Soutenez le forum !
1234
Partagez

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi]


Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Dim 26 Mai 2019 - 2:36

Forrrger ? C'est comme manger ?


196, Printemps, Tsuchi no Kuni.

Gratte, gratte, gratte. Ses griffes se plantent et se décrochent de l’arbre à répétition. Encore et encore, le petit animal fait ses griffes et entretient ses armes de prédilection. Il lui faut ressembler le plus possible à un chat, pour ne pas se faire attraper. Son pelage blanc et ses prunelles bleues peuvent être trompeuses, mais si elle se fait attraper, nul doute qu’il lui arrivera des broutilles. Ou peut-être pas ? À vrai dire, Kanna n’en a aucune idée. Mais elle ne veut surtout pas tenter le diable. On ne sait jamais tout ce qui peut arriver, ici. Tout ce qui peut se retourner et être en sa défaveur. Elle s’en voudrait. Son voyage prendrait fin trop tôt, beaucoup trop tôt. Ses petites manipulations vont bon train, pour s’assurer que personne ne la prenne sur le fait. Néanmoins, pour être certaine de ne pas trop risquer sa vie, la jeune hybride fait en sorte de ne pas trop traîner dans Rokkusu – c’est comme ça que les humains l’appellent. On ne sait jamais, après tout. Elle a donc préféré le petit village, un peu éloigné. À l’écart, plus paisible, elle s’y sent beaucoup mieux. Plus libre.

Le chat s’étire longuement après avoir limé ses griffes et reprend doucement sa marche. Elle décide de grimper sur un toit, puis de se déplacer ici pour avoir une vue plus prenante sur le village. C’est joli, c’est bien. C’est vivant. À côté, le désert de Kaze fait pâle figure. Il n’y avait pas tant de monde. Kanna lève la truffe et se laisse enivrer par une odeur étrange, qui lui titille le museau. Ça sent … ça sent forrrt ? C’est désagréable pour son odorat, c’est inconnu. Elle n’y avait pas fait attention les autres fois, mais là elle ne peut pas l’ignorer.

Curieuse, la féline se met en route jusqu’à la source de cette odeur. Plus elle s’approche, plus la sensation d’avoir la truffe qui pique lui vient et la démange. Qu’est-ce que c’est ? Que font les humains dans cet endroit ? Les bruits lui parviennent, résonnent contre ses oreilles. La porte est ouverte, il y a suffisamment d’espace pour s’y faufiler. Elle s’installe droit devant, tranquillement assise. Il y a des choses sur ce bâtiment. Des signes qu’elle ne comprend pas. Les humains ont des coutumes étranges, il n’y avait pas tout ça à Kaze.

La tête penche à droite, s’immobilise. Des gens passent tout autour, ils regardent le chat blanc, puis s’en vont. Certains s’approchent et déposent une main délicate sur sa tête. Kanna prend sa patience à deux pattes et se contente de ne pas bouger, mais elle meurt d’envie de fuir à toute vitesse pour se planquer dans un petit trou. Ne pas être vue, pouvoir épier tranquillement sans que personne ne s’en approche. Mais il y a cette odeur, ce bruit, ces voix. Qu’est-ce que c’est ?

Kanna décide d’utiliser la technique qui fonctionne à tous les coups, la technique qui lui permet de communiquer avec les êtres humains sous cette forme, elle fait simple. Une grande inspiration et …

« Mrrrreow ? »

Et puis c’est tout. Mais parfois, c’est bien plus que suffisant.

Spoiler:
 


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Lun 27 Mai 2019 - 11:54


Forrrger ? C'est comme manger ?




Tsumago, cette petite bourgade, à une dizaine de kilomètres de la cité de la Roche, entourée de terres fleurissants entre le printemps et la fin de l’été, dont il faisait une joie de vivre. C’était ici qu’une jeune rousse était née et profitait de son enfance pleinement. Ses petits pas déambulaient dans les modestes rues, se mélangeant à ceux d’autres enfants, les ricanements prenaient le pouvoir sur les autres sons habituels de la vie du village. De longs cheveux écarlate s’envolaient au gré du vent recouvrant un minois adorable et des yeux pétillants de vie tout aussi rouges, sa bouche ouverte dans un grand sourire, son visage se tourna derrière elle, alors qu’un autre garnement lui courrait après. Tout allait si bien, il faisait beau, le printemps offrait des paysages des plus resplendissants, hauts en couleur, avec ses arbres fleuris, cette odeur végétale si agréable. La jeune pousse, du haut de ses onze années adoraient s’amuser et taquiner les autres enfants, et c’était souvent pour cela qu’on lui courrait après, afin de l’embêter à son tour. Mais la petite rose était rusée et rapide, elle trouvait toujours un moyen de se cacher, de sa petite taille et ils finissaient par laisser tomber.

C’était ainsi qu’elle se retrouvait accroupie, derrière un petit buisson qui lui offrait pleinement son aide, sa fine main cherchant à étouffer ses petits rires cristallins. Les tremblements de son corps lui firent perdre l’équilibre, se retrouvant sur les fesses alors que ses pieds gigotaient, ne pouvant calmer son hilarité. Un son attira son attention et elle stoppa sa respiration, il ne fallait pas qu’ils la trouvent, sinon elle subirait des tortures, bien qu’innocentes, et elle rentrerait sûrement chez elle tâchée et se ferait gronder par sa tendre mère. Dans un silence, ses mains se posèrent sur l’herbe fraîche et elle se faufila à quatre pattes derrière les différents buissons en file indienne, décorant la rue principale de ce havre de paix. Une fois que la jeune Chiwa arrivait à la fin de la ligne de broussailles découpées et ordonnées, elle prit appuie sur ses paumes et se releva d’un coup avant de prendre ses jambes à son cou et de se diriger vers chez elle.

Mains posées sur ses genoux, Aimi reprenait son souffle après cette course freinée destinée à fuir ses camarades qui ne perdraient pas un instant pour lui faire regretter ses bêtises. Enfin, pour aujourd’hui, elle était tranquille. Se redressant en soupirant un bon coup, elle s’étira de tout son long avant d’observer sa charmante maisonnette. Son regard rougeoyant s’attarda sur la bâtisse à sa gauche et la fumée qui sortait de la cheminée : son père était à la forge. Apercevant la porte entrouverte qui était pour la plupart du temps fermée. L’enfant de la Terre arqua un sourcil avant de s’approcher avec curiosité, à pas de loup. Un petit visage adorable passa la porte, la chaleur des lieux recouvrant sa peau lui faisant cligner des yeux. La rousse ne voulait pas se faire réprimander par son paternel, qui lui avait toujours dit qu’elle pourrait venir l’aider quand elle serait plus grande. Alors qu’elle s’apprêtait à quitter la forge familiale, un petit son attira son attention, l’incitant à regarder derrière la porte.

Son visage s’éclaircit alors que ses yeux s’écarquillèrent de surprise : un petit félin au pelage immaculé était assis. La doucereuse s’avança, entrant dans l’atelier et s’accroupit à côté de lui, penchant la tête sur le côté, intriguée.


« Bonjour toi, tu ne devrais pas être ici, les forges d’Otosan sont dangereuses. »

« Aimi ! Qu’est-ce que tu fais ici ?! Combien de fois t’ai-je dit de ne pas venir quand les forges sont en marche ? »

Le son de sa voix stricte fit sursauter alors qu’elle déglutit difficilement. Doucement, la jeunette attrapa le chaton et le colla contre lui avant de quitter les lieux et de se diriger vers sa bâtisse. Aimi entra dans celle-ci qui semblait vide. Sa génitrice devait être partie au marché pour faire quelques emplettes, comme souvent le matin. La rousse se retrouvait donc seule, avec ce petit félin aux yeux azur dans les bras, qui la fixait sans réagir. L’enfant à la crinière sanguine se dirigea dans la cuisine avant de poser le petit animal sur la table. Elle chercha une petite coupelle et réfléchit à ce qu’un chat pouvait boire : du lait ! La petite silhouette cherchait une bouteille de ce breuvage délicieux avant d’en mettre dans le récipient puis s’installa sur une chaise, posant ses bras sur la table et appuyant son menton dessus, fixant les faits et gestes de ce visiteur surprenant.

« Tiens un peu de lait, il fait chaud, tu dois avoir soif ! C’est la première fois que je vois un chat ici, peut-être que t’es-tu perdu ? »

Aimi ne s’attendait pas vraiment à ce qu’il lui réponde, c’était tout bonnement impossible de toute façon, mais c’était histoire de se familiariser avec l’adorable bête blanche qui devrait apprécier le laitage proposé.








_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Sam 1 Juin 2019 - 23:56

Forrrger ? C'est comme manger ?


Une silhouette supplémentaire, dont l’apparition surprend Kanna, qui ne l’a pas entendue. Les bruits de la forge ont retenu toute son attention et l’ont empêchée de prendre garde à son environnement. L’odeur crépite, titille sa truffe, attire son ouïe. Plus rien n’existe, jusqu’à la voix cristalline d’une demoiselle aux longs cheveux rouges. La blanche tourne vivement la tête et l’observe. Son odeur est sucrée, parfaitement opposée à l’empyreume libéré par l’atelier. Une autre voix, plus bourrue, masculine, se joint à la danse. Cette autre personne ne veut pas que la gamine traîne ici, apparemment.

La chatte décolle du sol très rapidement, serrée tout contre le corps de la petite demoiselle. Son parfum réjouit l’odorat de l’animal, qui reste complètement immobile et ne se débat pas le moins du monde. Elle a l’air gentille, innocente. Une enfant, comme Kanna, peut-être même plus jeune qu’elle. Aimi. C’est comme ça que la voix d’homme l’a appelée, du moins. De longs cheveux incarnats et des yeux de la même couleur. Au moins, l’hybride n’est pas complètement atypique … Enfin, pour le moment, c’est surtout un chat qui se fait balader jusque dans une maison. Les effluves lui parviennent toutes ensemble, dans un chaos aussi satisfaisant que perturbant. Toutes ces odeurs emmêlées, qu’elle ne parvient pas à discerner. Femme, homme, enfant, nourriture … Kanna cligne doucement des yeux et scrute son environnement, avant d’arriver à une conclusion indéniable : tout ce qu’elle sent, ici, n’est autre que la réalité d’un foyer. Ce qui constitue un cocon familial, un peu comme le sien, avant que tout ne soit plus que carnage et hémoglobine.

Kanna s’étire doucement sur la table et regarde le récipient face à elle, jusqu’à ce qu’il soit rempli par les soins de la demoiselle. Du lait. La chatte regarde la coupelle avec une satisfaction croissante et une reconnaissance illimitée pour la dénommée Aimi. Cette dernière s’installe face à la minette, qui ne s’est pas fait prier pour commencer à laper le breuvage qui lui a été proposé. Elle a l’impression qu’une éternité s’est écoulée depuis la dernière fois où ses papilles ont pu apprécier du lait. Ça paraît si simple et, pourtant, à part le goût du sang et la neutralité de l’eau, Kanna ne connaît plus beaucoup de saveurs. La blanche boit, silencieuse, jusqu’à ce que la demoiselle s’exprime de nouveau.

Elle relève la tête et se lèche minutieusement les babines pour enlever le lait de ses moustaches. Une fois propre, la chatte dépose des prunelles attentives sur la rouge. Perdue, perdue … Pas vraiment, mais comment pourrait-elle le savoir ? Comment lui répondre sans la choquer ? Kanna hésite. Si elle avait été humaine, elle l’aurait gratifiée d’un grand sourire, mais la voilà dans sa forme animale, avec ses papattes blanches, sa truffe, sa queue, bref, tout ce qui fait que minette est … minette. Elle décide néanmoins de jouer le tout pour le tout, car il n’y a plus rien à perdre. Et puis, se limiter aux caresses, aux coups de museau contre la main, c’est drôle un instant, au bout d’un moment ça n’a plus aucun sens.

« Je ne me suis pas perrrdue, non … Mais merrrci de t’en inquiéter, Aimi. »

La voix s’échappe, douce et innocente. Une voix qui n’a pas encore mué, suffisamment enfantine pour ne pas effrayer la demoiselle. Le nom, placé à la toute fin de son intervention, est avant tout une interrogation qu’une affirmation. S’appelle-t-elle vraiment Aimi ? Un autre mystère, qui s’ajoute à tous les autres. Kanna décide de reprendre, sans laisser de temps à la demoiselle pour répondre, pas par impolitesse mais pour s’assurer qu’elle ne l’effraie pas.

« Je m’appelle Kanna, je viens du déserrrt, à l’autrrre bout du monde … Je suis une hybrrride. »

La chatte s’étire une nouvelle fois et saute doucement de la table pour atterrir par terre. Une fois les pattes posées sur le sol, la magie opère : les pattes deviennent des mains et des pieds, la tête grandit et devient celle d’une demoiselle, la fourrure laisse place à une longue chevelure blanche. Les yeux ne perdent pas leur éclat, mais ils deviennent nettement plus humains. Kanna passe alors du petit chat à pieds noirs à l’adolescente de treize ans tout à fait banale. Bon, elle est plutôt petite, mais ça, c’est un détail. Les enfants ne sont jamais à leur taille finale à cet âge, si ?

« Comme tu peux le voir, je peux me trrransforrrmer en chat. Désolée si ça peut te surrrprrrendrrre … »

Elle détourne le regard : une ombre passe sur son visage. L’adorable bouille féline trouve dans l’humanité une meilleure capacité d’expression, plus visuelle, qui ne nécessite aucune parole. Un avantage qu’elle ne trouve nulle part ailleurs, mais qui la dévoile plus encore au commun des mortels. Alors, cette fois, est-ce pour le meilleur … ou pour le pire ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Lun 3 Juin 2019 - 15:15


Forrrger ? C'est comme manger ?




Assise sur le siège de cuisine, les iris innocentes et écarlate de la douce enfant observait les moindres faits et gestes de ce chaton si calme et si adorable, ses pupilles brillaient d’admiration face à ce petit être qui gesticulait sur la table élégamment. Les billes de l’animal semblaient satisfaites du lait dans la petite coupelle, comme si elle la remerciait de lui servir ce breuvage des plus délicieux. Aimi lui sourit de toutes ses dents, plissant les yeux, heureuse de voir la petite boule de poils blanche laper le lait. Même si elle se doutait qu’il ne puisse pas lui répondre, elle demandait naturellement si le félin enneigé ne s’était pas perdu, arquant un sourcil, se demandant d’où, pouvait-il venir. Ses paroles l’interpelèrent, sa bouille dont le liquide blanc gouttait de ses moustaches était si mignonne ! Soudain, des mots vinrent à ses oreilles et la Chiwa regarda autour d’elle, cette petite voix inconnue venait bien de quelque part ? C’était comme si on répondait à sa question, la rousse reporta son regard sur le chaton aux yeux clairs, venait-elle de lui ? Mais comment était-ce possible ? En plus, il connaissait son prénom ? Ah oui, c’était vrai que son père l’avait réprimandé quelques instants auparavant… Et ce petit chat, est-ce qu’il avait un prénom ? Il ne semblait pas porter de collier.

« Oui je suis Aimi ! Comment tu fais pour parler ? »

Demandait-elle en rapprochant son visage du chat, doucement, ne souhaitant pas non plus l’effrayer. Sa nouvelle prise de parole confirma son interrogation et la douce recula d’un bond, les yeux écarquillés, comment ? Kanna ? Désert ? Hybrouide ? Qu’est-ce que c’était ? Toujours dans un certain silence se demandant encore si elle était en train de rêver ou non ? Sautant de la table pour atterrir sur ses pattes agilement, la petite fleur pencha sa tête sur le côté, se plaçant derrière la grande chaise, curieuse de ce qu’elle allait faire. Et une chose des plus surprenante et mystérieuse arriva. Les petites patounes laissaient place à des mains et des pieds d’humains, ses poils aussi blancs que neige se mélangeaient à une tignasse longue et soyeuse. Ses moustaches disparaissaient faisant place à un minois doux, enfantin et adorable. Ce n’était plus ce petit matou adorable qui était face à elle, mais une jeune demoiselle qui devait être légèrement plus âgée qu’elle, mais de taille similaire. Ses pupilles rubis étaient rondes comme des tomates, ne croyant toujours pas à ce qu’il venait de se passer, mais comment ? Elle peut se transformer ??

« Comment tu as fait ça ! C’est de la magie ? Et c’est quoi un Hybrouide et le désert ? Ici, il y a des fleurs et de la roche ! Est-ce que je peux devenir un chat aussi ? Dis-moi comment on fait ! »

Pleine d'entrain, remplie de questions en tout genre, ses petits poings brandis, avide d'en savoir plus. Ses iris brillaient admiratives, c’était super étrange, mais à la fois impressionnant. Si sur le moment elle avait eu peur, c’était tout l’inverse maintenant. Cette enfant, tout comme elle, avait des pouvoirs magiques, c’était obligé, et si la Chiwa pouvait apprendre elle aussi la magie des chats qui se transforment, elle voulait le savoir. Le monde était si grand, si vaste, il était certain que la Chiwa avait encore beaucoup à découvrir du haut de ses onze années, et si cette Kanna mystérieuse et féline pouvait lui donner des astuces pour faire pareil, elle était preneuse.




_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 



Dernière édition par Chiwa Aimi le Lun 10 Juin 2019 - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Ven 7 Juin 2019 - 1:39

Forrrger ? C'est comme manger ?


L’avantage des enfants, c’est que leur curiosité, en plus d’être parfaitement naturelle, est généralement dénuée de toute malveillance. Ils veulent savoir, ils veulent connaître, quel que soit le sujet qui leur soit proposé, ils veulent qu’on leur explique, qu’on leur raconte. Les enfants veulent tout comprendre, même quand ça leur est totalement inaccessible. C’est ainsi qu’ils se forment pour le futur et, dans le cas de Kanna, c’est comme ça qu’ils parviennent à s’attirer sa confiance. Si la blanche, au départ, hésitait à se montrer sous sa véritable forme, cette fois, elle n’a plus aucun doute : c’était une bonne idée. Toute la douceur de la petite Aimi à son égard lui rappelle qu’il existe aussi de la bonté, dans ce monde. De la tendresse. Et, surtout, cela lui rappelle qu’elle y a droit. Certes, d’autres lui ont déjà montré toutes ces choses, mais toujours un peu plus ne fait jamais de mal. Panser les blessures, évoluer, grandir. Avancer aux côtés du temps pour devenir toujours plus forte.

Kanna sourit à pleines dents devant la demoiselle. Elle reprend place sur une chaise, pour se trouver à côté. Une proximité physique, qui lui permettra peut-être de s’ouvrir davantage mentalement. Une relation de cause à effet, que la blanche expérimente avec quelques doutes, mais une véritable volonté de se créer un point d’attache. Après tout, comment savoir si un endroit peut être sa nouvelle maison, si elle n’y connaît personne ?

Du bout des doigts, l’enfant se saisit de la coupelle de lait, qu’elle porte à ses lèvres pour en boire le contenu. La demoiselle toute faite de rouge est une perle, c’est une certitude. Le récipient retourne sur la table et, après un instant, Kanna sourit à pleines dents à la gamine.

« C’est prrresque de la magie ! Je sais pas comment le dirrre, mais ça vient de … » Elle montre son ventre avec ses doigts. « De là, quelque parrrt. Maman disait que j’avais une parrrt animale en moi, comme toute ma famille, et que je devais apprrrendre à l’apprrrivoiser. Je ne pense pas que nous soyons tous des chats à pieds noirrrs, mais peut-êtrrre que toi aussi, un jour, tu te rendrrras compte que tu en as une ? »

L’hybride penche doucement la tête.

« Et puis, si tu n’en as pas, ce n’est pas grrrave, je veux bien êtrrre le petit chat que tu n’es pas ! »

Elle ne sait pas si c’est bien, ou si c’est trop osé de dire ça, mais Kanna place de grands espoirs dans cette petite. L’éclat dans ses prunelles est d’une innocence qu’elle n’a que rarement vue. Miser sur cette candeur est un pari risqué, mais la minette veut se donner la chance d’y croire.

« Je suis une humaine et en même temps un chat, je suis donc une hybrrride. En vrai, je suis juste … Kanna. Et ça me va trrrès bien ! »

La blanche baisse les prunelles, désormais perdue sur la table, à regarder dans le vide. Les réflexions se font dans son esprit, petit à petit, tranquillement, jusqu’à ce que la nostalgie et l’envie de découvrir se manifestent. Quand elle relève les iris, un air moins malicieux, plus triste semble s’être installé sur son visage. Kanna se découvre, Kanna s’offre à cette petite demoiselle.

« Si tu veux, je te raconte le déserrrt et toi, tu me montrrres les fleurrrs, d’accorrrd ? »

Un échange équitable, non ? Une découverte dans les deux sens, par les mots pour l’une, par la vue pour l’autre. L’hybride sourit de nouveau, sincère. Oui, au fond d’elle, quelque chose lui dit que cette petite Aimi est une personne vraiment agréable, qui mérite une place au fond de son cœur abîmé. Un de ces êtres particuliers qui se hissent doucement au creux des ruines et aident à les reconstruire.

Avoir foi en l’autre, une fois, juste une fois de plus, en espérant qu’il n’y ait pas de chute au final. Le cœur lourd de peine, mais plein d’espoir.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Mar 11 Juin 2019 - 1:05


Forrrger ? C'est comme manger ?




Aimi était tout simplement émerveillée par ce qu'il venait de se passer devant elle, c'était simplement magique ! Comment cette jeune fille avait-elle fait pour devenir un chat tout mignon ? Le petit ange ne semblait pas dérangé par toutes ses questions, le grand sourire qu'elle lui fit l'encouragea à en faire de même, alors qu'elles prenaient toutes les deux places sur une chaise, côté à côté. La Chiwa l'observait boire dans la petite coupelle de lait, attendant patiemment des réponses à ses interrogations. Presque de la magie ? Cela n'en était pas ? Et pourquoi montrait-elle son ventre ainsi ? Alors toute sa famille avait ce don magique bestial ? La rousse posa une main sur son estomac et l'observa, peut-être qu'elle deviendrait un chat aussi un jour, même si elle en doutait. Le petit ange aux longs cheveux sanguins n'avait jamais senti une part d'animal en elle... Kanna faisait rouler ses r ce qu'il était plutôt amusant et Aimi sourit, ayant une idée bien drôle.

« Est-ce que tu veux bien êtrreeuuh, oh c'est durreuuh à rrouuler les rrr euuh ! Etrrreeuuh mon chat ? »

La douce fille posa une main sur sa bouche et ricana doucement, trouvant l'idée de la copier plutôt drôle, cette jeune colombe la fascinait et si elle ne pouvait pas être un chat, elle ferait comme elle ! Une hybrrrride et pas une hybrrrouiide donc ! Oh que c'était compliqué tous ces mots ! Kanna, c'était bien Kanna aussi ! Puis soudain, son air angélique fit place à une certaine tristesse que la jeune Chiwa ne comprit pas tout de suite, est-ce qu'elle avait fait quelque chose de mal ? Le déserrrt ? Oh les fleuuurs ! Aimi avait une idée ! Hors de question que son amie chat magique soit triste, non pas avec elle ! L'unique enfant de cette belle-famille était toujours souriante, un peu espiègle par moment, mais elle avait le Coeur sur la main et aimait amuser la galerie, cette fille... elle lui était complètement inconnue mais pourtant, Ami sentait que c'était quelqu'un de bien, de nous et de généreux, quelqu'un qui pourrait devenir son amie sans soucis. Alors, elle bondit de sa chaise et attrapa la main de la féline enneigée, et l'emmena en direction de la sortie de sa charmante et chaleureuse demeure !

« Kanna pas trrriste ! Est-ce que Kanna hybrride veut êtrre l'amie d'Aimi ? Allons voirr les fleuurrs ! »

Et sans attendre, accompagnée d'une énergie et d'une fougue qui lui était unique, elle s'aventura dans les rues de cette petite bourgade pour se diriger non loin, aux abords du village, près de ce magnifique champ de fleurs. Sur le chemin, les deux jeunes filles tentaient d'éviter les passants tandis qu'Aimi rigolait sans s'arrêter, trouvant la petite course très amusante. Une fois arrivées, elles s'arrêtèrent tandis que le petit rubis reprenait son souffle puis posa ses iris écarlate sur les saphirs de sa peut-être nouvelle amie chat, lui offrant un magnifique sourire innocent. La rousse tendit la main vers le vaste étendu jaune, qui illuminait de chaleur toute la zone.

« Voici les tourrrnesols Kanna-onee-chan ! »


_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Sam 15 Juin 2019 - 1:46

Forrrger ? C'est comme manger ?


Une imitation. La candeur de l’enfant se manifeste de nouveau, plus explicite que jamais. Il ne s’agit pas d’une moquerie, Kanna le comprend très bien. Dès que la petite fille éclate de rire, la blanche éclate à son tour. Ce n’est pas facile de rouler les R, mais c’est encore plus difficile de ne pas les allonger ! L’hybride peine à gommer cet accent, qui restera probablement toute sa vie, lui donnant une particularité supplémentaire.

Les prunelles céruléennes se déposent sur la petite Aimi avec autant de douceur que possible. Il y a tant de choses à découvrir, dans ce monde, tellement de personnalités différentes qui parviennent toutes à lui réchauffer le cœur. Le deuil est tellement plus facile à traverser, quand on a quelqu’un qui nous tient la main. Reconnaissante mais silencieuse, Kanna observe cette demoiselle aux grands rubis. Tout en elle lui réchauffe le cœur. Comme si le rouge de la gamine parvenait à teindre le blanc du chat immaculé. Un monde coloré, moins terne, moins fade. Plus doux à vivre. Le sourire de l’hybride ne disparaît plus : il s’installe et se maintient, ravivé encore et encore par la simple vision de cette si jolie petite fille.

Brusquement, le rubis saute de sa chaise et embarque Kanna, sans crier gare. L’animal ne sait pas où elle l’emmène, mais elle ne peut pas lui faire faux-bond. Avec autant de bonne volonté que possible, l’hybride suit sa partenaire, sans rien dire. Apparemment, elle l’emmène voir les fleurs. Il n’y en a pas dans le désert, après tout. Bien que Kanna ait vu des tas de variétés florales depuis son voyage, elle se dit que les redécouvrir avec Aimi donnera un tout autre sens à cette expérience. Et puis, peut-être que la cerise parviendra à lui montrer quelque chose de nouveau, qui sait ?

Leur course les balade jusqu’à un gigantesque champ de tournesols, qui s’étendent à perte de vue et saturent la vue comme des milliers de soleil. Kanna rougit doucement, sans même s’en rendre compte. Ses prunelles céruléennes s’animent d’étoiles, alors qu’elle se perd dans la contemplation des fleurs. Il y en a partout, partout, où qu’elle regarde, les tournesols remuent doucement au gré du vent. C’est magnifique, et ça sent si bon. Bouche-bée, l’hybride reste stoïque un instant, incapable d’émettre le moindre son. Puis, d’un coup, tout lui revient.

« C’est magnifique … »

Kanna tourne alors la tête, focalisant une nouvelle fois son attention sur Aimi. Son sourire ne s’est toujours pas effacé, gravé sur son visage comme une manifestation de sa reconnaissance éternelle.

« Merrrci, Aimi. »

Un instant, pendant lequel la chatte regarde une nouvelle fois les tournesols.

« Je veux bien êtrrre ton chat, oui ! Et ton amie, aussi. Enfin … C’est prrresque la même chose, non ? »

La blanche rit doucement.

« Je peux t’apprrrendrrre à rouler les R, si c’est vrrraiment ce que tu veux. Mais d’aborrrd, j’ai une question … »

Une étincelle passe dans le regard de Kanna. Cette envie, là, au creux de son être, cet irrépressible besoin de relâcher son instinct animal …

« Est-ce qu’on peut courrrir dans les champs de tourrrnesols ? »

Cette folle nécessité de se jeter dedans à s’y perdre, pour y rouler, y courir, y découvrir tous les secrets et les parfums des tournesols, tout ce que Kanna ne connaît pas !

« Ou alorrrs … Il y a d’autrrres fleurrrs que tu aimerrrais me montrrrer ? »

On ne sait jamais, au final. Peut-être qu’il ne faut pas courir tout de suite et qu’il y a encore bien des choses à voir !


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Dim 16 Juin 2019 - 12:00


Forrrger ? C'est comme manger ?




Leurs rires cristallins emplirent la cuisine chaleureuse du cocon familial de la rousse. Elle était contente que la féline ne le prenne pas mal, pensant qu'elle voulait se moquer. Mais non, la Chiwa était admirative, elle voulait simplement faire comme elle. Qui sait, peut-être parlant de la même manière, cela fonctionnerait, et qu'elle finirait par devenir un adorable petit chat aussi ? La Chiwa se demanda même qu'elle couleur pourrait être son pelage, rouge ? Un chat rouge, c'était un peu étrange non ? Alors peut-être rose, pour mélanger le blanc de son poil à elle et le sien ? C'était un peu tiré par les cheveux et qui sait, ça n'arriverait probablement pas, tout simplement. Se calmant doucement, le regard écarlate de la petite fille se posa sur celui cristallin de sa nouvelle amie, qui la regardait étrangement... On aurait dit ce regard protecteur et chaleureux que sa mère lui envoyait des fois, alors qu'un sourire accroché à ses fines lèvres rosées ne semblait pas vouloir disparaître.

Aller dehors ? Oh oui !!! Aimi adorait s'aventurer à l'extérieur de sa bâtisse, courir, gambader, jouer avec les autres enfants, se rendre aux bords des champs recouverts de tournesols... C'était même là son idée. Alors, bondissant agilement de sa chaise, comme elle aimait le faire souvent, la petite rousse attrapa la main de Kanna et l'invita à la suivre, alors qu'une course effrénée démarrait. Aimi était heureuse de constater qu'elle se laissait faire et qu'elle lui faisait confiance, faisant grandir davantage son sourire.

Au loin, la douce rubiconde pouvait déjà apercevoir le jaune étincelant de ses fleurs préférées, alors que son regard s'agrandissait de bonheur et d'émerveillement. Une fois arrivée, devant le parterre gigantesque et infini doré et impressionnant, la Chiwa reprit son souffle alors qu'elle regardait Kanna, un sourire amusé se dessinant sur son doux minois de porcelaine. C'était évident que cela ne laissait personne indifférent. Magnifique, en effet, on ne pouvait dire l'inverse. Aimi lui montra toutes ses dents, alors que ses yeux se plissaient, un immense sourire à son attention. La rousse était heureuse que le chaton humain accepte d'être son chat et son amie, même si cela paraissait être la même chose, elle rit alors à l'unisson avec elle. Apprendre à faire rouler les R ? Oui ! Comme ça, elle pourrait ensuite le faire avec ses parents, c'était si amusant ! Et comme cela, Aimi se rapprocherait davantage de Kanna. Elle pencha sa tête sur le côté, se demandant ce que la blanche voulait lui demander, alors qu'elle semblait avoir vu passer un certain éclat dans ses pupilles aussi bleues que le ciel d'aujourd'hui. Ses deux billes rondes s'agrandirent, appréciant beaucoup sa demande, la petite rousse se plaisant à faire ce qu'elle lui proposa.

Ses deux petites mains se joignirent applaudissant alors que la boule d'énergie rouge sautillait sur place.


« Oui, Oui ! Allons courir ! La première arrivée au milieu a gagné ! »

A l'unisson, les deux enfants se lancèrent alors à l'intérieur de ce vaste champ de tournesols, alors que leurs petites silhouettes disparaissaient dans la hauteur des fleurs du soleil.


_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 3:08

Forrrger ? C'est comme manger ?


Le petit clap-clap de ses mains ravit Kanna, qui comprend rapidement que sa réponse est positive. Ce merveilleux champ, à perte de vue, lui ouvre alors ses portes. Cette visite est réalisée tout autour d’un jeu tout bête : la première arrivée au milieu gagne. Les prunelles céruléennes s’illuminent de mille-et-une étoiles, alors qu’elle s’élance à pleine vitesse, suivie de près par la petite fille.

Leurs deux silhouettes disparaissent à la vue de toute personne passant par-là, tellement elles sont petites. Engouffrées dans le champ de fleurs, elles courent presque à la même vitesse, excitées comme des puces, impossibles à arrêter. Les tournesols s’égayent de rires enfantins, secoués çà et là par les deux demoiselles qui courent à pleine vitesse, engagées dans la course de leur vie. Kanna ne se laissera pas abattre et elle n’acceptera pas de laisser passer la victoire sans s’être battue avec toute son âme pour l’obtenir. Ses jambes remuent, remuent, au rythme d’une course effrénée, à en perdre haleine.

Arrivées au milieu en même temps, elles se retrouvent au cœur du champ de tournesols, dans une sorte de cercle, où le Soleil caresse les herbes d’une chaleur agréable. Kanna tombe à la renverse, essoufflée, mais toujours aussi rieuse. Elle avait oublié la sensation de courir comme ça dans les fleurs, de complètement laisser tomber ses problèmes et se laisser porter par le moment présent. Cette émotion incroyable nommée bonheur, qui ne lui parvenait que quelques fois, par à-coups, sans réellement rester. Là, elle est écrasée, noyée par cette dose de bien-être qui lui fait oublier tous ses problèmes.

Elle tourne la tête, regarde Aimi.

« T’es drrrôlement rapide, tu pourrrais êtrrre un chat, toi aussi ! »

Son sourire ne disparaît plus, dévoilant une dentition propre, aux canines légèrement plus allongées que la normale. Kanna reprend progressivement son souffle. Une fois calmée, elle étend les bras et les jambes, comme un ange, pour profiter à son tour de l’astre solaire.

« Alorrrs, comme on a courrru jusqu’ici, je peux t’apprrrendrrre à parrrler comme moi, si tu veux. Bon, je ne le fais pas exprrrès, mais c’est facile à imiter, je pense ! »

L’hybride inspire profondément avant de se redresser. Assise en tailleur, elle se racle la gorge. Comment on apprend à quelqu’un à imiter un accent ? Est-ce qu’on peut réellement imiter un accent ? La demoiselle se triture doucement les méninges pour trouver une bonne approche. Comment expliquer le langage à une autre enfant, quand on ne sait que le parler, rien de plus ? Il faut réfléchir … Et y aller au feeling, parce qu’il n’y a jamais rien de mieux que le feeling.

« D’aborrrd, il faut savoir que je n’allonge que les R quand ils sont au milieu des mots. À la fin et au début, comme je ne les accrrroche à rien, ils sont simples. Oui, bon, au début des mots, ça pourrrait êtrrre logique aussi, mais … Je ne sais pas. En fait, naturrrellement, j’ai tendance à les allonger quand ils sont suivis des deux côtés, comme dans … Prrromettrrre ? Il y a le P devant, puis le O après, et il y a des sons avant les R de la fin, tu vois ce que je veux dirrre ? »

Kanna s’arrête, un instant. Puis, brusquement, elle explose de rire.

« J’ai l’imprrression de parrrler une autrrre langue, comme si je ne comprrrenais pas moi-même ce que je dis ! »

Les rires continuent, jusqu’à ce qu’elle se calme.

« C’est difficile ! Comment font les parrrents pour nous apprrrendrrre à parrrler ?! »

La mention des parents lui tape doucement sur la tête. Pour ne pas se laisser abattre ni ruiner ce moment, Kanna tente difficilement de faire partir les songes ténébreuses qui s’emparent d’elle. Son sourire s’est crispé, avant de disparaître. Elle s’accroche aux branches et tente de le faire revenir, mais il lui paraît si lointain. Elle inspire profondément. C’est vrai, ça, comment font les parents, finalement ? Et comment font ceux qui n’en ont pas ? Qui n’en ont plus ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 10:51


Forrrger ? C'est comme manger ?




Et c’était partit pour une belle petite course plus amusante que compétitrice, tandis que les jeunes enfants ne pouvaient s’empêcher de rigoler à chaque centimètre parcouru. Aimi était plus qu’heureuse, contente de voir la blanche féline dans le même enthousiasme, qui n’avait pas hésité à se lancer en même temps qu’elle dans cette aventure au milieu des fleurs du soleil. La Chiwa était complètement de son élément, depuis sa tendre enfance, elle adorait courir, bouger, sautiller, faire les quatre cents coups et ses parents en voyaient de toutes les couleurs avec elle. Mais comment lui en vouloir ? Si jeune et armée d’autant de joie de vivre ? Alors ses pas se dirigeaient automatiquement vers le centre de cette immensité d’or, les branches feuilletées frappant doucement les jeunes filles quand elles heurtaient chacune d’elle.

Kanna était très redoutable, se disait-elle, mais quoi de plus étonnant devant d’un chat fille ? En effet, ces animaux étaient connus pour leur réflexe, leur côté chasseur et leur vitesse quand il s’agissait de partir à la chasse. Le cœur de l’étendue ensoleillée se rapprochait doucement, reconnaissable d’un espace légèrement vide, recouvert d’un par terre d’herbes frais et verdoyant, les deux amies arrivèrent en même temps. Aimi suivit l’azur dans sa chute, tandis qu’elle reprenait son souffle, haletant comme si elle avait fait la course de sa vie, c’était simplement génialissime. La douce rousse se laissa tomber en arrière, les bras écartés, ses iris éclatants observant le ciel dénué de nuage, aussi beau comme les pupilles de Kanna. Celle-ci, d’ailleurs, porta son attention sur elle, la complimentant sur sa rapidité. Être un chat ? Qu’est-ce qu’elle aimerait ! Ses jambes bougeaient en éventails dans la verdure qui caressait sa peau. La Chiwa lui rendit donc son sourire, ses lèvres innocentes s’étirant autant que possible.


« Merci ! On peut dire que tu es digne de l’agilité et la rapidité des chats ! »

A son plus grand bonheur, la demoiselle à la chevelure immaculée acceptait de lui apprendre à faire rouler les R. Très sérieuse d’un coup, Aimi se redressa rapidement, se positionnant similairement, face à elle, son regard carmin posé sur sa frêle silhouette. Allonger la lettre quand elle est au milieu des morts, d’accord. La jeune fille semblait se perdre dans ses explications, tandis qu’elle essayait de reproduire ce qu’elle lui disait. Aimi trouvait cela plutôt amusant, riant à moitié au lieu de se concentrer. Mais cela ne semblait pas la déranger étant donné qu’elle aussi partit dans un fou rire.

« Oui ! Je crrrois que je comprrrends, comme ça ? Aaaah qu’elle idée de vouloir fairrre comme toi ! »

En effet, les parents étaient courageux, d’avoir tout enseigné à leur enfant ne devait pas être évident. Cette dernière phrase semblait avoir plus d’impact qu’il n’en fallait, tandis que le joli sourire de Kanna disparu et que son regard azur s’éloignait de ce moment chaleureux. Une mine inquiète s’afficha sur le minois de porcelaine de la rouquine, se rapprochant d’elle, à quatre pattes.

« Kanna ? Qu’est-ce qui ne va pas, dis-moi ce qu’il se passe ? Tu peux tout me dire, ici c’est notre jardin secret ! »

Durant quelques secondes, la fille de Tsuchi en oublia même de faire rouler les lettres rocambolesques, se demandant ce qu’il traversait l’esprit de l’ange de Kaze, qui avait arrêté de sourire.



_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 2:21

Forrrger ? C'est comme manger ?


Des compliments. Digne de l’agilité des chats, hein ? Kanna est touchée. Cette petite fille est l’incarnation de la pureté, un peu comme le jeune garçon rencontré pendant son voyage à Kaze. Éole, c’est le surnom que l’hybride lui a donné, pour son affinité avec le vent. Les enfants sont souvent plus doux que tous les autres êtres, ils ont la capacité de réchauffer les cœurs les plus froids. Aimi n’échappe pas à cette règle, encore plus avec sa bouille angélique et ses grands yeux rouges. Une boule de bonne humeur et de chaleur. Kanna est très contente de s’être arrêtée devant la forge, cela lui aura apporté une rencontre des plus palpitantes !

Après les explications, la petite demoiselle s’essaye au langage du désert. Les explications de la métamorphe semblent avoir suffi, elle y arrive à la perfection ! Voire même à la perrrfection ! Kanna l’applaudit, fière de sa jeune – et probablement unique – élève. Elle comprend vite et bien, ce qui lui permet une application immédiate. Comme c’est beau, tout de même ! La blanche est certaine d’avoir laissé un souvenir dans sa mémoire qui perdurera aussi longtemps que possible.

Malheureusement, les nuages ne sont jamais loin, quand le soleil brille haut dans le ciel. La mention des parents écrase son cœur. Comment le dire à Aimi ? Certes, elle lui indique que cet endroit est leur jardin secret, mais … Faut-il réellement lui avouer son passé ? Lui dire ce qui l’a menée jusqu’ici ? À vrai dire, l’hybride se sent suffisamment en confiance pour tout lui raconter, sans occulter un seul détail, ni même tenter de mentir. La cerise est entrée dans son cercle extrêmement restreint, mais … C’est si compliqué, de tout avouer. De se laisser aller à la vérité. Pourquoi est-ce aussi difficile ? Et puis … Est-ce que ça ne va pas la choquer ? Kanna ne veut pas lui faire peur, ni la blesser.

Coincée dans une situation aussi étrange que désagréable, l’immaculée ne sait pas comment s’y prendre. Elle baisse les yeux, exhale un long soupir.

« Merrrci, Aimi … »

Ses prunelles se perdent dans l’herbe, de la même manière que ses doigts, qui tortillent doucement les brins sans pour autant les détruire. Un passage lent, méticuleux, pour ne pas les abîmer.

« Prrresque toute ma famille est décédée quand j’étais petite. Si je voyage, aujourrrd’hui, c’est parrrce qu’ils sont morrrts. Je ne pouvais pas rester à Kaze comme ça, j’ai perrrdu ma famille et ma maison. Je veux en trrrouver une nouvelle, où je me sentirrrais aussi bien. »

Les larmes menacent de la noyer. Kanna inspire profondément. Après une déglutition, elle reprend.

« C’est … C’est à cause de mon papa. »

Son sang se glace. Les images repassent dans sa mémoire. Son père qui les assassine tous, froidement. Elle, cachée sous les cadavres de ses frères et sœurs, ne bougeant pas, attendant impatiemment que le calvaire cesse. Un spasme la secoue, suivi de quelques perles qui s’échappent. Sa voix se brise.

« C’est mon papa qui a fait ça. »

Pour la première fois depuis une éternité, les mots donnent à cette histoire une réalité. Déjà ancrée dans sa mémoire, elle vient s’inscrire dans celle d’une autre personne, perdant légèrement sa nature de secret. Kanna inspire une nouvelle fois, pour ne pas laisser s’échapper toutes les larmes qui n’attendent qu’une faille pour déferler.

Le passé de Yasei Kanna devient alors indélébile, donnant un sens à l’existence de Saiseiki Kanna, à sa quête d’un territoire où vivre, à son désir de vengeance.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 14:32


Forrrger ? C'est comme manger ?




Ce n'était pas possible. Ce qu'elle avait imaginé était à des années-lumières de ce que Kanna lui confia. Du haut de son jeune âge, la douce tulipe ne comprenait pas tout, pourtant les mots présents étaient clairs et lourds de sens, un poids immense qui reposait sur les épaules frêles de son amie féline. Comment pouvait-elle vivre cela ? Avoir perdu toute sa famille, c'était quelque chose d’inimaginable pour la petite Chiwa, qui aimait tellement vivre dans ce foyer chaleureux. Comment faisait-elle ? Alors c'était pour cela qu'elle était au pays de la Terre, parce qu'elle était seule ? Non... Ce n'était pas possible... Pas elle...

Mais la suite fut un choc encore plus grand pour la boule d'énergie rousse qui regardait l'immaculée, éberluée. Comment, celui qui l'avait mise au monde, pouvait être la cause de ce crime abominable ? Comment un père de famille pouvait avoir retiré à son enfant tout ce qu'elle chérissait ? Ce n'était pas un papa, c'était un monstre. Rien de plus. La seule chose que la petite Tsuchijin réussie à faire, c'est de se placer à ses côtés et de l'entourer de ses frêles bras, caressant sa longue et soyeuse chevelure de neige. La voir aussi malheureuse, si terrifiée et en souffrance lui faisait mal au cœur, elle ne méritait tellement pas ça... Pas sa Kanna, son amie, son petit chat. L'enfant fut tellement touchée et troublée qu'elle ne put contenir ses larmes, qui perlaient avec les siennes. Cela devait être tellement difficile, vivre avec ce traumatisme et se confier. Il était hors de question que la douce Kanna ait à vivre cela, une fois de plus. Pas tant qu'elle resterait ici, à Tsumago, avec Aimi.

Durant de longues minutes, le petit rubis resta silencieux, laissant sa douce amie lâcher son soûl. Que pouvait-elle dire ? De ses onze ans, qu'avait-elle vécu pour pouvoir comprendre ce qu'elle ressentait ?


« Kanna... Je suis si désolée... Ce qui est arrivé... Est monstrueux... Celui qui a fait ça... C'est un monstre... Mais Kanna... Maintenant, tu es loin de tout ça, tu es ici avec moi et je te promets qu'ici, tu seras heureuse, le temps qu'il te faudra, tu l'auras. Tu peux même dormir dans mon lit si tu veux Kanna ! Plus jamais tu souffriras, pas tant que je serai là. Parole de chat ! »

Ses paroles étaient des plus sincères, c'était une promesse, créant un lien entre les deux fillettes indestructible. Aimi n'était pas douée pour remonter le moral, mais elle espérait l'aider à avancer, à trouver du bonheur aujourd'hui, faisant de son passé, un lointain cauchemar. La Chiwa essuya les larmes de la Saiseiki avant de se lever et de se diriger vers un tournesol tombé, parce qu'elle ne les arrachait jamais. La petite rubiconde ramassa la tige ornée des pétales ensoleillés et retourna voir le chaton humain, lui tendant le tournesol.

« Comme toi, ce tournesol est tombé de haut, pour finir seul. Mais Aimi est là, elle est là pour vous faire rencontrer, maintenant, il n'est plus seul, tout comme toi, tu ne le seras plus jamais parce que je serai là, quoi qu'il arrive. »

Une nouvelle promesse, alors que sa petite main se posait sur son cœur, lui promettant qu'elle y serait gravée pour toujours.


_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 17:09

Forrrger ? C'est comme manger ?


L’étreinte d’Aimi fait déborder le vase. Les larmes parviennent à quitter le coin de ses yeux, pour rouler en silence sur ses joues. Elles coulent, encore et encore. Depuis tant de temps, Kanna n’a plus pleuré. Plus rien n’est parvenu à briser la coquille, pour ne jamais perdre le courage. L’enfant s’est plus ou moins habituée à cette horrible sensation, à ce passé qui façonne désormais son présent et modifiera inévitablement son futur. C’est un fardeau bien trop lourd pour ses frêles épaules, mais la Saiseiki a décidé de le porter. Elle a décidé, toute petite, lorsque le carnage se déroulait encore à proximité d’elle, que son père ne serait jamais pardonné. Pour cela, il a bien fallu embrasser la réalité. L’encaisser, la supporter, vivre avec malgré son horreur. Alors, quand Aimi la prend dans ses bras, la blanche a l’impression que la douleur se déplace légèrement. Son corps pèse moins lourd. Ses mains viennent chercher les bras de la princesse aux yeux rubis, pour la serrer à son tour. Aimi, l’élue de son univers, la seule à tout savoir.

Au bout d’un instant passé ainsi, sans bouger, à laisser les larmes s’écouler comme on regarderait une rivière, la petite fille reprend la parole. Une tirade, de la douceur comme elle n’en ressent que rarement. Des promesses. Des mots si simples, pourtant si doux. Kanna sourit. À travers les larmes, elle parvient à esquisser cette si petite expression sur son visage. Dormir dans son lit, hein ? Être protégée de la peine, tant que la demoiselle sera là. C’est ça, la promesse. La promesse d’un aspirant chat à un autre, vétéran, pourtant trop jeune pour l’être. L’hybride hoche doucement la tête, sans rien répondre.

Les mains de porcelaine d’Aimi essuient les larmes sur le visage de la blanche, avant qu’elle ne se relève. Les yeux piquants, cernés de rouge, Kanna scrute ses mouvements, tente de comprendre : où va-t-elle ? Ses pas la mènent jusqu’à un tournesol, par terre, abandonné à son sort. Elle le ramasse. Le sourire sur le visage de la métamorphe s’affirme. La promesse revient, une promesse d’avenir, qui s’établit maintenant pour exister pour toujours.

Kanna attrape le tournesol et le serre contre elle, mélancolique. L’espoir se fraie un chemin parmi les ténèbres, écrase les larmes et les fait disparaître. La blanche noie ses prunelles dans les rubis d’Aimi.

« Merrrci, Aimi. »

Sa petite main serre la fleur, à en blanchir ses phalanges. Elle fait attention à ne pas abîmer sa tige, mais tout cela signifie tellement aux yeux de la métamorphe. Après tout, même si elle a rencontré bien des gens, seule la cerise est au courant de son histoire. Son cœur ouvert à l’enfant, en gage de confiance, maintenant comme pour toujours.

« Je ne suis plus seule. Je ne le serrrai plus jamais. Il y aurrra toujourrrrs Aimi, dans le noir. Et je n’aurrrai plus peur, plus jamais. »

Kanna hoche la tête. Elle se relève.

« Je veux bien rester un peu avec toi, mais je devrrrais parrrtir tôt ou tarrrd. Je veux visiter le monde entier ! J’ai entendu parrrler d’un endrrroit, Shitaderrru, loin, trrrès loin d’ici. Je veux voir ce que c’est, je veux aussi voir le monde. Et je veux devenir plus forrrte, aussi. »

Son visage s’assombrit un instant. Kanna garde le silence, alors qu’une étincelle passe dans ses iris.

« Un jour, je retrrrouverrrai mon pèrrre. Et ce jour-là … Je le tuerrrai. »

Résolue. Bien déterminée à lui faire payer le poids de ses crimes, pour que plus jamais il ne puisse sévir. Un monstre n’a pas le droit de courir en liberté, il n’a pas la permission d’agir comme cet homme le fait. Il n’est plus humain, n’est plus animal. Il n’est rien de plus qu’un assassin, qui ne mérite que la mort.

La froideur se dissipe peu à peu du visage de la blanche, qui retrouve son état normal – enfin, aussi normal que possible, après ce qu’elle vient de vivre.

« Mais d’aborrrd, je veux trrrouver une nouvelle maison. Belle comme Kaze. J’espèrrre que cet endrroit, au loin, est comme on me l’a décrrrit. Là-bas, ils ont plein de technologies, et apparrremment, la nourrriture est bonne ! »

La bouffe, encore, toujours. Parce que c’est une des plus importantes choses qui existent dans ce monde.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 9:44


Forrrger ? C'est comme manger ?




Cette embrassade de l'amitié guérissait tous les maux, réconfortait du mieux que possible, pour l'aider à mieux passer cette épreuve difficile. Ses paroles étaient sincères et essayaient de l'apaiser, de la rassurer, d'être là pour elle. Alors, après lui avoir essuyer les perles d'eau salée sur son adorable visage marqué par la peine, Aimi se releva. Décidée, la rousse se lança à la recherche d'un tournesol qui serait tombé. Une fois sa tête réalisée, la doucereuse retourna voir son amie angélique, un petit sourire accompagnant son minois de jeune fille. Kanna semblait aimer ce petit tournesol laissé à l'abandon, les deux se retrouvaient donc bien. La Chiwa lui offrit un radieux sourire suite à ces deux mots avant de poser délicatement une main sur le haut de sa tête, caressant doucement sa chevelure immaculée.

Plus seule, plus jamais, ça s'en était certain, Aimi s'y engageait ! Se relevant elle aussi, la féline acceptait de rester avec celle, malheureusement, elle finirait par repartir, parce qu'elle désirait découvrir le mot : quelle chance. Un air maussade domina la face de la rousse, qui ne voulait pas que Kanna s'en aille, parce qu'elle avait créé une amitié unique avec elle.


« Je vois, oui, je comprends... C'est dommage que je ne puisse pas venir... »

Devenir plus forte, pour retrouver cet individu au nom de "père" qui lui avait volé et le tuer. Aimi ne se voyait pas infliger cela à son père un jour, mais elle pouvait comprendre ses motivations, alors la petite rubiconde ne lui en tenait pas rigueur. Au contraire...

« Si je pouvais t'aider, je serais venue avec toi ! Mais je ne crois pas que je te serai bien utile... Alors je resterai ici, comme ça, quand tu auras besoin d'un foyer, on sera là pour toi ! »

La Chiwa haussa des épaules, ce n'était pas son combat après tout, la seule chose qu'elle pouvait faire était de l'accueillir à Tsumago et faire de sa petite maison un foyer secondaire où elle se sentirait bien, quand la blanche désirerait se reposer. Aimi sourit doucement, la froideur sur son visage était compréhensible et se mariait malheureusement bien avec sa chevelure immaculée, mais la Chiwa préférait quand son amie souriait et rigolait. Si la nourriture était bonne là-bas, cela devait être un merveilleux endroit.

« Si suppose que ça doit être un bel endroit, si la nourriture y est bonne, j'espère que tu trouveras une maison à toi et que tu seras heureuse, quand tu partiras pour le découvrir, ce lieu... »

Toutes les bonnes choses avaient une fin... C'était si dommage que sa Kanna, son amie, son chat, ait à quitter cette paisible bourgade, mais la liberté était quelque chose qu'on ne pouvait pas perdre. Alors elle comprenait et dans sa tête, elle avait décidé qu'elle aussi deviendrait forte. Qui sait, peut-être qu'un jour, Kanna reviendrait et qu'elle pourrait l'aider dans cette sombre tâche...

« J'essaierai de devenir forte moi aussi ! Et peut-être qu'un jour, je pourrai t'aider dans ta quête, et voyager ! »



_________________
Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] I3wc

Merci Adit pour la signa <3

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 1:06

Forrrger ? C'est comme manger ?


Aimi, Aimi, Aimi. Princesse Aimi. Le rayon de soleil dont tout le monde peut avoir besoin un jour, qui surgit dans une existence sans crier gare. Elle est là, douce et adorable, avec ses sourires qui réchauffent le cœur. Kanna l’observe avec autant d’attention que de tendresse, sans même se rendre compte à quel point elle s’y est attachée. Le rubis comprend rapidement la tâche de l’opale, qui ne peut s’arrêter en « si bon chemin », si on peut parler de « bon », dans son cas. Si elle a l’air triste d’apprendre cette réalité, Aimi est pourtant compréhensive, capable de voir au-delà de leur rencontre. Le futur est sombre, Kanna en a conscience, mais elle ne peut plus reculer. Il y a des histoires qu’on ne peut se passer de consigner dans un livre, des chapitres qui sont déjà écrits, ces récits qu’on appelle le destin. Inévitables, ils finiront forcément par arriver un jour. La blanche sourit.

Au fond, cette rencontre est une promesse. Une promesse d’avenir, de force et de bonheur. Parce que ces deux femmes deviendront exceptionnelles, chacune à leur manière. Kanna hoche la tête. Aimi lui offre un cocon, une place où revenir le jour où elle en aura besoin. Une manière comme une autre de lui donner une maison. Une résidence secondaire, en quelque sorte. C’est vraiment très gentil de sa part, à vrai dire. Elle aurait simplement pu lui souhaiter bonne chance et … c’est tout. Mais non, l’enfant choisit de partager son foyer avec l’hybride, sans réserve.

« Merrrci, Aimi. Pour tout. Tu fais parrrtie des raisons pour lesquelles je veux aller au bout de ce voyage. »

Pour ces rencontres inoubliables, ces promesses et ces gens exceptionnels. Kanna lève les oreilles à la mention de la nourriture. C’est un argument incontournable, Raizen ne sait pas quel impact il a eu lorsqu’il l’a mentionné. Manger est une des priorités de l’hybride dans la vie de tous les jours, mais si en plus elle peut bien manger, c’est encore mieux.

Quand sa petite compagnonne se galvanise, Kanna applaudit doucement. C’est comme ça qu’elle veut la voir. C’est comme ça qu’est Aimi. La forte Aimi. Princesse de son passé, héroïne de son voyage : la première à connaître son secret. La métamorphe hoche la tête.

« Oui, oui ! Je crrrois en toi ! Tu serrras la meilleurrre ! Et j’espèrrre qu’on se reverrra, oui ! »

Kanna se relève et prend Aimi tout contre elle. L’odeur sucrée qui parfume sa peau caresse ses narines. Une petite cerise, qui émerveille les sens et égaye les songes. La blanche caresse la crinière rouge un instant, avant de se détacher.

« Encorrre merrrci, Aimi. Tu es la meilleurrre. Je penserrrai à toi un peu tous les jourrrs ! »

L’étreinte est terminée, comme leur rencontre. Amère, mais remotivée, Kanna se sent prête à repartir. C’est difficile, de laisser le bonheur derrière soi. Lui fermer la porte fait toujours un peu mal. Mais les promesses permettent de partir la tête haute et se projeter vers le futur. Qu’importe, qu’elle s’en aille : Aimi sera toujours là, tout comme l’hybride sera toujours présente pour cette petite fille, quoi qu’il arrive.

Le cœur plein de jolis souvenirs, Kanna reprend sa forme animale et s’élance vers sa nouvelle destination. Pour l’heure encore inconnue, la blanche est certaine qu’elle finira par la mener vers un ailleurs aussi confortable que sa première maison, où d’autres personnes aussi exceptionnelles peupleront son univers. Jamais exactement comme Aimi, elles seront quand même porteuses de ces jolies aventures, de ces doux souvenirs qui apaisent le cœur. Mais personne, jamais, ne remplacera son Aimi, sa princesse. Sa première confidente.

Merrrci, Aimi.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Forrrger ? C'est comme manger ? [Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: