Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Un nouveau combat.


Un nouveau combat.  Empty
Mar 4 Juin 2019 - 1:13
Tranquillement, sa main perfusée se dirigea vers le verre en plastique qui était posé à ses côtés. Elle ingéra l'intégralité de son contenu et le reposa, avant de pousser un long soupir.

Voilà déjà une semaine qu'elle était à l’hôpital. Son arrivée remontait au jour ou Sanbi avait fait irruption aux abords du village. Elle y était encore en raison de l'état d'infection avancée de certaines de ses blessures profondes.

Comme tous les autres, elle avait combattu. Et quel combat ! Une nouvelle fois aux côtés de Kaya, elle avait cette fois réussi à triompher de son adversaire. Sans doute était-elle plus forte. Sans doute ses sens s'étaient affûtés d'avantage avec le temps. Qui sait ? La conclusion était là. Peu importe le calcul, le résultat parlait de lui même.

Oui, tout cela avait été un succès, dont elle n'avait cessé de s'attribuer une partie du mérite ces derniers jours, à juste titre. De ce côté, rien à dire. Et même si elle n'avait pas pu se joindre à la lutte finale, n'ayant pas les forces nécessaires pour continuer le combat, elle n'en avait que faire. La gloire revenait à ses shinobis qui avaient su faire disparaître la bête. Et bien pourquoi pas après tout ? Des tas de noms connus apparaissaient dans la liste, et elle ne pouvait qu'être heureuse pour eux.

Elle aussi avait eu son moment de gloire. Son combat contre le yondaime avait été légendaire, bien que soldé par une défaite.

Atsumi était avant tout une espionne accomplie, ayant toujours fait ce qu'elle désirait depuis toujours. Non, ce n'était pas la combattante la plus féroce de son rang. Mais il fallait reconnaître que peu rivalisaient avec son efficacité lorsqu'on en venait aux missions de renseignements et d'infiltration.

Alors oui, son activité avait été brutalement interrompue après les événements liés aux Hyosas. Un combat gagné d'avance contre une tumeur, disaient les médecins. Et ça n'a pas manqué ! Oh non. Elle était revenue en pleine forme, plus déterminée que jamais.

Seulement, elle ne pouvait récupérer certaines choses qu'elle avait perdues durant cette année de lutte contre le cancer. A commencer par sa fille adoptive. Le sujet était tellement tabou pour elle, qu'elle n'y pensait même pas. Elle s'était volatilisée, comme ça. Incapable de comprendre que la blonde n'était pas en capacité de s'occuper d'elle. La blessure profonde est encore ignorée aujourd'hui, mais pour combien de temps ?

Suite à un événement inconnu, beaucoup d'entre nous ont subi certains changements. Mineurs pour certains, majeurs pour d'autres … ou parfois inexistants.

C'était le cas de la jeune femme. Lorsqu'elle a commencé à entendre toutes ces histoires de bouleversements chez plusieurs personnes, elle avait cherché à comprendre ce qu'il en était pour elle. Et elle avait du se rendre à l'évidence … rien. Peut-être étais-ce pour le mieux ? Atsumi entendait parfois que certains shinobis avaient été forcés de prendre leur retraite suite à une annihilation complète de leur chakra, alors tant mieux ?

Rien ne changeait donc pour elle. C'était ce qui s'était ancré dans sa tête, puisqu'elle ne sentait aucune différence.

Et pourtant.

Pourtant, l’événement en question l'avait affectée, d'une manière trop discrète pour être détectée aussi facilement.

Prenant la nouvelle avec calme, elle s'était simplement tournée vers la fenêtre ouverte, qui permettait au soleil d'un timide début d'été de projeter ses faibles rayons à travers la pièce. Alors c'était donc ça ? Le voici, sa récompense à elle ? Bien.

N'ayant rien donc d'autre à faire, elle laissa une journée passer, et se décida à s'adresser à plusieurs personnes avec qui elle estimait devoir converser, dans une lettre leur indiquant qu'elle souhait discuter avec eux, mais que les médecins la gardait encore en observation.

« Pourrais-tu passer par l’hôpital  ? La journée de demain est entièrement réservée aux visites, si tu pouvais venir pour 15 heures, ça serait génial. »


Alors la nuit fila, et à toutes les personnes qui se (re?)présentèrent elle leur adressa ces mots, après les avoir salués chaleureusement et remercié de leur venue.

Elle les attendaient en position semie allongée, le matelas électrique de sa chambre lui permettant une telle prouesse.

« Voilà. Les médecins sont formels. Le cancer est de retour. »
déclara-t-elle dans un calme absolu.

Elle marqua un temps de pause.

« J'ai déjà eu une tumeur l'an dernier, mais pas de cette ampleur, d'autant plus qu'elles sont plusieurs. Personne ne peut se prononcer sur mes chances à l'heure actuelle. Il semblerait que ce soit ce qui se manifeste chez moi parmi la vague de bouleversements que nous subissons tous plus ou moins. »

Les mots qu'elle employait résonnèrent dans sa tête. Une fois, deux fois, trois fois. Elle continuait de sourire, sentant la brise légère s'échappant par la fenêtre toujours ouverte sur ses joues.

Puis quelques secondes passèrent encore, et enfin les larmes arrivèrent. Sans sanglots, sans gémissements, sans soubresauts.

Le liquide lacrymal s'écoula sur son visage, et termina sa source sur sa poitrine, source intarissable et abondante, immédiatements absorbé par la matière constituant son vêtement d'hopital.

« Je voulais simplement vous prévenir cette fois, et ne pas rester dans le secret comme l'an dernier. »

Spoiler:
 

_________________
Un nouveau combat.  1515621276-luxgiffull
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787

Un nouveau combat.  Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 22:17
La résonance, c'est ainsi que tous appellent cet événement d'une ampleur sans précédent ayant frappé chacun des shinobis du Yuukan. Tous n'ont pas eu la chance, ou la malchance, de voir leur vie changer de différentes manières. Certains civils dépourvus de chakra s'en sont vus pourvus, et des shinobis vétérans ont dû prendre leur retraite forcée après avoir perdu la totalité de leurs capacités à manipuler l'énergie bleue. Pour ma part, les changements ont été mineurs, si l'on regarde certains, mais au-delà d'une modification de mon affinité principale, c'est surtout le fait que j'ai un regard différent sur ce qui m'entoure qui me perturbe. Des sentiments nouveaux ? Un instinct plus présent ? Je ne sais vraiment le dire, mais j'ai changé, et c'est sans doute pour le mieux.

Lorsque je reçois le courrier de mon ancienne Sensei, il ne me faut pas longtemps pour avoir un très mauvais pressentiment. J'ai eu la chance de ne pas être blessé trop violemment durant les récents combats contre la tortue géante à trois queues, mais Atsumi aurait affronté une puissante fanatique aux côtés de Yuki Kaya et d'un illustre inconnu, pour moi, et aurait subi de lourdes blessures. Mais mon instinct me dit que ce n'est pas la raison pour laquelle la Hayame éprouve le besoin de me faire venir. En temps normal, j'aurais sans doute esquivé, non pas par manque de respect mais plutôt par manque d'intérêt, néanmoins, cette impression me pousse à aller voir ce qu'il en est.

C'est ainsi qu'à l'heure indiquée, aux alentours de quinze heures, je me retrouve dans l'enceinte de l'hôpital. Cet endroit a vu bien des horreurs en quelques semaines, entre une guerre civile futile et une attaque assez inattendue, et je me dis qu'il est temps que tout cela ne change, que le Mizukage actuel trouve une solution pour que ces murs soient plus sûrs, et que nul n'aie à souffrir de nouvelles pertes. Après quelques minutes de marche, j'arrive dans la chambre que m'a indiqué la dame à l'accueil, et je vois, étendue sur son lit, ma Sensei. Ses propos sont difficiles à entendre, mais finalement mon pressentiment était bon... Je reste muet, sentant mon cœur se compresser, de la même façon qu'il l'avait fait lorsque j'ai vu Kaelia totalement dévastée par la mort de Mama. Je ne trouve aucun mot à dire, et mon regard, plein de compassion, ne peut que suivre le chemin des larmes de cette forte femme qui m'a appris autant qu'elle le pouvait durant la courte période où elle a été ma professeure. Je baisse la tête, ne comprenant pas bien depuis quand je suis capable de ressentir ce genre de choses pour quelqu'un d'autre que mon élue, une peine profonde et sincère. Pourra-t-elle encore être ma Sensei, ou une amie, alors qu'elle est atteinte d'un mal à priori incurable, et pourrait bien ne pas pas en réchapper ? J'espère qu'une personne intervienne et puisse trouver les mots qui feraient cesser ces larmes, mais existent-ils seulement, ces mots ?



_________________
Un nouveau combat.  Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un nouveau combat.  Empty
Ven 7 Juin 2019 - 2:47
Après la défaite personnelle de son affrontement avec la Fanatique horticultrice, l'état de Fanghe le força à faire un assez court séjour à l'hôpital. En effet, de larges lacérations couvraient l'étendue de son dos. Heureusement pour lui, celles-ci étaient plus larges que profondes, ne mettant absolument pas sa vie en danger et prévenant le moindre risque d’hémorragies par l'application de soins adaptés. Cela dit, l'Homme au Kimono portera plusieurs cicatrices sur toute la largeur de son dos. Cette transformation n'allait pas changer énormément de choses à sa vie. De base, personne ne voyait son dos, et sa manie de couvrir le moindre bout de peau avec ses vêtements été comme hiver aidait à préserver la pureté de son épiderme du regard vilain de la plèbe.

Psychologiquement, cela dit, l'impact serait plus grand. Chaque matin, Yamanaka Fanghe passait une dizaine de minutes debout face à son miroir à se contorsionner afin d'épier cette blessure de guerre. Ces marques lui rappelleraient indéfiniment son incapacité à agir, à se défendre lui-même et son inutilité lors de la défense de Kiri. Bref, son échec.

Cet Homme, qui jusque là se résumait à une confiance en soi démesurée se trouvait à présent face à la disproportion de son ambition. Cela serait-il suffisant à transformer ce shinobi ? Une toute nouvelle personne bonne, humble et raisonnée prendrait-elle sa place ? Non. Le narcissisme serait toujours omniprésent en cet homme. Mais il se rendrait compte à présent, que ce pouvoir dont il se vantait tant était enfoui en lui et que pour se manifester il se devait de s'imposer un rude entraînement. Il se devait de se perfectionner. Car qu'importe son potentiel, nul ninja ne peut prétendre aux sphères hautes sans polir la roche de ses talents.

Et si cela ne suffisait pas, un autre événement allait toucher Fanghe afin de l'impacter durablement. Peu de temps après la défaite du Dieu aqueux à trois queues (voire pendant), une large onde de choc frappa le Yuukan. Une vague que l'on nomma "Résonance". Chacun à son échelle, elle transforma les individus. Certains camarades kirijins se sont retrouvés à la retraite forcée, d'autres ont spontanément pris la place laissé par les précédents sans pourtant avoir préalablement manifesté quelconque disposition aux arts martiaux ninjas. Certains même, dans le vacarme causé entre l'individu et son chakra, se sont retrouvés assimilés à leur nature affinitaire, réveillant de nouveaux talents au prix de leurs anciennes marques et habitudes. Fanghe, lui, faisait partie de ceux dont le chakra avait été laissé intact. Rien n'avait changé dans son potentiel, ses pouvoirs ou son style de combat. Mais encore une fois, l'impact serait psychologique. Une exacerbation de sa lubie vestimentaire se traduisait par un apparat d'autant plus large, ostentatoire et, disons-le, impressionnant.

De nouveaux accessoires, également, l'accompagnaient à présent. En effet, il avait maintenant décidé de porter un éventail sur lui, la plupart du temps fermé. Mais hors de son style vestimentaire (qui n'a pas vraiment été transformé, mais plutôt exagéré), c'est son visage qui allait changer. Non pas que celui-ci ait été modifié par quelconque intervention chirurgicale, non. Mais le jeune homme souhaitait se débarrasser de toute pilosité faciale, ainsi que de laisser pousser sa chevelure. En ce sens, si certains se sont vu assimilés à la nature de leur chakra; Fanghe s'est vu, en quelque sorte, assimilé à sa prédisposition aux arts illusoires du Genjutsu. De telle sorte que son apparence refléterait maintenant cette inconstance de l'illusion, ce tout donc rien, ce flou, et ainsi, le voici à la frontière des genres. Un homme au visage fin, un homme au cheveux longs, un homme avec (occasionnellement) quelque touches de poudre sur les paupières. A la manière de ses mirages destructeurs qu'il employait en combat, il créerait la confusion.

Un nouveau combat.  04a21e10

Mais cet après-midi, ce n'était pas pour cela qu'il était convoqué. À vrai dire, tout cela n'avait même aucun rapport avec les événements d'aujourd'hui. Il avait reçu une lettre d'une de ceux qu'il pouvait réellement considérer comme une connaissance dans ce village. S'il connaissait beaucoup de visages dans la Cité de la Brume, il considérait la personne suivante comme suffisamment digne pour qu'il s'efforce à retenir son prénom. Et peu de gens peuvent se vanter d'un tel honneur. Mais en plus de cela, cette personne méritait également d'être épargnée de toute cette condescendance, de tout ce narcissisme, de tout ce rabaissement dont Fanghe pouvait faire preuve. Car cette personne lui avait tout simplement sauvé la vie pas plus tard qu'il y a une semaine. Contre la Fanatique, en plus d'avoir mené un combat grandiose et porté une victoire, Hayame Atsumi avait également retiré Yamanaka Fanghe de l'étreinte de la mort. En effet, lorsque l'intrus a lancé une large tornade de pétales coupantes, l'espiègle blonde a su dresser un mur face au jeune homme, limitant les dégâts reçus à son seul dos. Laissant des cicatrices mais lui laissant surtout la vie sauve et la possibilité de fuir de ce combat dont il n'était pas à la hauteur.

Jusqu'ici, c'était bien la seule personne que Fanghe estimait et l'unique personne pour laquelle il se retrouvait soulagé de se savoir estimé. Elle lui avait sauvé la vie et avouons-le, elle n'était même pas obligé. Mais le jeune homme ne l'avait pas encore proprement remercié. Il ne l'avait pas encore revu depuis sa fuite. Ainsi, recevoir cette lettre avait des airs d'aubaine pour lui. Il avait l'occasion d'exprimer sa gratitude et ce, peut-être bien pour la première fois.

En ce sens, il prit la décision (peut-être un peu maladroite au vu de l'ennemi qu'ils ont eu à affronter) d'aller acheter le bouquet de fleur le plus beau, le plus cher, le plus grand qu'il a pu trouvé au sein de Kiri.

Une fois arrivé au point de rendez-vous, la chambre d'hôpital d'Atsumi, il enlaça cette dernière doucement. Il ne se jeta pas sur elle, et ses mouvements restaient lent. Premièrement, pour ne pas lui faire mal. Elle pouvait encore être fragilisée suite au combat. Deuxièmement, pour ne pas se faire mal, car son dos le faisait encore modérément souffrir. Mais surtout, troisièmement, car même s'il lui devait la vie, il n'allait quand même pas se rabaisser à montrer de tels signes d'excitation, enfin.

Après lui avoir tendu le bouquet, il prit place au côté d'un autre homme déjà présent. Sans mentir, Fanghe était un petit peu déçu, voire blessé, de ne pas avoir été convoqué seul. L'idée de valoir autant que d'autres personnes lui étaient malgré tout toujours inconcevable. Mais il ravala sa frustration, ce n'était pas le lieu ni le moment. Car oui, le moment était grave.

Atsumi subissait une rechute de cancer. Plusieurs tumeurs l'infectaient et la dévoraient un peu plus à mesure que le temps s'écoulait. À l'entendre, son cas était fulgurant, à croire que ces paroles seraient peut-être ses dernières. Sans dire un mot, il se contenta de l'enlacer lentement une seconde fois avant de regagner sa place et d'arborer une mine peinée, son bouquet sur les genoux de la cancéreuse.

Tenue de Fanghe:
 

_________________
Un nouveau combat.  1548114346-gen-boutons

Tenues habituelles de Fanghe:
 

- Paroles
« Pensées »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4995-terminee-yamanaka-fanghe http://www.ascentofshinobi.com/t5459-l-equipe-2-premiere-rencontre-feat-fanghe-et-zo http://www.ascentofshinobi.com/t5402-yamanaka-fanghe-le-courant-vertueux#42924

Un nouveau combat.  Empty
Dim 9 Juin 2019 - 22:00
Quelques jours après la victoire de la Brume contre l'assaut de Sanbi, Reikan avait rejoint le camp de ceux n'ayant pas perdu de temps pour reprendre de l'activité. Et bien que la féline ait elle aussi fait une courte escale à l'hôpital du village, elle n'en restait pas moins chanceuse, comparé à certains - ou plutôt, certaines. Que ce soit vis-à-vis de ses combats contre le duo divin de l'Eau ou bien des effets de ce que tous surnommaient la Résonance, elle n'avait pas changé d'un poil, si l'on mettait de côté l'obtention de son nouveau titre et sa promotion. Mais tous n'avait pas eu ce luxe de se sortir indemne de ce cataclysme ; et ce ne fut que lorsque ses pupilles parcouraient les lignes de la lettre d'Hayame Atsumi qu'elle en prit conscience. Encore à l'hôpital après une semaine? Décidément. J'espère que ce n'est rien de grave. Aussitôt ouverte, aussitôt lue, la métamorphe délaissa la missive sur son comptoir pour voguer à ses préparations.

***

15h00, Hôpital général de Kiri

Derrière la porte de la chambre d'hôpital, une personne toqua avec délicatesse avant d'entrer ; voilà que notre chère Reikan venait d'arriver pile à l'heure, munie d'un panier en osier couvert par un linge raffiné. Vêtue d'une tenue assez décontractée et mise en avant par un kimono sombre marqué par le symbole du Shiroitora, la féline esquissa un sourire aux personnes déjà présentes en terminant par sa consœur, auprès de laquelle elle déposa sa confection. Puis, comme ses camarades, elle prit son mal en patience et écouta ce que la jolie blonde avait à dire. Et elle avait eu raison de se mettre en retrait pour s'adosser contre le mur et croiser les bras, après ce qu'elle venait d'entendre. Voilà qu'Atsumi venait d'annoncer le mal qui la rongeait de l'intérieur ; il n'était plus question de perdre une affinité élémentaire, ou bien de gagner de nouveaux attributs physiques, mais il était bel et bien question de vie ou de mort. Bon sang, mais quel était donc le but de ce phénomène, hormis n'apporter que le malheur sur les êtres-humains? Au départ, la changeforme s'efforça de rester silencieuse. Mais la vue des larmes d'Atsumi vint finalement ébranler sa taciturnité.

« Je suis désolée de ce qui est en train de t'arriver, Atsumi. »

Que dire? Que dire à quelqu'un qui souffre d'un mal causé par personne? Reikan serra l'emprise de ses doigts sur la peau de ses bras, avant de les décroiser. Elle n'avait personne sur qui se venger de façon légitime et elle se sentait impuissante. La brune inspira un long moment en regardant le Yamanaka déposer des fleurs sur les genoux de l'alitée, puis, s'avança au chevet de cette dernière, s'obligeant par pur respect à ne pas montrer un signe de peine sur les traits de son visage. Ses boucles d'oreilles en forme de griffe cliquetèrent de concert avec sa gestuelle, lorsqu'elle s'arrêta près de la fada d'espionnage.

« J'espère de tout cœur que tu sauras reprendre le dessus, quand bien même cela peut paraître impensable. Et peu importe ce qu'il adviendra, sache que nous serons à tes côtés et que la Brume perdurera. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

Un nouveau combat.  Empty
Lun 10 Juin 2019 - 1:44

Ce denier combat avait été terrible. Enfin, ces derniers combats. En effet, elle avait du faire face à une fanatique redoutable aux côté d’Atsumi ainsi que d’un Genin qu’elle n’avait jamais côtoyé. Ce dernier avait du fuir pour protéger sa propre vie, ce qui était très probablement le meilleur choix qu’il avait fait de toute sa vie. Mais cette rencontre n’avait pas été simple, loin de la. Cette femme avait été d’une force impressionnante, et celle qui avait déjà combattu à ses côtés face à Hakyo Hyosa fut blessée durant le face à face.

Kaya n’avait pas eu le temps de beaucoup s’occuper d’elle, car elle avait un autre gros chat à fouetter. Le Dieu de l’eau, rien que ça. Une bonne partie des troupes du village était déjà en train de s’en charger, mais un petit coup de pouce pour l’empêcher de détruire Kiri avec une seule attaque dévastatrice était toujours le bienvenu.

Mais malgré le succès de ce combat hors norme, l’archipel ne fut pour autant pas épargné par ce qui se passait dans le Yuukan tout entier. En effet, suite au combat et à une onde de choc étrange, de nombreuses personnes furent touchée par des changements absolument incroyables. Un simple boulanger utilisant du chakra du jour au lendemain, d’autres personnes au contraire s’en retrouvaient dépourvues… Ces effets mystérieux semblaient aléatoires, mais surtout leur origine n’était pas vraiment définie.

Pour sa part, tout commença par un terrible mal de crâne. Impossible dès alors d’utiliser du suiton, par exemple… Heureusement, celle que certains s’amusaient à appeler la “reine des neiges” arrivait encore à manipuler la glace, et de façon toujours aussi précise. Mais les troubles étaient ailleurs. Son esprit n’était plus le même, et la jolie blonde avait depuis quelques jours un problème assez conséquent. Elle ne maîtrisait plus totalement ses paroles. Pour quelqu’un ayant été diplomate, c’était assez cocasse. Le filtre entre ses pensées et la parole semblait plus défectueux que jamais…

Heureusement, lorsqu’elle reçu cette lettre, la nouvellement nommée Heidan avait pris conscience de ses troubles récents - et qui avaient tendance à s’estomper. Du coup, lorsqu’elle arriva à l’hôpital, elle garda le regard baissé pour éviter d’observer d’autres personnes, et se contenta de se diriger directement vers la chambre d’Atsumi. Elle la savait blessée, mais pas au point de rester en observation plus d’une semaine. Est-ce l’inhalation de pollen qui avait fait autant de dégâts que ça? Peu probable, mais c’était la seule idée qui lui venait en tête.

Une fois dans la salle, ceux connaissant bien la chef du clan Yuki pourraient remarquer quelque chose d’exceptionnel. Elle n’était pas habillée en blanc, mais en noir. Une première. Mais en ce moment, pour des raisons qu’elle ignorait, le blanc ne l’attirait pas du tout.

Look de Kaya:
 

Préférant rester muette et discrète, elle restait au fond de la pièce lorsqu’Atsumi annonça la terrible nouvelle. Un cancer, une récidive. Généralisé. Rien de bon, du coup. Kaya poussa alors un petit soupir pour montrer sa tristesse face à cette annonce, mais elle restait cependant bien moins émotive que certains de ses camarades.

“C’est terrible, Atsumi. J’ai cependant espoir dans les talents de nos Irou dont les compétences s’améliorent de jour en jour. J’espère du fond du coeur que tes jours ne sont pas aussi comptés qu’on ne pourrait le penser. Tu as toujours été très brave dans les combats difficiles qu’on a pu mener ensemble avec plus ou moins de succès. Si tu gardes cette bravoure, tu pourras combattre cette maladie avec brio.”

Son regard glacial était posé sur le lit, et faisait tout pour ne pas divaguer. Mais subitement, elle remarqua la tenue de celui qui avait combattu à ses côtés, ainsi que son maquillage. Ça allait sortir, c’était sur. Prévoyante face à ses récents troubles, la jolie blonde à la tenue sombre se mordit la lèvre de façon violente et peu discrète, presque au sang, avant de se retourner et de quitter la salle. On aurait presque dit qu’elle partait pleurer.

“Du fard à paupière et des cheveux longs, ce n’est pas avec ça qu’on va tuer des fanatiques!”

Finit-elle par dire, à l’extérieur de la pièce, de façon presque compulsive, avant de ré-entrer quelques secondes plus tard, l’air plus sérieuse que jamais…

_________________
Un nouveau combat.  1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Un nouveau combat.  Empty
Mar 11 Juin 2019 - 18:23
Un nouveau combat

ft. Kirijins


Été 203, Hôpital général, village de Kiri.


« Une patiente a voulu qu’on te remette ça.
Une patiente ?
, demanda-t-il en fixant la missive qui lui était tendue, un objet dont il s’empara avec parcimonie après avoir essuyé l’eau roulant sur ses paumes.
C’est ça. En revanche c’est exceptionnel je te préviens, j’suis pas ton postier. »

Sans plus de cérémonie, Ōgai, un Irounin confirmé qui s'était chargé de l'apprentissage d'Aditya aux arts médicaux détourna les talons en laissant le blond face à cette lettre orpheline. Alors qu’il délaissait un bref remerciement à son encontre, il en observa toutes les faces jusqu’à tomber sur le nom de la jeune kunoichi qu’il avait croisé il a plusieurs mois, Hayame Atsumi. De ce qu’il en savait, elle avait été admise à l’hôpital général après avoir croisé le fer avec l’une des Fanatiques aux côtés de Kaya. Moi qui avait prévu de lui rendre visite… On dirait qu’elle a prit les devants. D’un geste entretenu par l’habitude, l’ascèse décocha l’enveloppe et prit la peine d’en lire le contenu, entre deux interventions médicales.


[…]


Par trois fois, le poing d'Aditya vint frapper le versant de la porte menant à la chambre de la jeune femme, où étaient d'ores et déjà attroupées quelques figures familières – Reikan, Kaya, Zeref et Fanghe, qu'il n'avait pas revu depuis plusieurs mois. Pas étonnant qu'il ne l'eut pas tout à fait reconnu au premier coup d’œil ; il avait bien changé, depuis. Ses iris, teinté d'une certaine compassion, s'échouèrent sur les traits d'Atsumi lorsqu'il la salua en bonne et due forme avant de prendre place aux côtés de ses comparses, le dos droit, contre un mur. Ses bras se croisèrent sur son buste en voyant que chaque personne ici présente se murait dans le silence, avant que, finalement, leur hôte ne le brise de la plus dure et franche des manières et que le visage de l'ascèse de s'assombrisse à sa suite. Un cancer, généralisé qui plus est.

Son regard s'échoua sur les draps de son lit alors que la Sajikan prenait la parole à la suite de tous les autres, réaffirmant à quel point les Irounin qui peuplaient l'hôpital pouvaient être compétent et porteur d'un nouvel espoir pour la blonde. Et elle avait on-ne-peut-plus raison. Si par le passé il n'avait pas pu venir en aide à ses plus proches amis frappés par la maladie, il était désormais à même de ne serait-ce qu'essayer d'enrayer ces fléaux.

« Kaya a raison, Atsumi. Rien n'est encore perdu, avec l'avancée actuelle de la médecine... nous pourrions être capable de te débarrasser de ça. »

Ses prunelles revinrent se muer dans les iris céruléennes de la kunoichi, alimentées par une ardeur sourde.

« Si tu es d'accord pour essayer, sache que je ne te laisserais pas tomber. Kiri est certes excentrée, mais peut-être... Peut-être que les Yuukan a d'autres choses en réserves que nous pourrions exploiter. », glissa-t-il. « Qu'est-ce que tu en penses ? »

Si la jeune femme avait rassemblé ici les quelques silhouettes parsemant la pièce, c'était à l'évidence par besoin de leur annoncer la triste nouvelle et, peut-être, d'échanger une dernière avec eux avant que le pire n'arrive. Tout ce qu'Aditya espérait, c'est qu'elle n'avait pas perdu la volonté de se battre en se résignant ainsi à son sort.



_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Un nouveau combat.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: