Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais


(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais Empty
Dim 9 Juin 2019 - 20:27





Entre Samourais



Mitsuo avait décidé de passer par le pays de la terre avant de prendre la route vers celui de la pluie. Un passage aussi bref que nécessaire, il comptait utiliser les reliefs de ce territoire afin de s’entraîner un peu, pour ensuite reprendre la route par la suite. Une fois tout cela fait, il passerait sûrement par le pays du fer pour y déposer les cendres de sa défunte mère, même s'il ignorait parfaitement comment y être accueilli. C'est donc après plusieurs jours de marche que le samourai observa une zone montagneuse, décidant d'y faire une halte afin d'accomplir son objectif du moment avant de quitter le territoire.

- Va faire le tour des lieux, assure-toi que l'on soit seul, Shiro.


Un petit renard blanc sorti de sa veste et sauta au sol, s'en allant ensuite en direction des montagnes, afin de faire un peu de repérage pour le compte du guerrier aux cheveux de neige. Il s'adossa contre une paroi rocheuse, patientant calmement, regardant le ciel en silence. Son sourire s'étira sur son visage en remarquant des nuages sombres s'étendant à perte de vue. C'était une bonne chose, ça l'aiderait à cacher ses traces, et surtout, le bruit. Il n fallut pas longtemps pour la petite boule de poile avant de revenir devant le shinobi, qui posa un genou au sol pour laisser à l'animal le loisir de grimpé sur son épaule droite. Il se releva ensuite et s'étira calmement, prenant une route dans les montagnes. Il déposa ensuite l’animal sur une roche et composa une série de signes, faisant apparaître deux clones qui dégainèrent leurs armes simultanément. Il se rua par la suite sur eux, le choc des lames résonnant dans ce canyon naturel en même temps qu'un éclair bleu zébra le ciel sur toute sa longueur. Mitsuo fit glisser la lame de l’ennemi le long de la sienne et lui envoya un coup de genou au ventre, avant de reculer de justesse, esquivant un coup de lame qui menaçait de le trancher en deux. Il sourit en coin et se baissa par la suite, le combat continuant ainsi plusieurs dizaines de minutes

Il ne restait plus qu'un clone, et Mitsuo empoigna sa lame à deux mains murmurant calmement.

- Tsukuyomi... Korebasu.

Il abattit sa lame rapidement, le sol se fissura et sembla se fendre ensuite, sous la puissance du coup de l'arme, un chakra d'or à sa suite, découpa en deux une petite montagne, ainsi que le clone qui disparut dans un épais nuage de fumée grise. Mitsuo rangea son arme avec un sourire satisfait, s’asseyant par la suite en tailleurs, déposant l'arme devant lui en mettant le tranchant de sa main droite devant son visage, fermant les yeux calmement, dans un acte de prière que sa mère lui avait enseigné étant plus jeune, une façon d'honoré la lame l'aidant dans le combat.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais Empty
Lun 10 Juin 2019 - 17:25

Deux lames
Esprit vagabond, comme à ton habitude. Tes pensées qui se dirigent vers Tetsu, racine désormais balayer, le sang qui réclame la vengeance, sans cesse, bouillonnant à travers tes veines, fluide vital devenu peu à peu adversaire du bon sens. Tu ne peux rien faire, bien consciente de cette fatalité, condamnée à suivre les ordres, dirigeants muets face à l’agonie de ton clan. Le cœur qui se révolte alors que ton honneur, celui des tiens, a été bafoué sans la moindre once de pitié. Un soit-disant shogunat légitime qui a repris les rennes de ta nation, une ascension qui s’est faite dans le sang. Celui du kage, celui d’innocents. Inadmissible. Et les aînés qui s’enferment dans le mutisme malgré les plaintes de ta génération, malgré les réclamations des plus jeunes. Une voie qu’ils bafouent par leur silence, les murmures qu’ils étouffent, alors qu’ils devraient prendre les armes. Soumis à un daimyo puéril, éphémère, ils refusent d’agir, comme toujours. Désormais éloignés du pouvoir, le clan n’a de cesse de perdre de son influence au sein du village shinobi, évincer, tu te prépares malgré tout à la guerre dans l’ombre, perfectionnant ta maîtrise de ton art.

C’est dans ce désir, cette quête de puissance que tu franchis les immenses portes d’Iwa, cherchant refuge dans les alentours montagneux du territoire. Tu recherches cette solitude, cette harmonie dans l’isolement, enseignement énigmatique de ton défunt géniteur. Le perfectionnement au sein de la voie du samouraï qui se trace dans les murmures du passé, les échos du silence. Paroles que tu ne parvins toujours pas a comprendre, cherchant désespéramment ce qu’il insinuait, par le passé, qu’elles étaient ces murmures dont il parlait, cet équilibre qu’il avait fini par effleurer bien des années auparavant. Tu t’enfonces, pas après pas, dans les profondeurs du pays de la terre, profitant des reliefs rocheux pour t’arrêter quelques instants, plaçant le katana à tes côtés, méditant quelques instant à la recherche de ces échos qui t’échappent. Seuls les murmures du vent qui chante entre les canyons et crevasse de parvint, douce mélodie qui apaise ton cœur, l’espace d’un instant. Harmonie fugace, passagère, rapidement un délicat pelage blanc, à une petite trentaine de mètre attire ton regard, puis quelques instants plus tard, le son d’un combat, des lames qui s’entrechoquent au loin.

D’instant, tu saisis ton katana, près à dégainer la lame à tout échos menaçant que tu percevras dans les alentours. Les sens aux aguets, tu t’avances prudemment, jusqu’à ressentir un chakra inconnu non-loin. Toujours attentive, prête a te défendre, tu t’approche jusqu’à apercevoir un épéiste non loin. Du haut de ton point de vue, tu reconnais des techniques quelques peu familières, une fluidité caractéristique à ton clan. En un bond, tu te rapproches, venant interrompre la prière de l’homme, toujours un main saisissant fermement le pommeau du sabre. « Cela ressemblait énormément à des techniques du clan Nagamasa… Je ne vous ai jamais vu par ici, déclinez votre identité, immédiatement. » Tu te veux fermes dans tes paroles, balayant toute hésitation. Une main légèrement tremblante, ignorant à qui tu avais à faire. Il pouvait être n’importe qui… A part un membre de ton clan, son visage t’était complètement inconnu. Un vagabond peut-être, ou pire encore, un déserteur. Cette pensée te fit légèrement déglutir, que viendrait faire un nukenin ici ? Comme tu ne trouvais aucune explication à la présence d’un ronin dans ces montagnes. Les pires scénarios s’accumulèrent dans un coin de ton esprit, te préparant au pire. Tu étais prête à combattre si cela s’avérait nécessaire.



_________________
distant dream
I want to be free
theme + battle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6686-fiche-terminee-nagamasa-midori-distant-dream http://www.ascentofshinobi.com/t6732-nagamasi-midori-la-voie-du-sabre

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais Empty
Mar 11 Juin 2019 - 10:17





Entre Samourais



Le shinobi aux cheveux d’argent s’arrêta en entendant une voix, se retournant dans la direction de celle-ci, tendis que la petite montagne tranchée en deux s’effondra en arrière-plan. Il plongea son regard dans celui de la femme s'adressant à lui, pointant la lame de son arme vers elle en la fixant, une partie de son visage caché par sa casquette à trois points. Il lâcha un profond soupire et rangea calmement son arme, secoua légèrement la tête par la suite.

- La bienséance exige en général que l'on se présente avant de réclamer le nom d'une personne, mademoiselle.


Affichant par la suite un sourire, il abaissa légèrement son couvre-chef, avant de prendre une soudaine impulsion, se retrouvant en une fraction de seconde à quelques millimètres de la demoiselle qui portait une tenue relativement similaire à la sienne d'ailleurs. Il croisa alors les bras en soupirant légèrement, lançant un regard sur le côté, tendis que le petit renard blanc de plutôt grimpa sur son épaule droite.

- Enfin, peu importe... Je me présente... Fukuhara N. Mitsuo, fils de Fukuhara Uryu et Nagamana Shina. Suite à la mort de mes parents je me suis mis à voyager dans le Yukan, le reste, ça ne regarde que moi. Maintenant que vous savez mon nom, puis-je avoir l'audace de demander de le vôtre ? Je n'aime pas être le seul à donner mon nom, ça me donne l'impression d'être interroger.


Il replongea son regard dans celui de la jeune femme, la fixant calmement, les bras croisés sur son torse, prouvant ainsi son non-désir de l'attaquer. Il lâcha un léger soupire en voyant les tremblements de la jeune femme, secouant légèrement la tête de façon négative. Il reprit alors la parole, calmement.

- Vous devriez vous détendre... Si vous comptez m'attaquez, calmez au moins vos tremblements sinon vous risqueriez de commettre des erreurs basiques. D'autant plus que je n'ai aucune raison de vous combattre, je suis un simple voyageur après tout, je n'ai pas pour projet d'entrer dans le bingo book d'un pays ou d'un autre pour avoir tué une pauvre jeune femme effrayée. Alors si vous pouviez... Cesser de menacer d'attaquer avec cette posture hésitante, ce serais plus que bénéfique pour nos deux personnes, comme je viens de vous le dire, je n'ai aucune raison de vous attaquer et vous tuer, alors, s'il vous plaît... Évitez de m'en donner une, hm ?

Il baissa le regard sur la main de la femme qui tenait fermement le manche de son katana. Nul doute qu'elle était une samourai aussi, vu la posture... En revanche, ce qui faisait tâche, c'était son manque de contrôle. Il avait toujours pensé qu'un Nagamasa était maître de ses émotions, en toute circonstance. Manifestement, c'était une caractéristique qu'il ne semblait pas partager avec tous les membres de son clan.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais Empty
Jeu 13 Juin 2019 - 21:56

Deux lames
Soupir las que tu voiles à peine. Tout comme cet éclat d’orgueil qu’il arbore dans sa ponctuation, quelques mots suffisent, attitude particulièrement déplaisante, bien que ton approche n’était pas immaculé de tout vice non plus. Gamine craintive sous une cape flamboyant, regard sanguin qui tu camoufles sous ton couvre-chef, unique excentricité arborant ta tenue. Tu recules d’un pas, proximité déplaisante, en desserrant ta poigne sur ton arme, une menace obsolète comme il venait de le sous-entendre, simple vagabond, loin d’être un déserteur comme tu le craignais. Pourtant, il cita un nom troublant, vague écho légèrement familier, sans doute avais-tu déjà aperçu son nom dans d’ancien registres du clan. Au final, rien de réellement marquant, puisque ses traits ne te rappelaient rien, même pas ceux de lointains cousins resté au Pays du Fer. Bien que ta mémoire puisse te faire défaut, imparfaite malgré tes efforts, le doute aurait été permis s’il t’avait reconnu, ce qui ne fut pas le cas dans la situation présente. Sans doute que vos chemins ne s’étaient jamais croisé auparavant, il était un parfait inconnu parcourant un pays qui n’était pas le sien.

Les questions pourraient s’accumuler par centaine, mais la curiosité est inexistante, au final, tu as entendu tout ce que tu voulais entendre. Sans doute avait-il trop parler, assez pour t’irriter, mais tu refusais de te laisser emporter une nouvelle fois dans ce petit jeu, tu refusais de t’embraser devant ce vagabond, pas aussi facilement, alors qu’un poing se sert, illustrant une affreuse envie de leur faire taire. Bien que méfiante, elle refusait d’être qualifier de « jeune femme effrayée » car la peut signifiait la mort pour un épéiste, ainsi que pour un shinobi. Réalité que tu rejettes, cette peur incessante de livrer bataille, incapacité absurde a te lancer complètement dans la bataille, un esprit trop lucide pour ne pas voir la cruauté qui ressort de ces nombreux conflits qui déchire le monde. C’était cet unique brasier, la rage, qui te faisait tenir fermement ton épée, vice devenu unique guide sur ta voie.

« Nagamasa, Midori. » Unique réponse que tu articules froidement avant de tourner les talons. « Et bien que cela vous semble incorrect. Il est normal de demander son nom à un vagabond qui possède un sabre. Notre monde étant en guerre, vous aurez aussi bien put être déjà inscrit dans le bingo book. » Ne surtout pas céder à la facilité, cette pensée faisait écho tandis que tu arborais, presque fièrement, le masque de la froideur. Une voix plus posée, mais toujours ferme. « Et bien que mon ton vous semble désagréable, ça reste dans mon devoir de shinobi et de samouraï d’agir ainsi. » Conviction ancré en toi, ton devoir était une priorité absolu, rôle sacré en temps que Samouraï, tels était les préceptes de la voie du Bushido. Toi qui avait décidé de dévouer ton existence à Iwa. Et cela malgré les doutes qu’apportent ces murmures inaccessible. Envieuse dans un sens, il menait sans nul doute une vie que tu as longtemps rêver, ce fichu vagabond. Étais-ce pour cela que cette sensation désagréable ne te lâchait pas ? Un subtile mélange d’agacement et de mépris, poison qui s’immisce sous ta carcasse, qui alimente sans cesse cet intense brasier qui veille au cœur de ton être. Malgré l’amertume qui persiste au bord de tes lèvres, saveur immonde, tu ne montres rien. Jeu d’ombre manier habilement, mais pour combien de temps encore ?



_________________
distant dream
I want to be free
theme + battle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6686-fiche-terminee-nagamasa-midori-distant-dream http://www.ascentofshinobi.com/t6732-nagamasi-midori-la-voie-du-sabre

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais Empty
Ven 14 Juin 2019 - 10:08





Entre Samourais



Il sourit en coin, observa la femme en silence avec un regard d'une neutralité effrayante. Il ne dit rien, se contentant d’écouter pour le moment. Il explosa ensuite de rire, regardant le ciel un moment, avant de reposer son regard sur elle, un léger sourire en coin des lèvres.

- Je vois vous êtes donc un chie... Shinobi du village de la roche. Je n'ai cure des règles de votre village, je n'ai aucune affaire avec lui, ni aucun autre village ninja d'ailleurs. Alors à moins que ce village compte jouer de son pouvoir pour arrêter un pauvre voyageur sans défense tel que moi, je vous suggère humblement de lâcher la prise de votre arme. Il serait dommage que je doive vous tuer parce que je me sens menacer, ne croyez-vous pas ?

Il claqua ensuite des doigts, le renard présent sur son épaule droite, disparu dans un nuage de fumée blanche, signe que l'animal n'était ni plus ni moins qu'une invocation. Il lâcha un léger soupire, plongea son regard droit dans celui de la femme, un regard assuré, signe d'un homme ayant déjà connu le combat, et possiblement, déjà tuer.

- D'autant plus que vous n'avez jamais tuer n'es-ce pas ? Cette lame n'a probablement jamais ôter la vie d'un être humain, pas plus que la personne la possédant. Je ne comprendrais jamais ce désir d'être chien à la botte d'un pays. D'autant plus que vu votre nom, vous serez certainement bonne à servir les intérêts politique du clan, et épouser un homme que vous n'aimez pas, tout comme ma mère avait été menacer de le faire. Enfin, je suppose que si cela vous amuse de n'être rien de plus que des outils... C'est votre problème. D'ailleurs, vous devriez faire attention.

La dernière partie de la phrase ne venait pas de l'homme aux cheveux d'argent, non, mais d'une personne derrière elle,en fait, la même personne. C'est dans un sourire que l'homme face à elle disparu, ne laissant rien, tendis que l'original, vu que le premier était manifestement un clone, se tenait dans le dos de Midori, soupirant légèrement. Il ne semblait pas prêt à frapper, ni même enclin à le faire. Visiblement, il n'en avait pas vraiment envie.

- En tout cas j'apprécis assez ta tenue, elle ressemble beaucoup à la mienne. Moi qui pensais être original dans mon choix vestimentaire. D'ailleurs, si nous nous amusions un peu, tant que tu es là ? J'ai toujours étais curieux du niveau des samouraïs hors de Joheki. J'ai bien envie d'échanger quelques coups avec toi.

Il sortit son katana, dirigeant le côté non tranchant vers elle en souriant en coin, la tenant d'une main, en diagonal devant lui.

- Voyons voir si l'arcane lunaire est un style viable, permet moi de mesurer ta force, Midori-san.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(flashback with Nagamasa Midori) Entre Samourais

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: