Soutenez le forum !
1234
Partagez

Life goes on [Libre]


Life goes on [Libre] Empty
Sam 8 Juin 2019 - 21:57
Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis le discours de Rei Yamanaka qui avait marqué le début de l'occupation du Village Caché des Nuages par les teikokujin.

Un semblant d'ordre régnait de nouveau dans les rues du Village. Plus de corps sans vie exposé, pas même de trace de sang dont les dernières avaient été nettoyées par la pluie, comme si celle-ci avait cherché à effacer les preuves de la plus grande bêtise du genre humain : la guerre. Malheureusement, celle-ci n'avait pas réussi à éradiquer toutes les stigmates. Des nombreux bâtiments étaient toujours en ruines. Il fallait certainement du temps pour tout remettre en état, même avec l'aide des shinobi et leurs maitrises.

Les morts avaient été enterrés et avec eux des convictions et la volonté de vivre de nombreux survivants. Des shinobi qui servaient avec dévouement le Village Cachés des Nuages avaient quitté ce dernier après la défaite. Et, par désespoir, des êtres faibles mentalement et ou physiquement finissaient par succomber par le poids du chagrin ; rejoignant ainsi leurs proches décédés durant les combats en tant que combattants au simples dommages collatéraux. Hier encore, chez le clan Metaru, un ancien s'était éteint après des jours d'alitement. Trop faible, le vieil homme n'avait pas pu supporter les pertes des proches et les changements autour de lui à cause de la guerre mais aussi de cette Résonance qui avait transformé quelques membres du clan - dont le Nidaime Raïkage - en statue de métal. Les victimes de ce phénomène - que personne à ce jour n'était en mesure d'expliquer clairement - avaient été récupérées par les survivants du clan puis entreposées ensemble, telles des représentations des êtres importants, dans une grande pièce au sein du Domaine des manieurs du métal. Beaucoup avaient espoir que ces êtres figés reprendraient vie un jour alors que d'autres pensaient qu'ils s'étaient immobilisés certainement pour l'éternité.

Perchée sur le toit d'un des bâtiments les plus hauts de la grande ville, tu ressentais cette tension électrique qui se propageait dans les airs malgré le calme qui drapait le Village Caché des Nuages. Certains kumojin avaient embrassés la cause de Rei Yamanaka mais beaucoup se montraient récalcitrants envers cet homme qui, malgré son absence de volonté de tyrannie sur les habitants, était vu comme un tyran par ces êtres aigris par la défaite et la perte de bien des choses et ou des êtres chers.

Toi, tu restais indifférente à tout ceci. Toutes ces vies perdues et ce chaos qui régnait dans la ville ne parvenaient pas à toucher ton être. Telle une statue de métal, tu avais assisté à des scènes de deuil sans ressentir le moindre chagrin. La seule fois où tu avais ressenti un semblent de tristesse, c'était lors de ta séparation avec Itagami. Mais à présent elle était loin. Chacune d'entre vous allait devoir désormais avancer seule de son côté mais dernièrement tu avais l'impression de tourner en rond.

L'annexion de Kumo à l'Empire du Feu avait bouleversé beaucoup de choses dont la vie quotidienne des habitants, des civils comme des shinobi. Les missions avaient été suspendues - le temps certainement qu'un nouveau système politique soit mis en place - alors tu tournais en rond tel un lion dans une cage. Tu pourrais donner un coup de main pour la restauration de la ville mais ce n'était pas le genre d'occupation que tu recherchais.

Quitter Kumo afin d'accomplir enfin le dessein qui t'avait poussé à intégrer le rang du Village Cachés des Nuages il y avait plus de trois ans t'avait traversé l'esprit mais la découverte d'un changement en toi te poussait à rester. Conséquence probable de la Résonance, tu avais acquis la capacité de te transformer en animal que tu affectionnais le plus en ce monde. Tu avais fait la rencontre d'une kunoïchi qui avait la même capacité - le jour même de ta transformation inopinée - et elle n'était certainement pas la seule. Et Kumo était probablement l'endroit où tu pourrais trouver ces êtres qui seraient en mesure de t'aider à maitriser ta nouvelle aptitude. Tu le quitteras donc quand tu auras acquis cette maîtrise. Pour l'heure, tu restais les bras croisés sur un toît à fixer l'horizon qui s'étendait devant toi, à défaut de ne pas savoir quoi faire d'autre …


HRP:
 

_________________
Life goes on [Libre] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Life goes on [Libre] Empty
Sam 15 Juin 2019 - 20:54
La guerre était terminée, les nombreux Hijins venus pour l'occasion et ayant juré une loyauté infaillible au nouvel Empereur; Yamanaka Rei. Et si les ruelles de la cité nuageuse sont encore marqués par le conflit ayant fait rage il n'y a seulement quelques jours, les civils et les shinobi restés sur place semblent en accord avec les nouvelles régles en place. Une fierté pour le samouraï qui, depuis son arrivée, tente tant bien que mal de faire intégrer aux Kumojins qu'aujourd'hui, le retour de flamme est maître de leur pays. Une tâche d'autant plus difficile quand on connait les conditions dans lesquelles tout cela s'est passé. Faire comprendre à certain que leur envahisseur sont leurs nouveaux maîtres; cela ne doit pas être facile à avaler.

Mais pour l'heure, l'Urawokaku se pavane sur les toits de la ville, une bouteille de saké en main et profite d'une nouvelle journée ensoleillé à profiter de la vie. Une vie pouvant s'arrêter à tout moment. Car si la guerre est terminée, le risque d'une potentielle rébellion reste actif.

Se cuvant à gorge déployée, l'homme au kimono noir titube sur les toits de Kumogakure no Satô sans but réel. Et c'est à ce moment là, qu'il aperçoit une femme dont les formes peuvent faire rêver la moitié des hommes de cette planète. Le regard plongé dans les rues de son village, ou scrutant l'horizon, elle semble perdue dans ses pensées.


« Le calme semble revenir petit à petit on dirait ... » dit le Chien Fou de sa voix rauque, observant à son tour l'horizon, le regard légèrement faible.

Le samouraï connait la plus part des Hommes se battant pour l'Empire. Et il faut dire que cette bonne femme, ne fait pas partie du Teikoku. Mais maintenant qu'il allait pas la plus part de son temps ici, Ryūzaku préfère bien s'entendre avec les gens de ce village.

_________________
Life goes on [Libre] 1559598041-signryu1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Life goes on [Libre] Empty
Dim 16 Juin 2019 - 22:25





L’étranger. Le porteur du nom maudit. L’homme d’en dehors de ces perpétuels conflits. Ironiquement, de toute cette armée d’une grandeur plus que respectable, le vagabond d’acier se trouvait à la meilleur place pour entreprendre quelconque interaction avec les ninjas de Kumo, même si ce dernier ne portait guère un réel intérêt pour cette caste spécifique de militaire. Seulement, il n’avait pas participé à la guerre.

Mieux encore, en dépit d’une allégeance certaine pour la nation du feu et de ses clans, la présence du guerrier au sein de sa patrie mère corroborait à celle d’un civil sur un champ de bataille. Tout dans l’attitude et l’allure du personnage laissait à penser une certaine distance et recul vis-à-vis des villages cachés, digne d’un errant détaché du système.

Contrairement à ses congénère, son coeur ne portait aucune haine envers cette nation, pas plus que ses capacités émotionnelles bridés ne le lui permettent. Seul son nom le reliait indirectement à tous ces événements, appartenant irrémédiablement au clan auquel était affilié Yamanaka Rei, empereur actuel connu de tous peu importe sous quelle identité. Un petit détail, en somme, puisque Hosen partageait une mission personnelle de grande importance conformément aux directives de son ordre.

Ainsi, sa passivité apparente s’expliquait par une prise de conscience sur le terrain de l’état actuel du pays, ayant déjà rencontrés de nombreuses têtes chez les membres de l’empire, moins chez les natifs de la foudre. Son statut de soldat ne le dérangeait guère dans cette tâche, au contraire. Les tours de gardes servaient aisément son objectif principal via une certaine liberté, bien que son attitude ne relevait pas trop d’un soldat.

S’en était de même aujourd’hui, de sa grande silhouette mit en relief par l’imposante armure d'ébène et de cuir, d’une gestuel de baroudeur solitaire palpable. Il ne traînait pas sans pour autant paraître dans l’urgence, sa tête virevoltant de commerces en commerces à la recherche d’une éventuelle âme possédant des informations intéressantes. La résonance. Ce fameux phénomène chakratique incompréhensible. Il recueillait l’avis des uns, des autres, et peut être même celle des Kumojins.

Si les partisans du feu avaient de quoi faire niveau travail, le contraire s’avérait bien plus effectif pour les shinobis vaincus. Ceux en dehors des rangs avaient quartier libre, mais la présence des membres hors de l’exode intriguait d’autant plus. Ce fut d’ailleurs ce qui arrête un instant Hosen, essayant tant bien que mal de distinguer une forme en hauteur. Qui attendait là ? Un détail facultatif ou devait-il passer le chemin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Life goes on [Libre] Empty
Dim 16 Juin 2019 - 23:51


De pleurs amers en pleurs amers, confesseur dévoué errant dans les rues sanglotantes et endeuillées, l'élu du Kôgen diffusait sa Foi par une tradition bien particulière qui consistait à répandre une poussière albâtre, sorte de plâtre poudreux, sur le sang déversé dans les rues. Clairsemant cette poussière d'étoiles avec toute la dévotion d'un homme aussi pieux que convaincu de la sacralité de son rituel, il avançait lentement, les mains réunies sous sa toge, ne les séparant que pour répandre cette matière sacrée là où le mal avait été répandu.

Fanatique camouflé sous le vêtement large d'une immaculée blancheur, comme un spectre saint flottant dans la Kumo alitée, ange-gardien en naufrage dans le monde mortel, il se trouvait être persuadé de devenir la chandelle au milieu des ténèbres. Une chandelle chaude et lumineuse apaisant les coeurs et faisant sécher les sanglots, une urne radieuse dans laquelle on pouvait déverser tous ses tourments pour retrouver un peu de température sous la peau.

Professant à qui voulait l'entendre que le Kôgen savait guider les âmes vers l'éternelle Lumière, il découvrit bientôt quelques protagonistes curieux, sortes de gardiens de l'autorité impériale surveillant les rues conquises. L'un était sur les toits, sentinelle perchée avec un oeil voyant tout azimut, un oeil bien aiguisé que portait un homme aussi athlétique qu'agile. N'était-ce pas une façon d'affirmer la présence du Teikoku et de dissuader les récalcitrants de se révolter ? Sans doute que l'Empire avait placé ses pions pour mieux régner sur la cité conquise.

En face, deux autres protagonistes. Une femme, brune mais aux airs un peu farouches, dont le regard semblait habité par une sorte de vigueur naturelle. Probablement que celle-ci était une battante. Rien ne disait d'elle qu'elle était une guerrière, mais dans sa façon de se tenir, elle écartait toute hypothèse de faiblesse : mais s'il ne s'agissait pas nécessairement d'une kunoichi, elle ne se laissait vraisemblablement pas marcher sur les pieds. Le deuxième était moins pénétrable. Habillé d'une armure d'ébène, il incarnait sinistrement la guerre. Solitaire lui aussi, il marchait comme une ombre silencieuse, vigie en patrouille foulant le pavé humide de sang.

Mais les choses se présentaient d'une telle manière qu'on avait l'impression que le trio venait enfermer la brune dans une dispositif triangulaire : un encerclement sans doute involontaire, mais réel. Silencieux, Nobusada s'avança en récitant quelques psaumes, bien attentif à chaque parole. Il avait entendu les paroles de l'homme suspendu. Il écoutait à présent le subtile grincement de l'armure de cet homme taciturne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Life goes on [Libre] Empty
Lun 17 Juin 2019 - 22:19
Life Goes On

feat. @URAWOKAKU RYŪZAKU - @YAMANAKA HOSEN - @NOBUSADA

Ton regard qui vaguait sur l’horizon qui s’étendait devant toi finit par se poser sur un homme en armure qui semblait te fixer avec insistance depuis le contre-bas. Arborant une expression complètement placide, tu le regardais en retour sans vaciller d’un iota tout en gardant les bras croisés sous ta poitrine. Tu te demandais ce qui poussait cet homme à te fixer ainsi. Depuis ta position tu ne parvenais pas à distinguer clairement son visage mais il n’arborait pas la silhouette de quelqu’un que tu connaissais. Serait-il un de ces soldats teikoku-jin chargés de surveiller les faits et gestes des êtres au sien de Kumo afin de prévenir sans doute des « désordres » possibles. Tu savais que certains « conquérants » jouaient aux policiers au sein de du Village Caché des Nuages qu’ils avaient assujetti. Rôle autrefois réservé exclusivement au Kyuubu, l’unité chargée de la sécurité intérieure de Kumogakure no Sato. C’était à se demander si cette dernière existait toujours.

Mais alors qu’une idée saugrenue, celle d’imiter un suicide en te laissant tomber du haut du bâtiment où tu étais perchée dans l’unique but de voir la réaction de ce soldat qui te guettait, te traversait l’esprit, une présence bien plus proche t’interpelle soudain.

Oubliant l’homme en armure, tu te retournes pour faire face à un autre. A travers son kimono, tu parvenais à deviner qu’il était fort bien bâti en plus de dégager une certaine puissance qui ne te laissait pas totalement indifférente. Ton regard est d’abord attiré par le katana qu’il avait à la ceinture avant de fixer la bouteille qu’il tenait puis de remonter sur son visage.

- Le calme finit toujours par revenir même après la plus violente des tempêtes.

Ton timbre était neutre. Il n’y avait nulle présence d’accusation ou d’amertume dans ta voix.

Effectivement, le calme finissait toujours par revenir après chaque calamité mais il restait à savoir pour combien de temps avant qu’une autre ne venait de nouveau frapper.

Il ne fallait pas se voiler la face, ce semblant de sérénité qui planait sur Kumo n’était que le calme avant la prochaine tempête. Bien que Rei prônait la paix au sien de ce territoire qu’il avait conquis, le monde qu'il avait érigé s’effondrera un jour ou l’autre. Une Empire ne durait jamais éternellement. Et, vu les circonstances de sa prise de pouvoir, il ne ferait certainement pas long feu. Il avait beau répandre des belles paroles et faire preuve de bienveillance envers les kumo-jin au présent, beaucoup n’oublieront jamais le passé douloureux.

- Vous êtes venu m’apporter à boire ? C’est fort bienveillant de votre part, fais-tu tout en décroisant enfin les bras et offrant un faciès souriant à l’inconnu.

Tu ne cherchais pas à savoir l’identité de l’homme en kimono car pour toi cela n’avait la moindre importance. Qu’il fût kumo-jin ou teikoku-jin cela ne changeait rien pour toi car tu mettais les deux dans le même panier. Tu avais beau travaillé pour le Village Caché des Nuages jusqu'à présent, tu n’as jamais été dévouée totalement à celui-ci ni soumise entièrement au pouvoir en place et il sera ainsi même maintenant que la ville était tombée entre les mains de Teikoku. Tu ne seras pas l’ennemie de l’Empire du feu mais tu ne seras pas non plus son alliée. A moins que quelque chose ne te forcerait à prendre parti, tu resteras neutre dans cette guerre silencieuse qui un jour finira bien par éclater au grand jour …

_________________
Life goes on [Libre] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Life goes on [Libre] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 18:41
Commençant à ressentir quelques bouffées de chaleur, le samouraï se questionne sur sa position dans cette situation. Est-ce simplement les quelques gorgées qui le rendent comme ça ? Ce qui expliquerait un alcool beaucoup plus fort que ce qu'il pensait être. Ou simplement l'accoutrement de cette femme, épousant ses formes généreuses qui font ressentir au Hijin ou, ressortir, ses habitudes d'homme basique au possible ? Peut-être un peu des deux.

Et lorsqu'elle lui parlait, l'Urawokaku aperçu deux des soldats de l'Empire autour d'eux. lE premier est un homme qu'il a déjà rencontré, un homme portant un masque de fer ; l'héritier des Caméléons du Mont Ugetsu - Yamanaka Hosen. Quant au second, il ne le connait pas, mais çe ne saurait tarder. Même si, pour le moment, il reste étrangement hypnotisé par la créature face à lui.

Alors sans faire attention à ses alliés du feu, le maître du bushido se retourne vers la brune à ses côtés, après qu'ils aient constatés un peu plus longuement l'horizon.


« Il est vrai que la tempête fût violente ... Mais désormais, la possibilité d'avancer ensemble est plus grande. Cela réchauffe mon coeur. » dit-il la voix légèrement tremblante, intimité par la femme comme légèrement alcoolisée.

Il regarde alors la deuxième paire d'yeux de son interlocutrice, sans même sans rendre compte, pensant lui parler les yeux dans les yeux. Cependant ...

« Vous offrir à boire ... ? » il réfléchit alors quelques secondes, rotant en même temps pour laisser une vapeur de cliquer de riz s'échappant de sa gorge. « Bien sûr que non. Cette bouteille est à moi d'abord ... Hip ! »

Pourquoi partager son plaisir, lui qui aime boire à profusion jusqu'à en perdre la mémoire. Mais une idée lui vient alors qu'il reste subjugué par la beauté de cette femme.

« Mais si vous voulez poser vos lèvres sur mon goulot, va falloir être gentille ... mademoiselle ! »

Bouffée de chaleur sur bouffée de chaleur, Ryūzaku s'avance un peu plus vers elle. Et dans l'effervescence de la situation, il en oublie la longueur de sa tunique, marchand dessus ce qui a pour effet de défaire ce kimono; laissant l'homme entièrement nu face à elle.

Oups.

_________________
Life goes on [Libre] 1559598041-signryu1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6286-urawokaku-ryuzaku http://www.ascentofshinobi.com/t6313-urawokau-ryuzaku-les-voyages-d-un-samourai http://www.ascentofshinobi.com/u773

Life goes on [Libre] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 11:31





Ne serait-ce pas le moment d’intervenir, d'aller interpeller ces courbes féminines qui commençaient à devenir de plus en plus évidente au loin à force d’attention et de concentration ? Que comptait-elle faire, perché ainsi sur sa tour d’ivoire telle une statue de cire dont seuls les pupilles bougeaient, tressaillements subtiles difficiles à percevoir d’ici bas.

Pourtant le gardien d’argent n’en fit rien, fidèle au calme propre à son détachement personnel de ce genre de situation, apercevant par la même occasion l’apparition d’un individu familier. Il s’agissait du fameux lieutenant possesseur du pacte des caméléons, dont la rencontre avait été rempli de nouvelles perspectives, surtout vis-à-vis de l’animal combattant destiné à être invoqué.

D’autres présences, d’autres silhouettes anodines ou non surgirent aussi de par et d’autre sur la place, si bien qu’un mouvement de vie relatif au quotidien renaissant de la cité reprenait son cours. Le Yamanaka ne pouvait entreprendre tous les embranchements d’une longues quête qui se profilaient à lui. Ce serait donc l’affaire du lieutenant, peu importe dans quel sens, mais pas celui de Hosen.

Le loup solitaire devait continuer, dans le prétexte d’une ronde de garde pour découvrir un peu plus ce que cachait le village caché des nuages surtout au sujet de ce phénomène chakratique récent. Ainsi, immobile plusieurs secondes, le guetteur repris lentement sa marche, confiant d’un cas sur lequel il pouvait fermer les yeux pour le moment et surement recroiser dans d’autres circonstances cette fameuse Kunoichi aux habitudes étranges.

Sous le grincement de ses pièces d’armures uniques et peu communes en ces lieux, il quitta tout simplement la scène, suivit ou non d’autres individus parmi cette foule légère.

Des rumeurs, des on dit, des avis, des indices palpables. Tout semblait bon à prendre pour l’instant, que ce soit dans les dédales de rues commerçantes ou dans la rencontre d’étranger venu d’en dehors de ces terres …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Life goes on [Libre] Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 11:52
Life Goes On

feat. @URAWOKAKU RYŪZAKU - @YAMANAKA HOSEN - @NOBUSADA

L’homme en armure finit par reprendre son chemin alors que celui qui t’avait accosté sur le toit ne se montrait pas partageur. Du moins, il te fait comprendre qu’il ne partagerait pas sa bouteille avec toi sans une « attention particulière » de ta part. Requête à laquelle tu aurais certainement accéder si t'inconnu n’était pas si ivre mais présentement, tu n’aurais même pas bu en réalité le contenu de sa bouteille même s’il te l’avait offert de bon cœur. Tu la lui avais réclamé ne sachant pas dans quel état il se trouvait mais il s’avérait qu’il était ivre à ne plus savoir se déplacer correctement. En effet, l’homme avait réussi à marcher sur le bas de son kimono et s'était retrouvé brusquement totalement nu devant toi.

Etant habituée à voir des hommes comme ils étaient sortis du ventre de leurs maternelles, tu ne montres le moindre signe d’embarras vis-à-vis de ce que tu voyais. Sereinement, tu recroises les bras sous la poitrine, comme pour te refermer à cet inconnu nu qui se trouvait à présent à peine un mètre de ta position. Sans gêne, tu gardes les yeux rivés sur les bijoux de famille exposés de l’ivrogne avant de remonter ceux-ci sur son faciès afin d'ancrer tes prunelles dans les siennes.

- Vous êtes bien équipé dis donc !

Ton timbre était mi-moquer, mi-amusé.

- Finalement je n’ai plus soif alors vous pouvez garder votre bouteille … Et vous pouvez rester ainsi. Cela ne me dérange pas. En plus, le public là en bas semble se réjouir du spectacle que vous leur offrez.

En vérité, vous étiez trop éloignés des ruelles pour voir les expressions de ceux qui s’y trouvaient mais des nombreuses têtes tournées vers vous indiquaient cependant que beaucoup assistaient à la scène peu ordinaire. Ce n’était pas tous les jours que l’on pouvait admirer un homme à poil perché sur un toit …

_________________
Life goes on [Libre] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Life goes on [Libre] Empty
Dim 30 Juin 2019 - 13:48
Expression criarde de l’impudique mentalité de l’alcoolique notoire, la révélation totale du corps du pseudo-charpentier attisa la curiosité en même temps qu’elle fit germer chez le pâle prêcheur un esprit de ressentiment trop fort pour être contenu. Profane, cette provocation ouverte devant la tourbe ne devait, sous aucun prétexte, être tolérée, quand bien même l’apôtre fusse-t-il, par son statut de confesseur, un homme d’indulgence. Il continua d’avancer vers le Metaru, ombre blanche flottant dans l’atmosphère, et darda de son regard glacial et prédateur l’exhibitionniste.

Sa longue toge d’albâtre glissait dans le jour.

Il s'arrêta près de la farouche et peu impressionnable Yamiko. Il ne connaissait cette dernière ni d’Eve ni d’Adam, mais son absence de réaction le courrouçait intrinsèquement. Accepter cette infamie, c’était cautionner son exécution. Cela donnait droit à d’éventuelles récidives : chose que le religieux estimait impensable.


« Vous riez d’un sacrilège, alors que vous devriez le condamner. »



Lança-t-il à la Metaru, avant de lever ses yeux vers l'apollon perché.


« Quant à vous, assez ! Votre négligence désoblige le peuple ! Vous devriez avoir honte ! »



Déclara-t-il en posant l’iris délavée de ses yeux serpentesques sur celles de son interlocuteur, figure du blasphème, tandis que la plèbe réunie assistait à la scène vaudevillesque, spectateurs d'une comédie absurde. La plaisanterie ne lui plaisait visiblement pas, et pourtant, il se retrouvait embarqué malgré lui dans cette dernière : qui sait jusqu'où il était prêt à aller pour rétablir un peu de sérieux dans les rues abondantes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Life goes on [Libre] Empty
Ven 12 Juil 2019 - 0:43
Life Goes On

feat. @URAWOKAKU RYŪZAKU - @YAMANAKA HOSEN - @NOBUSADA

Un étrange personnage vient gâcher ce qui aurait pu être un instant d’amusement de plus exquis pour toi bien que tu n’eusses la moindre intention de jouer au jeu d’adulte avec l’apollon ivre entièrement exposé sous tes yeux. S’adonner à des futilités étaient après tout ta spécialité. Les frivolités étaient la source de ta gaieté ; tu y puisais de l’allégresse alors que les choses sérieuses avaient tendance à t’ennuyer ferme.

Gardant les bras croisés sous ta poitrine, tu toises l’inconnu au tient inhabituellement pâle pour un humain en bonne santé. Ton regard ne reflétait la moindre animosité bien que l’étrange éphèbe eût réussi à effacer la gaieté qui avait marqué ton faciès.

- Le condamner ?... Comme il vous plaira, fais-tu sur un ton bien sérieux tout en décroisant enfin les bras.

Trois lames sortent tout doucement d’entre des doigts de la main droite. Tu gardes celles-ci bien exposées au regard de l’ivrogne alors que lentement tu réduis le peu de distance qui te séparait de lui. Ce dernier se révélait cependant posséder encore assez de lucidité pour avoir les réflexes de se mettre en garde, se préparant à t’intercepter. Initiative qui t’arrache un sourire en coin alors que tu te demandais comment il allait bien pouvoir se défendre dans son état. Tu pressentais que cet homme devait être un soldat bien puissant. Un qui pourrait te tenir tête avec aisance et même certainement te mettre en hors d'état de nuire, seulement, à cet instant, il n’était pas en état de sobriété.

L’alcool pouvait rendre plus farouche car l’inconscience qui résultait de ce liquide pervers - si bu en trop grande quantité - ôtait le sentiment de peur mais il rendait également bien maladroit. La preuve, l’éthylique ici présent avait réussi à ôter malencontreusement ses propres accoutrements en marchant dessus. Dans son état, il pourrait être un danger pour des faibles êtres mais aussi pour lui-même.

Comme pour prouver tes pensées, l’homme perd soudain l’équilibre en tentant de reculer - surement pour pouvoir mieux te bloquer - alors que tu ne l’avais même pas encore attaqué. Son corps dévale le toit pour finir par disparaître dans le vide. Tu accoures vers le rebord de la toiture - tout en faisant disparaître les lames de ta main - afin d'inspecter le contrebas. Le corps du malheureux ivrogne gisait sur le sol alors que des personnes, qui avaient assistés à sa chute, se précipitaient vers lui. Un homme a les réflexes d'ôter rapidement son haut et de couvrir la nudité du corps inerte.

- ll semblerait que les dieux vous ont entendu et ont décidé de châtier eux-mêmes cet homme, adresses-tu au jeune homme à l'allure étrange tout en gardant les yeux rivés vers le sol. Tiens, on dirait qu'il est toujours en vie ! Ajoutes-tu ensuite quelques secondes à peine plus tard alors que celui qui avait chuté de plusieurs mètres se mettait à bouger avant de redresser tout doucement le buste.

Impossible de savoir depuis ta position s'il avait quelque chose de casser. En tout cas, tu ne percevais aucune tâche de sang sur le sol.

Tu te précipites pour récupérer le kumono délaissé sur le toit que tu jettes ensuite en bas. Le vêtement tombe sur la tête de son propriétaire qui lève la tête vers toi. Tu lui fais alors un signe de la main tout en lui accordant un sourire qu'il ne voyait certainement pas, vu la hauteur qui vous séparait. Au fond de toi, tu ressentais comme un sentiment de soulagement car, en vérité, tu n’avais jamais eu l’intention de faire du mal à cet homme. Tu avais juste fait semblant de chercher à l’attaquer afin de voir la réaction du jeune homme à la peau pâle. Tu te demandais si ce dernier allait te retenir ou bien te laisserait faire. Question bien frivole qui n'aurait jamais de réponse …

_________________
Life goes on [Libre] 1561235103-yamikoko1
(c) Signature par Mouton <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Life goes on [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: