Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora]


Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Dim 2 Juin 2019 - 23:11

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


193, Automne, Kaze no Kuni.

Défile le temps comme défilent les grains de sable sous ses yeux fatigués. Kanna progresse, arrive au terme d’un long voyage qui la fait enfin sortir de Kaze no Kuni. Ses connaissances du pays et sa mémoire lui permettent d’être sûre qu’il s’agit bien de la frontière, celle qui la mènera probablement vers le pays du bois. Son père lui avait toujours dit qu’aux confins du désert, on ne sait pas ce qu’il y a, mais le danger rôde. Il ne faut jamais sortir du pays du vent, ô grand jamais, parce que, plus loin, c’est la mort. Un goût amer remplit sa bouche. Tout cela n’était qu’une belle mascarade, une manière d’immobiliser et d’emprisonner sa famille. Il l’a bloquée, jusqu’à la tuer, juste pour son plaisir personnel. Mais il a oublié une petite tête, dans son carnage. Ce visage immaculé. Cette bouille adorable qui s’est promis de venger toute sa famille, en faisant rouler sa tête de traître.

Kanna traîne la patte. Elle veut une auberge, une tanière, un endroit, n’importe quel endroit, pour pouvoir se reposer avant de s’en aller. Ses pattes ont trop déambulé dans l’immensité sablonneuse qu’est Kaze no Kuni, il faut qu’elles prennent du repos. Même un caillou au soleil fera l’affaire, tant qu’il est à proximité de l’eau. Juste un peu de temps pour elle, pour fermer les yeux et dormir, ne serait-ce que ça.

La chatte entre dans un petit village à la frontière, calme, qui a des airs de paradis. Les passants la regardent sans la regarder : c’est juste un animal, tout le monde s’en contrefiche. Même si elle est blanche, bah ! C’est juste un chat. Des bestioles qui errent, ici, ils en voient en permanence. Kanna continue sa route, avance, hume les douces odeurs qui parviennent à sa truffe. Tout est beau, tout est coloré, tout est bien. Il y a des maisons partout, des petites bâtisses, des tas d’endroits pour se poser et dormir comme une grosse larve. Elle apprécie.

Ses patounes la mènent jusqu’à un grand puits, puis un autre bâtiment, sur lequel sont dessinés des trucs – oui, des trucs – qu’elle ne comprend pas et ne parvient pas à lire. Elle reste installée là, jusqu’à ce qu’un élément impromptu fasse brusquement cesser sa réflexion.

« MRRRRRAW ! »

Le hurlement résonne dans tout le village, tonne comme un orage particulièrement virulent. Kanna sursaute, rebondit, saute, puis retombe lourdement sur ses pattes, face à son agresseur. Ses prunelles humides de larmes se déposent sur un être à l’apparence innocente. Il a l’air tout doux, adorable, mignon, mais il vient de lui marcher sur la queue ! Il lui a écrabouillé sa pauvre queue alors qu’elle n’a rien demandé, qu’elle ne faisait rien ! Sa pauvre queue ! Kanna ne sait pas comment réagir, alors, dans le doute, elle émet un puissant feulement.

« Vous pourrriez pas fairrre attention ?! »

Sa pauvre queue ! Non mais, vraiment ! Les gens ne regardent vraiment jamais où ils mettent les pieds ! Quelle dure vie que celle de chat, parfois !

Spoiler:
 


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 16:20
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
Aujourd’hui marquait une première chez le jeune Tadao, hériter de la branche musclée, trop tenter par la tempête pour se calmer. C’était au bras des aînés de son clan que ses pieds étaient guidés jusqu’à la frontière, dans un long voyage. Le but ? La simple recherche d’un parchemin pouvant les aider sur la maîtrise de l’esprit. Pour être honnête, les hommes et femmes ignoraient complètement la raison d’avoir amené un gamin si perturbant et trop joyeux. Sa voix ne cessait d’être entendu. Tadao Sora aimait la vie et surtout, il aimait découvrir. Toujours en direction de la frontière, il découvrait de multiples paysages que ses jeunes yeux n’avaient pas eu la chance de voir avant. Mais, une telle aventure sur plusieurs jours le guidait à rapidement devenir ennuyer. On arrive quand ? Est-ce qu’on est bientôt là ? J’ai faim. C’était d’une lourdeur absolut. Bien qu’on lui demandait de cesser son bla-bla, il continuait comme s’il possédait le centre de l’attention, parce qu’au final, on l’écoutait à chaque fois. Cet enfant si mignon devint rapidement un vrai emmerdeur sur deux jambes. Or, bien que son attitude montrait des signes de grandes volontés, Sora ne quittait jamais le groupe et restait toujours loin du danger. Jusqu’à ce nouveau village.

Bordant la frontière entre le sable et la forêt, ce village se composait de nombreuses auberges, restaurants, attractions touristiques.. Tout pour émerveiller le gamin affamé. Les aînés en profitèrent pour se reposer un peu et se séparer. De plus, cette occasion leur permettait de tirer des informations sur leur objectif, le parchemin Yamanaka. Lorsque le groupe se divisa, Sora se retrouva à être seul, la main pleine de ryo. Dans le clan, la confiance doit régner à tout moment, même face à la nouvelle génération, peu importe l’âge. Ce fut difficile de laisser le brun quitter la supervision des plus vieux, mais ils ne pouvaient pas s’empêcher de prendre la chance d’avoir un moment de paix sans sa voix trop puissante pour leurs pauvres oreilles.

Le sourire collé à son visage de morveux, Sora s’amusait à courir et à observer les nombreuses offres de nourritures. Comme tout semblait délicieux ici! Pourtant, toute son attention prit un autre sens lorsque son pied toucha un objet vivant et dur et… POILU?? PTI CHAT PTI CHAT PTI CHAT!

« ooooooOOOOOH PTI CHAT! »

La bête en question laissa sa colère ou sa douleur s’échapper, mais ce qui vint à la suite de cette réaction étonna complètement le Tadao. Le… le chat… IL PARLE. CLAN TADAO, EUH, LE CHAT IL PARLE HELP. Sora recula jusqu’à ce que son corps frappe le mur derrière. Devait-il être heureux ou effrayé? Cette petite boule de poils ne pouvait pas être méchante.. pas vrai? Oh mais! Je viens de lui faire mal…

« Sumimasen madame chat! » le Tadao s’excusa de toutes ses forces avec des larmes dans ses yeux et un début de morve à son nez.

Même si l’enfant n’avait que neuf ans, il vivait pleinement ses émotions. La tristesse se lisait facilement. Sora tomba sur ses fesses et, pour ajuster son erreur d’avoir marché sur la queue de madame chat qui parle, il déchira un bout de sa tunique rouge. Doucement, le jeune shinobi s’approcha de la petite bête et fit de son mieux pour entourer la queue avec le bout de tissu, créant un bandage. Nécessaire ou non, Sora se dit que c’était toujours mieux que rien.

« Est-ce que tu as soif? »

Il parlait au chat comme si c’était la chose la plus normale au monde. Prenant sa gourde, il la guida jusqu’à devant la truffe et commença à verser de l’eau. Ses larmes avaient déjà disparu, séchées sur sa peau sombre. Cette journée dans ce village devenait drôlement intéressante.

« Pourquoi tu parles madame chat? » demanda-t-il, intrigué et souriant.
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)


Dernière édition par Tadao Sora le Sam 15 Juin 2019 - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 3:50

Candide maladresse, ou brutalité assumée ?


Une réaction à chaud, rapide, qui calme d’un seul coup la colère de l’animal. Elle retombe lourdement sur ses pattes et observe l’étranger. Il a une voix criarde, peut-être un peu trop aiguë pour ses oreilles. Pourtant, il y a quelque chose dans ses intonations qui réchauffe le cœur de l’hybride. Il est doux. Innocent. C’est un enfant, il n’a pas fait exprès. Alors, certes, ça fait mal, mais il s’excuse rapidement, au point d’avoir des larmes sur ses joues et de la morve sur son nez. Il est adorable. Kanna se calme aussi vite qu’elle s’est énervée. Il est bien trop mignon pour oser lui en mettre plein la tête. Ranger les griffes, se concentrer sur la candeur de l’enfant.

Il s’approche, déchire son vêtement et fait une sorte de bandage sur sa queue. Docile, la chatte se laisse totalement faire et observe avec fierté le joli pansement offert par le gamin. Elle penche la tête. Lorsqu’il s’approche pour lui donner de l’eau, Kanna rend définitivement les armes. Elle inspire profondément, puis lape un peu d’eau. Ses prunelles se déposent sur le petit brun. L’innocence a l’air de déborder de son être. Il n’y a que ça. De la candeur, partout, une quantité illimitée, qui absorbe entièrement la fourrure blanche.

La question ne tarde pas à tomber : pourquoi parle-t-elle ? Eh bien, au fond, il n’a pas tort. « Madame chat », comme il l’appelle, est normalement un animal, mais elle est capable de la parole. Capable de lui crier dessus quand il marche sur sa queue. Kanna s’approche doucement de l’enfant et lui met un petit coup de tête contre la main.

« Merrrci, petit humain. Tu es tout parrrdonné. »

Nouveau contact, plus doux, accompagné d’un ronron sincère. La chatte se sent à l’aise. Elle aime bien ce petit humain. Il est gentil. Il lui a donné de l’eau et un bandage rouge.

« Je m’appelle Kanna. Si tu prrréfèrrres ‘madame chat’, tu peux continuer à m’appeler comme ça. Je parrrle parrrce que … Parrrce que je suis aussi une humaine, comme toi. »

La blanche ne sait jamais comment annoncer cette réalité, ni comment elle sera perçue. Il peut très bien paniquer et prendre ses jambes à son cou, pour la laisser là comme une malpropre. Ou alors, il peut rester et s’intéresser. L’instinct de Kanna lui dit qu’il réagira sûrement comme ça, mais elle ne peut pas en être certaine. La blanche recule un peu avant d’adopter une posture assise, la tête levée pour mêler ses iris céruléens aux prunelles sombres de l’enfant.

« On appelle ça des métamorrrphes, des gens qui peuvent se trrransforrrmer et êtrrre un humain, ou un animal. Je suis un chat à pieds noirrrs, donc je suis toute petite, même sous ma forrrme humaine. »

L’hybride remue doucement la queue, symbole d’un confort indéniable. Le bandage suit le mouvement, tache rouge sur le décor beige. Elle pourrait lui raconter bien des choses, il serait sûrement intéressé, mais il y a bien d’autres choses qui l’intriguent. Kanna penche la tête une nouvelle fois, de l’autre côté.

« Mais que fais-tu ici, petit humain, avec autant d’arrrgent ? Tu t’es perrrdu ? »

Il est plus jeune qu’elle, à n’en pas douter. S’il est seul ici, avec un sac rempli de ryôs, peut-être est-ce parce qu’il est seul, lui aussi. Auquel cas, l’hybride se trouve dans une situation plus complexe encore, car il est bien plus en danger qu’elle. Cacher un petit chat, c’est facile, cacher un petit humain, c’est déjà plus difficile. La voilà qui se surprend à espérer qu’il ne soit pas tout seul ici et qu’il ait une famille, quelque part, aussi près que possible. Une autre victime n’est pas négociable : il n’en faut plus aucune, plus jamais.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Empty
Sam 15 Juin 2019 - 2:21
Candide maladresse, ou brutalité assumée ?
Ce qu’elle est belle madame chat, ce qu’elle est douce. Sa fourrure blanche, sa petite taille si mignonne, ses yeux.. ce regard si éblouissant faisait disparaître la faim chez le gamin. Son ventre oubliait de gargouiller. Au final, elle ne semblait pas du tout vilaine, cette petite chatte. Le sourire du Tadao, trop large pour être ignoré, prouvait sa curiosité et sa joie. Intime ou non, Sora osa mettre des mots sur la question qui lui chicotait la logique. Un chat ne parle pas, alors pourquoi l’animal devant lui réussissait à s’exprimer sans difficulté et de plus, elle roulait les R! Madame chat, ou enfin, Kanna, lui expliqua sa vraie nature et la source de sa capacité à modifier son corps. Le brun cligna des yeux en observant sa petite interlocutrice et perdit un peu le fil de la conversation.

« D-d’accord. »

Il réfléchie à tous les mots entendus, tentant de comprendre l’idée naissance qui prenait place dans son crane. La main sur le menton et la mine sérieuse, il creusait un peu trop loin dans ses méninges. Le garçon restait coller au chat, aucune peur visible à l’horizon. À vrai dire, ça lui importait peu que les objets, les plantes ou les animaux parlent. Maman disait même qu’il faut parler aux fleurs pour qu’elles poussent ! c’était logique de les entendre en retour. Peut-être que c’était le même principe avec petite Kanna! Le Tadao ricanait seul, fière de… fière de n’importe quoi qui lui passait par la tête. Kanna semblait s’inquiéter pour lui, ce qui fit rire le garçon.

« Shishishi, mais non! » souriant, il glissa le sac de pièces devant la boule de poils. « Je suis avec les membres de mon clan, Tadao. Nous sommes en mission et ils m’ont laissés avec des sous pour que je puisse manger. »

Souriant, le jeune shinobi ne réalisait absolument pas comment cette situation ressemblait à un abandon. Pourtant, les Tadao ne disparaissaient jamais, ils revenaient toujours à la fin de la journée. Et puis, dès qu’un vilain personnage approche Sora, ça ne prend pas quelques secondes que tout le groupe se retrouve au même endroit, prêt à déclencher le figth du siècle. À la fois seul et entouré, c’était ainsi que le clan évoluait. Sora apprenait la survie, l’indépendance et la confiance avec ses propres expériences. Mais ça, il ne le remarquait pas.

« Oh! Reste ici ptit chat, je vais aller nous chercher de quoi manger! »

Soudainement, le garçon se leva pour disparaître plus loin. Cinq minutes passèrent, ainsi que dix, et bientôt vingt. Créant un petit nuage de poussière derrière lui, Sora arriva en courant jusqu’à l’endroit précédent. Essoufflé, il se laissa tomber au sol et déballa le contenu d’une boîte semblable à un bento. Une odeur de poison grillé et de riz frais s’empara de l’air. Avec le couvercle, il créa une petite assiette pour Kanna. Il fit glisser des morceaux de poissons et un peu de riz. Sans plus attendre, le Tadao commença à déguster le plat.

« Dis Kanna, si tu es humaine aussi, pourquoi tu as le physique d’un chat présentement? » dit-il la bouche pleine.

Il comprenait étrangement le principe de la transformation, et trouvait ça super cool, mais il se demandait si Kanna accepterait de lui montrer sa forme humaine. Peut-être n’aimait-elle pas être une femme ou une fille. Peut-être… était-elle en danger.

« KANNA! » cria Sora en fronçant des sourcils, ne lui laissant pas le temps de répondre à son ancienne question.« EST-CE QUE TU ES EN DANGER? Est-ce que c’est pour ça que tu es un chat !? »
(c) AMIANTE



Spoiler:
 

_________________
Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora] Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Candide maladresse, ou brutalité assumée ? [Sora]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: