Soutenez le forum !
1234
Partagez

From Helheim to Valhalla


From Helheim to Valhalla Empty
Mar 28 Mai 2019 - 18:03


Suite directe de Event 4 - 2/Final

Mu progressait dans les ruines de Kumo pour se présenter à un géant aux yeux aussi laiteux que les siens et à la chevelure d'albâtre. Cet esprit blanc avait été enfermé pour avoir tenté de réparer un tort par un parjure. Mais la captivité d'hier brillait aujourd'hui de l'éclat d'une émeraude convoitée, et à travers la condition de Nobusada l'Illégitime, L'Empire y trouverait surement la représentation de ceux qui composeraient une partie de leur nouvelle armée.

L'aveugle prit les devants et avait fait son choix quelques instants plus tôt, sur cette place, perdu au beau milieu d'une foule partagée. Et depuis cet instant, son esprit n'eut de cesse de divaguer au travers des récits des oubliés de la Foudre. Certains, comme Nobusada, méritait une visite et l'aveu d'un pacte à signer par le sang. Il l'avait senti combattre une fois et la mémoire de cette unique rencontre lui suffit pour s'engouffrer dans une prison en grande partie dépeuplée.

La perte d'une guerre à peine entamée fit voler en éclat la hiérarchie des Nuages, grippant les rouages d'une administration et la stabilité de tout le système. Une confusion de courte durée que saisit le trentenaire pour embobiner les gardes et se faire guider jusqu'à la cellule du guerrier fantôme, à travers l'odeur humide d'une prison obscure et les relents acides des âmes déchirées.

Mu s'assit devant les barreaux, ses yeux clos marqués du noir des écrits interdits et en partis voilés par les volutes d'une clope pendue à ses lèvres, puis laissa sa voix aussi brisée que l'esprit de son interlocuteur traverser la pièce jusqu'à ce dernier.

-"On change de camp pour l'Empire du Feu. T'en es, Nobusada ?" La question ne souffrait d'aucun suspens malvenu, car l'audition du guerrier prisonnier lui avait déjà apporté toutes les réponses à ce qu'il s'était passé dehors.

Spoiler:
 



_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

From Helheim to Valhalla Empty
Mer 5 Juin 2019 - 12:58
From Helheim to Valhalla B7uf
L'Empire du Feu - Kumogakure


… et un homme se présenta devant le fantôme vaporeux qui attendait dans sa cage, tel un spectre embusqué dans sa propre tombe convoitant la lumière du jour. Il observa cet intrus curieux, silhouette sombre et sauvage, moine spirituel en pèlerinage sur la route du cosmos, comme s'il s'était extirpé d'un territoire céleste. Derrière Mu, toute la Cité des Sciences semblait être un dieu agonisant sous la botte d’un autre dieu : un nouveau dieu promu, beaucoup plus fort, un géant qui ne souffrait aucune frontière, aucune concurrence. Reliquat d'une ère morte, la tête de Reiko se balançait sous la main d'Araho Daiki et incarnait tristement le passage à un monde nouveau, un monde gouverné par le feu d'une vengeance qui avait plongé ses crocs dans la gorge de cette régente d'acier. Cette conclusion était celle d'une épée rigide qui avait fondue sous la flamme d'un immense brasier.

« Tương lai là đây ». L'avenir est là.

La cité de Kumogakure avait ployé sous l’autorité de l’Empire du Feu qui avait déferlé comme une meute sur un animal blessé. L’élève brumeux du Kôgen, ce mercenaire incarcéré attentif au moindre bruit, savoura avec un plaisir malsain la chute des remparts de la cité des nuages tandis que s’élevait tacitement cette clameur victorieuse d’un peuple vengeur, triomphant d’une ère maudite fustigée par les persécutions d’un territoire qui se prétendait foudroyant, mais qui n’avait finalement fait que trembler devant le fauve grossissant qui avait refermé sa mâchoire sur sa gorge. Bête terrifiante, cité fébrile, la proie avait été décapité dès que le carnassier avait fait craquer sa nuque. Un peu plus loin, dans la pénombre des geôles de la cité qui était tombée, Mu rencontra Nobusada.

Il ne fallut que quelques mots fins et bien placés pour aboutir à un accord qui s’était déjà conclu dans le silence d’une rencontre opportune qui s’imposait comme l’évidence que quelque chose de bien plus fort que les vulgaires mortels qu’ils étaient avait guidé ce moment. Tous deux habités par de transcendants esprits, les mercenaires ne purent que docilement obéir à cette régence onirique qui les avait conduit jusque-là, passant de calvaires en calvaires, de déboires en déboires, pour aboutir à cette immense destinée qui leur était promise.

Plus que des hommes marchant dans des corps charnels, c’est deux âmes baignant dans la lumière qui se rencontrèrent. Dans l’ombre noire des prisons de feu Kumogakure, deux esprits pâles flamboyèrent dans une dimension invisible, un combustible et son comburant, la mèche et la flamme. Ne manquait plus que la dynamite.

« Si le Kôgen t’a conduit jusqu’à moi, inutile de tenter de me convaincre. Nous ferons grandir la flamme d’Araho Daiki. »


Cependant qu’il affirmait sa volonté de quitter le Kaminari pour l’Empire du Feu, Nobusada resta immobile dans le siège froid de sa posture méditative, qu’il avait adopté depuis le début de l’immense bataille, et qu’il conserverait jusqu’à ce que se présente le nouvel intrus qui passait la porte de la prison de Kumogakure en même temps que les deux baroudeurs religieux s’accordaient sur leur fanatisme réciproque.

Le trio serait ainsi complet.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

From Helheim to Valhalla Empty
Dim 23 Juin 2019 - 13:27
Alimenter le brasier de l'empire, ainsi s'ébruitait leur sombre ambition dans l'obscurité et l'humidité d'une cage souterraine, comme avilie par le lieu lui-même. Le duo pâle porté par leur piété pure, œuvrerait à la frontière d'un ésotérisme forgé du chaos. Quelle belle promesse, tandis qu'à la surface, l'inconnu bradé de rouge faisait volt face une fois l'entrée de la prison passée et rebroussait chemin. Ignorant la raison initiale l'ayant poussé à entrer ici, Zai rengaina ses sabres et poursuivit sa route incertaine dans les rues de la Cité, l'esprit piégé d'une mémoire trouée.

Pieux, fou, sanguinaire et intrépide. Retrouvant sa grandeur passée, le trio s'unirait et soufflerait de nouveau sur les braises d'un royaume aussi puissant que craint. Pas maintenant, pas ce jour. Mais tôt ou tard.

Sans autre mot ni interrogation, l'aveugle lia ses mains d'un signe interdit et de son encensoir maudit fila l'odeur corrosive d'une fumée aussi gloutonne qu'insatiable. La vapeur s'immisça dans le creux du verrou retenant Nobusada dans l'insignifiance d'une pièce sans avenir et le fit fondre. L'acide coula le long des premiers barreaux et lorsque l'ouverture fut suffisante pour laisser passer le corps du chanoine du Kôgen, Mu délia ses mains.

-"De l'obscurité nait la Lumière." Et avec elle, les ombres démoniaques des envoyés des Dieux. Le trentenaire se releva et agita un fin écran de fumée tout autour de lui, en remplacement de ses yeux morts. "Nous avons une première épreuve à franchir, mon ami, celle d'entrer dans les rangs de l'Empire à la place qui nous est due."

Le temps passé sous les verrous ne pourrait être rattrapé, mais certaines vengeances permettaient à l'esprit d'en simuler la portée. Mu laissa son acolyte prendre les devants et décider du sort des Kumojin et gardes qu'ils croiseraient.

-"À toi l'honneur !" Et en toute circonstance, il se rallierait à son jugement dévot.


_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

From Helheim to Valhalla Empty
Sam 29 Juin 2019 - 1:28
From Helheim to Valhalla B7uf
L'Empire du Feu - Kumogakure


Gloire des dévots. Elévation des apôtres. Respectant la courbe tacite d’un destin tracé, ligne imaginaire dans les couloirs du temps, les deux zélés fracturèrent la paroi invisible qui les séparait de leur vertueuse illumination. La rencontre était prodigue, promesse historique incarnée dans la force des choses : poussés par une volonté immatérielle, les deux émissaires du chaos devaient se rassembler à ce moment précis. Au tréfond de la déchéance de Kumo, dans les méandres du cataclysme, ils se reflétèrent l’un et l’autre, symétriquement, dans le miroir de la Foi.

Dehors, la violence et le fracas des corps récitaient un psaume diabolique. Dans la profanation des guerres, les hommes s’illustraient dans leur meilleur domaine : celui de l’avarice, d’une course effrénée vers la possession et le pouvoir. Une pulsion impétueuse qui les gouvernait dans leur plus subliminale vocation. Des litres et des litres de sang étaient déversés dans les rues, inondant le pavé ; les guerriers ruisselant de sueur sentaient la charogne et vociféraient de grossières absurdités, pavés d’insultes jetés dans un étang de malédiction ; les civils hurlaient de terreur, de chagrin, ou de colère, au gré de l’immonde oppression ; Kumogakure devenait une jungle où ne régnait plus que cette loi sordide du Talion. Oeil pour oeil, dent pour dent.

Dans la prison régnait toutefois un silence souverain qui dessinait de froides brumes opaques, comme si cet endroit était coupé du reste du monde. Les deux illuminés se réconciliaient dans un instant d’harmonie cabalistique : les raisons de cette alchimie recherchée en l’honneur de déités impalpables demeuraient floues, mystiques. Pourtant, quelque chose les avait bien guidé là. Cette fameuse Résonnance ?


« Une vie reste une vie, et potentiellement un fidèle de plus. Ne commettons pas d’impudentes tragédies, si vous le voulez bien, mon frère, noble chantre de sagesse. Si tenté que les hommes acceptent d’être sanctifiés et de se convertir à notre religion, acceptons leur reddition. S’ils ne recherchent que la mort toutefois, alors honorons-les de leurs souhaits, mais n’oublions pas de leur accorder quelques prières. »



L’être lunaire se leva, fantôme humain au teint blafard. Frêle, il se déplaça lentement jusqu’à portée de l’aveugle, lui qui entendait sans doute autant de choses que lui. Un garde arriva qui brandît la lame d’un katana, les mettant en garde.


« Halte-là ! Je ne vous laisserais pas sortir d’ici vivants ! »



Les deux prêcheurs contemplèrent à l’unisson ce malheureux justicier enhardi de sa fonction et réclamant la dévotion des deux olibrius fanatiques. Malheureusement, ces derniers ne semblaient accorder leur service qu’à leurs dieux vénérés.


« Guerrier. Posez votre arme. Accordez-nous un instant de votre vie pour que nous vous révélions la vérité de ce monde. »
« Tu te fous de ma gueule ?! Espèce de schizophrène de mes deux ! Retourne dans ta cellule où je t’étripe, bâtard ! »
« Navré, mais je ne puis accéder à vos faveurs. Il semblerait que la mort soit le seule rite initiatique qui vous permette de baigner dans l’aura du Kôgen… camarade, vous pouvez libérer votre fougue. »



Conclût-il en invitant Mû à abattre leur ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

From Helheim to Valhalla Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 18:12
Alors le voile vaporeux et corrosif fusa sur la proie, rongeant peau et vêtements dans un hurlement mauvais. Le corps du garde, dépossédé de son épiderme, finit par s'écrouler sur lui-même, libérant par la même occasion le passage aux deux envoyés d'outre-tombe.

L'un priait la lumière, l'autre les démons, mais dans l'interstice séparant leurs deux dévotions s'entremêlaient respect et compréhension mutuelle. Car tous deux savaient le poids du péché, tant pour l'avoir payé que pour l'avoir absout. Ils connaissaient les sentiers d'une douleur plus profonde que celle de la simple chair et s'affairaient pour transmettre ce savoir à qui se prêtait à leur enseignement.

Le dévot et le maudit progressaient ainsi à travers les corridors rocheux d'une prison souterraine, presque vide. La lueur des torches plaquées contre ces parois illuminait par intermittence leurs visages blafards, comme une danse macabre qui peignait sur leur peau les atrocités commises... et celles à venir. En cet instant, leur expression ne transpirait plus qu'une unique conviction, une certitude aussi simple que pernicieuse et à laquelle seuls les Maîtres de ce sépulcre pouvaient prétendre : la quête des âmes égarées débutait.

Au détour d'un ultime virage dans cette crypte, l'un vit l'éclaircie du grand jour et l'autre, en sentie les rayons caressaient son visage. Pourtant, la sortie fut condamnée par deux silhouettes armées, deux gardes qui s'interposaient sans autre ambition que d'occire l'évadé et son complice.

Une pause marqua tout de même l'instant, comme une trêve tandis que l'air se chargeait d'une tension palpable. L'instinct leur criait à tous que le combat était inévitable, mais seul l'aveugle posa des mots sur cette évidence. "Mon ami, je crains que le Kôgen ne trouve nulle ferveur chez eux, sinon celle de deux calotins."

L'un des deux gardes chargea tandis que le second préparait de ses mains agitées la promesse d'un jutsu mortel. Par réflexe, Mu libéra son encensoir et d'un mouvement de poignet l'envoya sur le plus éloigné. Une fois au contact, les flammes de son arme jaillirent et brûlèrent d'une faim dévorante la cible. Le châtiment d'une purification par le feu se poursuivit tandis qu'un corps à corps s'était engagé entre Nobusada et son assaillant.

Autant par déférence que par expérience, le mercenaire Hijin se décala de plusieurs mètres pour libérer l'espace à son camarade. Il savait également que le son restait une arme redoutable en pareil lieu exigu, une arme qui ne distinguerait ni allié ni ennemi et plongerait l'aveugle dans l'une de ses pires hantise... prendre ses distances pour amoindrir toute onde sonore éventuelle restait la meilleure chose à faire.

_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174

From Helheim to Valhalla Empty
Mar 10 Sep 2019 - 16:42
From Helheim to Valhalla B7uf
L'Empire du Feu - Kumogakure

« ... »


La pendule avait assez tangué. L’heure était venue. Chaque pas qui le menait vers une probable évasion lui semblait être la conquête d’un nouveau territoire, et l’hypothèse de cette liberté avait un goût infiniment exquis, si grand qu’il avait l’étrange sensation qu’au bout du parcours, le monde lui appartiendrait. Pourtant, affaibli, il ne pouvait progresser sans cette mystérieuse béquille invoquée par un hasard indiscernable, qui jouait avec les fils du destin dans une brume que les pontifiants ne pouvaient éclaircir, mais dont ils demeuraient les dévoués admirateurs. Tout reposait sur les épaules de l’émancipateur qui était venu d’entre les ombres pour le tirer son mutisme carcéral. Il allait sans dire que, comme s’il était le récipiendaire de l’éternité, le squelette de Nobusada s’était fragilisé en laissant passer les jours et les nuits sans pouvoir s’évader de ce vortex temporel.

Son coeur n’était donc pas imperméable à l’auguste soutien de Mû, chevalier de tous ses espoirs, expiateur des maux de ce monde et valet des démons.

Nobusada suivit l’aveugle qui était paradoxalement devenu son guide jusqu’à la lumière dont seule sa rétine pouvait être inondée. En cet instant de découverte et de chaleur, laissant derrière lui ses cauchemars de quatre milles années d’attente dans le couloir des roches brisées aux parfums de granit, il renaissait. La procession des fantômes ressuscités avait fini de remonter des enfers jusque dans la réalité, clôturant la cérémonie maléfique. Ainsi pouvait débuter le pèlerinage de la foi et du renouveau.

Le triomphe initiatique des damnés.

Le premier pas au dehors brisa le monde cauchemardesque dans lequel il avait été enfermé d’un séisme planétaire qui enterra dans son dos des siècles de silence et d’immobilité et le propulsa sur une terre fraîche et nouvelle, n’attendant que ce nouvel ange gardien. Trop habitués à l’obscurité, les yeux un peu timides du saint se réfugièrent sous ses paupières comme deux petites souris. Un peu comme s’ils n’y croyaient pas, ou refusaient de voir le paradis perdu, à présent retrouvé. Cependant qu’il tentait de s’accomoder à ce nouveau monde, le danger arrivait, et Mû terrassait le shinobi de leur désespoir dans un déluge de flammes. Le brumeux évadé força alors son regard à accepter cette nouvelle évidence. Quel bonheur de revoir sa terre d’origine. Il était temps, enfin, d’entrer en guerre.

Les mots pour exprimer le bonheur de son renouveau restèrent accrochés à sa langue et il ne put les sortir de sa bouche, dansant entre les coupes sagittales qui continuaient de courir après sa gorge, avec toute l’ardeur qu’un garde peut avoir pour enfermer le despote derrière les verrous. En vain. Son ennemi était déjà très loin. Son rêve tissait en secret les parures d’un espoir infâme.

La lame siffla dans l’air une nouvelle fois et l’ascète mis en quarantaine la para. L’arme cria de douleur dans un bruit strident lorsqu’elle rencontra la main couverte d’une peau électrique de Nobusada, la déviant de sa trajectoire. Le garde profita néanmoins de l’élan pour pivoter et en se retournant, asséna une frappe circulaire de l’autre sens, volte splendide lui permettant de frapper dans son dos et de livrer le coup fatal, livrant de nouveau sa larme lancinante à la gorge offerte de son antagoniste.

Quel triste sort. La tête de l’enfant de lumière tomba. Son corps, décapité, s’écroula sur le sol granuleux. Le garde laissa s’échapper un soupir de soulagement. Il avait imaginé un affrontement plus difficile. Il se mit en garde en insérant un kunai dans sa bouche et en enfermant le corps inerte de Nobusada dans un sarcophage de pierre, peints de sceaux visant à la sceller dans ce sépulcre. A présent, il lui fallait ôter la vie de Mû, et conclure cet affrontement sinistre.

Soudain, un goût ferreux et amer dans la bouche éveilla ses papilles. La situation était angoissante et en dépit de cette saveur inattendue, il ne pouvait commettre d’erreur d’inattention. Toujours en garde, il mit en joue ce Mû cabalistique, le plaçant dans le collimateur du premier coup d’estoc envisagé. S’était-il mordu la langue en frappant Nobusada ?

Soudain, la réalité se déforma dans une distorsion du paysage qui avala tout autour de lui. Il était allongé sur le dos. Au-dessus de sa tête planait le visage de ce prêtre incarcéré, celui qu’il avait décapité.

« Je prierais pour vous, pauvre homme. Vous ne faisiez que votre travail. Rassurez-vous, votre mort sera libératrice. »


Son ventre était ouvert et laissait couler un long filet de sang, dont la main du prêtre semblait maquillée aussi. Pratique divinatoire quelque peu… particulière. Les doigts du prêcheur avaient prédit un avenir bien sinistre dans les entrailles du garde. Un avenir beaucoup trop court, puisqu’il s’arrêterait peu de temps après leur rencontre.

« Camarade, entendez-vous cette clameur ? »


Question subsidiaire, lancée à son compère comme un pavé dans la marre, et n’attendant pas de réponse. La clameur était lointaine, très lointaine. Elle accompagnait l’exploit de Rei qui hissait la tête de Reiko à bout de bras.

« Semblerait-il que la lutte ait pris fin. Le vengeur vient d’abattre la pourfendeuse pêcheresse. Le village est tombé. Le début du nouveau monde commence ici. »


Comme deux nomades dans le désert, ils firent une pause, jetant leurs espoirs dans d’infinis horizons. La suite du pèlerinage n’était pas encore tracée : mais les territoires à conquérir semblaient être sans limites.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

From Helheim to Valhalla

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: