Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Les ombres du passé [ft. Yuki Shinichi]


Sam 22 Juil 2017 - 20:53
An 201
Aux alentours du village
 
La jeune femme était épuisée. Ayant été convoquée très tôt aux conseils des sabreurs, elle en avait profité ensuite pour aller s'entraîner et elle n'avait arrêté que depuis une dizaine de minutes, lorsque ses muscles avaient refusé de lever une fois de plus son sabre. Heureusement, la jeune femme avait fait beaucoup de progrès dans le maniement de ce dernier et, quoi que ne maîtrisant pas encore parfaitement celui-ci, elle arrivait désormais à faire appel à son pouvoir sur demande ce qui était, en soi, un avancement énorme pour lequel elle allait devoir remercier Osou lorsqu'elle le recroiserait, mais pour le moment, elle désirait en apprendre un peu plus sur les rumeurs qu'elle avait entendues au sujet de la nomination d'un Kage à la tête du village.
 
C'était donc en ayant cela en tête que Yuri s'était mise à arpenter les rues du village où elle avait découvert quelques mémos accrochés par ci et par là et dont le sceau du daimyo qu'ils arboraient venait confirmer ces dites rumeurs. Toutefois, ce n'était pas tant la nomination qui inquiétait la jeune femme que la quantité de troupe seigneuriale qui avait envahi le village. En seulement quelques minutes elle avait croisé une demi-douzaine de patrouilles qui allait et venu dans les rues du village et la sabreuse ne pouvait que penser que le havre de paix qu'elle croyait avoir trouvé était devenu une zone de guerre où le secret et la tension régnaient désormais en maître.
 
Puis, tandis qu'elle s'approchait de l'une des limites du village, la jeune femme vit poindre quelques pointes de tentes au loin et rapidement, les soupçons de la jeune femme lui parurent comme une certitude tandis que ses yeux se posaient sur les dizaines de tentes militaires qu'elle arrivait à percevoir au travers de cette brume tenace dont le village avait hérité son nom. Jamais un daimyo ne déploierait autant de troupes autour d'un village supposément caché à des fins sécuritaires et la jeune femme était désormais persuadée que les troupes étaient là afin d'intimider tous ceux qui auraient en tête d'aller à l'encontre de la décision seigneuriale en renversant la nouvellement nommée Kage.
 
Étrangement, plus son esprit tournait le problème, plus son inquiétude diminuait. À vrai dire, même avec autant de troupes pour la défendre, la nouvelle dirigeante du village ne pouvait pas se permettre d'avoir les clans fondateurs contre elle et, heureusement, depuis la rencontre qui avait eu lieu ce matin même, Yuri s'était vu attribuer une position et un rang au sein de la confrérie des sabreurs et elle était désormais, elle aussi, membre de l'un des clans fondateur. Cette rencontre avait permis aux sabreurs, l'un des clans les moins organisés du village, d'adopter une structure et un ensemble de règles et de lois qui permettrait à cette structure de survivre au travers du temps et, tandis que son regard descendait tranquillement vers son avant-bras gauche où l'on pouvait désormais voir un chiffre quatre encadrés de deux goute symbolisant le yin et le yang.
 
Malheureusement pour la jeune femme, ce tatouage ne représentait pas seulement son appartenance à la confrérie des sabreurs du village de la brume, mais aussi sa trahison envers son passé et la confrérie qui l'avait accueillie en son sein, lui permettant de survivre dans l'un des endroits les plus dangereux de l'archipel lorsqu'elle n'avait même pas encore une quinzaine de printemps à son actif. En effet, la confrérie des lames, un regroupement de tueurs à gages sans réel état d'âme, l'avait recruté peu de temps après qu'elle eut achevé son entraînement auprès de ce vieil homme qui c'était révélé être un membre de celle-ci. Elle avait donc passé une demi-douzaine d'année au sein de cette confrérie qui lui procurait une certaine protection en échange d'une part des primes qu'elle amassait en exerçant ce qu'elle avait toujours rebuté à nommer son métier. Pourtant, lorsqu'elle avait appris l'identité de celui qui était, désormais, sa dernière victime, Yuri avait instinctivement su que la confrérie ne pourrait pas la protéger contre l'ennemi qu'elle venait de se faire elle avait donc commencé à se préparer pour quitter ce village qui l'avait vue naître et grandir.
 
Malgré tout, encore à ce jour, la marque de la confrérie, un serpent entourant une rose, était nichée à la base de sa nuque et la jeune femme ne put s'empêcher de se demander pourquoi elle ne tentait même pas de la camoufler. Après tout, le village de la brume avait été fondé afin d'exterminer ceux de son espèce, ceux qui avaient fait du monde criminel leur maître et qui avaient profité des faiblesses humaines pour s'enrichir ou, comme ce fut le cas pour Yuri, simplement survivre. Pourtant, la jeune femme n'éprouvait aucune honte en rapport avec son passé et elle ne voyait donc pas l'utilité à cacher un symbole représentant ce dernier.
 

Puis, sur ces pensées, la jeune femme se rendit compte qu'elle avait continué sa marche sans vraiment y penser et elle se trouvait désormais dans ce qui lui semblait être la périphérie marécageuse du village et tandis que son regard analysait les éléments qui l'entouraient, la boule d'appréhension qui avait commencé à germer au sein de sa poitrine explosa et la jeune femme se sentit envahie par un désespoir profond tandis qu'une certitude l'envahissait. Elle n'avait aucune idée de l'endroit où pouvait se trouver le village.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Mar 25 Juil 2017 - 23:34
La rumeur dit que le village de la brume a son Kage. Les membres de mon clan n’ont pas encore clairement pris position mais la nomination de cette Benten est une aubaine pour nous. Notre village a besoin d’un leader, un vrai – et bien que j’aurais apprécié qu’un membre de ma famille soit nommée à la tête de Kiri –, je pense que cette inconnue peut remplir ce rôle. Certes je ne sais pas grand-chose d’elle mais le fait est qu’elle intrigue et inspire la crainte dans nos rangs. Si une personne inconnue et de faible naissance est capable d’une telle prouesse, cela signifie forcément qu’elle est charismatique ou puissante. Si le règne de cette Benten dure – et j’ose espérer pour la prospérité du village et du pays que cela sera le cas – je me dois d’occuper une place de choix parmi ces vassaux. Pour cause je suis membre du clan Yuki et aspire à de grandes choses ! Certes je suis un piètre ninja mais j’ai un cerveau et compte bien mettre à profit mon intellect surdeveloppé ! Si je veux m’attirer les bonnes grâces de notre chef, je dois réaliser des exploits et ainsi obtenir ses faveurs rapidement. J’ai ouïe dire que Benten était enclin à distribuer les privilèges à quiconque les mérite. Il suffit de réaliser « une bonne œuvre pour le village ou pour elle » pour obtenir un avantage sur ces collègues. Ce système du bâton et de la carotte peut paraître ridicule néanmoins il révèle chez certains leurs plus sombres instincts. Me concernant, j’ai toujours été quelqu’un d’avide et d’intéressé. L’argent est ma passion. La gloire est mon objectif et je suis prêt à tout pour obtenir les bonnes grâces du Kage.

A la recherche d’une « bonne action » à réaliser je sillonne le village de la brume, sans grand succès malheureusement. Ce n’est pas en aidant la veuve et l’orphelin que je vais me faire remarquer par les hautes instances du village. Je dois accomplir quelque chose d’exceptionnel, un travail fantastique, je dois tuer un ennemi du village, capturer un nukenin ou découvrir un ancien trésor ! Sachant que tuer ou capturer un nukenin implique de combattre – et que je ne souhaite pas me bastonner avec le premier inconnu par peur de me faire défoncer – je songe à partir à la recherche d’un ancien trésor ! Car c’est bien connu, trouver un trésor est chose facile. En tout cas plus facile que trouver un nukenin, l’affronter et le mettre à terre.

Tel un apprenti archéologue, je pars à la recherche d’un objet enterré, un sabre, une jarre magique, qu’en sais-je. Je saurais bien ce que je cherche quand je l’aurais trouvé me suis-je dit sur le coup. Après une bonne demie-heure de recherche infructueuse – étonnant, n’est-ce pas ? – je finis par abandonner cette noble quête. Tout les trésors de ce monde on été trouvé et jamais je ne saurais à même de dénicher quelque chose ici. Ça se saurait si cet endroit abritait en son sein une relique ancienne !
▬ Oh mais …

MAIS VOILA UN OBSCUR PERSONNAGE. Ce tatouage ! C’est une signe d’appartenance à un clan, j’en suis sûr ! Je ne saurais déterminer exactement de quelle famille il s’agit mais ce n’est pas un clan de la brume, j’en suis certain. Ce type de design rappelle ceux des familles de mercenaires ou d’anciens bandits du pays de l’eau …
▬ Hé hé hé.
Caché par la brume et les fourrés, je me frotte les mains et souris bêtement. Cette femme a l’air épuisée par un long voyage ou par je ne sais trop quoi. Elle sera facile à capturer, j’en suis certain. Même moi qui suis aussi nul en combat qu’une chèvre estropiée, je peux l’attraper si je ne fais pas n’importe quoi. Avec un peu de chances, je vais la traîner jusqu’au village et serais accueilli en héros. Suite à quoi la fameuse Benten m’offrira monts et merveilles en récompense de mon service rendu à la nation.
Bref, trêve de rêveries, passons à l’action. Ni d’une ni de deux, je jaillis de nul part, compose une série de signes incantatoires et plaque mes mains au sol. Du verglas apparaît bientôt sous les pieds de ma cible et je m’avance – fils ninja en main – afin d’emprisonner l’inconnue. Dans la foulée, je pousse mon fameux cri de guerre aiguë. Celui-là même qui ferait fuir un troupeau de moutons :
▬ Taiau !
Je suis … Ridicule.
Mais le pire c’est que mon vis à vis semble tellement fatigué que ma manœuvre a des chances de réussir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 6 Aoû 2017 - 18:08
??? - Taiau !
 
Les muscles épuisés de la jeune femme réagirent d'instinct et son corps partit dans une roulade vers l'avant, évitant de justesse le mince fil ninja qui allait l'envelopper dans une étreinte qui aurait pu, aisément, se révéler mortelle pour la jeune femme qui dégaina dans le même mouvement son sabre avant d'y concentrer un peu de chakra, essayant de reproduire ce qu'elle avait réussi à faire un peu plus tôt lors de son entraînement et tandis qu'une série de nappes brumeuses s'échappaient de sa lame, la jeune femme se servit des dernières parcelles d'énergie qu'elle possédait encore, pour tenter de s'enfuir dans ce qu'elle pensait être la direction du village.
 
Tandis qu'elle courait, ayant comme seule énergie celle du désespoir et de l'adrénaline, la jeune femme jeta un coup d'œil derrière elle pour voir, au travers de la brume, celui qui l'avait ainsi attaqué et elle ne put cacher sa surprise lorsqu'elle aperçut le jeune garçon qui, désormais, la pourchassait. À première vue, il ne s'agissait pas d'un tueur à gages venus réclamer sa tête comme elle l'avait craint au début, mais pourquoi alors l'avait-il attaqué? L'avait-il prise pour une ennemie du village? Lui qui semblait clairement faire partie des forces de celui-ci devait désormais être conforté dans cette idée en la voyant fuir ainsi. Pourtant, l'instinct de survie de la jeune femme lui criait de courir et c'est ce qu'elle fit, poursuivant sa route dans ce qu'elle croyait être la bonne direction.
 
Pourtant, tandis que son souffle devenait de plus en plus roque et que ses poumons semblaient prendre feu, la jeune femme aperçu un éclaircie au sein de la végétation et elle pressa le pas un peu plus avant d'y pénétrer, poussée par l'énergie du désespoir. Là, ce trouvait quelques personne qui ne purent faire autrement que de fixer bêtement l'énergumène qui venait ainsi brisé la quiétude de ce qui semblait être un parc de détente avec quelques bancs répartis dans les quelques rares coins d'ombres qui s'y trouvait.
 
Puis, sans réfléchir, la jeune femme traversa le parc en quelques foulées avant de tenter un saut par-dessus un banc qui semblait lui barrer le chemin. Toutefois, alors que son pied venait y prendre son appui, celui-ci partit vers l'arrière et la jeune femme s'étala de tout son long dans le sol humide du parc. Dans un dernier effort instinctif, la jeune femme réussit à se relever de peine et de misère et tandis qu'elle se remettait en mouvement de peine et de misère, son regard croisa celui abasourdi de l'un des témoins de la scène et, dans une ultime tentative, la jeune femme se servit des dernières parcelles de souffle qui lui restait pour articuler quelques mots, entrecoupés par la respiration sifflante de la jeune femme.
 
Yuri - À l'ai..de... Je...
 

Toutefois, avant qu'elle est pue terminer sa phrase, elle sentit quelque chose s'envelopper autour de son corps et tandis qu'elle tombait au sol, son regard croisa l'endroit où elle avait perdu pied pour y apercevoir une fine couche de givre. Puis elle se retrouva la tête contre le sol, ayant comme seul vu celle des pieds de l'homme à qui elle avait essayé de demander de l'aide et qui devait, désormais, vraiment ce demander ce qui se passait devant ses yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t354-kageya-yuri-termine

Mar 15 Aoû 2017 - 18:06
Bien qu’épuisée, la jeune femme parvient à fuir. Mes fils ne suffisent pas à l’emprisonner ou à la blesser plus qu’elle ne l’est actuellement. Malgré mes efforts et mon cri incongru, la demoiselle m’échappe, du moins pour le moment. De son sabre sort une curieuse brume qui n’a rien de bien naturelle. J’imagine qu’il s’agit là d’un procédé visant à me distraire et à me faire perdre ma cible de vue. Bien que sa manœuvre ait réussie, il est faux de croire qu’elle m’a définitivement distancé pour autant. Pour cause, j’ai des dons de senseur et suis en mesure de ressentir le chakra de ma cible bien que cette dernière ne soit pas à portée de vue.

L’inconnue entame bientôt une course effrénée afin de me fuir. Moi qui suis si habitué à être la proie, je vois les rôles s’inverser aujourd’hui et endosse le costume de chasseur pour la première fois de mon existence. Bien que peu endurant, je cours et enchaîne les pas afin de ne pas perdre la trace de mon vis à vis. Malgré les efforts réalisés par la jeune femme, je parviens bientôt à rétablir un contact visuel avec ma cible. L’espace d’un instant, je songe à lancer des projectiles sur ma proie mais me ravise aussitôt. Pour cause, nous traversons bientôt un parc et des villageois se trouvent à proximité. Je n’ai pas envie qu’un de mes kunais ou qu’une de mes boules de neige viennent blesser un civil. La jeune femme a l’air fébrile et je pense pouvoir la rattraper malgré ma piètre condition physique.

Les secondes de course poursuite s’enchaînent et paraissent être des heures pour moi comme pour celle que je poursuis. Heureusement cette dernière finit par commettre un faux pas et trébuche. La voilà maintenant roulant au sol et implorant à l’aide. Je ralentis le pas, m’approche lentement d’elle et demande aux villageois présents de « passer leur chemin ». Je n’y crois pas. J’ai attrapé un criminel. Je serais acclamé et considéré comme un héros quand les autres verront ça. Pas peu fier de mon exploit, je ne peux m’empêcher de sourire et de jubiler comme l’enfant que je suis. Je porte sur mon dos l’inconnue et l’amène difficilement jusqu’au poste le plus proche. Une fois sur place, je m’exclame :
▬ Hey hey hey. Regardez ce que je vous amène là. Un ennemi de Kiri, tout beau, tout frais.

Je ne cache pas ma satisfaction aux gardes qui, quant-à eux s’avancent, étonnés de me voir ici. Il est de notoriété publique que je suis un clown incompétent et c’est bien la première fois que j’amène avec moi « un ennemi de Kiri ».
▬ Alors, incroyable hein ? Vous voyez ce tatouage là ? C’est bien un signe qu’elle est membre d’une confrérie de criminelle ou un truc du genre, non ? Vous êtes étonnés j’espère. Ahaha. Vous pourrez raconter à tout le monde que …
Un des homme ici présent m’arrête et me dit :
▬ Que tu as capturé une sabreuse du village et une de tes consœurs ? … Crois moi il vaut mieux que ça reste entre nous.

Oups. Soudain je blêmis. Mon teint d’accoutumé pâle vire à la blancheur extrême. J’ai honte et suis confus. Maintenant que j’y pense, il est vrai que son mouvement de tout à l’heure avec son arme laissait entendre que cette femme est membre du clan des sabreurs.
▬ C’est pas une blague ? …
J’aimerais les voir par la positive mais ce n’est malheureusement pas le cas. Ils sont on ne peut plus sérieux. J’ai fait une bourde. Une très grosse bourde. Heureusement l’inconnue n’a rien. Elle est juste fatigué et un peu sonnée. D’ailleurs, voilà qu’elle semble se réveiller doucement. Un peu gêné, je souris maladroitement et demande :
▬ Ça va ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les ombres du passé [ft. Yuki Shinichi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: