Soutenez le forum !
1234
Partagez

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan


Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Sam 1 Juin 2019 - 20:29

Le jour se levait sur l'immortelle cité militaire de Mizu. Les rayons du soleil peinaient à se frayer un chemin au travers de la brume qui nimbait le village, à l'instar de ceux qui avaient tenté de s'en prendre aux Kirijins. Néanmoins, avec l'été qui s'annonçait, nul doute que l'astre solaire reprendrait son bon droit. Avec sa venue referaient surface les maillots de bain, les plages de sable fin, et surtout le festival d'été.

Si tant est que la ville soit prête à l'accueillir. En l'état actuel, la cité ressemblait plus à un chantier qu'à une destination de vacances. Ils avaient vaincu, encore une fois; mais devaient se remettre des dégâts collatéraux des combats. Si peu avaient péri à Kiri, beaucoup de zones ont souffert de l'attaque de la bête immonde. Le raz-de-marée a inondé des celliers, échoué des bateaux... soit. Les guerriers de l'Eau n'en étaient plus à leur coup d'essai, et avec des gens comme Aditya dans leurs rangs, ils se remettraient d'aplomb d'autant plus vite.

Pendant que d'aucuns se pressaient sur les chantiers, Sabaru vaquait à ses propres occupations. Il n'avait pas de talent particulier permettant d'accélérer les constructions, contrairement à ses pairs érigeant des échafaudages de pierre ou des charpentes de bois çà et là. Il sortait de convalescence, bien que ce fut somme toute assez court, et n'avait par conséquent pas non plus l'envie de se tuer à la tâche. Non. Il avait bien mieux à faire; et surtout, il était en retard d'une bonne semaine sur un rendez-vous important.

Ainsi, il traversa tout Kiri, depuis sa bâtisse épargnée au nord du village jusqu'aux abords du port Naragasa, où se situait l'enseigne « Shi Sho » de tailleurs et d'orfèvres, la plus reconnue de Kiri de son temps. Qu'aurait-il bien à faire chez un tailleur, si ce n'est se faire confectionner une tenue de cérémonie, comme la majorité des clients du tenancier Kaneko ?

Donner matière à son premier objectif.

***

Lorsque le shoji coulissa sur son rail de bois, laissant entrer Sabaru, une profonde voix masculine l'accueillit depuis l'arrière-salle.

« Je me disais bien que quelque chose clochait, dans mes comptes. »

L'homme émergea de l'encadrement, vêtu assez simplement et portant une serviette trempée sur l'épaule gauche. Comme tous, il semblait avoir souffert de la crue soudaine des flots; si son atelier était impeccable, il était pour sa part bien mal en point. Kaneko ne se présentait jamais mal habillé, honneur de tailleur. Cependant, personne ne lui tiendrait rigueur de son écart, au vu des circonstances extraordinaires.

« Je m'excuse du retard, j'étais hospitalisé.
Je sais bien. Ton nom m'était inconnu, quand tu t'es présenté pour la première fois, il y a quelques semaines. Aujourd'hui, il n'est pas si rare de l'entendre au détour d'une discussion, concernant les récents événements, aux côtés de ceux des autres héros de Mizu, comme on vous appelle. »

Un sourire ténu éclaira les traits du Nō. S'il était fier d'avoir contribué à la survie de Kiri, il était surtout heureux de constater sa nouvelle notoriété, aussi partagée puisse-t-elle être. Le crédit lui permettrait d'avancer, et de sortir de la masse dans laquelle il s'était jusqu'alors terré.

« Allez, suis moi. Allons vérifier si cet attirail te convient bien. »

Toujours aussi modeste. Je serais étonné si je ressentais la moindre gêne, vu le travail de précision de cet homme, pensa-t-il en le suivant vers une pièce adjacente, où il pourrait se changer.

Face au miroir, seul, il laissa tomber sa vieille cape usée. Depuis qu'il avait détruit son manteau face au colosse à trois queues, il se l'était traînée sur le dos. Cette commande lui ferait le plus grand bien, lui qui plaçait l'esthétique sur un piédestal, tant qu'elle n'empiétât pas sur ses performances. Le kimono de jais qu'il enfila correspondait parfaitement à ses critères: ample, mais élégant; sombre, mais rehaussé par quelques rares décorations et broches dorées. Le col relevé couvrait sa nuque, mais s'ouvrait facilement. Le pantalon et les chausses qu'il enfila, s'ils semblaient quelconques face à son haut, ne juraient pas et conservaient la teinte aile de corbeau du reste de l'attirail.

Son regard s'attarda quelques instants sur le symbole cousu sur l'extérieur de l'épaule gauche de sa tenue. Il était parfait.


Il émergea enfin, transformé. Néanmoins, avant même qu'il n'ouvre la bouche, le tailleur l'interrompit.

« Attends. J'allais l'oublier. »

Kaneko disparut à nouveau, puis revint vers le Nō avec une petite boîte fermée. Il le contourna, alors qu'il restait interrogatif, puis lui réarrangea les cheveux. La fameuse touche finale du tailleur consistait en une attache d'apparat qui maintint sa chevelure, devenue bien longue, en une queue de cheval haute. Il tira un drap couvrant l'un des miroirs de la pièce principale de l'établissement, laissant à Sabaru tout le loisir de s'y regarder.

Apparence:
 

« C'est de la part de mon ami Yasuyoshi, de Hakari. Comme nous collaborons, il a fini par remarquer ton nom dans ma liste de commandes. Vu que tu lui as rendu service, il m'a fait parvenir cette coiffe comme cadeau. Ce n'est certainement pas très pratique, mais au moins, tu en as une pour les grandes occasions. »

Et dire que j'étais prêt à le tuer s'il nous trahissait... pauvre tailleur, pensa-t-il avec une pointe de regret. Il n'eut néanmoins pas le temps de se perdre dans ses songes, puisqu'un trait de lumière fendit à nouveau la pièce, venant de l'entrée.

« Eh bien, quelle journée ! Deux sauveurs de la patrie en moins d'une demi-heure. »

Le flair de Kaneko, qui ne le trompait jamais, impressionna à nouveau le chūnin; il avait reconnu la demoiselle qui faisait son entrée sans même se retourner. Lorsqu'il l'aperçut, le Nō inclina discrètement la tête, pour la saluer.

Voilà longtemps qu'il n'avait plus croisé Reikan. Leur dernière entrevue, dans le cadre d'une mission, commençait à remonter. Le reconnaîtrait-elle, dans ces nouveaux atours ?



_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Mar 4 Juin 2019 - 20:49
Nombreuses étaient les victimes de la Résonance, phénomène dont la source étaient encore inconnue pour une grande partie de la population mondiale. Si certains se trouvaient affectés vis-à-vis de leurs capacités, d'autres avaient noté des transitions physiques notables. Et la Fille du Vent n'avait bénéficié ni de l'un, ni de l'autre. Si du jour au lendemain, la plupart des êtres humains avaient vu leur existence prendre un tournant décisif, la féline, elle, n'avait pas changé d'un poil lorsqu'elle eut à se regarder dans le miroir. Mais cela semblait la satisfaire, dès que cette dernière eut vent des rumeurs autour des individus ayant perdu de leur puissance. Perdre sa faculté à se transformer en un animal aussi majestueux l'aurait sûrement profondément atteinte, l'obligeant à remercier les étoiles chanceuses pour l'avoir épargné. Finalement, les seules conséquences que cela avait pu avoir sur elle, ne se résumaient qu'à une perte de connaissance qui lui valu une courte convalescence et de simples vertiges survenant de temps à autre.

Néanmoins, tout ceci ne voulait pas forcément dire que la métamorphe n'avait pas effectué de démarches au sujet de son apparence depuis son arrivée à Kiri. Dorénavant Héroïne de Mizu, il lui fallait accélérer les choses. En effet, dès qu'elle fut promue Genin, la jolie brune avait passé commande auprès d'une des meilleures boutiques de tissus de l'Archipel, Shi Sho, pour redorer le blason familial, gage de traditions claniques et de coutumes guerrières dignes de la réputation que Shiroitora commençait à traîner derrière elle. Ainsi, après avoir laissé quelques jours s'écouler depuis l'attaque de la tortue, Reikan se rendit chez le maître tailleur pour les essayages. Ce fut avec surprise que la nomade foula le parquet de l'atelier et perçut une silhouette familière. Si son nouvel accoutrement et sa chevelure soignée ne lui disaient rien, sa façon de se tenir et les traits de son visage vinrent plomber le moindre de ses doutes ; il s'agissait bel et bien là de Nō Sabaru, son ami et partenaire académique. Tiens, où sont passés tous ses tatouages? Ses iris éthérées parcoururent l'intégralité de sa carrure sans l'once d'une gêne, avant de faire face aux dires du prétendu Kaneko, qui emprunta un ton mielleux face à elle.

« Bonjour. Veuillez excuser mon retard, j'ai...
Ohooh! Ce n'est rien, jeune fille. Je comprends qu'une personne telle que vous puisse avoir autre chose à faire que de venir s'essayer à de nouvelles tenues. D'ailleurs, votre paquet est arrivé. C'était une sacrée expédition, vous savez? Les hommes de mon collaborateur ont eu énormément de mal à traverser ce fichu Désert.
Désolée de vous avoir imputer une tâche aussi conséquente. Il est vrai que les matières que je convoitais ne sont pas trouvables à tous les coins de rue.
Ce n'est rien. Après tout, votre nom mérite bien que je déplace des montagnes pour satisfaire vos demandes, Yasei Reikan. »

Aussitôt dit, aussitôt fait, le gérant de la maison s'éclipsa dans l'arrière-boutique pour s'emparer du colis et revenir ; ses mains étaient d'ailleurs recouvertes par des gants blancs en soie, ce qui pouvait évoquer la curiosité du brun. De sa dextre agitée dans le vide, il intima la jeune femme à le suivre vers les cabines pour enchaîner sur les essayages, forçant Sabaru à attendre pour payer son dû. Une fois dans l'isoloir destiné à l'essayage, la kunoichi abandonna le haut de kimono sobre et le pantalon près du corps qui l'avaient accompagné jusqu'à lors. Tournée face au miroir, le rideau à son dos s'ouvrit en fente pour laisser passer les mains du tailleur sans qu'il ne puisse y voir, lui tendant un attirail d'une toute autre valeur. En ce sens, Reikan accorda un regard attentionné au blason cousu avec une main de maître à l'arrière de la tenue, avant que les couches de vêtements ne défilent sur sa peau pour finalement lui aller à la perfection. Une brève œillade à son doppelgänger miroitant lui eut suffit pour obtenir satisfaction ; a priori, ce blason semblait être le symbole idéal à ses yeux.

Nouvel emblème et nouvelle tenue:
 

Ses fins doigts vinrent caresser le tissu oriental et précieux qui ornait sa tenue ; un alliage de coton et de satin, le tout assemblé par du brocart, célèbre étoffe de soie surplombée de dessins brochés de fils d'or et d'argent. Le reflet de la lumière sur les écailles dorées de ses épaulettes pétilla jusqu'au plus profond du bleu roi des iris de la changeforme, qui à cette vue, en devenait presque nostalgique. Elle fut délibérément libérée de ses songes, à l'instant même où le noren fut ouvert par le couturier, qui continua son travail en vérifiant que l'accoutrement allait comme un gant à la svelte silhouette de la féline.

« Que dire? Cela vous sied à merveille. De toute évidence, ça aurait été fort dommage qu'une telle œuvre soit défaillante et ne vous convienne pas.
Merci pour votre travail.
Je vous en prie. Si vous voulez bien m'excuser. »

Reikan inspira un coup, laissant son souffle l'abandonner à la seconde d'après, comme venait de le faire Kaneko pour retourner dans l'arrière-boutique, où il venait d'être appelé par l'un de ses apprentis. Ses pupilles se baladèrent sur les parures exotiques couvrant en permanence sa longue chevelure détachée, avant de venir faire une fixette sur le reflet de Sabaru, dans le miroir qui lui faisait face.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Dim 9 Juin 2019 - 2:40

Installé confortablement sur un tabouret, le Nō attendit la Yasei dans la salle principale, tandis qu'elle se changeait. Le hasard les avait à nouveau poussés à se croiser dans un endroit incongru. Cette fois, il en avait même décidé qu'ils devraient se rencontrer sous des atours qu'ils ne se seraient jamais vus porter lors d'autres occasions. Pour le coup, le chūnin était content de son propre résultat; et la changeforme n'avait rien à lui envier, toujours selon son propre avis.

Leurs regards se croisèrent, dans le reflet du miroir dans lequel la demoiselle se regardait. Si ses oeillades appuyées ne lui avaient pas échappé, lorsqu'il se trouvait lui-même dans cette position, il ne se risqua pas à lui rendre la pareille. Pour moins que ça, elle lui en aurait collé une, et s'il ne la craignait pas, il la respectait assez pour ne pas l'embarrasser inutilement.

« Tes atours habituels me semblaient déjà distingués, Reikan. J'imagine que l'occasion ayant motivé ta commande est à la hauteur de l'allure qu'elle te donne. »

Sabaru afficha un sourire aimable, chose suffisamment rare pour être notifiée. Quant à ses quelques compliments, s'ils pouvaient facilement passer pour des banalités, il n'en était rien. Pour peu qu'elle ait cerné l'homme qu'était le Nō, Reikan comprendrait qu'il n'était pas du genre à brasser de l'air.

Il attarda son regard sur le symbole cousu dans le dos de la tenue de la Yasei, faisant écho à sa transformation féline. Les lèvres pincées, les sourcils froncés, il s'autorisa une demi-seconde de réflexion avant de relier le contact visuel.

« Ne me dis pas que c'est la célébrité qui t'est montée à la tête ? »

Sur cette boutade faisant référence à l'insigne de tigre blanc, il se fendit d'un petit rire moqueur. Il savait pertinemment que la demoiselle était pleine de valeurs, et que la luxure lui était étrangère. Il ne pouvait assurément pas en dire autant pour sa part, lui qui ne s'encombrait pas de valeurs qu'il qualifierait gentiment d'encombrantes.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Ven 14 Juin 2019 - 18:52
Si pour les sédentaires, fixer quelqu'un de la sorte aurait pu être mal perçu même au travers d'un miroir, pour la féline, il n'en était rien. Son minois ne traduisait pas l'once d'une gêne vis-à-vis de ce regard un peu persistant pour certains ; et Sabaru avait, depuis le temps de leur toute première rencontre, sûrement compris que cette œillade, si elle ne dissimulait pas de quelconques arrières-pensées, ne témoignait pas non plus d'un affront à son égard. C'était sur ce détail que l'on pouvait constater les variantes de bonnes mœurs et manières entre plusieurs cultures, dans lesquelles un simple regard incarnait un nombre incalculable de significations, toutes aussi différentes les unes que les autres. Pour notre chère nomade, une seule lueur anima ses pupilles déjà éthérées lorsqu'elle eut en vue le Nō ; celle de la curiosité. Mais décidément, Sabaru s'était voulu plus vif qu'elle dans ce domaine, étant le premier à engager la conversation. Et face à ces compliments spontanés, le regard myosotis de la changeforme roula sur le côté pour chercher un autre point d'attache, moins déstabilisant pour celui qui avait été victime de la Résonance bien plus qu'elle ne l'avait été.

« Qui sait? Disons surtout que convoiter de tels tissus et ornements auprès des plus grands sans pouvoir fournir la moindre adresse était assez problématique, à l'époque. Mais maintenant... »

Ses iris se baladèrent à nouveau sur les tenues décoratives qu'arborait l'intérieur de la boutique, pour finir leur trajectoire au beau milieu de leur propre reflet. Maintenant, c'est beaucoup plus... facile? Reikan se coupa en pleine élocution ; elle venait de se surprendre à envier, encore une fois, le mode de vie sédentaire auquel tant s'étaient abandonnés depuis des centaines d'années. Ses traits reprirent un tantinet ce sérieux si habituel chez elle ; aussi fière la féline était-elle, jamais elle n'oserait bafouer les traditions de son clan et renoncer au Yuukan sur la durée. Mais cette petite réflexion intérieure eut vite fait de voler en fumée, à l'instant même où elle entendit la question de Sabaru, sous laquelle son faciès se détendit. En voyant son air faussement sérieux, elle retint de moitié un rire assez franc, avant de se retourner. Son regard espiègle et transperçant plongea directement dans le sien, alors qu'elle réajustait les manches de sa tenue.

« La célébrité personnelle ne m'attire en aucun cas. Ce que je veux avant tout pour l'instant, si ce n'est la paix dans le Yuukan, se résume à redorer le blason du clan Yasei qui a fini par se faire oublier dans le Désert. La commande que tu vois là n'est finalement qu'un petit pas vers ce but. De bien belles ambitions, pas vrai? Penses-tu que ce seront elles qui auront raison de moi jusqu'à me monter à la tête, au final? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Mar 18 Juin 2019 - 12:42

Bien installé sur son séant, le Nō hocha faiblement la tête à l'entente des premières réponses de la métamorphe. La réputation qui découlait de leurs récents accomplissements leur donnait une véritable légitimité. Ils pouvaient enfin prétendre à faire partie de la cour des grands, à porter ce genre d'atours qu'un simple genin sans nom ne pouvait arborer sans avoir l'air ridicule. Avec dignité, ils étaient désormais connus comme les Héros de Mizu, une nation qui avait jusqu'alors écopé d'une réputation de repaire de bandits, puis d'archipel gangrené par les conflits et habité par les soldats les plus sauvages et imprévisibles du Yuukan.

Avec leur ascension, celle de Kiri. L'esprit du Nō, s'il n'était que patriote que par intérêt jusqu'à ce jour, était définitivement enclin à aimer sa patrie. Celle qui serait le berceau de son essor explosif.

Reikan, quant à elle, abordait le tout avec une humilité que Sabaru lui avait sans peine devinée. Elle partagea ses motifs, et conclut sur une note mystérieuse, un questionnement profond auquel l'orageux pouvait répondre, mais uniquement en ce qui concernait la Yasei. Pour lui, cependant, rien n'était plus incertain.

« Tu ne m'as pas l'air du genre à te laisser submerger par des choses aussi triviales. Je pense sincèrement que cette notoriété nouvelle te servira de marche — que dis-je, de tremplin — pour gravir les échelons de ta progression personnelle. Que ce soit sous forme de grades, ici à Kiri, ou tout simplement en influence globale si tu décides de partir, cela te bénéficiera. »

Il n'avait pas oublié cette discussion qu'il avait tenue avec son amie, sur l'un des toits du port Naragasa. Leurs visions s'étaient entrechoquées et avaient, étonnamment, influencé les deux partis — à leur insu mutuel. Sabaru, né et élevé entre 4 murs, s'était pris à planifier une expédition sur le continent. Il comptait même demander à Reikan d'être son guide; mais chaque chose en son temps. Son incertitude le rattrapait.

« De nous deux, je suis sans doute celui qui serait le plus enclin à céder face à la folie des grandeurs. Tiens, vois, ça a déjà commencé ! »

En riant à moitié, il tira sur le tissu de son habit pour mettre en évidence le symbole cousu sur son épaule, assez discret. Un mitsudomoe un peu retouché. Pour peu que la demoiselle soit aussi renseignée qu'il ne l'était, elle reconnaîtrait ce symbole aux mille et une significations; dont la plus répandue était celle de la guerre, de la puissance et de l'élan victorieux au combat. Un symbole qui pouvait sembler bien prétentieux. Restait-il encore à déterminer s'il s'agissait là de la seule chose que le Nō recherchait en s'en faisant un signe distinctif.

« Tu parlais de redorer le blason de ton clan. Je ne peux que te comprendre: ce mitsudomoe représente à peu de choses près la même chose. Si toi, tu veux rassembler un clan disparate; moi, je veux en créer un de toutes pièces. Rassembler un patrimoine, des secrets bien gardés, et des gens pour en tirer profit et prendre en importance. Naturellement, nous ne serions ni métamorphes, ni maîtres des glaces... mais j'ose croire que l'excellence est en elle-même suffisante pour contrebalancer cette disparité des gênes. »

C'était là la première fois qu'il formulait à voix haute son désir, bien qu'il ait été suggéré inconsciemment par d'autres. Nombre de fois, on l'avait appelé « Sabaru du clan Nō », « stratège de la famille Nō ». Ce nom qu'il s'était constitué sans réelle conviction alors qu'il était encore captif était devenu un attribut. Il comptait désormais en faire un gage de fiabilité. Il avait fait ses recherches, et contacté l'administration afin de corriger un menu détail.

Le の (no) que son âme d'enfant avait imaginé n'avait aucun réel sens. En revanche, au cours de ses lectures, Sabaru était tombé sur un signe à la prononciation similaire, si pas plus proche de celle qu'il employait oralement; le 能 (nō), nom du théâtre éponyme dont il avait étudié certaines pièces de propagande militaire.

Accessoirement, ce nouveau Nō était porteur d'une véritable signification. Lorsqu'il l'avait découverte, l'orageux s'était définitivement décidé à l'employer, tant le hasard était beau.

Nō signifie talent. À compter de ce jour, ce nom serait son gage d'excellence. Pour tout débuter, il lui avait fallu un symbole à la hauteur. Ainsi, il avait opté pour ce mitsudomoe à 4 branches. Par-dessus l'excellence, un cran au dessus. Voilà d'où venait son doute sur sa propre capacité à encaisser la mégalomanie qui le guettait.

« Tout cela pour dire que je mettrai à contribution ce titre nouvellement acquis pour donner consistance au chimérique clan Nō, auquel on m'attachait par faute de langage jusqu'à aujourd'hui. »


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Dim 23 Juin 2019 - 1:26
Sabaru venait de toucher un point sensible de l'existence de Reikan ; tôt ou tard, celle-ci serait forcée de faire un choix vis-à-vis de la tournure de ses ambitions. Allait-elle se servir de la Brume jusqu'au bout pour embraser le Yuukan avec le feu de la paix, ou bien la féline était-elle vouée à quitter ces marécages brumeux pour fouler à nouveau le monde entier, en vue de mieux l'éduquer? Seul le village et l'attitude des hautes instances à l'égard de la nomade pourraient décider de la direction de ce fameux tournant, à l'avenir. Pour l'instant, la métamorphe était une kunoichi en plein développement, qui, à ce stade actuel, ne pouvait encore se permettre de penser à retrouver cette liberté lui étant si vitale. Et ses aspirations quant à la réunification du clan Yasei ne pouvaient que la soutenir, peu important son choix final.

Après avoir scruté une dernière fois les reflets dorées de ses épaulières métalliques dans le miroir, la changeforme tourna le dos à ce dernier pour directement jeter un œil à Sabaru. Sa tête dodelina un tantinet en faisant cliqueter ses boucles d'oreilles si atypiques, alors qu'elle chassait des yeux le symbole cousu sur sa commande. Un mitsudomoe. Cela faisait un moment que je n'en avais pas croisé, tiens. Jonglant du regard entre la bouille de l'orageux et le blason sur lequel il avait placé son dévolu, la nomade par excellence prit soin de tendre l'oreille et l'écouta jusqu'au bout. Créer un clan. Voilà une décision bien osée, dans un monde où les familles ancestrales et déjà bien implantées se disputent assez comme ça les multiples ressources du Yuukan. Est-il seulement conscient du... labeur que cela représente? La féline, elle, l'était. Si réunir des membres déjà existants pouvait incarner une tâche bien assez dure à entreprendre, façonner de toutes pièces un clan neuf en était une autre.

Néanmoins, celle qui avait fait du monde shinobi un vrai terrain d'exploration aux côtés de sa famille savait plus que quiconque à quel point appartenir à un clan pouvait être décisif dans la vie d'un combattant. Plus que de simples liens de sang, sa horde représentant pour elle un ensemble de personnes singulières, qui partageaient des valeurs honorables et des traditions claniques transmises de générations en générations. Et ce qui soudait la métamorphe à ses parents proches n'était rien d'autre que l'amour du voyage, en totale contradiction avec la sédentarité dont elle profitait aujourd'hui. Son arrivée à Kiri traduisait une séparation inévitable avec le reste de sa troupe, mais aussi avec son père et modèle, Yasei Ragna ; éloignement qui, malgré les apparences et son silence à ce sujet, lui trouait en vérité le cœur et implantait en elle une graine asséchée de tristesse, à laquelle seules les larmes manquaient pour germer. Mais elle devait s'avouer que le but nourri par l'homme de foudre paraissait respectable, en tout point. Après tout, dans ce monde, ceux nés sans nom n'étaient généralement pas pris au sérieux au niveau de la plus pure des réputations.

« Tu as du cran, Sabaru. J'espère qu'à l'avenir cela te réussira et que tu pourras réaliser ce souhait en érigeant ce clan aux côtés des plus grands. »

Avec la meilleure des grâces, devenue si automatique qu'elle en paraissait presque naturelle et involontaire de sa part, la métamorphe se rendit au comptoir de Kaneko, qui revenait à peine de l'arrière-boutique. Débordé, ce dernier s'empressa de lister la valeur de la commande sous les yeux de Reikan, qui malgré l'alignement de chiffres, n'affichèrent pas l'once d'une surprise.

« Excusez mon absence. Le prix de la commande s'élève ainsi à 29 800 ryōs.
Voici. »

Des fins doigts de la changeforme s'échappèrent trois pépites d'or de la taille d'une graine de tournesol, pour se réfugier dans le creux de la paume du maître tailleur. Celles-ci furent proie au regard de Kaneko, qui décrypta leur forme imparfaite et leur lueur véritable. Le gérant de la maison plissa les paupières, mais visiblement habitué à ce genre de paiement venant d'une nomade comme notre chère Reikan, il ne se contenta que d'esquisser un faible sourire à son égard, ravi. La combattante lui rendit son rictus en retournant dans l'une des cabines d'essayage, avant d'en ressortir après une petite minute. La jolie brune venait de retrouver son accoutrement traditionnel, plus sombre et près du corps mais tout aussi intrigant de par ses fins voiles lui servant d'accessoires. D'un bref geste de sa dextre, elle salua le père des tissus en gardant soigneusement sa commande sous son bras gauche, emballée dans un protecteur de soie et un sac. Enfin, son attention se figea sur Sabaru, alors que sa tête effectuait déjà un mouvement tendant vers l'extérieur, lui intimant de la suivre avec un air espiègle au visage.

« J'imagine que tu as terminé. Que dirais-tu d'aller te balader, avec ta camarade académique? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Lun 24 Juin 2019 - 1:10

C'est avec humilité que le Nō accueillit l'encouragement de la Yasei, allant jusqu'à lui souhaiter de faire figurer son nom aux côtés des plus grands. Pour un enfant élevé en tant que « sans famille », dans un village où les clans et leurs cultures guerrières distinctes primaient sur tout, une telle ascension serait d'une ironie sans bornes. Pourtant, il caressait cet idéal depuis longtemps. Près de 8 ans.

Kaneko refit surface, se glissant hors de son arrière-salle en toute hâte après avoir laissé ses deux clients patienter seuls une poignée de minutes. Une chance que Reikan et Sabaru ne soient pas de parfaits inconnus l'un pour l'autre, auquel cas le temps serait probablement passé bien plus lentement. Il empocha le paiement de Reikan, suivi directement de celui de Sabaru. Nul doute que sa journée devait être amplement rentabilisée, malgré ses petits soucis d'inondation et d'apprentis mous du bulbe.

L'orageux adressa un petit regard en coin à Reikan qui l'invitait. Il fit volte-face, laissant au tailleur le soin de compter les billets qui venaient de glisser contre son comptoir, pour rejoindre la métamorphe hors de l'établissement.

« Avec plaisir. En parlant d'Académie... »

Sans finir sa phrase, le chūnin rhabillé prit les devants, considérant naturellement que Reikan le suivrait. Les mains rangées dans les plis de son habit, il essayait de se faire au port de telles tenues. Jusqu'à ce jour, il ne s'était vêtu que d'imperméables, d'habits plus modernes tels que ses manteaux et gilets dernièrement. Le port du kimono, ou de tuniques plus traditionnelles, lui était totalement étranger.

« As-tu déjà rencontré Yasei Akane ? Elle porte ton nom, donc j'imagine que vous vous connaissez un minimum. J'ai croisé un certain Zeref, capable de se transformer en loup, également »

Dit-il, en guidant la marche vers ce qui semblait être la direction du complexe. Il n'y était lui-même pas retourné, depuis son réveil, et ce serait là une bonne occasion de voir où se situaient les travaux. Il était virtuellement préparé à tout, et à rien à la fois, quant au spectacle qui l'attendait. Un cratère, un tas de poutres dénudées, ou un édifice flambant neuf étaient supposément des résultats plausibles, qu'il avait envisagés.

« De mon côté, je n'ai personne en vue, pour me rejoindre. Peut-être bien que le précepteur que Shyko m'a attitré accepterait — ce serait une juste rétribution, pour le service rendu. J'ai bien une autre idée, mais... »

Une fois de plus, il ne finit pas sa phrase, la laissant en suspens. Le projet n'était pas encore abouti, et la décision était lourde de sens. Il ne pourrait sciemment la rendre à la légère, et encore moins sans avoir la garantie que ses plans se déroulaient comme il l'entendait.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 17:54
Les pas assurés de l'orageux furent suivis de près par les plus discrets de la féline, qui se frayait un chemin jusqu'au Complexe Shinobi dans les rues du village. Qui aurait cru que cet été, cette institution académique allait leur offrir la chance de siéger à des postes prometteurs? Personne et certainement pas Sabaru ou Reikan, qui arrivèrent ensemble sur les restes du chantier de construction. À vrai dire, au vu de la solidité de ces nouveaux bâtiments, il ne restait qu'à peine quelques finissions pour en voir le bout. Après avoir accepté l'invitation de sa camarade, l'ancien déchaîné lui posa quelques questions concernant l'existence d'éventuels métamorphes égarés. Yasei... Akane? La féline opta pour ne pas montrer ouvertement sa surprise, terrant sa curiosité dans un coin de son âme.

« Je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de croiser le chemin de cette fameuse Akane. Par contre, j'ai eu la chance de faire la connaissance de Zeref, avant que tout ceci n'arrive. Il a même été à mes côtés contre la Déesse de l'Eau et, aujourd'hui, il a été assigné à mon équipe. Drôle de coïncidence, pas vrai? »

Reikan afficha un sourire franc au nez de Sabaru, alors que celui-ci prit la décision de revenir sur un sujet qui, visiblement, lui tenait à cœur ; la naissance du clan Nō. Si forcer la renaissance d'une aussi grande famille que le clan Yasei était déjà bien éprouvant, faire naître à proprement parler un rassemblement de personnes sans véritables liens de sang était tout autre. Les métamorphes étaient liés non seulement par la lignée, mais aussi par leurs capacités et le lien étroit qu'ils entretenaient avec la nature, en tout temps. Alors, qu'est-ce qui pourrait bien lier Sabaru aux futurs membres de son clan, famille chimérique qui n'était encore à cet instant précis qu'un espoir dans le cœur d'un unique homme?

Si la métamorphe ne souhaitait pas dévoiler ses idées pour que son ami puisse trouver la solution de lui-même, elle n'en pensait pas moins. Pour Reikan, une famille ne se limitait pas à de simples liens de sang, mais englobait aussi tout un ensemble de traditions, de mœurs et de valeurs à respecter au pied de la lettre et dans lequel devait véhiculer des idéologies d'amour et de compassion. En l'absence de telles notions, le cercle familial serait pour quiconque un simple fardeau à supporter, jusqu'à son dernier souffle.

« Sans vouloir t'effrayer, cette tâche s'annonce très rude. Il te faudra parvenir à trouver quelque chose de concret, quelque chose qui pourrait te lier sans détour à ceux que tu pourras appeler proches, à l'avenir. Imaginons que tu aies déjà jeté ton dévolu sur une poignée de personnes bien estimées. Si ce ni par le sang ni par la force, comment t'y prendras-tu pour les convaincre de te rejoindre, une fois face à eux? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Baptême symbolique — ft. Yasei Reikan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: