Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Le livre (Fukkatsu)
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 17:00 par Uzumaki Sazuka

» Arrivée aux petits Crocs Rocheux (Libre)
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 16:46 par Sharrkan

» Galerie du Sucre; Midori
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 16:45 par Suzuri Akina

» Feuilles volantes [Pv: Akina]
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 16:17 par Suzuri Akina

» [A/Offi/Ame] Préparer l'assaut final de la Pluie [Katsuko - Taishi - Fujin]
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:53 par Narrateur

» À ma douce moitié
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:46 par Mei

» A l'attention du clan Metaru
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:41 par Hokazuka Rie

» Comme avant. [ft Mafuyu]
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:35 par Mugen Oda

» De grande soeur à senseï [PV : Nagamasa Kagura]
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:18 par Nagamasa Kagura

» Connaissance de cause (Libre)
S'instruire pour survivre [Han Musashi] EmptyAujourd'hui à 15:03 par Suzuri Akina

Partagez

S'instruire pour survivre [Han Musashi]

Hao Shinjo
Hao Shinjo

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Mar 21 Mai 2019 - 21:05


Qu'est-ce que cela signifiait réellement, que d'être Shinobi?

Certains auraient pu penser, dans un élan romanesque, qu'il s'agissait d'un rôle de protecteur de la nation à laquelle ils appartenaient. Un Shinobi n'était-il pas, après tout, un espèce de soldat-héro dont les pouvoirs que lui conférait son chakra, servaient à la défense et la protection de ses pairs? N'étaient-ils pas ce fier combattant qui, au nom de sa nation, servait de rempart entre les siens et la menace extérieur? Beaucoup le pensaient et vivaient en se confortant dans cette idée. Cette idée chevaleresque qu'ils étaient des sauveurs, des gardiens, des héros locaux aux bonnes intentions. Ils étaient souvent rêveurs et s'imaginaient partir dans la gloire, ou simplement bon de cœur et pensaient faire le bien…mais étaient très souvent les premiers à mourir aussi, à sacrifier leur vie pour un monde qui, au final, les oublieraient bien assez tôt, d'ici deux ou trois générations.

Ensuite il y avait ceux qui se voyaient comme des outils à la survie de leur nation et à la prospérité de leur gouvernement, non pas en tant que protecteur, mais en tant que « mal nécessaire ». Ils étaient beaucoup plus pragmatiques que leurs compatriotes idéalistes et souvent, devenaient des shinobis au potentiel redoutable, puisque bien concentré sur leur mission première. Ils étaient ce qui se rapprochait le plus de ce qu’était la définition propre d'un guerrier de l'ombre. Ils étaient…l'ombre. Ils se déplaçaient là où la sainte lumière des hautes instances pointait, et faisaient ce qu'ils avaient à faire sans poser de question. Ils savaient ce à quoi ils servaient, ils se savaient n'être qu'un outil de plus dans des mains bien plus meurtrières que les leurs, et accomplissaient les tâches pour lesquelles ils avaient été faits. Ils vivaient longtemps, mais leur nom ne s'ébruitait jamais. Des héros secrets, des vaillants pour qui le sacrifice de soi n'allait pas de paire avec la gloire, mais plutôt avec le mérite. Ils vivaient pour l'accomplissement de quelque chose plus grand qu'eux…et mourraient dans la solitude, sans certitude que le travail d'une vie eut réellement servit à quelque chose.

Et enfin, il y avait ceux qui s'enrôlaient dans un but personnels, ceux qui n'étaient au service de rien ni personne ultimement, et qui n'étaient pas réellement des outils ni pour le peuple, ni pour son gouvernement, mais qui instrumentalisait la profession de Shinobi et en faisait un outil pour leur propre avancement personnel. Leur vie n'appartenait à personne d'autre qu'eux-même et plus souvent qu'autrement, ils finissaient soit au dessus de tout leurs congénères, ou pendu au bout d'une corde pour haute trahison ou désertion. Ce profil de Shinobi était le plus dangereux, puisque guidé par un désir ou un but purement égoïste. L'accumulation de savoir et de pouvoir dans un but strictement personnel. C'était une route difficile aux multiples embûches, où la mort les guettaient à chaque tournant, mais sans doute celle qui au final offrait le plus grand prestige et la plus grande récompense : le véritable accomplissement de soi. Ces Shinobis mourraient soit craints de tous ou respectés de tous…ou encore les deux. Tout dépendant de la nature de leur but et objectif personnel…fut-il noble ou égocentrique. Ils marquaient le monde à leur façon et des monuments étaient érigés en leur nom.

Bien entendu, n'importe qui aurait voulu se classer dans cette catégorie, ou du moins n'importe qui ayant un tant soit peu d'ambition. Seulement, contrairement à moi, la plupart d'entre eux n'avaient probablement pas ce petit « je-ne-sais-quoi" qui le leur permettait réellement. C'était un monde de requin et il fallait se montrer d'abord et avant tout opportuniste si nous boulions survivre à la première vague. Il fallait prendre son temps et observer les autres foncer dans le mur avant de se lancer soi-même. C'est d'ailleurs ce que j'avais fais depuis ma sortie de l'académie. Ayant passé aux archives de celle-ci, j'avais réussis à mettre la main sur les dossiers de missions réglées antécédentes et qui ne contenaient aucunes informations classées « X ». Feuilletant les rapports, je cherchais d'abord et avant tous les échecs des plus jeunes recrues ainsi que la raison de ces échecs. Des missions sans réelles importances pour la plupart, des rangs D et quelques rangs C dans lesquels les même problèmes revenaient régulièrement : l'insubordination des recrues envers leur responsable ou envers les spécificités demandés par les clients. En gros, ceux qui échouaient étaient de parfaits imbéciles qui ne savaient pas lire un ordre de mission correctement? C'était ce qui revenait le plus souvent du moins…


-Shinjo
Hmmm…si ce n'est que ça…je ne devrais pas avoir trop de problèmes…

…Mais je me doutais bien que des facteurs aléatoires pouvaient survenir à tout moment et que les plans ne se déroulaient que rarement comme prévu. Néanmoins, ce n'était pas là une excuse à l'échec, d'autant plus que la débrouillardise devait normalement figuré en tête de liste des qualités d'un bon Shinobi, mais d'un bon meneur aussi. Ainsi, celui ou celle qui devait naturellement être le meneur dans son équipe devrait normalement être capable de repenser rapidement à une stratégie pour contrecarrer les imprévus. Du moins…c'est ce que j'en pensais.

Continuant de feuilleter les papiers que j'avais étalé devant moi, je ne prêtai que très peu d'attention à ce qui se passait autour de moi, au point de ne pas nécessairement remarquer cet inconnu qui s'était invité à ma table, un peu plus loin. Si j'avais aperçus sa silhouette du coin de l'œil, je ne la vis qu'un peu trop tard, alors qu'il enjambait déjà le banc sur lequel il allait s'asseoir. Levant la tête, je vis que son visage ne me disait rien, je ne l'avais jamais vu. Haussant simplement un sourcil, je ne fis rien d'autre que lui offrir cet air interrogateur. Trop tard pour rapatrier les documents biens éparpillés sur la surface plane du meuble à lequel nous étions assis. De toute façon, ce n'était pas comme si j’avais quelque chose à cacher après tout.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6465-hao-shinjo-terminee
Han Musashi
Han Musashi

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Mar 21 Mai 2019 - 21:12

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
S'instruire pour suivre.


S'instruire pour survivre [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

Fatigué par tous ces entraînements qui pompaient littéralement toute mon énergie, je décidai de faire un petit tour en ville pour me changer les idées...
Plusieurs semaines s’étaient déjà écouler depuis le début de mon apprentissage de la médecine, et si j’avais pu éveiller accidentellement ce chakra verdâtre, depuis je n’avais malheureusement constater aucun autre progrès. C’était ce qui expliquait en partie ma fatigue, car je me tuais à la tâche pour pouvoir matérialiser et contrôler mon chakra médical, sans quoi il m’était tout bonnement impossible d’avancer. D’ailleurs, les efforts que me demandais l’Iroujutsu m’eurent contraint à reléguer mes entraînements au Kenjutsu au second plan, quant au ninjutsu, cela devait facilement faire une semaine que je n’y avais pas toucher. C’était là que je me rendais compte à quel point Aimi était incroyable, je ne cessais en effet de m’interroger sur comment elle faisait pour coïncider tous ses entraînements sans jamais perdre la tête. Tiens, en parlant d’elle, je devrais peut-être essayer de la revoir pour obtenir d’autres conseils concernant mon apprentissage, mais aussi passer du bon temps, tous les deux, après tout notre relation était désormais officielle.

Quoi qu’il en fût, pour l’heure, je me baladais tranquillement, mon bouquin entre les mains, relisant pour la deuxième fois l’incroyable histoire du « pion ». Ce livrait était tout simplement mon préféré, il fallait dire que je me reconnaissais beaucoup dans ce « pion », devenu des années plus tard un shinobi hors pair dont les décisions affectaient le monde tout entier. Bien des gens n’auraient probablement pas acheter un bouquin dont le titre s’intitulait simplement « Le pion… », mais personnellement je ne regrettais pas cet achat, bien au contraire. Une fois au centre-ville, je me dirigeais vers un petit parc, non loin de l’académie Hashira, situé derrière les quartiers commerçantes.

Je poursuivais ma lecture, déjà au chapitre trois, ce fameux moment où le « pion » acceptait son destin et prenait la ferme résolution de changer sa misérable situation. Trop concentré dans ma lecture, je ne fis pas attention à un petit couple qui désirait rentrer dans le parc, les bousculant alors accidentellement. Si la femme semblait se plaindre de mon comportement, l’homme désirait quant à lui en venir aux mains, cherchant probablement à impressionner sa copine… s’il savait… Fort heureusement, je gardai mon sang froid, me contentant de m’excuser sincèrement, avant d’être sauvé par un jônin qui passait dans le coin. Alala, ces humains… Ils veulent en venir aux mains pour tout et rien, c’en était consternant.

Quoi qu’il en fût, je rentrais sans plus tarder dans le parc, cherchant un petit coin où je pouvais m’asseoir et poursuivre tranquillement ma lecture. La plupart des bancs semblaient occupés, et ce qui était étrange c’est que les gens s’étaient concentrés dans un coin, comme s’ils souhaitaient éviter quelque chose. C’était alors que j’aperçus au loin un homme installé autour d’une table, feuilletant curieusement des documents sans se soucier de ce qui se passait autour de lui. Je m’en approchais naturellement, cherchant tout d’abord à m’installer sur les bancs délaissés, cependant la plupart étaient entachées par des excréments de pigeon et des liquides qui ne me disait rien qui vaille.

Je m’avançai alors naturellement près de la table de ce mystérieux individu dont le visage attisa immédiatement ma curiosité. S’il pouvait en effet paraître repoussant, voire effrayant, personnellement je m’interrogeais sur la cause de l’état de son visage… Quelque chose me disait que c’était tout sauf un phénomène naturel…

Quoi qu’il en fût, je ne souhaitais pas le déranger dans ses recherches, de quelque nature qu’elles soient. Je m’installais en face de lui, faisant comme si de rien était, alors qu’il relevait légèrement la tête pour me regarder, se demandant certainement ce que je faisais autour de sa table. Je fis comme si de rien était, lisant tranquillement mon livre jusqu’à ce qu’un des ses documents arrive devant mon visage.

« Tiens, ça t’appartient je crois. » Fis-je, en lui remettant le document en question. « Je ne sais pas ce que tu fais avec tous ces rapports, mais j’espère que ma présence ne te dérange pas. » Poursuivis-je, d’un très léger sourire.

Mon regard se porta naturellement sur les autres papiers posés sur la table, puis en percevant une fiche concernant une connaissance, je me vis contraindre de me renseigner davantage sur les travaux de cet étrange individu.

« Est-ce qu’il y a un problème avec toutes ces personnes ? Tu sembles étudier leur rapport à fond, y a surement une raison derrière ça… Ah, excuse-moi, moi c’est Musashi, Han Musashi… Et toi, qui es-tu ? De ce que tu as l’air de faire, je miserai probablement sur un jônin, ou peut-être un shinobi portant un rang spécial, genre un analyste, haha… » Fis-je, d’un léger rire.



_________________
S'instruire pour survivre [Han Musashi] D89k
S'instruire pour survivre [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hao Shinjo
Hao Shinjo

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Mer 22 Mai 2019 - 14:19


Feuilletant les dossiers, passant rapidement mes yeux de vautours sur chacune des lettres qui y étaient écrite afin de repérer quelques mots clés qui étaient susceptibles d'accélérer ma recherche, ce fut un coup de vent qui brisa ma concentration et amena un premier contacte avec l'individu qui s'était approché pour prendre place à la table. Relevant la tête, suivant de mes yeux noirs le bout de papier qui finit par se faire écraser sur la table par la main de celui qui deviendrait vraisemblablement mon interlocuteur pour les quelques minutes à suivre, je soupirai au même instant. Je ne croyais pas voir venir quelqu'un s'asseoir à ma table, et si cela ne me dérangeait pas nécessairement, c'était plutôt de le voir fouiner ces documents qui me poussa à l'exaspération.

-Shinjo
…ne peuvent-ils pas simplement se mêler de leurs affaires… Murmurai-je tout bas, sans trop articulé et de manière à ce que ce soit quasi incompréhensible…

…mais si j'avais voulu jouir d'un environnement plus calme et secret, ce n'était certainement pas ici que j'aurais dû débuter mes recherches. Sur une seconde pensée, je me ravisai, puis haussai un sourcils en posant finalement mon regard sur le blondin qui semblait bien avoir reconnu quelque chose dans ces papiers, ou du moins, qui avait lu un truc qui l'interpellait. Évidemment, rien ne pouvait rester sans intérêt bien longtemps dans un village truffé de Shinobis tous plus ou moins compétents les uns que les autres et, aussitôt, les questions commencèrent. Il fallait s'y en attendre après-tout.


-Shinjo
Hm? Dis-je d'abord en étirant le bras, reprenant le rapport qui s'était envolé dans les mains du curieux.

Un problème? Autre le fait qu'ils échouèrent tous une mission dû à leur incompétence? Non. Je ne les connais pas personnellement, mais si je me fie à ces rapports, ils ne semblent pas avoir compris qu'il n'y a pas de marge d'erreur dans la profession. D'éternels Genin pour la plupart, quelques pommes pourries pour d’autre…et un ou deux malchanceux qui étaient dans de mauvaises équipes. Alors j'espère pour toi, Han, que tu ne te retrouvera pas un jour dans l'une de ces situations.

Tout en parlant, j'avais gardé mes yeux braqué sur l'individu d'apparence beaucoup plus jeune. Si mon ton frôlait la condescendance, cela n'était néanmoins pas dirigé vers celui qui s'était attribué une place à la table, mais plutôt envers ce que je venais de lire. Pour ce qui en était du grade, je n'avais posé aucun commentaire. Laisser planer le doute quant à ma place dans cette société guerrière ne pouvait que m'avantager

-Shinjo
Un analyste, oui. J'observe ce qu'Iwa a de moins bon à offrir, et je m'assure que l'on ne répète pas les mêmes erreurs. Légèrement narcissique que d'utiliser le « on » pour me représenter…mais cela détournait l'attention de ma propre personne et suggérait que je travaillais bel et bien dans de haute sphère et que mon travail n'avait rien de personnel.





Dernière édition par Hao Shinjo le Lun 27 Mai 2019 - 4:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6465-hao-shinjo-terminee
Han Musashi
Han Musashi

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Jeu 23 Mai 2019 - 19:24

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
S'instruire pour suivre.


S'instruire pour survivre [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

Je ne savais pas ce que c’était, mais j’étais persuadé qu’il avait marmonné quelque chose. Cela voulait-il dire que ma présence ne le gênait point ? Peut-être l’inverse ? Étrangement, cet individu au visage pour le moins intrigant ne trouvait plus rien à redire. J’interprétais naturellement ce silence comme une forme de neutralité quant à ma présence à sa table, par conséquent tant qu’il ne trouverait rien à redire, je n’avais point l’intention de partir.

Enfin, alors que je replongeais dans ma lecture, une de ses fiches atterrit devant moi, suscitant grandement ma curiosité de part toutes les informations qu’elle contenait. C’était alors naturellement que j’interpellais cet homme pour le moins mystérieux, l’interrogeant sur ce qu’il faisait de toutes ses fiches qu’il semblait étudier minutieusement. Je ne manquais, bien sûr, pas de me présenter à lui, peut-être que cela le rendrait plus enclin à partager quelques informations sur les études qu’il avait l’air de mener. Enfin, les premiers mots de « l’analyste » furent impitoyables à l’égard de toutes ces personnes qui avaient échoués leur mission. Avait-il vraiment cherché à en connaître les raisons avant de les juger de la sorte ? Et quand bien même ce serait le cas, je ne trouvais pas que ce soit une façon correcte de parler des autres. Pour le coup, cet homme attisait grandement ma curiosité, je tenais absolument à en connaître un peu sur sa personne et notamment ce qui le poussait à analyser ces fiches pour en tirer de telles conclusions.

« Musashi, appelle moi Musashi, je te prie. » Fis-je, en guise de rectification.

A priori c’était un analyste, et sûrement un shinobi avec une certaine expérience du terrain compte tenu des conclusions qu’il tirait. Si je n’étais pas totalement d’accord avec sa façon de condamner ces Genins, je restais persuadé qu’il avait plus ou moins de raisons pour avancer de telles conclusions. A moins bien sûr qu’il ne s’agisse d’un type qui ne supporte tout simplement pas l’échec, genre un perfectionniste…

« Je vois, c’est la première fois que je tombe sur un analyste, du moins un qui ne prétend pas d’entrée de jeu être un shinobi. Et tu t’appelles ? Tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je te tutoie j’espère ? Car, dans le cas contraire je peux rectifier ça… » Fis-je, d’un léger sourire.

Fermant le bouquin entre mes mains, je le rangeai dans la poche de ma veste, focalisant alors toute mon attention sur mon interlocuteur. Mon regard se perdit rapidement sur deux-trois feuilles, puis s’arrêta définitivement sur son visage.

« Et qu’est-ce qui te permet d’affirmer avec autant de certitude que les échecs de ces Genins sont dû à leur incompétence ? Je suis sûr qu’en tant qu’analyste, tu as des très bonnes raisons de penser cela, et je suis curieux de les connaître auquel cas tu voudrais bien les partager avec moi. » Repris-je, d’un très léger sourire.

Après quoi, mon regard se perdit un peu plus loin, derrière l’analyste, là où plusieurs shinobis semblaient s’entraîner sur des mannequins en bois. Certainement des Genins fraîchement promus, quoi qu’il en fût, mon regard s’arrêta une fois de plus sur mon interlocuteur, curieux de connaitre ses réponses.



_________________
S'instruire pour survivre [Han Musashi] D89k
S'instruire pour survivre [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hao Shinjo
Hao Shinjo

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Ven 24 Mai 2019 - 18:04


-Shinjo
Musashi, alors… Répondai-je à celui qui préférais être appelé par son prénom plutôt que celui de son clan familial

Fais comme tu le sens. Je n'accorde que peu d'importance à ce qui est protocolaire ou avec l'étiquette en dehors d'une activité purement politique. Pour ce qui est de mon nom, Shinjo fera l'affaire. Je suis bel et bien un Shinobi aussi, mais je n'ai pas la prétention de croire que cette profession détermine qui je suis et encore moins mon rôle dans cette société. Le chakra, les arts du ninjutsu avec un grand « N » et autres spécialités ninjas ne sont que des outils après tout. Avec ou sans, cela ne changerait pas ce que je fais ici. Pourquoi prétendrai-je le contraire…

Puis, balayant un autre dossier du revers de la main après en avoir lu les dernières lignes, je m'étirai légèrement vers l'arrière, faisant craquer le bas de mon dos en me relevant de la table pendant que l'autre continuait à jeter un œil curieux, sans pour autant les lire ou les touchers, ur ceux que j'avais déjà épluchés. Au total, il devait y en avoir une douzaine, tous plus ou moins identique quant au résultat de la mission effectuée, n'ayant comme différence que les noms inscrits dessus et les ordres donnés.

-Shinjo
Eh bien…car s'ils ont tous échoués, c'est que un ou plusieurs membres de ces équipes n'ont pas suivis les ordres de missions comme elles étaient inscrites. Si la mission dit de passer par le chemin de terre, tu ne passe pas par la route commerciale pour essayer de gagner du temps, il y a une raison pour laquelle les ordres sont rédigées comme elles le sont. L'insubordination est synonyme d'incompétence, dans mon livre à moi, et ils méritent amplement d'être considérés comme des incompétents jusqu'à preuve du contraire. Voudrais-tu être en équipe avec quelqu'un qui ne fait qu'à sa tête? Bien-sûr que non, personne ne le voudrait. Voilà pourquoi je crois avoir de bonnes raisons de le penser. Une horloge, pour bien fonctionner, demande une précision absolue, que chacun de ses engrenages s'emboitent comme ils se doivent, et qu’ils marchent à l'unissons selon une directive bien précise. Il ne suffit que d'un seul faux réglage pour que l'heure affichée, le résultat de ce chef d'œuvre d'ingénierie, n'indique plus rien de bon. Une seule minute, voir même dix secondes de trop ou de moins, peuvent altérer bien des choses.

Je ne dis pas que la perfection existe et doit être atteinte en tout temps…mais qu'il n'y a pas de place à l'erreur dans la profession que nous effectuons.


Bien entendu, tout ceci ne représentait qu'un aspect logique et mathématique des choses, mais c'était là ce que j'étais aussi. Je ne croyais pas au hasard des choses, ni même que l'implication des sentiments ou des imprévus devaient changer les ordres de missions ou encore la manière dont celles-ci devaient se dérouler. Si pour une raison « X », le cour des choses devaient changer assez drastiquement pour influencer le cours des événements, la mission en elle-même changerait par la même occasion et un repli se devait d'être fait afin que la situation soit analyser sous un angle différent et que son ordre soit changée en conséquence. Certains y verraient probablement une perte de temps, mais c'était ce qu'un professionnel se devait de faire selon moi. Tout simplement.

D’ailleurs, voyant que mon interlocuteur déviait son regard par-dessus mon épaule, observant la bande de singe qui s'énervaient sur des mannequins de bois, j'hochai de la tête alors qu'un cri exagéré venait percer l'air jusqu'à nous. L'un d'eux s'était vraisemblablement donné en spectacle devant ses compagnons d'entraînements.


-Shinjo
Peut-être devraient-ils cesser de former des brutes sans cervelles et se concentrer à former des tacticiens plus que de simples bastonneurs aussi. Cela aiderait à réduire ce genre de dossier.

Sinon, hormis venir fouiner sur mes recherches? Toi? Que crois tu avoir à offrir de bon à ce village?





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6465-hao-shinjo-terminee
Han Musashi
Han Musashi

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Dim 26 Mai 2019 - 20:25

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
S'instruire pour suivre.


S'instruire pour survivre [Han Musashi] Iwagak12

--------------------------------------------------

« Shinjo ? Enchanté de faire ta connaissance. » Répliquai-je, d’un très léger sourire. « Alors comme ça, être un shinobi ce n’est qu’une profession pour toi ? Une drôle de profession ne trouves-tu pas ? Après tout, toute notre vie tourne autour de ce que tu ne sembles voir que comme une simple profession. Une dangereuse profession pour laquelle on ne manque pas de mourir à chaque mission. Une profession qui, que l’on veuille ou non, façonne à bien des manières notre personnalité. Alors, c’est soit j’ai fait une erreur quelque part, soit c’est toi qui es vraiment à part, Shinjo-san. » Poursuivis-je, d’un large sourire.

Même si je ne partageai pas vraiment sa façon de voir les choses, je la trouvais malgré tout intéressante. Et si ce type me paraissait pour le moins étrange, aussi étrange que les marques qu’il avait sur le visage, je restais persuadé que c’était avec ce type de personne que je pouvais réellement apprendre quelque chose. Bon, il était vrai que mon objectif, en arrivant ici, n’était pas d’échanger avec les autres pour apprendre quoi que ce soit, mais au final pourquoi pas ?

Quoi qu’il en fût, Shinjo prenait son rôle vraiment à cœur et ne semblait guère tolérer l’échec. Il avait l’air d’être, du moins en me basant sur ses propos, de ceux qui pensaient que lors d’une mission ce qui importait c’était de suivre les consignes à la lettre et de ne pas envisager les choses comme on l’entendait, pour une raison ou une autre. Si je n’étais pas totalement d’accord avec lui, je comprenais malgré tout son point de vue. En tout cas, je l’écoutais parler jusqu’au bout, sans l’interrompre, hochant par moment la tête en guise d’approbation. Au finale, en quelques instants, j’en avais appris bien plus sur sa personne que je ne pouvais l’espérer.

« Les choses ne sont pas tout blanc ou tout noir, Shinjo-san. Il est clair que je n’aimerai pas faire équipe avec une personne qui n’en fait qu’à sa tête, personne n’en voudrait d’un tel individu. Après tout, le but d’une équipe c’est d’œuvrer en commun pour parvenir à objectif déterminé. Cependant, je ne pense pas qu’il faille également suivre les consignes à la lettre, car elles ne prennent pas toujours en compte la réalité du terrain. Les choses changent et il faut savoir s’adapter à elles. Dès lors, il serait préférable de se concerter pour établir un plan en commun. Après, je t’avoue que je n’ai pas fait beaucoup de missions non plus, donc peut-être que tu es plus dans le vrai que moi, qui sait. En tout cas, je suis de ceux qui pensent que tous les moyens sont bons pour réussir une mission, à partir du moment où tous les membres de l’équipe en sont informés et qu’ils soient d’accord avec l’idée. » Fis-je, d’un léger sourire. « Après, je comprends malgré tout ton point de vue, et je suis d’accord quand tu dis que la moindre erreur peut être fatale, cependant dans certaines situations l’intuition peut quand même s’avérer bien plus utile que la raison. » Conclus-je, d’un large sourire.

Serait-on parti dans un espèce de débat interminable ou parviendra -t-on à s’étendre plus rapidement qu’on pourrait le penser ? On le saura bien assez tôt, en attendant mon regard se perdit un peu plus loin, derrière Shinjo, là où des Genins semblaient s’entraîner tant bien que mal. C’était alors que Shinjo fit une remarque des plus curieux, en effet, il tourna brièvement sa tête et insinua que ces jeunes fraîchement promus n’étaient que des brutes sans cervelles. Il souligna qu’il valait mieux former des fins tacticiens que des simples bastonneurs, comme ces trois Genins qui étaient en train de s’acharner sur le mannequin en bois. Voilà qui me permettait de saisir un peu plus la personnalité de mon interlocuteur. Quoi qu’il en fût, l’analyste finit par s’intéresser à mon cas, il me demanda en effet ce que j’avais de bon à offrir à ce village, une question pour le moins surprenante. Je décalais légèrement ma tête sur le côté, cherchant à réfléchir à ce que je pourrais bien lui dire, après tout ce n’était pas tous les jours que j’avais à faire à ce genre d’interrogation. Puis, soudainement, je décidai de lui parler naturellement.

« Suis-je obligé d’avoir quelque chose à offrir à ce village ? » Fis-je, d’un léger sourire. « Il est difficile de répondre clairement à ta question, car après tout je ne suis qu’un simple Genin. Cependant, je te dirais qu’à l’échelle des Genins, j’ai un très bon taux de réussite en mission, peut-être que c’est un plus pour le village ? Peut-être que non. Pose-moi cette question dans quelques années, je suis persuadé qu’à ce moment-là, si je suis toujours vivant, je saurais parfaitement répondre à ta question. » Poursuivis-je, d’un léger sourire. « Et toi, Shinjo-san, qu’est-ce que tu as de bon à offrir à ce village ? A part, analyser et critiquer, bien sûr. Ce qui, dans une certaine mesure, me semble indispensable… Mais quelque chose me dit que tes compétences ne se limite pas ça, je me trompe ? » M’enquis-je, d’un air curieux.



_________________
S'instruire pour survivre [Han Musashi] D89k
S'instruire pour survivre [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 


Dernière édition par Han Musashi le Lun 27 Mai 2019 - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hao Shinjo
Hao Shinjo

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Lun 27 Mai 2019 - 1:40



Avant qu'il ne parle, j'avais ramener les rapports en une seule pile, ramassant le tout de mes deux mains, les levants de table tout en cognant leur partie inférieur sur le bois de celle-ci afin d'en faire un paquet bien serré, bien égal. Les feuilles toujours en main, j'écoutais ce qu'il avait à dire tout en les redéposants par la suite à quelques centimètres sur ma gauche, tout en prenant bien soin d'enlever mon chapeau et de le mettre sur le dessus des feuilles. J'écoutai attentivement ce qu'il avait à dire en croisant les bras, puis en reculant le haut de mon corps un peu, histoire de garder le dos bien droit tout en restant en position assise. Voyant que mon interlocuteur prenait la parole sans s'arrêter, répondant à toutes les questions qui avaient été posées, mais aussi à celle qui n'avaient pas été posées et qui flottait néanmoins autour de la discussion déjà entammé, je le laissai faire sans l'interrompre, ne faisant que répondre par de vagues signes de tête à la positive tout en marmonnant quelques "hmhm" ici et là. Si, à quelques reprises, je n'étais tout simplement pas d'accord avec sa façon de voir les choses, je n'en laissai rien paraître, me contentant simplement de garder un silence total jusqu'à ce qu'il aie terminé.

Ses questions par rapport à mon point de vu sur ce qu'était la "profession" de Shinobi, à elles seules, suffirent à me confirmer que nous n'avions vraisemblablement pas la même vision du monde dans lequel nous vivions. Si pour moi être Shinobi n'était qu'une profession, pour lui cela semblait vouloir dire plus. Ensuite, il enchaîna sur les ordres de missions, me faisant la remarque que tout n'était pas "tout blanc" ou "tout noir", ce à quoi j'avais envie de rire, mais à lequel je m'absteins encore, car ma nature arrogante n'aurait fait que ressortir encore plus lors de cet échange. De mon côté, c'était maintenant claire. Ce jeune homme faisait partie de la première catégorie de Shinobi, les "héros". Probablement mourrait-il en protégeant les habitants de ce village, comme beaucoup d'autre ailleurs. Il serait aimé de ses pairs, respecté, aurait de belles funérailles...mais que resterait-il de lui lorsque tous ceux qui l'eurent connu partiraient à leur tour? Bien peu...

Puis ensuite, il avoua ne pas savoir ce qu'il avait réellement à apporter à ce village, une question qui, pourtant, était si simple à répondre. Qu'avions-nous de mieux à offrir à ce village, après tout, si ce n'était que nos pouvoirs et notre expertise? La réponse était aussi simple que celle-ci, mais de toute façon, ce n'était pas tant la réponse qui était importante dans ce cas, mais bien la façon de voir ce que l'on pouvait apporter ou non à ce village, ou plutôt...qu'est-ce que le village représentait réellement dans nos intérêts personnels. Moi, je le savais, avec certitude même. Le problème...c'est que dévoiler ce genre de pensées équivalait à se mettre soi-même sous haute surveillance. Ainsi donc, la demi-vérité serait ce que le blondin allait recevoir comme réponse à son tour.


-Shinjo
Hmmm...il est étrange de choisir de possiblement donner sa vie pour une entité, une cause, un village...sans connaître ce que l'on peut soi-même apporter à ce village au final.

Sincèrement, ce que j'apporte à ce village? Moi. Tout simplement. Je lui donne mon expertise, mes talents, ce dans quoi je penses être bon...car au final c'est moi qui profite le plus de situation. Ce village m'apporte sécurité, confort, ressources et contactes. Tout ce qu'un humain à besoin pour vivre "paisiblement". J'aurais pu être à Kumo, à Kiri...ça aurait été la même chose. Mais c'est Iwa qui m'a accueillit en premier, et c'est à Iwa que je loue mes services en échange de son hospitalité.


Prenant une pause, j'en profitai pour regarder autour de nous, tout en réfléchissant aux autres points à aborder dans cette conversation. Je n'avais, en fait, rien de plus pertinent à ajouter sur ce que nous avions déjà touché, si ce n'était que des avis strictement personnel ou encore des pensées directement liées à mes propres traits de caractères plutôt qu'un raisonnement qui se veut être très logique ou réfléchit. Cependant, le jeunôt avait été franc et n'avait pas caché ses propres idées...peut-être en faire de même ne serait que le juste retour des choses...

-Shinjo
...Pour ma part, Musashi, le monde en entier est noir ou blanc. Il n'y a pas de "demi-vérité" qui tienne, car au final elles ne sont pas de vérité absolues. Ce ne sont que des mensonges déguisés en vérité ou vice-versa. À toute question, à chaque problème, à chaque chose...sa réponse. Le reste n'est que fausse information, artifices en tout genre, illusions, sous-entendus...nommes les...ce sont tous des synonymes de mensonges.

Accepter de vivre de nuances, c'est accepter de vivre de faiblesses. C'est accepter le doute dans son esprit, c'est accepter la possibilité de faire des erreurs et de se mentir à soi-même.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6465-hao-shinjo-terminee
Han Musashi
Han Musashi

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Lun 27 Mai 2019 - 15:35



Ce n’était pas dans mes habitudes de parler autant, surtout avec un inconnu, mais il fallait dire que ce Shinjo était un type vraiment intéressant, le genre de personne avec on pourrait discuter longuement sans se lasser, le genre de personne qui pouvait potentiellement vous faire douter de vous et de toutes vos croyances, tant il avait une vision du monde peu commun, c’était du moins ce qu’on pourrait en conclure en s'intéressant au début de cette conversation pour le moins passionnante.

En effet, l’analyste dissociait la vie d’un shinobi de son métier, considérant ce dernier comme une simple profession, rien de plus, ce à quoi je ne manquais bien évidemment pas d’y répondre, en lui exposant clairement ma position sur le sujet. Car, si je pouvais bien entendu comprendre son point de vue, je le trouvais malgré tout non conforme à la réalité. Après tout, on naissait et mourrait en tant que shinobi, on mangeait et dormait comme des shinobis, car au final ce que faisait de nous des shinobis à part entière c’était cette énergie qui nous suivait partout et qui ne cessait d’exister qu’à notre mort, le chakra. Alors, comment pourrait-on dissocier la vie d’un shinobi de sa profession ? C’était impossible, du moins c’était ce que je pensais, peut-être que Shinjo parviendra à me faire voir les choses autrement, peut-être.

Pour l’heure, je me contentais de poursuivre mon monologue, lui exposant plus ou moins ma vision du monde et ma conception du travail en équipe. En effet, je considérais qu’on ne pouvait se contenter de suivre aveuglement les ordres, car ils pouvaient s’avérer incomplets et ne pas toujours prendre en compte la réalité des choses, ce à quoi tout bon shinobi devrait improviser et innover pour mener à bien sa mission. D’un autre côté, on ne pouvait pas non plus en faire qu’à sa tête, chose dont Shinjo semblait particulièrement détester, et je ne pouvais que le comprendre sur ce point-là.

Quoi qu’il en fût, l’analyste se montrait particulièrement attentif, me laissant ainsi parler jusqu’au bout sans me couper la parole. D’ailleurs, sa dernière question me donna quelques fils à retordre, puisque je ne savais tout bonnement pas quoi lui répondre, car après tout je n’étais encore qu’un simple Genin ; à partir de là je supposais que ne pouvais rien avoir à offrir à ce village, si ce n’était de mener à bien les missions qui me seront confiées. J’étais cependant curieux de connaître la réponse de Shinjo, peut-être qu’elle me permettrait d’y voir plus clair et de trouver une meilleure réponse à la question. D’ailleurs, la réponse de l’analyste me parut des plus intéressantes, car dans sa première remarque se cachait la réponse la plus parfaite qu’on puisse donner à une telle question. La suite en était très intéressante aussi, car j’en apprenais grandement sur la personnalité de mon interlocuteur qui, il faillait le reconnaître, était un tantinet prétentieux, mais sa réponse était loin d’être dépourvu de sens, bien au contraire.

« Hum, je vois… Je crois que tu viens de me donner une réponse intéressante, Shinjo-san… » Fis-je, d’un air pensif. « Alors, comme ça, c’est ainsi que tu vois les choses ? Ce qui en un sens n’est pas totalement faux, bien au contraire, même si je déplore ce manque d’attache à ton village… Je veux dire, si tu n’es pas attaché à ton propre village, est-ce qu’au final tu ne serais pas un espèce de mercenaire qui peut changer de camp quand bon lui semble ? » Demandai-je, d’un air curieux.

Je n’aurais probablement pas une réponse à cette question, car n’importe craindrait naturellement d’y répondre de peur de se voir dénoncer aux autorités. Pour ma part, cette pensée ne m’avait même pas effleuré l’esprit, à vrai dire je m’en moquais royalement.

Quoi qu’il en fût, l’autre partie du monologue de l’analyste était tout aussi intéressant que le début, car il confirmait plus ou moins ce que je pensais de lui, à savoir une personne qui ne voyait le monde qu’en noir et blanc. D’ailleurs, la différence entre nos deux points de vue prouvait à quel point le monde ne pouvait se résumer à vrai ou faux, tout était relatif et nuancé, j’en étais du moins persuadé.

« Douter n’est pas une faiblesse, bien au contraire c’est une force incroyable, Shinjo-san. Les Hommes et le monde sont d’une telle complexité qu’on ne peut être certain de rien, si ce n’est de la vie et de la mort. Le fait qu’on soit tous les deux, ici, en train d’échanger nos divergences d’opinions atteste à quel point le monde n’est pas tout blanc ou tout noir. Si tu regardes la couleur de ma veste, tu verras certainement du rouge, mais pourtant ce n’est pas totalement vrai, car la couleur est nuancée, mais ta réponse ne serait pas pour autant fausse. Ce n’est peut-être pas le meilleur exemple, mais ce que je veux dire c’est qu’au final tout est relatif et nuancé… Et si tu refuses d’accepter les nuances, alors tu refuses d’accepter la réalité des choses, Shinjo-san. Crois-moi, c’est par expérience que je te dis ça, mais peut-être que toi aussi c’est ton expérience de la vie qui t’a conduit à penser de la sorte ? » Conclus-je, d’un air curieux.



_________________
S'instruire pour survivre [Han Musashi] D89k
S'instruire pour survivre [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Hao Shinjo
Hao Shinjo

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Mar 4 Juin 2019 - 17:25


Des pensées diamétralement opposées qui s'entrechoquaient une à l'autre. C'était un véritable débat qui était né de cette discussion entre nos deux esprits et peu importe ce que j'avais à dire, peu importe ce que je décidais de mettre de l'avant, mon homologue n'hésitait pas à renchérir avec une autre explication allant à l'encontre de mes propres idées. Décidément, cet homme était mon opposé et ce, en pratiquement tout point. Si nos esprits étaient si différents, il en allait de même pour notre physique également, comme si la vie avait fait en sorte que deux pôles magnétiques différents s'attirent l'un à l'autre pour faire naître un moment de réflexion profond entre ces deux entités que nous étions. Cependant, ni l'un, ni l'autre, étions réellement prêt à trouver une réponse à cette confrontation. Tous deux, tenions notre bout. Lui était un homme de coopération, d'empathie et de bravoure. Moi, un homme d'individualité, d'esprit critique et de cynisme. Un faucon noble et fonceur…un vautour opportuniste et patient. Quel duo…

Cependant, autant je trouvais son résonnement peu adéquat à la réalité qui nous entourait, autant lui ne faisait miroiter cette même opinion à mon égard, en tout respect bien entendu. Très tôt, il souleva mon manque de sentiment d’appartenance envers Iwagakure No Sato, me comparant à un mercenaire et, tout de suite après, il ne tarda pas à souligner mon « erreur » envers la position du doute dans ma psyché. Pour lui, le doute n'était pas une faiblesse et nuancer le monde se révélait être un atout…une vérité absolue. À cet instant, je ne pu me retenir que de laisser paraître l'esquisse d'un sourire sur mes lèvres. Un sourire très sincère, mais qui n'avait rien de drôle ni d'agréable. Un sourire moqueur, arrogant même, qui défiait toutes lois de la retenue et de la courtoisie. Il était claire qu’à mes yeux, cet homme venait de perdre toute crédibilité à mon égard et que je n'approuvais aucunement ses dires. Néanmoins, je m'abstins de tout commentaires désobligeant. Mon but ici n'étant pas de me faire un ennemi parmi mes… « semblables ».


-Shinjo
Eh bien…quelle drôle de rencontre. Vois-tu…pour moi il n'y a pas « plusieurs rouges » ou « plusieurs verts ». Toutes ces couleurs sont uniques et sont exactement ce qu'elles doivent être : un chose, une seule…et rien d'autre. De dire que l'écarlate est un « genre de rouge » ou que le cyan est un « genre de bleu » ne symbolise qu'une seule chose : le manque totale de connaissance et l'ignorance extrême de celui qui la décrit. Ce ne sont pas des nuances, ce sont des informations claires, nettes et précises. Ce sont ce qu'elles sont et non pas « une nuance de couleur ». Libre à toi de vivre d'ignorance si tu le souhaite, mais au final, essayer de rassembler les choses parce qu'elles se « ressemblent »…finira par te coûter cher selon moi. Ce que l'on pourrait croire être une tape dans le dos pourrait facilement être un coup de poignard bien placé. Dis-je en replaçant les documents dans le cartable que j'avais sur le siège, tout juste à côté de moi

Pour ma part, je préfère voir le monde comme il s'affiche et non comme il pourrait être. Libre à toi de prendre des risques si cela te chante.

Puis, me relevant, je me retournai de profil afin de profiter d’une dernière vue sur le groupe de nouveaux genin qui continuaient de s'acharner sur les pantins. De la chaire à canon qui ne se rendaient pas comptes de ce qu'ils était réellement. Chacun d’eux, probablement, avaient espoir de briller sur le champs de bataille, ou d'accomplir de grandes choses…et si je saluais leur discipline à l'entraînement, je ne pouvais que rester cynique et pessimiste face à tout ce travail. Arriveraient-ils vraiment à se démarquer du reste? Probablement pas…au final. Combien de Shinobis, tout comme eux, avaient suivis cette même voie pour ne finalement que mourir dès la première mission périlleuse se présentait à eux? Combien de temps avant qu'ils ne soient envoyés dans les pattes des guerriers de Kirigakure pour ne jamais revenir? Iwa et Kiri étaient bien loin d'en avoir terminées avec leurs petites querelles…venant moi-même de Mizu no kuni, je savais comment mes confrères du pays voyaient les shinobis de la pierre en général…

-Shinjo
À chacun sa vision du monde…j'imagine.

Ne me manque plus qu'à voir de quels intrépides je serai entouré prochainement. J'imagine qu'ils m'enverront dans l'une de ces équipes bien assez tôt. Mes talents sont recherchés, puisque peu conventionnels…cela n'est qu'une question de temps. Peut-être nous reverrons-nous en mission…Musashi.






Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6465-hao-shinjo-terminee
Han Musashi
Han Musashi

S'instruire pour survivre [Han Musashi] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 18:40

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
S'instruire pour survivre.


S'instruire pour survivre [Han Musashi] Iwa12

------------------------------------------------------

Une drôle de rencontre, effet. En arrivant ici, Musashi ne s’était ni imaginé ni prévu de converser avec qui que ce soit, et encore moins ce type, qui, il fallait reconnaître, était fort intéressant. Ainsi, la curiosité du Han finit par l'emporter, le contraignant ainsi à débattre avec cet homme, et force était de constater que malgré la durée et l’intensité de leur conversation, les deux shinobis étaient et demeuraient diamétralement opposés.

Le Genin n’avait jamais rencontré une personne telle que l’analyste, par conséquent il se laissait le temps de méditer sur ses arguments, se disant qu’il pourrait peut-être trouver un point sur lequel son interlocuteur n’aurait pas tort. Toutefois, de ce qu’il avait entendu, le Han avait du mal à s’imaginer adhérer à la vision de son homologue. Ainsi, pour le moment, il lui donnait tort sur toute la ligne, sans pour autant croire que lui était à l’inverse dans le vrai, car, comme il l’avait parfaitement souligné, Musashi avait une vision très nuancée du monde, où il n’y avait que peu de place à l’absolu.

Enfin, le manieur du cristal écouta attentivement son collègue, hochant par moment la tête en guise d’approbation. En réalité, il approuvait peu, voire rien de ce qui sortait de la bouche de l’analyste, et par ailleurs, il n’avait pas apprécié le ton que ce dernier avait commencé à prendre avec lui. Toutefois, l’épéiste ne laissait rien transparaître, écoutant son interlocuteur jusqu’au bout sans lui couper la parole. Il avait maintenant compris. Quoi qu’il dise, l’analyste ne changerait en rien sa vision. Il restera et demeurera avec une vision aussi simpliste du monde, où les choses étaient ou ne n’étaient pas. Tandis que, pour le Han, le monde était bien plus complexe que cela, où bien de choses pouvaient s’avérer être ce qu’elles ne sont pas.

Quoi qu’il en fût, Musashi ne dit pas un mot, c’était inutile, car les choses les plus importantes avaient déjà été dites. Désirer poursuivre ce débat c’était tuer le débat, le rendre stérile, et découcher probablement sur une aporie, à savoir une conversation sans fin. Maintenant, seul le temps nous dira qui de ces deux shinobis avaient tort ou raison. En tout cas, une chose était sûre, Musashi serait le premier heureux d’apprendre qu’il avait tort, car après tout il ne demandait que d'être dans le vrai, ou du moins de ce qui pouvait s’en rapprocher le plus. Pour l’heure, le Han se contentait d’observer l’analyste se relever, ayant déjà ranger toutes ses affaires, et à priori bien décidé à s’en aller.

« J’imagine oui. Le temps nous dira probablement qui de nous deux à tort ou raison, ou tout du moins je l’espère. En tout cas, j’espère que ce n’est pas moi qui t’ais contraint à t’en aller. » Fit-il, d’un air sincère. « Peut-être bien, ce sera sûrement l’occasion pour moi d’admirer tes talents si particulier… À très bientôt, Shinjo-san. » Conclut-il, d’un très léger sourire.

Une fois que l’analyste s’en alla, Musashi replongea dans son bouquin qu’il espérait finir avant la fin de la journée. Après quoi, il devrait reprendre ses études de médecine et ainsi se préparer aux séances pratiques qui se profilaient, très bientôt.

Spoiler:
 


_________________
S'instruire pour survivre [Han Musashi] D89k
S'instruire pour survivre [Han Musashi] Svzi

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

S'instruire pour survivre [Han Musashi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: