Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Les caravanes d’Ali Baba
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 21:42 par Sabaku Eirin

» La FKP (Yamiko]
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 21:28 par Sakana Ayanokoji

» [B/MINI-EVENT/KIRI] Calife à la place du calife
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 21:24 par Date Junko

» [B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 21:23 par Narrateur

» 05. Se tromper sur toute la ligne
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 21:06 par Borukan Ashitaka

» Prémices (Metaru)
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 20:46 par Sakana Ayanokoji

» Consolidation [OS]
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 20:46 par Kōenji Zuko

» Patpat [Aditya]
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 20:40 par Kurayami Zeref

» Contre-la-montre en eaux troubles
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 20:16 par Kurayami Zeref

» [en cours] Koda Abura, genin
Début d'un Empire EmptyAujourd'hui à 19:53 par Koda Abura

Partagez

Début d'un Empire

Yamanaka Ayumi
Yamanaka Ayumi

Début d'un Empire Empty
Jeu 23 Mai 2019 - 22:59

« Ca va aller ? »
« Ouais. Je vais finir à pied, merci. »

Tournant le dos à son frère qui redécollait avec son hibou, elle avança dans Kiri. Pas dans le Kiri brumeux et humide qui l’avait tant exaspérée, mais dans le Kiri en ruine et morbide qui l’avait tant déçue. Comme un clin d’œil cynique du destin, la brume avait décidé de se faire rare en ce début de soirée. L’apocalypse avait cessé d’hurler, et il était l’heure de faire le bilan. Elle se retourna un instant, pour voir l’immense brèche créée par le démon qui, il y a encore quelques temps, terrorisait l’ensemble des habitants du village. A peine quelques heure d’affrontement et, déjà, un vide se créait. Ce silence assourdissant qui régnait à présent sur Mizu l’affolait.

Elle avança dans les débris, au milieu de briques, de bois, de vase même parfois. Les arbres étaient couchés : il ne restait plus rien de ce quartier. Ils avaient pu éviter de nombreux dégâts, mais ils n’avaient évidemment pas été capable d’empêcher le démon de détruire son environnement proche. L’odeur qui régnait dans les ruines était indescriptible : comme un mélange de sang, de poudre et de poussières, un peu de brûlé et de cramé, mais avec rien de tout ça finalement. Elle n’était qu’un point au milieu de ce désastre, comme une anomalie.

Elle avança un peu plus, escaladant les restes des quelques bâtiments, le silence environnant seulement brisé par le bruit des gravas sous ses pieds qui s’effondraient parfois, par les cris très lointains des premières équipes dépêchées pour s’occuper de ce pan du village et par les quelques oiseaux qui tentaient timidement de reprendre, eux aussi, leur vie. Elle observait ce désastre, qui, elle le savait, n’aurait pu être évité. Et pourtant… pourtant, quelque chose au fond d’elle ne pouvait s’empêcher de se dire que le village était responsable. Pour avoir agi dans la hâte et la précipitation, pour avoir marché sur ceux qui essayaient de l’aider dans la plus grande sincérité, pour avoir enfermé une criminelle aussi dangereuse aussi proche du village sans en informer ceux qui étaient directement concernés.

Elle avança encore, apercevant les premiers corps de ceux tombés face au démon, dommages collatéraux ou valeureux guerriers tombés au combat. En les voyant, elle eut d’autres pensées pour eux, comme « victimes des dirigeants incompétents » ou « inconscients trop faibles ». Le silence fut perturbé par un râle et par quelques gravas qui bougeaient. Impassible, elle se tourna vers le bruit, et s’y dirigea. Elle trouva le corps convulsant d’une gamine, treize ans à peine, couverte de sang et de crasse. Elle s’abaissa près d’elle, son regard froid croisant l’implorant de la jeune fille. Ses cris étaient étranglés par son sang, mais Ayumi sentit en elle la volonté d’accrocher ses ongles au mince brin d’herbe qui la maintenait en vie. Elle allait sortit son sabre pour achever la malheureuse, mais elle n’en eut pas le besoin : il lui suffit de quelques secondes pour finalement succomber, les yeux grands ouverts. En soupirant, la Yamanaka lui ferma les yeux avant de poursuivre sa route.

Elle avança davantage, surprise du peu de dégâts que la créature avait finalement causé. Elle se retrouva vite à la frontière de là où les deux Kiri se joignaient. Du haut de sa tour de gravas, elle fit face à la catastrophe, le vent lui faisant voler les cheveux. C’était une catastrophe, dans tous les sens du terme ; et le pire là-dedans, c’est que les Kirijins y verront une victoire. Des blessés, des morts, des dégâts, des traumatisés, un démon scellé sous leur pied qui allait attirer de nombreuses convoitises ; mais qu’importait, le village était sauvé. Ils érigeront le Mizukage et ses lieutenants en héros. Peut-être elle-même allait être considérée comme une héroïne parce qu’elle s’était dressée face au démon. Mais ce n’était pas que Sanbi qu’ils avaient scellé : ils avaient aussi scellé la fin de leur village. Elle tourna la tête lorsqu’elle fut interpelée par un homme au bandeau kirijin bien visible sur ce front.

« Hey, toi ! C’est dangereux, là-bas ! »

Elle s’avança vers lui, descendant de son mont de pierre. L’équipe chargée de s’occuper de la partie détruite allait se mettre en marche. Ils étaient cinq devant elle. Elle se positionna devant l’homme qui lui avait parlé et fit une légère révérence en signe de respect.

« Pardonnez-moi. Je reviens du front, je retournais chez moi. »
« Oh, vous vous êtes battue face à... enfin… face à ça… C’est moi qui devrais m’excuser de vous avoir dit cela. Rien n’est aussi dangereux que ce que vous avez affronté… Vous devriez aller vous reposer… et… merci. »

Elle s’avança dans la rue derrière lui après qu’il se soit également incliné devant elle, en direction de chez elle. Comme elle le pensait, elle sera considérée à tort comme une héroïne – jusqu’à ce que le Kaguya raconte sa tambouille à qui veut l’entendre. Elle marcha dans les rues, pensive. Les conseils et remarques de son frère se bousculant dans sa tête, se mêlant à ses propres plans, à ses propres envies, à ses propres besoins. Et ils avaient raison tous les deux : Kiri n’était qu’un ramassis d’incompétents, d’ignorants et de faibles.

Mais elle, elle devait continuer d’avancer. Kiri ne serait capable de lui fournir ni ce qu’elle voulait, ni ce dont elle avait besoin. Devant sa fenêtre, se massant l’épaule, elle fixa l’horizon sombre qui n’était éclairé que par le faible halo lumineux du soleil qui déclinait. Il était tard, mais son frère n’était pas encore rentré. Cette attaque n’avait pas été vaine : confrontée à la fois aux « instances » par les ordres qui leur avait été donnés, puis aux « dirigeants » par l’intervention du Kaguya, elle confirma ce qu’elle pensait déjà : elle ne supportait plus de recevoir des ordres, souvent éloignés de ce qu’elle aurait fait, elle. Qu’importe : elle serait celle qui en donnerait, alors.

Elle n’avait allumé aucune lumière, et pour la première fois de la journée, la fatigue l’éreinta. Sans prendre la peine de prendre une douche, elle se déshabilla et se mit dans son lit. Etonnamment, le sommeil ne lui vint pas aussi spontanément qu’elle l’aurait pensé. Mais contrairement à beaucoup de Kirijins qui auraient du mal à s’endormir, ce soir, ce n’était pas le passé qui la tourmentait.

C’était l’avenir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5645-yamanaka-ayumi http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416

Début d'un Empire

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: