Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» The Color of Victory
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 14:40 par Suzuri Takara

» Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 14:34 par Borukan Muramasa

» [Mission Rang C/Libre/Iwa] A la force du bras
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 14:25 par Oterashi Yanosa

» Le choc des cultures [PV : Benzaiten]
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 14:22 par Kaguya Benzaiten

» Croiser le fer sous l'orage [Chiwa Aimi]
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 14:10 par Mugirawa Abuto

» 09. Demandes de Succès
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 13:40 par Chôkoku Tomoe

» 03. Changer de zone
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 13:10 par Chôkoku Tomoe

» Récupérons les trésors !
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 12:53 par Suzuri Takara

» Faire ses preuves [Arata]
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 12:42 par Yamanaka Jun

» 3/Final. Tristes victorieux
Fer & sang ▬ Narita Taka EmptyAujourd'hui à 12:20 par Nihito Meho

Partagez

Fer & sang ▬ Narita Taka


Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Lun 6 Mai 2019 - 18:40




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





L’un des plus grands atouts de Kumogakure no Satô était si on faisait omission de son complexe scientifique et des connaissances entreposées à la bibliothèque, sa Raffinerie. Dirigée par les Metaru, elle ne dormait jamais, fournissant assez d’outils ninjas à la journée pour armer le village plusieurs fois au bout d’une semaine. Certains étaient vendus, d’autres entreposés.

Le Jônin, fervent utilisateur de tout ce qui touchait aux projectiles dût donc se résoudre à se rendre sur place pour refaire son stock. Depuis son arrivée, il passait au moins trois fois par mois se ravitailler, provoquant le questionnement des ouvriers et des vendeurs ; que pouvait-il bien faire d’une telle quantité de métaux forgés sachant qu’il ne partait que rarement en mission hors des murs ?

Aucun n’avait eu le toupet de lui poser la question et c’était bien mieux comme ça. Le soleil à son zénith, le Nara prit donc son temps pour flâner dans les ruelles et se permit même de manger quelque yakitakori sur la route avant d’enfin se présenter muni de son bon de commande au Metaru, à l’intérieur de la raffinerie. En tant que Jônin, il préférait se fournir directement à l’intérieur et choisir ses armes, faites sur mesure. Une fois assez avancé dans l’énorme forge où nombre de manieurs du métal frappaient ou trempaient leurs créations, il s’arrêta devant l’un d’eux.

« Ohayô, Metaru-san. Je viens récupérer mes armes de jet. » L’homme à la toison blanche le jaugea et afficha quelques secondes après un large sourire. « Elles sont presque prêtes, accordez-moi quelques minutes. Je vois que l’épaulière qu’on vous a forgé tient toutes ses promesses. » En tant qu’expert, il avait bien vite comprit l’utilité d’une telle parure. « Effectivement, c’est un très beau cadeau de votre clan et j’y fais très attention. » Répondit-il, s’inclinant respectueusement devant son aîné. Un peu plus loin, le brouhaha laissa filtrer plusieurs voix mais Kansei n’y prêta que peu attention. Aurait-il dû ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Lun 6 Mai 2019 - 22:46


J’arpentais un petit bosquet avant d'atteindre la raffinerie. Me nourrissant de la nature et des sifflotements des oiseaux, me laissant bercer par la mélodie des feuilles brassées par le vent. Respirant à plein poumon l'air pur que dégageaient ces arbres. Je marchais d'un pas lent et nonchalant les yeux émerveillés par l'osmose qui m’entourait. Je me perdais dans mes plus vagues pensées, tout en me remémorant la liste des achats dont j’avais besoin, jusqu'à arriver au pied de l'imposant bâtiment qui n'était rien d'autre que la raffinerie…Je passais de stand en stand, examinant les articles d’un œil d’experte. Hé oui, après avoir passé deux années à bosser telle une esclave dans une forge avec un Metaru, je peux me vanter d’avoir acquis une certaine expérience dans le domaine.
Alors que mes yeux couraient sur de nombreux ustensiles qui pourraient me procurer les souffrances les plus délicieuses, une main m’agrippa l’épaule. Ce n’était nul autre que le fils de mon ancien employeur, employeur qui rappelle le, après un désaccord avait écrasé ma face contre les braises incandescentes de la forge.

“ Dégage de la raffinerie la maso. Tu n’as plus rien à foutre ici ! ”


Je me dégageai de sa prise tout en lui lançant un sourire de coin.

“ tout commence ton vieux père, tu comptes me carboniser l’autre moitié du visage pour me voir cambrer de plaisir ? ”


Alors, le jeune homme, qui était mon aîné d’un an, cracha a mes pieds en guise de réponse. Non pas que je ne fus impressionnée par sa précision digne d’un tireur d’élite, cela ne me mit pas la chair de poule. Bien au contraire, ceci n’eut pour conséquence que d’agrandir mon sourire déjà bien large. Il semblerait que ceci fut vécu comme une forme de provocation puisqu’en réponse a mon visage enjoué je ne reçus qu’un coup de poing en pleine face. Je ne vais pas vous mentir, un forgeron a de la force, et bien que j’aie encaissé le coup en silence, je l’ai senti passer. Mon nez laissa échapper un léger filet de sang, qui doucement, vint rougir mes lèvres qui ne s’étaient nullement détachées de son sourire. La douleur est une véritable forme de plaisir à qui sait l’accepter. C’est donc tout naturellement, les yeux remplissent de larmes dues à la violence du coup, que je lui répondis :

“ Digne de ton père ! Bien que le vieux vicieux semble savoir l’apprécier… Contrairement à toi… ”

Aucun doute désormais, je n'allais me faire passer à tabac et je ne me défendrai pas, non, j’encaisserai chaque coup avec joie. Me délectant de chaque instant de la violence déferlante. Nul homme ne sait mieux donner de la souffrance que celui qui porte un doux mélange de haine, de colère et d’humiliation. Je bouillais intérieurement à l’idée de jouir en public sous la violence des sévices. Je me voyais déjà le corps bleui de contusion, de meurtrissure, d’ecchymose… Ça allait être un véritable délice offert par Izanami… Merci déesse... Moi qui pensais venir acheter un nouveau fouet, de l’huile pour l’entretenir, des fléchettes, des kunai affûtées et tout un tas d'arme capable de faire souffrir une masochiste, J’allais repartir sans rien… Ou du moins, rien d’autre qu’un instant de plaisir volé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 7 Mai 2019 - 0:04




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





Quand Kansei tendit sa main remplie de ryôs, le vieil homme afficha un air choqué et mit ses bras en croix, refusant catégoriquement la moindre récompense pécuniaire pour ce qu’il considérait selon ses mots comme “son apport personnel au clan Nara”. N’ayant aucune raison de refuser un tel honneur, il remercia le quinquagénaire en s’inclinant respectueusement, déroula le parchemin dans son dos et frappa le centre du sceau de sa paume. Ceci fait, il y déposa le gros sac qui fut engloutit dans un nuage de fumée caractéristique. La manoeuvre faite, il remit ses possessions en place et prit le chemin de la sortie avec son flegme habituel.

Pourtant il fut bien vite sorti de sa torpeur à la vue d’une scène assez étrange pour être soulignée et arrêter sa progression vers la lumière du jour, filtrant à travers les battants des énormes portes d’acier. Un forgeron se tenait là, debout, prêt à récidiver sur celle qu’il semblait avoir déjà été heurtée. Son immense main allait toucher au but quand elle s’arrêta instantanément, retombant presque aussi vite le long de son corps. Dans son dos, les langues de son ombre enserrant celle du travailleur du fer se tenait Kansei, immobile.

« Je vous prie de calmer vos ardeurs, forgeron. Il est de notoriété publique que perpétrer ce genre de forfaits est répréhensible. » Quelques personnes s’étaient arrêtés pour observer le remue-ménage. Doucement, le Nara s’approcha de lui sans pour autant qu’il puisse bouger. À bien y regarder, l’ombre joueuse semblait s’être enroulée autour de ses bras sans pour autant lui infliger quelconque douleur. Une fois à côté de lui, il relâcha tout simplement la forme avancée de Kagemane.

Avant qu’il n’ait pu se justifier, il reprit sur son ton grave. « Si la demoiselle est d’accord, passons simplement l’éponge et repartons chacun de notre côté. » Son regard noir de jais plongé dans celui du Metaru associé à sa démonstration précédente suffit à l’homme pour grommeler quelque chose d’incompréhensible avant de traîner la patte vers son lieu de travail, sans attendre que la brûlée n’y aille de son bon mot.

« On aurait presque pu croire que vous appréciez cette situation. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 7 Mai 2019 - 15:17


J'avais fermé les yeux en attendant de recevoir ma correction... Qui n'arriva jamais, incertaine, je rouvris légèrement mon oeil valide et put voir que le Metaru était immobile. Il s'était tout simplement stoppé. Alors que je m'interrogeai sur la raison soudaine de sa retenue, je compris rapidement en entendant la voix de l'homme qui semblait le contrôler avec son ombre, un Nara, aucun doute possible... Il mit rapidement court au grabuge en proposant simplement d'en rester là. Hum... peut-être que pour cette fois-ci cela se déroulerait ainsi mais aucun doute ne faisait sur le fait que lors de sa proche visite a la raffinerie, si je venais à retomber sur le forgeron, il se vengerait. A vrai dire, peu m'importait... J'étais même déçue de ne pas recevoir cette punition à cet instant précis.

Nous tournant le dos, je me retrouvais seul avec mon "sauveur". Un grand gaillard qui devait facilement avoisiner le mètre quatre vingt dix. Qui d'ailleurs, lui aussi, arborait une balafre sur son visage. C'est donc ainsi qui m'adressa la parole et évoqua le fait que je semblais apprécier la situation. Il n'avait pas tort, j'étais même à quelques coups de prendre mon pied.

On peut dire ça... Les coups ne me dérangent nullement... Je sais les... Hm... Encaisser. Taka, je m'appelle Taka. Et comment dois-je appeler le seul qui prit soin d'intervenir ?

Je ne le remerciais point, non pas qu'il ne le méritait pas, mais j'étais quelque peu frustrée d'avoir été coupée a quelques minutes d'un probable orgasme. Mon rictus pouvait peut-être même trahir mon ressentiment. Mais me forçant quelque peu, je me sentais tout de même dans l'obligation de l'inviter à déjeuner, pour son acte.

Peut-être accepteriez-vous que je vous invite à déjeuner . Ce sera ma façon de vous dédommager... Mais, avant cela, vous devrez m'accompagner dans mes diverses emplettes... À moins que votre temps soit déjà accaparé .

Petit à petit, mon rictus se transforma en un sourire sincère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 7 Mai 2019 - 19:10




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





La réponse de la demoiselle fut à la hauteur de ce à quoi il s’attendait, voir même peut-être plus étrange encore. Cela tenait du masochisme, forme perverse de résistance à la douleur par sa vénération qu’il avait autrefois pu admirer chez certains apôtres du Dieu Jashin. Était-ce son cas ? N’en faisant pas montre bien que la question le taraudait, la rangeant dans un recoin de son esprit, le shinobi répondit avec flegme à ses propos déroutants sans y apporter quelconque tonalité qui aurait pu laisser penser qu’il la jugeait.

« Kansei. Savoir les encaisser est une chose, ne pas éviter ceux inutiles en est une autre. » Elle ne sembla toutefois pas très obligée à son geste, ce à quoi il ne s’attendait pas. Le Nara n’agissait pas pour les applaudissements et la reconnaissance ; ici il avait fait ce qu’il lui avait paru juste, non pas sans avoir réfléchi auparavant. Mais quel Metaru refuserait de travailler avec lui après qu’il ait arrêté l’un d’eux de commettre un ‘crime’? Ses relations sauves avec le clan métallique, il pouvait bien faire ce qu’il voulait sans mettre sur la table la cordialité établie.

« Soit, les miennes sont déjà faites et je n’ai pas d’obligations avant le coucher du soleil. Je vous suis, sait-on jamais que vous fassiez enrager l’un de ces honnêtes hommes. » Répondit-il avec tact, un simple sourire en réponse au sien, tandis qu’il parcourait les détails apparents de son infirmité vétustement camouflée par le tissu sans en paraître horrifié.

Doucement, il s’approcha pour jeter un oeil derrière elle à un établi couvert d’armes exotiques. Ils ne se serviraient sûrement pas à celui-ci, étant tenu par le forgeron bloqué par l’ombre précédemment. Mieux valait le laisser avaler la pillule et vadrouiller un peu plus loin ; la Raffinerie était grande.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mer 8 Mai 2019 - 10:36


Alors que nous nous éloignons du stand où tout le grabuge avait débuté, je souhaitais éclaircir la situation avec Kansei. Je ne pouvais le laisser penser que j'avais créé cet événement afin d'assouvir un besoin trop souvent considéré comme malsain. D'autant plus que j'avais aperçu son regard glisser sur ma difformité....

"Je le tiens de son père, un cadeau d'au revoir après deux ans de travail contre un toit et un plat chaud. Un désaccord a emmené mon visage contre les braises chaudes de la forge. Son père fut jugé et emprisonné, mais il semblerait que son fils garde une certaine rancoeur envers moi..."

Alors que mes yeux arpentaient les différents articles entreposés sur les échoppes, je fis une halte chez un tanneur, mon fouet tacheté de sang, le mien pour être tout à fait sincère, avait le cuir qui craquelait. J'avais donc besoin d'huile pour les entretenir, chose que j'expliquai au vendeur et qui me proposa donc le nécessaire à un prix tout à fait raisonnable. Ceci en poche, nous pouvions donc continuer les fameuses emplettes.

"Puis-je me permettre de vous demander quel type d'équipement veniez-vous acquérir ici ? Je suis curieuse."

Passant de boutique en boutique, mon sac se remplit à fur et à mesure de divers équipements, des fléchettes, des lames si fines que sur la traverse elles étaient presque invisibles, des aiguilles, une poire d'angoisse -ma toute première-, puis un chat a neuf queues dont certaines des lanières terminaient avec un pique de ferraille -celui-ci, je l'avais commandé au préalable-. Une fois tout cela en ma possession, j'en avais terminé avec ce lieu et était prête à tenir mon engagement, invitée Kansei à déjeuner. Alors, que nous traversions les battant du bâtiment, je l'interrogeai en lui glissant un clin d'oeil - qui en réalité ne pouvait être différencié d'un simple clignement des yeux puisque l'un des deux était tout simplement couvert -:

" Ou désirez-vous que je vous invite, mon sauveur ? "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Jeu 9 Mai 2019 - 1:52




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





Voilà qu’il était venu pour des achats et qu’il se retrouvait dans une situation qu’il n’avait pas prévu ; ce n’était pas le point fort du Nara. Lui aimait suivre une trame, que tout se passe selon ses schémas prédéfinis. Mais paradoxalement, son esprit se voyait pris d’éclairs de génies dans ces mêmes situations et il n’était pas rare qu’il arrive tout de même à établir une route à ses tribulations et pensées. Une route qui visait à le mener vers le meilleur chemin possible.

Il écouta, sans pâlir ni juger. Sans se montrer discourtois tandis que ses iris tel le ramage du corbeau s’élançaient vers la toiture et les quelques rayons serpentant entre ses pans métalliques.

« Souvent les crimes des pères déteignent sur leurs enfants, d’une façon ou d’une autre. Vous devriez éviter cet homme à l’avenir, cela n'amènera rien de bon. » Il haussa légèrement les épaules ; la demoiselle savait bien le risque de le croiser et l’ignorait. Kansei lui-même comprenait ça mais être rationnel et ne pas écouter l’orgueil et la tentation étaient deux choses devant lesquelles beaucoup ne pouvaient rester sourds.

Leurs pas les menèrent devant des étals qu’il n’avait lui-même jamais fréquenté. Il continua de lorgner les armements ninjas et répondit avec détachement.

« Oh ; rien de bien exotique. Des armes de jets, qui comprennent couteaux karambit, papillons,, shurikens, kunaïs et autres hachettes. » Son attirail avait au moins l’avantage d’être lui, divers et varié. Il ne posa pas la question en retour, se doutant bien qu’il l’apprendrait vite.

Et il ne se trompait pas. Il haussa le sourcil à la vue de certains instruments qui ne semblaient de toute évidence pas fait pour la guerre dans son sens littéral. Les premiers restaient homologués mais la suite souleva l’incompréhension, bien qu’il n’en parut rien. Que pouvait-elle faire avec ce genre d’instrument ? Question purement rhétorique, bien sûr. Son côté masochiste semblait se confirmer.

Laissant derrière lui ces visions étranges et certaines ramenées avec eux par la demoiselle balafrée, ils sortirent peu à peu au grand jour, leurs achats faits.

« Sauveur, haha. Quelque chose me dit que vous auriez très facilement pu vous en débarrasser, si vous le vouliez. Mais disons un endroit où ils servent des pièces de viandes conséquentes, je meurs de faim. » Elle n’avait pas le même goût quand il ne la chassait pas lui-même.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 14 Mai 2019 - 17:11


J'aurais pu facilement m'en débarrasser... Hm... Probablement, bien que je n'étais qu'une simple genin, j'avais tout de même un minimum de connaissances pour m'extraire et mettre une racler à un simple forgeron. Mais, sincerement, je ne le voulais pas, oh que non, j'aimais trop la douleur pour vouloir m'échapper d'une situation si délicates. Qu'importait, l'homme voulait manger de la viande... Et en grande quantité... Le salaud, il allait me ruiner. Mais aucune parole n'est lancée en l'air, et un engagement est un engagement. Je me devais de lui offrir son repas !

De la viande en quantité ! Pour cela, rien ne vaux le vieux Takeo ! Les meilleures pièces de chair de Kumo !

C'est donc sur ces simples paroles que nous prenions route en direction du restaurant. Rapidement, nous nous trouvâmes dans un marché de coin de rue, tout se vendait, mais les épices et les céréales étaient les reines des stands, avoine, ortie, trèfle rouge, molène, astragale, Mélisse, gingembre, pissenlit et nombreuses autres plantes. Alors que je portais toujours mon panier rempli d'équipement, je m'arrêtai quelques secondes devant un stand dont le mélange de couleur et d'odeur était envoûtant, alors je plongeai mes naseaux dans un bouquet de bleuet mêlant des pétales bleu, blanc et rose. Son odeur subtile exhala le pollen, et le miel qui sort de la ruche. Cette plante était réputée pour être associé à la poésie et la délicatesse tout en illustrant la timidité. Certes, elle pouvait servir afin d'égailler l'odorat et les yeux, mais elle pouvait par-dessus tout être utile à bien des égards, d'un point de vue médicale... Ayant les mains complètement prises, je délaissai mon envoûtement pour ces fleurs et repris chemin....

Les fleurs et leurs beautés éphémères font partie de ces choses délicieuses, subtils, qui rapidement disparaissent... Le bonheur et le plaisir sont semblables à celle-ci vous ne pensez pas . Présent durant quelques instants et plus rapidement que nous l’espérions, celui-ci s'efface comme s'il n'avait jamais existé.

Je ne mettais toujours pas défait du large sourire que m'avait offert la douce odeur des fleurs d'autant plus que le soleil venait pénétrer les pores de ma peau et le vent balayait mon parfum aux multiples agrumes.

Cela dit, nous pouvons inverser les tendances Monsieur Kansei, si nous partons du principe que les moments délicieux se font plus rares que les autres... Alors, inversons et trouvons une façon de faire pour que ses moments la soient considérés comme bon !
Nous continuons à marcher durant quelques minutes supplémentaires et faisions face à un petit restaurant de quartier dont l'enseigne vieillit par le temps arborait "chez Takeo". L'odeur de viande grillée émanait des portes ouvertes... L'heure allait être au repas !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mer 15 Mai 2019 - 22:09




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





Kansei, sans tendre vers l’ascète, était bien loin d’un guide touristique et de ses connaissances. Il la crut donc sur parole quant à la réputation de ce Takeo, opinant du chef pour signifier l’accord tacite de cette mystérieuse destination. Bercé par les effluves printanières autour d’eux dans ce marché à ciel ouverts où chaque petite gens s’adonnait à crier la vertu de ses produits ou la justesse de ses prix, ses sens se voyaient caresser d’épices dont le mélange aurait pu saturer l’odorat du plus enrhumé des Inuzuka.

Il écouta, toujours au côté de la balafrée, sa métaphore florale ; non pas sans un mince sourire. Maintenant assez loin pour que son nez ne sente plus que les effluves de la brune au visage semi-caché, il cogita quelques secondes à ses propos pour mettre les formes à son propos qui n’avait lui pas eu besoin de beaucoup de temps pour se construire dans sa psyché.

« La belle de nuit ne fleurit que le temps d’une nuit ; ne serait-elle pas moins gracieuse et son effluve plus insipide si on la trouvait par milliers toute l’année dans les champs du Yukan ? » À son souvenir, les plus beaux moments vécus étaient ceux éphémères que les conditions réunies avaient provoquées. Il aurait été mentir de dire que Kansei ne désirait pas en revivre certains. Pourtant, cela était impossible et ne faisait qu’ajouter de la valeur à ces précieux souvenirs.

Arrivé devant la large enseigne qui si elle n’était pas luxueuse, semblait tout à fait respecter ses engagements à l’exhalaison s’en échappant, le Jônin invita sa comparse à pénétrer le bâtiment avant lui et ils s’installèrent à une table au milieu de l’échoppe assez calme pour profiter pleinement d’un bon repas. Parcourant des yeux et du doigt la large carte, il jeta son dévolu sur un boeuf wagyû mariné.

« Dites-m’en plus sur votre condition Kumojine. Pourquoi avoir rejoint l’armée ? » Débutant la conversation après qu’elle ait elle-même commandé, lui ayant laissé assez de temps avant d’énoncer la sienne, le Nara disposa son uchigatana pour qu’il ne touche pas le sol malgré sa position assise près du sol.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Jeu 16 Mai 2019 - 22:08

Kansei me rétorqua une métaphore florale afin de rester dans le thème. Son idée tenait debout, effectivement, la rareté d'un moment ne le rendait-il pas plus appréciable finalement ? C'était probable... Mais que valait-il mieux ? Mille plaisirs convenables ou un plaisir incomparable ? Ceci méritait réflexion. À l'heure actuelle, qu'importait, j’appréciai à sa juste valeur le maniement des mots de mon partenaire de route, il savait les manier probablement aussi bien que ses armes qu'il venait d'acquérir, et ses paroles savaient se faire sage, ce qui lui donnait un certain charme. Mais, je ne lui offris comme réponse qu'un simple haussement des épaules ainsi qu'un de mes innombrables sourires.

Une fois assise a une table située plein centre de la petite échoppe et commandé un merveilleux Katsudon en compagnie de mon sauveur, je me ramenai avec délicatesse mon amas de cheveux derrière ma nuque, ce qui laissa totalement visible mon tatouage. Puis, Kansei me questionna sur ma condition de Kumojine et sur mes raisons de rejoindre l'armée... Ceci m'amusa quelque peu, je n'avais nullement stipulé appartenir au corps armé de Kumo, mais il semblerait qu'une partie de moi m'avait vendue... Puisque pouvais-je dire de Kumo, je ne résidais en son sein que depuis trois ans, et les deux premières années je les avais passés derrière une forge à supporter un connard... Mais je devais tout de même répondre...

" Kumo... Je n'ai que peu de recul sur cette ville, d'une part dû à ma jeunesse, et d'autre part, je suis libre de mes mouvements que depuis une courte année, mais, malgré cela, je me sens à mon aise ici ! "

Alors que j'allais pour reprendre la parole, le serveur nous apporta nos mets qui paraissaient bien délicieux, nous le remercia dans les règles de l'art, et alors je repris;

" Pour ce qui est de mes désirs de rejoindre l'armée... Je ne pourrai répondre que par une autre question. Qui vous dit que je l'ai effectivement rejointe ? "

J'arborai un sourire malicieux au bord des lèvres avant de reprendre:

Mais vous, en revanche, aucun doute ! Pourquoi l'avoir donc rejoint ?

Mes yeux ne lâchaient pas son regard alors que mes baguettes commençaient à piocher dans mon assiette. la première bouchée de ses merveilleuses nourritures me fit monter les yeux au ciel quelques secondes. Mon Dieu que c'était délicieux... Presque aussi délicieux que les pointes d'acier des lanières d'un fouet qui flétriraient ma peau... Alors que je jouissais de ma première maché, mes yeux retombèrent sur la cicatrice de Kansei, celle au-dessus de son nez et la curiosité l'emporta sur la bienséance, je voulais savoir:

"D'ailleurs, je vous ai expliqué l'origine de ma cicatrice, accepteriez-vous de me parler de la vôtre ." Dis-je en pointant le bout de mon nez en direction du sien."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Sam 18 Mai 2019 - 15:02




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





Visiblement ses mots eurent raison du débat et bien qu’il pressentait qu’il ne l’avait pas convertie, ce qui n’était en soi pas le but, au moins cela ne s’étirerait pas en débat.

Assis tous deux l’un face à l’autre, Kansei constata l’étendue de la peau marquée par l’encre et ses motifs tentaculaires allant jusqu’au menton d’un oeil qui ne paraissait pas si attentif, bien qu’il le fut. Possédant lui-même ce genre de marques bien que cachées par son large haori bleuté recouvrant l’entiéreté de l’épiderme de ses bras et du haut de son torse, le Jônin l’écouta répondre en jetant parfois un regard au comptoir pour tenir compte de l’avancement de leur commande.

Elle se disait satisfaite des lieux et il pouvait comprendre cela ; de part bien des aspects la Cité de la Connaissance assouvissait un être aussi désinvolte que lui de bien des besoins. Sans couper la demoiselle ni l’employé venu leur porter le repas, il le remercia de concert avec Taka puis continua de l’écouter en séparant ses baguettes d’un geste vif.

Attrapant un morceau de viande charnu, il constata la façon de se délecter de sa partenaire puis lui répondit calmement, non pas sans un petit sourire. « Le chakra. Vous en disposez de trop pour que cela soit anecdotique. De là, il n’est pas compliqué de deviner quel corps de métier permet un tel développement. » Sans avoir à recourir à une technique particulière, ce genre de choses étaient assez basiques pour un senseur tel que lui. Et sans qu’elle soit pourvu d’une énergie impressionnante, Taka n’avait rien d’une simple civile. Mimant son mouvement, il commença à se nourrir et ne put qu’apprécier la promesse tenue. C’était effectivement délicieux.

« Pour ma part, je fais parti du clan Nara. Il était donc logique que pour un cursus militaire, je rejoigne les rangs de Kumogakure no Satô. » Dans le même esprit qu’elle bien que la manière changea, il avait assez dévié la question pour ne faire savoir que des bribes de ses réelles motivations et de son passé tumultueux.

Avec une certaine déférence, il continua de se nourrir en appauvrissant son assiette des quartiers grossiers de chair juteuse, mélangeant parfois les nouilles assorties avec.

« Oh. Elle date de mon adolescence ; j’ai combattu quelqu’un en me laissant porter par mes émotions et j’ai eu la chance d’en sortir vivant avec ceci comme rappel. » Un rappel funeste qui l’avait forgé, une zébrure indélébile qui l’avait obligé à devenir l’homme qui se tenait là aujourd’hui et sans qui il aurait peut-être failli ou emprunté une route différente.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 21 Mai 2019 - 0:22


Alors que nous discutions tout en dégustant tous deux nos mets, Kansei avait réussi à soulever une certaine interrogation en moi. Pourquoi j'avais rejoint les rangs de l'armée ? J'avais réussi à dévier la question par un contre questionnement, mais finalement, peut-être que cet homme pourrait m'aider à trouver une réponse... J'avais l'impression d'en avoir une, mais était-ce la vérité pour autant ? Au commencement, j'avais pensé qu'au travers de ce métier je pourrai me nourrir de mes penchants masochistes, mais bien évidemment, cela ne pouvait être que totalement faux. Quel institut formant au corps armé garderait une femme ne répondant nullement aux attaques et se cambrerait seulement sous le plaisir . Pour tout dire, avoir un tel élément était peu fort utile puisque sa durée de vie se montrerait très limitée sur le long terme. Deuxièmement, j'avais eu l'idée de pouvoir rendre hommage à la déesse Izanami en offrant la mort en toute légalité, mais, combien de mission on pour objectif de nuire fatalement à autrui ? Il m'aurait été plus simple que de travailler dans un centre hospitalier et d'accompagner des fins de vies... Bref, je ne trouvais réellement aucune raison à mon enrôlement...

J'avais eu durant quelques secondes les yeux dans le vide, n'écoutant que d'une oreille la réponse a ma propre question, à savoir: comment Kansei avait écopé de sa cicatrice. D'un regard hésitant, je voulais répondre avec sincérité à cet homme et tenter de trouver une réponse au questionnement qu'il venait de soulever. Alors, je me jetai:

"J'aimerais que ma raison a mettre engagé soit aussi... Logique que la vôtre... "

Mes baguettes jetèrent un morceau de viande dans mon gosier que je me mis à mâcher machinalement avant de reprendre alors que je venais à peine de finir d'avaler:

" Pour tout vous dire... Je n'en sais rien... Je ne sais pas véritablement pourquoi... Pourquoi rejoindre l'armée... Comment vous avez su que c'était vraiment la chose à faire ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6374-narita-taka-termine

Fer & sang ▬ Narita Taka Empty
Mar 21 Mai 2019 - 0:39




fer & sang
brûlures
@Narita Taka

Fer & sang ▬ Narita Taka TSiEfT2





Il comprit bien vite à voir la moue de la jeune femme qui ne pouvait pas se targuer de la même aptitude que lui à cacher ses pensées qu’elle semblait oisive, presque en réflexion profonde bien toujours là, avec lui. Et Kansei eut bien vite les raisons de cet absentéisme quand elle se mit à parler, tandis qu’il déchirait la chair cuite entre ses dents nacrées avec une ambition renouvelée. Pouvoir faire ses emplettes puis manger dans un bon restaurant ; la vie de Kumojin était bel et bien différente de ce qu’il avait pu connaître. Ici, pas besoin de chasser son repas ou de se demander où dormir, au moins quand il n’était pas en mission.

« Disons que ma filiation et mes compétences innées ont beaucoup aidé. » Il lui octroya un sourire simple mais plein de sens, presque rassurant. Il n’était pas un modèle, ni la norme. Grandir dans les flammes du conflit l’avait poussé à telles prouesses martiales et à choisir, il se demanda un instant si la place de son interlocutrice n’était pas presque enviable. Mais à quoi bon ? Cela ne marchait pas ainsi.

« Comme je le disais, j’ai très vite eu besoin de savoir me défendre et je suis très friand de stratégie. C’est presque naturel chez moi que d’être l’archétype du shinobi. Tout du moins d’exercer une profession qui a besoin de ce genre de savoir-faire. » Il haussa les épaules, sans aucune vanité. Certains étaient doués d’en d’autres domaines dont il ne connaissait rien.

Se penchant vers elle, la bouche pleine, il engloutit ce qu’il restait dans ses joues, avant de reprendre. « Parfois, les gens font des choix qu’ils pensent être les bons. De façon viscérale, guidé par leur nature plutôt que par leur raison. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est toujours la bonne chose à faire, mais l’instinct est aussi important que l’intellect. Je suis sûr que vous trouverez vite votre nindô et votre propre raison d'exercer. Ou que c'est déjà le cas, sans pouvoir ou vouloir mettre des mots dessus pour autant. »

Des paroles rassurantes et pensées, tandis qu’il terminait son premier verre de sake, qu’il avait pris soin de servir à chacun d’eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fer & sang ▬ Narita Taka

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: