Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04

Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Jeu 6 Juin 2019 - 19:49
Au lever de l'aurore

ft. équipe 04 ; Date Junko


Été 203, place de l’Académie, village de Kiri.


Tandis qu’il délaissait quelques œillades à ses alentours, entre effervescence d’une paix retrouvée et le calme serein qui emplissait les contours de cette porte Nord restaurée, les pas d’Aditya ne menèrent sur la place centrale de l’Académie, un bâtiment dont il n’avait pas encore eu l’occasion de contempler la finesse. Sa construction s’était achevée plusieurs jours après que l’attaque du Dieu de l’Eau ait été endiguée sur les littoraux, marquant au fer rouge une large partie de l’île d’un fuinjutsu des plus puissants, malheureusement nécessaire afin d’enfermer un tel être divin. Au même titre que tous les ninjas qui avaient mis leur vie en jeu pour maintenir cette cité brumeuse si chère à leur cœur, l’ascèse était devenue l’un des Héros de Mizu, une figure qui se voulait salutaire et porteuse d’un profond espoir : celui que Kiri avait su se relever malgré les tempêtes l'ayant assailli, tant portées par l’avarice du cœur des hommes que par la colère d’entités qui les dépassaient l’entendement. La ferveur avec laquelle chaque homme et chaque femme s’était jeté à corps perdu contre leurs détracteurs, contre ces Fanatiques dont le seul but était d’anéantir tout ce en quoi ils croyaient avait été le fer de lance de leur victoire.

Et cela… cette profonde volonté à devenir la meilleure version de soi, malgré les entrevêchements du passé, c’était précisément ce qu’Aditya voulait inculquer à sa nouvelle équipe. Outre les tests de force que bon nombre de mentor faisaient passer lors des premières rencontres d’escouades – chose dont il avait lui-même fait l’expérience avec Yuki Kaya, son ancienne cheffe d'équipe – l’ascèse leur préférait un enseignement qui revêtait bien plus d’importance à ses yeux : celui de porter l'éternelle responsabilité de protéger et servir chaque âme peuplant le village, une chose qui suivrait Junko tout au long de sa vie de kunoichi et plus encore.

Tandis que l’une de ses mains se glissait dans une poche de son pantalon d’uniforme, l’autre s’empara d'un feuillets gardés intact au sein de l’un des pans de son haut de kimono. Sur sa face étaient inscrit les informations recueillies par le Kyoi à propos de la jeune femme qu’il attendait, reçue anonymement le jour de sa promotion au rang de Chûnin. Ses yeux parcoururent de nouveau cette lettres orpheline auxquelles il s’était refusé la lecture alors qu'une frêle brise ne vint rafraîchir sa nuque ; il souhaitait apprendre à la connaître par lui-même, et non pas à travers des indices disséminés de manière stériles par les ombres brumeuses.

Aditya savait qu’obtenir la confiance de Date Junko, cette revêche et fougueuse femme dont il avait deviné le passé de gladiatrice lors de leur première entrevue, une poignée de jours avant que l’attaque ne retentisse ne serait pas chose aisée. Mais avant tout, il ne désirait que lui apporter son aide. Voilà ce à quoi se résumait sa manière d’enseigner. Aider, apprendre, reconstruire. Et peut-être le pourrait-il, si toutefois elle baissaient sa garde ; comment allait-elle réagir, après son départ précipité de la dernière fois ?

Mais son attention fut arrachée de cette missives alors qu’une silhouette se rapprochait du bâtiment, à pas lents, mais fiers et déterminés. La voilà.



[invisible_edit]

_________________

_

encore plus spooky:
 




Dernière édition par Aditya le Lun 10 Juin 2019 - 14:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Sam 8 Juin 2019 - 23:47

Junko écouta attentivement le messager pendant qu'il lui lisait la missive. Elle la lui fit même répéter plusieurs fois, et chaque fois plissa les yeux en entendant le nom d'Aditya en signature. Finalement, au bout de la sixième relecture, le messager releva les yeux, balbutiant:

"Excusez-moi, mais je dois ...

-Tu peux t'en aller."

Junko avait parlé d'un ton sec. Le messager ne se fit pas prier, et disparut en un clin d'oeil. La scène était passée presque inaperçue dans le bordel. Partout, les gens continuaient à converser, à chanter, à beugler et à boire, le tout dans une douce atmosphère de gentille luxure et d'amour de la chair. Seule Junko était isolée, sans aucun convive à sa table. Pourtant, elle était la plus belle de la salle. Ses cheveux étaient coiffés en un haut chignon à la forme compliquée, et à l'architecture complexe. Le feu de ses yeux était rehaussé d'un maquillage couleur d'or qui ornait ses paupières. Elle portait un long manteau rouge et or, décoré de motifs floraux bleus, violets, pourpres.

Elle se leva de son siège de coussins de soie et, d'un pas vif, se dirigea vers les quartiers réservés aux courtisanes. Là, elle se trouva seule, dans un débarras plein de vêtements extravagants, de toilettes incroyables, et de pots de maquillage. Dans un mouvement de rage, elle se jeta sur une chaise, et posa sa tête contre sa main. De tous les shinobis de Kiri, il avait fallu qu'elle soit affiliée à celui-là. Celui qu'elle avait déjà rencontré, et qui avait semblé lire dans son esprit comme dans un livre ouvert, quand elle se confortait dans sa capacité à cacher ses émotions. Elle ne voulait pas le revoir. Il incarnait tous les dangers qu'elle avait cherché à éviter depuis son arrivée à Kiri. Il pouvait la mettre à jour, lui faire face pour ce qu'elle était vraiment, et pas pour ce qu'elle montrait.

Elle n'avait pas le choix, cependant. Plus par contrainte que par envie, elle se saisit de son bandeau de shinobi, et s'apprêtait à ôter son manteau quand elle arrêta son geste. Elle eut un sourire mauvais. Elle n'allait certainement pas lui faire le plaisir de lui obéir à la lettre. Autant jouer l'effrontée. Peut être qu'il l'éjecterait de son équipe, s'il voyait qu'elle était trop récalcitrante. Il avait demandé une tenue adéquate. Il serait certainement frustré de la voir débarquer dans son manteau au luxe outrageant. Mais elle n'était pas disposée à lui donner satisfaction. Alors, elle noua le bandeau de shinobi autour de son bras droit, enserrant l'étoffe chamarrée dans l'insigne.

Elle avait l'air bien singulière, sautant de toit en toit, son long manteau claquant au vent. Certains passants levaient le regard, quelques-uns poussaient des cris, ou des soupirs ébahis. Elle en était satisfaite, et son sourire ne décroissait pas. Se faire remarquer, voilà bien le comble pour un shinobi. Un sensei en pleine possession de ses moyens ne voudrait certainement pas d'une élève comme ça. Gracieux oiseau de feu, elle poursuivit néanmoins sa course sans s'arrêter une seule fois, en direction de l'Académie.

Elle atterrit avec douceur et grâce. Les regards des badauds étaient fixés sur elle. Elle ne pouvait pas leur en vouloir. Elle concevait assez bien le fait que son apparition puisse sembler étrange au commun des mortels. Mais elle avait l'habitude d'être la cible des regards, et elle ne se troubla pas outre mesure de cette attention. Elle se contenta de se diriger vers le point de rendez-vous, le regard haut, le sourire fier.

Il était déjà là. Elle eut un léger frisson en le voyant. Soudain, elle n'eut plus envie d'y aller. Elle aurait préféré fuir, le laisser là à attendre en vain. Elle s'épargnerait du mal, et à lui aussi. Mais pourtant, quelque chose la poussa à s'avancer. Peut être était-elle curieuse ? Peut être était-elle trop provocatrice pour résister à cette tentation ? Ou peut être avait-elle finalement envie de faire face à quelqu'un qui pourrait la voir vraiment.

"Bonjour, sensei."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Lun 10 Juin 2019 - 15:15
Tel un oiseau dont les ailes s’étaient échouées sur le rivage, Junko s’approchait de lui avec une prestance mesurée, parée de joyaux et de couleurs merveilles. Son regard, parsemé d’or, trahissait tout le luxe auquel elle s’était arrachée et qu’Aditya ne pouvait que trop bien deviner ; leur rencontre s’était tenue dans une maison close, où tout comme aujourd’hui, la belle avait revêtu son plus bel attirail. Ses yeux retracèrent les courbes des lignages de son manteau, parfois vermillon, parfois violacés, voir aussi profond que le bleu de la nuit. Seulement… comme il l’avait expressément demandé dans sa lettre, sa tenue, aussi ravissante qu’elle l’était, n’avait pas lieu d’être portée dans une telle situation. Quant à ses paroles, il ne fut pas étranger à la façon dont elle prononça son soi-disant titre, « senseï », dont elle avait pris soin de détaché toute les syllabes : si la rougeoyante cherchait à faire perdre ses moyens à l’ascèse, elle était bien loin d’arriver à ses fins. Un fin sourire empreint de respect s’étendit sur ses lèvres lorsqu’elle se tint face à lui, l’accueillant malgré tout avec toute la sympathie qui lui était due. Peut-être la prendrait-elle à son propre jeu.

« Junko. Content que tu sois venue, bien que tu aies ignoré mes recommandations. »

Détournant les talons, Aditya cacha de nouveau la missive au sein de son haut de kimono, ses pas modérés le menant à l’intérieur du bâtiment académique. Mais avant d’entrer, il délaissa une nouvelle adresse à la jeune femme, tintée d’une discrète espièglerie.

« Cela dit, elle te va bien. », déclara-t-il en glissant une œillade vers la gladiatrice.

Alors que sa silhouette s’engouffrait dans l’ombre de cette large porte boisée frappée de kanjis et du symbole du clan Kaguya, une large cour se dévoilait à perte de vue devant eux. L’accalmie et la plénitude qui teintaient ces lieux étaient indéniablement la source de ce calme sempiternel qui rappelait à Aditya ces mêmes sentiments qu’il éprouvait au sein du Temple Seidou, de quoi rafraîchir les ardeurs de sa comparse. De nombreux points d’eaux s’étalaient sur ses flancs, où des poissons kois prenaient une certaine liberté à arpenter ces rivages de pierres. D’un simple geste du crâne, le blond salua l’un des enseignants présents à l’entrer et lui somma qu’il n’avait nul besoin de ses conseils afin de trouver son chemin, lui qui s’y était rendu quelques jours plus tôt afin de s’assurer que les lieux étaient prêts à l’emploi. Ainsi, au lieu de rejoindre les quartiers de la Caserne ou de l'Académie, le blond les contourna et poursuivit sa route en direction des terrains d'entraînement, situés à l'arrière du complexe.

Alors que les souffles guerriers et les effusions déterminée des plus jeunes emplissaient l'espace au fur et à mesure que leur pas les en rapprochaient, les prunelles azurées d'Aditya revinrent trouver les traits de la rougeoyante sans qu’il ne rompe sa marche pour autant, son attention toute entière dédiée à celle qui deviendrait son élève à partir d’aujourd’hui.

« Qu’est-ce que tu attends de cette équipe, Junko ? », le sourcil arqué, il l'enjoignit à répondre à sa question avec franchise. « C'est la première fois que tu fais partie d'une escouade shinobi, aussi, j'aimerai avoir ton ressenti et savoir ce que tu cherches à accomplir. Après tout, c'est désormais mon rôle de t'y aider du mieux que je le peux. »

La cadence de blond s'était ralentie, afin de laisser tout le temps à la jeune femme de réfléchir et de répondre avant qu'ils ne passent à la prochaine étape. Si au loin, l'ombre d'une large stèle s'étendait devant eux, il était néanmoins impossible de savoir si elle était véritablement leur destination, tout comme les diverses informations qui étaient inscrites sur sa face demeuraient illisibles, à cette distance.

Depuis son arrivée, il n'avait fait aucune référence à leur dernière rencontre, ni à sa fuite, ni à ses paroles qui semblaient l'avoir provoquée. Si la rougeoyante tenait encore un soupçon de ressentiment en son cœur, il se doutait qu'il le saurait bien assez vite, étant donné le caractère fougueux de sa vis-à-vis.



_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Ven 14 Juin 2019 - 23:25

Junko haussa un sourcil. Il n'espérait quand même pas obtenir quoi que ce soit d'elle en la complimentant sur sa tenue ? Elle eut une moue altière en réponse à son oeillade. Elle ne permettait ce genre de compliments qu'à ses clients, qui la payaient grassement pour obtenir ce droit. Et c'était là tout ce qu'elle leur permettait. Son corps était comme une statue, faite pour être regardée admirée, touchée du regard seulement. Qu'espérait-il exactement ? Elle n'arrivait pas à deviner ses pensées, ce qui l'agaçait profondément. Mais elle était certaine qu'elle n'avait pas affaire au même genre d'homme que ceux qu'elle côtoyait généralement. Ca ne l'empêcha pas de conserver son attitude altière, alors qu'ils progressaient à l'intérieur du complexe.

Elle le suivit sans un mot, ne lui prêtant pas attention, observant les alentours. Elle aimait bien l'endroit. Il était calme, suffisamment pour lui plaire en tout cas, et d'une majesté qui la touchait. Elle avait du goût pour le luxe, mais plus encore pour la grandeur, le formidable. Or, il y avait dans les murs de ces bâtiments quelque chose de grandiose. Comme un souffle de fraîcheur. Et en même temps une robustesse forgée dans le fer et le sang. Ces vertus lui étaient familières. C'étaient exactement celles-là que les gladiateurs apprenaient d'eux-mêmes à cultiver, au fil de leurs combats mortels dans l'arène.

Elle haussa à nouveau un sourcil en entendant la question de son sensei. Elle était ridicule, insensée. Elle n'eut pas besoin de longtemps pour répondre: juste assez de temps pour tourner soigneusement ses mots.

"Ne te fais pas de films. Je n'attends rien de cette équipe. Je ne souhaite même pas y être. Je n'ai rien demandé, à vrai dire. Ma vie était très bien comme elle était avant, et je suis persuadée qu'elle le serait restée. D'ailleurs, fine équipe, à deux."

Elle ponctua sa dernière phrase d'un petit rire, qui n'avait rien d'amusé. Elle ne savait pas ce qu'il recherchait, mais de toute évidence il l'avait prise en grippe. Que lui voulait-il ? Se faire pardonner pour leur dernière rencontre ? La belle affaire. A l'instant, elle avait l'impression qu'elle ne pourrait voir sa rancoeur dissipée qu'en l'assassinant de ses propres mains. Il ne pourrait sans doute rien faire si elle décidait, là, maintenant, de lui appliquer un de ses poisons, ou de le poignarder à la hâte. Mais elle avait le sentiment qu'il ne pourrait rien ressortir de bon d'un tel acte, alors elle abandonna l'idée. L'envie ne lui manquait pas, pourtant ...

Elle ressentait une forme de haine à l'égard de son nouveau mentor. Elle se l'expliquait très bien: il avait lu en elle avec une facilité qui lui déplaisait, qui la mettait mal à l'aise, parce qu'elle s'était convaincue de s'être forgé un masque suffisamment impénétrable pour se prémunir contre ce genre de situations. Elle ne voulait pas être découverte, parce qu'être découverte c'était être replongée dans ses malheurs. Et elle voulait s'épargner la pitié des autres, autant que possible. Elle les imaginait très bien, le sourire compatissant aux lèvres, les mains tendues, cherchant soigneusement des paroles apaisantes et sympathiques. Elle se moquait pas mal de la sympathie des autres. La sympathie n'est au fond qu'une forme de réconfort personnel, pour ne pas avoir vécu les malheurs des autres. Elle abhorrait la sympathie, et détestait par-dessus tout la compassion. Les souffrances qu'elle avait connues étaient les pires, et elle estimait que la seule compassion qu'elle pourrait accepter serait celle d'une personne ayant souffert autant qu'elle ou plus encore. Voilà tout.

Elle s'arrêta, et fixa son regard sur son nouveau mentor. Elle affichait un léger rictus.

"Je pense que la véritable question, c'est plutôt: qu'est-ce que tu attends de moi ?"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Dim 16 Juin 2019 - 21:59
Dans un unique souffle, les pas d’Aditya s’étaient stoppés sur les terrains sablonneux, érodés par la fougue nouvelle des étudiants, et avec une lenteur maladive, les yeux azurs de l’ascèse s’étaient tournés vers la rougeoyante, lui offrant un regard des plus perçants. Cependant il ne dit mot, quand bien même la jeune femme s’évertuait à l’agacer depuis leur rencontre en ces lieux, laissant un silence – peut-être pesant – s’installer à la place de ses paroles avortées. Ses pupilles ne se tarissaient pas de rencontrer leurs homologues ambrées, prenant soin de détailler l’expression qu’elle lui lançait entre les quelques mèches blondes qui s’étaient échouées sur son visage. Était-ce seulement de la haine ou bien un profond ressentiment ? Son buste se redressa, peut-être un peu plus droit qu’à l’accoutumée mais sa silhouette demeurait ainsi, à moitié tournée vers elle, sans éprouver le moindre changement dans sa stature. L’enfant du bois savait, ou plutôt, avait deviné son passé de gladiatrice et il ne lui avait pas fallut plus de temps pour supposer qu’il n’avait pas été de tout repos, si ce n’est ponctué de quelques traumas pour elle d’après le discours incisif qu’elle avait tenu à propos de cette île a priori maudite par la rougeoyante. Cependant, que son esprit soit encore enfermé au sein des geôles d’Asosan ou non, la jeune femme allait devoir se heurter à la réalité : Aditya n’avait aucune intention de prendre des gants avec elle si elle décidait de poursuivre sur la même voie.

Pourtant, sa voix empreinte de douceur fendit le silence en quelques mots susurré, voilé par un soupçon de mâjesté sans pour autant qu’elle ne se rapproche d’une quelque forme de compassion. Bien qu’il en ait été élevé dans cette ambiance sereine, il ne gardait ce genre de sentiment qu’envers ses proches et les quelques personnes le méritant.

« Je n’attends rien de toi, Junko. Je ne suis pas ce qui importe au sein de ce village. »

Sans dire un mot de plus, ses yeux quittèrent les iris enflammées de sa comparse et ses pas reprirent leur terrible ascension, le rapprochant de plus en plus de cette stèle de marbre qui trônait en reine dans l’arrière-cour du domaine. Le dos tourné à la jeune femme, il ne s’assura pas cette fois-ci qu’elle le suivait. Il ne lui fallut que quelques minutes pour que sa silhouette ne se dresse face à l’effigie, où l’on pouvait desceller de nombreux noms gravés sur sa face. D’une œillade, il réalisa qu’elle avait décidé pour quelque raison que ce soit de poursuivre son chemin et en un sens, cela le rassura. Aditya patienta jusqu’à ce qu’elle ne l’eût rejoint à ses côtés pour poursuivre leur « dialogue » si toutefois l’on pouvait le qualifier ainsi, son ton profondément solennel.

« Ce que tu vois sont les noms de tous les shinobis et les kunoichis ayant donné leur vie pour le village et pour la liberté de chacun de ses habitants, afin qu’aucun de nous n’ait à essuyer le deuil que leurs proches partagent en ce moment. », glissa-t-il en rencontrant de nouveau le regard flamboyant de la gladiatrice. « Ce sont eux qui attendent beaucoup de choses de toi. Que tu poursuives leur héritage et que tu tiennes cette même promesse que j’ai formulé quand je suis entré dans les ordres de la Brume ; celle de protéger tes pairs. Ceux qui ne détiennent pas la force de se battre pour ce droit fondamental qu’est celui de vivre en paix. Tu ne peux pas lire leurs noms, mais certains d’entre eux étaient bien plus jeune que tu ne l’es. Pourtant, ils ont mis leur vie en gage et l’ont perdue pour qu’aujourd’hui, tu marches au sein de cette Académie et non pas dans un champ de ruines où tu aurais peut-être péri, toi aussi. »

Son regard quitta enfin les traits de Junko pour revenir sur ces noms inscrits, où parmi eux trônaient certaines personnes qu’il avait connu, brièvement ou dont la postérité avait profondément marqué le village. D’autres lui étaient inconnues, néanmoins, cela n’empêchait aucunement l’ascèse d’éprouver de la sympathie envers ses compagnons d'arme. Et s'il avait laissé sous entendre qu'il avait deviné l'incapacité de la jeune femme à lire quelque nom ou mot, il ne lui laissa pas le temps de ne serait-ce le contredire, chose inutile à ses yeux, et poursuivit.

« Je ne suis pas là pour te brider, Junko, ni pour me jouer de toi ou quelqu’autre sorte de chose que tu penses à mon égard – et pour être tout à fait honnête, je n’en ai strictement rien à faire. », ses iris revinrent une nouvelle fois sur son visage avant qu’il ne poursuive ses paroles qui auraient pu sonner sèches voir cassantes, pour quelqu’un qui n’était pas habituées à son éternelle franchise. « Mon seul rôle est de t’aider à devenir la meilleure kunoichi que tu puisses être, tout en m’assurant que tu saches pertinemment ce qui t’attend. Je n’ai pas repris ton bandeau la dernière fois, mais il est encore temps pour toi de me le remettre si tu penses que cette équipe ou moi-même ne sommes pas ce que tu espères.

Comme pour renforcer ses paroles, sa main se tendit face à elle, la paume relevée vers le ciel et le bout des doigts légèrement recroquevillés. Son regard, quant à lui, ne perdait pas en intensité.

« Je ne suis pas là pour te convaincre ni pour me battre pour ton bonvouloir, mais si toutefois tu sens que tu viendrais en aide à la Brume d’une meilleure façon sous les instructions d’un autre mentor, je peux accéder à ta requête. »



_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Dim 16 Juin 2019 - 23:38

Junko observa la stèle. Elle n'avait aucune sensibilité particulière pour ce genre de monument. C'était à peine si la forme même de la construction lui plaisait. Le marbre était assez à son goût, certes. Mais c'était tout. Du reste, elle restait insensible à l'aura de l'édifice, et à tout ce que son nouveau mentor pouvait lui raconter dessus. Elle n'éprouvait aucune empathie, ni même aucune reconnaissance pour toutes les personnes dont on avait jugé bon de graver les noms sur cette pierre. Bien au contraire, elle éprouvait plutôt une sorte de pitié, voire même de dédain.

"Ca sonne comme des actions assez nobles. Mais je trouve ça assez stupide, quoi qu'on en dise. Mettre sa vie en jeu ... C'est idiot. Ca va à l'encontre de tous les réflexes de survie. Ne compte pas sur moi pour mettre la mienne en jeu pour Kiri. J'ai déjà eu suffisamment de mal à rester en vie jusque-là. J'estime avoir gagné le droit d'en profiter un peu avant de la remettre sur le tapis. Que des shinobis plus jeunes que moi soient morts au champ de bataille, c'est une aberration. Je ne trouve pas ça glorieux du tout, et surtout pas au point de l'afficher sur une stèle ..."

Elle était maintenant tout à fait certaine que ce monument lui inspirait du dégoût. C'était morbide, et étrangement malsain. Elle avait l'impression qu'Aditya essayait de lui insuffler un sentiment de gratitude envers ces morts, qu'elle n'avait jamais connus et qu'elle ne voulait même pas connaître. Mais quelle gratitude pouvait-elle avoir envers eux ? Celle d'avoir défendu un village dans lequel elle était arrivée depuis seulement quelques semaines ? Elle détourna le regard de la stèle.

Elle fut contente qu'Aditya fasse bifurquer la conversation dans une autre direction. Il n'en avait vraiment rien à faire de ce qu'elle pensait de lui ? Elle n'en était pas si certaine. Elle garda ses réflexions pour elle, cependant, sans en penser moins pour autant. Elle ne voulait pas attiser outre-mesure la colère de son nouveau mentor. La titiller était une chose, mais la faire déborder se serait avéré risqué ... Après tout, elle ne savait pas vraiment à qui elle avait affaire, encore.

Et elle considéra avec surprise la main ouverte d'Aditya. Un instant, l'envie la démangea de se défaire de son bandeau, de le laisser là, et d'aller vivre une vie enfin normale de civile. Elle aurait finalement pu accéder à tout ce qu'elle désirait. Plus d'encombrement de missions, d'obligations militaires, de restriction aux murailles du village. Elle aurait été libre. Plus de combat, plus de lutte pour sa vie, plus de batailles acharnées: sa vie aurait été assurée par d'autres. C'est sans doute ce point qui retint son geste. Qu'elle le veuille ou non, son expérience de gladiatrice l'avait forgée à survivre, à se défendre par elle-même, et surtout à ne pas faire confiance aux autres. Pas au point de leur confier sa vie, en tout cas. Elle laissa donc en place son bandeau, et planta son regard dans celui de son nouveau maître.

"Je reste. Mais mettons les choses au clair: ce n'est en aucun cas pour rendre service à Kiri, ni pour garantir la liberté des autres ou je ne sais quoi. Je reste simplement parce que j'en ai envie. Et je ne te donnerais certainement pas la satisfaction de me faire partir ... Pour ça, plutôt mourir."

Elle retint un sourire malicieux, avec difficulté. Cet Aditya avait l'air d'être l'archétype de l'homme intègre, dévoué à la cause de son village. Elle ne trouvait pas ce profil particulièrement attrayant, mais il pourrait sans doute se révéler utile. Ces hommes-là - elle avait appris à les reconnaître et à les apprivoiser lors de ses soirées lascives - étaient généralement particulièrement zélés. Sans doute la mènerait-il sur quelque route intéressante. Et peut être même se révélerait-il lui-même intéressant, allez savoir ... Pour l'instant, elle le voyait exactement comme cette stèle de marbre.

"Alors, par quoi est-ce qu'on commence, sensei ?"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Lun 17 Juin 2019 - 14:40
« Je n’ai jamais dit que je cautionnais de telles choses. », glissa-t-il quant aux propos de la jeune femme alors que sa main retrouvait sa place le long de son corps, dépourvu de tout bandeau. « J’ai simplement de l’estime pour leur engagement. Tu n’es pas la seule à chérir ta vie, cependant… aucun de nous ne s’en sortira vivant, au final. Ce faisant… l’’offrir pour les autres est quelque chose que je respecte. »

Sa voix s’était empreinte d’accalmie, sur ses dernières paroles. Néanmoins, il rendit son œillade à Junko, toujours habitée par cette rage singulière qu’elle portait au monde et acquiesça d’un bref signe de tête son accord à demeurer à ses côtés dans cette équipe, bien qu’il fût une nouvelle fois ponctué d’une réplique acerbe qui lui était dédiée toute entière. Mais pour l’heure, il tâcha de retenir ses pensées à la barrière de ses lèvres ; si elle semblait visiblement avoir quelque grief envers lui, il se doutait qu’il ne pouvait pas en être la cause principielle. Après une si courte rencontre, il était tout bonnement impossible qu’il ait pu éveiller chez elle un tel dégoût mortel. Au contraire, l’air de malice qui s’était installé sur son visage lui susurrait qu’il s’agissait toujours d’un jeu pour la jeune femme ; et si tel était le cas, l’ascèse craignait qu’elle serait la seule à y participer.

« Je t'avais amené ici pour que tu saisisses l'importance de ton engagement envers la Brume, mais je me suis visiblement trompé sur ce point. Et comme cette stèle a l'air de fortement éveiller ton intérêt, je suppose que cela ne sert à rien de s'étendre à ce sujet. », déclara-t-il avec une pointe d'ironie. « Cependant il y a une dernière chose que j'aurai aimé savoir. »

Ses bras revinrent se croiser sur son torse alors qu'il se tournait face à la jeune femme, savant par avance qu'elle n'allait sûrement pas laisser passer une nouvelle opportunité de glisser quelques coups bas à son encontre lors de sa réponse. Et bien que ce genre de comportement pût légèrement l'exaspérer, il n'en montra rien et retint ce soupir qui menaçait de franchir ses lèvres. Son expression demeurait d'une sempiternelle indifférence, accompagnée d'un regard tout aussi perçant qu'à l'accoutumée.

« Y-a-t-il des ultimatum te concernant ? Des sujets à ne pas aborder, ou des choses à ne pas faire ? »

Aditya avait éludé avec finesse ce « sensei » formulé à la dérobée, laissant un nouveau silence s’installer le temps que sa comparse ne rassemble ses esprits et ne se décide à lui répondre. Lui qui était d’une nature si franche et désintéressée, il craignait que Junko ne prenne cette question pour un aveu de faiblesse qui la forcerait à répondre, à confier les choses qu’elle ne voulait pas voir survenir et ainsi les mettre à la disposition d’un homme qu’elle semblait exécrer au plus haut point. Au vu du comportement qu’elle lui avait démontré depuis leur rencontre, il était certain que cela ne manquerait pas de survenir. Alors il prit les devants, et lui fit par de ses réflexions avec honnêteté.

« Je ne dis pas cela pour connaître tes points faibles, si c’est ce que tu penses. Tu n’es pas non plus obligée de me répondre, je pense être quelqu’un d’assez courtois pour ne pas forcer qui que ce soit à faire quelque chose qu’il ne désire pas. », glissa-t-il avec calme avant de prendre une légère pause. « En ce qui me concerne, tâche simplement de ne pas me mentir. »

Un nouveau silence s'était échoué entre eux, lui laissant tout le temps nécessaire à l'élaboration de sa réponse si toutefois il y en avait une. Quant au blond, il délaissa un soupir léger, plus envers lui-même que dédié au comportement de la rougeoyante ; parler autant de lui ressemblait pas, mais il supposait que la situation l'y obligeait, en un sens. Junko se chargerait de tirer ses propres conclusions ; après tout, il n'était pas non plus féru de se dévoiler ainsi. Il préférait largement les actes à la parole lorsqu'il s'agissait de son propre compte, peut-être par humilité, ou par pudeur.





_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Mar 18 Juin 2019 - 0:02

Junko ravala son sourire. De toute évidence, Aditya ne rentrait pas dans son jeu. Tant pis. Elle avait glissé une occasion de légèreté, s'il était bien disposé à ne pas la saisir ... Elle continuerait sur une lancée plus tranchante. Elle n'y voyait personnellement aucun inconvénient. Ca ne l'empêcha pas de se glacer en entendant la nouvelle interrogation d'Aditya. Elle resta muette, le regard figé, d'abord, puis baissé, se perdant dans les infinies circonvolutions des tissus de son manteau. Voilà exactement le genre de question qui la mettait dans l'embarras. Avec n'importe qui d'autre, elle se serait contenté d'une réponse sèche, ou évasive, accompagnée d'un léger sourire malicieux. Voire même, elle n'aurait pas répondu du tout. Mais avec Aditya, c'était autre chose.

Elle fit quelques pas autour de la stèle, comme agacée. Pourquoi s'infligeait-elle ça ? Elle aurait pu partir, de nombreuses fois déjà. Elle avait été idiote de le refuser. Elle se serait évité bien des problèmes. En aurait-elle été plus heureuse ? Sans doute pas. Elle l'aurait regretté, elle le savait bien. Fuir devant une difficulté ne lui aurait jamais apporté un grand réconfort. Elle était trop battante pour ça, trop forgée pour le combat. Mais tout de même ... Ne pouvait-elle pas goûter à un répit parfait, sans aucun état d'âme, ne serait-ce que quelques jours ?

Elle enleva ses chaussures trop hautes, qui lui faisaient mal au pied, et se débarrassa de son manteau qui lui tenait trop chaud. Elle ne portait plus maintenant qu'une tunique écarlate, aux fins ornements dorés, et des bas noirs. Elle tira d'un repli de son vêtement une fine pipe qu'elle glissa entre ses lèvres et alluma à l'aide d'un petit briqué d'or. De minces volutes de fumée blanche s'en échappèrent bientôt, virevoltant un instant dans l'air avant de se perdre dans l'atmosphère, disparues. Finalement, elle reporta le regard vers Aditya. Ses yeux avaient perdu leur étincelle de malice, et rougeoyaient à présent d'une lueur froide et farouche qui leur semblait plus familière.

"Tu peux me parler de ce que tu veux, me demander ce que tu veux. Simplement, ne t'attends pas à une réponse agréable à chaque fois. Si tu veux éviter les mauvaises réaction, évite de me poser des questions sur mon passé. Ca sera déjà un bon début. De toute façon, je ne pense pas qu'on arrivera à quoi que ce soit de bon si on n'ose pas se poser toutes les questions importantes. Alors, si tu n'as pas peur de te faire rembarrer, tu peux me demander à peu près ce que tu voudras. Et je ne mentirai pas."

Elle était sincère. Junko n'était pas une adepte du mensonge. Elle trouvait la franchise beaucoup plus utile. Plus rassurante quand il le fallait, plus blessante quand c'était nécessaire. Quel intérêt à mentir ? C'était s'encombrer de faux-semblants trop piégeurs.

Elle tira une longue bouffée sur sa pipe, et souffla un nuage grisé dans l'air. Elle s'était calmée, un peu. L'atmosphère du complexe y aidait. L'endroit respirait le calme. Les échos lointains des entraînements résonnaient dans la cour. Quelques étudiants passaient là, nonchalants, affairés à des entreprises assez tranquilles. C'était l'été. Un air de repos et de bien-être soufflait sur le village. Junko aimait cette atmosphère. C'était celle du plaisir, du bonheur, des moments de volupté simple et parfaite. Et en même temps, il y avait une forme de tristesse, à l'idée que ces beaux jours devaient finir. Les jours de cette saison étaient les meilleurs, et les soirées les plus terribles.

"Est-ce qu'on en a fini avec les questions ? Elles me fatiguent. J'ai envie de continuer à marcher."

Et, donnant l'exemple, elle se remit à déambuler, laissant derrière elle la stèle, son manteau et ses chaussures. Elle se fichait bien de les perdre. Elle n'avait pas besoin de ça.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:58
Son regard se déposa sur la silhouette de la rougeoyante, dont l’ombre se réverbérait sur les contours rocheux de la stèle au fur et à mesure que ses pas hésitants la guidaient sur un chemin inconnu à son propre esprit. Un long silence avait pris place entre eux après sa question, qui visiblement, n’avait pas manqué de troubler celle qui avait toujours quelque chose à redire à chacun de ses gestes, sur chacune de ses paroles ; pour une fois, elle prenait le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre et de comprendre l’importance de ses questions. Et en ce sens, Aditya s’en rassura : finalement, elle n’était pas simplement guidée par ce besoin récurrent d’aller à contresens de ses revendications et portait vraisemblablement un intérêt, quel qu’il soit, à ce qu’il pouvait lui dire.

Néanmoins, cela ne l’empêcha pas de prêter une oreille attentive à ses propos lorsque la jeune femme lui confia qu’elle n’avait aucune réticence à aborder quelque sujet que ce soit, si toutefois l’ascèse ne craignait pas de recevoir ses foudres. Plus encore… elle s’accordait à sa demande et faisait foi de ne jamais le mettre à l’épreuve du mensonge, une chose pour laquelle le blond avait un profond respect. Il avait toujours considéré l’honnêteté comme la plus essentielle des qualités, lui qui en faisait chaque jour le plus fervent des usages.

Le temps d’un instant, ils échangèrent un regard qui lui prouvait à quel point elle pouvait avoir fait preuve de franchise à ce sujet. Pour la première fois, il avait la sensation qu’elle n’essayait pas de se jouer de lui. Et alors qu’elle se dévetissait de ces vêtements jugés bien trop encombrants à son goût, sa voix s’éleva à la suite de ses pensées, empreinte d’un calme singulier.

« Bien. »

Alors qu’il s’apprêtait à guider la conversation vers la seconde raison pour laquelle il avait choisit ce lieu emblématique, les sourcils du blond se froncèrent. Ayant laissé derrière elle manteau et parures, Junko semblait décidée à s’adonner à la plus douce des détentes, la pipe à la main – une chose qui l’avait surpris, par ailleurs, au premier coup d’œil. Il n’aurait pas pensé qu’elle était du genre à fumer… mais il devait avouer que cette vision n’avait rien d’illogique ; au contraire, cela affinait son caractère à ses yeux.

Aditya renonça cependant son invitation sourde ; celle de la suivre tandis qu’ils arpenteraient les contours parfois boisés du Complexe. Au lieu de cela, il demeura devant cette stèle quelques instants – le temps qu’elle se rende compte que ses pas ne résonnaient pas aux siens – puis prit place sur l’un des terrains d’entraînement à proximité, de brèves zones où l’herbe avait été défrichée au profit d’une terre fine. D’un geste empreint par l’habitude, il remonta légèrement les manches de son kimono au-dessus de ses coudes à l’aide d’un fin morceau de tissu.

« Navré de devoir avorter tes projets Junko, mais ça n’est pas pour me balader que je t’ai fais venir ici. »

Au travers des mèches d’or qui s’échouaient sur son visage au rythme de la légère brise qui régnaient sur les lieux, l’ascèse darda son regard sur la demoiselle.

« Montre-moi ce que tu as appris à Asosan. »




_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 19:11

Junko haussa un sourcil. Pas de promenade, alors ? Dommage. Elle aurait bien apprécié de faire quelques pas dans le tout nouveau complexe de l'académie. Il était si plein d'une jeunesse fougueuse, gorgée d'énergie ... Elle était curieuse. Il y avait sans doute quelques rencontres intéressantes à faire, par là. Après tout, ces jeunes-là - qui avaient d'ailleurs son âge, voire plus, sans doute - étaient encore en proie à la ferveur des débutants. Cet élan apparemment infini, qui ferait faire déplacer des montagnes au plus humble des apprenants. Junko admirait cet entrain. Elle ne l'avait jamais vraiment connu. Elle en était un peu jalouse. Elle aussi aurait aimé sep longer avec passion dans une activité, comme ça. Tant pis. Elle devrait se résoudre à suivre son mentor.

Il s'était dirigé vers des terrains d'entraînement. Il éveilla dès lors l'intérêt de la jeune femme. Elle n'était pas la dernière volontaire quand il s'agissait d'exercice physique. Quand bien même elle avait appris à être dégoûtée par les combats qui menaçaient sa propre vie, elle s'était également forgé, dans le feu des batailles, un goût certain pour les arts martiaux. Elle aimait la beauté des joutes, leur caractère esthétique. Pas le sang. Et pourtant, la violence l'attirait, comme une sorte de défouloir, sans qu'elle puisse vraiment se l'avouer à elle-même. Elle était trop fière pour admettre qu'elle prenait un certain plaisir à ces exercices qu'elle haïssait tant.

"Je n'ai appris qu'à défendre ma vie au prix de celle des autres, à Asosan. Je ne pense pas que ce soit ce que tu veux voir ... Mais je peux te montrer un échantillon de mes capacités. Après tout, si on doit combattre côte à côte, autant savoir à quoi s'attendre de la part de l'autre."

Cette idée ne lui plaisait pas exactement. Mais elle avait au moins quelque chose de rassurant. Défendre sa vie seule, elle en avait soupé. Et c'était terrifiant. Il faut surmonter une terreur tenace, qui vous prend aux os et vous paralyse si on ne sait pas la dompter correctement. Peut être la chose serait-elle plus facile, si elle n'était pas seule. Allez savoir ...

Elle se mit sur ses appuis. Elle n'allait pas retenir ses coups. Peut être diminuerait-elle seulement l'intensité de ses poisons ... Elle préférait éviter de fâcheuses conséquences. Après tout, cet Aditya pouvait peut être se révéler utile, finalement. Elle ne l'abîmerait pas tout de suite. Elle aurait tout le temps pour ça plus tard, s'il se révélait décevant ... Mais une idée naquit dans sa tête, qui la fit sourire. C'était peut être plus un rictus qu'un véritable sourire, à vrai dire. Elle avait trouvé son plan d'attaque. Restait à voir comment il se défendrait. De quoi était-il capable, celui-là ?

Elle se lança. Tirant trois kunaïs de son vêtement, elle les lança d'une même volée en direction de son sensei. Elle espérait bien se ménager une petite diversion le temps de lancer un assaut plus frontalier. Elle s'élança à la suite de ses projectiles, composant furieusement une série de mudras simples. Un instant après, un nuage de vapeur pourpre s'échappait d'entre ses lèvres, flottant vers Aditya. Ce poison était très léger, et faisait là encore plus office de diversion que de véritable offensive. C'était à peine s'il pouvait faire tousser un peu plus violemment que d'ordinaire, peut être, celui qui l'inhalait ... Profitant de cette dernière distraction, Junko fit un bond en avant - oui, comme Mao - et, armant son poing, décocha un premier coup violent de plein fouet.

Elle verrait bien de quelle étoffe son sensei était fait.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Lun 8 Juil 2019 - 16:00
L’onde claire d’une détermination lascive se reflétait dans les yeux de Junko, dont la silhouette se rapprochait à nouveau. Elle semblait désormais prête lui démontrer l’étendue de ses prouesses, ou tout du moins, celles restreintes, bridées, qui ne pourraient attenter à la vie de l’ascèse. Aditya se garda cependant de la contredire à ce sujet, tant elle semblait porter une profonde confiance en ses capacités, aiguisées par la chaleur d’un sable souillé par le sang. Ses mouvements étaient empreints d’une beauté sauvage – cela, c’était indéniable – néanmoins, sous-estimer ainsi un adversaire ne pourrait que lui causer du tort à l’avenir. Et visiblement, il s’agissait là d’un enseignement qu’il lui faudrait conférer à la rougeoyante ; celui de l’humilité.

Déjà, elle s’élançait vers lui, parée d’un sourire narquois. Trois lames fendirent l’air, chacune frappées par l’une de leur semblable dès lors qu’elles furent à proximité de sa stature. Un éclat de métal similaire trônait entre les doigts du blond alors que la sacoche entourant sa cuisse demeurait ouverte. Les armes de jet vinrent se planter sur ses flancs, éventrant dans le même temps cette légère brume opaque qui s’était emparée des lieux et dont la naissance ne pouvait tenir que des talents de Junko pour le poison. Instinctivement, les manches relevées de son kimono vinrent voiler l’arrète de son nez mais ses iris, eux, ne se dérobèrent pas à la vue de son élève qui usait de cette supercherie afin de dissimuler le coup franc qu’elle portait à son encontre. Son enchainement avait été précis, méthodique et réfléchi, usant de diversions sournoises dans le seul but de parvenir à son objectif ; nul doute, elle était une guerrière aguerrie.

Mais Aditya l’était tout autant, désormais. L’étau de ses doigts se referma sur son poignet attaquant, le tordant avec fermeté mais sans violence aucune dans le dos de la jeune femme. Sa paume se joignit à la sienne, prisonnière, afin de parfaitement empêcher une quelconque tentative de mûdras. Son genou vint s’écraser dans son arrière-cuisse dans l’unique but de la faire chavirer de ses appuis, et ce ne fut qu’une fois que ses mouvements furent « neutralisés » ainsi au sol qu’il délaissa son emprise sur son bras. Ses pas s’éloignèrent de la demoiselle, laissant quelques mèches dorées se mouvoir dans son dos au grès de ses mouvements. Finalement, il lui fit de nouveau face, l’indifférence portée par ses pupilles azures demeurant inchangée.

« Réessaye. »




_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Lun 8 Juil 2019 - 17:03

Junko resta un instant immobile après le premier échange de coups, frémissante. Elle tremblait de rage. Elle avait été arrêtée si facilement, et avec quel dédain ... Elle y voyait du dédain, en tout cas. L'indifférence évidente de son sensei ne pouvait qu'être une marque de mépris à ses yeux. Et elle le détestait pour ça. Ca, et la facilité avec laquelle il avait paré son assaut. Elle s'était imaginé qu'elle parviendrait à le toucher du premier coup, à le blesser, même légèrement, et ainsi à le faire sortir de cette ataraxie dans laquelle il semblait se complaire. Elle n'était que fougue et chaleur. Lui n'était que flegme et froideur.

Elle hésita à obtempérer. Elle avait très envie de partir, de le laisser en plan et d'en finir avec cette histoire une bonne fois pour toute. Elle n'aimait pas la défaite. Perdre était synonyme de mourir. Et pourtant, le défi la forçait à rester. Sa détermination la plus profonde la poussait à ne pas fuir, et à relever le défi. Elle ne partirait pas, pas tant qu'elle ne serait pas parvenue à faire mouche ne serait-ce qu'une seule fois. Elle se remit sur ses appuis. Il lui faudrait réfléchir différemment. Aditya avait vu clair dans son dernier assaut. Elle avait été trop prévisible. Ce n'était pas un débutant auquel elle avait affaire. Pas un de ces combattants de bas étage auxquels elle s'était déjà confrontée par le passé. C'était un soldat aguerri.

Elle composa une série de mudras rapides, les mêmes que lors de son premier assaut. Et une nouvelle fois, un nuage opaque s'échappa d'entre ses lèvres et se plaça entre Aditya et elle, formant un écran de fumée impénétrable par la vue. Junko agita alors à nouveau ses doigts frénétiquement. Ainsi, Aditya put voir un clone de la jeune femme sauter par-dessus le nuage de poison pour faire mine de le frapper. Et pourtant, cette imitation disparut dans une volute de fumée avant de porter son coup. Dans le même temps, Junko avait lancé une autre attaque: elle avait craché un jet de poison violacé en direction de son sensei, promesse de douloureuses nécroses s'il touchait la peau.

Elle ne s'approcha pas elle-même. Elle ne voulait pas se risquer à être arrêtée une nouvelle fois avec tant d'aisance. Elle préférait observer. Après tout, elle n'avait toujours pas vu de quoi Aditya était capable. Elle se tint simplement sur ses gardes, prête à parer à tout assaut de son sensei.

*Ramène-toi ...*

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Sam 13 Juil 2019 - 14:03
Aditya fixait l’ardeur qui s’était échouée au cœur des paupières de la rougeoyante, portée par un égo bien trop grand. Désabusée, elle demeurait face contre terre, sans bouger, dont seuls les tremblements rageurs qui parcourraient sa silhouette longiligne trahissaient son éveil. Son regard l’invitait à se relever et à faire fi de cette première défaite qui ne faisait qu’ouvrait le bal pour celles à venir. Il pouvait déceler toute l’amertume qu’elle éprouvait, tant envers lui qu’envers elle-même. Pourtant, elle était loin d’avoir à éprouver une quelconque honte ; bien qu’elle ne l’ait pas touché, le blond avait eu tout le loisir de desceller ce qui faisait d’elle une admirable combattante, un sentiment qui ne pourrait qu’être redoublé dès lors qu’elle s’autoriserait à reprendre l’entraînement.

Après de nombreuse secondes, son échine se mouvait à nouveau, révélant avec elle la détermination qui dansait dans son regard. Décidée à revenir dans l'onde guerrière, la jeune femme se munit une nouvelle fois de son plus bel atout ; un gaz empoisonné revint se glisser entre eux, forçant l’ascèse à réitérer le même mouvement que plus tôt. La manche maintenue contre son nez, un kunai crissant sous ses doigts, il se tenait prêt à recevoir sa prochaine offensive.

A peine cette pensée eut-elle franchit son esprit que Junko éventrait cette fumée opaque. Ou tout du moins, ce fut ce qu’il crut, au premier coup d’œil ; alors qu’il s’apprêtait à parer son coup, son corps disparu de lui-même dans un nuage. Ce n'était qu'un clone, destiné à redoubler sa diversion de la même manière qu'elle l'avait fait plus tôt. Si elle s’en tient au même schéma, la véritable attaque devrait suivre. Avec un sang-froid imperturbable, Aditya vint lier ses doigts, provoquant l’apparition de plusieurs nuées ardentes qui vinrent percer ce rideau venimeux. Les flammèches s’évaporèrent dans l’atmosphère une fois que leur objectif fut atteint ; celui de dévoiler la silhouette de la rougeoyante qui s’apprêtait à lancer cette fameuse offensive. Sans tarder, il s’engouffra dans ces sillons éphémères, ne rompant sa garde que pour laisser ses paumes s’adjoindre sous le signe du serpent. Une solide couche d’écorce vint recouvrir son bras ainsi que son flanc afin d’accueillir avec aisance le jet corrosif de la jeune femme qui, déjà, commençait à ronger les lignages boisés. Sa jambe vint faucher la légère pellicule de sable qui recouvrait le sol afin d’en recouvrir les iris de sa partenaire, ou tout du moins voiler sa vue alors que son poing s’enfonçait entre ses côtes avec violence. Son pied vint faucher ses chevilles sans sommation, cherchant à déstabiliser ses appuis, à provoquer des réactions soudaines, sauvages, imprévues.

Si Junko avait eu envie d'une balade, quelques minutes plus tôt, Aditya se chargerait d'éveiller ses instincts guerriers. Et une chose était sûre : il ne lui ferait pas l'affront de la sous-estimer.



_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Sam 13 Juil 2019 - 15:01

Le plan avait fonctionné assez bien, même si les apparences semblaient indiquer le contraire. Même si elle se retrouvait à présent dans une posture fort peu avantageuse, Junko avait obtenu avec son précédent assaut tout ce qu'elle désirait. D'abord, elle avait eu l'occasion de voir de ses propres yeux les capacités singulières de son sensei. Il avait couvert son bras d'une sorte ... d'écorce ? Elle aurait pu jurer que c'était du bois. Elle ne pouvait pas vraiment s'en étonner, elle-même pratiquant la maîtrise d'éléments pour le moins inhabituels, mais elle n'avait pas imaginé ça. Elle s'était plutôt figuré qu'il déploierait tout un arsenal de coups appris auprès des plus grands moines combattants, voire même qu'il utiliserait sa chevelure pour se battre. Ceci dit, à la réflexion, la maîtrise du bois lui allait bien. Il avait une certaine ressemblance avec cet élément-là. Quelque chose à voir avec leur rigidité, sans doute ...

La seconde chose que Junko avait réussi à obtenir, c'était qu'Aditya lance l'attaque à son tour, et qu'il arrive au corps-à-corps. Elle avait compris qu'à distance, elle ne parviendrait à rien: lui était trop habile en Ninjutsu pour qu'elle puisse espérer le surclasser dans ce domaine, même en jouant sur des effets de surprise et des diversions. En revanche, elle pouvait espérer le déstabiliser en combat physique, poings contre poings. Elle n'était pas elle-même novice en la matière ... Combien de fois ses combats dans l'arène avaient-ils tourné au pugilat ... Tout reposait dans les réflexes, et surtout dans la capacité à tirer profit de ses propres capacités même à courte distance. Elle savait parfaitement quoi faire. Avec ça, elle était certaine de parvenir à désarçonner, au minimum, son sensei.

Il s'était élancé, et avait lancé son coup de poing. Junko, aveuglée par le voile de sable, le laissa faire mouche. Elle en ressentit une certaine douleur au niveau des côtes, qui lui arracha une grimace. Mais elle tira aussitôt profit de ce dommage en se saisissant à pleines mains de l'avant-bras d'Aditya. Elle le tenait, et fermement. Elle n'était pas disposée à le laisser s'éloigner à nouveau. Et quand il fit en sorte de la faire tomber, elle ne fit que raffermir sa prise. Elle trébucha, certes, mais se rattrapa à Aditya lui-même. Comme un koala s'agrippe à sa branche d'eucalyptus, elle était maintenant accrochée aux épaules de son sensei, et enserrait son ventre de ses jambes.

Elle lança alors son assaut final, sa carte maîtresse en quelque sorte. Si avec ça elle ne parvenait pas à le faire flancher, alors elle pouvait tout autant démissionner immédiatement de son rôle de kunoïchi et de femme. Se tenant par la seule force de ses jambes, elle joint ses mains dans le dos d'Aditya pour composer ses mudras. Elle ferait un poison léger. Elle ne voulait pas que son mentor lui claque entre les doigts aussi vite, maintenant qu'il s'était révélé intéressant ... Ceci fait, elle saisit la tête d'Aditya, et l'embrassa à pleine bouche.

De loin, la scène pouvait paraître assez tendre, voire même torride par certains aspects. Entourés d'un halo de sable en suspension dans l'air, Junko littéralement accrochée à Aditya, ils pouvaient bien passer pour un couple en fougueuse parade amoureuse au milieu d'un entraînement intensif. Quelques élèves badauds ne manqueraient pas de noter cet aspect et de répandre des rumeurs, sans doute ... A la vérité, Junko était bel et bien en train d'empoisonner Aditya, lui transmettant par la salive sa toxine. C'était ça son arme ultime. Et elle était bien curieuse de voir comment le jeune homme s'en prémunirait.


_________________
Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Sam 13 Juil 2019 - 17:12
Les yeux d’Aditya s’écarquillèrent devant la chaleur de ce contact inattendu, trahissant pleinement la surprise qui s’était imprégné de son être dès l’instant où la jeune femme s’était hissée sur ses hanches avec une grâce déroutante, elle qui avait pourtant essuyé le choc de son poing quelques secondes plus tôt. L’exaltation guerrière qui s’était instaurée sur ce terrain s’était envolée au sein de cette proximité déconcertante, pour lui qui ne l’avait jamais connue ainsi. Il pouvait sentir les effluves parfumés qui couvraient sa peau, reliques de ses instants passés en tant que courtisane plus tôt dans la journée. Les traits de son visage étaient plus proches qu’ils ne l’avaient jamais été, si bien qu’il pouvait distinguer pleinement l’or dissimulé sous ses paupières au travers de brins rougeoyants. Pourtant… tel un miroir, ils retranscrivaient le même sentiment qui l’avait habitée plus tôt ; celui d’une fougue instinctive pour le combat, mêlée à un air triomphant des plus séduisants. Et malgré cela, malgré l’animosité qu’elle s’était efforcée de lui démontrer depuis leur rencontre et cette volonté de vaincre, aussi sanguine que n’aurait pu l’être une bête effrénée, Junko demeurait d’une saisissante beauté. Non pas dans son apparence, bien qu’elle n’aurait pu laisser quiconque de marbre en un regard, mais par l’aisance qui guidait ses mouvements, par la confiance et l’assurance qui s’emparait d’elle dès lors qu’elle s’engageait dans un combat. Comme si l’espace d’un instant, elle était de retour dans l’arène, aussi fière et impétueuse qu’elle ne l’ait jamais été en faisant fi de ses peurs et de son passé. Mais au-delà de ces passions de surface, les reliures d’or qui taraudaient ses iris semblaient cacher une fragilité déconcertante, une mélancolie dérobée à son masque hautain et farouche. Comme si entre ces souvenirs s’éclipsait le plus grand de ses secrets. Et ainsi perdu dans cette volupté amère, Aditya n’avait pas décelé le poison qui se cachaient derrière la douceur de ce geste.

Que... Ses pensées se détachèrent les unes des autres. Sa tête se mit à tourner, faisant chanceler chacun de ses appuis. Manquant de trébucher, il glissa une paume timide, maladroite, dans le dos de la jeune femme, se refusant à la laisser tomber dans un élan instinctif ; pourtant, elle était elle-même l’instigatrice de ce mal qui avait épris ses sens. La toxine s’était infiltrée dans ses veines au rythme lent de sa surprise et ne semblait prône à ne lui laisser aucune échappatoire. Ses mouvements se firent involontaires, flous, incertains, jusqu’à ce que l’un de ses genoux ne se dérobe sous son poids conjoins à celui la rougeoyante. Ainsi dépourvu de tous ses repères, ce ne fit que lorsque l’une de chevilles s’effondra qu’il ne réalisa la supercherie, dont il avait pourtant été témoin quelques semaines plus tôt ; au cœur de cette maison close, elle avait empoisonné l’un des hommes de la même manière.

Tous deux s’écroulèrent dans un nuage de fumée sablonneuse sans que le blond ne pût retenir sa chute, heurtant durement la roche dissimulée sous ces grains. Il lui fallut quelques secondes pour revenir à lui, si bien qu’il ne sentit même pas les lèvres de la rougeoyante quitter les siennes ; seul le vestige de son baiser empoisonné demeurait sur celles de l’ascèse, dont les mèches éparses révélaient l’incompréhension qui forgée au creux de ses prunelles. Ses sourcils se froncèrent, mouvant avec légèreté la tâche carmin qui trônait entre eux, d’ordinaire dissimulée sous quelques brins d’or. Son bras retomba mollement sur le flanc de son genou dès lors qu’il réalisa qu’il n’avait plus lieu de la maintenir contre lui, de peur qu’elle ne s’échoue à ses côtés : car malgré son geste, ils étaient tous deux nichés dans le sable de ce terrain d’entrainement, à la différence que ses iris azurées avaient délaissés l’indifférence au profit d’un mélange de confusion et de cette gêne des premières fois. Aucun mot de s’échappait de sa bouche, mais son regard, lui, portait toutes ces émotions. Ancré dans celui de la jeune femme, elle ne pouvait que comprendre que son plan avait été une réussite.




_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Sam 13 Juil 2019 - 19:50

Les deux shinobis s'échouèrent sur le sable du terrain d'entraînement, pris dans leur étreinte. C'était en tout cas ce à quoi ressemblait la scène pour les quelques curieux qui s'attardaient à observer l'entraînement. Junko savait bien, elle, que si Aditya avait flanché c'était parce que le poison qu'elle lui avait transmis par la salive commençait à faire effet. Il finit même par complètement s'écrouler, entrainant avec lui son élève, toujours agrippée à lui comme un bébé marsupial à sa mère. Il n'avait opposé aucune résistance. La surprise, sans doute. C'était exactement comme elle l'avait prévu et souhaité. Elle avait réussi son défi, celui-là même qu'elle s'était fixé toute seule. La satisfaction était grande.

Le baiser dura peut être un peu plus longtemps que nécessaire pour la bonne transmission du poison. Quand Junko détacha ses lèvres de celles de son sensei, elle vit toute l'incompréhension et la gène qu'elle avait espéré trouver dans son regard. Elle avait gagné. Qu'il l'admette ou non, elle avait remporté au moins une bataille: elle avait réussi à le faire flancher, à rompre cette immuabilité dans laquelle il semblait plongé pour briser ses barrières. Pour le reste, il pouvait tout aussi bien considérer qu'elle avait remporté l'affrontement: si elle l'avait vraiment souhaité, elle aurait probablement pu le tuer avec ce baiser.

Elle se redressa, restant tout de même assise sur le ventre d'Aditya. Elle prenait un certain plaisir à avoir cette position dominante. Un peu comme un chasseur qui se ravirait du cadavre de sa proie.

"Le poison que je t'ai injecté n'est pas très violent. Dans quelques minutes, tu auras retrouvé toutes tes facultés."

Elle le fixait du regard, se délectant de cet air d'incompréhension sur son visage, essayant d'imprimer à jamais ce moment dans sa mémoire. Junko n'était pas le genre de femmes à se laisser abattre à la première difficulté. Elle n'était pas non plus une vraie battante. C'était un peu plus compliqué ... Elle mettait un point d'honneur, d'orgueil, même, à ne pas se faire surpasser. C'était de la pure fierté. D'aucuns auraient pu y voir un vice, un pêché. Elle s'en moquait bien. C'était cette qualité qui l'avait menée à ce qu'elle était à présent, et elle en était bien contente.

"Je dois dire que j'ai été assez surprise. Je ne pensais pas que tu serais aussi coriace, et en même temps ... Je suis un peu déçue que tu ne l'aies pas été plus. Est-ce que tu es vraiment capable de m'apprendre quelque chose, sensei ?"

Elle s'amusait. Sa colère avait complètement disparu, à présent. Elle profitait simplement de tous les avantages de sa victoire. Elle avait réussi à déstabiliser Aditya, et elle n'en était pas peu fière. Maintenant, elle pouvait reprendre son jeu de provocation. Ils étaient à arme égale. Elle avait trouvé sa faille, comme il avait trouvé la sienne, dès leur première rencontre. Maintenant ils pouvaient commencer à construire quelque chose.

Elle se releva, libérant de son poids son mentor, et jeta un regard aux alentours. Les curieux s'étaient massés, épiant plus ou moins discrètement la scène. Et ce n'était certainement pas l'intensité du combat qui les avait poussés à assister si longuement au spectacle ...

"On dirait qu'on a offert un bon spectacle ... J'imagine que ta réputation en pâtirait si le bruit venait à courir que tu entraînes tes élèves d'une façon un peu spéciale."

Décidément, elle n'avait pas pensé que cette rencontre se montrerait aussi amusante. Elle la trouvait même agréable, finalement. Et le baiser n'était pas mal non plus, tout compte fait.


_________________
Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 16:56
L’une de ses paumes vint se glisser sur les grains sablonneux, offrant un appuis salvateur à son propriétaire. Son buste se redressa avec lenteur en laissant le corps de la jeune femme glisser sur ses genoux, dont l’air triomphant ne cessait d’illuminer le visage. Les iris d’Aditya revinrent se fondre dans leurs homologues ambrés, parcouru d’une intense lueur où la surprise avait laissé sa place à une sourde espièglerie, et retrouvé l'accalmie qui l'avait quitté. La gêne s’était atténuée dans son regard, bien que le souvenir du toucher de la rougeoyante n’ait pas quitté son esprit encore embrumé par le poison. Mais déjà, il pouvait sentir le flot de ses pensées revenir auprès de lui, ses mouvements se faire plus précis, plus volontaires, guidés par la voix de sa comparse qui l'ancrait dans la réalité. Cette fois-ci, des paroles parvinrent à franchir la barrière de ses lèvres, laissant leur souffle se mêler à celui de sa vis-à-vis.

« Je peux t’apprendre bien des choses, Junko. », susurra-t-il en suivant le même élan charmeur qu'elle avait pu démontrer.

L’amusement qui trônait sur ses traits arracha un sourire franc et chaleureux au blond, dont les mèches n’avaient pas perdu de leur éclat bien qu’elles soient entachées par le sable. Sa colère et sa réticence s’étaient effacées et avaient laissé place à une simplicité étonnante, une facette d'elle-même dont la rareté ne pouvait qu'exacerber la majesté qui se dégageait d'elle. Et lorsque le poids de sa silhouette se dégagea de celle de l'ascèse, il en fit de même et se redressa pour retrouver avec plaisir cette stabilité naturelle, éloignée de tout venin qui viendrait brouiller ses sens.

Son attention s'échoua sur chacune des âmes attroupées aux alentours, dont l'intérêt semblait avoir été piqué par... l'engouement qu'avait démontré la jeune femme, si l'on pouvait ainsi dire. D'une œillade, il avisa sa stature alors qu'elle laissait à nouveau sa voix s'élever dans le silence, portée par une fierté des plus flamboyantes.

« Ils ne se seraient pas détournés de leurs activités, si tu ne m'avais pas embrassé avec autant d'ardeur. »

Sa paume vint se glisser dans l'un des plis de son haut de kimono, légèrement distendu par l'emprise passée de Junko. Ses doigts se refermèrent sur un frêle morceau de papier ; une lettre, dont le sceau imprégné dans une cire écarlate demeurait intact. Il portait en lui le cachet et symbole du Kyōi, l'unité de renseignement de la Brume et retiendrait les informations qu'elle contenait à l'abri des regards indiscrets aussi longtemps qu'il ne serait rompu. Et alors qu'il faisait face à son élève, l'ascèse lui tendit la missive sans plus d'explications, étudiant son expression avant de lui confier l'origine d'un tel présent. Son geste fut empreint d'une certaine réticence, bien qu'elle fût dissimulée avec soin. Il espérait simplement que cela n'allait pas altérer la fraîcheur et la joie qu'il pouvait desceller chez elle.

« Lorsque tu t'es retrouvée assignée à mon équipe, j'ai reçu cette lettre. Elle contient toutes les informations que les espions de Kiri ont pu recenser sur toi, sur tes agissements au sein du village, mais également avant ton arrivée. », quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il ne reprenne la parole. « Je ne l'ai pas ouverte. »

Bien avant les confidences qu’il lui avait été formulé plus tôt, celles lui intimant avec clarté de ne jamais daigner la questionner sur son passé à moins qu'il ne souhaite recevoir toute l'étendue de sa rancœur, Aditya s'était dérobé à cette curiosité malsaine, comme il le faisait depuis bien des lunes. Ses bras vinrent se croiser sur son torse, ne la quittant pas du regard.

« Je voulais te connaître au-delà de ce qui pouvait être inscrit sur cette lettre. Tu peux en disposer comme tu le souhaite, désormais. », déclara-t-il sur un ton des plus sincères.




_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 17:53

Junko ne se départait pas d'un sourire malicieux qui ornait son visage. Elle considérait la foule des curieux avec un regard tout aussi espiègle. C'était de ce genre d'attention dont elle se glorifiait, et la curiosité des badauds ne faisait qu'accroître son orgueil.

"Ne te méprends pas. Ce n'était qu'un empoisonnement, rien de plus. Ne va pas te faire des idées ..."

Elle considéra ensuite la lettre cachetée que lui tendait Aditya. Inutile de mentionner le fait qu'il n'y avait pas touché pour qu'elle comprenne qu'elle était restée scellée. Il y avait là sur ce morceau de papier des informations dont elle ne soupçonnait peut être pas même l'existence publique, son passé, son présent. Autant de choses qu'elle pensait vouées au secret et qu'elle avait elle-même pris le soin de taire. Elle se saisit de la lettre, doucement, d'une main légèrement tremblante. Ses traits avaient perdu leur espièglerie, et son sourire, resté figé, était maintenant dépourvu de toute joie. Ce n'était plus qu'un écho.

Que fait de ces informations ? Les découvrir ? Comprendre combien Kiri en savait sur elle, malgré tout ce qu'elle s'était efforcée de dissimuler ? Les détruire ? Junko hésita un instant, un seul instant, avant de prendre sa décision. Elle tendit le papier à Aditya, d'une main qui ne tremblait plus.

"Garde-la. Je me fiche pas mal de ce que Kiri sait à mon sujet. C'est ce que les gens qui m'entourent savent qui me préoccupe. Et en ce qui te concerne ..."

Elle jeta un regard à Aditya. Elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine amertume à la pensée qu'il avait si facilement lu en elle, quand bien même elle pensait avoir laissé de côté une partie de son animosité grâce à leur échange de coups sommaire.

"Tu as deviné tout seul tout ce que je voulais que tu ne saches pas. Tu peux tout aussi bien lire cette lettre, ça ne fait pas grande différence."

Cette fois, elle s'était complètement départie de son sourire. Et de sa bonne humeur, aussi. Pourquoi la discussion avait-elle dû revenir à des sujets graves ? Elle passait pourtant un moment agréable ... Mais elle n'avait plus envie de rester. Même les regards des curieux la révulsaient. Elle les sentait peser sur elle et l'accabler d'un poids immense.

"Ca sera tout pour aujourd'hui. Je suis fatiguée."

C'était un mensonge, évidemment, et assez mal dissimilé. Mais elle s'en fichait pas mal. Elle allait quitter le terrain d'entraînement, mais elle interrompit son élan.

"Merci pour aujourd'hui."

Et elle partit, pour de bon cette fois. Elle creva la foule des badauds, massée en ligne compacte, qui suivit d'un regard plein de curiosité morbide son chemin, et retourna auprès de la stèle. Elle allait se pencher pour récupérer son manteau, mais se reprit. Elle n'avait pas envie de retourner d'où elle venait. Elle n'avait pas la tête à faire la potiche dans un quelconque établissement de débauche. Elle laissa là son vêtement chamarré, et prit la direction du village.

Elle n'en voulait plus à Aditya. Plus autant qu'avant, en tout cas. L'espace d'un instant, d'un échange de coups, elle avait oublié son passé. Pour cela, elle éprouvait une certaine gratitude à son égard. Il serait finalement peut être le seul qui puisse lui procurer une forme de liberté à laquelle elle aspirait. Elle envisagea la possibilité de l'avoir jugé trop vite ... Ou du moins, elle ne la rejeta pas.


_________________
Au lever de l'aurore — ft. équipe #04 Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726

Au lever de l'aurore — ft. équipe #04

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: