Soutenez le forum !
1234
Partagez

La maison du bras de fer


La maison du bras de fer Empty
Mar 4 Juin 2019 - 16:45
[invisible_edit]
Aujourd'hui était le jour où Reikan devait endosser un tout nouveau rôle ; celui de chef d'équipe. Et bien que les élèves lui ayant été attribués par les autorités lui convenaient, celle-ci ne pouvait s'empêcher de se poser quelques questions. En effet, elle avait entendu des rumeurs quant à l'apparition de changements majeurs chez certaines personnes. Soudainement, plusieurs civils s'étaient mis à maîtriser le chakra, et certains de ses camarades avaient vraisemblablement perdu leurs capacités à le malaxer ou avaient même obtenu d'autres facultés. De toute façon, il n'y avait pas plus de temps à perdre en y portant réflexion, étant donné que la métamorphe n'avait pas perçu une dénaturation en son sein. Ainsi, avant de partir de son logis et tout comme elle avait préconisé à ses élèves, elle s'était vêtue d'un accoutrement sombre, près du corps et donc assez efficace pour lui permettre de se battre correctement. Mais leur réservait-elle vraiment une épreuve aussi physique? Ils allaient bientôt le découvrir.

Une vingtaine de minutes avant l'heure du rendez-vous, où le soleil devait être à son zénith, la Chūnin se rendit à l'Échoppe embrumée. Inconnue avant l'assaut de Sanbi, cette ancienne forge reconvertie en bar de bonne compagnie était dorénavant le point d'affluence de bon nombre de marins, commerçants, civils et même combattants ; en bref, il s'agissait d'un endroit permettant un réel brassage, où toutes les couches sociales de la Brume se rendaient pour fêter la victoire du village. Et tous passaient leur temps à participer aux chantiers et reconstructions alentours, afin de remettre le village caché de la Brume sur pattes. La terrasse de la taverne était bondée, ce qui lui valu quelques regards indiscrets et un peu trop appuyés, sûrement à cause de son physique atypique et du bandeau ninja qu'elle portait au front. Mais il en fallait bien plus pour déstabiliser la changeforme, qui continua d'avancer au milieu des tables afin de rejoindre l'une des figures des travailleurs au service de Kiri. Son regard éthéré caressa l'infrastructure en assez bon état, ainsi que le mobilier et la plupart des clients présents. Étrange. Jusque-là, toutes les buvettes où je me suis rendue étaient affabulées par les débordements, la criminalité et la perversité. Tout a l'air de bien se passer ici, finalement. En ce sens, Reikan se présenta face au dénommé Iōzen qui s'était mêlé à la discussion d'un des nombreux groupes animant le bar ; il s'avérait que c'était un homme brun, à la carrure imposante et pas commode au premier abord, dont la seule défaillance physique pouvait être la prothèse en bois lui servant de bras droit. Et malgré sa prestance, la jolie brune ne se défilait pas, bien au contraire.

Iōzen:
 

« Tiens, Shiroitora. Cela en fait un bail, ravi que tu t'en sois sortie en un seul morceau et... pourvue d'un valeureux titre, désormais.
Iōzen. Je vois que vous vous amusez bien. Tant mieux, c'est dans la joie et non dans la peine que Kiri doit se reconstruire.
Je n'aurai pas dit mieux, Héroïne de Kiri. J'imagine que tu te pointes pour le tournoi, pas vrai? Tu as bien fait, ça va bientôt commencer.
Parfait. J'en ferai donc partie, avec mes deux élèves.
Tes deux élèves? Pf'eh! Je suis encore le seul à ne pas douter de toi dans cette maison maintenant que je te connais, alors... j'espère que vous nous épaterez.
Ne t'en fais pas. Nous sommes prêts pour... l'épreuve du bras de fer. »

Dur à croire, venant de la bouche d'une femme aussi svelte et élégante que Reikan, dont l'apparence se rapprochait plus de celle d'une noble que d'une chevronnée de la force brute. Mais elle semblait empreinte d'une confiance inaltérable. Ainsi, la féline se dirigea à la sortie de la bâtisse. Adossée au tronc d'un arbre portant une écharpe de brume, elle attendit alors patiemment la venue de ses élèves.


_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 6 Juin 2019 - 16:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Mar 4 Juin 2019 - 19:58
Le pays de l'Eau avait grandi. Le Yamazaki n'avait que trop peu de souvenirs de ce pays là, il était bien trop jeune lorsqu'il l'avait quitté. Cependant, il savait que ce pays n'avait pas été à l'abri de la criminalité et aujourd'hui, il possédait leur propre village caché. Grandiose. L'ancien gardien du Dieu des Eléments avait donc décidé de retourner au bercail, apprendre de ce village, de ce pays, de ce nouveau monde. Il se devait de trouver de nouveau objectif.

Okiko avait été promu au grade de genin et assigné à une équipe, la numéro sept. La veille, il avait reçu une lettre l'invitant à se rendre pour midi le lendemain à un bar portant le nom de l'Echoppe embrumée. Yasei Reikan était donc une gradée de ce village, chûnin, mais son nom ne lui disait vraiment rien. A vrai dire... Rien ne lui parlait ici, il devait tout apprendre. Son grade... Il ne s'y intéressait pas vraiment, il avait compris que genin était le grade le plus bas, puis chûnin était l'intermédiaire. Ceux ayant le grade jônin était réputé comme les meilleurs ninjas d'un village. Venant d'arriver sur Kirigakure no Sato, il ne s'attendait pas à avoir un niveau de grade très élevé. D'ailleurs, le village avait décidé de lui faire confiance.... Peut-être était-ce dû à son ancien statut de gardien.

Le jeune homme aux cheveux bi-couleur se réveilla doucement aux alentours de l'aube, il devait être sept heures. S'apprêtant de sa tenue habituelle, une combinaison bleue et des bottes beiges, il marcha dans le village, encore endormi. Tout y était à reconstruire, il arriva près d'un dojo et se décida à s'entraîner. Même s'il n'était plus le gardien de la stèle du Dieu des Eléments, il devait continuer son entraînement. Ainsi, il commença par un échauffement rigoureux : course, endurance, force.

L'heure passa bien vite, levant son regard vers l'horloge central du dojo, il y vit qu'il était déjà onze heures. L'heure de se laver de cette sueur, il se dirigea vers les douches communes présentes. Se vêtu de nouveau avant de se rendre tant bien que de mal jusqu'à l'échoppe embrumée, il arriva un peu plus tôt que l'heure prévue à l'établissement de boisson et n'y aperçut qu'une seule personne, appuyée contre un tronc d'arbre.

Bonjour. Vous devez être Yasei Reikan? Je suis Yamazaki Okiko, votre élève. Et cela lui faisait bizarre de dire ce genre de chose, à vrai dire, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus été un simple "élève".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 12:42
Le soleil entame à peine sa lente ascension, tandis que je regarde ce morceau de papier dans mes mains avec toujours autant d’incompréhension. Les faits ne sont pas déplaisants, la situation n’est pas inconcevable, et pourtant, je me pose bon nombre de questions. Des questions qui s’ajoutent à d’autres, déjà bien trop nombreuses. La plus grande de toute est : Pourquoi dois-je changer d’équipe ? Qu’est-il arrivé à Atsumi pour que, du jour au lendemain, je sois affecté à l’équipe sept, en lieu et place de mon ancienne équipe, la onze. Je laisse tomber la lettre, cherchant des réponses que je ne peux avoir en restant allongé dans mon lit. Les autres questions sont tout aussi intéressantes et sans réponse : Héros de Mizu ? Est-ce que je mérite réellement ce titre ? J’ai, certes, aidé à affronter celle qui était l’hôte de Sanbi, et lui ai porté des blessures, mais en comparaison aux autres, nombreux, héros, je n’ai été d’aucune utilité lorsque le village courait à sa perte. Ma seule présence a-t-elle fait de moi quelqu’un d’héroïque ? Je ne peux de toute façon pas renier ce titre, mais il ne fait aucunement plaisir, je l’accepte simplement, sans comprendre. Enfin, il y a eu cet événement bizarre, qui a littéralement fait bouillir mon chakra, et durant plusieurs jours, j’étais bien incapable de m’en servir. Lorsque j’ai de nouveau pu l’utiliser, beaucoup de choses ont changées : je ne suis plus capable d’utiliser le Katon, et en place de cela, je peux désormais manipuler la terre. Un changement assez radical, mais que je vais devoir accepter de toute évidence.

Oh, il y a bien autre chose, et même si la librairie n’a subi aucun dégât important de manière logistique, il y a eu une perte qui fait que je suis devenu libraire à mes heures perdues : ma mère adoptive, qui avait déjà une santé fragile, a perdu l’usage de ses jambes après qu’un mur ait manqué de la tuer, frappant une partie de son dos qui ne doit pas être blessée à ce point. Devenant incapable d’assumer son travail, et étant dans une phase de dépression due à cet enchaînement de catastrophes, Saeko et moi-même devons aider le patriarche à tenir la boutique. Je ne m’en plains pas, les récents événements m’ayant fait relativiser sur ma situation, et notamment sur le fait que malgré le ressentiment dû à mes origines, les Kurayami m’ont malgré tout élevé comme leur propre fils, en me donnant un amour inconditionnel, même si je ne l’ai jamais compris. Peut-être que cette « résonance » a aussi changé quelque chose en moi, à ce niveau, me rendant un peu moins fermé aux autres ? Nul ne peut le dire, et seul le temps le montrera.

La matinée passe lentement, derrière le comptoir, à voir les clients passer les uns après les autres, et ma petite sœur me libère de ma tâche pour que je puisse me rendre à mon rendez-vous, avec ma nouvelle équipe. Oui, Hayame Atsumi ne sera plus ma Sensei, et elle est remplacée par l’unique personne que je peux tolérer en remplacement, étant donné qu’elle est ma rivale, ma cousine, une métamorphe comme moi et surtout une puissante kunoichi : Yasei Reikan. Son passage au grade Chûnin ne m’étonne pas, elle a fait preuve d’une grande bravoure lors de l’affrontement contre la déesse, et sans elle, Haise et moi-même aurions péri. C’est donc avec une vitesse assez grande que je me rends à l’endroit précisé dans la lettre, en passant au milieu des rues délabrées, constatant du travail splendidement affreux réalisé par le monstre à trois queues. Rien n’est totalement détruit, mais peu est totalement intact, par chance. Les prouesses des ninjas de la brume étaient ce qu’elles étaient, et de ce fait, peu de vies ont été perdues, peu de choses ont été détruites. Lorsque j’arrive au lieu de rendez-vous, la brune est là, avec un étrange homme aux cheveux bicolores. Je suis pile à l’heure, contrairement à mon habitude d’arriver en avance, et je les salue avec respect.

« Bonjour, Kurayami Zeref, enchanté ! »

Dis-je, à la seconde personne, car la jeune femme me connaît déjà. Mes propos sont certes polis, mais mon air est le même, la seule différence étant que je ne me suis pas posé mes questions habituelles sur cette nouvelle tête : j’apprends à ne plus me poser de questions et à laisser mon instinct animal juger pour moi, c’est sans doute pour le mieux.



_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 16:33
Il était temps pour l'équipe numéro sept de la Brume de prendre son envol. Et maintenant que Reikan allait avoir ses deux élèves en face d'elle, cela s'annonçait beaucoup plus aisé. Certes, la métamorphe avait eu préalablement accès aux fiches de renseignement de ces derniers grâce à l'administration, elle préférait tout de même les voir en chair et en os. Si elle était consciente du potentiel de Zeref en raison de leur rivalité quotidienne, la jolie brune n'avait pas manqué d'être surprise vis-à-vis des capacités et du passé du jeune Yamazaki. Un gardien de la stèle du Dieu des éléments, qui plus est... un jeune homme ayant été entraîné toute sa vie. L'espace d'un instant, Reikan se demanda pourquoi les hautes instances du village avaient mis sous son aile une telle figure. Était-ce un moyen de lui montrer que désormais, Kiri avait une confiance aveugle en elle? Peu importe. Ce fruit des éléments lui avait été assigné sans qu'elle en connaisse les raisons et désormais, il était le premier à se tenir face à elle. [invisible_edit]

« Bonjour, Okiko. En effet, enchantée et ravie que tu ne sois pas en retard. Je salue ta politesse, mais j'aimerais que l'on se tutoie. Après tout, nous avons le même âge, pas vrai? »

La changeforme décroisa aussitôt les bras et abandonna l'appui de son dos contre l'écorce pour rester stoïque, à côté du manipulateur d'affinités. D'un œil pointilleux et sans l'once d'une gêne, elle disséqua visuellement les avantages et les inconvénients de la silhouette de son élève, ainsi que sa façon de se tenir, qui pour un Genin, était loin d'être médiocre. Cette attention toute particulière pouvait bien traduire la curiosité et l'impatience de la Chūnin, qui semblait avoir hâte de passer aux choses sérieuses. Et l'arrivée du Kurayami, presque tardive pour l'homme ponctuel qu'il était d'habitude, vint finalement officialiser cette toute première rencontre en trio. Sur le coup, Reikan se contenta de garder un visage de marbre, bien que sa voix trahissait un trop-plein de bienveillance.

« Bonjour, Zeref. Bien, maintenant que les présentations sont faites, il ne me reste qu'un point à élucider avant de vous tester. Cette équipe a donc pour objectif principal de protéger la Brume et son berceau, Mizu no Kuni. Cependant, j'aimerais que vous preniez également conscience du fait que cette formation nous permettra, à tous les trois et sans exception, de progresser sur la voie shinobi. Et j'espère qu'ensemble, nous irons le plus loin possible et que nous surpassons nos limites. Plus que de simples camarades, nous allons devoir devenir de vrais coéquipiers pour servir au mieux Kiri, alors si vous rencontrez un quelconque problème ou avez une éventuelle question, n'hésitez pas. Je serai là pour vous apprendre tout ce que je sais de par mon expérience nomade et vous protéger du mieux que je le peux. Mais maintenant, il est temps de savoir ce que vous valez réellement. Suivez-moi. »

Sur ces belles paroles, la métamorphe sortit de l'ombre offerte par la ramure de l'arbre afin de fouler les pavés menant à la taverne qui n'attendait visiblement qu'eux. La féline offrit ainsi son dos à ses élèves et ouvrit la marche, laissant à leur vue le symbole du Tigre blanc qui régnait au dos de son haut ; blason qui venait tout juste de voir le jour et pouvait retranscrire à la perfection qui elle était vraiment, en plus d'aller de concert avec son appartenance Yasei. Et si la terrasse de la buvette paraissait déjà bien chargée, l'intérieur de la bâtisse était pleine à craquer. Sans daigner se faire plus petite, Reikan se faufila entre les individus participant à la bonne ambiance du lieu ; c'était un endroit aussi chaleureux que convivial, fait dans le bois et la pierre, où l'eau avait exceptionnellement sa place ça et là au sol, du fait des récentes inondations. Mais cela ne semblait déranger ni le taulier, ni ses clients, qui s'étaient rassemblés autour des tables rondes jonchant la salle.

« Vous êtes en place? Parfait! San, Ni, ICHI... HAJIME! »

Alors que la voix rauque du taulier résonnait entre les murs du bar, la brune prit soin de s'immiscer dans le cercle humain, près d'Iōzen, en s'assurant qu'Okiko et Zeref la suivaient toujours. Et ce fut à cet instant qu'elle releva ses iris myosotis sur les deux marins s'affrontant, coudes au centre, poignes serrées et faciès tordus par la grimace de l'appel à la force ; la compétition du bras de fer avait bel et bien commencé. Parmi tous ces hommes, la changeforme croisa les bras avant de faire une fixette sur une autre femme au fond de la salle, dont les vêtements offraient la vue sur ses abdos saillants. Une femme? Je me demande bien... Les songes de Shiroitora furent délibérément avortés, lorsque son ami aux gants blancs s'abaissa à son niveau, bras croisés, en vue d'échanger quelques mots avec elle.

« Ce mois-ci, il y a pas mal de nouveaux gabarits. Crois-moi, ça risque d'être intéressant.
À ce point? J'ai déjà remarqué une femme au fond, qui est-ce?
Aucune idée, je sais juste que tout le monde la surnomme Yutanpo*.
Yutan...po?
Oui, il paraît qu'elle fait partie des adversaires les plus dangereux. Mais, je prie pour qu'aucun de tes élèves ne tombe sur Ganseki*.
Pourquoi do-... »

ganseki:
 

Coupée dans ses dires, la nomade planta ses yeux sur le duel qui était en train de se dérouler, se retenant de porter ses mains à ses oreilles pour atténuer les cris de la salle. Son regard prédateur se posa sur le plus imposant des deux combattants, boursoufflé de muscles et particulièrement arrangé au niveau de l’œil gauche. Reikan comprit immédiatement qu'il était celui dont parlait Iōzen et la raison pour laquelle il avait rompu le contact visuel, étant donné ce qui se déroulait sous leurs yeux ; les muscles de Ganseki étaient littéralement en train de gonfler, tant les veines traversant son corps pompaient de sang. Ce phénomène était perturbant, à tel point que l'on pouvait avoir l'impression que sa peau allait céder à tout moment sous la pression musculaire. Brutalement, le bras de son adversaire fut proie à une redoutable force, sous laquelle il ne put que flancher. Ce dernier s'écroula au sol, vaincu. Une faible fumée s'éleva et un silence pesant s'installa, jusqu'à ce que les spectateurs et les futurs participants ne constatent la victoire du musclé et que le taulier ne la déclare. Les acclamations reprirent de plus belle, alors que le victorieux affichait déjà un air teinté de satisfaction et de sadisme, pendant que sa victime, qui se faisait évacuer, n'avait même plus les yeux en face des trous. Et ce fut d'une tape légère mais ferme dans le dos, que la féline poussa Okiko vers le centre du halo assoiffé de spectacle et son premier concurrent, qui venait de battre à plate couture son précédent opposant. Voyons donc voir... ce dont Yamazaki Okiko, l'élémentaliste, est réellement capable.

règles et détails de la compétition:
 

*Yutanpo (湯湯婆, litt: Bouillotte)
*Ganseki (岩石, litt: Rocher)

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 24 Juin 2019 - 0:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 18:09
D'accord, Reikan. Probablement, tu ne m'as pas dit mon âge mais j'imagine que tu as dû avoir des informations sur moi. Répondit-il, calmement.

Il était droit sur terre, en réalité, il avait transmis bon nombre d'informations lors de son arrivée au village caché de la Brume, ainsi il n'était pas surpris que sa professeure ne connaisse son âge. Cette dernière devait également connaître son vécu, ses pouvoirs, Okiko n'avait rien à cacher. Ce n'était pas de son genre, loin de là en réalité. Une autre personne arrive, tournant son regard sur elle, il s'agissait d'un homme qui se présenta comme Kurayami Zeref. Une apparence bestiale, était-il du même clan bestial que Reikan?

Yamazaki Okiko. Répondit-il à cet homme. Ainsi, ces trois personnes formaient l'équipe sept.

Celle qui allait être leur sensei fit un petit discours, parlant alors de protection du village et du pays, il hocha la tête. C'était clairement les objectifs qu'il cherchait à atteindre : protéger Kiri, surtout le sceau qu'il avait en son sein.

Sans un mot, l'homme aux yeux vairons suivit la Yasei jusqu'à l'intérieur du débit de boisson, plusieurs personnes entourés autour d'une table ronde. Il ne quitta pas d'une semelle la kunoichi pour arriver jusqu'à un endroit où deux hommes s'affrontaient. Quel était ce combat? Okiko n'avait jamais vu de choses semblables, il ne connaissait pas. Ces deux hommes s'affrontaient dans un bras de fer où l'homme musclé battit à plates coutures son adversaire.

Le combat étant fini, certains hurlèrent, applaudissèrent, il sentit une tape dans le dos qui l'amena près de la table. Okiko serait le prochain combattant, il tourna son regard vers la Yasei, comprenant que c'était là l'épreuve qu'il devait remporter.

Habilement, il s'installa sur l'une des chaises et se mit en position. Son bras, bien maigrichon comparé à celui de Ganseki, était accoudé à la table alors que l'homme en fit de même, leurs mains jointes.

HAJIME!

D'un coup, le bras de son adversaire gonfla. Le Yamazaki n'était pas stupide, il comprit ce qu'il comptait faire. Finir rapidement cette manche, mais pouvait-il garder cette puissance sur la durée? Il en doutait. Okiko, malgré les apparences, avait eu un rude entraînement à la Cité Ancestrale, il était devenue à la fois expert en Taijutsu mais également en Ninjutsu. Son bras se durcit, c'était un combat compliqué à mener. Qui allait s'en sortir? Qui allait gagner?

Okiko n'était pas du genre à abandonner, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Sam 8 Juin 2019 - 17:12
Une nouvelle équipe, une nouvelle tête en la personne de Yamazaki Okiko, et une déjà bien connue en la personne de Yasei Reikan. Je réponds aux présentations d'un hochement de tête, et écoute sans un mot le monologue de ma nouvelle Sensei. Je suis encore sous le choc concernant les raisons de mon changement d'équipe, et éprouve un peu de mal à l'accepter, plutôt du fait de l'état d'Atsumi que de celui de l'équipe actuelle qui ne me semble ni mieux ni pire, mais tout aussi bien. Le fait que la féline soit la Chûnin en charge apporte cependant quelque chose que je n'espérais pas : la possibilité de me mettre en situation d'élève qui dépasse le maître. Ma rivalité prend un sens encore plus grand, dans cette histoire, et je ne peux que m'en réjouir. Une fois que la brune a fini de détailler l'intérêt d'une équipe, et de celle-là en particulier, elle se met en mouvement et nous invite à la suivre, ce que nous faisons sans tarder. Le lieu choisi pour cette première rencontre est assez insolite, à mes yeux, d'autant par le fait qu'il a été en majeure partie épargné par les récents événements que du fait des activités qui s'y déroulent.

Un tournoi de bras de fer, ou quelque chose dans le genre. J'ai déjà assisté à une activité pouvant s'en rapprocher, et cela a d'ailleurs marqué ma rencontre avec ce Nô Sabaru, un être assez mystérieux dont je me demande ce qu'il est devenu depuis... La seule chose que je sais, c'est qu'il a été affublé du même titre que Reikan et moi-même, il est donc toujours bien vivant et a aidé à défaire Sanbi ainsi que ses accompagnants. La différence, néanmoins, entre cette "Maison du bras de fer" et les clubs de combats de coqs clandestins est la légalité. Ici, tout semble en ordre, sinon la jeune femme aux saphirs ne nous y aurait pas emmené, n'est-ce pas ? Dans le cas contraire, cela me ferait relativiser sur ce qui est juste ou non dans ce village. Une fois les quelques rencontres de la cheffe avec des connaissances terminées, elle envoie au casse-pipe l'homme aux cheveux bicolores, contre ce mastodonte doté d'une musculature assez inédite pour moi, n'ayant jamais côtoyé de personnes s'adonnant à tant d'entrainement physique. Si je l'avais affronté, j'aurais sans doute perdu un bras, tant ils sont fragiles. Enfin, j'exagère sans doute dans le sens où je me suis beaucoup entraîné dernièrement, et que j'arrive désormais à adopter une partie de ma forme animale pour me rendre plus fort, sans parler de mon changement affinitaire soudain qui m'a rendu moins vulnérable... Le Doton est quand même plus défensif que le Katon, et dans le cas présent, comme on peut le voir d'Okiko, il permet aussi des prouesses physiques.

"N'est-ce pas un peu trop direct de l'envoyer sur celui qui semble le plus fort ici ?"

Dis-je à la Yasei, avec un ton qui se veut inquiet pour mon nouveau camarade. Cela dit, j'imagine déjà la jeune femme me répondre qu'il y a plus fort, et une autre me fixe d'ailleurs, avec un regard qui dit "Je détruirais bien ce bambin"... Décidément, j'espère qu'elle ne va pas m'envoyer mourir contre elle, car sans parler de l'humiliation que je risque à perdre contre une femme, j'ai surtout peur de me faire briser le bras, ce qui retarderait légèrement ma progression.


_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Dim 9 Juin 2019 - 22:01
Celui qui se voyait déjà remporter le duel face à Okiko inversa drastiquement sa circulation sanguine, en vue de ne faire que plus grossir ses muscles déjà gorgés de sang et de chakra. Face à ce spectacle, devant lequel certains ricanaient du fait de la différence de gabarit qui devenait de plus en plus choquante, Reikan croisa les bras. Elle resta de marbre en regardant le déroulement de cet affrontement a priori déséquilibré, tout comme à l'entente des propos de Zeref. Ses pupilles prédatrices agressèrent de loin les veines proéminentes du corps de Ganseki, comme si elle attendait la survenance d'une faille dans cette musculature poussée à bout. Autour d'elle, tous, même son second élève, doutèrent du potentiel du Yamazaki en comparaison de l'aura sanguinaire et déjà victorieuse du Shimazu. Tous, sauf la Yasei, qui ne bougeait plus d'un poil mais répondit à son cousin.

« Comme tu peux le voir sans vraiment le savoir, cet homme peut maîtriser l'afflux de son propre sang. En effet, mon geste a bel et bien été un peu trop direct. Mais si tu y prêtes attention, tu remarqueras que... ton camarade a une chance de le battre, à l'usure. Rien que les marques de transpiration sur ses habits auraient dû t'alerter quant au fait qu'il va sous peu devenir l'esclave de ses limites. Toi et moi savons mieux que quiconque qu'il ne faut pas se fier aux apparences Zeref, pas vrai?
E-ENFOIRÉ... »

Et elle n'avait pas eu tort de croire en lui, puisqu'Okiko avait opté pour l'endurcissement de son bras droit, à tel point qu'il parvenait à tenir bon contre ce colosse, dont la peau se teintait d'un rouge meurtrier au fil des secondes. C'est pas trop tôt. Tout comme le bicolore qui ne lâchait pas prise malgré les efforts demandés, l'acharné sentit son souffle coupé face à ce dernier ; en effet, il s'avérait qu'après avoir enchaîné six duels à un rythme si effréné, Ganseki n'était plus en état de faire céder son adversaire par la force brute, malgré le boost de son afflux sanguin. Ses réserves de chakra semblaient l'avoir quitté, tandis que ses veines disparaissent sous l'épaisse couche de ses muscles, qui eux aussi, peinaient à rester gonflés à bloc. Le vainqueur des derniers bras de fer vit la victoire s'éloigner de lui, au fur et à mesure que son bras dominant devenait victime de tremblements. Jusqu'à finir le dos de la dextre aplati contre la table en bois et de dégonfler à vue d’œil. Le regard haineux de Ganseki crachait presque du feu, tant il fut déçu de sa performance. Finalement, Okiko fut déclaré vainqueur par l'arbitre improvisé, durant que quelques amis de Ganseki l'aidaient à se relever pour rejoindre le cercle de spectateurs. Au retour de son élève, Reikan ne put retenir un rictus sur ses lèvres charnues, forcée de décroiser les bras pour le féliciter.

« Tu t'es bien battu. Le timing et le Doton ont finalement eu raison de ton adversaire, après tout. »

yutanpo:
 

Reikan fit de la place à Okiko pour dévoiler une chaise et le laisser s'y asseoir, en vue de recouvrer des forces. Son regard vint bazarder la salle du regard ainsi que la table du bras de fer, à laquelle venait à peine de s'attabler une femme aux cheveux rouges et attachés, dotée d'une musculature atypique mais bien moins poussée que Ganseki. Voici donc Yutanpo. J'imagine qu'au vu de son prénom et de son style vestimentaire, elle doit parvenir à contrôler quelque chose de chaud. Très chaud. Et puis... je viens tout juste de remarquer que personne n'a osé s'approcher d'elle, même dans le cercle. Devrais-je...? L'espace d'un instant, la métamorphe hésita à aller l'affronter d'elle-même, étant donné que nul ne s'était avancé jusqu'à l'estrade des duellistes, pas peur de finir cramé. Mais un sourire parvint à balayer toute trace de doutes sur son minois, alors que ses boucles d'oreilles griffues cliquetaient suite à son mouvement de tête vers le Kurayami adoptif.

« Montre-nous ce dont tu es capable, Zeref. »

Yutanpo attendit son adversaire avec une impatience presque mal placée, tant elle dévisageait les personnes entourant la scène. Et personne, pas même le taulier, n'osait s'approcher de la joueuse, qui semblait transformer l'air ambiant autour d'elle en un véritable four. D'un coup, son poing gauche s'écrasa sur le bois de la table dont le verni paraissait presque fondre, pendant qu'elle ouvrait la bouche pour élever la voix dans la taverne et attirer l'attention de tous.

« BANDE DE COUILLES MOLLES, SI PERSONNE NE VIENT M'AFFRONTER, J'VOUS JURE QUE J'EN CHOISIS UN AU HASARD ET IL VA MORFLER! »

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Lun 10 Juin 2019 - 0:07
Le Yamazaki n'avait jamais douté de ses capacités, il s'était remis de sa peine d'avoir échoué à sa mission. Protéger la stèle, c'était après tout, tout ce qui avait compté pour le jeune genin de la Brume et désormais, il se retrouvait là à Kirigakure. Okiko ne connaissait rien à ce village, il découvrait tout simplement et pour son premier jour dans une équipe, il se retrouvait à faire un concours de bras de fer à des inconnus. Inintéressant... Ce n'était pas comme ça qu'il allait protéger la stèle du Dieu de l'Eau.

Après avoir gagné ce duel, sans s'essoufler contrairement à son adversaire, il se leva et vint retrouver ses camarades.

— Il n'était pas assez fort. Bien trop sûr de lui, c'est mauvais.

Il répondit avec franchise et honnêteté, Okiko n'était clairement pas du genre à mentir, cacher une vérité. Le shinobi s'installa aux côtés de la Yasei, profitant de regarder la femme musclée qui s'installait à la table du concours. Etaient-ils tous aussi musclés pour ne pas avoir de force finalement? Okiko était bien loin de tout ces muscles surfaits.

Reikan envoyait le second élève, Kurayami Zeref, pour aller se frotter à cette femme-homme, impossible de deviner son sexe en réalité. En tout cas, elle hurlait fort, à la recherche d'un adversaire. Ce moyen était intéressant pour voir les capacités de celui qui sera son camarade. Portant son regard vairon sur la sensei qu'il aura, il lui demanda alors :

— Tu vas également participer?

Histoire qu'il se rende compte des capacités de la kunoichi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Mar 11 Juin 2019 - 11:15
Le duel acharné, quoi que pas tant finalement, entre Okiko et Ganseki touche à sa fin. Je comprends des propos de Reikan que le Shimazu n’en a plus pour longtemps, et j’apprends de ce qu’elle me dit de la situation. Il manque d’endurance, ou dépend trop de son pouvoir, car l’enchaînement de bras de fer lui est fatal. Il finit par se retrouver la main écrasée contre la table, par celui qui ne paie pas de mine en comparaison des physiques. Je ne dis rien, car je ne l’ai pas sous-estimé, j’ai juste jugé de l’apparence physique pour dire que cela semblait un peu déséquilibré, mais toute personne dotée d’énormes muscles n’est au fond pas si forte, contre quelqu’un de malin. Ce qui se passe ensuite est assez particulier, et me met dans une position fort inconfortable. Une femme aux muscles saillants vient de détruire un adversaire, et semble en vouloir plus. Pour des raisons que j’ignore, personne n’ose l’approcher. Il faudrait être fou pour la choisir en tant qu’adversaire, mais à la réaction précédente de la Yasei pour le Yamazaki, je me mets à rapidement chercher une proie plus à ma portée, dans l’assistance. La voix de la brune m’arrête net, et j’avale ma salive, lentement, quand je réalise la teneur de ses propos.

Le choix a été fait pour moi et il est le pire possible. De toutes les personnes présentes, celle qui va mourir, c’est bien moi. Je m’avance, sans un mot, jusqu’à m’assoir à la table de Yutanpo. Sans doute la jeune femme aux saphirs aime l’idée d’envoyer son élève au casse-pipe, mais cela ne restera pas impuni. Avant même que je ne saisisse la main de la montagne qui me fait face, je sens déjà la transpiration perler le long de ma tempe, la chaleur étant caniculaire. Elle ne dit plus un mot, sans doute heureuse d’avoir une victime à grignoter juste devant elle. Je ne dis rien de plus, et je pose mon coude sur le bois, pour que nos mains viennent s’entrelacer. Je n’ai pas d’autre choix que d’utiliser les moyens à ma disposition pour la vaincre, et je n’en ai que deux de toute façon, si l’on part du principe qu’elle me surpasse en force brute : ma métamorphose, que je parviens désormais à faire de manière partielle, du moins en ce qui concerne mes bras et mes jambes pour l’instant, et ma nouvelle affinité qui pourrait être salvatrice.

L’arbitre prononce le décompte fatidique, et en un instant, je jauge la situation pour déterminer ce qui est ou n’est pas légal. La chaleur qui émane d’elle constitue un réel avantage, j’en déduis donc que « tous les coups sont permis », du moment qu’un seul bras est présent. Lorsque le « HAJIME » se fait entendre, je prends les devants et commence par durcir mon bras, du mieux que je peux, pour au moins tenter d’équilibrer les forces des deux côtés. Je peux dire que ce n’est pas aussi efficace que prévu, mais au moins, ma main n’est pas encore brisée contre le bois. Ceci n’est, cependant, que la première partie de mon plan. Suite à cela, je matérialise avec minutie une partie de mon anatomie lupine, au niveau de la main, pour faire surgir des griffes au bout de mes doigts. Celles-ci s’enfoncent aussitôt dans la peau de la femme, qui semble ne pas tout comprendre sur le moment, et se relâche quelque peu, à cause de la douleur. D’une position légèrement désavantageuse, je me retrouve en position de force, alors que du sang s’écoule lentement du dos de sa main. A mi-chemin entre la position de départ et la défaite de Yutanpo, celle-ci se ressaisit et bloque complètement ma manœuvre, forçant comme jamais pour ne pas être envoyée au tapis. La chaleur devient insoutenable, et je sens que mes forces ne dureront pas à ce rythme : elle a tout en main pour gagner si cela s’éternise. Donc le calcul est simple, je dois gagner maintenant, sinon c’est foutu. L’inconvénient est que mon animal totem ne peut pas vraiment me donner d’avantage, ni plus de force que ce que j’ai en forme humaine. Mais ce n’est pas vraiment le point, ici, la force. Je suis en position dominante, et la question est surtout de savoir qui tiendra le plus longtemps.

Mes griffes disparaissent progressivement, et tout en maintenant mon renforcement Doton, je décide de changer ma musculature pour prendre celle du loup. Tout se fait sous ma peau et personne ne peut le voir. Le but n’est pas d’être plus fort mais de bénéficier d’un atout qu’a ce canidé : une endurance difficilement égalable. Des recherches que j’ai faites sur l’animal, il est capable de marcher soixante kilomètres par jour, et doit donc avoir une endurance irréprochable pour que ses pattes ne le tiennent aussi longtemps. Je fixe donc les yeux de la femme musclée, qui transpire tout autant que moi. Elle arrive au bout, et maintenir sa chaleur tout en gardant autant de vigueur dans son bras n’est pas possible… A-t-elle encore un tour dans son sac ? Si tel est le cas, j’ai sans doute déjà perdu, mais elle ne battra plus personne derrière, elle est bien trop épuisée.



_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Mar 11 Juin 2019 - 23:27
Chaleur. Une chaleur incandescente s'empara de la pièce toute entière, avec pour épicentre le corps à peine rougeoyant de Yutanpo. Aussi chaude le fin fond d'un brasier, le corps athlétique de la trentenaire venait d'atteindre un degré de chaleur corporelle surhumain, à tel point que même la table sous son coude peinait à ne pas fondre et que les boissons des spectateurs étaient soudainement soumises à évaporation. Nul n'échappa à cette ambiance digne de celle d'un volcan en pleine éruption ; et surtout pas Zeref, qui était aux premières loges d'un spectacle qui ne faisait que commencer et devant lequel Reikan garda les bras croisés. Va-t-il parvenir à tenir bon? Une parenthèse s'imposa donc pour offrir réponse à l'élémentaliste.

« Qui sait. Serais-tu curieux de connaître l'étendue des capacités de celle qui te supervise, Okiko? »

La féline adressa un regard presque presque provocateur et un sourire au coin de ses lèvres charnues à l'ancien gardien de la stèle du Dieu des éléments ; un sacré passé, d'ailleurs, pour celui qui se retrouvait au beau milieu d'une taverne à se mesurer à des inconnus. Mais n'y avait-il donc aucune raison pour justifier le fait que Reikan ait prémédité la rencontre officielle de sa toute première équipe en ce lieu? Bien évidemment, cette question n'allait pas rester sans réponse. Pour l'heure, il fallait admirer la scène s'offrant à eux. Un bras de fer entre une bouillotte diabolique et un loup terrestre, qui essayait tant bien que mal de déstabiliser la femme qui était, selon certains, destinée à le battre sans le moindre effort. À la vue de cet énième duel, Reikan ne put s'empêcher de rester sur ses gardes. Yutanpo allait-elle se résigner à ne pas dépasser ses limites, pour ne pas blesser son concurrent? Ou bien n'allait-elle avoir d'yeux que pour la victoire? Très vite, la chef d'équipe comprit que la masculine n'avait que la compétition à l'esprit, lorsque cette dernière se retint de cracher une insulte après que son sang ait coulé sous les griffes du Kurayami. Une vague de chaleur déferla sur le canidé, qui espérait avoir une chance rien qu'en adoptant la musculature du loup et la solidité du Doton en son bras dominant. Au pied du mur, contrainte de se rendre à la réalité de sa mauvaise posture devant la fusion de ces deux forces conséquentes, Yutanpo au grand front eut pourtant bien du mal à réfléchir alors que la dernière ligne droite s'offrait à elle. Et si elle avait pour habitude de tomber sur des victimes bien fournies pour mieux en calciner la chair, là, elle venait de tomber sur un os ; non pas un simple civil, mais un shinobi capable de maîtriser son chakra, tout comme elle. Ce fut ce détail qui remit la balance à zéro, aux yeux de tous les spectateurs effarés.

Manifestement, le bras droit du Kurayami ne cédait pas sous l'atmosphère étouffante qui l'englobait, comme s'il était devenu le clébard oublié dans la cheminée, qui n'allait pas tarder à finir en braises. D'abord, ses yeux, asséchés, lui piquaient déjà et la salive commençait à manquer sous son palais. Puis, la fourrure de loup endurcie par la terre commençait à s'effriter, en contact avec la roche volcanique qu'était devenue la poigne de Yutanpo, au fil des secondes. Ce sale cabot... Quand est-ce qu'il va me lâcher, bon sang?!! Reikan plissa les yeux. Yutanpo était clairement en difficulté, face à la ténacité et l'endurance du prédateur ; et le dénouement de cet affrontement n'allait pas tarder.

D'un coup, la table au centre de toutes les attentions craqua, tout comme le visage de Yutanpo qui se fendit sous la douleur ; il fallait dire que maintenir une telle chaleur devait être insoutenable, à la longue. Celle-ci, qui fut au départ vive, devint moins agressive mais restait toutefois lourde et présente. Le passionné de lecture n'avait toujours pas déclaré forfait ; et son dur labeur ne tarda pas à porter ses fruits. La vision de Yutanpo se troubla, si bien qu'elle était à la limite de s'écrouler. Elle est à deux doigts de lâcher. Pourvu qu'il en prof-... Mais ce fut dans un ultime espoir d'atteindre la victoire, que la dame musclée relâcha une dernière vague de d'énergie Shakuton dans son périmètre le plus proche, afin de pousser le loup au-delà de ses limites et l'empêcher de lui voler la vedette. Si elle tombait, Zeref tomberait avec elle. Ainsi, la table principale se brisa en deux pour laisser les deux combattants retomber contre le plancher. Le taulier, responsable de l'arbitrage, éleva finalement la voix pour se faire entendre, bien que sa gorge était sèche comme une vallée de rocs.

« Je déclare le duel NUL, aucun des deux combattants n'étant parvenu à bloquer le dos de la main de son adversaire sur la table. D'ailleurs, j'aimerais remboursement, les gars. La première manche est terminée, que tous prennent une pause. ET FAÎTES DE LA PLACE, NOM D'UN CHIEN! ON ÉTOUFFE, ICI! »

Lors de cette pause nécessaire, tous ceux ici présents reprirent les discussions laissées en plan avant le début de ce bras de fer, tandis que quelques braves s'avançaient vers la bouillonnante pour la relever, celle-ci venant de sombrer dans l'inconscience. Quant à Zeref, il put voir que Reikan s'approchait déjà de lui, une main tendue à son encontre pour l'aider à se relever. Sa douce et encourageante voix perfora le brouhaha masculin qui faisait rage à l'intérieur de la buvette, pour s'adresser à lui en toute franchise.

« Dis donc, tu ne m'avais pas dit que tu rêvais de crever calciné. Mais je te félicite, tu as en quelque sorte gagné ce duel, puisque tu me parais toujours conscient. Allons dehors, ça te fera le plus grand bien. »

Sans attendre, la féline fit son bout de chemin pour se rendre à l'extérieur et s'extirper de cette foule presque monstrueuse, au moins le temps d'une pause. Son premier réflexe fut d'aller s'abriter sous le même arbre que tout à l'heure et de relâcher toute pression, à l'écart du débit de boisson bien animé. Aussitôt, ses pupilles éthérées se posèrent sur ses deux élèves à tour de rôle, alors que le reflet bleu roi de ses boucles d'oreilles griffues brillait de mille feux sous la poignée de rayons de soleil qui transperçaient les feuilles du végétal.

« Bien. Vous vous êtes plutôt bien débrouillés, j'ai envie de dire. Alors, vous doutez-vous de la raison pour laquelle je vous ai amené ici pour notre première rencontre? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Ven 14 Juin 2019 - 11:08
Le duel commençait, une chaleur intense dans la pièce faisant goûter quelques perles de sueur sur le front du genin.. Et, ce Zeref était aux premières loges. Allait-il tenir bon? C'était un bon moyen pour observer l'endurance de cette homme, savoir s'il pouvait maintenir à un bon niveau. D'un geste furtif de sa main droite, il effectua un seul signe incantatoire et une fine pellicule d'eau, invisible à l'oeil nu, l'entoura pour le préserver de cette chaleur étouffante. Sans même quitter du regard le duel, il écoutait les propos de celle qui était désormais sa professeure.

— J'imagine que oui. Répondit-il simplement.

Le duel s'éternisait. Pour lui, il durait longtemps alors il se disait que pour Zeref, il devait être interminable. Okiko ne quittait pas des yeux le genin, son bras changeait de forme. Il devenait loup. Jusqu'à présent, il n'avait jamais vu de capacité aussi formidable.... Un change-forme. Le genin brûlé en avait déjà entendu parler à Hikari, certains étaient arrivés avec ce pouvoir pour finalement le perdre et être comme lui. Zeref pouvait donc se transformer en loup... Incroyable, mais vrai.

Le Yamazaki était fasciné, bien que rien ne pouvait s'y lire sur son visage. Les change-formes... Revenant sur le duel, Okiko s'aperçut que la femme rouge avait bien du mal à se défaire de l'homme-loup... Pour finalement que la table se brise, l'arbitre arrivant bien vite et déclarant le combat comme nul. Le jeune genin suivit la Yasei en dehors de la bâtisse, celle-ci s'accolant à nouveau contre l'arbre où ses deux élèves l'avaient rencontré.

— Je ne vois pas l'intérêt de ces duels de bras de fer. Et, nous ne t'avons toujours pas vu à l'œuvre.

Comme à son habitude, il ne parlait que très peu mais disait toujours la vérité et ce qu'il pensait. Dans ce cas là, il se demandait évidemment si cela était nécessaire... Son regard vairon se posait sur la Yasei, sans sourciller une seule fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Sam 15 Juin 2019 - 18:34
La chaleur devient insoutenable à mesure que les secondes avancent, me mettant dans cette fameuse situation du tout pour le tout. Je dois tenir, advienne que pourra, car depuis quelques temps, j'estime ne plus pouvoir perdre. Un genre défi que je me lance ? Une nouvelle fierté qui commence à voir le jour ? Eh bien, depuis ce combat contre Obayo, en tout cas, je n'ai pas été mis k.o. J'ai même blessé la déesse, avec l'aide de Haise et Reikan, et survécu à cette chute de la tête de Sanbi grâce à Aditya et le Mizukage lui-même, de ce que l'on m'a raconté à l'hôpital. Ainsi, cette femme qui semble se croise supérieure à tous ne peut pas juste me vaincre, devant cet inconnu qui semble trouver cela très facile, ni devant ce membre de ma famille qui est aussi ma rivale et ma Sensei. Mais quoi que je tente se retourne contre moi, et le statu quo est total. Finalement, la table se briser à cause de la chaleur qu'elle a créée, et le match nul est déclaré. Ce n'est pas une défaite, mais à partir du moment où ce sont ses capacités qui ont engendré ce résultat, elle devrait être perdante. Je finis par me dire qu'elle s'en sort bien, et qu'elle était au bout de ses capacités pour agir de la sorte. Mon bras revient à sa forme de base, endolori, asséché, tombant le long de mon corps. Je vais avoir besoin de repos, et je doute de pouvoir participer à nouveau aujourd'hui.

Reikan nous indique de la suivre, ce que nous faisons tous deux sans dire un mot, et nous revoilà à l'endroit où nous nous sommes rencontrés, plus tôt. La question de la brune est assez cohérente, elle souhaite savoir si nous avons compris les raisons qui l'ont poussée à nous accompagner ici. Je tique un peu à la réponse de mon compère, même si j'avoue que j'aurais aimé voir la Yasei à l’œuvre, ne serait-ce que pour faire comprendre au puissant nouveau venu qu'elle a la force d'un monstre en elle, et qu'il ne devrait pas la sous estimer. Quant à moi, je réfléchis brièvement avant de donner une réponse.

"Tout d'abord, je n'ai pas spécialement envie de mourir, par rapport à ce que tu as dit plus tôt. Mais perdre n'est pas une option, peu importe le contexte."

Je plante mes rubis dans ses saphirs. Si elle se souvient de nos conversations, alors elle ne devrait pas être choquée par cette phrase. Accepter la défaite sous prétexte que ce n'est pas une situation réelle est le meilleur moyen de rester un perdant pour le restant de mes jours.

"Quand à cette sortie, j'aurais tendance à dire que tu voulais jauger nos forces physiques respectives, ainsi que notre capacité à adopter des méthodes ingénieuses pour vaincre des personnes dont la musculature dépasse les nôtres. Mais je me trompe peut-être. Ce qui est sûr, c'est que tu ne nous aurais pas emmenés ici sans raisons, ce que Okiko ne peut pas deviner comme il ne te connaît pas, bien entendu."

La jeune femme est intelligente, très réfléchie, et tout sauf une brute sans cervelle. Si elle estime que la force brute est une chose magnifique, elle a forcément une idée derrière la tête, qui est différente de simplement nous faire faire des bras de fer avec des brutes épaisses.


_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Dim 16 Juin 2019 - 23:46
Ainsi, Reikan fit non seulement face aux réponses de ses élèves, mais aussi indirectement à leurs attentes. Que ce soit par ses actes ou par ses mots, le Yamazaki originaire d'Hayashi no Kuni paraissait avoir subi un entraînement de plomb ; ce qui lui valait d'ailleurs un caractère plutôt franc, si ce n'était tranché. Quant au Kurayami, la métamorphe ne put retenir un sourire lorsqu'il exposa son constat personnel de leur toute première rencontre. Une once de fierté eut vite fait d'envahir la brune vis-à-vis de son lointain cousin, à l'instant même où il avait mentionné l'impossibilité de perdre, en sa qualité de shinobi. Le Zeref qu'elle avait connu au Cheval Aqueux appartenait désormais au passé et celui qui se tenait sous cet arbre était assurément devenu un combattant nouveau ; un homme doué de courage et de bonté, qui a finalement su se sortir le museau d'une passion littéraire un peu trop dévorante. Et malgré les défauts apparents de chacun, la féline était assez satisfaite des vaillants que la Brume avait mis sous son aile ; du moins, elle était dorénavant confiante au sujet des capacités de l'équipe sept.

Mais il était temps de leur faire ouvrir les yeux. Si Okiko semblait douter pleinement de l'intérêt de cette maison de bras de fer, l'élémentaliste allait très vite comprendre qu'il avait fait fausse route. En effet, comme venait de le mentionner Zeref à haute voix, Reikan n'était pas du genre à brasser de l'air ni à se rendre à un passe-temps aussi compétitif sans qu'une véritable raison ne l'y ait poussé. Celle qui avait été élevée avec comme première règle, le fait de ne jamais se fier aux apparences, décida de briser son hiératisme pour se diriger vers un rocher, disposé dans le jardin de la buvette. Ce dernier était haut et sa surface était plane comme pouvait l'être celle d'une table de duel. Arrivée à sa hauteur, Reikan fit volte-face pour adresser un coup d’œil à Okiko, sa voix s'étant teintée d'un ton moins entrain à la rigolade.

« Étant donné le fait que Zeref a besoin de ménager son bras, tu vas être le premier à pouvoir m'affronter, Okiko. Les règles sont les mêmes qu'à la taverne, si ce n'est que la table est remplacée par ce solide rocher. »

La changeforme se positionna d'un côté du rocher en courbant le dos ne serait-ce qu'un peu, permettant ainsi à son coude de toucher sans détour le roc. Sa dextre resta grande ouverte pour accueillir celle de son élève, une fois qu'il se sera décidé. Ce fut sans l'ombre d'un quelconque artifice lié à la gestuelle que Reikan prit ainsi place. La jeune femme n'avait pas de muscles saillants et ses veines ne traçaient pas une carte sur son corps. Et en terme de masse musculaire humaine, elle ne dépassait certainement pas cette fameuse Yutanpo. Pourtant, son regard bleu roi plein de confiance disait tout. Si Zeref connaissait une infime partie de ses compétences, celui qui maîtrisait tous les éléments sauf le Vent allait très certainement finir par en être surpris. En soi, le raisonnement de Reikan était finalement assez simple ; exposer à tous les regards sa force par le simple physique ne servait strictement à rien.

Dans un monde tel que le nôtre, où les civils pouvaient manipuler le chakra du jour au lendemain, les apparences étaient la plupart du temps trompeuses. Et bien entendu, la supérieure de l'équipe sept était décidée à éduquer ses élèves, bien que sur le tas, quant à ces a priori parfois mortels. C'est l'occasion parfaite pour qu'ils saisissent que, même avec l'aide du renforcement par la Terre, la force brute ne sera pas toujours là pour les sauver. Aussi svelte et fine la nomade pouvait-elle être, elle attendit son élève de patte ferme, ses boucles d'oreilles griffues ne cliquetant même plus malgré la brise estivale qui parcourait sa chevelure. Ce fut donc sans dévoiler une miette de ses pouvoirs dès le départ que la brune fit le décompte et lança les hostilités, une fois que le Yamazaki lui eut fait signe qu'il était prêt. Si Okiko avait fait preuve de sang-froid et avait battu Ganseki à l'usure, cela allait-il suffire pour venir à bout de notre chère Reikan?

Pendant ce temps, non loin du roc des duellistes... une ombre à la fois féminine et imposante avait profité que le canidé soit en retrait pour s'en approcher ; il s'agissait en réalité de Yutanpo, qui venait tenir compagnie à Zeref, les joues bien empourprées. Les muscles toujours bombés, la bouillotte humaine avait toutefois bien baissé en température et heureusement pour le Loup, ses vêtements avaient tenu le choc, bien que pendus à cette cheminée ambulante. Cependant, le brin de sa voix n'était plus aussi virulent que tout à l'heure, il était même tout autre, doux, voire mielleux. Serait-ce là le signe d'un trop-plein de boisson, ou bien celui d'un coup de foudre envers Zeref, celui qui était parvenu à tenir tête à ce colossal bout de femme?

« Hey, désolée pour tout à l'heure. Ton bras, il va bien? Tu sais, tu m'as vraiment... impressionnée. Aucun homme dans cette taverne n'avait jamais osé m'approcher de la sorte, jusqu'à maintenant. Tu me plais. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 19:59
Okiko restait impassible, il n'était jamais enthousiaste. Enfin, il ne l'était jamais depuis qu'il était arrivé à Hayashi no Kuni, peut-être que son arrivée à Kiri allait changer ce comportement qu'il avait adopté. L'élémentaliste parlait avec franchise comme toujours, il aurait aimé voir celle qui sera sa sensei à l'œuvre. Et pourtant, il n'avait rien vu. L'autre genin prit la parole à son tour, des propos intéressants que le Yamazaki ne put qu'acquiescer.

Après cela, la Yasei reprit la parole nous indiquant alors que Okiko serait le premier des deux à l'affronter, étant donné que Zeref devait ménager son bras. Les mêmes règles que dans le bar, cependant la table était remplacée par cette roche plutôt imposante.

Le genin aux yeux vairons s'installa face à elle, se positionnant. Il souffla un coup, ne démontrait aucun sentiment sur son visage et fit un signe de la tête pour dire qu'il était prêt. Le décompte donné, les deux s'engagèrent immédiatement.

Etait-elle vraiment forte qu'elle le disait? Le Yamazaki n'était pas du genre à se vanter, loin de là, il allait simplement montrer ce qu'il savait faire sans forcément trop en montrer. A moins qu'elle ne le pousse dans ses retranchements. Okiko n'avait jamais parlé de ses capacités en arrivant à Kiri, ayant simplement parler du fait qu'il était un des gardiens de la stèle du Dieu à Hikari.

Son bras se transforma en pierre, dur, il tenta de prendre le dessus, son regard ne quittant point celui de sa professeure. D'un coup, sans crier gare, et d'un signe discret de sa main posé sur la roche, son bras, en plus d'être endurci, s'embrasa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Sam 22 Juin 2019 - 14:27
Le combat était difficile, mais j’en suis sorti vainqueur, du moins à mes yeux. Casser la table n’était pas de mon fait, mais bien de celui de la brute, et j’estime donc que cela n’est pas une défaite, ni même un match nul. J’aurais gagné, à la longue, étant donné l’endurance de mon Yasei, mais j’aurais peut-être perdu un bras, dans l’opération. Ce n’est pas si mal, de ce fait, que la chaleur ait triomphé du support. Dehors, j’écoute, après avoir pris la parole, les propos de Reikan. Elle semble piquée à vif par les propos de son autre élève, mais je me trompe peut-être. Quoi qu’il en soit, elle ne se défile pas et accepte le défi d’Okiko. J’ai pu constater que cet homme est fort, suffisamment pour avoir sa propre équipe, car il n’a pas sourcillé pour battre un type aussi puissant que Yutanpo, tandis que je n’ai pas gagné et j’en ressens encore les effets. Je ne préfère pas me mêler de cela et demander pourquoi il intègre une équipe en étant si fort.

J’aurais bien voulu assister à leur échange, mais une voix me fait frissonner. Pas d’excitation, mais bien de peur. La musclée est de retour, et même si ses propos sont bien moins sauvages, je me demande si ce n’est pas pire. Intérieurement, je me répète « Faites qu’elle redevienne violente. Faites qu’elle redevienne violente. » Mais la fin de sa phrase est comme un couperet. Je déglutis, et me rappelle qu’il ne faut jamais blesser une femme dans ses sentiments, qu’on la trouve attirante ou non. Lui dire qu’elle ne me plaît pas la vexera et elle me tuera. Dans le cas contraire, elle risquerait de mal le vivre, et je ne veux pas avoir à assumer ça. Je respire un bon coup, et me décide à lui répondre.

« Merci, mon bras va bien ! Tu es moins… chaude que tout à l’heure, c’était une vraie canicule! Ahah »

Je me rends compte à ce stade que je ne sais pas quoi lui dire, alors autant servir le couplet le plus facile, et utiliser le fait que je sois éperdument amoureux pour me détacher de sa présence.

« Je suis… touché de savoir que je te plais, mais malheureusement cela ne pourra pas être réciproque, je suis déjà lié à quelqu’un, et je ne peux détourner mes yeux d’elle. »

Son regard devient mauvais, elle fixe alors Reikan d’une manière assez insistante. Aurait-elle mal interprété mes propos ? Ou peut-être m’a-t-elle vu la fixer juste avant, lorsque je réfléchissais, et elle pense désormais que c’est elle, ma moitié ? Cette seule idée m’inspire du dégoût. Non pas que son apparence soit repoussante, mais elle est plus de ma famille que quiconque en ce monde, et de ce fait, je n’aurais jamais pensé à une telle chose. Mais Yutanpo, oui. Elle commence à redevenir brûlante, et je m’écarte un peu. Dès lors que ce bras de fer sera fini, il pourrait se passer quelque chose de dérangeant.


_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Lun 24 Juin 2019 - 20:56
Si elle avait hâte de connaître un peu plus en détail le potentiel d'Okiko, Reikan allait montrer à ses élèves de quoi était faite la poigne d'une métamorphe aguerrie, maîtresse de ses émotions et de sa force. Le décompte fut annoncé et le départ lancé, laissant la brune et le bicolore se jeter dans une lutte sans merci. Si les premières secondes de l'affrontement ne furent pas époustouflantes d'un œil extérieur, à l'intérieur, la féline dosait parfaitement l'impulsion de force dans son bras dominant pour égaliser avec celle d'un homme de son âge. Très vite, la main puis le bras du Yamazaki empruntèrent une teinte assombrie à l'une de ses affinités élémentaires les plus robustes ; celle du Doton, équivalant à la manipulation de la Terre. Son membre se recouvrit intégralement d'une épaisse couche de terre, si bien qu'il devint dur et alourdi comme du roc. Il est vrai que c'est une bonne stratégie, pour espérer remporter un duel de force brute. Reikan était visiblement bien consciente de la posture dans laquelle elle allait être mise, si elle tardait à riposter contre la dureté du bras de son opposant. En effet, le Doton était un atout majeur dans ce genre de bataille ; en plus d'être lourd, d'être capable de faire potentiellement chavirer la main adverse mais aussi de protéger les muscles humains sous sa couverture, il était susceptible d'empêcher une force extérieure de contraindre son utilisateur à se mouvoir contre son gré. Il s'agissait là d'une bien belle idée, qui comme toute idée, avait pourtant des failles. Mais, je ne suis ni Ganseki, ni Yutanpo, mon cher Okiko.

La métamorphe avait beau réfléchir en plein duel, celle-ci ne montra pas l'ombre d'une faiblesse pouvant perturber son attitude espiègle. Du moins, jusqu'à ce qu'Okiko n'en profite pour effectuer un signe de sa main libre. Le bras droit du manipulateur élémentaire venait brusquement de s'enflammer, sous les yeux ébahis de Yutanpo, qui était pourtant devenue proie à la vengeance envers la changeforme, après le rejet de Zeref. Reikan arqua un sourcil, pendant que l'épiderme de sa dextre souffrait déjà des flammes qui n'avaient pas tardé à la grignoter. Comme tout être humain, les muscles de la jeune femme ne purent véritablement tenir front face à l'alliance de la Terre et du Feu ; entre autres, la poigne de la féline se mit à légèrement trembler, en reculant petit à petit vers le rocher. De longues secondes s'écoulèrent, durant lesquelles l'endurance de la kunoichi était mise à rude épreuve ; à tel point qu'une odeur de cramé commençait à bercer les narines des membres de l'équipe et de la seule spectatrice étrangère.

Là où toute personne de bon sens aurait abandonné pour enfouir son bras dans une carafe d'eau ou le couvrir de terre pour attiser le feu qui le rongeait, Reikan persista. Il était temps pour la supérieure de l'équipe sept de ne plus se laisser faire et de mettre un terme à ce petit jeu avec son élève, sans bien évidemment le prévenir. Et pour cause, sans le moindre mūdra, la métamorphe par excellence transforma sa main droite en une imposante patte de Tigre blanc. Une dense fourrure tigrée vint éponger sa peau des flammes, alors que sa paume était d'ores et déjà remplacée par des coussinets compacts, entre lesquels étaient maintenant glissés les petits et fins doigts du Yamazaki. L'ampleur de sa patte était telle qu'elle engloutissait presque le poing de son opposant. Les tremblotements n'étaient plus d'actualité, mais la balance de la victoire penchait toujours du côté d'Okiko. Peut-être cela avait-il été volontaire de la part de Reikan?

Dans tous les cas, son bras droit dorénavant métamorphosé n'eut aucun mal à retenir la lourdeur du Doton et l'embrasement du Katon ; il restait penché, mais immobile face à la vaine avancée de celui de son élève. Si l'on pouvait penser que la féline attendait juste sa dernière heure, incapable d'inverser la tendance face à son propre élève, c'était mal la connaître. Elle attendit tout bonnement le bon moment pour riposter et prendre par surprise son élève, en effectuant un signe qui pourrait lui être inconnu, juste sous ses yeux. Sa patte de Tigre blanc se couvrit d'une aura immaculée, qui mettait en avant une couverture de vent tournoyant. Au contact du Fūton, le Katon couvrant le bras d'Okiko et une partie de la patte de la changeforme prit la forme d'un réel brasier bouffeur d'oxygène, puisque boosté par la force du Vent. La chaleur ambiante était telle qu'elle força Yutanpo et Zeref à reculer, s'ils ne souhaitaient pas finir grillés, contrairement à Reikan. [invisible_edit]

Ce laps de temps, prémédité mais dangereux, fut suffisant pour que la métamorphe mette un point d'honneur à sa stratégie. C'est maintenant ou jamais qu'il va falloir rentabiliser les brulures de mon bras. D'un coup, la majestueuse patte de félin perdit de son importance et s'effondra du côté perdant, à la limite de toucher le roc. Ce mouvement vif, difficile à voir à l’œil nu et auquel la vitesse du Vent profitait par défaut, ne pouvait que déstabiliser la solide prise de son élève. L'espace d'un millième de seconde, leurs paumes se détachèrent pour laisser la main d'Okiko planer dans le vide au-dessus de celle de Reikan ; et ainsi, l'obliger à perdre tout son élan. Cette ouverture, créée de toute pièce par la jeune femme, lui permit de regorger son bras en chakra pour que sa patte de Tigre blanc ne retrouve toute sa beauté. Et aussitôt, sa main rattrapa celle de son élève pour le prendre de vitesse dans l'incandescence des flammes, jusqu'à rabattre l'adversité contre la roche portant le duel. La vitesse du Vent et la force brute de sa métamorphose, toutes deux assemblées à un timing parfait, repoussèrent sans broncher le Yamazaki dans ses retranchements jusqu'à ce que le dos de sa main n'explose la roche de soutien. Une faible fumée s'éleva entre le duo, alors que la nomade se redressait. Son bras avait perdu toute trace de forme animale, sévèrement calciné par endroits du fait d'avoir été exposé trop longtemps au feu d'Okiko. Mais son visage n'affichait pas l'once d'un trait de douleur, simplement de satisfaction ; quelque peu décoiffée par la vivacité de ce duel, elle avait même le sourire aux lèvres. Son regard éthéré, qui perçait la chaleur ambiante, jongla entre ses deux élèves.

« Si je vous ai amené ici, c'est pour que vous compreniez que la force de frappe, à elle seule, ne fait pas tout. Ce ne sont pas les muscles ou les éléments, compétences déjà bien établies, qui feront de vous des combattants d'exception, mais bien vos capacités d'analyse et d'adaptation. Sans cet ultime mouvement stratégique, ni le Vent ni la Métamorphose animale auraient pu résister à l'association terrible des affinités dont tu disposes, Okiko. Peu importe vos combinaisons, il y aura toujours une faille. Et cela mérite bien que vous ne vous reposiez jamais sur vos acquis. Auquel cas vous en paierez le prix cher. »

Et ce prix, elle venait d'en faire les frais afin d'ériger une telle démonstration, mais également pour éviter que ses élèves ne le paient sur le tas, à l'extérieur. Ils ne devaient jamais se fier aux apparences, être mentalement prêts à envisager toutes les situations possibles une fois qu'ils sortiront de ces marécages. Si le Kurayami n'avait pas encore mis un pied au-delà des murailles, le Yamazaki, lui, avait échoué à sa tache de gardien en sous-estimant, avec ses pairs, un ennemi bien trop puissant. C'est pourquoi cette leçon, aussi simple était-elle, ne pouvait que leur donner de la graine.

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 11 Juil 2019 - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Mar 25 Juin 2019 - 12:38

La maison du bras de fer.
Montrer toute ces capacités? Impossible. Okiko voulait clairement voir ce que valait les Kirijins avant de démontrer ses propres ressources, il réfléchissait bizarrement en réalité. S'il souhaitait progresser pour réussir son unique objectif, ce n'était pas comme cela qu'il allait réussir, non. Sa main était tout contre celle de la change-forme et il avait décidé d'opter pour la même stratégie que face à Ganseki, transformant son bras en terre. Dur, utilisant la force brute, la Yasei démontrait une sérénité à toute épreuve et réussissait ainsi à ne pas se faire surmonter.

Elle était d'un niveau bien plus fort que Ganseki ou Yutanpo.... L'ancien gardien embrasa son bras, à l'aide d'un signe discret de sa main libre posée sur la roche, pour remporter cette manche. Le Bras de la change-forme changea en une patte de tigre blanc, entourant complètement la main du genin. Une patte qui faisait bien le double de celle d'Okiko, entraînant alors un statut quo. La Yasei ne bougeait pas, tout était stable....

Elle engagea son affinité. Le vent, seule affinité que le Yamazaki ne possédait pas encore mais qui pouvait le savoir? Une tornade de feu qui entoura les deux duellistes, faisant reculer l'autre élève et la femme de lave.. Croyant dors-et-déjà à sa victoire lorsque la main de la Yasei alla au sol, il ne s'attendit pas du tout à ce revirement de situation, bien joué de la part de la professeure.

Lui-même eut du mal à percevoir ce flottement avant que le dos de sa main ne s'écrase sur la roche pour la briser totalement. Le genin eut un léger rictus, c'était une belle victoire de Reikan... Quand bien ce même ce duel ne voulait encore rien dire. A son tour, il se redressa et fit tournoyer son bras... bien endolori, il fallait l'avouer.

— Hum.

Plongé dans ses pensées et réflexions, l'élémentaliste repensa à Hikari. Là où lui et ses compères avaient totalement échoué dans leur mission de protection. Pourquoi? Il s'était dit trop faible.... Mais, Reikan lui démontrait qu'il en était tout autre finalement. Stratégie, analyse, adaptation.... Ils avaient manqué de tout ça, qui plus est, les gardiens n'avaient clairement pas agi en équipe.

— Je pense que tu as raison. Je ne suis pas habitué à réfléchir stratégiquement.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
La maison du bras de fer J6f2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Mar 9 Juil 2019 - 19:30
Avec Yutanpo, toujours à mes côtés malgré mes tentatives de la faire fuir, je continue d’observer ce duel. Je me sais en-dessous du niveau des deux autres membres de cette équipe, mais je ne me fais pas de souci à ce niveau : tôt ou tard, je sais que je serai capable de les vaincre, et si je ne pensais pas comme cela, alors tout mes efforts seraient sûrement vains. Il faut cependant reconnaître que les moyens mis en œuvre par les deux sont originaux. Mélange affinitaire d’un côté, utilisation de sa forme animale et de son Fuuton de l’autre. Lorsque la chaleur éclate, de part la fusion du vent de l’une et du feu de l’autre, je ne peux que faire un pas en arrière, voire même deux ou trois, pour ne pas revivre une situation désagréable à laquelle j’ai été confronté juste avant, face à la femme aux muscles saillants. En assistant à ce duel, je comprends une chose, néanmoins : je ne serai sans doute jamais capable de gagner au bras de fer contre l’un ou l’autre. Mes capacités ne sont pas faites pour me donner l’avantage dans un duel de force brute, et même si ce que Reikan fait pour contre balancer la puissance d’Okiko est ingénieux, je serais bien incapable de trouver une solution similaire, ma force n’étant pas le dixième de la sienne, lorsqu’elle devient cette tigresse.

Mais le résultat est là, et au fond, la gagnante est celle qui a la plus grande force brute, même si tout ne s’est pas résumé à ce détail. Ce camarade de l’équipe sept ne semble pas mauvais du tout, il m’est même largement supérieur, et j’esquisse un léger sourire en pensant à ça. Une autre personne à surpasser, plus il y en aura et plus ce sera amusant, après tout. Lorsque l’on part de plus loin, il est plus simple de franchir des échelons, comme ils sont plus nombreux. Je laisse la brune parler après sa démonstration, et ses propos rejoignent à peu près ce que je pense. Bien que ma nuance soit toujours bien ancrée dans mon esprit. Je laisse le Yamazaki faire un aveu de son manque de stratégie, avant de répondre à mon tour, de manière bien plus cynique.

« Bien entendu, la stratégie est importante, et permet de retourner certaines situations, mais je doute que l’on puisse comparer une Bête capable de soulever plus de cent kilos à un simple humain. A ta place, et même avec la meilleure volonté du monde, je n’aurais pas pu déjouer Okiko. Je ne contredis pas ce que tu as dit, mais j’estime la nuance importante : il y a une limite à ce que le cerveau peut combler en termes de différence de forces. »

Alors que je prononce ces mots, j’entends des grommellements dans mon dos, et Yutanpo finit par partir. La seule chose que j’ai pu comprendre dans son charabia est une certaine notion de vengeance, mais à l’encontre de qui exactement ? Elle seule le sait. Je touche mon bras, encore endolori par les événements, et j’attends la suite, fixant ma Sensei et rivale, pour voir si elle compte continuer ou nous libérer pour le reste de la journée. Mon état ne me permettra pas de me battre, c’est certain.


_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 18:46
Un espiègle sourire manqua de se dessiner sur les lèvres charnues de la métamorphe, à l'entente des remarques de son élève, mais aussi cher cousin éloigné. Si elle préférait la stratégie à la force, le canidé avait touché à une nuance fondamentale ; celle de la rationalité. Même avec la meilleure volonté du monde? Il était évident que les rapports de force étaient ce qu'il y avait de plus important pour jauger la puissance de tout un chacun. Mais si Zeref avait bien cerné la féline jusqu'à lors, il pouvait comprendre les raisons l'animant à penser de la sorte ; c'était une véritable optimiste, qui n'hésitait pas à miser tout ce qu'elle avait dans les fruits de son intellect nomade. Sur le coup, Reikan retira sa sénestre de son bras droit à moitié carbonisé par le feu du Yamazaki. Depuis que son membre fut proie aux flammes, celle-ci n'avait d'ailleurs pas laissé échapper la moindre plainte, que ce soit par la voix ou par la gestuelle. Décidément, la Yasei était une jeune femme à toute épreuve, aussi bien sur le plan spirituel que physionomique.

« Tu as raison, Zeref. Que ce soit la force ou l'intellect, aucun des deux n'est à délaisser. Je suis fière de vous, de vos prestations et de vos remarques. »

Les saphirs de Reikan abandonnèrent les minois de ses élèves pour chasser la silhouette de Yutanpo, qui s'éloignait déjà de la taverne. Elle plissa les paupières, retenant un soupir vis-à-vis des remontrances marmonnées que la bouillotte avait lâchés à son égard, avant de prendre la fuite. Après tout, la métamorphe avait une bonne raison de lui en vouloir, puisqu'elle s'était donné à cœur joie pour blesser un membre de son équipe, mais aussi de son clan. Si je la recroise... Sans attendre plus longtemps, la jolie brune s'avança vers le ténébreux, en déposant son regard sur le bras qui le faisait souffrir. La simple vue de ce dernier et de sa basse position sous sa manche lui eut suffit pour comprendre ce dont quoi son épaule était victime.

« Ton épaule droite est certainement luxée. Il te faudra prendre un peu de repos, mais avant... »

Reikan adressa un regard confiant à Zeref, avant de remonter de ses fins doigts la manche de son bras, jusqu'au niveau de l'épaule. En un rien de temps, ses phalanges parcoururent l'anomalie, qui n'était rien d'autre qu'une cavité au niveau du deltoïde. Il n'a rien de cassé, tant mieux. Puis, la prise de la changeforme sur le bras de son confrère se fit plus ferme, le forçant à se placer à un angle de 90°, en tournant l'épaule vers l'extérieur. Et d'un coup brusque mais assuré, la féline tira sur le bras dans ce même axe pour remettre en place la tête de l'épaule dans l'articulation. Un douloureux craquement se fit entendre, mais contre toute attente, elle afficha un sourire serein. Reikan avait certes agit sans prévenir, mais les douleurs harcelant l'épaule de Zeref jusqu'à lors commençaient déjà à l'abandonner ; et il pouvait, sans le moindre problème, retrouver toute la mobilité de son bras dominant. Manifestement, son passé de nomade n'était pas à sous-estimer, dans n'importe quelle situation.

« Tu peux le bouger à ta guise désormais, mais essaye de ne pas trop en faire non plus. »

Après avoir épargné un passage à l'hôpital de Kiri au loup, la Fille du Désert s'éloigna d'un pas en arrière, avant de se mettre de profil vers la buvette. Elle resta silencieuse l'espace d'un instant, bien que son sourire persistait à régner sur sa bouille ponctuée d'éphélides. Depuis leur départ du bâtiment, le brouhaha constant de la compétition s'était atténué sans détour, même si des duels mineurs se déroulaient encore. J'imagine qu'après l'effort, il leur faut du réconfort. Son minois se retourna à leur encontre, pour les inviter une dernière fois, en cette journée, à la rejoindre.

« Que diriez-vous d'aller discuter autour d'un verre, après ce dur labeur? Je suis sûre que vous avez des choses à me dire, sur vos vécus et vos ambitions. Et surtout, j'aimerais que vous me parliez un peu plus de vos espoirs pour cette équipe sept. Je vous ai donné les miens tout à l'heure, mais il se peut que vous en ayez des différents, pas vrai? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 21:14

La maison du bras de fer.
Travailler stratégiquement, faire confiance aux capacités des autres également... C'était des choses auxquels il n'était clairement pas habitué. Se rappelant de l'attaque de cet Homme au Chapeau et de ses hommes, le gardien avait combattu solitairement comme tout les autres moines et gardiens. Ils n'avaient tous pensé qu'à protéger Hikari et la stèle sans toutefois collaborer tous ensemble... Peut-être auraient-ils eu là plus de chance de repousser l'ennemi?

Enfin, c'était désormais passé et revenir en arrière demeurait encore impossible. Le contrôle du temps n'était pas un pouvoir que l'on pouvait acquérir comme cela dans un claquement de doigt.... Et le Yamazaki n'était pas dupe : personne ne pouvait contrôlait l'espace et le temps.

Le genin de la Brume laissa les deux changes-formes discuter entre eux, ne décidant pas d'interférer dans leur conversation. Il observa simplement la Sensei remettre en bon état l'épaule de son équipier, avant qu'elle ne propose aux deux élèves d'avoir un peu de réconfort. Boire un verre, discuter pour en savoir plus de l'un sur l'autre tout comme les ambitions de chacun sur l'équipe.

— Pourquoi pas oui.

Déclara-t-il, comme toujours sans réelle émotion dans sa voix. Il était encore compliqué pour l'ancien gardien de la stèle du Dieu de l'Eau de s'ouvrir pleinement... Se rappelant qu'il avait mis bien du temps avant de s'ouvrir totalement à son ancien mentor, Hatake.

Le shinobi à la face brûlée s'avança pour suivre la Yasei, il ne connaissait pas du tout le village donc il allait également en découvrir les recoins.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
La maison du bras de fer J6f2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer Empty
Sam 13 Juil 2019 - 11:35
Mes propos ne semblent pas faux, et Reikan le confirme d'ailleurs. Bien, si je ne dis pas d'inepties, c'est déjà une amélioration par rapport à notre première rencontre, où je savais à peine expliquer le fonctionnement du chakra. Désormais, je peux me considérer comme un shinobi presque accompli, capable de déceler ses propres faiblesses et d'émettre des jugements sur les thèmes de la stratégie et des tactiques. Gardant mon attention habituelle, j'écoute calmement ce que dit ma Sensei, qui s'approche de moi pour mettre un nom sur ma blessure. Je n'ai encore jamais eu de formation médicale et ne peux que me remettre à son bon jugement. Une luxation, ce qui doit correspondre à une épaule déboitée, je suppose. Elle touche mon bras, attirant une légère interrogation de ma part. Je me doute qu'elle ne fait pas cela dans un élan de tendresse, étant donné que rien de tel n'existe entre elle et moi. Non, ce n'est pas son amour familial qui se retranscrit dans ce geste, et lorsque la féline manipule mon bras, je comprends son intention, au moment précédent la douleur intense que je ressens. Mais celle-ci s'en va ensuite, peu à peu, et elle finira par disparaître simplement, dans quelques minutes sans doute.

"Merci, si je peux éviter l'hôpital, ça m'arrange..."

Un sourire se voulant reconnaissant apparaît sur mes lèvres, et il est bien plus fort que ceux que j'adresse aux autres, à l'exception de ma moitié. Cette femme forte est très importante pour moi, et être son élève me donne une possibilité d'être plus souvent à ses côtés, pour ainsi apprendre d'elle, mais également m'y mesurer et la protéger. Ce dernier point est peut-être risible étant donné la différence de forces, mais j'apprends à ne pas me sous-estimer, et à ne pas me rabaisser, donc je ne peux prendre en compte ces calculs idiots pour parler de cette situation. Lorsque la Yasei parle à nouveau, je me mets en marche directement, prenant les devants. Je ne suis pas le genre à aimer en apprendre sur les autres, et je connais déjà bien ma cousine, mais je me dis qu'au sein d'une équipe, il est important de faire preuve d'entrain, même si c'est légèrement feint.

"Bien, retournons donc dans ce bar, c'est plus simple que d'aller en trouver un autre dans le coin, surtout que rien ne nous dit qu'ils sont encore tous debout..."

Je pousse les portes et repère rapidement une table libre, grâce à mes yeux affutés... Ou simplement parce que beaucoup de personnes ont fui après mon affrontement avec Yutanpo. Une fois que nous sommes assis, je regarde mes deux coéquipiers, tour à tour, et je commence à m'ouvrir, le premier, pour montrer que je ne m'exclue pas, chose que la brune pourrait penser de moi, vu qu'elle me connaît.

"Pour ma part, au sein de cette équipe, j'ai bon espoir de progresser et d'aider à la protection de ce village. Je sais que ça peut paraître bateau, mais je suis un ninja des plus simples, il y a des gens que je souhaite protéger, et je pense que vous deux pourrez m'y aider, indirectement, ou directement."

Le dire à haute voix me donne l'impression de donner une dimension plus réelle à ces propos. Mais parler de cela est assez banal, alors je rajoute une autre de mes ambitions...

"Sinon, j'ai toujours eu l'espoir de découvrir le monde extérieur. Je veux voir ce qui se trouve au-delà de ces marécages... Vous deux avez déjà découvert nombre des pays, je suppose, mais moi non..."

L'envie de déserter n'est plus, mais j'ai tant rêvé d'ailleurs que je ne peux me résigner à passer ma vie dans Kiri, ou à Mizu...



_________________
La maison du bras de fer Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
La maison du bras de fer Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La maison du bras de fer Empty
Dim 21 Juil 2019 - 1:36
Voir son cousin canidé prendre les devants de la sorte força l'apparition d'un rictus sur le minois de notre chère féline, qui prit place à la table de ses élèves. Lui qui auparavant, lorsqu'elle l'eut connu près de la taverne du Cheval Aqueux, était si asocial et renfermé sur ses livres mais aussi sur lui-même, faisait désormais preuve d'entrain vis-à-vis de sa toute nouvelle équipe. Après tout, pour que le trio de combattants de la Brume puisse mener à bien ses missions, il était impératif que ses membres soient parfaitement soudés, auquel cas, l'un d'entre eux y laisserait peut-être à l'avenir sa peau. Et cette épreuve musclée venait d'ores et déjà de les rapprocher un peu plus, à l'égard de leurs capacités respectives. Si Okiko disposait d'une panoplie élémentaire excessivement fournie, de par son ancienne fonction de gardien élémentaire de la stèle du Dieu des Éléments, Zeref lui, était un métamorphe qui cachait bien son jeu, rien que par la particularité de son animal et son affinité tellurique. Et Reikan, quant à elle, avait tendance à profiter de ses atouts félins et de son expérience nomade, mais surtout, elle n'hésitait pas à mettre à l’œuvre ce qui faisait d'elle une native du Vent par excellence ; le Fūton, la seule affinité que le Yamazaki n'était pas en mesure ni de produire, ni de maîtriser.

En quelque sorte, ces trois-là se complétaient presque à la perfection ; à cela, ne manquait plus que l'établissement d'une confiance mutuelle pour mener au mieux des missions à risques. Les missions, sacerdoce typique du shinobi, constituaient un véritable saut dans l'inconnu pour les plus inexpérimentés, surtout lorsqu'elles menaient à l'extérieur des murs de Kiri. La Fille du Désert leur accorda une petite pensée, dans un recoin de son psyché ; bientôt, si les hautes-instances le lui permettraient, elle mènerait l'équipe sept aux confins du Mizu no Kuni et peut-être même, du monde shinobi. Pour l'instant, ceci n'était qu'au stade d'espoir dans les propos tenus par son confrère changeforme. Le Kurayami adoptif souhaitait, à ce jour, ne plus se terrer dans l'enceinte embrumée. Au-delà de ces marécages, hein... Reikan crut presque se contempler dans un miroir ou s'entendre parler. Se pourrait-il que le Loup noir ait mué une espérance aussi audacieuse depuis qu'il eut croisé le chemin de la Tigresse blanche? Que ce soit le cas ou non, la féline ne pouvait qu'être fier de son cousin et de ce à quoi il aspirait, dorénavant. Indirectement, il faisait honneur à la vision de la jolie brune sur les Hommes, leur monde regorgeant de merveilles et sur le rôle de tout un chacun dans le Yuukan. Le futur canidé policier débordait de pacifisme et de bienveillance ; et ça, Reikan ne l'avait que trop bien remarqué, depuis qu'il s'était dévoilé à elle en tant que membre d'une même famille.

« Si je t'assure que tu verras bientôt du pays en tant que membre de cette équipe, prochainement, tu verras le sûrement le monde en tant que membre du clan Yasei, Zeref. Je compte sans détour mener à bien notre apprentissage commun à tous les trois ; et j'ai beau résidé aujourd'hui à Kiri, je reste tout de même une nomade. À mes yeux, il n'y a rien de mieux qu'apprendre sur le tas bien, en laissant tout confort personnel au placard, hors de ces murs. Sachez que l'on ne protège jamais mieux une nation qu'en explorant tout ce qui lui est étranger, afin d'y être préparé de la meilleure des manières. »

Un serveur très soigné fit son apparition, pour servir un verre en bois de thé Wulong (烏龍茶, litt: dragon-corbeau) à la jeune femme, à la couleur bleue. Il attendit discrètement les commandes des messieurs, avant de s'en aller. Pour sa part, Reikan avait profité de cette boisson pour revigorer ses papilles et continuer dans ses dires. Si elle commençait à connaître Zeref sur le bout des coussinets, il fallait dire que l'ancien gardien lui donnait du fil à retordre, bien que ce ne soit que leur toute première rencontre. Néanmoins, elle ne chercha pas à cacher sa curiosité au sujet du passé et du futur du Yamazaki ; de toute évidence, la changeforme était une kunoichi au caractère franc, quoique bien trempé.

« J'ai bien compris les espoirs que tu as placés dans la protection du sceau du Dieu de l'Eau, Okiko. Il s'agit d'une mission dont nous sommes tous plus ou moins investis, par le biais des insignes gravés sur nos bandeaux de fer. Contrairement à Zeref, en tant que dirigeante de l'équipe sept, je suis au courant de ton ancien statut, comme tu as pu le remarquer. Mais n'as-tu donc pas d'autres aspirations en particulier que celle de protéger le sceau comme tu avais, jadis, protégé la stèle élémentaire? Si cette question ravive de mauvais souvenirs, j'en suis désolée, mais j'ai besoin de comprendre ce qui t'anime pour que cette équipe soit des plus utiles et efficaces. Tous les trois, nous devons avoir une confiance aveugle les uns en les autres car une fois dehors, chacun aura besoin de se sentir à l'aise avec ceux qui l'accompagne, si vous ne souhaitez pas que votre ordre de mission soit surplombé par un aléa social quelque peu malvenu. Ne faîtes jamais l'erreur de ne pas croire en vos camarades. C'est cette confiance placée entre de bonnes mains qui vous sauvera peut-être les fesses, le moment venu. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route

La maison du bras de fer Empty
Dim 21 Juil 2019 - 22:44

La maison du bras de fer.
La senseï posait déjà ses questions, mais le Yamazaki ne parla pas encore laissant son équipier prendre la parole en premier lieu. Il fallait avouer que le gardien n'avait pas d'objectifs vraiment très précis. Le Kurayami Zeref parla de protéger le village du mieux qu'il pouvait, que pour cela, il avait besoin de progresser et que l'équipe était la plus à même de l'y aider... Il n'avait peut-être pas tort. Okiko pouvait l'aider à mieux maîtriser son affinité, il avait tant de potentiel.

Le genin tourna son regard vairon sur la kunoichi, cette-dernier parlant en premier lieu au métamorphose avant de se tourner vers Okiko. Elle lui posa des questions fort intéressantes, elle voulait en savoir plus et il le comprenait. Elle se demandait surtout s'il n'avait pas d'autres aspirations que de protéger le Dieu de l'Eau... Tournant son regard vers Zeref, il devait également lui expliquer qui il était afin qu'il ne soit pas perdu.

— Je suis Yamazaki Okiko, j'étais un gardien d'une stèle d'un Dieu qui aujourd'hui a été scellé dans un homme. Cette stèle et la Cité où elle y était était inconnue du monde entier, cachée par un puissant genjutsu. Retournant son regard vers la kunoichi, il hocha doucement la tête avant de reprendre. Mon objectif principal est de protéger le Dieu de l'Eau, éviter qu'il ne soit libéré ou que d'autres ne veulent le sceller en lui. Mais, je suis originaire de Mizu no Kuni, je me suis toujours senti Mizujin bien que je n'y ai que très peu vécu... Je veux protéger ce pays et ce village également.

Il prit une inspiration après ce petit discours. Le Yamazaki n'avait pas grandi comme shinobi, il n'était qu'un garçon qui avait été un gardien et désormais qui apprenait à être shinobi. Le serveur étant arrivé, il avait commandé un simple jus de litchi.

— Evidemment, je souhaite progresser bien plus. Je ne doute pas de mes capacités, mais elles sont insuffisantes par rapport à l'Homme au Chapeau.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
La maison du bras de fer J6f2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6566-yamazaki-okiko-l-enfant-des-quatre-saisons http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7025-yamazaki-okiko-carnet-de-route#58906 http://www.ascentofshinobi.com/u1017

La maison du bras de fer

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: