Soutenez le forum !
1234
Partagez

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin]


C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Mar 23 Avr 2019 - 21:47
Dans sa quête vers la compréhension de ce phénomène qui s’était emparé de son corps, de ses gènes et de son identité, le guerrier à la toison rouge avait pu glaner une précieuse piste grâce à Abuto Mugirawa, l’un de ses nombreux partenaires d’entraînement. Yanosa avait déjà épluché beaucoup de documentation à la recherche d’informations qui pourraient l’aider à appréhender ce nouveau pouvoir qui s’était éveillé en lui, mais il n’avait pu déniché en volume que très peu de données utiles. Heureusement, cette dernière piste promettait d’être aussi la plus fructueuse, puisqu’elle prenait la forme d’un jeune homme qui, vraisemblablement, possédait un dérivé du même gène qui avait pris son envol dans ses propres veines. L’assimilation élémentaire, la bien nommée, cette faculté particulièrement impressionnante à devenir corps et âme l’un des six éléments originels… Yanosa était toujours sidéré que ce pouvoir lui soit devenu accessible, et n’étant pas encore reparti en mission depuis sa révélation, n’avait pas eu l’opportunité de le remettre à profit, mais c’était encore pour le mieux.

Car aussi extasié qu’il était d’envisager tout ce que cette faculté allait lui permettre, il demeurait très anxieux quant à sa maîtrise : Yanosa avait en effet développé une facette perfectionniste assez affirmée dans sa quête de performance au corps-à-corps, une facette qui prenait la forme d’une certaine fébrilité dans l’appréhension de ses nouveaux pouvoirs, qu’il avait pour l’heure même du mal à manifester tout court. Aussi, l’Oterashi fut extrêmement soulagé lorsqu’il put enfin organiser une rencontre au forceps entre lui et le fameux Tenzin à force de messages interposés à l’Académie. Le Chûnin, de plusieurs années son cadet, avait en effet bien des responsabilités et se trouver une place dans son emploi du temps taillé au millimètre n’avait pas été chose aisée, ce qui poussa Yanosa à se rendre très en avance au lieu de rendez-vous fixé sur l’un des Hauts Plateaux pour être sûr de ne pas perdre une seconde de son entretien avec lui.

Le dos tourné au village, le guerrier aux cheveux rouges observa alors pendant un petit moment l’horizon montagneux, tentant de se projeter dans l’avenir et dans ses ambitions, lesquelles risquaient de se voir substantiellement altérées par ses nouvelles capacités. Lui qui avait jusque là toujours été privé, amputé même de ces capacités, toute ses perspectives se retrouvaient changées, notamment en ce qui concernait son approche du combat jusque là contenue dans un carcan étriqué, un carcan qu’il avait étiré autant qu’il le pouvait ces dernières années en sentant toujours un peu plus ses parois se resserrer autours de lui. Mais aujourd’hui, le pugiliste faisait le premier pas d’une série qui l’amènerait à pulvériser ces limites et à les laisser derrière lui comme de vieux souvenirs obsolètes. Et alors qu’il se perdait ainsi dans ses idées et espoirs, le guerrier à la toison écarlate sentit une brise puissante lui arriver sur son dos dénudé, ce qui le tira de ses rêveries pour le replacer dans son présent. Yanosa se retourna alors vivement, posant ses yeux sur Tenzin et à l’aide providentielle qu’il venait lui apporter.

« Tenzin senpai, dit-il en saluant d’un poing croisé sur le poitrail. Merci de vous être libéré. Je pense qu’un simple visuel en dira plus long que des mots. »

Disant cela, l’Oterashi tendit son bras gauche, paume ouverte, et le fixa pendant un petit instant. Et alors que sa concentration commençait à se faire douloureuse sur son visage, son bras se mit à brunir pour progressivement se changer en pierre un peu granuleuse.

« Ça a commencé la semaine dernière. Je n’ai jamais expérimenté ça avant, et j’ai cru comprendre… que vous pouviez m’aider. »



@Konran Tenzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Jeu 25 Avr 2019 - 19:21
Les jours passaient lentement et je voyais mon travail à l'Académie prendre forme petit à petit. Avec les cours qui se mettaient en place, j'avais de plus en plus d'élèves et ma charge de travail en tant qu'instructeur ne faisait qu'augmenter. Cependant cela n'était pas pour me déplaire à vrai dire. Je restais un shinobi de moyenne classe, et enseigner faisait parti de mon métier. J'avais bien évidemment mes missions à côté, et mes entraînements, mais apprendre aux jeunes pousses du village de la Roche prenait une place maintenant conséquente dans mon emploi du temps. La plus part de mes cours collectifs étaient théoriques, on ne faisait que peu de pratique. Ceux qui désiraient pratiquer plus profondément l'art du vent, je leur enseignais soit à l'Académie soit à mon dojo sur les Hauts-Plateaux. Les aider à devenir des grands manieur de l'élément fūton était ma responsabilité, et je m'y adonnais avec joie. La seule chose qui les séparerait plus tard, eux et moi, c'était notre génétique...

Depuis quelques jours, je recevais des messages à l'Académie d'un élève qui désirait me rencontrer. Je crus dans un premier abord que la raison pour laquelle il désirait me voir était en rapport avec mon élément et mon statut de professeur. Mais sa demande n'était point explicite, contrairement aux autres, et cela me mit quelques doutes. La preuve étant que la dernière personne qui m'avait demandé de lui enseigner était tout sauf un utilisateur de l'affinité élémentaire du vent. Mugirawa Abuto, qui s'était avéré avoir un corps tout aussi spéciale que le mien. Cependant, à la différence de ma prédisposition génétique qui me permettait de ne faire qu'un avec le vent, son corps à lui était majoritairement composé de fils noirs. Pourquoi je pensais à lui à l'instant présent ? Je n'en avais aucune idée. Toujours est-il que je finis par trouver une plage horaire qui me conviendrait, après un de mes cours avec un élève, à mon dojo.

Lorsque l'heure du rendez-vous approcha, je sentis une présence s'approcher dans le dojo, le vent me murmurant à l'oreille que le nouvel élève était arrivé. Cependant, il était arrivé avec pas mal d'avance, et bien que je ne pouvais l'accueillir de suite car j'étais toujours en train d'apprendre à un de mes élèves le Kama Itachi, un petit sourire étira mes lèvres face à son engouement. Je le repérai du coin de l'oeil, c'était un jeune homme à la chevelure couleur d'argile et qui semblait grand et bien bâtit au loin. Une fois que j'eus fini avec mon élève, je saluai ce dernier et le laissai partir avant de m'approcher de mon nouvel élève. Ou celui que je pensais être mon nouvel élève. Il me salua, et je le saluai en retour en m'inclinant, et sans perdre une seule seconde, il m'expliqua ce qu'il en était. Et rapidement, j'écarquillai des yeux en me rendant compte à quel point je m'étais trompé. Ce n'était pas pour un apprentissage du vent, non. Lorsque je vis son membre se transformer en une main faite seulement de terre, je compris que celui qui était en face de moi était un assimilateur.

Très rapidement, une grande excitation et une grande joie se firent ressentir en moi. Je n'avais rencontré que peu d'assimilateurs jusqu'à présent, et j'étais extrêmement heureux de faire sa connaissance. Et pourtant rapidement mon sourire qui s'était fait grand et expressif, se fit plus doux et mesurée. Une certaine nostalgie vint voiler mes yeux et une pointe de tristesse piqua mon coeur. Il était un assimilateur doton, et la seule autre personne que je connaissais avec cette particularité était ma mère. Ma mère qui me manquait tant...En soupirant légèrement, je mis ce sentiment de côté pour pouvoir me concentrer sur mon interlocuteur. Et reprenant mon sourire doux et calme, je pris à mon tour la parole. Non sans remarquer les cicatrices qui ornaient son corps.

-Tu es un assimilateur doton, comme tu l'auras certainement deviné. C'est une capacité qui n'est pas si commune parmi le monde shinobi, et j'espère en effet pouvoir t'aider. Je suis moi-même un assimilateur, mais d'un autre élément, finis-je par dire.

Pour lui en faire une démonstration, je transformai non pas ma main ou mon bras en vent, mais tout mon corps. Revêtant ainsi ma forme éthérée, j'arborai une teinte blanchâtre, et bien que ma forme était humanoïde, il était évident que je n'étais plus composé de chair et de sang. Je restai ainsi quelques secondes avant de reprendre consistance.

-Tu sembles plus âgé que moi, et pourtant c'est assez rare que nos gênes se révèlent aussi tard. En témoigne les nombreuses cicatrices que tu sembles avoir. Es-tu venue pour en apprendre plus sur tes capacités ? Ou sur l'assimilation en général ? Je ferais de mon mieux pour répondre à toutes tes questions, finis-je avec un sourire.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Ven 26 Avr 2019 - 12:53
Dans ce dojo dans lequel il avait fini par pénétrer régnaient une sérénité et une plénitude auxquelles l’Oterashi n’était pas habitué. C’était un peu comme si sa hargne et ses frustrations les plus enfouies se retrouvaient happées, digérées et dissoutes, comme si une part de lui-même n’existait plus vraiment. Malgré tout, Yanosa restait conscient de l’extérieur et du fait que, sitôt qu’il sortirait de cet endroit, il retrouverait ces sentiments et émotions tels quels. Mais, songea-t-il en observant plus en détail le dénommé Tenzin, le guerrier rouge sut que les simples murs qui formaient le dojo n’étaient pas la seule cause de cette quiétude. Le jeune homme était en effet une incarnation personnifiée de la pureté, ses traits trahissant un calme intérieur et une assurance qu’aurait pu lui envier l’Oterashi si il n’avait pas eu un tempérament aussi impétueux, impulsif et bagarreur. Des traits de caractère qu’il tendait à lisser autant que possible mais qui faisaient partie de lui malgré tout.

Ses yeux figés dans ceux de Tenzin, Yanosa étudia sa réaction à la vue de son bras changé changé en roche : il y lut un enthousiasme certain mais contenu, comme si son sourire avait pu s’étirer à tout moment pour fendre tout son visage en deux. Une connexion s’était apparemment établie d’office entre les deux hommes, et le Konran sembla éprouver le besoin impérieux de pousser plus loin cette communion après sa réponse initiale. Sous les yeux du guerrier aux cheveux écarlates, le corps de Tenzin se fit peu à peu translucide et mouvant, ses raits se mêlant à l’air ambiant en un tumulte contrôlé qui propageait un air doux sur son torse nu. Instinctivement, l’Oterashi marqua un pas de recul, lui qui devait ses douloureuses cicatrices à un puissant jutsu Fuuton, comme par peur que tout à coup cette masse de vent ne se projette sur lui pour le lacérer de toutes parts. Mais bien sûr rien de cela ne se produisit et Tenzin, après quelques instants, se reforma en chair et en os aussi vite qu’il ne s’était transformé.

« Impressionnant… vous étiez le vent, littéralement. La sensation de liberté doit être... »

Il ne termina même pas sa phrase, pensant à haute voix et enfonçant des portes ouvertes. Mais ce qu’il n’arriva pas à envisager sur le coup fut le fait que lui aussi, si il s’en donnait les moyens, pourrait goûter à des sensations très similaires. Écoutant les propos de Tenzin, son bras retournait lentement à son état d’origine.

« Sur la rareté de ce pouvoir, je veux bien vous croire… j’ai beau être plutôt studieux, je n’avais jamais entendu parler de ce genre de capacité il y a encore une semaine. »

En entendant la mention de son âge, et même si il savait que le jeune Chûnin n’avait pas pensé à mal, Yanosa sentit une vague de honte lui monter aux tempes, mais la balaya mentalement pour se recentrer sur l’essentiel.

« Hm, ça… je suis… un shinobi sur le tard, c’est vrai. Je n’ai jamais vraiment pris le temps d’améliorer mon Ninjutsu. Je suis un praticien de Taijutsu avant tout et c’est la discipline qui a toujours concentré tous mes efforts. Avec cette découverte, cependant… ça risque de bien changer. J’ignore pourquoi et comment ce pouvoir s’est réveillé aussi tard chez moi, surtout vue la proximité que j’ai entretenu avec le danger et la mort, mais je ne peux pas me permettre de passer à côté, pas après avoir ressenti tant de fois ces limites imposées par mon corps et avoir envié tous ces shinobis gâtés par la nature. J’ai besoin de m’approprier ce pouvoir, d’apprendre à le maîtriser… Je n’ose pas.. imaginer tout ce qu’il me sera possible de faire si j’y parviens. »

Yanosa se détourna quelques instants de Tenzin pour porter son regard tout autours de lui sur le dojo, faisant quelques pas en diagonal tout en serrant le poing. Il se retourna alors vivement pour regarder à nouveau en direction de l’éolien.

« D’abord, je dois savoir : y a-t-il des risques ? Un prix à payer, pour se transformer totalement ? J’ai du mal à croire qu’il n’y ait aucune contrepartie… Quant au contrôle, j’ai bien compris que nos corps devenaient littéralement notre élément, mais cela nous permet-il d’influer ou de mettre à profit cet élément si il se trouve autours de nous ? Créer des barrières, faire émerger des masses de roche de la terre… et... »

Yanosa repensa à l’absence totale de douleur qu’il avait expérimenté à Boka lorqu’il avait évolué dans le sol. Qu’il était devenu le sol. Depuis son éveil de son coma, il n’avait jamais pu expérimenter une telle tranquillité nerveuse qu’à ce moment là.

« Quand nous nous transformons… est-ce que, d’une façon ou d’une autre… nous devenons capables de nous soigner ? »

L’Oterashi avait mille autres questions, mais qui les feraient entrer dans l’apprentissage proprement dit de techniques en tous genre. Et pour ce faire…

« Tenzin senpai, toutes les réponses à ces question vont m’aider, mais… c’est avant tout d’un sensei dont j’ai besoin… M’enseignerez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Dim 28 Avr 2019 - 0:35
Après que mon interlocuteur ait patiemment attendu de me rencontrer, je me devais de lui faire une démonstration de nos particularités et de répondre au mieux à ses questions. L'homme aux nombreuses cicatrices semblaient tout à fait curieux de savoir ce qu'était ce phénomène, et j'étais enclin à partager mes connaissances. Cependant, je n'étais moi-même pas forcément au courant de tout ce qui nous conservait. A vrai dire, beaucoup de mes connaissances se basaient sur mon expérience personnelle et les livres que j'avais lu, agrémentées des quelques discussions avec mes parents. Mais lorsque je pris ma forme éthérée, je ne pus manquer le mouvement de recul du shinobi aux cheveux écarlates. J'observai sur ses traits une peur qui me surpris, me demandant ce qui pouvait avoir susciter la méfiance qui marquait ses pupilles. Je repris donc forme humaine, désireux de ne pas perturber plus longtemps mon interlocuteur, cependant je fronçai légèrement les sourcils face à cette réaction que je ne comprenais pas. Mais je ne relevai pas immédiatement. Au lieu de cela, je considérai mon interlocuteur, avec un sourire.

-Grisante, oui en effet. Cette sensation de liberté est plus que grisante.

Suite à cela, Yanosa me fit part de sa condition dont la gêne était évidente, et je m'en voulus d'avoir été si maladroit dans mes propos. Mais la suite de son discours était tout à fait intéressante, et j'écoutai attentivement le guerrier de la Roche. Il se détourna de moi, semblant à la fois content et perturbé de ce que ses pouvoirs pouvaient impliquer. C'était quelque chose d'inconnu pour lui, et l'inconnu avait toujours tendance à apporter la méfiance. Il ne savait pas réellement que penser de ses nouvelles capacités apparues il y avait de cela une semaine. Mais il semblait plein d'entrain à apprendre à maîtriser son assimilation nouvellement apparue. Il cherchait seulement à en savoir les capacités et les limites. Car après tout, ces capacités si particulières ne pouvaient venir sans contre-partie. Et c'étaient d'abord ces dernières qui intéressaient le genin de la Roche. Et sa dernière phrase me coupa un peu le souffle. Moi, enseigner à un assimilateur doton ? Quelle ironie, pour un assimilateur de vent qui avait été élevée par une assimilatrice de terre. Un nouveau sourire, faible mais enjoué, étira mes lèvres.

-C'est avec plaisir que je t'enseignerai tout ce que je pourrai sur l'assimilation, Yanosa. D'ailleurs, tu peux d'ores et déjà me tutoyer, finis-je avec un sourire dans les yeux.

Suite à cela, je soupirai et réfléchis à toutes les questions qu'il venait de me poser. Je me retournai et fis les cent pas, prenant mon temps pour réfléchir aux réponses que j'allais donner au guerrier d'argile. Je me retournai ensuite vers lui avec un calme maîtrisé et un sérieux pour seules expressions faciales.

-Tout d'abord, tu l'auras certainement remarqué mais garder cette forme élémentaire sans se laisser aller à la nature demande du chakra. Sous cette forme, il est très difficile pour nous d'être blessé. Aussi, la manipulation de notre élément affilié ne nécessite aucun mudras. Cependant, aussi fantastique que cette capacité à l'air, elle comporte en effet quelques inconvénients.

Je pris une petite respiration avant de poursuivre.

-Il nous est impossible d'avoir une autre affinité. Comme si nos gênes d'assimilateur rejetaient tout autre élément. Il nous est aussi impossible de maîtriser cette affinité à partir d'autre chose que notre corps. Si tu veux soulever des roches et des masses de terre, elles devront partir de toi, proche de toi. Autrement, cela prendra bien plus de temps...Et si ton corps se fait endommager sous ta forme élémentaire, il te faudra du chakra pour faire repousser ou régénérer cette partie, même si tu n'en subiras au final aucun dégât. Cependant, si tu te fais blesser sous ta forme humaine, ta forme élémentaire ne pourra rien faire pour t'aider. Et une dernière chose...

C'était la partie à laquelle il devrait certainement faire le plus attention à l'avenir.

-Je ne sais pas si tu connais les relations inter-affinitaire. Mais pour faire simple, ta forme élémentaire sera vulnérable à l'affinité qui lui est supérieur. Si tu te fais toucher par celle-ci sous ta forme élémentaire, tu la quitteras et prendra l'attaque de plein fouet. En contre-partie, tu peux ne faire qu'un avec ton élément, le générer à partir de n'importe quelle partie de ton corps sans la moindre difficulté. Fusionner avec la terre sous tes pieds...Et bien d'autres choses !

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Dim 28 Avr 2019 - 23:54
Lorsque Tenzin confirma presque d’emblée qu’il pourrait se charger d’être le mentor de l’Oterashi, ce dernier soupira intérieurement de soulagement, ne manifestant son sentiment que par un relâchement des épaules presque imperceptible. En un sens, peut-être aurait-il du se sentir particulièrement rabaissé par ce tutorat qui s’annonçait, son interlocuteur et camarade étant visiblement un peu plus jeune que lui, mais cela importait à vrai dire très peu au pugiliste. Il savait ravaler son orgueil lorsque cela était nécessaire et, de surcroît, relativisait grandement la situation : comme il lui avait expliqué quelques instants auparavant, Yanosa n’était en effet devenu shinobi que très tard et n’avait jamais pu auparavant se frotter aux arts ninja à proprement parler. Il ignorait de quel genre d’ancienneté pouvait se targuer Tenzin, mais elle devait être significativement plus importante que la sienne, et c’était d’ailleurs la raison pour laquelle il était en mesure, en ce jour, de l’aider à ce point à emprunter la voie qui s’ouvrait devant lui. Et à ce qu’il paraissait, l’idée de l’entraîner plaisait significativement à Tenzin, ce qui était toujours un plus. Yanosa aurait en effet détesté devoir forcer les choses, insister, voire même râler de façon violente comme il savait le faire pour obtenir ce qu’il voulait.

« Merci beaucoup, Tenzin. Ton aide me sera vraiment très précieuse. »

Commença alors un véritable petit exposé de la part de l’assimilateur de vent, qui rassembla ses idées en faisant les cent pas à travers son dojo, réflexif. L’Oterashi imaginait ce qui devait se passer dans sa tête, lui pour qui ce pouvoir était certainement devenu une seconde nature, et qui devait organiser ses pensées pour présenter les choses de façon intelligible tout en étant exhaustif. Il connaissait ce genre de sentiment, lorsqu’il voulait inculquer à un autre Genin des mouvements de Taijutsu un peu plus pointus qui demandaient des approches particulières. Mais en cet instant, c’était lui l’élève, et c’était à lui d’écouter. Il nota donc mentalement tous les éléments importants que lui distillait Tenzin, à commencer par ceux qui étaient l’ordre de la restriction : ne pas se perdre dans son élément requerrait un maintient coûteux en chakra, il ne pourrait jamais développer de techniques dépendant d’une autre affinité, les éventuelles techniques qu’il pourrait lancer devraient partir de son corps et seraient donc moins réactives si elles devaient rejoindre un point éloigné et, enfin, sa chimère devenait le Raiton, son élément opposé, qui était capable de lui faire quitter sa forme transformée en lui infligeant des dommages très importants. Une faiblesse qui pouvait expliquer son échec cuisant contre la Fanatique aux Crocs Rocheux…

Au rang des avantages, il pouvait aisément retenir que sous sa forme transformée, il ne risquait virtuellement aucune blessure et, plus important encore, n’avait besoin de former aucun mudra. Pour lui qui n’était clairement pas versé dans l’art d’enchaîner rapidement les signes incantatoires, c’était une vraie aubaine. Et, comme lui avait déjà expliqué sommairement Abuto lors de leur dernière discussion sur ce même thème, il pouvait évidemment faire muter son corps à volonté, partiellement ou non, et de façons diamétralement différentes. De la roche, de la terre, de la boue,... ces consistances aux propriétés toutes intéressantes dans un cas ou un autre étaient autant de possibilités.

« Il me tarde, Tenzin, il me tarde. Tu ne peux imaginer à quel point. J’ai tant de fois été mis face à mes limites, et je m’étais fais à l’idée que je devrais toujours trouver des solutions alternatives… Mais, mon niveau de Ninjutsu est si faible… changer l’état de mon avant-bras était déjà un exploit, et je n’ai pas la moindre idée de comment je pourrais ne serait-ce qu’en changer la consistance.

Tenzin, je suis ravi que tu puisses devenir mon mentor, à ce titre, j’espère que tu pourras me consacrer assez de ton temps pour me former. Mais… penses-tu être en mesure… de m’enseigner au moins les bases ? Comment… comment puis-je contrôler ma transformation, au moins partiellement… ?
 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Mer 1 Mai 2019 - 20:02
Je sentis mes lèvres s'étirer lorsque le jeune genin de la Roche me remercia en me tutoyant, comme je le lui avais demandé. Après tout, nos âges n'étaient pas si éloignés l'un de l'autre et je n'étais pas homme à m'enorgueillir d'un titre ou d'un rang. Par ailleurs, il était venu me voir d'assimilateur à assimilateur, et cela, pour moi, dépassait toute notion de grade entre nous. Cela n'éludait toujours pas la réaction du jeune homme lorsque j'avais revêtu ma forme venteuse quelque seconde plus tôt. Mais je ne comptais toujours pas poser plus de questions à ce dernier, ne voulant pas paraître indiscret tandis que l'occasion ne se prêtait pas réellement à ce genre d'interrogations. A la place, j'étalai les quelques connaissances que je possédais sur l'assimilation à mon interlocuteur, tandis que Yanosa écoutait mes mots d'une religieuse attention. J'avais accepté d'aider l'assimilateur doton en face de moi qui venait de se découvrir, mais je ne savais pas exactement ce qu'il attendait de moi. Et ce qu'il attendait de lui-même.

Après ce court exposé, qui était assez exhaustif même s'il ne reprenait que les grandes lignes de l'assimilation, ce fut au tour de Yanosa de prendre la parole. Il semblait avoir absorbé les informations avec une grande attention, et commençait certainement à comprendre les possibilités qui s'offraient dorénavant à lui. De ce que je pus comprendre, il n'était alors qu'un utilisateur du Taijutsu, le Ninjutsu lui faisant alors cruellement défaut. Et son éveil tardif à cette singularité en était certainement la raison. Car contrairement au Ninjutsu-user, nos capacités différaient quelque peu des leurs. Pour certains éléments, la différence n'était peut-être pas flagrante, tel que le fūton -même si je percevais aisément mes limites et mes avantages. Mais pour d'autres, tel que le suiton et le doton notamment, la différence se faisait un peu mieux ressentir. J'acquiesçai face à la "simili-détresse" dont il me fit part, car il était évident que dans un monde où régnait le ninjutsu, les taijutsu-user étaient grandement désavantagés. Pour la simple raison que, face au ninjutsu, les défenses au taijutsu étaient limités. Bien que cet art primait en vitesse face aux jutsus. Et vint donc la demande d'en apprendre plus sur les bases. Apprendre déjà simplement à...comment se phaser. Du moins, se transformer. Phaser ne correspondant pas exactement à son assimilation. J'acquiesçai donc avec un sourire calme et avenant.

-Avec plaisir. Si tu n'as rien à faire actuellement, on peut commencer dès à présent ? Je n'ai plus d'élèves pour aujourd'hui.

Puis sans crier gare, sans même avoir à plier les genoux, je décollai du sol et fis un "bond" en arrière pour me placer sur un des poteaux qui se trouvait derrière moi d'une façon un peu surnaturelle. Mes pieds avaient simplement décollé du sol, et mon corps avait bougé telle une brise pour venir se placer en hauteur. Ma longue tresse quant à elle, contrairement à un simple saut, n'avait pas pris les devants de mon visage et était restée bien sagement derrière, s'agitant quelque peu sous le vent. Je n'avais pas réellement sauter, à vrai dire, c'était une de mes compétences en tant qu'assimilateur de vent qui me permettait de voler. C'était aussi une démonstration qui viendrait illustrer mes propos. Une fois sur ce poteau, je m'assis et me mis en position du lotus. Une position bien connue pour son utilisation dans la méditation...Et c'était exactement ce que nous allions faire.

-Pour ce faire, je vais t'inviter à méditer avec moi. Pour ma part, je préfère méditer en hauteur, où le vent est plus présent. De ton côté, je pense qu'à-même le sol serait un meilleur début, fis-je avec un sourire. Et je vais ensuite te demander de fermer les yeux et à te concentrer sur la terre au sol. De la ressentir. Avec tout ton corps. Et quand tu auras une approche, tu me diras tout ce que t'inspire le dōton et ses différents aspects.

Pour ce qui concernait le fūton, c'était un peu plus simple. Il n'y avait qu'un seul aspect : le vent. Cet élément qui symbolisait pour moi la liberté, la légèreté, mais aussi le tranchant et un calme dévastateur. En ce qui concernait le doton, c'était un brin plus compliqué. C'était d'ailleurs le seul des cinq affinité primaire à revêtir à lui seul plusieurs formes : la terre, la roche, et la boue. Pour passer de sa forme humaine à l'un de ces aspects, le genin allait devoir se représenter mentalement chacun de ces aspects. Et naviguer entre eux avec une aisance qui deviendrait naturelle au fil du temps.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Jeu 2 Mai 2019 - 0:04
« J’attendais que tu me le proposes. Allons-y... »

Yanosa accorda un regard habité par sa détermination à Tenzin. Ces derniers jours lui avaient semblé durer des années, à attendre de décrocher son entretien avec cet assimilateur de vent en étant tout à fait incapable de progresser par lui-même. Il avait toute ces capacités enfouies, prêtes à être exploitées, des idées à foison pour les sublimer et le faire devenir un shinobi hors du commun, mais ne pouvait pas les exploiter. Cette proposition du jeune Chûnin, il n’avait attendu que cela depuis qu’il avait entendu son nom prononcé de la bouche d’Abuto, et enfin elle se concrétisait sous ses yeux, le regard presque candide de Tenzin lui offrant son soutien et ses ressources afin de l’aider dans sa quête. Mais plutôt que des mots, ce fut une nouvelle démonstration de ses talents qu’il offrit dans un premier temps à l’Oterashi : sans effort, sans contracter le moindre muscle de ce que Yanosa put observer, il s’envola en arrière, comme porté par une brise capable de manipuler un corps humain à sa guise, ses cheveux et ses vêtements frémissant à peine du mouvement qui l’amena finalement en tailleur sur un pilier surélevé. Lorsque le pugiliste aux cheveux rouges décrypta la position alors adoptée par l’éolien, il comprit sur quel terrain cette première étape allait l’emmener.

Les propos de Tenzin, qui suivirent de près sa mise en place, confirmèrent ce qui pouvait à ce stade ressembler à des soupçons pour Yanosa : la méditation, si il en connaissait les principes élémentaires, n’avait jamais été très en phase avec lui. Ou plutôt, lui n’avait jamais vraiment été très en phase avec elle. Malgré tout, il était conscient des avantages que revêtait cette méthode, pour le début de son apprentissage du moins, et les indications de Tenzin étaient assez pertinentes pour que le guerrier rouge se sente les nerfs de se plier sagement à l’exercice. Aussi, il se mit lentement en tailleurs pour imiter son mentor, et tâcha dans un premier temps de faire le vide, ce qui, étant données les douleurs constantes qu’il devait gérer heureusement de plus en plus inconsciemment, n’était pas une mince affaire.

« Très bien… je vais essayer... »

Il ferma les yeux. Son seul autre domaine de compétence, hormis le Taijutsu, était la sensorialité, matière en laquelle il avait quelques billes de départs fort utiles mais qu’il n’avait encore pas fait fructifier. Il passa néanmoins par ce biais pour tenter de sentir plus profondément la terre sous lui, en décortiquer la composition, la densité, la nature. Il ne parvint pas à assimiler beaucoup de détails, mais capta tout de même une vue d’ensemble satisfaisante : tout ce qu’il lui restait à faire, en théorie, était donc de se synchroniser à cet élément, de s’en inspirer… et de le devenir. Une simplicité dans le concept qui n’avait d’égale que sa difficulté à mettre en pratique pour Yanosa, dont le chakra commença à s’étirer en tous sens tandis que ses paupières se fronçaient d’elles-même sous l’effort.

« Je sens… le tiraillement, c’est… presque douloureux… J’ai l’impression… de…. »

Passa un moment, pendant lequel l’Oterashi tâcha à la fois de comprendre ce qu’il ressentait et de garder sa concentration intacte pour ne pas bâcler l’exercice. Mais en son for intérieur, la tension était trop forte : soudainement, une craquelure de chair et de sang apparut sur son épaule droite, ce qui le fit tressaillir et fit échapper un râle douloureux de sa trachée. Une forme sombre semblait se terrer au cœur de la plaie, profonde et morbide… Mais alors que l’événement semblait destiné à rester isolé, l’entêtement du Genin téméraire à continuer de malaxer son chakra en multiplia l’occurrence, et ce fut bientôt une cascades de craquelures plus ou moins larges qui s’ouvrirent sur tout son corps, sans qu’il ne puisse les contrôler, comme perforé de l’intérieur par une matière sombre et dure. La souffrance fut rapidement insoutenable : Yanosa hurla, crispé à l’extrême, incapable de stopper ce qu’il avait initié, en proie à des déchirements intérieurs qui, en une fraction de seconde, s’évanouirent comme ils étaient venus.

Son corps tout entier se décomposa en une masse informe, dans une implosion au radius limité et contenu, qui éparpilla des morceaux de roc aux formes presque humaines mélangés à une boue dense aux reflets de cuivre. Et la conscience de l’Oterashi, si elle était toujours là, eut bien de la peine à se reconnaître dans cette facette de son existence. Sans pouvoir parler, il entendait, sentait et appréhendait grossièrement le monde qui l’entourait, et se sentait à la fois piégé dans une masse indéfinie et libéré de toute contrainte. Ses douleurs n’étaient plus. Mais cette plénitude étrange qui se proposait à lui était aussi accompagnée d’une terreur indicible, celle de ne même plus être humain… et de ne plus jamais pouvoir le redevenir. Quelques instants passèrent ainsi, la masse hétérogène se mouvant lentement en toutes directions, avant qu’une forme plus définie de main puisse se laisser deviner, les doigts tendus vers Tenzin. Le haut d’un crâne commença à se former sur le côté, un front se distinguant difficilement avant que finalement les trous des orbites de Yanosa ne soient à peu prêt visibles. Le processus était lent et anxiogène : le pugiliste s’accrochait à ce qu’il connaissait de lui, et tentait de rejoindre son lui d’avant. Sa bouche parut enfin.

« Tenzin… Aide-moi... »


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Jeu 2 Mai 2019 - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Jeu 2 Mai 2019 - 18:51
A l'expression faciale de mon homologue de la terre, je pus aisément deviner que la méditation ne faisait certainement pas parti de ses passe-temps favoris. Faisait-elle seulement parti de ses passe-temps tout court ? J'en doutais. Mais cela n'en était que mieux dans un certain sens. L'assimilation était pour moi l'une des meilleures raisons de méditer. Non seulement parce que cette capacité nécessitait un contrôle et une sérénité certaine, mais aussi parce qu'elle reposait énormément sur la visualisation. La projection. Et quoi de mieux que la méditation pour parvenir à ces différents degrés de contrôle. Cependant, malgré la légère réticence de l'assimilateur doton, il obtempéra immédiatement. Il s'assit donc au sol, et ferma les yeux tandis que je gardais les miens ouverts. J'espérais ainsi pouvoir le guider, et éventuellement voir les changements qui s'opéraient chez Yanosa. Même les yeux ouverts, je me pris au jeu de travailler sur ma respiration, inspirant lentement en gonflant mes poumons, puis laissant l'air s'échapper.

Quelques secondes après le début de la méditation, alors que je pensais que l'assimilateur s'en sortait plutôt bien, je sentis son chakra tenter de s'étirer. Inconsciemment, il tentait de forcer son corps à rejoindre cet état, ne sachant certainement pas par quel autre moyen s'y prendre. Avant que je n'ai pu dire un mot pour lui répondre, une première craquelure se fit entendre et je vis un sillon se creuser dans la chair de Yanosa. Une chair qui n'était plus vraiment humaine, une crevasse qui appartenait d'avantage au monde minéral. Je fronçai à mon tour les sourcils, entrouvis la bouche, et je manquai de dire un mot, cependant je laissai les choses se passer. Il ne pouvait se faire mal. Ou tout du moins, il ne pouvait pas en mourir en tout cas au vu des cris qu'il poussait maintenant. Ces cris de douleurs me procurèrent quelques frissons, mais je plissai les yeux et regardai calmement l'assimilateur imploser de l'intérieur.

-Laisse toi aller, dis-je en un murmure qu'il n'entendit probablement pas.

En un fracas maîtrisé, le jeune shinobi se répandit sur le sol en face de moi, plusieurs morceaux de ce qui semblait être un mélange étrange des différentes formes du doton. A cet instant précis, je soupirai et relâchai tout l'air que j'avais retenu sans m'en rendre compte pendant ce qui semblait être un supplice. Dans cet état, je savais que le guerrier à la chevelure écarlate ne ressentait plus aucune douleur. J'attendis donc patiemment que les premières sensations de l'Iwajin reviennent. Il parvenait même à commencer à se rassembler, et je voyais sur les morceaux de son visage une panique qui semblait incontrôlable. Il ne savait certainement plus où il était, ce qu'il était. Il était certainement perdu dans cette sensation étrange que l'on ressentait lorsqu'on était en harmonie avec son élément. Une bouche, et quelques mots de détresses plus tard, je pris à mon tour la parole d'une voix aussi douce et apaisante que possible.

-Ne le combat pas Yanosa-san. Tu es toujours là, tu es toujours toi. Ne te force pas, ne force rien du tout. Laisse toi aller aux sensations que tu éprouves. Tu ne risques rien sous cette forme. Absolument rien.

Je laissai quelques secondes s'écouler pour permettre au guerrier d'argile de reprendre un semblant de calme avant de poursuivre.

-Tu t'es entièrement transformé. Pas de la manière la plus douce, mais tu y es quand même. A présent, ressens. Chaque parcelle de toi éparpillée sur le sol. Sans avoir à forcer, sans avoir à t'étendre vers elle. Réapprends à connaître ton corps. Chaque partie de toi étant comme un muscle que tu bouges, comme au taijutsu.

Ma voix se faisait calme et régulière, se voulant guide et conseillère dans l'obscurité de l'inconnu.

-Je connais cette sensation, de plénitude et d'immensité. Comme si tu étais partout et nulle part. Comme si tu ne faisais qu'un avec ton élément. Et c'est exactement sur cette sensation que je veux que tu te concentres. Que tu retiennes. Que tu saches par la suite retrouver. Ecoute la Terre...

Puis j'attendis encore quelques secondes.

-Maintenant, ressens les différentes parties de toi, et comme si c'était un muscle de ton corps humain, ramènes les vers toi. Sans paniquer, sans forcer, laisse les revenir à toi. Tu as le contrôle, le parfait contrôle...

Son accès à ce mode avait été brutal, et violent alors qu'il avait tenté de le forcer. De tendre vers cela. Or, cela ressemblait plus à une rampe sur laquelle on glissait plutôt que quelque chose qu'on allait chercher. Il s'agissait d'avantage de se laisser aller, comme une relaxation des muscles, plutôt que de tenter de conquérir. S'abandonner, plutôt que de se battre. Après cette expérience, il serait certainement en mesure de comprendre bien mieux et de changer de forme d'une manière plus naturelle et bien moins douloureuse.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Ven 3 Mai 2019 - 0:16
Yanosa s’était laissé allé, oui, mais pas en lâchant prise comme l’aurait préconisé son mentor. En lieu et place de la décontraction et du calme, c’étaient en effet la tension, la colère et l’empressement qui avaient dominé ses pensées et sa psyché, et ce furent donc ces émotions qui conditionnèrent sa seconde transformation totale historique en roche. Ou plutôt, en un amalgame de roche, de boue et de terre, qui avait lutté pour tenter de recouvrer un semblant de forme humaine. L’Oterashi n’avait à la vérité jamais expérimenté une peur de cette nature, comme si son humanité et sa constitution lui avaient été enlevées, arrachées. C’était totalement différent de tout ce qu’il avait pu éprouver auparavant, que ce soit le négatif… ou le positif. Car au milieu de cette hystérie contenue dans son esprit, la voix de Tenzin résonnait et tintait à ses oreilles comme un phare guidant les navires sur l’océan nocturne. Son navire en l’occurrence. Et aussi dur que ce fut pour lui, il accepta ses paroles, les but comme si elles avaient été la seule échappatoire à ses incompréhensions et ses craintes… et accepta tout.

Ce fut plus facile que ce à quoi il s’attendait. Il ne risquait effectivement rien, et pour cause, même ses douleurs chroniques avaient disparu. La forme de son bras se distordit pour réintégrer le tout informe de roche qui tendait à se compacter lentement et sûrement, et les « yeux » qui avaient reparu se fermèrent en signe de détente. Comme son mentor lui intima, il tâcha alors de préciser ses sensations, de ressentir chaque extrémité de son être, aussi éparse qu’il pouvait être, comme si il cherchait à se préparer à un enchaînement au corps-à-corps. Les premiers balbutiements furent difficiles : ce fut à peine si il arrivait à localiser grossièrement ses « appendices », ou ce qui y ressemblait dans tous les cas, mais peu à peu, toujours en écoutant les mots de Tenzin, Yanosa parvint à ancrer ses perceptions, à les redistribuer dans tout son corps, ou en tout cas ce qui le composait. Et toujours aussi pressé de progresser, c’est à ce moment que le guerrier à la toison rouge se mit à essayer d’entrer en communion directe avec la terre.

Mais contrairement à ce que son mentor lui indiquait, même si l’immensité qu’il avait évoqué s’étendait bel et bien là à travers lui et pour lui, il n’était pas question de quiétude dans son ressenti. Non, ce qu’il expérimentait se serait en réalité bien plus approché du tumulte lent et implacable de milliers de tambours grondant et bourdonnant sous lui. La tête d’argile solidifiée, seul vestige de l’apparence humaine de Yanosa, émit alors des sons rauques proches de la voix du pugiliste mais déformés par son état.

« Je suis… la Terre… J’ai… l’immensité, sous moi, en moi… c’est incomparable, c’est… un conflit… Ce n’est pas calme, non… Je sens des forces millénaires, qui s’affrontent, qui fusionnent et s’entrechoquent...Haha… Notre monde lui-même… est un conflit... »

Des propos contradictoires et énigmatiques, qui semblaient trancher avec la réalité que Tenzin avait sous les yeux lorsqu’il se transformait. Mais toujours suivant ses consignes, il focalisa ensuite ses perceptions sur ses « muscles », sur sa capacités à les actionner comme autant de mécanismes, et tâcha de les rassembler en un tout cohérent, conforme à ce corps qu’il connaissait si bien d’ordinaire, et peu à peu, sans effort autre que celui de son esprit… la roche s’aggloméra, se rétracta sur elle-même, et grandit en hauteur comme un monolithe sorti du sol. Et peu à peu, Yanosa reparut sous ses traits d’homme, observant ses propres mains d’argile cuivrée comme si il ne réalisait pas encore que c’était lui qui avait contrôlé cette métamorphose.

« ….Aaaahhh... »

Son regard remonta en direction de Tenzin, ses pupilles écarquillées de fascination.

« Le contrôle, oui… Il est ténu… fugitif… j’avais l’impression… qu’il pouvait m’échapper à tout moment, mais… J’avais accès à ce pouvoir. A mon pouvoir. Il était là, en moi, et partout autours, j’avais l’impression… de pouvoir puiser dans des réserves infinies. La première fois que je m’étais assimilé… je n’avais pas du tout compris le pourquoi, et encore moins le comment. Mais dorénavant, j’ai le sentiment… que je peux aller chercher ces sensations, je suis… connecté, pour de vrai… et pour de bon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Sam 4 Mai 2019 - 11:16
Alors que les mots s'écoulaient de ma bouche comme un lent ruisseau à l'unique vocation de guider mon cadet dans l'assimilation, ce dernier se laissa aller au courant de mes paroles. Lentement, la panique qui l'abritait finit par se tarir petit à petit, et alors qu'il fermait les yeux je me doutais qu'il se laissait aller à ces sensations. Mais jusqu'à quel point ? Il fallait parfois se perdre pour trouver quelque chose de bien plus grand que juste soit-même. Petit à petit, je vis les morceaux de roches cuivrées qui constituaient le "nouveau" Yanosa frémirent timidement, oscillant sur le sol dans sa tentative de les rappeler à lui. Et une fois qu'il eut saisit cette sensation, je vis chaque parcelle du shinobi de la Roche se rassembler lentement. Un sourire apaisé étira mes lèvres alors que je me sentais à la fois soulagé et heureux que Yanosa appréhende enfin l'étendue de ses capacités et les sensations qui allaient avec. Cette capacité génétique faisait que son contrôle était plus ou moins "inné", mais c'était toutefois un pouvoir auquel il fallait s'habituer, qu'il fallait dompter et maîtriser. Mais alors qu'il reprenait une forme humanoïde, je perçus le calme immense et à la fois la stupeur agitée de mon homologue de la terre.

Il prit la parole d'une voix qui était naturellement déformée par sa forme élémentaire. Là où ma voix se faisait plus profonde, lointaine, mais douce, la sienne se faisait un peu plus rauque, grave. Et les mots qu'il prononça me firent écarquillé les yeux. Ce garçon avait réellement des dons de perceptions qu'il serait intéressant d'exploiter à l'avenir. Mes épaules s'affaissèrent un peu alors que je ris doucement face aux révélations inattendues du guerrier terrestre. Il s'était non seulement abandonné à la Terre, mais il avait laissé la Terre rentrer en lui, l'avait sondé, l'avait décrypté. Abandonnant ma position de méditation, je m'assis calmement sur le poteau, une jambe dans le vide et l'autre repliée contre moi. Je déposai mon bras en travers de la jambe du même côté qui était ramenée vers moi, avant de pousser un son de satisfaction et de fierté qui était souligné par la plaisance dans mes yeux.

-Je vois. Tu as donc plongé si loin dans ton élément... Tu avais déjà des capacités sensorielles je me trompe ?

J'avais, pour une raison inconnue, penser que les débuts de l'assimilateur doton seraient comme les miens. Or, lorsque j'avais commencé à pratiquer l'assimilation, je n'avais pas une once de capacités sensorielles. Ou du moins, je ne les avais pas éveillé. De ce fait, lorsque je passais sous forme élémentaire à ce moment là, je ne ressentais que mes propres émotions, et le calme immense ainsi que la sensation de liberté que je ressentais dans cet état. Mais peu après avoir développé mes propres capacités de perception, qui étaient d'ailleurs en directe relation avec le vent lui-même, j'avais expérimenté des sensations similaires. La Terre était quelque chose "stable" de ce que je comprenais de son récit, son humeur était limpide. Allait dans une seule direction. Là où le vent s'était révélé capricieux. Calme une seconde, déchaîné la seconde d'après. Ce que j'appelais "les émotions du vent" étaient aussi labiles et lunatiques qu'il était possible de l'être.

La suite des paroles de Yanosa ne me fit que sourire d'avantage. Malgré des débuts assez inattendus, et pas forcément agréables, il avait enfin appréhendé son pouvoir. L'avait saisit, s'en était emparé, mais surtout l'avait compris. Sa mésaventure n'avait fait que servir à ses réussites futures, à tel point que personne ne pourrait appeler cela un "échec" malgré tout ça. Ses yeux ne faisaient que refléter la fascination que je ressentais lorsque je passais sous cette forme. C'était un sentiment des plus jouissif. J'acquiesçai à ses mots et je descendis de mon perchoir pour me positionner devant lui.

-Et maintenant que tu as réussi à te connecter à ta forme élémentaire, ce n'est que le début. Elle te permettra de faire bien des choses par la suite.

Tout en prononçant ces quelques mots, je positionnai mon bras droit devant lui, le levant à hauteur de yeux. Puis laissant le reste de mon corps sous forme parfaitement humaine, je changeai uniquement mon bras en une simili-tornade qui reprenait la forme de mon poing. Puis une seconde plus tard, je phasai mon bras en une lame faite de vent avant de laisser mon bras revenir sous sa forme usuelle.

-Tes possibilités seront immenses...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Sam 4 Mai 2019 - 22:01
Son corps avait regagné sa forme d’origine, et pourtant, comme un défi personnel qu’il venait de s’imposer à la volée, Yanosa ne voulut pas réintégrer tout à fait sa physionomie d’humain ordinaire tout de suite. Au lieu de cela, il se raccrocha à ses sensations terrestres, resta consciemment connecté à son élément, et tâcha de conserver un corps de roc et de terre aussi composé et cohérent que possible. La première fois qu’il s’était transformé totalement avait été un pur accident biologique, un réflexe de survie inconscient profondément enterré dans son esprit, mais après de multiples tentatives infructueuse de vraiment causer à nouveau ce changement d’état, aujourd’hui sous la tutelle de Tenzin et de sa voix d’ivoire, il était enfin parvenu à se reconnecter à ce qu’il était, et à ce qu’il serait à l’avenir et à tout jamais. Un être unique. Un être capable de communier avec la Terre, de fusionner littéralement avec elle, et de s’approprier sa force indomptable et millénaire. En cet instant précis, son regard inhumain toujours porté sur ses bras et ses genoux comme pour vérifier qu’il parvenait à en maintenir la constitution solide et rocailleuse, il se sentait tout puissant. Et si la futilité de ce sentiment dans un monde tel que le sien lui apparaissait clairement, il le savait fondé sur des faits inaltérables.

« Si peu… Mais oui… répondit-il toujours avec cette voix caverneuse. Ma capacité à sentir.. à percevoir… est le seul don autre que mon physique que j’ai reçu… Du moins, c’est ce que je croyais jusqu’à cette découverte… Je me sens si… complet.. ! »

La chose lui paraissait toujours aussi invraisemblable, mais il devrait bien se faire une raison. Ce qui était sûr, c’est qu’après cette première séance introductive auprès de son jeune mentor, plus rien ne serait jamais pareil. Il aurait toujours besoin de ses conseils avisés, mais il venait de débloquer cette possibilité sans équivalent à pouvoir s’entraîner seul à la maîtrise de son pouvoir, et si ses progrès pouvaient encore prendre un certain temps pour aboutir, il se savait dorénavant capable de les mener à terme. Yanosa releva les yeux vers Tenzin, relâchant presque à contre cœur son emprise sur son propre corps, bien obligé de revenir à la réalité du chakra. Il ne s’en était presque pas rendu compte à temps, mais cette transformation longue et initialement violente l’avait vidé d’une grande partie de son chakra, et lorsque son corps redevint tout à fait humain, cette surconsommation le frappa de plein fouet. Ses douleurs, ses muscles ultra sollicités, toutes les sensations lui revinrent d’un seul coup, comme un mur de réalité qu’on lui aplatissait sur la tête. Ce n’était pas agréable, loin de là… mais l’Oterashi relativisa rapidement cet ascenseur émotionnel. Il n’avait jamais été un modèle de patience, mais avait du développer cette vertu plus que toute autre depuis son coma : au lieu de pester contre son incapacité à demeurer ad vitam sous cette forme assimilée, il se projeta dans ses futurs entraînements, ses conquêtes personnelles, qu’il travaillera par paliers, pas à pas, et inexorablement… vers le sommet.

« C’est quelque chose de savoir que cette technique est énergivore, mais l’expérimenter… c’est autre chose. Mon contrôle du chakra est catastrophique… n’ayons pas peur des mots. »

Tandis qu’il disait cela, il voyait Tenzin muer son bras en une tornade miniature et concentrée, qui gardait par la force de sa volonté sa forme tout en arborant un pouvoir destructeur notable à l’oeil nu.

« Ha… Si j’essayais ça maintenant… je pense que je tomberais dans les pommes. Tu m’as déjà apporté plus que quiconque n’aurait pu le faire, Tenzin, et je t’en suis vraiment reconnaissant. Mais comme je l’ai dit, le Ninjutsu… le contrôle fin du chakra… tout ça reste un concept opaque pour moi. Ne pas avoir à composer de mudra est déjà une bénédiction en soit, mais l’énergie que j’emploie est malgré tout bien trop élevée pour que je puisse espérer utiliser ces facultés en combat dans un avenir proche. Je suis désolé de te demander ça aussi abruptement, mais dis-moi, as-tu le moindre exercice, la moindre routine, qui pourrait m’aider à améliorer ça ? A me faire canaliser mon chakra plus efficacement, plus précisément… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Lun 6 Mai 2019 - 19:28
A mesure que nous discutions, le guerrier de la Roche se scrutait lui même, regardant ses bras et le reste de son corps comme pour s'assurer qu'il n'était pas en train de rêver. Ce geste incrédule fit naître un sourire au fond de mon coeur, que je ne laissai cependant pas atteindre la surface de mon visage. Ou tout du moins, pas des masses. Maintenant que Yanosa savait puiser en lui pour rejoindre cette forme qui faisais de nous ce que nous étions, il semblait satisfait. Et je ne pouvais que comprendre ce sentiment de satisfaction. Suite à ma question, il me confirma qu'il avait en effet quelques prédispositions pour la sensorialité, ce qui confirmait l'une de mes théories selon lesquelles c'était cette même sensorialité qui l'avait conduit à plonger si profondément dans son élément. Toutefois, j'étais curieux de savoir tout ce que la Terre pouvait lui dire, et si ces informations pouvaient s'avérer utile. Peut-être un jour le pourraient-elles ? J'acquiesçai doucement à ses informations, les mettant quelque part de côté dans ma mémoire.

Puis sans que je n'ai besoin de lui indiquer une marche à suivre ou de quelconques indices, Yanosa quitta sa forme élémentaire pour retrouver celle plus usuelle de sa forme humaine. Se faisant, les signes de fatigues se firent rapidement ressentir alors qu'un sourire naissait sur mon visage. Il n'avait pas besoin de parler pour que je sache ce qui venait de se passer. Pour quelqu'un qui n'était habitué qu'au Taijutsu jusqu'à présent, la consommation de chakra de cette forme allait se révéler réellement énergivore dans un premier temps. De plus, ses mésaventures qui l'avaient mené à se transformer tout en se dispersant, puis à se rassembler lui avaient fait utiliser d'avantage de chakra. Et pour conclure le tout, à ce point plongé dans ces belles sensations, il avait perdu la notion du temps et s'était laissé plusieurs minutes sous cette forme pendant que nous discutions. Pour quelqu'un qui venait de débuter dans le domaine, c'était assez poussée comme utilisation. Avec le temps, son contrôle du chakra s'améliorerait et deviendrait plus précis et pointu, et il s'habituerait un peu plus à cette forme.

-Même pour quelqu'un doué en ninjutsu, commencer de la sorte avec l'assimilation quand on n'est pas habitué est épuisant.

D'ailleurs, en parlant de contrôle du chakra, Yanosa me demanda quelques astuces -si j'en avais- pour l'aider à s'entraîner sur le sujet. Il était évident qu'il était encore un peu trop tôt pour tenter des transformation partielle en changeant la forme et les propriétés de ses membres. Cependant ma démonstration avait pour but de lui montrer ce qu'il pourrait faire à l'avenir, voir bien d'autres choses spécifiquement relatifs à son élément. En ce qui concernait la maîtrise du chakra ? Je n'avais jamais réellement eu à me poser la question, le tout m'étant venu à force de pratiquer et de revêtir cette forme depuis mon plus jeune âge. Cela forçait à s'habituer à la sensation de chakra circulant dans le corps, et donc à estimer celle-ci. D'une manière au moins aussi efficace que le Kanashibari no Jutsu. Toph-san aurait peut-être été plus à même de lui expliquer comment faire, les Hyûgas étant des maîtres incontestés dans cet art, mais l'assimilation qui faisait notre point commun avait peut-être de quoi l'aider.

-J'ai peut-être quelque chose qui pourrait te faire t'entraîner à l'assimilation et à ton contrôle de chakra en même temps. Essaie les prochains jours de ne transformer qu'une partie de ton corps. Une seule. Une fois que tu seras parfaitement à l'aise, tu pourras mieux sentir le chakra qui circule dans cette partie, et ainsi mieux estimer tes réserves. Ensuite, assimiles une autre partie, puis encore une autre. Jusqu'à assimiler ton corps entier, partie par partie, et non d'un seul coup comme aujourd'hui. C'est un exercice bien plus fastidieux, mais sa réussite devrait pouvoir t'aider à te rendre compte de tes réserves, et à estimer leur consommation. Et ainsi, mieux le contrôler.

S'il mettait trop de chakra au départ, il n'arriverait jamais à l'assimilation totale par ce procédé, ou serait épuisé rapidement. S'il n'y mettait pas asser, il prendrait plus de temps et perdrait plus d'énergie à réguler son corps. De plus, gérer l'assimilation partie par partie, se concentrer sur chacune de ces parties séparemment ne ferait que l'aider dans ce contrôle. Les débuts seraient difficiles, mais éventuellement, lorsqu'il parviendrait à réaliser cet exercice à la perfection, son contrôle devrait être bien plus précis.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Mar 7 Mai 2019 - 13:27
Constatant à nouveau son niveau affreux en gestion de chakra, le guerrier aux cheveux rouges se devait malgré tout de relativiser ce nouveau résultat. En effet, il se rappelait encore de ses « prouesses » lors de son précédent exercice grandeur nature avec Abuto, lors duquel il avait employé une méthode tout à fait inadéquate et avait terminé comme un légume dépossédé de toute énergie. En ce jour, et sur les conseils avisés de Tenzin, il avait franchi un cap important dans sa quête de maîtrise et si il n’était plus capable de produire la moindre technique, il se sentait capable de faire appel à ses nouvelles ressources si il prenait le temps de récupérer.

« Ça ne pouvait pas être pire que la dernière fois de toute façon… J’avais failli perdre connaissance après être à peine parvenu à transformer mes épaules... »

Tout ce qui lui manquait à présent pour s’exercer et progresser, c’était une routine. Des exercices répétables, qui lui permettraient d’améliorer peu à peu la finesse d’utilisation de son chakra et donc, son endurance en utilisant son pouvoir d’assimilation. Mais à sa requête, formulée avec un ersatz d’impatience et de fébrilité, l’éolien répondit par le détail d’exercices pratiques qui allaient lui permettre de s’exercer au contrôle du chakra et à la fois à la maîtrise de sa transformation. Baissant les yeux au sol, Yanosa porta une main à son menton en hochant lentement la tête, réalisant tout l’intérêt de cette méthode et envisageant déjà avec une excitation renouvelées ses longues sessions d’entraînement.

« Oui… Très bonne idée, Tenzin senpai. Aujourd’hui même, quand j’aurai récupéré des forces, je commencerai ces exercices. »

Investir du temps dans cet apprentissage de haute volée allait irrémédiablement faire stagner un moment son niveau de Taijutsu, qu’il avait tout juste récupéré, mais il s’agissait d’une impérieuse nécessité. Et lui qui devait déployer des charges concentrées de chakra pour exécuter ses coups les plus puissants, ne bénéficierait-il pas au final bien plus de la possibilité de broyer littéralement ses adversaires sous les coups de ses poings changés en pierre lourde et dense ? L’idée avait son charme. Le regard de l’Oterashi remonta brusquement vers Tenzin, son corps se raidissant.

« Merci pour tout senpai, tu auras de mes nouvelles très bientôt. » dit-il en frappant son poitrail d’un poing croisé.

Avec humilité et détermination, l’Oterashi se retourna alors vers la sortie du dojo et fit quelques pas dans cette direction. L’éolien lui avait fait bonne et forte impression, contrairement à la plupart de ses supérieurs, et il espérait foncièrement pouvoir faire équipe avec lui à l’avenir. Et c’est à cette pensée qu’une autre idée, une potentialité, lui vint à l’esprit. Il s’arrêta soudainement et se retourna aux deux-tiers vers Tenzin, un air presque malicieux aux coins des lèvres.

« Le Raiton sera un ennemi mortel pour moi… Mais le Fuuton… est capable de le dissiper… n’est-ce pas Tenzin ?… J’ai hâte de travailler avec toi. » lâcha-t-il finalement en se remettant en route vers la sortie.

Un assimilateur de la Terre et un assimilateur de Vent : à la pensée des pouvoirs implacables et millénaires que lui et ce jeune Chûnin pourraient déchaîner et à leur complémentarité, un frisson le parcourut, un frisson enflammé qui galvanisa encore davantage sa détermination à progresser, encore et encore, et à dompter son pouvoir… sa nouvelle identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Empty
Mer 8 Mai 2019 - 12:45
Malgré l'épuisement naturelle dont l'assimilateur doton était victime à l'instant présent, il allait sans dire que le résultat était plus que satisfaisant. D'un sourire distrait, je repensai brièvement à ma mère qui était elle aussi une assimilatrice doton. Je n'avais jamais eu l'occasion de me battre à ses côtés, mais peut-être que l'occasion de me rattraper et de me battre aux côtés d'un assimilateur doton se présenterait dans un avenir plus ou moins proche. Il venait de faire ses premiers pas dans le monde de l'assimilation, mais au vu de son air exalté, je ne doutais pas que mon interlocuteur allait faire de son mieux pour progresser au plus vite. Il me relata rapidement ses débuts un brin catastrophique, et je souris de plus belle car aujourd'hui, j'espérais que ces problèmes ne seraient plus qu'une histoire du passé. Suite à cela, il me remercia pour les quelques exercices que je lui avais donné, et je hochai de la tête en retour tout en m'appuyant sur un poteau. Je soulevai même un sourcil amusé face à la précipitation de mon élève.

-Prends aussi le temps de te reposer, ça fait partie de l'entraînement.

Suite à ces quelques mots, l'Oterashi se mit sur le départ tout en contemplant ses mains et les possibilités qui s'étendaient dans son esprit. L'assimilation était un art qui se mariait bien avec le Taijutsu. Lui qui en était un adepte, il allait pouvoir largement explorer les possibilités de ces deux arts que ce soit séparément ou de manière synchrone. Lorsqu'il se frappa le torse de son poing, me promettant de nouvelles rencontres bientôt, mes lèvres s'étirèrent d'elles-mêmes alors que le sang bouillait d'excitation dans mes veines face à cette promesse. Mais alors que je pensais que c'était tout, il s'arrêta en cours de chemin et se retourna vers moi, et dans de dernières paroles, il résuma parfaitement la complémentarité qui pouvait nous profiter à tout deux. Une brise souffla sur le dojo soulevant mes cheveux alors que mon air s'affichait de plus en plus impatients.

-Tu l'as bien dit, Yanosa. J'ai hâte aussi...laissai-je flotter dans les dernières brises.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
C'est dans nos gènes [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

C'est dans nos gènes [Konran Tenzin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: