Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Panséléne ~ Ayume
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 4:54 par Aburame Ayume

» Bonsoir Par... Kiri ! - [PV La Kenpei]
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 4:24 par Uzumaki Ryuji

» Restauration rapide [PV Mugen Oda[
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 3:35 par Uzumaki Ryuji

» Hidemi "Kajiya" Hashimono
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 3:07 par Hidemi Hashimono

» Jishin Lifestyle ~ Toph
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 1:56 par Chokoku Kyouka

» 03. Changer de zone
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 1:52 par Akimichi B. Hyakuzô

» Pause méditative [PV Yasei Zoku]
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 1:20 par Yasei Zoku

» Hommes et bêtes
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 0:50 par Yasei Zoku

» Comme l'a dit l'ancêtre : ensemble ! [Avengers]
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 0:27 par Shirō

» Le... Frigogidaire ? | Ft. Chôkoku Kyouka
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada EmptyAujourd'hui à 0:13 par Chokoku Kyouka

Partagez

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada

Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Mar 11 Juin 2019 - 23:30
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
Il était enfin temps pour Tomoe de quitter son agaçante routine. Rondes sur rondes, la Lieutenante n’en pouvait déjà plus. Elle qui était friande de liberté, d’aventure. Si Rei sous son masque lui avait assuré un avenir qui comblerait ses désirs, pour l’heure le contre coup de la guerre et les choses à faire suite à celle-ci étaient bien loin de ce qu’elle avait imaginé pour la suite. Mais elle osait espérer que ce n’était que de passage, et la veille, son vœu avait été exaucé.

Un avis de mission qui lui était expressément adressé, et lorsque la Chôkoku l’eut lu pour la première fois, un large sourire s’était affiché sur son faciès. Quelle assignation prévisible en fin de compte, mais la Lieutenante n’aurait jamais cru qu’on lui ferait le coup une deuxième fois. L’Empereur avait donc une certaine forme d’humour, et ce n’était pas pour déplaire à la brunette qui s’était impatientée toute la soirée. Un seul détail la chiffonnait : un certain jeune soldat récemment recruté qui l’accompagnerait. C’était bien loin de son binôme, le vrai. Le Tanuki-Tsuki lui manquait, mine de rien. Mais une mission était une mission, et dès lors que le destin la ramenait à une certaine nostalgie telle que celle-ci, Tomoe ne pouvait en être que comblée au premier abord.

Un convoi d’armes. Encore. Peut-être était-ce sa performance non loin du pont Yûgure qui avait poussé le Yamanaka à choisir l’Explosive dans ses rangs pour l’arrêter. Après tout, elle s’était d’ors et déjà montrée capable. Un choix notable qui plaisait à la brune alors qu’elle avait défilé les rues encore en reconstruction de Kumogakure jusqu’à la sortie du village. Une heure précise avait été délivrée à ce Nobusada de la part de la Lieutenante, si le premier avait été une réussite, il était hors de question pour elle que le deuxième soit un échec, et ceci commençait par partir au plus tôt pour ne pas prendre de risque. Si ce fameux convoi sortait des terres de Kaminari, il était probable que les Teikokujins ne pourraient le récupérer. Il fallait donc agir vite.

La confiance dans le sang toujours bouillonnant, c’était les poings posés sur ses propres hanches que la Chôkoku scrutait chaque arrivée d’un regard fixe. « A trois, je pars sans ce Nobusada. » Fit-elle en se parlant à elle-même –un tic qu’elle avait récemment retrouvé. « Un peu de patien... » Elle se stoppa immédiatement pour dégainer avec une nouvelle phrase, contredisant la dernière, car elle s’était coupée la parole toute seule. Une voix enjôleuse, chantante même. Le sourire accroché et les sautillements d'excitation. « Un... ~ Deux… ~ » Tomoe, folle ?
☾ anesidora

@Nobusada
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Mer 12 Juin 2019 - 13:55
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Complètement folle, oui.

Eternelles réminiscences diurnes. En voguant sur les pavés tel un bateau ivre battant la rame sur la lame, l'être d'une blancheur raffinée se rendît jusqu'à son premier rendez-vous avec le Teikoku, savourant sa liberté en songeant que, même morose, la route qu'il arpentait était moins sinistre que son enfermement. Les longues années qu'il avait passé dans le froid cachot de sa solitude criminelle avaient coulé comme des millénaires, goutte par goutte, assez lentement pour qu'il s'enfonce dans un abîme de chaos au fond duquel quelques maigres rayons filtraient à travers le voile obscur d'une nuit opaque et gourmande, une nuit qui après avoir dévoré le firmament s'était tourné vers l'esprit dément de Nobusada pour en faire son prochain festin. Son seul salut était venu du Kôgen qui l'avait guidé dans ce chaos ambiant et c'est sans doute pour lui qu'il avait fait l'effort de poursuivre sa pénible existence : une dévotion sans égal et sans mesure pour rattraper sa dette.

C'est ainsi que, durant le jour et la nuit, une fois les barrières de son cachot brisées, il avait vagabondé dans les rues en déposant des particules de plâtre sur les lieux où gisaient sinistrement quelques vestiges de l'ardent conflit : là où les guerriers étaient tombés, il versait quelques particules blanchâtres, symboles discrets pour la lumière, pour rendre hommage aux victimes. D'une certaine façon, il espérait que cela pourrait les apaiser et permettrait à la source lumineuse de retrouver les âmes égarées et de les guider vers les astres, qu'ils soient lunaires ou solaires, pourvu que les défunts s'élèvent.

Bientôt, son devoir le rattrapa néanmoins. S'il avait une dette envers le Kôgen, il en avait aussi une envers le Teikoku et inévitablement il devait payer le tribut de son émancipation. On le somma de se plier aux ordres d'une certaine Tomoe, Lieutenante de l'Empire du Feu, et de se présenter dans les délais au rendez-vous fixé par cette dernière. Un rendez-vous qui s'imposait lorsque l'aurore déposait ses premières gouttes de rosées, à la toute fin de la nuit, pour un départ dans l'ombre.

« Trois. »

Déclara-t-il en arrivant, sinistre et presque fantomatique.

« Enchanté de faire votre connaissance, Lieutenante. Je suis Nobusada. Votre humble serviteur dévoué... »

Fit-il en s'inclinant face à elle, tel un vassal, pour lui offrir ses services, avec l'intime conviction qu'il devait gagner la confiance de cette dernière pour pouvoir s'offrir les faveurs du Teikoku et ainsi espérer accomplir ses véritables objectifs. Des objectifs qui n'avaient rien à voir avec cette simple neutralisation de convoi...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Sam 15 Juin 2019 - 23:50
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
Finalement le temps la rattrapa, et alors qu’elle allait pour formuler la dernière sentence, Tomoe fut surprise d’entendre une autre voix la déterminer. Tournant le visage immédiatement dans sa direction, elle ne put s’empêcher de montrer cette expression quelque peu déçue. Après tout, elle aurait bien aimé partir seule. Non pas qu’elle se surestimait mais il lui était aujourd’hui très difficile d’accepter de faire équipe. Mais l’Empire obligeait, alors la kunoïchi devait bien admettre qu’elle n’avait pas suffisamment de pouvoir pour aller à l’encontre. Son grade la confortait certainement dans l’idée qu’il ne s’agissait plus des mêmes hiérarchies qu’elle avait pu connaître à Iwa. Non, le Teikoku était très différent.

Observant le nouvel arrivant lorsqu’il s’adonna à une révérence, cette fois, ce fut de la surprise qui s’empara du faciès assuré de la jeune femme. Ne répondant qu’avec un regard cherchant le sien, ne comprenant même pas ce qu’il voulait dire par « humble serviteur », la Chôkoku haussa les épaules. C’était un drôle de spécimen celui-là. Cela leur faisait sûrement un point commun, après tout. « Tomoe. Nobusada je présume ? » Une fausse question qui était surtout là pour lui faire comprendre qu’elle avait au moins son nom. « Nous partons immédiatement, alors j’espère que tu as tout ce qu’il te faut et que tu as pris connaissance de notre mission. » Autoritaire cette fois-ci, la brune se retourna sans attendre la moindre réponse et commença à se mettre en marche. Après tout, les deux confrères avaient du chemin à parcourir.

. . .

La Chôkoku n’avait pas eu de véritable occasion pour visiter les recoins du pays de la Foudre. C’était en partie l’occasion bien que les chemins empruntés mèneraient les deux combattants de l’Empire droit vers la frontière terrestre. Mais qui disait ne pas avoir fait de tourisme, disait qu’elle ne connaissait vraiment pas beaucoup les lieux, alors elle comptait très certainement sur le savoir de ce garçon pour les mener à bon port.

« Connais-tu de manière sûre ces terres ? Car nous devons faire vite mais si nous y allons à l’instinct, j’ai bien peur que nous ne les rattrapions pas. » Quand bien même un convoi d’armes ne pouvait être plus rapide que deux anciens shinobis, s’il leur fallait aller à l’instinct, la mission deviendrait un défi quelque peu plus corsé. Après tout, les initiateurs de ce voyage devaient probablement être d’anciens kumojins ne supportant l’occupation ou bien des bandits qui auraient profité du chaos pour agir. « Je penche d’ailleurs sur l'idée que des shinobis seront présents alors il nous faudra être prudent. Si ce n’est pas le cas, alors tant mieux pour nous. » Tomoe qui parlait de prudence. C’était le monde à l’envers. Elle-même se mit soudainement à ricaner bêtement. Au fond d’elle, la Chôkoku savait qu’elle allait encore faire du bruit pour rien et qu’il n’y avait pas meilleure « prudence » que de frapper les premiers…
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Dim 16 Juin 2019 - 23:19
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Dire qu'il connaissait les terres du Kaminari était un euphémisme. Lui qui avait foulé les clairières sinistres gisant sous le ciel nuageux et foudroyant de toute cette nation remarquable, vastes plaines grises sous le voile nocturne et silencieux, n'avait-il pas le chic pour emprunter les meilleurs raccourcis du territoire dernièrement conquis ? Ancien vagabond, il avait erré sur ce plateau comme un nomade solitaire, comme une étoile perdue dans le firmament, toujours à la recherche d'un astre beaucoup plus grand. Sa Voie Lactée, il l'avait trouvé dans une forme de foi irréductible, quelque chose de fascinant et majestueux qui l'avait conquis au plus profond de l'âme : ce mercenaire de jadis était probablement le meilleur guide du Kaminari, tant du point de vue religieux qu'en tant que routier.

Dans un mutisme bien sage et soumis, docile serviteur du Teikoku et de la lumière qu'il avait vu à travers ce nouvel Empire, il avait suivi sa maîtresse. En tant que Soldat, il n'avait pas son mot à dire et n'était somme toute que le vassal sobrement mis à la botte de cette Lieutenante aux airs formidablement déterminés : la Chokoku, dont il ne connaissait que le nom, incarnait assez remarquablement tout ce dynamisme du Feu que prônait haut et fort le Rei conquérant qui avait abattu la tête de la Raikage. Sous le chef de la farouche guerrière, c'était une tradition de vaillants chevaliers qui respirait à pleins poumons : un monstre énorme, d'origine Hijin, qui semblait vouloir dévorer non seulement le Kaminari, mais aussi le monde entier avec toutes ses étendues sauvages.


« Je sais vous conduire où vous le voudrez. Nul homme ne peut égaler ma connaissance du Kaminari, tant j'ai pu vagabonder sur ces plaines. Mais depuis mon incarcération, je présume que certaines choses ont changé. Je crains que nous puissions faire erreur, mais si cela vous rassure, nous ne risquons que quelques détours... »


Il avait les mains jointes sous sa toge, tel un moine itinérant. En même temps qu'il adressait la parole à cette flamboyante Lieutenante de l'empire, il baissait humblement la tête, aussi pieux qu'il était. Une apparence trompeuse pourtant, cachant un vice intime qu'il camouflait habilement à travers sa Foi pour gagner la sympathie de cette étrangère.


« Je puis aussi vous assurer d'une très fine ouïe à vos côté. En effet, je maîtrise l'Onkyôton, et puis déceler par nature même les choses les plus discrètes de notre paysage sonore. Voyez donc cette chenille affamée... »


En se courbant, il pointa du doigt une chenille verte dévorant la feuille d'un ortie.


« Si je sais voir ceci, alors ces bandits ne nous échapperont pas. Seulement, cette faculté n'exclut pas une planification rigoureuse de notre action. Comment comptez-vous vous y prendre une fois que nous aurons retrouvé leurs traces ? »


Ils avaient déjà parcouru un long bout de chemin. La suite de ce dernier serait assez courte, au vu de ses connaissances. Mais le tout était encore d'élaborer une stratégie assez fiable pour remplir les objectifs de la mission : pour cela, la Lieutenante devait donner ses ordres.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Lun 17 Juin 2019 - 2:45
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
La cadence de ces deux missionnés relevait de la précipitation. Du moins, la Lieutenante avait choisi d’instaurer une certaine rapidité pour s’assurer que ce convoi ne lui échapperait pas. Il serait un comble, maintenant que Kumo n’était plus Kumo réellement que ce piètre cortège illégal lui échappe. Après tout, elle n’était pas l’exception qui n’avait pas entendu parler de « l’Explosive », et ceci n’était décidément pas pour lui plaire, d’ailleurs. Tomoe ne s’en vanterait sûrement pas. Elle aurait largement préféré demeurer sans un pareil surnom. C’était bien trop voyant. Bien trop bruyant. Cela interloquait. Mais il lui allait pourtant si bien. Réputation faite auprès du Teikoku, il n’était donc pas question de faillir.

Comprenant de ses palabres bien choisies, très bien trouvées même, qu’il assurait leur itinéraire au sein du pays, la Chôkoku n’en fut que rassurée. La brune se contenta de lui adresser un hochement de tête pour signe d’approbation mais n’en répondit rien de plus. C’était tout ce qu’elle voulait après tout. Cependant, l’homme pâle, lui, ne s’arrêta pas en si bon chemin et de lui-même s’assura de dévoiler certaines choses à son propos. Utile. Autant pour ce bout de chemin éphémère à parcourir ensemble que pour la suite. Du moins les quelques informations qu’elle avait vaguement entendu sur cet individu furent confirmées très rapidement par le concerné.

Un ancien incarcéré. Cela ne pouvait signifier que deux choses : Soit il avait purgé sa peine avant que l’attaque ne survienne, soit qu’il avait été libéré par les vainqueurs. C’était peu éthique, mais après tout c’était à ce jour deux bras et deux jambes de plus au sein de l’Empire et aucun n’était à négliger. Qui était-elle pour juger ça après tout ? Tout au plus une folle enfermée dans une bulle tantôt de colère, tantôt de sournoiserie, ou bien d’amusement. Personne ne savait à quoi s’en tenir avec cette jeune femme, pas même Rei –du moins c’était ce qu’elle imaginait. Alors qu’il eut été un criminel, un petit voleur de bas étage ou qu’importe : A ce jour il était un soldat.

Evidemment, l’initiative de l’intégrer à cette mission pouvait s’avérer évidente avec l’affirmation qu’il n’était pas un hijin à l’origine, et plus encore qu’il avait été considéré « apte » -si le mot était bien choisi- à faire pâle figure dans les geôles d’un village shinobi. Tomoe ne pouvait échapper à l’idée qu’elle servait actuellement peut-être de babysitter ou au mieux d’évaluatrice. Elle n’en aurait pas été étonnée.

Encore une fois, tout ceci importait peu, l’objectif était le convoi et lorsque Nobusada lui intima sa capacité, faisant mine d’une démonstration, la Lieutenante finit enfin par lui accorder un regard intéressé. « Je vois. Un atout certain. » Le son. C’était tout ce qu’elle savait en vérité du nom de cette aptitude. Jamais par le passé elle n’avait pu témoigner d’un quelconque utilisateur. Elle décida alors de lui signaler un arrêt d’une simple alerte de la main rapide. La Chôkoku devait bien admettre qu’il avait vu juste. Quand bien même elle préférait aller droit au but, sans détour, il était plus sage de faire ça de la manière la plus expéditive possible : Autrement dit sans prendre de risque. La dernière fois avait failli lui coûter la vie de son précieux frangin. Quelle figure aurait-elle à, encore une fois, laisser mourir un compatriote.

« Eh bien.. » Commença la Tomoe en pleine réflexion, un semblant solitaire, oubliant presque son duo. « La première évidence fait que nous devons d’abord les trouver et... Il faudrait que nous observions la direction certaine qu’ils choisiront. » C’était évidemment un plan qui estimait le meilleur des cas. « Alors, sans nous faire repérer il faudrait me permettre de les dépasser. Je pourrais alors leur temps un piège pour le moins… Radical sans qu’ils ne puissent le voir. » Simple, efficace. « Ou alors. Serais-tu capable de faire une diversion ? » Le plan B germait. Celui qui lui plaisait davantage. Celui qui pourrait faire un gros carnage…
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Mar 18 Juin 2019 - 21:23
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Plus le temps passait, et plus la suite leur semblait claire. De paroles en paroles, les choses s’illustraient d’évidences en évidences. Tomoe avait quelques atouts cachés, mais elle ne semblait pas encore encline à les lui révéler. Comme s’il n’était pas légitime pour elle. Toutefois, l’idée de pouvoir placer des pièges était chose intéressante et fort astucieuse. C’était sans doute, des deux propositions, celle qu’il préférait ; en tout cas, c’est dans cette perspective qu’il courait le moins de risques. Aussi zélé pouvait-il être, il avait tout de même quelques craintes en jouant le coup de la diversion : qui sait si la Teikokujin ne voulait-elle pas le trahir ? Du point de vue de sa position, équilibre juridique très précaire pouvant à tout instant le renvoyer sous les verrous, l’hypothèse d’une félonie n’était pas négligeable. Après tout, qu’y avait-il de mal, pour l’Empire, à employer les anciens captifs de Kumogakure comme chair à canon, et à les exécuter pour la prospérité des conquérants ? Il n’était rien, sinon un pion sacrifiable sous la main souveraine de la Chôkoku. Il lui fallait redoubler de méfiance et surtout faire preuve de sagacité pour voir à travers les mots ce que l’Explosive pouvait cacher comme intention.

Maquillant sa méfiance à travers un faciès tranquille, dont les paupières closes étaient que le reflet d’un calme trompeur, il écouta bien son interlocutrice. Qui était-elle vraiment ? Une Lieutenante de l’Empire, pour sûr. Une Lieutenante qui, un jour ou l’autre, avait dû mériter sa place. La Chôkoku, sous ses airs assurés, était une prédatrice redoutable ne craignant guère de consentir à quelques sacrifices pour parvenir à ses fins. Cela, le mystique Nobusada ne pouvait guère le savoir, mais anticiper toute sournoiserie possible faisait partie d’une sorte de réflexe primaire, une conduite instinctive pour sa propre intégrité. Croix de bois, croix de fer, il se jura de ne pas se laisser tromper, ouvrant ses paupières pour déposer sur la guerrière un regard fauve et empli d’appétit : un air sordide qui en disait long sur son potentiel de tueur, lui qui pouvait tout aussi bien trahir Tomoe et profiter d’être à la frontière pour fuir le Kaminari.


« Une fois que nous aurons trouvé leur piste, nous saurons planifier une action digne de ce nom. Mais je crains que, du fait de notre sous-effectif, nous puissions courir un grave danger en nous séparant : s’ils transportent des armes de façon clandestine, il est probable qu’ils sachent se battre, comme vous l’avez avancé, mais je suppute également qu’ils possèdent des éclaireurs, peut-être plus compétents que nous. Je suis d’avis de commencer par étudier notre adversaire, et pour cela, rien de tel que les bruits de couloir. »


Il se tût quelques secondes, avant de poursuivre, en pointant du doigt une direction étrangère.


« Dans cette direction, je connais un petit village, à quelques kilomètres de la frontière. Je peux vous y guider. C’est l’endroit parfait pour faire une halte. Les paysans qui y vivent sont facilement corruptibles, s’ils sont encore en vie. Contre quelques pièces, nous pourrions obtenir des informations ; mais attention à ne pas nous trahir, car ils pourraient en faire de même avec notre ennemi si ce dernier se mettait à tenter d’obtenir des renseignements sur ses persécuteurs. D’ici quelques heures, nous pourrions sans doute l’atteindre. Qu’en pensez-vous ? »



Il ne pouvait guère choisir au lieu de la Chôkoku : mais au moins, il lui donnait quelques pistes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Ven 21 Juin 2019 - 1:05
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
Les objectifs de tout ceci n’étaient pas de faire du tourisme et encore moins de se poser des questions. Alors quand bien même ce blanc-bec était étrange autant dans ses manières que dans ses quelques mots –bien trop pompeux et couvert d’un respect trop exacerbé au goût de Tomoe- il ne semblait pas dénué de logique et de sens. Il apparaissait même bien plus calme à l’instar de l’Explosive. C’était peut-être l’un des naturels tranquilles qui canaliserait l’impulsive Chôkoku, et ce n’était pas plus mal.

Ce fut donc d’une assurance calme qu’il exposa sa propre vision. Le Nobusada confortait dans l’idée qu’il était bien moins fonceur que la lieutenante. Elle en fit même une petite moue, d’une déception apparente. Non pas qu’il désolait lui personnellement, mais elle se rendait bien compte que sa proposition serait très certainement la plus précise. Pris par le temps, le binôme ne pouvait se permettre de perdre la moindre heure pour retrouver ce convoi : Ce-dernier ne devait pas passer la frontière. Alors se résoudre à prendre quelques minutes à la recherche d’information était la chose la plus sereine à employer. « Bien. » Se contenta-t-elle simplement en reprenant la route de plus belle.

Il poursuivit ensuite sans qu’elle ne lui adresse un regard supplémentaire alors que Tomoe empruntait d’une allure plus pressée la voie qu’il avait suggéré. La jeune femme choisissait effectivement ce que le natif avait à proposer. Après tout, elle se savait en territoire inconnu, malgré l’annexion du village militaire. « Il y a de forte chance que ces voleurs aient pris la peine de s’arrêter un peu. » Mais est-ce que les villageois seraient enclins à leur donner ce pourquoi ils étaient là. Quelques pièces, oui. L’avarice, l’argent, c’était une manière de s’assurer quelques mots de la part de quiconque. Du moins dans la plupart des cas. Ils n’avaient plus qu’à espérer…

. . .

Le village prétendu par le soldat ouvrit ses portes. Du moins, le duo pénétra étonnamment sans difficulté. Bon, Tomoe s’y attendait un peu après tout, ils n’étaient que des paysans sur les terres de la foudre. Et avec la conquête du Teikoku, la jeune femme osait imaginer que ce n’était pas sans force militaire que des hostilités pourraient s’éveiller. Ils auraient pu être de simple voyageur. Quoique… Le regard de la Chôkoku, aussi méfiant qu’avide d’une sévérité prononcée n’était pas forcément très rassurant à regarder. Alors, lorsque certains passants, marchands, la croisaient, les yeux semblaient s’échapper. « Qu’est-ce qu’ils ont tous... » Se demanda-t-elle d’une voix basse alors que son camarade aurait sûrement pu l’entendre.

Un regard à droite, un autre à gauche, puis elle pointa du doigt une auberge au hasard, peut-être une parmi quelques autres au sein d’un village si bien placé. Ils n’étaient pas si éloigné de la frontière sud alors les passages devaient être divers et variés ici. Peut-être même que d’autres envoyés de Hi étaient présents ici.

Tomoe n’attendit pas d’approbation et pénétra au sein de l’établissement lançant son même regard à travers tous les gentils et sages clients. Tentait-elle vraiment de passer au crible les lieux ? C’était en tout cas ainsi que beaucoup l’interprétèrent. La Chôkoku n’était peut-être pas très douée dans ce genre de filature… Décidément l’action la réussissait beaucoup plus. « Par quoi on commence Nobusada.. » Commença-t-elle avant de subitement afficher un large et joli sourire. « Un petit plat ? » La menteuse n’avait pas l’intention de manger, évidemment, pas dans un moment pareil, mais elle n’était pas aussi stupide pour faire alerte sur leurs présences. S’ils devaient interroger de gré ou de force, cela ne pouvait se faire à la vue de tous, avec le risque d’un convoi reparti plus vite que prévu. Si cela n’était pas déjà le cas…
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Sam 22 Juin 2019 - 21:36
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Après un long périple, les deux aventuriers s’échouèrent donc dans un village. Torturées de fatigue, leurs jambes ne demandaient qu’un peu de repos : mais l’esprit trop consciencieux de ces va-t-en-guerre ne semblait tolérer aucun répit. L’Explosive, aussitôt qu’elle passa la frontière invisible de cette communauté paysanne fort reculée du centre névralgique du Kaminari, décida de jeter son dévolu sur une auberge. Réalisant par de simples coups d’œil qu’aucun de ces deux étrangers n’était visiblement attendu au milieu des pâtures, ni probablement les bienvenus en ces temps troubles puisque cela ressemblait manifestement à une visite fortuite sans doute annonciatrice de malheurs à venir, la Lieutenant somma rien que par son itinéraire de courtoisie à son associé de la suivre jusque dans l’auberge. Comme deux comètes rôdant dans la Voie Lactée sans avoir choisie de planète sur laquelle s’écraser, ils entrèrent : partout, des individus comme des astres en orbite gravitaient à des tables en bois, étoiles hétéroclites se passant le témoin, comme si chacun redoutait que son sol fusse frappé de ces deux astéroïdes. Sacrifier l’autre pour ne pas être touché soi-même. Fuir ces deux monstres chimériques.

Tout l’équilibre de ce champs gravitationnel fut perturbé par l’irruption inopinée de ces visiteurs aux allures galactiques, venus de loin, d’un endroit que sans doute personne n’avait jamais visité : une autre dimension, chaotique au possible, qui menaçait d’exploser sur ces territoires tranquilles. Rien que dans leur façon de se tenir, et dans leur apparat, les deux étrangers criaient « guerre ! » ; et les malheureux paysans, se jetant des regards complices et lourds de sens, s’accordaient tacitement à penser qu’il valait mieux ne rien dire. Malgré le sourire de Tomoe, rien ne put alléger l’atmosphère qui s’était transformée en véritable chappe de plomb, ambiance d’une lourdeur insoutenable, poudre prête à détonner.

Tandis que la Chokoku tentait d’alléger l’atmosphère générale, Nobusada scrutait rigoureusement chaque faciès. Avant d’entrer, il avait prêté une oreille intéressée du dehors, usant de ses facultés pour s’octroyer quelques renseignements. Dans une conversation, il sut déceler deux mots bien précis. « Convoi » fut le premier d’entre eux. « Bunji » fut le second. Le pâle fanatique enveloppé de son aura mystique s’avança dans la pièce en laissant la porte grincer derrière son passage, lui qui suivait docilement la Lieutenante en train de dévisager la foule.


« Je ne saurais vous refuser un tête à tête autour de quelques saveurs à déguster… mais avant tout, nous devons interroger Bunji. »


Ces mots, jetés dans l’abîme du doute, se cristallisèrent comme un seul regard, fruit de tous les autres : un œil de cyclope dardant le concerné. Toute l’auberge, attentive aux dires de ces deux olibrius, se pencha sinistrement sur le malheureux, ainsi que sur ses deux compères. Le trio ainsi pointé fut bouleversé : chacun recula dans le fond de sa chaise comme pour se mettre sur la défensive. Les deux émissaires de l’Empire, comme deux mercenaires, arrivaient en prédateurs dans un troupeau fragile, et ces trois-là seraient vraisemblablement l’objet de leur convoitise. C’est comme si tout à coup le piège s’était tendu, frappant ces deux gus et la femme qui les accompagnait de fatalité : et les autres étaient pour contempler leur sort tragique. Trio sacrifié. Félonie tacite des pairs. Les concernés étaient une offrande de chair aux deux nouvelles créatures venues de lointains horizons.


« Que… »



Timide, tremblant et blême, Bunji observait les intrus avec des yeux écarquillés, emplis de terreur.


« Que me voulez-vous ? »


Sinistrement, les deux étrangers le fixèrent. L’heure était donc venue de passer à table, et de cuisiner ce timide paysan…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Dim 23 Juin 2019 - 15:00
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
L’effet escompté de cette mise en avant, disons, diplomatique fut un échec cuisant. Peut-être portaient-ils tous les deux le glas de ce qui faisait les angoisses et maux de ce petit village tranquille. L’Empire était là. Sur leurs côtes, dardant leurs moindres faits et gestes. Après tout, ils devaient tous se douter que ce jour arriverait plus vite que prévu. Point culminant des voyages entre Kaminari et le reste du grand continent, cette bourgade ne pouvait être si calme et paisible que tous ces plébéiens l’espéraient au fond d’eux. Alors trêve de faux-semblant, Tomoe s’avoua bien mauvaise actrice et retourna sa supercherie aux abîmes d’un visage ténébreux et sans amabilité.

Ce fut pourtant Nobusada qui engagea la danse macabre. Ses deux petites phrases si précises, le piège à loup se referma sur ce qui ne pouvait être que l’objectif de leur escale. Au même titre que tous les présents paysans, les iris nocturnes de la Chôkoku se dirigèrent sur la table des concernés. C’était presque trop facile. Alors que le pâle soldat s’avança en premier, la lieutenante fit un petit détour. Venant à une autre table pour, sans quémander, s’emparer du dos de la chaise pour la glisser si bruyamment sur ce sol en bois. Un bruit aussi lourd que la présence mal avisée des deux Teikokujins. Elle cessa le vacarme au moment où le siège fut placé parmi la ronde de cette rencontre qu’elle espérait porter des fruits mûrs et non aussi pourris que son âme.

L’Explosive s’y assit, les coudes avancés sur la table, annonçant la fin de leur petite beuverie. Les hésitations du principal intéressé, à en juger les regards effrayés par ses deux comparses, Tomoe se fit insistante mais en silence. Du moins pas longtemps. « Alors voilà, je vais t’expliquer. » Aucun d’eux n’avait de temps à perdre, après tout. « Il y a deux rythmes possible : Soit tu nous dis clairement sans aller-retour ce que nous voulons savoir ; Soit nous prenons le temps, lentement, de t’arracher les faits de ta petite tête. Littéralement. » Son large sourire nouvellement enjôleur allait tout simplement à l’encontre totale de ce que la jeune femme avançait, et pourtant il sembla glacer le sang de cette autre femme autour de la table.

« Mais.. Je.. Ne comprends pas. » Une phrase qui fit pâlir la lieutenante qui lança un énième regard à son camarade. C’était une vaste blague qui n’attendrit pas Tomoe, bien au contraire puisqu’elle était passée d’une expression à toute autre en l’espace d’un instant. Elle déchantait. Mais pouvait-elle réellement être surprise ? Quel abruti pouvait vendre la mèche si facilement. Encore fallait-il que Nobusada ait dépêché le gros poisson dans cette mare vaseuse, mais ça, la Chôkoku osait croire qu’il avait fait mouche. « Je vais du coup te rafraichir la mémoire et imaginer qu’il ne s’agit que des effets de l’alcool qui te la font perdre. »

Elle recula son dos fin au fond de sa chaise et croisa les bras, prenant ses aises. « Des voleurs sont en escapade. » Assurément, la discrétion était bien moins de mise, mais il était clair pour Tomoe qu’elle n’attendrait pas bien longtemps avant de perdre ce qu’elle possédait de patience. « Or, nous sommes là pour eux. Ce qui est une bonne chose pour toi puisque finalement, tu n’es pas la cible de tout ça, n’est-ce pas ? » Elle haussa un sourcil qui sembla obliger à ce Bunji de reprendre aussitôt, agitant ses mains nerveusement au-devant de son visage. « Non non, je n’ai rien fait dans cette histoire. » L’aveu était un met si goutu que l’ancienne Tsuchijine ne regretta pas ce plat qu’elle avait proposé plus tôt. Première information : Il semblait effectivement savoir de quoi il s’agissait. « Dans ce cas... » Tomoe prit le récipient de la jeune femme à côté de l’interroger pour y boire une gorgée sans une once de politesse. « Raconte-nous. »
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Dim 23 Juin 2019 - 22:14
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Otage. Entre les deux étrangers, Bunshi se sentait coincé dans un étau. La façon dont ces intrus s’étaient emparés de l’atmosphère rappelait de façon oppressante que l’Empire avait posé son drapeau sur les plaines du Kaminari. Comme si Rei avait dépêché ses propres sentinelles, les deux shinobis se tenaient là, patients et tactiques, deux fauves dans un troupeau de gibiers n’attendant que de choisir lequel leur ferait l’honneur d’un festin. Glaçant. La présence de Tomoe et de Nobusada imposait un silence persécuteur.

Le jeu prenait une tournure malsaine. Capables de précipiter n’importe qui sur la potence, de décapiter le moindre récalcitrant, les sentinelles guettaient, frelons orientaux, oiseaux de mauvais augure. Autour de Bunji, ils semblaient se disputer la charogne et se délecter de sa détresse. C’était à se demander si ces deux néo-arrivants étaient des justiciers, ou des assassins déguisés. Cela ne changeait rien pourtant rien au problème. A l’aune d’une évidente impuissance, incapable de changer cette situation, l’otage dût se résigner, même devant l’oeil désapprobateur de ses confrères. Face à la farouche Teikokujin, il prit le ton du secret, murmure des confidences. Aveu forcé devant la guerrière qui, de son regard dardant, lui mettait métaphoriquement le couteau sous la gorge.


« Promettez-moi qu’aucun mal ne leur sera fait. »



Il jeta ces paroles dans un gouffre de vide. Les guerriers de l’Empire du Feu n’étaient ni des sentimentalistes, ni des débonnaires : il paraissait évident qu’ils n’attendaient que de faire couler le sang de leurs ennemis. Cela les rendait encore plus terribles qu’ils ne l’étaient naturellement. Derrière la lieutenante qui dévorait l’âme de Bunji, Nobusada balayait de la pièce de son regard délavé, absent de toute sensibilité : il posait ses iris froides sur chacunes de celles qui se révélaient un peu trop curieuses, tâchant de déceler la félonie.


« Plusieurs personnes n’acceptent pas la défaite face à l’Empire du Feu. Des groupes se sont organisés pour entamer des mouvements de révoltes. Certains ninjas sont devenus des nukenins et ont participé, avec d’autres citoyens, à développer un réseau de contrebande. D’ici demain soir, plusieurs convois feront route des quatres points du pays jusqu’à un point de ralliement, situé à une heure de marche d’ici, en direction de l’Est. »



Les mains de Bunji tremblaient. Terrifié, sa langue semblait vouloir parler plus vite que de raison : tout dire, pour ne pas être accusée d’avoir omis quelques informations.


« Pour le moment, ils récupèrent des armes et envisagent de passer de l’autre côté de la frontière pour ne pas craindre une embuscade du Teikoku. Vous savez, ce sont peut-être des brigands, mais ce sont aussi des citoyens du Kaminari. Ils savent les risques encourus… Par pitié, épargnez-les... »



Soudain, la porte de l’auberge s’ouvrit, laissant apparaître une femme aux airs sauvages. Ses cheveux bruns, détachés, tombaient sur ses épaules, et ces dernières étaient entouré d’une sorte de peau de bête. Amazone d’allure, l’intruse resta là, figée dans la contemplation. Il émanait quelque chose d’elle qui alerta Nobusada.


« Tomoe… je crois que les ennuis commencent. »



Dernière édition par Nobusada le Lun 1 Juil 2019 - 22:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Mar 25 Juin 2019 - 21:07
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
Les tapotements de l’index fin de la jeune femme sonnait telle l’horloge d’un temps qui s’écoulait de plus en plus. Elle attendait de tout savoir, mais pour Tomoe attendre ce n’était pas une bonne chose, loin de là. Alors son sourire se mit à s’élargir lorsque l’interrogé se mit à table. Scrutant le moindre de ses gestes nerveux, de ses hésitations et même chacun des traits du visage de Bunji. Il avait été conciliant, suppliant, bavard, c’était là le plus important. La Chôkoku aurait été fichtrement en colère s’il n’avait pas choisi de dévoiler ce qu’il savait. Les regards à la fois craintifs et réprobateurs de ses deux camarades en disaient pourtant long sur leurs jugements. Mais qu’auraient-ils fait à la place de leur ami lorsque deux monstruosités –si telle était la manière qu’ils pouvaient les voir- se montraient subtilement menaçants. Et encore, ce n’était rien en comparaison avec ce qu’aurait pu être la lieutenante, mais ça ils ne pouvaient décemment pas le savoir.

Elle ne montra absolument rien, elle ne répondit à rien tandis qu’il déroulait le tapis pour une Teikokujine assoiffée de savoir. Les informations fusant, elles faisaient émerger dans l’esprit de Tomoe diverses possibilités. La première chose à retenir était, à son sens, qu’ils étaient très certainement bien plus qu’elle ne l’avait imaginé. Ils s’étaient organisés. Peut-être avaient-ils appris de leurs erreurs passées. Après tout, l’Explosive pouvait être considérée comme le bourreau de leurs tentatives : Elle en était déjà à son deuxième convoi d’armes kumojines. Seraient-ils là ? La Chôkoku songea à ces trois shinobis qui avaient fait les frais autant qu’ils ne lui avaient pas laissé un bon souvenir. La concernée en grimaça légèrement avant de retourner de nouveau son attention sur l’informateur.

La deuxième qui fut retenu fut évidemment leur destination. Hayashi ? Bien plus sceptique sur la véracité de cette révélation, l’ancienne Yaojine ne s’y attarda pas plus puisqu’il était hors de question qu’ils parviennent au-delà des frontières. Si elle ne se pencha pas sur les états d’âme de l’homme assis face à elle, la suite fut nettement plus intéressante : Leur localisation. Elle était le point clé dont les Teikokujins avaient besoin. Et s’il fallait penser à l’éventualité que le bavard ne soit autre qu’un menteur, c’était une piste. « Pour le moment des armes ? » Tomoe ne put s’en empêcher, lui accordant un regard plus strict encore. « Eh bien peut-être désirent-t-ils venir récupérer quelques biens qui leur.. Appartiennent ? Bégaya l’homme qui se rendait bien compte qu’il venait sûrement de dire quelque chose qui contraria son interrogatrice. Elle inspira profondément et se leva avant de se pencher pour rajouter en murmurant. « Plus rien ne leur appartient… » Pas même leurs propres vies. Songea intérieurement la Chôkoku avant de se redresser et de se tourner vers l’immaculé.

Alors qu’elle allait entamer une petite discussion, son camarade qui semblait rivé sur autre chose l’incita de ce fait à détourner les yeux. Sa phrase était assez limpide pour que Tomoe dévisage tout bonnement cette femme à la prestance évidente au sein des lieux. « Je vois. » Parfaitement calme c’est pourtant d’un large sourire amusé que Tomoe s’adressa d’une voix forte au soldat. « As-tu vu quelqu’un quitter les lieux Nobusada ? » L’Explosive s’avança simplement avant de passer juste à côté de l’étrangère qui ne bougeait plus. Le regard toujours porté sur elle.

La lieutenante se contenta de glisser une main dans sa sacoche d’argile afin d’en prendre un bout. Après tout… Il était certain que si tout ce beau monde pouvait quitter les lieux, il était probable qu’ils tentent de les devancer pour aller prévenir ces chers amoureux de leur patrie… Et cela n’était pas envisageable. Soit Nobusada trouvait un moyen de régler cette possibilité de manière plus calme, soit Tomoe comptait assurément sortir et faire sauter cette mignonne petite auberge.
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Ven 28 Juin 2019 - 23:49
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Aura sinistre plombant la sombre auberge. Prison de bois étouffée dans sa propre asphyxie. En se plaçant près de la porte de sortie, la Lieutenante enfermait le débat, telle une geôlière impitoyable jouant avec les clés de prison devant un troupeau d’incarcérés. Aucune échappatoire n’était possible : il fallait passer sur le corps de la guerrière et cela ne semblait enchanter personne. La Chokoku menaçait intrinsèquement de remplir d’argile le poumon fictif de l’auberge, éteinte dans un silence qui en disait long sur la torpeur de la situation. Qui donc pouvait oser la provoquer en duel ? Peut-être la nouvelle arrivante avec ses allures d’amazone ? La peau tannée autour de ses épaules ressemblait à la carcasse d’un loup qu’elle aurait abattu elle-même pour s’habiller de son pelage. Une concurrente parfaite pour Tomoe. Elle avait laissé passer cette dernière sans tourner le regard, négligeant vraisemblablement la menace qu’elle incarnait. N’avait-elle pas le même œil que les autres pour avoir laisser ce détail lui échapper ?

Non. La nouvelle arrivante avait toutes ses raisons d’être sereine. Ce genre de moment lui plaisait. Consciente du danger sans le redouter pourtant, elle observait l’auberge avec un air de vigie. Elle prenait la température. Elle était prête. La phrase fatidique de l’autre combattante annonçait la suite. Un silence de mort. Une ambiance de plomb. Une cristallisation de toutes les pulsions morbides, rassemblées dans une tension électrique qui dansait dans l’atmosphère.

Elle tira son couteau.


« Vous ne devriez pas. »



Lança le pâle serviteur de la farouche Lieutenante. Tandis qu’elle se mettait en garde, l’homme s’approcha de deux pas. Pas un de plus. Il restait hors de distance du corps-à-corps, ayant sans doute compris que la taille de la lame de la nouvelle amazone trahissait son domaine de prédilection. Que cachait-il sous sa toge blanche et lumineuse ? Elle ne pouvait guère l’identifier. Ses mains restaient camouflées sous ses manches. Son visage était clair. Ses traits n’affichaient aucune hostilité criarde ; pour autant, il avait un air particulièrement meurtrier. Un prédateur. Un tigre albinos. Ce saugrenu personnage la contemplait avec insistance, les yeux dans les yeux, comme s’il guettait la moindre faille. Son couteau sorti, elle savait que le danger pouvait venir de lui, ou de l’autre, celle qui se tenait derrière elle.

Elle s’apprêta à bondir mais, tout à coup, l’auberge fut envahie de pénombre, engloutie dans les ténèbres affamées qui s’emparèrent de tout : pas un morceau de bois, pas une table, pas une chaise, pas un homme ne résistèrent à cette gangrène épaisse et noire. Elle se retrouva dans un vide sidéral, seule au milieu de la nuit. Elle regarda autour d’elle pour s’enfuir, mais il n’y avait plus rien, sinon ce coma immatériel.


« Votre inconscience vous perdra. »



Résonna une voix dans l’abîme, écho lointain se répandant dans l’immensité de ce gouffre impénétrable. L’amazone, constatant qu’elle était piégée, ferma les yeux et laissa ses bras pendre, jugeant inutile de poignarder le vide.


« Une illusion. Bassesse. Qu’attendez-vous de moi ? »


Quelques secondes de silence.


« La vérité. »



Qui précédèrent d’autres secondes.


« La vérité… c’est que votre Empire brûlera dans les mêmes flammes qu’il a fait naître. »


Tout de go, les ténèbres se dispersèrent et, petit à petit, redévoilèrent l’auberge et tout ce qu’elle contenait : les tables, les chaises, les hommes, les planches de bois, le bar. L’inconnue se tenait là, armée et paisible. Elle leva sa main gauche : au dos de celle-ci figurait un sceau de fuinjutsu. Sans doute le kai qui l’avait libéré du genjutsu de Nobusada.


« Tomoe, méfiez-vous. Personne n’est sorti, mais cette femme maîtrise les arcanes ninjas. »



Tout de go, la guerrière en question se retourna et bondît en direction de la Chokoku.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Lun 14 Oct 2019 - 20:53
UN CONVOI MENACANT
Nobusada & Chôkoku Tomoe
La tension émanait de chaque individu présents dans cette pittoresque auberge aux yeux de la jeune Lieutenante. Ils n’étaient tous, pour cette-dernière qu’un ramassis d’idiots bien loin d’être intelligent. Il fallait vouloir mourir pour affronter d’une telle impétuosité l’Explosive qui se tenait là. C’était d’ailleurs pour cela que seule cette femme, apparemment encline à protéger ce lieu, s’en trouvait certainement capable, tout du moins trouvait l’insolence de tenir tête aux deux fervents Teikokujins.

Si Tomoe ne se pressa pas, elle laissa cependant son camarade prendre les devants, demeurant ainsi silencieuse et observant, au passage, sa prouesse. Bien trop évident pour cette kunoïchi, sa tentative avait fini par être abolie avant qu’il ne puisse probablement soutirer certaines choses de cette femme. Il maniait les illusions mais n’avait pas eu la chance de le mener jusqu’au bout. Mais alors que Nobusada avertit sa « cheffe » à propos de la femme qui se tenait entre eux, Tomoe avait pris suffisamment de ce qu’elle avait besoin dans sa petite sacoche. L’élan prit par l’unique adversaire la fit sourire et avant même qu’elle ne l’atteigne, un kunaï fut empoigné pour venir parer l’attaque simple et inefficacement banale du couteau d’en face. Cependant, la force employée par l'offensive fit tout bonnement glisser le couteau pour venir au moins érafler quelque peu la joue de la Lieutenante. Le bloquant plus fermement cette foisdu côté de sa petite arme, la bouche active qui mâchait son argile vint finalement recracher sa nourriture et ce fut avec la plus grande délicatesse qu’elle pouvait démontrer que la Chôkoku… Lui jeta tel un crachat aussi infecte que surprenant sa petite masse d’argile encore humide droit sur le visage de la femme. Probablement une de ces ancienne kumojine d’ailleurs…

Mais Tomoe ne ricana pas bien longtemps et osa songer à une potentielle diversion pour laisser le temps à ces voleurs d’armes le soin de mettre de la distance. Alors d’un geste vif pour s’emparer d’une bombe fumigène, elle la lança à ses pieds à l’instant même où elle fit un bond simple pour s’éloigner du foyer de fumée opaque qui se condensait dans la pièce.

« Soldat, tu n’as que sept secondes. » Précise et précieuse information. Si elle laissa probablement en plein suspens chacune des personnes ici présentes, Tomoe osa espérer que le garçon ait le réflexe de s’en aller… Vite. La jeune femme reprit alors une bonne poignée d’argile au creux de ses deux mains cette fois et les laissa couler au sol de part et d’autre de son sa silhouette avant de former un mûdra et de se voir fondre dans le sol pour s’y dissimuler.

Sortant aussitôt, méfait accompli et à une bonne vingtaine de mètres de l’auberge à présent, suffisamment en sûreté –même très largement- Tomoe mit fin à sa vulgaire cachette pour venir, d’un nouveau mûdra formé faire exploser l’argile qui était à l’intérieur, ou encore peut-être sur le corps –très certainement les mains ou les bras- de la farouche femme qui avait tenté de les ralentir. Tel était comme le voyait la Lieutenante… Faire exploser, même à moindre mesure cette auberge, c’était délivrer un avertissement pour toute personne si rebelle soit-elle qui imiterait la femme qui s’était interposée.

Les bouts de bois volant, faisant un trou explosif –bien que pas bien grand- au sein de la petite bâtisse gardèrent son attention le temps d’un instant… Du moins avant qu’elle ne se souvienne qu’elle n’était pas seule dans cette affaire et qu’elle cherche à présent du regard le soldat aux longs cheveux d’argent qu’elle aurait eu un peu de peine à avoir touché avec ses arcanes... Cependant même s’il avait été touché, le trop peu de puissance dans cette explosion, n’ayant même pas trouvé nécessaire de dévoiler ses cartes, ne l’aurait qu’à peine sonné alors pourquoi Tomoe se ferait du souci ?
☾ anesidora



Spoiler:
 

_________________
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada L4vf
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Lun 4 Nov 2019 - 23:02
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


L'illusion n'avait été qu'une promesse éphémère, une pierre lancée dans l'eau. En dépit du contrôle et de la maîtrise des arcanes du Genjutsu dont il était l'hôte, Nobusada ne put emprisonner l'esprit farouche de l'intrépide inconnue. Alors qu'elle brandissait son couteau, il vit son manteau voler dans l'auberge comme un drapeau, une bannière de la résistance, une louve défendant son territoire. Mais la féline Chokoku avait décidé d'étendre ses propres terres et son emprise était désormais entière sur le Kaminari ; à travers elle, Rei refermait sa poigne sur la gorge du gisant pays des nuages. Triste spectacle que contemplait, religieusement, le prédicateur au teint d'albâtre. Lui qui avait changé de camp, n'était-il pas la sinistre incarnation d'un monde en mouvement ?

La suite ne pourrait être que révolution, songea l'illustre prêcheur pâle, tandis que pour asseoir sa domination, la Chokoku répondait par la positive à l'élan belliciste de son antagoniste. Réaliser que cet argile dégluti était propédeutique à un incendie de puissance ne savait être ignoré. Toutes les personnes présentes se mirent à fuir vers la sortie, et la louve contaminée comprit à cet instant que sa vie et celle des autres étaient mises en jeu. De toute évidence la Chokoku était une race impitoyable. Le soldat qui était sous ses ordres s'en rendit compte quand il comprit qu'elle lui accordait une maigre chance de s'en sortir, mais sans avoir peu ou proue le soucis de l'épargner. Il entendit son corps glisser sous terre et s'éloigner de plus en plus tandis que l'évidence d'une future fracture pyrotechnique était en germe.

Pour autant, un mince sourire déchira son visage. En tant que mercenaire, il était lui-même capable de trahir Tomoe et son attitude confirmait ce qu'il avait auparavant supposé. Pour le Teikoku, il n'était rien d'autre que de la chair à canon. L'idée de le sacrifier ne semblait pas dérangeante pour l'Empire du Feu envers lequel il avait juré fidélité ; aussi, il décida de ne pas offrir sa loyauté aveuglément à ces conquérants sans âmes.

La louve, à l'inverse de Nobusada, semblait s'agacer de cette situation. La geste de Tomoe confirmait son opinion sur l'Empire : pays vassal, le Kaminari n'était qu'une marionnette dans les mains de tortionnaires qui, arguant de ne pas vouloir se venger, se paraient de fausses promesses. Mais au contraire de ces despotes, elle avait un code d'honneur et pour le respecter, elle ne pouvait tolérer de sacrifier des innocents. Elle improvisa en se couvrant d'une armure de métal et en se retournant pour orienter le souffle de l'explosion dans une direction moins dangereuse pour les concitoyens.

Nobusada se retourna également, mais dans une autre direction. Il usa alors de son talent pour déclencher une rafale d'ondes sonores afin de briser la paroi qui faisant écran entre l'intérieur de l'auberge et la liberté. Un poing sonore destructeur qui créa une brèche dans une onde de choc assourdissante. Il bondît aussitôt par l'ouverture, suivi par d'autres occupants de la pièce en détresse.

Les cris se répandirent comme des cicatrices dans l'air. Puis ils se turent devant l'épouvante qui s'invita sous leurs yeux, et la stupéfaction de cette splendide détonation qui arracha l'armure de la Metaru sauvage en la faisant valser dans les airs, déchirer la paroi de bois et s'écraser quelques dizaines de mètres plus loin, le corps brûlé et fumant.

Elle mit quelques secondes à se redresser sur la clairière déserte parée d'herbes sauvages. La pluie tombait en fines gouttes sur son squelette fumant. Spectre enflammé. Son faciès rempli de suie, presque aussi noir que le museau d'une panthère, fixant avec des yeux embrasés la Chokoku qui refaisait surface.


« Vous n'êtes que des misérables. Pour l'honneur et la sécurité des miens, je vous écraserais au péril de ma vie s'il le faut. »


Si tenté qu'elle fusse obsédée par cette idée, il lui manquait encore les ressources suffisantes pour pouvoir la réaliser. Cependant, l'heure était venue d'honorer la mémoire de ses prédécesseurs, quitte à les rejoindre s'il fallait que cela soit une peine nécessaire. Après une série de mundras, elle fit apparaître une lance de métal qu'elle tira droit en direction de la Chokoku.


Nobusada ne dit rien, ne fit rien. Il se contenta d'observer le clash qui divisait encore un peu plus les nations de ce monde

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada Empty
Mer 11 Déc 2019 - 22:14
[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada K3du
Eté 203 - Kaminari no Kuni, quelques jours après la défaite de Kumo


Le combat qui divisait la Chokoku et la Metaru dura plus longtemps que prévu. Florilège de chaos, sanglante dévotion des dévots de la guerre, sous le règne de la discorde, la Chokoku parvint finalement à prendre le dessus sur son adversaire Metaru. La louve, néanmoins, gagna du temps, faisant défaut aux deux émissaires de l'Empire. Alors qu'elle était à genoux devant les deux shinobis, elle leur délivra un sourire.

« Le temps que vous avez perdu ici... a été suffisant pour que mes camarades s'en aillent. »


Ce qui signifiait, implicitement, que leur mission était un échec. Le pontifiant au teint d'albâtre jeta aussitôt sur sa complice des yeux emplis de curiosité. Sous ses airs mystiques, il était difficile de savoir ce qui pouvait réellement tapisser le fond de son âme mais, sans nul doute, ce regard était une expression de l'insignifiance qu'il associait à cette défaite ; si tenté qu'ils eussent échouer à stopper le convoi propice, il n'en demeurait pas moins qu'ils ne partaient pas les mains vides. Ils avaient gagné autre chose, un trésor presque aussi précieux.

Elle le savait bien, elle aussi. Ecroulée qu’elle était sur ses genoux, elle était parvenu par un mystère que les deux Teikokujins ne pourraient percer à prévenir ses confrères ; son sacrifice n’était donc pas vain, et d’une certaine façon elle sortait victorieuse. Pour autant, elle connaissait les conséquences de ce dévouement aux autres. A défaut d’avoir un convoi…

… ils avaient désormais une otage.

Le fidèle du Kôgen se jeta presque instinctivement sur la guerrière, puis lui empoigna la mâchoire, devant les yeux stupéfaits des spectateurs qui avaient assisté à la démonstration flamboyante des deux baroudeuses. Son autre main, derechef, vint bloquer sa gorge. De l’extérieur, on avait l’impression qu’il tentait de l’étrangler. Mais, tout comme lui, la Chôkoku avait sans doute deviner ce que la louve avait tenté de faire.

« Garde ta langue dans ta bouche. Nous en aurons besoin pour que tu parles. »


Des perles humides ensemencées par la terreur et le désespoir qui habitaient à présent son âme poussèrent des yeux mouillés de la Metaru. Les sanglots roulèrent sur ses joues en réalisant que, malgré tout ce qu’elle pourrait essayer de faire, elle serait désormais la marionnette des Hijins. Avoir tenté d’avaler sa langue pour s’étouffer n’était qu’un vain espoir de reddition devant la mort ; une mort qu’elle aurait préféré à la torture qui l’attendait.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750

[mission libre B] Un convoi menaçant | w. Nobusada

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: