stress face à l'homme tout comme un comportement des plus candides, synonyme de son bas âge.


« Ne t'en fais pas, je ne permettrais pas, on ne se connait même pas. C'est à tes parents de tenir ce rôle et à personne d'autre. »

Et comme tout enfant, posant d'innombrables questions, c'est tout naturellement qu'elle demande à "幽霊 Yuurei" pourquoi lui aussi, est présente au beau milieu du village alors que le croissant de la lune se dévoile un peu plus. Doit-il lui dire qu'il est l'homme ayant assassiné un notable de son village, qui peut en plus être l'un de ses proches ? Non, absolument pas. Mais il doit trouver quelque chose.

« Oh ... moi ? Je me promène. Je sais, ça peut paraitre étrange, mais je ne suis pas très sociable à vrai dire. Je préfère vivre la nuit, à l'abri du monde et des gens. »

Un mensonge pouvant passer comme une lettre à la poste dont l'homme sait pertinemment qu'il ne doit pas avancer trop en détail. Mais alors que tout se passe pour le mieux, la cloche d'alerte retentit après un cri de détresse. La femme de l'homme désormais décédé s'est à priori réveillée, alertant les premiers gardes.

La couverture de l'homme est menacée.


@Sentetsu Chiaki

_________________
Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) 1555756720-signryu
#465563
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki) Empty
Mar 14 Mai 2019 - 18:30

Visage de poupée dans la nuit.


Il ne la grondera pas. Ce n’est pas son père, après tout. Ni sa mère, d’ailleurs ; bien que cette situation soit tout de même bien plus cocasse que toutes les autres. Elle hoche la tête et sourit. Il ne va pas lui crier dessus parce qu’elle erre, seule, dans la nuit étoilée. C’est déjà une bonne chose. Peut-être peuvent-ils échanger davantage, alors ? Yuurei, l’homme marqué de la nuit. Celui qui surgit de nulle part en lui racontant des histoires … Sans les lui raconter. Il ne lui a rien dit, au final. Seulement des histoires ébauchées, qui n’ont pas donné d’informations à la jeune Chiaki. Il est Yuurei, juste Yuurei. L’homme auréolé de mystère que la petite fille a remarqué pendant son excursion.

Tout aurait pu rester ici, la papote aurait pu continuer longtemps, mais non. La réalité rattrape les deux êtres. Le son de la cloche. Puis, rapidement, la cohue. Quelque chose se passe. Quelque chose qui échappe à Chiaki. Instinctivement, sa main se saisit de celle de Yuurei.

« Il ne faut pas rester là ! »

Son cœur bat la chamade. La brune ne prend pas le temps de réfléchir correctement. Son partenaire est peut-être un véritable danger, il risque peut-être de la plonger droit dans les abysses, mais peu importe. Elle ne peut pas le laisser se faire embarquer, ni être repérée elle-même. Maladroite, mais pleine d’une bonne volonté sans limite, Chiaki serre sur la main qu’elle tient avec la sienne et se met à courir. Elle sort de la route, puis s’enfonce dans les bois. Il faut rester là, le temps qu’ils comprennent ce qui se passe. L’adolescente inspire, expire.

« S’ils nous trouvent, nous allons avoir de sérieux problèmes. »

Son innocence ne lui indique pas que l’homme à ses côtés subirait probablement bien plus qu’elle, s’ils se faisaient attraper. Au fond, son âme lui hurle de ne pas le lâcher, de ne pas le perdre. S’ils se séparent, Chiaki court un risque probablement plus grand encore que s’ils restent ensemble. Son rythme cardiaque lui donne l’impression qu’elle va tomber dans les pommes. Elle ne sait pas pourquoi cette cloche a retenti, néanmoins, comme ils étaient dehors tous les deux au moment de son utilisation, nul doute qu’ils sont considérés suspects, quoi qu’il se soit passé.

« Nous ne pouvons pas rester sur la route et nous devons esquiver les gardes. Nous étions dehors au moment où cette femme a crié. Ils ne réfléchiront pas et nous jugeront tous les deux. »

Les doigts de l’adolescente se mêlent à ceux de l’homme, qu’elle serre doucement. Son cœur lui donne l’impression de battre dans ses doigts, dans ses poignets. Il tambourine à toute allure, sans discontinuer. Chiaki regarde les arbres qui les surplombent.

« Pouvez-vous me porter là-haut ? Je n’aurai pas le temps de m’y hisser … »

Elle soupire. Les prunelles émeraudes se nichent au creux des topazes, brillantes d’espoir et de terreur. Un pacte avec le diable, avec le plus mauvais des maux. Mais, pour la petite Sentetsu, cette issue est la meilleure de toutes. Alors elle prend la main du démon et l’emmène avec elle, pour le meilleur … et surtout pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5326-kumo-equipe-11-seikaku http://www.ascentofshinobi.com/t5633-chiaki-dossier-de-la-chirurgienne http://www.ascentofshinobi.com/u883

Visage de Poupée dans la nuit (ft Chiaki)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: