Soutenez le forum !
1234
Partagez

Tendrrre la patte. [Hanae]

Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Lun 27 Mai 2019 - 18:04

Tendrrre la patte.


Ses pattes frôlent le sol avec une grande agilité alors qu’elle court de toit en toit pour se dégourdir. L’un après l’autre, les bâtiments reçoivent la visite d’une petite chatte blanche qui file à toute allure et profite de la chaleur printanière. Ici, c’est sa maison. Son lieu de vie préféré. Il fait beau, il fait bon, les habitants sont tous de gentils êtres qui ne demandent qu’à être aimés. Kanna court, court encore, ses coussinets n’ont pas le temps de faire corps avec la matière, parce qu’elle court à pleine vitesse et qu’elle adore ça !

Padam, padam, padam, la fourrure blanche disparaît du champ de vision des habitants, pour entrer dans celui des autres. Elle court, elle court, ça va vite ! Puis elle s’arrête. Son corps s’écrase mollement sur un autre toit, entre une place et deux ruelles. Un endroit merveilleux pour commencer à se faire les pattes. Distraite, l’hybride lève la patoune et commence une longue séance de léchouilles. Frotte, frotte, frotte, la langue râpeuse caresse les poils, nettoient la fourrure. Mmmh, quelle bonne idée de sortir aujourd’hui, tout de même. Il fait beau, tout le monde est dehors. De son perchoir, elle voit tout et personne ne peut l’attraper. Satisfaite, Kanna poursuit sa toilette, silencieuse.

Un bruit suspect attire son attention, à sa droite. À vrai dire, ce n’est pas un simple bruit, c’est une voix. Des chuchotements. L’hybride tend l’oreille et s’immobilise. Des mots bien salaces fusent, à l’intention de … D’une femme ? Sa respiration est sifflante. Kanna se concentre et parvient à percevoir les battements de son cœur, parmi la cohue. Ils sont rapides, beaucoup trop rapides pour que cette intervention soit partagée. Ces hommes la mettent en danger. La Chûnin retrousse le museau et se tourne. Aussi discrètement que possible, elle s’approche du bord du toit. Avant d’arriver à son extrémité, elle bondit brusquement, toutes griffes dehors, pour attaquer l’une des trois silhouettes.

En plein dans le mille !

L’homme s’écroule par terre. Kanna lui met un grand coup de griffe dans la figure avant de reculer. Elle se met entre les deux hommes et la demoiselle, qui n’a pas l’air de bouger. Remontée, l’hybride émet un feulement sonore, pour décourager les deux mâles en rut qui n’ont aucun scrupule. Ils la regardent, puis fixent leur compagnon, écroulé, défiguré. Ils hésitent. Ce chat a beau être plutôt petit, il n’a pas une taille de chat domestique. Il y a quelque chose de bizarre chez la bestiole, qui fait monter le doute en eux. Kanna ne démord pas, l’avant du corps penché, l’arrière-train relevé, prête à attaquer sans discontinuer le premier qui lèvera la main. Une détermination sans faille anime ses prunelles céruléennes. Elle ne lâchera rien.

Dans l’absence de réaction des deux derniers brigands, Kanna feule une nouvelle fois et impulse un mouvement, sans aller au bout. Paniqués, les hommes ramassent leur compagnon vaincu et partent en courant. Le félin se tourne vers la victime : des yeux et une crinière rouge mais, surtout, ce battement de cœur trop rapide qui caractérise la peur. La fourrure blanche s’en approche doucement et frotte doucement sa tête contre sa jambe, comme pour lui signaler que tout va bien. Ses vibrisses effleurent la peau, alors que sa truffe la caresse tendrement. Rassurer la pauvre victime, mais surtout, essayer de comprendre ce qui ne va pas. Qu’est-ce qui l’a immobilisée ? Kanna le sait, Kanna le sent : cette femme est forte. Il n’y a aucune raison de réagir de cette manière … Alors peut-être y a-t-il encore des informations qu’elle ignore ?

« Tout irrra bien. »

L’hybride recule et s’assoit face à l’humaine, sur qui elle dépose une œillade presque maternelle. Aider ceux dans le besoin, n’est-ce pas aussi une part de sa mission ?

Spoiler:
 


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Jeu 30 Mai 2019 - 9:47
Kumo est un endroit sûr, entouré de murs et protégés par des shinobis puissants, dont fait partie Hanae. Depuis ces quelques années qu'elle a passé ici, la Sendai n'a jamais vraiment ressenti d'oppression, de danger ou une quelconque crainte pour sa vie lorsqu'elle se promène dans les rues animées du village. Mais rien n'est figé, dans une vie, et tout peut se produire, en quelques instants, il peut s'avérer qu'un sentiment de sécurité n'est que quelque chose d'éphémère, peu importe vos efforts ou votre force. C'est donc d'une manière tout naturelle que, ce matin-là, la rouquine décide de mettre de beaux habits : une jupe bleue nuit qui descend presque au niveau de ses genoux, et des longs collants noir, avec un t-shirt assez fin, gris foncé, qui ne laisse cependant rien dépasser. Peu importe la vie que l'on vit, se faire belle est parfois quelque chose de vraiment plaisant, pour une femme. Pourtant, celle-ci ne le fait pas pour être désirée ou enviée, non, la rougeoyante ne s'habille de la sorte que pour elle-même. Une fois ses bottes enfilées, elle quitte son domicile, et commence à arpenter les rues de la cité, sans réel but. Aller ici, passer par là, acheter telle ou telle chose... Rien de fixe ni de prévu, juste une journée de détente, en perspective, sans aucune prise de tête.

Après s'être arrêtée pour manger - disons plutôt dévorer - quelques dango, dans une boutique au coin de sa rue, la beauté incandescente décide d'emprunter une artère peu fréquentée pour rejoindre la rue principale. Personne ne passe ici à part quelques ivrognes et autres personnes peu recommandables, mais elle ne craint rien, car elle est une Chûnin expérimentée. Alors qu'elle se trouve au milieu de la ruelle, la flamboyante est arrêtée nette par une voix qui s'élève dans son dos.

"Alors la minette, on est pressée ? Tu voudrais pas jouer avec nous un petit peu avant de partir ?"

Ces mots font l'effet d'une bombe, Hanae sent que son cœur s'emballe, elle devrait pouvoir s'extirper de cette situation sans même avoir à leur donner une correction, et tente de faire un pas pour s'éloigner, mais cela ne fonctionne pas. Pas maintenant, pas comme ça, pas ça... La jeune femme est tétanisée, en repensant à cet événement datant de quelques années. Oh, quelque chose de simple, et de naturel dans ce monde sordide : un homme qui profite d'une femme - qui n'en était même pas vraiment une - alors qu'elle ne peut rien faire, qu'elle ne comprend rien à ce qui lui arrive et qui souffre, d'une souffrance que nul de devrait jamais ressentir. Oui, la pauvre repense à ce jour où on lui a volé son innocence, cette chose qu'elle seule aurait dû choisir de donner un jour à quelqu'un, une chose bien personnelle et qui ne reviendra pas. L'un d'eux tente de s'approcher, et le bruit de ses pas crispe encore plus la rouge, qui pourrait si facilement les éliminer. Mais il faut croire que cette sécurité qu'elle a ressenti tout ce temps au sein de ces murs l'a rendue finalement plus vulnérable qu'autre chose à ce genre d'attaques. La surprise, l'inattendu, le choc. Elle est bien plus forte, mais sa faiblesse ne vient pas de son corps ni de son expérience : elle vient de son mental, qui ne s'est jamais vraiment remis de cette expérience innommable.

Quelques secondes passent, un bruit subtil, le son d'un corps qui tombe, puis, lorsque la Chûnin se retourne, elle voit les trois personnes s'enfuir, et ... un chat. Celui-ci n'est pas commode, ni commun, et semble l'avoir tirée d'une situation qui aurait pu être cauchemardesque. Lorsqu'il vient se frotter à sa jambe, elle ne bouge pas, encore un peu sous le choc. Mais il se met à parler, est-ce donc une invocation ? Quoi qu'il en soit, sa façon de s'exprimer est adorable et fascinante, et d'une certaine façon, sa présence apaise la belle. Les animaux sont si purs, ne mentent pas et ne manipulent pas, pas comme ces hommes qui ne pensent qu'à une seule chose lorsqu'ils voient une femme mignonne et à première vue sans défenses. Maintenant, il reste à découvrir qui est cet animal, et pourquoi il parle...

"Merci, qui que tu sois. J'ai du mal à réaliser que je parle à un chat mais... Tu n'es pas qu'un simple félin, n'est-ce pas ?"

Une tentative au hasard, mais comme elle a vécu avec des change formes qui étaient justement des félins, pour elle, cet animal pourrait être un Yasei, pour le peu qu'elle en sait. Ce n'est peut-être pas le cas, mais même cela pourrait être intéressant, car il s'agirait réellement d'un animal doué de parole. D'un réflexe presque naturel, alors que la pression retombe, la femme sauvage vient serrer ses bras autour d'elle-même, façon qu'elle a trouvé de créer une sorte de sécurité lorsqu'elle se sent menacée, ou qu'une menace pourrait revenir...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 22:19

Tendrrre la patte.


Perspicace, la demoiselle rouge. Une couleur bien menaçante, comparée au blanc immaculé de la minette. Sans plus attendre, l’animal modifie sa forme et redevient humaine. Ses prunelles céruléennes se déposent sur sa protégée du jour, sans la dévisager, toujours avec une douceur sans limite. Kanna hoche doucement la tête. Sa réaction est viscérale : une manière de se défendre, de se protéger du monde extérieur sans pour autant y être imperméable. L’homme est parfois un être abject, qui prend sans laisser de possibilité de s’en sortir. Il dérobe, il vole, parce que tout lui appartient et tout est bon pour assurer sa domination sur l’être faible qu’il a face à lui : la femme. Cette demoiselle, totalement inconnue à Kanna, a vécu quelque chose qui suit ces traits, c’est une certitude. La blanche ne peut pas dire à quel point, ni comment cela s’est fait, mais elle ne peut pas le nier. La tétanie, l’enfermement sur soi, ces signes ne trompent jamais personne. Elle s’approche doucement et dépose une main délicate sur son épaule.

« Non, je ne suis pas un simple félin, en effet. Je suis Kanna, métamorrrphe chat à pieds noirs. »

Volontairement, la Chûnin omet de citer son appartenance au clan Yasei, le nom qui abrite toutes ces espèces. Elle en a croisé, des « comme elle », qui se donnaient ce nom, mais elle considère ne plus réellement faire partie de ce groupe. Gentiment, l’hybride caresse la douce épaule de la jeune femme. Sa peau est agréable au toucher et, à vrai dire, une odeur agréable émane de son être tout entier. Kanna l’observe avec une grande attention. Un sourire se glisse sur ses lèvres.

« Je suis désolée que tu te sois fait attaquer … Nos rues sont souvent sûrrres, mais nous ne pouvons pas éviter ce genrrre de désagrrréments. »

La main descend de l’épaule et revient tomber mollement le long des hanches de Kanna, qui reste immobile. Son regard sur la situation est probablement froid, peut-être même déplaisant, surtout pour une personne qui serait une victime de ce genre de comportements. Malheureusement, l’empathie de la chatte se limite aux situations qu’elle connaît : elle peut compatir au maximum, elle sera incapable de comprendre. Néanmoins, elle est prête à protéger cette demoiselle contre vents et marées : on ne laisse jamais personne derrière, jamais.

« Viens, quittons cette ruelle, tu te sentirrras sûrrrement mieux si nous allons ailleurs. Y a-t-il un endroit qui te ferrrait plaisir ? N’imporrrte lequel ? »

L’hybride penche la tête et lui offre une large sourire, aussi sincère que possible. Accéder à son cœur, de son mieux, si possible, pour y établir un refuge, même s’il est fébrile. S’il peut lui servir, en cas de problème … Elle hausse doucement les épaules.

« Quand j’étais petite et que j’avais peur, j’imaginais les perrrsonnes qui me faisaient peur comme de tous petits êtrrres. Comme ils étaient minuscules, j’avais juste à les piétiner, j’étais plus forrrte. Ça ne marrrche pas forrrcément pour tout le monde, mais ça peut peut-êtrrre t’aider. »

Le regard reste perdu dans les doux rubis. Ils ont cette fragilité, cette candeur détruite que Kanna ne ressent que trop bien. Cette innocence arrachée par la force de la réalité, une force inarrêtable, dangereuse et surpuissante, que jamais personne ne peut contrôler. Une irrépressible envie de la serrer tout contre elle se manifeste, mais l’hybride la réprime autant que possible. Elle lui tend la main, à la fois comme une invitation à la prendre et une invitation à la prendre, tout simplement. Kanna ne croit pas au contact qui surviendra et, à vrai dire, elle ne saurait pas quoi en faire, mais c’est comme ça que font les gens, en général. Apparemment, ça aide à se sentir moins vulnérable.

« Allez, allons-y. Guide-moi, je te suis. »

Être le héros de tous, mais surtout des plus amochés. Cette femme est jeune, soit du même âge que Kanna, soit légèrement plus jeune, mais une chose est sûre : elle est brisée. Quelque part, en elle, il manque une partie. Un morceau qui s’est développé trop vite, beaucoup trop vite.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 20:28
La chatte n'en est pas une, ou du moins pas tout à fait. Hanae a vu juste, et lorsque l'animal devient une magnifique jeune femme, cela confirme ses pensées. Elle a tout d'une Yasei, mais comme sa présentation n'en fait pas mention, et que la Sendai n'est pas de celles qui étalent leurs connaissances à tout va, elle préfère ne pas en parler non plus. Pourtant, elle a fréquenté des personnes de ce clan durant tout ce qu'elle considère comme son enfance. Et tous étaient des félins, ce qui est tout de même une drôle de coïncidence. La sauvage est également intriguée par cette façon qu'à Kanna de rouler les "r". Un léger sourire naît sur ses lèvres, signe que la présence de la féline est très appréciable, et qu'elle lui fait déjà oublier ce petit moment de terreur. La rougeoyante ne réagit pas aux contacts de la blanche, n'ayant rien à craindre des femmes, et n'ayant pas non plus un esprit pouvant imaginer autre chose derrière de simples gestes de compassion et se voulant rassurants. Lorsque la jeune femme s'excuse de ne pas l'avoir aidée, la Chûnin se sent gênée. Elle n'est pas responsable des agissements des soûlards de Kumo, et la faiblesse d'esprit de la Sendai est la principale raison de ce qu'il s'est passé. Un sourire dévoile alors la parfaite dentition de la rouge, qui montre que rien n'est à pardonner.

"Merci pour ton aide, mais pas la peine de t'excuser, tu n'y es pour rien. Je m'appelle Hanae, d'ailleurs. Je crois que ces hommes m'ont fait oublier la politesse..."

Elle rougit un peu, très rapidement, trop habituée à demander aux autres de se présenter sans le faire au préalable, dernièrement. Les propos qui suivent sont les bienvenus, et la flamboyante compte bien ne pas rester ici plus longtemps. La petite histoire de Kanna est mignonne, mais ne fonctionnera pas avec le passif de celle qui lui fait face, malheureusement. Ses yeux croisent ceux de la métamorphe, qui semble lire en elle comme dans un livre ouvert. Tout ceci s'avère assez gênant, cette sensation d'être observée, sondée, mais si la change-forme a ce genre d'habitudes, il n'est pas évident de le lui reprocher, et la rouquine ne dit rien. Elle regarde la main tendue avec un peu de surprise, ne sachant quoi en faire. Elle manque sans doute une partie de l'énigme, mais tend la sienne, pensant qu'il s'agit d'une simple invitation à la saisir. Il n'y a rien de bien étrange pour elle, tenir la main de quelqu'un n'étant certes pas dans ses habitudes, mais n'ayant aucune connotation différente. Elle obéit donc, et entraîne la chatte en dehors de la ruelle, pour se retrouver en quelques instants dans l'une des artères principales de la cité des nuages.

La simple présence de la féline a réussi à faire oublier à la sauvage ce qu'il vient de se passer, et même une fois immobilisée ici, elle ne lâche pas sa main. Ceci est sans doute une façon inconsciente de faire face à son traumatisme : la dernière fois que des hommes l'ont approché de telle sorte, il n'y avait aucune main pour l'aider. Alors cette fois, la serrer semblait être une façon pour son subconscient de s'assurer qu'elle ne va pas retourner dans cette cellule, sur cette paillasse, pour n'attendre qu'une chose : la mort. Oui, la mort plutôt que de revivre ces dizaines de minutes de pur supplice, de la pire des tortures qui soit. Si sa vie avait pu se terminer avant d'atteindre ce moment, elle l'aurait sans doute mieux accepté.

Mais l'instant présent est tel quel, et désormais, tout ceci est passé, et ne reviendra pas. Perdue dans ses pensées depuis bien trop longtemps, la rouge relâche finalement la main de Kanna, et la regarde avec de gros yeux ronds. Elle serre ses mains entre elles, et regarde autour d'elle, comme pour chercher un moyen de fuir son embarras. Ses rubis se fixent sur un point précis, et sa main pointe dans la même direction. Telle une enfant, elle tourne lentement la tête vers cette sauveuse, et lui demande, des étoiles plein les yeux:

"Je veux t'offrir des yakitoris... pour te remercier... Tu en veux ? Sinon, n'importe quoi d'autre..."

Son ventre émet un son assez net qui trahit ses vraies intentions. Elle est affamée : la peur, ça creuse l'estomac.




Dernière édition par Sendai Hanae le Mar 11 Juin 2019 - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 3:27

Tendrrre la patte.


Hanae. Le nom de la fleur abîmée par le temps. La vie ne l’a pas épargnée, tout semble aller dans cette direction. Kanna pourrait lui expliquer, s’ouvrir un peu, mais on ne panse pas les blessures d’une personne en lui montrant les siennes. On s’en approche, peut-être, mais cela ne permet pas de tout corriger. Si l’hybride veut la sortir de sa torpeur, il lui faudra l’écouter, la suivre, être présente sans faillir. Comme toujours, le chat écoute, le chat observe, le chat se fait une place dans le cœur de l’Homme et attend patiemment son heure pour briller. Cette femme a besoin d’une fourrure sur laquelle se reposer.

Kanna lui sourit quand elle réalise que leurs mains ne se sont toujours pas séparées. Maladroite, gênée, dans une situation bien trop adorable pour ne pas la voir comme une rose fragile, elle reprend ses mains et les serre l’une contre l’autre. La blanche ne réagit pas et suit le mouvement de son doigt. Des Yakitoris ? De la … De la nourriture ? Il y a tout de même une hésitation dans la voix. Un doute. Il s’efface à toute vitesse quand son estomac se met à grogner violemment. L’hybride s’approche une nouvelle fois et pose sa main sur les siennes.

« Je mange tout et n’imporrrte quoi ! Mais tu as l’air d’avoir plus faim que moi, alorrrs … Allons-y sans perrrdrrre de temps ! »

La mimique sur ses lèvres s’affirme, plus douce encore. Ce petit monstre est affamé, et il y a de quoi. Ceci dit, peut-elle vaincre Kanna sur son propre terrain de jeu ? La blanche n’a pas parlé de son estomac sans fond, elle préfère laisser le mystère. Peut-être que voir une aussi petite femme avec autant d’appétit va la troubler, qui sait ? Ou la faire rire ? Ou la pousser à se demander, tout de même, pourquoi elle a accepté de l’emmener dans un restaurant. Qui sait ?

Kanna presse sa main sur celles de la rose rouge, puis les relâche. Elle se met en marche avant elle, pour impulser le mouvement, sans jamais creuser la distance entre leurs deux corps. La proximité d’un autre être est peut-être la meilleure façon de calmer sa terreur passée ? Juste pour un instant, le temps que la tempête se calme. L’hybride progresse jusqu’au restaurant et pousse la porte, invitant Hanae à entrer avant elle. Une fois dans son dos, Kanna revient rapidement à ses côtés pour ne pas la brusquer. On ne sait jamais, après un tel événement, peut-être que les contacts par surprise la gênent ? La Chûnin ne sait pas, elle ne fait que supposer. Peut-être est-ce une erreur, qui sait ?

Une fois à ses côtés, elles sont toutes deux rejointes par un serveur de grande taille, poli et bien habillé. Il leur demande si elles veulent une table pour deux, ce à quoi Kanna répond rapidement par la positive. Pas besoin de plus de détails, il les laisse donc aller s’installer après avoir pointé un coin, au fond du restaurant, où la lumière est plus douce et les gens, plus éloignés.

Kanna dépose une main sur le bras de la rose rouge et caresse sa peau du bout des doigts.

« Tu t’installes où tu te sens le mieux, je peux m’asseoir n’imporrrte où. »

La blanche laisse Hanae choisir sa place et se met en face. Pas contrariante, elle ne bouge pas et attend tranquillement. Un chat, certes, mais un chat bien élevé. Se tenir en société est une valeur importante aux yeux de l’hybride.

Elle dépose ses prunelles droit dans les rubis de la rose. Tout en elle témoigne de sa force, des possibles épines qu’elle n’a pourtant pas pu dévoiler. Un traumatisme profond, qui doit être là depuis des lustres. Kanna décide de ne pas embrayer sur ce sujet et de partir sur autre chose, de tout à fait différent. La harceler de questions n’est sûrement pas la bonne méthode pour l’aider à se sentir à son aise.

« Merrrci, pour l’invitation ! Tu n’y étais pas obligée. Maintenant, tu vas voir comme je mange beaucoup … Et tu te demanderrras sûrrrement si tu as bien fait d’inviter un estomac sur pattes comme moi, ohlala. »

La blanche détourne le regard pour contempler le sol, faussement gênée. Une petite blague, glissée comme ça. En réalité, Kanna voit dans cet instant une réussite complète pour la jeune femme aux cheveux rouges, qui a réussi à gagner son cœur par sa douceur et sa générosité. Offrir de la nourriture à une grande mangeuse, voilà une bonne idée.

« Alorrrs, Hanae, as-tu des passions ? Lirrre, écrrrirrre ? Tu n’avais pas l’air surrrrprrrise, tout à l’heurrre, tu savais que j’étais un chat parrrticulier … Quelque chose t’a mis la puce à l’orrreille ? Ma taille, peut-êtrrre ? »

Kanna penche doucement la tête. Centrer la conversation sur Hanae et elle en même temps, quitte à devoir se dévoiler un peu pour faire disparaître la peine. Un instant, même court, sera suffisant. Pour relever la tête et être capable d’affronter demain, il faut déjà voir le bon aujourd’hui. Et Kanna se prête volontiers au jeu.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Mer 12 Juin 2019 - 12:27
Kanna accepte l'invitation d'Hanae, qui est secrètement très contente de pouvoir aller se régaler avec un bon prétexte, qui ne soit pas lié à son appétit naturellement immense. La rouge ne se doute cependant pas que la féline a elle aussi un gouffre à la place de l'estomac, et que tout son argent risque d'y passer. Mais la situation précédente était telle que ce petit sacrifice n'est pas grand chose, après tout, dieu sait comment elle aurait pu finir si ce gros matou n'était pas arrivé pour faire fuir les mâles. Après que la jeune femme ait accepté, elle ne dit plus rien et prend les devants en direction du restaurant, suivi de très près par la Sendai. Difficile d'imaginer qu'elle a vécu une situation lui rappelant son plus grand traumatisme, à peine quelques minutes auparavant, hein ? Mais elle a appris à vite oublier le mauvais, surtout quand il n'est rien par rapport au passé. De ce fait, même si son corps n'a probablement pas retrouvé tout son calme, son esprit quant à lui est calmé.

Une fois dans le restaurant, la rougeoyante se crispe de manière minime et totalement imperceptible au contact de la main de Kanna, mais se calme d'elle-même, n'ayant aucune peur des femmes, qu'il s'agisse de contacts physiques ou de mots. Elle obéit à sa sauveuse, et se place dans une position où elle aura le moins de monde possible dans son dos. Toujours surveiller les autres, c'est une notion qu'elle tient de son éducation par les Yasei, qui, en tant que troupe nomade, ne pouvait se permettre de ne pas prendre garde à tout ce qui les entourait. La Yasei présumée avoue enfin qu'elle a un appétit hors normes, et fait semblant d'être gênée par cela. Mais la sauvage lui répond par un sourire franc et amusé, ne regrettant pas une seconde sa proposition. L'argent, c'est quelque chose de matériel, alors que la vie humaine... est inestimable.

La jeune femme démarre la conversation par des questions. Une nouvelle amitié se profile ? L'une des premières, sans doute, pour la flamboyante. Tenter d'en apprendre sur quelqu'un est somme toute une façon de créer une relation, sinon, cela n'aurait aucun intérêt, du moins pas aux yeux de la Chûnin. Ce n'est donc pas quelque chose qui rebute la manipulatrice du chakra pur, qui répond comme toujours : de manière franche, et en soutenant le regarde de son interlocutrice.

"Je n'aime pas particulièrement la lecture, si ce n'est pour apprendre quelque chose de nécessaire ou d'utile. J'aime la chasse, et me balader au grand air. J'aime découvrir de nouvelles cuisines, de nouveaux plats, et aussi m’entraîner... Au départ, c'était pour me défendre, mais maintenant je trouve ça vraiment génial !"

S'entraîner pour ne pas redevenir celle qu'elle était, bien évidemment, mais aussi pour protéger d'autres comme elle. Finalement, cela n'a pas servi à grand chose puisqu'elle a dû être sauvée, encore. Concernant l'autre question, sur sa perspicacité, elle ne peut pas inventer de belles histoires, et rester dans une honnêteté complète semble être la meilleure solution.

"C'est vrai que ta taille, en forme animale, n'est pas commune. Mais si ce n'était que cela, ou le fait que tu parles, je pense que j'aurais imaginé avoir à faire à un animal mythique, et cela m'aurait choquée. Je connais des gens comme toi, ils se font appeler Yasei, et ont tous l'aptitude de se transformer en un animal. Ceux que j'ai côtoyé étaient également des félins, comme toi."

Mais Kanna n'est pas une connaissance de la rouquine, il y a donc peu de chances qu'elle ait appartenu à la branche de ce clan qui l'a recueillie, dix-neuf ans auparavant. Après tout, Keiko racontait souvent à Hanae que ce clan est immense, mais aussi très disparate, et qu'il est rare que des troupes se rencontrent. Mais d'où vient cette féline ?

"Je ne me trompe pas, sur ta nature ? Ta famille est-elle avec toi, ici, à Kumo ? Et, c'est une question pouvant paraître stupide, mais pas tant que ça finalement : en as-tu rencontré beaucoup, des Yasei ?"



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Lun 17 Juin 2019 - 21:58

Tendrrre la patte.


Une chasseresse goulue et bagarreuse. La première réponse de la demoiselle incarnate séduit Kanna, qui voit en elle une forme humaine de ce qu’elle peut être. La bagarre est quelque chose qu’on ne peut pas refuser, jamais, même contre quelqu’un de plus fort que soi. Les enseignements sont généralement tirés de combats contre des élites, ou des gens qui mettent le combattant en difficulté. Ainsi, Kanna n’a peur de rien, certainement pas de livrer bataille contre qui que ce soit, qu’importent les circonstances. Quant à la nourriture … L’hybride n’a plus besoin de faire valoir sa réputation. Elle est un gouffre sans fond, qui fait la joie des commerçants et la dépression des cuisiniers. Ils sont bien payés, ils ont de belles primes, mais ils doivent tant travailler quand elle apparaît. Son adorable bouille de petite fille plaît à certains, fait peur à d’autres. Kanna hoche doucement la tête.

La rouge reprend la parole, explicitant désormais ce qui lui a permis de comprendre qu’elle n’était pas un animal comme les autres. Au fur et à mesure de l’explication, un nom propre se détache de tous les autres mots. « Yasei ». Il tombe, là, dans son oreille, heurte son esprit dans chacun de ses recoins. Son cœur manque un battement. Kanna inspire profondément. Ses mâchoires se crispent naturellement, aussi discrètement que possible. Yasei. Ce nom qu’elle a oblitéré depuis si longtemps, qu’elle a enfoui au fin fond de son esprit pour ne jamais l’entendre de nouveau. Mouvement de tête vertical, pour lui signaler qu’elle comprend. Oui, son explication se tient.

Son cœur continue de battre à folle allure. Son esprit est submergé de petites histoires sombres, de souvenirs écartés qui ne reviennent que plus forts. Son traumatisme. Sa réalité. Les paroles de Hanae reprennent, remettent le doigt sur cette réalité plus que douloureuse. Sa famille. Et les autres ? En connaît-elle d’autres ? Kanna baisse les yeux. Ses prunelles azurées se perdent sur la table pendant un instant, sûrement trop long pour n’importe quelle personne qui lui parlerait. Elle inspire, expire, ferme les yeux. Ses mains se crispent sur ses genoux.

Les Yasei. Sa famille. Les autres.

Kanna ne veut rien raconter de sa vie. Elle ne veut pas se dévoiler. Elle ne veut pas revenir sur son passé, pas avec une inconnue, aussi innocente et adorable soit-elle. Cette femme n’appartient pas à son monde, elle ne peut pas apprendre son histoire. L’hybride pensait être capable d’ouvrir un peu son cœur, mais non. C’est impossible. Ça va trop vite.

Ses iris se relèvent et viennent chercher les yeux incarnats. Ils s’y déposent, s’y mêlent, brûlants d’une colère sourde. Hanae n’y peut rien, elle n’a rien demandé, finalement. Mais Kanna ne peut pas. Elle a beau essayer, du plus profond de son être, c’est impossible pour elle.

« Je ne suis pas une Yasei. Je suis une hybrrride, oui. Mais je ne suis pas et ne serrrai jamais une Yasei. »

La minette est incapable de réagir différemment. Un spasme secoue ses épaules. Une nouvelle fois, ses yeux dérivent. Faut-il répondre au reste ? Prendre le risque d’exploser et lui en mettre plein les dents, quand elle n’a rien demandé ? Hanae est venue en toute innocence, avec des questions candides qui ne visent pas à la blesser. Kanna inspire profondément pour faire taire ses démons. Elle sourit.

« Désolée, mais je n’ai aucune envie de parrrler de Yasei, ou de famille, ou autrrre. Je peux répondrrre à toutes tes autrrres questions, mais pas celles-ci. À l’avenir, peut-êtrrre. Je suis vrrraiment désolée. »

C’est rattrapé comme possible. Elle ne sait pas si c’est suffisant, ni si cela va la vexer ou non, mais peu lui importe. En mettant le doigt sur cette réalité, Hanae a déclenché tout ce que la métamorphe garde enfoui au plus profond d’elle-même, sans pour autant s’en rendre compte. Kanna ravale les larmes qui menacent de l’engloutir et se concentre pour maintenir la mimique sur ses lèvres. C’est difficile, mais pas impossible. Il suffit de croire en ce si simple sourire, de lui donner sa chance.

« Je veux bien êtrrre un hérrros pour la jourrrnée, mais j’aimerrrais rester un hérrros avec toute sa prrrestance, c’est un peu bête, mais c’est imporrrtant pour moi. »

Elle penche la tête.

« Un jour, peut-êtrrre que toi aussi, Hanae, tu serrras mon hérrros. Ce jour-là, alorrrs peut-êtrrre que nous pourrrons parrrler de Yasei, et de ma famille. En attendant, mangeons ! »

Le serveur arrive à table. Polie, Kanna fait signe à Hanae qu’elle la laisse commander en première. C’est elle qui paye, après tout.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 12:12
La curiosité est un bien vilain défaut, selon certains. Hanae n'a jamais compris pourquoi on lui a souvent répété que poser des questions comme elles lui viennent n'est pas toujours judicieux. A la façon dont réagit Kanna suite à ses diverses interrogations, la rouge ne tarde pas à regretter son zèle et son entrain. Elle n'en veut pas à la féline de ne pas répondre, loin de là, mais elle s'en veut d'avoir pu partir sur une voie où cette hybride pleine de vie commence à l'être beaucoup moins. Une corde sensible, et d'après la façon dont elle insiste sur cela, c'est probablement le sujet le plus difficile à aborder pour elle. Alors la Sendai pense à sa propre histoire, et se met à la place de la métamorphe, se disant que dans une situation similaire, si on lui avait demandé de raconter ce qu'il s'est passé avant qu'elle n'arrive à Shitaderu, elle n'aurait sans doute pas réussi à contenir ses émotions, ou peut-être que si, au fond, difficile à dire. Néanmoins, et même si la jeune femme a compris qu'il ne faut pas en parler, elle ressent une curiosité énorme à ce propos, elle qui adore savoir tout ce qu'il y a à savoir. Qu'a-t-il pu arriver à cette fière kunoichi pour qu'elle semble haïr les Yasei, ou au moins le rejeter du plus profond de son être ? Une question qui restera en suspens, pour l'instant.

"Je comprends, il n'y a pas de mal. Tout le monde a des secrets, des choses qu'ils ne feront pas savoir au premier inconnu venu. J'en ai également..."

Elle en a, et n'en parle à personne, qu'il s'agisse d'inconnus ou non. Son esprit vagabonde nouveau, avant qu'elle ne soit tirée de ses pensées par l'arrivée du serveur. La rougeoyante accepte volontiers l'invitation de son interlocutrice à commander la première. Il ne lui faut pas longtemps pour s'imprégner de la carte et choisir. Elle veut d'abord une mise en bouche, et de par son appétit habituel, elle sait qu'elle risque de prendre autre chose après, de toute façon. Alors elle regarde l'homme, et avec tout le respect dont elle arrive à faire preuve en présence de ce mâle, malgré tout sans dévoiler sa belle dentition, elle donne son choix.

"Je vais prendre douze brochettes au bœuf, et douze brochettes au poulet. Et du saké avec cela, s'il vous plaît."

Elle regarde à nouveau Kanna, lui indiquant qu'elle peut choisir à son tour ce qu'elle veut manger.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 2:50

Tendrrre la patte.


Compréhensive. Cette jeune femme ne pose pas plus de questions. Elle écoute, acquiesce, ne la relance pas sans raison. Kanna la gratifie d’un large sourire. Les deux traumatisées, assises face à face, prête à se péter le bide sans aucun scrupule. C’est quand même un tableau particulier. Finalement, cela lui convient très bien. Leurs blessures existent, les deux Chûnins le savent, mais ni l’une, ni l’autre n’a envie de les exposer. Elles sont là où elles sont, très bien où elles sont. Un jour, peut-être, leurs capes tomberont et elles se dévoileront l’une à l’autre, alors elles se découvriront réellement, avec leurs stigmates et leurs progrès. Pour l’heure, néanmoins, les protections sont intactes et ne tendent pas à disparaître.

Le serveur note la commande d’Hanae, qui a l’air de se contenir. Douze brochettes, bœuf et poulet. C’est pas beaucoup, ça. Elle pourrait quand même commander plus, non ? Non … C’est une fille bien, la princesse grenat, elle y va progressivement. Kanna réfléchit un instant : faut-il faire pareil ? Non. L’hybride aime quand tout est là. Elle n’aime pas attendre entre deux prises. Faut manger, manger, manger, manger, manger encore jusqu’à ce que l’estomac demande grâce. Alors elle inspire et, tout sourire, mêle ses prunelles à celles du serveur, qui a très bien compris qu’il allait passer un sale quart d’heure.

« Je vais vous prrrendrrre deux bols de nouilles sautées aux légumes, un bol de riz blanc, un autrrre de riz au vinaigrrre. J’aimerrrais également des brrrochettes, dix au bœuf, dix au poulet, quinze au bœuf et au frrromage. Ajoutez à ça un bœuf à la sauce piquante et un poulet au currry. Et … Pour la boisson … Un vetrre de lait à la frrraise, s’il vous plaît. »

Il arque un sourcil. Non seulement elle parle bizarrement, mais en plus … Enfin, quand même … La commande gagne en intensité, il note, note, note, puis s’arrête. Il la fixe, dubitatif. Kanna rit doucement et hoche la tête. Elle …

« Oui, oui, un lait frrraise. »

Il hausse les épaules. Bah ! Si c’est ce qu’elle désire, il n’a pas le droit de le lui refuser. La blanche reprend place sur sa chaise. Les iris azurs passent alors sur la princesse aux prunelles rubis. L’hybride est satisfaite. Le pauvre serveur s’est pris la bouffie du quartier, il n’a pas vu ce qui lui arrivait sur la face. Il s’en souviendra longtemps. Kanna pousse mollement la frange qui lui tombe sur la figure.

« Merrrci d’êtrrre aussi comprrréhensive. D’autrrres m’aurrraient déjà harrrcelée de questions. Je pense que toi et moi savons mieux que quiconque qu’il existe des jarrrdins secrrrets qui … doivent le rester. Pour notrrre bien comme celui des autrrres. »

Elle tend doucement la main pour attraper celle d’Hanae. Son sourire est devenu un peu plus malicieux.

« Pour autant, même si je ne sais pas tout, je ne compte pas te laisser seule avec tes peines, au moins pour aujourrrd’hui. »

Les fins doigts de Kanna caressent la peau sous la sienne, doucement, avant de s’échapper.

« Quoi qu’il en soit ! Parrrlons de choses plus réjouissantes. Tu es ici depuis longtemps ? Comment tu te sens ? Par rapport aux autrrres perrrsonnes, à ta vie de ninja, tout ça ? »

Changement de sujet ! Disparition presque instantanée du sérieux dont l’hybride faisait preuve, pour laisser place aux jolis sourires et aux conversations banales, qui ne servent qu’à apprendre à connaître l’autre et se divertir un peu. Paraît que quand on rencontre quelqu’un, c’est ce qu’il faut faire, alors autant y aller et se donner à fond !


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 21:44
La commande de Kanna est différente de celle d’Hanae. Elle ne peut retenir un sourire amusé lorsqu’elle entend tout ce que la féline décide de prendre. Un véritable gouffre, comme elle l’avait annoncé un peu plus tôt. La Sendai ne craint pas vraiment pour son porte monnaie, et du moment que son invitée mange tout, il n’y a aucun problème pour elle à l’idée de régler une note un peu importante. Le gâchis la dérangerait au plus au point, ceci dit. D’un autre côté, l’incarnate ne paie pas souvent à manger aux autres, et n’est de ce fait pas en difficultés financières. Ce qui l’étonne un peu est le lait fraise, breuvage dont elle n’a jamais entendu parler. Les couleurs qui lui viennent à l’esprit la font sourire de plus belle. Le lait est blanc, la fraise est rouge, quelle meilleure boisson que celle-ci pour un repas entre l’immaculée et l’écarlate ? Sans doute est-ce une coïncidence, sinon un signe, mais peu importe pour la sauvage qui garde simplement en tête le côté comique de cette situation, quoi qu’un peu poétique, selon la façon de voir la chose.

Des remerciements, ensuite. Hanae les comprend, mais se demande si elle peut les accepter. Elle n’a pas fait taire sa curiosité pour recevoir une quelconque gratitude, mais simplement par respect. Le contact de la main de la douce femme à la chevelure nivéenne ne la surprend pas, comme la dernière fois d’ailleurs. Elle se laisse faire, sans rien rendre en retour, n’étant pas contre l’idée que certaines personnes soient tactiles, mais n’étant pas non plus du genre à toucher autrui de cette manière. Elle ne dit simplement rien, et écoute, laissant ses rubis affronter les saphirs de la métamorphe, dans un duel plutôt doux et sans aucune hostilité. Son seul mouvement est un hochement de tête approbateur lorsque l’hybride parle de jardins secrets. Celui de la Kazejine est très secret, mais chacun à ses histoires, et nul ne pourrait juger si la personne qui lui fait face a un passé plus sombre encore que le sien.

Kanna arrête de tourner autour du pot, sur un sujet dont toutes deux ne veulent point parler, et décide de s’attaquer à une conversation déjà plus intéressante. Enfin, si elle avait su, elle aurait évité de l’orienter sur l’arrivée d’Hanae à Shitaderu, qui a été une suite directe à son traumatisme. Cette dernière ne se décontenance pas, et sourit de plus belle, préférant montrer son plus beau visage à son héros, plutôt qu’une mine triste.

« J’ai passé plus d’années hors de ces murs qu’à l’intérieur. Lorsque je suis arrivée, on l’appelait encore Shitaderu, même si cela n’a pas duré bien longtemps ! Je m’y plaît beaucoup, même si je n’arrive pas à être totalement à l’aise ici. Qu’en est-il de toi ? Qu’est ce qui t’a menée ici ? Et… pourquoi le lait fraise ? »

Des étoiles dans les yeux, la jeune femme change de sujet en un instant. Deux questions n’ayant aucun rapport entre elles, mais sa curiosité fait parfois surgir des choses intéressantes, même si cela tourne plus souvent à l’absurde, avec elle...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 0:11

Tendrrre la patte.


De sourires en sourires, la conversation évolue peu à peu vers autre chose. Effacées les questions sur le passé de Kanna, sur sa nature de félin, pour finalement donner naissance à d’autres interrogations, en apparence plus légères. En apparence, seulement. Hanae admet avoir passé plus de temps loin de Shitaderu, ou Kumo, que dedans. La blanche se voit dans ses paroles. Elle penche la tête, toujours aussi souriante. Cette femme a beau être son opposée totale, avec ses prunelles rougeoyantes et sa crinière de feu, elles sont pourtant bien plus proches qu’elles ne l’imaginent. Leurs traumatismes sont différents, mais leur nature les rapproche également. Kanna ne se rend pas encore compte de tout ce qu’elles peuvent avoir en commun … Ni de tout ce qui peut les rendre différentes, d’ailleurs. Une terre inconnue, qui ne demande qu’à être découverte, à force de patience et de tendresse.

« Oh ! Je suis arrrivée aprrrès toi, alorrrs ! Quand Kumo était déjà Kumo. On m’avait parrrlé de Shitaderrru, ceci dit. »

La blanche hoche la tête, amusée. Le fameux village qui acceptait les étrangers, où elle pourrait se rendre pour trouver une nouvelle maison. Ses pensées voguent vers Raizen, qui lui avait vanté ce village pendant leur rencontre … Et qui avait eu raison, d’ailleurs. Kanna ne le remerciera sûrement jamais assez.

« Pour ma parrrt … Je suis parrrtie de Kaze, il y a trrrès longtemps. J’ai fui le déserrrt pour cherrrcher une autrrre maison, moins dangerrreuse. Aprrrès avoir trrraverrrsé prrresque tout le Yûkan, j’ai fini par m’établir ici, à Kumo. Comme je te l’ai dit plus tôt, on m’a parrrlé de Shitaderrru pendant mon voyage, je savais donc plus ou moins à quoi m’attendrrre. J’ai quand même voyagé avant de venir, pour êtrrre cerrrtaine de ne rien manquer. »

Tout dire sans rien dire pour autant. L’art de s’ouvrir sans trop le faire, pour ne pas trop en dévoiler à son sujet. Kanna accepte de faire quelques pas en direction de cette jeune femme, mais elle a peur que cela la perde. Que cela lui porte préjudice. On ne sait jamais, si même son propre père a été capable de ruiner sa confiance, que dire d’une inconnue ? Elle ne la connaît pas assez pour s’engager sur cette voie.

La métamorphe rit doucement en repensant au lait fraise. Aaaah, le fameux. Toute une histoire.

« Pourrrquoi le lait frrraise … Eh bien, je suis un chat, finalement. Le lait, c’est doux, c’est frrrais, c’est bon. Pendant mon voyage, une petite fille m’en a donné. Je n’ai jamais cessé d’en boirrre. »

Fuu, dans toute sa candeur. Kanna y repense avec un sourire. Ces souvenirs sont maintenant des plaisirs. La cause qui a mené à ce voyage est triste, certes, mais tout le reste l’a marquée de la meilleure des manières. Elle balaye ses songes et se concentre de nouveau sur son interlocutrice, intriguée.

« Tu as dit ne pas êtrrre totalement à l’aise, ici … Je ne vais pas te fustiger pour ça, au contrrrairrre ! Tout ne peut pas êtrrre parrrfait. Néanmoins, je me demande pourrrquoi tu ressens ça. Est-ce que c’est à cause du pouvoir en vigueur ? Ou de ce qui a pu se passer ce matin ? »

Le serveur arrive, les mains chargées de leurs boissons. Un premier pas vers la nourriture … Le signal que le reste ne saurait tarder. Kanna le gratifie d’un signe de tête pour le remercier, avec son éternelle mimique sur les lèvres. Quand il s’éclipse, elle repose ses prunelles sur sa comparse.

« Évidemment, je comprrrendrrrais si tu ne veux pas en parrrler. C’est sûrrrement quelque chose de complexe. Néanmoins, si tu as un quelconque prrroblème et que je peux t’aider, quelle que soit la manièrrre, surrrtout, n’hésite pas. Il ne faut laisser perrrsonne derrrièrrrre, jamais. »

Hanae est peut-être une inconnue, pour le moment … Elle reste une Kumojine. Une membre de son village. Une petite partie de cette grande meute, envers et contre tout.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 11:26
Hanae laisse ses doigts caresser le bois rugueux qui compose la table sur laquelle les deux jeunes femmes vont dîner. Aucun malaise, aucune gêne, simplement un félin qui lui fait face, et qui a ses secrets, mais qui ne se retient pas de parler pour autant. L’immaculée paraît si simple au premier abord, pourtant sa vie n’a pas dû être aussi aisée que l’on peut penser. Les personnes ayant des vies simples n’hésitent pas à se livrer et à répondre à de simples questions, mais ce n’est pas le cas de la métamorphe, qui semble avoir un réel problème avec son appartenance aux Yasei. De mémoire, la Sendai sait que ceux qu’elle a côtoyé en étaient fiers, de leur clan, ce qui rend d’autant plus étrange ce semblant de honte, enfin, si c’est de la honte qu’elle ressent. Heureusement pour les deux, les questions gênantes semblent évitées, et chacune accepte sans broncher de ne pas s’attarder sur des sujets pouvant être considérés comme sensibles et très personnels. La rubiconde a aussi une part d’ombre qu’elle ne veut pas divulguer à la première venue, après tout.

La changeforme est aussi une étrangère, ce qui, en un sens, ne choque pas la rouquine. Beaucoup de ses semblables viennent de Kaze, tout comme la rougeoyante, même si cette dernière n’est pas capable des mêmes prouesses avec son corps que ceux qui l’ont accueillie à l’époque. D’ailleurs, l’hypothèse des origines de la blanche est vite confirmée, sans même que l’adoptée du désert n’ait à demander. Le danger de cette étendue de sable n’est pas une nouveauté, pour l’écarlate, qui hoche la tête inconsciemment à l’écoute de ces mots. Elle se souvient bien, qu’alors âgée de six ans, elle avait été la plus heureuse des petites filles lorsque le groupe a décidé de quitter cette chaleur étouffante pour faire le « tour du monde ». Son tour à elle n’a duré que six ans finalement.

« Oh, tu viens de Kaze ? Nous avons à peu près le même âge, et nous avons vécu au même endroit ! Pourtant je ne t’ai jamais vue… Le désert est immense, c’est fou ! »

La Chûnin laisse échapper un petit rire, la situation étant vraiment cocasse. Au fond, toutes les personnes capables de se changer en animal viennent du même Berceau, ce pays inhospitalier et aride, essentiellement composé d’un grand désert de sable jaune, et se demander leur origine en les rencontrant n’est pas si judicieux. Peut-être existe-t-il des exceptions ? La flamboyante ne dit rien de plus sur le sujet, parce que ce qui l’a menée ici n’est pas chose dont elle veut parler. Enfin, entre le départ du pays du vent et ces événements tragiques, il y a eu de beaux moments, également. Elle écoute attentivement les raisons pour lesquelles la semi humaine aime ce breuvage qu’elle a commandé, et sourit joyeusement en les entendant. C’est terriblement adorable, comme histoire.

Puis viennent de nouvelles questions, parallèlement à l’arrivée des boissons. Dégustant son saké, en y trempant le bout des lèvres, Hanae se demande si elle doit répondre honnêtement à cette question. Mais sa sauveuse ne semble pas vouloir se servir de cela contre elle, et ce n’est pas non plus un sujet de trahison, après tout.

« Ce qu’il s’est passé ce matin n’était pas grand-chose. Je n’ai pas peur des hommes en général, ils me dégoûtent juste. Je n’ai pas ma place ici, ma famille n’est pas là, et je ne sais même pas s’ils sont en vie ni où ils sont. C’est de là que vient mon malaise, même s’il n’est pas insurmontable. »

La rouge se livre, et pourtant garde le plus important pour elle. Les raisons, les liens entre tout cela, eh bien, ça ne regarde qu’elle. Elle prend une nouvelle gorgée du saké, et vient plonger ses rubis dans les prunelles de la Kumojine qui lui fait face.

« A ton tour, mais tu n’es pas obligée de répondre pour autant, c’est juste de la curiosité. Pourrais-tu donner ta vie pour quelque chose, ou quelqu’un ? Pour ce village, pour un ami, pour une cause ? »


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Dim 14 Juil 2019 - 23:56

Tendrrre la patte.


Deux âmes venues du même endroit, qui pourtant ne se sont jamais croisées. Certains disent que le monde est petit, pour d’autres, il semble infiniment grand. Dans leur cas, il s’agit plutôt de cette situation. Kanna s’amuse de la scène, sans savoir quoi en dire. Oui, elles proviennent des terres arides de Kaze, ces longues étendues de sable qui ne pardonnent à aucun voyageur intrépide. Leurs chemins ont tous deux commencé là-bas, au creux des grains dorés. Et pourtant, voilà qu’elles se rencontrent bien des années après, dans un village à l’opposé de leurs origines. L’immaculée hausse doucement les épaules. On ne peut pas rencontrer tout le monde, n’est-ce pas ? Le Yûkan est une autre de ces vastes entités, comme dans les livres. Il y a tant de mystères qui y sont abrités, tant de visages qui y vivent … Difficile de tous les rencontrer. Heureusement, une incartade déplaisante est intervenue dans leurs petits univers respectifs … Pour donner naissance à un moment, hum, plaisant ? Kanna trempe les lèvres dans le verre de lait fraise.

Les questions défilent, les histoires se racontent, les lèvres se délient, alors que la nourriture disparaît petit à petit. Une raréfaction menée en silence par les deux goinfres qui empilent dans leurs estomacs la quantité d’un restaurant chacune. Sans même s’en rendre compte, l’hybride a déjà fait disparaître plus de la moitié de sa ration. Manger vite, manger bien. Pas forcément manger sain, mais ce n’est qu’un détail.

Une autre brochette tombe au cimetière stomacal, perdue au milieu des autres.

La princesse grenat se dévoile de plus en plus. Une femme qui n’a pas peur des hommes, mais qui en est dégoûtée. Quel genre d’histoire peut mener à un tel sentiment à leur égard ? Kanna arque un sourcil. Quand on sait que certains d’entre eux peuvent être de véritables merveilles, comment peut-on, un jour, en arriver à les repousser ? Mais ce n’est pas ça qui la dérange. Ni le pouvoir en vigueur, d’ailleurs. C’est le manque. L’absence de sa famille. Elle ne sait rien d’eux. Un mince sourire apparaît sur les lèvres de la blanche. Ah, ce serait une sensation connue, si toute sa famille ne s’était pas retrouvée décimée par son père. Mais elle la comprend. Être si loin de tout, si loin de sa « maison », c’est quelque chose de vraiment difficile. Kanna penche doucement la tête.

« Oui … Je comprrrends. J’espèrrre que tu les retrrrouverrras, et qu’ils vont pour le mieux, en tout cas. »

Des mots tendres, provenus du fond du cœur. Elle aura beau dire, la métamorphe considère tout de même la famille comme l’entité la plus importante de cet univers. On ne la choisit jamais, on la porte sur ses épaules, comme un bonheur ou un fardeau. Si la sienne est un poids, celle d’Hanae a l’air de lui manquer. Elle ne peut pas rester insensible à une telle déclaration. Ses songes vont vers ces gens qui ont vécu avec la rouge pendant son enfance, qu’elle a perdus, en leur souhaitant le meilleur. C’est très peu, mais ce n’est pas comme si elle pouvait faire davantage.

La demoiselle reprend de plus belle, avec une question bien plus personnelle. Un sourire étire les lèvres de Kanna, large comme un croissant de lune. Ses iris céruléens se déposent sur le bracelet autour de son poignet, frappé du symbole familial des Tadao. Y a-t-il vraiment quelqu’un pour qui Kanna sacrifierait sa vie ? Jusqu’où sa loyauté va-t-elle, finalement ? Les prunelles quittent le bijou, jusqu’à se perdre dans un autre type de joyaux.

« Je pense que je pourrrais. Dans cerrrtaines cirrrconstances, je serrrais prrrête à me battrrre pour Kumo, au point d’y laisser ma vie. Attention, j’ai bien dit ‘Kumo’, la nuance est imporrrtante. »

Son visage se pare d’une mimique plus malicieuse, comme si elle mettait la jeune femme dans la confidence. Kanna trempe les lèvres dans le verre de lait, pour en prendre une lampée.

« Quant à quelqu’un … Oui. Il existe des gens pour qui je pourrrais me battrrre jusqu’à en mourrrir. Mais les cirrrconstances sont imporrrtantes, encorrre une fois. Je chérrris ma vie, évidemment, mais il existe des gens qui sont nécessairrres à ce monde, prrrobablement plus que moi. Ou au moins une perrrsonne pour qui je serrrais prrrête à mettrrre ma vie en jeu, et plus encore, si c’était possible. »

Ses yeux se reposent sur son bracelet un instant, avant de repartir aussi vite.

« Néanmoins, si mourrrir pour quelqu’un a l’air honorrrable, il faut se souvenir que, lorsque nous ne serrrons plus, ces gens vivrrront avec le poids de notrrre disparrrition. Alors, même si on est prrrêts à leur offrrrir ce que nous avons de plus cher, il faut surtout êtrrre capables de ne pas en arrriver à ces extrrrémités. Êtrrre aussi forrrts que possible pour que jamais notrrre vie ne nous soit arrrachée. »

La blanche penche de nouveau la tête. La malice s’est éclipsée de son visage, pour laisser place à une grande bienveillance.

« Si le courrrage est la forrrce mystique qui trrransforrrme nos rêves en réalité, alorrrs la forrrce est celle qui perrrmet d’êtrrre témoin de cette réalité nouvelle. »

Comme une enfant, Kanna se saisit du verre de lait et le termine. Elle récupère des moustaches blanches, au-dessus de ses lèvres. Avec un sourire de gamine, l’immaculée prend la serviette et les essuie.

« Tu penses qu’un jour … Nous pourrrons vivrrre sans crrraindrrre notrrre voisin ? Redevenir des civils, tous ensemble. Ou au moins avoir une cause commune … »

La nostalgie fait disparaître toute innocence de son visage, comme un courant d’air. Les idéaux toujours trop enfantins de Kanna, qui ne cessent de ressurgir quand elle réfléchit à leur univers. Au fond, le monde serait plus beau, si tout cela s’arrêtait … Mais cela peut-il s’arrêter ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Mer 7 Aoû 2019 - 14:52
La nourriture va et vient, les plats commandés disparaissent les uns après les autres, sans qu’Hanae ne réfléchisse au fait que c’est son propre argent qui va s’envoler après cette rencontre. Elle est très intéressée par ce que raconte Kanna, et bien qu’elle ne manque aucune miette de ses plats, elle ne rate pas non plus une miette des propos de l’immaculée. Un léger sourire, malgré tout assez triste, apparaît sur ses lèvres lorsque la féline lui souhaite de retrouver sa famille. Cela fait sept ans, et elle n’a pas l’impression qu’elle les reverra un jour, mais les mots font du bien, un peu de bonté dans ce monde n’est pas quelque chose sur lequel il faut cracher, alors la sauvage acquiesce, elle accepte ce geste, ces mots, et de toute façon, ce n’est pas son genre d’envoyer paître quelqu’un qui se veut compatissant envers elle. Enfin, si ce n’est pas un jeu, ou de la manipulation, mais dans le cas présent, elle sait qu’elle peut croire, et n’a pas de raisons d’en douter.

Laissant de côté sa propre histoire, ses origines et ses pensées, la rougeoyante écoute la métamorphe répondre à sa question très indiscrète. C’est une petite victoire pour sa curiosité que la demoiselle donne suite à cette question, et elle se trouve absorbée par les mots qui jaillissent, les uns après les autres, de la bouche de la jeune femme. La rubiconde ne comprend pas exactement où elle veut en venir en insistant sur Kumo. Ne peut-elle pas donner sa vie pour un Kumojin ? Ou pour un autre village, si elle y était ralliée un jour ? Ou alors attache-t-elle une importance à la patrie, plus qu’au lieu lui-même ? Quoi qu’il en soit, c’est une vision bien différente de celle de la Kazejine. De son côté, elle pourrait se battre jusqu’à sa mort pour protéger les plus démunis du village, mais si elle estime que leurs vies ne sont pas en danger, alors elle n’a pas de raisons d’y laisser la sienne. D’ailleurs, son raisonnement s’applique à différents cas de figures, et même si elle aime ce village qui l’a sauvée, elle ne pourrait y rester si la politique changeait drastiquement, celle de Reiko étant déjà moyennement tolérée par l’adoptée du désert.

Faisant fi de son interrogation sur la précision de la blanche, la Sendai continue d’écouter, le passage sur la « personne » étant probablement plus intéressant. Si le passage concernant les personnes « importantes à ce monde » n’est pas partagé par la flamboyante, contrairement à l’idée de se sacrifier pour un être aimé. Oh, Hanae voit bien quatre personnes pour qui elle se sacrifierait sans hésiter. Ses parents, sa jumelle, et cette amie d’enfance qu’elle espère revoir un jour. Enfin, rien ne lui assure qu’ils soient tous encore en vie, son histoire personnelle prouvant bien qu’aucune vie n’est sûre dans les terres du Yuukan.

« Eh bien, tu as des valeurs impressionnantes, Kanna. Je n’ai jamais réfléchi au fait que des personnes puissent être nécessaires à ce monde. Non pas que je le nie, mais cela ne m’avait pas traversé l’esprit… »


Le fait d’y réfléchir lui fait dire que les personnes auxquelles peut penser la change-forme sont de puissants ninjas, ou des diplomates ingénieux, voire quelques seigneurs des différents pays. Toutes ces personnes n’ont pas vraiment d’intérêt pour l’écarlate, qui pourrait les défendre avec vigueur, et de toutes ses forces, sans pour autant mettre sa vie en jeu. La question qui suit est assez philosophique, et laisse la Chûnin perplexe. Son avis sur ce sujet est assez tranché, et elle ne se retient pas de le faire savoir.

« Je ne peux donner de réponse très générale, sur ce sujet, mais mon avis est que c’est impossible. Il existe plusieurs types de personnes, dans le Yuukan. Ceux qui font facilement confiance et ceux qui gagnent facilement la confiance. Ceux qui ne font pas confiance très facilement, et ceux qui n’inspirent pas confiance. Ces quatre groupes ne sont qu’une esquisse simplifiée de ce qui existe, mais rien que sur ce point, il devient difficile d’imaginer pouvoir être totalement serein. Pour ma part, il faudrait que je connaisse chaque individu de ces terres personnellement pour finalement m’estimer sereine à l’idée que personne ne viendra m’attaquer. »


La jeune femme marque une pause, son avis est exposé, mais cela ne concerne qu’elle, elle a cependant une vision plus large, et sait à quel point sa perception est extrême.

« Je ne suis qu’une personne, et les choses ont fait que je ne peux pas accorder ma confiance si facilement, mais d’un autre côté, bon nombre de personnes sont tout bonnement mauvaises, et profitent de personnes bien plus naïves que moi. La confiance se gagne, et les différences entre les individus engendrent cette situation où un monde utopique ne peut exister : il est impossible que les guerres cessent, que nous redevenions tous des civils… En fait, j’en viens à penser que la seule solution pour y parvenir serait de plonger chaque personne du Yuukan dans un genjutsu qui régirait toute chose. Mais même cela est impossible… »


Hanae s’arrête, essoufflée par cette longue tirade, et se rend compte que ses propos peuvent être perçus comme vraiment pessimistes. Mais ils sont pourtant factuels, et quiconque se penche sur la question ne peut qu’en venir aux mêmes conclusions. Seul un, ou une, imbécile pourrait croire qu’une unification quelconque puisse exister.

« Souhaites-tu commander autre chose ? Pour ma part, j’ai suffisamment mangé, mais si tu as encore faim, n’hésites pas ! »


L’invitation à continuer est aussi une proposition de mettre fin à cette rencontre. Finalement, ces quelques moments ont été éprouvants, et cette dernière question l’a été d’autant plus, et la Sendai aimerait pouvoir aller se reposer un peu, avant de retourner s’entrainer, pour devenir encore plus forte, comme à son habitude.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Ven 9 Aoû 2019 - 14:03

Tendrrre la patte.


Un sourire étire les lèvres de l’immaculée. Hanae n’a probablement pas compris où elle voulait en venir. Les personnes importantes à ce monde ne sont sûrement pas celles auxquelles la rouge pense. À vrai dire, personne ne pourrait savoir à qui pense Kanna sans la connaître. Pour elle, Meikyû Raizen, Ikeda Sazuka, Tadao Sora et Nara Kansei sont des noms qui résonnent comme des identités utiles à cet univers. Néanmoins, ces êtres ne sonnent peut-être pas autant aux oreilles d’autres personnes. Au fond, c’est très bien, parce que la formulation de Kanna laisse planer le doute. Alors, patriote ou loyale à ses amis ? La deuxième solution, évidemment. L’hybride mord dans un yakitori bœuf au fromage, qu’elle triture du bout des dents avant de le dévorer.

C’est au tour de la jeune femme face à Kanna de se manifester. Peut-on réellement faire confiance à son voisin, selon elle ? La discussion s’arque autour d’une réponse particulièrement pessimiste. Hanae a dû vivre bien des aventures pour en arriver à ce point. La métamorphe ne lui posera pas de question, elle ne veut pas être indiscrète, mais sa vision est forcément mue par un passé complexe, qui ne lui laisse pas la possibilité de voir la bonté des hommes. Enfin, de l’Homme de manière générale paraît plus approprié dans leur cas. Hochements de tête. Kanna acquiesce, écoute. Ses solutions semblent radicales et complètement irréalisables. Il n’y a pas de moyen d’unifier le Yûkan, l’hybride ne peut qu’être d’accord. Néanmoins, plonger tout le monde dans un Genjutsu ? Non … Il faudrait simplement améliorer les liens de chacun avec les autres. Mais peu importe l’angle sous lequel cette idée est regardée, elle ne rime qu’avec le terme « utopie ». Or, tout le monde sait pertinemment quelle connotation a ce mot …

Kanna hausse les épaules. Elle ne comprend que trop bien ce que ressent la princesse grenat qui lui fait face. Leur univers est trop particulier pour espérer qu’il soit paisible. Faire confiance à son voisin, c’est s’exposer à récupérer un couteau dans le dos. Espérer des relations mondiales calmes et pacifiques, c’est prendre le risque que tout explose. Il faut être fort. C’est tout ce que la blanche parvient à tirer de cette conversation. Le Yûkan demande à ses habitants d’être puissants, de ne pas se laisser abattre ni d’être des cibles faciles à vaincre. Tout le monde doit apprendre à vivre dans le danger, avec le danger, contre le danger.

Ses songes cessent lorsque la voix d’Hanae traverse ses pensées. Manger encore ? Kanna sourit. Oui, elle mangerait bien davantage ! Mais ce ne serait que pure gourmandise. À vrai dire, elle a très bien mangé. Son estomac est plein, tout ce qui atterrirait dedans serait superflu. Elle s’étire longuement.

« Non, merrrci de la prrroposition ! À vrrrai dirrre, entrrre la nourrriturrre et la converrrsation, je pense que nous avons autant rempli nos têtes que nos estomacs. Je suis trrrès contente de t’avoir crrroisée, les cirrrconstances ne sont pas les meilleurrres, mais c’est tout de même une rencontrrre plaisante et intérrressante. »

Quand le chat rencontre un autre petit chat. Plus fragile, en apparence. Plus doux, aussi. Kanna la prendrait bien sous son aile, mais elle est convaincue que sous cette carapace brisée se cache un potentiel incroyable. Il n’attend que de s’éveiller un peu plus, toujours plus.

« J’imagine que je ne vais pas te retenir plus longtemps, du coup ! Je pense que tu en as beaucoup vécu pour aujourrrd’hui, et moi aussi. Puis, bon, j’ai quand même quelques petites choses à fairrre, ahah. Je te passe les détails, ce n’est pas frrranchement intérrressant. Encorrre merrrci pour le repas ! »

Pour un être extérieur, ça ne l’est jamais.

« Je t’accompagne jusqu’au comptoir, puis nous nous séparrrerrrons à la sorrrtie ? »

Une rencontre qui se termine comme toutes les autres, finalement. Même si Kanna a gagné à manger, ce qui est tout de même exceptionnel. Les deux femmes se lèvent et quittent la table. La note est salée, aussi garnie que la table l’était. Kanna a un sourire gêné. Elle mange beaucoup, vraiment beaucoup. Par politesse, l’hybride glisse quelques pièces supplémentaires pour le service, qui était impeccable. Après quoi, les deux femmes prennent la direction de la sortie. Nouveau sourire, plus doux cette fois, comme un croissant de lune.

« Prrrends soin de toi, Hanae. »

Une petite phrase, comme ça, glissée sans sous-entendu. Pleine de bienveillance. Et leurs chemins se séparent, comme au tout début. Qu’adviendra-t-il de cette jolie jeune fille ? Malheureusement, les heures sombres pour Kumo approchent … Et nul ne sait ce qu’il adviendra du village lui-même. Alors à l’échelle d’une demoiselle seule ? Rien n’est moins incertain.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Tendrrre la patte. [Hanae] Empty
Dim 22 Sep 2019 - 0:42
La conversation arrive indéniablement à son terme. Tout a une fin, mais toute fin n'est pas entièrement mauvaise, ou bonne. Ici, les deux femmes n'ont plus rien à se dire, du moins, ce qui a été dit est suffisant, et Hanae écoute la féline refuser sa proposition de manger plus avec un certain soulagement. La journée a été longue, et les émotions ont été présentes. Une rencontre intéressante est survenue, aussi, est la jeune femme s'en souviendra plus que du reste, après tout, les comportements animaux des mâles ne sont pas nouveaux, mais une véritable amie à Kumo, ça c'est une chose à retenir. Elle ne dit rien, et hoche la tête, obéit à ce que Kanna dit, jusqu'à arriver au comptoir, pour payer. La note lui arrache une grimace, qu'elle dissimule tant bien que mal, et elle paie ce qu'elle doit, en donnant plus ou moins la totalité de son argent, ou du moins celui qu'elle a pris sur elle. Par chance, elle avait prévu de faire du shopping, sinon elle n'aurait pas eu les moyens de payer tout cela. Pour les vêtements, ce sera pour une prochaine fois, sans doute, après quelques missions pour se remettre d'aplomb. Elle se retourne alors vers la Yasei refoulée:

"Eh bien, pour moi aussi, c'était un plaisir. Je ne sais pas si nous trouverons réponses à nos questions respectives, mais j'espère que nos routes se recroiseront, même si j'ai peu de doute là-dessus."

Une fois dehors, les derniers mots de l'immaculée font sourire l'écarlate, qui les retourne aussitôt:

"Toi aussi, prends soin de toi, et j'espère que l'on se reverra sans ce genre d'événements pour initier une discussion."

D'un signe de la main, elle salue cette nouvelle connaissance, peut-être une amie, ou simplement une personne qu'elle ne reverra pas, mais au moins elle a une bonne impression d'elle, et compte bien rester souriante en sa présence, si leurs chemins se croisent de nouveau. Mais pour l'instant, la Sendai est sur le point de partir en mission, pendant quelques jours, et à son retour, tout pourrait changer irrémédiablement... Enfin, la sauvage ne voit pas dans le futur, et ne peut se douter de rien, elle ne peut qu'espérer que tout ira bien pour les quelques personnes qu'elle apprécie, ici. Son chemin se trace devant elle, et la mènera jusqu'à sa demeure, quelques dizaines de mètres plus loin, où elle pourra se poser, mais surtout se reposer.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Tendrrre la patte. [Hanae]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: