Soutenez le forum !
1234
Partagez

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei]


There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Ven 7 Juin 2019 - 18:44
Suite de l'évent et de ces trois rp


Sans même penser aux conséquences, j'avais fait mon choix. La liberté, celle qui m'avait tant manqué, me tendait les bras. Et pourtant, j'aimais profondément Kumo... Même si la réalité n'avait pas toujours été rose, c'était ce village qui m'avait adopté. A défaut de pouvoir dire qu'il avait fait de moi un homme, je pouvais au moins dire qu'il m'avait fait grandir. C'était aussi une des raisons pour lesquelles il m'était insupportable d'aller voir de mes propres yeux la situation décrite par le petit groupe qui s'apprêtait à déserter.

La tête de la Raikage pouvait bien rouler, cela m'importait peu ; je pourrais presque dire qu'elle l'avait cherché, si ce n'était pas considéré comme de la trahison. Mais être sous l'occupation ennemie, ça changeait tout. Ployer le genou face à ce "Rei", alors que j'avais sous les yeux ce qu'il avait fait ? Ne rien dire, c'était accepter. Et c'était hors de question que j'accepte ça.

Mon cœur se serra cependant alors que je croisais le regard de mes coéquipiers. Nous n'étions même pas une équipe officielle, n'ayant jamais pu rencontrer notre sensei. Nous étions bien plus que ça. Ils étaient ma famille, aussi bizarrement que ça puisse paraître. Après tout, nous nous connaissions depuis pas si longtemps que ça et nos personnalités étaient très différentes les unes des autres, mais c'était la réalité.

J'avais abandonné ma famille de sang une première fois à la poursuite de... De quoi, déjà ? De la connaissance ? Du pouvoir ? De la gloire ? Tout cela me semblait bien futile à présent. J'allais quitter ma famille à nouveau, de cœur cette fois-ci, mon conserver ma liberté. On pourrait même dire pour une fierté mal placée.

Cette nouvelle perspective faisait flancher ma volonté. Peut-être... Peut-être que je pourrais rester avec eux, finalement. Peut-être que si on faisait comme si de rien n'était, peut-être que si on fermait les yeux assez fort, tout deviendrait comme avant. Anzu reviendrait d'Hayashi, nous serions une vraie équipe. Nous passerions Chûnin ensemble, enchaînant les missions en extérieur à la poursuite de puissance et reconnaissance. Peut-être même devenir Jônin. Fonder chacun une famille, nos enfants respectifs allant ensemble à l'Académie. Et le jour où quelqu'un essayerait de nous attaquer, nous serions prêts.

Mais ça ne servait à rien de penser à tout ça, tout ce qui aurait pu se réaliser. Plutôt penser à tout ce que nous avions perdu. De tous les gens que j'avais rencontré en ces murs, ceux qui m'avaient tendu la main, ceux que j'avais aidé en retour, ceux qui avaient croisé ma route, pour une seconde ou pour plusieurs années ; combien avaient péri ?

Cette pensé me glaça le sang, les frissons courant le long de ma colonne vertébrale alors que j'avais l'impression de recevoir un coup de poing dans l'estomac. Des morts, il y en avait eu, pour sûr. Je n'avais qu'à regarder autour de moi pour m'en rendre compte. Mais je n'osais pas ; j'avais bien trop peur de reconnaître certains visages. Ceux qui étaient morts en combattant, ceux qui étaient morts en fuyant. Peut-être même que ceux qui s'étaient rendus avaient été abattus. Peut-être que les soldats de ceux qui disaient servir le Teikoku marchaient dans notre direction en ce moment même, exécutant tous ceux qui se trouvaient sur leur passage.

C'est dans cet état d'adrénaline intense que je me rapprochais de mes camarades. Kyohei nous avait demandé de le rejoindre, sans une once de doute dans la voix. Lui aussi semblait avoir fait son choix et je ne pouvais qu'être heureux de savoir que mes amis venaient avec moi. Je ne m'étonnais même pas d'à quel point cette décision tranchait avec la personnalité du Kawashima, lui qui était d'habitude tellement protecteur envers son pays. Ses yeux étaient durs, froids, ne laissant pas transparaître d'autres émotions.

Je me dirigeais vers le plus petit de notre trio, le voyant encore plus troublé que nous autres réunis. Je passais un bras autour de ses épaules, comme j'avais l'habitude de le faire à chaque fois que nous nous retrouvions, espérant le sortir de sa torpeur et le forcer à avancer avec nous.
« - Allez, on arrive ! »
J'avais essayé de lancer ça de manière enjouée, mais mon ton était sorti beaucoup moins assuré que je l'aurais voulu, des tremblements dans la voix. Et malgré ma pression, Ayano ne bougeait pas. Pourquoi n'avançait-il pas... ?


_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] D2tn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 http://www.ascentofshinobi.com/u1005

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 9:23
Mon corps était complètement explosé, je ne sentais plus une partie de mon bras gauche et le reste me faisait atrocement souffrir... et pourtant... est-ce que c'était vraiment ce qui me causait du soucis à ce moment ? Non pas du tout. Je souffrais intérieurement, ma faiblesse évidente avait fait que j'avais raté la plupart de mes attaques et il en résultait quoi ? Notre défaite. Je le savais depuis le départ, ce monde est cruel et me faire une place dans l'environnement Shinobi était quelque chose de presque impossible. Oui bien sûr je n'avais pas été seul face au méchant mais bon quand même, si j'avais juste réussi à mettre mes deux premiers coups, la finalité ne serait sûrement pas la même. J'étais dévasté, perdre un bras ne m'aurait pas dérangé mais là... nous avions perdu Isa-chan.

Je ne l'avais pas entendu de la bouche de Kyoko-chan, qui lui avait tenu le coup mais je le savais, Isa' n'était plus. Ça me faisait vraiment mal, c'était un bon gars. J'avais fait une mission à ses côtés, malgré ma bêtise inarrêtable, il avait réussi à me guider dans le droit chemin et m'avait fait comprendre que son village était important pour lui. Cette envie de le protéger l'avait mené à sa perte... Je voulais demander plus de précisions, même si ça risquait de me faire mal, comprendre vraiment comment il était mort. J'espérais que ça ne soit pas en tentant de nous protéger et pourtant, c'était plausible. Cela dit, je ne me sentais pas de le faire pour le moment. Kyohei était dans ses pensées, le regard froid et le visage fermé, il ne semblait pas enclin à discuter de ça. En fait, nous étions tous les trois dans les choux...

Un choix semblait se proposer à nous, partir ou bien rester. La réponse, elle me vint de suite. Je ne comptais pas partir et abandonner mon village, en plus de mon oncle.

Je me sentais attaché à Kumo, je n'étais pas natif de Kaminari et j'avais rejoint bien tard le cursus de l'académie Shinobi mais... je me sentais quand même comme chez moi. Je n'avais pas un tas de copains, quelques uns bien sympathiques mais j'étais quand même chez moi. Ils m'avaient donné ma chance, la chance de pouvoir faire quelque chose de mes pouvoirs. Ils m'avaient aidés à me maîtriser, à jouer avec mon chakra. Sans ça, je serai encore sûrement sur mon bateau de pêche à la recherche d'un but, à utiliser mes capacités sans m'en rendre compte. Tout ça... je le devais à Kumo. Mais Kumo... ça ne représentait pas qu'une organisation militaire, c'était aussi un tas de gens sur qui je pouvais compter. Anzu-senseï, Kyokyo-chan, Sharrky-sama, Shimi-chan, Kei-chan, Hiko-kun, Shiro-sama... Fin... que de bonnes personnes.

Dans ce lot, certains allaient sûrement prendre la route, quitter Kumo et suivre le petit groupe qui s'était formé. Moi, je ne voulais pas en être.

Mon « frère » s'était approché de moi, m'incitant à le suivre. Il avait tenté d'utiliser un timbre de voix plus gentil, un peu humoristique comme il en avait l'habitude. C'était un peu forcé, j'arrivais à le sentir. En même temps, il voulait bien faire dans cette situation mais c'était tout sauf évident.

Ma réponse je la connaissais mais je ne l'avais pas encore partagé, je redoutais ce moment-là. J'avais l'impression que de leurs côtés, le choix était fait mais était bien sûr différent du mien. La boule au ventre, le cœur serré et la voix tremblante je pris la parole.

« Je.. je reste... »

C'était dit. La tête baissée, le regard sombre. Je lâchais maintenant quelques larmes, j'étais résolu, je le savais et j'avais l'impression que c'était l'heure des adieux. Et pourtant... je ne voulais pas quitter mes copains...

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 19:13
Toujours et encore la même phrase. Elle ne sortait pas de ma tête. Le Fidèle ne se tenait plus devant nous avec ces immondices, mais il était toujours là, il n’était pas seul. Tous les autres étaient aussi là, ceux dont je ne connaissais rien, ceux qui avaient gagné aujourd’hui. Et je m’en contre-fichais.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

Je n’entendais rien. Je ne disais pratiquement rien. Tout ce que je voulais c’était partir. Kumo était vaincue. Rester et ployer le genou, jamais. J’aurais préféré mourir, peut-être aurais-je dû ? Non, j’avais pris la bonne décision, non ? Mes pensées allaient partout, mais surtout nulle part. Je n’arrivais pas à réfléchir, à comprendre ce à quoi je pensais. Tout n’était que désordre. Et j’avais tué, un coéquipier. Et ça revenait.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

Le groupe commençait à partir, Chiaki nous avait soignés et nous étions prêts. Sharrkan s’occupait d’Ayanokoji. Aujourd’hui, était un nouveau jour. Un nouveau départ, nous allions tous devoir vivre avec une nouvelle donne et plus rien ne serait comme avant.

J’étais devant, je tournais le dos à mes deux amis le regard plongé dans le vide et j’attendais. J’attendais qu’ils se lèvent. Je pensais aussi à tout ce que j’avais vécu ici, aux rencontres effectuées. Et je me promettais une chose en ce jour sombre. Je reviendrai. Et rapidement mes pensées se réembrouillèrent.

« Maintenant regarde, …je… et vit avec …je reste… ça. »

Mon esprit était devenu fou. Je me retournais et c’était à cet instant que je comprenais ce que je venais d’entendre. Le Sakana avait décidé de rester. L’espace d’un instant, je bouillonnais. Mais j’étais trop embrumé pour tenir plus d’un mot. Je reculais d’un pas, dégouté par les mots d’Ayano.

« L… Lâche… »

Et je m’en allais. Laissant le brouhaha de mon cerveau reprendre le dessus. J'étais énervé et il allait falloir me laisser du temps, j'allais comprendre cette décision, mais pas aujourd'hui.

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] E23l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5625-kawashima-kyohei-terminee#45207 http://www.ascentofshinobi.com/u992

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 21:01
Deux mots. C'était seulement deux mots qui avaient réussi à détruire notre trio. Je savais, au fond, qu'Ayano préfèrerait rester.

« - Non ! »

Sans réfléchir, j'avais agrippé le bras de mon coéquipier, comme pour l'empêcher de fuir alors que c'était moi qui fuyait le village. Mais je n'étais personne pour pouvoir contester ses décisions ; pire encore, je la comprenais. Il avait tout ici : sa famille, ses amis, sa vie. Nous ne faisions pas le poids dans la balance. Mais ce que je redoutais le plus était la réaction de Kyohei. Si lui avait décidé de partir, aucun doute qu'il rejetterait ceux qui iraient dans le sens contraire. Il cracha un seul mot, confirmant mes craintes.

« - Non ! »

J'avais parlé d'un ton plus dur cette fois-ci, moins désespéré que la première fois. De ma main libre, j'attrapais le poignet du Kawashima qui s'éloignait déjà. Ma poigne était ferme, signifiant que je n'en avais pas fini et que je refusais qu'il parte maintenant.
J'avais toujours eu l'impression d'être le maillon de la chaîne qui retenait notre trio ensemble ; retenant chacun de mes coéquipiers par un bras, cette métaphore n'en était plus une aujourd'hui. Eux avaient tout ici, moi je n'avais qu'eux.

« - On peut pas se dire au revoir comme ça. C'est pas possible. »


Ma voix n'était plus qu'un murmure, mais j'étais sûr qu'ils m'aient tous les deux entendus. Sans les lâcher, je tournais cependant mon visage vers le Kawashima, presque en suppliant.

« - S'il te plaît, essaye de comprendre. Tu sais bien qu'il a son oncle ici, et puis il est encore jeune... Et même si tu n'arrives pas à comprendre, c'est pas grave. C'est peut-être la dernière fois qu'on se voit... On sait pas ce qu'il va se passer ensuite. On peut pas se quitter en étant en colère les uns contre les autres. On est une famille, pas vrai ? »

C'était une chose que ma mère me répétait souvent quand j'étais jeune ; on ne sait pas de quoi demain sera fait, alors on ne doit pas laisser partir les gens qu'on aime en étant fâchés. Parce que s'il devait arriver quelque chose à ces gens et que les derniers mots qu'on leur a dit sont des mots qui dépassaient notre pensée, alors on ne pourrait jamais se le pardonner... Ce n'était que trop vrai aujourd'hui.

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] D2tn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 http://www.ascentofshinobi.com/u1005

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Mer 26 Juin 2019 - 19:37
Lâche ? Est-ce que j'avais bien entendu ? Aussitôt ma tête se releva et je pus observer Kyohei-chan s'éloigner. Comment pouvait-il me dire ça ? Fin je ne comprenais pas, j'étais confus. Je n'éprouvais aucune colère, aucune rancœur, je voulais juste comprendre. Le visage touché et interrogatif, je ne pus m'empêcher d'être triste. J'étais un lâche ? Moi ? J'avais beau ne pas être le plus fort, ni le meilleur il ne me semblait jamais avoir été lâche... J'avais toujours tout fait pour mon village mais aussi mes camarades ? Ce n'était pas juste sérieux, pas juste du tout ! Ce mot avait fait l'effet d'une bombe dans ma tête, laissant quelques larmes couler le long de mon visage..

« Mais comment...comment oses-tu me dir-... »

Je ne pus finir ma phrase que mon autre camarade intervint. Il prit le bras du fuyard avant de l'obliger à rester ici. C'était pour moi un geste inespéré, enfin, non pas inespéré mais ça me calma aussitôt. Sharrky-chan comme à son habitude, tenta de nous rabibocher, de calmer le jeu. Il avait toujours fait ça, c'était vraiment un gars cool...

Et en plus de ça, il avait raison, on ne pouvait pas se quitter comme ça. Nos chemins étant différents, il était possible de ne plus jamais se revoir. Cette pensée me noua l'estomac et me figea. Je ne voulais pas non, fin ils étaient vraiment comme ma famille... je les aimais beaucoup et... envisager leurs disparitions m'étaient impossibles. Cette fois, je pleurais à sanglot. Les paroles de Sharrky-chan étaient si belles et sa conclusion m'avait en quelque sorte achevé.

Je regrettais presque mon choix... non... si... c'était compliqué. Pouvais-je imaginer une vie à leurs côtés, une vie différente ? Oui. Pouvais-je imaginer abandonner mon oncle, ma vie et mon peuple ? Non. Ce n'était pas possible pour moi, ils -mon oncle au moins- avaient besoin de moi ! Et puis j'avais été battu et la défaite de Kumo était évidemment liée à cette défaite ! Comment pourrais-je me regarder dans une glace après avoir quitté ma patrie de cette façon, patrie qui était tombée à cause de moi ?! Impossible ! Pour une fois dans ma triste vie j'étais décidé, très décidé à suivre cette voie.

« Oui. »

Lâchais-je en m'essuyant le visage à l'aide de mon bras.

« Désolé, désolé... je suis désolé ! Excusez moi par pitiéééé... »

Sentant les chutes de larmes taper à la porte, je plaquai ma tête contre Sharrky-chan afin de me rassurer. Mais sa présence ne suffisait pas, je n'arrivais pas à m'arrêter. Je pleurais sans cesse, laissant quelques gémissements s'échapper.

Quelques instants plus tard, je fis quelques pas en arrière tout en fixant mes deux partenaires. Je sentais comme des contractions au niveau de mes abdos, je me retenais de pleurer, je ne voulais pas gâcher cet au revoir et souhaitais surtout, parler avec eux. J'avais beau être jeune, je regrettais un paquet de trucs alors cette fois-ci, je comptais tout lâcher !

« Comprenez moi s'il vous plaît, je ne peux pas vous suivre. C'est ma deuxième maison ici, il y a mon oncle et... je ne peux pas les abandonner. Jam..jamais ! Mais jamais je ne vous considérerai comme des traîtres ou des lâches, suivez... suivez votre propre voie et surtout, revenez moi... car je vous aime! »

Masquant avec grande difficulté ma tristesse, je serrai le poing en essayant d'esquisser un sourire à mes copains.

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Dim 30 Juin 2019 - 14:01
Je m’en allais. Perdu entre la tristesse, l’incompréhension. Complétement perdu. Et comme un nouvel écho dans ma tête, cette phrase me revenait lorsque Sharrkan me retenait et cette fois-ci, mon regard avait une nouvelle fois changé. De la haine, c’était ça qui s’affichait actuellement sur mon faciès. Pas dirigée contre quelqu’un, ni Ayanokoji, ni Sharrkan. Contre le monde, mais c’était comme ça. Je n’allais pas avaler aujourd’hui la décision d’Ayano.

Je plantais ensuite mon regard dans celui de Sharrkan qui me parlait. Ne pas se quitter comme ça ? Parce que tu crois que je ne le sais pas, abruti ? Tu crois que je ne sais pas ce que l’on est en train de vivre ? Des larmes commençaient à monter et je faisais tout mon possible pour les garder à l’intérieur.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

Et je les écoutais, ne résistant pas à la poigne du Kazejin. Je les écoutais les uns après les autres et cette fois-ci, je n’arrivais pas à contenir les larmes qui montaient plus fort encore qu’avant.

« T’excuse pas, c’est… ton choix. Et… » Ma phrase fit coupée par un sanglot. « Je comprendrais, mais pas aujourd’hui. »

J’essayais aussi de rendre le semblant de sourire qu’Ayano affichait, réussissant au moins aussi mal que lui et dans un élan de bonté. Car en effet, je ne voulais pas le quitter d’une pareille façon, Sharrkan avait raison. Je me libérais de son emprise avant d’essayer d’afficher un sourire sur ma frasque de visage qui devait afficher un ramassis d’émotions actuellement.

J’essayais tout de même de sourire tout en montrant du doigt Ayano et en lui faisant un clin d’œil. Et j’en faisais de même avec Sharrkan et cette fois-ci, cela sera des vrais adieux. Leur « secret handshake ». Et sans même pouvoir attendre leur réponse, je ne pouvais une nouvelle fois pas me contenir et les larmes coulaient le long de mes joues. Je plantais une dernière fois mes yeux dans ceux d’Ayano tout en lui faisant une promesse.

« On reviendra, promis. »

Et je me retournais pour suivre le groupe qui avait prit un peu d’avance, sans plus jamais me retourner vers le Sakana. J'allais le comprendre.

« Maintenant regarde, et vit avec ça. »

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] E23l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5625-kawashima-kyohei-terminee#45207 http://www.ascentofshinobi.com/u992

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 1:34
J'avais essayé plus que tout de ne pas pleurer, usant de toutes les méthodes que je connaissais pour empêcher les larmes de couler. Je m'étais tellement mordu l'intérieur des joues que le goût métallique du sang ne tarda pas à se répandre dans ma bouche. Mais comment étais-je censé rester stoïque alors que j'étais en train de prendre la plus grosse décision de ma vie ? Je tremblais comme une feuille et ma voix tremblait encore plus.

A mon plus grand soulagement, Kyohei n'essaya pas de combattre ma poigne. Il planta son regard dans le mien et je vis qu'il souffrait tout autant que nous. Mais au diable sa fierté et son ego ! Ils n'avaient pas leur place aujourd'hui, pas maintenant. J'avais compris depuis quelques temps déjà que son air stoïque et méprisant n'était qu'une façade, un bouclier pour se protéger du monde extérieur... Le voir au bord des larmes fini de m'achever.

Sans réfléchir davantage, je les serrais tous les deux dans mes bras, espérant que ces quelques secondes seraient les plus longues de ma vie. On devait être beaux tous les trois, dans nos pyjamas tâchés de sang, nos visages couverts de poussière, pleurant à chaudes larmes en se serrant mutuellement. Comme attendu, le Kawashima fut le premier à se défaire de l'étreinte. Mais cette fois-ci je savais que si le trio était séparé physiquement, nous étions et resterions toujours une famille. Je répondais à Kyohei par notre secret handshake, essayant tant bien que mal d'afficher un sourire malgré mes lèvres tremblantes. Même s'il n'avait pas aimé notre salut beaucoup trop excentrique, il l'utilisait pour nous faire plaisir.

Je me retrouvais seul face à Ayano. Pour la première fois depuis notre rencontre pour le moins originale, je me sentais embarrassé. Je n'avais jamais été doué pour les adieux. Mais ce qui était le plus dur face à Ayano, c'est que je savais qu'il comprenait que trop bien ce que je ressentais, parce que je me doutais qu'il se sentait pareil. J'avais remarqué plusieurs fois qu'on était complètement sur la même longueur d'ondes au niveau émotionnel : trop sensibles, qui pleurent pour rien... On était des gros bébés ! Comment pouvait-on se dire au revoir comme des adultes ?

Surtout qu'en l’occurrence... l'adulte, c'était moi. Et c'était moi qui partait. Alors je décidais de prendre les choses en main. De mon avant-bras, j'essuyais mon visage trempé. Les larmes et la poussière s'étaient mélangées pour créer une espèce de boue dégueulasse, mais je m'en fichais. Prenant une grande inspiration, je plantais mon regard dans celui d'Ayano.

« - Moi aussi, je te promets qu'on reviendra. Et ce sera pour casser le cul de ce soi-disant empire du feu ! »

Cette fois-ci, je souriais honnêtement, alors je me permis de prendre le plus petit dans mes bras une nouvelle fois. Je le soulevais du sol puis le relâchais lorsque j'entendis un craquement. On avait beau avoir été soignés par une chirurgienne renommée, on avait quand même subit de sacrés chocs.

« - Et si tu changes d'avis, ou que tu dois partir... Va à Kaze et demande le clan Nekki. Mais surtout, fais attention à toi. »

Je regardais derrière lui quelques secondes, essayant de graver dans ma mémoire la silhouette de Kumo, essayant de passer outre les ruines et les colonnes de fumée. Qu'est-ce qui l'attendait vraiment là-bas ? Je lançais un dernier sourire à mon coéquipier avant de rejoindre le groupe, sans plus jamais me retourner.

_________________
There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei] D2tn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 http://www.ascentofshinobi.com/u1005

There is love in holding and there is love in letting go. [Ayano & Kyohei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: