Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Escorter et sécuriser la livraison de médicaments [mission rang C]
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 23:16 par Miyamoto Teruyo

» Les caravanes d’Ali Baba
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 21:42 par Sabaku Eirin

» La FKP (Yamiko]
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 21:28 par Sakana Ayanokoji

» [B/MINI-EVENT/KIRI] Calife à la place du calife
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 21:24 par Date Junko

» [B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 21:23 par Narrateur

» 05. Se tromper sur toute la ligne
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 21:06 par Borukan Ashitaka

» Prémices (Metaru)
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 20:46 par Sakana Ayanokoji

» Consolidation [OS]
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 20:46 par Kōenji Zuko

» Patpat [Aditya]
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 20:40 par Kurayami Zeref

» Contre-la-montre en eaux troubles
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] EmptyAujourd'hui à 20:16 par Kurayami Zeref

Partagez

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi]

Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Dim 9 Juin 2019 - 12:08
Les événements s'enchaînaient sans vouloir sembler laisser de pause aux Kirijins. La guerre civile avait fait des dégâts, en plus d'avoir fait perdre la vie à la kage. Il avait fallut choisir le suivant avant de commencer à se relever de nouveau. Faire l'inventaire des choses perdues, savoir ce qu'il fallait reconstruire, sans parler des mercenaires restant à poursuivre. Ou de l'organisation Tatsuzô à démanteler pour de bon. Mais ils n'avaient guère eu le temps de faire grand chose, puisqu'un peu plus de quinze jours plus tard Sanbi avait attaqué le village. Attaqué était un grand mot du point de vue de la métamorphe : il était apparut, et sa simple taille et présence menaçait bon nombre d'habitants.

Il avait alors fallut prendre les armes de nouveau, et les Kirijins en étaient sortis victorieux. Seulement le dieu de l'eau n'était pas venu seul, et ils avaient désormais des prisonniers à interroger, des fuyards à poursuivre, et bon nombre de questions en suspens auxquelles répondre. Il y avait aussi la résonance, qui avait éveillé des choses endormies chez bon nombre de personnes et perturbait d'autant plus leurs vies déjà mouvementées.

C'était le cas de Yasei Akane, qui après avoir passé toute sa vie sans pouvoir modeler la moindre affinité s'était subitement retrouvée à pouvoir désormais le faire. L'ébranlement ressenti dans tout son corps lui avait fait perdre conscience, et après avoir scellé le Dieu de l'eau elle s'était réveillée quelques heures plus tard avec de nouvelles capacités. Elle allait devoir apprendre à les maîtriser et à vivre avec. Mais pourtant, elle dût mettre ça aussi de côté pour le moment. Car si l'avenir de son équipe, celui de l'île principale et du sceau, le fuyard Ao qu'elle avait déjà traqué par le passé, son travail à l'hôpital, les prisonniers à interroger et ses propres nouvelles capacités étaient des choses qui occupaient son esprit ; il y en avait une autre dont elle devait s'occuper immédiatement.

Mettant donc de côté tout le reste, la métamorphe se rendait donc au rendez-vous mystérieux que lui avait fixé Saji avec une inconnue. Il le lui avait annoncé il y avait de cela une semaine et avait refusé de lui donné davantage d'informations. Ayant une confiance presque aveugle dans son partenaire de vie, la Yasei se rendait donc au jour et à l'heure donnés par le sabreur à l'établissement de « La brume ambrée ».


- « Je vais prendre la chambre à l'étage. »

S'adressant à l'aubergiste, elle suivit les instructions et paya pour sa réservation. Si louer une chambre en début d'après midi était une chose étrange, se voir donner un rendez-vous une semaine à l'avance par une inconnue qui voulait la rencontrer l'était d'autant plus. Une femme qui la connaissait, visiblement, et dont elle-même ne savait rien de plus que le fait qu'elle désirait la voir. Elle entra donc prudemment dans la chambre, avant d'y attendre la mystérieuse inconnue.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane



Dernière édition par Yasei Akane le Jeu 13 Juin 2019 - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Narrateur
Narrateur

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Dim 9 Juin 2019 - 15:54
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Z

Au-delà des pérégrinations journalières et du tumulte générale des citoyens de la Brume, en te fiant aux indications soumises par ton partenaire masqué, tu suis le chemin tracé en foulant de tes pas félins la rue tortueuse menant jusqu’aux bas quartiers, tu atteins finalement ta destination. Un client sort de l’auberge en levant légèrement les noren, puis un autre, d’autres rentrent seuls ou à plusieurs, une affluence relativement normale au point que tu te demandes ce que ce lieu a de si spécial, ce qu’il te réserve… Tu le découvrirais bien assez vite. Tu ne remarques rien de particulier, si ce n’est que l’okamisan, la gérante des lieux est vêtue d’une tenue très formelle. Arquant son sourcil à ta vue, elle t’accueille avec un plaisir comme il est de coutume à l’égard des clients.

«Yokoso Irasshaimashita ~ ♪ Bienvenue à la Brume Ambrée. Oui bien sûr, pour la nuit ce sera 105 000 ryôs s’il vous plaît. »

C’est donc avec une profonde douleur que tu te sépares de l’équivalent de trois semaines de salaire – mais au-delà de la condition précaire des shinobis tu te concentres sur ta mission, monte les escaliers pour prendre position comme prévu dans la chambre à l’étage. Sur le chemin tu peux admirer des parchemins accrochés et autres objets décoratifs rappelant le caractère rustique du ryokan. Il ne suffira que de quelques secondes seule sur le futton pour qu’enfin tu entendes une voix surgir tout près de toi, une présence que tu ne t’attendais pas à trahir en un lieu aussi convivial et surtout pour quelle raison cette personne se cacherait, si ce n’est pour faire une entrée fracassante ?

« Oh je vois qu’il a plutôt l’œil… Il sait les choisir ! Fufufu- Bonjour Akane-chan. ».

Spoiler:
 

Alors que les questions t’assaillent, cette voix étrangère mais cajoleuse de par sa suavité féminine, délivrée avec une justesse taillée par des décennies de pratique dans l’art de la persuasion et de la duperie, émerge du silence. Tu peux sentir déjà ses yeux te dévisager de la tête jusqu’aux pieds, elle esquisse un sourire charmeur se nourrissant de la surprise que tu affiches, surprise car reconnue à Kirigakure alors que tu as l’habitude de vivre avec discrétion et humilité, mais aussi parce que son apparition coïncidence étrangement avec ton arrivée. Visiblement, elle t’attendait.

« Saji-san m’a dit que je te rencontrerai ici. Il ne t’a rien détaillé sur ma présence pour que tu ne sois pas rongée par la curiosité avant que nous échangions. » Dit-elle avec un très large sourire. « Le plus difficile dans le travail d’un senseur, c’est de savoir quand ouvrir ses sens et quand ne pas le faire. Cela demande une toute autre forme de perception qui n’a rien à voir avec la maîtrise du chakra ou de ses sens : il s’agit de l’intelligence, la lucidité vis-à-vis de la situation. »

Elle s’approche de toi - un peu trop à ton goût mais sans doute le fait-elle exprès, d'une voix compassée elle t’interroge :

« Dis-moi Akane-chan, as-tu entendu parler du Kyôi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Dim 9 Juin 2019 - 17:01
La Yasei n'eut pas vraiment le loisir d'attendre. Car émergea rapidement des ombres une silhouette très féminine, assez peu vêtue. Qui l’apostropha directement, en la détaillant de haut en bas. Son attitude, ses paroles, sa voix charmeuse et ses vêtements mirent un doute dans l'esprit de la métamorphe. Saji lui avait dit qu'une « amie » désirait la voir... Mais dans quel but au juste ? Et pourquoi louer une chambre pour cela ? Quelle idée avait-il donc derrière la tête ? Et à quel point ces deux-là se connaissaient ?

Elle se reprit en chassant ces pensées - et sa jalousie, et répondit d'un simple hochement de tête, attendant simplement la suite des événements. Maintenant qu'elle était face à cette inconnue, elle n'allait certainement pas tarder à savoir ce qu'elle faisait ici, et espérait vraiment que ça en valait la peine. Son porte-monnaie l’espérait aussi... Si la conversation était au départ plutôt classique et ne lui offrait pas vraiment de réponse, la suite fut bien plus intéressante. La mention des sens parlait à la métamorphe, soudainement plus attentive à la conversation.

L'inconnue ne s'était pas présentée et était entrée dans ce qui était visiblement le vif du sujet. Akane ne s'en formalisa pas, bien qu'elle soit piquée par la curiosité. Si elle avait dû se présenter, elle l'aurait fait, non ? Car bien qu'elle soit intrigante, cette femme n'était pas tout à fait le but de cette rencontre. Gardant son calme malgré le fait qu'elle soit un peu trop proche et dénudée d'elle-même à son goût, la Yasei entreprit de lui répondre.


- « Le Kyôi ? J'en ai entendu des rumeurs. Il s'agit d'une unité secrète, mais nul ne sait ce qu'elle fait exactement, ni même les membres qui la composent. »

Continuant de la regarder dans les yeux pour lui répondre, elle poursuivit car se doutait bien qu'elle désirait une réponse un peu plus précise. C'était en tous cas ce qu'elle en déduisait de sa précédente phrase.

- « Nous ne pouvons qu'essayer de deviner ce qu'ils font. J'imagine par exemple que c'est en partie grâce à eux que nous avons obtenu les informations nécessaires pour savoir comment sceller Sanbi. Car ce n'est pas le genre de choses qu'on obtient facilement. Je me trompe ? »

Des informations confidentielles qu'ils devaient avoir gardé précieusement quelque part. Peut-être depuis ce tournoi à Kaze, servant de prétexte pour envoyer quelques membres étudier le sceau de cet autre Dieu. Car ayant elle-même dû appliquer ce savoir-faire, elle pouvait témoigner qu'il s'agissait d'un sceau bien compliqué que l'on ne pouvait pas improviser. Mais il s'agissait l'un d'une hypothèse, et le Kyôi recelait certainement bien des secrets. Même si elle ne comprenait pas pourquoi elle lui parlait de cela, et ne voyait pas vraiment le rapport avec elle-même. Ou bien n'osait pas le voir.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane



Dernière édition par Yasei Akane le Jeu 13 Juin 2019 - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Narrateur
Narrateur

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Dim 9 Juin 2019 - 19:06
Présentant sans ambages le sujet de la convocation, ta séduisante interlocutrice se plonge dans tes pupilles violacées comme si elle tentait de scruter le moindre indice à travers tes paroles, tu ne t’arrêtes guère à son apparence – même si celle-ci t’intrigue, tu te contentes de lui répondre franchement quant au peu que tu sais sur l’unité spéciale du Kyôi, laquelle n’est autre qu’une unité secrète. Et logiquement, tu ne sais guère grand-chose de leurs activités, pas plus qu’un autre quidam ne saurait te le dire, tu lui restitues simplement des ragots et des suppositions qui ne t’avancent pas vraiment, valant un sourire espiègle de la part de l’instructrice face à toi.

Satisfaite ? Déçue ? Tu ne saurais dire si sa mine narquoise est ironique ou simplement un réflexe expressif destiné à brouiller les pistes, elle écoute attentivement tes hypothèses avant de répliquer sur un ton affecté, maintenant le contact du regard plus intime que tu ne le souhaiterais. La fragrance florale imprimée sur la peau du cou gagne tes narines, une agréable senteur te rendant nettement plus réceptive à ses mots.

« Oh oh comme tu es futée ! » S’exclame-t-elle en plaçant sa main sur ses propres lèvres laquées de rose. « Comme tu le dis. Une information a toujours une source… » Elle caresse de ses doigts filiformes le menton d’Akane. « … et nous sommes la source, qu’il s’agisse d’extraire l’information ou la relayer, nous sommes les intermédiaires qui assurons que le pouvoir détienne de tous les outils de décision suffisants pour gouverner et défendre la Cité. »

Une information peut faire la différence entre l’échec et le succès, si la Kenpei assure la sécurité des citoyens par la force armée, le Kyôi agit davantage comme un soutien direct, bien plus proche de l’autorité. Néanmoins cette proximité avec les hautes instances a un prix, celui de la confidentialité, l’effacement le plus totale de son ego dans l’accomplissement des missions. Un idéal, une valeur que certains shinobis ne sauraient atteindre de toute leur vie. Et le recrutement des futurs Genzou a ceci de crucial qu’il faut s’assurer que chaque nouvel élément ait conscience qu’il vivra dans l’ombre, une double vie avec pour obligation de cacher ses activités liées à l’unité, à ses amis, et par-dessus tout à sa famille.

« Je voulais simplement échanger avec toi, car d’après ce qu’on m’a dit, tu excelles dans les techniques de sensorialité et puis tu as récemment intégré l'élite ninja, raison de plus pour le croire. Et ton passé de mercenaire… Tu sais déjà tout du milieu criminel – ses tenants et aboutissants, d’après ce que tu as toi-même divulgué aux autorités. » Si celles-ci sont au courant, autant dire que le Kyôi aussi. « Tu sais aussi obéir, cela fait plus de six mois que tu sers le village. Je n’ai aucun doute sur ta capacité à travailler dans nos services. »

Mais, car il y a toujours un mais… Elle décolle ses doigts de ton joli minois.

« Saji-san m’assure que tu serais parfaitement intégrée parmi nous… Mais je me demande si tu serais véritablement capable de faire les bons choix. Car c’est ce qui te semble manquer pour le moment, de la confiance en toi. » Comment peut-elle être informée de cela ? « Je sais tout tes secrets, surtout celui que tu caches aux yeux des villageois de la Brume. »

Quelle serait ta réponse? Tout cela semble surréaliste, il n’y a aucun doute que cet échange n’a qu’un seul but : te tester. Voir ta réaction. Tu ne comprends pas, tu ne comprends pas comment elle peut en savoir autant sur toi. A moins que...

Revenir en haut Aller en bas
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Dim 9 Juin 2019 - 21:44
Le fait que la femme la tutoyait ne semblait pas vraiment perturber la Yasei. Mais de son côté, il ne faudrait pas qu'elle s'attende à ce qu'elle en fasse autant. Car elle risquait d'attendre longtemps. Sa proximité en revanche la gênait bien plus, cependant elle n'en montra rien, habituée à rester de marbre en cas de situation critique. Se concentrer sur sa respiration permettait en effet de ne rien montrer et de rester impassible. Suivant du regard les gestes de la membre du Kyôi, la métamorphe ne bougeait pour l'instant pas vraiment, laissant la femme faire son petit numéro.

Mais le fait de ne pas bouger ne signifiait pas pour autant qu'elle ne réfléchissait pas à tout cela. Car comme souvent, lorsqu'elle restait silencieuse ça signifiait surtout qu'elle avait beaucoup de choses en tête. Les gestes étaient loin d'être passés inaperçus. Les doigts portés aux lèvres pour être posés ensuite sur son propre menton pouvaient très bien être perçu comme un geste inoffensif ou charmeur. Pour Akane et sa méfiance habituelle, cela pouvait signifier bien plus que cela. La femme lui avait bien dit de se fier à ses sens quand il le fallait, non ? Et ses sens étaient agressés, à la fois avec le parfum et par le toucher.

Elle faisait pourtant confiance à Saji qui avait organisé ce rendez-vous. Lui qui lui avait caché cette partie de lui durant tout ce temps. Depuis quand faisait-il partie du Kyôi ? Comment faisait-il pour vivre cette double vie ? Une information qui le faisait toujours plus monter dans son estime, déjà bien élevée. Les bras croisés sous la poitrine, elle hocha la tête pour répondre : oui, elle savait obéir sans rechigner. Et l'avait montré à plusieurs reprises. Et ce depuis qu'elle était arrivée à Kiri, en hiver deux cent trois. Mais jusqu'à présent, son obéissance et sa fidélité ne lui avaient guère apporté grand chose en retour. Lorsque la femme s'écarta enfin, la Yasei en fit autant. Continuant toujours d'écouter ce qu'elle avait à dire, elle s'éloigna de quelques pas pour entrer davantage dans la pièce, la détaillant en même temps qu'elle avançait. Puis elle s'arrêta et se tourna de nouveau vers son interlocutrice lorsqu'elle jugea être à distance respectable. Après avoir prit soin de mettre ses sens en éveil, lorsqu'elle avait le dos tourné à elle. Espérant ainsi détecter un éventuel poison ou genjutsu. Pour l'instant, le seul poison était celui du doute qu'elle avait instillé en son esprit. Comment savait-elle qu'elle n'avait pas confiance en elle ? Et de quel secret parlait-elle ? Un en particulier, qu'elle cachait aux villageois de la brume...


- « Je n'ai pas besoin d'avoir confiance en moi. Il me suffit de faire confiance en ce que j'abrite en moi, et à me fier à mon instinct. »

Parlait-elle de sa Bête ? Ce n'était pas vraiment en secret, puisque le simple fait de porter ce nom révélait ce qu'elle était. Puis elle en avait parlé à Saji. À Shitekka. À son équipe. À Zeref. Et aussi, tout le village Umimori avant cela. En revanche, ce qui perturbait bien plus la métamorphe était de savoir comment cette femme avait apprit qu'elle n'avait que peu confiance en elle-même ? Et surtout, de quel secret exactement voulait-elle parler ? S'agissait-il de quelque chose de son passé ? De quelque chose de plus récent ? De... Kewashiioke ?

- « Et dans les ordres de mes supérieurs. »

Qu'elle avait assassiné sur ordre de Shiori. Avant de faire croire qu'il s'agissait de l'acte ultime de la légendaire sabreuse, pour qu'elle reçoive tout le respect qu'elle méritait.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane



Dernière édition par Yasei Akane le Jeu 13 Juin 2019 - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Narrateur
Narrateur

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 0:22
Semant le doute dans ton esprit, ton réflexe premier est de te taire, car au fond de toi tu sais. Tu es déjà une ombre, à défaut de l’être officiellement, tu en as déjà le réflexe et l’attitude : ta méfiance, le nom que porte ton instinct de préservation, t’a toujours protégé des menaces et aujourd’hui encore, il t’a prémuni de l’erreur fatale de céder au piège de la tentatrice à la robe parfumée. Esquissant un sourire à l’écoute de ta réponse courte et sèche, elle se permet un rire contenu derrière le dos de sa main, te fixant du regard comme si tu venais de déclamer une galéjade ou autre étourderie provoquant un rictus de sa part. Enfin, elle s’arrête de glousser et retire sa main, mettant un terme au jeu de dupe dans lequel elle t’a forcé.

« Tu es vraiment intéressante, tu sais ? Je comprends mieux… Je comprends bien mieux pourquoi ils portent un tel intérêt envers toi. Garder le silence est toujours une option, et tu as bien fait de ne rien dévoiler davantage. La discrétion est notre credo, aussi aurait-il été très malvenu que tu te mettes à tout déballer, surtout sur un coup de bluff aussi voyant. Mais on dirait que tu m’as percé à jour. Ou pas. Mais je ne cherche pas à savoir si tu l’as fait intentionnellement ou non, ce que je voulais vérifier, c’est que tu saches parler et te taire quand la situation l’impose. Car la moindre bribe d’information qui s’échappe peut coûter cher. Très cher.»

Elle hausse les épaules et conclue son monologue.

« Une dernière devinette peut-être ? Sais-tu pourquoi j’ai t’invité ici, dans cet hôtel situé dans les bas-quartiers de Kiri ? »

N’attendant pas ta réponse elle te tourne le dos en se rapprochant du rouleau accroché au mur au-dessus de l’alcôve décorative – le tokonoma. Un kakemono, cet objet décoratif que l’on peut déceler dans toutes les chambres à la disposition traditionnelle de style washitsu, tu ne lui trouves rien de particulier pour l’instant. Celui-ci fait toute la longueur du mur, tu estimes sa longueur à environ un mètre soixante. Mais ce qui t’interpelle vraiment n’est ni le petit ikebana parfaitement arrangé sur le côté de l’alcôve ni les offrandes de fruits déposées dans un petit bol en terre cuit au milieu. Non, ton regard est comme happé par l’illustration pour le moins étrange et non-traditionnelle accrochée au mur. Décidément, cet hôtel a des goûts particuliers. Un œil traversé d’une épée.

Spoiler:
 

La femme se retourne vers toi et de l’index te fait signe de la suivre, et comme si tu étais en train de vivre un rêve éveillé, tu la vois s’évanouir à travers le dessin, comme si elle venait d’y pénétrer. Tout porte à croire qu’il s’agisse d’une illusion, et pourtant tu ne peux réprimer davantage le désir de la suivre… Ce parfum envoûtant… Tu inspires profondément, et la fragrance est toujours présente sur toi, alors que la séductrice s’est volatilisée. L’odeur vient de toi, plus précisément au niveau du menton, quand elle t’a touchée. Tu n’as pas le choix, le sentier parfumé guide désormais tes pas.

Ton front ne heurte pas le mur, mais au lieu de cela tu as l’impression d’être absorbée, et d’être expulsée dans une autre dimension, dans un chemin plus sombre et étroit qui te séduit. Fascinée par ce changement de scène, tu en oublierais presque les marches d’escalier à tes pieds, conduisant à une pièce plus bas à l’intérieur de laquelle est émise une douce lumière, grâce à une torche accrochée contre le mur.

En descendant tu entends une voix familière faisant écho dans ce quartier-général de fortune, creusé en-dessous d’une auberge peu fréquentée – certains diraient presque abandonnée. Tu perçois soudainement une voix qui s’élève, son timbre grave et familier, tu le reconnais. Sauf que cette voix à défaut de l’entendre résonner dans ton esprit, tu le perçois à travers tes oreilles. La voix de Saji, qui semble-t-il ne t’a pas entendu venir, il s’adresse à une audience positionnée tout autour d'une grande table sur laquelle se trouve un plan très détaillé de toute l’île principale de Mizu. Tu y remarques des flèches, des cercles, comme s’il avait déjà réfléchi à un plan avec les quatre autres personnes présentes à ses côtés – dont Fûki qui vient d’arriver, et écoutant ses instructions.

« Non Obun » Dit-il à un homme relativement âgé à la longue tresse grise et la barbe argentée. « Le temps que nous le retrouvions, tout le Yuukan aura déjà appris l’existence du sceau. Nous devons voir plus grand. Allouer l’ensemble de nos hommes à l’établissement d’un réseau d’information plus solide ou plutôt… un réseau de désinformation. »


Revenir en haut Aller en bas
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Lun 10 Juin 2019 - 22:36
De nouveau un petit rire, comme si la féline avait dit quelque chose de stupide. Soit c'était une attitude naturelle de la part de la joliment tatouée, soit c'était un rire volontaire, dans le but de la déstabiliser. Seulement, bien que cela fasse désormais longtemps qu'elle n'avait pas côtoyé ce genre de personnes, Akane connaissait cette attitude. L'attitude de ceux qui cherchaient à déstabiliser, à trouver des failles chez leur interlocuteur. Il ne fallait pas oublier qu'elle était la fille d'un des plus grands criminels du pays de l'eau, et l'avait vu plus d'une fois à l’œuvre. Elle-même l'avait appliqué, à Kiri même, lorsqu'elle avait cherché des informations à son propos justement. Le jour où elle avait rencontré Saji...

Mais elle avait depuis lors mit tout cela de côté, se fondant dans le moule de la kunoichi obéissante. Appliquant à la lettre les règles de Kiri – une fois qu'elle les avait sues. Et durant bien des mois, elle avait joué le rôle du parfait petit soldat. Ce qui ne lui avait jamais vraiment rien apporté en retour. Car si elle avait offert ses services au village shinobi, c'était en échange pour obtenir leur protection et des informations concernant son père qu'elle désirait traquer. Et elle n'avait eu ni l'un ni l'autre, perdant ainsi sa si chère liberté inutilement. Un rôle donc qui lui pesait beaucoup, et la faisait parfois douter de son avenir même au sein du village. Mais ne lui laissait pas d'autre choix que de continuer, si elle ne souhaitait pas trahir les gens qu'elle aimait et être de nouveau traquée. Sur ce point, elle avait déjà donné.

La question n'attendant pas vraiment de réponse, Akane se contenta d'un signe de tête négatif. Observant l'autre kunoichi, la Yasei découvrit d'un œil curieux l'étrange tenture. Confirmant ainsi ses doutes quant au geste suspicieux que la tatouée avait eu plus tôt en touchant son menton. Tout cela était bien étrange, mais la métamorphe suivit l'illusionniste dans le couloir, ses sens toujours aux aguets au cas où. Méfiante, elle redoutait une sorte de test. Mais alors qu'elle entra dans la pièce, elle fut surprise d'y trouver là plusieurs personnes dans ce qui semblait être une sorte de réunion secrète. Plus surprenant encore : celui qui la présidait n'était autre que Saji, son partenaire de vie. Qui avait le don de parole...

La Yasei resta au bas des marches, sans s'avancer vers le petit groupe formé par ce qui semblaient visiblement être les membres du Kyôi. Comprenant qu'elle se trouvait dans leur quartier général, elle garda le silence et les laissa poursuivre leur discussion. Parlaient-il d'Ao ? Heureusement que Jun lui avait donné bon nombre d'informations à son réveil à l'hôpital, car elle n'aurait certainement encore jamais été au courant, et n'aurait pas compris ce qu'il se disait ici. C'était décontenancée qu'elle restait là en silence, réfléchissant à tout cela. Saji qui était arrivé quelques mois après elle à Kiri, était chef de son clan, et aussi visiblement chef du Kyôi. Alors qu'elle-même, malgré tous ses efforts pour entrer dans le moule, n'était... Rien. Comment était-il parvenu à cela ? Qu'avait-il fait pour arriver à ces postes ? Certes, il était méritant, patient, humble et elle lui portait beaucoup d'amour et de respect. Mais elle n'arrivait pas à comprendre ce qui les différenciait tous les deux. Leurs niveaux étaient-ils si éloignés ? Elle n'en avait pourtant pas l'impression. Alors pourquoi une telle différence de grade entre eux ? Avait-elle fait quelque chose de mal, se mettant à dos les autorités durant tout ce temps ?

Elle ne savait pas non plus quoi penser du fait qu'il parlait à voix haute. Depuis quand en était capable ? Elle ne put s'empêcher de se sentir trahie. Trahie qu'il ait pu lui cacher tout ça durant tout ce temps, alors qu'elle-même lui avait tout dit sur elle. Combien de choses cachait-il encore ? Et surtout, pourquoi d'autres le savaient, et pas elle ? Comptait-elle si peu pour lui ? L'idée de faire demi-tour lui effleura l'esprit. Pourtant, elle ne bougea pas. Car elle savait aussi que le Kyôi était une unité secrète. Et si elle se trouvait là, c'était parce qu'il l'avait visiblement recommandée. Pourquoi seulement maintenant ? Elle n'en savait rien. Tout ce qu'elle savait actuellement, était qu'elle se trouvait dans les quartiers du Kyôi alors qu'elle n'en était pas membre. Alors, en silence, toujours dans le bas des marches qu'elle venait de descendre, elle attendit qu'il s'explique.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane



Dernière édition par Yasei Akane le Jeu 13 Juin 2019 - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Mar 11 Juin 2019 - 14:56
« Mais… il est dans une condition critique, c’est une opportunité unique pour nous de l’achever voire de le capturer. S’il récupère de son état, il risquerait de revenir et reprendre ce qu’il a commencé. »

« Qu’il revienne, nous nous doutons maintenant de ce qu’il est venu chercher. Au lieu d’employer notre temps à le poursuivre, nous pourrions préparer le filet dans lequel l’appâter, en sécurisant le territoire à l’aide d’agents implantés ici et là sur l’île principale, faisant ainsi deux pierres d’un coup. L’œil de la Brume : aurais-tu oublié notre projet ? »

« Bien sûr que je m’en souviens. Seulement, nous ne devrions pas sous-estimer un lieutenant de l’Homme au Chapeau, même si nous le connaissons très bien, lui aussi sait tout de nous. Comment peux-tu être sûr que notre plan fonctionnera ? »

« Je ne peux être sûr. Il faut faire un choix. Nos forces et nos ressources sont limitées. En temps de crise comme celle-ci, si l’on considère qu’il n’existe pas qu’un seul ennemi mais d’autres qui risquent d’exploiter cette faille en plein cœur de Mizu. Que feras-tu si demain un autre ennemi frappe à notre porte tandis que tu seras en train de chasser un seul fugitif ? La poursuite de la gloire ou le besoin de règlement de compte ne doit pas nous aveugler, même s’il s’agit de l’ex-Daimyô de notre pays. »

Était-il vraiment sage d’agir ainsi ?

Au milieu de la conversation, Fûki affiche une mine consternée et toussote de manière ostentatoire afin de signaler aux deux hommes d’arrêter leur débat sans fin, alors qu’une figure familière vient d’apparaître au bas de la dernière marche d’escalier, descendant au fin fond de ce terrier servant de repaire secret au Kyôi. Un moment de silence pendant lequel le dénommé Obun fixe de ses yeux impérieux la nouvelle recrue de l’unité. Sous leur capuche, Tetsuo et Hanzô ne disent mot, évitant de dévisager trop longtemps leur visiteur afin de ne pas l’embarrasser, ils se content de hocher de la tête avant de quitter la pièce en montant le même escalier par lequel est venue Akane. L’homme avec qui échangeait Saji adresse un simple « bienvenue » à la Yasei, réalisant qu’il était temps de s’en aller tant le silence était devenu pesant. S’amusant bien trop de cette scène pour partir sans en avoir été instruite, Fûki demeure quelques secondes.

« Laisse-nous s’il te plaît Fûki. » Lui demande Saji en redressant son dos, décollant ses mains de la table sur laquelle il étudiait la carte avec le reste de l’équipe. A son ordre, elle se retire finalement, comme une gamine espiègle à qui on forcerait la main pour partir.

Rien ne pouvait préparer l’ex-muet à une telle discussion, celle qui l’obligerait à s’expliquer sur sa seconde identité, celle qui n’a jamais révélé à sa partenaire de vie, non pas qu’il s’y refuse par mépris de la kunoichi, mais plutôt parce que son choix n’a jamais existé. Qu’il défende sa patrie ou meurt à l’annonce de la vérité à cause du sceau marqué sur son cœur, son silence, semblable à celui qui l’a handicapé sa vie durant jusqu’à ce que la Résonance l’en guérisse, est une condition inexorable et qui l’a amené à ce qu’il est aujourd’hui. Un fervent serviteur de Kiri.

« Akane. »

C’était bien la première fois que son regard violet semblait aussi… froid. Jusqu’à frôler l’hostilité. La Yasei attend naturellement des explications que le Gouketsu est sur le point de donner, de la manière la plus sincère qui soit, sans circonlocutions. Seulement la vérité, puisque désormais, la kunoichi fait d’ores et déjà partie de leurs rangs, sans qu’elle n’en ait conscience pour autant.

«Je suis content de te voir. »

Il avait certes appris à maîtriser le timbre de sa voix et comment articuler chacun des mots dans sa bouche de façon à ce qu’ils soient clairs et audibles. Cela fait plusieurs jours que la Résonance l’a affecté sans qu’il ne soit inconscient, il a seulement réalisé sur le moment qu’il était capable de parler. Et c’est à elle, pendant qu’elle dormait sur le lit d’hôpital, qu’il lui racontait tout et rien comme si elle pouvait l’entendre, apprenant à chaque phrase à mieux s’exprimer. Lui disant ce qu’ils feraient lorsqu’elle se réveillerait, les lieux où il l’emmènerait à cheval comme sur l’île d’Obon. En souvenir de ce moment, il avait laissé des fleurs némophiles à son chevet.

« La Résonance, l’infirmière m’a dit que ton système chakratique avait été perturbé… Comment te sens-tu ? As-tu subi des changements… Aussi curieux que celui-ci ? » Il pointe du doigt sa propre bouche, pour lui signifier par le geste que la Résonance lui a donné la voix. Il retire son masque puisqu’ils ne sont que tous les deux. Faisant le tour de la table, il fait quelques pas vers elle, sentant un brin de distance, il ne veut rien forcer avant de lui apporter les éclaircissements qui s’imposent. « J’ai été approché par Keisuke pour suivre une formation, avant de rejoindre officiellement leurs rangs, je suis passé Gouketsu très récemment, suite à la mort de notre chef durant la guerre civile. Sache que le Rokudaime en personne m’a suggéré de te recruter alors que je venais de prendre la tête de l’unité, et je suis d’accord avec lui. D’autant que la situation critique dans laquelle nous nous trouvons l’exige, nous passerons outre le protocole. Bienvenue au Kyôi… » Il ouvre la paume de sa main, révélant au creux de celle-ci une pièce sur laquelle est gravé le symbole de l’unité secrète pour laquelle elle allait travailler. Si tant est qu'elle accepte. « Partenaire. »

En écho avec la devinette de Fûki, le Nobuatsu révèle la raison pour laquelle Akane a été invitée dans cet hôtel des Bas-Quartiers de Kiri.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Mar 11 Juin 2019 - 22:27
La conversation se poursuivit, alors que l'intruse entendait tout ce qu'il se disait. Devait-elle indiquer sa présence et interrompre le dialogue ? Dans le doute, elle préféra ne pas interférer dans ce qui semblait être une réunion de haute importance, à laquelle elle se sentait étrangère. Certes, elle n'avait pas à écouter cela mais elle n'osa pas intervenir et surtout ne comptait pas être soudainement au centre de l'attention. Préférant faire une entrée plus discrète. Ce fut malheureusement sans compter sur la tatouée, qui prévint son supérieur – Saji, à grand renforts de toussotements.

Akane s'écarta des escaliers qu'elle obstruait lorsque les trois hommes l'empruntèrent pour quitter la pièce. Répondant au passage d'un simple hochement de tête, comme à son habitude, à celui qui lui souhaita la bienvenue. Alors qu'elle ne faisait pour l'instant pas vraiment partie de leur groupe. Elle se trouvait certes dans cette pièce et avait découvert quelques uns de leurs secrets, mais rien de plus pour le moment. L'intrigante femme mit plus du temps à partir et dû recevoir l'ordre de son supérieur pour le faire. Laissant les deux âmes-sœurs seules, devant la véritable épreuve.

La première phrase prononcée par le sabreur autrefois muet suffit à faire s'adoucir le regard de la Yasei. Elle demeura cependant toujours silencieuse, attendant les explications quant à sa présence en ces lieux. Et une explication, il en vint effectivement une, concernant ce qui avait été son handicap. La vague de chakra l'avait miraculeusement guérit. Répondant à sa question, elle tendit la main, dans laquelle il put voir circuler quelques étincelles. La résonance les avait soignés tous les deux de leurs handicaps passés. Il avait gagné le don de parole qu'il n'avait jamais eu, et elle-même pouvait désormais contrôler des affinités alors qu'elle n'avait pas pu le faire jusqu'à présent. Comme si le destin les liait, ils allaient pouvoir s'entraider et apprendre ensemble de nouveau.

Baissant le bras, elle fit à son tour quelques pas dans sa direction pour réduire la distance entre eux. Avant d'écouter son parcours. Keisuke. Son sensei faisait donc partie du kyôi ? Ce n'était donc pas étonnant qu'il était été repéré si vite. Sans parler de ses capacités, son assiduité aux entraînements et son humilité. Et elle avait déjà eu l'occasion à plusieurs reprises de voir ses compétences en sensorialité, que ce soit en mission ou en dehors. Il était tout à fait à sa place ici, et qu'il en soit désormais le chef n'étonnait pas vraiment la Yasei : il le méritait. Et elle n'osait pas imaginer la torture que ça avait dû être pour lui de devoir lui cacher tout cela. Lorsqu'il ouvrit sa propre main pour en révéler ce qui semblait être une pièce, elle fit les derniers pas qui les séparaient encore pour se rapprocher de lui. Et lui sourit tendrement, comprenant l'allusion qu'il faisait avec le dernier mot prononcé. Elle leva le bras, mais ne le posa pas pour autant la main sur la sienne, et hésita. Le regard rivé vers cette pièce qui pouvait changer sa vie, elle osa enfin de nouveau prendre la parole.


- « Qu'est-ce que ça va changer pour Kiri ? Pour moi ? Qu'est-ce que ça implique ? »

Aurait-elle accès à un nombre d'informations inimaginables ? Fûki avait parlé de prendre des décisions, pourrait-elle désormais en prendre ? Relevant les yeux vers lui, elle poursuivit.

- « Et pour nous ? »

Car ils étaient avant tout un couple. Et ils deviendraient désormais coéquipiers. Ou plutôt... Il deviendrait son supérieur.

- « Et surtout... Toi, qu'est-ce que tu désires ? »

Il disait que le rokudaime l'avait recommandée, ce qui signifiait donc que ce n'était pas un choix personnel à la base. Et puis, elle comprenait bien qu'il était urgent de recruter en ces temps troublés. Mais elle ne voulait pas s'imposer. Pas l'obliger à l'accepter à ses côtés, et surtout qu'il le prenne comme un devoir parce que quelqu'un le lui avait demandé et que la brume avait besoin de renforts. Non, elle s'en voudrait. De plus, leur relation s'en verrait altérée, et c'était bien là quelque chose qu'elle ne voulait pas. Le kyôi. Il s'agissait d'une partie de sa vie, qu'elle ne connaissait pas jusqu'à présent. Et c'était aussi à lui de choisir s'il voulait l'accepter pleinement dans son univers. Car elle-même venait de prendre conscience qu'elle avait déjà prit sa décision, à l'instant même où elle l'avait vu dans cette pièce.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Mer 3 Juil 2019 - 23:00
Dubitative, la kunoichi se pose des questions sur les changements qu’un tel enrôlement pourrait apporter à sa vie, un engagement dans une unité spéciale d’élite n’a rien d’anodin et implique des responsabilités telles que la sécurité du village et par extension de Mizu, dont l’intégrité a été rudement éprouvée cette dernière décennie. Désormais, elle qui n’a vécu que dans l’ombre de ses partenaires – si discrète qu’elle a été ignorée des services secrets, embrasserait complètement les ténèbres, là où est vraiment sa place.

Agent de l’ombre, leurs activités seraient naturellement menées sous le couvert d’une discrétion irréprochable – parfois par des moyens discutables, l’éthique des Sans-Visage faisant prévaloir l’intérêt du village, mais aussi amorale que puisse paraître une telle approche, les membres « noyau » de ce groupe ont entièrement assimilé cette philosophie.

A commencer par le plus ancien d’entre eux, Kaguya Obun le responsable des expérimentations scientifiques – le savant fou dont le sadisme rivalise avec son ingéniosité, doute encore des compétences du chef Nobuatsu, le protégé du défunt Koshin no Keisuke, lequel a préventivement choisi son successeur en la personne du muet. Parmi les moins enthousiastes à l’idée de confier les rênes du groupe au membre sortant à peine de sa période d’évaluation, le Kaguya qui fidèle au précepte clanique de la magouille – même s’il abhorre les affaires politiques de son clan, n’a pas hésité à montrer des réticences qui s’expriment entre les lignes, lors de leurs dialogues tantôt houleux, tantôt plus apaisés, à l’exemple de leur désaccord de tout à l’heure, il n’en reste pas moins que le Kaguya sait respecter l’autorité et presque religieusement, les principes fondamentaux du Kyôi.

« Le Rokudaime m’a donné l’ordre de te recruter mais ne te méprends pas. Tu as pour moi toutes les qualités requises et tu as largement prouvé par ton service rendu à Kiri que tu es tout à fait à ta place au Kyôi, d’où le test de passage très sommaire mais crucial auquel Fûki t’a soumis. Tu seras des nôtres, en plus d’être ninja. Naturellement, tu es tenue de ne rien divulguer des informations qui circuleront entre ces quatre murs, à qui que ce soit en dehors du cercle des Sans-Visage. Mais aussi, tu te verras assigner des missions « spéciales » et à haut risque – très souvent hors des confins du village et même de l’archipel… surtout de l’archipel. »

Il prend la main hésitante de sa partenaire dans les siennes, comme pour la rassurer… Et par-dessus tout, cet allègement qu’il ressent en confiant cette partie de lui-même à la Yasei, ne plus être contraint de se cacher et l’inviter à le rejoindre dans son monde.

« Nous ? c’est ce qui m’a fait le plus réfléchir sur ton intégration car si le Rokudaime m’a confié les dossiers de potentiels candidats, c’est au chef de l’unité de trancher ultimement sur l’intégration ou non de nos soldats. » Il marque un temps, conscient de la foule de découvertes, sur l’identité de son partenaire, sur l’existence de ce repaire, l’identité des membres qui composent l’unité. La confiance de Saji en Akane est pleine, ou alors il est persuadé que celle-ci acceptera la proposition. « Je ne veux pas te mettre davantage au devant du danger, mais tu t’épanouiras parmi nous, j’en suis certain. »

Laissant doucement échapper ses mains caressant au passage la surface de la paume de sa partenaire, il y laisse au creux la pièce symbolisant l’appartenance au Kyôi de quiconque la posséderait.

« Je te laisse le temps d’y réfléchir, dans le cas où tu refuserais, je te fais confiance pour ne rien communiquer sur nos agissements, et sur la localisation de notre quartier général, un peu exigu et crasseux certes mais avantageusement positionné pour ne pas éveiller les soupçons de la populace et les surveiller. A voir si nous chercherons un autre refuge, mais pour le moment, nous nous en contenterons. J’espère que les petites bestioles ne te gênent pas trop. »

Comme pour illustrer son propos, il dépose son regard sur une araignée descendant du plafond se mettant à parcourir de ses petites pattes velues la carte tapissant la grande table… Saji soupire. Le sous-sol d’une auberge quasi-abandonnée n’est certes pas le lieu le plus convivial et confortable pour prendre le thé.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Ven 12 Juil 2019 - 0:36
Silencieuse, la Yasei écoutait les paroles de son partenaire qui répondait à ses questions. S'imprégnant ainsi du timbre de sa voix qu'elle découvrait, tout comme cette partie de sa vie. Partagée entre plusieurs sentiments contraires, elle préférait ne rien dire et écouter, afin de ne pas risquer de ruiner cet instant à cause de ses propres émotions, qu'elle devait étouffer pour le moment. Elle ressentait une certaine fierté de savoir qu'il était chef du Kyôi, et de pouvoir avoir la possibilité de le soutenir. Mais elle ne pouvait aussi s'empêcher de se sentir trahie, parce qu'elle ne savait pas depuis combien de temps il lui cachait tout cela. Et surtout, le fait qu'il ait réussi à lui camoufler ça lui faisait se demander ce qu'il pouvait bien lui cacher d'autre, alors qu'elle avait jusqu'ici pleine confiance en lui.

Elle était aussi heureuse pour lui, de son parcours, et de ce qu'il était devenu en l'espace de quelques mois. Car il l'avait grandement mérité. Mais là encore, son enthousiasme était atténué par le fait qu'elle se demandait à son propre propos : pourquoi seulement maintenant ? Si lui avait été repéré par son sensei, alors pourquoi est-ce que ça avait mit plus de temps pour elle-même ? Alors que les autorités de Kiri savaient depuis longtemps de quoi elle était capable, et qu'elle avait des sens tout aussi – voire plus, développés que ceux du sabreur. Elle avait aussi effectué plusieurs missions le prouvant, en plus de leur avoir exposé ses contrats passés. Sans doute était-ce ce qui avait freiné sa venue ici : son passé. Un poids avec lequel elle n'avait d'autre choix que d'emporter partout avec elle.


- « D'accord. »

Relevant le visage vers l'homme masqué, elle lui tendit un sourire un peu amer. Sa main se referma sur la pièce qu'il avait déposée à l'intérieur.

- « Je suis d'accord, Saji. Tout ce que je veux, c'est pouvoir protéger les gens qui me sont chers. Ces gens qui sont à Kiri, dont tu fais partie. Et jusqu'à présent, je n'en ai pas eu les moyens. J'ai essayé, pourtant. En travaillant à l'hôpital... En apprenant à fabriquer des médicaments, pendant des semaines, des mois... J'ai cherché à me rendre utile, d'une quelconque façon. Mais tout ça n'a mené à rien. Tout ce temps perdu, cet apprentissage, n'a pas empêché la guerre civile ou l'arrivée de Sanbi. »

Mieux valait prévenir que guérir, disait-on. Et ne pouvant faire autrement, elle s'était contentée de tenter de guérir jusqu'à présent. Alors que ça n'était pas son domaine. Son domaine à elle, était la récolte d'informations, et ça l'avait toujours été.

- «  Alors que si j'avais passé ce temps à obtenir des informations, on aurait peut-être évité tout ça. On aurait évité ça, ensemble. »

La gorge nouée, elle fit tourner nerveusement la pièce dans sa main, en l'observant. Une simple pièce qui signifiait pourtant beaucoup, qui signifiait que le rokudaime qu'elle n'avait jamais rencontré en tête à tête lui faisait confiance. Que les autorités du village dans lequel elle vivait depuis presque un an lui faisaient enfin confiance. Même si elle regrettait cette perte de temps, et que ça la frustrait de se dire qu'elle aurait certainement pu éviter les derniers événements, elle était tout de même ravie d'être enfin à la place qui était la sienne : dans l'ombre, et aux côtés de l'homme qu'elle aimait. Elle referma le poing, et releva de nouveau le visage vers Saji. Les yeux brillants, elle dû se racler la voix pour pouvoir reprendre en lui lançant un regard espiègle, un sourire en coin.

- « Dire que le premier jour où on s'est rencontrés, je t'ai trouvé naïf. Tu prenais tes précieuses notes dans le même carnet avec lequel tu communiquais. Qui aurait pu penser que tu te retrouverais à ce poste ? »

Elle reprit son sérieux après l'avoir taquiné.

- « Tu en as fait du chemin. Tu as énormément progressé, tu peux être fier de toi. Tout ça, tu le mérites. »

Des compliments sincères, avant qu'elle ne se tourne désormais vers la table, dégageant d'une pichenette la bête velue y évoluant.

- « Dis-moi ce que je peux faire. »

Lui au moins connaissait ses capacités, mieux que personne. Il serait le mieux placé pour savoir comment utiliser au mieux ses atouts, autant physiques que mentaux. Restés jusque là quasiment inutilisés... Il était grand temps qu'ils servent enfin à Kiri.

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227
Nobuatsu Saji
Nobuatsu SajiEn ligne

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 17:14
Pondérant sa réponse, la femme panthère se pose de nombreuses questions avant de donner sa décision à son partenaire. Elle a raison. Même si dans son esprit qu’elle rejoigne les services secrets est une évidence pour Saji, il est naturel qu’elle ne souhaite rien précipiter, et en cela il la comprend et préfère lui laisser l’option de réfléchir davantage. Comme signe d’acceptation – au grand soulagement du Sabreur, elle referme ses doigts sur la pièce aux gravures du Kyôi, un œil traversé par une épée. Sait-elle ce que cela veut signifier ? Elle serait maintenant de ceux qui surveillent et protègent dans l’ombre. Une éthique qu’elle aurait déjà assimilé puisque grâce à son intervention, des projets encore inachevés ont vu le jour, parmi lesquels le centre de recherche médical, approuvé par Shiori. Des initiatives qui malgré sa proactivité, sont passés inaperçus jusqu’à aujourd’hui. Aider Kiri, mais dans l’ombre, c’est ce qu’Akane a su faire jusqu’ici, sauf qu’à présent elle serait incluse dans un groupe d’élite auquel elle mérite largement d’appartenir. Peut-être gagnera-t-elle en confiance à mesure qu’elle recevra des responsabilités. Si elle les avait rejoint plus tôt, possible qu’elle eût fait la différence…

« Peut-être, mais on ne peut pas changer le passé, et le Kyôi n’est encore qu’à ses débuts même si datant de la création du village de Kiri, c’est-à-dire il y a cinq ans. Puis est venue la réforme d'Hakyô, le Yondaime. Un sceau sur le cœur qui obligerait à quiconque de respecter leur serment, sous peine de mourir d'un arrêt cardiaque, une marque capable de détecter la moindre fuite d’informations dont ils seraient coupables. Une tradition perpétuée jusqu’à Keisuke, ancien chef du Kyôi, lequel a péri lors du coup d’Etat de Kewashiioke. Son savoir, il l’a néanmoins transmis à Kaguya Obun, l’homme aux cheveux blancs que tu as croisé. Je te laisse imaginer sa position sur la question de réinstituer l’apposition du sceau sur tous les membres de l’unité. Le Kyôi d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’hier... Quel serait l'intérêt »

Décidément, la féline est d’humeur taquine. Encore une fois, elle marque un point en soulignant qu’il était imprudent de la part du muet d’utiliser un même carnet pour échanger et noter ses informations, le meilleur moyen de se le faire subtiliser. Même si cela n’est encore jamais arrivé, par chance certainement, il n’aura plus besoin de passer par l’écrit pour s’exprimer de toute façon. Il sourit à la remarque, et souhaiterait lui-même ajouter comment il la voyait, avant qu’ils ne deviennent ce qu’ils sont maintenant. Dommage, pas le temps. C’est alors qu’elle lui demande des instructions après avoir chassé la repoussante bestiole de la carte de Mizu. Un cercle au centre de l’île principale, faisant presque la moitié de sa superficie, le sceau de Sanbi. Tout autour, des pièces ressemblant quelque peu à des pièces de Shôgi, mais sur lesquelles sont marquées des caractères permettant de les identifier. Un briefing s’impose.

« Ici, le sceau de Sanbi que toi et les autres équipes de fuinjutsu ont réussi à composer. » Il pointe du doigt le cercle tracé. « Si tu as réussi à prévenir la fin du village, celle-ci est toujours en danger. C’est là que nous intervenons. » Il montre les pièces sur lesquelles on peut lire « 目» (lit. L’œil), les agents du Kyôi. Il les dispersent sur l’ensemble du territoire de l’île principale, près des ports et des villages plutôt qu’au centre où se situe le sceau, et tout autour des policiers de la Kenpei représentés par « 手» (lit. La main). « Nous ne protégerons pas le sceau en restant à côté, mais en contrôlant l’ensemble du territoire à l’aide de nos opérations de contre-espionnage, même si d’autres pensent plutôt à se concentrer sur la traque de Ao. »

Il s’interrompt. Un débat qu’il préfère mettre de côté pour le moment, et discuter à tête reposée en présence de tout le monde.

« Avant que ne soient lancées les missions, nous avons un besoin urgent d’effectif. Etablir un maillage efficace de l’île la plus grande de l’archipel demande des ressources humaines considérables. Nous n’avons personne en charge du recrutement au sein de l’unité spéciale, et sachant que c’est un point hautement important, filtrer les candidats pour ne garder que ceux qui s’accorderont parfaitement avec les exigences du Kyôi requiert une certaine lucidité. Une lucidité dont je te pense capable, Akane. »

Il lui tend un rouleau fermé d’un sceau.

« Le Rokudaime m’a donné une liste de potentiels candidats. Je l’ai réduite d’au moins trois quarts. A toi de vérifier si ce dernier quart convient bel et bien. Tu peux simplement les observer, ou les tester sans qu’ils ne sachent qu’ils sont évalués pour le Kyôi. Ceux qui seront à la hauteur auront néanmoins à passer un ultime test, une mission qui nous permet de les juger en situation réelle. »

Des bruits de pas descendant l’escaliers se mettent à résonner.

« Vous avez fini ? » Demande Kaguya Obun, visiblement las de devoir attendre dehors alors que la réunion a été interrompue par l’arrivée de la Yasei.

« Non, mais tu peux rester. Nous reprendrons avec Akane. » Le reste du comité afflue dans le sous-sol, parmi eux Fûki qu’elle avait déjà rencontré, et deux autres lascars.

Spoiler:
 

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Yasei Akane
Yasei Akane

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 22:03
Concentrée, la Yasei écoutait en silence les instructions de son désormais supérieur au sein de l'unité secrète. Comprenant les enjeux, elle savait que tout cela était très important. Protéger le sceau de Sanbi des curieux et des mal-intentionnés était capital. Tout comme la traque de Ao, qui pourrait très bien revenir avec des renforts, et ne pas être étranger à la venue soudaine du Dieu de l'eau...

- « Si ton but est de détourner l'attention du sceau, j'imagine que tu as pensé à placer des illusionnistes dans des endroits stratégiques ? »

Faire disparaître le sceau aux endroits les plus fréquentés, aux carrefours des chemins les plus empruntés serait judicieux. S'il devenait invisible, il était alors difficile d'éveiller la curiosité. Il suffirait ensuite d'ajouter à cela des fausses rumeurs et la complicité des mizujins pour protéger l'île principale. Peut-être même pourraient-ils en profiter pour tendre un piège à Ao, ce qui leur éviterait de le traquer. Ils n'auraient alors plus qu'à la cueillir. Encore fallait-il savoir ce qu'il était venu chercher ici. Mais ça, les membres du Kyôi pourraient tenter de le découvrir. Un point que le sabreur soulevait : le manque d'effectifs dans l'unité spéciale et secrète, qui l'empêchait d'effectuer autant d'opérations qu'ils ne le voudraient.

- « Le Kyôi n'est composé que des personnes que j'ai vues ? »

C'était apparemment le cas. Un faible effectif, mais avec des personnes aux capacités redoutables, qui n'avaient plus rien à prouver. C'était ce type de personnes qu'il lui demandait de trouver, et de recruter. Ce fut avec une certaine surprise qu'elle prit le parchemin dans la main, ne s'attendant guère à recevoir des responsabilités et encore moins juste après avoir été elle-même recrutée. Ça expliquait cependant qu'ils ne soient que si peu à en faire partie. Surtout que Saji avait dû reprendre les rênes de l'unité après la mort tragique de Keisuke, et qu'il lui fallait le temps de mettre tout en place. La Yasei s'inclina légèrement, reconnaissante.

- « Merci pour ta confiance. J'ai déjà quelques idées de noms en tête, et je consulterais cette liste avec attention. Je ne te décevrai pas. »

Elle se redressa, et songeait déjà à aller observer ses cibles ou relire leurs rapports de missions. Dans son esprit, elle faisait maintenant entièrement partie de l'unité secrète, et était grandement reconnaissante envers Saji pour avoir pensé à elle. L'heure n'était cependant pour l'instant pas au recrutement, mais à la réflexion. La nouvelle recrue rangea précieusement le parchemin dans un sceau, et prit place autour de la table avec les autres membres du Kyôi, devenus ses coéquipiers. Il leur fallait discuter stratégie, suite à tous les derniers événements. Plusieurs opérations spéciales devraient être mises en place rapidement, de la façon la plus efficace possible.

Debout devant la table, Yasei Akane observait la carte déroulée devant ses yeux. Se remémorant la façon dont elle avait scellé le Dieu, cherchant des failles dans ce qu'elle avait fait afin de pouvoir les exposer aux autres et réfléchir ensemble comment y remédier. Car elle pouvait enfin faire entendre sa voix, exprimer son opinion, être écoutée et prise en compte. Elle pouvait enfin vraiment agir pour Kiri, et ses habitants. Pour tous ceux qui comptaient à ses yeux.

Et ferait ce pour quoi on l'avait élevée : protéger dans l'ombre.


Spoiler:
 

_________________
Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Au ryokan de la Brume Ambrée [Kyōi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: