Soutenez le forum !
1234
Partagez

Pleine lune sur la dune (Tali)


Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Ven 7 Juin 2019 - 19:14
PLEINE LUNE SUR LA DUNE
Kaze no Kuni possédait le charme d’un soleil rayonnant et chaleureux. L’astre abordait toujours un sourire, ne laissant jamais la pluie lui faire de l’ombre. C’était son plaisir d’illuminer les journées de chaque habitant du désert et aussi, ses nombreux animaux et plantes. Mais, lorsque l’étoile rouge disparaît derrière les dunes brûlantes et répétitives, la lune prend place pour installer un climat mystique et frisquet. Sora, n’aimait pas particulièrement la nuit, enfant. Le domaine des Tadao, protégé par de nombreux murs haut en pierre, ne laissait pas la chance aux intrus de jeter un coup d’oeil dans les activités des membres. Le clan préférait la tranquillité, et ce détail les guidait à être loin de toutes civilisations.

Âgé de cinq printemps, Sora s’amusait régulièrement à suivre les aînés dans leur rencontre ou promenades nocturnes. Comme à son habitude, il termina de déguster son repas pour aller rejoindre le groupe, qui quittait déjà les portes du domaine. C’est en courant comme un fou qu’il se retrouva à l’extérieur. Au loin, le brun pouvait apercevoir des silhouettes, c’était donc naturel de continuer son chemin vers eux. Et il marcha. Et marcha. Et continua sans ne jamais arrêter.

« Ettt oooOOOH! » cri-t-il pour au final entendre sa voix résonner dans le désert.

La chaleur diminuait si rapidement que la chair de poule s’installa chez le jeune shinobi. Cette information que son corps lui envoyait, ne le fit jamais cesser de poursuivre son chemin. Sora ne prit même pas la peine de tourner la tête pour remarquer que le domaine Tadao n’était plus dans son champ de vision. À vrai dire, tout autour de lui, c’était mort. Aucune source d’eau, pas de cactus, ni d’animaux. Et la peur l’envahie soudainement. Des ombres jouaient au loin, des bruits étranges, le garçon au chapeau de paille (trop grand pour sa petite tête) commença à courir. En s’enfonçant toujours plus vers l’inconnu, sur le haut d’une dune, son pied se coinça dans un… objet? Sora tomba en roulant dans la chute de sable. Il ne se releva pas.
(c) AMIANTE


_________________
Pleine lune sur la dune (Tali) Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Sam 8 Juin 2019 - 13:35
-Debout étranger.


La voix enfantine, n'était pas emplit d'une gentillesse ni même de quelconque émotions positive. Malgré son âge, elle était froide et distante, on ne prenait aucun risque avec ceux qu'on ne connaissait pas. Quand bien même cet enfant devait sans doute avoir son âge, quand bien même il semblait être en position délicate. Il ne fallait pas oublier, qu'à priori il n'appartenait pas au clan et par conséquent il ne possédait aucune pureté. Un étranger de plus qui errait sur les terres de son clan, la formation des Asaara commençait par veiller à protéger les frontières du clan et à chasser quiconque s'aventurait dessus. Bien sur, à son âge elle ne possédait ni la force ni les arcanes nécessaires pour chasser quelconque adulte même les plus faibles se présentant sur les propriétés des siens. Et pourtant la motivation ne manquait pas, bien au contraire l'envie était présente mais il fallait respecter les règles et la hiérarchie du clan. C'était avec les traditions et le respect du sang, que le clan prospérait depuis la nuit des temps. Chacun y trouvait sa place, chacun suivant et perpétuant l'héritage d'un clan puissant, puissant sur ces terres parfait pour la capacité des siens.

La formation, ne laissait aucune place pour les faibles, la nuit froide du désert sifflant et tranchant parfois les peaux des animaux et des morts, mais c'était ainsi que le futur Asaara adulte s'endurcissait au travers d'épreuves rythmant chaque année de sa vie, rythmant son arrivé à maturité et il ne fallait laisser guère de place pour les jeux et les loisirs ne faisant guère que disperser les pensées d'un futur soldat. Le clan formait des soldats, pour défendre les intérêts des siens et Tali était fière, fière d'être l'aînée de sa famille, fière des siens et de son clan ne constituant que son univers connu. L'inconnu ne lui faisait pas peur, mais l'inconnu n'était pas viable avec le mode de vie du clan et sa suprématie sur les dunes composant le paysage de Kaze. Ce gamin n'était qu'un enfant, mais plus tard qui sait si il ne deviendrait pas un ennemi? Faire couler le sang néanmoins sans avoir l'aval des adolescents en charge de la formation ce n'était guère possible. Rien de pire que de désobéir aux règles, sortir du cadre et du rang et affronter les punitions attendant les faibles et les mauvaises graines. Porter le déshonneur sur sa famille, impossible.

-Tu es sur les terres du clan Asaara étranger. Que fais-tu ici?

Elle lui tendit une main, ferme et droite sur ses appuis. Six printemps mais déjà un embryon parfait du soldat ultime, celui ne faisant qu'exécuter la volonté du clan et des anciens. Mais si les adultes la surprenaient ainsi à tendre la main à un étranger, elle risquait gros, de couvrir d'honte son image pourtant impeccable. Alors pourquoi le faire? Car il fallait apprendre de l'adversaire, ce gamin pouvait surement lui être utile. Et il n'avait encore rien fait de mal, tuait-on un animal de compagnie quand celui tombait? Surtout quand celui ci était jeune, non on le soutenait pour en tirer le meilleur. Que réservait le potentiel de ce garçon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Dim 9 Juin 2019 - 7:36
PLEINE LUNE SUR LA DUNE
Lorsque ses yeux retrouvèrent enfin le chemin vers une vision stable, Sora remarqua rapidement qu’il n’était ni dans son lit, ni proche d’un paysage familier. Chaque kilomètre du désert ne se ressemble pas, mais le gamin savait reconnaître les dunes entourant sa maison. Et celles-ci n’avaient rien de rassurant. Elles cachaient des secrets, l’oeil ouvert à tout inconnu les approchant. Où était-il? Le questionnement s’arrêta rapidement lorsqu’une voix féminine fit signe au petit singe de se lever. La seule réponse qu’elle obtenu fut le grand regard du Tadao qui l’observait. La tête penché vers la droite, le silence régnait. Pour une rare occasion, le gamin n’arrivait pas à former un semblable de mot. Cette fillette ne possédait aucune expression faciale, ni émotion par le parler. Avoir peur du noir est une chose, mais avoir peur d’un autre humain, c’est une expérience nouvelle pour le brun.

Cette peur quitta tout de suite son esprit lorsque la blondinette lui tendit sa main. Un large sourire se forma sur son visage et Sora attrapa la main pour se remettre sur ses deux pieds.

« Asaara? Connais pas! »

En fait, si, bien sûr qu’il connaissait. Pour le moment, Sora n’assimilait pas du tout cette famille et les avertissements reçus sur un clan proche de leur territoire. Ses parents ainsi que les aînés le prévenaient du danger de se promener seul à Kaze et surtout, à la croiser d’un autre clan. Asaara n’avait rien de bon selon les Tadao, enfin, ils les considéraient comme de très bon combattant et soldats, mais leur souhait de rester éloigné était respecté des deux côtés. Un ancien parchemin avait été signé par les deux familles, promettant de ne jamais intervenir dans les activités de l’autre.

« Moi c’est Tadao Sora! » dit-il en retirant le sable de ses vêtements. « Okaasan dit que Sora signifie le ciel! Parce que je suis né pendant le jour et que le soleil était très fort. Mais on est dans le désert! Il est toujours fort le soleil, non? Elle a dit aussi parce que j’étais son petit ciel, son monde. Je l’aime bien maman. Tu aimes ta maman? Moi je l’adore. C’est quoi ton prénom? »

Ce moulin à paroles ne pouvait jamais s’arrêter. Trop occuper à retirer le sable et parler à sa nouvelle « amie », Sora repoussait toujours l’information qu’il était perdu et probablement effrayer présentement. Et sur un territoire ennemi.

« Burondo-san, j’ai faim! » dit-il finalement avec le ventre qui commençait à gargouiller.
(c) AMIANTE


_________________
Pleine lune sur la dune (Tali) Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Jeu 13 Juin 2019 - 20:53
-Tu mens étranger.

Qui ne connaissait pas le clan Asaara? D'ou venait-il pour ne pas avoir entendu des maîtres du désert, ceux légitimes et qui ne préparaient que des guerriers talentueux et d'exceptions. Son clan était à la pointe de bien des domaines, passant de ceux martiaux au commerce et à la protection de shinobis. La diplomatie en revanche, ne faisait guère partie du vocabulaire de la plupart des adultes. Conditionnant les générations, plus que généralement à l'art de la guerre et aux diverses missions que le clan donnait. La survie de chaque futur Asaara adulte passait par des entraînements rigoureux et strict, et pourtant, pourtant ce gamin ne semblait pas connaître les siens? Qui mentait, qui disait la vérité. Et pire que tout il semblait visiblement déjà reprendre du poil de la bête ce qui était peut-être pire d'un certain point de vue. Tali n'avait pas sauvé ce garçonnet pour qu'il parte dans des grandes tirades, des monologues visiblement sur sa famille et son nom. Mais qu'en avait-elle à faire, que sa mère lui fasse cuir un oeuf ou de l'amour que lui portait les siens? La différence sautait désormais aux yeux, entre eux deux qui serait des deux enfants le plus apte à survivre en solitaire dans le désert? Certainement pas ce Sora qui ne pensait qu'à ses instincts primaires malgré son âge. Il ne semblait pas forcément beaucoup plus jeune qu'elle, mais ce que remarquait la pureté incarnée c'était que l'étranger ne se gênait pour partir dans des familiarités. Et cela, cela ne lui plaisait pas.

-Tali c'est mon nom étranger, Asaara Tali et si tu l'oublies ce sera ta dernière erreur. Je me fiche que tu sois dans les jupons de ta 'maman' ou pas, tu viens troubler ma méditation et mon apprentissage. Tâche d'être plus, comment disent-ils les adultes, reconnaissant. Oui c'est ça, quel âge as-tu? J'ai six printemps à mon actif, si je suis ton aînée tu me dois donc le respect.

Elle tire la langue, ce petit singe ne comprendra visiblement pas le sens du quart des mots qu'elle a employé, à défaut de jouer et de s'amuser dans le sable en le souillant avec des châteaux, le temps libre sert pour s'instruire et rapidement posséder un ensemble de mots nécessaires à une conversation. Si les aînés insistent dessus, c'qu'à tout moment les enfants Asaaras peuvent se retrouver confronter à des adultes, il faut savoir se tailler une place et les évaluations et leurs critères sont nombreux. Savoir parler correctement en fait partie, pour autant, les écarts de conduites sont rares mais existants à l'intérieur de chaque être, ce gamin ne semble visiblement pas très évoluer. Se raclant la gorge comme le faisaient les adultes lorsqu'ils s'apprêtent un air grave et solennel, Tali ouvre une poche de ses habits, extirpant des rations de survie donné par les grands. Ce devait lui tenir pour la durée de son initiation, mais la faim est une épreuve de plus qu'elle surmontera et au moins ce moulin à paroles, entrera peut-être en mode veille. Elle lui jette, croisant les jambes et reprenant sa méditation, retrouver le calme lui parait encore être possible. Parce qu'elle se persuade que c'est possible, les illusions sont à proscrire mais qui peut la blâmer pour ça?

-Mange, en silence le désert et le soleil ne sont rien pour ceux qui en sont ses gardiens. Ton 'monde' est petit étranger, le mien immense. Voici la différence entre les Asaara et les autres habitants de ce pays. Tu ne peux comprendre.

C'est presque triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Sam 15 Juin 2019 - 5:03
PLEINE LUNE SUR LA DUNE
Mentir? Ce n’était pas dans les habitudes du plus jeune. Pourquoi l’accusait-elle ainsi, sans preuve? Pour un enfant, l’étape d’oublier certains concepts et mots n’est pas un drame. Bien qu’il cherchait comme un fou dans sa mémoire, la famille Asaara n’y sortait pas gravé. Ce n’était pas plus grave, Sora ne ressentait aucun regret de ne pas connaître les origines de la gamine devant lui. Le seul point qui le chicotait : sa façon de lui parler. Il hésitait entre rire ou se fâcher. Ce n’est pas d’une telle manière qu’on se fait un ami!

« Tali, c’est joli, comme tes cheveux. » dit-il sans porter attention au reste de son discours trop long et ennuyant.

Sora préférait s’asseoir dans le sable et regarder le ciel. Son âge ne vint jamais au bout de sa langue, ni sa probable critique s’il avait entendu tout le venin de la fillette. Même si elle était détestable, le Tadao ne pouvait pas s’empêcher de la trouver marrante avec la tête qu’elle tirait. Ce regard si sérieux, cette posture beaucoup trop droite, et son bla bla d’adulte, c’était un sacré personnage. Le brun fut étonné de recevoir quelques rations. Il les dégusta rapidement, continuant de porter une certaine attention à son interlocutrice.

« C’est ce que tu crois, Asaara Tali. »

Son ton était étrangement sérieux et son regard.. très neutre. L’utilisation du nom complet venait rarement de la bouche de l’utilisateur des portes célestes, préférant toujours user de surnom sans queue ni tête. Les rations convenaient au goût du garçon, pas trop difficile niveau nourriture. Il regardait d’un œil intrigué la gamine blonde. Elle semblait déjà concentré dans sa méditation, alors Sora se tourna sur sa propre personne. Il termina son petit repas et s’allongea sur le sable encore chaud. Ses prunelles observèrent le ciel étoilé, profitant de ce spectacle magnifique pour se détendre. Même si le chapeau de paille était perdu, les Tadao finiraient par le chercher et le retrouver, comme d’habitude. L’inquiétude n’était pas au rendez-vous. La présence de Tali calmait le garçon, le rassurait qu’aucun danger pourrait arriver.

Après un bon moment dans un silence confortable, Sora réalisa qu’il s’était endormi. Peut-être quelques minutes, peut-être une heure. Il se redressa et s’étira, faisant quelques bruits qui attirerait probablement la colère de la Asaara. D’ailleurs, que faisait-elle? Le Tadao lui jeta un coup d’oeil et fut perturbé.

« Burondo-san. » murmura-t-il pour attirer son attention. « Burooondooo-san. » il continua. « Tali! »

Sora souriait, croisant ses jambes comme la blonde.

« T’as un scorpion qui tente d’aller sur ton dos. »

Et bien sûr, ce n’était pas un mensonge. La petite bête noire tentait férocement de se créer un chemin sur le corps de la gamine.
(c) AMIANTE


_________________
Pleine lune sur la dune (Tali) Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Mer 19 Juin 2019 - 17:27
Elle éclata de rire, un rire cristallin et étrangement froid en même temps, cet avorton provoquait l'hilarité chez celle qui était appelée à redresser son clan. Embrasser sa destinée, ce n'était pas vagabonder avec des fils d'autres clans, son regard croisa le sien et elle sembla le défier un instant. Les jambes croisées, haussant les épaules, portant une main dans son dos et fermant les yeux un instant. Un scorpion sur son dos? Visiblement Sora avait l'air sérieux, lentement mais surement le sable sous son postérieur remonta le long de son épine dorsale, formant une fine couche protectrice sur son dos, craindre les animaux et les habitants de Kaze? Ridicule, si le venin l'affectait tout comme la plupart de ses congénères, là ou certains auraient paniqués et réagit brusquement, Tali utilisait son éducation strict et une rapide analyse de sa situation. Des grands gestes et le scorpion piquerait et dès lors, dès lors la situation lui échapperait, hors un Asaara maîtrisait en toute circonstance son destin autant que possible, le sable fit tomber doucement l'insecte sur le sable fin de Kaze. Portant son regard sur le scorpion, Tali hocha légèrement la tête en guise de respect et regarda l'animal emblématique du désert reprendre le cours de sa vie plus loin dans le sable infini. Qu'attendait comme réaction l'étranger? Qu'elle panique et ne se mette à pleurer en suppliant pour qu'on l'aide? Ce n'était guère le genre de l'enfant à la chevelure blanche.

-Je ne crois rien Sora fils de sa maman, je sais. Je sais que nous sommes différents, et je sais que derrière ton visage et tes manières, tu caches aussi un fond sérieux. Tu es née comme moi, dans le sable et sous le soleil cuisant de Kaze, les autres enfants des pays ne connaîtront jamais l'épreuve et la dureté du pays dans lequel nous vivons. Je regarde, les autres jouer dans ce qu'ils croient être un immense bac à sable, et moi je dois grandir.

Grandir rapidement, continuer la suite de son éducation et encaisser chaque épreuve que le clan mettait en travers de son chemin. Tali le savait, au bout de ce tunnel long et ennuyeux pour la plupart des gamins, à la clé c'était la puissance et un moyen de préserver ce terrain de jeux des méchants en dehors des frontières. Six ans, six ans et déjà une enfant soldat, ce n'était pas une vie et souvent son regard divaguait sur l'horizon. Songeant, songeant que sous un autre jour elle aussi, aurait pu profiter d'une enfance tranquille, sans avoir besoin précocement de devenir une version miniature des adultes. Mais regretter, rêver ne servirait à rien, accepter son destin et transformer ce qui semblait être un fardeau en atout. Qui d'autre, pourrait rivaliser avec elle, privée de jeux et de loisirs, se concentrant sur l'entrainement et l'histoire de son peuple et de son pays. Sora lui avait un compliment, attendait-il qu'elle fasse de même ou bien était-ce la sincérité des enfants qui parlait? Il connaissait son clan, elle en était certaine, et que deviendrait-il lui dans dix ans? Un futur adversaire ou un compatriote sur qui compter? Des drames, toute sa vie n'avait été que drame et anticipation des futurs à venir. Des copains, des amis et des camarades lui était interdit, s'enfonçant dans la solitude finalement cette rencontre valait peut être le coup de s'y attarder. Même si ce n'était que temporaire, qu'ils se sépareraient à la fin, car ils ne pouvaient vivre en coexistant, le clan interdisait le métissage. Le clan interdisait beaucoup, une vie de privations à plonger dans son monde intérieur pour y former le royaume dont elle rêvait.

-Ou te vois-tu dans dix ans Sora? Encore avec ta mère, à Kaze? Ou le soleil aurait eu raison de toi? Partirais-tu explorer le monde?

Elle avait déjà ses propres réponses aux questions qu'elle posait, sa vie entière serait dédié à Kaze. Jusqu'à ce que le destin ou une force inconnue ne la force à sortir des frontières du pays du vent, cet enfer jaune, ce sable infini était à la fois sa prison et sa maison. Son clan tirait sa force du désert, il était normal d'y vivre et d'y périr en retournant aux dunes ancestrales. Pas besoin de s'attrister, ni de s'apitoyer sur son sort, le monde ne l'intéressait pas. Elle avait tout ce qu'elle voulait ici n'est-ce pas?

N'est ce pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pleine lune sur la dune (Tali) Empty
Sam 6 Juil 2019 - 5:38
PLEINE LUNE SUR LA DUNE
Tali visait un point juste. Ensemble, ils formaient un duo enfantin, mais suivant la routine d’adulte. Jour et nuit, le gamin à la chevelure brune s’entraînait jusqu’à l’épuisement. Et même si l’évanouissement arrivait, dès que ses yeux retrouvaient le soleil, il recommençait. C’était ainsi pour lui, ainsi que tout le reste du clan. Sa petite tête naïve n’inspirait pas à croire une telle routine possible pour une jeunesse, mais au contraire, dans le désert, une majorité son élevé dans un rythme exigeant et dangereux. Le Tadao ne réalisait pas à quel point les paroles de la Asaara étaient réelles, il continua à l’observer avec un sourire unique.

« Explorer le monde, être maître dans le taijutsu. » dit-il naturellement, s’installa encore plus profond dans le sable. « Je vais être fort. Et toi ? Tu vas devenir une gardienne du désert sans jamais partir ? »

Un sourire rêveur, les yeux fermés, il s’imagina dans quelques années, fière de lui. Ce n’était même pas un secret pour lui-même qu’il deviendrait un shinobi puissant. Sora possédait une vision très précise et très vague sur sa vie future. L’apparition de femmes et d’enfants n’apparaissait jamais, trop jeune pour y réfléchir, mais des muscles, cicatrices et une taille plus grande, c’était tout ce qu’il souhaitait. Sa vie était dédiée à l’art du taijutsu et au bonheur. Cette jeune fille ne pouvait pas comprendre. Dépourvue de sentiments, elle ratait un chemin très agréable de la vie. Mais au contraire de Sora, elle ne vivra jamais la tristesse, ou enfin, c’est ce qu’il croyait.

« Sora. »

Une voix féminine s’éleva et une silhouette féminine s’approcha. Un sourire mystérieux, un regard digne d’un océan, des formes très charmantes. Elle s’approcha doucement et remarqua rapidement la petite blonde.

« Asaara, bonsoir. » dit-elle sans crainte. « Je suis désolée que nous ayons dérangé tes terres, nous ferons en sorte que ça n’arrive pas. Si tu nous le permets, nous retournons tout de suite sur notre domaine sans te perturber plus longtemps à ton occupation nocturne. »

La femme se proclamait donc comme une membre du clan Tadao. Son teint de porcelaine et ses saphirs ne semblaient pas correspondre au physique de Sora. Celui-ci se tourna vers son aîné et la salua d’un signe de main. Les deux semblaient échanger une conversation silencieuse, s’observent mutuellement. De longues secondes passèrent avant que la femme s’éloigne, restant sur le haut de la dune.

« Je dois partir, Burondo-san. »

Sora se dressa sur ses pieds et sans prévenir, se jeta sur l’enfant face à lui. L’attaquant d’un long câlin, il termina son contact physique avec un énorme baiser sur la joue de la blonde. Sans lui laisser le temps d’agir, le jeune shinobi commença à grimper le sable pour s’échapper. Elle était amusante, Tali. Très jolie, pas assez souriante, mais amusante. Ses longues phrases et ses mots compliqués le faisaient bien rire. Elle savait jouer à l’adulte comme une pro! Le brun ricanait en repensant au scorpion montant sur son dos. Tali n’a peur de rien! Peut-être que dans quelques années, ils pourront s’affronter.

« BYEEEEEEE TALIIIII! JE REVIENDRAI TE VOIR! »
(c) AMIANTE


_________________
Pleine lune sur la dune (Tali) Signa_Sora
(Merci Aimi <3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6568-tadao-sora#54976 http://www.ascentofshinobi.com/t6722-carnet-de-route-tadao-sora#55998 http://www.ascentofshinobi.com/u1002

Pleine lune sur la dune (Tali)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: