Soutenez le forum !
1234
Partagez

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite]


Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Mer 5 Juin 2019 - 21:11


Ils ne voient que les traces sur le sable, que les écorchures sur le sol. Alors qu'elle pense apercevoir, à chaque fois, le malin qui la frôle. À deux pas de l'Institut, affaiblie, une main plaquée contre son abdomen, l'autre en appui sur un mur qui se dérobe, son corps bascule. La brise glaciale qui lui entaille les os. Le tintement de ses verres qui se brisent. Bien que sa vue soit trouble elle ressent ce qui l'entoure au ralenti, détachée. Et dans la brume du soir, elle distingue deux lucioles vermillons qui s'approchent inexorablement d'elle, prêtes à l'achever.

Pitié.

Elle se traine dans la rue déserte d'une cité conquise, un goût d'inachevé et de sang dans la bouche. Entre larmes et abandon, se dérobent les lignes d’une confiance qui se meurt, puis se figent les traits d'une enfant qui a peur. Elle fait face, au précipice d'une spirale sans fond, forte fille devenue la cible d'un sacrifice, d'un don. Celui d'un fou, d'un fantôme, d'un démon. Elle regrette, jure, supplie sans parvenir à ralentir la progression du monstre. Car ses mots sont plats, faibles comme une lame émoussée qui n'a pour résultat que le cliquetis de son fil usé sur l'armure qu'elle tente de trancher.

Pas moi.

Mais qui ? Lâcherait-elle à l'appétit de l'ogre une autre âme ? Exceptée elle, personne. Cette nuit, elle sera sa cible, son unique proie. Persuadée du dénouement funeste qui l'attend, des images et des odeurs lui reviennent, comme si, dans un ultime soubresaut, sa mémoire la portait. Elle résiste sans autre arme que celle du souvenir. Est-ce ainsi que tout prend fin ? Inconnue. Seule. Perdue dans les résurgences du passé et l'amertume des regrets.

Non.

Avec ses ciseaux, la mort s'apprête à couper un nouveau fil, intraitable, impartiale, alors qu'un murmure se noie dans un râle rauque. Pas de lumière, pas de portail, seul le rire caverneux de l'ogre aux yeux de braise brise le silence de la nuit.

Non !

Sa mâchoire se crispe. Elle peut combattre. Vraiment ? Profond mensonge d'un espoir futile. Il est de leur caste, imbu du chakra qui coule en lui, bercé des mythes d'une religion barbare. Elle ? Vulgaire civile, dont la voix s'est tue, paralysée. Mais l'instant funeste d'une lame qui brille dans la nuit ne vient pas. Non.

Contre le sol, Tsukiko pivotes son visage et voit l'homme au masque d'Oni. Il est là, figé à quelques pas, il semble humer l'air comme une bête en alerte, puis disparaît dans l'obscurité, l'abandonnant aux silhouettes approchantes. La tétanie s'estompe, l'adrénaline aussi, alors seulement la douleur apparaît et lui arrache un gémissement.

-"AAAAaaaah !" Un dernier souffle, court, puissant, porté par sa propre peur et la souffrance bien réelle des deux entailles qui parcourent son ventre, résonne dans la rue tandis que les ombres l'embrassent.

À l'aide.

Elle sombre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Sam 8 Juin 2019 - 22:04


Maudit soit ce désœuvrement. Cette fois-ci, la balade nocturne ne relevait pas du bon plaisir mais de la fuite.
Impossible pour la trentenaire de demeurer dans l'enceinte clanique. Besoin d'air, de solitude ; un changement d'atmosphère urgent faute à une énergie collective trop lourde et étouffante. Ce que certains appelaient la Résonance avait semé sur son passage une sinistre contagion. Une fatalité à la source inconnue. Aucun coupable immédiat à désigner afin de rediriger son émotivité. Ne restait que l'abattement brut.
La journée, le cœur y était. Le soir, l'endurance s'effondrait. L'esprit avec.

Kumogakure demeurait effroyablement calme. Faute au phénomène, l'annexion semblait être devenue un problème secondaire. En réalité ce n'était certainement pas un problème pour tous, l'autorité remplaçante s'évertuant à ne pas abuser de son pouvoir ni brusquer la population par des réformes ou des devoirs d'ordre quelconque. Juste rien. Le faible air ambiant donnait l'impression de transporter lascivement un seul et unique message : Celui du deuil généralisé.

Ceux qui y prêtent l'oreille ressentent ces choses là. Une sensibilité au dessus de la normale accroît la perception.
Face à une pandémie aussi étendue, l'impact recouvrait en ces nuits la cité d'un voile solennel, mystique. Un silence apaisant. Elle se nourrissait de cette ambiance comme elle le faisait tantôt et malgré-elle avec celle du domaine clanique.

Jusqu'à ce qu'un sentiment aigre ne brise ses songes.

Intuition ? Peut-être, peut-être que non. Le mutisme global offrait une meilleure acuité, et que ce soit un son ou une intention, Takara avait ressenti quelque chose. Son cœur s'emballait. Pourtant maîtresse au sang froid, les récents événements s'étaient chargés de briser sa confiance et l'avait affublé de nombreuses failles. La peur imprégnait désormais son âme et trahissait sa nature habituelle. Maintenant dans son esprit, tout pouvait se produire, et plus particulièrement le pire. Ni une ni deux, elle accomplissait les mudras aiguisant ses sens, à la recherche de présences.

Bingo. Hélas.

Car elle le savait - Si elle ne s'était pas trompée dans son ressenti ni dans sa réactivité, c'est que la suite resterait sur le même ton. Elle se hâtait sans réfléchir en direction du lieu. Au fond d'elle, elle doutait toujours, espérait que sa subite panique ne soit qu'une névrose récemment développée. La trentenaire n'agissait pas en shinobi, elle avait brisé son propre sceau dissimulant son chakra en usant d'un jutsu et sa célérité ne lui permettait pas de corriger le tir. Après tout, ce n'était peut-être rien. Une dérive entre deux individus faute à l'alcool ? Dernièrement, il y avait matière à se saouler sans restriction...

Rapidement elle réalisait que ce n'était pas le cas, car une des deux présences prédominait, jusqu'à finalement s'éloigner. Elle venait de prendre quelqu'un sur le fait, sans connaître le fait en lui-même. Trop loin. Lorsqu'elle arrivait enfin sur place, la scène lui empêchait de continuer sa course. Bientôt le coupable présumé disparaissait de son si particulier champ de vision. La Suzuri aurait pu enchaîner sur une nouvelle technique, le tracer au plus tôt via ses familiers d'encre qui lui accorderaient de nombreuses pairs de yeux par de là les rues ainsi que les airs.
Elle aurait pu.
Mais qui se serait occupée d'elle, dans ce cas ?
Glauque. Ce scénario ne tarderait pas à tourner court, car son hésitation l'empêchait de retrouver le fuyard et condamnerait bientôt cette femme si elle n'était pas prise en main au plus tôt. Hélas, elle ne saurait la soigner dans l'urgence. Aucun talent pour cela, même si elle savait reconnaître une véritable blessure lorsqu'elle en voyait une. Et en ce cas, il y en avait plusieurs. Celui qui avait fait ça savait pertinemment où entailler pour causer douleur et garantir une mort lente. Le fait qu'il ait du battre en retraite plus tôt que prévu donnait une chance à la victime. Peut-être.

La trentenaire s'empressait de créer deux clones avant de retirer son châle. Alors qu'un clone l'attrapait sous les bras, l'autre se chargeait des pieds, la soulevant en tâchant de provoquer le moins de remous possibles. De là l'originelle qui en avait fini de plier son châle se hâtait de recouvrir la plaie, serrant le plus sèchement possible. Elle n'y connaissait rien. Ne souhaitant que retarder l’hémorragie. La seule chance consistait à rejoindre l'institut non loin de là afin de recueillir une aide immédiate largement plus compétente.

Elle enchaînait donc, les deux copies avançant rapidement sans pour autant brusquer leur colis. La dextre de Takara plaquée sur le tissu, elle observait le visage de cette femme gravement amochée, ne lui adressant la parole que pour tenter de constater un potentiel éveil, en vain. Elle serait vite fixée.
Mais déjà, elle se mordait les lèvres. Elle aurait pu l'avoir.
Le responsable. Peu importe qui il était.

Impuissante, une fois encore. Peut-être une fois de trop.
Cette fois-ci, une forme de rage réchauffait son estomac.

D'abord sauver... Ensuite, on verra.

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] A0pmQDC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Mer 12 Juin 2019 - 1:07
Pour la première fois, depuis que Jun avait aménagé chez toi, tu entrepris de poser les pieds dans sa chambre. La senteur du refermé mêlée à l’odeur froide du tabac - dont la jeune Joo empestait presque en permanence à force d’abuser de cette substance - commençait à envahir le couloir de la demeure alors tu prends l’initiative d’ouvrir la fenêtre afin d’aérer la chambre inoccupée depuis bien trop longtemps.

Voilà des semaines que Jun était partie avec quelques autres genin afin de venir en renfort à ceux qui avaient décidés de rester à Hayashi suite à la découverte d’une cité étrange qui était apparue après un violent tremblement de terre. Secousse dont tu avais été témoin mais contrairement aux autres, tu avais préféré revenir à Kumo au lieu de rester sur place pour être témoin de l’évolution de la situation plutôt inquiétante et intervenir en cas de besoin. Si au début, la vie sauvage d'Hayashi t’avait grandement plu, un évènement personnel et inattendu t’avait poussé à quitter le lieu où tu commençais de toute manière à t’ennuyer sérieusement.

Alors que tu t’apprêtais à quitter de la chambre, dont la fenêtre était à présent grande ouverte, ton regard est attiré par une cigarette qui trainait à côte du fuuton. Tu fixes l’objet alors que l’image de Jun en train de fumer à travers le masque qu’elle quittait rarement se dessine dans ton esprit. Preuve évidente qu'elle te manquait même si tu ne pensais pas constamment à elle. Conforment à ce qu'elle t'avait demandé durant votre fameux de bain, tu ne l'oubliais pas.

Tu finis par sortir de la pièce où tu reviens à la tombée de la nuit pour refermer la fenêtre et prendre la cigarette qui avait attiré ton attention plus tôt dans la journée.

Comme presque tous les soirs, tu quittes le Domaine des Metaru pour te rendre au centre-ville où tu aimes trainer avant de décider que c'était l'heure de se coucher. Mais, au lieu de te rendre dans un bar ou autre endroit où ceux de ton espèce aimaient se rassembler le soir venu, tu te retrouves allongée sur le toit d’un bâtiment dans un quartier paisible en cette heure tardive.

A travers la faible clarté des lumières artificielles qui illuminaient la ville, tu regardes la cigarette que tu avais pris dans la chambre de Jun en partant. Tout en admirant cette chose que tu trouvais immonde en gout et en odeur, tu te demandais si la jeune ronin allait revenir un jour. Tu avais bien compris que la Jun ne se plaisait guère à Kumo qu'elle avait intégré juste pour être auprès de toi. Il était donc fort probable qu'elle ne reviendrait plus jamais maintenant qu'elle se retrouvait de nouveau en dehors de cette ville qu'elle avait toujours considéré comme une cage. D'autant plus qu'elle ne semblait pas très apprécié le fait que tu n'étais plus cette délinquante qui n'en faisait qu'à sa tête qu'elle avait connu jadis. Au fond, tu étais pourtant toujours la même seulement, ici tu ne pouvais plus te permettre de n'en faire qu'à ta guise. Ton milieu avait changé et tu avais dû t'adapter au risque de croupir en prison le restant de ta vie or tu devais être libre pour assouvir le dessein qui t'avais amené à intégrer le Village Caché des Nuages.

Il était probable également que Jun ne soit pas rentrer en apprenant que Kumo était désormais entre les mains de ceux de l'Empire du Feu. Elle et tous les autres qui étaient à Hayashi au moment de la guerre avaient certainement décidé de ne plus revenir en apprenant la défaite de leur Village.

Un cri de détresse qui déchire soudain le silence de la nuit te tire brusquement de tes pensées. Rapidement, tu te redresses et tout en fixant dans la direction d'où était parvenu le bruit de désarroi - qui à présent s'était tu - tu glisses délicatement la cigarette entre tes seins.

Toi qui n'avait guère une âme d'une justicière ne comptait pas secourir la probable victime qui avait crié et pourtant, tes jambes te menaient irrémédiablement et précipitamment vers elle. Tu arrives juste à temps pour percevoir une silhouette filer dans une ruelle, délaissant derrière elle un corps affalé.

Sans la moindre réflexion, tes pieds se mettent à nouveau à mouvoir mais pour poursuivre le fuyard. Alors que ce dernier avançait sur le sol, toi tu tentais de le rattraper depuis les airs, se précipitant de toit en toit. Avait-elle remarqué ta présence ou non mais l'ombre se hâtait. Mais, alors qu'elle était obligée de suivre un chemin imposé par les bâtiments, toi tu pouvais emprunter des raccourcis dans les airs. C'est ainsi que tu parviens, en ultime saut, à atterrir à quelques mètres devant un plausible assassin.

A travers la pénombre, tu ne parvenais pas à distinguer l'expression de celui dont tu venais de stopper la course mais tu sentais tes lèvres s'étirer pour un sourire carnassier.

- Je ne sais pas qui tu es mais je sens que tu vas égayer ma soirée.

L'exaltation se ressentait à travers ta voix alors que tes bras se recouvraient discrètement d'une fine couche de métal. Preuve que tu comptais en découvre avec vraisemblablement un criminel …

HRP:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Jeu 13 Juin 2019 - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Mer 12 Juin 2019 - 19:47
Takara >
Du sang en trop grande quantité commence à couvrir le tissu d'une compresse de fortune et déborde bientôt sur les côtés de la frêle silhouette transportée. À quelques pas de l'hôpital, deux infirmiers en pause aperçoivent ce convoi d'infortune et se précipite pour porter assistance.

-"Que s'est-il passé ?" La question fuse lorsque l'un des deux soignants soulève le châle pour découvrir l'horreur d'un acharnement. L'un guide, l'autre aide à porter. Et de cet effort combiné, l'âme menacée de la jeune civile retrouve un début d'espoir au bloc opératoire.

-"Ca risque de durée un moment." Préviens un membre du personnel, avant d'offrir l'attente comme une alternative possible. "Nous avons une salle de repos si vous souhaitez patienter."

___

Yamiko >
L'ombre se fige, comme tétanisée. Fine silhouette encapuchonnée, l'être semble pétrifié. Les tremblements s'emparent de sa mâchoire et l'empêchent de fournir une quelconque explication à celle qui lui fait face.

-"..." Non, rien. Les mots venant à manquer, son instinct le pousse à la fuite, une survie certes futile mais inévitable. La silhouette bifurque alors sur le côté, empruntant un corridor exigüe où les tonnelles des fenêtres des habitations semblent couvrir sa progression. L'inconnu court, aussi vite que le lui permettent ses jambes, renversant çà et là caisses et tonneaux pour ralentir la chasse dont il est la proie.

Le temps lui semble compté alors qu'il emprunte une porte grillagée menant dans un bâtiment à l'abandon.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Jeu 13 Juin 2019 - 15:38


Je n'ai pas le temps... Juste: Sauvez-là. Soufflait-elle avant de faire volte face, pendant que ses clones s'écroulaient jusqu'à redevenir des flaques mouvantes se hâtant de s'apposer couche par couche sur les vêtements de leur propriétaire.

Quand bien même elle avait accumulé un retard probablement fatal, cette dernière vision de l'inconnue lourdement amochée ne la quittait pas. La Suzuri ne pouvait décemment pas baisser les bras ni regagner son calme sans tenter quoique ce soit - Elle avait mis les pieds dans un scénario incongru et le seul moyen de s'en dépêtrer consistait déjà à faire son possible pour y amener un point final.
Ses sens de nouveau soumis à une impulsion chakratique, la trentenaire retournait aussitôt sur les lieux du crime. L'idée de passer la cité au sable fin par le gré de ses domestiques encrés lui serait venue si rien d'autre n'attirait immédiatement son attention ; un nouvelle présence lointaine explosait. Nouvelle aura, nouvelle piste. Cette fois ci la course fut de bien faible durée, les traces se stabilisant en un lieu particulier. Deux surprises.

La première, l'une des deux présences était celle ressentie tantôt. Le fuyard.
La seconde, l'autre appartenait à une personne connue de Takara - Cette grande brune aussi saugrenue que désœuvrée.

Cette fois-ci, pas question d'approcher sans prendre de gant. La kunoichi se recouvrait de son voile d'encre, un art rendu définitivement imperceptible par l'obscurité. Tant qu'aucune autre technique n'entrait dans l'équation et qu'elle se montrait suffisamment prudente de manière à ne pas chambouler le moindre objet ni débris qui étaient hélas légions dans cette bâtisse abandonnée, aucun des deux protagonistes ne devraient deviner son arrivée.

La posture de Yamiko ainsi que son armement corporel ne laissaient pas l'ombre d'un doute : Celle-ci était en traque. Autant la laisser faire. Elles pouvaient œuvrer ensemble quand bien même l'un des deux partis ne serait pas au courant. Se dévoiler à elle risquait potentiellement de se dévoiler à leur proie. Aussi, le mystère se maintiendrait jusqu'à nouvel ordre.

D'autant que pour l'instant, sa récente approche ne faisait que précéder la Metaru, quant à elle déjà en action.

Spoiler:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] A0pmQDC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Lun 17 Juin 2019 - 21:51
Bakemono

feat. @SASAYAKI TSUKIKO - @SUZURI TAKARA


Les bras renforcés avec une fine couche de métal, les poings serrés, tu patientes face à l’ennemi. Malgré la fulmination qui t’étreignait, tant ton être était avide de combattre, tu n’ouvres pas cependant l’hostilité. Fidèle à toi-même, tu attendais que l’adversaire attaque en premier. Chose étrange mais tu avais beau aimer baroudé et même apprécié provoquer verbalement tes semblables afin de déclencher volontairement une hostilité mais rares étaient les fois où tu frappais en premier.

Tes sourcils se plissent d’inconvenance voyant l’ombre filer brusquement au lieu de t’affronter. Ordinairement tu n’aurais pas cherché à la suivre car cette fuite ne signifiait qu’une chose : que cette personne ne tenait pas à te braver et certainement par peur. Un tel lâche ne pourrait donc pas satisfaire ton être. En effet, tu étais de nature belliqueuse mais tu n’aimais guère s’attaquer aux plus faibles que toi car ces derniers n’étaient pas en mesure de t’octroyer cette extase que tu convoitais dans chaque combat. Tu appréciais recevoir des coups en échange des tiens. C‘était uniquement de cette façon que ton être pouvait s’exalter. Frapper sans rien recevoir d’équivalent, ou mieux de plus fort, en retour ne te procurait que déception et frustration. Et pourtant, sans t’accorder un temps de réflexion, tes bras retrouvent leur couleur naturelle alors que tu te mettais à poursuivre de nouveau la silhouette qui avait emprunté une ruelle plus étroite. L’ombre cherchait à te freiner en jetant tout ce qui était à la portée de ses mains sur le chemin derrière lui mais tu esquivais les obstacles sans freiner ta course.

La silhouette finit par atteindre un bâtiment abandonné où il s’engouffre sans réfléchir. Soupçonnant que là était sans doute un piège, tu t’arrêtes.

L’envie d’abandonner cette poursuite dont tu n’avais cure en réalité, malgré la victime que le fuyard avait laissée derrière lui, te fait patienter dans le silence nocturne. A quoi bon se donner du mal pour une entreprise qui ne te tenait pas à cœur ? Mais, alors que tu t’apprêtais à faire demi-tour, l’image de cette fillette assassinée durant la nuit de l’Ogura – le festival du clan Suzuri – traverse ton esprit. Ce soir-là, tu avais vu une silhouette suspecte s’enfuir mais tu n’avais rien fait pour l’arrêter. Tu ne regrettais pas ton acte mais, pour la première fois de ton existence, tu étais comme victime d’une prise de conscience qui te force à reprendre la poursuite du criminel de ce soir. Seulement, tu avais perdu un temps précieux. L’ombre avait réussi à disparaître mais tu pressentais qu’il était toujours quelque part dans la bâtisse.

N’étant pas une traqueuse très talentueuse, tu décides alors de faire appel à un être bien plus doué que toi en la matière. Tu te diriges vers un carreau brisé afin de faire saigner l’index droit sur la partie pointue d’un morceau de verre pour invoquer un de tes compagnons animaliers grâce à la formule magique et ton sang.

Dans un nuage de fumée apparaît un majestueux lion au pelage dans le ton ocre. Celui-ci touchait presque le plafond. Tu savais que le lieu n’était pas idéal pour invoquer une telle bête mais tu avais besoin d’elle.

- Bonjour Yamiko. L’animal regarde tout autour de lui. Je suppose que ce n’est pas pour une confidence cette fois.

Simba – ainsi se nommait le gros félin qui venait de faire son entrée – était sans doute l’être qui te connaissais le plus ici-bas. Il connaissait ton passé, ton présent et même tes projets à venir car il était ce qui se rapprochait le plus d’un ami pour toi. Souvent, tu l’invoquais juste pour pouvoir discuter avec lui. Ayant une confiance aveugle en cet animal, tu lui avais confié les moindres de tes secrets.

- Non. Cette fois, j’ai besoin de toi.
- Cela faisait longtemps … Que puis-je donc pour toi ?
- Trouver un criminel qui s’est caché quelque part dans ce bâtiment abandonné. Il doit avoir du sang de sa victime sur lui.

Le sang pourrait certainement aider le gros félin à localiser le fuyard ; du moins si celui-ci avait été souillé ou s’il avait gardé l’arme de son méfait sur lui.

- Pourquoi n’utiliserais-tu pas ta nouvelle capacité pour le débusquer ? Il me semble que les araignées sont douées pour ce genre de chose.

Le silence et le regard que tu jetais sur Simba lui fait vite comprendre la situation.

- Je vois. Tu ne la maîtrises pas encore !?

En effet, la découverte de ton habileté à se métamorphoser en arachnide était toute fraiche. Tu n’avais pas encore eu le temps d’explorer en profondeur et encore moins de maîtriser ce nouveau pouvoir.

Sans perdre plus de temps, Simba se met alors à la recherche de quelconque présence autre que la vôtre au sien de la bâtisse abandonnée. Le félin s’aidait de son odorat, de son ouïe et de ses vibrisses capables de détecter la moindre vibration. Ces dernières lui permettaient même de s’orienter dans l’obscurité sans la moindre difficulté ou encore de débusquer une présence même dans le noir le plus total …

HRP:
 


_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Ven 21 Juin 2019 - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 18:14
-"Il les envoie, il m'a vu. Il les envoie. C'est sûr. Je... il... il m'a vu." Le murmure craintif et affolé de la silhouette ne porte pas bien loin. Assis par terre, ses jambes recroquevillées et enlacées, il se susurre à lui même quelques mots rassurants, mais replonge aussitôt dans sa névrose cyclique tout en se balançant d'avant en arrière.

Le plancher craque sous le poids d'un pied, comme un pas posé face à lui, mais le regard azuréen de l'inconnu ne distingue aucune silhouette dans l'obscurité de la pièce. Rien qui ne le sorte de sa hantise ni ne lui arrache de la mémoire les images violentes et morbides d'une jeune fille poignardée. Encore et encore. Chaque coup, chaque trait rouge sur le corps de l'inconnue semble s'être marqué au fer rouge sur la rétine de l'apeuré.

Les lattes grincent de nouveau, mais d'un poids sensiblement plus lourd. Les pas massifs et le grondement sourd qui approchent relève le fugitif comme sa crainte. Et ses yeux s'écarquillent lorsque l'origine du bruit passe l'ouverture de la porte. Un monstre immense. Une bête démesurée. Un lion aussi majestueux qu'effrayant.

-"...non.... Non... NOON !" Pris de panique, il attrape un pied de chaise brisé en un pieu de fortune et charge l'animal qui le coupe de l'unique sortie. "AAAAAAH" L'acte semble méprisable tant son arme s'approche d'un cure-dent. Mais qu'en serait-il si l'inconnu changeait au dernier moment son attaque futile en pirouette ingénieuse ?

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 15:34

Lente approche. Hélas faillible : Beaucoup trop de désordre, un bâtiment vieillot.
Un premier grincement trahissait sa présence alors qu'elle touchait pourtant au but, à quelques mètres du triste individu. Triste oui, ce constat fut immédiat alors que leurs regards se croisaient bien qu'un seul des deux partis en avait conscience. Takara toujours drapée de son voile d'encre s'était figée, s'offrant le temps nécessaire pour s'assurer que l'homme ne se doutait pas de sa présence.

Il délirait. Habité par ses démons, il se savait à son tour traqué et ne semblait pas être en mesure d'assumer un tel retournement de situation. Quel que soient ses motivations, elle semblait d'avantage subies que parfaitement choisies. Il était encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais malgré cela le regard de la trentenaire ne changeait pas, toujours à l’affût des nuances, malgré une émotivité à vif ce soir là.
Elle le contournait. Une autre aura s'approchait, et ce n'était pas celle de Yamiko. La Suzuri commençait à regretter sa décision d'avoir pris de l'avance dans cette perquisition. Outre sa propre maladresse, il y avait peu de chance qu'on la découvre ici, si ce n'est cette fine odeur d'encre qui ne tromperait pas des museaux.

A deux mètres sur la gauche du meurtrier, elle fit face en même temps que lui à l'apparition de la bête. Sans voix, contrairement à lui, elle réalisait qu'il était temps de sortir de sa furtivité si elle ne voulait pas prendre le risque de subir la potentielle sauvagerie du Kuchiyose qui risquait de se répandre dans la pièce. Même s'il sentait probablement sa présence. Sauf que l'homme avait déjà pris les devants, se jetant par désespoir dans la gueule du loup - ou plutôt du lion. Ni une ni deux, l'encre de son camouflage la quittait et longeait le sol, précédant le mouvement du criminel pour bientôt le recouvrir. L'accomplissement d'une série de mudra s'assurerait qu'il se retrouve criblé par les sceaux d'immobilisation.

Pas question de s'entretenir avec lui sans s'assurer qu'il soit totalement impuissant.
Pas question non plus de le voir déchiqueté par le lion... Celui-ci devait appartenir à Yamiko, même si elle ignorait que cette dernière disposait d'un tel pacte. Il ne devrait donc pas lui faire de mal.

Ne le touche pas, Kuchiyose... S'empressait-elle de clamer, ne sachant comment se comporter avec ce genre d'entités qu'elle n'appréciait pas vraiment. Appelle plutôt ta maîtresse, qu'elle lui fasse des liens plus durables que le mien...

Effectivement, son jutsu pouvait être maintenu encore longtemps, néanmoins cela lui coûtait. Elle ne souhaitait pas se relâcher au mauvais moment, pas avec ce genre d'individu même s'il se montrait faible en l'état. Il était corrompu par un mal, et il fallait savoir lequel.

Spoiler:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] A0pmQDC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 19:03
Bakemono

feat. @SASAYAKI TSUKIKO - @SUZURI TAKARA


Simba ne met pas longtemps avant de flairer quelque chose. La bête se met à avancer tout doucement, suivant la présence qu'il pressentait alors que tous les sens aux aguets, tu lui emboitais les pas.

Le sol délabré craquait à chacun des pas du gros félin et parfois sous les tiens. Par prudence, ou plutôt égoïsme car tu ne désirais pas te faire entrainer avec ton animal si jamais celui-ci passait travers le plancher, tu mets alors une bonne distance entre vous. Et tu avais bien fait car le sol ne tarde pas à céder sous le poids de la grosse bête qui eut, heureusement, les réflexes de reculer à temps. Avec prudence, Simba reprend ensuite son chemin, passant assez loin de l'énorme trou à la place de l'endroit où il avait posé les pattes il y avait tout juste quelques secondes. Tu le suis mais mettant encore plus de distance entre vous.

Tous deux avançaient en silence mais les craquements sous vos poids devaient trahir votre présence. Simba finit par s'arrêter à l'entrée d'une pièce d'où le murmure d'une voix féminine te parvient avant que ton compagnon animalier ne se tourne vers toi alors que, des pas sereins, tu avançais dans sa direction.

- Quelqu'un a besoin de toi ici alors dépêche-toi un peu !
- Ne me parle pas comme ça ! Fais-tu d'une voix loin d'être menaçante malgré tes propos et sans chercher à accélérer les pas. Tiens donc ! Pour une surprise, c'est une surprise ! Ajoutes-tu ensuite un sourire espiègle aux lèvres alors que tu avais atteint l'entrée de la pièce que Simba avait libérée en reculant légèrement.

Une main fermée à la hanche gauche dans une pause détendue, tu regardes la Suzuri qui maintenait un homme immobile avec des sceaux qui attirent un instant ton attention. Tu cherchais en ce moment à te perfectionner en fuinjutsu et tu constatais que la Vieille semblait bien maitriser cet art. Tu aurais dû t'en douter venant d'une Suzuri mais l'idée ne t'avait jamais traversé l'esprit car jamais tu n'avais pensé à lui demander un enseignement.

- Je constate que tu es une mamie très active … Je ne savais pas que tu aimais jouer à la justicière, fais-tu tout en affichant un sourire amusé.
- Yamiko, ligote cet homme veux-tu.
-Tsss ! Tu aimes gâcher mes moments plaisants toi, lâches-tu à l'intention de Simba tout en exécutant quelques mudra pour forger des menottes à même les poignets de l'homme immobilisé par la Suzuri tout en gardant tes distances.

Tu restes en retrait du meurtrier qui, de toute évidence, n'était qu'un malade mental. Un être qui ne t'intéressait donc guère. Rien de surprenant vu la fuite qu'il avait pris face à toi. Tu aurais dû écouter ton instinct et abandonner cette course qui au final ne t'avait fait que perdre ton temps …

HRP:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 19:59
L'assaut, l'échec, l'effroi, puis la délivrance. "V... vous... vous n'êtes pas avec lui ?" Un lui sans identité ni description. Un lui lâché d'une voix effrayée et qui replonge le prisonnier dans l'horreur de ses visions.

-"Il.. il va venir, il m'a vu ! Vous ne comprenez pas... il, il m'a VU !?" L'homme semble vouloir tomber à genou, approcher ses mains menottées jusqu'à son visage mais il en est incapable, l'encre le fige en cette position soumise. Alors il sanglote, dans la honte assumée et la peur d'une morte proche.

-" Vous devez me protéger... il l'a tuée, la jeune fille.. horrible, il l'a tuée, encore et encore. Mais.. m... mais il m'a vu. Et il vient me chercher !" Ses yeux affolés semblent chercher le réconfort et se portent naturellement vers celle qui lui a évité la conclusion funeste d'un lion affamé : la Suzuri. "Vous, vous comprenez, n'est-ce pas ?"

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 15:18

La trentenaire soupirait suite à l'entrée en scène de Yamiko. Celle-ci semblait particulièrement détendue, fidèle à elle même dans ses propos. Alors que du côté de Takara, l'action lui procurait toujours une montée d'adrénaline à laquelle elle ne s'habituait pas, même si elle en contrôlait le flux.

Je ne joue jamais avec ces choses là. Je suis tombée sur une victime de ce...

Elle était obligée de forcer la voix, alors que le concerné piaillait sa détresse en la cherchant clairement du regard maintenant que les menottes avaient été appliquées. Elle le regardait alors froidement, de toute sa hauteur, les images de la scène du crime lui revenant à l'esprit - Cette boucherie. Sur un coup de sang, sa main de bronze aurait sèchement coupé la parole du prisonnier, mais il lui restait encore de la tempérance en stock et elle n'en fit rien. A la place, elle le dardait du regard sans répondre, attentant qu'il se lasse momentanément, puis reconsidérait de plus belle la grande brune habituellement désœuvrée.

Je l'avais perdu de vue en m'occupant de cette femme, mais par la suite j'ai pu sentir ton chakra. Alors je me suis dit que nous ne serions pas trop à deux, même si j'ignorais que tu étais accompagnée.

Ses yeux de jade balayait vaguement le kuchiyose puis revenait au fruit de leur venue en ce lieu : L'homme, qui délirait.

Voilà un moment que l'on entend des affaires sordides à Kumogakure... La mort de jeunes femmes, une fillette et son père aussi. Je pensais que les shinobi auraient vite fait de régler cela, mais il faut croire que ce n'était pas une priorité. Alors oui, me voilà peut-être devenue justicière malgré-moi. Comme j'aurai tout aussi bien pu être une de ses proies, finalement.

Voilà qu'elle s'accroupissait, se mettant à hauteur de l'assassin - légitimement - présumé. Étrange fait, elle semblait avoir abandonné son attitude glaciale de tout à l'heure et sa dextre se posait sur le front de ce dernier.

Calme-toi. De qui parle-tu ?

Étrange comportement. Il n'y avait pourtant pas de tendresse, mais de la pitié. La Suzuri en attendait peu d'un dialogue avec ce dernier, car maintenant il était dans leurs filets. Le conduire à des autorités plus compétentes serait un choix certainement plus pertinent - L'Empire comptait des membres du clan Yamanaka, définitivement plus habiles en ce qui concernait la collecte d'informations fiables, de quoi tirer des conclusions éclairées sur cet homme. Rester plus longtemps dans ce bâtiment glauque pour converser avec celui ci dans un flou total ne l'intéressait pas. Elle voulait surtout qu'il se calme. Car elle ne le considérait plus comme une menace, et saurait donc l'écouter si tel était le cas.

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] A0pmQDC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2778-suzuki-takara

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Mer 26 Juin 2019 - 13:19
Bakemono

feat. @SASAYAKI TSUKIKO - @SUZURI TAKARA


En écoutant la Suzuri t’exposer les différents meurtres non élucidés dernièrement au sein de Kumo, tu repenses à cette fillette assassinée sauvagement durant la nuit de l’Ogura. Était-elle une des victimes de l’homme que vous veniez d’arrêter ? Tu te posais la question alors que, croisant les bras sous ta poitrine, tu fixes le menotté qui se montrait de plus en plus agité. Si cet homme était réellement le coupable du meurtre durant cette nuit de festival clanique alors il avait forcément un lien avec cette Sentetsu Chiaki. En effet, tu avais surpris cette dernière en train d’effacer des preuves, en ramassant des vêtements maculés de sang laissés sur place, avant de disparaître en toute discrétion. Elle avait quitté le lieu du crime avant même l’arrivée de la Police et en emportant avec elle les accoutrements souillés. Tu avais trouvé ses gestes très suspects, surtout venant d’une chuunin, mais tu n’avais rien fait pour l’arrêter car tu avais jugé que ce n’était pas ton problème.

Aujourd’hui tu avais poursuivi puis arrêté un suspect d’une tentative de meurtre. Preuve que tu avais changé depuis cette nuit de l’Ogura. En plaisantant, tu avais accusé Takara de jouer à la justicière mais n’était-ce ce que tu étais en train de faire également ?

L’homme menotté qui se met à débiter tes paroles incompréhensibles te tire de tes réflexions.

- Connaîtrais-tu Sentetsu Chiaki ?

Ton timbre ne dénotait la moindre compassion envers cet homme qui, de toute évidence, n’avait pas toute sa tête. Il était probable qu’il n’avait la moindre conscience de ce qu’il faisait.

Si l’homme connaissait la Sentetsu, il serait judicieux d’aller interroger la kunoïchi mais le déliré évoquait plutôt un « il » …

HRP:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Dim 30 Juin 2019 - 11:18
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Head-3

-"Mais du meurtrier ! Vous... vous pensez qu'il en est à son premier coup d'essai ?" Calme ? Il ne peut le rester, ses mot claquent dans l'air comme une vérité à laquelle personne ne se joindrait. "Je l'ai suivi ! Ooohohoh oui. Et c'est un démon ! Avec ses deux billes rouges en guise de regard, deux points qui... qui vous traversent le corps et plongent dans votre âme... il peut voir en vous... et... il m'a vu !" De nouveaux sanglots vite interrompus par la Metaru. Une intervention qui laisse le prisonnier dans l'incompréhension.

Un œil ouvert plus grand que l'autre, quelques perles de larmes aux bords des paupières, il ne comprend tout simplement pas la question. "Eh... celle qui... qui s'est faite enlever ? Beh... pas personnellement !?" Avant de réaliser peut-être l'étendue du problème. Elle semble répondre aux critères, à un détail près. "Par tous les kamis... ne me dites pas... que... qu'elle fait aussi partie des victimes ? OH non... il... il s'en prend aussi aux kunoichi maintenant ?" L'affaire semble plus grave que ses propres découvertes, car si l'assassin fauchent sans distinction civils comme puissants, c'est le village dans sa globalité qui est en danger.

-"Il faut me conduire au plus vite au vieux Butsuma. Il en va de notre sécurité à tous." Ses mains menottées se sont relevées devant son visage, comme une supplique. Mais comprendraient-elles seulement la gravité de tout ceci ?


Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 15:02
Bakemono

feat. @SASAYAKI TSUKIKO - @SUZURI TAKARA

Tes sourcils se plissent face aux révélations, bien que sans queue ni tête, du déliré. Les propos du fou tendaient à faire croire que le coupable n’était pas lui mais un homme dotés des yeux rouges qui pouvaient lire à travers les gens. Chose dont ton être avait bien du mal à croire mais tu avais assez fréquenté le monde ninja pour concéder à accepter même à l’importable. Et puis, suite à ce que tu avais vécu contre Yamanaka Rei - lors de la bataille qui avait opposé Teikoku et Kumo - tu savais qu’un simple homme pouvait manipuler avec une aisance déconcertante l’esprit d’autrui.

Vérités ou mensonges, les dires du déliré éclipsaient totalement ton hypothèse sur le fait que la Sentetsu pourrait être impliquée dans cette histoire. Le fou la prenait plutôt pour l’une des victimes du vrai coupable et non sa complice. Le fou révélait également à son insu la présence possible d’une détenue. Le meurtrier ne se contentait-il donc pas des massacres en pleines rues ?

- C’est qui ce Butsuma ?

Tu savais qu'il serait fort judicieux de confier cet homme que tu pensais n’être au final qu’un pantin du véritable vipérin à la Police mais ton côté belliqueux espérait pouvoir rencontrer et affronter le vrai coupable qui était certainement en mesure de t’offrir un combat délectable. Et puis, depuis l’occupation de Kumo par Teikoku, la Police kumojin ne semblait plus être aussi active qu’avant. Sans doute la raison pour laquelle le coupable de tant de victimes était toujours en liberté. C’était cependant sans la moindre envie de faire cesser le massacre mais juste pour espérer avoir ton combat que tu tires l’attaché par les menottes levées vers toi. Puis, tu le traînes de force et sans ménagement jusqu’à Simba avant de le hisser sur le dos de la bête qui s’était allongée sur le ventre pour te faciliter la tâche. Tu t’installes ensuite derrière l’homme allongé sur le ventre et de travers sur le dos du gros félin avant de prêter attention à la Vieille.

- Veux-tu monter ?

Tu t’adresses ensuite au fou que tu maintenais fermement pour ne lui laisser aucune chance de s’échapper.

- Amènes-moi donc auprès de ton Butsuma et gare à toi si tu me tends un piège !

HRP:
 

_________________
Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 21:28
-"Butsuma ! Vous êtes nouvelle ici ou quoi !?" L'ahuri n'en revient pas que des personnes puissent encore ignorer jusqu'à l'existence même de ce vieillard. "Le moine et directeur de l'orphelinat. Conduisez-moi là-bas, je ferai le reste." L'orphelinat, ainsi leur objectif et ultime étape prend forme.

La troupe montée traverse l'obscurité d'une ville endormie et parvient jusqu'à l'établissement mentionné, où, averti par le bruit du lion, les accueille le vieil homme.

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite] Moine10

-"Qu'est-ce qu... Muko ?" L'ancien moine reconnaît votre prisonnier et avant même de demander ce que tout ceci signifie, trouve les réponses à ses questions dans la voix tremblante du dénommé Muko.

-"Le démon a recommencé, Bustuma-sama. Il... il a tué de nouveau et s'attaque même aux ninjas. Il faut... il faut impérativement l'arrêter !"

Le moine reste silencieux quelques secondes, le regard sévère, avant de consentir à la requête du prévenu, d'une bien étrange manière. "Mesdames, votre décision de mener Muko jusqu'à moi vous honneur, mais je crains de ne pouvoir opérer sans le consentement des autorités compétentes. Il nous faut conduire Muko aux troupes de l'Empire et œuvrer avec eux sur cette affaire... . Je ne puis en dire plus, malheureusement." Le choix ne vous est pas laissé et l'homme prend les devants pour conduire ce cortège félin jusqu'à la caserne du Teikoku, à quelques mètres de là, où Muko et lui-même sont pris en charge. Le garde vous remercie et vous congédie, sans autre forme de procès.

* * * * *

L'infirmier responsable du bon rétablissement des malades durant la nuit entre dans la chambre de la jeune femme, déposée plus tôt à l'hôpital. Mais dans le lit -où gisait quelques instants plus tôt l'anonyme - ne se trouvent plus que des gouttes de sang et un drap froissé.

La fenêtre grande ouverte, sur le côté, ne laisse que peu d'hypothèses : elle a fuit ou s'est faite enlever.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174 http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303

Bakemono [Meurtre à Kumo - suite]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: