Soutenez le forum !
1234
Partagez

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora]


Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 23:11

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


193, Automne, Kaze no Kuni.

Défile le temps comme défilent les grains de sable sous ses yeux fatigués. Kanna progresse, arrive au terme d’un long voyage qui la fait enfin sortir de Kaze no Kuni. Ses connaissances du pays et sa mémoire lui permettent d’être sûre qu’il s’agit bien de la frontière, celle qui la mènera probablement vers le pays du bois. Son père lui avait toujours dit qu’aux confins du désert, on ne sait pas ce qu’il y a, mais le danger rôde. Il ne faut jamais sortir du pays du vent, ô grand jamais, parce que, plus loin, c’est la mort. Un goût amer remplit sa bouche. Tout cela n’était qu’une belle mascarade, une manière d’immobiliser et d’emprisonner sa famille. Il l’a bloquée, jusqu’à la tuer, juste pour son plaisir personnel. Mais il a oublié une petite tête, dans son carnage. Ce visage immaculé. Cette bouille adorable qui s’est promis de venger toute sa famille, en faisant rouler sa tête de traître.

Kanna traîne la patte. Elle veut une auberge, une tanière, un endroit, n’importe quel endroit, pour pouvoir se reposer avant de s’en aller. Ses pattes ont trop déambulé dans l’immensité sablonneuse qu’est Kaze no Kuni, il faut qu’elles prennent du repos. Même un caillou au soleil fera l’affaire, tant qu’il est à proximité de l’eau. Juste un peu de temps pour elle, pour fermer les yeux et dormir, ne serait-ce que ça.

La chatte entre dans un petit village à la frontière, calme, qui a des airs de paradis. Les passants la regardent sans la regarder : c’est juste un animal, tout le monde s’en contrefiche. Même si elle est blanche, bah ! C’est juste un chat. Des bestioles qui errent, ici, ils en voient en permanence. Kanna continue sa route, avance, hume les douces odeurs qui parviennent à sa truffe. Tout est beau, tout est coloré, tout est bien. Il y a des maisons partout, des petites bâtisses, des tas d’endroits pour se poser et dormir comme une grosse larve. Elle apprécie.

Ses patounes la mènent jusqu’à un grand puits, puis un autre bâtiment, sur lequel sont dessinés des trucs – oui, des trucs – qu’elle ne comprend pas et ne parvient pas à lire. Elle reste installée là, jusqu’à ce qu’un élément impromptu fasse brusquement cesser sa réflexion.

« MRRRRRAW ! »

Le hurlement résonne dans tout le village, tonne comme un orage particulièrement virulent. Kanna sursaute, rebondit, saute, puis retombe lourdement sur ses pattes, face à son agresseur. Ses prunelles humides de larmes se déposent sur un être à l’apparence innocente. Il a l’air tout doux, adorable, mignon, mais il vient de lui marcher sur la queue ! Il lui a écrabouillé sa pauvre queue alors qu’elle n’a rien demandé, qu’elle ne faisait rien ! Sa pauvre queue ! Kanna ne sait pas comment réagir, alors, dans le doute, elle émet un puissant feulement.

« Vous pourrriez pas fairrre attention ?! »

Sa pauvre queue ! Non mais, vraiment ! Les gens ne regardent vraiment jamais où ils mettent les pieds ! Quelle dure vie que celle de chat, parfois !

Spoiler:
 


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 16:20
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
Aujourd’hui marquait une première chez le jeune Tadao, hériter de la branche musclée, trop tenter par la tempête pour se calmer. C’était au bras des aînés de son clan que ses pieds étaient guidés jusqu’à la frontière, dans un long voyage. Le but ? La simple recherche d’un parchemin pouvant les aider sur la maîtrise de l’esprit. Pour être honnête, les hommes et femmes ignoraient complètement la raison d’avoir amené un gamin si perturbant et trop joyeux. Sa voix ne cessait d’être entendu. Tadao Sora aimait la vie et surtout, il aimait découvrir. Toujours en direction de la frontière, il découvrait de multiples paysages que ses jeunes yeux n’avaient pas eu la chance de voir avant. Mais, une telle aventure sur plusieurs jours le guidait à rapidement devenir ennuyer. On arrive quand ? Est-ce qu’on est bientôt là ? J’ai faim. C’était d’une lourdeur absolut. Bien qu’on lui demandait de cesser son bla-bla, il continuait comme s’il possédait le centre de l’attention, parce qu’au final, on l’écoutait à chaque fois. Cet enfant si mignon devint rapidement un vrai emmerdeur sur deux jambes. Or, bien que son attitude montrait des signes de grandes volontés, Sora ne quittait jamais le groupe et restait toujours loin du danger. Jusqu’à ce nouveau village.

Bordant la frontière entre le sable et la forêt, ce village se composait de nombreuses auberges, restaurants, attractions touristiques.. Tout pour émerveiller le gamin affamé. Les aînés en profitèrent pour se reposer un peu et se séparer. De plus, cette occasion leur permettait de tirer des informations sur leur objectif, le parchemin Yamanaka. Lorsque le groupe se divisa, Sora se retrouva à être seul, la main pleine de ryo. Dans le clan, la confiance doit régner à tout moment, même face à la nouvelle génération, peu importe l’âge. Ce fut difficile de laisser le brun quitter la supervision des plus vieux, mais ils ne pouvaient pas s’empêcher de prendre la chance d’avoir un moment de paix sans sa voix trop puissante pour leurs pauvres oreilles.

Le sourire collé à son visage de morveux, Sora s’amusait à courir et à observer les nombreuses offres de nourritures. Comme tout semblait délicieux ici! Pourtant, toute son attention prit un autre sens lorsque son pied toucha un objet vivant et dur et… POILU?? PTI CHAT PTI CHAT PTI CHAT!

« ooooooOOOOOH PTI CHAT! »

La bête en question laissa sa colère ou sa douleur s’échapper, mais ce qui vint à la suite de cette réaction étonna complètement le Tadao. Le… le chat… IL PARLE. CLAN TADAO, EUH, LE CHAT IL PARLE HELP. Sora recula jusqu’à ce que son corps frappe le mur derrière. Devait-il être heureux ou effrayé? Cette petite boule de poils ne pouvait pas être méchante.. pas vrai? Oh mais! Je viens de lui faire mal…

« Sumimasen madame chat! » le Tadao s’excusa de toutes ses forces avec des larmes dans ses yeux et un début de morve à son nez.

Même si l’enfant n’avait que neuf ans, il vivait pleinement ses émotions. La tristesse se lisait facilement. Sora tomba sur ses fesses et, pour ajuster son erreur d’avoir marché sur la queue de madame chat qui parle, il déchira un bout de sa tunique rouge. Doucement, le jeune shinobi s’approcha de la petite bête et fit de son mieux pour entourer la queue avec le bout de tissu, créant un bandage. Nécessaire ou non, Sora se dit que c’était toujours mieux que rien.

« Est-ce que tu as soif? »

Il parlait au chat comme si c’était la chose la plus normale au monde. Prenant sa gourde, il la guida jusqu’à devant la truffe et commença à verser de l’eau. Ses larmes avaient déjà disparu, séchées sur sa peau sombre. Cette journée dans ce village devenait drôlement intéressante.

« Pourquoi tu parles madame chat? » demanda-t-il, intrigué et souriant.
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)


Dernière édition par Tadao Sora le Sam 15 Juin 2019 - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 3:50

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


Une réaction à chaud, rapide, qui calme d’un seul coup la colère de l’animal. Elle retombe lourdement sur ses pattes et observe l’étranger. Il a une voix criarde, peut-être un peu trop aiguë pour ses oreilles. Pourtant, il y a quelque chose dans ses intonations qui réchauffe le cœur de l’hybride. Il est doux. Innocent. C’est un enfant, il n’a pas fait exprès. Alors, certes, ça fait mal, mais il s’excuse rapidement, au point d’avoir des larmes sur ses joues et de la morve sur son nez. Il est adorable. Kanna se calme aussi vite qu’elle s’est énervée. Il est bien trop mignon pour oser lui en mettre plein la tête. Ranger les griffes, se concentrer sur la candeur de l’enfant.

Il s’approche, déchire son vêtement et fait une sorte de bandage sur sa queue. Docile, la chatte se laisse totalement faire et observe avec fierté le joli pansement offert par le gamin. Elle penche la tête. Lorsqu’il s’approche pour lui donner de l’eau, Kanna rend définitivement les armes. Elle inspire profondément, puis lape un peu d’eau. Ses prunelles se déposent sur le petit brun. L’innocence a l’air de déborder de son être. Il n’y a que ça. De la candeur, partout, une quantité illimitée, qui absorbe entièrement la fourrure blanche.

La question ne tarde pas à tomber : pourquoi parle-t-elle ? Eh bien, au fond, il n’a pas tort. « Madame chat », comme il l’appelle, est normalement un animal, mais elle est capable de la parole. Capable de lui crier dessus quand il marche sur sa queue. Kanna s’approche doucement de l’enfant et lui met un petit coup de tête contre la main.

« Merrrci, petit humain. Tu es tout parrrdonné. »

Nouveau contact, plus doux, accompagné d’un ronron sincère. La chatte se sent à l’aise. Elle aime bien ce petit humain. Il est gentil. Il lui a donné de l’eau et un bandage rouge.

« Je m’appelle Kanna. Si tu prrréfèrrres ‘madame chat’, tu peux continuer à m’appeler comme ça. Je parrrle parrrce que … Parrrce que je suis aussi une humaine, comme toi. »

La blanche ne sait jamais comment annoncer cette réalité, ni comment elle sera perçue. Il peut très bien paniquer et prendre ses jambes à son cou, pour la laisser là comme une malpropre. Ou alors, il peut rester et s’intéresser. L’instinct de Kanna lui dit qu’il réagira sûrement comme ça, mais elle ne peut pas en être certaine. La blanche recule un peu avant d’adopter une posture assise, la tête levée pour mêler ses iris céruléens aux prunelles sombres de l’enfant.

« On appelle ça des métamorrrphes, des gens qui peuvent se trrransforrrmer et êtrrre un humain, ou un animal. Je suis un chat à pieds noirrrs, donc je suis toute petite, même sous ma forrrme humaine. »

L’hybride remue doucement la queue, symbole d’un confort indéniable. Le bandage suit le mouvement, tache rouge sur le décor beige. Elle pourrait lui raconter bien des choses, il serait sûrement intéressé, mais il y a bien d’autres choses qui l’intriguent. Kanna penche la tête une nouvelle fois, de l’autre côté.

« Mais que fais-tu ici, petit humain, avec autant d’arrrgent ? Tu t’es perrrdu ? »

Il est plus jeune qu’elle, à n’en pas douter. S’il est seul ici, avec un sac rempli de ryôs, peut-être est-ce parce qu’il est seul, lui aussi. Auquel cas, l’hybride se trouve dans une situation plus complexe encore, car il est bien plus en danger qu’elle. Cacher un petit chat, c’est facile, cacher un petit humain, c’est déjà plus difficile. La voilà qui se surprend à espérer qu’il ne soit pas tout seul ici et qu’il ait une famille, quelque part, aussi près que possible. Une autre victime n’est pas négociable : il n’en faut plus aucune, plus jamais.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Sam 15 Juin 2019 - 2:21
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
Ce qu’elle est belle madame chat, ce qu’elle est douce. Sa fourrure blanche, sa petite taille si mignonne, ses yeux.. ce regard si éblouissant faisait disparaître la faim chez le gamin. Son ventre oubliait de gargouiller. Au final, elle ne semblait pas du tout vilaine, cette petite chatte. Le sourire du Tadao, trop large pour être ignoré, prouvait sa curiosité et sa joie. Intime ou non, Sora osa mettre des mots sur la question qui lui chicotait la logique. Un chat ne parle pas, alors pourquoi l’animal devant lui réussissait à s’exprimer sans difficulté et de plus, elle roulait les R! Madame chat, ou enfin, Kanna, lui expliqua sa vraie nature et la source de sa capacité à modifier son corps. Le brun cligna des yeux en observant sa petite interlocutrice et perdit un peu le fil de la conversation.

« D-d’accord. »

Il réfléchie à tous les mots entendus, tentant de comprendre l’idée naissance qui prenait place dans son crane. La main sur le menton et la mine sérieuse, il creusait un peu trop loin dans ses méninges. Le garçon restait coller au chat, aucune peur visible à l’horizon. À vrai dire, ça lui importait peu que les objets, les plantes ou les animaux parlent. Maman disait même qu’il faut parler aux fleurs pour qu’elles poussent ! c’était logique de les entendre en retour. Peut-être que c’était le même principe avec petite Kanna! Le Tadao ricanait seul, fière de… fière de n’importe quoi qui lui passait par la tête. Kanna semblait s’inquiéter pour lui, ce qui fit rire le garçon.

« Shishishi, mais non! » souriant, il glissa le sac de pièces devant la boule de poils. « Je suis avec les membres de mon clan, Tadao. Nous sommes en mission et ils m’ont laissés avec des sous pour que je puisse manger. »

Souriant, le jeune shinobi ne réalisait absolument pas comment cette situation ressemblait à un abandon. Pourtant, les Tadao ne disparaissaient jamais, ils revenaient toujours à la fin de la journée. Et puis, dès qu’un vilain personnage approche Sora, ça ne prend pas quelques secondes que tout le groupe se retrouve au même endroit, prêt à déclencher le figth du siècle. À la fois seul et entouré, c’était ainsi que le clan évoluait. Sora apprenait la survie, l’indépendance et la confiance avec ses propres expériences. Mais ça, il ne le remarquait pas.

« Oh! Reste ici ptit chat, je vais aller nous chercher de quoi manger! »

Soudainement, le garçon se leva pour disparaître plus loin. Cinq minutes passèrent, ainsi que dix, et bientôt vingt. Créant un petit nuage de poussière derrière lui, Sora arriva en courant jusqu’à l’endroit précédent. Essoufflé, il se laissa tomber au sol et déballa le contenu d’une boîte semblable à un bento. Une odeur de poison grillé et de riz frais s’empara de l’air. Avec le couvercle, il créa une petite assiette pour Kanna. Il fit glisser des morceaux de poissons et un peu de riz. Sans plus attendre, le Tadao commença à déguster le plat.

« Dis Kanna, si tu es humaine aussi, pourquoi tu as le physique d’un chat présentement? » dit-il la bouche pleine.

Il comprenait étrangement le principe de la transformation, et trouvait ça super cool, mais il se demandait si Kanna accepterait de lui montrer sa forme humaine. Peut-être n’aimait-elle pas être une femme ou une fille. Peut-être… était-elle en danger.

« KANNA! » cria Sora en fronçant des sourcils, ne lui laissant pas le temps de répondre à son ancienne question.« EST-CE QUE TU ES EN DANGER? Est-ce que c’est pour ça que tu es un chat !? »
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 1:56

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


Les histoires de métamorphe figurent parmi les plus complexes qui existent. Les enfants ne savent jamais vraiment sur quel pied danser face à un hybride. Ils éprouvent une grande difficulté à le catégoriser : s’agit-il d’un animal ou d’un être humain ? Si c’est un animal, alors quelle est sa part la plus importante ? Celle de l’être humain, ou celle du chat, dans le cas de Kanna ? Qu’est-ce qui prévaut ? Au moins, pour une fois, le garçonnet ne lui pose pas toutes ces questions. Il se contente d’acquiescer, il hoche la tête et assimile toutes les informations, bien qu’il ne les comprenne peut-être pas toutes. Ça convient très bien à la blanche, en réalité. Si elle peut passer les conversations très précises à ce sujet, ça lui va parfaitement.

Le petit brun se met alors à rire, avant de reprendre la parole. La bonne chose à savoir est qu’il n’est pas perdu. Les membres du clan Tadao, son clan, donc, lui ont donné un peu d’argent pour qu’il s’achète à manger, et ils l’ont laissé seul. Kanna arque un sourcil. Son esprit animal hurle à la lune son incompréhension. On ne laisse jamais personne dehors, ça n’a aucun sens, pourquoi faire ça ? Ceci dit, le garçon n’a pas l’air mécontent de cette situation, au contraire. Il est comme … à l’aise. Comme s’il ne pouvait pas être abandonné en réalité. Un goût amer passe dans la bouche de l’hybride. À trop faire confiance à ses proches, on en oublie souvent qu’ils sont humains, eux aussi. Et que l’être humain peut être aussi doux et gentil qu’il veut, il est plein de vices. L’Homme est propice au meurtre, à l’abandon, aux accès de colère qui causent la peine de son entourage. Elle décide de garder le silence à ce sujet, ne voulant pas se dévoiler ni blesser le petit brun. Alors, Kanna décide de hocher doucement la tête.

Hyperactif, le gamin se relève et laisse le petit animal seul, pour aller chercher à manger. Il va nourrir l’hybride. L’information parvient à son cerveau en un centième de secondes, pour venir s’engouffrer dans son estomac : il va lui donner de quoi manger ! Ce petit inconnu, qui a juste vu qu’elle était un chat un peu bizarre, a décidé de remplir son ventre ! Comme ça ! Kanna tourne sur elle-même plusieurs fois et se réinstalle, la queue battant sous le poids de l’excitation.

Les minutes passent, s’égrènent, lui laissent l’impression que le temps s’allonge infiniment. Reviendra-t-il ? Impossible d’en être certaine. Peut-être lui a-t-il simplement dit ça pour se débarrasser d’elle, et de sa condition étrange ? Ce ne serait pas impossible : les gens aiment les chats, ou les enfants. Ils ont du mal à apprécier un être qui soit à moitié l’un et à moitié l’autre. Elle ne pourrait pas lui en vouloir s’il suivait ce schéma. Silencieuse, Kanna attend.

Un nuage de poussière et un incessant tintamarre lui signale le retour de son petit compagnon. Tout excité, il ouvre la boîte et met un peu de nourriture dans le couvercle, qu’il tend à l’hybride. Son cœur fond. Ce petit humain lui a donné à manger ! Il a partagé son repas avec elle, comme ça, sans rien demander, sans même qu’elle ne lui en parle ! Il a tout décidé tout seul ! Kanna ronronne bruyamment, la tête plongée dans la gamelle improvisée. Doucement, la chatte se saisit des morceaux de poisson, qu’elle broie entre ses crocs, paisible. Sa truffe se relève lentement quand il la questionne de nouveau. Pourquoi est-elle en forme animale, hum ?

Elle lui aurait bien répondu, sauf qu’il se met à crier brusquement, lui faisant faire un petit bond. Son cœur s’affole. Elle le regarde avec de gros yeux ronds. Le poisson est passé de travers, mais ça devrait aller. Devrait.

« Non, non, je ne suis pas en danger ! »

Toute paniquée, Kanna met un certain temps avant de retrouver son calme. Quand, enfin, son rythme cardiaque s’apaise, l’hybride mange un peu de riz. Elle ne va pas gâcher la nourriture, quand même. Une fois totalement maîtresse de ses émotions, la blanche peut enfin reprendre ses explications.

« Je voyage depuis quelques mois maintenant, et je suis quand même plus à l’aise sous ma forrrme animale que sous ma forrrme humaine. Je peux trrrès bien me trrransforrrmer, si c’est ce que tu souhaites. Ça ne me dérrrange pas du tout. »

Elle penche doucement la tête.

« Au fait, merrrci pour la nourrriturrre, petit humain. Ça me fait trrrès plaisir. Par contrrre, tu ne m’as pas donné ton prrrénom ! Donc quand je raconterrrai l’histoirrre de notrrre rencontrrre, je ne pourrrai même pas dirrre qui tu es … »

Ce qui est tout à fait vrai. Néanmoins, ça ne l’empêche pas de reprendre son repas. Les ronrons reviennent de plus belle : Kanna est heureuse, à ce moment. Leur rencontre a commencé d’une bien étrange manière, mais elle s’articule d’une façon qui touche son petit cœur abîmé.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 17:11
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
Beaucoup trop inquiet, sa voix se déchira dans un cri trop bruyant. Sa nouvelle amie, si elle était en danger, elle pourrait le suivre dans ses aventures ! Sora s’imaginait déjà traîner le chat dans ses bras partout où il va. Il pourrait la nourrir, lui faire du poissons grillés, dormir au chaud avec la boule de poils, la présenter à tout son clan.. oh, l’idée était parfaite! Les tadao ne refuserait pas un animal, il y en avait une tonne dans le domaine ! Puis après un certain temps, Kanna pourrait devenir.. Tadao Kanna! Malheureusement ou heureusement, la petite chatte se disait être hors de danger. Le brun ne quitta pourtant pas son attitude protectrice.

« Hmm.. non! Si tu aimes être un chat, alors je préfère te voir en chat. »

Terminant son repas, l’enfant se caressa le ventre et se reposa le dos contre le mur derrière lui. La petite voix de son interlocutrice lui rappela que son identité restait toujours un mystère. Habituellement, il ne perdait pas une seconde pour se présenter et hurler son propre nom pour que quiconque autour retienne à tout jamais sa présence. Pourtant, le phénomène sous ses yeux l’avait perturbé au point tel que ses habitudes avaient quelque peu disparues. Avant même de pouvoir aborder le sujet de sa personne et de révéler tous ses rêves, une femme de grande taille s’approcha. Ses océans observaient le duo glouton et un petit sourire en coin apparut.

« Sora, nous devons quitter bientôt. Nous avons trouvé une piste, nous ne pouvons pas rester ici plus longtemps. Je te laisse une demi-heure pour dire au revoir à ton ami le chat. Lorsque les négociations seront terminées, je reviendrai. »

Bienveillante, la femme tourna les talons et s’éloigna pour laisser le gamin en intimité avec la jeune fille. Son sourire laissait comprendre qu’elle se doutait que l’animal fût plus qu’une petite bête sans grande intelligence. Puis, le chakra que Kanna dégageait, ne laissait aucun doute chez la Tadao.

« Je m’appelle Tadao Sora ! »

Dévoilant finalement son prénom et sa famille, Sora souriait. Le sablier tournait, ce qui ne lui laissait pas le temps d’aborder son désir d’être le plus grand shinobi au monde, pouvoir dévorer la plus grosse tarte, devenir un maître dans la maîtrise des portes.. Triste de devoir quitter Kanna plus rapidement que prévu, le kazejin l’enferma dans ses bras pour une longue accolade amicale. Il résistait à l’envi de mettre toute sa force dans le geste. Elle n’était pas une peluche, même si c’était tout comme, selon-lui.

« On va se revoir, n’est-ce pas ? » murmura-t-il.

L’espoir régnait dans sa demande, mais son coeur refusait toujours d’abandonner la jeune kunoichi. La peur de ne plus jamais la revoir persistait. Peut-être que s'il l'abandonnait aujourd'hui, elle allait mourir dans quelques jours ou se faire attaquer. Bien qu'il se doutait que ses griffes possédaient la capacité de tuer n'importe qui, Sora n'aimait pas l'idée de partir sans se retourner.

« Viens avec moi Kanna, je te promets que je te protégerai toute ma vie! Je te ferai des bisous tous les jours, et je t’offrirai de la nourriture aussi ! Mon clan t’acceptera sans problème, je te le jure ! »
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 22:48

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


Optimiste et adorable. Le petit garçon ne demande pas à Kanna de revêtir sa forme animale. Il comprend qu’elle se sente plus à l’aise sous cette apparence, bien qu’elle n’aurait pas refusé de se métamorphoser. Il y a en lui cette candeur qui l’attire inexorablement. Ces enfants, qui lui rappellent que le monde n’est pas si sombre, qu’il existe encore de belles choses à voir. Il n’y a qu’eux pour ça. Ces flocons, qui tombent incessamment tout autour d’elle, et bonifient la chaleur étouffante du désert. De rares êtres auxquels Kanna s’attache, désespérément.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin.

Une femme s’approche, signalant au petit Sora, tel est son nom, qu’ils partiront bientôt. Le cœur de l’hybride manque un battement. Il va partir. Il ne sera qu’un souvenir, lui aussi. Un de plus, parmi les bribes qu’il lui reste. La chatte le regarde avec une attention toute particulière : Tadao Sora. Le garçonnet qui lui a offert à manger, sans jamais rien lui demander en retour. C’est merveilleux. Kanna penche la tête. Elle grave le nom dans sa mémoire, à côté des autres. Même si ce n’est qu’un souvenir, rien n’empêche qu’ils se revoient un jour, si ? Il y a toujours un moyen, une possibilité, quelque chose. Elle ne perd pas espoir.

L’enfant la serre fort tout contre lui. Son odeur fraîche lui enivre la truffe. Il sent l’aventure, mais il sent aussi le réconfort. La douceur de ces voyages encadrés, qui nous mènent d’un endroit à un autre, sans avoir peur parce qu’on est seul. Kanna se met à ronronner doucement. L’intervention du gamin la touche en plein cœur. Le revoir, hein ? Si ça ne tenait qu’à elle, ils ne se sépareraient pas, à vrai dire. Ils se suivraient jusqu’au bout du monde. Mais elle ne sait pas où il va, puis … Sa propre vie l’attend, aussi. Deux routes croisées, qui se démêlent et mènent à deux existences futures. Peut-être que le destin les mettra sur le chemin l’un de l’autre, une fois encore ? Kanna lèche la joue de Sora, sa langue râpeuse caressant gentiment sa peau. Le rassurer, à sa manière, quand elle-même est incertaine.

Il reprend la parole, cette fois pour lui demander de l’emmener. Un autre, encore une fois. Kanna aurait souri. L’innocence de l’enfant la dépasse, la laisse sans voix. Elle finit par se décider. Il ne faut pas lui donner de faux espoirs, mais le futur est une donnée inconnue … Peut-être se reverront-ils ?

« Je ne peux pas venir avec toi, Sorrra. J’aurrrais adorrré, vrrraiment, mais … J’ai d’autrrres choses à fairrre … Mais ne t’en fais pas. » Elle lui met un coup de truffe. « Nous nous reverrrons, et tu me ferrras autant de câlins et de bisous que tu veux, d’accorrrd ? C’est une prrromesse. »

Promettre l’impossible. Parier sur le destin. Donner une chance à l’espoir, parce que c’est tout ce qu’ils ont. Kanna se détache doucement.

« Allez, file, Sorrra. Tu vas êtrrre en retarrrd. »

La chatte pose doucement sa patte sur sa joue, les coussinets au contact de sa peau pouponne.

« Merrrci pour la nourrriturrre ! Et à bientôt ! »

Garder la tête haute, jusqu’au bout. Parce qu’il faut bien que l’un des deux soit capable de regarder en avant, sans avoir de regret … Pour permettre à l’autre de le suivre. Qui sait si leurs chemins se croiseront de nouveau, finalement ? Nul ne peut le dire, mais personne ne peut nier qu’il existe cette possibilité. Et c’est déjà suffisant pour raviver l’espoir.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 8:28
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
« D’accord… »

Déçu du refus, il ignorait comment réagir. Dans sa tête, ça lui semblait logique d’adopter un chat et de l’amener partout jusqu’à sa mort. Kanna disait avoir d’autres choses à faire, mais comme quoi ? Sora ne réalisait pas son attitude égoïste, mais face à la chatte, il ne pouvait pas bouder. Quelques minutes encore, et ce serait un départ. Il devait profiter au maximum de sa présence d’ange. Mais le garçon soupira, montrant clairement une déception. Habituellement, sans même le réaliser, il recevait tout ce qu’il souhaitait.

« Bye bye Kanna. »

Tripotant ses doigts, il s’éloigna en envoyant un dernier regard à la jeune fille, ne possédant pas un visuel sur sa deuxième nature. Pourtant, un tel animal ne passait pas inaperçu à ses yeux. S’ils se croisaient à nouveau, ils se reconnaîtraient, pas vrai ?

Approchant la femme à la chevelure noire, Sora lui attrapa la main et l’enlaça très fort. Il commença à pleurer et à gémir sous la tristesse trop forte. Doucement, elle attrapa le gamin dans ses bras et le câlina. Sans dire un mot, elle commença à marcher, ou plutôt, faire les cent pas. Sa main caressait le dos de l’enfant et son visage avait un étrange sourire maternel. Sans prévenir, elle le déposa et lui tapa le dos en direction de la ruelle. La femme lui glissa un petit bracelet avec l’insigne de la famille Tadao. Le jeune guerrier commença à courir pour retrouver son amie. Dès qu’il la retrouva, il l’a pris dans ses bras.

« Kanna je te promets que nous allons vivre ensemble plus tard ! Et je te ferai des bisous tous les jours, des câlins aussi ! Et nous aurons pleins de chats ! Et je pêcherai des poissons pour toi ! »

Il laissa ses larmes envahir le félin et la couvrit de baisers. Lorsque le brun la déposa au sol, il glissa le bracelet devant Kanna. Ça représentait tout pour lui. Comme s’il venait d’offrir la protection de son clan envers la yasei.

« Garde-le, tu pourras me le redonner lorsque nous serons grands. C’est une promesse, je ne t’abandonnerai jamais. »

Sora recula, retrouvant peu à peu son sourire, et disparu en courant vers la femme qui avait observer la scène d’un œil amusé. Celle-ci s’inclina en direction de Kanna et alla retrouver son benjamin. Sora savait sans aucun doute qu’il allait revoir la Saiseiki. La vie paraissait un peu différente sans elle. Probablement un coup de foudre, non ?
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 17:16

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


Déception. Les enfants sont les êtres les plus fragiles. S’ils sont les plus innocents, ils sont aussi ceux qu’on peut blesser le plus facilement. Kanna ne peut pas revenir sur ses paroles, elle ne peut pas accepter de le suivre. Tout un trajet l’attend. Et puis, elle vit avec l’espoir de le retrouver un jour, peu importe où. Même si c’est léger, cela lui permet d’avoir un point d’ancrage. C’est mieux que rien, certainement.

La moue sur son visage signale au petit chat que ces adieux se feront non sous le signe de la tristesse, mais celui de la déception. Le petit est plus ou moins dépité, ses propres espoirs sont bafoués. Kanna ne peut pas lui donner ce qu’il désire, bien que ces solutions sont des facilités auxquelles elle adorerait se laisser aller.

Les pas de Sora le mènent au loin, auprès de sa mère. Kanna s’étire longuement, prête à repartir. Néanmoins, le vent lui souffle l’odeur des deux êtres, sans même la dissiper. Ils n’ont pas bougé. Alors qu’ils sont censés partir, seule la triste mélodie des larmes parvient au chat. Elle penche la tête. Comment ? Pourquoi ? Ne sont-ils pas supposés s’en aller ? Se rendre ailleurs, bien qu’elle ne sache pas où ?

Après quelques instants, les pas bruyants recommencèrent. Une course folle, à pleine allure, droit dans sa direction. Le petit garçon ressurgit brusquement, sans crier gare. Toujours de la même manière, il prend le chat dans ses bras, qu’il serre. Les promesses pleuvent. Des câlins, des bisous, vivre ensemble. Et même du poisson. Kanna lèche doucement les larmes sur ses joues. Il pleure toujours, mais il accompagne le tout de nombreux baisers. La fourrure trempée, l’immaculée ne sait plus où se mettre, ni quoi ressentir. Néanmoins, une chose est certaine : toute cette affection éveille en elle toujours autant de joie. Les ronrons apparaissent peu à peu.

Finalement, Sora dépose Kanna, en lui offrant … un bracelet ? Le chat penche la tête, perplexe. Pourquoi un bracelet ?

Une autre promesse. Une promesse d’avenir, encore. Plus solennelle. Le bracelet comme lien indestructible. Kanna pose une patte dessus et hoche la tête. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, l’enfant est déjà reparti, comme un courant d’air. Sa fourrure sent Sora. Elle sent les baisers et les larmes. Cette avalanche étrange entre la tristesse et l’affection profondes. Par logique, elle aurait probablement dû s’ébrouer, faire sa toilette pour tout enlever et remettre ses poils en ordre, mais elle n’en fait rien. Ses prunelles se déposent sur le bracelet. Aucun doute n’est possible : ce garçon est une rencontre qui chamboule tout. Qui laissera un souvenir impérissable dans sa mémoire.

Le chat observe le bracelet, déjà mélancolique. Sora, Sora, Sora …


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: