Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5

Nō Sabaru
Nō Sabaru

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Mer 12 Juin 2019 - 21:40

@Sakkaku Haise, @Rekishi Fûka

Je suis Nō Sabaru, capitaine de l'Équipe 5 de la Brume, bien nommée "Taureau Noir" par mon prédécesseur. Par cette missive, je vous informe personnellement de votre affectation sous ma responsabilité.

Afin de nouer les premiers liens, et d'évaluer vos profils, je vous propose un premier rendez-vous. Le restaurant « Mizuchi no Shichū » fera l'affaire, ce soir. Il se situe aux abords de la porte Est du village, sur la route principale depuis le centre.

Ne soyez pas en retard.


Plus tôt dans la journée, ce mot était arrivé dans les boîtes aux lettres de Haise et de Fûka, transporté par un officiel de la Brume en toute hâte. Pour une fois que le Nō pouvait profiter de ce genre de privilèges, il n'aurait manqué l'occasion de mandater un messager pour rien au monde.

Dans cette lettre, concise et sans équivoques, il faisait appel à ses deux élèves attitrés. On lui avait bien parlé d'un troisième, mais ce-dernier était indisponible des suites de l'étrange phénomène qui avait atteint la population de l'Eau, des suites de la victoire contre la Tortue. Il eut une pensée pour le pauvre hère, souhaitant platement son rétablissement, mais ne prit pas la peine de le contacter pour cette occasion. S'il s'en sortait, il serait intégré au plus vite.

En cette soirée, le Nō était attablé seul, en avance comme à son habitude pour ce genre de rendez-vous. Autour de lui, le beau monde s'agitait, l'activité du lieu battant son plein. Mizuchi no Shichū était un restaurant familial, actif et très prisé par la population de la Brume, sans distinctions de classes. L'endroit était décoré de partout, affublé de petites banderoles, de lampions et d'une énorme fresque murale représentant un dragon bleu longeant les murs de la pièce principale. Les serveurs et serveuses se glissaient entre les tables avec agilité et finesse, un must au vu de la disposition des tables et de l'afflux soutenu de clients.

Le couple de gérants, un homme et une femme assez trapus et forts, écumait les cuisines à toute allure. Autour d'eux, les troupes travaillaient d'arrache pied pour satisfaire le palais de leurs convives. Le spectacle, visible grâce à la cuisine ouverte, valait le détour; entre les assiettes qui filaient d'un bout à l'autre, les coups de couteaux experts et les flammes dévorantes des fourneaux, on croirait presque assister à un affrontement dantesque.

C'est avec ce panorama que Sabaru patienta, la carte des lieux ouverte — et ne proposant presque que des produits de la mer, conformément au nom des lieux — devant lui, tandis qu'il bouquinait. D'après l'allure du ciel, qu'il toisait depuis la fenêtre à côté de laquelle il était assis, il estima que ses élèves ne devraient pas tarder à se révéler à lui...

Pour peu qu'ils soient à l'heure.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Jeu 13 Juin 2019 - 4:56

Le sentiment d’avoir soudainement le poids du monde sur ses épaules commençait de plus en plus à devenir insupportable, surtout pour quelqu’un comme Haise. Préférant vivre dans une ombre quelconque dans laquelle personne ne le dérangeait, il était contraint d’évoluer à la lumière de tous. Avec le titre de héros de Kiri venaient de nombreuses choses comme l’attention particulière que les gens posaient sur soi. Si nombreux avaient pu bénéficier d’un tel titre après les événements ayant menés au scellement du Dieu de l’eau, peu d’entre eux étaient similaires à lui. Détestant tout type d’attention, le simple fait de savoir que les gens pouvaient possiblement le reconnaître affectait indirectement sa personne. L’affectant au point où chaque regard était interrogé comme étant possiblement un signe d’attention quelconque, le jeune genin agissait comme s’il devait quelque chose aux gens, fait qu’il ne supportait particulièrement pas. Évoluer dans son train quotidien qu’était le confort de l’ombre le manquait à un certain degré. Or, par moment, il lui arrivait de pouvoir regagner cette situation de tranquillité. Arrivant parfois à oublier les gens et sa lourde conscience, seul dans ce genre de moments, il arrivait à séparer sa conscience d’un lot beaucoup trop animé d’interrogation.

Soupirant alors qu’il se levait paresseusement en direction de sa boîte aux lettres, la lumière qui semblait soudainement le suivre partout le frappa de nouveau. Sentant son rythme cardiaque s’accélérer, il était convié par un certain Sabaru à partager un repas en compagnie d’un autre invité. Le but était simple : développer le partenariat qu’il allait maintenant devoir vivre au quotidien.

Depuis longtemps, il savait qu’un genin était associé à un Chunin ou un Jonin. Agissant comme chef d’équipe, celui-ci agissait comme formateur et meneur. Se devant d’apprendre de lui, cela impliquait aussi le fait d’agir comme un groupe. Ainsi, l’individualiste qu’il était se devait de s’adapter, fait, qui n’était pas forcément facile ou agréable.

C’est exactement pour cette raison qu’il se présenta au lieu de rendez-vous en revêtant sa cape d’invisibilité. Optant pour une transition dynamique entre l’invisibilité et son apparition, il arrivait à se faufiler sans attirer trop l’attention. Par moment, il empruntait des ruelles interdites pour la simple et bonne raison qu’il en avait le choix. Après tout, c’était le monde contre Haise, l’histoire d’un homme qui tentait de se réfugier dans sa propre ombre.

-Bonjour, vous devez être notre chef d’équipe.

Semblant apparaître de nulle part, le genin était assis en face de celui-ci. Présent depuis approximativement 5 minutes, il n’avait pas cru bon d’annoncer sa présence avant, préférant prendre le temps de jauger son comportement pour voir à qui il avait affaire. Même si dans la forme cela sonnait comme une bonne idée, le fond ne suivait pas. Se trouvant ridicule, il avait simplement abandonné cette idée en amorçant la discussion.

-Je suis Sakkaku Haise, merci de l’invitation.

Se faisant soudainement plus discret après les normes de politesse, il attrapa une fiche archivant le menu du restaurant et se hasarda à lire le menu en attendant que l’autre individu se présente.



_________________
Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
Rekishi Fûka
Rekishi Fûka

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Ven 14 Juin 2019 - 19:11

Le Veau du Taureau Noir.


Une lettre, ce n’est pas grand chose. On en reçoit tous les jours, plus ou moins. Des factures, des pubs, des petits trucs comme ça qui n’ont pas de valeur. Mais des lettres d’un certain Sabaru qui l’invite à manger, elle et un autre garçon, ce n’est pas commun ! C’est quelque chose de plus classe, déjà. Un petit mot qui met du baume au cœur. Ils sont maintenant membres d’une même équipe, celle du « Taureau Noir ». Fûka ne sait pas d’où vient l’origine de ce nom, mais peu importe, ce ne sont pas ses oignons. Paraît qu’il y a autre chose à voir, comme … Comme le restaurant où ils vont se péter le bide ! Ohlala !

Fûka se prépare rapidement, prête à se ruer là-bas et attendre aussi longtemps qu’il le faudrait. Impatiente, elle s’installe sur un coussin et se met à dessiner frénétiquement. Ça la détend, puis ça passe le temps. C’est un peu trop long, quand même, d’attendre ce soir. Il faut aller vite, vite, faire en sorte que tout se déroule en un claquement de doigts, pour que le stress ne puisse pas apparaître. Pour ne pas se poser de questions. Pour ne pas réfléchir. C’est chiant, d’attendre, aaaah.

Après une longue journée, Fûka regarde l’heure et se met en route. Sa démarche est agile, elle esquive les passants et se fraye un chemin dans les rues kirijines avec une grande facilité. Face à elle, l’enseigne lui tape à l’œil et l’invite à entrer sans plus attendre. La blonde capte deux personnes, dont une particulièrement bizarre au loin. Il a quoi, ce type ? Il a cru qu’on était dans un film ? On se cache, puis hop, on apparaît ? Fûka arque un sourcil et s’approche des deux hommes, certaine d’être au bon endroit.

« Bonsoir, Fûka, enchantée ! »

Elle incline la tête poliment. Ses prunelles turquoises se déposent sur leur Sensei, du moins celui qui a le plus l’air de l’être, puis dévient rapidement sur Haise, le dernier membre du groupe. Un sourire étire ses lèvres.

« Si ton but est de rester discret, t’amuser à surgir de nulle part dans un resto’ n’est pas la meilleure stratégie. »

Son sourire s’affirme, désormais plein de malice. Il a l’air mal à l’aise, mais il ne s’y prend pas de la bonne manière. Au contraire, là, il attire les regards. À croire que les plus taupes de ce monde sont aussi les moins malins pour rester dans leur coin. Fûka s’installe à ses côtés.

« Ne t’en fais pas, va. Personne ne te mangera. »

Cette dernière réplique est dite tout doucement, presque comme un murmure. Elle ne s’adresse qu’à lui, dans une confidence qui lui permettra de se sentir mieux. S’il n’aime pas être remarqué et s’il aime être seul, il est tombé dans la mauvaise équipe.

Fûka attrape un menu et se laisse rapidement happer par les mets bien trop nombreux présents sur la carte. C’est peut-être un peu trop, il va falloir se décider et ne pas tout prendre. Quelle catastrophe ! Ses paupières se plissent, signe d’une intense réflexion. Elle a tout vu. Elle ferme le menu et relève les yeux sur Sabaru, leur Sensei. Il a un certain charisme, une classe indéniable. Bah ! S’il faut faire équipe avec ces deux-là, Fûka n’a aucune objection. Elle a une petite victime à torturer et un prof cool. C’est un bon départ.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Lun 17 Juin 2019 - 3:23

Pendant toute la durée des « présentations » et des interactions entre les deux jeunes gens, Sabaru resta silencieux. Il levait à peine les yeux de son carnet de temps en temps pour croiser le regard des deux jeunes gens, tandis que la jeune demoiselle commençait déjà les messes basses. Sans grande expression, il referma son carnet dès lors qu'ils se furent installés et — plus particulièrement à l'adresse de la bavarde — calmés.

« Vous êtes à l'heure, c'est un bon point. »

Le Nō se remémora sa rencontre avec sa propre itération de l'Équipe 5. À l'époque, ils avaient un retardataire, un rebelle, et un sensei un peu brute. Il avait à l'époque eu l'impression d'être tombé dans un véritable zoo, une « équipe-poubelle » sans queue ni tête. Pourtant, il avait réussi à s'en tirer, en particulier vis à vis du capitaine Yami qui l'avait formé personnellement à l'occasion. Si cet homme n'avait pas gagné le respect du foudroyant par son professionnalisme, il avait su se montrer suffisamment passionné et impliqué pour la Brume.

« Je suis Nō Sabaru, votre supérieur à compter d'aujourd'hui. J'espère que le choix du lieu vous convient. »

Il se redressa en s'éclaircissant un coup la gorge, puis posa ses coudes sur la table, les mains jointes. Du coin de l'oeil, il toisa celui qui s'était présenté soudainement, surgissant du vide durant les quelques instants qui précédèrent l'arrivée de Fûka. Il sourit, en coin, l'air de rire jaune à une vanne qu'il aurait été le seul à entendre. Et pour cause, il s'était fait la réflexion de l'absurdité de ce qu'il avait dit. Pour se faufiler de la sorte, en faisant appel à une technique de dissimulation, il fallait au moins que le lieu ne lui convienne pas.

« Je m'excuse d'avance si je peux sembler lent. La plupart de mes collègues — et mon ancien sensei — optent toujours pour une rencontre sur le terrain, parés et prêts à suer. Ce n'est pas pour aujourd'hui. Pourtant, nous ne sommes pas juste là pour manger et faire connaissance. L'étiquette à table, les bonnes manières et la conversation sont des choses que l'on exige des femmes nobles et des jeunes hommes fortunés destinés à hériter de grandes choses; alors n'y pensez pas non plus, nous sommes des soldats. »

D'un geste de la main, il fit signe à l'une des femmes de salle d'approcher. Cordialement, il passa sa propre commande, et laissa ses deux invités y procéder à leur tour si l'envie leur en prenait. Pour sa part, il se contenterait d'un bol de riz baigné du légendaire « Inochi no Dashi » qui faisait la fierté du personnel du Mizuryū, avec du maquereau. La dose d'énergie qu'il délivrait, disait-on, rendait surhumain. Il fallait bien ça pour l'impuissant qu'était devenu le Nō.

« Je vais commencer simplement. En attendant notre commande, j'aimerais que vous me décriviez les qualités que tout shinobi doit avoir. D'éventuelles valeurs, lignes de conduites. Ensuite, dites moi si vous les appliquez. »

Il se pencha légèrement de côté, dans l'allée entre les tables, pour observer la cuisine ouverte. Puis, il sourit en se redressant, l'air à la fois aimable et prédateur; il allait assurément décortiquer les jeunes gens avant l'arrivée de son repas.

« Vous devriez avoir une vingtaine de minutes à vous partager. »

Le décompte était lancé. Comme apéritif, une incursion spirituelle, et un peu de rétrospection étaient au menu.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar


Dernière édition par Nō Sabaru le Dim 30 Juin 2019 - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Sam 22 Juin 2019 - 19:05

Étrangement, tout était déjà en train de prendre une mauvaise tournure. S’il s’attendait à ce que le fameux Sabaru s’amuse à dicter le rythme et les conversations de leurs rencontres, il se trompait. Se faisant d’abord aborder par l’autre nom sur la feuille, celle-ci n’eut aucun mal à lui dire sa manière de penser, comme quoi elle n’était pas tout à fait en accord avec sa manière d’être discret. Certes, il était bien vrai qu’apparaître de nulle part n’était pas la chose la plus discrète. Toutefois, se faire observer de longues minutes par tout le monde passant dans le coin en marchant avait le désavantage de durer beaucoup plus longtemps et par conséquent d’être beaucoup plus désagréable pour lui.

Restant silencieux tandis qu’elle venait soudainement le taquiner, les iris de Haise restèrent stoïques. Ne démontrant aucune connotation amicale ou sentiment positif, sa neutralité était à toute épreuve, comme s’il tentait de l’analyser ou plutôt de la sonder.

Vinrent ensuite les présentations qui furent suffisamment banales pour forcer le Sakkau à froncer des sourcils. Réalisant qu’il n’avait pas le choix d’être dans son équipe de toute manière, il se demandait ce que celui-ci voulait dire lorsqu’il fit mention du fait qu’il espérait que le choix leur convienne. Avaient-ils vraiment leur mot à dire ?

Haussant les épaules leur rencontre s’envenima après avoir commandé alors qu’il leur était maintenant demandé de socialiser sur les valeurs d’un shinobi. C’était le genre de sujet suffisamment vaste pour être une question de philosophie à l’académie, le genre de question qui pouvait aisément prendre une quinzaine de minutes à répondre. Avec un peu de chance, les ramens aux fruits de mer qu’il avait commandés arriveraient suffisamment rapidement pour qu’il puisse occuper le plus clair de son temps à manger et non à parler.

-Ce n’est pas la question la plus simple, mais en résumé, pour moi, un shinobi est quelqu’un qui rend son équipe meilleure et qui sait prendre les bonnes décisions dans des situations d’arbitrages. Le courage le calme et avoir une bonne lecture des situations sont tous des aptitudes requises.

Tendant lentement sa main en direction de Fuka, il lui céda la parole alors qu’il avait forcément dit la totalité de sa pensée en très peu de temps.

-Ensuite, je ne suis pas en accord avec le fait que les shinobis doivent cadrer dans un moule spécifique. Je pense qu’il y a différents types de shinobis et que l’essentiel est d’être bien avec la voie qu’on aura choisie.

Faisant preuve d’un peu de contreargumentation pour nuancer la pertinence de l’exercice, ils se demandaient comment les autres allaient réagir. N’étant pas de mauvaise foi, Haise préférait simplement allumer la flamme que les autres entretiendraient.


_________________
Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
Rekishi Fûka
Rekishi Fûka

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Ven 28 Juin 2019 - 2:47

Le Veau du Taureau Noir.


Wow. C’est pas le plus gentil des hommes, celui-ci. Du moins, pas le plus drôle. Fûka ne sait pas qui il est, ni comment il pense, mais ça part très mal. Son cœur manque un battement quand il commence à parler de l’étiquette, des bonnes manières. Où est-elle tombée ? Tout ça, là, c’est une blague, hein ? Les palpitations accélèrent, nombreuses, très nombreuses, trop nombreuses, jusqu’à reprendre brusquement leur calme quand tout s’arrête. Ils sont des soldats. Tout ça, ils n’en ont rien à faire. Bon. C’est déjà ça. Ça part mal, mais c’est déjà ça.

Fûka lève la tête quand la jeune femme arrive. Elle se contente de commander du riz blanc, n’étant pas une trop grande fan de fruits de mer. Ceci dit, ils n’ont pas choisi le restaurant et sont plus ou moins invités : elle ne se permettra pas de se plaindre. Pas pour le moment, du moins.

Une fois la commande passée, tout s’accélère. Non seulement ils ne font pas une rencontre de grosse bagarre, mais en plus il faut se casser la tête à donner les qualités d’un ninja ? Des valeurs, tout ça ? Mais qu’est-ce qu’elle en sait, Fûka ? Sa vie n’a pas commencé grâce à un enseignement spécifique, ni à quoi que ce soit qui a pu la préparer. Elle est juste devenue ninja, un jour, parce qu’elle voulait changer de vie. S’enrôler n’a pas été l’étape la plus compliquée. La blonde arque un sourcil, mécontente. Ses lèvres se pincent et elle détourne le regard.

Heureusement pour elle, Haise se jette à l’eau en premier. S’il n’est pas expressif et a l’air de vivre dans son petit monde, il offre pourtant à Fûka une belle porte de sortie. Elle hoche plusieurs fois la tête, plutôt d’accord avec ce qu’il dit. Néanmoins, il faut admettre qu’il y a dans ses mots un petit quelque chose qui lui met la puce à l’oreille. Ce brun, là … Serait-il un shinobi un peu marginal ? Différent des autres, à s’isoler de tout et se développer différemment ? C’est honorable, voire encourageant, mais cela témoigne d’un petit truc en plus.

Il se tait. C’est au tour de la blonde. Aïe.

« Hum. Je suis devenue ninja récemment, donc je vais peut-être dire des âneries. Quoi qu’il en soit : pour moi, un ninja est censé être loyal. S’il suit une voie, il doit s’y tenir, quels que soient les obstacles qui se présentent à lui. Nous sommes devenus soldats pour poursuivre un objectif qui nous est propre, cet objectif nous a approchés d’une sphère, quelle qu’elle soit, à laquelle nous devons des comptes. La moindre des choses est d’y être fidèle, d’y croire. Par la suite, j’imagine que les ninjas, qui sont les seuls êtres capables de manier le chakra pour se défendre, doivent être au service des civils. Ils sont aussi utiles que nous dans cette société et nous ne pouvons nous permettre de les perdre. Ce que nous savons faire, ils n’y ont pas accès, mais la réciproque est vraie. Je pense que ça définit un peu la manière dont je perçois la chose. »

Peut-être que tout ça est stupide, peut-être que les deux hommes vont bien se moquer d’elle, ou la trouver naïve, mais peu lui importe. Ça lui semble être la meilleure réponse à donner pour le moment. Elle inspire profondément. Ses iris turquoises se déposent avec bienveillance sur Haise. Ce jeune homme est dans une bulle imperméable, qu’elle crève d’envie de percer. Mais elle n’est pas dupe : il lui faudra du temps. Des semaines, des mois, peut-être des années, pour parvenir à briser sa coquille. Ce sera long, pas impossible. C’est ce que Fûka retient.

« Quant à la voie définie par Haise … Je pense que je suis une ninja assez particulière, dans le sens où je ne maîtrise aucun art du combat au corps-à-corps, alors je suis assez d’accord avec lui. »

Pas de moule, pas de pré-construction du ninja. Simplement des tas de feuilles vierges qui n’attendent qu’à devenir de merveilleux dessins. Ouais. Ça lui paraît pas mal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969
Nō Sabaru
Nō Sabaru

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Lun 1 Juil 2019 - 0:23

Les prises de position étaient assez conventionnelles, du côté du Sakkaku ; du moins, parmi les éléments un tant soi peu intelligents. Si l'on devait résumer son avis premier, il définirait un bon shinobi comme étant capable de coopérer et de mettre en valeur ses coéquipiers, tout en ayant les nerfs assez solides pour agir avec courage et prendre des décisions dans toutes les situations. Pour toute réaction, le jeune homme n'eût qu'un léger hochement de tête, assez vague.

Il poursuivit néanmoins, déclarant de vive voix son désaccord avec le concept même du moule, dans lequel les soldats devaient supposément rentrer. Le sourcil gauche du chūnin tressauta, mais au lieu de s'exprimer directement, il détourna le regard, le déposant sur Fûka, la laissant embrayer sur sa propre prestation.

Récemment devenue ninja ? Un avis frais, à prendre avec des pincettes. La jeune femme place la loyauté au sommet des valeurs du bon soldat ; une pente très glissante qu'aborde Sabaru en plissant les paupières. La loyauté avait du bon, bien évidemment, mais elle était à nuancer. Cela soulevait la question que se posait le chūnin, depuis qu'il s'était vu attribuer la charge d'entraîner de jeunes aspirants : devait-il en faire de gentils petits soldats obéissants, ou des êtres intègres mais risquant de se laisser envahir d'idéaux pouvant, à l'avenir, lui jouer des tours ?

Enfin, elle rebondit sur l'avis de Haise, s'identifiant elle même comme étant « hors du moule », sur critère de ses facultés au combat. C'était un critère valable, mais par dessus tout, il en disait plus sur sa vision du soldat.

En vue du silence qui venait de se poser sur l'attablée, le foudre de guerre émit un premier petit soupir, se départant de son expression critique pour adopter celle du pédagogue.

« Je me permet de vous juger, excusez-moi d'avance ; c'était le but de cette question depuis le début. Je voulais m'assurer que vous n'étiez pas des jeunes gens idéalistes et remplis à craquer de valeurs grandiloquentes. »

Douche froide. Par cette simple ouverture, il dévoilait qui il était à ses deux élèves qui jusque là n'avaient que son nom, ses premiers faits d'armes et son visage pour l'identifier. Sans sourciller, il poursuivit, les mains croisées juste devant son visage sérieux.

« J'ai une amie aux grandes valeurs, que je respecte ; néanmoins, je ne saurai entraîner des personnes aussi vertueuses qu'elle. Je suis là où je suis parce que ma morale s'adapte à ce qui figure sur mon ordre de mission. Je suis ce genre de soldat : loyal à la Brume sans manquer d'esprit critique, capable de prendre des décisions drastiques sans états d'âmes et sans mettre la vie des civils inutilement en jeu. J'aiguise mes propres qualités, et le seul moule dans lequel j'entre, c'est celui du kirijin. Enchanté à nouveau, je suis Nō Sabaru, et si vous l'acceptez toujours, celui qui fera de vous des éléments irréprochables, réfléchis, respectés. »

S'ensuivirent de longues silences de silence, pour le Nō, qui plantait son regard insidieux d'émeraude dans ceux des deux jeunes gens, à tour de rôle. Par la présente oeillade, il s'assurait de ne pas avoir brusqué les genins — mais quelque chose lui disait qu'il n'avait pas été affublé de deux ignorants. Le cas échéant, il n'aurait aucun mal à embrayer sur la suite. Sinon, il devrait les formater, ou les expulser. C'était selon.

Son faciès se détendit soudainement, adoptant une mine quasi-joyeuse, les yeux presque clos.

« La seule valeur qui me tient à coeur est celle du respect mutuel. Tant que vous me respectez, que vous vous respectez, je vous respecterai. Il ne sera jamais pas question de bizutage, d'humiliations. En revanche, je digère assez mal l'insolence ; à dissocier de l'humour, qui me convient parfaitement. »

Apprenez à tracer la ligne, et à ne jamais la dépasser, pensa-t-il. Dans la périphérie de son champ de vision, la cuisine s'agitait ; le décor s'était presque effacé autour de lui, l'espace d'un instant, tandis qu'il se dévoilait aux deux jeunes gens. Les plats seraient bientôt prêts, ils avaient été rapides eux aussi. L'idée d'avoir droit à son Inochi no Dashi occasionnel, son plat préféré, le fit presque saliver.

Ses mirettes luminescentes se reposèrent sur les deux aspirants. Toujours serein, il lança la question qui lui brûlait les lèvres.

« Pourquoi, selon vous, vous ai-je d'abord invités à discuter au restaurant ? »

Il leur avait dit qu'il s'excusait de sa lenteur ; en réalité, il était déjà probablement bien plus rapide en besogne que ses collègues. S'il leur avait dit ça, c'était pour s'adapter à ce qu'ils pourraient penser d'une convocation à la cool pour casser la dalle.

Non. Sabaru n'irait pas lentement, ne serait pas cool, avec ces aspirants. Du moins, pas de sitôt. Tout se jouait lors de ces premiers instants. Il n'était pas là pour les renforcer bêtement, non. Sa tâche était de les élever, au sens le plus propre du terme, comme l'indiquait leur statut d'élèves.


_________________
能ある鷹は爪を隠す · Nō aru taka wa tsume wo kakusu
« Le faucon avisé sait cacher ses serres. »

Merci à Yume pour l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Sam 27 Juil 2019 - 22:29

Écoutant attentivement la pensée de sa nouvelle collègue, il se surprit à y lire quelque chose de relativement standard à son goût bien que différent sous bien des angles. Quelque part, il avait l’impression qu’elle saurait le comprendre tout comme elle n’arriverait jamais à le saisir, ce qui était bien dans sa position d’éternel mystérieux qu’il préférait entretenir. En plus, à deux combattants évitant le corps à corps, ils avaient possiblement des archétypes de personnalités aux atomes communs.

Quoi qu’il en soit, Haise observait et écoutait tout en portant un regard attentif à ce qui l’entourerait. Tentant de trouver un sens possiblement inconnu à la prise de position de leur nouveau chef d’équipe, il se surprenait à laisser son esprit errer entre les multitudes points d’interactions qui le tourmentaient indirectement. Malgré tout, il restait attentif et concentré aux moindres paroles qu’ils prononçaient respectivement. Simplement, il n’entretenait pas un long contact visuel avec eux, de peur qu’ils ne lisent droit dans ses iris ce qu’il pensait réellement.

-Parce qu’un shinobi existe au-delà de ses aptitudes de ninja et que nous voir dans un environnement comme celui-ci est une bonne manière de nous qualifier sans forcément être sur le terrain qui est censé être notre lieu de prédilection...un truc comme ça

Bien qu’il aurait pu argumenter et parler longuement de ce qui l’avait poussé à répondre cela, le Sakkaku préféra s’arrêter là, se contentant de simples formalités tout en y ajoutant une dose certaine d’incertitude pour ne pas exprimer à quel point il croyait en cela avec excessivement de convictions.

-Par contre, avant toute chose, il est fort possible que vous me perceviez comme étant arrogant ou insolent, mais ce n’est généralement pas le cas...

Préférant les préparer en disant un fait plutôt qu’en rebondissant directement sur quelque chose qu’il n’avait pas forcément aimé, il laissait le fleuve couler pour le moment avant de l’interrompre. Après tout, rebondir directement sur le ‘’moule du kirijin’’ était peut-être trop intense sachant qu’il préférait prétendre faire partie de ce cadre sans forcément l’être pour ne pas se faire remarquer à titre de déviant.


_________________
Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
Rekishi Fûka
Rekishi Fûka

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Lun 29 Juil 2019 - 13:19

Le Veau du Taureau Noir.


Des valeurs grandiloquentes. De l’idéalisme. Est-ce que c’est réellement un mal, d’en avoir quelques unes ? De vivre et vibrer selon ces grandes idées qui éveillent les esprits, parfois pour le meilleur, parfois pour le pire ? Seraient-ils à blâmer, si c’était le cas ? Fûka ne saurait y répondre. Elle l’observe, sans savoir vers quoi cette collaboration va les mener. Il est leur supérieur hiérarchique, mais aussi et surtout leur enseignant. Deux fois plus de raisons de se tourner vers lui. Si pour le moment il s’y prend d’une étrange manière et qu’il fait preuve d’une mentalité très particulière, il n’empêche qu’il est arrivé à son poste pour une raison. C’est pourquoi la blonde ne contredit rien. Elle observe. Il n’y a pas grand chose à faire de plus, dans ce cas. Se contenter de le regarder évoluer, pendant qu’il les entraînera dans son sillage.

Après la froideur et les regards durs, place aux sourires. Le visage de Sabaru se décrispe petit à petit, dévoilant une personne aux traits plus fins, plus agréables à regarder. Le Nô est un très bel homme. Ses muscles sont bien dessinés, Fûka peut deviner un travail ardu et régulier pour les maintenir en l’état. Son visage montre une grande vivacité, un esprit alerte et prêt au combat. Si un crayon s’était trouvé entre ses mains, elle se serait instinctivement mise à le dessiner.

Ses mots résonnent dans sa tête et coupent sa réflexion. Le respect, hein ? Un sourire se hisse sur les lèvres de Fûka. Cet homme l’intrigue de plus en plus. Il y a du bon, en lui. Quelque chose qu’elle ne comprend pas encore très bien, mais il a des valeurs et il a l’air prêt à donner de son temps pour les tirer vers le haut, tous les deux. En somme, elle ne peut que l’apprécier. Il faudra faire avec ses défauts, pour mettre en exergue ses qualités. Garder le meilleur profil et le sublimer. Rien de très compliqué.

Tombe finalement la dernière question : pourquoi les avoir invités ici pour une première rencontre ? Fûka se saisit inconsciemment de sa baguette. L’outil remue doucement contre la table, traçant des arabesques diverses et invisibles. Le bois contre le bois, une danse silencieuse qui permet à la dessinatrice de réfléchir. Pourquoi un restaurant ? Pourquoi un endroit aussi convivial, propice à la conversation ? Il n’y a rien, ici, pas de quoi se battre, pas de quoi faire une réunion réellement stratégique. Ils sont ici comme pourraient l’être trois vieux amis. Toutes les réponses sont possibles.

Haise prend la parole avant elle, plus prompt à répondre aux questions que la blonde. Pourquoi pas, ça lui laisse de la marge, en plus de lui offrir une nouvelle piste à explorer. La baguette s’immobilise. Apprendre des autres dans un domaine complètement opposé à celui auquel ils ont l’habitude, pas bête. Mais pas forcément génial, pour les deux élèves. Ce n’est pas ça. C’est forcément autre chose. Hum. Fûka recommence les gestes machinaux qui lui permettent de se concentrer. Après un instant, elle ose.

« J’imagine que le moment du repas est le plus propice à l’observation. Comment une personne se tient peut déterminer son état mental sur le moment, mais aussi ses manières, son éducation. Ce qu’elle commande permet d’avoir une idée de ses goûts : vous avez donc pu remarquer que je me contente de riz nature, donc que je ne mange pas énormément de fruits de mer. Sa façon de s’exprimer, quand elle commande, permet aussi de voir son éducation, le respect qu’elle témoigne à un autre. Je pense que le restaurant est le meilleur moment pour observer quelqu’un. Si elle mange, si elle gâche, si elle parle la bouche pleine, etc. Toutes ces choses me semblent être des facteurs intéressants à observer pour connaître quelqu’un. »

La blonde finit par déposer sa baguette. Elle se redresse légèrement, le dos bien droit, un sourire sur les lèvres. Le serveur arrive, dépose les plats conformément aux commandes qui lui ont été faites. C’est ici que tout commence, non ? Sauf si Fûka a tort … Et dans ce cas, il lui tarde de savoir comment ça va se passer. Elle glisse un léger coup de coude gentillet à Haise, en passant, après avoir remercié le jeune homme pour son service.

« T’en fais pas, va ! »

Le rassurer est une étape importante pour établir une sorte d’amitié. L’aider à sortir de ce cocon de ténèbres qui l’enveloppe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969
Hanzō
Hanzō

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 15:21
« Sa vie n’est pas en danger mais, nous ignorons totalement quand il sortira de sa léthargie. Les victimes de la Résonance, sont tous des cas uniques et… »

Les mots de l’infirmière n’atteignaient déjà plus l’esprit d’Hanzo lorsqu’il porta son regard à travers la porte à demi-close de la chambre. Allongé dans son lit, le regard vide, son maître scrutait le paysage derrière la fenêtre d’un air absent. Il ne bougeait pas et ne remarquait même pas qu’on l’observait. Il était à la limite de l’état végétatif. Le Genin se mordit la lèvre et quitta le couloir sans demander son reste. Durant son trajet jusqu’à la sortie, il se remémora les événements tragiques qui l’avaient frappé récemment. L’attaque du Démon de l’Eau avait été, dans l’ensemble, une catastrophe que Kiri était parvenu à contrôler pour éviter le pire. Le village tout entier pouvait se targuait d’avoir réussi à sceller l’une des entités les plus dangereuses du Yuukan en minimisant les pertes et les dégâts. Cela ne voulait pas dire pour autant, qu’aucune victime n’était à déplorer.

Les deux visages de ses anciens partenaires se plantèrent dans son esprit, le figeant sur place immédiatement. Puis ce fut le tour d’Itsuki et de son ancien équipage pirate. Hanzo sentit les larmes monter et posa la main contre un mur en tentant de retenir la vague de désespoir qui l’envahissait.

« Merde ! Merde ! MERDE ! »

Sans même s’en rendre compte, il s’était mis à frapper nerveusement le mur de ses poings, jusqu’à ce qu’on finisse par l’arrêter car ses mains étaient en sang. Il finit donc dans une petite pièce où la même infirmière que tout à l’heure s’occupa de lui bander ses plaies. Elle essaya tant bien que mal de lui remonter le moral mais se confronta à long silence pesant. Jusqu’à ce qu’un shinobi haut gradé frappe à la porte et demande à parler seul à seul avec Hanzo. Immédiatement, l’aspirant ninja en conclut qu’on venait le punir pour l’esclandre de tout à l’heure. En réalité, il n’était rien.

« … vous avez été affecté à une nouvelle équipe. »

« Kiri ne perd pas de temps à ce que je vois, c’est… admirable. »


Il se garda bien de dire à haute voix ce qu’il pensait réellement. Son ton sarcastique était plus que suffisant après tout et surtout, il n’avait aucune envie de s’attirer davantage de problème. En cet instant tout ce qu’il désirait, c’était qu’on lui fiche la paix pour de bon. Mais le village caché de la brume avait d’autres projets visiblement.

« Fûka Rekishi et Haise Sakkaku seront désormais vos nouveaux partenaires. Vous remplacerez le troisième membre qui a été victime de la résonance… »

* Ce putain de phénomène inexplicable a décidé de foutre en l’air tout le village ?! *

« Vous avez de la chance, l’équipe 5 est sous la responsabilité d’un héros : le Chûnin Sabaru No ! »

En entendant ce nom, Hanzo se retrouva pétrifié une seconde fois. Il connaissait suffisamment Sabaru pour ne plus savoir s’il devait rire ou pleurer en entendant cette nouvelle. Le « Taureau Noir » était quelqu’un qu’il craignait tout autant qu’il l’admirait. Se retrouver sous son commandement était comme recevoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Impossible de savoir comment les choses allaient tourner et encore moins s’il s’agissait d’une bonne nouvelle. Le Genin lâcha un soupir excessivement long pour quelqu’un censé se « réjouir » d’un tel honneur, mais le messager eut la décence de ne pas lui faire remarquer. Il avait suffisamment souffert pour une seule journée.

« Parfait… je suppose qu’un rendez-vous a déjà été fixé ? »

« A vrai dire… Sabaru n’a pas vraiment attendu qu’on lui assigne un nouveau Genin pour rencontrer les deux autres. Il les attend en ce moment même au Mizuchi no Shichu. »


* C’est bien son genre. *

Une infini lassitude s’empara d’Hanzo tandis qu’il frottait la commissure de ses yeux avec le pouce et l’index. Kirigakure ne lui laissait même pas le temps de faire son deuil qu’il devait déjà se rendre à un meeting organisé par un homme qu’il appelait déjà Sensei depuis quelques temps. N’importe qui d’autre aurait considéré cela comme un coup de bol, mais pas l’ancien pirate. De toute évidence s’il passait trop de temps avec Sabaru No, il finirait par s’attacher à lui et il y avait de gros risques pour que cela signe son arrêt de mort. Ou pire. Un champ de morts fleurissait autour de lui depuis qu’il était né, aussi préférait-il limiter au maximum ses fréquentations et de nouer des liens trop « fort ». Mais puisqu’il n’avait pas le choix, le Genin remercia l’émissaire d’un signe de tête et sortit par la fenêtre comme un ninja digne de ce nom. Il était déjà en retard à ce rendez-vous pas la peine d’en rajouter en se tapant un détour pour passer par la porte d’entrée. Qui plus est, le Mizuchi no Shichu, ce n’était pas non plus la porte à côté.

« Hm… excusez-moi de vous déranger Sabaru Sensei mais… je vais devoir m’incruster dans l’équipe 5… »

Le souffle court – il avait traversé la moitié de la ville en dix minutes à peine – Hanzo n’avait pas attendu qu’on lui demande ce qu’il faisait là pour tendre dans la direction du Chûnin, l’ordre officiel qu’on lui avait remis en gage de bonne foi. Ses mains bandées, légèrement tachetées de sang, attiraient l’œil mais il préféra ne pas s’en formaliser. N’étaient-ils pas entre shinobis après tout ? Ce genre de spectacle était monnaie courante à Kiri, pas de quoi s’alarmer.
Un serveur s’approcha du Kirijin qui lui signifia ne prendre aucun repas mais qu’en revanche, une chaise de plus ne serait pas de refus. En guettant du regard les deux autres Genin, l’ancien pirate s’installa parmi eux et tenta de briser la glace de la façon la plus… franche possible.

« Mes anciens partenaires sont morts en mission pendant l’attaque de Sanbi et notre chef d’équipe a été frappé par la résonance… on m’a donc réaffecté à votre équipe pour la compléter. »

Une fois de plus, il avait complètement oublié de se présenter, ce qui n’était pas surprenant après une telle journée. Mais si Sabaru No était toujours fidèle à lui-même, il rectifierait cette erreur assez rapidement pour que personne ne s’en plaigne. Peut-être même ajoutera-t-il quelques mots pour corriger le « comportement » général d’Hanzo. Après tout, il venait peut-être de saborder leur petit repas courtois et n’avait même pas daigné commander à manger. Ce n’était pas vraiment le genre du pirate, mais il n’avait aucun appétit et après le drame qui l’avait touché, on pouvait aisément le comprendre.

_________________
Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5 Hanzo_signa_4
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7365-dust-in-the-wind-hanzo

Le veau du Taureau Noir — ft. Équipe 5

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: