Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Nagamasa Fujin
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 20:16 par Nagamasa Fujin

» Here comes the puppy [solo]
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 18:58 par Konran Tenzin

» 05. Demandes d'apprentissage
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 18:56 par Chinoike Katsuko

» Résolution [Libre]
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 18:48 par Chinoike Katsuko

» Sendai Gon
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 18:08 par Sendai Gon

» Sur la Plaine aux Anonymes
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 17:17 par Kyouran Takeru

» Un endroit tranquille [U. Sazuka]
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 15:57 par Uzumaki Sazuka

» Le départ explosif
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 14:52 par Narrateur

» Délicatesse iwajin | Toph
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 14:41 par Hyûga Toph

» Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi]
Faire un choix [Mission libre C] EmptyAujourd'hui à 14:36 par Sendai Yahiko

Partagez

Faire un choix [Mission libre C]

Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Sam 4 Mai 2019 - 22:39

Junko se demanda comment le messager avait réussi à la trouver. Etait-ce là toute la célérité des services cachés de la Brume ? Ils n'usurpaient pas leur réputation. Enfin, celle qu'elle avait pu deviner, au fil de ses conversations avec des clients ivres, lors de ses soirées passées en compagnie de la débauche dans les divers lieux de plaisir du village. Ces moments-là lui permettaient d'en apprendre plus long, l'air de rien, sur le village, ses coutumes, ses habitants. Elle avait réussi à se faire un tableau d'ensemble, mais beaucoup de points précis lui restaient encore flous. Elle croyait cependant avoir compris en quoi consistait son travail de shinobi. Il lui suffisait d'attendre qu'on réclame ses services pour une mission, ou quelque chose du genre, non ? En attendant, elle pouvait bien profiter de son temps libre ...

Elle fut donc étonnée en voyant arriver ce messager chétif, qui lui tendit un rouleau d'une main peu assurée. La scène se déroulait au beau milieu du vaste salon d'un de ces établissements à l'apparence luxueuse, qui dissimulait un commerce qui n'aurait peut être pas été du goût des autorités si elles l'avaient découvert ... Junko considéra le parchemin, sans s'en saisir. Un problème lui apparaissait maintenant, qu'elle n'avait encore jamais envisagé. Elle ne savait pas lire. Cet aspect-là de son apprentissage avait été négligé au cours de son enfance passée dans les geôles d'Asosan. A quoi bon gaspiller du temps à apprendre ce genre de choses ? Elle n'en avait pas besoin pour tuer ses adversaires.

Elle se pencha en avant, et du bout d'un doigt divin releva le menton du messager. Celui-ci déglutit bruyamment, mais garda un semblant de contenance. Junko lui sourit légèrement. C'était sans doute le sourire le plus charmeur que le jeune garçon ait jamais vu.

"Sois gentil et lis-moi ce message, hm ?"

Elle se rejeta en arrière sur une pile d'épais coussins, et but une longue gorgée d'un liquide carmin tout en écoutant le déroulé de l'ordre de mission. La tâche était limpide. Elle ne devrait pas poser trop de problème, non plus. Junko était convaincue qu'elle pourrait persuader ces personnes. Elle avait quelques atouts qui pourraient jouer en sa faveur, et qu'elle comptait bien faire valoir. Restait à savoir avec qui elle aurait à accomplir sa mission. Pour sa part, elle considérait qu'elle aurait très bien pu s'en charger seule. Ne serait-elle pas encombrée par les deux autres ? Elle verrait bien, mais n'abordait pas les choses avec un grand enthousiasme.

Elle renvoya cependant un sourire au messager, une fois sa lecture terminée, et le congédia d'un geste de la main. Il disparut aussitôt laissant à l'endroit où il se tenait le petit rouleau de parchemin. Junko se leva de son trône de coussins, et se saisit du petit rouleau qu'elle rangea dans un ourlet de sa tunique. Elle se dirigea ensuite vers la sortie de l'établissement. Sur son chemin, quelques clients protestèrent:

"Oh non, Junko ! Tu pars déjà ? Reste encore un peu avec nous, allez !"

Elle leur sourit légèrement, et les salua d'un simple geste de la main. Lorsqu'elle sortit dans la rue, elle avait délaissé ses vêtements trop encombrants. Elle était maintenant vêtue d'une élégante tenue, mais suffisamment ajustée pour lui permettre une certaine aisance de mouvement. Un haut aux couleurs du soleil, orné de motifs colorés et simples. Ses cheveux étaient relevés en un chignon complexe. Elle semblait irradier de beauté au milieu de la foule des passants, qui l'ignorait.

Elle se dirigea d'un pas tranquille vers le point de rendez-vous. Sur son chemin, elle sortit d'un repli de son vêtement une longue et fine pipe, qu'elle alluma avec un petit briquet d'or. On pouvait suivre son sillage à la traînée de fumée blanche qu'elle laissait derrière elle. Même au milieu de la masse, elle se sentait mondaine, et toisait ce monde d'anonymes. Elle ne se sentait aucun sentiment d'appartenance à leur communauté. Elle vivait dans un autre monde, voilà tout. Eux avaient choisi de trimer, elle avait choisi de s'offrir une vie après le calvaire de ses premières années. Sans doute y avait-il quelque ordre là-dedans, mais elle n'avait aucun envie de chercher à le décrypter. Elle se satisfaisait bien assez de la situation telle qu'elle était.

Elle espérait simplement ne pas arriver la première au lieu de rendez-vous. Elle détestait attendre. Ce n'était qu'une occasion de plus pour se retrouver face à elle-même, et cet exercice avait tendance à la rebuter particulièrement. Peut être était-ce pour ça qu'elle cherchait en permanence la distraction ... Et puis, elle ne savait même pas à qui elle devait avoir affaire. Sans doute se reconnaîtraient-ils à leur bandeau de shinobi. D'ailleurs, elle tira le sien et le noua consciencieusement autour de son bras gauche. Et, fendant la foule de son regard d'ambre, elle tenta de discerner la marque de ses pairs au milieu de tout ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Lun 6 Mai 2019 - 11:30
Les temps de repos se faisaient rares ces temps-ci et pour cause, la rébellion avait mis à sac une bonne partie du village. Arata n'avait pas chaumer depuis, mais ce matin il avait un temps de libre et espérait pouvoir en profiter pour méditer tranquillement sur les remparts face à la mer qui se profilait à l'horizon non loin des marécages. L'atmosphère était paisible, il était tôt et peu de monde se baladait dans les rues à cette heure encore moins près des remparts. Une psychose commune poussaient les habitants à éviter les points sensibles de Kirigakure no sato, l'image de centaines et centaines de mercenaires franchissant les murs du village restait très marquante pour eux. Marqués par les événements, qui ne le serait pas à moins, le Meikyū aussi n'était plus tout à fait lui-même depuis qu'il avait assisté et participer aux affrontements de la guerre civile.
Pourtant, le jeune shinobi n'avait pas eu une seule fois à utiliser les armes contre qui que ce soit, mais il avait été témoin de l'horreur et cela lui avait suffit pour être ébranlé.

Il y a quelques jours, il avait même participé même si le mot est exagéré à un groupe de parole afin de mettre en mot son sentiment quant à ce qu'il avait vécu, mais sans succès. Ce jour-là, aucun mot n'avait pu sortir de sa bouche, l'air n'avait pas su glisser sur sa langue pour émettre le moindre son. Oh bien sûr le problème n'était pas physique, mais bien psychologique.
Néanmoins, la séance lui avait fait du bien et les mots de cet inconnu aux cheveux noirs de jais et au regard ténébreux résonnait encore en lui comme une pierre qui ricoche contre le roc d'une caverne humide. Il s'était fait une raison, son métier lui ferait voir encore bien pire à l'avenir s'il survivait aux prochains jours, aux prochaines semaines et aux prochains mois.
Depuis qu'il était à Kiri il n'avait cessé de s'entraîner pour devenir plus fort, il avait forger son corps au gout de l'effort et développer ses muscles. Il avait nourri son esprit, ses connaissances pour aiguiser son intelligence et sa ruse. La guerre civile aura eu le mérite de le faire grandir et de l'endurcir aux affres de la guerre, car bien que son idéal soit de paix c'est bien la guerre qu'il devrait faire avant la paix...

Tandis que le jeune Meikyū méditait sur sa condition, ses ambitions et sur le chemin qu'il souhaitait emprunter un jeune homme s'était approché de lui sur le rempart. Arata avait entendu ses pas et il avait posé sa main sur le manche d'un kunaï dans sa poche. Kiri n'était plus très sure en ce moment, des mercenaires étaient peut-être encore à l'intérieur des murs.

Pardonnez-moi shinobi, je viens avec une missive qui vous est adressé, déclara doucement d'un ton peu assuré une voix d'adolescent.

Le genin tourna la tête pour découvrir un visage connu qu'il avait rencontré quelques jours plutôt à peine. Un visage connu, mais une voix inconnue, car si lui-même avait parlé au jeune homme celui-ci n'avait pas prit le temps de répondre. C'était durant la rébellion, Arata avait envoyé un adolescent quérir une équipe médicale alors que son sensei et lui-même venait de sauver une petite communauté d'un immeuble sur le point de s'effondrer. Le Meikyū avait ordonné la création d'un hôpital de fortune et de dépêcher une équipe de ninja médecin sur les lieux. C'est à ce garçon qu'il avait confié le message et aujourd'hui c'est lui qui lui délivrait un message:

Tu es le garçon... pendant la rébellion, prononça sobrement Arata. Je suis content que tu ailles bien, mais je vois que tu as récolté un souvenir de ces événements. Je suis désolé pour ton visage, s'excusa le genin en faisant référence à la cicatrice qui barrait le visage du garçon. Tu t'appels comment ?

Oh je suis Idon, Idon Tōdai, répondit-il. Ne vous inquiétez pas, shinobi, la cicatrice marche très bien avec les filles je ne m'en plains pas, sourit l'adolescent.

Idon devait être un peu plus âgé qu'Arata pourtant il faisait preuve d'un respect dont le genin n'avait pas l'habitude. Certes, on ne lui manquait pas souvent de respect, mais il était généralement pris pour le tout jeune ninja au grade de genin. Rarement pris au sérieux par ses supérieurs et seulement bon pour les missions internes au village. La confiance se gagnait au fil du temps, mais le respect se gagnait et visiblement le membre de la famille Tōdai le trouvait digne de respect. Le garçon était grand et fin, portait des cheveux blanc jusqu'au milieu de la nuque, mais attaché, il devait donc descendre au moins jusqu'aux épaules en temps normal. Il avait les yeux bleus plutôt pâle et bien sûr cette cicatrice qui recouvrait sa pommette gauche puis filait jusqu'au-dessus de son oreille taillée en pointe. Le gamin du clan Meikyū ria à la remarque de dragueur du messager:

Comment est-ce arrivée, demanda-t-il ?

Oh, je suis tombé sur deux mercenaires qui pillait une boutique. J'ai fait comme vous m'avez dit, j'ai préservé ma vie, mais malheureusement ils m'ont remarqué et ont décidé de m'attaquer. L'un d'eux est mort avant de m'avoir atteint tué par une poutre de bois qui s'effondrait du bâtiment voisin l'autre a eu le temps de me faire cela avec un sabre avant que nous soyons tous les deux fauchés par le souffle d'une explosion, lui s'est empalé sur une barrière. Par chance, je suis tombé dans un tas de foin, expliqua le garçon.

Arata s'en voulait encore plus de lui avoir fait prendre tant de risques, mais Idon se fichait de ça et il comptait vite remplir sa mission, car il tendit la missive à son interlocuteur. Bien qu'ayant envie de faire amende honorable, le genin comprit que le jeune homme serait gêné de le voir s'excuser à nouveau. Il lui fit donc juste un sourire et prit le morceau de parchemin.
Le papier le convoquait pour une mission dont le rendez-vous était dans quelques heures une mission moins banale que d'accoutumé. Il était censé rejoindre une équipe de genin supposé convaincre des criminels notoires de rallier les rangs kirijins en tant qu'espion de la brume. Le but de tout ceci mettre en place un réseau d'espionnage efficace pour le pays de l'eau et ce en réponse à la rébellion précédente. Arata ne pouvait qu'être d'accord avec la nécessité de se trouver un réseau d'informateur pour avorter ce genre de déconvenue à l'avenir, mais de là à faire appel à des criminels.

Selon la missive, trois civils aux activités louches seraient ciblés par les dirigeants de la brume pour débuter la mise en place du réseau au sein même du village...

---------------------------------------

Quelques heures plus tard et après avoir pris congé de son jeune ami Idon Tōdai, le genin se trouvait au point de rendez-vous. Il était en avance comme toujours et repéra rapidement une jeune femme qui venait juste de nouer son bandeau ninja au bras gauche. Elle devait avoir pas loin de la vingtaine, une chevelure aux couleurs chaudes qui prenait la lumière avec élégance, un regard froid malgré sa couleur chatoyante et pleine de feu. Un style vestimentaire coloré, un peu comme Arata dans les tons chauds, adepte des motifs elle aussi. Une bien belle jeune femme dont les couleurs semblaient avenantes, mais dont le regard disait le contraire. Dans le quartier à cette heure peu de chance de croiser d'autres genins en mission, il était midi et le quartier ne comptait pas un seul restaurant. Les ninjas de service étaient souvent dans les restaurants pour le repas du midi ou mangeait un bento au calme, mais pas ici en pleine rue. Elle faisait sûrement partie de la mission, d'ailleurs un nom féminin accompagnait la missive, elle devait sans doute être Junko Date. Le Meikyū alla donc à sa rencontre:

Bonjour, vous devez être Date Junko, n'est-ce pas, questionna le shinobi ? Je suis Arata, Meikyū Arata, c'est un plaisir, argua le jeune homme en tendant la main amicalement.


@Hyōsho Shironome
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Jeu 16 Mai 2019 - 13:25







Mission libre : faire un choix

ft. Date Junko & Meikyū Arata



L’esprit embrumé par l’ardeur de l’entrainement, une silhouette demeurée seule dans l’immensité du Grand Dojo tailladait un mannequin de bois de coups francs, sans qu’ils soient dénués de précision. Un rictus soupçonneux prit place sur le visage de l’inconnu, tandis que ses sourcils immaculés furent froncés sous la méfiance. D’un geste sec, sa lame bifurqua du pantin sylvestre pour venir faucher le vide trônant à ses arrières. Un éclair sembla traverser ses pupilles céruléennes, avant que la suspicion de se dérobe sous le poids de la surprise. Cette présence qu’il avait ressenti n’était nulle autre que celle d’un simple messager, qui semblait avoir été surpris par un tel retournement de situation. Un soupir s’échappa de ses lèvres blanches, tandis que la lame retenue dans sa main courba l’échine face à ce nouvel arrivant, la pointe vibrant contre le sol.

« Que puis-je faire pour vous ?
— Vous avez été assigné à une mission. »

D’un geste méticuleux, l’enfant à la crinière blanche s’empara du parchemin qui lui était tendu, les yeux rivés sur le cachet symbolique. Je ne pensais pas que mes fonctions prendraient effet si rapidement. D’un mouvement du poignet, l’épée vint se glisser dans le dos de son porteur, au sein d’un fourreau reformé. Le sceau rougeoyant qui maintenait le rouleau clos fut retiré, dévoilant devant ses yeux l’intitulé de sa première mission envers les institutions de la brume. D’une œillade, l’ombre de ce messager disparu : le message avait été reçu, si bien qu’il ne demeurait aucune raison pour lui de s’attarder en ces lieux.

Alors qu’il en avait terminé la lecture, Shironome glissa le parchemin au sein de son kimono et réajustant la chaînette qui maintenait son fourreau, il prit congé du Grand Dojo pour s’enfoncer dans les rues brumeuses.


[…]


Lorsque ses pas le menèrent au point de rendez-vous établi par l'ordre de mission, deux personnes s'y trouvaient d'ores et déjà ; l'une dotée d'une chevelure rougeoyante, l'autre plus petite – peut-être plus que Shironome ne l'était. Son attention s'arrêta sur la seule femme du groupe. Discret, comme tenue. Mais une fois qu'il eut rejoint leur position, l'adolescent s'adressa à eux en des termes des plus posés.

« J'imagine que vous devez être Junko et Arata. », demanda-t-il sans réellement attendre de réponse, le regard figé sur l'intitulé de mission qu'il avait ressorti pour l'occasion. « Hyōsho Shironome. Le premier commerçant est un marchant d'arme, aux alentours de la porte Est. Il serait plus judicieux de commencer par s'occuper de son cas. »

Ses iris céruléennes se plantèrent sur ses deux comparses, jaugeant leur réaction avec une froideur non dissimulée avant qu'il n'ouvre la marche. Cependant, sa voix se fit de nouveau entendre alors qu'il leur tournait le dos, seul l'éclat de la lame en son centre semblant encore se dérober à leur vue.

« Enchanté. »


Objectifs:
 




_________________



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Ven 17 Mai 2019 - 16:25

Ils arrivèrent l'un après l'autre, et se présentèrent. Junko les considérait, les jaugeait du regard, mais ne répondait rien à leur salut. Elle se contentait de leur adresser un vague signe de tête poli. Ils avaient tous les deux l'air de n'être que des enfants. Elle se demandait bien ce qu'ils pourraient faire quand il s'agirait de négocier avec des truands accomplis. Pourraient-ils seulement convaincre des commerçants frauduleux, exercés dans l'art de la sournoiserie, de se ranger au côté du village ? A quoi les autorités avaient-elles bien pu penser ... Elle ne voulait pas se retrouver à jouer de ses charmes pour faire plier chacun des trois personnages qu'ils allaient visiter. Peut être leur pardonnerait-on s'ils faisaient usage d'un peu de force. Même si elle doutait que ces deux bambins puissent, là encore, être d'une grande utilité. Ils étaient si frêles.

Ils se dirigèrent vers la porte Est, sur les directives du garçonnet aux cheveux blancs. La scène devait certainement être comique pour les passants. Après tout, ils constituaient une bien singulière équipée: elle, avec ses longs cheveux couleur du soir et sa tenue solaire, le gamin aux cheveux d'argent et le troisième, avec son bonnet vissé sur le crâne et son allure de lutin. Elle aurait eu l'impression d'être d'une nounou, si seulement elle avait su que les nounous existaient. Elle se contenta de pouffer pour elle-même, finalement assez amusée par la situation. Elle avait appréhendé cette mission avec ennui, mais il se pouvait bien, au final, qu'elle se révèle pleine de surprises. Après tout, les enfants sont des créatures si imprévisibles.

"Ecoutez les enfants, je ne sais pas comment vous abordez les choses, mais je ne pense pas que vous arriverez à convaincre aucun de nos "clients" à servir la cause de Kiri. Vous n'avez pas l'air franchement menaçants. Je doute que des truands notables se laissent dicter leur conduite par des nourrissons."

Il n'y avait aucune once de méchanceté dans le ton de sa voix, aussi blessants ses propos puissent-ils être. Elle avait toujours vécu trop loin des autres pour savoir l'impact que peuvent avoir les paroles quand on n'y prête pas garde. Même, son ton ressemblait à celui d'une grande soeur.

"Je ne doute pas que vous ayez quelques petits trucs en réserve ... Mais quand même, essayez d'être prudents. Je ne voudrais pas que vous vous mettiez à pleurer en pleine mission. Je vous préviens, je déteste les enfants bruyants."

Elle leur adressa un sourire plein de légèreté et de ce qui ressemblait à une forme de hauteur, et accéléra quelque peu le pas, fendant la foule avec grâce. Ils arrivaient devant l'enseigne de leur première cible. D'une certaine façon, elle avait plutôt hâte de voir comment agiraient ses deux petits camarades de jeu. Car elle était suffisamment bien placée pour savoir que les apparences n'étaient souvent qu'une façade, bien commode pour qui sait les utiliser habilement.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 21 Mai 2019 - 20:47
La petite équipe grossit ses rangs à l'arrivée d'un jeune garçon dans les âges du Meikyū pas beaucoup plus grand que lui. Le teint blafard, le regard froid comme le blanc neigeux de ses cheveux courts et ébouriffés. Kimono dans les tons froids, le bleu se rapprochant des couleurs de Kiri sur les épaules il arriva comme un cheveux sur la soupe durant les présentations entre la jeune femme et l'érudit.
Le garçon se nommait Hyōsho Shironome, un prénom qui n'était pas courant et qu'Arata n'avait d'ailleurs jamais entendu. Est-ce qu'il s'appelait Shiro et donc était nommé Shiro ou bien le nommait ton Shironome ? Peut-être était-il nommé Hyōshoshiro d'un seul mot et ce serait dont son prénom. Bref, le genin cessa de se poser des questions absurdes sur le prénom, nom et/ou surnom du sus nommé Shironome pour se concentrer sur l'instant présent. (paragraphe à répéter cinq fois de plus en plus vite)

La jeune femme bien qu'habillé des couleurs les plus chaudes restait la plus froide, malgré le nom glacé et glaçant du garçon aux cheveux d'argent. Elle ne confirma ni n'infirma être ou ne pas être Junko Date. Pourtant, chacun savait qui était qui suite à cette rencontre bizarre, mais bizarrement prévue. Quoi qu'il en soit Shironome lança les hostilités en annonçant à haute voix leur première cible à savoir un marchand d'arme localisé à l'Est du village. Arata planta son regard sur la liste qu'il avait reçue avec la missive le conviant à cette mission pour y relire le nom du marchand. Il s'agissait de Kitanai Doran, et contrairement... Coupé dans sa réflexion par les réflexions de Junko, Arata cessa de penser pour écouter.
La plus âgés du groupe semblait douter des capacités de persuasion de ses jeunes compères mettant en avant leurs apparences juvéniles comme critère d'une pauvre crédibilité. Un argument qui faisait sens lorsqu'on parlait d'adolescent civil rompu à une vie d'oisiveté et de plaisirs enfantins. Qui pourtant d'après le garçonnet ne s'appliquait pas à lui et sans doute pas au nommé Shiro le teint le blanc. Après tout, tous les deux étaient des shinobis avant d'être des adolescents même si pour les yeux supérieurs de la jeune femme il n'en était pas moins des enfants. Bien que le ton de Junko soit neutre ses propos était par définition vouer à blesser, mais cela ne dérangeait en rien le positif ninja aux lunettes qui était habitué à ce qu'on le sous-estime. La maturité précoce faisait souvent peur aux ninjas plus âgés certains avaient dix printemps de plus que lui et n'excédait pas son niveau d'il y a cinq printemps. Et alors que Junko faisait déjà route vers l'Est Arata prit la parole en chemin:

Pour information ne vous laissez pas abuser par le prénom masculin "Doran", la personne que nous allons voir est une marchande d'arme. J'ai eu affaire à elle lors d'une mission, j'étais sur les traces d'un trafiquant international œuvrant pour vendre des armes venues de Kumo au port Nagarasa. Passons, Doran est une femme intelligente, elle ne nous laissera pas l'approcher aisément il faudra en passer par Dan son grand-frère simplet, un peu rustaud, mais très costaud. Il lui fait office de garde du corps quelqu'un à ne pas négliger si on se rend sur le territoire de Doran, précisa Arata emprunt de l'envie de bien faire et de partager son savoir avec ses compagnons de mission.

Sur ces mots tous se rendirent dans l'Est de Kirigakure no sato près d'une forge qui faisait office de bureau pour la femme criminelle du pays de l'eau. Elle se tenait là près du puits voisin de sa forge et où elle rencontrait beaucoup de ses client étrangers venus d'autres pays. Le Meikyū n'allait pas attendre de voir débarquer Dan qui semblait absent, il se souvenait encore de la douleur sur ses cottes fêlés lors de leur dernière rencontre.

Doran Kitanai:
 

Doran ! On est ici pour parler, comme la dernière fois et je ne suis pas venu pour t'arrêter. Acceptes-tu de me laisser approcher sans faire appel à ton frère, héla le genin sous la forme d'une question à la jeune femme qui tourna son regard appuyé vers lui.

Elle sourit.

Viens petit, cela faisait longtemps ton effronterie m'avait manqué. Viens dis-moi ce que tu veux !

Arata se tourna vers ces deux comparses:

J'y vais, mais couvrez-moi Dan est une vraie bestiasse aussi grande voir plus grande que le Rokudaime Mizukage, expliqua l'adolescent une légère teinte d’inquiétude dans la voix.

Il se rendit donc auprès de Doran qui l'attendait avec impatience...

Dan Kitanai:
 



Dernière édition par Meikyū Arata le Dim 26 Mai 2019 - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Dim 26 Mai 2019 - 21:45
Le sourcil arqué, Shironome observait les traits de la rouquine, visiblement amusée par ses propres paroles à leur encontre. Si le Meikyu ne semblait pas en avoir fait cas, ce genre de comportement représentait tout ce qui le répugnait chez autrui ; cette soif de suprématie et une avide supériorité, qui bien souvent, étaient loin d’être fondée. Que cela en soit le cas ou non pour cette Junko, une chose était sûre, il lui faudrait changer de ton auprès de lui.

« Loin de moi l’idée de t’apprendre comment te comporter avec tes pairs, mais peut-être devrais-tu te focaliser sur la mission au lieu de juger n’importe qui à son apparence. Arata a visiblement les choses bien en mains pour un « bambin prêt à pleurer », miss Junko. J’ose espérer que malgré votre air surfait, vous saurez en faire de même. », glissa-t-il avec une pointe de sarcasme, deux prunelles suivant les mouvements du jeune garçon qui s’éloignait de plus en plus. Un savant mélange de retenue et d'amertume, qui soulignait son désaccord avec la demoiselle sans pour autant attiser quelques braises de discorde que ce soit.

Les informations confiées par son partenaire tournaient en boucle dans l'esprit de l'adolescent. Cette fameuse marchante d'arme, outre la charmante compagnie de son frère qui semblait avoir autant d'esprit qu'un mollusque, ne devait pas être prise à la légère si l'on en croyait ses dires. Alors que leurs deux silhouettes s'évanouirent dans un recoin de la forge, la chevelure d'argent se retrouvait seule avec son ardente consœur, tandis qu'un regard farouche et déterminé arpentait chaque objet, chaque visage daignant leur adresser un regard. Une imposante stature se déroba sous son regard, seulement vêtue d'un kimono qui n'aurait su couvrir la musculature outrageusement développée de leur vis-à-vis. Sûrement pour compenser un manque d'intellect. Un colosse, l'air simplet... On dirait bien que c'est notre homme. Quant à ses vêtements... il semblerait qu'il y connaisse deux ou trois choses sur les arts martiaux. Shironome redressa son menton, l'azur caché par ses paupières se plantant dans les yeux hagard de ce fameux « Dan ». Sans vouloir perdre plus de temps en premières impression décevantes, il s'enquit de jouer le jeu du plus commun des clients sans même jeter un regard à la jeune Date, et ce, en effaçant toute trace infantile de son comportement, comme à son habitude. Après tout, peut-être est-il lui aussi une des cibles à recruter... même si je doute fort que ce genre « d'atouts » soit utile à la brume.

« Nous sommes à la recherche de dagues, ou tout du moins d'armes de jet à moindre prix. Avez-vous cela en stock ? », l'air impassible, l'adolescent s'efforçait de dégager une impression de sérieux. « Si toutefois elles détienne un quelconque pouvoir, considérez que nous sommes prêts à doubler la somme que vous en demanderez. »

Un air surpris s'installa sur le visage du géant, avant que ses yeux n'oscillent entre les deux individus face à lui. Était-ce une blague?

« Ouais ouais on a ça... Mais j'suis pas sûr que tu puisse manier ça gamin. »

Adressant pour la seconde fois une œillade à Junko comme pour l'enjoindre à participer à la discussion, Shironome poursuivit sa proposition d'autant plus que leur comparse semblait intrigué par l'absence de sa chère sœur qu'il cherchait partout du regard. Nul doute qu'il était fortement suspicieux quant à leur présence, et il ne relevait que du duo de les effacer.

« Alors apportez-les nous. Votre réputation a su se baser sur la manière... pour le moins remarquable avec laquelle vous traitiez vos clients. Je suppose que vous saurez vous montrer à la hauteur de nos espérance et que nous obtiendrons votre entière attention à ce sujet. », clama-t-il avec une assurance mêlée de retenue, jouant d'un habile subterfuge afin de faire comprendre à ce nigaud que la notoriété de leur enseigne vagabonde était de mise ce soir.

Une nouvelle fois, les prunelles azurées revinrent sur les traits de la jeune femme avec plus d'appuis, l'incitant fermement à se prendre au jeu ; il leur fallait donner le change assez longtemps afin de permettre à Arata d'établir des liens avec cette fameuse Doran. Voyons voir si sa condescendance peut se être utile.


Objectifs:
 



[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Hyōsho Shironome le Mer 21 Aoû 2019 - 10:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Jeu 30 Mai 2019 - 9:43

Junko était amusée par l'agacement de son petit partenaire aux cheveux blancs. Les enfants étaient drôles, quand ils piquaient une colère. Tous leurs propos semblaient désuets tellement ils voulaient paraître adultes. Ca suffisait à distraire son attention. Elle n'avait rien écouté de ce qu'il avait dit. Elle était trop amusée, et peut être attendrie. Mais Arata était moins amusant. Il était trop sérieux, et l'intéressait moins. Après tout, ne pouvaient-ils pas s'amuser un peu ? La journée était belle, et, même si ce qu'ils avaient à accomplir était une tâche officielle, ce n'était pas une raison pour se borner à l'assiduité la plus stricte et sévère.

Elle se trouva donc assez satisfaite de rester en compagnie du petit aux cheveux blancs - dont elle avait d'ailleurs oublié le nom, à présent. Lui aussi prenait la mission assez au sérieux, décidément. Il commença à compter une belle histoire à leur nouveau vis-à-vis. Une espèce de colosse à l'air parfaitement stupide. Celui-là, si elle le pouvait, Junko se passerait bien d'essayer de le séduire. Il devait être aussi délicat qu'un buffle. Fort heureusement, son petit comparse semblait avoir opté pour une tout autre stratégie.

Comme pour étayer son propos, Junko posa une de ses élégantes mains dans les cheveux blancs de son compère, et afficha un léger sourire à destination du balourd.

"Vous feriez mieux de vous exécuter, mon petit frère n'aime pas trop qu'on le fasse attendre."

Il y eut un moment de silence. Le colosse la fixait de son regard hagard, comme s'il n'arrivait pas à la voir bien distinctement. Elle ne cillait pas, et maintenant son regard fermement fiché dans celui de l'autre, son léger sourire décidément rivé sur ses lèvres, provocateur.

"Bon ..."

Il fit demi-tour, et, de sa démarche lourde et décidément pas gracieuse, se dirigea vers ce qui ressemblait à un petit entrepôt.

"Je ne pensais pas que tu pourrais être aussi persuasif mon petit ! On dirait que les enfants de Mizu sont des durs à cuire. En tout cas, lui n'a pas l'air très finaud. Si jamais il nous attaque, tu me défendras, hm ?"

Elle avait dit ça sur le ton de la plaisanterie. Elle avait du mal à imaginer ce petit bout de garçon lui servir de bouclier. Même si son sabre avait l'air redoutable, elle doutait qu'il arrive à le soulever assez haut pour lui protéger ne serait-ce que les épaules. Mais elle aimait bien le taquiner.

Le colosse reparut. Il avait les mains vides. Et derrière lui, un cortège d'une demi-douzaine d'hommes, à la carrure certes moins massive mais tout de même assez dissuasive, le suivait. Ils s'arrêtèrent devant les deux shinobis, les bras croisés, le regard mauvais. Il y eut un blanc. Puis, Junko, haussant un sourcil et prenant sa voix la plus sceptique:

"Je crois que vous avez oublié notre commande."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Sam 1 Juin 2019 - 20:21
Tandis que le nommé Shironome et la vieille Junko patientait à l'entrée de la petite cour centrale autour de laquelle était érigé un entrepôt, une forge et un atelier. Arata lui était face à Doran, celle que le nommait parfois Doran "Fille de Guerre" Kitanai. Un sobriquet qu'elle avait reçu du monde de canaille qu'elle fréquentait. Ces petits malins prétextaient que de la côte nord de l'île la plus au nord de l'archipel de Mizu no kuni à la côte sud de l'île la plus au sud de l'archipel de l'eau aucunes escarmouches, aucune guéguerre de gang criminel rivaux ou aucune échauffourée n'arrivait sans que les armes de la Fille de Guerre ne soient impliquées.
Doran était une femme singulière à la chevelure blanche comme la neige et au regard chaud comme le pelage d'un fauve qui aurait lézardé au soleil toute la sainte journée. Cheveux coupés courts pour une femme, ils lui descendaient jusqu'à la nuque volumineux et rebelles. Un nez bien rond, légèrement retroussé, un rouge à lèvre légèrement tape à l'œil, mais pas trop qu'elle ne mettait pas jusqu'à la commissure de ses lèvres. La mâchoire angulaire, mais fine et le menton taillé en pointe. De petites fossettes absolument charmantes, la droite étant abîmée par le trait d'une cicatrice disgracieuse, mais qui lui donnait un côté dangereux et sauvage.
La jeune criminelle s'habillait de manière provocante, un cuir plein de patch qui lui descendait pas plus bas que sous la poitrine seulement fermé par une boucle laissant un décolleté plongeant sur ses dessous. Un soutient-gorge rouge pimpant en dentelle lui-même décolleté laissant entrevoir les courbes jolies de sa poitrine.

Elle entrevit tout de suite le regard égaré au milieu des ses dunes de chair du jeune kirijin qui depuis peu se trouvait un peu trop attiré par la gente féminine notamment par les femmes plus âgées que lui. Bizarrement Junko Date n'avait eu aucun effet sur sa personne, peut-être était-ce la personnalité antipathique qu'elle laissait entrevoir ou simplement qu'Arata avait des goûts particuliers en matière de femme.

Alors, on commence à pendre de l'âge gamin, on s'intéresse aux filles, ria-t-elle. Élève ton regard ou tu ne reverras pas tes deux comparses là-dehors, précisa-t-elle sourire aux lèvres, mais menace bien réelle. Qu'est-ce que tu me veux, dit-elle de manière interrogative une fois les yeux du genin plongés dans le siens ?

Menacé un shinobi de Kiri, hein ? Je sais ta position renforcée depuis l'arrestation de Gueule de Loup, mais n'oublie pas que je représente le village aujourd'hui. Je suis en mission Doran, néanmoins je m'excuse pour ce regard déplacé, précisa Arata.

La jeune femme sourit et Arata n'était pas insensible à ce sourire pédant:

Ton effronterie me manquait, je le disais à l'instant, ah ah ah, ria-t-elle à nouveau. Tu crois que j'ai peur du barbu, la sixième ombre, les kages tombent comme des mouches de nos jours, rétorqua-t-elle en réponse au rappel à l'ordre du genin.

C'était la spécialité de la jeune femme provoquée jusqu'à ce que l'on fasse un faux pas, elle envoyait Dan ou bien jusqu'à ce qu'on la laisse tranquille tout simplement et elle envoyait Dan vous attaquer dans le dos.

Avant de m'envoyer ta brute, n'oublie pas que je l'ai vaincu la dernière fois, lança l'adolescent effrontément.

N'oublie pas qu'il était seul face à toi et deux de tes copains, regarde derrière, dit-elle les dents en avant.

Le Meikyū se retourna pour voir Dan sortir de l'entrepôt accompagné de douze de ses copains et venir à la rencontre de Junko et Shironome.

Allez, cessons ce petit jeu on est venu te proposer un marché honnête, tu sais que Kirigakure no sato est au courant de tes manigances beaucoup de tes commerces ont fermé où ont été impacté par les récents événements, ce serait dommage de perdre ce qui reste. Les hautes instances de Kiri cherchent à monter un réseau d'espionnage et d'informateurs pour le compte de la brume en échange vous n'allez pas en prison et vos commerces légaux restent indemnes. Vous en êtes et en restez les propriétaires légitimes tant que toutes autres activités annexes servent au profit d'information utile à la prévention des risques pour la brume. Vous êtes nos yeux et nos oreilles et vous n'occuperez pas les geôles de Kiri ce soir, les termes sont clairs, ajouta fermement le genin sans sourciller.

Doran changea d'humeur, Arata le savait la nouvelle ne lui plaisait pas la jeune femme n'avait pas particulièrement d'affection pour le village c'est sa politique militaire qui l'avait poussé à s'installer ici, les affaires y étaient florissantes. Malgré une baisse significative depuis la création du village caché par la brume.

Et...

Doran, stop. Réfléchit, je ne suis que le messager comme mes comparses, attaque nous et tu perdras des hommes peut-être que tu nous emporteras dans la tombe, mais dans moins d'une demi-heure d'autres viendront et ce ne seront pas une bande de genin. Tu seras jeté en prison ou morte, alors que si tu acceptes les affaires continues, tu auras juste à rester fidèle au village et donné les informations que tu sais pour le réseau. Prends bien tout cela en compte, argua le jeune homme.

Hum... tu as gagné...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 16:45
D’un coup d’œil critique, Shironome avisa la silhouette de la rougeoyante qui débutait son tour de charme, qu’il espérait concluant. Si la surprise s’éprit de lui lorsqu’il l’entendit jouer la carte familiale à son égard, son visage n’en laissa passer aucun indice. Le dos droit et la stature inchangée, l’enfant dardait toujours sa pleine attention sur le colosse : et pour cause, après un souffle de résignation, leur vis-à-vis tourna des talons l’air… pour le moins agacé. L’espace d’un instant, il s’arracha à cette contemplation stérile pour répondre à Junko, qui avait reprit ce ton taquin à son adresse.

« Le fait que tu sois blessée ralentirait le bon déroulé de la mission ; rassure-toi, je ne laisserai pas ça arriver. »

Mais bien vite, leur échange fut avorté par l’arrivée bourdonnante d’une douzaine d’hommes, avec à leur tête, ce grand dadet, Dan, qui ne semblait pas en avoir fini avec ceux qui avaient piqué son ego. Bon sang mais ce type est un véritable abruti… Un air exaspéré remplaça son masque d’indifférence avant qu’il ne se retienne de délaisser un soupir, ses pupilles céruléennes rivées sur le groupuscule. Si certains n’avait pas l’air d’être aussi nigaud que leur supérieur, ils étaient sans nul doute assez limités pour suivre des ordres aveuglément.

D’une œillade, il s’aperçu de l’arrivée du Meikyu et de la fameuse Doran, alors que sur chacun de leur visage trônait un sourire entendu, entre quelques mots adressés. J’en déduis qu’Arata a réussi à passer un accord, sinon, elle aurait déjà les mains liées… Tant mieux, on va pouvoir tirer parti de leur loyauté naïve. Junko, elle, tinta leur arrivée d’une réplique bien sentie qui ne manquerait pas d’attiser leurs fougue. Or, la discrétion était de mise aujourd’hui. Shironome allait devoir rectifier le tir, et en vitesse. Et pour cela… Rien ne valait mieux que la rhétorique.

« J’imagine que vous avez compris que nous n’étions pas là pour marchander… « Dan ». », devant le sourire simplet que ce dernier afficha, l’enfant compris que ce serait de la tarte. Il devait simplement l’empêcher d’user de ses muscles. « Ou tout du moins, pas à propos d’armes. », d’un geste du menton, il indiqua la position du duo approchant à ses vis-à-vis. « Votre cheffe, Doran, viens à l’instant de conclure un marché avec l’un des hommes de la Brume : elle deviendra son espionne attitrée. Je vous offre le même choix. Si vous rejoignez les rangs d’espionnage de Kiri, vos crimes seront absous. »

Son poignet vint trouver la garde de sa lame, finement rangée dans son dos. Le sabre glissa légèrement du fourreau, assez pour laisser passer un bref éclat de lumière sur le métal en guise de mise en garde.

« Néanmoins si vous refusez... je crains que le seul accueil que vous recevrez sera celui de la Kenpei et des géôles de Kiri. »

Un murmure s'éleva dans les rangs alors que l'étonnement s'inscrivait sur le village de Dan, surpris de voir sa sœur s'approcher aussi nonchalamment aux côtés d'un shinobi, eux qui étaient jusqu'alors leurs ennemis internes. D'autant plus que ce shinobi était une de ses connaissances personnelles, une sombre histoire de combat...

Quant à la douzaine de gaillards qui l'accompagnait, leurs épaules s'avachirent en réalisant la situation, une chose qui était loin d'avoir été provoquée par le geste du sabreur : c'était là de leur avenir qu'il s'agissait, et même eux pouvaient le comprendre. Mais si une majeure partie d'entre eux se rangeait aux côtés de Doran, une minorité s'exclama à haute voix, refusant catégoriquement de se joindre à la Brume pour des raisons personnelle ; égo, passé, vengeance, qu'importe. Ils avaient choisi d'être enfermés.

Et une chose était sûre : si Junko ne faisait pas le premier pas pour les mettre hors d'état de nuire, Shironome s'en chargrait sans compter.


Objectifs:
 



[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Hyōsho Shironome le Mer 21 Aoû 2019 - 11:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Sam 8 Juin 2019 - 21:14

Junko haussa le sourcil en voyant le petit groupe des réticents. Ils étaient six, tout au plus, à jouer les fortes têtes et à refuser de suivre leur maîtresse dans sa prise de position. Qu'espéraient-ils ? Qu'ils pourraient s'occuper de trois shinobis à eux seuls ? Qu'ils n'auraient pas à subir les conséquences de leur insubordination ? Ils n'étaient décidément pas très malins ... Sans doute les punitions que leur infligeait leur maîtresse n'étaient-elles pas suffisantes pour qu'ils connaissent le véritable prix de la désobéissance. Juko le connaissait, elle, et était tout à fait prête à leur faire partager son expérience, si ça pouvait servir la cause de Kiri. Et puis, elle n'avait rien contre un peu de violence, de temps en temps ...

Elle posa une main délicate sur l'épaule de Shironome, comme pour l'arrêter dans son mouvement. Elle avait décelé du coin de l'oeil l'éclat de sa lame sortie du fourreau. Elle voulait se charger de ces hommes elle-même. L'appel bestial de ses combats passés résonnait dans son coeur, dans son sang, et la poussait à prendre les choses en main. Elle fit quelques pas en direction des récalcitrants, l'air le plus serein du monde. Pourtant, ses yeux brillaient d'une lueur étrange, farouche.

"Ne vous faites pas plus stupides que vous l'êtes déjà. Suivez les ordres de votre maîtresse, vous vous rendrez service. Sinon, vous-

-Ta gueule, salope."

Tout se passa très vite. Junko planta son regard vers l'homme qui avait parlé. En un instant, elle était à côté de lui, sans qu'il ait eu le temps de réagir. Et en un clin d'oeil, elle avait passé sa main autour du cou de l'homme. Il eut bien un sursaut, mais son cri s'étrangla dans sa gorge. Sous les doigts de la jeune femme, fermement serrés autour de sa pomme d'Adam, la peau commençait à se couvrir de cloques noirâtres et de nécroses. Junko sentait les muscles se contracter sous ses doigts, et la peau mourir, peu à peu. Les autres restèrent figés d'effroi, jusqu'à ce que la jeune femme laisse tomber sa proie au sol, inconsciente. Alors seulement, elle reporta son attention sur le reste du groupe des réticents.

"Ne vous avisez pas de désobéir à Kiri. Je ne suis qu'une Genin, alors, si j'étais vous, je me rangerais à ma maîtresse en imaginant ce que des Chûnins ou des Jonins pourraient me faire si jamais je refusais."

De son pied, elle fit rouler le corps inconscient de celui qui l'avait insultée en direction du reste de ses camarades. De la bave écumait à présent de ses lèvres. Il avait l'air hideux.

"Il n'est pas mort. Mais vous devriez prendre soin de lui rapidement. Sinon, il risque de se noyer dans sa propre salive. Mais d'abord, qu'est-ce que vous décidez ?"

Il y eut un instant de flottement. Les hommes se regardaient entre eux, puis regardaient Junko. Finalement, hésitants, ils se rallièrent à leur maîtresse. La peur, songea Junko, a bien des vertus. Celle de l'obéissance était parmi les plus utiles. Elle en savait quelque chose.

Elle se retourna vers ses deux camarades dans un gracieux tour qui fit voler ses cheveux flamboyants au vent. Elle leur adressa son sourire le plus maternel.

"Alors les enfants, où est-ce que vous voulez aller maintenant ?"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 11 Juin 2019 - 14:13
Accompagnée de Doran Kitenai, le garçon de la brume rejoignait à petit pas le groupe qui s'était composé dans leur dos. Dan, le petit frère de la jeune femme faisait encore des siennes et son cerveau de la taille d'un pois chiche y était pour beaucoup. Visiblement, le groupe composé d'une douzaine de personnes incluant les deux comparses du Meikyū pour cette mission était en grande discussion. De plus, il semblerait que celle-ci ne soit pas une conversation cordiale, mais plutôt source de conflit. Entre Dan, sa bande de chien galeux et les genins Date puis Hyōsho la situation avait l'air de s'envenimer au vu des visages aux mâchoires serrées. Les regards laissaient aussi transparaître une tension palpable sur le visage des malfrats, quant à Shironome et Junko, eux semblaient complètement sûr d'eux. Pourquoi ne le serait-il pas ? Après tout ils étaient des ninjas entraînés au service de Kirigakure no sato.
Le genin entendit Doran à côté de lui marmonner quelques mots avant qu'ils n'atteignent tous les deux le lieu du différend.

Il va m'entendre ce gros buffle de Dan, je lui ais dit cent fois que c'est moi qui dirigeais ici et qu'il ne devait agir que sur ordre. Maman, m'avait bien dit que le petit frère était une plaie, pestait-elle dans un souffle d'air.

Alors qu'ils arrivaient, l'adolescent entendit l'avertissement oral du genin au regard d'acier froid comme le vent d'hiver. Kenpei et geôles de Kiri ou bien travail pour le compte de la brume tout en continuant certaines de leurs activités. Le choix était simple et certains y réfléchirent à deux fois, mais quelques-uns d'entre eux, un petit nombre choisirent de défier la brume.
L'un d'eux plus courageux ou plus stupide que les autres décida de défier plus que la brume, il défia l'arrogante Junko Date. Qui malgré ses airs suffisants avaient de quoi revendiquer une telle confiance en elle, car en un éclair elle avait pris dans son étau l'insultant personnage. Elle montrait déjà ses talents de kunoichi qui avait de quoi effrayer n'importe quel criminel. Arata qui observait la scène, remarqua le travail sur la gorge du malheureux et y trouva des signes d'utilisations d'un jutsu particulier. Il avait lu que son clan était capable de faire des choses similaires, un sceau Meikyū permettait la dégradation ou la dégénérescence des cellules. Avait-elle des origines qui la rattachait au clan des sceaux ancestraux ? Non, il n'avait vu aucun signe, aucun tatouage ou sceau marqué sur sa peau qui permettait de supposer cela. Peut-être une kunoichi médecin maîtrisant des techniques offensives lié à l'iroujutsu. Peu importe, il poserait la question plus tard...

La petite démonstration avait suffit à rabattre le caquet des récalcitrants à une collaboration fructueuse et tous se rangèrent derrière Doran qui avait rappelé ses hommes à l'ordre d'un simple regard après la menace désormais physique de Junko.

Un seul semblait désapprouvé désormais et d'ailleurs alors qu'Arata allait répondre à Junko que le prochain sur la liste était à quelques pas d'ici. Dan envoya une pique de provocation à l'intention du Meikyū:

Demi-portion, la prochaine fois je te briserais, argua-t-il en jouant des muscles.

Le genin ne releva pas, mais Doran envoya une sale claque dans l'arrière du crâne de son petit frère le rappelant à l'ordre et lui rappelant que la dernière fois c'est l'adolescent qui lui avait mis une raclée. Puis les genins prirent la direction du prochain criminel:

Mittsu Reiichi, d'après sa fiche c'est un ancien shinobi indépendant originaire d'Ame no kuni. Il a élu domicile à Kirigakure no sato, il y a peu de temps. Il a la réputation d'être un espion plutôt efficace, il à travailler longtemps pour les seigneurs du pays de la pluie. Il y a une photographie, annonça le genin en la montrant à ses partenaires.

Chose que pouvait aussi lire ses compagnons, le ninja était un shinobi sensoriel incroyable d'où la photo, il allait falloir le repérer dans Kiri avant qu'il ne s'évanouisse sans doute.
Reiichi Mittsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 2 Juil 2019 - 20:15
Un sourcil relevé par la surprise, une moue amusée, imprimée sur ses lèvres. Deux iris dardaient la silhouette de la jeune femme qui s'était élancée sur sa proie avec une grâce furieuse aux effluves mortelles. La peau de l'homme ne cessait de se désagréger sous sa poigne, rongée par un mal inconnu mais dont l'ascendance empoisonnée ne pourrait être écartée ; ainsi, la rougeoyante maniait toxine et venin avec la même agilité qu'il ne brandissait la lame de givre. Tandis que ses paroles s'élevaient dans le silence guerrier qui s'était échouée sur l'échoppe brumeuse, le cliquetis métallique d'un fourreau accompagna leur danse sonore ; le sabre avait retrouvé la chaleur de son logis et n'en démordrait plus jusqu'à sa prochaine convocation.

Quant à son manieur, sa pleine attention s'était glissée sur les traits de ses comparses qui, lentement, reformaient leur escouade ; en quelques mots, l'accord formé par Doran avait été inscrit dans sa mémoire. Mais deux malfrats attendaient encore d'entendre cette même proposition, équivoque à un pacte endiablé, tandis que Doran rejoignait les geôles de Kiri sous peu. Bientôt, un murmure s'étendrait par-delà la Brume, révélant qu'elle avait été sommée de stopper ses activités et interpellée par les shinobis de Kiri ; des soupirs de soulagement parvinrent aux oreilles du trio alors qu'ils quittaient les quartiers de ma marchante d'arme, au travers de regards emplis de gratitude.

« Tu as de bons moyens de persuasion, je dois te le reconnaître. », glissa la voix enfantine à l'adresse de sa comparse.

Déjà, la figure d'Arata se profilait à leur côté tandis que le sérieux qui imprégnait ses pensées relatait de leur prochain objectif ; un ancien espion dont la fidélité reposait entre les gouttes mortifères de la pluie. Seul un doute subsistait encore ; celui de ses activités dont la fin avait été actée par les autorités. Mais quel épieur laisserait la vérité éclairer ses affaires et ses profits ? Aucun, assurément.

Une main vagabonde vint resserrer son emprise sur la photographie tenue par son partenaire, dérobant le fasciés du renégat perfide à la connaissance de l'enfant des neiges. Un nom, un visage. C'était tout ce dont ils disposaient, dès à présent. Mais cela était suffisant, dès lors qu'ils disposaient de plus amples savoirs sur cette plèbe invisible. Un signe unique vint plier les doigts de Shironome sous son joug, poussant les limites de son corps à se transformer, à se métamorphoser sous ceux d'un autre... ou plutôt, d'une autre ; ceux de Doran. Un mal pour un mal.

Son regard, désormais relevé aux couleurs de l'automne, détaillait la rougeoyante et le Meikyû avec une attention des plus particulières. Après s'être entichée de la voie de la justice, la précédente détentrice de cette apparence ne saurait être vue dans un tel bas quartier : l'occasion ne pouvait être trop belle pour l'abandonner.

« Vous devriez vous fondre dans la masse, vous aussi. »

Aucuns mots ne tranchèrent son départ, uniquement marqué par ses directives ; s'ils souhaitaient mettre un fantôme aux fers, il n'avait nul autre moyen. L'enfant laissait derrière lui demandes et questions empreintes de mesure et prévoyance qui laisseraient au trio des indices salvateurs sur la position de leur cible, en prétextant le besoin des services d'espionnages de l'étranger. Le visage et la réputation de la marchante d'arme avait su leur ouvrir la voie, si bien qu'à l'orée d'un baraquement, une première piste s'était dérobée à leurs yeux.

L'ombre d'une chevelure noirâtre, dont les brins rougeoyants transperçaient les lueurs solaires, s'était faufilée dans l'une des ruelles sans quitter cet air suffisant, signature même de l'espion. La silhouette de Mittsu Reiichi se tenait devant eux… mais pouvaient-ils seulement l'atteindre et lui soumettre leur proposition sans le mettre en fuite ? La prudence marquerait leurs pas, au même titre que ceux de Shironome qui s'avançaient sur son flanc, ainsi dissimulé sous le visage de Doran.


Objectifs:
 



[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Hyōsho Shironome le Mer 21 Aoû 2019 - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 16:17

Junko observa la seule image dont ils disposaient. Leur prochaine cible n'était pas désagréable à regarder. Il était même plutôt bel homme. Mais elle n'aimait pas son regard. Il avait des yeux sournois. Les parfaits yeux d'un espion, à vrai dire. Et cela lui déplaisait. Elle aimait la franchise, la sincérité. Les cachoteries, les mensonges, la dissimulation, tout ça ne l'intéressait pas. C'était trop compliqué pour elle, et trop tortueux. Déjà, elle se faisait une opinion bien ancrée de l'individu qu'ils allaient prendre en chasse. En considérant en plus le fait qu'ils auraient du mal à lui mettre la main dessus ... Ca ne faisait qu'ajouter à son antipathie.

Elle vit bien le petit garçon aux cheveux blancs se transformer, changer son apparence, mais elle ne l'imita pas. D'abord parce qu'elle ne savait pas comment faire ce genre de chose. Ce n'était pas le type d'exercice auquel elle avait été exercée dans les arènes clandestines d'Asosan. C'était un tour, une farce, si peu utile quand il s'agissait de défendre sa vie bec et ongles contre un colosse qui menaçait d'écraser votre crâne à tout moment. Et puis, elle ne voyait pas vraiment d'intérêt à changer d'aspect. Si ils étaient vraiment épiés par le bonhomme, il n'aurait pas beaucoup de mal à retrouver leur trace, qu'ils se métamorphosent ou pas. Ca lui faisait une bonne excuse pour ne pas s'exécuter.

"Tu sais, je pense que si cet homme est si malin que ça, prendre l'aspect de quelqu'un d'autre ne changera pas grand chose ... Il doit probablement nous suivre depuis qu'on s'est retrouvés. Peut être même qu'il a été au courant de l'ordre de mission avant nous. Allez savoir, je ne suis pas une espionne, moi ..."

Mais Shironome n'avait pas écouté, et était parti devant. Junko maudit intérieurement la mauvaise éducation des enfants - non mais vraiment ? - et le suivit, malgré tout. De toute façon, elle n'avait aucune idée d'où trouver leur prochaine cible. C'était un espion, du genre prudent, apparemment, alors il pouvait être n'importe où. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Sauf que cette fois, l'aiguille cherchait délibérément à fuir les recherches. La tâche n'était pas mince ...

Et pourtant elle était là. Cette ombre qui se faufilait dans un recoin de ruelle, cette mèche de cheveux aux pointes rougeâtres. Junko la remarqua immédiatement, comme ses confrères, sans doute. Et elle pointa aussitôt le doigt dans sa direction.

"HEY !"

A tout prendre, autant commencer une course-poursuite endiablée. Elle se jeta sur les traces de la silhouette, déployant une agilité et une vitesse surprenantes. Elle prit l'angle, et vit les cheveux s'effacer derrière un nouveau coin de mur. Elle reprit sa course, sans perdre son élan, volant presque au-dessus du pavé. Mais, arrivée au second angle, plus trace de l'homme. Elle jura à demi-mots. Elle avait perdu sa trace. Mais il ne devait pas être très loin ... Elle tenta le tout pour le tout.

"SI TU ES TOUJOURS LÀ, TU FERAIS MIEUX DE TE MONTRER ! SINON, TU VAS AVOIR DE GROS ENNUIS !"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Lun 15 Juil 2019 - 19:50
Reiichi ce type faisait froid dans le dos sur sa photographie, il avait cet air malfaisant, un air qui laissait penser qu'il n'était pas juste un espion, mais pire que cela...
Le maquillage sombre qui soulignait ses yeux et ses paupières ajoutaient au mystère du personnage. L'ordre de mission ne stipulait pas vraiment quel genre de crime il avait commis pour être dans la liste noire de Kirigakure no sato, mais sans doute de la revente d'information. Ou pire s'imagina le petit membre du clan Meikyū...

Shironome décida d'opter pour une approche subtil dans l'optique de tromper leur proie, il utilisa un henge pour se changer et prendre l'apparence de Doran Kitanai. L'idée d'amadouer le criminel-espion avec le visage d'une autre criminelle était intéressante. Bien que Reiichi soit connu pour ses dons sensoriels supérieures à la moyenne peut-être que le givrant genin aux cheveux blancs avait dans sa musette des dons similaires capable de dissimuler sa véritable identité aux yeux d'un ninja aguerrit à ce type de technique.
Arata apprécia en tout cas l'initiative, ce serait donc autour de Shironome de briller dans ces négociations avec les raclures choisis par la brume pour former un réseau d'information efficace. L'adolescent contait bien suivre le conseil du membre de la famille Hyōsho en se fondant dans la masse et tandis que Junko se plaignait du plan de leur camarade Arata lui aussi modifia son apparence. Il était loin de posséder des dons sensoriels, mais en cas d'anticipation par Reiichi Mittsu au moins il ne le reconnaîtrait pas de vue. Le genin opta pour une apparence banale, quelqu'un d'absolument lambda et armé d'un sabre au fourreau de bois. Cheveux noirs de jais, peau grêlé par le soleil, un jeune homme d'une vingtaine d'année bien tassé qui pouvait parfaitement passer pour une petite frappe du quartier, un bandit, un homme de main de Doran ou toutes autres idées que l'on puisse se faire. Ainsi, au cas où Shironome souhaitait se servir de lui dans les négociations, il pourrait réagir correctement.

Bien sûr toutes ses préparations étaient sans compter l'intervention brutale de Junko Date, elle avait ruiné tous les efforts de la bande en quelques secondes. A peine l'individu avait-il été repérer par le Hyōsho et le reste du groupe qu'elle le héla au loin. Effet papillon l'espion s'enfuit à toutes jambes suivi en quatrième vitesse par la rouquine rustaude dans son kimono trop voyant. Arata soupira, au moins ils avaient encore Shironome, il préféra ne pas lui faire de signe pour ne pas gâcher sa couverture, mais s'élança lui aussi derrière Junko. Impossible de laisser une genin comme elle poursuivre seule un adversaire du calibre potentielle de Reiichi. La mission reposerait sûrement uniquement sur les épaules du sabreur aux cheveux blancs, mais de toute manière ce qui est fait est fait...
A seulement quelques pas de Junko qui courrait à vive allure derrière la silhouette de l'espion aux cheveux grisâtre et aux pointes rougies par la couleur. Son kimono noir tourna à un angle et Arata fit de même, mais à l'angle précédent espérant l'intercepter à un autre carrefour par une route à laquelle il ne s'attendait pas. Rien, et pas de trace de Junko non plus. Bientôt des bruits de pas qui cours parvinrent à ses oreilles... puis...

Tu me croyais parti à droite, je suis à ta gauche, jeune homme, pouvait entendre Arata dans un murmure.

Il se retourna prestement avant de prendre un méchant coup dans les cottes qui le sécha sur place puis l'ombre disparut. C'était vraiment un maître dans l'art de la sensorialité, le camouflage n'avait pas de secret pour lui.
C'est le souffle court que le genin poursuivit sa route espérant tomber sur l'un des ses coéquipiers...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Jeu 1 Aoû 2019 - 20:37
Des prunelles avisées se révulsèrent en entendant les éclats de voix de cette jeune femme qui les accompagnaient, trahissant à la fois ses intentions et sa position. Visiblement, être discrète ne faisait pas partie de ses qualités, si tant était qu’elle n’en soit dotée. L’enfant des neiges préféra une allée en solitaire au rassemblement opéré par le Meikyû, dont les pas s’écrasaient sur les pierres afin de rejoindre les flancs de la rougeoyante. Ses mouvements se firent plus discrets, ses œillades plus perçantes, jusqu’à ce qu’il ne perçoive le bruit étouffé d’un échange de coup. Une silhouette féminine, relique d’une illusion, rasa les murs de ces échoppes boisées sans perdre une seule fois de vue ses alentours ; et pour cause, l’homme qu’ils recherchaient se tenait devant elle. Sans tarder, l’ombre de ses pas se mêla à celle de ces toitures anonymes. Elle se tint bientôt près lui, n’attendant plus qu’il ne jette un regard par-dessus son épaule.

« Toujours en train de te faufiler tel un fantôme, Reiichi. », murmura l’enfant au travers de cette apparence fallacieuse. Sa voix s’était prêtée au jeux, elle aussi, si bien que ses intonations reflétaient celles de l’originale.

Sa réaction ne se fit pas attendre ; déjà, l’éclat d’une lame fusait à l’encontre de sa gorge, poussée par la surprise. Pourtant, Shironome ne bougea pas ; au lieu de cela, son regard désormais ambré se planta dans celui de l’espion, qui ne tarderait pas à desceller les failles dans sa couverture. Il ne lui faudrait qu’un instant d’inadvertance pour comprendre qu’il ne s’agissait pas là de la véritable Doran. Et pourtant, la dague se stoppa en plein élan, frôlant la peau tannée de cette métamorphose. Les iris du noiraud s’étaient empreintes d’une lueur d’intérêt et de malice, forçant son arme à trouver le repos, pointe contre le sol. Et pourtant, au plus profond de son regard… l’enfant ne pouvait s’empêcher de penser qu’il l’avait déjà percé à jour. Aimait-il à ce point de jouer des autres, quitte à leur faire croire que la situation leur était acquise ?

« Doran. Que fais-tu dans les bas quartiers ? Moi qui pensais que tu étais assez… occupée dernièrement.
Tu n’as pas besoin de jouer à ce petit jeu avec moi. Tu as toujours été au courant de tout.
C’est vrai… Et pourtant, les raisons qui t’amène dans mon territoire me demeurent inconnues., glissa-t-il sur un ton espiègle.
Je te cherchais.
Ah oui ?
Cela te surprend tant ?
Je pense que tu te souviens tout autant que moi que notre dernière rencontre n'était pas des plus amicales. »

Shironome plissa les yeux, avisant Reiichi avec appréhension. Cela ne me dit rien qui vaille... La discussion devient bien trop personnelle. Comment pourrait-il deviner ce qui était intervenu entre les deux jeunes gens ? Il n'avait pas eu l'occasion d'interroger la marchante d'arme à ce sujet. Quant à son apparence désabusée... il s'en était emparée sur un coup de tête.

« Mais je suppose que, pour toi, je peux faire une exception. »

Pitié, ne me dites pas que c'est ce que je crois. Son regard glissa sur les traits de l'espion une nouvelle fois, avec un mélange de curiosité et de satisfaction feinte. Il ne devrait pas tenter le diable plus que nécessaire. Sa stature se glissa à l'intérieur de l'une de ces bâtisses délaissées, ont l'appartenance ne pouvait qu'être aux prises de l'espion. Ses comparses n'auraient nul mal à retracer ses pas.

« Que veux-tu ?
Moi ? Peu de choses. Rien, à vrai dire. »

La paume de la jeune femme se redressa, formée d'un mudrā unique. Le henge disparu progressivement, muant la silhouette de la marchante d'arme en celle de son porteur originelle, un sabreur aux cheveux blancs. Aucune surprise ne fendit le visage de son vis-à-vis ; bien au contraire, un sourire satisfait et moqueur prit place sur ses lèvres.

« Mais il se pourrait qu'il en soit tout autre, en ce qui concerne les instances de la Brume. »

Le regard du noiraud se déposa sur l'arme qui trônait dans le dos de l'enfant, tandis que ses bras demeuraient croisés sur son torse, sa lame dansant entre ses doigts nus.

« Je me demandais quand est-ce que tu comptais révéler ta véritable identité. Ce chakra n'était assurément pas celui de notre chère Doran. »

Quelques silhouettes émergèrent de l'ombre, dont l'air menaçant n'avait rien à envier aux hommes de mains de leur précédente marchande ; à la différence près qu'elles étaient dépourvues de cet air fondamentalement stupide. Pourtant, elles ne firent rien, et se contentèrent de cerner l'enfant. Et malgré tout, il ne perdit aucune once de cette confiance qui habitait son regard.

Alors qu'il s’apprêtait à révéler les raisons de sa présence, ce marché, passé entre Kirigakure et les plus viles âmes de ces bas quartiers, le drap gardant l'entrée de cette bâtisse se souleva, dévoilant avec elle l'identité de ce nouvel intrus.


Objectifs:
 



[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Hyōsho Shironome le Mer 21 Aoû 2019 - 11:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Jeu 1 Aoû 2019 - 21:19

Aucune réponse n'avait percé le silence des ruelles sombres quand Junko avait crié ses derniers mots. Seul l'écho de ses paroles lui avait répondu. C'était frustrant. Elle n'était pas douée pour les traques. Elle n'avait pas été entraînée à ce genre d'exercice, à aucun moment de sa vie. Elle était une adepte des combats frontaux, des face-à-face. Pas des courses-poursuites. Ces jeux-là étaient futiles, à ses yeux, et une véritable perte de temps. D'autant qu'ils ne voulaient vraiment aucun mal à leur cible. Alors à quoi bon se chercher ainsi, comme des chiens à la recherche du meilleur poteau sur lequel pisser ? Tout cela l'agaçait profondément. Et, pour couronner le tout, elle avait perdu les deux gamins.

"Et merde, je vais me faire taper dessus ..."

Ses yeux d'or parcoururent alors frénétiquement les environs, scrutant chaque coin de rue éclairé, chaque bout de toit, et ses oreilles se tirent en éveil, prêtes à capter le moindre petit bruit. Et il y en eut un. Très léger, mais parfaitement reconnaissable pour l'oreille qui était familière des combats. C'était le son du fer qui fend l'air. Un son hargneux. Junko tourna aussitôt la tête vers la direction d'où semblait venir le bruit, et y fila avec l'agilité d'un chat.

A mesure qu'elle progressait, un murmure de voix lui parvenait, se faisant plus fort et plus distinct. Elle tourna à droite, puis à gauche et ... se retrouva devant un cul-de-sac. Il n'y avait devant elle qu'une bâtisse pour le moins miteuse, percée d'une unique porte, fermée. Et de l'autre côté de la bicoque, elle pouvait nettement entendre le bruit des voix. Elle n'avait alors pas vraiment le choix. D'un air résolu, elle arma son pied et inspira un grand coup.

La prote se fracassa dans un éclat de bois sonore. De l'autre côté, les cris d'étonnement et le cliquetis des armes dont on se saisit retentissaient déjà. Junko s'y était attendue - elle n'était pas si bête que ça. Elle avait déjà composé ses mudras. Aussi, quand les premiers assaillants se présentèrent sur le pas de la porte défoncée, elle les accueillit avec un petit cadeau de sa confection: dans un souffle, elle libéra un nuage d'une fumée pourpre qui, passant au travers de la masse des combattants en première ligne, alla jusqu'à emplir toute la pièce derrière eux. Le résultat fut immédiat: tous ceux qui avaient respiré le gaz virent leur élan brisé, tout comme leur souffle. Ils tombèrent un à un, comme des mouches. Pas morts, mais seulement inconscients. Un poison simple, mais efficace.

Se protégeant la bouche de sa manche, Junko traversa d'un bond la pièce unique qu'elle avait pollué de ses miasmes, et se retrouva face à une tenture. De l'autre côté, elle entendait distinctement les mêmes voix qu'elle avait suivies. Et elle reconnut parfaitement l'une d'elle comme étant celle du gamin aux cheveux blancs - dont elle avait déjà oublié le nom. Elle capta la fin de leur conversation, et estima que le temps était opportun pour une entrée en scène spectaculaire.

Le drap s'écarta avec théâtralité. Derrière lui, enveloppée d'une volute de fumée violacée, Junko se présenta, un sourire fier aux lèvres, son regard d'or pétillant plus que jamais de malice. Elle reconnut le gamin, et comprit bien vite qui était l'autre personne qu'elle avait entendue parler. Reiichi n'était pas seul. Ses sbires avaient déjà encerclé le bambin. Ca compliquerait les choses en cas de confrontation, mais ils pourraient peut être éviter ce scénario. Ignorant son coéquipier d'un jour, Junko s'avança vers leur cible, sans se départir de son sourire.

"Ne nous échauffons pas trop le sang. On vient à peine de se rencontrer, après tout ..."

Elle décela un regard de Reiichi en direction du drap duquel elle avait surgi: des volutes de fumée pourpre s'échappaient encore de derrière la tenture.

"Pas d'inquiétude: tes hommes vont bien. Ils sont simplement assommés. Un bon somme et il n'y paraîtra plus. Mais, franchement, tu devrais t'entourer d'hommes de main un peu plus capables ...

-Qu'est-ce que me veut la Brume, exactement ?

-Rien de mauvais. Un marché, et plutôt intéressant. Deviens informateur pour le compte du village, et le village t'assurera une sorte de ... disons, protection."

Il y eut un instant de flottement. Junko affichait toujours un air des plus assurés. Reiichi semblait réfléchir. Elle pouvait presque voir la mécanique de sa pensée derrière ses mèches rougies.

"Et si je refusais ?

-Dans ce cas, on ne serait pas amis du tout."

Il lui répondit d'un rictus et d'un simple mouvement de sa main en direction de ses hommes.


_________________
Faire un choix [Mission libre C] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Ven 2 Aoû 2019 - 11:48
Autant chercher une aiguille dans une botte de foin, Arata était certes un genin consciencieux, mais il ne connaissait pas les bas quartier comme sa poche. Le centre-ville n'avait pas de secret pour lui, le quartier culturel, les quartier de clan éminents non plus. Pourtant, il avait déjà arpenté ces ruelles coupes jarret. Au détour de l'une d'elle il reconnu même l'endroit où il avait rencontré pour la première fois l'ex-criminel devenu ninja Mamoru Honō. Une vieille histoire, des hommes de Gueule de Loup avaient décidé de lui tendre un piège à l'aide d'un shinobi illusionniste. Le genin s'était sorti de cette situation comme un chef, mais Honō était venu dans l'espoir de casser de la brute et par lien de cause à effet aider le Meikyū. Mais passons...

Depuis l'attaque surprise de Reiichi Mittsu, Arata n'avait pas remis la main sur l'espion de la pluie. Il n'avait d'ailleurs pas vu trace de Junko Date ou de Shironome Hyōsho d'ailleurs et désormais les ruelles labyrinthiques des bas quartier se ressemblaient toutes aux yeux de l'adolescent. Il était cette fois-ci véritablement perdu. Que faire ?
Le genin avait croisé quelques personnes, mais les allures de ces types ne lui inspirait aucune confiance. Au mieux ils lui indiqueraient de fausses directions, au pire ils tenteraient de le dépouiller. Non ce n'était pas la solution. Il ne restait qu'une chose à faire prendre de la hauteur afin de mieux observer la situation. Non loin, Arata avisa une corniche au-dessus d'une habitation qui le mènerait aisément aux toits du quartier. Il courut contre un mur infusant du chakra sur sa voûte plantaire pour adhérer à la surface vertical de l'habitation. Une fois la corniche atteinte, un saut de plus et il était sur les toits de Kirigakure no sato. Au loin, il pouvait voir les nombres impressionnants de travaux qui animaient le monde du bâtiment à travers tout le village. Le palais de la brume, la prison des geôliers Yuki... heureusement que le complexe shinobi n'avait subi aucun dommage lors de la rébellion sinon son chantier ne se finirait jamais...

Enfin, Arata remarqua deux silhouettes trois rues plus loin qui progressait à vive allure sur les toits. Le kimono sombre au vent, la tignasse grisâtre elle aussi ondulante sous les caresses de la brise marine qui venait directement de l'océan bordant le village... sans aucun doute la silhouette de Reiichi. Derrière se devait être Shironome sous l'apparence de Doran... Arata se lança à leur suite à longue distance. Hors de question de se perdre à nouveau dans les méandres du bas quartier, maintenant qu'il tenait la piste, il ne la lâcherait plus.

Quelques secondes ou minutes plus tard, le genin vit Shironome suivre Reiichi à l'intérieur d'un bâtiment. Suivi plutôt de très près par l'arrivée fracassante de la flamboyante Junko et d'un gaz empoisonné qu'elle diffusa dans la pièce dont la porte menait tout de suite sur la rue. Elle entra, Arata suivi, mais fit le tour de la bâtisse en espérant trouvé une autre entrée. Le toit possédait une fenêtre à battant que le shinobi pu ouvrir délicatement. Puis il se faufila sans bruit dans ce qui semblait être un grenier d'où il pouvait entendre ce qui se disait plus bas...
Dès lors que la discussion en vain à la possibilité que Reiichi refuse, Arata préféra entrer en descendant l'escalier qui menait au grenier afin de clore les négociations bien entamées.

Allez ça suffit, si Reiichi est gracié pour ses activités tous les hommes qui trempent dans ses combines le son aussi. Tant que vous travaillez pour la brume, les autorités fermeront les yeux sur un certain nombres de vos activités, argua Arata. Il vous suffit d'éviter le meurtre, les assassinats, les raquettes et la violence. Toutes activités lucratives tel que la vente au marché noir, la revente d'information excepté celle concernant Kiri vous est autorisé, réfléchissez-y à deux fois avant de vous attaquer à nous, menaça le kirijin très sérieusement.

Faites-moi savoir quand vous aurez besoin de mes services, fini par dire Reiichi le bras encore levé puis lui et ses hommes disparurent à toute vitesse en se déplaçant comme le vent.

-----------------------------------------

Encore une bonne chose de faite, Arata commençait à en avoir ras-le-bol de cette mission, plus qu'un et ils pourraient tous aller se reposer.

Félicitations Shironome, si on avait du compter sur Junko pour celui-là on était pas sortie de l'auberge, dit-il en montrant du doigt l'enseigne de la bâtisse qui avait vu se jouer les négociations où il était inscrit "Auberge".

Le genin déplia leur ordre de mission et avisa le dernier nom de la liste Inuzuka Gōmon, le tortionnaire. Sale engeance, Arata avait déjà entendu parlé de ce type.

Le prochain est un sale con, Gōmon Inuzuka. Il est réputé pour être le meilleur pisteur de la région, mais il tient surtout un business de combat de chien ninja à quatre rues d'ici. Surnommé le tortionnaire, j'ose difficilement imaginer ce qu'il fait à ses chiens. Il fait son beurre sur le dos de ses pauvres bêtes, visiblement la brume s'intéresse à ses compétences de pisteur, mais aussi à la liste de client qui aime venir assister et parier sur ces combats indignes, expliqua le garçon. Je ne sais pas vous, mais moi je n'ai pas envie d'être aussi clément avec lui qu'avec les autres. Voilà sa photo:

Gōmon Inuzuka:
 


Dernière édition par Meikyū Arata le Mer 7 Aoû 2019 - 8:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 6 Aoû 2019 - 1:00
Un fin sourire se dessina sur les lèvres de l’enfant dès lors que la silhouette flamboyante de sa partenaire du jour se frayait un chemin par-delà les dédales de tissu qui jonchaient les pourtours de cette bâtisse. Son expression reprit ses tons sérieux habituels tandis que son attention oscillait entre la figure de la jeune femme et celle de Reichi alors que les termes des accords de la Brume étaient révélés à l’espion sous couvert de menace bien sentie. Pourtant, Shironome faillit porter la main à son arme lorsque le félon s’exclama d’un geste suspect, le bras levé ainsi tant pour intimer un ordre qu’une attaque. Mais il avait semblé que les paroles de Junko et d’Arata – qui venait tout juste de se joindre à eux pour le clou final –, mêlées à sa persuasion de plus tôt avaient porté leurs fruits ; il rejoindrait ainsi Doran au cœur de l’œil de la Brume. Ses épaules se détendirent avant qu’il ne croise ls bras de nouveau, l’azur de ses prunelles revenant se loger au creux de ce regard incisif que portait leur vis-à-vis commun.

« Ne quitte pas cette pièce d’ici notre retour, il te faudra jouer le jeu de l’arrestation plus tard. J’imagine qu’un espion tel que toi n’auras aucun problème à user de comédie.
Navré, mais je crains que nous ne devions nous passer de ce genre de… pratiques pour aujourd’hui. Si j’étais publiquement arrêté, les personnes envers qui je rends des faveurs remettraient en doute mon professionnalisme. Je ne pense pas avoir besoin de te faire un dessin pour que tu comprennes que notre partenariat n’aurait dès lors plus aucun intérêt, que ce soit pour Kirigakure ou moi-même. »

Shironome avisa son air impassible l’espace d’un instant, pesant le pour et le contre de ses dires qui, étonnement, étaient porteurs de vérité. Et bien que leur ordre de mission précisait spécifiquement que ces criminels devaient donner l’apparence d’être arrêtés… Dans le cas de Reiichi, une telle farce provoquerait plus d’entorse à leur marché qu’elle n’en ouvrirait de portes. Traiter avec un espion… Il pourrait tout autant user de cette opportunité pour infiltrer la Brume et jouer un double jeu... Alors l’adolescent délaissa un soupir, et finit par accéder à sa demande.

« Soit. Sache néanmoins que cet échange sera consigné ; ne tente rien, est-ce clair ? »

L’homme éleva ses paumes face à l’enfant en mimant le fait de rendre les armes. Sans un mot de plus, le sabreur quitta la pièce à la suite de ses comparses. Le troisième membre de ce trio de la pègre n’allait pas se dévoiler à leurs yeux par lui-même.

[…]


D'une œillade, Shironome étudia l'expression d'Arata alors que celui-ci lui avisait quelques paroles, suivies de détails plus qu'utiles sur leur prochaine cible à atteindre. Un Inuzuka organisant des combats de chiens ninjas clandestins... Quelle ironie. Pour autant, cela ne l'empêcha pas de s'emparer du portrait que lui tendait le Meikyû ; des mèches pourpres cachant deux orbes ambrées.

« J'imagine que la ressemblance est de coïncidence, Junko. Peut-être est-ce l'occasion pour toi de montrer ce que tu sais faire. », déclara-t-il avant de rendre l'objet à son détenteur et de glisser un coup d’œil vers la rougeoyante.

Sans un mot de plus, sa silhouette s'engouffra dans l'orée d'une ruelle tandis qu'il suivait les indications de son partenaire. Ses pas martelèrent le sol avec discrétion jusqu'à ce que hutte se dévoile à eux devant un gigantesque bâtiment, dont l'apparence extérieur ne pouvait le prêter qu'à l'abandon. Quelques cris extasiés s'en échappaient, bien qu'étouffés par les murs de bois. J'imagine que nous sommes au bon endroit. D'un geste de la main, sa paume s'effondra sur l'un des battants de lin, soulevant les pans de ces étoles pour se glisser à l'intérieur.

Par-delà ce premier renfort, l'enfant des neiges se débarrassa des portes de bois d’un revers – qui, étonnement, n’étaient pas gardées ; Gōmon était-il à ce point sûr de lui, ou n’était-ce que mascarade ?

Ses sens furent assaillis par les aboiements furieux et les glapissements des bêtes demeurées prisonnières du joug de cages métalliques, par cette chaleur accumulée de ces corps entassés face à une esplanade jonchée d’hémoglobine. Une sinueuse odeur âpre se fraya un chemin jusqu’à ses narines, le forçant à les voiler ne serait-ce que pour quelques minutes.

Et au cœur de cette folie mêlant sang et sueur, les orbes azurés de Shironome dardèrent la position de leur homme, confortablement installé dans un siège face à l'arène. Leur homme était là, se complaisant dans les vices et l’orgueil. D’un regard, il intima sa position aux deux autres Genins dès lors qu’ils eurent rejoins ses flancs, quand bien même auraient-ils pu discerner sa stature par eux-même.

Et plus son attention s’attardait, plus le pardon s’éloignait de son esprit. Peut-être serait-il le seul à ne pas accepter leur offre ; peut-être ne se la verra-t-il même pas proposé, tant la vilénie de ses actions allaient à l’encontre des pouvoirs conférés par son clan, pourtant destiné à chérir leurs partenaires canins.


Objectifs:
 



[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Hyōsho Shironome le Mer 21 Aoû 2019 - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 6 Aoû 2019 - 9:08

Dès qu'elle vit l'image de leur nouvelle cible, Junko sentit un frisson lui parcourir l'échine. Non pas à cause de leur prétendue ressemblance - qui ne l'avait pas frappée - mais plutôt parce qu'elle avait immédiatement décelé dans ses yeux d'ambre la même lueur qu'elle avait tant de fois remarquée dans les prunelles des spectateur, jadis, du temps où elle était encore une gladiatrice clandestine à Asosan. Cet homme respirait la malveillance et l'irrespect de l'existence d'autrui. Tout ce qu'elle avait appris à abhorrer. Immédiatement, elle se fit un devoir de corriger ce criminel. Elle se fichait pas mal de savoir s'il était indispensable au village. Ce qu'il faisait subir à ses Ninkens était exactement ce qu'elle avait subi elle, et elle ne raterait certainement pas une occasion de mettre un terme à de tels agissements.

"Je ne vois aucune ressemblance entre lui et moi. Garde tes commentaires."

Son ton était soudainement devenu très froid. Sa bonne humeur et son espièglerie avaient complètement disparu. Elle n'avait cependant pu s'empêcher de noter une certaine ressemblance physique entre l'Inuzuka et elle. Leurs yeux étaient assez similaires, de même que la couleur de leurs cheveux. C'était une coïncidence, nécessairement. Il était un Inuzuka, c'est-à-dire un membre d'un clan constitué, alors que Junko était née dans les plus bas fonds d'un îlot perdu de l'archipel. Assurément ils ne pouvaient être liés par le sang. Pourtant, cette hypothèse lui avait traversé l'esprit l'espace d'un instant, elle devait bien l'admettre. Et elle lui avait glacé les sangs ...

Elle ne pipa mot sur le chemin vers les arènes clandestines, et même une fois sur place ne dit rien. Elle se contenta d'observer. Le spectacle lui était bien familier, à vrai dire. Une arène, dans laquelle combattaient furieusement pour leur vie des êtres, qui pouvaient être animaux aussi bien qu'humains. Et tout autour d'eux, une foule déjà ivre de sang et de violence, sans autre plaisir que celui de la souffrance. Bien des souvenirs remontèrent alors dans le coeur de Junko, car elle avait été elle-même à la place de ces Ninkens.

Elle tourna alors son regard vers le maître des lieux. Inuzuka Gômon était installé comme un roi sur son fauteuil. Mais, plutôt que ses allures régaliennes, ce fut son regard qui glaça Junko: c'était un regard d'indifférence amusée, de légèreté. Comme si ses propres forfaits n'avaient plus aucun effet sur lui. Comme si, après s'être plongé dans les pires tréfonds de la torture, il avait fini par s'en lasser comme un enfant se lasse d'un jouet qu'il a trop usé. Il n'avait plus le moindre intérêt pour les combats qu'il organisait. Il était devenu, pleinement, un monstre.

Tout se passa en un éclair. Junko tira de sa sacoche un kunaï, et fila d'un bond jusqu'au fauteuil de l'Inuzuka. Elle atterrit derrière le fauteuil, et glissa aussitôt le fer de sa lame sous la gorge de Gômon. La sécurité était presque nulle, aussi n'eut-elle pas à s'inquiéter de gardes, mais la plupart des membres du public avaient tourné le regard dans sa direction, et elle pouvait nettement en voir quelques-uns se préparer au combat.

"Si vous faites un pas vers moi je vous jure que je le tue ! Partez, tous ! On a quelques petites choses à se dire ..."

L'hésitation fut presque tangible, d'abord. Mais, peut être sous le coup de la pression des bandeaux frappés aux armes du village qu'arboraient les trois Genins, la salle se vida peu à peu de ses occupants, non sans des grognements hargneux. Les cris des bêtes continuèrent d'emplir l'arène même après que les derniers spectateurs soient partis: leur combat animal se poursuivait, trop enragé pour être interrompu par des préoccupations tout humaines.

Junko se doutait bien que sa méthode ne plairait pas forcément à ses deux coéquipiers, mais cette fois-ci elle s'en fichait pas mal. Elle faisait face à un genre d'individu qu'elle avait appris à côtoyer et à haïr toute sa vie durant, et elle n'allait certainement pas rater une occasion de le lui faire comprendre. Inuzuka Gômon, pourtant, était resté très calme. Il souriait même légèrement, à présent, alors que le fer du kunaï de Junko pressait la chair de sa gorge, prêt à la lacérer à la moindre action déplaisante.

"Eh bien, eh bien ... Voilà donc les manières des soldats de Kiri ?

-Silence. On est censé te proposer un marché, mais il inclut qu'on ferme les yeux sur tes activités. Et fermer les yeux sur ça, ça ne me plaît pas trop, tu vois ..."

L'Inuzuka éclata de rire. Un rire clair, joyeux, et pourtant très froid.

"Alors quoi, Kiri m'a finalement envoyé les défenseurs de la cause animale pour essayer de me persuader d'arrêter mes combats ? Vous pouvez partir tout de suite. Je n'ai aucune intention d'arrêter mes activités. Peut importe la menace que vous brandirez."

La rage se mélangea à l'adrénaline dans le sang de Junko. Pendant un instant, elle crut qu'elle allait percer sa gorge avec le kunaï. Rien ne lui aurait fait plus plaisir. Elle ne le fit pas, sans trop savoir pourquoi elle-même. A la place, elle tourna le regard vers ses deux coéquipiers du jour:

"On n'est pas obligé de le persuader de se rallier à notre projet, pas vrai ? On peut tout aussi bien l'arrêter, si on dit qu'il a refusé. Et on ne nous en voudra sans doute pas si on rapporte que, quand on a voulu l'arrêter, il s'est débattu et ..."

Le kunaï s'enfonça dans la chair jusqu'à faire perler une unique goutte de sang sur sa lame.

"Qu'on a été obligé de prendre les mesures nécessaires."

Elle avait prononcé ces derniers mots sur un ton caressant, amoureux. Mais un amour froid. L'amour du meurtre.


_________________
Faire un choix [Mission libre C] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mer 7 Aoû 2019 - 10:01
Un léger sourire se dessina sur le visage du jeune genin lorsque Shironome mis en évidence la ressemblance troublante de l'Inuzuka avec leur aîné et camarade. Cependant, la raillerie du sabreur ne fit absolument pas rire la principale intéressée. Elle répondit sèchement et sur un ton plus que froid ce qui dénotait avec son apparence solaire, mais Arata compris instantanément qu'il était inutile d'en rajouter et encore moins de dédramatiser. Il s'abstint également de la défendre, vu le caractère grinçant de la jeune femme elle pourrait bien lui en faire le reproche. Enfin passons, il pouvait comprendre qu'être comparé à pareil criminel pouvait être extrêmement vexant...

La fine équipe pris donc la direction d'un entrepôt visiblement insalubre et de prime abord inoccupé. Cependant, quelques secondes plus tard on entendit des piaillements d'hommes à l'excitation trop prononcée. Quelques aboiements parvinrent en fond sonore également, nul doute qu'ils étaient proches de leur objectif. L'Inuzuka était sûrement dans le coin, un criminel tel que lui devait s'assurer du bon fonctionnement de son affaire et si combat il y avait, bookmaker aussi. En fin de compte, le pisteur n'était rien d'autres qu'un vulgaire preneur de pari et un entraîneur de pauvre bêtes rendu avide de sang.

L'entrepôt semblait miteux jusqu'à son intérieur laissé nus de toutes décorations, brut de décoffrage. Enfin, Arata ne s'attendait pas non plus à trouver un écriteaux lumineux et des hôtesses pour accompagner le client après tout c'était une affaire illégale. Dès leur arrivée, le bruit étourdissant des glapissements peureux de quelques jeunes chiens enfermés et bien sûr des aboiements enragés des bêtes déjà formées pour le combat et affamés. Par-dessus tout on pouvait entendre les cris exciter des parieurs et de la foule qui ne réclamaient que sang et mort. Un spectacle auditif insupportable et des images absolument insupportables pour l'adolescent sensible qu'était le jeune Meikyū. Bien sûr, il n'avait pas la sensibilité naturelle d'un membre du clan Yasei, Inuzuka ou Hokkakuza pour la cause animal et les sujets des faunes et de flores en général. Toutefois, pour un garçon à la gentillesse naturelle et au caractère positif comme le sien ce genre de scène était une vraie torture...

L'arène hexagonale clôturée d'une cage abritait le combat sanguinolent de deux ninkens aux babines écumantes et saignantes. L'un d'eux étaient un magnifique Husky au poil mi-long et au pelage couleur de temps froid dos gris pâle et ventre blanc de neige malgré le sang qui tâchait son manteaux d'hiver. Son adversaire un colosse tout en muscle au pelage noir comme la nuit, à la gueule et aux pattes couleur de feu crachait le brasier d'une technique katon en direction du husky. Lui devait être de race doberman, bien qu'Arata ne soit pas un expert en la matière. Le regard de ses animaux magnifiques faisaient froid dans le dos, les ninkens étaient de formidables compagnons et de redoutables adversaires doté d'une intelligence peu commune. Les voir réduit à l'état sauvage par un monstre pour se battre ainsi jusqu'à la mort devant ses odieux personnages étaient un véritable déchirement pour l'âme du genin.

Un homme était responsable plus que tout autre, celui-là même qui trônait sur son trône de cuir vieilli à l'image du fauteuil depuis lequel il contemplait sans intérêt véritable l'événement. Le regard sans véritable attache terrestre, on eut dit que le maître des lieux était ailleurs et avait un recul sur la situation dépassant le commun de la populace présente. Le personnage ne plaisait guère à Arata, il n'avait pas d'affection particulière pour les criminels, mais Doran était par exemple une jeune femme avec laquelle on pouvait raisonner. Reiichi était un salaud cupide certes, mais un opportuniste avant tout, il allait ou le vent le guidait. On raisonne avec ce genre de personne malgré leur liberté de penser. Gōmon lui ne faisait pas partie de cette caste de personnes, cela se sentait au premier coup d'œil. Les choses ne se passeraient pas sans heurt ici à n'en pas douter, c'était la première fois que le membre du clan des sceaux ressentait une telle tension dans un lieu et qu'il avait un tel mauvais pressentiment...

Junko fit le premier pas et quel pas ?! La jeune femme tenait fermement un kunaï sous la gorge blanche du bookmaker, instinctivement plusieurs spectateurs portèrent la main sur la garde de diverses armes. Arata resta neutre et mains croisées, il observait d'un peu plus loin la scène. Il n'était pas un ninja sensoriel, mais sa taille minime et ses allures de gamins intello avaient souvent cet effet sympathique qui lui permettait de se faire oublier dans ce genre de situation. Le shinobi guettait le moindre signe d'attaque de la part d'un des membres de l'assistance. Junko les menaça avec fermeté après une latence de quelques secondes tendues et plus longue qu'à l'accoutumé, les fourreaux crissèrent des lames qui reprennent leur place. Sabres, kunaïs, shurikens, coutelas et poignards disparurent quelques secondes avant que leurs propriétaires en fassent de même en râlant. L'autorité kirijins faisaient encore effet même dans les bas quartier, sans doute parce qu'une bonne partie de ses parieurs étaient des gens sensé gardé l'illusion de la respectabilité au sein du village.

Kiri avait ce paradoxe improbable d'un village chaleureux et pleins de bons sentiments qui abritaient une population composée à soixante-dix pour-cent d'anciens criminels, civils et ninjas confondus.

Une conversation s'engagea désormais entre la flamboyante Junko Date et la cible du trio kirijins. L'Inuzuka était étonnement très serein, menacé de mort par la lame qui faisait déjà perler son sang sur sa peau nue, il restait là à parler sans crainte. Pire, il provoquait la rouquine et ses compagnons en annonçant clairement son intention de refuser l'offre de la brume. Et Junko marchait à fond dans le jeu, mais au grand soulagement d'Arata, elle demanda un avis sur la question à ses camarades.

Le genin sentait bien que sa partenaire était sur le point de craquer et de commettre un acte irrémédiable. Le Meikyū n'était pas un tueur, il ne savait d'ailleurs toujours pas ce que cela faisait de prendre une vie. Pourtant, il avait conscience qu'un jour cela allait arriver et qu'en vertu de son devoir, il serait forcé et contraint de tuer. Néanmoins, il s'était toujours promis dans les cas où il était possible d'éviter de faire couler le sang d'opter pour cette option, c'est pour cela qu'il s'avança vers Junko:

Je ne sais pas ce qui te rend si froide face à la situation ou plutôt ce qui te remue à ce point, mais... le kirijin posa une main sur l'épaule de la jeune femme. N'oublie pas le bandeau que tu portes, n'oublie pas ce que Kiri représente surtout vis-à-vis du passé de ce pays, argua l'adolescent. Il a refusé très clairement pour moi, qu'il croupisse dans une prison jusqu'à la fin de ses jours, il subira mille tortures d'être seul ad vitam aeternam. Tuer sans nécessité de le faire, c'est criminel. Lui a passé sa vie à tuer pour son profit, tu le tuerais pour te sentir mieux ? En faisant un pas de plus vers le fait de lui ressembler, interrogea le garçon ?

Le genin pris une pause:

Je ne vois aucune ressemblance entre lui et moi, répéta le petit érudit reprenant les paroles du membre de la famille Date. Moi non plus, je n'en vois aucune, lâcha-t-il dans un murmure.

Arata quitta la pièce en priant du regard Shironome de faire pareil, il voulait laisser seule Junko face au poids de sa décision. C'était un risque, mais il était persuadé comme toujours qu'il y avait du bon en chacun et il espérait de tout son cœur avoir su faire ressortir le bon en elle. Pendant ce temps, il s'était mis en quête du bureau miteux de Gōmon où il trouva en fouillant un peu une liste de client convoité par la brume. Puis il redescendit au rez-de-chaussée...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 11:00
Dans un faisceau de lumière, le regard de Shironome darda sa partenaire qui s’élançait envers leur troisième homme, l’éclat d’une lame perçant les ombres qui enrobaient sa poigne. Ne me dites pas qu’elle va… Ses bras se délièrent avec aisance tandis que sa paume vint entourer la garde de sa lame par instinct, et alors qu’il allait crier le nom de la rougeoyante, ces sons s’évanouirent à la lisière de ses lèvres, emportés par la voix féminine. La dague avait trouvé son chemin sous sa gorge, si pressée contre sa carotide qu’une fine goutte sanguine vint caresser son tranchant. Visiblement, Junko réclamait son dû dans cette mission ; celui d’interroger son propre bandit.

Ses iris s’écrasèrent sur la foule ambiante dont la cacophonie s’était tue, emprisonnée par l’appel de sa comparse. Pour autant, ses doigts crissèrent sur le manche de son sabre avec appréhension. Chacune de ces silhouettes semblait peser le pour et le contre, si bien que l’ambiance en devenait étouffante, à l’aube d’une poudrière ; il ne lui faudrait qu’une étincelle de folie pour s’embraser à nouveau et la mettre en difficulté.

Et pourtant, dès lors que l’un d’entre eux fit le premier pas vers la sortie, un air de résolution s’instigua dans la salle, déminant les craintes de l’enfant des neiges. Lentement, sa main s’extirpa de son arme, glissant le long de son corps avec prudence au fur et à mesure que cette foule anonyme se dissipait. Bientôt, il ne restait plus que quatre êtres en ces lieux ; son équipe et Dômon. Ses bras vinrent se croiser sur son torse infantile alors qu’il observait les agissements de la jeune femme, dont les paroles adressées à leur marchand n’étaient teintées que de dégoût et de corruption. Son regard, égal à la glace qui siégeait au sein de sa lame, se posa sur les traits d’Arata pour la première fois depuis que les lieux s’étaient vidés, alors même qu’il tentait de la convaincre de faire ce qui était juste. Mais Shironome n’en avait que faire ; ça n’était pas sa place de se perdre en volontés anémiées et encouragements vains. Ce ne fut que lorsque la silhouette du Meikyu le dépassa pour rejoindre les flancs extérieurs du bâtiment que sa voix résonna de nouveau dans la salle, vive et concise.

« Tu devrais plutôt penser à ce que cela veut dire de toi si tu cherches à punir un mal en en devenant un. Fais ça dans les règles et ne traine pas. »

Et sans un mot de plus, ses pas le guidèrent aux côtés de son compagnon de route. Ils patienteraient le temps qu’il faudra, mais mieux valait ne pas s’attarder.

[...]


Une silhouette discrète se tenait contre l'un des nombreux poteaux de bois qui trônaient au cœur de ce rez-de-chaussée, un calepin au centre de sa paume, l'autre tenant une plume d'encre empruntée au tenancier des lieux. Les mouvements de son poignet ondulaient sur les feuilles avec précision, consignant chaque aspect de leur mission qui s'était déroulé jusqu'ici, ou tout du moins, ce dont il avait été témoin.


____________À l'attention de Ginette de la compta
______________Assistante dévouée


______Mission effectuée avec succès par Meikyū Arata, Date Junko et Hyōsho Shironome. L'équipe s'est tout d'abord retrouvée au cœur du village de la Brume avant de se rendre auprès de la marchante d'arme Doran Kitanai. Là-bas, Meikyū Arata s'est chargé ds négociations et [...]. Pendant ce temps, les deux membres de l'équipe sont demeurés sous la tente de marchandise en proposant le même choix à l'équipe de Doran, que certains ont accepté en désirant suivre leur cheffe. D'autres ont refusé et se sont vus punis comme il se devait, avec quelques désagréments mineurs ayant pu mener à une bagarre généralisée. Finalement, la totalité du groupuscule s'est rangé aux côtés de la marchande.

La deuxième étape de l'équipe de Kiri s'est concentrée sur l'espion supposé Reiichi Mittsu, dont les pas les ont mené jusqu'à une bâtisse au sein des bas quartiers. Bien qu'ayant brouillé les pistes sur son passage, les trois genins ont reçu à retrouvé sa trace en usant de morphisme. Ce fut cette fois-ci Hyōsho Shironome qui se chargea de négocier avec l'espion et de lui proposer le marché offert pas la Brume ; marché qu'il accepta après avoir tranché la protection du village et de ses instances contre ses activités. Cependant, il ne s'est pas plié à l'arrestation pour des raisons évidentes ; celles de perdre la confiance de ses contacts si jamais ces derniers venaient à en être au courant. L'équipe a ainsi quitté les lieux en sachant que si Reiichi ne tenait pas parole, ils seraient à même de répandre une rumeur pouvant détruire sa réputation et le faire cesser ses activités de gré ou de force.

Pour ce qui est du troisième homme, Inuzuka Gômon...


L'enfant releva les yeux de ses écrits pour interpeller le Meikyū.

« Il manque encore la partie sur l'accord passé avec Doran, pourrais-tu le rajouter ? Junko fera son propre récit une fois qu'elle aura terminé de ce côté. », glissa-t-il en désignant l'étage du menton.




_________________



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853
Date Junko
Date Junko

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 13:28

Ils étaient seuls. Un silence lourd était tombé sur l'arène, à peine troublé par les grognements des chiens qui restaient dans le sable de l'aire de combat. Junko tenait toujours sa lame pressée contre la gorge de son captif qui restait, lui, très calme. Elle ne pouvait pas en dire autant. Si elle n'avait pas serré le poing à s'en faire blanchir les jointures, elle aurait sans doute trahi des tremblements dans sa main. Elle était fébrile, animale. Tout son corps ne lui criait qu'une seule chose: tuer cet homme, et assouvir une vengeance latente. Tout son coeur lui criait la même chose. Et son esprit ... De celui-ci, seule une infime part résistait à l'idée de ce meurtre.

Elle avait entendu les conseils de ses coéquipiers. Ils ne la trahiraient sans doute pas si elle décidait de tuer cet homme. Ou peut être qu'ils le feraient, elle n'en savait rien, à vrai dire. Mais elle s'en moquait bien. Si elle succombait à l'idée de l'assassinat, elle n'aurait aucun regret à finir ses jours dans une geôle. Elle était habituée à ce genre d'environnement, il faut dire ... Non, dans le cas où elle aurait décidé de tuer l'Inuzuka, un seul regard aurait pu la blesser vraiment. Le même que toujours.

"Alors, on hésite à me tuer ? Tu avais l'air plus déterminée avant que tes petits camarades partent. Ils t'ont fait changer d'avis ?

-Tu aimerais bien."

L'Inuzuka eut un léger rire. Junko sentit les chairs de sa gorge glisser contre sa lame, et allonger un peu plus la légère entaille qu'elle avait déjà commencé à percer dans la peau.

"Tu peux baisser ton arme. On sait très bien tous les deux que tu ne vas pas me tuer. Tu n'en as pas le courage. Sinon, tu m'auras déjà planté ton couteau dans le cou. Il faut le vouloir vraiment.

-Tu penses m'apprendre comment tuer un homme ? Je connais le goût du meurtre. Je sais ce que ça fait de planter une lame dans le coeur de quelqu'un, simplement parce que c'est ce qu'il faut faire.

-Bien, bien ... Dans ce cas ..."

D'un geste lent, il dégrafa son vêtement, et en écarta les pans, révélant un torse couvert de cicatrices.

"Plante donc ton kunai dans mon coeur."

Mais Junko ne bougea pas. Elle sentait la sueur perler à ses tempes, et elle se mordait les lèvres. Alors, son captif leva le bras, et écarta sans un effort la lame qui pressait sa gorge. Et Junko ne fit rien pour l'en empêcher. Il se leva et, découvrant toujours son torse, se tint face à la jeune femme.

"Je te laisse une dernière chance. Tue-moi, et tu auras assouvi tes désirs. Kiri ne pourra pas t'en vouloir: tu n'auras fait qu'éliminer un criminel. Tu pourras même faire passer ça pour de la légitime défense. Ne me tue pas, et tu avoueras ta faiblesse ..."

Leurs deux regards se rencontrèrent. Le sien, espiègle et dur, et celui de Junko, d'habitude si assuré, et maintenant vacillant, tremblant d'incertitude. Son poing se resserra autour du manche de sa petite arme.

Junko ressortit de l'arène, et tomba sur Shironome et Arata. Le garçon aux cheveux blancs avait un morceau de papier et une plume à la main: elle en déduisit qu'il était en train de rédiger le rapport de mission.

"Tu peux rajouter quelques lignes au rapport. Nous avons trouvé Inuzuka Gômon dans ses arènes clandestines, en plein combat. Il a été appréhendé, et a refusé notre offre. Par conséquent, je me suis trouvée dans l'obligation ..."

Elle rangea dans un repli de sa tunique son kunaï à la lame tachée de sang.

"De le mettre hors d'état de nuire."

Alors, elle plongea un bras derrière les rideaux qui masquaient l'entrée de l'arène, et en tira un corps inconscient.

"Je l'ai assommé. Il est bon à transporter aux geôles du village. Le plus rapidement sera le mieux."

Elle contempla le corps de son ennemi. Elle ne l'avait pas tué. Preuve de faiblesse, ou de force morale ? Elle n'aurait su le dire. Une immense déception l'avait envahie. Elle aurait pu satisfaire une soif de vengeance qui continuait de bouillonner en elle, et avait laissé filer cette opportunité. Mais, au moment où elle avait levé sa main pour frapper, les images des arènes lui étaient revenues en mémoire. Et elle s'était rappelé une jeune fille aux cheveux rougeoyants, ne vivant que pour tuer, ne tuant que pour vivre. Et elle avait pris pitié de cette fille-là ...


_________________
Faire un choix [Mission libre C] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Meikyū Arata
Meikyū Arata

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mar 20 Aoû 2019 - 13:42
Le genin se vit rejoindre par le sabreur aux cheveux de neige qui sortit un carnet et tandis que celui-ci griffonnait sans doute un premier jet de leur rapport commun relatant la mission qui leur incombait aujourd'hui. Arata, lui étudiait cette fameuse liste de client tout en s'inquiétant pour Junko à l'intérieur de l'entrepôt. Et si elle décidait de l'abattre ? Comment réagirait le jeune Meikyū ? Serait-il contraint de dénoncer une collègue ? Allait-il devoir s'opposer physiquement à Junko et devoir la mettre aux arrêts ? Il n'était pas de la Kenpei, police militaire de Kiri, mais n'était-ce pas le rôle d'un kirijin peu importe ses fonctions au sein de l'armée des brumes ? L'idée même de trahir une collègue mettait mal à l'aise le garçon, mais l'idée de trahir le village était inconcevable et ce bien plus que de décevoir une partenaire de mission. Non, le genin se résoudrait à annoncer son arrestation pure et simple à Junko Date en cas de geste malheureux.

C'est pris dans ces réflexions que Shironome interpella l'adolescent en lui tendant le carnet qui contenait ses écrits en précisant qu'il lui fallait les accords passés avec Doran Kitanai pour compléter le rapport. Arata pris le petit calepin et sorti son matos d'écriture afin de relater les faits et l'accord passé avec la jeune femme marchande d'armes:

Note a écrit:
Résultats des négociations et accord passé avec Kitanai Doran,Trafiquante d'armes notoires.

Doran n'a pas eu énormément de mal à accepter les conditions de la brume, c'est une femme intelligente et mesurée d'une certaine façon. Il a été convenu avec elle l'arrêt immédiat de toutes activités illégales non couvert par Kirigakure no sato et la conservation de l'ensemble des commerces et activités légales de Doran y compris celle acquise au départ illégalement. En contrepartie, Doran s'engage à fournir informations, noms et documents liés à ses activités et ce entièrement sans omettre la moindre information sous peine de se voir enfermé à vie dans les geôles de Kiri.

Vivement que cette mission se termine, elle a le don de me peser sur la conscience, c'est loin d'être mes méthodes habituelles de traiter avec le gratin criminel, argua le kirijin.

Le genin rendit prestement le carnet à Shironome:

Enfin, la rouquine sortie de l'entrepôt en rangeant son arme tâchée du sang de l'Inuzuka et Arata cru l'espace d'un instant qu'elle avait commis l'irréparable, mais il n'en était rien. Gōmon était une vie et simplement inconscient et ficelé près pour un transport dans les geôles de la brume sous la surveillance des membres du clan Yuki.

Voilà, la liste des clients de Gōmon Inuzuka, nous n'aurons pas tout perdu avec ce salaud, déclara Arata la voix pleine de ressentiment pour les actions malfaisantes du criminel.

Il tendit le carnet de client du criminel à Shironome puis il porta un regard plein de dégoût pour le corps inconscient du tortionnaire. Junko se rendrait auprès de la kenpei pour qu'il soit ensuite placé en cellule en attente d'être jugé pour l'ensemble de son oeuvre. Et la mission était enfin terminée...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

Faire un choix [Mission libre C] Empty
Mer 21 Aoû 2019 - 11:23
Shironome remercia d'un regard son comparses tandis que celui-ci lui confiait succinctement son propre carnet ainsi que les relevés de Gômon, où étaient inscrit les noms de ses partenaires commerciaux et clientèles, qui, eux aussi, daevrons répondre de leurs actions aux yeux de la Brume. Quelques instants plus tard, la silhouette endiablée de Junko perfora les portes boisées, traînant derrière elle la carcasse inanimée de leur dernier malandrin. Le doute s'installa dans l'esprit de l'enfant lorsqu'il avisa Gômon d'un regard, craignant qu'elle n'ait mit ses menaces à exécution – après tout, ce serait à elle d'en répondre. Mais alors que la jeune femme faisait durer le suspens sur ses actions de plus tôt, le temps fini par révéler que l'homme n'était qu'inconscient, endormi par une frappe bien placée.

« Bien. Allons-y, nous n'avons plus rien à faire ici. La rumeur concernant Doran est en bonne route et Reiichi a signé un accord tacite avec nous. Nous n'avons plus qu'à apporter Gômon à la Kenpei et tout sera réglé. »

Une fois de plus, la main blanchâtre s'empara de l'encrier, trempant la plume dans les restes du liquide noirâtre avant d'enjoindre le pas de ses deux collèges, l'esprit concentré sur sa prise de note. Il faisait pleinement confiance à la rougeoyante pour apporter ce gredin aux autorités compétentes, et, le cas adjacent, Arata n'aurait aucun mal à garder un œil sur la demoiselle.

____________À l'attention de Ginette de la compta
______________Assistante dévouée


______Mission effectuée avec succès par Meikyū Arata, Date Junko et Hyōsho Shironome. L'équipe s'est tout d'abord retrouvée au cœur du village de la Brume avant de se rendre auprès de la marchante d'arme Doran Kitanai. Là-bas, Meikyū Arata s'est chargé des négociations ; Doran n'a pas eu énormément de mal à accepter les conditions de la brume, c'est une femme intelligente et mesurée d'une certaine façon. Il a été convenu avec elle l'arrêt immédiat de toutes activités illégales non couvert par Kirigakure no Satô et la conservation de l'ensemble des commerces et activités légales de Doran y compris celle acquise au départ illégalement. En contrepartie, Doran s'engage à fournir informations, noms et documents liés à ses activités et ce entièrement sans omettre la moindre information sous peine de se voir enfermé à vie dans les geôles de Kiri. Pendant ce temps, les deux membres de l'équipe sont demeurés sous la tente de marchandise en proposant le même choix à l'équipe de Doran, que certains ont accepté en désirant suivre leur cheffe. D'autres ont refusé et se sont vus punis comme il se devait, avec quelques désagréments mineurs ayant pu mener à une bagarre généralisée. Finalement, la totalité du groupuscule s'est rangé aux côtés de la marchande.

La deuxième étape de l'équipe de Kiri s'est concentrée sur l'espion supposé Reiichi Mittsu, dont les pas les ont menés jusqu'à une bâtisse au sein des bas quartiers. Bien qu'ayant brouillé les pistes sur son passage, les trois genins ont reçu à retrouver sa trace en usant de morphisme. Ce fut cette fois-ci Hyōsho Shironome qui se chargea de négocier avec l'espion et de lui proposer le marché offert pas la Brume ; marché qu'il accepta après avoir tranché la protection du village et de ses instances contre ses activités. Cependant, il ne s'est pas plié à l'arrestation pour des raisons évidentes ; celles de perdre la confiance de ses contacts si jamais ces derniers venaient à en être au courant. L'équipe a ainsi quitté les lieux en sachant que si Reiichi ne tenait pas parole, ils seraient à même de répandre une rumeur pouvant détruire sa réputation et le faire cesser ses activités de gré ou de force.

Pour ce qui est du troisième homme, Inuzuka Gômon, l'équipe l'a trouvé dans l'une de ses arènes clandestines, en plein combat animalier. Il a été appréhendé et a refusé notre offre lorsque Date Junko le lui a proposé. Par conséquent, elle s'est trouvée dans l'obligation de le mettre hors d'état de nuire afin de le remettre à la Kenpei dans les plus brefs délais, et ce, en s'assurant aucune résistance de sa part.


Plusieurs minutes plus tard, le trio rejoignit enfin les quartiers de la Main de la Justice ; Gômon fut offert aux geôles sans tarder, tandis que leur rapport, finement rédigé, revint entre les mains de Ginette. Avec cela, leur mission était enfin terminée, et Kiri se voyait exempté de trois criminels. Quant au réseau d'espionnage... le concours de Doran et de Reiichi serait sans nul doute utile à la Brume, ou tout du moins, Shironome l'espérait.


Objectifs:
 


_________________



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 http://www.ascentofshinobi.com/u853

Faire un choix [Mission libre C]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: