Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au cœur de l'interdit [Narita Taka]

Yamanaka Seiji
Yamanaka Seiji

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Dim 5 Mai 2019 - 22:46
Spoiler:
 

Son regard était vide, fixant l’horizon sans réel but. Il avait un sorte de bâton en plastique dans la bouche qu’il mâchouillait alors qu’il tenait sa tête avec sa main gauche. Le jeune adulte s’ennuyait terriblement et on pouvait le ressentir au travers d’une attitude nonchalante et des yeux qui se perdaient dans l’inconnu. Il souffla une voix, puis une deuxième fois. Quand il voulu le faire une troisième et dernière fois, une personne vint le déranger dans ses pensées floues en lui tendance une lettre. Elle était décorée des insignes du village des Nuages avec comme intitulé le prénom du jeune homme : Yamanaka Seiji.

Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait point reçu un ordre de mission et dans un sens, il en était plutôt ravi. Son visage marbre s’illumina d’une joie certaine, lui qui adorait être actif chaque jour. Il jeta son bâton à moitié détruit par sa tendance à mordiller quelque chose pour stimuler son esprit et avala un chew-gum immédiatement, sûrement car le goût était peut-être plus… attrayant ? Il passa sa main dans ses cheveux puis commença enfin à lire ce qu’on lui demandait de réaliser. Seiji était bien trop conscient de son faible rang et puissance, concluant avant même la lecture que la mission n’allait pas être d’une ampleur capitale.

Ayant pour objectif de participer à la vie active de Kumo mais surtout, de servir son village (ou d’en donner l’image..), le jeune homme s’en fichait clairement de ce qu’il fallait faire. On aurait pu lui demander d’aller sauver un chaton coincé dans un arbre qu’il se serait exécuté sur le champ et avec une conduite impeccable. En revanche il fut fort surpris de constater que la requête était plutôt intéressante et qu’en plus de cela, il allait être accompagné. Le garçon n’avait jamais vu de « Narita Taka » auparavant et prenait donc cette situation comme une nouvelle occasion de se faire des connaissances.

On demandait alors au garçon et à sa camarade une discrétion d’or. Une enquête portée sur le sujet d’une nouvelle drogue très populaire ces derniers temps. Pour dire vrai, Seiji n’en avait jamais entendu, en partie car il ne s’intéressait pas du tout à cet univers. Il avait d’ailleurs tendance à juger les personnes de ce monde-là. Il les trouvait insignifiantes voir répugnantes, jugeant qu’ils devaient être des individus bien faibles pour pouvoir s’abaisser à de telles fantaisies. Et puis, Seiji restait un Yamanaka, un spécialiste des esprits. De ce fait il trouvait presque sacré l’esprit et le cerveau humain et donc une aberration de vouloir prendre des substances pouvant endommager ce trésor de vie.

Peut-être était il alors bien subjectif sur ce sujet. D’un côté, c’était aussi cela qui faisait l’entièreté du personnage. Bien qu’on lui demandait de se plier aux règles de bienfaisances d’un Shinobi, Seiji restait entièrement lui et sa façon de voir les choses. S’il concevait le monde comme un grand échiquier et chaque individu comme des pions, les personnes se droguant n’en faisaient point parti de part leurs faiblesses. Et c’était d’ailleurs une des raisons qui motivait encore plus le jeune homme à se donner à son maximum pour cette mission, de pointer du doigt au grand publique à quel point ces gens-là étaient des minables.

Ainsi le Yamanaka attendait devant le grand hôpital de Kumo, scrutant à droite puis à gauche s’il voyait sa future partenaire de mission.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6340-l-ecrivain-yamanaka-seiji-terminee?nid=1#52554
Narita Taka
Narita Taka

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Lun 6 Mai 2019 - 15:32
J’étais assise sur un tabouret, tout proche de la fenêtre de ma chambre, profitant des quelques rayons de soleil qui venaient percer le volute de fumée qui émanait de ma cigarette. Je tirais une longue bouffée sur celle-ci et en exhalais lentement la fumée. Je ne fumais pas souvent, mais de temps a autre, je m’adonnais à ce délice comme si çà ne pouvait être que ma seule source de réconfort. Presque nue, je me délectais du soleil sur ma peau. Je ne m’étais couverte que d’une simple chemise entre-ouverte afin d’abriter ma poitrine. J’avais la tête penchée en arrière et les cheveux navigants avec liberté au fil de la brise qui rentrait dans la pièce. Je profitais simplement de l’instant présent, mais ce fut de courte durée, plus court qu’il ne fallait de temps pour engloutir une clope. Un individu toqua fermement à ma porte en s’écriant « Courrier pour Narita Taka ». Ce à quoi je répondis :

“ Je ne suis pas présentable, glisser le sous ma porte ”


Quelques secondes après, j’aperçus une enveloppe sous mon seuil de porte. Je me redressai avec lassitude afin de la récupérer avant de me rasseoir exactement à la même position. Mon nom était inscrit sur l’enveloppe et le cachet du village la scellait… Aucun doute, cela ne pouvait être rien d’autre qu’une mission. Gâchant mon instant présent, j’éteignis la cigarette, à moitié consumée, sur ma cuisse, une légère odeur de chair brûlée émana de moi. Alors, j’entrepris de lire la missive… Une histoire de drogue hallucinogène en pilule, tsss, fallait que ça tombe sur moi. Moi qui consommais également des herbes aux vertus hallucinantes, certes, cela n’était aucun cas pour un but récréatif, mais uniquement à but religieux. N’empêche... Fallait que ça tombe sur moi… Puis, c’était qui ce dénommé Seiji ? J’espérais ne pas avoir un partenaire coincé comme pas deux et emmerdant a mourir… Malgré tout cela, pour dire vrai, j’étais relativement contente de cet ordre, cela promettait un peu de piment dans ma vie... Essuyant les cendres de ma cuisse, dont certaine avait collé à la chair brûlée, je me redressai et enfila avec hâte des habits plus adéquats puis franchit la porte de mon appartement, en nouant fermement le bandeau qui cachait la partie de mon visage calcinée.

J’arrivais à quelques pas de l’hôpital quand je vis au loin un grand nigaud qui semblait chercher quelqu’un, sûrement sa partenaire de mission, moi ! Alors, je m’approchai de lui, sourire au coin des lèvres.

“ Seiji ? ”

Voyant qu’il réagissait a son prénom, je vins lui déposer un baiser sur la joue gauche en signe de salutation.

“ Taka, ta coéquipière ! Et dire que j’étais tranquillement posée… chez moi… Laissant la quasi-totalité de mon corps se nourrir de soleil… Tsss ”

Je n’avais en aucun cas perdu ce léger sourire qui déformait légèrement mon tatouage au menton et plissait une partie de ma peau brûlée au niveau de la joue.

“ C’est donc ici que notre ‘victime’ nous attend… Allons voir si nous pouvons lui rafraîchir la mémoire ! ”
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine
Yamanaka Seiji
Yamanaka Seiji

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Lun 6 Mai 2019 - 22:50
Seiji baillait lentement, un peu de fatigue mais surtout d’ennuie. Sa partenaire n’était pas en retard, c’était sûrement lui qui était une nouvelle fois en avance. Il n’eut peu de temps pour ses pensées quand il entendit quelqu’un prononcé son prénom. Le garçon se tourna ainsi immédiatement vers la personne qui lui adressait la parole. Une femme, sûrement un peu près de son âge. Elle portait un bandeau qui cachait la moitié de son visage et la chose la plus marquante était sûrement son tatouage dans son cou et qui s’étendait jusqu’à son menton. Une personne bien originale, ce que pouvait observer le Yamanaka du moins.
« Lui-même, Taka. »
Il eût à peine fini sa phrase que la jeune femme vint l’embrasser sur sa joue gauche. Seiji fut prit de surprise mais ne lassa paraître aucun signe de gêne ou de mécontentement. Et c’est tout simplement avec un sourire que le garçon lui répondit, montrant aussi un aspect chaleureux de sa personne, bien que ce n’était que du laisser paraître. Seiji se fichait pas mal des civilités et d’être proche des gens. À moins que cela ne pouvait l’aider dans sa carrière, il cherchait au mieux à éviter tout rapprochement. Et puis qui sait, peut-être que cette femme n’avait rien eut derrière la tête.

Les deux entraient ainsi dans l’hôpital, la victime se trouvant au deuxième étage. Ils devaient montrer la dérogation de mission à l’accueil pour être autorisés à rendre une visite, ce qu’ils firent. Alors que les deux marchaient en direction de la chambre, Seiji se permit de poser quelques questions à sa partenaire afin d’obtenir des renseignements sur elle, pour l’utilité du futur de la mission et aussi car le penseur était un grand curieux qui aimait tout savoir.
« Alors du coup, tu as des spécialités dans la vie? Tu t’y connais un peu dans l’univers des substances illicites ? Car je suis un grand étranger alors peut-être que je vais faire des gaffes sur le sujet… »
Il reprit son souffle alors que les deux montaient les escaliers pour accéder au deuxième étage.
« Je suis un Yamanaka, comme tu as pu le voir. Je suis donc un spécialiste de l’esprit : je peux le lire, le modifier, le torturer… Enfin des trucs chouettes quoi. »
Bien sûr il y avait bien plus d’utilisations, de façons de faire. Mais il serait bien naif de relever tout son jeu dés le début et surtout à une parfaite inconnue. Par ailleurs, Seiji avait bien compris que son utilité dans la mission allait être majeure, surtout pour ce futur interrogatoire et qu’on l’avait choisi pour cette raison. De ce fait, il en valait sûrement de même pour sa partenaire qui devait avoir des connaissances dans un domaine qui allaient les permettre de mettre à bien cette mission.

Ils arrivèrent dans la chambre de la victime, qui était à moitié allongée sur son lit.
« Bonjour Madame Rihito, nous sommes chargés d’enquêter sur ce qu’il aurait pu vous arriver, êtes-vous d’accord pour répondre à nos questions? »
« Je ne pense rien avoir à vous dire, mais oui… »
Seiji prit deux chaises pour lui et sa partenaire afin que les deux Genins puissent s’asseoir à côté du lit de la femme.
« Vous souvenez vous de ce qu’il vous est arrivé ? »
« Non… »
Seiji esquissa un léger sourire fasse à cette réponse. Il était excité de pouvoir s’entraîner de la sorte, dans un cas pratique et réel. Le Yamanaka exécuta une mudra puis reprit la conversation.
« Très bien je vois, pas de soucis. Je vais vous poser une série de questions, veuillez y répondre en toute honnêteté. D’abord, comment vous appelez-vous ? »
« Rihito Ahori. »
« Quel âge avez-vous ? Quelle était votre couleur préférée ? Que faîtes-vous dans la vie? »
« J’ai 20 ans. Ma couleur préférée? Enfin… eh bien… rouge? Et je suis jeune chef d’une petite entreprise d’armes ninjas… »
Les questions semblaient totalement hors-sujet et peut-être que la partenaire de Seiji commençait à se demander ce qu’il faisait. En fait, le jeune adulte n’était pas encore assez puissant pour sonder l’esprit des gens directement et trouver ce qu’il souhaitait. De ce fait, et aussi pour économiser de chakra, il passait par une autre technique. Il avait établi un lien spirituel entre lui et la femme, sans qu’elle ne sache. Et chaque réponse qu’elle donnait envoyé des petites images à Seiji, à propos de son passé. Il venait emmené doucement le sujet principal : la drogue et son accident. Mais il ne pouvait pas encore savoir si elle mentait ou si elle avait vraiment tout oublier et ainsi, le Yamanaka analysait lentement chaque recoins de sa mémoire.

Il tourna la tête vers Taka avec un hochement de tête, pour lui faire comprendre qu’elle pouvait elle aussi poser des questions, peu importe le sujet.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6340-l-ecrivain-yamanaka-seiji-terminee?nid=1#52554
Narita Taka
Narita Taka

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Mar 7 Mai 2019 - 22:33
Alors que nous deux, deux nouveaux coéquipiers empruntions les couloirs blanchâtres de l’hôpital afin de se rendre dans la chambre de la victime, le Yamanaka me posa la fameuse question... Avais-je une quelconque connaissance dans le domaine des drogues... Bien sur que j'en avais, j'en consommais régulièrement... Mais je ne pouvais pas faire preuve d'une telle honnêteté... Alors, avec un sourire contrôlé je lui répondis:

"Un peu... Je ne suis pas une grande experte, mais disons que j'ai quelques connaissances dans le domaine ! "

Et alors que l'homme me faisait un topo sur ses capacités, nous enfilions les marches une à une en direction du second étages. Je me sentis donc dans l'obligation d'en faire de même, bien que mes capacités étaient moins étendues...

"Les Yamanaka mon toujours impressionnée, vous avez un talent hors norme ! Sincèrement! Pour ma part, mes domaines de compétences qui pourraient se montrer utile pour la mission... Hm, mise a part être une experte dans la torture physique... Je ne vois rien d'autre."

Je conclus avec un large sourire. Nous arrivions dans la chambre, là où se reposait une jeune femme d'une vingtaine d'années. C'était donc elle la sombre idiote incapable de gérer ses shoots . Tsss... Restant dans un silence de plomb, je pris la chaise que m'offrait mon partenaire puis l'écouta poser des questions. La cruche ne se rappelait de rien disait-elle... J'étais que moyennement convaincu... Mais admettons... Et l'interrogatoire continua, son âge, sa couleur préférée, ce qu'elle faisait dans la vie, bla bla bla..... C'est donc ça un expert de l'esprit . Alors que je vivais une grande déception concernant le sois disant talent de mon coéquipier, celui-ci me fit un léger hochement de tête. Une sorte d'invitation a la participation... Bien, il voulait que je participe . Il n'allait pas être déçu le bougre ! Je me redressai de ma chaise et fis le tour du lit de la "victime" afin de me trouver sur sa gauche à seulement un mètre d'elle. Je la fixai avec un large sourire avant de prendre la parole avec une voix douce qui allait en totale contradiction avec ce dont je m’apprêtais à lui dire.

Écoute-moi princesse... J'ai bien l'impression que tu te fiches ouvertement de notre figure ! Faut que tu prennes conscience d'une chose ma beauté... J'ai autre chose à foutre qu'entendre des balivernes. Épargne-nous tout ton ramassis de conneries et fait nous gagner du temps. Tu t'es droguées et pour être sincère, ça me regarde pas. La pression du boulot, le stress des jeunes entrepreneurs et tout le tralala, je conçois, tu as voulu te détendre un peu, planer pour oublier toutes les tensions. je ne vais pas te mentir, tu n'as pas été la plus intelligente dans tes choix, bah oui .! Sinon tu ne serais pas la hein ! Mais, tu peux encore te rattraper et nous dire tout ce que tu sais....

Alors que mon visage affichait toujours le même large sourire, je glissai ma main à l'arrière de mon crâne afin de détacher mon cache oeil. Faisant lentement glisser le tissu et laissant ainsi apparaître ma peau calcinée et mon oeil amoché, entièrement blanc, sans la moindre trace de ma pupille, je repris mon discours.

Et si jamais ta mémoire ne te reviens pas... Ce n'est pas grave, peut-être qu'effectivement tu es amnésique... Mais sache que si nous apprenons ton mensonge... Hé bien... Hélas, nous allons devoir revenir et commencer un interrogatoire... Hm... Un peu plus musclé... Oui, musclé est le terme adéquat...
Alors ma douce ? Qu'est-ce que tu as à nous raconter ?




Dernière édition par Narita Taka le Mer 8 Mai 2019 - 7:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine
Yamanaka Seiji
Yamanaka Seiji

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Mar 7 Mai 2019 - 23:43
Seiji avait bien compris que sa partenaire allait être du style un peu mystérieuse, sûrement avec un lourd passé derrière ou des choses sombres. Le Yamanaka n’allait évidement pas se permettre de chercher dans sa mémoire, il avait après tout une certaine éthique. Et puis ça ne lui aurait servit à rien d’en apprendre plus sur elle, tout ce qu’il devait faire c’était de mener à bien la mission. Mission qui semblait plutôt bien partie étant donné que tout se déroulait selon le bon désir du Yamanaka. La victime répondait aux questions avec honnêteté et cela arrangeait bien les deux Ninjas qui voulaient en finir au plus vite avec tout ça.

Seiji fut bien surpris d’ailleurs de voir sa partenaire se lever et se rapprocher de la femme allongée. D’ailleurs c’était vraiment proche, genre extrêmement proche. Et finalement quand le Yamanaka entendait ce que Taka avait à dire, c’est comme s’il tombait de sa chaise. Bien sûr, il avait réussi à ne montrer rien sur son visage mais sa conscience, elle, était en train de hurler à sa partenaire d’arrêter de faire la cinglée avec la femme. Mais d’un autre côté, alors que celle-ci avait de plus en plus peur, et Seiji pouvait le ressentir grâce à son pouvoir, des images défilaient de plus en plus dans l’esprit du garçon.

Et finalement ce fut quand Taka montra sa blessure, sa brûlure, en enlevant son bandeau, qu’une image claire apparut dans l’esprit de Seiji. Un homme à la peau légèrement foncée, le crane rasé, une brûlure dans le cou. C’était un souvenir de la femme hospitalisée, un souvenir prenant place dans une des rues de Kumo, sûrement une ruelle un peu éloignée du centre. L’image que le Yamanaka avait en tête était fixe, à cause de son faible niveau il ne pouvait avoir des moments exactes de la vie des gens. Mais il observait dans l’image qu’il venait d’obtenir un numéro inscrit sur un mur derrière l’homme «37 », sûrement le numéro de la rue.

Cependant, si Seiji n’était malheureusement capable d’obtenir qu’une image de ce souvenir il pouvait en revanche connaître l’état d’esprit de la personne lors du dit souvenir. En inspectant ainsi l’esprit de Ahori, le Yamanaka ressenti alors que le moment de ce souvenir, quand elle parlait à cet homme au cou brûlé, la femme avait peur mais était aussi énervée, puis excitée, puis fatiguée, puis…. Il y avait trop de sentiments qui se mélangeaient en même temps pour les décrire. Ainsi, le garçon n’était pas totalement sûr de ce qu’il pouvait en tirer et vraisemblablement, la femme n’allait pas parler malgré les menaces de Taka.
« Je pense que nous devrions y aller. »
Il attendait alors que sa partenaire sorte de la pièce. Cette situation donnait presque l’air que Seiji allait hurlé sur sa partenaire pour lui faire la morale, mais non.
« Je m’attendais pas du tout à ce genre d’intervention mais c’était très efficace. Si sa bouche n’a pas parlé, son esprit oui. J’ai eu un de ses souvenirs qui était lié aux mots ‘’drogues’’; ‘’peur’’, et ‘’brûlure’’. Il semblerait que ton visage lui ait fait rappelé une personne lié à l’univers de la drogue et étant brûlé. C’est un homme avec la peau matte, chauve et avec une brûlure dans le cou. »
Il marqua un léger temps de pause.
« La dernière fois qu’elle aurait vu cet homme, c’était dans la rue 37 de Kumo, je ne suis pas sûr d’où ça se trouve mais peut-être que l’on peut commencer par-là… Qu’en penses-tu ? As-tu d’autres idées? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6340-l-ecrivain-yamanaka-seiji-terminee?nid=1#52554
Narita Taka
Narita Taka

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Mar 14 Mai 2019 - 18:01


Alors que j'étais fier de ma tactique, un léger sourire sadique sur mes lèvres, prêtes à remettre une couche sur le tapis ou même gifler cette pauvre femme... Mon partenaire vit la chose d'une tout autre façon et évoqua le fait que nous pouvions disposer ... Quoi ? On commence tout juste et voila qu'il voulait déjà partir . Sérieusement ? Je lui jetai alors un regard en coin et compris... Ou du moins j'espérais avoir compris. Il était un homme d'esprit, il avait probablement récupéré les informations voulues d'une façon non verbale. Je le serai bien suffisamment tot.
Alors, tout en regardant une dernière fois la "victime", je rattachai mon bandeau et pris la direction de la porte en lançant par-dessus mon épaule;

Hé oublies pas... Retouche plus a cette merde... Ou cette fois-ci, je m'occuperai de toi !

Une fois la porte claquée, seul à seul avec Seiji, celui-ci m'expliqua tout, effectivement, il avait réussi à récupérer quelques informations éparses grace a l'esprit de la jeune femme. Une fois résumés, nous avions comme information: Un homme à la peau mate, chauve, brûlure visible au niveau du cou et un numéro de rue, le 37. Bien, ce n'était pas si mal dans le fond... La suite logique voulait donc que nous allions enquêter au sujet de cet homme et de cette ruelle. De l'espionnage, il faudrait donc probablement se mettre en planque dans le secteur en espérant que l'homme daigne faire son apparition. Il ne manquait qu'une information capitale....

Tu as pu choper une plage horaire de leur rencontre? Jour, nuit . Soleil levant ? Soleil couchant ?
Nous avons deux possibilités il me semblerait... Soit nous nous planquons en attendant que ce fameux gars ses pointes et nous le prenons en filature, soit nous interrogeons les habitants du secteur en prenant le risque de nous faire apercevoir....


Remettant mon bandeau légèrement en place, je repris:

Ou alors... je retourne dans cette pièce et fou la peur de sa vie à cette douce en lui expliquant que j'ai connaissance de sa rencontre avec cet homme... L'idée me plaît pas mal dis-je en gloussant.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine
Yamanaka Seiji
Yamanaka Seiji

Au cœur de l'interdit [Narita Taka] Empty
Ven 17 Mai 2019 - 13:33
Ses yeux étaient plongés dans un vide pensif, il avait sa main sur son menton alors qu’il attendait que sa partenaire ait finie de dire « au revoir » à la victime. Il esquissa un sourire devant la façon, peu chaleureuse, de dire au revoir de sa camarade. On pouvait au moins dire qu’elle ne passait pas par quatre chemins et était peut-être plus du type bourrain. Cela ne dérangeaient guère le garçon plus « raffiné » et au contraire, des opposés de complétaient parfaitement et il avait déjà pu experimenter cela avec Hiko peu auparavant. Il écoutait donc ce que sa partenaire avait à lui dire.

En effet, elle marqua plusieurs points et Seiji essayait donc de lui donner réponse.
« Hm… la luminosité était plutôt orangée donc je suppose que c’était aux alentours du crépuscule. Je pense que tu as tout dit en parlant du fait d’interroger les gens aux alentours. On ne peut se permettre de prendre le risque de se faire démasquer aussi vite. Surtout si le quartier est considéré comme « chaud », il est fort probable que plusieurs de ses habitants soient aussi des personnes consommant des substances. C’est le même principe avec cette femme d’ailleurs… »
Il regardait alors depuis la porte Ahori, la fille hospitalisée. Elle semblait plongée dans ses pensées et surtout inquiète. Les deux ninjas avaient dit qu’ils en avaient fini avec elle mais Seiji décida, d’un seul mudra, de faire une dernière action sans qu’elle ne le remarque. Il effaça alors de son esprit les souvenirs de leur rencontre afin qui elle était vraiment complice de quelque chose, elle ne pourrait essayer de prévenir ses dealers. Il y avait peu de chances à cela, car Seiji avait pu remarquer un fort sentiment de regrets dans cette femme mais… prudence est mère de sûreté.

Il fit donc signe à sa partenaire de se mettre en route pour la localisation. À la sortie de l’hôpital se trouvait une carte géante de Kumo pour aider à se repérer dans le gigantesque village. Ils n’allaient pas trouver directement la rue via celle-ci mais au moins permettre de se diriger un peu près.
« Hum… »
Il pointait du doigt un secteur du Kumo, connu en général pour ne pas forcément être très fréquentable de nuit. Il se souvenait aussi que le village était divisé par catégorie et que chaque rue avait un chiffre unique et donc il suffisait de trouver un chiffre proche de 37 pour s’orienter. Par exemple, l’hôpital était dans les centaines, et donc forcément loin de l’endroit que les deux partenaires allaient s’efforcer de trouver.
« Je suppose qu’il faudrait commencer par là. Si les échanges et trafique se font plutôt vers la nuit, on a encore du temps pour trouver cette ruelle. »
Il commença la marche.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6340-l-ecrivain-yamanaka-seiji-terminee?nid=1#52554

Au cœur de l'interdit [Narita Taka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: