Soutenez le forum !
1234
Partagez

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna)

Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Lun 3 Juin 2019 - 17:32
Et voilà quelques jours que l'enfant des Elements était arrivé à Kirigakure no Sato, ses pas l'avaient amenés ici. Là où tout avait commencé, Kiri était un village récent, il ne connaissait pas ce village mais il avait très vite appris qu'un Dieu y était scellé. Le Dieu de l'Eau... Intéressé, le Yamazaki s'y était très vite retourné. D'une pierre deux coups, il retrouvait sa famille qui l'avait lâchement abandonné et un nouveau but auquel il espérait ne pas échouer.

Le gardien élémentaliste devait reprendre un train de vie normal, cette vie qu'il empruntait désormais lui était totalement inconnu. Le jeune homme marchait sur des bouts de verres sans cesse, il commençait également à se ressentir faible étant donné qu'il avait échoué dans sa mission principale : protéger la stèle du Dieu des Elements.

Okiko avait été dans les derniers gardiens à quitter les lieus d'Hikari et du pays du Bois. La route avait été longue, étant donné qu'il ne la connaissait pas mais il avait réussi à se retrouver finalement. Bref, le jeune homme se promenait dans les rues du village caché de la Brume jusqu'à arriver à un endroit totalement inconnu à ses yeux.

Une personne était présente avec des objets qu'il n'avait jamais vu jusqu'à alors. Des objets de bois? Des pantins? Il se posait quelques questions, s'approchait discrètement pour mieux observer. Une marionnette probablement... inspiré fortement par un Dieu. Tout y était... Un talent assez peu coutume.

Que faites-vous? Demanda-t-il, faisant comprendre de sa présence dans le cercle de cette femme. Il est peu commun de voir de tel choses... Parlant de ce qu'elle avait entre les mains.

@Kazuma Nanna
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Mar 4 Juin 2019 - 20:33
L’attaque du Démon avait laissé bien des séquelles que ce soit sur l’île à travers un sceau gargantuesque, sur les corps des combattants ou des victimes ou dans l’esprit des survivants et témoins. La peur d’une nouvelle menace ou d’un autre éveil flirtait dangereusement avec l’euphorie d’avoir encore vaincu un ennemi. L’ambiance était étrange et venait jusqu’à imprégner l’intimité des maisons. Celle de Nanna n’échappait pas à cette règle : ses parents étaient lunatiques, tantôt ils exprimaient à grande pompe la fierté qu’ils ressentaient à l’égard de leur fille, tantôt ils se montraient sévères et irascibles en ne cessant de répéter qu’elle avait choisi une mauvaise vie, tantôt ils se lamentaient ou sanglotaient dès que l’idée que leur fille puisse mourir avant eux les effleure.

Autant dire, l’ambiance familiale commençait à peser lourdement sur l’état d’esprit de la demoiselle, qui n’était guère en meilleur état. Elle était divisée, la brunette, entre la certitude d’avoir choisi la bonne voie et celle d’avoir commis la pire bêtise de sa vie. Avec sa « rencontre » avec le monstre, une idée intéressante avait surgi dans son esprit, astucieuse et intéressant à la fois, et elle avait également pu découvrir les limites de ses premières créations. Plus que jamais, elle était certaine qu’elle n’allait qu’améliorer son art et le porter à un niveau encore jamais atteint.

Cependant, un « mais » planait dans cette histoire : la Mort. Elle avait toujours vécu avec cette dernière en raison de l’emploi particulier de son père croquemort mais à ce jour, la faucheuse n’avait toqué qu’aux portes des autres à ce jour. Jamais à la sienne. Elle avait senti son touché glacé lorsque le Démon avait raclé le sol et emporté diverses habitations et elle avait vu sa petite vie insignifiante défiler sous ses petites yeux quand la Bête était prête à lancer son ultime attaque.

Nanna restait jeune et la jeunesse avait le privilège de l’insouciance, cet état d’esprit qui permettait d’outrepasser certaines considérations ou pensées sérieuses, pour avancer, sans-peur. Dans son cas, elle noyait toutes ses pensées adultes dans sa nouvelle création qui, ironiquement, s’inspirait du Démon ! La Shinobi n’était pas le genre de dame à buter et à reculer devant une peur : elle ridiculisait l’objet de terreur, sans trop tarder, avant que la chose ne devienne un mythe indestructible.

La carcasse de la marionnette était là, plus ou moins à l’abri des regards. Une carapace striée dont la base était un bois solide creux servait de base à une forme de protège-nuque et un casque. Non loin, nous avions le coté abdominal de la tortue de bois avec quelques protège-bras reliés. Enfin, pour finir, au centre trône trois queues. Ses outils en main, soit elle visait les clous, soit elle tressait des fils soit elle huilait quelques mécanismes. Elle fut interrompue pile quand elle était sur le point de finaliser, en assemblant les différentes parties.

- Je finalise ma prochaine marionnette !
dit-elle fièrement, en relevant la tête. Je suis une Shinobi, alors mes créations sont différentes des pantins que l’on voit.

Elle se retint de dire « les pantins des artistes de rue », de peur de donner l’impression qu’elle dénigre la profession. Même si elle trouvait bien triste de réduire les marionnettes à quelques miniatures drôles, elle ne pouvait pas se moquer de ces hommes ou de ces femmes sous peine d’insulter indirectement sa propre mère. Cette dernière avait été une artiste des rues, avant de se marier et de s’établir sur cette île.

- Je m’appelle Kazuma Nanna ! Enchanté ! Et avant même que le monsieur puisse placer un mot, elle enchaîne. Ca vous tente de l’essayer ? C’est une marionnette qui nécessite deux personnes : une qui la porte et une qui la manipule. Je suis naturellement celle qui manipule !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Mer 5 Juin 2019 - 13:05
Avant d'arriver là où se trouvait cette inconnue, le Yamazaki pensait à cette vague d'énergie, que nombre appelait Résonnance. Beaucoup avait été impacté, sauf Okiko qui lui avait déjà vu son chakra altéré au fil des années à être près de la stèle du Dieu et de le protéger. Il s'était parfaitement fait à ces nouveaux pouvoirs, contrôlant avec une aisance particulière les affinités primaires que tout shinobi pouvait avoir. Okiko se trouvait bien à l'aise avec cela, entraînant un style bien particulier.

En approchant de cette inconnue, il pouvait apercevoir le pantin qu'elle fabriquait et ce n'était peu commun. Jusqu'à présent, Okiko n'avait jamais eu l'occasion de voir une marionnettiste, il y avait une première fois à tout. En tout cas, cette fille était une kunoichi du village, il s'en serait douté vu ce qu'elle faisait et l'apparence de sa marionnette n'était pas sans lui rappeler les Dieux.

Elle se présenta : Kazuma Nanna, il hocha doucement la tête alors qu'elle enchaîna en demandant si le gardien souhaitait essayer cet équipement.

Je suis Yamazaki Okiko... Il la regarda, surpris de sa proposition tout de même. Si vous voulez... A quoi servira votre pantin? N'ayant jusqu'à alors jamais vu de tel attirail, il se posait évidemment la question.

Le venin commençait à se dire que le Yuukan regorgeait pas mal de personnes aux capacités intéressantes, lui qui s'était contenté des Moines et des Gardiens d'Hikari jusqu'à présent.

Votre pantin ressemble au Dieu à trois queues, étrangement. Constata-t-il, alors, observant cet objet bien différent de ce qu'il avait pu voir jusqu'à présent dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Mer 5 Juin 2019 - 16:24
- Ma marionnette aura pour but de soutenir et renforcer mon coéquipier, annonça-t-elle tout naturellement.

Elle évitait d’expliquer la raison de ce regain d’altruisme à un parfait étranger. Cependant, si une personne de confiance lui posait la question, elle répondrait avec une totale honnêteté et franchise. Elle dira qu’elle s’était sentie considérablement vulnérable, lorsque la Bête avait détruit sa seule défense, et bien désœuvrée face à la suite des événements. Ses coéquipiers avaient déployé bien des techniques, et bien de l’énergie. Ils avaient évité le pire, de justesse. Or, ils auraient pu espérer une véritable victoire si ces deux personnes avaient eu un réel coup de pouce.

Alors, une de ses marionnettes n’aurait comme fonction que de soutenir et aider son prochain. Le but n’était pas dépourvu de toute arrière-pensée : dans un combat à nombre égal, si son coéquipier se « débarrassait » plus vite de son adversaire, il pourrait se focaliser sur le second et les choses se passeront aussi aisément. En somme, une force de deux, contre une personne. Voilà le noble objectif qu’elle poursuit.

- Je me suis inspirée du Dieu, effectivement, confirma-t-elle. Il faut dire, il donne matière à construire une marionnette époustouflante ! Je vais vous donner la preuve dans quelques minutes. Je dois avant tout finaliser l’assemblage. Donnez-moi dix petites minutes.

Aussitôt dit, aussitôt s’était-elle jetée sur sa création pour s’y concentrer entièrement. Un ballon pourrait éclater près de son oreille, qu’elle serait encore capable de ne pas l’entendre. Cet état d’esprit n’était pourtant pas étonnant chez une marionnettiste, et surtout si cette dernière avait déjà eu une valse avec la mort. Le pantin entre ses mains était sa garantie de vie, et l’erreur n’était donc pas acceptable – même pour une simple démonstration. La dizaine de minutes écoulée en silence de son côté, elle finit par frapper sur ses deux paumes puis posent ses dernières sur sa création. Elle se volatilise aussitôt, scellée entre les deux paumes de la dame.

- Nous pouvons commencer ! L’exercice est assez simple. Dès que je vais réinvoquer mon pantin, je vais le poser sur vous. Ensuite, vous n’aurez qu’à bouger, et me dire comment vous vous sentez. Si vous êtes à l’aise, ou si c’est lourd… ce genre de choses ! Ne bougez surtout pas jusqu’à ce que je place le pantin sur vous !

Sans tarder, elle fit cinq à dis pas en arrière, reproduisant plus ou moins un possible scénario de combat. Elle était une combattante à distance, alors tout naturellement, elle se posait le plus loin possible du potentiel danger. Lorsqu’elle jugea la distance correcte, elle tapa à nouveau ses deux paumes entre elles et invoqua le pantin. Contrairement à la structure démembrée d’il y a dix minutes, et sans vie, l’inconnu pouvait admirer uniquement … deux bouts de bois ralliés par des fils bleutés d’où pendaient trois queues souples, faites tantôt de bois, tantôt de métal. Une queue était faite de métal et ressemblait à une lame affûtée. Une queue avait droit à de petits trous. Et enfin, la dernière était en bois avec pas mal de tissus ou de feuillage.

Elle écarta les bras et joua de ses doigts comme si elle avait un piano imaginaire à disposition, et aussitôt les deux bouts de bois en question s’élancèrent vers l’inconnu et se placèrent tour à tour sur le dos, et sur l’abdomen.

- Etape 1, placer à distance. OK !
susurra-t-elle, étudiant attentivement chaque élément.

Elle joue encore des doigts, comme une vraie virtuose. Aussitôt, un « clac » s’entend et une carapace striée de bois et de métal se déploie au niveau du dos, et une forme d’abdomen de tortue protecteur au niveau de la poitrine et ventre. Elle tire subitement sur un fil et aussitôt, un protège-nuque et un casque viennent enrober les parties respectives du visiteur.

La tortue était déployée.

- Etape 2, le déploiement. OK ! Sans plus tarder, elle se rapproche du brun. Hey, Yamazaki-san, ca va ? Pas trop surpris ? Est-ce que vous vous sentez à l’étroit ou est-ce trop large ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 13:25
Clairement, le jeune adulte n'était pas habitué à être utilisé comme cobaye pour des techniques. Apparemment, celle-ci n'allait lui faire aucun mal alors pourquoi pas ne pas aider une compatriote? Okiko souhaitait protéger Kirigakure no Sato, il devait aussi protéger les villageois qui s'y trouvaient. Shinobis ou civils, il n'y faisait aucune différence. Il hocha donc la tête, laissant les quelques minutes demandées par la kunoichi de finaliser tranquillement sa création. Le silence arriva, un silence qui ne dérangeait pas du tout le gardien, il n'était pas parmi les plus bavards à vrai dire alors c'était tout bénéfique pour lui.

En tout cas, il était observateur. Ne quittant pas des yeux cette marionnettiste, il remarquait qu'elle était bien plus que passionnée par ce qu'elle faisait, ses mains passaient sur son pantin avec une précision minutieuse, elle savait ce qu'elle faisait, là où elle voulait aller. Les dix minutes passèrent, la marionnette disparut après que la kirijine ait tapé dans ses mains. Le Yamazaki devina aussitôt qu'il s'agissait d'un sceau.

D'accord... Evidemment, il n'était pas dès plus serein quant à cette expérience. Il ne devait rien faire, il ne ferait rien.

Okiko resta donc statique, son regard fixe sur la jeune brune. Elle fit apparaître de nouveau son pantin, cette fois-ci bien plus animé, les deux bouts de bois se placèrent sur le gardien élémentaire. Un à son abdomen, un à son dos, il baissa les yeux pour voir cela. Encore une fois, il ne s'attendait pas à la suite mais une carapace avait été crée dans son dos, comme une forme d'abdomen d'une tortue protecteur à son ventre. Qui plus est, il s'était retrouvé avec un casque sur la tête et un protège nuque.

Il ne ressemblait plus à rien, réellement. L'adolescente s'approcha de lui, lui posant des questions.

Euh, ce n'est pas naturel mais ce n'est pas dérangeant.... Répondit-il, avant de poser une question : Comment l'utiliser? Parce que en soi, c'était une marionnette de protection intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Mar 11 Juin 2019 - 23:17
La réponse d’Okiko gêna considérablement Nanna. La marionnette devait se poser « naturellement » sur un autre corps et s’adapter instantanément à la morphologie propre de chacun. Le but était d’apporter de l’aide, mais nullement gêner ou surprendre son allié. Ainsi, sans surprise, elle commença à tâter le bois, cherchant la moindre faille – s’il existe des attaches trop serrés ou trop amples, par exemple – et remarqua bien vite quelques rigidités imprévues mais qui, après une réflexion, s’expliquait. Elle n’avait pas pris en compte toutes les articulations humaines, et par conséquent, cette marionnette était encore trop imparfaite pour se montrer digne sur un champ de bataille.

- Toi, tu ne l’utilises pas. Tu en profites, répondit-elle. Il ne restait plus qu’une partie à tester et sûrement la plus importante. Imagine un court instant que tes deux bras sont occupés, à se défendre ou à attaquer l’ennemi, ou encore que ton attaque ait raté de quelques centimètres.

Subitement, elle s’éloigne de cinq autres pas et, à l’image d’une pianiste, joue des doigts. Le mécanisme de la première queue s’active, et aussitôt la lame aiguisée pourfend l’air tout autour avec une certaine grâce.

- Ou alors, tu fais face à un ennemi, qui est sur ses gardes. Tu ne peux pas l’approcher. Il faut l’occuper ! Pas de panique, il suffit de balancer un peu de gaz ! Et t’en profites pour fondre sur lui.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Ses doigts activent la seconde queue, qui délivre une fumée épaisse vers une direction quelconque. L’épais manteau blanc a une légère odeur poivrée. Malheureusement, le point négatif de cette technique est précisément l’impossibilité de faire la distinction entre un allié ou un ennemi : le premier devrait porter un masque, constamment.

- Je n’ai pas encore trouvé d’utilité à la troisième queue, finit-elle par dire. Oh, il y avait des idées mais aucune ne l’avait réellement intéressée ou émerveillée. Je dois évidemment l’améliorer. J’ai quelques autres idées, comme par exemple transférer l’armure sur un ennemi et ainsi avoir plus de chance de blesser directement et sans risque pour quiconque.

Les genins qui parlaient aussi sereinement de morts étaient rares. Beaucoup était pétri par des idées nobles et romantiques sur la guerre, sur les combats ou sur le rôle d’un Shinobi. Nanna était différente, car elle avait vu ces nombreux corps mutilés, témoins silencieux et froids d’une guerre ou d’une confrontation passée. La violence n’était pas belle : elle n’était faite que de rouge sang, de visages bouffis, d’entailles bleutées béantes ou encore de tripes noires pourris. Si les hommes juraient par la force et mettaient sur un piédestal des morts, Nanna vouait une religion qu’à l’ingéniosité et tenait à la vie bien plus qu’à la mort. La première offrait trop de choses, alors que la seconde n’apportait aucune promesse claire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Ven 14 Juin 2019 - 11:08
Cette armure s'était bien mélangé à son corps, mais dire que c'était naturel serait mentir. Il se fichait pas mal de blesser les gens avec son honnêteté, elle voulait un avis, Okiko était la meilleur personne pour cela. Il ne mentait pas, dire la vérité était une seconde nature pour ce garçon. La vérité pouvait blesser des gens, il le savait, cependant il préférait une vérité qui blesse plutôt qu'un mensonge qui dure bien trop longtemps et fait bien plus de dégâts.

En tout cas, il se demandait désormais l'utilité de cette armure. A quoi pouvait-elle lui servir? Comment l'utiliser? Le brûlé se posait évidemment des questions sur l'utilité même de cette marionnette d'armure. Elle répondit bien vite aux questions qu'il se posait, en tout cas.

Les explications étaient claires, en gros, Okiko n'avait juste besoin de rien faire. C'était un plus dans son style de combat, apportant des bras en plus, un style différent. Pendant les explications, le garçon restait silencieux, l'écoutant attentivement. La kunoichi s'éloignait, jouait de ses doigts et la première queue se transforme en lame, pourfendant l'air. Impressionnant. Pour finir, elle expliquait l'utilité de la seconde queue avant de montrer ce qu'elle pouvait faire... Tout cela était intéressant.

La fumée poivrée commençait enfin à disparaître, Okiko tourna son regard vers la marionnettiste, s'attendant.à autre chose pour la troisième queue. Mais, rien du tout. Elle n'avait pas trouver d'autres idée...

— Je vois. Elle peut contenir une protection supplémentaire, tout en permettant à celui qu'il la porte de pouvoir continuer à se battre.

Le Yamazaki proposait des idées, il ne savait pas trop ce qu'elle attendait de lui réellement. En arrivant au village caché de la Brume, le genin découvrait énormément de choses... Des pouvoirs de gens qu'il n'avait jamais rencontré auparavant, des gens bien forts... Pouvait-il progresser à leurs côtés? Okiko l'espérait, s'il voulait protéger comme il le fallait la stèle du Dieu de l'Eau.

— C'est la première marionnette que tu as crée? Pour une fois, il posait des questions, ne se montrant pas peu bavard comme à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Mar 18 Juin 2019 - 23:00
Kazuma Nanna était une fille extrêmement bavarde au point où il n’était pas rare que ses interlocuteurs ébahis de prime abord commencent à s’impatienter, priant silencieusement que le gosier de la dame s’assèche au plus vite. Pourtant, à peine se seraient-ils posés cette question que les fines lèvres cesseront de bouger et son regard noisette les fixera chaleureusement, voire amicalement. Son enfance passée dans la boutique mortuaire familiale lui avait appris à interpréter les regards – ou les traits – de son interlocuteur, et ainsi déterminer le moment propice à la discussion ou au silence.

Ainsi donc, lorsqu’elle parlait, tantôt on s’émerveillait de sa curiosité ou de son ingéniosité, tantôt on s’interrogeait en même temps qu’elle sur des sujets complexes. Lorsqu’elle se taisait, le silence avait davantage des allures d’une brise fraîche et agréable que d’un silence gênant et lourd. Nanna avait cette énergie indomptable et mystérieuse, qui poussait les hommes et les femmes à sortir un tantinet de leur coquille ou à abandonner leurs mille et une parures étincelantes dont le but est de se cacher, de mieux faire semblant.

- Une protection supplémentaire ? Il faudrait que je trouve un support suffisamment solide, mais c’est souvent synonyme de davantage de poids. Or, si je rajoute encore du poids, mon coéquipier peut perdre en vitesse, voire en efficacité. Si je faisais équipe avec un géant, la question ne se posera sûrement pas !

Géant, créature légendaire ayant l’apparence d’un humain mais ayant la taille d’un arbre centenaire – si ce n’est plus – et avec une force herculéenne. Par cette référence, la demoiselle mettait en avant une autre particularité de son trait de caractère marginal : elle était rêveuse, et studieuse. Elle avait lu tant et tant de livres, tantôt de la documentation, tantôt du théâtre comique, tantôt des mythes, que son imagination était des plus fertiles. Une qualité indispensable pour une marionnettiste et plus largement, pour un shinobi.

- Je dois surtout surprendre. La carapace protège, une queue attaque et une queue créée la confusion. La dernière queue doit exploiter un domaine inexploré encore. Elle doit surprendre, autrement elle risque d’être prévisible et être contrée aisément. Mais merci beaucoup pour ton avis ! Je le garde comme une possibilité !

Elle offre un nouveau sourire, simple et sincère. Un sourire qui disparaît aussitôt au profit d’une grimace et de joues rosies. C’était son expression, pour exprimer sa honte.

- Non, ce n’est pas ma première marionnette mais ça sera la première à être aussi polyvalente ! C’est pour cette raison que je dois encore procéder à plusieurs ajustements : le prototype est bien trop imparfait encore.

Elle se tut, pour relever la tête au ciel. Elle cherchait à se rappeler de sa première marionnette mais, bizarrement, celle qui lui venait en tête était celle qui s’était lamentablement brisée durant l’attaque du Démon et qui avait prouvé à quel point la demoiselle devait sortir des sentiers battus, et faire preuve de plus de ruse et de technicité.

- Je fabrique des marionnettes depuis petite mais toujours avec des tailles modestes. Depuis que je suis shinobi, mes créations sont bien plus imposantes … mais aussi plus imparfaites. Le travail d’un modèle de dix centimètres et d’un modèle de cent quatre-vingts centimètres sont deux choses différentes et j’ai encore beaucoup de mal à m’ajuster. Ma première création shinobi avait pour but de protéger mais elle s’est fracassée lamentablement à la première attaque. Et ma seconde création devait être offensive, mais je me suis retrouvée à évacuer des civils avec.

Elle parlait, tout en articulant ses doigts et en débarrassant l’homme de l’armure de la réplique du Dieu.

- En tout cas, merci d’avoir accepté ce petit test ! Beaucoup s’enfuit en courant … Dommage que l’inconnu effraie autant, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 19:58
Après tout, les Kirijins étaient désormais voués à protéger la stèle du Dieu de l'Eau, scellé sur l'île principale de l'archipel. Ainsi, ils avaient tous la même mission et Okiko devait transmettre son savoir, ses idées pour mieux réussir cette mission. Reproduire l'erreur d'Hikari, la Cité Ancestrale, n'était pas envisageable pour le nouveau genin, il devait désormais apprendre de celle-ci pour faire bien mieux.

Ainsi, le jeune homme proposa l'idée d'une protection supplémentaire. L'idée n'était pas mal, en soi, cependant la marionnettiste mit directement son veto, expliquant alors que cela n'était pas forcément dans ses idées. Une protection supplémentaire alourderait forcément le pantin maniable. Elle continua alors dans ses explications, déclarant qu'elle devait trouver quelque chose d'imprévisible, qui surprendrait l'adversaire et sur ce point, elle n'avait clairement pas tort.

— Je vois, je comprends bien. Répondit-il, tout simplement.

Pour une fois, l'élémentaliste se montra alors curieux. Etait-ce la première marionnette qu'elle créait? C'était un art spécial qui demandait énormément de rigueur, une certaine expertise également... Okiko l'avait très bien vu précédemment quand elle commençait sa fabrication.

En tout cas, ce n'était pas sa première mais c'était surtout le premier pantin polyvalent. Elle expliqua donc avoir déjà crée une première marionnette de défense, détruite en une seule attaque et une autre, offensive, qui avait plus servi au soutien. Il hocha doucement la tête.

— L'idée serait d'en créer une polyvalente, cela pourrait être plus efficace, oui. Et plus tard en créer des plus spécifiques... La Dissimulation, La Défense, l'Attaque. Il y a énormément de quoi faire avec un tel attirail. Parla-t-il avec franchise.

Pour toute réponse, il hocha la tête. Disons qu'il n'avait jamais été effrayé dans la vie, il connaissait bien l'inconnu, se rappelant être arrivé à Hikari sans ne rien connaître, comme aujourd'hui où il arrivait à Kiri sans ne rien connaître.

— Il faut y être habitué. L'inconnu n'est pas forcément une mauvaise chose.

_________________
Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) J6f2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Dim 23 Juin 2019 - 21:13
Nanna ne commenta pas plus les sages paroles de l’étranger. Il avait parfaitement raison de souligner la nécessité d’avoir plusieurs marionnettes, répondant plus à moins à des fonctions précises. Les pantins n’étaient ni plus, ni moins, que des outils – plus complexes, plus polyvalents – et par conséquent, ils devaient être définis puis ranger avec précaution dans le grenier à outils du petit inventeur. Autrement, le chaos régnait et le baiser de la Mort n’allait nullement tarder.

Pourtant, la brunette rencontrait une limite de taille pour achever un tel objectif : le temps. Lors de ce premier face-à-face, elle avait remarqué qu’une fois son pantin détruit, elle était sans défense. Elle n’avait dès lors que deux possibilités pour palier à ce problème de taille : sortir un second pantin, ou alors déployer de nouvelles techniques dans des domaines différents – comme le ninjutsu. Or, la création d’une multitude de pantins comme l’apprentissage d’un nouvel art nécessitaient tout deux un temps précieux.

Elle était devant deux chemins, et aucun ne lui convenait. Deux chemins, qui ne lui donnaient que des envies de trouver un troisième itinéraire, voire s’en construire selon ses envies. Serait-elle capable d’une telle prouesse, dans un monde où les Shinobis avaient déjà exploré bien des possibilités ?

- Je vais finir en savant fou, dans mon grenier, le temps que j’arrive à construire les bonnes marionnettes, dit-elle avec allégresse, mêlant la réalité à une note amusée. J’ai hâte de pouvoir avoir l’opportunité d’explorer hors Mizu no Kuni et découvrir sûrement de nouvelles techniques !

Peu de personnes maîtrisait son art – ou alors était volontaire de partager les connaissances – et les livres avaient des limites propres – entre l’auteur qui a magnifié une simple description avec son imagination ou encore les propos abstraits des savants qui oublient qu’une marionnette se construit davantage avec des plans et non des mots. Alors, naïvement, elle rêvait que le monde hors Mizu no Kuni pullulait d’hommes et des femmes animés par une même passion, et prêts à partager leurs connaissances sans aucune attente.

- D’ailleurs tu sembles être d'ailleurs. Peut-être du grand continent.

Une simple conclusion qui venait de deux observations : l’accent, et le calme. Le monde pouvait parler une même langue mais certaines expressions ou encore accents propres à certaines régions s’imprimaient inconsciemment au sein de sa population. Mizu no Kuni était un peuple de pêcheur et par conséquent, certains mots étaient mâchouillés, la voix était forte et braillarde – à croire que la criée était tous les jours – et les expressions prenaient ses sources de la mer. Les shinobis étaient une exception : on leur apprenait à être silencieux, à se fondre dans la masse … bien souvent. Nanna était un pur produit régional, loin du stéréotype du Shinobi sournois, ou qui se fond dans l’ombre.

- Tu dois être une nouvelle recrue, supposa-t-elle.

Il n’y avait que deux raisons pour se rendre dans un village caché ninja : ouvrir un commerce orienté dans les arts shinobis – ou quelques commerces utilitaires, comme l’alimentation ou les vêtements – ou rejoindre les rangs. Malgré son historique, Kiri n’était clairement pas une ville avec une forte attraction touristique. Et le type en face d'elle ne semblait pas avoir les qualités d'un commerçant, soit être bavard entre autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:18

Des marionnettes et des dieux.
Il ne s'imaginait pas réellement le temps que prenait à créer une marionnette digne de ce nom. En réalité, il n'avait jamais vu jusqu'à aujourd'hui ce genre de création, il restait impressionné. Le Yamazaki s'imaginait créer une marionnette, lui donner vie et faire en sorte de combattre avec celle-ci en parfaite harmonie. Mais, cela, il ne le pouvait pas. Il ne le pouvait plus. Son chakra avait été altéré.... Il ne pouvait plus faire grand chose désormais.

Il haussa les épaules.

— C'est dans l'erreur que l'on apprend le plus. Mon maître nous disait très souvent cela.

Il se souvenait encore de chaque parole de son défunt professeur. Un homme bon, dur mais bon et juste. Ce-dernier avait appris bien des choses au Yamazaki et surtout il l'avait formé pour maîtriser aisément les affinités lorsque son chakra avait été altéré par la stèle du Dieu des Elements.

— Tu penses que les techniques de création sont différentes? Peut-être que tu pourrais créer ton propre style... Enfin, je ne m'y connais pas là-dedans.

Okiko tenta un sourire, plutôt maigre, ce n'était clairement pas dans ses habitudes mais cette jeune fille lui paraissait bien plus qu'amicale... D'ailleurs, elle semblait perspicace puisqu'elle demanda s'il était d'ailleurs. Il avait un certain accent comparé à d'autres, démontrant qu'il venait d'une autre contrée.

— Oui. Je suis né sur Mizu no Kuni mais j'ai grandi à Hayashi no Kuni, je ne suis arrivé que récemment dans ce village pour offrir mes services... Comme un retour à la maison.

Ou pas. L'ancien gardien ne savait pas du tout s'il devait se considérer comme natif d'ici, il ne savait même pas s'il était d'ici réellement. Qui était-il vraiment? C'était peut-être pour cela aussi qu'il venait ici ... Pour trouver des réponses.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) J6f2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Dim 7 Juil 2019 - 19:20
]b]- Je suis bien d’accord ! Nous forgeons des bases plus sûres et plus solides avec nos erreurs. Sauf que dans notre monde, l’erreur n’est permise qu’au moment de l’entraînement ou, dans mon cas, la création. [/b]

Elle ne préférait pas finaliser sa phrase, en évoquant la fatalité que l’erreur pouvait provoquer dans un vrai combat. L’homme en face d’elle semblait avoir de l’expérience – et peut-être même davantage qu’elle – et surtout, elle ne désirait nullement ruiner cette première rencontre en faisant planer le voile de la mort sur eux.

Sa bonne humeur prit malgré tout un coup suite à une suggestion glissée par Okiko. Son sourire chaleureux devint un tantinet forcé, et ses yeux plissés ou ses traits crispés indiqués clairement qu’elle était gênée subitement. Consciente qu’elle offrait un piètre tableau – mais saisissant, par rapport à ce qu’elle avait offert jusqu’à maintenant – elle se décida à mettre au clair la situation.

- Si tu sous-entends les techniques ninjutsu, en technique de création, je dois avouer que je ne maîtrise pas cet art. Je ne connais que l’art des marionnettes, finit-elle par avouer.

Elle avait appris cet art en autodidacte, sans l’aide de quiconque, si ce n’est en se basant sur sa mémoire et sur les quelques petits tuyaux donnés par un marionnettiste en retraite dont sa carrière s’était limitée à faire jouer des pantins en spectacle. Si au départ, elle avait été fière d’être arrivée aussi loin à force de détermination et d’effort, elle s’était vite heurtée aux premières limites de la maîtrise d’un unique art. Elle devait se diversifier, pour surprendre et pour innover. En ne se reposant que sur une maîtrise, elle devenait prévisible et donc, par conséquent, vulnérable.

- Comme les autres bases, d’ailleurs. Disons que mon père avait espéré que je reprenne la boutique, et ma mère avait parié que je serais une artiste. Et il n’y aucun shinobi dans ma famille. Alors … je n’ai pas vraiment eu de référant … et mon premier et dernier maître n’est pas revenu, de sa dernière mission. Et actuellement, je n’ai toujours pas de nouveau maître ou d’équipe, donc je pense que je vais encore un peu galérer avec mes pantins.

Sa bouche était à nouveau scellée quand il était question de la Mort, car oui, cet homme qu’elle avait brièvement rencontré avait eu droit à sa danse avec la mort hors de la frontière et a été emportée par Elle. La seule tristesse qu’elle éprouvait est de ne pouvoir verser une larme : elle l’avait trop peu connu pour pleurer son destin, et pourtant, elle était certaine qu’elle aurait pu apprendre quelque chose.

- Bon retour à la maison, en tout cas ! conclut-elle. Il faut fêter ça ! Si t’as pas de plan prévu, je te propose de manger un bout quelque part ! Je connais un super endroit qui vend une grillade de poissons que personne ne peut battre !

Sa mère avait été une saltimbanque dans sa jeunesse et par conséquent, elle avait appris à sympathiser immédiatement et à accueillir tout étranger qui se présentait à elle. Malgré son « établissement » à Mizu no Kuni, elle n’avait pas abandonné cette habitude – qui avait valu à la fois de bonnes et mauvaises surprises dans une île qui fut bien dangereuse à une époque. Une habitude qu’elle avait aussi transmise à sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Yamazaki Okiko
Yamazaki Okiko

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) Empty
Dim 7 Juil 2019 - 22:14

Des marionnettes et des dieux.
Sur cela, elle marquait un joli point. L'erreur ne pouvait être commise sur un champ de bataille, ça, le néo-genin l'avait bien compris lorsqu'Hikari avait été pris d'assaut. Aucuns des siens n'avait été préparé à une attaque, surtout d'une telle envergure, les gardiens et les moines avaient échoué dans leur unique mission... Okiko ne s'en remettait toujours pas, mais il devait relever la tête et penser à la nouvelle mission qu'il s'était octroyé.

Le shinobi essayait de proposer des idées et autres innovations à la marionnettiste, mais il ne s'y connaissait vraiment pas dans cet art si particulier... D'ailleurs, il sentit une légère crispation dans ses gestes et paroles. Okiko n'avait jusque là pas penser au Ninjutsu, loin de là. Mais, elle ne connaissait pas cet art là où Okiko en était le maître.

— Je vois... Enfin, je parlais des techniques de marionnettistes. Ne pas se baser sur ce que les autres font, mais créer ton propre style, tu comprends?

Il n'était pas du tout d'une grande aide. Elle lui aurait parler de Ninjutsu et d'affinité primaire, il aurait pu l'aider... Elle lui raconta un peu sa vie, lui avouant qu'elle n'avait personne de sa famille qui avait été shinobi et qu'elle avait du apprendre tout en solitaire. De ça, il pouvait le comprendre.... Bien que le Yamazaki s'était entraîné avec d'autres moines et gardiens, il avait appris ce qu'il savait tout seul.

Il lui raconta un peu de sa vie, son origine du pays de l'Eau et le fait qu'il avait grandi dans celui du Bois... C'était comme un retour à la maison pour lui, bien qu'il devait encore s'y habituer.

— Oh.. Euh, et bien avec plaisir, Nanna.

Il avait faim, son ventre se mit même à gargouiller assez bruyamment. L'invitation de la kunoichi de la Brume arrivait à point nommé.

— Je te laisse me guider, tu connais mieux le village que moi.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna) J6f2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

Des marionnettes et des dieux. (Kazuma Nanna)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: