Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

Détente et rencontre intrigante [ PV Ogawa Kaeda ]


Mar 25 Juil 2017 - 21:17
Détente et rencontre intrigante
Un logement au confort spartiate, une coupelle d'où le liquide étant du saké ondulait dans un écrin ivoire. Un luxe d'une ancienne vie, un souvenir qui disparaît aussi rapidement qu'une gorgée d'alcool réchauffant la gorge. Un regard vide, observant le néant que cette fenêtre avait à offrir. Faisant onduler son indexe, caressant la surface de ce vice dans ce récipient sans grand intérêt. Asyiah n'avait pas de mission prévues pour le moment et quand bien même. Le fait que son grade soit si faible malgré son âge la faisait bouillonner de l'intérieur. Là où son père ne faisait que parler de "reconnaissance" pour service rendu sans oublier bien entendu les espèces sonnantes et trébuchantes qui allaient avec cela. La jeune femme ne voyait elle à ce moment que de l'incompréhension. Bien que le village soit en prise avec de lourds changements comme la nomination du Shodaime. Cela ne justifiait en aucun cas que ces capacités soient autant rétrogradées. Retirant son doigt pour ensuite attraper avec plus de force le contenant qu'elle dégustait plus par dépit qu'envie. De rage, le crissement du cuir de ses mitaines sur la surface lisse brisant le silence que cette pièce morne laissant transparaître. Un soupire s'ensuivait, puis une main venant froisser sans grande conviction cette interminable crinière ébène. Tant de questions semblait l'accabler, brouiller cet esprit qui était comme le cristal.

À toute épreuve et pourtant dès qu'un fragment se brise, des particules innombrables se forment et s'insèrent inévitablement dans la chair. Comme une myriade de blessures qui ne peuvent jamais réellement se refermer. Asyiah se laissait aller à des expirations plus soutenues, son front perlant d'une sueur naissante. Une bouffée de chaleur lui fit entrouvrir ses lèvres alors que de la buée imprégnait la vitre qui donnait vu sur une partie du village. Se relevant alors de sa chaise d'un bon hâtif, de sa main tendue, elle venait saisir sa veste portant le symbole de son clan. Passant alors cette dernière pour sembler moins dévêtu aux yeux de la plèbe. Se changer les idées était devenu une nécessité pour elle. Une fois dans la rue, se faufilant entre les passants qui s'attelaient à leurs occupations divers. L'amejin ne pouvait s'empêcher de saisir de ses longs doigts effilés une cigarette dans l'une de ses poches. Légèrement courbée, la flamme venait un instant illuminé son visage. Une volute expulsée par un souffle à nouveau maîtrisé la ramenait peu à peu à la raison. Un endroit où elle pourrait se détendre était là son seul souhait. Un onsen, cela fait longtemps qu'elle n'avait plus profité. Simple, évasif et relaxant. Fumant toujours énergiquement, Asyiah savait plus ou moins où en trouver au coeur de Kirigakure. Légèrement excentré et à l'abri des regards, plusieurs sources semblaient appeler les futurs clients à l'évasion.

Que demander de mieux ? Passant la réception en un échange de regard à peine courtois, la grande noiraude abandonnait ses vêtements dans un casier sans faire preuve de discrétion. Saisissant un linge pour le passer autour de son corps dénudé, masquant à peine ses nombreuses cicatrices. Un bassin semblait vide et donc parfait pour une détente optimale. Laissant la pointe de son pied courir à la surface du liquide devenant trouble, un soupire d'aise la gagnait alors qu'un frisson dès plus agréable caressait son épiderme. Un sentiment dès plus agréable qui finissait de convaincre Asyiah de se plonger dans ce bassin. Appuyant sa tête sur le rebord, les épaules légèrement immergées, elle se laissait aller en fermant lentement les yeux.

Codage par Libella sur Graphiorum





Dernière édition par Uesugi Asyiah le Sam 5 Aoû 2017 - 20:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t614-presentation-uesugi-asyiah-terminee

Dim 30 Juil 2017 - 9:29
En ville, l'excitation était au maximum. La récente élection de Benten en tant qu'Hokage était la principale source de cette excitation ambiante. Kaeda n'appréciait pas cette excitation. Elle préférait les moments de calme et de détente. Marchant dans les rues commerçantes de Kiri, elle observait les étales avec difficulté, car à cause de sa petite taille, les gens la bousculaient. Elle n'aimait pas la foule. Tout pouvait arriver dans une foule aussi dense. Les gens parlaient de leur Mizukage comme d'une sorte de sauveuse. Kaeda ne le voyait pas de cet œil... Elle avait vu les hommes de Benten arrêter Gattsu peu de temps avant la mort de ce dernier...

Ses pensées se mirent à divaguer. Serait-elle considérée comme une criminelle comme elle avait aidé Gattsu ? Si tel était le cas, devrait, elle devenir une Nukenin ? Une kunoichi sans appartenance ? L'idée ne lui déplaisait pas en soit. Peut-être que son petit frère la retrouverait si il était encore en vie quelque part... Fuyant la foule, la genin se rendit dans le quartier des sources un peu à l'écart de la ville. Les vapeurs des sources chaudes donnaient au quartier une apparence mystérieuse. Kaeda se rendit dans le premier Onsen du quartier. La gérante, une vieille femme très sympathique, se contentât de désigner le côté des femmes d'une main.

Kaeda entra dans le vestibule. Un seul panier était rempli de vêtements. La veste était brodée d'un insigne de clan qui ne rappelait rien à la Kunoichi. Haussant les épaules, Kaeda cessa de chercher et déposa son kimono et ses geta dans un panier avant d'entourer son petit corps d'une serviette de bain. Les Onsen étaient des bains publics, on y croisait donc toute sorte de gens, mais apparement les gens n'avaient pas envie de se baigner ce soir-là. Il n'y avait là qu'une femme déjà installée dans le bain.

La genin prit un moment pour observer la femme. Les cheveux noirs, la peau bronzée, elle semblait très jolie, mais ses bras étaient marqués de cicatrices attestant qu'elle savait se battre. Kaeda, un peu plus blanche de peau était bien moins impressionnante. Remontant ses cheveux en chignon pour ne pas les abîmer, elle commença par tremper le bout de ses orteils dans l'eau pour tester la température. L'eau était chaude et agréable. La petite kunoichi se penchât pour rentrer dans l'eau, cependant au moment de rentrer, son pied glissât sur le bord du bassin, déséquilibrant la petite qui tombât dans l'eau.

Ressortant la tête de l'eau pour respirer, Kaeda avait perdu sa serviette et son chignon. Elle avait arrosé la personne qui partageait le bain avec elle. Réalisant sa bêtise, Kaeda prit une teinte rouge pivoine.

"Je... Je vous pris de m'excuser, je suis confuse. Je... J'ai perdu mon équilibre, et...

Poursuivre n'était guère utile. Son interlocutrice était déjà au courant de tout cela.

_________________

Fear the power of the Yaksha demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t490-ogawa-kaeda-la-fille-du-desert-au-pays-de-l-eau-finie#2255

Sam 5 Aoû 2017 - 3:30
Détente et rencontre intrigante
L'ambiance était agréable, calme et silencieuse. Prompt à l'introspection alors que les faibles remous du liquide aqueux, caressait tel un amant bienveillant la peau marquée par le temps de la jeune femme. Il y avait clairement pas foule ce jour-là et il faut l'avouer, l'Uesugi préférait largement la quiétude d'un instant de retrouvailles avec elle-même. Confortablement installée dans ce bassin, l'eau ne laissant émerger que la partie supérieure de son buste ainsi que ses épaules. Un léger soupire de satisfaction venait trancher avec le son discret du clapotement de l'eau contre les parois rigide. Pendant un instant où elle fixait le ciel et les nuages se coursant jusqu'à l'horizon, Asyiah se demandait si elle n'était pas la seule âme présente en ce lieu. En dehors de la vieille chouette de gérante bien entendu. Dans un mouvement ample, la jeune femme sortait sa main du liquide tiède, la fixant alors que des gouttes perlaient de sa peau. Serrant le poing quelques secondes, elle voulait croire que bientôt elle aurait le moyen de s'exprimer. Point verbalement, mais de faire parler ses capacités latentes. Elle peut se souvenir de quelques mots de son géniteur qui lui disait qu'elle était telle un cristal encore brute. Qui ne demandait qu'a être travaillé pour s'exposer fièrement à la vue de tous. Elle avait beau le haïr de tout son être, ces paroles étaient restées gravées en elle avec un sens relativement clair. La situation actuelle ne mettait clairement pas en valeur l'envie d'un quelconque dépassement de sois-même, mais qu'importe. Il y a un temps pour tout et actuellement, la détente était de rigueur. Pourtant, confortablement installée dans ses pensées, un bruit de présence humaine semblait trahir ouvertement cette tranquillité qu'elle s'était appropriée. Faignant tout d'abord l'ignorance, elle fût rapidement rappelée à l'ordre.

S'imaginant tout d'abord qu'il s'agissait sans doute d'un pauvre bougre qui avait eu le même souhait qu'elle. Pourtant, il ne s'agissait pas d'un voisin masculin, mais bien d'une femme. Observant d'une manière nonchalante par-dessus son épaule, Asyiah pouvait alors confirmer sa pensée. Une démarche discrète, une présence qui l'était tout autant. De ses yeux azurs, il n'était pas difficile pour la jeune femme d'observer cette nouvelle venue. Un autre soupire venait fendre les lèvres de l'amejin, celui-là marquait sans doute plus une forme de lassitude. Physiquement elle semblait plus jeune que celle qui prenait aisément ses aises dans ce bassin. Moins impressionnante aussi, mais Asyiah avait largement appris à ne pas se fier aux apparences qui pouvaient très souvent en surprendre plus d'uns. Fixant alors l'orée du cadre où elle se baignait, la personne qui semblait jauger la température du bout de son pied. Fermant alors quelques secondes les yeux, la noiraude ne voulant pas s'accabler d'avoir manqué à sa relaxation. Laissant le bénéfice du doute à cette approche, pourtant il ne fallait pas longtemps pour que cette jeune femme perde l'équilibre et ne chute dans le bassin. Le bruit engendré, les éclaboussures firent sur-sauté celle qui se prélassait. Dans un geste défensif, l'Uesugi passait l'une de ses mains dans sa vaste crinière, saisissant une lame plus fine qu'un Kunai. La pointant dans la direction de l'étourdit qui avait raté visiblement la marche, dans un sentiment d'agression. Fixant d'un regard presque sombre, la petite mine déconfite que la nouvelle venue affichait dans sa nudité qu'elle partageait maintenant avec Asyiah. Le corps alors luisant d'eau, posant par la suite son arme sur le rebord de la source. La noiraude semblait se détendre, montrant des signes de pacifications bien que la méfiance était toujours d'actualité. Voyant la serviette de son infortunée camarade flottée non loin, l'amejin venait la saisir et la tendre dans sa direction.

- Eh bien, on peut dire que tu sais faire des entrées tonitruantes. Tu ne t'es pas blessée au moins ? Disait-elle d'un timbre de voix relativement neutre.

Passant d'un revers de la main sur le flanc de sa tempe pour replacer l'une de ses mèches rebelles elle continuait de fixer la jeune femme de son regard interrogatif. Se replaçant ensuite dans une position dévoilant moins sa poitrine à fin de reprendre un peu plus de confort.

- Enfin, ce n'est pas grave, mais fais en sorte à l'avenir d'être plus prudente. D'autres personnes sans doute moins réfléchi que moi aurait pu te planter une lame dans la gorge pour moins que ça par peur.

Soupirant une nouvelle fois pour qu'enfin naisse un sourire un tant soit peu consistant. Asyiah venait croiser l'une de ses jambes, posant sa tempe sur le plat de son poing avant de reprendre son monologue.

- À qui ai-je l'honneur ? Je me présente, Asyiah Uesugi.

Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t614-presentation-uesugi-asyiah-terminee

Lun 14 Aoû 2017 - 11:19
Hé bien on pouvait dire que Kaeda l'avait échappé belle. Si elle avait été une menace, celle qu'elle aviat dérangé n'aurait pas hésité à la transformer en cadavre. Trempée, Kaeda observait sa partenaire de bain. Il s'agissait d'une très belle femme. Elle devait avoir le même âge qu'elle, bien que Kaeda ressemblait plus à une enfant en sa compagnie. Les yeux de la petite devinèrent les formes de la femme malgré l'eau et la vapeur ambiante. Intérieurement, elle se maudit de n'avoir pas eut une croissance normale. Mais la n'étais pas le propos. Le corps immergé jusqu'aux épaules, les cheveux formant une nappe sombre sur l'eau, la jeune femme attrapât sa serviette trempée.

"Je me nomme Kaeda. Ogawa Kaeda. Je suis une Genin de Kiri... Bien que mon entrée fracassante laisse douter de ce fait. Et permettez moi de vous contredire, mais c'est moi-même qui suit honorée d'être en votre présence. Après tout vous m'avez épargné et vous inquiétez même de mon état. Soit dit en passant, il y a plus de peur que de mal heureusement..."

Un instant plus tard, la petite vieille gérante fit irruption dans la pièce, croyant que quelqu'un s'était noyé. Kaeda la rassurât, lui expliquant qu'elle avait chuté mais qu'il n'y avait rien eut de grave heureusement. Une fois rassurée, la vieille repartis et la petite Genin poussât un long soupir. Décidément cette journée n'avait été que poisse. Pas une mission, une agitation déplaisante et maintenant une chute ridicule devant une inconnue nue. Kaeda maudit son esprit gardien de lui faire tant de farces aujourd'hui.

"Veuillez pardonner mon impolitesse, mais je n'ai put que remarquer votre veste et n'ai malheureusement pas reconnut votre blason. A quel clan appartenez vous ? Enfin... Accepteriez vous de vous présenter également ? N'y voyez surtout pas une quelconque tentative de vous nuire en connaissant ces informations. Loin de moi l'idée de nuire à ma sauveuse..."

_________________

Fear the power of the Yaksha demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t490-ogawa-kaeda-la-fille-du-desert-au-pays-de-l-eau-finie#2255

Détente et rencontre intrigante [ PV Ogawa Kaeda ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: